N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Groupe #2 : La rage de combattre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1432
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Groupe #2 : La rage de combattre Mar 8 Avr 2014 - 21:12

L'ÂGE DES FURYOU
ACTE IV
« Jamais ils ne seront attendus à une telle punition, et c'est pour ça qu'elle prendra tout son sens. »
─ Sa Majesté parlant à ses Furyou
CONTEXTE
    Un des camps fortifiés créés par les manieurs de Dôton et les Hayashi. Mais celui-là est particulier de par sa garde : l'Hokage et le Furyou qu'il a fait captif. D'autres shinobis ont été envoyés au combat, mais il semble très clair que la bataille ne tourne pas à leur avantage. Quelqu'un va-t-il venir ici ? C'est possible, et c'est d'ailleurs ce qui arriva. Deux silhouettes, une connue de certains villages shinobis et envoyée par Kyoshi Rei et une autre qui ne dégage aucun chakra...

RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le Maître du Jeu viendra poster pour vous laisser une seule et unique fois 12h supplémentaires. Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il le demande dans le Bureau de SNH.
    Ø Le premier tour est un tour d'introduction, vous devez décrire tout ce qu'il s'est passé jusqu'à maintenant. Pas de technique donc.
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

ORDRE DE POST
    Raj
    Myakudou On'
    Meteora
    Oterashi Yanosa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 15
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mer 9 Avr 2014 - 19:52

Où étaient-ils ? Où étaient-ils ? Où étaient-ils ?!
Depuis le début des hostilités, l’un des Furyou n’avait eu de cesse que de chercher les sources de chakra les plus intéressantes. Et pour lui, ce qui l’intéressait était forcément la force. Les chakras puissants, il y en avait quelques-uns. Les Kages, des shinobis de valeur, mais eux n’étaient rien à côté de ce qu’il venait de trouver. Du chakra mélangé à quelque-chose qu’il connaissait. Une énergie noire. Un Furyou.

Il courait, tuant les shinobis qui trouvèrent sans doute héroïques le fait de s’opposer à lui. Lui pensa à chaque fois que ce fut idiot. Les combats, il adorait ça, mais seulement quand ils étaient intéressants. Et pour qu’ils soient intéressants, il suffisait d’une seule condition…

Devant le camp fortifié, deux personnes qu’il reconnut immédiatement. Il apparut d’un bond, qui écrasa le sol sous ses pieds. Une faible preuve de son pouvoir. Ses deux mains avaient porté quatre corps de shinobis, tous ensanglantés et sans vie. Quatre ninjas qui crurent possible d’arrêter Raj.
    Yo ! Si toi tu es Meteora, alors toi tu dois être le Hokage, n’est-ce pas ?
Il lâcha les corps au sol. Un des bandeaux rebondit un peu plus loin. Dans la plaque métallisée était gravée une feuille.
    C’est comme ça qu’ils t’ont appelé, avant que je ne leur écrase la gorge.
Un chef de village et un ancien Furyou. Il y avait aussi une troisième présence, vers qui Raj se tourna. Il esquissa un sourire qui s’élargit à mesure que ses palpitations augmentèrent.
    Je vous conseille de me combattre à trois, vous gagnerez sans doute quelques secondes comme ça.
Raj, comme les autres Furyou, ne dégageait aucune forme de chakra. Mais pourtant, son corps tout entier souffla une énergie incroyable, hors-norme. Et le sol sous ses pieds se fissura d’autant plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Jeu 10 Avr 2014 - 5:57

Tout cette opération respirait la précipitation, l'improvisation.
Onpu s'était toujours considéré comme un bon improvisateur, mais c'était plus difficile quand le monde entier le regardait. Il était allergique à l'enjeu, et c'était pour cette raison qu'il avait longtemps refusé d'envisager le poste d'Hokage. Depuis qu'il l'assurait les ennuis s'empilaient, chacun prenant des proportions plus larges. C'était comme un cancer.

Meteora était là, à portée de bras. Son sceau bloqueur de chakra était actif, mais il suffisait d'un demi-mudra à Onpu pour le relâcher, et c'était au programme. Pour le meilleur et pour le pire.

Peut-être l'avait-il emmené pour simplement ne pas le laisser entre les mains de n'importe qui d'autre à Konoha pendant cette situation instable, et respecter le précepte ancestral de garder les plus grandes menaces proches de soi. Peut-être voulait-il simplement voir ce qu'il se passait si un démon de son espèce lui affrontait une aberration comme ce « messager » apparu à Suna, dont savait avoir à peine entrevu le potentiel. Quoi de plus plaisant que de mettre deux bêtes sauvages dans la même cage et de les voir s'entre-déchirer.

Un trio de Hyô avait été mobilisé pour veiller à l'activité du sceau et lui en apposer d'autres le temps du déplacement, pour lui imposer sa coopération. Un caprice d'Hokage, sans doute. En contrepartie, il lui avait fait reforger son masque, et la cape du Furyou était comme neuve. Les artisans n'avaient pas travaillé de gaieté de cœur, Onpu avait du les payer cher.

La pluie rabattait ses cheveux devant ses yeux ; sa vue réduite, il écoutait avec plus d'attention les environs, et le spectacle sonore lui glaçait le sang. Il aurait voulu voler à l'aide des shinobis dont il entendait les hurlements d'agonie, mais sa position était près du fort.

Le sang continua à gicler, jusqu'à ce qu'il distingue la silhouette du meurtrier à travers sa frange.

- Oublie donc Celui-Qui-Sait pendant un instant, frère, lança-t-il à Meteora d'un ton distrait. Celui-ci est ton rival. Choisis-lui le nom qu'il te plaira.

Il fit quelques pas en avant.

- C'est bien nous, cria-t-il à l'ennemi.

Alors que celui-ci balançait des corps devant lui comme pour imposer son autorité, Onpu se surprit à apprécier l'harmonie de son visage, et même à l'imaginer séparé du corps. Il se battrait pour voir ça, il était prêt à se mettre en quatre pour donner à Tsura l'occasion d'exercer son art sur cet homme.

Pas de chakra, accessoirement. Comme le messager. Comme prévu. C'eût été bien trop facile, sinon.

Un autre Nukenin se profilait, plus conventionnel. Il correspondait vaguement à un portrait que lui avait Natsuki d'un puissant Nukenin qu'il avait affronté pendant la guerre, sa tête était dans le bingo book collectif.
L'assassin l'avait d'ores et déjà déclaré comme allié d'Onpu et de Kenji, puisqu'il leur suggérait de le prendre à trois contre un.
Il ne verrait pas d'inconvénient à ce qu'un cinquième invité surprise se joigne à la fête. On' se mordit le pouce jusqu'au sang.

La mission était déjà un échec : que les assaillants mettent la main ou pas sur le parchemin, sa défense était un désastre. Le paysage était ravagé, d'innombrables vies s'étaient éteintes en quelques quarts d'heures.
Ne pas chercher de sens, ne pas voir trop loin. Rester dans l'instant présent, rester fidèle à son intuition.
Survivre.


De l'autre main, il forma un demi-sceau. Le chakra de Meteora était de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Dim 13 Avr 2014 - 6:26

Meteora rongea son frein longuement, comment dire autrement. Passer des mois dans un village à exister – car ce n’était certainement pas une façon de vivre – dans l’attente d’un pacte qui manifesterait ne serait jamais complété. Au lieu de ça, on allait le chercher dans la rue et on le ramenait à Celui-Qui-Joue. Mais le blond n’était pas resté longtemps réticent en voyant son visage sur le bureau de l’Hokage, à côté de sa peau et ses mains. Le reste était de la brume. Un long voyage de silence et d’anticipation. La liberté d’être à nouveau dans une portion plus vaste de son territoire de chasse. Enfin, une demi-liberté. Fuir était tentant. Il lui suffirait d’attendre qu’un chuunin passe dans le coin et… Mais il s’agissait de son frère de chasse. Pas qu’il ait quoi que ce soit à lui rendre, simplement que dans le moment actuel, fuir le luthier était humainement impossible sans chakra.

Le masque le fit frissonner en retrouvant son visage, son corps trembla dans l’emprise de l’obscurité de ses tissus. Ce monde le remettait enfin en chemin.

