N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 De joyeuses retrouvailles [Clan Samui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: De joyeuses retrouvailles [Clan Samui] Lun 30 Juin 2014 - 13:02

Le voyage avait été long et épuisant, mais enfin, deux femmes arrivaient au port de Kanazawa. Ici la température était bien différente et bien qu'il reste encore un peu de routes à parcourir, Masayuki Samui, actuelle chef du clan Samui se tourna vers la doyenne l'air intrigué tout en retirant son épais manteau de fourrure. L'air était bien différent ici. Elle tendit ensuite le bras à une vieille femme à l'allure noble et droite pour l'aider à franchir les derniers pas qui la séparait de la terre ferme :


"Nous sommes enfin arrivées Chifumi ! Plus que quelques heures et nous aurons rejoint Kakeshuou-Sama !"


La vieille femme se contenta d'approuver ces paroles d'un hochement de tête avant de se diriger vers l'un des moyens de transport qui allait les conduire à destinations. Il était hors de question pour la doyenne de se fatiguer plus que de nécessaire, surtout dans son état encore fragile. Mais Masayuki était du genre "bavarde", elle enchaîna :


"J'espère qu'il n'y a rien de grave ! Kakeshuou était assez insistant dans son courrier ! Il a exigeait votre présence ! Votre petite fille doit être en lien avec tout ça !"


Elle venait de faire une moue assez atypique pour le coup, entre la résignation et l'agacement. Chifumi cependant, ce contenta de lever la main d'un ton las :


"Je ne pense pas que Yuki soit la cause de cette demande ... Du moins, pas de la façon dont vous le pensez ... "


Le sujet de cette petite réunion de "famille" improvisée, elle ne semblait que trop bien le connaître. Ses pires craintes seraient d'ailleurs bientôt confirmer.
La diligence dans laquelle elles s'étaient engagées arrivée en vue de la capitale du pays de la terre. Elle s'arrêta d'ailleurs devant les immenses portes de ce lieu et les deux représentantes Samui descendirent. Une dernière recommandation de la part de l'ancienne cependant :


"Si jamais ... Les choses tournent mal ... Ne t'en mêle pas ... Contente-toi de protéger les civils ..."


Une simple recommandation après tout. Les deux femmes étaient munies d'un laissé passé et elles se présentèrent au poste de garde pour faire valider ce dernier avant de se rendre enfin au palais du triumvirat.
Les retrouvailles promettaient quant à elles d'être émouvantes ... Ou pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De joyeuses retrouvailles [Clan Samui] Ven 18 Juil 2014 - 21:55

Ayant prévu de faire le voyage jusqu’aux terres revendiqués par ceux de sa Race, le vieux combattant s’était finalement rabattu sur le dernière courrier que lui avait envoyé la Chef de Clan. Masayuki insistait à venir, tant l’affaire paraissait urgente. Faire un tel voyage pour cela ? La chose avait gêné l’ancien. Après tout, il savait qu’ici, les oreilles trainaient et menaçaient de tout révéler pour de bêtes histoires de jalousie et de perfidie. On n’est jamais à l’abri dans une Alliance aussi fraîche et détentrice d’éléments aussi nombreux qu’étrangers les uns aux autres. Pourtant, il devait se pencher sur le côté pratique : il avait ici des responsabilités, qu’il ne pouvait se permettre de quitter. Il devrait donc attendre la venue de la doyenne et de la chef de Clan pour pouvoir pleinement s’exprimer. D’autant que l’affaire était des plus troublantes. Pour utiliser ici un vocabulaire adouci.

La nouvelle qu’il avait reçu il y avait de cela un mois l’avait secoué, pour ne pas dire bouleversé. Certaines informations restaient secrètes dans le monde des Ninjas ; c’était d’ailleurs monnaie courante. Mais d’autres étaient bien plus lourdes, et les révéler pouvait avoir l’effet d’une bombe sur tout un peuple. En l’occurrence, apprendre par courrier, de façon aussi inattendue, la parenté qui liait le vieux briscard à la jeune Princesse des Neiges était tout sauf une bonne surprise. Scotché dans un premier temps, son visage avait traduit toute l’amertume et le dégoût que l’on pouvait avoir à ce genre de nouvelle. Grinçant des dents, l’homme avait contrôlé de justesse sa fureur et son chakra ; mais sa jeune secrétaire avait quand même passé sa petite tête par la porte pour voir si tout allait bien. Cachant alors ses sentiments présents, Kakeshuou Samui avait fait preuve d’une retenue sans précédent lorsque l’on connaît son comportement. Mais cela ne signifiait en rien qu’il tiendrait l’affaire pour résolue et close.

