N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+

Message(#) Sujet: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Mer 24 Sep 2014 - 21:58

Aokiji avait presqu’un air de déjà-vu. En effet, il était en route pour Kusa no kuni, pays qu’il commençait à connaitre plutôt bien, tant ses interventions sur ce territoire avait été nombreuses ces derniers mois. Mais son impression de déjà-vu ne se résumait pas qu’à cela. Le jeune homme faisait voyage avec une personne qu’il affectionnait beaucoup mais également dont cette route représentait quelque chose d’un peu symbolique pour tous les deux. Il s’agissait de Setsuna, vagabonde qu’il avait rencontrée au Pays de l’Herbe et qu’il avait conduite à la capitale durant un voyage pour le moins intense.

Aujourd’hui, ce n’est plus en tant que simple compagnons de route que les deux ninjas revivaient cette expérience, mais en tant que collègue. L’ex-vagabonde faisait maintenant partie du Shûkai et passait pas mal de temps avec le Samui, il faut le dire. Même si la nature de leur relation était encore ambiguë, aussi bien pour leur entourage que pour eux-mêmes, aucun des deux ne semblaient vouloir faire le premier pas vers l’autre.

Arrivé au niveau de l’imposant point en pierre qui reliait le Tsuchi no Kuni à Kusa no kuni, le duo décida de faire une pause et ainsi profiter de la vue. Le paysage ne leur était cependant pas inconnu. C’était effectivement ici qu’ils s’étaient retrouvés le lendemain de leur première rencontre. Appuyé contre la rambarde, Aokiji observait le canyon dont la profondeur était toujours aussi impressionnante. Il porta ensuite son attention sur sa partenaire, elle aussi de toute évidence captiver par le cadre presque magique de ce lieu. Le vent glissait dans sa longue chevelure brune, dégageant ainsi son visage de porcelaine. Le Samui ne pouvait s’empêcher de remarquer sa beauté. Il l’a trouvait de plus en plus attirante au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient. Setsuna finit par remarquer les yeux insistants du jeune homme, qui détourna instinctivement le regard.



    « Bon ben je pense qu’on s’est assez reposé non ? On n’est pas venu ici pour faire du tourisme après tout. Le pont sera toujours là à notre retour. »


Aokiji lui lança un sourire enjoué, puis le binôme se remit en route. Ils finirent très vite par trouver le village faisant l’objet de leur mission. Car oui, les deux Genins étaient à Kusa no kuni pour le boulot. Une organisation mafieuse empoisonnerait les puits de la zone, mais empêcherait également aux habitants de se rendre au fleuve environnant afin de se ravitailler. Leur seule solution restait donc des barils d’eau fournis par cette bande criminelle, contre une somme d’argent exorbitante. C’était donc pour démanteler cette organisation que les deux Shukajins furent envoyés sur place.

Il s’agissait d’un village pittoresque, construit au beau milieu de la jungle et dont la disposition était pour le moins original. En effet, les habitations avaient été bâties en hauteur, dans des arbres immenses. Le binôme avait rendez-vous avec le chef du village. L’administration de la capitale leur avait fourni un document présentant le profil de ce dernier. Répondant au nom de Katashi, l’homme serait âgé d’une soixantaine d’années. Le teint basané et la carrure imposante, il serait un ancien shinobi dont les exploits étaient connus de tous dans la région. Aokiji et Setsuna se rendit donc directement à la demeure l’homme, afin qu’il puisse les briefer sur la tâche qu’il allait devoir accomplir. Le bâtiment ne se fut pas très difficile à trouver. En effet, il se démarquait des autres habitations, essentiellement par sa taille. Le duo y pénétra donc afin d’annoncer leur arrivé au village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Jeu 25 Sep 2014 - 12:18


Le retour à Kusa no Kuni réveilla de nombreux souvenirs en Setsuna. Même en hiver, le paysage restait somptueux et sauvage à la fois et les grandes étendues d'herbes recouvertes de neige offraient un spectacle fascinant. Même si le duo revenait en ces lieux pour une sombre histoire, il n'en restait pas moins que l'endroit était vraiment splendide. Ils s'étaient d'ailleurs accordés une pause sur le pont qui reliait le pays de la terre à celui de l'eau pour profiter un instant du voyage. Le fait qu'elle soit une nouvelle fois en compagnie du blond la réjouissait et elle se rendait compte à présent que pas mal de choses avaient changé depuis leur première rencontre.

Les longues séances d'entraînement ou les soirées de détentes les avaient rapprochés et ils se connaissait bien mieux qu'auparavant. Tout n'était pas parfait, bien sûr. Les différents étaient relativement courants et leurs visions respective des choses était bien différente. Néanmoins Setsuna avait appris à voir en Aokiji une personne de confiance et digne d'intérêt. Et si leur amitié semblait évidente, elle en venait parfois à imaginer une progression de leur relation sans toutefois oser en parler ou, même, l'avouer. Aussi lorsqu'elle surprit le regard doux et insistant du jeune homme, elle en fut flattée et gênée et à la fois.