La brume et les voix s’installèrent dans sa tête alors que le paysage se dégradait sous la dévastation d’une action conjointe qui échouait, terrassée par une force d’un tout autre niveau. À vrai dire, le prédateur ne faisait que réfléchir à ses priorités. La voix de son frère le fit relever la tête. On y était. Tellement de vide… La bête observa la scène. La destruction, la mort. Les corps roulèrent devant lui. Regard pour le luthier, puis le blond inspecta ses griffes. Il sentit le chakra passer dans son épaule et ses bras en faisant éclater une demi-douzaine de sceaux. La puissance afflua dans ses veines et la bête gronda faiblement. Pas juste l’énergie, mais la colère, la rancune et la rage aussi. Les trois yeux verts regardèrent encore le luthier. Un furyou allait toujours dans une direction. La sienne.

« Hmm ? »

Cette sensation. Son attention revint sur le porteur de cadavres. Un voleur de vie. Des vies qui appartiennent avant tout à Meteora. Mais le prédateur était confus ; hormis ses yeux, il n’aurait pu prouver l’existence de cet homme. Après des mois sans usage, son chakra était peut-être déséquilibré… Peu importe. Meteora ne voulait pas savoir ; il voulait du sang, et vite.

« Je vais tuer cet homme… Mais ensuite je m’occuperai de prendre ta vie, Celui-Qui-Joue. »

Un clic et les griffes se déployèrent, couteaux gris et verdâtres. Le prédateur était de retour. Les choses rentraient enfin dans l’ordre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2006
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Dim 13 Avr 2014 - 11:49

A peine avait-il fini par conclure cette forme d'accord à haut risque et très alambiqué avec l'homme au masque que le voilà déjà qui pouvait profiter de son réseau, de ses capacités à collecter de l'information, en bref, de puiser dans l'une des seules ressources qu'il ne possédait pas lui-même. Bien entendu, cette « coopération » n'avait rien d'innocente et ses deux acteurs n'étaient pas plus naïfs l'un que l'autre, cela Yanosa avait pu en attester après avoir mis la constitution de l'ancienne Ombre à l'épreuve. Aussi, le jashiniste doutait que l'homme masqué lui ait transmis ces dernières informations par hasard... L'emplacement d'un camp fortifié, loin au nord-ouest sur les terres de Tsuchi, où la présence d'un Kage était selon lui assurée. En l'état, un appât suffisant pour que le Nukenin plonge la tête la première dans un piège qui pourrait lui être tendu, mais il se faisait suffisamment confiance pour se savoir apte à déjouer une telle manœuvre quelle que soit la forme qu'elle puisse prendre.

Ce qui, en revanche, avait depuis plusieurs jours véritablement mis le ciboulot de Yanosa en ébullition, c'étaient ces autres informations, transmises deux semaines plus tôt par l'homme au masque. Le sommet des Kage, cette intervention inopinée et théâtrale d'une entité qui avait apparemment échappé à toute forme de détection et cet ultimatum lancé aux grandes nations et plus encore, cette simple et unique exigence... La démobilisation de toute protection organisée autours du sceau qui retenait Makka. Ces nouvelles mêlées eurent plusieurs effets bien distincts sur le jashiniste. D'abord, il replongea dans ses souvenirs plusieurs années en arrière, lorsqu'il avait plus par dépit qu'autre chose accepté de prêter sa lame aux partisans de la torche humaine. A cette époque, sa rancoeur prenait encore le pas sur sa dévotion et ses calculs guerriers, et lorsque les combats avaient cessé, Yanosa était certain d'avoir capté cette rumeur, ce murmure qui s'était propagé entre tous les vrais partisans pour finalement parvenir jusqu'à lui. Makka, malgré la rage furieuse et cette énergie surnaturelle qui l'habitait selon ses plus proches généraux de l'époque, avait été vaincue. Pas scellée, vaincue. Pour le guerrier rouge, c'était une nuance tout à fait primordiale.

Car on ne scellait pas ce qui pouvait être tué : le monde des shinobis était ainsi fait que le moindre risque qui pouvait être écarté définitivement était aussitôt supprimé. Si les grandes nations, il y a presque quatre ans, avaient pu se débarrasser de Makka, elles l'auraient fait sans hésiter. Yanosa s'était alors mis à rassembler les signes, allant de conclusion en hypothèses jusqu'à finalement rendre grâce à Jashin dans un élan de ferveur rare d'intensité. Oui, le Dieu Destructeur avait fomenté tout cela, il n'y avait aucun doute. L'agitation qui habitait depuis peu les quatre grandes nations ne devait décidément rien au hasard et il était probable, quelle que soit leur nature, que d'autres entités semblables à Makka -ou tout du moins à ce qui la possédait- étaient entré en jeu. Une armée d'archanges immortels, indétectables et possédant leurs propres exigences ? Rien de tel pour ébranler les fondations de ce monde pourri de l'intérieur...

C'est donc à la fois dans l'espoir d'entrer en contact avec ces entités -eussent-elles la moindre volonté d'établir un dialogue avec un humain- et dans la perspective fort réjouissante d'abattre une Ombre dans l'opération que Yanosa fila à toute allure vers le nord-ouest et le Pays de la Terre. La pluie battante détrempant intégralement son par-dessus en toile grisâtre, le jashiniste eut tôt fait de rabattre son capuchon vers l'arrière avant d'arriver sur les lieux. La place forte, impressionnante, était bien en vue, mais une entité toute proche demeurait à l'extérieur de ses murs mêlant arts de Dôton et du Mokuton. Une barrière qui ne pouvait être que d'origine Konohajin... La zone autours de l'entité était entièrement plane et dégagée pour simplifier la défense de la place, une logique et un pragmatisme imparables qui obligeait le Nukenin à s'approcher de façon très directe... Comme il en avait l'habitude, en somme. Marchant simplement hors des bois éparses pour s'approcher du gardien par la droite, il s'aperçut bien vite que, pour une raison ou pour une autre, ses capacités de perception lui avaient fait défaut : ce n'était pas un, mais deux hommes qui se tenaient là, côte à côte.

Désarçonné une première fois, Yanosa n'eut pas le temps de se remettre qu'aussitôt, une onde de choc sur sa gauche, légèrement derrière lui, le tirait de ses réflexions. Un troisième homme, qu'il n'avait pas senti approcher et qui échappait à tous ses sens, quatre cadavres sur les épaules et affublé d'un faciès aquilin presque sournois, venait d'entrer en scène en pliant le sol à son arrivée. Aucun chakra, aucune... chair que le jashiniste ait pu percevoir. Cet homme était transparent, totalement transparent. Ce qui n'était pas le cas de l'autre... Là, posté au côté d'un jeune shinobi qui avait l'air d'avoir vu passer déjà trop de conflits, dont certains avaient laissé des traces biens visibles, cet homme masqué -encore un- ne dégageait aucune énergie mais demeurait un être humain. Yanosa le sentait dans ses os, dans sa chair. Sous cette pluie agressive au possible, les pensées et les questionnements qui virevoltaient en tout sens dans son crâne ne trouveraient certainement pas le repos avant un moment. Mais de menus éclaircissements étaient en passe de lui être apportés.

L'entité, qui ne pouvait être que l'un des archanges déployé par cette fantastique armée, semblait en effet mieux informée que le jashiniste : le jeune homme posté là, il s'agissait en réalité de l'Hokage, rien que ça. Tel un plat servi sur un plateau d'argent au guerrier rouge qui, à vrai dire, n'en aurait pas demandé tant. Le deuxième homme, en revanche, apprendre son nom ne lui fut d'absolument aucune utilité pour comprendre qui il était, et encore mieux, ce qu'il était. Enfin, la tirade de l'entité toucha à sa fin avec un épilogue plutôt surprenant... Lui, Yanosa Oterashi, combattre aux côtés de shinobis de la Feuille ? De shinobis tout court ? Contre ce qui était probablement l'une des créatures les plus fascinantes et les plus puissantes qu'il lui avait été permis de rencontrer ? La chose avait de quoi faire sourire, et pourtant pourquoi pas... Alors qu'il se demandait de l'aile ou de la cuisse quelle partie du plat il allait vouloir privilégier, le Nukenin fut cependant une nouvelle fois interpellé : un simple mudra d'une main de la part de l'Ombre de Konoha, et voilà que ses sens s'affolaient, un chakra d'une puissance presque surnaturelle se déployant... dans le corps de l'homme masqué, dont les yeux crépitèrent d'une lueur verte presque mécanique.