Patient, jusqu’à une certaine limite, l’homme avait procédé aux affaires de la région, jusqu’à ce qu’on lui annonce enfin la nouvelle. Les deux femmes avaient été vu sur la place. Elles étaient donc bien venues. A cette simple mention, le visage du Jônin s’était assombri comme des nuages noirs menaçant le Village Caché des Nuages … . Venez, nous avons à parler … .


La jeune secrétaire avait dévalé les escaliers à toute vitesse, sur l’ordre de son supérieur. Elle devait accueillir deux personnes d’importance, appartenant au Clan Samui. Elles seraient venues de l’autre bout du monde ? Étant donné la géographie du Monde Ninja, il ne pouvait en être autrement ! Même par voie maritime, le voyage séparant le Pays de la Neige et celui de la Terre était long ! Si ces deux femmes avaient fait un tel trajet, c’était probablement pour un sujet très important, cher au cœur de cette ethnie … . Pour lequel elle poserait certainement ses oreilles contre murs, portes, et tout objet concret devant retenir les paroles mais n’étant qu’une fine barrière face aux rugissements de son patron. Sans même faire la curieuse, la demoiselle avait déjà perçu l’une et l’autre conversation, et était au courant de bien des choses. Nihihihi, pourquoi cette fois-ci serait-elle différente ?
Ouvrant les portes, celle munie d’une taille de guêpe se trouvait bientôt nez à nez avec les deux invitées de marque. Et … sa simple respiration eut du mal à suivre. Si la différence ne se faisait que sur la taille, cela ne la changerait pas de son quotidien. Mais là, c’était pas seulement une question de hauteur, ou de physique. L’aura de ces deux femmes étaient écrasantes ; à elles deux, elles subjuguaient littéralement la conscience et l’esprit de la jeune secrétaire. Ce n’était certainement pas des personnes lambdas. Rien d’étonnant à ce qu’elles soient reçues par le Capitaine de l’Ôdâ en personne.

Balbutiant un « par ici, s’il vous plaît », qui ne tenait pas vraiment la route, la jeune kunoichi conduisit les deux femmes à l’étage. Ne cherchant pas à m’immiscer dans la conversation, la demoiselle avançait droit dans ses bottes, sans se retourner, et sans chercher à écouter quoi que ce soit. Et ses premières intentions – d’espionner et de faire chanter son patron pour avoir plus d’heures de libre ou un plus long week-end – étaient vite oubliées. Se faire chopper en train d’écouter aux portes lorsqu’il y avait des personnes aussi importantes ne pourrait mener qu’à un blâme, un renvoi ou une exécution. Le premier était à redouter, le deuxième à craindre, le troisième à pleurer.
Présentant la porte aux deux femmes, celle-ci fut rapidement ouverte pour donner place à un spectacle presque coutumier pour les visiteurs réguliers du Capitaine de l’Ôdâ. Assis à son bureau, l’homme pliait quelques dernières affaires avant de passer à la suite des opérations. Une fois son dernier papier signé et mis sur le côté, l’homme se dressait pour faire part à ses invitées de son regard noir. Ses yeux couleur « eau glacée » étaient maintenant teintés d’un fond océanique, allant dans la teinte abyssale. De toute évidence … le Dernier des Kirijins n’était pas du-tout d’humeur.

~ Masayuki-Sama, cette vieille chouette vous a-t-elle fait savoir la dernière info en date ?

Le ton était des plus sombres ! Rien de bien accueillant. Et pourtant, il faisait signe aux deux femmes de s’asseoir aux fauteuils présents devant le bureau. Rien à boire, mais cela viendrait certainement après l’engueulade.

