N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Message(#) Sujet: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Jeu 28 Aoû 2014 - 1:22

Vapeur, foudre, feu, eau. Il les maniait tous, c'était une tempête à lui tout seul.

Voilà déjà des heures que le Capitaine du Buki s'exerce sur son terrain d’entrainement. Les lieux sont immenses et cela est nécessaire pour être franc. Sa puissance est si grande qu'il risquerait de détruire une bonne partie du village, s'il ne se contrôlait pas.
Une énorme couche de vapeur stagnait sur le terrain, c'était comme un brouillard épais et brûlant. Au centre se tenait debout Suoh, entouré d'une sorte d'aura électrique, il était en pleine effervescence. Suoh, ne bougeait pas de sa place, d'énormes flammes apparaissaient de toute part, très vite devancé par des éclairs. C'était une maîtrise totale des éléments. Un idiot aurait jugé ça facile, un sage chercherait à comprendre. Dans un tel moment il n'était plus un simple dirigeant diplomatique, il reprenait ses droits de soldats, de chef de l'armée. C'était le chaos qu'il portait avec lui et il le savait, c'était son fardeau, désormais à la disposition d'une nation. Les autres villages n'avaient qu'à bien se tenir.

- Capitaine ? Ils sont là.


Le brouillard commença alors à s'estomper, les éclairs disparurent, tout redevint calme. Suoh reprit un air doux sur son visage, c'était un changement du tout au tout. Il paraissait si amical maintenant. Mais, comment pouvait-il faire ça ? Était-ce dangereux pour les autres ? Qui pourrait suivre un homme capable de passer du monstre à l'agneau en quelques instants ? Qui est le plus foui, celui qui le suit ou celui qui l'est ? Ne vous perdez pas en chemin, vous suivez toujours le fil ?
Il se tourna donc vers son garde personnel, derrière lui se tenait deux jeunes hommes. Sai Bejita et Mamoru Takamura, des nouvelles recrues du Shûkaï. Néanmoins notre protagoniste y avait décelé un certain potentiel pour sa section, un air de soldat, de guerrier.
Il s'approcha alors d'eux, un pas calme, aucune animosités dans le regard, un sourire s'affichait sur son visage. Le Capitaine salua alors les récentes recrues et fit comprendre au garde qu'il pouvait disposer, désormais les choses sérieuses commençaient.

- Bien ! Autant crever l’abcès tout de suite. Je vous ai fais venir pour une seule bonne raison, je souhaite m'occuper de votre formation. Néanmoins, du fait de mes fonctions, je ne pourrai posséder qu'un seul apprenti. Alors pour savoir qui est le plus méritant, vous allez vous battre. Le dernier debout sera mon élève.


C'était ça son vrai visage aussi machiavélique qu'il soit, vicieux, tout en ayant un air gentil. Il venait de les mettre dans un sacré dilemme et pour lui il s'agissait d'une réel partie de plaisir. C'était un test de vrais guerriers, maintenant il verrait lequel des deux sera le meilleur et surtout le plus déterminé. Croisant les bras il recula de quelques pas, il n'attendait même pas leur réponse. Suoh alluma une clope, il observait les deux jeunes et sur le moment il aurait adoré être dans leur tête.
Etait-il fou ? Joueur ? Diabolique ? Comment le définirait-il ? Et si le dernier debout était en fait l'éliminer. Notre protagoniste avait de quoi mettre du piment dans cet affrontement et c'est ce qui lui plaisait.
Le Buki prenait désormais une autre tournure, ce ne seront plus des ninjas, on parlera de guerriers. Leur noms résonneront dans les campagnes les plus profondes de ce monde, ils seront crains, respectés et idolâtrés par les autres peuples.

- Ah j'ai failli oublié, n'essayez pas de faire une alliance, ou même de tricher. Je vous tuerai tout les deux dans un cas comme ça.


Il eut un sourire faux qui se dessina jusqu'à ses oreilles. Mi-ange, mi-démon. Histoire de les narguer, ou même de les mettre à l'épreuve. C'était maintenant pour lui le moment de savourer le spectacle, tout cela promettait. Sa clope était à la moitié, c'était la première d'une longue série cet après-midi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Jeu 28 Aoû 2014 - 1:54

La puissance
Le village cachée de la foudre. Un passé trouble, délicat à raconter au premier venu. Mon enfance avait été des plus dur. Des entraînements forcé, toujours plus, être le plus fort coûte que coûte. Ma route fut longue, difficile, dans une solitude des plus triste. J'étais la, à marcher sans savoir ou aller n'y même quoi faire. En faite, j'en avais vraiment rien à foutre. Je n'avais de compte à rendre à personne. J'étais libre de faire ce que bon me semble. Pépère en quelque sorte. Vraiment la vie rêvé, zéro contrainte, pas d'objectif particulier à atteindre. Le calme plat, tel un puceau attendant paisiblement son du. De la chère et tendre chaire fraîche. Un bon petit morceau de viande récupéré sur sa victime. Ouai la j'aimais me retrouver dans ce genre de situation. Le truc incontrôlable qui surgi au moment le plus importun. Fin tout ceci pour dire, que on bon petit combat histoire de me redonner le goût à la vie me manqué.


Alors au tant vous dire, c'était pas une simple envie, j'étais née dans le seul but de tuer. Le sang meurtrier coulé dans mes veines. Je ne pouvais rien y faire, cela me prenait le dessus intérieurement. Comme une sensation étrange de perte total de contrôle sur ses envies ou ses actions. Tout étaient modifiés. Je pouvais passé de calme, détendu, bien sous tout rapport. A une bête assoiffé de sang, prête à perdre elle même la vie pour sa réussite. Tuer, quitte à être tué. Voila le pourquoi du comment du monde de nos jours. J'étais la copie conforme à cette situation. Je ne pouvais pas empêcher ma nature de prendre le pas sur moi. Puis les instants de pulsion me donné l'impression d'être meilleur. J'étais comme en transition entre mon esprit et mon corps.

L'art d'ouvrir les portes celeste. Voila le pouvoir que je pouvais sentir au fond de moi. Basé sur le mental et l'ouverture d'esprit, j'étais capable de prouesse phénoménale. Sans nul doute cette puissante force cachée me donné une certaine assurance lors d'un combat. Mine de rien, je savais que j'pouvais tout les défoncer. Prince des Saiyajins. Peuple axé sur la guerre, le combat, la mort, le sang. Vivre ou mourir. Mon choix était déjà acquis dans ma tête.

« Ah je suis tombé ou encore. Ouvrez moi vos portes, ou j'explose tout. Crétin.»

Clac ... Ting ... Ting .... Tchock .... Clicclicclic...
Mécanisme de nouvelle génération. Identique au système de protection du village cachée de la feuille. Un système de protection impossible à pénétrer sans y être invité. Moi personnellement, j'étais pas invité par qui que ce soit. J'étais la posé à la place, chapeau de paille, clope à la bouche. Quand deux gardes arrivaient, me saluant comme si on c'était connu depuis toujours " Suivez nous, quelqu'un vous attends " Disait il. N'aillant rien à faire, je suivais alors les deux gardes qui m'amenaient vers un terrain d'entraînement. Au milieu, un homme avec un t-shirt blanc, une chevelure des plus affreuse. Une couleur rouge, proche aussi du roux en regardant bien. Un autre homme était aussi présent. Le roux prenait rapidement la parole nous expliquant pourquoi nous étions ici. Il recherchait un apprenti. Bon, moi jouer les petits qui cherche l'approbation de leur maître. Echec total. Il pouvait ce carrer un doigt au cul, que j'allais pas lui donner un papier pour au temps.