Yanosa ne savait pas vers quoi Rei l'avait envoyé, ou s'il avait lui-même pu anticiper qu'un tel rassemblement de bizarreries aurait pu se faire autours de ce camp, mais l'aurait-il su sans l'avertir que cela n'aurait rien changé à ce qu'éprouvait le jashiniste à cet instant : une excitation tout simplement hors norme, contenue derrière son faciès à demi souriant et ce corps encore enveloppé du drapé grisâtre qu'il portait. L'archange, l'Hokage et son acolyte, lui... ils formaient un triangle presque parfaitement isocèle à présent. Dégageant ses épaules du drapé en le repoussant en arrière, envoyant le tissu se noyer dans le sol battu et rebattu par la pluie et exposant son torse aux intempéries, Yanosa s'accroupit sans relâcher son attention, empoignant un morceau de terre détrempée pour le faire danser entre ses doigts avant de le renvoyer au sol. Il se releva ensuite, faisant osciller son regard entre les deux forces en présence, l'acolyte au masque proférant dans le même temps des menaces à l'encontre de... Qui ? Cela pouvait n'avoir aucune importance, mais le guerrier rouge formula alors l'hypothèse qu'il pouvait s'agir non pas d'une triangulaire, mais plutôt d'une mêlée générale dont le gagnant n'aurait pas pu être désigné d'avance.

« Que d'animosité... Je m'attendais à quelque chose d'un peu plus intimiste ! Mais on s'en accommodera très bien.... n'est-ce pas ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 15
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Dim 13 Avr 2014 - 17:00

Le Hokage et le Furyou ensemble. N’importe qui aurait pu se poser bien des questions à propos de cette collaboration. Comment un Furyou de première génération aurait pu se retrouver à tolérer la présence d’un homme à ses côtés. Il semblait même que c’était lui qui gouvernait la bête. Raj, lui, n’y avait pas fait attention. Il ne voulait qu’une chose. Le combat.

L’énergie qui se dégagea du monstre au fur et à mesure que l’Hokage sembla lui appliquer quelque-chose fit apparaître un rictus imposant sur le visage du fou allié. Du sang, du sang, du sang ! C’en était trop, il ne pouvait plus se contenir. Ses yeux se portèrent sur son bras droit, dont la peau très claire commença à frissonner. Sa main droite s’assombrit, jusqu’à devenir entièrement noire.

C'est à ce moment-là qu'il hésita, quant à sa première cible. Il y avait ce troisième acteur, qui venait d'entrer en jeu. Il semblait se croire plus malin que les autres, ou se sentir alaise face à la situation. Mais est-ce que ce n'était pas une astuce ? Raj n'aimait pas la réflexion. Et sa Majesté aimerait probablement que les assauts soient concentrés du moins au début sur les cibles capables de faire comprendre aux shinobis leurs erreurs...
    Allez…
Il fit craquer sa nuque, et regarda sa main noire trembler à mesure que son sourire carnassier s’élargissait. La folie s’emparait totalement de lui. Une folie qualifiée par la nature humaine mais qui était, pour un Furyou comme lui, de la pure raison.
    … c’est parti !!
Il bondit, explosant le sol derrière lui. Il n’avait qu’une cible pour ce premier assaut dévastateur : l’Hokage. Tout simplement parce que malgré sa rage, le Furyou savait que le plus « shinobi » d’entre ses trois adversaires n’était autre que le chef d’un des villages cachés. C’était donc lui la cible.

Il avait foncé de manière régulière, rapide et en ligne droite sur l’homme. Un coup d’une violence incroyable, que Raj asséna sans avoir lui-même le temps de voir s’il avait fait mouche. Une chose était sûre. Il en voulait déjà plus. Tellement plus !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mar 15 Avr 2014 - 6:31

On' regretta son geste pendant un instant, quand il entendit le hurlement de Tsura. Pas longtemps, cela dit : l'ennemi contre qui il venait de le lâcher lui donnait l'étrange impression que le premier objectif de Kenji était à des années lumières, même dans l'hypothèse où ils seraient trois pour terrasser ce psychopathe au chakra invisible.

Ce n'était d'ailleurs ni du chakra, ni invisible : c'était noir. Son bras était comme possédé.

On' n'eut pas l'occasion d'invoquer Rone, ni Monad. L'ennemi l'avait choisi pour cible, et le chargeait avec des allures d'étoile filante, noire comme le corbeau, fusant à travers le gris du ciel et de la terre en ne laissant derrière elle qu'une traînée de chair saignante.

Il eut toutefois le temps de relever sa manche et de libérer le sceau sur son épaule ; sa basse lui apparut à la main gauche . Il l'attrapait par le manche, tandis que l'ennemi s'approchait à une vitesse folle. L'Hokage l'attendit de pied ferme, jusqu'au dernier instant.
Une dizaine de mètres les séparaient lorsqu'il expulsa une salve d'onde depuis son flanc, le propulsant sur le côté dans une pirouette parfaitement contrôlée. Sa basse tournait avec lui, le corps de l'instrument dansant dans l'air : il était déjà gorgé de chakra.

En tournoyant ainsi, Onpu s'était placé hors de la portée du bras de l'individu, mais celui-ci était encore à la portée de sa basse. Il le frappa, visant la tête.


L'espace d'une seconde, l'onde qui se dégagea de l'impact secoua la terre, fit trembler le fort et vibrer les os des macchabées, répandant dans tout le périmètre la musique puissante du luthier : un simple Mi, amplifié à un point qui dépassait l'entendement. La pluie s'écartait sur le passage de la note. On' lui-même fut soufflé par son énergie, malgré le contrôle qu'il opérait sur sa propre technique. Il s'en tira toutefois sans dégât, contrairement à sa cible.

Il avait axé sa frappe de façon à envoyer l'ennemi valser tout droit vers Meteora , pour le lui servir sur un plateau. Restait à espérer qu'il saurait le réceptionner malgré la vitesse irréelle avec laquelle il le lui avait envoyé, et surtout que son visage serait encore suffisamment en état pour lui plaire.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mer 16 Avr 2014 - 4:12

Spoiler:
 

Le masque se pencha en observant la scène, plus particulièrement ce nouvel adversaire. Quelque chose… Quelque chose était différent. Meteora se sentait étrangement près de cet être. Lorsque la main de l’humain pâle se mit à s’assombrir pour devenir complètement noire, les trois yeux du prédateur brillèrent d’un vert sombre pendant un instant. La nature de cette énergie ne lui était pas inconnue, mais sa présence ici était une curiosité qui le captivait. Un autre tour de son frère de chasse ? Le regard sur son propre visage défiguré, ruiné, en disait long. Un adversaire, vraiment ? Le chasseur ondula sur place. Pourquoi était-il encore là ? Profiter de l’occupation de Myakudou On’ serait si facile… Le luthier était sans doute plus puissant qu’avant, mais Celui-Qui-Chasse ne serait pas trompé deux fois. Seulement…

Seulement, cet humain était un danger. Cet humain pouvait tuer Celui-Qui-Joue avant Meteora. Et cela était inacceptable. La vie de l’Hokage lui appartenait, comme toutes les autres d’ailleurs. La charge de la proie fut d’une vitesse étonnante, et Meteora ne put que respirer l’énergie libérée dans l’air. Ces particules noires… Leur nature était si familière. Peut-être qu’en les observant encore un peu… Puis sa vision fut légèrement secouée par des ondes sonores d’une concentration commune à un seul être. Le prédateur sortit de sa rêverie alors que la basse frappait vers lui. Le luthier attendait de lui quelque chose. Sensation immonde. Les loups chassaient en meute. Mais une meute a un alpha.

Qui était l’alpha ici ?

Les millisecondes passaient rapidement, et les voix dans sa tête cherchaient un consensus. Il n’existait pas de cohabitation dans la nature, pas chez les prédateurs. Quelqu’un devait mener, régner. Ils étaient frères, les propres mots de la bête. Mais il réalisait que ces mots étaient plus vides de sens que lorsqu’ils avaient franchis ses crocs. Une erreur due à l’humanité du langage. La voix dénaturait la créature ! Aider Myakudou On’, c’était le servir. Ne pas l’aider, c’était le voir périr à des griffes qui n’étaient pas les siennes. Et hésiter, cela était réservé à l’herbivore… Pourquoi cette reluctance. Les trois yeux brillèrent. Cette énergie… C’était la réponse. Il n’était pas là la question de sauver un frère…

Mais bien celle d’en tuer un.

