N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Groupe #1 : Message pourtant entendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1433
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mar 8 Avr 2014 - 21:11

L'ÂGE DES FURYOU
ACTE IV
« Jamais ils ne seront attendus à une telle punition, et c'est pour ça qu'elle prendra tout son sens. »
─ Sa Majesté parlant à ses Furyou
CONTEXTE
    Un autre lieu de leurre ou non, qui pourrait renfermer le sceau de Gogyou Makka : une grotte surveillée par une vingtaine de shinobis. Ces derniers furent attaqués par le seul membre du groupe ennemi connu : le Messager. Un trio de Konohajin est envoyé sur place, compte tenu de l'avantage qu'ils pourraient avoir et aussi de leurs facultés de repérage et d'immobilisation. Mais est-ce que cela suffira-t-il ?

RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le Maître du Jeu viendra poster pour vous laisser une seule et unique fois 12h supplémentaires. Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il le demande dans le Bureau de SNH.
    Ø Le premier tour est un tour d'introduction, vous devez décrire tout ce qu'il s'est passé jusqu'à maintenant. Pas de technique donc.
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

ORDRE DE POST
    Envizib
    Nara Natsuki
    Hyûga Hakkyô
    Inuzuka Takeo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 24
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 9 Avr 2014 - 20:10

Lorsque les trois Konohajins arrivèrent au devant de la grotte, il était déjà trop tard, du moins pour eux. Sur le sol s’étendait la bonne vingtaine de shinobis qui avaient protégé l’endroit. Le dernier agonisait encore, sa main tremblante alla même chercher de l’aide, se levant vers le trio qui venait d’arriver. Mais soudain, elle s’écrasa, et un bruit sourd vint mettre fin aux jours de l’homme qui n’eut plus à souffrir.

C’est à ce moment-là qu’il se dévoila. Envizib apparut, sabre planté dans la gorge de celui qu’il venait d’achever. Son œil non-caché scruta l’ensemble des trois shinobis qui, visiblement, appartenaient effectivement tous à Konoha. Apparemment, les shinobis s’étaient plutôt bien répartis suite au message que lui-même avait délivré. Quelques renforts à Kiri et les Kirijins eux-mêmes pour protéger leur village, et le reste à Tsuchi no Kuni, dans un lieu autrefois désert ou bien évacué. Malheureusement…
    Pourquoi vos dirigeants ont refusé d’obéir aux ordres de sa Majesté ?
Il soupira tout en replaçant sa lame dans son fourreau, qu’il tenait toujours de la main gauche. Pourquoi ne pas croire sa Majesté, elle-même qui avait toujours raison ? A présent, la punition allait être inévitable. Si seulement ils avaient obéi. Si seulement…
    Fuyez, s’il vous plait. Ou si vous voulez rester, ne bougez pas, je ne vous ferai pas souffrir.
Il n’aimait pas se battre, mais le faisait uniquement pour sa Majesté. Il aurait tellement préféré ne pas en arriver là, que les shinobis aient conscience de ce qu’ils avaient fait et que les choses se passent autrement. Mais non, il fallait le faire. Et vu que c’était pour le bien du monde et de sa Majesté, il allait prendre exceptionnellement plaisir à le faire.
Il fallait les punir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1629
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 9 Avr 2014 - 21:12

Tout s'était enchainé après le Sommet des Kages auquel Natsuki avait assisté. Un homme était venu pour lancer à tous les dirigeants des pays shinobis un ultimatum : quatorze jours pour laisser le corps de Maka et le Furyou Shizu qui l'habitait encore au libre accès de son maître, sans quoi '' Sa Majesté '' infligera une très lourde sanction à tous les dissidents. Et il y était désormais, à l'échéance de cet avertissement. Bien évidemment, personne n'avait accepté d'honorer une pareille requête. Au lieu de cela, chaque Village avait mit à contribution ses ressources et élaboré un plan de défense. Au final, c'était plusieurs dizaines de cachettes et forteresses qui avaient été choisies pour abriter les restes de Maka, et servir de leurres à l'armée ennemie, dont le nombre de soldats dans ses rangs demeurait encore inconnu.

Natsuki était affecté à l'un de ces points stratégiques, qui prenait la forme d'une grotte, et s'y rendait justement en compagnie de deux autres Konohajin, des shinobis claniques tout comme lui. Le premier était Takeo, un Inuzuka qu'il avait déjà eu l'occasion de rencontrer au détour d'un entrainement au Village de Konoha. L'autre par contre, Hakkyô, ne lui était que vaguement connu de vue : tout au mieux, il l'avait croisé dans un couloir. Natsuki était un grand admirateur de la Famille Hyûga, pour leur style de combat tout simplement époustouflant, aussi meurtrier que fascinant à observer. Pour autant, il n'avait pas le temps de se perdre dans la contemplation de la danse macabre de son équipier aujourd'hui : un combat sanglant les attendait, il le savait...

Lorsqu'ils arrivèrent tous les trois sur place en urgence après le message d'alerte qu'ils avaient reçut, c'était déjà trop tard. Il n'y avait plus que des corps sans vie ou agonisants autour d'eux. Sauf un, le meurtrier.


« Toi... »
lâcha le Nara tatoué d'une voix neutre en reconnaissant celui qui s'était invité au Sommet des Kage.

C'était toujours le même, toujours sans la moindre trace d'existence, sans la plus infime émanation d'énergie. Et toujours aussi cette désagréable sensation en sa présence, qui semblait décupler la force de la constante lutte qu'il devait mener contre lui-même et ce qu'il devenait au quotidien. Natsuki, qui d'habituelle savait toujours garder son sang froid, sentait le désir irrépressible de se jeter à la gorge du Messager battre en lui, brûler sous sa peau comme un courant électrique et pulser jusqu'à dans ses cornes naissantes qu'il parvenait encore à cacher sous ses cheveux pour le moment.

Mais ce n'était pas comme ça que le combat devait marcher. Il devait s'organiser avec ses équipiers pour optimiser au mieux leur potentiel combattif. Onpu l'avait dit lui-même au Sommet des Kage : cet... homme, ou quoi que ce soit, était capable de défaire sans problème n'importe lequel d'entre eux. Il suffisait de regarder le carnage autour de lui. Ce n'était pourtant pas des amateurs que l'on avait affecté à la garde de cette position...

Il ignora alors tout bonnement l'avertissement du Messager, et se mit en position de combat, gardant pour le moment ses armes de prédilections – des tonfas – dans leurs sangles dorsales. Et comme à chaque fois qu'il allait se battre, son visage se mura dans une expression neutre, et la lueur de vie dans ses yeux s'éteignit. Poser les yeux sur lui revenait à contempler le néant. Plus d'émotion pour parasiter ses gestes, plus de pensée inutile pour entraver sa réflexion : il avait tué tout cela en lui, ne laissant affluer vers son cerveau que le strict nécessaire pour l'objectif de sa mission, ici protéger la position en repoussant l'ennemi, vaille que vaille. Similaire à une coquille vide, un pantin dépourvu d'âme, il semblait n'y avoir d'humain en lui plus que son apparence, du moins pour le moment... Mais loin d'être dans une transe martiale proche du berserk, il était au contraire animée d'une logique implacable qui ne s'embarrassait pas des détails pour arriver à ses fins. Il analysait froidement ce qui l'entourait, et utilisait la quintessence de son expérience de vie et au combat pour l'emporter sur son adversaire... ou l'emporter avec lui.

Le grand vide avant l'instant irrémédiable où la haine coulera à flot dans ses veines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 9 Avr 2014 - 22:47



Placés sous l'autorité du Hokage pour l'accomplissement des missions de sécurité intérieurs et agissant aussi en dehors du pays, mais toujours dans le respect du code de procédure de Konoha Gakure no Satô en matière militaire et techniques, les shinobis des différents villages ont pour mission d'assurer la défense de leur pays respectif, des intérêts mondiaux, le respect des codes, le maintien de la paix et la protection de leurs semblables, aussi bien shinobis que civils. Au service de leur pays, les shinobis exercent leurs fonctions avec loyauté, sens de l'honneur et dévouement. Face à leur statut, les shinobis exercent leur devoir en suivant une règle de conduire, une déontologie dont ils doivent appliquer avec discernement et respect. Tout du moins, c'était ce qui existait en notre monde il y a de cela quelque temps. Le monde dans lequel nous vivons actuellement a bien changé depuis cette époque. Guerres sur guerres s’enchaînaient afin d'obtenir le pouvoir, la puissance de faire plier quiconque sous sa force. Le nouvel ère n'avait jamais été plus néfaste qu'en ce moment-même où régnait violence, peur et douleur.