« Ok ! Vous nous prenez pour des débiles ? Moi affronter cet homme pour être votre disciple ? Pfff minable, je vous prends tout les deux en même temps.»

Un saut vers la droite du terrain. Laissant une distance de dix mettre entre chaque homme. Sourire au lèvres, j'attendais que mon adversaire bouge.


Dernière édition par Sai Bejita le Jeu 28 Aoû 2014 - 16:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre indécis du Shûkai
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Jeu 28 Aoû 2014 - 2:52


Les entends-tu ? Ces murmures arrivant dans les profondeurs de ton ouïe et raisonnant jusqu'à la plus petite partie de ton cerveau. Ta narine siffle, tu sembles légèrement colérique ? Pourquoi autant de haine, alors que tu sors enfin de ta captivité. Aujourd'hui, tu es libre. Aujourd'hui, tu marches vers un nouvel horizon. Tu marches vers un nouveau but. Tu t'ais fait une promesse que tu te dois de tenir, ne serait-ce que par honneur ou par fierté. Plongé dans tes pensées les plus profondes, tu ne penses qu'à une chose : ton avenir en ces lieux. Tu ne penses qu'à une chose : comment vas-tu devenir l'homme que tu souhaites être désormais ? Tu en as conscience... fini les bains de sang à répétition, les coups de fouet, les applaudissements dans les tribunes de l'arène dû à tes nombreuses victoires. Aussi grand gladiateur que tu étais autrefois, tu deviens désormais soldat et un jour, tu seras comparé à un guerrier ; un guerrier sur qui tous prendront exemple. Un pas à gauche... où un léger pas à droite, ils te suivront sous tes cris de guerre et ton regard arrogant. Alors, les entends-tu maintenant... ces murmures ?

Garde ○ Mamoru Takamura ? Vous êtes attendu. L'un de nos capitaines va vous recevoir.


Tu sors enfin de tes pensées abyssales ? Tu es de retour parmi-nous... aussi bien mentalement que physiquement. Malgré l'approche grossière et irrespectueuse que tu peux reprocher à ce garde, tu ne tiens pas à te faire mal voir dès le début de ta nouvelle vie... et tu ne tiens surtout pas à insulter ceux à qui tu dois la vie. Tu te retiens, tant bien que mal. Tu suis le mouvement, marchant derrière cet homme. Sans rien dire, le regard toujours énervé, les mains dans les poches, tu avances, traversant cette ville qui t'était fortement inconnue jusqu'à aujourd'hui. Vous traversez diverses ruelles, divers endroits ; des marchands, des parents, des enfants joyeux, des militaires... il y a de tout ici et tu n'y prêtes qu'une petite attention, car tu es habitué à tout le temps savoir ce qui se passe autour de toi. C'est un réflex et aussi involontaire soit-il, il fait partie de l'instinct animal que tu possèdes... ce don unique, offert seulement aux meilleurs guerriers. Tu ne le sais pas encore, mais ton avenir est déjà écrit. Juste, tu n'as toujours pas trouvé le chemin qui te mènera aux réponses que tu cherches.

Et enfin, tu arrives. Tu ne vois qu'une personne, debout, au milieu de cette herbe et de cette terre. Un homme jeune, comme toi, à la chevelure tout aussi étrange que toi. Ton regard ne change pas, on y lit ton animosité, ton arrogance, ton manque de savoir faire et de manière. Tu te stoppes, près de lui. Regardant du coin de l’œil la venue d'un autre homme, tout aussi excité que toi ; seulement toi, tu le caches. C'est sous le souffle du vent, aussi léger peut-il être, que le blanc-bec prend la parole. Tu écoutes, attentivement, fixant ton regard dans le sien. Serrant le poing dans ta poche. L'arrogance dont il fait preuve, le rabaissement qu'il t'impose te déplaît fortement, mais tu as une dette envers lui et tu le sais... car à ton étonnement et aussi jeune soit-il, il est l'un des Capitaines des milices de cette ville. Le dilemme imposé est clair : survivre... montré les tripes que tu as, le courage dont tu fais preuve. Et c'est toujours avec brio que tu le fais ; car ta seule peur est ta propre personne. Tu n'as peur que de toi. Tu n'as peur que de ce que tu peux faire ou ne peux pas faire selon les circonstances. Le reste, tu te sens capable d'en assumer les conséquences, voire même, les encaisser.

Tu te tournes vers ton adversaire, d'un demi-pas seulement. Tu observes ses pieds, car la distance vous possède et de ton expérience de combat, tu sais très bien que c'est en fixant les pieds que l'on anticipe l'action de son adversaire et qu'on ne le perd jamais de vue. Il se décale... tu calcules la distance... approximativement dix mètres. Tu laisses ton bras gauche baissé, tandis que ton bras fort, ton bras droit, tu le place au niveau de ton menton, adoptant une posture de combat, poings serrés, tu observes celui qui est maintenant ton ennemi. Mais il n'a pas cessé de déblatérer tout un tas de conneries à ton sujet, ou à celui du blanc-bec. L'étroite veine apparaissant sur ton front témoigne largement de ta colère et c'est les dents serrées que tu fais ta première riposte.

Takamura ○ Fils de p... fermes donc ta grande gueule, avant que je vienne le faire moi-même. Des merdes comme toi j'en ai écrasé par centaine et j'en ai torché des milliers. Tu veux m'affronter en me proposant de faire alliance avec ce blanc-bec ?! Enfoirééééé ! Tu me prends à la légère ? Je vais te buter, amène-toi ! J'en finirai vite avec cette histoire de combat.


Les poings serrés, presque à t'en faire saigner les mains, tu grognes. Ta fureur se déchaîne en toi, tu es prêt à en découdre. Il ne s'agit plus d'un dilemme désormais... mais bien d'une affaire personnelle, une affaire d'homme. Apprenti ? Disciple ? Toute ta vie tu ne t'es débrouillé que par toi-même. Toute ta vie tu as appris les choses que par les poings et le sang. Et aujourd'hui, ça ne change pas. Tu vas leur apprendre, à ton tour, ce que sont la fierté, l'honneur et l'instinct sauvage. Tu vas leur montrer que les combats violents que tu as remportés, valent encore plus qu'un combat pittoresque d'entraînement ou de mission. Tu te tourne légèrement de côté une fois de plus, fixant toujours les pieds du sur-excité, mais ayant aussi dans ton champs de vision l'homme fumant une cigarette.

Takamura ○ Quant à toi le blanc-bec... tu as de la chance. Je suis un homme d'honneur et je dois respecter une dette que j'ai envers cette ville. Sinon, mes poings auraient déjà fait tomber toutes tes dents et je t'aurai rendu tellement moche que même la vieille la plus reculée de ce monde ne voudrai pas de toi. Que ce soit bien clair bande d'enfoirés : ne me prenez surtout pas à la légère. Mes combats furent plus beaux que les vôtres. Et j'ai sans doute goûté au sang un nombre de fois bien plus élevé que vous. Il n'est plus question de dilemme... apprenti ? Disciple ? J'ai toujours appris par moi-même. Je n'ai besoin de personne pour être qui je suis. J'ai été élevé loin de vos chocolats chauds et de vos petits foyer douillé. De là où je viens, on ne répond que par le sang. Que l'un de vous deux s'amène... je vais vous montrer définitivement ce qu'est un homme sauvage : un vrai !


Serrant d'avantage les dents et les poings, tu relèves légèrement ton bras gauche... prenant une garde de combat complète et impénétrable par les côtés... tu es prêt à faire gicler le sang une fois de plus.

