N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Rien ne se perd, Rien ne se crée, Tout se transforme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Rien ne se perd, Rien ne se crée, Tout se transforme Ven 12 Sep 2014 - 7:38

Voilà maintenant plusieurs mois qu'Hiryuu avait quitté Kumo pour retrouver une vie normale, sans conflit, sans affrontement. Le retour à la vie civile se fit simplement et étonnement, Kumo n'avait envoyait personne pour la ramener ou l'éliminer. Zennosuke du clan Seki y était-il pour quelque chose ? La jeune Saibou ne cessait de se poser la question. Elle pensait souvent, au moindre rappel, à cet homme qu'elle avait connu au village caché des nuages. Le contact reprit avec ses parents, avec son ancien travail et avec les bêtes lui avait permis de recouvrer une partie de sa mémoire. Beaucoup d'éléments restaient pourtant flous, mais pour combien de temps ? La jeune femme s'était souvenue de sa relation avec le grand brun et elle ne pouvait plus nier que leur idylle devait la source de sa situation. Sa famille ne s'était pas réjouie immédiatement mais avec les dernières semaines s'écoulant elle s'était fait à l'idée, et finalement avait accepté la condition de leur unique fille comme un cadeau, une bénédiction.

Les souvenirs de la déserteur refaisaient surface, étrangement, alors que la date buttoir approchait. Hiryuu avait pu parler au sien de celui qui avait permis ou provoqué tout ceci, bien sûr elle ne le présenta pas comme le grand fautif, non, les torts étaient partagés entre eux deux. Ses parents semblaient compréhensifs vis à vis des explications données, il ne voyait plus cet homme comme un bon à rien, un irresponsable et bien d'autres choses. Cela faisait deux semaines que l'ex Kumojin ne travaillait, elle était restreinte aux déplacements les plus rudimentaires, de sa chambre restée en l'état d'avant son départ, jusqu'à la pièce principale où ils partageaient repas et autres occupations. Il fallait dire qu'à cette période de l'année, il n'y avait plus grand chose à faire dehors. L a terre était trop dure pour être travaillée, l'air trop froid pour y laisser le bétail et même pour passer des heures entières dans la nature... Non, maintenant, le feu ronflait dans la cheminée et le chat que la genin avait ramené se prélassait à son pied.

La jeune femme au teint naturellement très pâle souffrait de courbature limitant encore plus ses mouvements au sein de la bâtisse. Elle avait pourtant connu durant quelques années ce genre de douleur, mais cette fois cela lui paraissait bien plus épuisant, douloureux. Elle ne s'était jamais imaginée dans cette situation, cette nouvelle fut en fait si soudaine, si brusque. Elle se demandait encore comment elle avait pu ne pas le voir. Le médecin de campagne, grand expert reconnu au travers des petits hameaux de la région, en avait tiré les conclusions : Hiryuu n'avait pas pris conscience de son état avant que ce dernier n'atteigne un degrés plus avancé, très avancé. Il avait eu vent de son amnésie, et avait su tisser un lien entre les deux situations. La Saibou n'avait pu prendre conscience de quoi que ce soit, puisqu'elle ne se souvenait plus de rien. Sa mémoire lui revenant, son organisme et elle même; se mirent en marche. Il annonça même une date précise. Ses paroles ne pouvaient être remises en doute, dans ce domaine, tout ce qu'il avait dit s'était toujours produit avec exactitude.