Il y a de cela quelques semaines, le jeune shinobi répondant au pseudonyme Masuta, étant membre de l'Anbu mais de sa vrai identité Hyûga Hakkyo était l'un des shinobis qui cherchait la puissance afin de faire fléchir toutes personnes se dressant sur son chemin. Depuis son plus jeune âge, il ne vivait que pour tuer. Depuis une certaines rencontre avec certains faits, sa vision du monde avait bien changé. Lorsque l'heure du combat sonnait, il redevenait le monstre qu'il était, mais il arrivait à présent à gérer sa démence un peu près. Depuis ce jour, rien n'était pareil. Lui qui avait honte de sa véritable identité ne la cachait plus à présent, même s'il ne la clamait plus haut et fort. Notre shinobi était devenu un tout autre homme pour le bien du village. Maintenant, il se devait de protéger Konoha Gakure no Satô sous les ordres directes de Myakuko Onpu, le Rokudaime Hokage mais rien ne pouvait passer avant son implication dans la vie des tout jeunes académiciens ou jeunes shinobis. Pour lui, entraîner, suivre la nouvelle génération pour ne pas qu'elle devienne comme lui était primordiale, et il se faisait un point d'honneur à suivre son propre code. Un jour, se seront eux qui lui remplaceraient et il ne fallait pas donner une mauvaise image de notre monde à ses êtres qui sont pour la plus part encore innocent. La sauvegarde de la pureté des jeunes pousses de la feuilles.

Comme dit, la situation actuelle ne pouvait pas être pire à présent. Une nouvelle menace planait sur le monde shinobi. Du moins, une ancienne mais nouvelle. Tous savait ce qu'il se tramait et des équipes avaient été envoyé à Mizu no Kuni mais également à Tsuchi no Kuni pour tenter de faire échouer le plan de l'adversaire. Il ne fallait pas qu'ils mettent la main sur le parchemin. Peu savait où se trouvait cet objet, même notre héros l'ignorait.

Les combats venaient tout juste d'éclater à certains repères de Tsuchi no Kuni. Des shinobis alliés se faisaient massacrés. A chaque endroit se trouvait les armées mais également un Furyou. C'était d'ailleurs dans la première planque, une grotte sombre d'une imposante montagne où le carnage commença. Une équipe de vingt shinobis étaient en train de se faire massacrer. L'un après l'autre, les camarades de la nation du feu tombaient. Très vite, le Rokudaime Hokage intervenu et envoya une simple équipe en renfort pour protéger les lieux et très vite, l'équipe apparut devant le Furyou. Un Nara, un Inuzuka et un Hyûga. Lorsque des shinobis entendirent ces trois noms, beaucoup ont été soulagé. Ils appelaient cette équipe la dream team, même si ces trois shinobis ne se connaissaient pas vraiment. Ils étaient appelés ainsi car ils faisaient partit des clans les plus puissants du pays du feu sans le moindre doute. Le Hyûga en question était bien sûr Hakkyo. Il était d'ailleurs arrivé le premier sur les lieux, se dressant face au Furyou afin de l'empêcher d'aller plus loin. Rapidement, ses deux autres comparses arrivèrent.

Ce fut à la grande surprise de Hakkyo qui son esprit divagua d'un sentiment à l'autre. Il fut tout d'abord impressionné, puis apeuré et pour finir.. Excité ! Son Dôjutsu, le Byakûgan qui habituellement était capable de voir les sources de chakra et les Tenketsus était presque inutiles en face du Furyou qui n'était rien d'autre que le messager qui avait fait irruption durant le sommet des Kages à Suna Gakure no Satô. Il en avait entendu parler, et à voir la réaction du jeune Nara Natsuki, ses pensées furent confirmées Il était donc à présent excité. Oui, il savait que le combat allait avoir lieu, s'était obligé, surtout au vue des paroles de leur ennemi. Un être aussi énigmatique et puissant, c'était vraiment très intéressant. Hakkyo se concentra plus fortement avec l'aide de son Byakûgan et vit une chose qu'il avait déjà vu auparavant. Un corps comme animé par un démon. Le Furyou.. Il ne le voyait pas clairement mais savait qu'il habitait bel et bien ce corps qui ne lui appartenait pas. Il avait déjà vu cela chez Raiu no Kenji, l'ancien Kazekage, à présent que Meteora, un autre Furyou l'habitait.

Dans peu de temps la cloche allait sonner pour annoncer le début des hostilités, mais il n'y avait aucun moyen de savoir quel camp allait prendre le dessus sur l'autre. La tension était à son comble sur la zone de combat et le destin du monde shinobi allait être scellé à jamais par ces conflits.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Jeu 10 Avr 2014 - 0:33

Alors que j’avais traversé les Grands Remparts, je n’avais pu retenir un petit frisson. Et voilà, c’était l’instant que j’attendais depuis mon arrivé à Konoha : une opportunité de montrer le mérite de mon clan. L’incident de Taki no Kuni avait été un échec, aussi dur cela soit-il pour moi de l’accepter, et je devais utiliser cette chance pour redorer mon blason. Sauf qu’en y repensant, je n’aurais peut-être pas voulu que cela se passe sous ces circonstances. Alors qu’une rencontre avait organisé entre les Kages pour mettre fin à la guerre – enfin c’était ce que la rumeur laissé entendre – ce Sommet avait été interrompu par un message d’un homme s’appelant Sa Majesté. Myakudou-dono rentrait donc avec de sombres nouvelles : quelqu’un s’intéresserait un peu trop au sceau de Makka ainsi que du Furyou qui l’a possédé. Les cinq Kages ensemble, ils avaient pris la décision de faire face à cette Majesté et à protéger le sceau coûte que coûte. C’était pour cette raison que plusieurs d’entre nous étions envoyés dans la lointaine contrée de Tsuchi no Kuni. L’objectif était simple, il suffisait de créer plein de potentielles cachettes où le sceau pourrait être caché.

En compagnie des autres Konohajins envoyés, nous nous dépêchâmes de rejoindre le pays de la Terre. Plus vite nous étions sur les lieux, mieux nous serions préparés à l’assaut de Sa Majesté. Parce qu’évidemment il avait été question de punition et d’absolution si nous ne nous pliions pas à sa volonté. Parce que nous allions simplement courber l’échine devant le premier venu? Peu importe le village, nous étions tous des shinobis et rien ne nous ne ferait plier aussi facilement. Notre route jusqu’au campement établi à Tsuchi se fit sans encombres, soit Sa Majesté ignorait tout de nos mouvements soit il nous laissait faire à notre guise. Cette perspective m’enrageait et me donnait encore plus de vigueur pour me rendre à destination. Une fois là-bas, ça ne serait qu’une question de temps avant d’en découdre avec les émissaires de Sa Majesté.

Le jour J fut finalement à notre porte, accompagné d’une forte pluie, et ce qui devait arriver arriva, comme tous s’en attendait. Un peu partout, les forces de Sa Majesté bougeaient et s’apprêtaient à délivrer sa punition. Cependant, elles frappèrent avec beaucoup plus d’intensité que tout le monde avait pu prévoir; en un rien de temps nos forces commencèrent à se faire dominer par ces créatures démoniaques qu’étaient les Furyous – il ne pouvait s’agir que d’eux. C’est dans cette atmosphère de semi-panique que je fus soudainement envoyé en renfort à l’une des cachettes du sceau. Ces derniers étaient aux troubles avec un des sbires de Sa Majesté et demandaient des renforts. Je fis parti de ceux qui furent envoyés, en compagnie de Natsuki-san et d’un autre shinobi qu’il ne reconnut pas, mais qui pourtant tout de même le bandeau de Konoha. Un trio Konohajin, en renfort! Pas que les autres villages n’avaient pas de mérites, mais j’étais beaucoup plus à l’aise ainsi, avec des gens de mon village.

Avançant le plus rapidement que nous le pouvions avec cette température, nous arrivâmes tout de même trop tard pour sauver qui que ce soit. Lorsque nous arrivâmes sur les lieux du combat, nous ne trouvâmes qu’un champ de corps. Encaissant tant bien que mal le coup, je me repris rapidement puisque cela voulait dire que l’ennemi pouvait encore traîner dans le coin. Reniflant l’air du mieux que je pouvais, je ne captais toutefois aucune odeur particulière – damnée soit cette pluie qui brouillait tout! Akamori ne semblait rien soulever d’alarmant, mais la prudence était de mise. Mes yeux captèrent soudain un mouvement qui me mit aussitôt en alerte, sauf qu’en y regardant de plus près je distinguai un soldat qui rompait lentement hors de la grotte. Je ne sais pas ce qui m’empêcha à cet instant de sauter à son secours, mais grand bien m’en fit puisque quelques secondes plus tard une force invisible écrasait l’homme agonisant au sol, mettant fin définitivement à sa vie.

