AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Lun 8 Sep 2014 - 13:28

Un bouge de l'une des métropoles de Kusa, non loin de la frontière qui séparait ce pays autrefois totalement autonome du Pays de la Terre, plus au nord. La maison mère, à ce qu'il semblait. C'était là que j'avais atterri après bien des péripéties en compagnie du vétéran Samui, un homme que j'aurais aimé connaître... Que j'avais connu, mais dont j'avais du refaire la connaissance en partant de zéro. Me battre à ses côtés avait eu le mérite de me faire prendre conscience que mille et une opportunités allaient se présenter à moi de me racheter une conduite : le monde était en effet balayé à ce point de tourments et de menaces en tout genre qu'il ne fallait pas prospecter bien longtemps avant de tomber sur un os. Sans parler de cette menace là...

Alors que je vidais mon godet une énième fois, accoudé au bar sale et dégoûtant du bouge sus-mentionné, mes pensées ne cessaient en effet de revenir encore et encore sur les paroles du Furyous que j'avais rencontré. Ce message, envoyé dans tous les esprits du monde, résonnait encore en moi comme s'il voulait se trouver un point d'accroche à tout prix. Comme s'il trouvait un écho dans mon ancien moi. Et pourtant même si je ne le désirais pas, il fallait bien y penser, à cette proposition qui avait pris la forme d'un ultimatum. Car même si je ne disposais pas de tous les éléments qui auraient pu m'aider à prendre une décision claire et réfléchie, les faits semblaient unanimement reconnus : un Furyou traquait les siens et nous proposait de l'aider à venir à bout de sa besogne. Le choix pouvait presque paraître fait d'avance, mais... Quid de ses véritables objectifs ? Comment savoir ce que ce Monwa ferait une fois sa tâche accomplie ? Absorberait-il le pouvoir des Furyous qu'il traquait ? Retournerait-il à une forme de néant ? Et bien sûr, restait le problème immuable de ce qu'impliquait un refus de coopérer avec lui, à savoir la mort.

Manipulant négligemment un canif qui traînait là sur le comptoir, je me surpris à mimer la lettre F sur le bois miteux sur lequel je m'appuyais, tentant désespérément d'ignorer le brouhaha environnant pour profiter à sa juste valeur de l'alcool qui s'insinuait dans mes veines. Avait-ce été l'un de mes vices passés ? Qu'importait, vraiment. J'avais de toute façon, à mon plus grand damne pour le coup, une constitution bien trop élevée pour succomber aux effets de la boisson. Mes sens intacts, ou presque, je me penchai alors légèrement en arrière en prenant de la distance avec le comptoir, époussetant la veste de kimono noire que j'avais testé et approuvé quelques jours plus tôt. Une scène d'une affreuse banalité m'arracha alors à ma torpeur, là au fond de la salle. La serveuse qui écumait le bouge pour servir les clients venait en effet de se faire alpaguer par un maraud ivre et tout à fait incommodant, qui était vraisemblablement en train de prendre la jeune femme peut-être encore mineure pour ce qu'elle n'était pas.

Ses mains commencèrent à traîner ça et là, encouragées par les camarades de boisson de l'ivrogne, tirant et manquant de déchirer le tissu qui constituait la tunique de la serveuse, en train de se débattre et de protester. Il me fallu trop longtemps à mon goût pour réaliser que ce que je voyais me révulsais. Jetant un coup d’œil rapide derrière moi pour voir si le tenancier avait l'intention d'intervenir, je compris rapidement qu'il n'avait et n'aurait jamais eu l'idée d'aller à la rescousse de son employée. Mon sang ne fit alors qu'un tour et je me retrouvai en l'espace d'un instant près de la table où le vice avait pris ses quartiers.

« Je ne crois pas qu'elle veuille de vous. A vrai dire je pense qu'aucune femme ne pourrait vouloir de vous, alors... Lâchez-la immédiatement. »

La stupeur se lit un moment dans les yeux de l'ivrogne, sans doute habitué de l'établissement, tandis qu'une vague de silence éphémère traversa la salle.

« Et sinon quoi hein l'jeunot ! La dame reste où elle est !

- Elle n'est même pas majeure espèce d-... »

Je m'arrêtai de moi-même, réalisant à quel point il était futile de converser avec ce genre d'homme. Un rapide coup d’œil pour vérifier que la serveuse ne risquait pas de se pâtir de mon prochain mouvement... Et mon pied frappa le dessous de la table à laquelle tous les membres de cette petite confrérie pédophile étaient installés, la renversant sur trois d'entre eux tandis que ma main gauche se posait sur l'épaule de la jeune femme. Mon équilibre retrouvé, et avant que le bougre n'ait eu le temps de cligner ses yeux bouffis par l'alcool, ce même pied alla se planter dans son visage aussi rouge qu'un tisonnier mis au feu, lui faisant desserrer son emprise tandis que sa carcasse sans doute assommée tombait lourdement au sol quelques deux mètres plus loin.

« Ça va, vous n'avez rien ? »

Soucieux, je l'étais de l'état de la pauvre serveuse, certes... Mais l'intérêt général semblait à présent plutôt tourné vers moi. Les quatre gaillards acoquinés à celui que je venais de mettre hors jeu, notamment, se relevaient avec autant de dextérité qu'il leur était permis par l'alcool coulant dans leurs veines, l’œil hagard mais non pas moins vindicatif.

« Je crois que vous feriez mieux d'aller attendre que ça se calme dans l’arrière salle... »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Jônin de Konoha - Chef de Clan
Messages : 624
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mar 9 Sep 2014 - 17:54

On me permettait de voyager un peu dans les pays de l'alliance à la seule condition que je reste calme, au moindre problème je risquais simplement d'aller en prison. Je prenais bien attention à cela et je ne comptais pas perdre mes nouveaux privilèges. J'en profitais alors pour aller dans un bar où le jus de baie était réputé pour être simplement divin. Je m'y rendais juste pour boire un coup et je comptais rentrer avant la nuit tombante. J'étais alors installé tranquillement au bar et je demandais la Baie des dieux, j'attendais ce nectar non alcoolisé avec impatience, c'était un peu comme ma drogue, le sucre que pouvait dégager se fruit me rendait d'humeur joyeuse, enfin plus ou moins.

J'observais un peu le peuple de ce bar, il était assez miteux et pourtant si réputé, je pouvais voir un drôle de type au cheveux rouge perdu dans ses pensées, peut être avait-il succombé à ce nectar divin. Mon jus était enfin arrivé et je m'empressais d'y goûter, c'était purement succulent... je n'avais rien à dire ou penser d'autre, mais j'étais rapidement attiré vers ce gars qui manipuler un canif en faisant un signe que je connaissais et qu'il fallait mieux éviter de montrer, un F. J'entendais alors du grabuge à l'arrière, encore un de ces saoulards qui ennuyait la jolie serveur de cet endroit pourri.

Je finissais doucement mon jus et j'observais la scène, je n'aimais pas ce genre de type qui se croyait tout permis sous l'effet de l'alcool. Il commençait d'ailleurs à être bien trop familier... Je voulais intervenir, mais cela risquait de finir en bain de sang et donc de me condamner. Je regardais le type aux cheveux rouge se retrouver rapidement à cette table, il était rapide le bougre. Il demandait alors à ce type de lâcher la femme, il allait y avoir de l'action et pour une fois, rien venant de moi. Je me retournais pour mieux voir.