Le bon docteur prescrit un traitement à sa patiente, des infusions, des remèdes loin de ceux qu'elle avait pu connaître à Kumo. La semaine qui s'en suivie, elle avala jour après jour les différentes mixtures à base de plantes. Elles semblaient agir efficacement. Grâce à elles, ses nuits se firent plus paisible, et ses journées plus supportables; jusqu'à ce qu'arrive ce jour, celui prévu par le médecin. La Kunoichi fut prise de violentes contractions plutôt espacée au début. La sueur commençait à couler abondement sur son visage blême. Assise dans son lit, elle attendait l'arrivée du médecin. Dehors, il neigeait se discontinuer. Les flocons fouettaient les carreaux gelés de la chaumière, par la fenêtre, au loin; on pouvait voir des congères se formaient sur les bords du chemin menant à la ferme. Les Saibou se demandaient s'il allait venir. L'inquiétude qui s'installait au fur et à mesure que les contractions se rapprochaient fut rapidement effacée lorsqu'on entendit frapper, et la porte s'ouvrir. La voix familière du vieil homme raisonna, et ses pas annoncèrent son arrivée.

Après une rapide osculation, le médecin fraichement arrivé, prépara ses instruments; donna des indications aux parents et Hiryuu.

    "Bien, la phase une est terminée, la seconde a déjà commencé, neuf centimètres. Je suis arrivé juste à temps. Êtes-vous prêtes Hiryuu ?"
    "Ha.. Haha.. Je n'ai pas le choix!"


~ 1/2h à 1h après ~

Des cris retentirent dans la petite chambre. Le docteur déposa, avec toute la délicatesse imaginable, un petit être dans les bras de la jeune femme. Hiryuu le fixa, épuisée; et sourit. Cependant, elle sentait que quelque chose n'allait pas. Les contractions n'avaient pas cessé. La sage femme, voyant aussi la poursuite des contractions, vérifia et fut surprit. Il demanda à la mère de la jeune femme de bien vouloir s'occupé du premier né. Hiryuu agrippa les draps de toutes ses forces...

    "Je n'avais pas prévu ça... Des jumeaux!"


~ 1/4h plus tard ~

Hiryuu tenait contre elle deux bébés, une petite fille, et un petit garçon. Malgré la lividité de son visage, elle semblait resplendir. Malgré la douleur, le travail, les contractions et courbatures; elle était heureuse. Ce choc qu'elle venait de subir, car il en est un, avait ressurgir une multitude, pour ne pas dire la totalité de son passé. Cet événement avait engendré en plus de deux magnifiques enfants, un déblocage complet de son esprit. Mais elle n'avait pas le temps de se pencher sur tout ses souvenirs, pas le temps que de se poser des questions sur ce sujet...

    "Comment s'appellent-ils ?" demanda sa mère, souriante; alors que son père entrait dans la pièce après avoir attendu dehors pendant... un long moment.
    "Ozura et... Setsu."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rien ne se perd, Rien ne se crée, Tout se transforme Dim 5 Oct 2014 - 5:55

Les premiers mois furent sans doute les plus compliqués. On lui avait dit, dans l'entourage de sa famille; qu'elle en aurait pour un an avant que les choses rentrent dans l'ordre. Un an, cette durée lui paraissait insurmontable mais à côté de ce qu'elle avait vécu, elle savait qu'elle y arriverait. Elle s'était renseignée, surprise de voir les dires de ses proches remis en question, en effet les pleures nocturnes avaient rapidement cessé, entre autre. Ceci, était-ce normal ? Et ça, ça devait être fait comme ça ? Sans expérience aucune, elle apprenait tant bien que mal à s'occuper de ses deux bébés. Bien sûr Hiryuu n'était pas seule, toujours accompagnée de sa mère qui la guidait un minimum; lui enseignait les bons gestes. Les semaines s'écoulaient si vite qu'elles lui parurent être des années. Avec le temps passant elle se rendait compte que quelque chose était "différent" avec Ozura et Setsu. Elle leur portait un amour inconditionnel, certainement plus qu'à leur père d'ailleurs; cela ne ressemblait à rien de ce qu'elle avait pu connaître.

