AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Informations
Grade : Jônin
Messages : 1537
Rang : S


Message(#) Sujet: Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila) Jeu 15 Déc 2011 - 14:24

Quand Hitomi me quitta et que je me retrouvai seul avec Saki. Plusieurs choix s'envisagèrent. Mais je pris le partis de jouer le rôle du bourreau plutôt que du geôlier.
Je me rendis directement à l'endroit désigné pour le futur rendez-vous. L'entrée de la forêt de notre beau pays. Chemin très fréquenté du village. Saki étant assommé, je pouvais préparer les choses en toute tranquillité. Je l'attachais assis contre un poteau que j'avais planté sur le bord du chemin. Torse nu et dans une position très inconfortable. à mètre de là, un rocher ou je pouvais me poster à demi allongé. Nous allions attendre ensemble là trois jours. Moi le visage masqué de Seika, lui à nu devant les passants qui ne pouvaient s'empêcher de zieuter plus ou moins discrètement la situation. Son réveil fut difficile. Il mit d'abord quelque seconde à comprendre ou il se trouvait et qui il avait en face de lui. La première chose qu'il fit est de m'insulter, de me menacer et d'invoquer diverses lois pouvant lui donner des droits. Je me trouvais donc à demi allongé totalement à l'aise. Il ne pouvait pas voir mon visage de par mon masque, mais ma posture suggérait bien assez la désinvolture comme ça. Je n'allais lui répondre que pour cette première journée. Le reste du temps, il pourrait brailler autant qu'il voudrait, cela me serait égal. Mo ton allait être aussi limpide que joyeux pour le coup, m'amusant sans honte de la situation que je lui imposais.


  • -Qu'est ce qu'on fou ici ? Détache moi ! Tu n'as pas le droit de traiter les prisonniers comme ça !
    -Oui c'est vrai tu as raison. Cependant le droit je le prend. Qui osera contre-ordonner le chef de l'unité Seika hein ?
    -Espèce de taré ! j'irais me plaindre ! Tu devras en répondre !
    -Oui je suis fou. Tu es dans les mains d'un fou. Tu vas rester là, devant mon silence pendant trois jour. Torse nu sous la pluie, sans boire ni manger et supporter les regards des villageois de Konoha. Je me demande si tu vas tenir jusqu'au bout.
    -Je t'ai dis que je n'allais rien dire !
    -Hooo mais je ne vais rien demander. Juste regarder.


En réalité, je le préparais pour que mes élèves puissent l'interroger. Cette méthode était efficace et peu coûteuse. Épuiser moralement et physiquement le prisonnier pour l'obliger a parler plus promptement. La seul eau au quel il aurait droit serait celle de la pluie, juste assez pour qu'il ne meurt pas assoiffé en somme. Devoir supporter le regard fade d'un masque jours et nuit pendant trois jours. Parler dans le vide sans savoir ce qui l'attendrait ensuite. Tel était ce qui l'attendrait.
Je demeurais du début à la fin totalement immobile devant lui, le premier jour, il fit preuve d'une grande résistance, ne se plaignant pas, il s'en amusait presque et préservait cette arrogance si naturelle en lui. De temps à autre il m'adressait la parole. Sans que je ne lui réponde. Parfois pour me menacer, d'autres pour se moquer. Mais là encore je restais totalement silencieux et immobile, comme une statue. Ensuite vint le deuxième jour, il n'avait pas dormis ou très peu, moi j'y étais parvenu malgré ma posture, de toute façon il ne pouvait savoir si c'était le cas ou non. C'est ce deuxième jour que son moral se fit moins puissant. La faim commença a le tirailler, la soif aussi et trempé par la pluie et le froid de la nuit, ce petit jeu ne l'amusait plus. Des heures durant il réclama eau et nourriture en me menaçant de mourir si je n'accédais pas à sa requête. Mais je ne fis rien. Ne répondit rien. Il grelottait et ne faisait même plus attention aux passant qui regardais cela tentôt avec amusement tentôt sidéré. C'est en début de soirée, après de longues heures donc. Qu'il perdit toute combativité. Il était habitué à une vie faste, cette petite mise en scène était encore plus dur à supporter pour lui. Et moi je m'en délectais. Il l'ignorait, mais s'attaquer à l'hokage était pour moi bien plus que de s'attaquer au village. La haine qui m'habitait à son encontre aurait presque pu être plus grande que celle qui m'animait à l'encontre de Kiri. Aussi, je ne comptais faire preuve d'aucune compassion. Celui que devait m'amener Aquila et Nikkou je ne le connaissais pas. Donc je n'y pouvais rien pour celui-là. J'improviserais sur le moment. Mais ce Saki lui, commençait à être mur. Au troisième jour, il se mit à pleurer. Non de peur, non d’angoisse, c'est simplement ses nerfs qui lâchaient. Enfin... C'est bien ce que j'attendais. Il n'était que Midi à ce moment. Le reste de notre petite team n'allait surement pas tarder à arriver. Cependant mon regard était fixé sur celui de Saki. J'allais enfin rompre le silence. Le pauvre m'avait vu, manger, boire et rester impassible tout ce temps à sa personne. Je ne connaissais que peu d'homme capable de supporter ça pendant plus de deux jours...