Il donnait alors un puissant coup de pied dans la table, je souriais à la vue de se spectacle et il plantait se même pied dans le visage de l'alcoolique, ce type était un shinobi ou alors un sacré bon bagarreur. Il prenait alors des nouvelles de la jeune femme, un vrai gentleman...Les quatre types se relevaient, de manière maladroite. Je me levais à mon tour du tabouret et je m'approchais du héro du jour.

« Tu ne devrais pas t'en charger toi même, un inconnu créant une bagarre aux portes du Shukai risque de finir à la case prison. Laisse moi faire, une bagarre de plus sur mon cv ne me fera rien, du moment que je ne tue personne. »

Je regardais les ivrognes de mes yeux dorés et j'accélérais alors mon corps de manière futile pour porter un coup dans le bide dans chacun des quatre crapules. Je me retenais de ne pas les étriper, même si l'envie était là. Ils s'écroulaient au sol tout en vomissant l'abus d'alcool. Je me tournais alors vers le type au cheveux rouge et je le regardais de haut en bas.

« Je suis Arekushi et toi, qui es tu ? Tu n'es pas un type ordinaire, je le vois au premier coup d’œil et à ta manière de te battre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mar 9 Sep 2014 - 19:19


Mes poings se serrèrent de plus belle lorsque la jeune serveuse s'en fut allée, probablement recroquevillée quelque part à l'arrière de l'établissement pour attendre la fin des hostilités que j'avais ouvert. Ou plutôt que cet ivrogne assommé avait sollicité, oui, c'était bien plus raccord avec la réalité à vrai dire. Qu'aurais-je été supposé faire sinon intervenir après tout, hm ? Regarder la scène d'un air pantois, l'ignorer complètement, ou encore partir tout simplement, dégoûté par ce que je voyais ? Il n'y avait pas toujours de bonne solution. En revanche, il y avait les choix avec lesquels on pouvait vivre, et les autres. Et pour rien au monde je n'aurais pu faire un choix qui me serait resté sur la conscience pour le restant de mes jours, aussi insignifiant qu'il ait pu être. Ainsi me retrouvais-je devant ces quatre bonhommes, prêt à les envoyer ad patres sans coup de semonce et à filer d'ici en vitesse pour éviter d'envenimer encore les choses. Quant soudain une silhouette se détacha sur ma gauche, bien bâtie, sûre d'elle : un pugiliste potentiel à prendre en compte, malheureusement.

L'homme à qui appartenait la silhouette eut cependant tôt fait de lever mes doutes sur ses intentions. Sobre, il se proposa bien aimablement de résoudre l'affaire qui me préoccupait sans autre forme de compensation... Il aurait pu simplement s'agir d'un homme qui sortait de l'ordinaire, un solitaire que les attouchements sur les jeunes femmes révulsaient autant que moi, mais... Je n'eus pas à chercher bien loin pour comprendre qu'il était probablement, lui aussi, un guerrier de l'ombre. Il suffit en réalité d'un scintillement dans ses yeux, avant qu'il ne se retourne et ne mette promptement au tapis les quatre gugusses à peine assez réactifs pour se mettre en garde. Un scintillement doré, qui m'incita immédiatement à sonder le chakra du jeune homme pour avoir une réponse claire à mon hypothèse. Un Dôjutsu... Ils étaient rares, de par le monde, et j'aurais certainement reconnu celui-là si je ne souffrais pas de sévères lacunes sur ce même monde des suites de mon amnésie. Constatant l'efficacité de mon adjuvant de circonstance, je me contentai cependant de hocher sobrement la tête à l'écoute de sa question, balayant la salle du regard et me dirigeant vers la sortie après l'avoir pointé du menton.

Cela faisait du bien... Oh, bien sûr, donner ce qu'il mérite à un immonde pervers a de quoi vous redonner un peu le sourire -si vous arrivez à oublier la cause du problème-, mais ce n'était pas ça qui me remontait le plus le moral. Rencontrer un homme, même jeune, qui ne m'ait pas connu et n'ait pas mille et une histoires sanglantes à me raconter à mon sujet, ça ça faisait vraiment du bien. Une fois sorti dans la ruelle, bondée de monde à cette heure-ci, et vérifiant sommairement que personne n'était parti aux trousses du dénommé Arekushi, je me retournai enfin vers ce dernier en le regardant dans les yeux, les bras simplement lâchés le long de mon kimono.

« Merci pour ça. Si ça peut m'éviter de m'attirer des ennuis... Je ne vais pas me plaindre de ton intervention. »

Je laissai, bien malgré moi, quelques secondes s'écouler avant de reprendre, jetant un coup d’œil autours de nous en croyant sentir un autre chakra notable parmi la foule.

« Je suis Yanosa, ravi de faire ta connaissance. J'ai un passé de combattant assez chargé, c'est vrai, c'est pour ça que j'ai peut-être pu attirer ton attention sans le vouloir, mais... Toi ? Tu possèdes manifestement... Un puissant Dôjutsu. Dont j'ignore le nom qui plus est. Mais, ça ne me regarde pas vraiment, désolé...

Tu as donc déjà eu à faire au Shûkai, hm ? Été dans leur prison ? Peut-être connais-tu Kakeshuou Samui... ? Comment les choses se passent, là-bas ?
 »

Je profitais, presque honteusement, du fait que mon interlocuteur ne me connaisse pas -ou plutôt qu'il ne m'ait pas connu par le passé- pour tourner la conversation dans le sens que je voulais, mais rien ne pouvait garantir que le jeune guerrier aux yeux dorés ne se montre pas plus curieux à mon égard, auquel cas... Je serais obligé de fournir un méli-mélo de vérités et de flou très indigeste à mon interlocuteur. Il n'empêchait que je me demandais à présent, et de plus en plus, quels buts pouvait poursuivre l'Alliance dont je foulais le territoire. Et surtout quels moyens elle mettait en œuvre pour les atteindre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mar 9 Sep 2014 - 20:56

Ah, Kusa no Kuni. L’exotisme du paysage, le climat tropical. L’on pourrait croire qu’il s’agirait d’une destination paradisiaque pour quiconque qui rêverait de s’évader et prendre du bon temps. A vrai dire, pour Aokiji, ce pays représentait tout le contraire des vacances de rêves. La jungle, les moustiques, les animaux sauvages, le Pays de l’Herbe était en fait un territoire plutôt hostile. La population locale étaient cependant très accueillante, si on oubliait la petite altercation que la Samui eut avec ces deux Tôhatsu qui tentèrent de le tuer lui et Setsuna au beau milieu la forêt tropicale… Mais bon, personne n’est parfait et tout n’était pas ni tout noir, ni tout blanc.

C’est donc volontiers, et également un peu par obligation, qu’Aokiji se rendit dans cette petite métropole de Kusa no Kuni, même village qu’il avait visité il y a environ un mois. Une nouvelle fois encore, le jeune devait se rendre sur place afin de régler un conflit entre deux marchands très influents dans la zone. Il n’eut nullement besoin d’user de la force, faire preuve de diplomatie suffit amplement à trouver solution au problème.

Il était donc temps de prendre un peu de repos avant de repartir pour la capitale. Le Samui décida donc de retourner dans ce petit bar où il s’était rendu avec la vagabonde auparavant. Il semblait être assez populaire dans le village. Alors qui se rapprochait de ce lieu de beuverie, il pouvait clairement entendre un brouhaha qui n’annonçait sans doute rien de bien beau. Encore une bagarre entre ivrognes ? C’était bien sa veine. En tant que représentant de l’autorité, il en était de son devoir d’intervenir. Vêtu de son uniforme immaculé du Shûkai et de son brassard rouge de l’Oda, Aokiji se hâta avant que la situation n’empire.