Check:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Jeu 28 Aoû 2014 - 17:27

La puissance
Comment vous dire l'état d'esprit que j'avais en ce moment même. J'étais un peu le cul entre deux chaises. Entre l'envie de rire au phrase de mon " adversaire ". Oui je mets des guillemets pour montrer comment mon ignorance face à cet homme. Si ceci n'agit d'un adversaire, alors j'étais tombé dans un village assez comique. Une belle brochette de mongole. Il parlait, et il parlait, en faite, ce type avait un art nouveau. Il utilisait le fait de parler tout le temps pour énerver son adversaire. Il n'arrêtait plus cet enculé. D'abords sur moi, en suite sur le roux. Sans doute habité par une chose quelconque dans son cerveau, qui lui faisait du tord. Bon moi perso, je me souciais pas de ton étant mental. Il était demeuré, tant pis pour lui. Il existait de nos jours, de bon foyer pour les mongoles dans son genre. Mais bon, lui donner une petite trempe histoire de me dégourdir un peu, n'allait pas lui faire plus de mal ...

« Tu brasse l'air pour pas grand chose. T'as garde date d'un autre temps. Approche vermine, je t'attends.»

Une garde peu commune, main gauche vers le bas, bras droit positionné sous le menton. Une attitude de boxer. Ou du moins de quelqu'un qui sait combattre avec ses poing. Il voulait la jouer bonhomme. Pas de soucis. J'allais lui en mettre plein la gueule si cela était son désir. Après tout, chacun son style de vie. Il aimait certainement les sortes de pratique masochiste. Vue la dégaine qu'il avait, cela ne me surprenais plus. Bon et bien lets go comme on dit. Attrapant dans ma sacoche arrière un kunai avec ma main droite, je me m'étais au même moment à foncer vers lui. Une attaque fourbe, mais qui avait fait ces preuve à l'époque. Avançant droit sur lui, amenant ma main droite portant le Kunai vers mon visage. Le Kunai était en pointe vers l'extérieur de la main, dans le prolongement de l'avant bras.

Ma course était fluide, dynamique, assez rapide pour surprendre pour adversaire si il n'était pas préparer. Sous une distance de cinq mettre, mon bras droit ce laissant tout doucement retomber vers ma anche, ma main serrant le kunai fermement dans sa pomme. Je le lançais droit en direction de Taka. Ma course de mon coté changeais, je me déporté un peu sur la gauche pour atteindre d'un geste fabuleux ses cotes. Les dégats causé au cote font beaucoup souffrir l'ors d'un combat. Alors au tant prendre le taureau par les cornes, et le mettre à genou. Le kunai allait facilement être esquivé par assaillant, mais la diversion qu'il allait me procurer ... Serait parfaite.

« Middle Kick»
Ne me souciant plus du kunai, je venais d'armer mon coup de pied au niveau de ses cotes. Une force convenable, cela n'allait certainement pas lui briser une cote, mais en fêlé une peu être. Avec un mouvement de bassin assez ample pour me donner plus de vitesse et d'ampleur dans la frappe. La meilleur chose qu'il puisse ce passer pour moi, dans ce moment précis, serait que je le touche. La rotation que je venais de faire, avec la force mise dans ma jambe, le coup le ferais reculer d'un ou deux mettre tout au plus. Alors ? Verdict ?


Spoiler:
 
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre indécis du Shûkai
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Jeu 28 Aoû 2014 - 19:02

Le sens-tu ? L'adrénaline qui monte en toi, le sang bouillonnant à travers tes veines ; enfin ! Oui, enfin tu te transformes ; montrant aux autres ta vraie nature. Tu n'es plus celui que tout le monde connaît, dès cet instant tu te changes en cette bête qui sommeille en toi... cette bête assoiffée de sang qui ne désire qu'une seule et unique chose : gagner. Elle veut te posséder, elle veut que tu perdes patience, que tu te lances à corps perdu dans le combat pour ne faire qu'une bouchée de ton adversaire. Mais tu te contrôles... patiemment, tu attends le bon moment et patiemment tu essayes de canaliser cette rage enfouie en toi. C'est les poings serrés et le corps détendu que tu t'apprêtes à entrer dans cette nouvelle... ce terrain d'entraînement poussiéreux et vert... tu retrouves là tes souvenirs du gladiateur d'antan que tu étais. Une affaire personnelle... oui, tu ne te dois pas de régler cette histoire, mais bel et bien humilier ton adversaire de façon à ce qu'il te voue une rage sans fin, de façon à dominer le combat, de façon... à acquérir ce que tu veux : une considération et une juste valeur des choses. Et ça commence, enfin... et tu te tiens prêt, tu sens les frissons qui parcourent ton dos ; désormais tu le sais : tu ne peux plus reculer, tu dois frapper vite et fort... tu dois mettre ton adversaire K.O et en finir une bonne fois pour toute avec cet homme que tu traites de rigolo.

Il s'élance, enfin. L'homme surexcité passe à l'offensive après des paroles bien futiles. Mais tu le sais très bien : c'est le chien qui aboie le plus fort, qui est le plus faible ; tu en aies convaincu : tu n'as pas besoin d'aboyer pour abattre ta fureur sur son corps. Tu vas seulement te contenter de lui exploser le corps du mieux que tu le peux, sans utiliser de technique ou mettre en avant tes compétences. Les yeux rivés sur ses pieds, tu le vois courir vers toi. Et grâce à la distance qui vous sépare, ton champ de vision permet également de voir son buste ; le haut de son corps et c'est Kunai en main qu'il passe à l'attaque. Dans ta tête tu fais le vide, tu ne penses à rien... et tu comptes : un... deux... trois... quatre... cinq... Que fais-tu exactement ? Tu lis son timing. Tu anticipes sa vitesse et ses prochains pas, déterminant dans combien de temps exactement il sera à ton niveau. Pourquoi ? Car tu prépares un contre fulgurant et dévastateur qui remettra en place son caractère puéril. Il arrive, à ton niveau, mais tu patientes, tu n'attaques pas maintenant. Pourquoi donc ? Tu attends tout simplement qu'il montre son jeu, qu'il essaye de te frapper, dans le seul but de traverser sa garde et sa vigilance pour y mettre le contre puissant que tu souhaites. Il lance son Kunai, enfin, tu décides à bouger.

L'arme blanche arrive droit sur toi et c'est sans difficulté que tu en esquives la trajectoire : tu tournes légèrement ton buste vers la gauche. Le kunai passe alors dans ton dos, s'échouant dans l'un des arbres qui entoure votre arène de combat. L'homme se déporte à ta gauche, chargeant sa jambe pour t'attribuer un coup de pied d'une puissance assez élevée... et c'est maintenant que tu décides de passer à l'action ! Tu attrapes quelque chose dans ton fourre-tout avec ta main gauche et par la suite, tu fais pivoter l'entièreté de ton corps sur la gauche, évitant la trajectoire de la jambe adverse et t'offrant une occasion en or : ton adversaire était de profil et face à toi. C'est alors, poing droit serré, que tu balances tout ton poids en avant, prenant un élan du diable, que tu tentes d'asséner un coup de poing de toute ta puissance sur la tempe gauche de l'homme que tu affrontes, afin de perdre l'équilibre à l'adversaire, mais également pour le sonner pour plusieurs minutes. Le contre que tu as soigneusement préparé a été exécuté dans la vitesse et la puissance, après avoir lu le timing de ton adversaire, tu n'avais plus qu'à te déporter à l'opposer de son corps, afin de lui placer un coup à pleine puissance et par surprise. C'est là un scénario de premier choix que tu as choisi... et ce n'est sans doute pas le dernier.