Puis apparut celui qui, de toute évidence, était responsable pour la mort du soldat. Dès qu’il le vit, Natsuki-san se tendit aussitôt, alors qu’un simple mot sortait de sa bouche. Je le vis alors pour celui qu’il était réellement, soit le Messager de Sa Majesté. Je me rappelai que le Nara avait été au Sommet avec Hokage-dono et avait donc vu ledit messager. Nous réfrénant de lui répondre, nous adoptèrent tous les trois une position défensive et attendirent que l’homme ne vienne vers nous. S’il s’était occupé de tous ces soldats à lui seul, je ne voulais certainement pas me jeter sur lui le premier. Ce n’est qu’à sa deuxième réplique que je criai par-dessus la pluie.


- Si tu penses t’en tirer aussi facilement, tu te trompes!

Aka m’accompagna d’un grognement grave et profond, montrant sa détermination à ne pas fuir devant l’homme. Trois shinobis et un ninken, tous les trois du grande village de la Feuille, s’apprêtaient à commencer l’un des combats de leur vie sans pour autant se détourner ni fuir devant l’adversité aussi puissante soit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 24
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Dim 13 Avr 2014 - 14:57

Mais oui, il y avait ce fameux Konohajin qui avait été présent au Sommet des Kages. Envizib n’attachait que peu d’importances aux shinobis, qu’il jugeait faibles et idiots. Mais le visage et le « toi » de l’un lui avaient remis les idées en place. Un jeune homme particulier à écraser donc. Une question tarauda l’esprit du Furyou : est-ce que ce gradé aurait pu changer la donne lors de cette fameuse réunion où le message de sa Majesté avait été délivré ? Il lui semblait que non. Qu’importe de toute façon, la seule vérité restait que les villages shinobis n’avaient pas bien agi, encore une fois.

Ils devaient être punis, tel était l’ordre.

Envizib disparut sans un mot, sans un bruit. Tout avait disparu avec lui : vêtements, pansement à son œil, épée. Et c’était étrange, parce qu’il semblait également que rien n’avait disparu. Sa présence avait semblé tellement irréaliste qu’une fois devenu invisible, l’atmosphère n’en était pas changée. Mais le Furyou n’avait pas quitté la scène. Loin de là.

Un coup direct et rapide sur le premier, présent au Sommet des Kages. Puis sans attendre il fonça sur l’autre avec grande vélocité. Un coup semblable sur le deuxième, qui s’était montré silencieux à l’inverse de ses deux camarades. Et enfin, un ultime assaut sur celui qui avait le plus parlé. Un coup large et rapide. Puis il s’éloigna un peu, avant de regarder les dégâts qu’il avait pu causer.

Malgré tous les avantages qu’il avait, il avait du attaquer simplement et vite. La moindre lenteur de sa part et on aurait pu l’attraper. Et Envizib avait reçu pour ordre d’écraser la résistance et non pas de dévoiler tous ses pouvoirs…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1629
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Dim 13 Avr 2014 - 19:31

Chacun était prêt pour l'affrontement. Le Céruléen se tenait en position, prêt à fondre sur le Messager selon l'une des quelques stratégies convenues en chemin. Hakkyô quant à lui semblait déjà chercher la faille chez son adversaire, à l'aide de son Byakugan. C'était une chance qu'ils aient à affronter le borgne, puisque Natsuki avait déjà parlé à ses équipiers de celui-ci, et de l'étonnante facilité avec laquelle il s'était infiltré jusqu'au Palais du Conseil Souverain du Suna, pour y repartir tout aussi simplement. Ils savaient donc à quoi s'en tenir vis-à-vis de lui, et de sa présence '' effacée ''. S'ils ne pouvaient compter que sur certains sens, alors l'Oeil Blanc des Hyûga allait constituer l'un de leur deux atouts les plus importants. L'autre bien sûr, était Takeo et son ninken, dont le flaire leur permettra de s'orienter... à condition que le Messager ne soit pas capable de supprimer son odeur. Il le faisait pour son chakra, était capable de le faire avec le son, quoi d'autre encore ? Ils allaient vite être fixés...

L'attention de Natsuki était focalisée sur son adversaire, dont il ne perdait de vue aucun de ses gestes. Du moins, le pensait-il, car en l'espace d'une fraction de seconde, le borgne basané disparut complètement de son champs de vision comme s'il n'y avait jamais été. Pas d'avertissement, de mouvement, de mudra ou de son, rien du tout : il se volatilisa sans autre forme de procès. Enfin, pas exactement. Un sifflement, un bruissement, ou peut-être même seulement l'instinct et l'expérience du combat, difficile à dire. Mais n'importe comment, le corps du Nara tatoué s'anima de lui-même avant même qu'il ne sente la froide morsure de l'acier trempé entamer sa chair, comme si les informations et sensations qu'il perçu dans l'instant filèrent droit dans ses muscles sans se donner la peine de faire le détour habituel vers le cerveau pour y être interprétées. Il se ramassa en arrière dans un réflexe prodigieux, et suite à un roulé-boulé se déploya pour revenir sur ses pieds, prêt pour la suite. Ce n'est qu'alors qu'il perçu la douleur, réalisant ce qu'il avait cherché à éviter : une entaille bien nette mais peu profonde barrait sa poitrine. S'il avait bougé ne serait-ce qu'un battement de cils plus tard, c'est probablement depuis le sol que le haut de son torse admirerait actuellement ses pieds.

« Où ? »
se demanda Natsuki en balayant rapidement des yeux les environs.

Sa plaie, à moins d'être empoisonnée, n'était pas grave. Les filets de sang qui s'en écoulaient ne tarderont pas à s'arrêter d'eux-même. L'important dans l'instant était qu'il comprenne la situation pour ne pas subir d'autres blessures, plus graves celles-ci. Un regard vers ses alliés lui révéla qu'eux aussi avaient subit le même châtiment. Le Messager était donc encore physiquement bien là parmi eux : ce n'était pas de l'énergie qu'il avait esquivé, mais bien un coup.


« Il est invisible ! »
tonna le Céruléen d'une voix dépourvue de vie mais non moins ferme.

Invisible, mais pas inexistant... ni pour tout le monde. Il y en avait un parmi les Konohajin qui n'avait pas perdu de vue le Furyou, et ce pour une bonne raison : il le voyait probablement toujours. Là où le Nara tatoué cherchait la menace, Hakkyô lui avait les yeux scrutateurs bien encrés sur quelque chose. Pour un utilisateur du Byakugan, une ligne de vue directe ne signifiait pas grand chose, mais lorsque Natsuki le vit composer ses mudras, il n'avait même plus besoin de l'entendre parler pour deviner que la technique d'invisibilité suprême ne parvenait pas à tromper le sang des Hyûga. Parfait, il allait devenir les yeux de son ombre.


« Fonce ! »


Un ordre bref pour signifier que la tactique se mettait d'elle-même en place. La terre commença à s'animer, mouvante comme de la boue ruisselante pour s'amonceler en un immense tas qui prit rapidement forme : de la poussière naquit la vie. Ce qui ressemblait à un taureau hypertrophié se révéla humanoïde, et poussa sur ses puissantes jambes pour charger quelque part.

Ce n'était pas tout à fait ce à quoi s'attendait le Céruléen, mais cela fera parfaitement l'affaire. D'un geste fluide, il tira une mince feuille de l'une des multiples poches de son gilet tactique de combat, et en activa le sceau pour faire jaillir hors de celui-ci un simple kunai auquel était attachée une ficelle sur bobine. L'arme fendit l'air droit sur la créature terreuse, et se ficha quelques part près de sa hanche gauche tandis que la bobine qui se déroulait de l'autre côté trouva sa place dans un mousqueton : ne restait plus qu'à rendre l'ensemble cohérent. Des mudras rapides, exécutés à la perfection, et aussitôt, l'ombre du Nara s'allongea en profitant de celle du fil que le minotaure étendait : il n'avait plus qu'à la faire remonter jusqu'au monstre, puis à le dépasser lorsque Hakkyô le lui signalera. S'il ferrait le Messager, alors ce dernier sera à la merci du monstre. Natsuki devra juste se préparer lui-même à se faire secouer : il copiera malgré lui les mouvements du corps malmené du borgne, mais pas la force d'impact résultant de chaque coup. A Takeo d'assurer la continuité des assauts.