Arrivée à l’entrée, le Genin marqua un temps d’arrêt afin d’observer la situation. A sa grande surprise, ou pas, le Jisetsu récemment intégré dans l’armée de l’Alliance, semblait être impliqué dans tout ce bazar. Même si Aokiji pouvait comprendre que Kakeshuou voyait un lui, ou plutôt en son Doujutsu, une pièce de choix qui pourrait gonfler les rangs du Shûkai, le Samui n’avait aucunement confiance en lui. Et compte tenu des antécédents du personnage, qui pourrait le blâmer ? A ses côtés, un homme à la carrure imposante et la chevelure de feu. Ils faisaient une belle paire ces deux-là. Ils finirent par sortir du bar et se diriger vers les ruelles de la ville. Les suivant discrètement , le Genin put entendre la conversation des deux individus. Le roux répondait au nom de Yanosa apparemment et semblait également s’intéresser au vieux Samui. Aokiji s'avança donc vers eux afin de participer à leur petite discussion.


    « Je vois qu’on s’amuse bien ici, Jistsu Arekushi. C’est vrai ce qu’on dit, à chasser le naturel, il revient au galop. »


Le regard du jeune homme se posa ensuite sur le compagnon de bar du Jisetsu.


    « Yanosa, c’est ça ? Je m’appelle Aokiji. Samui Aokiji… Je suis un officier du Shûkai. L’homme dont tu parles et moi appartenons au même clan et il est également mon supérieur. Mais pourquoi t’intéresses-tu autant à Kakeshuou-sama et au Shûkai ? »


Aokiji ne prêta pas attention aux victimes des deux hommes, ni à la panique générale qu’avait engendré cette bagarre dans l’établissement. Il était beaucoup plus intéressé par la réponse du grand roux.


Dernière édition par Samui Aokiji le Ven 12 Sep 2014 - 8:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin de Konoha - Chef de Clan
Messages : 624
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mar 9 Sep 2014 - 21:44

Le calme était enfin revenu et l'inconnu qui maîtrisait très bien son corps regardait avec une certaine assistance mes yeux. J'avais l'impression d’hypnotiser tout le monde avec eux et dans la majorité des cas, cela m'apportait des ennuis car on en voulait à mon dojutsu. Je laissais en plan les quatre alcoolique pendant que l'homme me remerciait de l'avoir prévenu et qu'il était en quelque sorte content de mon intervention même si j'étais sur qu'il aurait pu s'en débarrasser tout seul. Je me dépoussiérais doucement et je me frottais les poings car ils étaient crasseux à cause de ses porcs.

« Pas de quoi, j'aime rendre service de temps en temps. »

C'était vraiment rare, d'habitude j'aurais laissé faire ou pire, j'aurais participé pour massacrer ses civils qui ne méritaient pas de vivre, mais je ne pouvais plus agir à ma guise en me moquant des lois. Il se présentait à moi comme Yanosa et il avait un passé de combattant. J'étais surpris quand il me disait que je possédais un puissant dojutsu dont il ne connaissait pas le nom, je n'allais rien dire, ce n'était pas plus mal ainsi. Il me posait alors des questions et celle qui retenait mon attention était sur le vieux qui m'avait jugé.

« Oui, je le connais un peu, j'ai eu affaire à lui quelques fois. Je suis moi-même du Shukai. »

Je regardais alors à l'entrée et je voyais une tête que je connaissais... Samui Aokiji, j'étais vraiment sans chance. Il s'adressait alors directement à moi en me faisant une remarque sur ma manière d'agir.

« C'était eux ou une gamine allait se faire violer...Tu comptes me juger aussi maintenant que je défends les faibles ? »

Ce qui sortait de ma bouche me surprenait, mais j'étais bien obligé d'agir comme cela. Il s'empressait de questionner Yanosa, ce bougre avait dû nous écouter de l'extérieur... Je me méfiais de lui, surtout quand il se présentait comme officier du Shukai...

« Cet homme, Yanosa, à l'air perdu, mais il a voulu secourir la jeune fille, je ne pense pas qu'il vienne dans notre alliance pour chercher des ennuis. »

Nous étions tous dehors maintenant et je regardais le Samui.

« Nous devrions peut être discuter de tout cela à l'écart d'oreille indiscrète...J'ai déjà constaté que dans cette alliance qu'il suffisait d'aller dans un bar pour être informé de pas mal de chose. Il serait temps que tout cela chance pour notre sécurité à tous. N'ai je pas raison Samui ? »

Je regardais alors Yanosa, il me semblait que je pouvais avoir confiance en lui.

« Tu as l'oeil en tout cas, si cela te dit quelque chose, je suis un Jisetsu, comme mon ami ici présent l'a fait remarqué dans son incroyable discrétion. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mer 10 Sep 2014 - 9:58

Observant mon interlocuteur en sondant de manière très succincte son chakra pour déterminer s'il désirait me rouler dans la farine ou non, je n'eus pas à fouiller bien longtemps pour m'apercevoir que l'unique réponse qu'il venait de me fournir était donnée en toute bonne foi. Il l'avait laissé sous-entendre un peu plus tôt, c'était désormais un fait avéré : Arekushi que voilà était un membre à part entière de l'Alliance, un guerrier sans doute, qui mettait ses muscles et sa hargne au service d'un ordre plus grand. Une application à la fois simpliste et on ne peut plus efficace des talents de combattant qu'il possédait indéniablement, en sus de cet œil doré. Mais alors que le jeune homme s'arrêtait de parler, mon attention se reporta sur un autre individu qui s'écartait du flux ininterrompu de la foule pour venir nous rejoindre non loin de l'entrée du bar. Un homme plus svelte aux cheveux blonds, vêtu d'une sorte d'uniforme qui se composait d'un kimono, presque semblable au miens si ce n'était pour leur totale opposition de couleur, ainsi que d'un brassard rouge aussi visible que le nez au milieu de la figure.

Il nous rejoignit sans tarder et, sans surprise, se révéla être une connaissance d'Arekushi. C'est du moins ce que laissa entendre sa première phrase, qui me révéla du même coup le nom du clan dont était issu mon ami aux yeux dorés. Jisetsu... Ça ne me disait rien, mais cela ne m'étonnait pas outre mesure. J'ignorais à peu près tout ici bas, depuis ma perte de mémoire, ce qui s'avérait être un handicap frustrant à la longue. Heureusement, et pour une raison que je ne parvenais pas bien à comprendre, tous mes talents au combat étaient restés intacts, un don du ciel. Mais les nouvelles intéressantes n'allaient pas s'arrêter là, au contraire. Aokiji, c'était le nom de l'officier qui venait de nous rejoindre, faisait vraisemblablement parti du même clan que Kakeshuou-dono, et c'était tant mieux. Je pouvais presque sentir les embruns de l'intégration sociale me parvenir aux narines, tandis qu'Arekushi répondait à ma place dans un premier temps pour attester de ma bonne fois dans cette affaire. Il était en effet devenu très rare que je puisse converser ainsi avec des inconnus, même si le climat demeurait relativement tendu en raison des questions peut-être un peu trop indiscrètes que j'avais posé. J'avais pour moi le fait de n'avoir aucune arrière pensée ni aucun objectif caché -du moins j'en étais convaincu-, mais la défiance était bien souvent une qualité lorsque l'on avait un boulot aussi périlleux que celui qui était le leur.

Attendant mon tour de parole, je plaçai alors mes mains devant moi, attrapant mon poignet gauche avec ma main droite, et adressai un hochement de tête entendu au dénommé Aokiji pour lui faire comprendre, ne serait-ce que par ma gestuelle, qu'il n'avait rien à craindre de moi.

« Enchanté de vous rencontrer, Aokiji-san. Vous les avez entendu, donc si mes questions ont pu vous paraître déplacées je m'en excuse. J'ai en réalité déjà eu le plaisir -et l'honneur-, de combattre aux côtés de Kakeshuou-dono il y a à peine une semaine, plus au sud du pays. Je n'avais.... Hm. Pas eu de ses nouvelles depuis longtemps avant ça. »

Ce qui était, somme toute, tout à fait véridique, si l'on considérait l'amnésie comme une absence de nouvelles.

« C'est par lui que j'ai appris la constitution de l'Alliance, d'ailleurs. Un bien grand entrelacement de pays... Mais que je te rassure, Arekushi, je ne suis pas perdu. Tout au plus, je vagabonde dans l'espoir de me rendre utile, ce qui... Et bien... Est en quelque sorte arrivé ce soir.

Quant aux raisons qui me poussent à m'intéresser au Shûkai, dont vous faites parti, c'est un intérêt tout à fait innocent à la vérité qui me fait me questionner. Un si grand territoire, des soldats d'origines si disparates... Et pourtant vous parvenez à subsister en dehors du circuit des villages Ninjas, voire à prospérer. Je ne suis qu'un spectateur, mais... Je me dis qu'il doit être difficile de conserver l'équilibre d'une telle Alliance.

Mais je m’égare : vous désirez peut-être que nous allions nous installer autre part plutôt que de rester devant l'entrée de ce bouge ? Je ne connais pas bien cette ville donc le choix de l'établissement vous revient en toute logique
 », dis-je en affichant un mince sourire.

Je baissai alors le regard l'espace d'une poignée de secondes, me demandant si je faisais bien de vouloir pousser plus loin la discussion, qui je le savais révélerait tôt ou tard mon affliction.

« Ce serait l'occasion pour nous de pouvoir échanger un peu plus : vous m'en direz plus sur votre Shûkai et, je vous dirais ce que je peux... sur moi. »

Un marché honnête, somme toute, mais dans lequel je n'avais pas grand chose à mettre dans la balance.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Jeu 11 Sep 2014 - 20:10

L’origine de cette bagarre serait donc un client qui aurait été un peu trop entreprenant avec une jeune femme. Du moins, c’est que Arekushi répondit afin de justifier toute cette pagaille que lui et son nouveau compagnon avait engendré. Aokiji ne leur tint pas rigueur. Le mal avait déjà était fait, la victime, visiblement sous le choc, était néanmoins hors de danger et ses fauteurs de troubles hors d’état de nuire. Que demandez de plus ?

L’attention se porta ensuite sur Yanosa. Ce dernier était étonnement bien élevé. Aokiji l’avait peut-être mal jugé en le voyant trainer avec Arekushi. D’ailleurs les yeux du jeune Samui s’écarquillèrent lorsque le roux affirma avoir combattu aux côtés de son capitaine de section. En effet, partagé le même champ de bataille que Kakeshuou était sans nul doute un honneur. Le Genin hocha la tête afin d’acquiescer aux paroles de ce Yanosa mais également exprimer sa surprise. Cet homme se rapprochait davantage de la génération d’Aokiji que de celle du vieux Samui. Pourtant, il affirmait ne pas avoir eu de nouvelle de ce dernier depuis très longtemps. Peut-être étaient-ils intimes. Un élève laissé à l’abandon par exemple. Vu le caractère extrêmement sadique du personnage, cela ne le surprendrait pas qu’il ait laissé l’un de ses apprentis, livré à lui-même au fin fond du désert du Pays du Vent. Mais vu comment le roux mentionnait le nom de Kakeshuou, cela ne pouvait pas être cela. Qui pouvait-il être donc ?

En réalité, il s’agissait que d’un simple vagabond que le capitaine de l’Oda aurait rencontré lors d’un voyage. Tout comme Setsuna, il s'intéresserait lui aussi au Shûkai et chercherait également certaines réponses. Il proposa alors de chercher un endroit calme. Etant déjà venu dans ce village, Aokiji connaissait un endroit parfait pour l’occasion. Un petit parc, vide étant l’heure tardive, près d’un large plan d’eau où l’on pouvait voir le reflet de la lune à la surface.

S’adossant contre un arbre, le Samui laissa les deux autres prendre place comme ils le souhaitaient et répondit donc à Yanosa.


    « Donc tu as rencontré Kakeshuou-sama. Intéressant. Dans un sens, nous sommes tous les trois liés à lui d’une certaine manière. Voudrais-tu que je t’emmène à lui ? Si ce que tu dis est vrai, il ne devrait surement pas y avoir de problème. »


Aokiji s’arrêta afin d’analyser le visage du roux. Le Samui avait quelques doutes mais globalement, il avait étrangement confiance en le jeune homme.


    « Si tu veux en savoir plus sur le Shûkai, pourquoi ne pas demander à mon cher collègue Arekushi ? En tant que nouvelle recrue, il pourra te dire comment il perçoit l’Alliance de l’intérieur. Mais j’aimerais ensuite que tu nous en dises plus sur toi afin que je puisse, oui ou non, t’en dire plus sur nous. Nous sommes d’accord ? »


Le Genin se tourna successivement vers le Jisetsu, puis Yanosa. Leur petite entrevue pouvait alors commencer.


Dernière édition par Samui Aokiji le Ven 12 Sep 2014 - 8:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin de Konoha - Chef de Clan
Messages : 624
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Jeu 11 Sep 2014 - 21:03

Nous étions rester devant ce bouge et je ne voulais qu'une chose, quitter ce lieu. Je scrutais notre nouveau compagnon et mon instinct me disait que cet homme était dangereux, il avait une aura qui dégageait de lui, un peu comme Yusuke, mais en moins maléfique, il semblait plus calme et plus sage, mais sa manière de parler et d'agir était bizarre, comme si il cherchait ses mots. Le roux répondait alors calmement au Samui, il avait eu le plaisir, comme il le disait, de combattre au coté du vieux Samui, ce qui confirmait qu'il ne s'agissait pas d'un ninja lambda. Il avait combattu avec lui, il y a environ une semaine au sud du pays...Je ne comprenais pas bien pourquoi il disait qu'il n'avait pas eu de nouvelle depuis un bout de temps. Je m'intéressais à l'esprit humain et comment agir sur celui-ci de bonne manière ou néfaste.

Je le laissais parler sans le couper, il parlait de l'alliance, mais ce qui m'intriguait encore plus, c'est qu'il vagabondait en essayant de se rendre utile. On aurait dit que Yanosa n'avait aucun but particulier, comme si il avait un grand manque en lui. La suite me faisait sourire, l'alliance était constituer de ninjas avec un grand sens de l'honneur, mais aussi des criminels voulant se repentir et il fallait avouer que le Shukai avait de quoi garder un équilibre qui pouvait devenir rapidement instable pourtant.

Il proposait alors de partir, j'invitais alors les deux hommes à me suivre vers une ruelle directement qui menait en dehors de ce petit village. Il voulait en savoir un peu plus sur le Shukai et il m'interpellait encore en disant qu'il dirait ce qu'il pouvait sur lui. Je regardais le Samui pour voir sa réaction. On était enfin éloigné du petit village et le Samui s'adossait alors à un arbre et il proposait directement à Yanosa de le rencontrer. Il enchaînait en lui proposant de me demander que je parle du Shukai, comme je l'avais intégré, peu de temps avant. Je m'approchais alors de Yanosa afin de lui parler de ce que je savais du Shukai.

« Le shukai est un peu la terre de la seconde chance. C'est une alliance puissante, mais fragile à la fois. La diversité des shinobis présent pourrait en faire la plus puissante des nations, mais aussi la plus propice à des guerres civiles. Les 3 sections équilibres bien l'alliance, même si j'ai pu voir des tensions entre elle. »

Je prenais mes aises en retirant le kimono du Shukai qui me donnait horriblement chaud.

« Tu m'excuseras Yanosa, mais avant de continuer, j'aimerais vérifier certaines choses... ne le prend pas mal.»

Son cas m'intriguait, je me devais de poser les bonnes questions pour en être sur.

« Sais-tu la date de ce jour ? Et quel est ton souvenir le plus lointain?»

Je regardais le Samui en lui jetant un regard pour qu'il n'intervienne pas.

« Tu dis avoir faire une mission, il y a une semaine avec le vieux Samui, mais en même temps, tu trouves que cela fait bien longtemps. Je suis un manipulateur du temps, je connais bien certaine chose et toi, Yanosa, tu sembles totalement perdu. »

Je m'adressais alors au Samui.

« Yanosa est sincère dans ses paroles, mais il est troublait, voir perdu... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Jeu 11 Sep 2014 - 23:45


Il sortit de nulle part.

En fait, il était là depuis le début, dans ce bar réputé pour ses breuvages rares. C'était le genre de lieux que notre homme venait fréquenter en cachette. C'était sa façon à lui de fuir un peu toute la pression, la femme, le gosse, la nation, les responsabilités. Pour lui, rien de mieux qu'un petit verre de scotch et d'une clope dans un endroit bruyant, d'une chaleur plutôt agréables et de bonnes vieilles rumeurs à entendre.
Et pour le coup, il fût bon de tendre l'oreille, le Shûkaï était dans certains sujets de conversations et pour le coup un dialogue interloqua notre protagoniste. Pour le moment il s'était montré discret, néanmoins il allait devoir intervenir. En effet, la discussion était en faite composée de deux recrues du Shûkaï et d'un déserteur. Suoh avait sentit une certaine puissance chez ce dernier, ce n'est pas vraiment les paroles qui l'intéressait, mais l'homme en lui même. Il paraissait si innocent et pourtant une force somnolait en lui, les dons sensoriels du Capitaine ne faisaient que confirmer.
Il sortit donc de nulle part, les ayant suivis jusqu'en dehors, il apparaît alors comme une fleur. Ayant fait un léger bond pour atterrir devant eux puisqu'il était dos à ces derniers. Il se relève alors, tel un chat, une aura rougeâtre l'entoure.
Le Capitaine du Buki vient de rentrer en action.

- Aokiji, Arekushi, bonsoir. Yanosa à ce que j'ai pu comprendre, nous avons un tas de choses à nous dire n'est-ce pas ?


Son visage était fermé, il n'y avait pas de réels sourires, pas de clin d'oeil. Il était là en tant que Capitaine et non compagnon d'une nation. Les deux jeunes avaient presque fait une erreur, bien trop parler à un inconnu. Il y aurait même deux erreurs, ne pas l'avoir juger dangereux. Car, il l'était.
Vu comme ça, il semblait gentil, voir même aimable, son physique n'en fait pas de lui un redouté, il n'a pas une arme massive dans son dos, beaucoup ce serait fait avoir. Mais, il suffit juste de se concentrer pour comprendre, il y à comme une aura qui l'entoure, elle paraît invisible à l'oeil nu, mais notre homme la sent. En fait, elle pue le meurtre, la cruauté. C'est ce qui avait amené Suoh à se méfier. Il ne l'avait jamais vu, cependant il ne cessait de se méfier. Le chef de l'armée eut même envie d'attaquer, mais à quoi bon ? Une joute, ici, ne serait surement pas une bonne idée et il pourrait y avoir des blessés. Résigner alors à parler, il reprend la parole.
C'est le début d'une longue série de questions :

- Le Shûkaï est certes une terre de seconde chance, mais je ne recrute pas n'importe quelles brebis égarées. J'ai déjà un très grand troupeau vois-tu, pourquoi devrai-je te laisser y pénétrer ? Quel serait ton prétexte ? De la curiosité ? Nous ne sommes pas un temple ou il fait bon de regarder. J'ai cru entendre que tu avais combattu aux côtés de Kakeshou. C'est bien. Cela ne fait pas de toi un invité de privilège. Qui se cache derrière ce masque d'innocence et de gentillesse ? Ton aura est malsaine.


Il le regardait dans les yeux. Il ne tremblait, il était fier. C'était sa prestance qui faisait de lui un Capitaine et si l'homme en face de lui ne le croyait pas, il allait goûté à sa puissance. Certains auraient pus dire qu'il était menaçant, d'autre méchant, les plus érudits auraient simplement compris qu'il protégeait sa nation.
Son regard se tourna ainsi vers les membres du Shûkaï. Arekushi et Aokiji avaient encore beaucoup à apprendre, Suoh en toucherait surement deux mots avec leur senseï. Néanmoins, ils avaient aussi fait preuve de diplomatie, donc d'un côté il ne pouvait pas tellement leur en vouloir. Ils désiraient bien faire.
Il avança d'un pas, l'aura rougeâtre était toujours présente autour de lui, faisant ressortir sa chevelure flamboyante. Il prit la parole une dernière fois :
- Ah je ne me suis pas présenté, Suoh, Capitaine de l'armée du Shûkaï.
Rien à ajouter. Tout était là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Ven 12 Sep 2014 - 10:09

Mes deux interlocuteurs semblèrent d'accord sur le fond, à savoir que nous installer ailleurs que dans cette ruelle bondée de monde était une bonne idée. Il fallait dire que malgré l'heure assez tardive, l'ambiance était plutôt à la fête dans cette métropole, où de nombreux individus recherchaient sans doute un peu de répit dans leur quotidien chargé de dangers. Par les temps qui couraient, peu de gens pouvaient en effet se vanter d'être réellement en sécurité, mais... L'expression de cette liesse environnante me semblait malgré tout fort mal placée, étant donné le contexte : Monwa et ses Furyous menaçaient le monde entier, et en ce qui me concernait, je n'avais aucune idée du but final qu'ils poursuivaient, ce qui représentait une menace plus grande encore que la simple puissance du prince. Ressassant ces pensées tandis que je suivais Aokiji Samui à l'écart de la foule, je portai à l'occasion mon regard sur Arekushi. Ce jeune homme était plein d'une énergie vivace. Sa flamme était chatoyante, malgré le passif violent que je lui devinais aisément d'après ce qui avait pu être dit auparavant. Si tous au Shûkai possédaient ne serait-ce qu'une bribe de cette flamme saupoudrée par un peu de talent inné dans un domaine ou dans l'autre, alors l'Alliance n'avait certainement pas à rougir face aux effectifs et à la force militaire des villages shinobis.

Après une dizaine de minutes de marche silencieuse, nous arrivâmes finalement à destination... Mais contrairement à ce que j'espérais, Aokiji nous avait tous mené bien à l'écart du moindre commerce et semblait, sans animosité aucune, vouloir simplement privilégier la teneur de notre conversation à venir. Tant pis pour le verre, me dis-je alors... Ce n'était pas souvent que j'avais l'occasion de me laisser un peu aller, mais il fallait croire que c'en était fini pour ce soir avec l'alcool.

« Kakeshuou-dono pourra évidemment attester de ma bonne foi si nous pouvons le rencontrer. J'ai cependant cru comprendre après notre dernière bataille qu'il avait encore beaucoup à faire avant de rentrer. C'est un homme pour le moins... occupé. »

Je me tournai ensuite vers Arekushi qui, selon Aokiji, pourrait m'en dire un peu plus sur ce que pouvait représenter l'Alliance. Une seconde chance... L'expression trouva évidemment un écho particulier dans mon cœur, puisque j'étais dors et déjà en train de consumer ma deuxième vie, la dernière sans doute, après avoir littéralement perdu la première. La suite de la présentation relevait plus de l'évidence que de l'information, même si une telle franchise venant de l'un des membres du Shûkai était étonnante il fallait le dire. La cohésion était logiquement un problème lorsque vous associiez une ribambelle de personnalités aux objectifs disparates en voulant leur faire faire front commun. Mais en cela résidait également un potentiel énorme qui, guidé comme il se devait, pouvait faire des miracles.

Intervint alors la partie de la discussion que, somme toute, je redoutais le plus. Arekushi, pas moins bête qu'un autre, avait en effet hâte de pouvoir m'entendre parler de moi, et ne s'était pas privé de relever ma gêne lorsqu'il s'agissait de mon passé. Un passé qui ne m'était plus tout à fait inconnu mais que je n'avais pas vraiment vécu et dont les souvenirs se construisaient petit à petit. Heureusement pour moi, le jeune Jisetsu pensa pouvoir me coincer sur un thème trop bateau pour que je m'y trouve en défaillance -ce qui, en toute honnêteté, ne changerait pas la finalité de la conversation mais éviterait de me faire passer pour un imbécile.

« Hm. Je vois où tu veux en venir, Arekushi. Mais si je ne savais pas que nous étions effectivement le 5ème jour de Soufflegivre, je ne serais pas bon à grand chose d'autre que de m'envoyer des godets, comme ces ivrognes de tout à l'heure. Ceci étant dit...- »

Je m'interrompit, sentant à nouveau cette même source de chakra ressentie un peu plus tôt dans la ruelle apparaître près de nous dans une sorte de scintillement d'énergie. Un déplacement rapide rudement bien exécuté. Machinalement, je venais de faire deux pas en arrière en me tournant de façon adéquate, gardant les trois protagonistes de cette petite scène bien en vue tout en gardant les mains liées entre elles devant moi. D'entrée de jeu, je déduisis rapidement que cet homme, qui devait avoir mon âge, avait suivit notre petit groupe depuis un certain temps -assez en tout cas pour avoir capté mon nom au détour de notre rencontre au niveau du bar. C'était sans doute pour ça que j’avais pu ressentir furtivement son chakra avant qu'il ne disparaisse : monsieur avait quelques talents de fileur. Et lorsqu'il eut fini d'énumérer ses questions, se présentant en guise de conclusion comme étant le Capitaine d'une section de l'Alliance, je me trouvais malgré moi un peu désarçonné.

Qu'il s'agisse de lui ou d'Arekushi, et ce malgré leur différence évidente de niveau en terme de compétences, ils me posaient en réalité tout deux la même colle, qui n'en était malheureusement pas une. Et j'avais passé peu, bien trop peu de temps en ce bas monde pour apprendre à manier la langue de bois assez bien pour m'en sortir sans utiliser cette arme, celle qui pouvait vous hisser au firmament ou vous condamner à la ruine : la vérité.

« Et bien... Enchanté, encore une fois, de rencontrer l'un des vôtres. Ha... Vous posez les questions aussi bien qu'un inquisiteur, Suoh-san, heureusement que vous venez de me préciser à quelle section vous apparteniez autrement j'aurais pu vous confondre avec un juge. »

Le ton était celui de la douce ironie, mais une drôle de tension venait de s'installer sur le parc. Mon aura, ou plutôt celle de mon prédécesseur dans ce corps, semblait avoir suffisamment subsisté pour être perceptible auprès des plus haut gradés.

« Vos sens, en tout cas, sont affûtés, très affûtés. Que je vous rassure tous d'emblée toutefois, je ne représente aucune menace pour vous, vraiment. Il y a deux mois de cela, en revanche... J'aurais bel et bien pu tous vous tuer, et ça aussi c'est la vérité. »

Je déglutis, sentant ma gorge s'assécher ne serait-ce qu'à l'idée de devoir informer des inconnus de mon passé, mais il fallait croire que c'était une nécessité. Je ne pourrais jamais cacher ce que j'avais été et il faudrait que je l'assume, pour toujours.

« Mon nom complet est Yanosa Oterashi. J'ai été un shinobi de Kumo aussi tôt que le village fut créé il y a neuf ans de cela. J'étais en première ligne lors de la bataille contre Makka, sur Hai, mais je n'ai jamais vraiment franchi la plage, à ce qu'il paraît. De ce que je sais, j'aurais trahi et assassiné plusieurs shinobis de Kumo avant de disparaître. S'ensuivent six années durant lesquels je me serais, vraisemblablement, attelé à la destruction de tout ce qui pouvait m'importuner et au meurtre de masse. De ça aussi, Kakeshuou-dono pourra témoigner, malheureusement... Et si vous vous demandez pourquoi je vous raconte tout cela de cette façon, floue, décousue, et bien... Je pense qu'Arekushi ici présent avait trouvé tout seul.

Il y a deux mois, sans aucun souvenir de ce que je viens de vous raconter, je me suis livré à Kumo en pensant rentrer chez moi. Et ce n'est évidemment pas un lit douillet qui m'a accueilli une fois arrivé, vous pensez bien.

Alors, Suoh-san, pour répondre plus spécifiquement à votre question, je dirai simplement que la seule chose qui m'anime aujourd'hui c'est propager le bien. Mettre ces mains recouvertes de sang au service de causes avec lesquelles je pourrais vivre
, dis-je en affichant mes paumes, tournées vers le ciel, juste devant moi.

Est-ce que cela vous paraît... acceptable, à vous tous, hm ? »

Me replonger, encore une fois, dans cet enfer de vie qui avait été la mienne avait fait monter mon rythme cardiaque. J'étais, pour ainsi dire, à fleur de peau, les quelques grammes d'alcool circulant en moi aidant certainement à cet état de fait. Si ce Capitaine décidait de ne pas accorder la valeur adéquate à mon témoignage, livré à l'instant, je ne pouvais plus garantir de pouvoir me contrôler totalement... Ce qui pouvait aisément mener à une catastrophe.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Dim 14 Sep 2014 - 12:42

La petite conversation se poursuivit et, comme l’avait suggérer Aokiji, son camarade prit la parole. Il présenta étonnamment bien le Shûkai, et ce qui interpella le Samui davantage était qu’ils percevaient tous les deux l’Alliance de la même manière. En effet, pour le Samui également, cette dernière représentait la terre de la seconde chance. En y regardant de plus près, la majorité de ses fréquentations avaient rejoint le Shûkai en quête d’un nouveau départ, de nouvelles perspectives d’avenir, sans oublier les raisons plus personnelles.