-Pitié... Donne moi a boire. Ou tue moi. Arrête de jouer...
-Un jeu ? Si je n'étais tenu par mon rang, ce que tu devrais vivre serait encore pire que cet instant. Ton supplice va bientôt prendre fin. Du moins si tu souhaite qu'il s'arrête. Cela ne tiendra qu'a toi.
-Pourquoi tu fais ça ? Tu n'es pas humain.
-Au contraire, l'homme est l'animal le plus cruel qui soit. Le plus fourbe et le plus dangereux. Je suis l'homme par excellence.
-Tu es un démon...
-Ce sont les Shinobis, qui ont réalisés cela... C'est à eux que tu dois t'en prendre. Je ne suis que le reflet d'un passé peu glorieux.

Il était maintenant complètement épuisé. Sa tête ne se soutenait même plus à elle même. Lorsque mes élèves arriveraient ce que j'allais faire était simple. Leur laisser interroger les prisonniers et m'écarter pour observer en fumant une pipe bien mérité. Tout cela par une seule parole. "il est prêt et a vous, tirez en ce que vous pourrez".


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Re: Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila) Ven 16 Déc 2011 - 14:06

Trois jours s'écoulèrent depuis l'affrontement entre une partie de l'équipe Seishin et Saki et ses hommes de main. Hitomi, blessée, dut se séparer de Teichirô afin de penser au mieux ses blessures. A bout de forces mais avec avec la force que lui apportait sa fierté sans bornes, elle se battit comme un lion. Pour autant, ayant accomplie sa mission, elle avait pris congé. Sa santé ne lui permettait alors pas de continuer dans les meilleures conditions. En outre, elle ne servait plus à grand chose, les interrogatoires n'étant pas vraiment sa tasse de thé...et de son ressort.

Son retour au domaine familiale ne fut pas de tout repos, puisqu'elle manqua de s'évanouir sous l'orage qui balayait Konohagakure no Satô. Par ailleurs, son kimono déchirée par le Samidare, le sang et la boue tâchant l'étoffe pervenche, harassée et mouillée par l'averse qui tombait sans discontinuer, Hitomi ressemblait certainement plus à un animal sur le point de pousser son dernier soupir qu'à la fleur radieuse qu'elle était en temps normal. Et si ses pupilles indigos ne brûlaient pas de cet instinct de survie, de cette flamme vigoureuse à ne pas céder à l'épuisement, à ces crampes qui terrassaient ses membres, à ce terrible bourdonnement qui lui paralysait le cerveau, alors elle ne serait plus de ce monde. Pourtant, au lendemain du troisième jour, elle était là, debout, en chair et en os, retrouvant un semblant d'énergie et de vitalité. Car oui, la belle Hyô, la Brume Opaline, fierté du clan, était une kunoichi, du village caché de la feuille de surcroît. Personne n'abandonnait à moins d'avoir donné jusqu'au moindre battement de coeur.