~ Si ce n’est pas le cas, je suis persuadé que cette chère Chifumi se fera le plaisir de vous la dévoiler ! persifflait l’ancien sur un ton à la fois ironique et méprisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De joyeuses retrouvailles [Clan Samui] Mer 23 Juil 2014 - 8:37

Fatiguée, c'est ainsi que la vieille femme se présenta donc à l'ancien gouverneur du pays de la neige. Accompagnée de l'actuel chef du clan Samui qui n'avait pas un seul instant de la raison qui avait poussé l'homme face à elle à traverser la moitié de la planète pour venir se présenter ici, c'est un peu excéder que Chifumi posa un coude réprobateur pour maintenir sa tête, sur l'un des accoudoirs du fauteuil où elle trônait désormais.
Regard de braise, elle fusillait à présent le vieux loup, prête à en découdre alors que ce dernier lançait désormais la joute verbale :


"C'est donc pour cela que tu nous as fait traverser la moitié de l'océan ... Une vulgaire affaire de mœurs s'étant déroulée il y a plus de quarante ans maintenant ..."


Lassitude ... Voilà l'esprit de la vieille femme alors qu'elle se cachait à présent les yeux avec une main devant autant de puérilité :


"Tu restes un enfant Kakeshuou malgré tes presque soixante ans ... "


Elle se tourna donc le visage impassible vers le chef du clan, prête à lui expliquer la situation même si cette dernière avait du mal à comprendre le pourquoi du comment et surtout l'incohérence de la situation :


"Nous avons eu une aventure en dehors du mariage il y a maintenant 38 ans ... J'étais alors fiancée à mon défunt époux et de cette aventure, une enfant à vue le jour ..."


Froncement de sourcil de la part de l'ancienne et regard mauvais à l'encontre du vieux loup de glace. Cette affaire n'aurait jamais dû éclater ainsi au grand jour, mais puisqu'il le souhaitait :


"Ma fille Yuko est certes illégitime, car conçus en dehors de mon union, mais personne n'en a été au courant jusqu'à ce jour. L'idiot que vous avez en face de vous ..."


Elle pointa d'un air accusateur le vieux :


"... N'était même pas au courant !"


Et cette fois-ci, elle tourna son visage vers le membre du Triumvirat :


"Je t'ai apporté descendance que jamais tu n'aurais sans cela ! Si tu crois que la haine que tu auras à mon égard te soulagera de cette trahison comme tu sembles le penser ! Soit, je suis prête à l'accepter ! Mais Yuko et Yuki ne sont en rien des coupables dans cette histoire ! Si tu parviens à les faire exclure du clan, non seulement, tu détruiras une partie d'entre eux, mais tu t'attireras également mes foudres !"


Le regard était noir, profond et surtout glacial. Il y avait de l'électricité dans l'air à n'en pas douter et ce n'était certainement pas Masayuki qui allait s'interposer entre les deux doyens :


"Notre fille représente ce qu'il y a de plus pur au sein du clan Samui ! Nous savons tous deux que nos branches sont parmi les plus nobles de ce dernier de par nos ancêtres ... Oseras-tu défier les ancêtres Kakeshuou ? C'est la question que je te pose !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De joyeuses retrouvailles [Clan Samui] Dim 3 Aoû 2014 - 4:55

~ Ferme-la, vieille chouette … . Et n’ose pas venir me parler des ancêtres !

Rares sont ceux qui ont pu voir notre quinquagénaire dans une colère aussi noire. Et la chose était même rare pour le premier concerné. Homme qui s’était forgé une identité inébranlable autour de la raison et de la sagesse, voilà qu’il découvrait – au même titre que son public – une rage intérieure qu’il ne suspectait même pas. Adieu, tous ces idéaux. Cette image qu’il s’était bâti à travers sa sueur et son sang. L’homme devenait bête, et ne mâchait plus ses mots ; y compris devant celle avec qui il avait partagé une nuit il y avait fort longtemps. La question était bien trop grave pour être éludée, ou laissée de côté.

En vérité, la plus à plaindre dans ce spectacle de famille était certainement Masayuki. Chef de Clan, pourtant timide et discrète, la malheureuse était là, à observer les doyens de sa Race s’arracher bec et ongles pour d’obscures histoires dont elle ne connaissait rien. Certes, la nouvelle dut la surprendre ! LE Kakeshuou Samui, avoir descendance. L’alcool avait forcément joué dans le processus. Elle qui le connaissait depuis leur enfance avait du mal à imaginer ce qu’autrui avait bien pu trouver à cet énergumène unique en son genre. Bref, cela n’enlevait rien à la chose. Les propos de la vieille Chifumi étaient cinglants, et auraient arraché une corne à un rhinocéros ! Mais la riposte du Capitaine de l’Ôdâ était encore plus stupéfiante ! Si l’homme était réputé pour son calme et sa capacité d’analyse en toute situation, il apparaissait clairement qu’il découvrait ici une nouvelle facette de sa personnalité.

