N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Une histoire de pari (feat Kamejiro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin rang C
Messages : 385
Rang : C

Message(#) Sujet: Une histoire de pari (feat Kamejiro) Mar 3 Juin 2014 - 19:16

Toujours à Yuki no kuni, le Suzurane à prit le temps de squatter un peu les bars du pays avant de le quitter. Il n’est pas un habitué, peut-être le reconnaîtrons grâce à ses tatouages ? Si seulement ils étaient à découvert… non, il ne connait rien ici contrairement à ce qu’il paraissait connaître devant l’autre grand sage. Peut-être que la popularité – au moins à Yuki – lui aurait valu d’éviter la situation dans laquelle il se trouve maintenant ? Assis, lui et cinq inconnus autour d’une table entrain de picoler, lui, toujours dans la soupe, et trois des inconnus jouent à un jeu très peu connu du monde shinobi, Shinzô a dû lui-même expliquer le jeu à chacun des participants avant d’y jouer : le jeu porte le nom de patchi. Pour que la partie – qui dura sûrement longtemps – n’ait pas aucune utilité, ils n’ont pas hésité à jouer de l’argent dessus.

Le rouge lance le dé, ce dernier affiche six, ce qui permet au rouge de déplacer l’un de ses pions de six cases et notamment de rejouer, il reprend le dé et le lance à nouveau, cette fois ci, il affiche un quatre… Shinzô hurle de colère, si lors de son deuxième lancer, il avait obtenu un trois, son pion aurait fait sauter celui de son adversaire. Encore pire, c’est à son adversaire de jouer et ce dernier effectue un pito à son premier lancer… son pion se nourrit donc de celui du Suzurane… sa colère augmente et augmentera tant que ce ne sera pas lui qui aura le dessus sur la partie. Il picole alors, peut-être que ça diminuera la colère…

Par habitude et réflexe, le diablotin triche. Il déplace l’un de ses pions en danger et le place en sécurité, ou fait avancer l’un de ses pions retardataire alors qu’il n’a pas le droit de toucher au jeu si ce n’est pas à lui de jouer, il est de même pour le dé. Du fait de sa tricherie en continue, Shinzô prend peu à peu le dessus sur la partie, jusqu’à écraser complètement les autres participants. Le fairplay avait prit congé le temps de ce jeu.
Soudainement, l’un des inconnus avec qui il joue le surprend entrain de tricher une première fois et lui demande s’il est autorisé de bouger le pion tel qu’il l’a fait, le diablotin lui répond négatif, il reprend ensuite qu’il est le seul à pouvoir faire cela car il contrôle les pions et non les verts, ni les rouges, ni les jaunes… foutaise, il s’agit là d’une règle que vient d’inventer Shin’ pour se justifier sur son acte de tricherie. Bien sûr, ils étaient tous bourré… à quinze heures de l’après-midi hein. Certains arrivent même à leur cinquième verre.

Les participants ne doutent de rien sur la tricherie du rouge jusqu’à ce qu’il déplace un pion qui ne l’appartient pas pendant le tour d’un autre joueur, chose interdite dans les règles du patchi et ça, le Suzurane l’avait précisé en énonçant les règles une par une avant de jouer. L’inconnu qui le remarque se met en colère très rapidement et à la minute d’après il insulte le rouge de tous les noms puis à l’aide des quatre autres inconnus assis sur la table, il balance la table sur le Suzurane. Ce dernier coupe net à la dernière minute le grand projectile en bois.

Derrière les deux bouts de tables qui se séparaient dans les airs, Shinzô aperçoit les cinq hommes, tous vénères, courir vers lui. Dû à l’effet de surprise, il se mange deux ou trois marrons. Il active ensuite sans hésitation son premier fuinjutsu propre à son clan, ce dernier augmente légèrement les capacités du tatouer, grâce à cela, il réussit amplement à battre ses adversaires malgré son infériorité numérique considérable. Le jashiniste laisse les corps inconscients des hommes qu’il venait de combattre sur le sol et prend place à une autre table, là où il désactive son fuinjutsu et tente de se calmer en fumant de sa pipe une petite gousse de marijuana. D’un signe de la main, il fait appel au barman.
Suzurane Shinzô a écrit:
Le patchi existe vraiment e_e c'est un jeu espagnol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Une histoire de pari (feat Kamejiro) Mer 11 Juin 2014 - 16:43