Présente au point de rendez-vous en cette journée grisailleuse mais non moins chaude, et une nouvelle fois la première -c'est assez rare pour le souligner-, elle aperçut le Seika face à l'homme qui l'avait poignardée. Son sourire, solaire, disparut aussitôt. Ce dernier était ligoté sur le large tronc d'un arbre, et dénué de tissu sur un torse fin et musclé. De nombreuses gouttes d'eau perlaient le long de sa peau hâlée, ce qui aurait donné lieu à une scène d'une sensualité indéniable si le contexte n'était pas celui que vous connaissez. D'ailleurs, précisons que depuis l'incident d'il y a quelques jours, la demoiselle aux cheveux de jais éprouvait pour sa personne le mépris le plus total. A cause de cette blessure qu'il lui infligea, son corps parfait ne le serait qu'à un degré moindre, ce qui n'était pas acceptable. En effet, le verdict du médecin de la famille avait été sans appel: Une cicatrice subsisterait, quant bien même elle serait minimale. Vous comprendrez que pour notre protagoniste perfectionniste, ce n'était guère suffisant. Il était heureux qu'elle fusse cachée derrière une barrière de soie. Voilà pourquoi elle n'aimait pas se retrouver face à des armes coupantes...

Foulant le sol encore humide des dernières nuits, la demoiselle s'approchait de son professeur et chef d'équipe masqué. Egal à lui-même, il demeurait emmuré dans le silence, fixant son prisonnier sans la moindre manifestation de haine ou de mépris. Il ne salua aucunement la belle, ou plutôt le fit-il, mais si discrètement qu'elle n'en décela aucun signe. Elle, en revanche, ne dérogea pas à son savoir-vivre et à son éducation de femme du monde. Elle s'inclina auprès de Teichirô, un peu difficilement fallait-il préciser à cause de sa blessure, qui lui poignardait toujours le flanc. Elle s'en tint d'ailleurs les côtes avec une main en se relevant, ôtant au passage une belle grimace. Elle souriait brièvement à son vis-à-vis, avant de reprendre un air révolté lorsque ses yeux se déployèrent vers Saki. Preste, elle le gifla avec vigueur. Elle voulut se délester de tous ses ressentiments à son encontre, mais le simple de fait d'observer l'homme larmoyant la fit changer d'avis. La genin ne savait pas comment il s'y était pris, mais il avait dû démolir jusqu'à la moindre once de volonté. C'en était déconcertant, tant il paraissait décidé à mourir avant de parler.

Avant toute chose, elle attendit l'arrivée de ses collègues avant d'entamer un interrogatoire qui semblait pratiquement acquis. Droite comme un I, avec noblesse et élégance, Hitomi patientait. Son kimono purpurin volait à chacunes des rafales de ce vent frais venu de l'est légèrement iodé, suivant la danse de ses cheveux soyeux. Elle ne pouvait que difficilement se retenir de questionner l'homme pieds et poings liés, tant elle voulait savoir ce que justifiait l'assassinat de deux shinobis assermentés. Les plans du palais du Hokage? C'était un soucis en plus, à dire vrai. Depuis le départ, elle craignait l'idée d'un putsch. Elle n'y connaissait pas grand chose à la politique, et pour tout avouer, c'était là un sujet qui ne l'intéressait pas. C'était une femme d'action, une femme de voyage, une femme de terrain. Et, à l'évidence, savoir qui ou qui dirigeait le pays était le cadet de ses soucis, tant qu'il lui serait permis de faire ce qu'elle aime. Alors pourquoi craindre un coup d'Etat? Tout simplement parce qu'elle ne serait plus assurée de faire ce qu'elle fait.

La douce Hyô ne put attendre plus longtemps. A la question qui la taraudait, elle voulait une réponse immédiate. D'une voix cristalline et mélodieuse, elle entreprit de faire vibrer sa gorge. Telle une statue vivante, elle ne bougea pas de sa position. La geisha du pays du feu, doigts entremêlés sur le bas du ventre, elle ne posa qu'une seule et unique question. Une sorte de mise en bouche, si vous préférez...

[Hitomi] -"Vous nous attendiez, c'est une évidence. Vous avez également en votre possession des documents d'une extrême confidentialité. Vous êtes donc parfaitement au courant d'affaires qui ne devraient vous concerner en rien. Quelle en est la raison?"
[Saki] -"...de l'eau...S'il vous plait, donnez moi...de l'eau..."
[Hitomi] -"Ma question d'abord!"