Les muscles de la bête se crispèrent puis il planta sa griffe dans le sol en propulsant sa propre énergie. Les mois d’inactivités n’avaient rien changé au final, car le corps d’un furyou de synthèse n’a rien de commun à celui d’un humain ; le sceau du clan Kadoria s’imbriqua dans le sol et éclata en créant un champ gravitationnel. Peu importait que le luthier ait ou non atteint sa cible ; l’humain à la main noire serait attiré vers le sceau. Déjà le sol se fragmentait autour du sceau pour s’écraser contre lui-même. Meteora fit un bond en arrière en croisant ses griffes. Les trois yeux devinrent brillants et de ses manches s’extirpèrent des orbes d’un vert foncé qui allèrent pilonner violemment la zone touchée par le sceau d’attraction. Peu importait si elle touchait leur cible… Le sceau allait tout emmener au même endroit. Une combinaison digne…

D’un furyou.

Les trois yeux se tournèrent vers le luthier. Bien assez tôt aurait-il réalisé sa vraie situation…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2006
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mer 16 Avr 2014 - 15:09

Dans cette scène improbable, où guerriers de l'ombre et du surnaturel se mêlaient pour former un tout chaotique prêt à exploser, Yanosa se dit qu'il ne manquait plus qu'une chose à ce rassemblement loin d'être fortuit mais ô combien imprévisible : un metteur en scène. Un chef d'orchestre qui, de son pupitre, pourrait agencer au mieux les différents éléments à sa disposition pour en tirer le meilleur et satisfaire un publique fantomatique, imaginaire. A vrai dire, seuls les dieux, et à plus forte raison Jashin, pourraient certainement être témoin de la bataille qui allait s'engager. Une bataille qui n'allait pas tarder à éclater ouvertement, à en juger par les légères mais très perceptibles palpitations qui commençaient à agiter le corps de l'archange. Son avant-bras, qu'il tenait devant lui comme un témoin dont il serait garant, devenait peu à peu aussi noir que le pétrole, une transformation qui n'avait rien de commun et dont Yanosa ignorait les effets : il n'y avait à priori aucune raison pour que les pulsions belliqueuses de cet être tout droit venu des cieux soient dirigées contre lui, mais mieux valait rester prudent.

Sentant son chakra se déverser dans son cortex de façon presque spontanée pour déverrouiller la première Porte, le Nukenin se demanda comment aborder au mieux la situation... Aller chercher l'Ombre de la Feuille au contact était la plus sûre façon de s'assurer que sa mort soit aussi violente et rapide que possible, mais il y avait cet acolyte masqué, tout drapé de noir duquel résonnait une onde d'énergie tout à fait singulière, presque aussi surnaturelle que la non-existence de celui qui s'était présenté comme leur adversaire à tous. Les compétences de cet individu, qui se faisait appeler Meteora, de même que celles de l'Hokage ne devaient pas être sous-estimées, sous peine de subir un revers extrêmement contrariant et douloureux. L'archange avait présenté la suggestion que Yanosa se batte à leurs côtés pour augmenter leur chance.... Une opportunité en or de laisser planer un doute qui ne se dissiperait que trop tard.

Mais alors qu'il pensait à toute vitesse au meilleur moyen d'aborder la situation, Yanosa vit l'archange foncer à toute vitesse vers l'Ombre, avec une célérité somme toute assez commune, mais... Ce bras chargé d'énergie noire, cette arme qu'il s'était constitué... Le jashiniste en vint presque à espérer qu'il manque sa cible par pure pitié pour le jeune Hokage, ce qui arriva. Des ondes sonores tout à fait singulières vinrent en effet « propulser » le corps de l'Ombre sur le côté pour esquiver l'attaque, tandis qu'un instrument de musique jaillissait d'un sceau et était violemment projeté en direction de l'archange. De toute part, le son semblait se propager depuis sa source, l'Ombre de la Feuille elle-même... Se pouvait-il... qu'il manie avec autant d'adresse l'art de l'Onkyôton pour parvenir à s'en servir au corps-à-corps ? Après tout, ce ne serait pas si surprenant venant de quelqu'un qui occupait sa position... Les Kages avaient beau représenter un système rouillé et vicié, ils n'en étaient en effet pas moins de redoutables combattants. Mais ce n'était pas cette passe d'arme qui attira le plus l'attention de Yanosa sur le moment...

L'homme masqué venait en effet de prendre un léger recul, et une attraction surnaturelle commençait à déformer le terrain pour en arracher des lambeaux et les faire converger sur le même point gravitationnel. Même de là où il était, le jashiniste ressentit clairement les effets de cette attraction, qui ne pouvait avoir qu'une seule origine à sa connaissance : les compétences propres au clan Kadoria, de Kumo, dont il avait eu l'occasion de côtoyer certains membres lors de sa brève intégration au sein du village caché. Ce qui n'expliquait en rien comment un individu affilié à la Feuille pouvait détenir ces capacités hors du commun... A moins qu'il n'ait été justement envoyé par Kumo en renfort ? Non, ça ne collait pas... Ce Meteora et l'Ombre semblaient liés par autre chose qu'un simple devoir diplomatique. Yanosa, bouffi de réflexions en tout genre, n'en fut pas pour autant distrait au point de ne pas tirer parti de ce champ de gravitation créé par cet étrange guerrier masqué : luttant pour conserver ses appuis, il plaqua l'une de ses mains dans le sol meuble battu par la pluie en faisant mine de s'y accrocher tout en nimbant ses pieds d'une intense pellicule de chakra, apte à garder ses pieds en contact avec le sol. Malgré son ancrage, la puissance de l'attraction fut telle que ses appuis dérapèrent sur près de deux mètres, le plaçant dans une situation potentiellement désagréable pour ce qui allait suivre.

Sa main, dérapant sur le sol presque boueux, avait en effet pour objectif d'établir un lien avec l'un des cadavres pris par le maelström invisible, l'un de ceux-là même qui avaient été rapportés par l'archange pris dans la tourmente, et d'y instiller un petit quelque chose... Le lien promptement établi, la suite ne demanda pas plus d'énergie que de déloger une fourmi d'un bureau, Yanosa, luttant pour ne pas se faire engloutir, instillant juste la force qu'il fallait dans ce corps sans vie pour qu'il se place au cœur de ce noyau dans lequel tout semblait se mêler de façon chaotique. Créer les cellules nécessaires en un laps de temps aussi court était compliqué, mais loin d'être impossible... C'est donc chargé de spores que le cadavre en question fila droit vers l'épicentre du maelström, où filaient également une série d'orbes vertes qui semblaient tout sauf inoffensives. Yanosa ignorait de quel élément elles pouvaient bien dépendre, mais l'effet produit sur le cadavre resterait quoi qu'il en soit dévastateur... Bien assez pour en libérer les spores qu'il contenait à présent et en faire profiter tous les acteurs prenant part à ce magnifique bout de chaos apporté sur Terre... Lui y compris.

Raison pour laquelle le jashiniste se hâta de prendre une grande bouffée d'air frais, se préparant à plonger sa main dans sa sacoche dès que les perturbations auraient cessé.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 15
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Jeu 17 Avr 2014 - 12:35

Frapper, frapper et finalement… échouer. Raj n’avait pas réussi à toucher sa cible, à cause d’un petit tour de passe-passe que le Hokage avait fait. Il l’avait vu invoquer quelque-chose, un instrument, un outil humain. Etrange mais inintéressant. Quoi qu’il en ait été, il sembla que ce fut avec cela qu’il réussit à esquiver la charge pourtant rapide du Furyou, qui se serait fait un plaisir à détruire cet objet à cordes. Mais il n’avait pas eu assez de vitesse apparemment. L’esquive du shinobi avait beau avoir été d’une lâcheté sans égale, elle avait fonctionné.

Le coup de ce dernier parti alors vite, à tel point que Raj n’eut pas le loisir de toucher le chef d’un des villages shinobis avec sa main noire. Un choc violent qui l’envoya valser à un nombre incalculable de mètres. Tout en tournoyant à une vitesse impressionnante, le Furyou sentit une partie de son corps réduite en bouillie, puis soudainement attirée vers le sol.