Ensuite, le ton du Jisetsu changea du tout au tout. Quelque chose concernant ce Yanosa semblait l’intriguer. Depuis leur rencontre dans le bar, il avait eu le temps de plus ou moins cerner ce jeune homme plutôt mystérieux. Aokiji regardait donc Arekushi avec intérêt, il était curieux de connaitre la nature de ses doutes. Il questionna alors le roux sur ses souvenirs, sa mémoire. En échangeant un rapide regard, le Samui comprit tout de suite où son camarade voulait en venir. Yanosa serait donc amnésique ? Cela pourrait expliquer la petite incohérence de son discours de tout à l’heure. Pourtant, il semblait si jeune. Perdre la mémoire aussitôt devait surement être un supplice pour lui. Il n’avait pas encore fini de murir, or il n’aurait aucun souvenir de son passé, de son enfance ? Comment peut-on avancer sans savoir d’où l’on vient ? Le Samui porta alors son attention vers le principal concerné. Le Jisetsu le trouvait sincère et, à vrai dire, Aokiji également, mais ce n’était pas pour autant qu’il allait lui faire confiance. Il voulait en savoir plus sur lui. Comment en était-il arrivé là ? L’officier du Shûkai ne s’attendait pas à une réponse bien construite, si effectivement les soupçons d’Arekushi s’avéraient exacts. Mais la réponse du roux fut pour le moins évasive.

Soudain, sortant de nulle part, un individu fit son apparition devant le petit trio. Il tomba littéralement du ciel afin d’atterrir comme une plume en face d’eux. Une aura rougeâtre émanait de lui, telle une entité démoniaque. Aokiji le reconnut tout de suite, il s’agissait de Suoh, le capitaine du Buki, section considérée le bras armée du Shûkai. Apparemment, il avait suivi le petit groupe jusqu’ici, mais la véritable question était depuis quand ? Cela n’allait surement pas lui plaire de savoir que deux rang C s’apprêtait à parler de l’Alliance à un inconnu.

Il prit donc l’entretien en main et questionna Yanosa. Ces interrogations étaient aussi pertinentes les unes que les autres, obligeant ainsi le jeune homme à donner des réponses claires et précises. Ce qu’il fit.

Yanosa était donc un ancien shinobi de Kumo, amnésique de surcroit. Il affirmait vouloir œuvrer pour le bien aujourd’hui alors que son passé était pour le moins sanglant. Aokiji était loin de s’imaginer une telle histoire derrière ce jeune homme qu’il lui avait fait plutôt bonne impression. Il n’avait fait preuve d’aucune hostilité à l’égard du Samui ou d’Arekushi. Peut-être était-il un espion ? Il serait très doué dans ce cas. Un petit lavage de cerveau de la part de Len pourrait surement mettre cela au clair. D’ailleurs, Aokiji exprima quelques doutes alors qu’il se tourna vers le capitaine.


    « Capitaine Suoh, il semble sincère, mais si son apparent désir à faire le bien n’est dû qu’à son amnésie, cela pourrait s’avérer dangereux à mon avis. Si un jour il retrouve la mémoire, il pourrait alors reprendre ses habitudes sanguinaires et se retourner contre nous, ne pensez-vous pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin de Konoha - Chef de Clan
Messages : 624
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Dim 14 Sep 2014 - 13:28

Alors que nous discutions tranquillement et que je tentais d'en apprendre plus, un mec venu de nul part faisait son apparition. Je ne le connaissais pas, mais son insigne présentait un haut grade. Ce bar amenait toute sorte de personnes et pas mal de gradés. Il nous saluait rapidement en disant que l'on avait pas mal de chose à nous dire... vu l'individu, j'étais certain que celui-ci avait tout écouté tranquillement sans broncher. Surtout que je ne le connaissais pas, il m'était totalement inconnu, je n'étais pas au Shukai depuis bien longtemps aussi. Il s'adressait alors à Yanosa en lui disant qu'il ne recrutait pas n'importe qui, je ne pouvais m'empêcher de lâcher un petit sourire à ces paroles et il enchaînait en disant que son aura était malsaine, malgré son air sympathique. Il finissait par se présenter comme Suoh, capitaine du Buki...

Je soupirais et j'écoutais la partie qui m'intéressait le plus, à savoir la réponse à ma question. Yanosa me répondait et je ne disais toujours rien. Mais son attention venait directement se poser sur le gradé du buki et il avait une certaine ironie dans ces paroles qui me plaisaient. Il disait alors qu'il n'était pas une menace, ce qui n'était pas le cas il y a deux mois. Il évoquait alors ces derniers souvenirs et qui il était vraiment, il venait donc de Kumo. Je comprenais, comme je le présumais depuis un moment, qu'il était amnésique. Il pouvait avoir des regrets sincère te vouloir devenir un homme bien...

« L'amnésie est bien ennuyante, mais je pense qu'au Shukai on pourra t'aider à retrouver la mémoire. »

Je pensais que cela était acceptable, mais je n'avais aucun pouvoir surtout avec l'arrivée de ce Suoh. J'écoutais alors le Samui qui m'était en garde et il disait que cela était risqué... je m'approchais alors du capitaine du Buki.

« Même sil s'avère dangereux, il y aura moins de risque pour lui et pour les autres si on l'amène au Shukai non ? Puis avec l'aide du sale gamin de Len, il pourrait l'aider à retrouver sa mémoire et au moins, on sera fixé si ce qu'il nous dit est vrai. »

Je réfléchissais à certaines choses que je ne pouvais pas trop exposé.

« Nous somme tous potentiellement dangereux au Shukai, mais vu les gardes, il ne pourra pas faire grand chose même si il est puissant. »

Je plongeais mon regard alors dans celui de Yanosa, ce type m'intriguait et je savais que ce n'était pas un amateur du tout, surtout dans la manière de se déplacer que j'ai pu voir.

« Il faut d'abord savoir, si Yanosa est d'accord de nous suivre et de subir une fouille de mémoire, autant être clair avec lui, je n'aime pas trop les entourloupes. »

Je parlais alors à l'intéressé.

« Tu en penses quoi Yanosa, cela prouverait ta bonne foi envers les sceptiques non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 724
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mar 16 Sep 2014 - 1:02

Il ne laissa aucun mots s'échapper.

Il s'alluma une clope, tout en écoutant les dires de l'homme. C'était intéressant d'en apprendre un peu plus sur lui, même si il avait un air plutôt mystérieux. Après tout l'amnésie pouvait être une simple excuse, alors pourquoi lui faire confiance ? Peut-être pour ce brin d’innocence qui se lisait dans ses yeux. Il pouvait surtout être un bras supplémentaire pour le Shûkaï, fallait-il alors aborder une autre stratégie avec cet homme ? Pas question !
Le Capitaine du Buki ne pouvait pas se permettre de courber l'échine et de faire toute sorte de pirouette, ce n'était pas son genre. Néanmoins il avait une petite idée en tête.
Bien que très vite, il fût mis en rogne, il avait osé prétendre pouvoir tous les tuer. Au lieu d'exploser de colère, un simple rictus se dessina sur les lèvres de notre homme, pas besoin d'en dire plus. Cela lui faisait doucement sourire, il le sous estimait, mais il n'était pas le seul. Yanosa jouait-il avec le feu de cette manière, attention à ne pas trop s'approcher de la flamme, cela pourrait le brûler. Cependant, il est clair qu'un combat contre cet homme aurait été spectaculaire et dès plus appréciable pour notre protagoniste.
Néanmoins il n'avait plus le temps pour ces enfantillages et cette situation le dérangeait un peu. Il avait envie de partir, d'en apprendre plus sur lui, mais ce n'était pas Suoh qui allait s'en charger. Honneur à la nouvelle génération.