Du moins, si tout fonctionnait comme espéré, car cette stratégie reposait sur un paris risqué : Natsuki était-il capable de capturer son ombre ? Le Furyou pouvait devenir invisible, mais il n'était pas pour autant inexistant : son enveloppe charnelle était bien présente. En était-il de même pour son ombre ? Il allait vite être fixé...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 16 Avr 2014 - 12:58



Face à face, les yeux dans les yeux, le combat allait donc se dérouler ici, devant l'une des cavernes du pays de la terre. Cette caverne... Si seulement nous pouvions attirer le messager à l'intérieur, nous serions sûr, ou du moins presque, que le combat se termine par une victoire côté feuille. Un Nara dans un lieu étroit et sombre, que demander de plus ? Mais le problème résidait dans les facultés de notre adversaire. De quoi était-il capable ? De cacher sa présence auprès de ses adversaires, selon Nara Natsuki que j'avais rencontré à Konoha Gakure no Satô alors qu'il revenait de la réunion au sommet des Kages.

Une chose en entraînant une autre, le combat débuta bien vite. Je n'eu pas le temps de prévenir mais simplement d'anticiper les choses. En moins d'une seconde, notre adversaire se volatilisa en quelque sorte. Je voyais bien que les choses avaient changé, mais mon Byakûgan activé, j'étais toujours capable de percevoir ses mouvements. Il fonça droit sur le Nara avec une vitesse prodigieuse, il s'arrêta peu en arrière avant de faire un mouvement circulaire du bras. A l'aperçu des choses, j'avais l'impression qu'il avait frappé dans le vide mais au mouvement de mon camarade ainsi qu'à la giclé de sang, il avait bien été touché. Notre ennemi avait donc une arme en main, prêt à nous asséner à chacun le coup de grâce. Prenant rapidement appui, il arriva rapidement à ma hauteur et fit le même geste sans crier garde. Voyant cela, je fis un salto en arrière pour éviter son coup avant qu'il ne parte attaquer le dernier Konohajin.

Pendant ce laps de temps, je fis rapidement des mudras avant qu'il n'aille en retrait prêt à recevoir notre offensive. Alors qu'il reculait, je posais ma main au sol et des requins de terre en sortirent, plongeant dans la terre comme de véritable requins dans l'eau. Ils savaient où se trouvait l'adversaire puisque je savais moi-même où il était. Le messager prit position et instinctivement, Natsuki et moi-même étions comme connecté ou lié, sûrement le danger qui faisait cela. Je fis de nouveau des mudras et à mi-chemin entre notre adversaire et nous-même, une bête moitié homme moitié taureau, pour être plus précis un minotaure, se matérialisa et se mit à courir à une vitesse incroyable en direction de la position où se dressait notre adversaire. En tant normal, je l'aurais attaqué de front moi-même, mais ne sachant pas de quoi il était capable et ne voyant pas son arme ainsi que ses caractéristiques, j'allais sûrement tomber dans la gueule du loup.

La créature courait donc droit sur le messager invisible, tandis que le Nara fit une petite combinaison mêlant kunai et fil shinobi pour créer une ombre. J'avais déjà vu une telle chose se combiner durant la précédente guerre shinobi, sans nul doute lui aussi. C'était un moyen très astucieux pour pouvoir étirer plus facilement l'ombre qu'il venait de créer afin d'essayer d'immobiliser notre adversaire. Mêlant mon offensive avec sa tentative d'immobilisation et mes cinq requins qui arrivaient de chaque côté de mon adversaire, sous la terre, le Inuzuka allait devoir gérer si nous voulions que le combat se termine rapidement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 16 Avr 2014 - 22:49

Aucun de nous quatre ne quittait l’homme des yeux. Maintenant que nous avions un visuel avec l’ennemi, il n’était pas question de le laisser s’échapper. Gardant notre formation défensive, j’étais prêt à réagir au moindre petit geste qu’il ferait. Même après nous avoir demandé de fuir, supplier même, je gardai ma position, cette idée ne nous ayant jamais effleuré l’esprit. Notre mission était de protéger cette grotte et c’était ce que je ferais au meilleur de mes capacités, au risque de ma vie même! Non, Takeo, ne dis pas ça; c’est le genre de discours de ceux qui meurent les premiers! Secouant légèrement la tête, me rappelant par le fait même que là n’était vraiment pas le moment pour divaguer, je me reconcentrai sur mon ennemis, que mes coéquipiers n’avaient pas lâché un instant. C’est alors que se passa un phénomène qui je mis quelques secondes à comprendre. Aussi spontanément qu’il était apparu devant nous pour achever le shinobi, il disparut de devant nos yeux.

- Mais qu’est-ce que–

Je n’eus pas le temps de terminer ma question que Natsuki-san réagissait au quart de tour et reculait vivement d’un roulé-boulé, brisant en même temps notre formation, alors que l’odeur caractéristique du sang emplissait mes narines. Il était blessé! Heureusement, elle semblait superficielle étant donné qu’il se releva rapidement et révéla l’atout de notre ennemi. Ainsi, il était capable de se rendre invisible? Ainsi il était bien là, c'était juste qu'on ne le voyait pas? Pas étonnant qu’il soit apparu soudainement et qu’il soit repartit aussi vite. Cependant, cette nouvelle m’obligeait à redoubler d’effort afin de le retrouver. Il pouvait être n’importe où et nous attaquer de n’importe quel côté, comment devait-on se défendre contre ça? L’Hyûga à nos côtés ne semblait pas avoir à se poser cette question, car grâce à sa vision il évita habilement l’attaque du sabreur, à en voir la trace rouge sur le torse du Nara. Un déclic se fit alors dans mon cerveau que s’il s’en était pris à Natsuki-san de même qu’à Hyûga-san, j’étais sans aucun doute le prochain sur la liste! Comme de fait, une étrange sensation m’envahit alors, prédisant un danger imminent. Plongeant sur le côté, j’entendis un sifflement dont je devinais la provenance; la lame était passée de près! Sans attendre de savoir s’il poursuivrait ou non, je bondis de plusieurs mètres vers l’arrière tout en rejoignant les autres Konohajins.

Ces derniers n’avaient pas chômés alors que j’évitais de justesse le coup de sabre, ou peu importe quelle arme il utilisait. Au moment où mes pieds se posaient au sol, Hyûga-san posa la main au sol et des requins en terre surgirent du terrain et nagèrent à travers le sol – vraiment drôle de spectacle je vous le dis – avec pour cible nul autre que notre homme invisible. Sûrement son Byakugan lui permettait de voir où il se trouvait et ainsi l’indiquer à ses requins. Ne lésinant pas, il enchaîna aussitôt les mudras afin de faire sortir du sol une immense créature bipède au buste de taureau fait entièrement de terre. Ce dernier ne se fit pas prier et s’élança à la suite des requins. Du coin de l’œil, j’aperçus un bref mouvement venant de Natsuki-san et vis la ficelle qu’il avait lancé. Très ingénieux, comme on pouvait s’en attendre d’un Nara! Sûrement allait-il bientôt utiliser la fameuse technique d’emprisonnement des ombres. Cela voulait donc dire que je devais attendre cet instant avant de me jeter à mon tour dans la mêlée.

Préparant mon coup d’avance, pour être sûr de pouvoir agir au bon moment, j’enchaînai à mon tour quelques mudras alors que mon poing droit commençait à rougeoyer. Le retenant au niveau du poignet avec mon poignet, je laissai le chakra s’amasser dans mon poing. Pour faire ce que je voulais faire, j’avais besoin d’une bonne quantité de chakra, je devais donc le charger le plus vite possible. Finalement, le minotaure de terre termina sa course sur l’endroit où devait vraisemblablement se trouver notre homme et je vis l’ombre de Natsuki-san s’étendre vers l’avant. Ça y est, c’était le moment, encore quelques secondes le temps que l’ombre du Nara se rende à celle de l’adversaire et…

Maintenant! Sans attendre, je me jetai vers l’avant alors que d’un coup de poing qu’on aurait cru dans le vide, tout le chakra emmagasiné dans mon poing était relâché vers l’avant, se matérialisant alors en un immense chien qui courut en direction de tout ce chaos. À sa grosseur, je n’avais pas de doute que peu importe où se cachait notre cible, elle n’en échapperait pas. M’étant jeté à l’avant pour lancer mon coup, je repris mes distances et retournai aux côtés d’Aka, gardant mes mains près l’une de l’autre autant pour me protéger que pour perdre moins de temps lorsque je devrai faire un mudra. J’ignorais comment l’homme avait réagis à toute cette offensive, mais je ne voulais crier victoire trop rapidement; il avait quand même tué tous ces hommes. Il allait le payer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 24
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Sam 19 Avr 2014 - 17:28

Le premier n’avait pas réussi à totalement esquiver l’assaut d’Envizib, qui ne se délecta pas pour autant à la vue du sang qui coula de son adversaire, alors qu’il frappait le second. Ce dernier avait d’ailleurs esquivé, sans doute grâce à ses pupilles blanches. Même si en réfléchissant, il ne pouvait normalement percevoir que très peu de choses de la part du Furyou. Pas de chakra, pas d’odeur spécifique… mais sûrement des points corporels où passe normalement le chakra. Sans réfléchir, il frappa le troisième, qui esquiva.