Ses yeux restés ouverts malgré le manège qu’il subissait lui permirent devoir le Furyou masqué. Qu’avait fait Tsura ? Raj était maintenant écrasé par des objets environnants. Comme si c’en était pas assez pour lui, pensa-t-il… La fumée de l’onde de choc des techniques utilisée se fit épaisse, puis diminua en opacité…
    Putain mais c’est quoi votre délire là !
Plus la fumée disparaissait, plus le corps blessé mais toujours en un morceau du disciple de sa Majesté se dévoilait. Sa main n’était plus noire, mais derrière lui s’était creusé un fossé des plus gigantesques.
    Encore un peu et j’aurais pu brûler, vous saviez pas que la planète a un noyau ?!
Attiré et écrasé, la main noire de Raj avait été en contact avec le sol, ce qui l’avait détruit jusqu’à ce qu’il ait repris pleinement ses esprits et qu’il eut enlevé la technique de sa main. Les projectiles envoyés par Tsura avaient donc pour la plupart loupés leurs cibles mais s’étaient tout de même dirigés comme s’ils avaient été téléguidés. Une explosion de force noire avait suffit à les repousser pour la plupart. Il montra sa main droite, qui devint de nouveau noire. Ses quelques blessures semblaient se résorber à vue d’œil alors qu'il faisait quelques pas en avant.
    Tout ce que je touche est désintégré, détruit, consumé, comme si…
La vantardise de Raj fut coupée nette par une odeur étrange couplée à un sentiment aussi spécial. Il sentait que quelque-chose n’allait pas. Il y avait des bactéries qui trainaient. Une nouvelle technique ? Pourtant, elle semblait toucher tout le monde. A coup sûr, c’était ce troisième adversaire qui ne voulait apparemment pas se joindre à l’Hokage et à Tsura.
    Tu te permets d’attaquer tout le monde ? Non seulement ta technique ne marchera pas sur moi, mais en plus…
Ses deux bras se recouvrirent d’un noir dégageant une puissance phénoménale. Une nouvelle impulsion, plus rapide et plus forte que la précédente.
    Tu m’as énervé !!
Raj fonçait à présent vers ce shinobi fourbe qui n’avait apparemment pas compris les règles du jeu…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Sam 19 Avr 2014 - 0:38


Le coup de basse avait donné le ton : les techniques s'enchaînaient, chacune faisant trembler le sol avec davantage d'ampleur. L'une d'elle le troua en profondeur.

En entendant Meteora faire claquer ses friffes et son projectile fendre l'air, le luthier fit un bond en arrière et accrocha la basse à son dos avec la bandoulière pendant son acrobatie.
C'était comme si le combat contre lui au temple de Kyûbi ne s'était jamais arrêté, qu'ils s'étaient tous deux accordés une longue pause pour mieux le reprendre. Il n'était pas sa cible, mais tous étaient ciblés. Un cadavre s'anima curieusement, et se joignit au vortex.

Alors que les éléments se déchaînaient quelques dizaines de mètres devant lui, Onpu sentit ses sens dupés. Le trou monumental dans le sol crée par leur ennemi commun n'avait pas échappé à son ouïe ; il n'avait jamais rien vu ni entendu de semblable auparavant. Ce fut pourtant son nez qui l'alerta , l'odeur était nauséabonde. Le fait qu'il en soit conscient prouvait qu'il était déjà beaucoup trop tard pour réagir.

Entre deux rebonds, il joignit ses mains et expulsa de violentes ondes autour de lui pour chasser l'air et s'écarter de cette zone contaminée. Contaminé par quoi, exactement ? Tsura ? L'ennemi ? Le cadavre ? On' prit un nouvel appui sur le sol et s'envola à la verticale, propulsé par son fûton.

La toux le gagna. Ce n'était pas l'irritation due au phosphore qu'il connaissait bien, presque tous les projectiles verdâtres mitraillés par Meteora avaient terminé dans le vortex qu'il avait généré lui-même. La douleur avait quelque chose de plus organique, moins chimique que le phosphore. Alors qu'il atteignait le point culminant de son ascension, il se surprit à tousser du sang dans sa main.

Ses mudras s'enchaînèrent avant qu'il ne commence à retomber vers le sol ; Monad lui apparut, il s'aggripa sur son dos.

- Plus haut, lui ordonna-t-il.

Elle s'exécuta, et le porta une vingtaine de mètres plus près des nuages en quelques battements d'ailes.

Il fallait garder un œil sur ce qui se passait. Sur le terrain perforé. Sur l'ennemi. Sur Kenji. Sur cet inconnu roux qui, manifestement, était prêt à mourir. On' n'avait pas prévu de le sauver ; le hasard avait voulu qu'il soit la première cible du monstre aux bras noirs, mais maintenant que ce nukenin méprisable avait prit sa place, il pouvait prendre le temps d'analyser son véritable adversaire... et de mesurer si le danger qu'il représentait était suffisamment grand pour fuir sans prendre le temps de récupérer Meteora avec lui.
L'Hokage avait le pressentiment dégoûtant qu'il faudrait en arriver là bien plus tôt que prévu.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Sam 19 Avr 2014 - 16:28

Le masque était penché, comme le corps de la bête, observant le résultat de sa propre œuvre. Étrange sensation de voir l’humain sans chakra se relever. Voilà qui n’arrivait pas tous les jours. Désappointé, le prédateur cherchait toujours la source de l’étrange sensation qui le tiraillait envers ce curieux personnage. Le phosphore n’avait eu à proprement dire aucun effet sur lui, une première aussi. Habituellement, la substance infligeait au moins des brûlures résiduelles… Un potentiel de régénération était à considérer. Mais si c’était le cas, alors il était bien supérieur à celui du furyou, qui ne pouvait au final qu’éviter la mort, comme le dictait son rôle de serviteur de ce monde, de la collection… Pourquoi avait-il l’impression de connaître cet humain ?

Était-il humain ? Ses pensées furent interrompues par un toussement. Cette odeur ? Ses instincts de prédateur s’actionnèrent presque dans l’instant vu son expérience des particules dangereuses. Il plaqua sa griffe contre son torse en y formant un sceau qui se mit à briller et éclata presque instantanément, repoussant l’air et les débris ambiant. Presque immédiatement, la brûlure dans sa gorge cessa. Son masque avait aidé à empêcher de respirer peut-importe ce que c’était. Qui… ? La cible ne semblait pas de ce genre-là… Celui-Qui-Joue n’oserait jamais user d’une technique si efficace… Une question d’honneur, pauvre luthier qui se cramponne aux valeurs des humains… Il gronda. Alors c’était l’autre. De son côté, Myakudou On’ prenait les airs avec sa bestiole elle aussi esclave du frère de chasse. La bête n’avait pas besoin de jouer à ce genre de jeu.

D’ailleurs, pourquoi jouait-il tout court ? C’était le meilleur moment pour partir, pendant que On’ était loin, et le faux humain concentré sur l’autre donnait une opportunité. Alors pourquoi ? Parce que la curiosité le dévorait. Le plus grand des chasseurs connait les moindres secrets de proie. Et la nature de cet humain au bras noir restait un mystère. Il voulait savoir… Les trois yeux frotta ses griffes ensemble. Aucune raison d’aider qui que ce soit, cela dit. Celui-Qui-Joue voulait combattre l’homme, d’accord… Mais rien n’obligeait Meteora à protéger qui que ce soit.

Le chakra fila à travers son corps jusque dans le sol qui se mit à trembler en se fragmentant. Une technique que le luthier avait déjà vu plusieurs fois, en ayant même été une victime par le passé… Meteora espérait que son frère de chasse le sentirait à même ses poumons, cette brûlure chimique qui lui rappelait que sa vraie nature, celle du chasseur, submergerait sa tentative d’humanité un jour. De longues colonnes verdâtres s’extirpèrent du sol au-dessus de la zone, plus précisément au-dessus de la cible et du troisième homme, celui aux cheveux rouges, sur lequel fonçait l’ennemi de Myuakudou On’. La tempête de phosphore s’écrasa sur les deux êtres, un incendie chimique qui allait creuser le sol même.