Takamura ○ Tch ! C'est tout ce que tu peux donner ?! Ne te fous pas de moi ! Relève toi ! Viens te battre ! Je vais t'écraser aujourd'hui, je vais te faire ravaler l'entièreté de tes paroles ! Amènes-toi... je vais te tuer !

Ta haine est désormais beaucoup plus développée qu'auparavant. Tu es prêt à en finir avec lui au prochain assaut. Tu te tiens désormais à deux mètres de lui et tu attends qu'il revienne enfin à la charge pour en découdre définitivement, car tu as mis en place ton second scénario : lors du contre, ta main gauche fit un mouvement spécial, lorsque tu avais pris ton élan pour frapper avec toute ta puissance avec ton coup de poing droit. Quel était donc ce mouvement ? Tu montreras bientôt le sors que tu réserves à ceux qui se moquent de toi.

Check':
 

Check 2:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Jeu 28 Aoû 2014 - 22:33

Un jour futur le clan Sai s'élèvera au yeux de tous. Nul ne pourra faire face à notre pouvoir. Je suis le Prince.

Le verdict fut peu concluant pour moi. Ma premier tactique a été voué à l'échec. L'homme que j'étais en train de combattre ne prenait pas ça à la légère contrairement à moi. Pas que je me foutais de l'issu du combat, mais pour une raison qui m'étais encore inconnu ... Je ne voulais pas. Je ne pouvais pas perdre contre ce minable inconnu. J'étais et je suis toujours le seul et unique Prince du clan Sai. Son esquive était simple mais efficace. Evitant d'un simple mouvement mon kunai, il faisait de même pour mon middle kick au niveau des cotes. Il avait l'air de connaître quelque base du combat au corps à corps. Ses déplacements étaient comme en symbiose avec le sol et mes jambes. Cet homme usé de technique propres au pro taijutsuiste contre moi. Mes propres faculté était retourner contre moi. Mais c'était pas tout, il concentrait toute sa force dans son poing, pour m'affliger des lourds dégâts. Les phalanges de notre chère protagoniste au corps assez travaillé venait de percuter la droite de mon crane.

Un choc lourd, rude, et vraiment agressif. La puissance du coup me faisais rabattre mon corps directement face contre le sol. J'avais comme une impression de sifflotement dans mes oreilles. Je ressentais comme des picotements au niveau de mes extrémités. Mes mains, et mes pieds avaient comme des fourmis qui essayés de me monter dessus par l'intérieur de ma jambe. J'accusais quand même un peu le coup. Il faut l'avouer, je venais de prendre sévère. Le temps venait de s'arrêter sur le terrain d'entrainement du Shukai. Le roux était quand à lui toujours posé dans son coin à nous regarder ce foutre sur la gueule. Je commençais un peu à reprendre mes esprit, je me relevais difficilement après avoir pris le poing de Taka. Mais j'en avais vu d'autre et surtout il ne connaissait rien de mon pouvoir. Ou plutôt de notre style de combat. Nous autres aimons le combat, être au porte de la mort, voir le bout du tunnel sans finalement jamais l'atteindre. La manche de ma tenu venait ce glisser contre mon visage pour essuyer la terre. Je prenais une position qui montrer tout l'inverse de ce que je pouvais ressentir. Comme si de rien était, droit bras croisé, je me m'étais à sourire. Puis, sur un ton calme et lent, je lançais une petite phrase histoire de lui expliquer le problème.


-« Hm. Ok pas mal, maintenant laisse moi t'expliquer une chose. Mon clan est particulier, nous autre plus nous nous faisons frapper plus nous devenons puissant. A chaque fois que l'on frôle la mort, nous devenons plus fort. Frappe moi tant que tu le voudras, je me relèverais toujours. Je suis le Prince Bejita pauvre fou ! »

Seulement deux mettre nous séparé l'un de l'autre. Je regardais fixement mon adversaire tout en me remémorant ses paroles dites quelque minutes plus tôt. Mes bras ses décroisés rapidement, pour que ma main droite attrape dans ma poche une petite boule noir. Une pilule énergétique ? Non une petite bombe fumigène, histoire de mettre en place son plan. Je j'étais d'un geste sec et vif la bombe de fumer au sol. La petite bombe noir, laissait échapper une épaisse fumer violâtre. L'âmat de fumé me laissais la possibilité de créer un effet de surprise. Reculant de deux mettres, je lançais avec un style assez particulier mes trois kunais. Les trois projectiles étaient planté dans le sol autour de mon adversaire. La formation du triangle. Les trois kunai avaient une forme quand on les regardés au sol, qui était comme un triangle isocèle. Quand à moi, je m'étais donné un coussin de sécurité le temps que la fumé soit dissimulé. Me positionnant à quatre mettre de lui, j'attendais qu'il bouge le petit doigt pour bouger le mien.


-« Alors tu me cherche ? Je suis la pitoyable insecte. »
Check :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Ven 29 Aoû 2014 - 13:00



Il se contentait d'observer.

Savourant son spectacle, le Capitaine n'était pas vraiment captivé par le combat qui se déroulait sous ses yeux. En fait, il faisait mine de ne rien regarder. Mais, dans le fond son regard analysait chaque mouvements, il se mettait à leur places, corrigeant dans sa tête les erreurs des apprentis. C'était tout un tacticien qui se cachait sous ce corps, néanmoins il valait mieux laisser paraître que non. Après tout cet homme n'avait rien à prouver.
Quant aux néophytes, ils n'étaient pas si mal. Leurs coups étaient assez précis, il y avait de la rage dans chacun d'eux, une part de narcissisme. De vrai soldats quoi, quant l'un brayait qu'il se releverait toujours etc, l'autre annonçait devenir plus fort en frôlant la mort. Et quant il sera mort ?
Tout cela fit sourire notre héros, les bras croisés, à quelques mètres de ces derniers, il aurait bien eut envie de participer à la bataille, mais cela serait bien trop facile. Quoi que ... Pourquoi pas ne s'amuser un peu après tout ? C'est alors qu'il bougea légèrement le bras. Peu de personnes auraient pu le voir, c'était léger, comme pour se débarrasser d'une mauvaise position. Et pourtant c'était le calme avant la tempête.

En un instant, il penchant son bassin vers l'avant. Une énorme masse d'énergie s'en dégagea, elle était comme rougeâtre. C'était ça, c'était sa puissance. En quelques instants un brouillard épais pris place sur les lieux, ou plutôt voyez ça comme une tempête rougeâtre qui vous entoure de partout, vous empêchant de voir plus loin que votre nez. Comment pouvait-il faire ça ? Il maniait le Ninjutsu comme personne, il en était devenu un maître, une référence. Bonne chance pour l'arrêter. Désormais, vous êtes pris dans son piège, vous êtes ses proies.
Suoh savait tout de même ce qu'il faisait, il n'allait pas les tuer, simplement les pousser un peu à bout. Complètement dissimulé par le brouillard, il prit soin de créer des clones. Quatre au total, cela devrait être suffisant. Il s'agissait de double Raiton pour être plus précis, offrant une petite surprise en cas de dommages. Si les petits aimaient le corps à corps, ils allaient apprécier la suite.

Les clones se placèrent alors d'instinct en deux groupes. Deux devant Bejita et les autres face à Takamura. Cela promettait quelque chose d'assez drôle. Complètement dissimulé, Suoh appréciait le spectacle, il était temps d'envoyer ses troupes à l'assaut.
Deux clones courent l'un derrière l'autre, le premier fonce avec le poing tendu sur Bejita, la main est chargée de Raiton, le coup n'en sera que plus violent. Le clone derrière lui pose ses mains au sol et y fait circuler une décharge électrique censé paralyser légèrement le petit prince. En fait il s'agit surtout d'un assaut combiné.
Pour l'autre garçon, les difficultés sont à peu prêt identiques. Le premier clone lance cinq boules électriques sur Takamura, tandis que le second tente de le paralyser en diffusant du raiton dans le sol. Tout cela bien sûr dans un brouillard presque total.
Les assauts sont donc faits, les cartes sont sur table, il ne reste plus qu'à attendre le butin. Tapis dans l'ombre Suoh observe, mais ne peut s'empêcher de prendre la parole, du moins, un clone. Il n'allait pas risquer de donner sa propre position en parlant, ce serait le comble.
- Moi qui vous pensait un poil plus intéressant, je me suis tromper. Il se pourrait que je n'en garde aucun en fait.

Un énorme se dessina alors sur son visage. Il appréciait jouer avec ses deux petits. Il souhaitait surtout voir ce qu'ils avaient dans le ventre, c'était le moment pour eux de dévoiler leur capacités. Leur pièce maîtresse, Suoh ne choisi pas ses élèves au hasard, démarquez-vous, surprenez.
Mesdames et Messieurs, faîtes vos jeux !

__________________
Récap : Ce qui se passe est simple. J'interviens en créant un brouillard très chaud grâce à la vapeur et épais. On ne voit rien ou presque. Je crée 4 clones, deux sur chacun de vous.
Pour Bejita : Un te charge avec un poing raiton tandis que l'autre fait passer un courant raiton par le sol pour te paralyser.
Pour Takamura : L'un te lance 5 boules électriques et l'autre te paralyse par le sol aussi.
Infos : Ce sont des légères paralysies, voir même engourdissement. Ce n'est pas trop méchant.
Tandis que moi je suis cacher. Profitez de ce match pour vous créer des techniques, voir ce dont vous avez réellement besoin en fight, ça permet de faire vos ft. Essayez seulement de faire des trucs pas trop complexe ou cheat.
Sur ce, bonne chance à tous.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre indécis du Shûkai
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Ven 29 Aoû 2014 - 16:48

Ton contre avait porté ses fruits. Dans un moment de réflexion et de concentration, tu avais réussi un mouvement inattendu qui t'avait permis de prendre un avantage certain. Désormais, les cartes sont entre tes mains. Tu attends que ton ennemi se relève, non pas par fair-play ou par pitié... mais tu veux l'humilier. Lui montrer que tu n'as pas besoin de le frapper au sol pour remporter ce combat. C'est ainsi que tu vois les choses en ce moment même. Toujours en garde, ton adversaire daigne enfin se relever. Et contre toute attente, il braille que tu ne fais que le rendre plus fort avec tout ça ; on lit à ce moment-là la colère que tu dégages dans ton regard : tu n'aimes pas que l'on te prenne pour un con, c'est un fait et désormais, il faut en finir. Tu exécutes un pas pour t'avancer, mais une action te coupe dans ton élan.

Il se cache dans un brouillard de fumer. Tu ne peux le voir, mais il prépare quelque chose ; trois projectiles foncent à tes pieds, une formation en triangle. Pris au piège, tu inspectes soigneusement les trois Kunai, vérifiant rapidement qu'ils ne comportent aucun parchemin explosif. Tu en es sûr : ils ne sont pas piégés. Mais le soleil gâchant légèrement la visibilité, tu lances trois autres projectiles sur ceux de ton ennemi, afin de les empêcher de bouger au cas où il pourrait les manipuler grâce à un fil de fer. Tu es désormais serein pour la suite de tes plans : prêt à avancer, quelque chose te stoppe directement dans ton élan. Qu'est-ce donc ? Qu'est-ce qui t'intrigue ? Ton champ de vision pouvait voir quelque chose, tandis que ton corps ressent cette petite chaleur dégagée depuis la position dont se tient le blanc-bec depuis le début. Tu tournes légèrement la tête. Tu le vois, il est là, il décide de bouger ; de s'incruster dans ton combat et... tu as horreur que l'on interrompe l'un de tes triomphes. Une veine se dessine sur ta tempe gauche et tu serres les dents, tu veux le combattre, tu veux le dérouiller, tu veux lui faire morde la poussière.

Takamura ○ Tu viens interrompre mon combat ?! Avec joie, je vais me faire un plaisir de t'écraser toi aussi ! Tu as choisi le mauvais jour pour m'énerver fils de p...

Tu les entends n'est-ce pas ? Ces bruits électriques qui foncent sur toi. Tu ne vois rien à cause du brouillard rouge, mais tu observes attentivement ce qui se passe dans son intérieur. Sur le sol, les six Kunai -trois que tu avais lancé auparavant et les trois de ton précédent adversaire-, on sut protéger ta mobilité : sans le savoir, les projectiles ont agi comme un conducteur, empêchant la ration arrivant par le sol de te paralyser et de t'atteindre. Tu es sauvé de ce côté-là. Mais c'est alors que tu vois plusieurs ombres d'une couleur différente à celle du rouge. Des ombres qui approchent rapidement sur toi. Tu comprends vite au bruit de quoi il s'agit et tu décides sans réfléchir une seule seconde de plus de te décaler sur la gauche, t'éloignant de ton précédant adversaire ; sans doute dans la difficulté lui aussi. Tu en esquive plusieurs à l'aveugle, ayant découvert la position dont ils sont arrivées grâce à la différence de couleur et leur luminosité qui ont créé une ombre plus que remarquable dans le brouillard rouge. Cependant, tu ne l'as pas vue venir celle-là... cachée dans l'ombre d'une première boule et alors que tu te déportes, une sphère de foudre vient percuter ton épaule droite ; en plein dans ton élan tu perds l'équilibre et tombes au sol, l'épaule légèrement brûlée. Tu ressens un picotement, une douleur, dû à celle-ci et ton bras en est légèrement paralysé pour le coup. Mais tu n'as pas le temps pour t'acharner sur la douleur, tu connais la souffrance : tu en as adopté ses sensations. Te remémorant d'où venait l'attaque qui vient de te frapper, tu lances cinq shurikens dans le brouillard, à ras du sol, au niveau bas du tibia, tu espères avoir vu juste et toucher l'une de tes cibles, mais tu ne sais pas encore qu'il te reste un effort à faire. Tu sais cependant que tu risques fortement de combattre le Raiton et dans le doute, tu plantes deux autres Kunai devant toi, afin de ne pas être touché par une attaque surprise venant du sol.

Mais il reste une chose à citer : le fil de fer que tu as enroulé autour de la cheville de ton précédent adversaire est toujours là. Et lorsque tu t'es déporté pour esquiver les boules, tu as pu sans le vouloir, offrir une occasion à l'homme qui se prend pour un prince. Oui, tirant le fil de fer avec toi, tu permets à l'homme d'esquiver, même paralyser, une attaque aveugle....

Check':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Sam 30 Aoû 2014 - 0:10

Un jour futur le clan Sai s'élèvera au yeux de tous. Nul ne pourra faire face à notre pouvoir. Je suis le Prince.

Le combat prenait une nouvelle tournure, c'était au tour de Suoh d'entrer en scène. A la base il n'était pas sencé participer au combat. Mais pourquoi pas, un peu plus de fun ne fera pas de mal. Mes Kunais toujours en position triangulaire étaient maintenant rejoint par les projectiles de Taka. Brillante idée, mais elle ne servait à rien. D'un mouvement de la main droite, un fil de fer ce tendu d'un seul coup. Je tirais d'un coup fort et sec pour les amener vers moi. Les couteaux de Taka ce soulevaient du à la pression que j'exercé sur le fil de fer. Les kunais tombaient alors derrière moi pour se planter au sol. Au même moment un chakra immense prit place dans le terrain d'entraînement. Une puissance démoniaque venait tout droit du corps de Suoh. Que préparait cet homme dans son coin ? Il nous avait pourtant demander de nos combattre entre nous. Voulez t-il maintenant faire parti du jeu ? La question fut vite répondu par le chef de la section de l'armée. L'homme que l'on surnomme le " Fou ". Il était dépourvu de sentiment et ne vivait que pour une seul chose. Tuer. Sa soif de sang, de meurtre était énorme. Il n'était d'après les légendes urbaine, une sorte de " Monstre ". Emprisonné en lui une sorte de maléfice qu'il ne contrôlait plus. Sa folie meurtrière venait de me donner raison. Dans l'épaisse fumé qu'il venait de faire, deux clones apparût devant nous. Un dans mes arrières, un autre qui foncé vers moi.


-« Amène toi ! »

Mais mon adversaire avait lui aussi deux clones qui lui faisaient face. Un autre test de la part de notre futur chef d'équipe ? Pourquoi pas, histoire de leurs montrer que je suis plus puissant que eux. Je suis le Prince Saiyajin, le plus puissant de tout les peuples. Comment pouvez t-il oser me défier ? Cet avortons, ce moins que rien. Il allait prendre chère ... Mais au moment ou le clone qui courait vers moi s'élança pour me donner un coup de poing, mon corps fut tirer sur le coté. Je n'avais pas vraiment compris ce qui venait d'être fait. Mon pied était relié à un fil de fer au corps de Taka qui se cassa à la fin de son mouvement. Son déplacement m'avait permit de bouger et donc de pouvoir entrer aussi en jeu. Le clone qui effectuait le coup de poing me passé dans le dos, me retournant bras gauche en premier pour attraper son bras d'attaque. Ma main venait se positionner sur son poignet. Mon autre bras, le droit, lui attrapait le haut de son bras. Le deuxième clone, posait ses mains sur le sol et utilisé une technique de type Raiton pour m'électrocuter.

L'idée ingénieuse, mais mise en échec. Mes kunais posé juste derrière moi me protégé de choc électrique. Aspirant le jutsu du clone, je profitais alors de ce moment de trou pour attaquer à mon tour. Tournoyant sur moi même en utilisant la vitesse de clone qui avait donné un coup passé. Faisant trois tours sur moi, j'envoyais au dernier demi tour le clone que je tenais dans les mains vers le clone qui avait les mains posé au sol. L'impact allait certainement les détruire. Je me décalais sur le gauche d'environ deux trois mettre pour avoir dans mon champ de vision face à moi, mes clones qui allaient s'auto détruire, ainsi que Suoh et Taka qui venait de ce faire percuter par une boule électrique lançant au même moment plusieurs Shuriken. J'étais prêt à me défendre.


-« Trop facile »


Check :
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Lun 1 Sep 2014 - 0:51



Le combat était lancé, tout comme le ton était donné.

Tapis dans l'ombre, le capitaine observait ses nouvelles recrues, peu importe le résultat du combat, dans le fond il comptait les engager tout les deux.
Sourires aux lèvres en les voyant se dépatouiller comme il pouvait, Suoh prenait un malin plaisir à les voir se débrouiller comme ils pouvaient. Les deux néophytes possédaient un niveau respectable, les deux avaient réussi à esquiver les techniques envoyées par notre protagoniste. Le Mamoru était quant à lui un poil plus maladroit, ayant eut beaucoup de chance, il avait entrainé son opposant dans sa chute. C'était un duel intéressant , néanmoins l'expérience et les connaissances de notre héros allaient vite l'emporter sur tout le reste.
Les deux jeunes compagnons avaient oublié un certain détail, ils étaient piégés dans la brume, dans sa brume. Le capitaine qui était toujours dans l'ombre fit quelques jutsus, en quelques secondes des tubes de vapeur s'élevèrent sous les pieds des deux adversaires. C'était brûlant, irrespirable, à vous cramer les poumons. Et ça le faisait sourire, c'était son spectacle. Il ne restait plus désormais qu'à voir comment ses opposants allaient réagir. Pour le moment ils avaient prouvé leur valeur en terme de corps à corps. Voyons désormais avec le Ninjutsu et sa perversité. C'était aussi l'occasion de voir leur endurance et la manière dont ils pouvaient résister. Si ils étaient pris sous l'aile de notre homme, il se pourrait qu'ils soient promu à un grand avenir, ces derniers seront donc amenés à être entraînés pour résister à la torture.
C'est ainsi que les deux apprentis se voyaient pris par les énormes tubes de vapeurs rougeâtre, on aurait cru que l'enfer s'abattait sur le terrain et pourtant ce n'était qu'un début.

Très vite il dut réagir, en effet ces clones étaient disparus, explosés au contact des kunais de l'un des opposants. Intéressants, néanmoins il en fallait plus pour troubler notre Capitaine. Il réagit assez vite pour ne pas dévoiler sa position en bloquant le kunaï avec un autre. Il fallait plutôt qu'il lance le sien contre l'opposant, le bruit sortirait alors d'une position totalement hasardeuse. Tout était parfait. Comment pouvait-il sentir l'arme arriver ? La brume de vapeur le lui disait, mélangée avec ses capacités de sensorialité. Il était malin, il connaissait la tactique. Suoh était tout d'abord un stratège avant d'être un soldat pur et dur. Il avait apprit à gagner ses batailles grâce à ses grandes capacités intellectuelles. L'issue de ce combat était sans appel, cependant rappelons nous que notre protagoniste est un capitaine et que les deux autres sont des apprentis.
Reprenant place dans la brume, il n'était ni derrière les clones, ni sous le sol. Il avait apprit à se camoufler, devenir invisible aux yeux de l'adversaire. Pour eux il n'existait pas, c'était comme si la brume n'avait fait qu'un avec lui. Maintenant, Suoh avait les cartes en main, il allait mener ce combat à la baguette.

- Où sont donc les vrais soldats ? Votre génération ne vaut pas un clou.

Il changea de place à peine sa phrase prononcée. Peut-être une poignée de secondes pour l'ennemi, néanmoins il prit soin de s'assurer une certaine sécurité. Il n'était pas totalement à fond dans son combat, pour être franc il avait presque même l'esprit ailleurs. Quelque chose le tracassait, c'était surement le choc des générations. Aussi bien celles apprentis et la sienne, que celle des Kakeshou. Il y avait toujours des différences, des préjugés vis à vis des uns des autres. Et si c'était le moment de les dépasser, de voir au delà, serait-ce un pas en avant ou en arrière. Qui pouvait savoir si cela aurait un effet bénéfique. C'était peut-être pour ça que le vieux papi paraissait si froid, voir même complètement xénéphobe. Ne souhaitant aucun étranger à la cité. Mais, devrions-nous même rappeler qu'il en était un ? Débarqué de Kiri, guerrier en exil, réfugié diplomatique. Voyons voir maintenant, s'il avait changé. Néanmoins, Suoh avait de gros doutes à ce sujet, leur relation était plus que tendue.

Se concentrant sur le combat, il attendait de voir la réponse de ses adversaires, avaient-ils trouvé une parade, un moyen de s'en sortir ? Cela m'étonnerait, cependant il ne vaut mieux pas juger trop vite, d'autant plus que notre Capitaine avait horreur de ça. Il espérait être surpris dans le fond, plutôt surprenant alors qu'il s'agissait de ses ennemis le temps d'un combat. Enfin, laissons le sort en décider.