Elle prenait son air outré, tout en gardant pourtant cette luminosité qui faisait d'elle une femme très gaie et très abordable, pour peu que vous ne soyez pas trop laid à ses yeux. Elle fut alors interrompue par l'arrivée des deux autres shinobis de l'équipe, qu'elle salua en d'inclinant tout en pressant contre sa blessure afin d'en appauvrir la douleur. Elle était quelque peu confuse et finalement un peu déçue, car coupée dans son élan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 598
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila) Lun 26 Déc 2011 - 15:19

Une mission rondement mené pour le moment. Nikkou et Aquila revenait au point de rendez-vous avec leur suspect dans le « cercueil » du genin. Ils n'avaient pas vraiment eu de difficulté, comparé à ce qu'ils pouvaient s'attendre. Ils avaient dû juste se faire la peau de quelques hommes de mains de bas étages. Visiblement, ils ne s'attendaient pas à recevoir de la visite de ce coin là. Ce détail faisait réfléchir le jônin.
*S'il a dit ça, c'est que nous devions tomber dans une embuscade à la base, et il n'en fut rien. Qu'est ce que cela voulait dire ? *
Alors qu'ils arrivèrent au point de rendez-vous, ils virent seulement Teichirô en compagnie d'un type attaché à un poteau. Le jeune konohajin se dit alors que l'interrogatoire pour ce type allait probablement être délicat même douloureux. Non que Nikkou pensait que son sensei était incroyablement sadique, mais étant donné qu'il mettait toujours du cœur à l'ouvrage, surtout pour les choses importantes, ce type qui devait être Saki allait passer un sale quart d'heure... Ou peut être même plus. Hitomi elle était absente. Elle avait sûrement été congédiée, car s'il lui était arrivé quelque chose, l'homme qui était au poteau serait sûrement mort.
S'occupant alors de leur interrogatoire, les deux hommes allèrent un peu à l'écart de Teichirô, histoire de ne pas le déranger. Ikari, le suspect numéro deux, n'arrêtaient pas de crier « laissez moi sortir » depuis les quartiers résidentiels. Faisant un signe à l'homme aux cheveux argentés de poser le sarcophage à terre, Nikkou en profita pour s'asseoir dessus. Baillant allègrement et sans retenu, il finit enfin par répondre à l'homme qui était en dessous.

_ Bon mon p'tit gars, on est arrivé. Tu peux arrêter de brailler, tu ne sortiras pas. A moins que tu ne consentes à nous donner les informations dont nous avons besoin. Tu sais, c'est très important.

Commençant à tapoter ses genoux, Nikkou jeta un œil à Aquila, son coéquipier avec un sourir, montrant l'amusement du jônin dans cette situation. Ils n'allaient pas avoir besoin de le violenter, non. Dans un espace aussi étroit qu'Ikari était, on pouvait vite tomber dans l'angoisse, la peur la plus profonde. Surtout quand la faim et la soif commence à dévorer quelqu'un.

_ C'est pas la peine ! Tu peux compter dessus ! Quelqu'un viendra me chercher maintenant que tes camarades sont morts !


Nikkou leva un sourcil et échangea un regard plein d'interrogation avec son collègue, qui n'en comprenait pas plus à la situation. Il y avait Teichirô là-bas, et Hitomi était probablement chez elle ou ailleurs. Il l'interrogea tout de même sur le sujet.

_ Qu'est ce que tu veux dire par là ? Je comprends pas... Quel piège ?

Le jônin faisait mine de s'inquiéter afin que ce type crache le morceau plus rapidement. Son sensei et sa coéquipière étaient-ils tombés dans un piège ? C'est que le type expliqua. Tout fut à présent très clair. C'était pour cela que cela avait été aussi facile. Aquila et lui même avaient frappé là où les ennemis ne s'y attendaient pas. Mais visiblement ce fut donc un double échec pour les agresseurs. C'est alors que Nikkou se mit à rire.

_ Ah dommage qu'ils se soient fait tuer … Je crois que personne n'ira voler à ton aide.


Baillant de nouveau, le jônin se tourna vers Aquila.

_ Bon attendons, nous on pourra boire et manger lui devra rester là, à supporter le petit espace qu'il à l'intérieur de sa petite demeure.
_ Je le savais que cette lettre était foireuse même pour une somme pareil... Et je sais même pas quel enfoiré me l'a envoyé ! Laissez moi sortir bande de brutes !