Les trois yeux verts du Masque observèrent avec attention pendant que sa griffe apposait un autre sceau directement sur le sol.

Approche… Approche, que je vois qui tu es… Et dans ce vide qui te caractérise, je te montrerai le mien, bien plus profond…

Et meurtrier.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2006
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Sam 19 Avr 2014 - 19:19

Aussitôt la tempête passée, le jashiniste exécuta une vive pirouette en arrière en consommant une grosse partie de la réserve d'oxygène qu'il avait pu se constituer, laissant sa main inerte au fond de sa sacoche, en hésitant un moment. Il fallait décidément qu'il soit plus rigoureux avec ses préparatifs, notamment lorsqu'il se savait sur le point d'affronter une Ombre... Si il n'avait pas été en mesure de bouger à ce moment là, rester sans respirer ses propres toxines se serait vite transformé en un challenge impossible à tenir sur la longueur, les formes les plus avancées de méditation requérant de toute façon un minimum d'oxygène. Heureusement, toutefois, le calme était un temps revenu après le maelström, semblait-il, ce qui ne voulait pas pour autant dire que la bataille n'allait pas regagner en intensité dans les secondes suivantes, mais cela permit au jashiniste de ne pas se révéler davantage en replaçant sa main le long de son corps.

De retour sur pieds, Yanosa regagna le contrôle visuel de la situation, mais fut tout de suite interloqué de voir la jeune Ombre de la Feuille dans les airs, comme flottant de façon plus ou moins stable. Essayait-elle de s'enfuir, ou bien... Oui, cela devait être ça... Personne ne restait indifférent face à une telle odeur, après tout, et sentir ses narines se remplir de fragrances aussi nauséabondes poussait forcément à la méfiance la plus extrême. Dommage que la violence du composé rende ce dernier à ce point remarquable et tout à fait impropre à la discrétion... Un problème auquel il faudrait peut-être remédier à l'avenir, mais pour l'heure, le guerrier rouge devait faire un choix crucial. Il n'avait pas voulu la mêler à cette expédition punitive, de peur de dévoiler son jeu trop tôt et d'attirer trop d'attention sur le duo qu'ils formaient, pour ainsi dire, depuis quelques mois. Mais s'il voulait ne pas être venu jusqu'ici pour rien, il allait bien être obligé de faire une petite entorse à son plan initial... D'autant plus qu'il ne pourrait pas retenir son souffle éternellement.

Les yeux rivés sur la scène improbable qui se déroulait devant lui, l'archange sortant des décombres agglutinés de façon tout à fait anodine comme si rien ne s'était passé et pestant de façon incongrue, Yanosa joignit ses mains devant lui, déchargeant une vague massive de chakra et prenant garde à déplacer le lieu d'invocation pour qu'elle n'apparaisse pas aux yeux de tous. Le bois tout proche était un parfait manteau de camouflage naturel, qui ne lui prodiguerait certes qu'une protection temporaire mais suffisante pour la tâche qui allait lui incomber. La tâche en question allait d'ailleurs revêtir une importance encore plus capitale qu'il ne lui avait semblé de prime abord, le Hokage s'assurant le support d'un mammifère volant aux proportions imposantes pour l'aider à conserver et même à augmenter son altitude. Un auditeur très attentif put ainsi entendre à ce moment là , à travers la pluie battante qui enveloppait le champ de bataille d'une pellicule sonore continue, l'écho sourd d'un sarcophage qui s'ouvrait, là derrière les premiers arbres qui constituaient la mince forêt dont était sorti le jashiniste quelques minutes auparavant.

L'archange, de son côté, était en colère... Et pour une raison qui échappa au Nukenin, c'était contre lui que cette colère était dirigée, alors même que c'étaient les coups, les techniques et les ninjutsus des deux acolytes de Konoha qui forçaient à présent son corps à se recomposer tel un organisme trop parfait pour être domicilié sur Terre. Qu'importait, au fond... Aussi destructrice que sa technique pouvait être, aussi absolue que pouvait être l'emprise de ces bras noirs sur la matière, cela n'en dévierait pas pour autant Yanosa de sa course toute tracée vers l'Ombre, qui était à présent à une bonne cinquantaine de mètres du sol. Faisant mine de faire face de front à l'archange, qui entamait sa charge, le guerrier rouge garda ses mains jointes et entama la grande cataracte, faisant sauter les uns après les autres les verrous qui jalonnaient son cortex, sa colonne vertébrale et ses organes pour littéralement baigner son corps tout entier dans un afflux de chakra titanesque et bouillonnant. Ses yeux cillèrent un instant avant de se rouvrir, doté d'un éclat rougeoyant presque surnaturel.

*Kagi, c'est quand tu veux*

D'une vive impulsion des pieds, ses jambes chargées d'une énergie et d'une force nouvelles le projetèrent droit vers le ciel de façon tout à fait perpendiculaire au sol, tandis que la Porte de la Contemplation s'ouvrait grand dans l'abdomen du jashiniste dont le corps s'altérait à vu d’œil sous le coup de l'afflux très brutal de chakra qui le parcourait à présent. Des bois derrière lui jaillit alors ce qu'il attendait, la forme bleue foncée caractéristique venant lui apporter l'appui dont il avait tant besoin.

*Voilà pour toi, Yanosa*

La masse de cristal dont la noirceur se confondait avec le paysage ternit par les intempéries vint alors se placer au vol sous les pieds du jashiniste pour lui faire prendre de la hauteur à toute vitesse, ce dernier aspirant une grande bouffée d'air frais et réalisant dans le même temps à quel point il avait fait le bon choix en s'assurant le soutient de Kagi. En contrebas, c'était en effet un véritable enfer qui s'était abattu, des colonnes verdâtres sortant du sol et se rejoignant en un dôme macabre qui engloba toute la zone d'un épais nuage vert, dont Yanosa ne pouvait qu'estimer la dangerosité à la louche. Alors que la plate-forme cristalline qui le transportait droit vers l'Ombre fusait à toute allure, des volutes éparses parvinrent malgré la hauteur jusqu'aux poumons du Nukenin, lui faisant tâter un échantillon de ce à quoi il aurait goûté si il était resté au niveau du sol. Incroyablement... Définitivement... Magnifique. Il n'y avait pas de mots assez grands, assez évocateurs pour désigner ce que cette tempête verte inspirait au jashiniste, qui faillit pour un peu en perdre de vue son objectif, sa cible.

Elle était là, perchée sur sa chauve-souris, un peu de sang à la commissure des lèvres. Yanosa, tout aussi impérieux sur la masse de cristal volante, estima la distance... Il savait qu'il arrivait vite, Kagi ne faisant pas les choses à moitié et usant de son plein potentiel pour le rapprocher au plus vite de l'Ombre, mais il savait aussi que son corps pouvait, d'une impulsion, gagner une vitesse encore bien supérieure à présent. Tout était une question de timing, de patience, de finesse... Dans l'esprit de Yanosa, le temps fut un moment distordu alors qu'il emmagasinait une formidable quantité d'énergie dans son poing gauche. Puis vint l'assaut. Une impulsion d'une vivacité hors du commun et d'une brutalité qui l'était tout autant. Que l'Ombre utilise sa créature comme rempart ou choisisse de braver l'impossible, le résultat serait garanti, et ce ne serait alors plus qu'une question de temps pour que la tête emblématique du village de la feuille périsses sous ses coups. Le poing lancé ver sa cible à pleine vitesse, Yanosa affichait une détermination presque froide dans le regard qui paraissait pourtant nimbé de flammes.

Un dé était jeté.



Spoiler:
 




Dernière édition par Oterashi Yanosa le Mer 23 Avr 2014 - 0:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 15
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mar 22 Avr 2014 - 12:12

Il allait le toucher, c’était obligé ! Malgré toute sa hâte et toute sa violence, Raj vit bien que le jeune idiot tentait quelque-chose. Un objet plana au-dessus d’eux, alors que le Furyou n’était plus qu’à quelques mètres de sa cible, les deux bras près le faire disparaître. Qu’importe ce qu’il tenterait, il ne pourrait pas s’en sortir vivant. Un seul de ses doigts pouvait tout transpercer. Et à cette idée, Raj ne pouvait que jubiler.