__________________
Récap : Mon perso laisse les clones exploser. Il contre ton Kunai qui file sur lui, il lance un kunai lui aussi, ainsi le son qui sort est à une position plus loin. Ne révélant pas sa cachette. Il contre alors en faisant s'élever deux colonnes de vapeur sous vos pieds, l'air est chaud et brûlant, forte douleurs. ( rang B).
La brume est une technique de senso aussi, mon perso sera spé senso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre indécis du Shûkai
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Lun 1 Sep 2014 - 4:05


Le combat continue

À plat ventre sur le sol, c'est la position initiale que tu daignes adopter. Te rends-tu ? Abandonnes-tu l'espoir de pouvoir cogner ton adversaire ? As-tu donc oublier l'idée, de sentir sa chair s'écraser sous chacun de tes coups ; sa moindre parcelle de sang éclaboussé la face de ton visage ? Non, ça jamais. Tu es trop fier, tu portes trop d'estime et d'honneur en toi pour baisser les bras ou bien même penser à l'abandon ou la défaite. Tu ne veux qu'une seule et unique chose... tu ne cherches qu'à pouvoir percuter son visage avec ton poing et toute la puissance dont tu disposes. Tu veux que son faible gabarit vole sur plusieurs mètres, qu'il s'écroule sur le sol à la suite du coup appuyé de tout ton poids ; tel est ton idéal de combat ; tel est ta façon de voir les choses, de livrer bataille : tu n'abandonnes pas, tu résistes à la douleur, tu ruses, tu le trompes et tu cognes de toutes tes forces ! Et surtout, tu ne flanches pas, tu encaisses, tu encaisses et tu fais face, quoi qu'il arrive, quoi qu'il puisse advenir de ton corps ou de ta santé, tu ne laisses pas tomber tes poings au sol ; tu les gardes bien levés et tu frappes lorsque l'occasion t'es donnée. Mais difficile de faire face à un adversaire qui se cache, difficile de pouvoir combattre en étant aveugle : difficile de pouvoir livrer la bataille dont tu rêves, sous ce rideau rouge et chaud qui brouille ta vision. Tu as horreur de ça, mais tu ne peux faire qu'une seule chose : jouer la stratégie, répondre des attaques qu'il t'envoie par l'intelligence, la tromperie... la ruse en elle-même ; car c'est ainsi, tu n'as pas le choix.

Ton souffle est fort dû à la rage que tu laisses échapper de ton corps. Tu respires la moindre parcelle de poussière qui se promène sous ton nez. Tu fixes le nuage rouge et tu ne bouges pas, tu attends seulement de savoir si ta dernière offensive a marché comme tu le souhaites. Dans un petit moment de calme, sans t'occuper du surexcité à qui tu as collé ton poing en pleine figure quelques moments auparavant, tu prends pour cible l'homme qui est l'objet de ta venue ici. C'est lui que tu veux affronter. C'est lui qui t'intéresse. Il est d'un tout autre niveau, tu en as conscience et rien que le fait de l'admettre te fout en rogne, mais malgré ça, tu es excité. Tu ne peux t'empêcher de vouloir que ça continue ; mais tu veux également en finir vite. Tu veux que rapidement, ton courroux s'abatte de plein fouet sur son corps, afin qu'il ravale les mots rabaissant qu'il a osé prononcer à ton sujet : tu veux lui montrer qu'il s'est lourdement trompé et que tu vas lui faire tomber une ou deux dents, afin de lui en faire prendre conscience. Mais tu es interrompu dans ton moment de réflexion et de hargne. Un Kunai fonce droit sur toi. Fort heureusement, il percute l'un de ceux que tu as plantés dans le sol, face à ton visage. Tu as retenu la position de sa provenance, mais tu ne l'as pas entendu venir... c'est mauvais signe et tu le sais pertinemment bien ! Mais la surprise dont tu fais preuve ne s'arrête pas là. Très vite tu grimaces. Tes dents se serrent les uns contre les autres. Ton visage se crispe légèrement, tu ressens cette brulure au niveau de tes chevilles. Qu'est-ce donc ? C'est ce que tu te demandes.

Kisamaaa ! Mes chevilles me font souffrir, elles brûlent ! Tu n'as pas mal ! Tu n'as pas mal ! Tu n'as pas mal ! Tu n'as pas mal enfoiré ! Ignore la douleur ! Relève-toi, bouge, fais quelque chose ! Mes jambes, ce n'est pas le moment de me lâcher maintenant ! Faites un effort ! Bouger, bouger, bouger ! Tu oses fuir le combat... je ne resterai pas au sol ! Je continuerai à souffrir, je perdrai une jambe ou un bras s'il le faut, mais je percuterai tôt ou tard ta mâchoire enculé !


Tu ne penses qu'à repousser la douleur. Tu essayes de l'ignorer. Tu agrippes les deux Kunai que tu as plantés, emportant également celui lancé par le blanc-bec. Tu roules par la suite sur ta droite, les trois projectiles dans ta main gauche et prenant dans ton fourre-tout les deux bobines de fil de fer qu'il te reste. Tu te retrouves désormais à ta position d'antan : celle où trois Kunai sont en formation triangle. Tu les prends avec toi, en plantant encore un dans le sol afin d'éviter une technique Raiton. Tu en as cinq en main et sans tarder, tu utilises une bobine de fil de fer pour relier tes armes. Tu utilises ta seconde bobine et la coupe en deux, afin d'exécuter l'idée que tu as en tête. À cette bobine, tu y attaches cinq shurikens. Ainsi tu es bon. Ainsi tu es paré à avancer, à découvrir ton adversaire. Tenant les fils de fer dans tes mains, auxquelles sont rattachés tes Kunai et tes shurikens, tu saisis dans ta poche tous les Senbon dont tu disposes. Souriant d'un ton nerveux, tu les balances un peu partout dans la fumée, devant toi et sur les côtés pour une seule et bonne raison : pouvoir toucher tout ce qui s'y trouve, en espérant que cela ait fonctionné au vu du champ d'action. Tu te mets à faire tournoyer tes shurikens et tes Kunai sur ton flanc droit et gauche, tu avances, dégageant la fumée qui se trouve autour de toi. Tu lances par la suite, le fil de fer relié au Kunai qui part au loin devant toi, balayant la fumée rougeâtre qui se trouve sur son chemin, tout en continuant à tourbillonner. Tu t'enfonces alors dans l'espace dégagé de la fumée, continuant de faire tourbillonner les shuriken pour faire plus de visibilité autour de toi. Tu les projettes par la suite à ta gauche, tandis que tu fonces à ta droite. Une idée ? Bien sûr : frappé tout ce qui bouge !

Takamura ○ J'en ai rien à foutre de ta fumée ! Tu auras beau te cacher par peur, quand je te trouverai ton sang recouvrira mes poings et tu pourra ravaler tes paroles débiles ! FRAPPE FRAPPE FRAAAAPPE !


Tu te mets à balancer des coups à l'aveugle, autour de toi, dans la fumée chaude, tes chevilles encore brûlantes qui te font souffrir le martyre. Tu peines à rester sur tes jambes. Mais tu te lances dans un dernier effort, avec une dernière idée en tête. Tes coups volent un peu partout : devant toi, derrière, sur les côtés : les poings bien serrés, tu ne réalises pas si tu as percuté quelque chose, mais tu frappes un peu partout, raflant les senbon tombés au sol, ceux que tu avais lancés un peu plus tôt. Tu frappes, sans t'arrêter, serrant les dents, tu résistes à tomber, à la douleur, mais finalement, tu poses tes deux genoux à terre. Tu sembles essoufflé, fatigué et usé par la douleur prise à tes chevilles. Ta tête vient s'appuyer contre le sol... c'est ainsi que tu t'effondres, avec ta dernière idée en tête... tes yeux se ferment... tu sembles évanoui, inerte, respirant qu'un peu : le repos du guerrier ? Sans doute... tu ne peux que rêver de ce qui t'attendra à ton réveil.