Ses deux enfants, bien qu'encore très petits -normal après quelques mois- lui semblaient être déjà plus forts, plus grands et plus développé que ce soit physiquement ou mentalement que tous les autres enfants du même âge qui lui est été possible de rencontrer. Ils avaient huit mois seulement mais paraissaient déjà avoir deux ans. Il bégayaient déjà maladroitement quelques mots qu'ils eurent entendus, demeurant néanmoins pour bien des oreilles un charabia incompréhensible. Mais ils n'avaient que huit mois, et la jeune maman, elle, les comprenait parfaitement. On aurait pu dire qu'il s'agissait là d'un sens maternel développé ou en d'autres termes que la Kunoichi était équipée d'un décodeur. Enfin. Cette avance dont faisaient preuves les jumeaux n'était pas sans l'inquièter. Au début on la rassurait en disant que c'étaient des forces de la nature, qu'ils descendaient bien de la famille Sobou. Mais en repensant à chacun des détails, en les mettant bout à bout...

Ce fut un jour, alors qu'ils atteignaient leur neuvième mois, que se présenta le médecin. Celui qui l'avait accouché, leur médecin de famille; venait effectuer un contrôle ainsi qu'administrer différents vaccins. Lorsqu'il ausculta les jeunes enfants, il remarqua immédiatement ce qu'avait aussi vu la jeune la mère. Selon lui ils étaient certes en pleine forme mais ne devraient pas être en mesure, si jeune, d'aligner des mots si "complexes", et ne devraient pas non plus paraître si âgés. Hiryuu le questionna davantage pour essayer d'obtenir d'autres informations. Même s'ils étaient en bonne santé, elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Hiryuu n'avait absolument aucune connaissance sur le sujet, et sa propre mère n'avait jamais vu pareil phénomène. Souffraient ils d'une maladie orpheline ? Ou d'un autre mal aussi grave ? Elle voulait savoir, elle vous connaître l'origine de ce dérèglement.
    "Ozura et Setsu grandissent plus vite que la normale..."
    "J'avais remarqué à vrai dire, mais comment ça se fait ?"
    "Et bien, j'ai déjà vu un cas de vieillissement accéléré, mais celui-ci était accompagné de graves complications. Mais tes enfants ne souffrent d'aucune maladie, aucun dysfonctionnement que ce soit d'ordre physique ou mental; au contraire... Ils sont bien actifs pour leur jeune âge."
    "Mais, vous n'avez pas une idée .. ?"
    "Si, bien sûr que si. Si je me souviens bien que ce tu m'as dit, tu as combattu lorsque tu étais à Kumo, contre des "Furyous" c'est bien ça ?"
    "Je n'en ai pas affronté directement... Mais, nous étions sous l'influence d'un d'entre eux avant que je ne sois blessée, et que je plonge dans le coma..."
    "En fait, je ne suis pas un expert dans ce domaine; je ne peux pas dire quel effet peuvent avoir ces furyous sur le développement d'un embryon et d'un bébé à terme, en plus de ton coma et des soins que tu as reçu durant celui-ci. C'est peut-être dû au chakra, ou à autre chose... Je te conseille de prendre contact avec Eisei-nin ou quelqu'un s'y connaissant dans ce domaine... Enfin, tu n'as pas à t'inquiéter davantage; en dehors de "ça", ils vont parfaitement bien."
    "Ne pas m'inquiéter... ha.. ha."
    "Au sujet des enfants, j'avais une question à te poser; connais-tu leur père ?"
    "Comment ça si je le connais ? Que pensez vous que je faisais à Kumo ? Qu'est ce que..."
    "Oh, non; ne t'énerves pas ma jeune Hiryuu. Je ne sous-entendais pas que tu étais une fille, comment dire, facile. Mais peut-être que le problème peut venir des gênes du père... "
    "Ah non... Zennosuke me paraissait normal... bien que..."
    "Alors je te conseille de voir à lui aussi."
    "Je ne sais pas, il doit être très occupé..."
    "Sait-il au moins qu'il est père ?"
    "On ne peut pas vraiment dire ça... non."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rien ne se perd, Rien ne se crée, Tout se transforme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-