Nikkou eu soudain un déclic. Il y a quelques jours, Hitomi et lui même avaient effectué une mission pour le village concernant un incendie. Le même procédé avec une lettre non signée. Des personnes employées par la même personne et ses mêmes lettres. L'enquête par le village n'avait pas eu de suite, aucun indice ne permettait de remonter jusqu'à la tête pensante de l'opération... Cependant, une chose avait été relevée après expertise : il s'agissait de la même écriture. C'est alors qu'un frisson lui parcouru l'échine. Si ce type avait les moyens d'embaucher autant de monde, alors sur quoi allaient-ils tomber plus tard ? Des Nukenins ? Une armée de mercenaire ? Bien que l'idée la plus effrayante serait une armée de Nukenins.
Se tournant vers Aquila, troublé il lui lança :

_ Aquila je te laisse la suite, ce qu'il vient de dire est troublant, il parle d'une affaire qu'Hitomi et moi devions nous occuper et qui a été donné finalement aux instances supérieurs. Je dois aller y faire un tour.

Il s'approcha du genin et lui chuchota à l'oreille :

_ Si jamais il crache le morceau, ramène le au village. Nous savons qu'il est coupable et il doit être jugé. Je m'occupe du reste.

Nikkou s'en alla alors en direction du village. Il allait devoir retrouver cette lettre pour voir si elle correspondait aux précédentes. Cela risquait de prendre du temps mais au vu de la situation, il n'avait pas vraiment d'autres choix que de faire le plus vite possible pour que cette question ait une réponse concrète, pas seulement pour eux, mais aussi pour le bien du village.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 75

Message(#) Sujet: Re: Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila) Sam 31 Déc 2011 - 14:37

Une fois au point de rendez-vous, Aquila se délectait de voir comment Nikkou s'amuser avec le prisonnier. La moindre information pouvait être crucial pour l'accomplissement de la mission. Cependant, le genin vit que quelque chose troublait Nikkou. ce fut lorsque le prisonnier lui déclara que c'était à cause d'une lettre. A croire que la piste était encore plus sérieuse que convenu. Lorsqu'il vit Nikkou se levait et s'approcher de lui pour lui dire qu'il partait au village car il avait un doute sur une mission qu'il avait accompli avec Hitomi et que s'il venait à cracher le morceau, il fallait l'amener au village pour qu'il soit jugé de manière équitable. Aquila acquiesça par un oui de la tête et se retrouva donc seul avec son sensei, en compagnie des deux prisonniers. Le genin s'assit sur le sarcophage métallique et regardait Teichiro s'amusait avec son prisonnier, jusqu'à qu'Ikari vînt le troubler :

_ Hé! Fait chaud ici, Laisse-moi sortir, j't'en prie!

"Pas avant que tu nous es donné ce que nous voulons."

_ Mais...Mais...

"Ya pas de "mais" qui tienne."

_Ils viendront me sauver, j'en suis sûr. Je disais ça pour que vous aillez la vie sauve.

"Ha?! Parce que tu crois qu'ils vont te laisser en vie? J'ai assez informations en stock pour leur donner l'envie de te tuer avant moi, crétin!"

_C'est...c'est faux! Vous ne savez rien!"

"Que tu crois. On explore juste toutes les pistes que nous avons trouvé. Si tu coopères, on fera en sorte que ta peine soit plus...clémente. Réfléchie bien, l'ami! Vaut mieux que tu me dise tout avant que mon sensei se charge de toi. Tu verrais ce qu'il est en train de faire à ton collègue, c'est horrible. Là, il est attaché contre un arbre, et il lui a planté diverses choses incandescentes dans son corps. Ouch! Là, ça doit quand même faire mal... Hahaha!! Mon sensei est ignoble."

Oui, Aquila aimait la torture mentale. De plus, le pauvre Ikari, enfermé dans ses 1,50 mètre cube, commençait à s'imaginer toutes sortes de choses, il était remplie de sueurs froides et Aquila vit même un liquide jaunâtre sortir du sarcophage. Le faux peintre venait de se pisser dessus à force de s'imaginer les pires tortures qu'il pourrait subir.

"On dirait que le courage te fait défaut. T'es prêt à parler?"

_O...Oui...

