N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La souris et le chaton | Yuki |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: La souris et le chaton | Yuki | Dim 22 Juin 2014 - 22:47


Un contrat, ni le premier, ni le dernier, un parmi tant d’autres ? Pas vraiment. On la conduisait dans ses nouveaux quartiers, y avait intérêt que ça soit tout confort ! Bien sûr, par-là, la tête blanche entendait un bureau et un grand mur vide pour y piquer toutes ses notes… Elle aimait bien avoir tout sous le nez sans chercher… A ne pas en douter, en moins de vingt-quatre heure, cette pièce qu’on lui confiait serait un vrai chantier…

Encore que, elle tiqua en n’ayant qu’à traverser une porte… Elle était toujours dans ceux de son patient… Est-ce que ça allait l’empêcher de tout retourner pour se mettre à son aise ? Vous plaisantez ?... Elle commençait déjà sous les grognements de Shin, l’homme aux cheveux verts venu la chercher, d’ailleurs, autant qu’il se rende utile celui-là, elle ne tardait pas à lui filer des instructions. Mot d’ordre faire de la place et quand elle empilait tout le superflu sur les canapés et le lit, son assistant n’avait qu’un mot à dire…

-Et tu comptes dormir où et comment ?

Elle éclatait de rire. Quelle perte de temps dormir, franchement, elle lui agitait quelques pilules de sa composition sous le nez et son confrère médecin soupirait… Lui rappelant les limites du corps ect… Elle n’en avait rien à cirer, c’était une femme pressée qui en général, se reposait en créant ses notes assise ou s’endormait dans son bain… Irrécupérable. Oni aimait passer par-dessus les règles élémentaires depuis toujours ! Son sac se faisait jeter dans un coin et un sursaut du membre du Shukai se faisait quand après qu’elle ait touché le sol, une partie de son labo intégré la pièce… Voilà pourquoi elle voulait de la place…

-Tu peux disposer !

Elle agitait la main pour qu’il disparait, bien sûr, on lui rappelait qu’elle était certes une invité, mais aussi loin d’avoir tous les droits. Evidemment aussi qu’elle n’avait rien écouté, trop captivé par l’échantillon de sang récupéré sur le Kaguya. Un que la scientifique examinait de longues minutes avant de le sceller, à l’abri dans son calepin, puis enfin, son regard se perdait sur l’ensemble du lieu. Ils ne s’emmerdaient pas pour une alliance de petits pays bordel… Grand luxe ici. Voilà qui la faisait grimacer, que d’argent gaspillé inutilement. Que d’espace aussi. Un seul homme n’avait pas besoin de tant, mais elle n’était pas ici pour débattre de cela, on la payait, elle s’amusait puis elle disparaitrait… Fin de l’histoire. Mais comme elle était encore au début de son séjour ici, la curiosité immense de la femme la poussait malgré qu’on lui ai déconseillé à visiter l’endroit. Quelques pas et voilà.

Un long couloir, vide. Silencieux. C’était mort ici, presque lugubre. Loin des couloirs de Kiri toujours vivants, trop gardés souvent, mais elle comprenait que l’homme qui l’engageait éviter de remplir le lieu, moins d’yeux et d’oreilles à gérer, après tout, il cachait sa condition non ? Nouveau soupire en attrapant une sucette à la fraise de sa poche, elle n’avait jamais rien compris des jeux de pouvoirs, puis au fond, elle s’en fichait toujours pas mal, aucun intérêt pour elle, par contre, une vue savait capturer ce dernier point. En ouvrant un balcon, l’albinos se voyait contrainte de fermer les yeux, lumière trop dure, même encore si tard, heureusement le soleil tombait, sa peau ne le subirait pas, un peu de fraîcheur ça faisait du bien quand comme elle, on restait terrer toute la journée. L’intruse du palais s’accoudait à la rambarde, le temps allait être long..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Dim 22 Juin 2014 - 23:07

Pas si long que ça en définitive, car à peine la jeune femme au teint diaphane avait-elle eut le temps e poser ses mains sur la rambarde et de profiter un peu de l'air du soir qu'un bruit se fit entendre. Le bruit d'un Kunaï se plantant dans le bois, puis une corde tomba du ciel avant que je ne glisse le long de cette dernière envoyant alors sur l'intruse une série de shuriken tenant une multitude de fils.

Le saucisson était à présent plaqué contre le mur d'en face et je me glissais d'un bond agile malgré ma taille inférieure à la sienne devant sa fine silhouette. La détaillant d'un œil noir, je posais une main sur hanche, arquant ma cambrure d'autant plus marquée par la combinaison toute de cuir que je portais.
C'était Nora qui avait eu l'idée. Quoi de mieux pour la discrétion et le rôle d'espionne que d'être habillé en noir et de façon sexy. Je devais me plier à cette exigence loufoque de la part de ma chef, mais la tenue n'était pas pour me déplaire. Pratique pour effectuer des mouvements acrobatiques, elle me protégeait également des quelques inconvénients que pouvaient entrainer un combat.
Mais l'heure n'était pas au détail de la sorte et alors que je profitais d'un clair de lune, je m'avançais vers l'intruse :


"Les capitaines du Buki et de l'Oda oublient beaucoup trop souvent qu'eux aussi sont contrôlés !"