Une jubilation attaquée mais pas éteinte lorsqu’il vit sa cible gagner en puissance et en prestance, avant de sauter vers l’objet auquel il s’accrocha. Au même instant, un tremblement de terre rappela au Furyou qu’il avait trois adversaires. Il se retourna et vit le Hokage dans le ciel, et Tsura au sol, soudainement caché par une colonne de feu d’une couleur surnaturelle.

Il ria de toutes ses forces devant un tel spectacle. Esquivant la première colonne, il en vit d’autres ravager le sol. Sa peau devenait noire, mais il n’avait pas le temps. Il savait qu’il ne pourrait pas tout esquiver. Son rire continua de se faire entendre, jusqu’à ce qu’il disparaisse dans une explosion verte. Là, son silence se fit étrange, mais logique.
    Quelle puissance vous avez, vous trois !
Avec ou sans surprise, la voix de Raj se dévoila malgré le cataclysme qui fut causé par la technique probablement utilisée par Tsura, l’un des premiers Furyou. Dans un brouillard s’estompant, il apparut, le bras droit en moins. Mais tout le reste de son corps, autrefois extrêmement pâle, était devenu entièrement noir. Même le sang qui coulait de son flanc droit était noir.
    J’adore ça !
Sans se poser la moindre question, il fonça vers Tsura. Le sol derrière lui explosa suite à l’énorme pression de son élan. A grande vitesse, Raj se préparait une nouvelle fois à détruire l’un de ses adversaires. Quant aux deux autres, ils les avaient presque oubliés. Comme à chacun de ses assauts, il n’avait plus les idées en place. La seule chose qui l’intéressait était le combat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mer 23 Avr 2014 - 23:08

- C'est donc ça, la tempête verte. Rone en parle sans arrêt en grognant dés que ton sujet est évoqué, luthier...

- Je sais. Désolé du pétrin dans lequel je vous jette à chaque fois.

- C'est bon, ça fait partie du deal,
répliqua-t-elle à contrecœur en tournoyant dans les airs sous la bourrasque.

Plus ils prenaient de l'altitude, plus la pluie semblait froide et agressive. Mais elle semblait douce et réconfortante à la vue de ce qu'il se passait en contre-bas.

Fort de son anticipation, Onpu fut satisfait de pouvoir contempler le déluge de phosphore de l'extérieur cette fois-ci. Cette technique s'était déchaîné devant lui pour la première fois le jour de l'avènement de Tsura, celui de la mort de Raiu no Kenji tel que le monde l'avait connu. Ce jour-là, un Furyou avait disparu pour en laisser s'épanouir un autre. Qu'allait-il advenir aujourd'hui ?


Monad sondait le terrain en permanence, et les échos de ses ultrasons lui renvoyèrent un terrible message : quelqu'un avait survécu dans l’œil de la tempête. Quelqu'un avec un bras en moins, et un sang étrangement poisseux. De toute sa hauteur, Onpu le vit s'extraire de l'ouragan chimique, noir comme le corbeau.

Puis une trace sonore fendit l'air à la verticale, comme un feu d'artifice.

Onpu, absorbé par cette profusion de Furyou, en avait oublié le troisième protagoniste. L'angoisse et l'excitation mêlées à la prise d'altitude lui avaient dupé sa sensorialité. Monad, elle, était aux aguets depuis le début.

-... c'est pas vrai !

- Terminus, On'.


L'animal se cambra dans les airs et se retourna de façon à faire tomber le luthier malgré lui. La fusée aux cheveux rouges l'avait pris pour proie, mais l'ouïe de l'animal lui permit d'anticiper ; pendant le début de sa chute libre, Onpu l'entendit hurler une puissante décharge fûton vers le nukenin.

Quand il se retourna, l'image de Monad et cet homme l'un contre l'autre lui arriva avant le tonnerre de leur collision. Le hurlement de la bête lui avait permis de ralentir la charge de cet assaillant roux manifestement initié aux arcanes des portes célestes, mais pas de bloquer son assaut ; celui-ci l'avait emporté, et ils fusaient tous les deux comme une comète à travers le ciel. Elle avait encaissé son poing dans le bas du torse, non sans l'accueillir en plantant ses crocs et ses griffes en lui.
L'instant d'après, elle disparut. Aspirée par le portail automatique de rappel, laissant le roux tout seul dans sa course.

- Salaud, murmura l'Hokage, plus pour lui-même que pour cette ordure Nukenin.

Il serait probablement la prochaine cible de cet homme, maintenant qu'il avait eu son alliée. Pour Onpu, il était à la fois impossible et hors de question d'en invoquer un autre ; dans tous les cas le chakra lui manquait, mais moins que le temps.

En bas, deux titans s'apprêtaient à se rentrer dedans à leur tour. Si survivre était la première priorité, ne pas relâcher son attention sur ce qui allait suivre était la seconde.

Le luthier attrapa la basse dans son dos, et la décrocha pour poser ses pieds dessus comme sur une planche, après quoi il effectua une paire de mudras pour brasser du vent et contrôler son déplacement aérien. Il profita de ce court répit que Monad lui avait offert pour s'éloigner du fou qui avait failli avoir sa peau quelques instants plus tôt, et invoquer son Kusarigama.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Ven 25 Avr 2014 - 19:01

Le masque de pencha en regardant la tempête de phosphore faire son œuvre. Jamais il ne se lasserait de voir le sol fondre sous l’action chimique du matériel, comme tout ce qui oserait faire son chemin dans cet orage divin. Et pourtant, le Furyou ne se faisait pas d’illusion. Il avait vu l’homme aux cheveux rouges sortir du nuage. Aucune raison que l’autre n’en fasse de même. Étrange combat, avec le luthier qui file dans les airs sur sa repoussante créature – tout de même supérieure aux humains en apparence- et la persistance de celui qui était censé être un allié à se retourner contre Celui-Qui-Joue. Meteora trouvait cela bien intéressant en fait, un sourire sous son masque.
 
La voix retentit dans la tempête et la tête se pencha encore davantage, fascinée. Les questions recevaient des indices et Meteora sentaient les réponses faire son chemin dans son esprit. Les voix ne cherchaient jamais longtemps, pas pour le plus grand des prédateurs. La tempête perdit de la puissance et se dispersa, laissant une poussière verdâtre sur le sol. Un paysage dont Meteora ne pouvait se passer, si ce  n’est que de la cible, toujours debout, sa peau devenue noire comme l’encre. L’un de ses bras semblait avoir été sectionné par l’action conjointe de la tempête de son action chimique et incendiaire. Quelques mots puis il fonce vers la bête. Meteora fit un bond en arrière en relâchant le sceau sous ses pieds. Le pan de sol se souleva comme porté par une main invisible et fut projeté vers l’homme noir, se fragmentant avant de se refermer sur lui comme une mâchoire…
 
Sauf que la cible s’en extirpa comme si sa peau faisait fondre la pierre, se frayant une porte à même son propre passage. L’attaque ne l’avait nullement ralenti. Le Masque se pencha. Quelle puissance… Pas d’autres ruses, malgré ses allures Meteora n’était pas un combattant de proximité. Il l’avait été, mais le corps de Celui-Qui-Fut en était incapable. L’homme à la peau noire le plaqua violemment. Le réflexe du Masque fut d’augmenter son propre poids plusieurs dizaine de fois, permettant d’arrêter son adversaire dans son élan et le repousser.
 
Parce que pour le reste, la douleur fut si vive qu’il en perdit pied et mit un genou au sol. Son manteau fumait. Le toucher réel n’avait duré qu’une fraction de seconde, mais seul le furyou en Meteora gardait son corps de devenir poussière.

« Tout  ce que tu touches… est détruit… Mais me détruire… C’est me tuer… Et cela est… »

Les trois yeux du masque s’illuminèrent un court instant.