La contre-attaque des shinobis ne tarda point. Il avait causé des dégâts à celui du Sommet des Kages, mais c’était insuffisant. Et si le probable Hyûga était maintenant prêt à diriger ses compères vers le Furyou, l’affaire prenait une autre tournure. Un minotaure, créature somme toute impressionnante, fonça, alors que d’autres choses se préparaient. Eviter la bête et aller vite, c’était la solution préférable. S’il allait vite, le Hyûga n’aurait pas le temps de communiquer l’information à ses complices. Il se prépara alors à esquiver…

Mais il ne réussit guère. Sous ses pieds, son ombre était reliée à la bête et au Konohajin qu’il avait pourtant blessé. Un Nara, mais oui… Envizib était immobile et soupira, alors qu’il redevenait visible. Les différentes techniques s’entrechoquèrent dans un impact phénoménal. Le nuage de fumée alors créé tarda à se dissiper…
    Je suis visible, et pourtant, vous ne m’avez pas touché.
Terre, feu, créatures… tant de choses s’étaient précipitées sur le Furyou. Mais pourtant, l’opacité se réduisant dévoila l’homme à la peau mate sans la moindre égratignure. Il soupira à nouveau.
    Je peux rester là si vous voulez, jusqu’à ce que vous vous épuisiez. Jamais vous ne me toucherez, que vous me voyiez ou non. J’ai essayé de vous prévenir que ce combat ne jouait nullement en votre faveur, mais vous ne m’avez pas écouté, tout comme vous n’avez pas écouté sa Majesté.
Une voix monotone, une expression neutre. Envizib n’aimait pas combattre, il ne cessait de se le répéter. Mais pourtant…
    Fuyez, et vous sortirez indemnes de cette confrontation, ce qui rassurez-vous sera un exploit à raconter. Ou continuez, et je vous fais la solennelle promesse que l’un de vous tombera en un instant. Et ainsi de suite…
Sur quoi il se tut, et resta immobile et visible, scrutant ses adversaires d’un seul œil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1629
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Lun 21 Avr 2014 - 1:08

Un courant froid traversa Natsuki, et une légère résistance dans ses mouvements lui apprit que son ombre projetée par celle du minotaure avait ferré sa cible. Les événements se précipitèrent à la rencontre du Messager, et il était prêt à en encaisser l'impact avec lui. Ce fut un formidable festival de flammes crépitantes et d'explosions terrestres qui s'abattirent au même endroit sur une victime privée de tous ses mouvements. Pour autant, le Nara tatoué ne ressentis rien. Son corps relié à l'autre n'esquissa pas la moindre tentative de geste, aucune résistance ni tressautement. C'était comme si son adversaire était passé à travers cette orage de techniques en restant simplement planté sur place, sans se faire toucher. C'était impossible, il le tenait. Le voile de fumée et de poussière soulevé par la déflagration retomba progressivement, jusqu'à ce qu'en émerge le basané borgne, toujours parmi eux, et ne portant aucune trace physique de ce qu'il venait de subir.

« Comment ? » songea Natsuki dont le visage inexpressif ne s'était pas ridé de la moindre marque de surprise.

Le Messager s'adressa à eux, mais le Céruléen ne l'écouta qu'à peine, les paroles étant traitées inconsciemment puis éliminées car jugées inutiles. Son cerveau n'avait pas besoin d'être encombré d'une charge supplémentaire. Pour le moment, ses connexions synaptiques fonctionnaient à plein régime, tournant et retournant la situation pour déployer un éventail d'hypothèses expliquant ce qu'il venait de se passer – ou plus exactement, pourquoi rien ne s'était passé -, et en parallèle les moyens de passer outre cet embarrassant problème. Il en retint principalement quatre. La première accordait au Furyou une peau incroyablement solide, mais elle fut réfutée immédiatement. Il n'y avait que dans les œuvres de fiction de capes et de collants que les habits étaient aussi indestructibles que leur porteur : ici était la réalité, et il y avait forcément une raison pour laquelle l'homme borgne n'avait pas la moindre trace de poussière sur lui. En second, il songea à une sphère de protection, ou à un quelconque moyen de défense omnidirectionnel, dressée sans mouvement nécessaire. Là encore, Natsuki en doutait, car rien ne témoignait que son ombre ne le retenait plus. Si une barrière avait été érigée, alors elle aurait forcément coupé le lien qui les unissait par sa technique clanique. Natsuki s'intéressa de plus près aux capacités du Messager pour la suite de son raisonnement. Et si l'invisibilité n'était pas une de ses techniques, mais une conséquence d'entre elles ? S'il avait le pouvoir plutôt que de disparaître simplement à la vue de tous, '' d'annuler '' quelque chose ? Annuler sa présence physique, annuler les sons qu'il produisait, annuler sa signature d'énergie etc... et donc pourquoi pas annuler une technique ? La dernière supposition enfin, attira l'attention du Nara tatoué sur l'oeil masqué du basané. Et s'il cachait un secret derrière ses étranges bandages, quelque chose qui ne serait pas sans rappeler des utilisateurs de Dojutsu exterminés durant la guerre précédent celle qui venait de s'achever.

Il n'y avait qu'un seul moyen d'être fixé dans le cas présent, et c'était la vieille méthode de l'essai-erreur. Un moyen d'autant plus risqué que dans ce genre de combat, les fautes se payaient par la vie. Pour le moment, l'attaque de front n'avait rien donné : tout le ninjutsu déployé n'avait fait que le rendre visible à nouveau – ou par fierté mal placée, l'inciter à – et montrer qu'il avait les moyens de s'en défendre aisément. Il fallait que le groupe de Konoha s'essaie à autre chose, ou autrement. Quelque chose de plus concret, plus physique. Ou au contraire, beaucoup moins tangible. Voyons si sa force lui venait de son œil. Répondant à une suite de mudras du Céruléen, l'ombre qui emprisonnait le Messager s'anima légèrement, et du sol émergea une main obscure dépourvu de volume. Comme un serpent, elle se hissa le long de la jambe de sa victime en s'enroulant autour, laissant dans son sillage un long bras qui la reliait toujours avec l'ombre à terre. Elle grimpa rapidement sur le corps du borgne, gravit son torse sans ralentir sa course puis trouva la prise pour laquelle elle destinée. Les doigts pourtant sans consistance se resserrèrent alors sur la chair tendre du cou pour y exercer une pression bien réelle, et suffisante pour couper toute tentative de respiration.

Par sécurité, Natsuki détourna la tête, et posa son regard sur côté, forçant celui de son prisonnier à déplacer le sien ailleurs que sur l'ombre qui le tenait. Et si dans un geste, il pouvait le faire l'imiter pour arracher les bandages qui lui couvraient l'œil droit, il ne comptait pas s'en priver...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mar 22 Avr 2014 - 18:09



Nous avions dès le début du combat le dessus sur notre ennemi. Grâce au combat de mes capacités ainsi qu'au pouvoir du clan Nara, avec l'aide d'un stratagème peut orthodoxe, Natsuki et moi-même avions réussit ce qu'on recherchait : viser dès d'entrer de jeu notre adversaire. Malheureusement pour nous, malgré qu'il soit prit par la très célèbre techniques des ombres du clan Nara, mes deux puissants assauts n'avaient pas abouti là où je le voulais. J'avais consommé assez de chakra, ma réserve arrivait presque à la moitié déjà. Mes requins ainsi que mon Minotaure de terre crée grace à mon affinité Dôton n'avaient servit à rien, le Furyou était toujours debout, sans aucune blessures apparentes. Mais comment cela se faisait-il ? Etait-il invinsible ? Non non, personne n'est invinsible, il nous cachait quelque chose...

Je réfléchis un cours instant avant d'omettre une hypothèse à mes camarades. C'était la première fois depuis notre arrivé sur les lieux du massacre que j'élevais la voix. Elever était un bien grand mot, les deux autres shinobi de la feuille n'étaient pas bien loin de moi et pour éviter que notre ennemi ne l'entende, je souffla à voix basse :

« Je pense qu'il est capable de cacher ce qu'il veut lorsqu'il le veut. Il a réussit à cacher sa présence et à présent, il arrive à cacher les dégâts de nos techniques. Le Ninjutsu a l'air de n'avoir aucun effet sur lui, alors prépares toi Natsuki »

Tout était dit, enfin je pense. Mais au vue de ce que je venais dire et à leur regard qu'ils posaient sur notre adversaire lorsque le nuage de poussière disparu, il n'y avait nul doute, ils avaient compris ce qu'il allait se passer.