"C'est bien, tu vois quand tu veux!" *se tourne vers Teichiro* "Sensei, il est prêt à coopérer. Si vous voulez bien l'écouter."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Informations
Grade : Jônin
Messages : 1537
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila) Lun 2 Jan 2012 - 22:50

Je m'installe sur le côté et apprécie le spectacle. Mon équipe de nouveau réunis s'occupe allègrement de l'interrogatoire. Le coup du sarcophage de Nikkou et Aquila m'avait quelque amusé. De plus, j'appris donc qu'ils n'euent aucun problème seulement parce que nous étions tous attendu au près de Saki et pas seulement deux d'entre nous. C'était bien otre veine ça... J'avais le talent pour attirer ce genre de problème. Leur mission à eux s'était donc déroulé sans encombre à l'inverse de la notre. J'en profitais pour observer silencieusement le faits et gestes. Même si pour Nikkou je savais déjà ce que je voulais savoir. Hitomi paraissait en revanche plus que désappointer. Je ne m'en amusais pas vraiment. Avoir été abîmé e l'avait sans doute pas mise de bon poil... Et ce regard nouveau ne lui allait pas vraiment...Quand à Aquila il ne faisait que s'éclater avec son prisonnier. Un esprit aussi machiavélique et tordu que le mien.. Plus je le côtoyais plus je me revoyais en lui. Ce n'était pas non plus pour me plaire.
J'en profite alors pour retirer mon masque et prendre le temps de fumer une pipe. Pendant que Hitomi s'occupe de notre prisonnier, Nikkou et Aquila eux, ont déjà plus avancer que nous. Mais étrangement ce qu'ils apprirent fit repartir Nikkou en toute hâte sans qu'il ne m'apprenne quoi que ce soit... Je reste planté là dubitatif pendant que Hitomi continue son interrogatoire et que Aquila observe en s'amusant avec sa proie.
Je n'étais pour ma part qu'interpeller par la découverte de Nikkou. Et plutôt que d'attendre son retour, j'interrompu Hitomi pour en savoir plus.
Je me dressais donc avec indolence pour m'approcher d'elle. Afin de la stopper dans son élan sans la brusquer je lui posais la main sur l'épaule et parla d'une voix neutre et basse.


  • Dis m'en plus sur cette mission que tu as faite avec Nikkou. Aquila et moi serions certainement intéressé. Ensuite je te laisserais faire ce que tu souhaites avec celui-là...


Je pointais Saki du doigt en le présentant en quelque sorte comme le cadeau pour ses informations.
L'oreille attentive j'écoutais ses explications et jaugeais en même temps celle de Aquila
.

Citation :
Très court et quasiment inutile. Mais je voulais vous laisser prendre les reine pour le moment et en apprendre plus en rp sur votre ancienne mission. En j'ai pas trop d'inspi mais il fallait pas bloquer la mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Re: Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila) Mer 4 Jan 2012 - 11:54

[Hitomi] -"Ma mission avec Nikkou?"

La belle encore endolorie par l'affrontement avec la bande de Saki laissa son esprit vagabonder dans ses propres souvenirs. La Hyô n'avait pas multiplié les missions avec son collègue, mais elle n'était pas certaine de savoir si ce qu'elle avait en tête était réellement ce que voulait savoir son chef d'équipe, ni même le rapport que pouvait entretenir l'affaire des incendies et celle dont elle était en charge actuellement.

Après une moue pensive, pendant laquelle elle posa délicatement son doigt manucuré sur le menton, elle leva ce dernier au ciel, comme si le dossier avait été retrouvé dans les méandres de son âme. Le vent d'automne soufflait, plus frais que jamais. Autant la température il y a trois jours était supportable, autant celle de cette matinée était piquante, et telle de multiples insidieuses piqûres, elle s'incrustait à l'intérieur même de son être. Le nez délicieusement aquilin de la petite Hitomi devenait de plus en plus froid, et l'ensemble de ses fibres musculaires se contractèrent en cadence afin de réchauffer ce petit corps frêle mais diaboliquement féminin. Mais finalement, le plus douloureux était ce zéphyr glacial qui s'insinuait à travers les bandages et les blessures suturées.

[Hitomi] -"Ah, oui, ma mission avec Nikkou..."

Ses yeux se nourrirent de l'attention que lui portait Teichirô et le reste de ses équipiers, arrivés un peu plus tard avec leur butin. Elle l'appréciait avec d'autant plus de bonheur que c'était inattendu. En outre, le Samidare était tellement particulier que l'avoir dans son auditoire, aussi futile et professionnel soit-ce, était un plaisir immense et indescriptible. Ainsi s'arma-t-elle d'un franc sourire et regarda-t-elle chacun de ses équipiers, sans prêter la moindre attention aux captifs.