Saut agile jusqu'à ma proie, je glisse une main délicate et allume une lampe pour examiner son visage. Je reconnais alors les yeux rouges, le teint blanchâtre, les cheveux sans teintes. Je recule expressément :


"Oni Shiba ?!"


Je tire une lame de ma ceinture et la dirige vers le corps de la femme, mais je ne la touche pas. Non, je la libère et la serre dans mes bras :


"Sensei !"


Me voilà revenue avec mon visage d'enfant. Fini la jeune femme menaçante, mais ici, nous ne sommes pas à l'abri. Je tourne mon visage à droite, puis à gauche avant de porter mon doigt devant mes lèvres pour intimer le silence à mon homologue. Nous ne sommes pas en sécurité ici. Mais je connais un endroit où nous le serrons.
N'y d'une, n'y de deux, je m'élance au travers les couloirs en tirant la malheureuse invitée par la main. Je l'entraîne au dernier étage du bâtiment et la pousse au travers d'une porte dérobée. Mon appartement.
Cela ne fait pas longtemps que je l'occupe. Moins de vingt-quatre heures pour être exacte. Mais ce privilège octroyé il y a quelque temps déjà, je compte bien le mettre à profit.
Je tire alors tous les rideaux de l'appartement pour cacher la lumière. Verrouille la porte et éclaire enfin le lieu.
Spacieux et propre, le mobilier et simple et épuré, parfait. Nous nous faisons face à présent et je dégage d'un mouvement ample de la main, ma large chevelure. Va t'elle me reconnaître maintenant que quatre ans se sont écoulés depuis notre dernière rencontre :


"Vous me reconnaissez ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Dim 22 Juin 2014 - 23:40


-Wooow…. ?

Soufflaient à peine les lèvres de l’albinos qui avait été prise dans un élan inconnu, puis la voilà, plaquée contre un mur attachée… Elle clignait des yeux en réalisant ça, ce n’était pas la première fois qu’on lui offrait cette position tard le soir… Mais ce n’était pas la question. Elle jeta un regard à la coupable de la scène, des courbes dans un écrin noir cuir… La médecin allait se retenir de tous commentaires, elle en deviendrait incorrecte, mais son sourire espiègle aurait pu tout aussi bien parler. Etrange endroit décidément, autant jouer le jeu jusqu’au bout.

C’était sa faute à elle, si les dirigeants de sa surprise étaient naïfs ?
L’intruse souriait avec moins de mesquinerie alors qu’un son familier arrivait à ses oreilles, il fallait dire que vu la prestation, elle en restait surprise, la question où avait-elle déjà entendu cette voix… ? Une lumière vive pour lui détruire les yeux et la victime grognait…

Cependant, pas le temps d’en placer une. Son nom se prononçait, on la détachait et bientôt même, on l’enlaçait… Wow. Mais voilà que ça n’en finissait pas là, une course à travers le palais, amusante au fond, la gamine semblait connaitre la zone par cœur, d’où elle sortait cette petite souris là ? Peu importe, ça ne semblait pas traumatiser la grande qui se laissait faire de bon cœur en mémorisant le chemin, les décors, les détails qui lui serviraient. Hey la belle lui montrait comment contourner les gardes ? Bon, voilà qui ne lui servirait sûrement pas, mais toujours bon à prendre. On la poussait dans une pièce à nouveau, plus féminine de toute évidence, il ne fallait pas longtemps à la Shiba pour comprendre où elle était en voyant l’assurance de sa kidnapeuse. Elle s’asseyait sans y être invitée tout en détaillant celle qui semblait la connaitre… Elle la reconnaissait… ?

-Non.

Mais ce n’était pas très important, la fille lui donnerait son nom, elle lui épargnait à elle de devoir se présenter, une évidence, ce n’était pas un de ses spécimens, non, eux elle ne les oubliait jamais, à moins que… Bien sûr, la brune avait pu grandir, après tout, elle semblait toute jeune et de toute évidence pour qu’elle la nomme « senseï », faisait partie de Kiri. L’albinos croquait dans sa sucette et l’effet du sucre avait dû l’aider…

-Oh une kirijins ! Au Shukai… Rafraichis moi la mémoire.

Encore… Merci Oni pour ton complément d’informations... Quant au pourquoi l’albinos était ici, le sujet ne tarderait pas à venir sur le tapis. Pas un problème, de toute, le rat aux formes féminines n’était pas sans ressources… Elle anticipait en fixant de long en large son homologue plus jeune.

-Oh toi aussi.

Elle croquait une nouvelle fois dans sa sucrerie…

-Le capitaine du Buki a décidément des goûts très variés… Il paye plus cher si on se déguise pour s’occuper de lui… ?

Son fascié semblait des plus sérieux…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Lun 23 Juin 2014 - 0:12

La femme n'a décidément pas changé depuis ma dernière rencontre avec elle. Un examen de routine après mon opération. Je garde un regard admiratif à son égard tout en me retournant pour défaire un à un les boutons de ma combinaison. Pas qu'il est déplaisant de se balader avec, mais dés qu'on cesse tout mouvement, il fait quand même chaud dedans. Rapidement, je m'en débarrasse donc. Me retrouvant en simple sous vêtements devant le médecin aux cheveux blancs, elle m'évoque avec un soupçon d'humour l'état de Shio. Mon regard se fond dans le sien. Elle ne m'a pas vraiment reconnu en soit, mais je sais aisément comment lui rafraichir la mémoire.

Je vais dans le frigo et j'en tire une bouteille d'eau que je débouche pour me servir et j'attrape une bouteille de Saké que la Baransu m'a offert ... Ou du moins que j'ai piqué dans sa réserve juste ou cas ou ! L'alcool délit bien souvent les langues, c'est ce que j'ai appris au cours de certaine de mes missions.
Je reviens vers le canapé et pose la bouteille sur la table basse en face de la jeune femme, bien en vue avant de m'installer en face d'elle et de lui tendre l'air de rien ... Mon pied-droit ...
Ou plutôt ma cheville. Je sais qu'elle n'aura aucun mal à identifier la fine plaie qui la parcourt de long en large, la marque d'une opération pratiqué il y a quelques années pour endiguer mon handicap :


"Vous vous souvenez à présent ?"


Mon regard est plus amer à présent et je la laisse examiner la cicatrice. JE sais qu'elle en a envie et je peux même lui donner le rapport aussi détaillé qu'elle veut avoir la dessus à mais d'abord nous avons un sujet plus important à traiter :


"Oni-Sama ... Je vous ai vue sortir des appartements de Shio ... S'il n'a pas fait appel à moi ou tout autres médecins du shukaï c'est qu'il tient à garder le secret sur son état de santé je suppose !"


Regard perçant. Ai-je vraiment besoin d'une réponse à cette question puisque je la connais déjà. Moi qui pensait que Shio me ferait confiance. Moi qui avais tant travailler sur cette maladie qui les rongeaient de l'intérieur. Moi qui avais commencé à trouver le moyen de la repousser. Il ne me faisait pas confiance dans un moment pareil :


"Quel est l'avancement de la maladie ? Comment se porte-t-il ? La calcification osseuse est-elle altérée ?"


Tant de questions dans un jargon médical, mais j'avais besoin de connaitre l'avancement de cette dernière pour aider le médecin même si c'était à l'insu du concernée. Je connaissais les spécialités d'Oni Shiba. Sa spécialité avait fait légion parmi les médecins du pays de l'eau et malgré ses expériences, je ne savais pas vraiment si elle était capable de repousser la maladie. Moi si !
Regard entendue alors que je l'observais :


"Je vous laisserais examiner l'évolution de l'os sur mon organisme en direct et en visuel ... Si vous me laissez, vous aidez sans l'en informer !"


Douleur pour moi, mais je lui tendais ici une perche que je savais qu'elle désirait. Son désir d'observer ses expériences aboutir ne pouvait être réalisé qu'au travers moi. Elle le savait, j'étais un de ses cobayes cachés dont-elle n'avait jamais voulu parler. Mais j'avais besoin de quelques choses en échange ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Lun 23 Juin 2014 - 1:16


-Oh…

Un seul son, même pas un vrai mot quand l’ancienne de Kiri percutait sur qui elle avait en face d’elle, décidément, elle qui se plaignait qu’une vie trop calme, la voilà tout un coup remuée à l’excès, elle avait observé se changer en tout aise, lui mettre sous le nez l’interrogatoire le plus vieux du monde et maintenant, un appat.

-Samui Yuki.

Elle se retenait de l’appeler charmante spécimen, bien que se fut tout comme quand elle s’interrogea…

-Ah, je suppose que l’autre Kaguya sauvage est ici aussi !

Une autre de spécimen, une avec qui elle avait fait son temps déjà, plus très importante maintenant, alors que l’évolution de la Samui en revanche… Une telle fusion, on lui avait dit que c’était folie, mais elle constatait l’inverse en l’ayant vu à l’œuvre sous de multiples acrobaties. Bonne nouvelle, une autre plus dérangeante, un lien avec son patient et en prime une pseudo négociation, le regard rouge vif de l’aînée se fondait dans celui de la cadette, puis elle lui esquissait un sourire.

Les médecins ne partagent rien de leur patient, même avec un pseudo confrère quand ils n’ont pas été invité à le faire, ça faisait partie du pourquoi il l’a payé après tout cet étrange capitaine. Sa main se perdait sur la bouteille qui de toute évidence lui était offerte, ça tombait bien, exactement ce qui lui manquait, cette femme avait de nombreux vices… Dont une excellente descente. Avant de boire, elle avait pris la peine de servir aussi sa convive.

-Santé !

Lui soufflait-elle en avalant sec sa première gorgée, se resservant aussitôt, un rythme bien prit qui aurait tôt fait de roussir ses joues.

-Pour ton Kaguya, je suis désolée de te l’apprendre, mais il ne m’emploie pas pour le soigner, mais pour le soulager . Son état m’importe peu, on était clairs sur notre contrat concernant ça. Mes recherches coutent chères que veux-tu, je suis peu regardante sur mes boulots les finançant.

Elle avait bien choisi ses mots, plusieurs sens, même si elle se doutait que la gamine ne serait sûrement pas dupe, mais peut-être aussi assez maligne pour comprendre que ce n’était pas un sujet qu’elle emploierait si son employeur ne lui en donnait pas le feu vert. Bien que le doute le fut permis… Pourquoi faire appel à un tierce. Nouveau verre, l’alliance et son sommet n’était peut-être pas si stable qu’elle le faisait paraitre, encore une fois, même curieuse, la kunoichi savait quand il fallait s’arrêter de creuser pour son bien.

-Et toi, qui a si bien grandi, à première vue, je dirais que l’échantillon Kaguya dans ton corps t’a bien réussi, comme les années… Que fais-tu ici ?

Son devoir de ninja, quelle question, mais enfin, si bien mise dans le palais, pas une simple kunoichi à ne pas en douter. Le début des ennuis pour la souris blanche qui sait, la même qui se décidait enfin à poser un doigt sur la cicatrice avant de laisser filer son chakra à travers la chair pour mieux percevoir tout ça. La lueur de son regard rouge disparaissait sous ses paupières et un sourire en coin disait qu’elle ne récupérait que du bon de sa visite, une qui finissait par la perturber… L’assaillante braise reprit ses droits dans les pupilles de Yuki, quelque chose qui l’avait dérangé ?

-Tu as mis ton nez dans mon expérience pas vrai. Alors toi aussi tu as su voir le potentiel des spécimens Kaguya. L’idéal, c’est de les récupérer avant qu’ils ne se corrompent leur gêne eux-même. Mais ils coutent si cher sur le marché ! Encore plus maintenant !

Nouveau verre. C’était infect ce qu’elle disait ? Et alors.

-Pourquoi tu t’intéresses à eux.

Peu de chances qu'elles aient les mêmes idées... Mais ça ne coûtait rien de demander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Lun 23 Juin 2014 - 22:40

Grandie ... Oui j'avais grandie, ça on ne pouvait le nier. Depuis la dernière fois que nous nous étions vue du moins il était sur que j'avais gagné en prestance mais ce n'était pas ce que la jeune médecin semblait attendre moi. Je continuais à la fixer du regard. Qu'étais-je devenue en fin de compte et qu'est ce que je faisais ici ... La réponse était simple, sans détour :


"J'essaye de reconstruire ce qui a été détruit !"


Je gémis alors faiblement alors que je sens son chakra s'immiscer dans mon organisme et palper délicatement ma vieille blessure. Un grognement sourd s'échappe dans mes lèvres alors que finalement nos regards se croisent. Je lui ôte mon pied des mains, son jouet redevient miens et je vais m'installer dans un fauteuil en face d'elle me recourbant dans l'amas moelleux tout en continuant à la dévisager.
J'avais effectivement fourrer mon nez dans son expérience :


"Votre élève à fait du bon boulot ! Lorsqu'il m'a implanté cet os il m'a ainsi éviter des années de souffrances inutiles et ouvert pour moi une toute nouvelle voie dans le monde shinobi ... Xaldin était un bon medicnin à n'en pas douter ... Mais je ne pense pas que l'expérience que vous lui aviez demander de mener à son terme aurait autant de succès ..."


Je baisse les yeux en posant ma main sur ma cicatrice avant de poursuivre :


"J'ai des amis Kaguya ... j'observe et je comprends leurs maladies depuis longtemps ... Pourquoi cet attrait ? Pour eux ... Peut être par peur que la maladie se propage à mon organisme ... Vous êtes intelligente, vous savez que leurs pouvoirs est puissants ... que leurs os assimilent tout autres organismes ! J'ai eu peur de cela dés lors que j'ai réalisé les risques que j'encourais ... Je me suis plongée dans les recherches et j'ai pu trouver quelques informations et notamment ... un simulacre de médicament ... "


Silence à présent pour observer la réaction de la scientifique en face de moi. Comment allait-elle réagir à cette nouvelle. Le médicament n'était pas encore au point, mais les résultats étaient déjà probant. J'avais travaillé dur pour en établir la formule. Je soupirais avant de me saisir du verre qu'elle m'avait servi. Même si je n'aimais pas forcément l'alcool je savais lui reconnaitre des vertus apaisantes.
Je garde donc mon verre en main avant de porter une nouvelle fois mon regard translucide vers les yeux écarlates de l'ancienne Kirijin. Mes muscles se détendent et j'allonge les jambes pour les poser sur la table basse devant moi :


"Et vos recherches alors ... Toujours à la recherche de nouveau cobaye ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Mar 24 Juin 2014 - 2:17


Impressionnant. L’albinos en restait bouche bée, à son âge, non, Oni n’aurait pas été capable de pareil prouesse, aujourd’hui peut-être non plus, faut dire, qu’elle ne s’était pas penchée sur la question. Que les Kaguya meurent de leur maladie était le cadet de ses soucis, elle préférait simplement jouer avec les survivants de ce clan, ceux qui auraient plus de réponse pour le coup à lui apporter, la cause de leur dégénérescence, elle la connaissait, comment la corriger ? Pour elle aucun intérêt, elle n’aurait plus rien à observer. L’albinos esquissait un sourire, une des plus terribles de ses techniques offensives reproduisait sur les organismes le fléau Kaguya…

