N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Ignorance et colère [PV Shio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Message(#) Sujet: Ignorance et colère [PV Shio] Sam 21 Juin 2014 - 19:10

    « Peux-tu m'aider à me rendre dans mes quartiers, je n'ai plus rien à faire ici désormais. Je t'expliquerai tout sur la route, excuse-moi de ne pas t'avoir appelé plus tôt, je pensais avoir la situation en main ... Néanmoins des imprévus me pousse à rentrer au plus vite ... »

Je le regardais d’un air amusé. Il avait tout donné et le voilà, rampant comme un insecte qui implore la fuite. Etant volontaire et souhaitant le servir avant tout, je lui pris l’avant-bras et le dirigea vers mes épaules pour qu’il puisse y prendre appui. Je l’aidais à se soulever tandis que je regardais toutes les personnes de l’Alliance. Mon regard s’arrêta sur une enfant : mes sourcils se froncèrent. J’avais déjà eu l’occasion de la voir mais je ne me rappelais plus qui elle était, ni dans quelle circonstance je l’avais croisé. J’haussais les épaules avant de prendre appuie sur mes jambes tout en fléchissant légèrement.

    « Bon… Salut ! » Dis-je tout en me propulsant dans les airs accompagné de Mon Capitaine.

Sur le chemin, sautant de façade en façade, aucun mot ne sorti de ma bouche. A la fois vexé de ne pas avoir été la plus tôt, mais surtout parce que je me demandais ce qui s’était réellement passé pour que mon supérieur se retrouve dans un tel état. J’avais tant de question… Ma patience était mis à rude épreuve. Si bien que je ne pus contenir ma curiosité et je m’arrêtai dans une ruelle sombre où une tripotée de chats partirent dès que j’arrivai à terre. J’adossais Shio contre le mur avant de faire les cent pas devant lui, l’air froissé.

    « Avant de continuer, tu te doutes bien que j’aimerais avoir des explications. Tu peux parler, nous ne craignions rien ici. Nous sommes à proximité du Palais mais ma curiosité à prit le dessus. Je dois savoir ! »

Une poubelle de ville à côté de moi, je donnai un coup de pied frontal dedans la faisant rouler jusqu’à la voie piétonne où un civil passant par-là ne put l’esquiver et tomba à terre se tenant le tibia. Rapidement sa femme vint à sa rencontre et l’aida à se relever avant qu’ils ne continuent leur route. Je continuais de marcher à droite à gauche. J’avais hâte de savoir ce qu’il s’était passé. Mes nerfs lâchèrent prise tandis qu’une horde de question prirent d’assaut Mon Capitaine.

    « Qui était ces gens ? Que nous voulaient-ils ? Pourquoi étaient-ils là ? Enfin, la fille que vous avez donné au Capitaine de l’Ordre, qui était-elle et pourquoi était-elle inconsciente ? »

Je tremblais d’excitation à l’idée d’avoir de potentiels ennemis à déchiquetés. Je voulais en savoir autant que lui. Je voulais savoir qui d’entre eux j’allais devoir voir pour avoir des explications avant que mort s’en suive… La fille irait-elle en prison dans laquelle je pourrais aller la voir pour un interrogatoire musclé ? J’étais dans l’ignorance la plus totale tandis que Shio savait tout… Et les informations qu’il détenait allé bientôt être mienne !

    « Je suis désolé de t’assaillir de questions de la sorte, mais je suis ton Bras Droit. Je dois savoir ce qui se trame tout comme toi. Dis-moi tout… Et dis-moi aussi comment ça se fait que je n’étais pas au courant plus tôt ? J’aurais pu intervenir et peut-être en capturer un pour le mettre en cellule… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Ignorance et colère [PV Shio] Lun 23 Juin 2014 - 1:28

« Un bras tendu est toujours le bienvenue ...»


Des douleurs silencieuses qui vous frappent, la mort se fait parfois discrète, bien plus que des Shinobis ...