Mon entretien avec Shio venait de se terminer. J’étais sorti du Palais avant même de voir où je résiderais à présent. La chambre en son sein me sera dévoilée prochainement, mais actuellement j’avais une autre tâche à accomplir. Une mission que je qualifierais de diplomatique. En effet, je devais me rendre à Ki no Kuni afin de collecter différentes informations notamment celle qui expliquerait pourquoi nous ne sommes pas alliés avec lui. Les négociations ne pourront être entreprise par mes soins et c’est une joie pour moi : les négociations diplomatiques ne sont pas réellement ma tasse de thé. En revanche, les négociations musclées, ça, j’adore… Je quittai le Shozaichi en direction de Yuki dans le but de vérifier certaines choses...

Déambulant dans les rues du pays de la Neige, je visitais rapidement les lieux : depuis que je fus accepté au Shûkai, j’avais voué tout mon temps à un entrainement non-stop dans lequel les évanouissements suite à un acharnement étaient fréquents. Je m’arrêtai net devant un bar : un jeu d’argent était en train de se dérouler. Les participants ? Un jeune garçon que je n’avais vu qu’une fois, mais avec qui je n’avais pris la peine de parler et un groupe d’ivrogne. Devant la vitrine de ce commerce, j’observais la scène, le visage collé à la vitre, les mains formant un demi-cercle autour de ma tête pour bien voir le cours de la partie.

Les sourcils froncés, je voyais d’ici la triche du jeune protagoniste lorsque celui-ci bougea le pion de son adversaire sans que celui-ci ne l’ai vu. Jusque-là, j’estimais ne pas être en mesure d’intervenir : en aucun cas j’userais de mon temps pour une vulgaire tricherie dans un jeu aussi inintéressant. Mais la suite fut des plus savoureuses : l’une des personnes bourrées prit la table de son bord, et la lança en direction du gamin qui coupa celle-ci en deux avant de se prendre quelques coups dans la gueule. Retournement de situation, le groupe d’hommes ivres ramassa une sacrée rouste lorsque les esprits du môme était revenu à sa place. Un sourire sur mon visage, je savais que j’étais en mesure d’ouvrir ma gueule et de crier au scandale.

Je me retirais de la vitre, gardant un calme olympien avant de donner un coup de paume dans la porte. Elle se fracassa contre un tabouret présent derrière sur lequel un homme était assis. Celui-ci même tomba à terre tout en regardant l’hémoglobine s’agitait dans mes orbites. La scène n’avait pas calmé les clients présents : toujours ce vacarme. Des bruits de pintes qui frappèrent la table après un cul sec, des conversations toutes aussi bruyante les unes que les autres… Je me dirigeais vers les cinq individus à terre, ceux-ci me regardèrent d’un air que je ne saurais qualifier tandis qu’ils partirent tous lorsqu’un simple signe de tête de ma part l’ordonna.

Il était temps de s’occuper du gamin. Après tout, il était l’élément perturbateur de tout ce grabuge. La troupe s’était volatilisée quelques minutes après que le gamin ait fini de mettre une branlée à ses anciens adversaires me laissant la place d’agir convenablement. Je marchais d’un pas certain avant de m’asseoir tout simplement sur le rebord de la table, face au jeune qui avait appelé le barman. Aucuns mots ne furent prononcés. Je voulais voir certaines choses, notamment sa réaction lorsqu’il allait voir un personnage venir et le regarder fixement droit dans les yeux… Les autres clients proche de mon futur adversaire me regardaient étrangement, mais j’avais préalablement libéré assez de chakra pour les écraser spirituellement les empêchant de se mouvoir, mais pas assez pour que le gamin perturbateur ne puisse sentir la densité de mon énergie. Rajoutant un peu de provocation, je donnai un simple coup de menton en sa direction d’un air de dire « qu’est-ce t’as ? »…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une histoire de pari (feat Kamejiro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni-