N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Chronique #1 - Groupe #5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1286
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Chronique #1 - Groupe #5 Sam 28 Juin - 12:33

LE PREMIER SANG
CHRONIQUE #1

CONTEXTE
    Les trois gardiens de la colline ne suffisent pas à regrouper l'ensemble des shinobis qui étaient arrivés. Cependant, ceux qui sont seuls, à l'image de Samui Yuki, Shiba Oni, Oterashi Yanosa, Shona Freya et Sabakyô Seitô sont proies à des maux de tête. Mais alors qu'ils sont ensemble, vont-ils s'affronter ou décider d'escalader la colline jusqu'à sa Majesté ?

RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le Maître du Jeu viendra poster pour vous laisser une seule et unique fois 12h supplémentaires. Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il le demande dans le Bureau de SNH.
    Ø Le premier tour est un tour d'introduction, vous devez décrire tout ce qu'il s'est passé jusqu'à maintenant. Pas de technique donc.
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

ORDRE DE POST
    Samui Yuki
    Sabakyô Seitô
    Oterashi Yanosa
    Shiba Oni
    Shonâ Freya

    Narrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3959
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Dim 29 Juin - 19:58

Pour cette guerre continuait-elle à faire rage. J'avais encore en tête les évènements qui s'étaient produits il y a maintenant six mois. Encore dans les yeux la terreur face à cet enfant venu des ténèbres. Mais le monde était en danger et le shozaichi tout comme Kiri à l'époque n'avait pas hésité à nous envoyer au combat, à nous regrouper, ami et ennemi pour tenter de contrer la menace qui nous faisait face. Comme quoi les shinobis peuvent être unis quand la situation le demande.
J'avançais donc vers cette colline marquée d'un symbole noir. La peur au ventre, mais la rage au poing.
À mes cotés, Oni était présente. Nous avions quitté le pays de la terre ensemble, dans un premier temps pour continuer de parler de nos projets jusqu'à ce qu'une mission de Shio nous demande de nous rendre au plus vite à Kusa.
Je n'avais pas eu grand mal à comprendre la situation une fois arrivée sur place. L'aura maléfique qui se dégageait de cette colline ne présageait rien de bon :


"Encore ... Ça recommence ..."


Un nouveau pays allait-il être détruit ? J'en tremblais d'avance ... Pourtant, je savais ce qu'il nous restait à faire. Mon regard se porta vers l'albinos. Je cherchais un signe dans ses yeux, puis soudain, une approbation. Nous nous élancions vers la colline sans trop réfléchir. Rapide, je tirais mes tonfas du sceau de mon poignet, juste au cas où nous aurions besoin d'aller au corps-à-corps :


"Je resterais en soutient derrière toi ... "


Inutile de le préciser car même si j'avais mes armes pour me défendre, j'étais un soutien, un médecin, un heal comme on dirait partout ailleurs. Elle était la combattante, je devais la soutenir quoi qu'il en arrive. Nous nous rapprochions petit à petit et irrémédiablement du monticule de terre quand soudain mon esprit se brouilla, petit à petit envahit par des maux de tête qui finirent par stopper notre course. Immédiatement, je portais ma main à mon crâne pour soutenir la douleur de ce dernier, mais surtout en chercher la cause. Mes yeux cherchèrent mon amie des yeux, voir si elle percevait la même chose que moi :


"Déstructuration mentale ? Ils essayent de bloquer notre perception et nos esprits pour nous empêcher de progresser ?"


Une question à laquelle je ne tarderais pas à avoir une réponse. Je n'étais pas médecin pour rien et je comptais bien surpasser tous ceux des générations précédentes.

Rapidement, je tournais les yeux autour de moi pour percevoir les shinobis qui s'étaient mêlé aux festivités. Un Konohajin, une inconnue et aussi ...


"Seth ..."


Mes yeux lancèrent des éclairs alors que ma main était toujours apposée sur ma tempe, cherchant l'origine de ma douleur. Je ne devais pas perdre de vue notre but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1312
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mar 1 Juil - 0:31

Après un si grand temps d'attente, je vais enfin pouvoir goûter au pouvoir des légendaires Furyou. Ces créatures faisant trembler le monde dans l'espoir de le changer, de le dominer... Au fond de moi, je sens encore ces vibrations si... Familière. Celle d'avant un combat. Celle d'avant une guerre... Ce flux brûlant me caressant chacun de mes muscles sous tension, les perles de sueurs froides qui descendent doucement sur ma nuque, me refroidissant sous ces légères brises de vent.

Oui, bientôt, je vais enfin pouvoir récolter tout ce que je souhaite sur les Furyou. Je m'approche, petit à petit, de mon but. Si l'on me parle des Furyou en tant qu'adversaire redoutable, je voulais en avoir le cœur net. Après tout, un des Furyou était mort, ce qui signifie qu'ils sont mortels, pas comme Makka et son Inhibiteur. Autrement dit, on peut les vaincre.

M'approchant de la colline, je ressens soudainement l'effet de maux de tête. Les mêmes symptômes que la Yamanaka... Autrement dit, l'envie de meurtre. Un pouvoir connu, je pars donc avec un avantage certain. Car quand on connaît un mal, on peut encore plus le vaincre... Mon objectif est de vaincre les Furyou. Et nous vaincrons. Il n'y a aucune autre alternative.

Arrivant vers le rassemblement, une jeune fille -Bien trop jeune pour être sur un champ de bataille- était là, et expliquer son hypothèse. Rapidement, je pris la suite du discours.

    « Pas exactement. Des Konohajin ont déjà eu affaire à ce genre de pouvoir. Ils nous poussent à modifier notre volonté pour nous combattre mutuellement. »


J'en sais plus, mais je préfère garder le reste pour moi. En y réfléchissant, la situation est délicate... Seul contre les Furyou, ce ne serait que folie... Et nous épuiser serait une grave erreur. En sommes, nous n'avons pas le choix... Il faut coopérer... Jusqu'au bout. Même si cela ne me plaît guerre...

    « Nous n'avons pas le choix. Il faut coopérer avant que cette folie ne nous atteigne. Vous connaissez tous le pouvoir d'un Furyou, seuls, nous n'avons aucune chance. Laissons nos différents de côtés pour vaincre un mal qui nous atteint tous. »


C'est une affirmation... Celui qui refuse, je le considèrerai comme mon ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mar 1 Juil - 7:40

La liberté avait un goût amer. Je faisais à nouveau parti de ce monde, mais le sentiment tenace de ne pas y mériter une place m'étreignait les entrailles à chaque instant, mais rien n'était absolu. Peut-être était-ce le monde qui ne tournait pas rond, et moi qui était le plus lucide d'entre tous les Hommes. Comment savoir... J'étais -avais été- l'un des criminels les plus recherché du village de Kumo. Je me doutais bien que mes desseins passés devaient m'avoir amené à parcourir le monde et à y semer un peu partout de cette désolation que l'on m'avait décrit, aussi, chaque voyage était à présent un risque que je prenais. Chaque village, chaque cité, chaque pays était susceptible de reconnaître en moi l'homme que j'étais autrefois et de le juger en conséquence. Kumo avait été le seul tribunal auquel j'avais été soumis pour le moment, mais mon intuition me dictait que bien d'autres suivraient, et pourtant... Et pourtant je ne pouvais pas non plus m'abaisser au simple statut de victime et encaisser les coups sans rien tenter. J'avais des capacités, j'étais fort, et mon affinité toute particulière avec les runes en tout genre se réveillait petit à petit, à mesure que j'en croisais de nouvelles. Tout cela, tout ce pouvoir que mon ancien moi m'avait légué bon gré mal gré, je devais en faire l'usage qui s'imposait. Et en l'occurrence... C'était à Kusa qu'ils allaient avoir l'occasion de s'exprimer.

Je n’avais pas été envoyé, l'on ne m'avait pas donné d'ordre à proprement parler, mais je savais ce que l'on était en droit d'attendre de moi. Après que le contexte fragile m'ait été expliqué, après que ces Furyous m'aient été dépeints et une fois que cette nouvelle menace pesant sur Kusa me fut décrite, on m'avait en effet laissé le choix, ouvert, de faire ce qui me semblait le mieux. La suggestion était à peine masquée, mais je n'avais aucune raison de fouler cette invitation du pied. J'étais devenu une page blanche, ou plutôt, une page de laquelle on aurait gommé tous les brouillons qui y avaient été écrits précédemment au crayon de papier. Ce qui avait été écrit ne saurait disparaître complètement, mais ce que j'allais écrire à partir de ce jour, ce texte-là serait celui qui primerait. Du moins, je l'espérais.

J'avais cinq jours pour parvenir au Pays de l'Herbe. Mes blessures fraîchement résorbées, mon corps répondant à nouveau à la volonté nouvelle que je désirais me forger, il m'en fallut moins de trois pour couvrir la distance, évitant les cités et villages sur ma route avec une adresse qui devait certainement tout à l'habitude de mon ancien moi. Tout n'était peut-être pas à jeter chez lui...

A peine eux-je pénétré le territoire de Kusa, que la vision que tous les habitants de la région devaient certainement partager s'imposa à moi : un « F » gigantesque, comme peint à l'encre de chine, traversait le ciel grisonnant et trônait au sommet de la plus haute colline du pays. Je courais naturellement pour m'approcher au plus près du phénomène, sentant tout autours de moi des shinobis de tout bord faire de même. Tous, nous étions là pour stopper les desseins des Furyous, ces implacables adversaires, et tous, nous courions droit vers cette colline ravagée comme autant d'éphémères attirés par la flamme. Mais alors que nous convergions tous, moi et quatre autres individus tout proches, ma tête se remit à faire des siennes. J'étais pourtant certain que les médecins de Kumo avaient bien fait leur travail ! Rien, aucune douleur ces quatre derniers jours, alors pourquoi ?! Pourquoi ici, et maintenant !

Stoppant net ma course, je mis une main et un genou au sol en tenant ma tempe de l'autre main, jetant un regard autours de moi pour voir ce qui se passait. Non... ce n'était pas ma blessure. D'autres semblaient pâtir des mêmes symptômes. Mais alors que mes yeux vagabondaient, ils furent happés par le regard dur et tranchant d'une jeune femme brune au teint aussi blanc que la neige. Elle me fixait. Un chiffre s'échappa de ses lèvres.... Ou bien était-ce un nom ? La façon qu'elle eut de le prononcer suggérait, dans tous les cas, qu'elle m'avait peut-être connu. Un problème de plus qui s'ajoutait à une équation déjà déséquilibrée. J'écoutai malgré tout le discours d'un autre shinobi, placé un peu plus loin. L'union semblait de mise, pour chacun des membres de ce petit groupe formé par le hasard et je ne pus qu'approuver, même si mes yeux restaient attentifs à tout mouvement brusque que pourrait entamer la jeune femme.

« Rester soudé semble en effet la meilleure solution, si ce n'est la seule, mais... Si vous dites vrai et que ce pouvoir altère notre volonté... Comment enrayer ses effets ? Une parade a-t-elle été mise au point ? Il faut faire vite si nous voulons intervenir, le temps pourrait déjà nous être compté. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1554

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 2 Juil - 1:05


Franchement, elle avait une tête à faire dans la charité ? Ses yeux roulaient d’eux-même tandis que les premiers maux de cranes faisait apparition, qu’on ne compte pas sur elle pour une assistance, le rôle de Blanche Neige ça non ? Aucune chance que l’albinos gaspille son chakra pour un tiers sans que le doux son des ryos n’ait rejoint ses oreilles… Pourtant elle était là, malgré elle, guettant au loin la présence de têtes familières, elle adorerait être aux premières loges de leurs morts, à ces rats.

M’enfin, si son humeur était si mauvaise, il fallait dire que la faute revenait au Kaguya, à son chantage et leur deal peut avantageux pour la Shiba, foutus Kirijins, même rasés, ils lui pourrissaient encore la vie. Pour couronner le tout, la gamine la prenait pour une alliée fiable. Cette histoire était à pleurer pour l’albinos et quand la fille cherchait chez elle un… soutien ? Avant d’elle-même affirmait qu’elle serait celui de la femme, cette dernière ne pouvait plus s’empêcher de soupirer. Tant d’innocence, alors qu’elle, depuis le début n’attendait que le bon moment pour prendre la poudre d’escampette…

-Soutien ? Tu m’as prise pour un soldat ? La blague.

Mais autant parler à un mur, Blanche Neige ne l’écoutait pas, elle était au moins, voire plus têtue que son aînée… Pour son plus grand malheur. Allez savoir dès lors pourquoi l’ancienne Kirijins déchue s’élançait à l’avant sous la commande de la cadette… Probablement pour ne pas empirer la situation, mais il ne fallait rêver qu’elle se presse pour autant, pas son genre de courir, pas son genre de suer et la vue de la colline la fatiguait déjà, pas autant que le rassemblement de la crèche du coin... Une voix qui répondait à la Samui qui réfléchissait tout haut, tandis que depuis quelques secondes une fumée odorante avait envahie la zone, celle de la pipe de l’albinos, une à la fumée aux effets hum… relaxant. Elle choisissait bien son moment pour sortir ça… Chacun ses manies.

La première bouffée se faisait souffler pendant la halte, un bref regard pour identifier les individus et ses pupilles vifs s’étaient vite perdus ailleurs, à la source des éclairs de la Samui, un homme. Etrangement silencieusement, elle guettait l’évolution plus ou moins rapide selon les membres de cette scène, le second adulte était visiblement le plus sensible. Une nouvelle bouffée pour elle d’ailleurs, dont la tête voulait exploser, heureusement, ses expériences lui avaient fait connaitre bien pire, concentrée sur action d’aspirer, expirer, la Shiba canalisait plutôt bien ça, mais elle n’avait pas la naïveté de croire qu’en avançant la tâche resterait aussi aisée. Et voilà, ça parlait alliance, ce qui arrangeait la belle, elle n’avait aucune envie d’être au premier rang, d’ailleurs qui voudrait se battre en ayant à porter de si beaux spécimens… Plus le temps de l’étude pour le coup. Une qui commençait tout de suite avec le jeune homme qui partageait plus ou moins ses infos, plus moins que plus hein ! La femme ricanait tout en vidant sa cendre de sa pipe, une dernière bouffée et elle serait à ranger… Si tôt… ça promettait d'être long.

-Blanche Neige va s’occuper de ça et vous de cogner, un bon deal non ?

Et elle ? De quoi je me mêle ?! La Shiba n'avait pas abattue encore toutes ses cartes, son petit doigt lui disait que le joker pointerait son nez bientôt... Il serait temps d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 817
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 2 Juil - 14:57

Vengeance.

L'heure avait sonné, il était temps de prendre une vengeance mérité. Après Kiri, après la mère patrie c'était un territoire du Shukai qui était visé. C'était bien comique. Visiblement la folie de ces monstres ne connaissaient pas de limites, au fond l'objectif commun était d'arrêter leurs avancés et une fois de plus d'en tuer. Certains Furyous étaient tombés, d'autres vivaient encore. Pendant que convergeaient les forces des différents villages nous autres Nukenins approchions différemment. Nous n'étions pas soudés alors pourquoi faire front commun? Nous avions chacun nos propres objectifs, chacun avec sa propre envie ou méthode. Les Furyous ne représentaient pour moi que des adversaires de plus. J'aurais pu ignorer leurs avancés, j'aurais pu peut être même les aider. Néanmoins avec Nelliel à mes côtés ces batailles prenaient une ampleur différente, tout comme moi Nelliel avait tout perdu lors du premier assaut de ces créatures. Elle ne pouvait se battre, elle le désirait mais je refusais. Elle aurait presque désobéis à mes ordres si je n'avais promit de combattre pour elle. Aujourd'hui je serais le bras armé de cette enfant, aujourd'hui à travers moi elle vengerait ses parents et Kiri.

Aujourd'hui Irelya donnerait bien du mal aux Furyous, aujourd'hui je n'avais pas d'alliés, seulement des adversaires. Aujourd'hui tous ressentiraient la colère d'une enfant qui avait tout perdu. Irelya sur l'épaule droite et une cigarette au coin de ma bouche j'avance, j'avance déterminée à vaincre. Autour de moi tous s'affolent, certains fuient d'autres restent par envie de combattre. Ils ne sont rien et ne feront rien, ceux qui combattront aujourd'hui seront les vainqueurs, ils seront les écrivains du livre de notre futur. Aujourd'hui de nouveau chacun fait front commun, les anciens ennemis deviennent les alliés d'un jour. Il est comique de remarquer combien les mentalités changent lorsqu'un adversaire encore puissant que les autres surgit. Comme des insectes contre une loupe, ils crameront tous. Mais pas moi! Je me bat aujourd'hui pour l'honneur des sabreurs! Je me bat pour rétablir l'honneur de la mère Patrie. Peut m'importe combien tomberont, peut m'importe les victimes. J'ai un objectif et quiconque se mettra en travers de mon chemin en subira les conséquences. Je ne me laisserais pas ralentir par d'autres ninjas voulant jouer les héros ou les lieutenants de pacotilles. Je suis une lame, je recherche le bras puissant qui saura m'empoigner et je sais que ce bras est ici.

Plus précisément ce bras je le connais déjà. Je sais qu'il sera ici, je sais que nous nous retrouverons comme le font les êtres liés. Elle sera ici, elle sera ici et saura m'utiliser à bon escient. Désolée Nelliel j'ai peut être mentit, je me battrais pour toi mais également pour elle. Je suis liée à son emprise, elle a depuis un moment forcé mon respect et aujourd'hui je ressens son appel. Nous combattrons côte à côte, qu'importe car j'écarterais les misérables de son chemin. Je serais son bras armée.

J'arrive juste dans les temps pour voir cette lettre dans le ciel, immondice répandu par des être abjectes. Ils ne méritent pas leurs puissances, ils ne méritent pas la peur qu'ils inspirent dans le coeur des humains. Non ils ne méritent rien et aujourd'hui une fois de plus tels des Icares des temps modernes ils chuteront. Ils tomberont, ils ne sont pas des Dieux, ils ne sont que des mortels se chauffant trop les ailes prêt du soleil. Ailes d'argiles qui fonderont et qui les entrainant vers leurs chute, permettront à d'autres de s'affirmer et de s'imposer. Ainsi est le jeu de la vie, je respecterais aujourd'hui mes codes même si elle tente de m'imposer le combat par défaut je refuserais. J'ai beau être son bras armée je n'en suis pas moins un arme avec des éthiques qu'on ne retire pas facilement.

Enfin j'arrive, visiblement je ne suis pas la seule, trois autres ninjas sont présent. Une enfant, un masqué et un grand roux. On pourrait limite former un cirque juste avec eux. Et elle, ô oui elle est là. Elle semble être avec l'enfant, une alliée? Je n'en suis pas si sur. Connaissant un peut la bête à forme humaine je dirais plutôt que c'est une autre expérience. Mais je me trompe surement, quoi qu'il en soit ils parlent tous. Ils parlent trop, un mal de tête surgit des tréfonds de mon esprit. Je n'entend plus leurs discours, leurs paroles sont comme des bourdonnements incessants. Mon arme, l'empoigner et leurs trancher la carotide. Non jamais! Je ne dois pas succomber à ce mal inconnu, l'un d'entre eux parle d'un mal nous obligeant à nous combattre.

Super, moi qui venait pour tuer des demi-dieux je me retrouve à combattre un guerrier, une enfant et un musclé. Non je ne succomberais pas, je serais plus forte que ça et surtout j'obéirais à sa volonté. Un regard en direction de la médecin lui faisant comprendre que j'attend ses ordres. Vite tirer une latte pour atténuer ce mal de crane qui ne s'arrête pas.

Bon dieu personne à une aspirine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1286
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Sam 5 Juil - 18:23

Votre mal de tête persiste. Pourtant, vous restez maîtres de vous-mêmes. Cependant un mot semble revenir plusieurs fois dans votre tête comme si quelqu'un vous parlez : « Comment ? ». Vous restez lucides, et vous semblez tous remarquer que contre les Furyou, le mieux est encore de s'unir. Mais soudainement, le mal de tête s'intensifie et le mot perturbant votre esprit disparaît, sans pour autant vous laisser dans un état normal.
La colline est à portée, il devient possible pour les shinobis de l'escalader, même malgré la douleur. Mais leur handicap, léger pour certains et lourd pour d'autres n'est-il pas trop important ? N'est-ce pas risqué pour eux de tenter d'escalader l'endroit où se trouve sa Majesté ?


Conséquences :
Shonâ Freya est obligé de fermer les yeux pour résister au mal de tête, et est fortement désorienté.
Les autres sont désorientés ou doivent fermer les yeux pour ne plus l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3959
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Lun 7 Juil - 6:22

Chacun s'exprime rapidement, chacun donne son point de vue, sa façon de voir le combat. Konoha veut que nous fassions front commun. Cela m'arrange. Seth fait de même d'une intonation nouvelle, que je ne lui connais pas et cela me fait hausser un sourcil interrogateur bien que la situation soit assez urgente.
Oni reste l'égal à elle-même, mais je sais que je peux compter sur elle. Surtout avec ce que je lui ai fourni pour se battre. Quant à la dernière ... Elle ne s'exprime pas, mais je sens déjà qu'il va falloir que je lui prête une attention toute particulière.
La douleur devient, de plus, en plus puissante au fur et à mesure que le temps s'écoule et que nous le perdons en discussion et je ne tarde pas à fermer les yeux pour la contrôler. Mais je perds par la même occasion toute appréciation de l'entourage autour de moi. Le temps n'est plus à la réflexion désormais, mais bien à l'action et je dois agir vite. Déjà, je sens mon chakra affluer dans mes mains. Je n'ai pas besoin de voir pour effectuer la manœuvre qui va suivre. Une main posait sur ma tempe, je grimace fortement en apposant le sceau sur cette dernière. Un simple amas de lignes complexes, mais l'effet est là et il ne tarde pas à agir. Une seconde plus tard, mon cerveau me semble faire un tour complet sur lui-même. Je suis déséquilibrée quelques secondes, puis la douleur s'efface. Je rouvre les yeux et regarde autour de moi.
Non loin, le F noir s'intensifie à l'horizon. Il nous faut agir maintenant !
Mon regard se fait plus sûr, plus dur aussi à présent alors que je me précipite vers Oni et le Konohajin. :


"Ne bougez pas !"


L'ordre est bien visible et je me saisis à deux mains de la tête du Konohajin, mes pouces posaient sur ses tempes, je rassemble mon chakra et appose un sceau sur le coté gauche de son visage, là où se trouvait quelques secondes auparavant mon pouce.
Rapide, je fais de même avec Oni, mais je perds bien une bonne minute dans mon action, avant de foncer vers les deux nukenins.
Je commence par la femme qui semble être celle qui souffre le plus. Yeux fermés et déséquilibres, j'appose rapidement une main sur sa tempe et une sur son front pour calmer la douleur dont-elle souffre.
Mon chakra afflue dans son organisme et je résorbe immédiatement la douleur avant de la contrôler par le même sceau que les deux autres.
Je finis par Seth. Je suis presque hésitante en m'approchant de lui, mais je n'hésite pas longtemps alors que mes mains se glissent au niveau de son visage :


"Nous aurons une discussion si nous nous sortons vivants de cette situation... Je sais que tu es un puissant élément que j'aurais besoin de toi, mais ne me fais pas de coups tordus !"


L'avertissement est palpable, mais voilà, c'est fait à présent, ils sont tous en mesure de se battre désormais.
Maintenant, il faut agir.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1312
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Jeu 10 Juil - 17:44

    Un simple mal de crâne ? Sérieusement ? L'ennemi pensait qu'un petit mal de crâne faisant frémir des gosses de cinq ans me mettrait en déroute ? Non... Ce n'était pas ça. Le vrai danger, était la possibilité que l'on devient tout fou, un par un. Néanmoins, quand le mal de tête s'amplifia, je dois dire que mon crâne semblait exploser.

    Stabilisant mon état avec ma simple volonté, je dois dire que peu après, la jeune fille me mit un sceau sur la nuque. Après quoi, je n'avais plus aucune douleur. Plus rien. Un simple sceau qui met en déroute le pouvoir des Furyou... Je dois dire que je serai presque déçu. Mais trêve de bavardage, regardant la fille qui l'applique sur tous les protagonistes, je la remercie.

      « Merci, jeune fille. Maintenant ne perdons pas de temps, allons voir ce Chef des Furyou, et ce qu'il veut. »


    L'ascension vers le sommet de la colline. Là où tout va commencer... Et là où tout finira. Je ne comprends pas pourquoi tant d'agitation pour une simple autre Furyou... Celle que j'ai combattue dès ma libération. Elle et tous les Partisants. Elle et tous ces Ninja traîtres et fous de vouloir défier un être contrôlant les maladies... Oui, nous, les Sabakyô, étions les Annonceurs de la Mort. Qui voudrai combattre un annonceur de la Mort ? Personne, sauf un fou. Et même si les Furyou, aussi puissantes soit leur puissance, leurs corps restent humains. Et un corps humain craint les maladies. ET cela me suffit.



    Désolé:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Ven 11 Juil - 12:31

Tandis que je gardais un genou à terre, tentant de contrôler ces douleurs dont je ne pouvais pas tracer l'origine et qui mettaient mon cerveau à mal, je contrôlai malgré tout du regard les shinobis qui m'entouraient. Aucun ne semblait connaître l'autre et même si nous avions tous un objectif commun, la duplicité guettait à chaque prise de décision, d'autant plus que... Cette jeune femme, là, pouvait se révéler tout à fait « antipathique » à mon égard, et c'était un doux euphémisme quand on savait quel accueil m'avaient réservé les soldats de Kumo. J'étais donc là, plongé dans le flou d'une bataille qui se refusait à nous tous quand tout à coup je fus contraint de fermer les yeux lorsque la douleur redoubla d'intensité.

Elle s'était en effet muée en quelque chose de plus aiguë, de plus intense, et rouvrir les yeux était sur le moment une prouesse dont je ne me sentais plus capable. Tous mes sens en éveil pour prévenir un mauvais coup que l'un de mes « collaborateurs » aurait eu envie de m'asséner, j'entendis alors distinctement la voie de la jeune brune au teint blafard s'élever par dessus le grommellement de la petite troupe qui, semblait-il, expérimentait les mêmes souffrances que moi. Je pouvais définitivement écarter l'hypothèse selon laquelle la douleur était issue de ma blessure à la tête... Tant mieux... enfin, à priori. Car éliminer une cause probable était une chose, mais tracer l'origine du mal et l'éradiquer en était une autre. Un travail que la jeune femme, toujours la même, semblait à même de remplir. Je sentis en effet sans grande peine son chakra se mettre en mouvement, actif, papillonnant de ci de là comme pour butiner à différentes fleurs. Puis elle s'approcha enfin de moi. Un peu trop vite à mon goût, d'ailleurs. Par réflexe, je me redressai légèrement en la sentant approcher, préparant mes bras à faire ce qu'ils savaient faire de mieux. Mais il n'y avait en réalité aucune menace...

Le chakra qui se mit à effleurer mon visage et à caresser mon cortex était en effet à vertu médicinal. L'évidence était là, et même un guerrier sans aucun don sensoriel s'en serait rendu compte. Et pourtant, à l'écoute des paroles de cette femme-médecin, je ne pus empêcher une appréhension supplémentaire de s'emparer de moi. La méfiance... La peur... Il allait falloir que je m'habitue à susciter ce genre de ressentiments et surtout, à les canaliser pour mieux les calmer ensuite. Cette kunoichi avait pu passer au delà de ce qu'elle connaissait probablement de moi, mais tous n'en seraient pas capable. Aussitôt qu'elle était apparue, la douleur dans ma tête s'en alla après quelques secondes de soins méticuleux et je pus rouvrir les yeux, les posant par la même occasion sur la jeune femme qui avait guéri tout notre groupe.

« Merci. Nous... parlerons de tout cela plus tard », dis-je presque timidement en me relevant de toute ma hauteur.

Balayant la zone du regard, je dégageai mes épaules de l'épais drapé de voyage que je portais, l'envoyant voltiger en arrière. Simplement vêtu d'un pantalon ample très souple et de bottes lourdes, je fis alors quelques pas en avant pour me placer à la pointe de ce qui pouvait ressembler à une unité de combat.

« Rien ne dit que le mal de tête ne reviendra pas, mais on ne peut pas se permettre d'avancer trop prudemment, dis-je en serrant les poings. Je prends la tête pour l'ascension, laissez au moins dix mètres entre vous et moi. Toi, dis-je en désignant la kunoichi au teint pâle qui venait de me soigner, tu resteras au centre de la formation pour rapidement soulager les maux de têtes qui pourraient resurgir. Ne cherche pas à revenir à mon niveau, sauf si un ennemi se présente... »

Presque sans m'en rendre compte, je venais de donner des directives et de me placer moi-même en tête de notre formation, une position que j'étais probablement le plus apte à occuper mais qui me plaçait malgré tout au plus près du danger. Me préparant à tout instant à éventuellement me priver à nouveau de mes yeux en développant une fine pellicule de chakra autours de moi, je me mis alors à foncer à toute allure vers la colline pour en entamer l'ascension, filant droit en commençant à inonder mon corps d'énergie dont il n'allait certainement pas tarder à avoir l'utilité. Au sommet, un grand danger nous attendait certainement. Une menace contre laquelle je voulais me battre sans même savoir pourquoi, lancé à corps perdu dans une quête de rédemption peut-être perdu d'avance...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 817
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Sam 12 Juil - 18:26

Incroyable. Surprenant et surtout toujours plus fort.

Le mal de tête empirait, toujours grondant en mon être comme une tempête qui gonflait. Oui le mal était là, impossible de l'oublier. Si certains des autres shinobis présents ne semblaient pas être affectés j'ignorais pourquoi je l'étais autant. Impossible pour moi d'avancer, également impossible de faire autre chose que de tenir ma tête entre mes deux mains tant cela me fait mal. Pourquoi? Pourquoi suis je bloqué par un simple mal de tête qui pourrait être réglé par n'importe quel aspirine. Serait ce un des pouvoirs latents de nos adversaires? Est ce que ces dieux vivants peuvent causer des migraines juste par leurs volontés? C'était presque comique. Ca l'aurait été si je n'étais pas completement bloqué par cela. Si je n'étais pas obligé de mettre un genoux à terre tellement je souffrais.

Mais comme à chaque problème il y a une solution, alors que je croyais que ma tête allait exploser la jeune fille m'aida. Oui elle résolut ce problème, elle apposa un sceau sur chacun d'entre nous pour diminuer les effets de ce mal. Comme par magie les effets furent immédiats, je recouvris l'usage de mon corps et de mon esprit. Me relevant et jaugeant mes camarades d'infortunes je prit Irelya en main bien décidé comme tous à grimper cette colline pour en découdre, pour réussir à vaincre ces misérables et à mettre fin à leurs règnes de terreur.

Un des ninjas prit la parole, le grand musclé et costaud. Visiblement il voulait marcher en tête, soit cela m'allait très bien, je fermerais la marche évitant ainsi toute attaque dans le dos tandis que notre petit groupe progresserait. Nous n'avions pas d'adversaires en vue et ainsi notre ascension était quasi obligatoire et gratuite. Nous pouvions donc monter sans crainte pour l'heure, visiblement nous étions le groupe avec le plus de choix s'offrant à nous. Nous étions prêts et décidés à en découdre. Un médecin dans nos rangs et des guerriers, nous étions la parfaite équipe avec visiblement de fins niveau d'art shinobis. Un rapide coup d'oeil à notre équipe pour m'assurer qu'aucun d'eux n'était à la botte de nos ennemis. Peut être un traitre se cachait parmi eux, peut être un adversaire latent qui se réveillerait lors de notre marche. Qu'importe il périrait et rejoindrait les morts avant d'avoir blessé l'un d'entre nous.

-Je ferme la marche, progressons vite avant qu'un autre mal ne nous submerge.

J'étais décidée et prête. J'étais en harmonie avec mes sens et ma lame, bientôt l'instant de vérité surgirait. Bientôt les masques tomberaient. Bientôt nous verrons qui d'entre nous aurait le courage et la volonté de vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1286
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mar 15 Juil - 15:28

Votre mal de tête reprend et s’intensifie. Même si les soins semblent pouvoir l’apaiser, il faudrait que ce soit de façon continue pour que vous soyez totalement maîtres de vous-mêmes et de vos actions. Au lieu de ça, vous avez du mal à garder les yeux ouverts et à garder votre concentration. Mais vous avancez, la colline n’est qu’une étape pour vous. Dans une minute à peine, vous serez là-haut.
A mi-chemin, vous voyez plus de détails – du moins si vous avez les yeux ouverts – sur la colline. Sous le ciel gravé d’un « F » noir, c’est bien sa Majesté qui se tient immobile, semblant être entouré d’une aura allant du ciel jusqu’à lui, ou l’inverse.
Sa Majesté jette un regard difficile vers vous : bouger sa tête semble lui demander un grand effort. Tout en grinçant des dents, il serre ses poings, avant de relâcher une énorme vague d’énergie noire autour de lui, s’élargissant à mesure qu’elle descend dévaster la colline.


Conséquences :
Vous êtes tous désorientés, fermer les yeux peut vous permettre d'avoir une attention et des réflexes moins atteints.
La vague d'énergie est haute de quelques dizaines de centimètres et dévaste tout le tour de la colline en descendant.
Vous êtes à mi-chemin du haut de la colline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3959
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 16 Juil - 10:08

Pour la première fois, nous progressons. Vite et bien, la colline se dérobe rapidement sous nos pas alors que nous continuons à progresser en position serrée. Je continue à me concentrer pour laisser affluer mon chakra dans chacun des sceaux de mes coéquipiers du jour, les soulageant du mieux que je peux. Mais cela me met très vite en position de faiblesse, j'arrête de me concentrer sur moi et dans un cri de douleur, je pose un genou au sol et je ferme les yeux. Le mal de tête est revenu pour moi, plus intenses et plus fort que jamais.


"Aie !"


Fermer les yeux m'aide cependant à retrouver assez rapidement une stabilité d'esprit qui me permet rapidement de malaxer du chakra. Très vitre, j'entends les grognements de douleurs de mes compagnons. Elle revient, mais je vais la chasser.

"Je vais vous soignez !"

Gardant toujours les yeux fermés, je me concentre désormais uniquement sur mon chakra, sur le malaxage de ce dernier alors que le signe de la chèvre vient se former dans mes mains. J'accumule suffisamment d'énergie en un laps de temps assez court pour soulager mes partenaires, aussi, très vite, je relâche tout ce chakra, directement dans les sceaux que j'ai apposé sur leurs tempes. Une nouvelle fois, ils seront soulagés et pourront rouvrir les yeux et continuer à avancer. Mais pour moi la situation est différente et j'ai bien du mal à faire le point alors que je respire désormais de façon saccader, il me faut beaucoup plus de temps pour reprendre moi mes esprits.

Du temps que malheureusement, je fais perdre au groupe. Tellement de temps que lorsque je parviens alors difficilement à rouvrir mes paupières, il est déjà presque trop tard et une petite vague d'énergie noire ... Étrange, se dirige vers nous rapidement. Je ne suis pas en mesure de l'éviter et mes yeux ne tardent pas à exprimer un mélange d'émotions complexes.

Que va-t-il se passer à présent ?

hrp:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 16 Juil - 21:47

J'avance, sans m'accorder de répit, droit vers les hauteurs de cette colline surplombée d'un F plus noir que la nuit. Tous mes sens en éveil, mon crâne encore sous le coup de la migraine dont il a été frappé quelques instants plus tôt, je sens la douleur revenir... Mais mon attention reste braquée vers mon objectif du moment, vers celui qui semble faire converger toutes les énergies terrestres au sommet du monument naturel. Très certainement, et sans l'ombre d'un doute, l'un des Furyous que m'avaient brièvement dépeint les forces de Kumo, et si je n'avais pas encore pu être témoin par moi-même -dans cette vie tout du moins- de ce dont ces êtres à part étaient capables, il ne fallait pas pour autant que je baisse ma garde. C'était même tout le contraire. Mes forces, celles que j'imaginais m'appartenir, m'étaient en effet revenues, mais difficile de dire dans quelles mesures elles pouvaient rivaliser avec celles d'autres combattants, même lambda. J'étais un as du corps-à-corps, c'était un fait, et mes prédispositions pour les arts du Fuuin étaient édifiantes de l'aveu même de mes anciens geôliers, à Kaminari. Certaines runes me revenaient instinctivement, comme si j'en avais poussé la maîtrise à leur paroxysme dans ma vie passée, mais le temps que je mettais pour les matérialiser était beaucoup trop long... Du moins me semblait-il.

Mes doutes allaient de toute façon devoir vite se dissiper tant la situation, d'une banale charge contre l'ennemi, était sur le point de se muer en déroute en règle. La douleur, elle revenait oui, mais encore plus intensément que précédemment, mais tandis que je trébuchai presque en plein milieu de mon ascension, elle sembla se dissiper presque aussitôt, un chakra à la fois étranger et étonnement familier m'effleurant les tempes pour venir s'insinuer dans mon cerveau afin de faire son œuvre, encore une fois. Tout se passa alors à grande vitesse, mes yeux se rouvrant sur notre perte potentielle à tous : une vague d'énergie noire et insondable, qui déferlait le long de la colline pour nous balayer tels de misérables insectes, comme elle était en train de le faire avec tout ce qui se trouvait sur sa route. L'urgence de la situation me frappa alors comme un boomerang que je ne me serais pas rappelé avoir envoyé : si la kunoichi qui nous avait soigné avait à nouveau consommé une telle dose de chakra, pour au moins quatre individus... Impossible qu'elle puisse suivre le rythme, et encore moins éviter ce barrage qui nous faucherait tous dans une poignée de secondes si je ne faisais rien.

Mes deux mains, paumes ouvertes, se placèrent alors tout de suite en croix, mes jambes stoppant le mouvement pour me donner la stabilité la plus élevée possible. Tous mes muscles, en vérité, se préparèrent à l'impact à ce moment là, tandis que je laissai autant de chakra que nécessaire se déverser dans mes mains. Je ne savais pas si l'onde de choc se briserait ou pas sur moi, j'ignorais si elle continuerait à me pousser vers le bas tel un marteau manipulé par son porteur, mais j'étais au moins persuadé que je ne pouvais pas échouer. Pas alors que je faisais mes premiers balbutiements dans ce monde à la fois connu et étranger.

A l'instant T, ma barrière se déploya d'une traite, couvrant toute la largeur nécessaire afin de couvrir mes alliés de circonstances, là derrière moi. Mon regard braqué à travers l'onde, je me refusai à flancher... Et y parvins. Presque surpris, me tenant comme un roc là où était malgré tout parvenu à me pousser l'onde, je m'autorisai un fugace regard en coin à mes compagnons du jours, esquissant même, je crois, un sourire fort malvenu étant donné le contexte. Mais rien n'était encore fait. Lancinante, contenue par les efforts soutenus de la jeune médecin, la douleur était toujours là, tapie dans l'ombre, et nul doute que tous les autres souffraient des mêmes maux. Je parvins sans peine à garder les yeux ouverts tout en reprenant l'ascension de plus belle, une portion non négligeable de mon chakra envolée... Mais il allait falloir être prudent. Très prudent. Car à supposer que nous puissions engager le combat avec le Furyou, planté au sommet, il nous faudrait faire preuve d'une vigilance de tous les instants pour que la kunoichi au teint blafard puisse continuer à nous garder sur pieds.

Il nous faudrait donc à la fois combattre ET la protéger, quitte à ce que l'un de nous lui confie sans rechigner ses réserves de chakra pour qu'elle puisse continuer à alimenter les sceaux sur nos tempes. Une entreprise des plus risquées... D'autant que plus j'avançais, plus je sentais la pression augmenter, aussi bien dans mes veines que sur ma peau.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 817
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Jeu 17 Juil - 21:01

De Charybde en Scylla.

Le groupe avançait sans ralentissement, nous progressions avec toujours dans nos rangs la ferme envie de vaincre. L'envie de tuer cet homme au sommet de cette colline. Les raisons de sa venue et sa puissance m'était égale. Nous étions désormais sur qu'aucun traitre n'agirait parmi nous. Personne pour s'opposer à notre ascension, plus de problème de tête et mieux encore tout semblait bien avancer. Je préparais Irelya pour le combat à venir, je savais que ma faible puissance ne me permettrait guère d'enchainer les techniques de haut rangs. Je comptais donc si la précision de mes techniques et le fait que je pouvais rapidement être soignée et épaulé par la montagne dont la chevelure était aussi rousse que la mienne. Qui avait dit que les roux n'avaient pas d'âmes?

Malheureusement comme un problème ne vient jamais seul encore une fois nous avions à affronter un adversaire invisible, la migraine n'était plus en comparaison de ce qui faillit faire exploser mon cerveau. Mon corps flancha, je me retrouva rapidement incapable d'ouvrir mes yeux. Incapable d'enlever les mains de mon crane pour essayer en vain d'atténuer ce mal de tête. Mon cerveau allait fondre ou exploser en morceaux si ça continuait. Je savais, oui je savais désormais que ce n'était pas naturel et que celui qui était à l'origine de cela se trouvait en haut de la colline. Nous étions si proche de lui foutre une raclée qu'il aurait pitoyable de crever ici bas comme des insectes. Non ce n'était en aucun cas concevable pas plus que l'était le fait de ralentir la marche et de laissez derrière nous nos coéquipiers. Tout comme moi ils étaient sous les effets de ce mal de tête si puissant que j'en étais désorientée. Impossible de reprendre l'ascension dans des conditions pareils.

Et encore une fois l'adolescente nous sauva, c'était la deuxième fois qu'elle aidait notre groupe. Elle apposa un second sceau sur nous, un sceau plus puissant que le précédent compte tenu des dégats engendrés par ce maux de tête plus puissant que le précédent. Je reprit mes esprits, je remit Irelya sur mon épaule et en ouvrant mes yeux avec une difficulté moindre je réussis à apercevoir la personne sur la colline. Sa majesté comme il se prénommait, voyons de quel piédestal ce dernier allait chuter lorsqu'il tomberait sous nos assauts communs. Visiblement il nous a vu, et il n'aime pas nous voir toujours en vie.

Son attaque est puissante et énorme, une vague d'énergie dévastant tout sur son passage et mon niveau ne me permet pas de me proteger. Nul doute que entrer en contact avec son attaque ne ferait aucun bien à mon corps. Fort heureusement il semblerait que je sois bien tombée. Le colosse réussit à stopper l'attaque en déployant sa propre barrière. Du moins il nous fraye un chemin dans cette attaque. Un passage désormais sur, mes coéquipiers ont donnés de leurs personne désormais c'est mon tour.

Je m'avance en ignorant les dégâts encore présent du mal de tête. Je regarde notre adversaire, quelque chose me rend nerveuse. Il aurait pu nous réduire à néant depuis un moment? Alors pourquoi ne bouge-t-il pas? Pourquoi ne fait il rien pour nous tuer? Serait il bloquer? Aucune idée mais je profite de cet instant. Je dégaine Irelya et la pointe en sa direction. Mon attaque n'aura pas comme but de le tuer car elle est trop insignifiante, non elle aura comme objectif simplement de le toucher et de le gêner le temps que nous soyons à sa hauteur. Trois projectiles de Shôton sortent de ma lame, ils fusent droit vers notre adversaire. Esperons qu'ils feront mouche. Nous sommes bientôt près de lui et quelque chose me dit que ce n'est rien, que ces attaques que nous avons essuyer ne sont rien comparés à ce qui nous attends.

-Prêts?

Nous devions coordonnés nos attaques pour avoir de meilleur chances de le blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 25
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 23 Juil - 21:10

Lorsque les shinobis arrivèrent à l’endroit le plus haut de la colline, ils sentirent bien que quelque-chose venait de s’y passer. Un surplus d’énergie venait d’apparaître, pour aussitôt se faire oublier en un instant. La lumière qui avait tout d’une aura se détacha du ciel et disparut pour laisser place à un seul corps. Dans le ciel, la lettre « F » était toujours gravée et le serait encore pour l’instant. C’était ainsi qu’il l’avait décidé. Monwa, droit et majestueux, se tenait dos à ceux qui avaient voulu perturber son plan. Il laissa échapper sa main vers le sol, et tira un trait d’énergie. Qu’est-ce qu’il eut balayé à ce moment-là ? Personne ne put le savoir, pas même les quelques ninjas chanceux qui venaient d’arriver.

L’homme soupira avant de lever les yeux au ciel. Le symbole de son armée, celui des siens était encore fièrement affiché dans les cieux. A l’image de l’écart de puissance flagrant entre les shinobis qui avaient peine à gravir la hauteur prise par les Furyou. Doucement, il se retourna vers les chanceux qui avaient pu arriver jusqu’à lui.
    Bienvenue, je suis étonné que vous soyez encore tant en vie. Au départ, vous étiez cinq, n’est-ce pas ?
Apparemment, le sortilège n’avait eu que peu d’effets sur eux. En l’état actuel ou plutôt normal des choses, aucun de ces shinobis n’aurait été capable de venir jusqu’ici. Mais apparemment, trop nombreux furent les shinobis victimes de ce sort à Tsuchi no Kuni. Aussi faibles soient-ils, les ninjas avaient apparemment fait des efforts pour lutter contre le mal de tête. Mais à présent, sa Majesté serait en mesure de renforcer le pouvoir du sortilège de Raj.
    Je ne pense pas que vous sachiez pourquoi je suis là. Je pensais que vous le sauriez, mais de toute façon sachez que vous arrivez trop tard.
Son regard alla frôler le sol derrière lui, lieu de son trait noir qui n’avait laissé que des cendres. Il dégagea une puissante prestance, qui balaya à elle seule ces cendres qui s’en allèrent dans les airs. Monwa ferma les yeux, et huma un air qui lui parut plus nouveau.
    Je suis sûr que vous ne voulez pas mourir. Aussi j’aimerais vous faire les messagers d’une information que je veux transmettre à tous les villages et à tous les shinobis. Je referai encore quatre interventions de ce genre. Ne vous interposez pas, et tout se passera bien.
Il attendit, car il sentait bien que Raj n’en avait pas fini. Quant aux autres, il leur faudrait également encore un peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3959
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Dim 27 Juil - 9:39

Nous sommes enfin à hauteur de cet homme qui se fait appeler sa majesté. Abject et hautain, je l'observe malgré ma fatiguée évidente. Mes forces m'ont quitté petit à petit, pourtant désormais, au point ou nous en sommes, je sais qu'il faudra mettre mes dernières réserves de chakra dans une offensive ciblée même si elle est insignifiante.
Une goutte de sueur dégouline de mon front et j'observe mes coéquipiers d'un œil vide, exténué. Un petit coup d'œil envers Yanosah pour le remercier de son intervention car désormais il nous faut agir en totale harmonie, il faut au moins que l'on essaye de faire quelques choses qui apportera solution à tout ce conflit.
Je gémis de douleur et pourtant, je compose très rapidement une série de mudra avant d'attraper un Kunaï dans ma sacoche et de m'entailler le poignet profondément pour laisser mon sang s'écouler dans l'herbe verte.
Il me faut moins d'une seconde pour rassembler l'énergie nécessaire :


"Invocation !"


J'ai mal et je souffre d'autant plus lorsque je sens mon énergie se vider, mais je suis rassurée de voir les deux nuages blancs se former devant moi et d'en voir Sunilda et Falco en sortir en grognant. Quelques secondes plus tard, je me redresse en m'agrippant à la fourrure soigneuse de mon alter ego avant de lancer un regard noir en direction du Furyous.


"La raison de votre présence ici nous importe peu ! Tout ce que nous voyons, c'est la désolation que vous apportez autour de vous et c'est cette désolation que nous sommes venus combattre !"


Un regard vers mes coéquipiers et un signe. À eux de jouer, je reste en soutient comme toujours avec mes deux ours désormais et c'est avec difficulté, mais malgré tout agilité, que je parviens à me hisser sur le dos de Sunilda, à l'abri, je l'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mar 29 Juil - 11:14

L'ascension était achevée... Nous étions à portée... Et pour autant, notre adversaire sembla à peine sourciller. Sur mes gardes, je sursautai presque lorsque ce dernier relâcha une onde d'énergie derrière lui tandis que notre petit groupe se mettait en position en demi cercle autours de lui. Un bref regard en arrière, toutefois, et je m'aperçus rapidement que nous n'étions plus autant qu'au départ. La kunoichi médecin et la sabreuse étaient en effet les seules rescapées de l'ascension à ma grande surprise, une évolution de notre effectif qui n'allait clairement pas dans le bon sens. Une brève impulsion de chakra sensoriel envoyée vers le bas de la colline... Je ressentais toujours la présence, en retrait, de l'homme au masque, mais celle de notre cinquième compagnon... Avait complètement disparu. Aussi dédaigneuse qu'elle ait pu paraître au premier abord, son appui aurait été plus que souhaitable dans cette situation... Sans m’appesantir sur les raisons qui auraient pu la pousser à s'enfuir ou à sortir de la formation, je braquai à nouveau ma pleine attention vers le Furyou.

Ce dernier avait d'ailleurs bien remarqué notre sous-nombre... Il s'agissait toujours d'un trois contre un, mais si la moitié de ce qui m'avait été rapporté sur ces adversaires était vrai, alors nous étions toujours trop peu. Mais que faire, alors ? Renoncer, l'observer et résumer tous nos efforts passés à une simple surveillance ? Non, il fallait agir. Cet ennemi, par sa confiance et sa puissance apparemment sans limite, pouvait pêcher d'orgueil à un moment ou à un autre -c'était, à vrai dire, probablement notre seule chance de l'emporter. Mais pour concrétiser une opportunité, encore fallait-il être prêt à la saisir.