L'aide qu'il me fut apportée était appréciable. Je reposais une partie de mon poids sur les épaules de Kamejiro, celui-ci ne devait pas souffrir, il était entraîné physiquement. Sa vitesse était prodigieuse malgré tout, on sentait là un ninja d'élite. Chaque impulsions se faisaient un peu plus forte, mais je n'étais pas dupe, ce dernier devait se poser beaucoup de questions. Il est vrai que je ne l'avais pas appelé plus tôt, mais c'était avant tout pour le protéger. Je vous présente le problème, qui prendrait les rennes si tout deux nous tombions au combat ? Un inconnu je ne pouvais le concevoir, nous sommes l'armée et parmi mes rangs il est mon plus fidèle soldat, celui en qui j'ai le plus confiance.
Mais dans tout ce bordel, mon esprit est ailleurs et pour une raison bien précise. Elle n'est plus là, elle n'est plus mienne. Je l'ai enfermé et désormais je suis seul. Il n'y à aucune larmes qui coulent, pas un sanglots qui se fait entendre, derrière mes yeux se dissimulent des cascades de fierté. Je ne suis qu'un homme vidé de tout amour, de toute émotions, il n'y a plus de doutes Aoji' tu as gagné au final.

Je reviens alors à la raison en tendant une oreille pour écouter mon adjoint. Il se pose énormément de questions et je comprend un peu mieux maintenant. Il se demande ce qu'il s'est passé, qui sont-ils et pourquoi. Pour être franc, je n'en n'ai moi-même pas la réponse. En fait je pense avoir une réponse, mais ce n'est qu'une théorie, une simple supposition. Quoi qu'il y est un fond bien plus poussé et que cela pourrait être perçue comme une stratégie militaire. Kamejiro pouvait-il comprendre le fond de ma pensée ? J'allais très vite savoir si lui ou moi étions sur la même longueur d'onde et c'était le moment parfait. M'appuyant contre un rebord non loin de là, je toussais un peu, essuyant d'un revers de la main une goutte de sang que je tentais tant bien que mal de dissimuler. Le chef du Buki était en sale état dis donc. Une position de faiblesse que je détestais et si mon bras droit voulait me trahir et bien c'était le moment :
Ce n'était que des déserteurs, des jaloux. Sais-tu pourquoi ? Car désormais nous sommes une menace, aussi bien pour les villages que pour ces solitaires. C'est bien connu chaque nouvelle puissance qui naît devient alors la cible de toutes les autres. Maintenant nous allons être observés et les attaques vont être fréquentes et de ce fait ils nous faut nous préparés ...

Je pris une minute pour reprendre mes forces, maintenant nous allions avoir plein de soucis à gérer. Des déserteurs, les autres villages et d'autre menaces encore plus grandes comme les Furyous. Je regarde d'un seul coup mon bras droit, mes yeux dissimulent de la colère, de la rage, de l'appréhension et même un peu de peur. Mais tout ça, il ne peut pas le voir, ces derniers paraissent vides de toutes émotions et pourtant j'aimerai lui en faire part. Néanmoins nous n'étions pas encore assez proches. Prenant une bouffée d'air frais, je sentais la douleur en moi, chaque fois que je respirais, je saignais encore un peu sur certaines parties de mon corps et pourtant ce n'était pas ce qui me faisait le plus souffrir. La douleur était bien plus profonde, mes os me faisaient mal, ou plutôt les blessures créent par leur expulsions. La maladie toquait à ma porte, la mort elle ne préviens.
La fille que j'ai remise au capitaine de l'Ordre est Kaguya Aoji', ancienne Kirijin. Un affrontemment a eu lieu entre elle et moi, d'où mon état. Elle était le chef des troupes qui nous ont attaqué, bien que certains n'ont pas désiré l'avouer. Cette attaque m'a laissé en piteux état, si ça peut te rassurer tu seras le premier sur le terrain la prochaine fois ... Je pense ne plus pouvoir me battre pour un petit moment.
Pas besoin d'évoquer les raisons, je ne voulais pas lui faire part de ma maladie.
Et puis si nous nous battons ensemble il faut nous attendre à risquer de mourir ensemble. Ce que je ne veux pas. Si je dois mourir un jour, tu seras mon successeur, voilà pourquoi ta vie m'importe beaucoup.
Le silence reprit peu à peu place naturellement, toujours appuyé sur le rebord, je me mis à observer le ciel. Il y avait quelque chose de paisible dans celui-ci, comme le calme après la tempête. Et pourtant, celle-ci n'allait pas tarder à une fois de plus frapper, mais quand ? Être Capitaine n'est pas une vie facile, nous devons protéger et subir, dans les deux camps. Malgré mon visage fermé, mes réflexions parfois froides, je les protégerai même si je dois en perdre la vie, c'est ça diriger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Ignorance et colère [PV Shio] Lun 23 Juin 2014 - 13:34