Tandis que le jeune Nara commença à créer une nouvelle offensive grâce à ses pouvoirs de clan, je pris une forte dose d'air dans mes poumons avant de m'élancer à grande vitesse sur le borgne. Il fallait que je valide ou non mon hypothèse, et j'étais sûrement le mieux placer pour faire cela. Courant à vive allure dans sa direction, je ne mis que peu de temps avant d'arriver devant lui, ce dernier étant immobiliser par mon compagnon. J’espérais avoir un appui de poids derrière moi au cas où les choses tourneraient mal, et cet appui allait résider dans le jeune Inuzuka, lui aussi expert en Taijutsu. Dans ce genre d'affrontement, il fallait compter les uns sur les autres. Il fallait qu'il agisse rapidement si l'action tournait au vinaigre.

Arriver donc devant lui, je concentra du chakra dans chacunes de mes mains, plus spécifiquement dans mes doigts. Cela me fis bizarre d'utiliser à nouveau cette technique que je répugnais temps à l'époque. Les techniques Jûken des Hyûga... Me préparant à attaquer, j’enchaînais un coup, puis deux, puis autre etc etc... Bien vite, j'arrivais à 64 coups puissants dans le style Jûken propre au Hyûga en visant les Tenketsus de mon adversaire. Peut-être le Taijutsu allait-il avoir de l'effet sur lui, et peut-être réussirais-je à bloquer le chakra du corps que le Furyou possédait et ainsi, peut-être n'allait-il ne plus pouvoir nous attaquer. Que trop d'hypothèses possible et bien vite, nous allions être fixé. Mes coups allaient à très grande vitesse mais encore fallait-il qu'ils aboutissent eux aussi à quelque chose, pas comme le Ninjutsu avant. Si cela échouait, nous allions être dans de beaux draps...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 23 Avr 2014 - 21:26

D’un geste déterminé, je lançai mon poing vers l’avant et par le fait même tout le chakra dans ce dernier, la forme d’un chien enflammé qui prit le Furyou comme cible. La stratégie de Natsuki devait fonctionner, sans quoi je risquais probablement de frapper réellement dans le vide; l’homme invisible trouvant sûrement un moyen d’éviter nos attaques. Force fut alors de constater que notre stratégie avait fonctionné à merveille, voyant l’animal exploser. Lorsqu’il explosait, c’était signe qu’il avait atteint sa cible; il se serait simplement éteint si jamais le Furyou avait réussi à s’échapper. Je serrai le poing en un léger signe de victoire, c’était tout de même une légère victoire si notre adversaire s’en sortirait un tant soit peu endommagé. Comment ne le pourrait-il pas après la combinaison de nos trois techniques?

Vous comprendrez ma déconfiture lorsqu’une fois la poussière retombée, je vis notre adversaire au même endroit, apparemment sans aucune égratignure. Me retenant pour ne pas ouvrir la bouche d’hébètement. Comment était-ce possible!? Sûrement que mes collègues se posaient la même question que moi au moment où elle me passait par la tête. Il nous lança alors une pique qui me toucha malgré moi et qui me donna l’envie de me précipiter sur lui pour lui régler son compte. Mais je savais que je devais tout faire sauf cela, je ne ferais qu’entrer dans son jeu. Je me calmai aussitôt et restai plutôt en place, gardant la présence rassurante d’Akamori près de moi. Puis il recommença avec son discours sur la possibilité de fuir, je décidai alors de faire forcer mes méninges afin de trouver une façon d’expliquer ce qui venait de se passer. J’avais toujours été du genre à penser plus avec mes muscles qu’avec mon cerveau, mais ce genre d’ennemi n’était pas celui qu’on pouvait avoir avec la force brute; nous devions trouver un moyen de percer la protection qu’il avait, quelle qu’elle soit.

Hyûga-san devait sans doute s’être mis sur le même problème puisqu’il partagea son hypothèse, qui était intéressante. Nous trouvant face à un Furyou, nous pouvions nous attendre à tout, donc sa théorie qu’il cache des choses méritait qu’on la garde en tête. Je regardai Natsuki-san en quête d’une réplique, mais je voyais qu’il était lui-même dans ses pensées. L’autre poursuivit donc et avança que le Ninjutsu était inefficace contre lui, nous laissant alors qu’une seule possibilité : le Taïjutsu. Bien qu’il ne prévint que le Nara, Aka et moi nous mîmes tout de même en position puisque nous étions tous les deux également experts dans cette discipline et que nous voulions autant participer qu’eux. C’est alors que sans crier gare le Nara exécuta une suite de mudras, annonçant clairement le début de notre deuxième offensive. J’étais heureux de constater qu’aucun des deux n’avait repensé à s’enfuir lorsqu’ils avaient vu notre offensive réduite à néant devant leurs yeux. J’ignorais ce qu’il préparait, mais le troisième membre de notre groupe en profitant pour lancer lui aussi son offensive.


- Aka, avec moi!

Sans un autre mot, nous nous élançâmes à la suite du Konohajin qui avait pris les devants. Même si devant un adversaire aussi puissant je voulais éviter de mettre mon ninken en danger, je devais me rendre à l’évidence que j’étais beaucoup plus fort avec lui. Si j’avais un ninken en premier lieu c’était pour m’épauler peu importe la situation, spécialement en combat. Mettant ses doutes de côtés et me focusant sur l’ennemi devant moi, j’observai Hyûga-san qui était maintenant rendu à lui et qui lui faisait goûter le fameux Poing Souple du clan Hyûga. Il avait toutefois atteint une maîtrise qui, je dois l’avouer, dépassait même celle de Tenshi-kun. Aussi puissant était-il, les tenketsus étaient les points faibles de toute personne. Je m’étais souvent entraîné avec Tenshi, les techniques du Juuken m’étaient donc familières; je pus ainsi facilement prédire le bon moment pour commencer ma rotation et accumuler assez de vitesse pour porter un bon coup à l’homme borgne. Suivant mes prédictions, l’Hyûga atteint ses soixante-quatre coups au moment où la tornade que j’étais devenu frappait l’homme qui, heureusement, était resté visible assez longtemps pour que je le touche sur le flanc opposé à celui que Natsuki-san s’était tourné avant que je ne le quitte. Je le prendrais ainsi par surprise. Enfin, pas par surprise puisqu’il va probablement s’attendre à une attaque, mais je vais du moins être dans son angle mort.

Laissant mes griffes faire le travail alors que j’essayais de garder ma rotation le plus longtemps possible, il vint toutefois un moment où je n’eus plus assez de vitesse pour tourner. Nullement étourdi d’avoir tourné aussi longtemps – vous pensez que je l’ai pratiqué combien de fois cette technique? – je retombai sur mes jambes et reculai d’à peine un ou deux mètre d’un salto arrière avant d’émettre un simple sifflement. C’était le signe que j’avais besoin d’Aka, c’était son tour d’entrer en jeu. Réduisant la distance que j’avais prise d’un seul bond, nous lui atterrîmes dessus en même temps et le bombardâmes de coups avant de reprendre de la distance chacun de notre côté. Plus éloignés nous étions, plus il lui était difficile de toucher plusieurs d’entre nous. Observant de nouveau notre ennemi, j’espérai que cette fois-ci j’avais fait quelque chose. Non, je lui avais définitivement fait quelque chose, j’avais bel et bien senti quelque chose sous mes poings lorsque je frappais!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 24
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mer 23 Avr 2014 - 21:55

Envizib savait que tout ce qu’il avait dit à ses adversaires était vrai. Il n’était pas de ceux qui mentaient. Sa franchise était d’ailleurs sans limite et le besoin de vérité permanent était une facette du Furyou qu’il était. Si chaque Furyou avait une ou plusieurs obsessions, le messager était satisfait d’en avoir une aussi vertueuse. Mais malgré sa franchise, qui lui avait fait dire à sa Majesté qu’il n’aimait guerre combattre, obéir à Monwa était devenu son obsession première. Comme le reste de l’armée…

Sans doute forcé par la volonté du manipulateur d’ombre, Envizib tourna la tête. Lui qui avait tant pris plaisir à regarder cette ombre étendue, compris alors que son avertissement n’avait eu aucun effet. Mais il attendit tout de même la confirmation. Après tout, ce n’était pas parce qu’on forçait ses mouvements de la sorte qu’on allait forcément l’attaquer. Peut-être allaient-ils s’organiser pour fuir… Non, même Envizib n’y croyait pas.

Il soupira en entendant des bruits plutôt significatifs. Il y avait du mouvement, et donc de l’envie de continuer à se battre. Pourquoi, pensa le Furyou. Les assauts arrivèrent droit sur lui, et une nouvelle onde de choc donna naissance à un léger nuage de fumée.