La petite et elle n’avaient vraiment pas les mêmes motivations en définitive, mais heureusement, mieux valait que les gens comme Oni soit rares au fond… Des amis… ? Ce mots grinçait dans les oreilles de la Shiba, quelle vision ridicule, m’enfin, la femme n’allait pas en faire tout un débat, le problème de la gamine de toute si elle aimait s’encombrait. Néanmoins, elle disait vrai, les Kaguya de vrais poisons, tellement englobant sur le commun des mortels… L’albinos parlait d’expérience, effectivement elle avait pensé que la Samui pourrait être contaminée, est-ce que ça l’avait refroidie ou déranger… ? Un sourcil se relevait, après tout, même si elle mourrait comme ses rats, elle avait pu profiter un temps d’une cheville guérie non ? Elle plaisantait bien sûr, ça arrangeait la scientifique de trouver une parade à cette maladie pour le cas où elle aurait besoin d’user d’un os de ces spécimens…

-Un remède tu dis… à tester alors… ? Mais pour ça il nous faudrait un spécimen, oublie le capitaine, il est un autre projet de recherche en revanche…

Un sourire espiègle tandis qu’elle entamait son trois, quatre, sixième verres ? La Shiba ne perdait jamais le nord. Sa main se glissait dans sa sacoche, pour en sortir un calepin, un dont un fuin en fit sortir un dossier qu’elle lançait à la Samui, un sourire en coin, limite mesquin maintenant. Des amis hein… ? La couverture avait un nom : Kaguya, celui-ci se suivait par un prénom des plus longs, Aoji quelque chose. Une amie de la gamine non…. ?

-En voilà un de spécimen où tu pourrais faire tous les tests les plus concluants, voilà presque plus d’un an qu’elle est ma patiente, depuis qu’un certain sabreur t’as envoyé à Konoha.

Comment savait-elle ça hein ? La Shiba était loin d’être sans ressource, surtout quand elle était intéressée. Elle laissait sa consoeur découvrir le contenue et dedans, les milles expériences que l’albinos avait fait subir à la Kaguya, une dont la dégénérescence avait été à tour de rôle, arrêter, accélérer, stoppée, puis relancer. Une enfant qu’elle avait dite condamner pour plus de faciliter quant à sa docilité, après tout elle n’avait pas menti au fond, sans remède, la Kaguya l’était et un médicament, la femme n’avait jamais eu dans l’idée de le chercher, non bien plus passionnant d’observer l’évolution de pareil maux. C’était cruelle, certes, mais dans l’ordre des choses après tout, on ne pouvait lui jeter la pierre, pas elle qui avait créé cette maladie. Son verre se remplissait à nouveau et après un court silence, elle lançait sa proposition, avec sa réponse.

-Je veux bien partager ce spécimen là avec toi si l’art de la découverte te plait tant. Et oui, j’en recherche toujours, les miens commencent à disparaître comme tu vois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Mer 25 Juin 2014 - 10:29

Grognement lorsqu'elle évoque le fait de tester mon remède ... Entre de mauvaises mains, il peut aussi devenir une arme des plus exploitable. Entre de mauvaises mains, il peut aussi devenir une arme des plus exploitable. Je peux faire pression grâce à lui et à son pouvoir, mais ne devrais-je pas plutôt le garder pour moi ? C'est risqué. Je connais cette femme de part sa réputation sulfureuse et son désir de tester de nouvelles créations.
Voilà que je me fais hésitante et le regard pensif, je ne réagis même pas lorsqu'elle me lance un dossier qui m'atterrit en pleine figure. Cela a au moins le don de me réveiller. Je sursaute dans le fauteuil avant de regarder la page de couverture du dossier. Un nom est inscrit dessus, un nom que je ne connais que trop bien :


"Aojikawamanashi Kaguya ..."


Un sabreur donc ? Mes yeux lancent des éclairs alors que je lance un coup d'œil appuyé en direction de la scientifique tout en tournant la première page du dossier :


"Au moins, il aura su se tourner vers une personne compétente pour s'occuper de sa maladie en mon absence ..."


Car si Reï s'occupait de ses petits et gros bobos, je m'occupais bel et bien de ce phénomène qui la rongeait de l'intérieur.
Première page des courbes et des évolutions de la calcification ... Ça a beaucoup évolué en une année ... Trop ! Dire que la grossesse avait fait régresser la courbe, la folie de ma sœur avait fait croitre cette dernière de façon exponentielle ... Je fronce les yeux :


"Au niveau où elle en est chaque mouvement doit être ... Terriblement douloureux ..."


Grognement sourd une nouvelle fois alors que je me souvenais de la trahison à laquelle elle avait participé dernièrement. Je ne lui avais toujours pas pardonné et je ne savais pas si j'en serais capable un jour. De là à me servir d'elle comme d'un vulgaire rat de laboratoire, il y avait un monde, je ne me sentais pas capable d'une telle chose ... Non, je préférais encore tester cela sur moi.


"La calcification totale d'un corps Kaguya est-ce que nous appelons une ... Maladie. Cela provoque leurs morts. Leurs os se développent et se rigidifient au point d'envahir tout leur organisme. En finalité, ils deviennent de vulgaire statue ... Mais ..."