De l'aura du Furyou sembla alors émaner une onde invisible, absolue, tandis que fusaient vers lui trois projectiles de laves qui passèrent au dessus du niveau de mon épaule sur ma droite. Autant d’impacts sourds sur la pellicule d’énergie brute qu'avait matérialisé le Furyou. Un premier détail inquiétant, en sus de tout le reste -ce maelström aérien qui battait au dessus de nous- attira alors mon attention : d'étranges cendres décollaient en effet du sol sous l'effet de l'énergie pure qui irradiait de notre adversaire, se mêlant à l'air ambiant... pour quel effet ? Cela j’espérais ne jamais le découvrir et alors que je sentais de nouveaux chakras apparaître sur le terrain, je me fendis d'un avertissement tout en déchirant rapidement le bas de mon pantalon pour me munir d'une longue bande de tissu, que je m'empressai d'attacher autours de ma tête au dessus de mon nez et de ma bouche.

« Attention ! Ces cendres ne sont sûrement pas là pour faire joli, méfiez-vous... »

Tout en prononçant ces paroles, je commençai lentement mais sûrement à emmagasiner du chakra aux points névralgiques de mon organisme tout en tournant brièvement la tête pour observer les deux ours qui étaient apparu du coin de l'oeil. L'ouverture des verrous psychiques était une discipline dans laquelle il semblait que j'avais excellé autrefois et mon corps était manifestement rôdé au processus... mais pas mes synapses. Pas encore. Si je voulais faire usage de ce puits sans fond de puissance, il fallait donc m'y préparer à l'avance. En attendant, il allait nous falloir distraire cet énergumène avec des moyens plus conventionnels. Dégainant deux kunais de ma sacoche, je rétorquai alors au Furyou.

« Tu espères vraiment qu'on te laisse faire ton petit rituel en te regardant faire, hm ? Tu te crois bon seigneur de nous proposer de nous laisser la vie en nous transformant en simples messagers ? Ce sont des combattants que tu as devant toi, pas des pantins. »

Trop plein d'assurance ? Peut-être. Mais une partie au moins du combat allait se jouer sur l'esbroufe, c'était évident. Une créature intelligente qui ne craignait absolument pas la défaite ne perdrait pas son temps en bavardages : elle exterminait. Point. Mes kunais préparés, affublés chacun d'un sceau détonant, je les envoyai sans plus de préambule vers notre unique cible à tous. L'effet des explosions avait cependant bien moins d'importance que le temps que j'allais pouvoir gagner... Lorsque je pourrais ouvrir les verrous, alors l'assaut véritable pourrait être lancé.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 817
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 30 Juil - 2:45

Tuer.

Désormais plus rien ne me retient, au nom de ma maitresse tombée en route, au nom de Nelliel il va payer. Cet ordure, ce monstre autoproclamé Dieu et Majestée d'une armée amputée de l'un de leurs membres. Il va mourir, son corps embrassera le sol qu'il se plait à manier. Ses tours de magie ne m’intéresse pas. Les pseudos magiciens je connais, il sait faire des tours? Soit nous aussi. Le trio que nous formons est en vie, et plus que ça est prêt à l'écraser. A le tuer et à balader son cadavre aux quatre coins du monde pour montrer à tous que personne n'est immortel.

Son discours est ridicule tout comme lui. Il essaye de faire l'important, pantin d'un être encore plus puissant. Expérience ratée d'un clan décimé depuis un moment. Il n'est rien, non vraiment ce n'est pas lui dont j'aurais peur aujourd'hui. Alors peut être sa puissance suffirait à m'écraser à l'instant ou il déciderait de l'utiliser, certes il va me tuer quand j'essayerais de le vaincre. Pour autant si on est arrivés au sommet de la colline en vie c'est que nous pouvons faire autre chose que de la figuration.

Il connaitra les pires souffrances, il tombera de son trône. Il ne sera plus une menace pour notre monde, ni lui ni aucun de ses compagnons. Lorsque enfin nous aurons vaincus avec les autres shinobis ces immondices je pourrais reprendre ma route normalement. Je pourrais enfin combattre sans avoir du dégout pour ce que je fais. Je pourrais enterrer ma vie précédente. Celle d'une machine à tuer, en tuant ces Furyous je boucle le cercle vicieux de la vengeance.

Alors que mes compagnons se préparent au combat et semblent attendre une quelconque indication avant de passer à l'acte, je n'ai au contraire aucun remord à passer à l'acte. D'un simple geste j'empoigne Irelya et me recule de quelques pas de mon adversaire. Plongeant mon épée dans le sol de j'utilise le Shôton pour dresser un cercle autour de nous. Personne n'en sortira sans se battre. Puis je la sors afin de créer une armure de cristal autour de la jeune adolescente, elle est médécin et à besoin de protection pendant qu'elle nous soigne. Enfin après avoir créer une lame de Shôton dont la taille est identique à celle de Irelya et après avoir augmenter ma vitesse je m'élance sur mon opposant. Qu'il garde son illusion de nous impressionner pour d'autres.

-Tes avertissements ne valent rien. A ton tour d'en recevoir un. Ecoute bien, aujourd'hui même si tu t'enfuis. Aujourd'hui tu perdras encore des membres de ton armée. Les shinobis sont remplaçables tant que subsiste l'envie de vaincre. Mais les tiens? Ils ne sont qu'une poignée. Vous vous êtes condamnés vous même lorsque vous avez attaqués Kiri. Maintenant que je sois ignorante ou pas, tu subiras notre courroux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 25
Rang : ?

Message(#) Sujet: Re: Chronique #1 - Groupe #5 Mer 6 Aoû - 10:06

Des invocations ? Pouvaient-ils seulement avoir encore l’envie de se battre. Ils avaient eu du mal à venir jusqu’ici et avaient souffert rien qu’avec des effets qui ne venaient même pas de Monwa lui-même et ils espéraient pouvoir le vaincre ? L’idiotie des shinobis ne semblaient pas avoir d’égal. Mais d’un côté, sa Majesté semblait s’être rendu compte qu’elle aussi, avait manqué de clairvoyance. Elle connaissait bien les ninjas, elle aurait du se douter qu’ils ne changeraient jamais. Pourtant, il y avait eu la destruction de Kiri. Pourtant, ils avaient essuyé des pertes en grand nombre. Mais la vengeance semblait avoir pris le dessus sur la raison. La mort, était-ce la seule fin possible pour eux ?

Des projectiles envoyés par l’un, repoussé par un simple mouvement de bras de la part de Monwa. Il aurait pu les encaisser comme la précédente attaque du plus faible, qu’il avait pris de plein fouet. Mais aussi endurant et puissant qu’il était, Monwa ne craignait rien de techniques ou d’actions de ce genre.

Mais s’ils préféraient combattre plutôt que de vivre, alors leur qualité de messager était fortement mise en cause. Est-ce que sa Majesté se devait de parler lui-même ? Il pouvait le faire, mais il y dépenserait une énorme quantité d’énergie. Mais il pouvait le faire. La question était : est-ce que cela en vaudrait la peine ? Son temps était précieux.

L’appel de Raj arriva. Monwa se devait d’agir. Déjà trop de temps passé ici, et il restait encore quelque-chose à accomplir. Il regarda une dernière fois les trois shinobis qu’il avait en face de lui.
    Si je ne peux pas compter sur vous comme messagers, alors vous ne me servez plus à rien. J’aurais aimé vous tuer, mais vous laisser vivre vous fera bien plus souffrir.
Le temps était compté. Car s’il voulait délivrer ses paroles à tous les shinobis, il fallait faire vite.

Monwa se transforma en une trainée d’ombre noire, qui souffla et dispersa les cendres encore présentes sur la colline, et s’envola.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chronique #1 - Groupe #5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-