Mais le seul blessé fut le Konohajin aux ombres. Transpercé en plein abdomen par une matière liquide noire qui tomba au sol telle une flaque d’eau. Sous le nuage de fumée, Envizib était toujours là, immobile. Sans la moindre blessure.
    Je vous avais prévenu.
Le fluide noir revint vers Envizib, et se rassembla autour de la main à présent libre de ce dernier. Il regarda ses adversaires de son œil gauche.
    Je n’ai pas besoin de bouger pour la contrôler. Il m’a suffit de lui faire parcourir le chemin de l’ombre qu’il avait projetée.
Il n'y avait là aucune vanité de sa part, juste un désir de vérité qui lui était plus qu'accoutumé. Et encore, si jamais ça avait été le fluide de Raj ou de Monwa, le Konohajin serait mort sur l’instant. Mais tuer était un impératif que sa Majesté avait épargné au messager. Tant mieux, peut-être qu’ainsi, les deux shinobis encore pleinement en état allaient enfin comprendre qu’ils devaient rebrousser chemin.
    Il est gravement blessé. Emportez-le, et il survivra probablement. Je n’ai que deux objectifs : chercher le sceau, mais surtout… vous faire comprendre notre supériorité. Prouvez-moi que c’est fait. Fuyez.
Les assauts lui étaient passés au travers. Et encore, il ne s’était toujours pas rendu invisible à nouveau. L’écart de puissance était énorme. Mais si l’état de leur compagnon ne changeait rien… Alors Envizib aurait à mettre un terme définitif à ce combat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1629
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Jeu 24 Avr 2014 - 17:32

La situation pouvait difficilement tourner pire. Elle le pouvait bien sûr – elle le pouvait toujours -, mais présentement, les événements s'annonçaient très mal pour l'équipe de Konoha. Ce triste constat venait à Natsuki en même temps que les décharges de douleur en partance de son ventre stimulaient bien plus que nécessaire ses récepteurs. Ses réflexes ne lui avaient pas fait défaut, mais ne lui avait pas sauvé la mise pour autant cette fois-ci : tout s'était passé trop vite. Il n'avait commencer à esquiver l'étrange fluide sombre qu'au moment où celui-ci déchirait déjà sa chair. Il était parvenu ainsi à éviter qu'un de ses organes vitaux de ne soit touché, ne troquant cependant le résultat d'une mort rapide que pour une plus lente agonie. Qu'il soit dans sa transe ou pas ne changeait pas grand chose : il y avait des limites à ce que le Céruléen pouvait ignorer. Et ses propres limites, il devait les reconnaître ici, tout comme celles de ses équipiers : il n'y a rien qu'ils pouvaient faire face au Messager. Leurs attaques passaient à travers le corps du Furyou comme s'il n'était fait que d'air, mais l'inverse était loin d'être vrai. Le Nara tatoué ne craignait pas la mort, il avait intégré depuis longtemps le principe selon lequel même si le désir de survie est justifiable, il ne reste que secondaire face à l'objectif de la mission. Mais là... Il sentait qu'il ne pouvait plus rien, et que mourir ne changera en rien le cours de l'Histoire, si ce n'est mettre fin à la sienne. Il avait beau se creuser la tête, il arrivait au bout de ses idées... mais aussi de ce qu'il pouvait encore retenir. Il sentait que sa peau le démangeait de plus en plus, et que lentement son esprit sombrait dans un brouillard sanglant. Ce n'était pas son genre de perdre son calme, quelque soit la situation, mais les choses avaient bien changé en un an. Il y avait des démons que l'on ne pouvait retenir éternellement, à plus forte raison lorsque son adversaire lui faisait le même effet qu'un agitateur ruant de coups de pied la cage d'un fauve.

A genoux et le bras au travers de sa plaie, cela le dégoutait de l'admettre, mais s'ils ne fuyaient pas tous, ils étaient juste bons pour rejoindre les autres cadavres jonchant le sol par dizaines. Le Messager avait eu assez de fois la possibilité de les tuer, il tenait donc vraiment à ce que son '' message '' soit transmis. Qu'il y ai trois livreurs ou seulement un seul devait peser bien peu dans sa balance. Des écailles commençaient à se former par endroit sur son corps, et ce n'était qu'une question de secondes avant qu'elles ne se mettent à conquérir les territoires que ses vêtements ne couvraient pas. Il fallait qu'il parte avant que son répugnant besoin de tuer ne devienne trop intense...


« Je crois que... nous avons fait notre temps ici... »
cracha-t-il alors que chaque mot lui lacérait la gorge autant pour leur sens que pour les avoir prononcé.

Sa voix avait désormais reprit une once de vie sur son visage en sueur, mais quelque chose se cachait derrière, loin d'être dans ses timbres habituels. Sa lutte interne devenait de plus en plus rude, il devait s'éloigner de ce monstre avant d'en devenir un lui-même.


« Permettez que... j'utilise ma propre escorte... pour partir ? Je ne peux... plus marcher... »
lâcha-t-il encore dans un effort avec un sourire qui ne partageait absolument aucun lien de parenté avec l'humour.

Et en plus il lui demandait service, s'en était répugnant. Mais à patte blanche qui se montre, poignard sanglant qui se dissimule dans l'autre. Il hocha la tête en direction de ses équipiers, puis composa de ses doigts tremblants quelques mudras qui firent apparaître trois clones d'ombre autour de lui. Deux l'attrapèrent sous les épaules pour le hisser, puis décollèrent à la verticale avec leur paquet. Le troisième quant à lui resta en faction, prêt à tout tenter si le Messager les empêchait de partir.


« Vous feriez mieux de partir aussi, cela n'a pas de sens de rester ici. »
déclara le clone au deux Konohajins. « Quand je disparaîtrais, cela rassurera l'autre de vous savoir aussi hors de danger pour le moment. »

'' L'autre '' commençait à être loin maintenant. et une fois la distance de sécurité franchit, le double s'envola à son tour en direction du reste de l'escadron aérien. A plusieurs centaines de mètres d'altitude dans ciel, Natsuki se sentait déjà mieux, à croire que la présence du Furyou était pour son sang maudit une véritable étincelle dans une gazinière. Le vent glacé sur le visage lui rendait l'esprit un peu plus clair tandis que son escorte de deux doubles en meilleur état que lui l'éloignait des hostilités.

« Pourvu que Takeo et Hakkyõ ne fassent rien inconsidéré... »
songea-t-il.

C'était une chose de mourir pour sa Nation, s'en était une autre de mourir par fierté. Mais c'était par contre stupide et inutile de mourir pour rien. Il valait mieux pour lui qu'il rejoigne le camp de rendez-vous prévu pour se faire soigner à la hâte avant qu'il ne teste malgré lui pour laquelle de ses trois options il allait y passer. Enfin, il avait encore le temps, si l'envie lui disait de supporter la douleur de ses tripes percées pendant les quelques heures qu'il lui restait s'il n'améliorait pas sa condition.

Et puis, ce n'était pas comme s'il avait déjà joué sa dernière carte : la mission n'était peut-être pas encore un échec cuisant. Si son clone laissé en arrière avait pour but d'effectivement pouvoir assurer l'illusion d'une retraite à chacun, il avait aussi un autre rôle, un rôle qui ne justifiait que d'être à une vingtaine de mètres du sol de la zone de combat. Pour peu qu'il soit encore là pour les faire, le clone n'avait qu'à composer les signes nécessaire pour dompter la terre, et la modeler selon ses désirs. Déchirer et réorganiser la pierre et la poussière de la caverne et de tout ce qui l'entourait pour en bâtir une nouvelle montagne. Broyer tout ce qui était creux pour n'en résulter qu'un amas massif et compact gardant écrasé et prisonnier dans des centaines de mètres d'épaisseur ce qu'elle abritait au préalable.

Si le Messager voulait tant que cela son sceau, eh bien qu'il le cherche, s'il n'était pas lui-même prit dans ce nouvel élément topographique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Lun 28 Avr 2014 - 12:31



Toutes les offensives fusaient à nouveau : Le Nara avec sa technique d'étranglement des ombres, le Inuzuka qui fait deux offensives puissantes dans le dos du Furyou avec l'aide de son chien et moi-même qui utilise l'une de mes techniques de clan pour tenter de stopper la percée du borgne. Mais dans l'espace de très peu de temps, tout se retourna comme lors de notre précédente offensive. Le messager resta sur place, immobile, ne bougeant pas, tandis que nous attaquions. La seconde suivante, alors que le Inuzuka et moi étions juste à côté de lui, un fluide noir partie de son corps et suivi l'ombre que le Nara avait crée pour immobiliser le Furyou. Natsuki ne l'avait sûrement pas vu, le Inuzuka qui était de l'autre côté encore moins, mais même dans mon dis, grâce à mon Dôjutsu, je pouvais faire la différence. Mais pourquoi attaquer le jeune Nara alors que nous étions à porter de main avec mon compagnon de Taijutsu ? Il en avait vraiment après lui, il était sûrement la clé de la réussite de notre combat, il avait peur de ses pouvoirs, probablement.