Long soupir alors que je continuais à éplucher le dossier de ma sœur. Bien remplie était-ce dernier et cela avait beaucoup plus évolué en un an qu'en trois. Je regrettais presque de mettre fait capturer en lisant chacune des notes pris par la Shiba. Finalement, je décrétais :


"Cela n'est pas une maladie à proprement parler ... Mais juste, une évolution du pouvoir. Tout comme nous les Samui accroissons notre puissance avec le temps en réduisant de plus en plus la température, les Kaguya, eux développent leur art à leurs paroxysmes en devant statue d'os. La molécule qui provoque cela est particulière à bien des attributs génétiques que nous pouvons rencontrer dans le monde ninja ... Elle est destructrice ... Inoculée à un autre clan, elle provoquerait la mort de la même façon qu'elle le fait cher les manieurs d'os. Les Samui deviendraient statue de glace, les gekei des animaux à part entière, les Nara ne serait plus qu'ombre, les Hyuga deviendraient aveugle !"


Avait-elle comprit ce que je venais de dire ? Cette molécule était juste la fin et la destruction en soit de tous les attributs génétiques de notre monde. Une puissante molécule pouvant servir de poison comme de bombe visant à ravager notre génétique. Devais-je seulement lui avouer que j'avais réussi à l'isoler et à la détruire ... Devais-je lui dire que j'avais trouvé la façon radicale de la surpasser en créant une arme tout aussi puissante ? Devais-je seulement lui faire part que cela était aussi la seule façon de sauver les Kaguya de la destruction tout en les détruisant malgré tout ?



Dernière édition par Samui Yuki le Lun 30 Juin 2014 - 7:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Dim 29 Juin 2014 - 0:37


Mouche, suffisait de voir son regard, la Shiba mettait le doigt sur une tension, elle notait ça dans un coin de sa tête, ça pourrait servir et au pire, juste ce regard en souvenir, ça lui suffisait, d’autant plus quand elle la qualifiait de personne compétente vis-à-vis de la Kaguya. Elle se retenait de rire, la médic aussi compétente soit-elle parfois, n’avait pas essayé de la soigner, la Samui comprendrait bien vite, qu’elle n’avait pas suivi cette voie dans cette vocation…

La dame blanche se rendait compte bien vite en revanche que sa jeune homologue n’avait pas encore la même détermination qu’elle pour ses recherches… Voilà quii ne saurait tarder. Un sourire espiègle, puis elle enchainait à nouveau les verres, cette femme était du genre à se stopper qu’une fois le récipient vidé… Ses oreilles récoltaient quant à elles les informations que laissait filer la gamine, presque, elle pourrait blesser l’égo de son aînée avec tant de performance si jeune. Presque hein ! Car Oni, n’était pas franchement de ce genre-là, elle calculait plutôt déjà son profit à ce petit prodige de la nature…

-Tu as vraiment bien étudié ta question, c’est mignon.

Elle supposait que ça l’était pour elle, pour la Shiba, c’était ridicule d’avoir gaspillé tant de temps pour des tiers, heureusement, qu’elle avait eu la providence qui lui avait souri en lui offrant une telle opportunité. La femme faisait référence à cette information du chaos que la petite avait su détecté. Elle parlait beaucoup, Oni mettait ça sur le compte de la jeunesse, pareille découverte devait être tût en général. Sa main fouillait dans sa sacoche pour en sortir une longue pipe bleue aux motifs dorés, quelques herbes y prenaient place, puis une allumette se grattait pour enflammer tout ça. Une odeur fleurie menthe envahissait si tôt la pièce alors qu’elle demandait en retard…

-Oh ! ça ne te dérange pas ?

Sur quoi elle relâchait sa première bouffée de fumée, voilà qui lui faisait un bien fou après cette journée.

-Tu sais, le danger n’existe que pour les spécimens tels que toi. Moi qui suis neutre de base de toutes hérédités, je ne risque rien à jouer avec cette molécule ? Ah moins peut-être de m’infecter.

Elle reprenait une bouffée en penchant la tête vers l’arrière comme pour mieux réfléchir, elle asseyait de dire à la gamine que la manipulation de cette chose était risquée pour elle ? Voilà qui ne lui ressemblait pas pourtant… Elle serait plus du genre à observer les dégâts, oui, mais voilà, elle perdrait un bon spécimen en faisant ça… Puis il fallait être franche…

-Tu imagines pareille arme dans de mauvaises mains c’ça ?

Comme elle par exemple… Mieux valait que ça n’arrive jamais, la Shiba elle-même était consciente de son inconscience justement. Cependant…

-Le truc, c’est que c’est assez inutile pour le moment en ne servant qu’en une phase. Comprend bien que si certes, il serait amusant de voir tous les clans out de la partie en pleine guerre par exemple…

Elle allait rechercher une bouffée de fumée tellement l’idée l’exaltait…

-Mais si tu n’as pas le moyen d’inverser cela ou bien de la contrôler… L’effet rapporte moins. A tous maux, son remède avant son application et là.

Un sourire presque malsain s’étirait…

-Toutes tes revendications ne peuvent qu’être écoutées.

Sa pipe se callait dans un coin de sa bouche, étrange conversation non ? Elle ricanait en concluant ainsi.

-Que ferais-tu de pareil pouvoir ma chère Yuki.

Sauver le monde ? Imposer la paix ? Aucune aspiration qui motiver la blonde, enfin en y pensant, aucune idée de chantage non plus. Mais c’était un beau délire n’est-ce pas ? La femme éclatait de rire.

-Tu es une étrange créature quand même. Pourquoi tu me parles de tout ça ? Tu cherches à capturer mon attention pourquoi...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Lun 30 Juin 2014 - 8:03

Je m'enfonçais petit à petit profondément dans le moelleux de mon siège sans pour autant relâcher le verre que je tenais à la main. Mais aucune consommation du précieux breuvage pour la suite alors que d'un claquement de doigt et l'air de rien, je faisais à mon tour disparaître le dossier de ma sœur de l'horizon, l'enfermant dans un sceau de ma main.
Mon regard se porta une nouvelle fois vers l'albinos et un soupir s'échappa d'entre mes lèvres suivit d'une difficulté à reprendre mon souffle du à la fumée du tabac :


"Le remède je l'ai … La molécule qui pose problème est facile à retirer de la préparation ! Là n'est pas mon véritable obstacle !"


Mais qu'elle était-il donc au final ? Je n'en savais rien moi-même et pour avouer toute la vérité j'avais juste envie d'une chose :


"Je voulais partager ma découverte avec quelqu'un qui me comprenne … Quelqu'un qui puisse comprendre réellement l'intérêt de ce que j'avais découvert …"


La véritable question qui demeurait alors était donc la suivante :


"Êtes-vous cette personne Oni Shiba ?"


Nous revenions rapidement sur les dangers de ma découverte et la je soutiens indéniablement le regard de la jeune femme. J'étais prête à partager cette découverte si elle le souhaitait, mais il y avait des conditions à cela :


"N'appliquer cela qu'au clan Shinobi ne me convient pas ! L'annihilation du monde shinobi n'est pas mon but final … Cela n'aurait aucun intérêt pour la découverte que je viens de faire même si cela réduirait considérablement l'écart entre civil et nous autres soldats dotés d'une capacité héréditaire … Une arme puissante qui ne servirait pas notre intérêt comme je le souhaite …"


Raclement de gorge alors que je posais énergiquement mon verre sur la table face à moi avant de me lever et de me diriger vers un placard de l'appartement ou je retiras une jupe et un débardeur de cette dernière pour me vêtir un peu plus convenablement :


"Remède ou arme … Quel choix cornélien auquel je me retrouve confrontais ! Qu'auriez-vous fait Oni si vous aviez été à ma place?"


Mais trop tard, elle avait déjà entamé le sujet que je voulais aborder avec elle beaucoup plus tard.


"Ce que j'attends de vous ?"


Ce n'était pas vraiment une question et je m'installais tout prêt d'elle pour lui faire face désormais :


"J'ai besoin d'un soldat pour manipuler cette arme … Je ne peux pas la manier et la soigner à la fois ! Les deux sont trop risqués … J'ai besoin d'une nouvelle main pour l'utiliser, voir son pouvoir et agir les conséquences sur cette dernière … L'accroitre pour la laisser détruire ou la stopper si nécessaire … Je ne sais pas qu'elle est sa réelle portée … Touche t-elle uniquement les shinobis ? Ou également tout autres créatures ? Je sais juste que l'utilisateur souffrira des même effets que celui qui sera touché, d’où la nécessite de soigner immédiatement ce dernier … Je veux bien vous montrer comment l'utiliser, si vous acceptez de devenir …"


Silence … Je baissais les yeux, avant de timidement les redresser :


"Mon arme ?"


Mais je ne lui avais pas encore révéler mon vrai but caché, n'y aussi ce qu'elle retirerait de cette "collaboration".
hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Mer 2 Juil 2014 - 3:34


Ah bah, voilà qu’elle lui chipait ses dossiers maintenant ! Heureusement, cette copie-là n’était plus d’aucune utilité à l’albinos… Sinon évidemment elle ne l’aurait pas partagé, une sale égoïste, même pire peut-être. Suffisait de la voir s’amusait du manque d’habitude de la Samui face à la fumée, oh elle s’y ferait vite en restant dans les pattes de madame ! D’autant, que rares étaient les personnes qui savaient lui faire la conversation sans qu’elle ne se met à bailler au bout de dix minutes avant de s’effacer… La petite était prometteuse, qu’une naïveté à toutes épreuves, la Shiba aimait bien ce côté-là qu’elle abuserait avec excès jusqu’à ce qu’elle se décide à grandir… Un nouveau jouet en vue… Pauvre gosse.

L’albinos l’écoutait attentive et très vite, elle découvrait la dynamique avec elle, simpliste au fond, ça aussi elle aimait bien, un besoin de reconnaissance, d’être enfin félicité, la Shiba connaissait bien le genre des familles Samui, on avait dû serrer la visse à cette fille depuis toujours, rarement féliciter, rarement soutenue ou encourager dès qu’elle quittait les lignes définies, bombarder… Mais cette femme n’était pas de ce genre, du cynisme elle n’en manquait pas, de la moquerie ou de la vile flatterie non plus. Aussi, elle s’étonnait elle-même quand c’était sincère qu’elle exprimait sa pensée.