[Hitomi] -"Eh bien disons que, pour faire court, quelqu'un ou quelque chose a commandité l'incendie d'un entrepôt Aburame pour d'obscures raisons. Nous avons appréhendé les responsables directs du délit, mais nous n'avions pas trouvé l'homme qui tirait les ficelles. Nous avions laissé ce loisir au QG. J'avoue ne pas saisir le rapport entre ce dossier-là et le notre, actuellement."
[Saki] -"Ah...ah ah...ah...Pauvre petite...shinobi sans...cervelle..."

La kunoichi de nacre troqua son sourire jovial contre un air passablement énervé lorsque Saki tentait de rire. Ses dents blanches disparurent sous les lèvres pulpeuses, et son regard semblait littéralement fusiller le prisonnier. Sa tête, qui s'était alors détourné de celles de ses collègues, aurait pu faire frémir n'importe qui la connaissant normalement. Hitomi ne goûtait guère à cette intervention, aussi misérable fusse-t-elle. Elle s'approcha du captif assoiffé et affamé, et, arrivée à quelques centimètres, elle lui décocha une gifle cinglante. Le bruit fut sourd, et résonna dans l'immensité verdâtre, rougeâtre et orange. Coïncidence ou non, quelques feuilles mortes tombèrent à côté du groupe, comme si le son avait détaché les victimes des branchages.

Sa main, témoin du crime, était douloureuse. Elle paraissait vouloir doubler de volume, et elle pouvait sentir l'afflux sanguin palpiter dans sa paume. En colère, mais mesurée dans ses propos, elle fit vibrer ses cordes vocales avec un certain calme, qui était naturellement faux. D'ailleurs, vous noterez qu'elle ne versera dans aucune sorte d'ironie. Elle sera claire et limpide, trahissant ses états d'âme.

[Hitomi] -"Qui es-tu pour m'interrompre, malotru?"

A partir de quoi rejoignit-elle le reste de la bande qu'elle avait brièvement délaissé. Il fallait à présent faire preuve de discernement et de logique. Dans son esprit, il fallait peut-être soutirer un maximum d'informations à leurs nouvelles sources, mais il fallait demeurer prudent. De fait, les deux lascars semblait protéger quelqu'un ou quelque chose, qui avait probablement un rapport avec ladite mission effectuée avec le Masao. Il fallait donc prendre avec des pincettes ce qu'ils allaient nous révéler derechef.

Se frottant la main, roussie par la claque, la demoiselle en kimono se jeta à corps perdu dans l'exercice de réflexion. Elle rechercha dans son cerveau toutes les conclusions qu'elle eut faite au sortir de la mission, qu'elles soient erronées ou pas. Chuchotant à l'attention du groupe de shinobi afin de laisser le moins de portes possibles aux prisonniers -et probablement pour ne pas être de nouveau interrompue-, elle émit plusieurs thèses susceptibles de faire l'affaire.

[Hitomi] -"Au début, j'ai pensé à un riche marchand véreux. Cela correspondait au profil du type qui sollicitait l'aide de mercenaires. Mais si effectivement nos deux affaires sont liées, alors il doit y avoir une bande. Je pense donc à un conglomérat d'Hommes d'affaires qui voudrait renverser le gouvernement. J'imagine que les clans inspirent trop de jaloux à certains gros négociants. A moins qu'il ne s'agissent de politiciens...Pour le coup, tout est permis. Il se pourraient même que ce soit les deux."

Le cas d'anarchistes souhaitant revenir à l'absence d'un village caché au sein du pays du feu avait bien traversé son esprit, mais c'était là une chose qu'elle refusait de voir. La présence de Konohagakure no Satô avait fait tellement de bien aux habitants de Hi no Kuni...Pourtant, elle avait peut-être tord d'exclure cette idée.

Quoi qu'il en fut, elle oscilla la tête afin de diriger ses deux améthystes vers le prisonnier enchaîné à un arbre. De la curiosité presque malsaine naquit à l'ombre de ses pupilles. Il possédait les clés, c'était certain. Mais comment savoir si ce qu'il dirait n'allait pas être un nouveau piège? Un groupe comme le sien devait être hyper-secret, c'était là une évidence. Teichirô et Hitomi en avait fait l'amère expérience. Une sorte de ruée vers l'information fiable allait bientôt se jouer devant vos yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Enquête et révélation [Rang S] Partie 2 (Nikkou; Hitomi, Aquila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-