Le fluide fonçant droit sur lui, il était terriblement rapide et en une fraction de temps, même pas assez pour dire bouh, il transperça le ventre de mon camarade de stratégie, ce qui fit rompre l'entrave des ombres. Je voyais peu à peu l'ombre revenir jusqu'à son propriétaire. Une goutte de sueur glissa le long de mon arcade, passant par ma joue puis terminant sa course au sol. C'était mauvais pour nous ça, très mauvais.

« RECULES !! »

Instinctivement, je sautais sur le Furyou, les deux pieds joints pour tenter de le faire reculer mais également pour reculer. Je prenais appui sur lui et fit un bond en arrière, avant d'en faire deux autres. J'avais été long à réagir, ou la situation me paraissait incroyablement longue. Si le messager désirait vraiment nous tuer, il avait eut l'occasion de le faire à de nombreuse reprise. Il était puissant, trop puissant, même si nous étions trois contre un. Je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi fort, personne n'avait vu une personne ayant des pouvoirs comme les siens. Seul les Bijuus pouvaient être aussi puissant. Makka était une petite joueuse à côté de lui.

Alors que je me trouvais à environ cinq mètres de mon ennemi, j'écoutais ses paroles. Je n'avais prononcé encore aucun mot à son égard depuis le début du combat. Je me taisais, je n'avais rien à dire de toute façon, juste à remplir ma mission, ou plutôt tenter de le faire. La mission était de ne pas laisser le messager pénétrer dans la grotte pour prendre le parchemin, mais était-il dans cette cachette ? Prudemment, je regardais dans mon dos sans perdre de vue notre adversaire. L'entrée de la grotte était là, et aussi loin que mes yeux pouvaient aller, c'est à dire à plusieurs kilomètres, je ne voyais rien pouvant faire l'objet d'un parchemin ou de sceaux qui pourrait renfermer la Gogyou du feu. On dirait que ce qu'il cherchait n'était pas là.

Retrouvant peu à peu mon calme, mon coeur reprenant son rythme cardiaque plus ou moins normal, étant essoufflé par le combat, je vis Natsuki agir en créant des clones et partant par la voie des airs. Il n'avait pas tord dans ce qu'il disait, et puis, nous serions plus utile vivant que mort, on allait au moins pouvoir faire un compte-rendu. Le sceau n'était de toute façon pas ici, nous avions retenu un bon moment notre adversaire. S'il avait été là, il l'aurait eut et nous aurait tué. Autant rester en vie. D'une voix sûr, je parlais pour la première fois au messager, mais en même temps à l'Inuzuka :

« On y va »

Faisant un simple mudras, un nuage de fumée apparu autour de moi. Lorsque ce dernier disparaîtrait, il ne laissera aucune trace de ma personne sur les lieux du combat. Nous avions perdu, essuyant une défaite cuisante. Que se passait-il...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 : Message pourtant entendu Mar 29 Avr 2014 - 20:37

Pris dans le feu du combat, je ne réalisai pas tout de suite que l’un des nôtres s’était fait toucher par l’ennemi. Disons que dans des situations comme celles-ci, mon attention était avant tout sur mes alentours et l’ennemi que je devais affronter, même si ce dernier était ridiculement résistant. Malgré cela, je fonçai tout de même vers lui sans aucune hésitation, bien déterminé à enfin lui faire des dommages. Une fois avoir déversé mes coups sur lui, ne lui laissant pas le temps entre mes deux attaques, je reculai ensuite de quelques pas autant pour ma propre sécurité – j’ignorais encore tout ce dont il était capable de faire – que pour mieux constater l’ampleur des dégâts. Parce que non seulement j’y suis allé deux fois plutôt qu’une, mais Hyûga-san était aussi avec moi et nous avions lancés nos attaques avec une coordination étonnante puisque c’était la première que je combattais à ces côtés, mais qui était la bienvenue avec notre situation qui se détériorait peu à peu. Au même instant, un cri d’avertissement retentissait sur notre champ de bataille improvisé, confirmant que j’avais bien fait de prendre du recul.

Tout c’était déroulé très rapidement, je ne savais même pas qui était à l’origine de l’avertissement. Par contre, ce que je sais c’est, qu’à travers la poussière, j’arrive toujours à distinguer la silhouette du Furyou, sans pour autant être capable de juger de son état. Une fois le nuage retombé, je suis alors capable de voir le Furyou qui réapparait … encore une fois intact, sans aucune trace de combat. Malgré moi, je sentis un élan de colère bouiller en moi. Comment était-ce possible? Par quelle sorcellerie tenait-il encore debout, comme si rien n’était? C’était un Furyou, certes, mais même les autres Furyou qui peuplent les rumeurs du monde shinobi n’étaient pas aussi indestructibles. Cependant, je me calmai rapidement afin de garder l’esprit clair, surtout lorsque nos attaques ne semblent rien faire sur notre ennemi. L’homme prend finalement la parole, à croire que ce n’est que ce qu’il sait faire, nous rappelant son avertissement. C’est alors que je vois un liquide noirâtre bouger de lui-même et remonter le long de l’ombre pour retourner rejoindre celui qui devait sans doute être son possesseur. En même temps, une odeur métallique très familière, une odeur discernable de toutes les autres : celle du sang. Me regard suit l’ombre du Nara jusqu’à ce que je le vonie lui-même, à genoux et se tenant l’abdomen. Cela ne fait qu’attiser ma colère, voir un compatriote blessé me redonne une certaine vigueur, mais la suite du discours de l’homme invisible me convainc de rester là où je suis. Au moindre faux mouvement, j’avais des chances de me retrouver avec cette substance noire sur moi aussi vite qu’elle l’avait fait avec Natsuki-san.

Restant donc sur place, n’osant pas bouger, j’attendais la suite du combat, bien que l’issue ne soit pas un grand mystère. Peu importe ce que nous faisions, rien ne semblait toucher le Furyou. À moins d’un miracle, nous courrions directement vers notre défaite, voire notre perte. C’était bien sûr sans connaître les véritables motifs du borgne puisque ce dernier s’empressa de continua en nous recommandant fortement de quitter les lieux tout en nous révélant ses objectifs. De un, comme nous nous en doutions, il était à la recherche du sceau qui retenait le Furyou qui a possédé Gogyou Makka et de deux tout ceci n’était qu’une démonstration de leur supériorité. Alors même après tout ça, nous n’avons que gratté la surface de tout son pouvoir. La nonchalance et la simplicité avec laquelle il nous regarde de haut m’horripile et me donne qu’encore plus le goût de le faire taire, mais je pertinemment que c’est tout simplement impossible. Je n’ai même pas réussi à lui faire une égratignure, comment pourrais-je essayer de le faire taire?

Le premier à quitter le terrain est Natsuki-san. Quittant à l’aide d’une armée de clones venu à sa rescousse – il en avait grand besoin, lui qui avait le plus durement touché pour ne pas dire le seul – qui le transportèrent par les airs. Fidèle à sa parole, le Furyou regarda simplement le Jônin quitté le terrain, nous laissant l’Hyûga, un clone que Natsuki-san a laissé avec nous, Aka et moi avec l’homme. Évidemment, nous ne tarderions pas non plus à quitter les lieux puisque nous n’avions de toute évidence pas d’autre choix que la fuite. *Une autre fois encore, je me dois de me retirer*, pensai-je amèrement, le souvenir de ma mission à Taki no Kuni me revenant subitement en tête. Là-bas aussi, j’avais été forcé de m’incliner devant mes adversaires et de fuir avant que la situation n’empire pour moi. Cette fois-ci, cependant, j’avais l’impression que la situation était légèrement différente. En effet, non seulement j’étais cette fois-ci du côté plus nombreux, mais l’ennemi contre lequel nous étions était tout simplement d’un autre calibre. Après quelques mots auxquels j’hochai la tête, Hyûga-san disparut lui aussi du combat d’un shunshin qui le ramènerait sans doute au quartier général des forces shinobis. Quant à moi, sans rien rajouter de plus puisqu’il n’y avait de toute façon rien d’autre à dire, je quittai à mon tour la zone de combat en compagnie de mon ninken, ne voulant pas rester une seconde de plus que ce qui était nécessaire seul en compagnie de l’homme invisible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Groupe #1 : Message pourtant entendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #4 : Destruction-