L’homme ne démordait pas. Il ne craignait qu’une seule chose en cet instant : que la catastrophe dont il avait été informé n’ait plus de conséquence. Son objectif ? S’imposer dans cette position déjà très difficile à tenir. Depuis la nouvelle, il avait déjà croisé plusieurs fois la Princesse des Neiges, nièce récemment devenue petite-fille. Alors qu’elle demeurait dans le secret, ce n’était pas le cas de son supérieur, qui ne pouvait qu’être affecté par cette révélation. Et cette vieille chouette, qui nous parle « d’enfantillage », d’ « idiot » et d’ancêtres ?! Attends un peu la riposte ; certains de mes ennemis n’ont jamais eu l’opportunité d’affronter un tel courroux … !!

~ Ne viens pas me menacer avec tes foudres, ou avec le serment des Anciens ! Comment oses-tu me sortir de pareilles sornettes ! Tu m’as donné descendance ?! Et de quel droit as-tu gardé cela pour toi ! Toute ma vie, je l’ai consacré à mon devoir, et à la tâche qui m’était confié ! Mon corps et mon âme sont celles d’un soldat qui s’est jeté dans tous les périls en sachant qu’il ne laisserait rien derrière lui ! Et tu viens m’annoncer que je suis père ET grand-père ? Et ce, depuis près de quarante ans ?!? Et quelle réaction attendais-tu !!

L’homme tournait en rond, mais ne perdait pas sa « future victime » des yeux. C’était un Lion en chasse, prêt à éliminer tout ce qui menaçait sa sécurité. Jamais pareil affront ne lui avait été fait. Il préférerait encore se remémorer ces humiliantes défaites qu’il avait subi pendant la guerre. Là encore pouvait-il se dire que le Destin en voulait ainsi. Mais lui avoir caché une information aussi capitale, et pendant si longtemps … et pour finalement la révéler de la sorte ! Alors que l’homme prenait des responsabilités, qu’il s’éloignait de son Clan et que sa petite-fille se trouvait comme subalterne ! Les choses ne pouvait plus rester les mêmes. D’autant que les intentions véritables de la grand-mère restaient à découvrir.

~ Et quoi, après ça !? Qu’attends-tu de moi ? Tisser de nouveaux liens avec elle ?! Considérer Yuki comme ma petite-fille ?! Je ne suis ni un père, ni un homme de cœur ! Je ne peux pas leur apporter l’affection qui devrait leur être donné ! On ne change pas à la cinquantaine passée ! Les chasser du Clan ? Ha oui … j’oubliais que je suis le monstre qui a mis le Clan en péril ! Je suis celui qui ai conservé mes secrets et qui est capable de bannir mon propre Sang hors de notre Race pour ma simple fierté ! Des coupables ? Ho non … . Ces deux gamines sont des victimes de ton silence ! Tout comme moi !
~ Assez, Kake-Nii !

Quittant son rôle de simple spectatrice, la Chef du Clan Samui s’étaient interposées entre les deux anciens ; Ses mains assurant une distance entre les deux, sa soudaine intervention mit un temps de repos et de silence à cette querelle. Kakeshuou, toujours ivre de rage, préférait tourner le dos à la scène et aller jusqu’à la fenêtre pour trouver une solution – quelle qu’elle soit ! – dans le paysage. Masayuki restait au centre de l’attention un instant. Elle avait conscience qu’elle venait de commettre une erreur. Jamais elle n’avait appelé l’ancien de cette façon devant témoin. Mais elle avait une importante responsabilité ici, et elle ne pouvait mettre de côté son rôle de Chef. Portant son regard sur la vieille femme, elle tâchait de mettre les choses à plat. Maintenant qu’elle savait des éléments de l’histoire, elle voulait en savoir davantage sur la suite.

~ Chifumi-Dono. Que comptez-vous faire … . Avez-vous prévu de dire la vérité à votre fille et à votre petite-fille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 3963
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De joyeuses retrouvailles [Clan Samui] Dim 24 Aoû 2014 - 11:33

L'injonction de Masayuki fut ponctuée par un verre d'eau lancé à la tête du doyen et affublé d'un petit :


"C'est bon, tu es calmé maintenant ?"


La mauvaise humeur était visiblement de rigueur dans cette conversation et Masayuki seule semblait être d'une attitude neutre. La vieille se rassit dans son siège sans pour autant continuer à dévisager le capitaine désormais trempé de l'Oda. Elle mit même quelques minutes avant de reprendre une douce teinte blanche si caractéristique avant de se tourner vers Masayuki pour écouter, puis répondre à sa question. Regard en direction de Kakeshuou avec une légère note d'instance :


"Elles ont vécues dans l'ignorance jusqu'à présent, leur révéler ne leur apportera rien de particulier au niveau du plan émotionnel ou familial ... Yuko découvrira juste que son père est toujours vivant et Yuki qu'elle a finalement un deuxième grand-père."


Elle s'arrêta quelques secondes pour réfléchir avant de poursuivre sur un ton plus neutre encore :


"En vérité, je ne comptais pas leur dire. Je suis venue ici pour réparer ma faute et le dire à Kakeshuou, libre à lui de décider s'il veut entrer dans leur vie ou non ... C'est son droit après tout."


Masayuki entra alors à son tour dans un profond silence tout en lisant un registre qu'elle avait entre les mains. Ce dernier contenait la version miniature de l'arbre généalogique de la famille. Devait-elle changer la branche ou laisser se secret bien gardé. Tout ceci était infiniment plus compliqué, elle n'y pensait. Finalement, elle referma brusquement son livret et se tourna vers Kakeshuou puis vers Chifumi:


"Cette histoire de mœurs et certes interne au clan, mais je ne souhaite pas m'en mêler plus que cela. Savoir que vous avez fricoté ensemble durant votre jeunesse est votre droit et cela n'enlèvera en rien la légitimité de Yuko et Yuki Samui au sein de notre clan. Même si le géniteur n'est pas celui désigné sur l'arbre généalogique, il n'en reste pas moins une descendance plus forte et plus riche que l'originelle ... À vous seul de décider si l'arbre sera modifié ou non, mais je ne m'en mêlerai pas donc !"


Et elle se leva et quitta la pièce. Désormais, les deux vieux étaient seuls. La balle était au centre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De joyeuses retrouvailles [Clan Samui] Dim 31 Aoû 2014 - 2:35

Ayant reçu le verre de pleine face, Kakeshuou Samui avait préféré ne pas réagir. Il n’acceptait pas cette injure par plaisir, mais s’il obéissait à son instinct – mettre une monstrueuse rouste à la vieille chouette, quitte à ce qu’elle passe par la fenêtre – cela n’arrangerait pas les choses … et il devrait faire changer les fenêtres. Au lieu de ça, mieux valait obéir à celle qui avait pleine autorité sur le Clan. Même si Masayuki avait moins de force de caractère que les deux personnes présentes, elle était malgré tout assez lucide pour ne pas pouvoir se ranger d’un côté ou de l’autre, et rechercher un terrain d’entente entre les deux camps. Préférant ainsi se plier aux ordres qui lui étaient donnés, le vieux briscard lâchait donc l’affaire et préférait garder son regard braqué sur la vieille femme. Effectuant deux pas en arrière, il laissait plus d’espace et de temps à Chifumi pour entendre sa réponse.

Écoutant les arguments de la chouette, le vétéran préférait ne rien dire pour l’instant. Dans un premier temps, la proposition de tout leur dire ne pouvait qu’aggraver la situation. Ayant déjà mal accueilli la nouvelle de départ, comment le vieux guerrier pouvait-il leur laisser lui imposer une chose pareille ? Lui qui était un Soldat de l’Ombre avant tout, qui s’était débattu pour mener sa vie d’une fierté inébranlable et d’une main de fer, on comptait lui confier une tâche dont il n’avait jamais voulu ? La veine gonflée sur son front n’était que le symbole évocateur de son puissant refus !
Mais les propos suivants lui offraient ainsi un bon bol d’air. Pour cette vieille chouette, mieux valait éviter de réduire en miettes les pots déjà cassés. Les choses étaient déjà trop compliquées pour rajouter encore un peu de sel et de poivre, à droite et à gauche. Un raisonnement sensé, pour une fois ! En tout cas, pas quelque chose sur lequel Kakeshuou Samui trouverait à redire. Son visage traduisait peut-être pour la première fois un sentiment qu’on ne lui connaissait pas : de la surprise ! …