-Tu as vraiment bien travaillée, tout donnée. C’est rare exceptionnel, autant qu’une aussi belle réussite. M’enfin je suppose que la passion est une arme au-dessus de toutes les volontés et les moyens du monde.

La soif d’apprendre, la plus puissante des armes de ce monde, elle voyait l’enfant un peu comme l’héroïne d’un conte d’enfant que son grand père lui lisait antan. Blanche neige et la pomme empoissonnée, qui réveillait par le prince charmant, se rendrait compte avec la suite de l’histoire, que de charmant il n’avait que le nom, mais aussi que la sorcière avait des points où s’inspirer. Voilà une pensée qui la rendait nostalgique, son rubis se perdait vers la pipe, qui avait été l’héritage de celui qui l’avait élevé, bon, elle n’y mettait pas les mêmes herbes que lui, ça revenait au même, un soutien comme un autre. La Samui elle s’agitait tandis que la Shiba s’apaisait, le regard chaud et le froid s’entrechoquaient, elle était déterminée. Remède ou arme ?

-Moi ? J’aurais fait les deux, même-ci je ne m’en servais jamais, je ne sais me satisfaire que des quêtes achevées.

Pas dit que sa réponse l’intéressait vraiment, la gamine semblait plus dans son élan, une idée folle, un projet qui avait le même parfum que ceux de l’albinos, ah la science dévorerait bientôt les limites de la bonne conscience. Très bien ! C’était toujours sa pensée quand de but en blanc elle lui demandait de devenir son cobaye. Aucune expression surprise chez la SHiba. Non, à la place, un petit rire, probablement parce que son esprit n’était plus très clean, de toute façon il ne l’était pas de nature quoi qu’il arrive. Et sans chercher à comprendre…

-D’accord.

Yuki à ses côtés avait baissé le regard, aussi, la femme laissait tomber son tête sur le dossier de son support, ainsi penchée en arrière, son champ de vision se limitait au plafond. Pourquoi cette approbation si rapide ? Pourquoi pas. De toute façon elle le savait. Elle aurait dit oui quoi qu’il arrive, elle s’ennuyait tellement, d’exceptionnel ? Son corps n’avait que l’albinisme, mais elle avait trouvé sa parade depuis longtemps, aucun intérêt, quant aux cobayes, elle pouvait observer, mais c’était différent de ressentir… Puis quelle gâchis de ne pas encourager la jeune prodige. Décision était donc prise ?

-Le planning des travaux ? Je t’écoute.


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La souris et le chaton | Yuki | Lun 7 Juil 2014 - 8:54

Un sourire pas peu fier illumina quelques secondes mon visage lorsque la Shiba me complimenta. Oui, j'avais beaucoup travaillé pour mener à bien ce projet et j'étais fière du résultat, même si tout cela était encore expérimental et donc par définition dangereux.
Dès lors pourtant, l'approbation de cette femme fut comme pour moi un soulagement, un poids en moins sur mes épaules. Je n'étais plus seule désormais avec une arme aussi puissante entre les mains, mais je ne devais pas tout de même me montrer naïve à l'encontre de la laborantine. Je savais qu'elle était ses dons, mais surtout ses connaissances. Si elle parvenait à mettre la main sur la formule, elle pourrait s'en servir pour elle-même.
Je ne montrais rien de tout cela, me contentant d'afficher un sourire poli et une mine réfléchie la suite des opérations ? Son approbation, qu'elle me donna sans difficulté. Cela eut l'effet de me surprendre et un haussement de sourcils interrogateur se forma sur mon faciès avant de disparaitre tout aussi vite alors que je me redressais, me dirigeant vers la cuisine américaine non loin de là pour lui proposer peut-être :


"Vous voulez grignoter quelques choses ? Je connais Shio, je suppose qu'à part vous dire de le soigner, il ne vous a rien proposé à manger ..."


J'ouvris le frigo pour en observer le vide quasi-intersidéral ... Mouais bon ok, il n'y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent il fallait le dire. Mon état quasi-cadavérique n'avait pas été de meilleurs augures pour me permettre de penser à quelques choses d'aussi futile ... Qu'aller faire les courses. Enfin, quelqu'un avait dû pensé à moi et je sortis quelques sacs du frigo :


"J'ai du jambon ... Des œufs durs... Des fruits !"


Woot ! Un vrai festin dit donc ! Je posais le tout sur un plateau avant de revenir dans le salon et de reposer mon fessier dans mon fauteuil tout en me saisissant d'un œuf que j'entrepris de dépiauter. La soirée était bien entamée désormais et elle allait continuer à se dérouler longuement. Nous pourrions discuter de tout et de rien, mais pas continuer à parler de nos projets :


"Il se fait peut-être un peu tard pour parler projet et grande ambition, reportons tout cela à demain. Avez-vous un endroit ou passez la nuit ou ..."


J'affiche un sourire las avant de déclarer :


"Shio ne vous a pas donné d'autre alternative que son lit ?"

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La souris et le chaton | Yuki |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-