- Encore un discours de brebis égarées. Vous, les errants, vous pensez pouvoir tuer n'importe qui sur votre route, n'oublie nous sommes tous fait de la même chaire . Mais, cela était il y à deux mois n'est-ce pas ? Espérons que cela est changé, sinon j'aurai de quoi trembler. HAHA !!


Il sourit rapidement, mais aussitôt son visage se referme. Le regard du Capitaine se pose alors sur les deux jeunes recrues, il y avait du potentiel là dedans, quelque chose disait à Suoh qu'il allait en entendre parler dans le futur. Jetant sa clope alors sur le côté, il avait presque faillit fumer le filtre, il avança d'un pas en direction de ses confrères.
Une idée bien précise en tête, il savait quoi dire et quoi faire face à de telles situations, à lui maintenant de mettre en pratique ce qu'on lui avait apprit. Ah oui, pour la petite éclipse. Notre héros n'a jamais vraiment connu la diplomatie, en fait il a tout apprit de Kakeshou, par le passé ce dernier avait jugé le rouquin incapable de faire preuve de tact. Ce n'était pas faux à vrai dire.
Se trouvant alors à leur niveau, il ne prêtait même plus attention à Yanosa, c'était pour lui le moment de donner une mission plutôt spéciale aux apprentis :

- Aokiji, Arekushi, veuillez conduire Yanosa au Shûkaï. Faites lui passer le test de Len, surveiller le et fait en sorte qu'il rencontre Kakeshou-san au plus vite. Vous êtes chargé de la surveillance de cet individu, vous en êtes capable je pense. Si vous sentez qu'il retrouve la mémoire ou retrouve de vieilles habitudes, faîtes moi en part de ce pas.


Il accompagna ses paroles d'un léger sourire d'encouragement. Au moins là, il avait confié une mission importante à de jeunes recrues, on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas s'intéresser au petits. En espérant que tout se passe pour le mieux bien sûr.
Secrètement, il savait aussi qu'il allait enquêter sur ce Yanosa, il n'avait pas la totale confiance de notre héros et c'était normal, qui l'aurait accorder si facilement. Se tournant alors vers le déserteur, Suoh le fixait dans les yeux, il ne tentait pas de le déstabiliser, il cherchait les bons mots, ceux qui ne tomberaient pas mal, ceux qui ne sonneraient pas faux. Ce n'était pas facile pour lui, comme une épreuve, après tout un bon combat aurait tout réglé. Mais, ne nous égarons pas, il n'y avait pas le temps pour ça. Il prit la parole alors une dernière fois :
- J'espère pour toi Yanosa que ta cause est noble et juste. Heureux de t'avoir rencontrer et espérons que nos chemins se croisent dans un futur proche, pour le bien.
Il tourna alors les talons, sa présence n'était plus requises ici, aux jeunes débutants de faire leur preuve désormais. Et oui, il fallait parfois savoir passer le flambeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: ¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai] Mar 16 Sep 2014 - 10:13

Ma proposition était faite et je me devais, bien entendu, de m'attendre à n'importe quelle réaction de la part de la petite assemblée qui s'était formée. Vous n'annonciez en effet pas tous les jours à de nouvelles connaissances que vous étiez un ancien criminel réputé et extrêmement dangereux, en mettant en avant l'amnésie comme seule garantie de la sécurité du tout à chacun. Mais cette perte de mémoire allait bien au delà de ça, et mes interlocuteurs ne semblaient pas l'avoir compris... Ou peut-être étais-ce moi qui ne m'était pas suffisamment bien exprimé ? Il n'en restait pas moins que, pour eux, le danger ne résidait pas nécessairement dans ma stature actuelle mais plutôt dans des souvenirs qu'ils pensaient dormants, assoupis, guettant la moindre occasion de remonter à la surface pour me rechanger du tout au tout. Mais jamais cela ne pourrait se produire, et cela pour une raison très simple.

Plus qu'une perte de mémoire, c'était de feu ma personnalité qu'il s'agissait. Et ce n'étaient pas les révélations faites sur mon passé par les shinobis de Kumo lors de mon incarcération là-bas qui avaient pu changer quoi que ce soit à cet état de fait. J'étais l'homme que j'étais aujourd’hui, ni plus ni moins, et aucun souvenir ramené à la surface ne pourrait rien y changer.

« Attendez, attendez... je crois que vous ne comprenez pas. »

Mais les énoncés s'enchaînaient, presque sans répit. Sécurité, prévenance et danger : la sainte trinité faisait son entrée. La défiance était de mise, et je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même car c'était bel et bien moi qui l'avait invité dans notre conversation, en voulant faire preuve d'honnêteté et de franchise. Mais voilà que tous se proposaient de me laisser une chance malgré tout, sous d'étroites conditions. Je sentais presque le métal froid des fers m'enserrer le cou et les poignets tandis qu'ils parlaient tous comme si j'étais un animal utile, un bête outil que l'on pouvait se mettre sous le coude en gardant ses distances. Ça... me faisait mal. Et je ne pouvais à la fois pas les blâme complètement. On ne pouvait décemment déposer du miel sur sa main et espérer qu'aucune abeille ne vienne se coller à vous. Pour autant, et ce jusqu'au dernier mot prononcé par Suoh, le Capitaine de l'Alliance, mon sang ne cessa de bouillonner d'une colère sourde, incomprise. Aussi, lorsque ledit Capitaine fit mine de tourner les talons, je ne pus m'empêcher d'agir.

Mon corps répondit aussitôt, me replaçant dans la seconde qui suivit devant Suoh, légèrement sur le côté, pour simplement le garder face à moi, de même que les deux autres membres du Shûkai restés un peu plus loin. Je m'efforçai de garder mon langage corporel sous contrôle, mais mes mains ne purent s'empêcher de s'agiter au rythme de mes paroles sous l'effet de la frustration.

« Suoh-san, vous n'avez pas compris... ! Arekushi, Aokiji, vous non plus d'ailleurs. Je ne suis plus cet homme, vous m'entendez ? Il n'est pas ici question de mémoire en sommeil ni de bombe à retardement.. ! Je SAIS ce que j'ai fait... Je le sais... L'on m'a déjà conté mille fois les « exploits » sanguinaires qui me sont attribués, et je ne connais que trop bien l'homme que j'ai été, croyez-moi. »

Plaçant mes mains sur mes hanches, je tournai alors rapidement le dos au Capitaine en regardant au ciel avant d'aussitôt me replacer face à lui, accordant également mon attention aux deux soldats qu'étaient Aokiji et Arekushi. J'avais dit ce que j'avais à dire... Mais il était désormais temps d'accepter le contact métallique des fers.

« Je passerez votre test, volontiers même. Je me plierai sans discuter à vos directives et me laisserai escorter sans créer de problème. J'aurai également grand plaisir à revoir Kakeshuou-dono, nous avons encore, je pense, pas mal de choses à nous dire... »

Je commençai alors à rejoindre Arekushi et Aokiji en me détournant du Capitaine, plus calme, plus posé, et surtout prêt à me voir privé de quelques menues libertés.

« Ne perdons pas de temps. Un trait de caractère de mon ancienne vie que je semble avoir conservé est la haine des formalités. » rajoutai-je avec un sourire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

¤ Dans un bouge ~ [Ouvert Shukai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-