« Impossible… Tout comme… Toi. »

Des tâches noires se mirent à apparaître dans les yeux de la bête. Pas encore, pas maintenant…

« Qui… t’a créé ? »

 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2006
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Ven 25 Avr 2014 - 20:53

La bête ailée n'avait pas tardé à réagir mais heureusement, Kagi prenait dans le même temps l'initiative qui allait permettre à son invocateur et coéquipier de ne pas tomber mollement après son assaut téméraire. La chauve-souris, alerte, avait en effet eu tôt fait de laisser son maître retrouver la direction du sol pour l'éloigner de l’impact à venir tout en projetant une onde sonore d'une densité incroyable droit devant elle. Vers Yanosa. Trop occupé dans ce laps de temps aussi resserré pour se soucier des effets de ce hurlement absolument insupportable pour l'ouïe humaine, ce dernier ne dévia pas son assaut. Il était, de toute façon, bien trop tard pour infléchir sa charge d'un centimètre. Sentant la créature ailée tout à fait prête à l'accueillir de par cette effusion sonore, le jashiniste avait tout de même pris les précautions qui s'imposaient alors que son poing s'apprêtait à plonger dans le buste de l'invocation de l'Ombre.

Son corps, déjà tendu à l'extrême et lancé comme un boulet de canon vers sa cible restante, se densifia encore davantage alors que tous les muscles qui le composaient se tordaient et se resserraient les uns aux autres pour absorber une éventuelle contre-attaque. Une contre-attaque qui, bien que brève, laissa ses marques en profondeur dans le corps du Nukenin nimbé d'une aura rougeoyante tout à fait palpable. Faisant jouer ses crocs et ses griffes acérées, la chauve-souris accueillit Yanosa à bras ouverts, non sans lâcher un râle de douleur sous l’impact terrifiant du coup de poing qui venait de la frapper. Ses griffes entaillèrent et perforèrent superficiellement les flancs du jashiniste, tandis que sa puissante machoire avait trouvé sa place dans l'épaule gauche de ce dernier, celle-là même au bout de laquelle le bras s'enfonçait presque littéralement dans son ventre. Puis un nuage de fumée prit aussitôt sa place, laissant Yanosa à son sort et propulsé vers l'avant, mais plus pour longtemps...

La gravité faisait déjà effet et le corps lourd, massif du Nukenin commençait à retomber telle la masse de muscle en activité qu'elle était. L'esprit de Yanosa se vida un moment, presque résigné, ses oreilles bourdonnant et ses sens pâtissant de la déferlante sonore qu'il avait subi une seconde plus tôt, avant que devant ses yeux tournés vers le vide n'apparaisse une nouvelle plate-forme cristalline. Il faillit pour un peu tomber dessus sans une once de contrôle mais parvint tout de même à plaquer paumes et genoux en premier rempart, retrouvant dans la seconde d'après sa pleine stature en se redressant non sans mal, récupérant du choc. Il était là, quelques mètres en contrebas, surfant pour ainsi dire sur l'instrument qui lui avait servi d'arme un peu plus tôt contre l'archange devenu fou. Le Hokage. Indemne, peut-être juste un peu esquinté de l'intérieur par les quelques spores qu'il avait pu inhalé, il semblait en pleine possession de tous ses moyens, ce qui ne pouvait pas, ou plus, être dit du Nukenin écarlate. Posté sur cette nouvelle plate-forme mobile, il put observer la première formation de cristal se rapprocher et graviter autours de lui, tel un tremplin mis à sa dispotition. Kagi avait beau ne pas être liée ni soumise à ses ordres ou sa volonté, il fallait admettre qu'elle faisait un boulot remarquable, là d'en bas. Les forces du jashiniste étaient déjà sapées, mais s'il pouvait compter sur elle pour agir de façon inspirée... Tout restait possible.

Le combat rapproché, aussi tentant qu'il soit, devenait en revanche complexe à aborder dans cette situation. L'Ombre s'était en effet adjoint l'appui d'un kusarigama, une arme redoutable lorsqu'elle était maniée par des experts, et nul doute que ce shinobi d'élite n'avait pas porté son choix sur cette arme par hasard. Il l'avait démontré plus tôt, il disposait également de très bons réflexes : Yanosa avait beau le surpasser allègrement en vitesse et en force brutes, à cette altitude, la moindre erreur et la moindre riposte qu'il ne verrait pas venir pourrait lui être fatale, surtout dans son état. Et Kagi, aussi douée qu'elle puisse être, n'était pas portée sur les miracles. Prudence était donc plus que jamais de mise... Et pourtant, le Nukenin se sentait, d'une certaine manière, d'humeur à jouer. Prenant en main le maximum de kunais que ses mains pouvaient manier avec efficacité, il joua rapidement avec en les faisant danser entre ses doigts, les marquant à tour de bras de sceaux tout en laissant le temps Kagi, là en contrebas, de comprendre par sa gestuelle quel genre d'approche il allait adopter. La plate-forme sur laquelle il se tenait et l'autre gravitaient toujours à moins de dix mètres de l'Ombre, avec un surplomb de deux mètres tout au plus.

Coupant court à la courte trêve qui s'était installée, Yanosa sauta alors vivement vers la seconde plate-forme en luttant inconsciemment contre la douleur que lui envoyaient ses blessures, envoyant dans le même temps un premier kunai tout à fait anodin vers le Hokage en faisant jouer sa musculature pour le propulser avec autant de force et de vitesse qu'il put. Kagi, maligne, avait quant à elle bien compris quel devait être son prochain mouvement. De la plate-forme d'où venait de sauter Yanosa, du cristal bleu foncé aussi tranchant et perçant qu'une arme de poing jaillit littéralement de la formation azurée en fusant également droit vers l'Ombre de la Feuille, suivit par un second projectile de même nature arrivant en décalé sur la droite, légèrement en retard.

Se réceptionnant avec aise tout en laissant quelques lampées de son sang se mêler à la pluie et au cristal, le jashiniste envoya dans la foulée trois autres kunais, d'abord deux, puis un autre légèrement en retard afin d'anticiper la réaction de sa cible. Chacun de ces kunais, en revanche, disposait d'un sceau qui en augmenterait, d'une façon ou d'une autre, le pouvoir de destruction. Restait à voir comment l'Ombre allait réagir et surtout, en quoi consisterait sa contre-attaque. C'était en fonction de cela que Yanosa choisirait son prochain mouvement... Et déciderait ainsi du sort du Hokage.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 15
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Groupe #2 : La rage de combattre Mer 4 Juin 2014 - 11:46

Il jubila, sentant que son coup avait touché sa cible. Mais que ce soit à cause du Furyou qu’il représentait, ou de l’hôte qui avait tout de même été un des dirigeants des shinobis, celui qui se faisait appeler Meteora résistait. Cependant c’était inutile, car à partir du moment où il y avait contact, c’en était terminé. Dommage, extrêmement dommage que Tsura n’eut pu tenir plus longtemps. Le combat aurait été tellement amusant si l’inverse s’était produit. Car un beau combat, c’était tout ce que Raj désirait. Chaque jour, chaque heure, chaque minute… et ce depuis son réveil.

Regardant la créature masquée tomber, il ne put s’empêcher de réduire son sourire à néant. Il était déçu. Puis il fut surpris : Tsura vivait encore. Son corps n’était pas détruit. Comment était-ce possible ? La réflexion n’était pas le point fort du combattant fou, mais il se douta que c’était la condition de Furyou qui avait permis à Meteora de s’en sortir. Même si au final, il semblait hors d’état de combattre. La déception était donc restée intacte.

Il se retourna un instant vers les deux autres combattants, qui s’arrachaient mutuellement. Drôle de shinobi que celui-là, un déserteur sans doute, qui avait donc en horreur cet Hokage aux airs si… traîtres. A partir du moment où Tsura n’était plus en jeu, le combat n’avait presque plus de sens. Ce n’était plus un affrontement pour Raj, mais un jeu d’enfants. Les mortels ne pouvaient rien. Les shinobis ne pouvaient rien. Les Furyou pouvaient tout.

La voix du Furyou premier interpella Raj, qui revint porter son regard calmé sur celui qui gisait au sol. Et c’est avec une voix toute aussi reposée qu’il lui répondit.
    Qui m’a créé ? Les mêmes que toi, Tsura.
Une gêne se fit alors sentir. Puis un appel. Sa Majesté sonnait le retour de ses troupes. Ayant encore un peu de temps devant lui, Raj aurait sans doute continué de s’amuser ici, mais le combat n’avait réellement plus aucune importance. Non seulement il n’y avait plus que des shinobis ici, mais en plus ils se combattaient eux-mêmes.

Raj disparut, regrettant par avance les futurs combats à venir, qui ne vaudraient rien à ses yeux. A moins que…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Groupe #2 : La rage de combattre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #4 : Destruction-