Check !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Lun 1 Sep 2014 - 23:00

Un jour futur le clan Sai s'élèvera au yeux de tous. Nul ne pourra faire face à notre pouvoir. Je suis le Prince.

Le combat durée depuis plusieurs heures maintenant. Nous arrivions tant bien que mal à esquiver les assauts de notre potentiel futur sensei. L'attaque des clones furent facilement éviter grâce à la manoeuvre pas vraiment réfléchi de mon adversaire qui était devenu mon coéquipier. Avec mon dernier mouvement j'avais la possibilité de pouvoir regarder largement la zone. Dans mon champ de vision, j'avais Taka, ainsi que dans la brume, surement cachée dedans Suoh. Quoi faire ? Je ne s'avais pas par ou attaquer. La brume était assez grande, donc plusieurs option de position était possible pour lui pour se cacher. Je manquais d'idée pour le coup, trop de probabilité entré en jeu pour attaquer à la va vite. Ou peu être qu'avec un apport considérable de vitesse pourrai sans doute m'offrir une ouverture. Toute façon, il fallait bien tenter quelque chose, sinon on ne le toucherait jamais. La ou j'étais situé j'entendais une sorte de bruit de métal se télescopé en l'air. Deux kunais venaient d'entrer en collision dans l'épaisse brume de Suoh. Je pouvais voir Taka commencer à ressentir de douleur étrange au niveau des jambes. Le sol c'était mit à trembler sous mes pieds, comme un tremblement de terre ou une éruption volcanique. Une attaque encore de notre Capitaine. Il fallait agir et vite. Prenant appuis sur mes jambes, je concentrais mon énergie mental et physique pour ouvrir la première porte céleste.


-« Ouverture Kai Mon ! La porte initiale »


Hachimon Tenkou, l'art ancestrale de la liaison entre le corps et l'esprit pour donner à son utilisateur une force et une vitesse énorme. Le sol devenait de plus en plus chaud, et l'air devenait étouffant. La terre commençait à s'ouvrir sous mes pieds, je compris alors qu'il fallait vite que je bouge de la. Je voyais Taka qui lui était étendu sur le sol, ne bougeant plus. La colonne de vapeur lui avait brûlé les pieds et il me fallut pas plus de temps pour cligner des yeux, que je sautais vers l'avant. Deux geysers de fumé venaient d'ouvrir le sol en deux. Heureusement pour moi, l'ouverture de la première porte, me donnais la vitesse suffisante pour esquiver la chauffe des pieds. Il ne fallait pas plus d'une seconde pour que je parcours cinq mettre. La fumé du roux venait d'un peu plus loin, encore quelque mettre et j'y étais. Chacun de mes moindre fait et geste était comme dans une autre dimension. J'atteignais la brume de Suoh en à peine dix seconde. Sachant que je ne pouvais pas savoir ou il était, il était obligatoire de faire diminuer la brume pour qu'il ce face repairer. Me viens alors une idée. Folle mais elle pouvait marcher. L'air peut enlever la vapeur qui entoure Suoh. La vitesse de ma porte Initial allait entrer en jeu. Je m'élançais alors en rond autour de la brume rapidement, effectuant un rond comme trajet. Mes tours commençait à soulever de la poussière de terre, puis des feuilles ... A l'allure ou j'allais je pouvais presque créer une mini tornade. Le souffle provoqué par ma course en cercle répété durant 5 tours, affecté légèrement la brume du Capitaine. Une ouverture serait sans doute faisable à présent. Finissant mon sixième tours, je terminais ma course folle juste à coté du corps sans vie de Taka.


-« Merde ... Je transpire comme un porc. Foutu chaleur ... »


Check :
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura] Dim 7 Sep 2014 - 0:14


Bon ce n'était pas brillant.

Il y avait de l'idée, c'est ce qu'il se disait au moins. Les deux débutants avaient tout de même de bonnes idées, surtout le Mamoru. Il y avait quelque chose de lui de spécial, notre héros ne connaissait pas ce clan. Néanmoins, Bejita avait aussi tout ses mérites, néanmoins il s'était bien trop attardé sur la brume et avait laissé son compagnon de côté. Ce qui leur avait surement valu la défaite.
Suoh sentit alors des Kunaïs dans la brume, autant mettre en place qu'il avait prévu un peu plus tôt. Il disparut alors en quelques secondes réapparaissant non loin de là, il était très près de de Beijita. En quelques secondes il le bloqua par la nuque et saisit celle de Taka qui était à côté de lui. En fait, le Sai, c'était rapproché de son compagnon quant celui était au sol, bon geste, et désormais le Capitaine les avait tout les deux saisit par la nuque et accentuait la pression, les empêchant de se mouvoir. Sa force était trop monstrueuse.

- Vous avez fais du bon boulot, même si beaucoup de choses sont à revoir. On aura tout le temps de corriger ça lors de nos entraînements et nos missions, va falloir vous préparer.


Regardant le haut de l'arène, il jugea le moment propice pour se griller une clope. La brume disparaissait peu à peu, quelques gardes étaient autour, surveillant la zone. C'était comme ça au Shûkaï et il y avait des raisons précises à cela, les ordres venaient d'en haut. Lorsque Suoh combattait il était sans cesse surveillé, pourquoi ? Pour éviter tout débordement, si il laissait éclater sa puissance, cela pourrait devenir un carnage. Seul quelques personnes sont capables de le contenir, allant du plus haut gradé, à sa compagne Sahori. Et même son enfant, son regard innocent surtout.
Relâchant la pression, il prit le Mamoru sur son épaule et fit signe au Bejita de se relever. Ils étaient pour eux d'aller se reposer, ils le méritaient bien. Le Capitaine était peut-être dur, mais il savait prendre soin de ses élèves et ces derniers avaient beaucoup d'importance à ces yeux. Il allait leur enseigner des tas de choses, cependant la principale leçon sera de tuer.

- Ah, tu croyais vraiment que j'allais choisir entre vous deux ? C'est fini ce temps là, nous serons désormais la Team Hitaï. Signifiant, le front, nous irons au front, nous serons la ligne de front. Nous protégeons notre nation au péril de notre vie et c'est la première leçon que vous devez retenir. Du moins si tu arrives à m'entendre Taka !


Suoh pénétra alors dans l'enceinte du palais accompagné de ses protégés, il se dirigeait vers une salle de soin avec des lits où ses deux élèves pourraient se reposer. On sentait de la fatigue, voir même de l'épuisement chez les deux Genins, le Capitaine semblait à peine essoufflé, c'était peut-être ça la différence de niveau. Néanmoins il savait qu'ils progresseraient sans doute dans le futur, ils avaient un réel potentiel.
Déposant alors le Mamoru sur un lit, il fit signe à Bejita de prendre place dans l'autre. Du personnel médical arriva alors, c'était le moment pour eux de se faire bichonner. Suoh s'adossa alors contre le mur, sortant une clope de son paquet, il tenta de s'en griller une, mais le regard noir de l'infirmière lui fit comprendre. Il la rangea, souffla, et prit la parole :

- Ok j'ai compris ! Bon, Beijita, Taka, je vous veux demain dans mon bureau, on part en mission !
Sourire aux coins des lèvres, il quitta la pièce, désormais il avait de nouveaux élèves, un nouveau départ. Maintenant il avait toutes les cartes en main pour réussir, la mission du lendemain s'annonçait passionnante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-