Des jaloux. Voilà pourquoi nous avions eu affaire à une tripotée de Nukenin. Ils souhaitent la fin du Shûkai alors que celui-ci vient tout juste de faire son apparition. Etions-nous déjà une si grosse menace pour que des personnes s’intéressent déjà à ce que nous tombions ? Rien que le fait de penser à cela me fit sourire. Si tel que je le pensais, les autres nations éprouvent de la peur à notre égard, alors nous avions réussi à jouer notre rôle au sein du Buki.

Shio semblait réellement mal en point. Des saignements, une toux sèche, des hématomes… Quelques symptômes parmi tant d’autres qui m’ont mis sur la voie : il s’était bien battu et méritait maintenant un long et bon repos. Mais avant tout, j’avais une chose pour lui : une chose que je n’aurais jamais faite auparavant mais le lien que j’ai avec lui été si particuliers qu’une force indescriptible me poussait à faire. Je m’approchais donc de lui tout en lui mettant une main sur l’épaule. Un sourire peu naturel se dessina sur mon visage tandis qu’une lueur bleu apparue autour de mes mains. C’est alors que je posais celles-ci de part et d’autres sont corps où se trouvent les plus grosses blessures tandis qu’un sentiment de soulagement devait maintenant le tenir dans son étreinte.


    « Je t’ai injecté une sorte d’anti douleur. J’en ai aussi profité pour guérir partiellement les blessures les plus graves. » Un sourire amusé arbora mon visage. « Je t’aurais bien soigné entièrement mais… Vois-tu… Ma médecine en général est plus destinée à tuer, qu’à sauver des vies… »

Il est vrai que ma médecine était plus destiné à déchirer des muscles, couper des tendons, trancher l’épiderme… Ou autre comme du gaz mortel, des pilules pouvant liquéfier un organe spécifique… En bref, mon répertoire n’était en aucun cas fait pour engendre une quelconque guérison instantanée… Ce que je lui avais administré comme anti douleur n’était rien d’autre que ce que j’administrais à mes cobayes pour les endormir avant de les emmener d’un point A, à un point B.

Pour finir donc, je saisis Mon Capitaine par la taille avant de me propulser une énième fois dans les airs. J’avais eu quelques réponses à mes questions, et cela me suffisait amplement : une horde de déserteurs sont venus à l’entrée principale du Shozaichi et après quelques conversations, ont décidés de partir. Une chance pour eux de ne pas avoir croisé mon chemin…

Nous pénétrons dans le Palais. Je savais parfaitement où se trouvait ses quartiers et c’est la direction que j’étais en train de prendre. J’ouvrai sa porte sans y faire attention tandis qu’elle claqua contre le mur derrière elle. J’entrai et le déposai légèrement sur un lit bien confortable sur lequel il pourrait se reposer tranquillement.


    « Je pense que tu en as fait bien assez aujourd’hui. Il est temps que tu te reposes. Le Shozaichi a besoin d’un homme de ton envergure ! Je tiens quand même à t’aviser d’une chose : je pars pour Kusa dans la journée, j’ai une chose à aller vérifier : il parait qu’un homme d’un millier d’année s’y trouve. Je tiens à aller voir ça de mes propres yeux et peut-être savoir comment il a fait pour vivre aussi longtemps. Cette technique pourrait potentiellement nous être utile à nous, qui sommes friand de combats et de sang ! »

Je tournai les talons tandis que je commençais à marcher en direction de la sortie. Tout en restant le dos tournait et d’un geste habile des doigts, je lançai en arrière une petite pilule qui atterrit dans un gobelet sur sa table de chevet. Toujours dos à lui, je l’averti.

    « Tu prendras cette pilule si des douleurs reviennent. Tu pourras ensuite continuer de te reposer. Je rentre au plus vite. » Dis-je en claquant la porte derrière moi… « Shio, le Buki a besoin de toi… J’ai besoin de toi… Alors tâches de ne pas mourir maintenant… » Pensais-je tout en marchant dans ce long couloir sombre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ignorance et colère [PV Shio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-