Sur un ton réprobateur et lassé, la Chef de Clan tentait de mettre les choses au clair, et priait les deux Anciens de trouver une solution sans avoir à détruire un Village entier au passage. Sur ce, elle quittait les lieux et laissait les deux doyens en face à face, sans attendre la réaction de l’un comme de l’autre. Bien qu’elle ne l’ait pas vu, Kakeshuou avait initié un salut en pliant l’échine, comme à son accoutumée devant sa supérieur au sein de son Clan. Mais désormais, il se trouvait face à celle qu’il avait évité ces derniers mois … . La discussion pourrait-elle devenir plus calme, plus appréciable à eux deux ?
Privilégiant le silence, l’homme tournait les talons, faisait quelques pas pour rejoindre son bureau. Prenant son temps, il posait ses fesses et son corps fatigué de cette engueulade dans son fauteuil, et posait sa tête lourde sur une main salvatrice. Posant de nouveau son regard sur son invitée de légende, l’homme semblait hésiter. Quel chemin devait-il suivre dans cette conversation ? Qu’il le veuille ou non, ce qu’il s’apprêtait à dire jouerait considérablement sur la relation qu’il aurait avec de nombreux membres de son Clan. Quelque chose de dur à porter. Or, supporter l’insupportable, il en était déjà capable. Mais avait-il le droit de l’imposer aux autres ? La vie d’autrui, en particulier de ceux de sa Race, était si difficile à jauger, à peser et à juger … .

Le quinquagénaire finit par se pencher en avant, croisant les doigts pour parler à cœur ouvert et avec sincérité à son interlocutrice.

~ Chifumi … je ne veux pas que le Clan apprenne cette relation. Aujourd’hui, notre Race est au premier plan au sein de cette Alliance, et sera destinée à étendre son influence auprès des autres pays. Mettre en avant des considérations claniques avant notre Devoir, notre Mission, serait l’aveu d’une faiblesse. Ce dont je ne peux pas me permettre … .

~ Par ailleurs, et tu le sais mieux que personne … . Je ne suis pas un sentimental. Je ne dirais pas que je ne porte pas Yuki dans mon cœur, et qu’avoir une fille a été une nouvelle à la fois bouleversante et renversante pour moi … . Mais je suis dépourvu d’amour, et je n’ai rien à leur apporter. Je suis un guerrier, Chifumi ! Un vieux guerrier … qui ne connaît que les champs de bataille et le devoir … . Leur révéler mon identité n’apporterait que du chagrin … . Pour l’heure, je ne peux que leur donner l’amour et la fidélité que celle que je voue à ceux de notre Espèce. Rien de plus, navré … .


Ces paroles étaient graves, mais elles venaient du cœur. Ils sont peu nombreux, ces hommes qui ont pu voir notre combattant dans un tel état. Et il est encore rare de voir Kakeshuou si désemparé dans cette situation. Mais ce choix, il se devait de le faire. Il ne pouvait laisser son cœur être corrompu par des intérêts personnels. Il est Ninja, il mourra en Ninja. Sans autre pensée en tête que son Devoir envers son Village, et ceux de sa Race.
Prenant mollement sa plume, pour continuer sur son travail, le Capitaine de l’Ôdâ adressait quelques dernières paroles à son invitée venue de contrées si lointaines.

~ Je suis content de t’avoir revu … . Il y a de nouvelles recrues de notre Clan au Shukaï ; sans doute pourrions-nous organiser un Conseil Clanique, pour fixer les affaires qui nous concernent … . En attendant, mes appartements, et ceux de … ta petite-fille … te sont disponibles et ouverts pendant ton séjour … .

Terminant sur cette note, l’outil scriptural reprenait son œuvre, et le doux bruit du papier vigoureusement gratté signait les feuilles qui s’entassaient déjà sur le bureau du Responsable de l’Ordre.
On ne peut pas convertir un homme avec une si grande Foi en son Devoir. Il ne peut que mourir en espérant voir ses sentiments compris et acceptés … .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

De joyeuses retrouvailles [Clan Samui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-