- "Puisses-tu avoir raison!" répondit-elle lorsque le Samui lui fit remarquer qu'il était temps de se mettre en route et que le pont serait encore là à leur retour. "Je ne me lasserai définitivement jamais de la vue qu'il offre!"

Pourtant Aokiji avait raison, il était temps de lever les voiles. Il leur restait encore un bon bout de chemin à faire avant de rejoindre le village. Heureusement les branches des arbres leur offraient de bons tremplins pour progresser tandis que le sol gelé aurait ralentit leur progression. Une fois arrivés à destination, Setsuna jeta une nouvelle fois un oeil à leur ordre de mission et au document que les responsables du Shûkai leur avaient confiés. Ainsi donc une organisation criminelle s'était arrangé pour détenir le commerce de l'eau, vendue à prix exorbitant. Pour ce faire ils avaient empoisonnés les puits alentours du village pour s'assurer de la coopération de la population. Ce genre de procédés révulsait la noiraude qui se réjouissait déjà de leur futur rencontre avec le responsable de tout ceci. Il aurait largement de regretter son ignominie. Comme tous les enfoirés qui avaient décidé de se prêter à se mascarade, d'ailleurs...

Le duo se rendit immédiatement chez le chef du village, un certain Katashi. Le vieillard logeait dans la demeure la plus imposante du village, un arbre vénérable lui servant de fondation. Après avoir monté une longue rangée d'escaliers qui s'enroulait autours du tronc, ils arrivèrent dans une sorte de petit hall où on les pria de patienter quelques instants. Puis un trentenaire vint les chercher pour le mener dans le salon où on leur servit un thé chaud. Avec le froid qu'il faisait dehors, cette attention fut évidemment la bienvenue.

- "Je vous en prie, asseyez-vous!" leur demanda gentiment le chef alors qu'il faisait de même. "Vous êtes donc les shinobis envoyés par le Shûkai pour nous venir en aide!"

- "C'est ça!" confirma la noiraude après un regard à Aokiji. "Avant tout nous vous remercions pour votre accueil mais vous comprendrez aisément que nous ne pouvons guère nous attarder! Je vous prierai donc d'aller droit au but et de nous exposer la situation dans son ensemble..."

Le vieux chef se montra particulièrement loquace et leur exposa les faits dont il avait connaissance. À savoir que la bande était apparue de nulle part deux semaines plus tôt, que le jour d'après l'eau avait été empoisonnée et avait provoqué de violents maux de ventres chez ceux qui en avaient bu. Il termina en insistant sur le fait que la neige leur permettait de survivre pour le moment puisqu'il suffisait de la faire fondre mais que tout ceci avait ses limites. D'autant plus que la neige n'allait pas tenir encore très longtemps vu les températures relativement douces de cet hiver. Pour terminer, il leur indiqua une personne à contacter si l'on cherchait à acheter de l'eau. Cette organisation ne se cachait même pas et ouvrait pratiquement au grand jour. Signe qu'ils étaient particulièrement puissants ou alors simplement stupides. S'il était facile de maintenir un village de civils sous sa coupe, ça allait rapidement changer avec leur arrivée. Du moins, c'est ce que Setsuna se promit silencieusement.

Après avoir bu une deuxième tasse de thé et accepter les vêtements que leur proposa le chef pour éviter de se faire repérer, ils changèrent rapidement dans une pièce attenante. Puis ils remercièrent Katashi à la hauteur de son accueil et le duo quitta la demeure pour retourner sur la place centrale du village. L'activité était plutôt faible et la plupart des gens devaient sûrement rester chez eux. Comme elle les comprenait...

- "Qu'est-ce que tu en penses? On se fait passer pour de simples acheteurs et on remonte la filière?"

À vrai dire elle ne voyait pas vraiment comment agir autrement. S'ils se contentaient d'aller agresser le contact pour obtenir des informations, les autres seraient peut-être avertis via une possible autre personne. Leur couverture serait ainsi grillée. La noiraude désigna le bar que le chef leur avait indiqué, celui où ils étaient sensé trouver l'homme qui se chargeait de prendre les commandes d'eau. Une fois d'accord sur la stratégie à suivre, ils y pénétrèrent et vinrent prendre place à la table de l'indélicat. Le trouver ne fut pas compliqué grâce aux renseignements donnés par le chef: les dents jaunes, deux petits yeux porcins et un sourire malsain. Le tout enrobé avec des vêtements aussi sombres que ceux de Setsuna.

- "Monsieur Ritsurugi, c'est bien ça?" demanda-t-elle toutefois pour vérifier. "C'est à vous qu'il faut s'adresser pour acheter de l'eau c'est exact?"

La noiraude tourna ensuite le regard vers Aokiji pour lui demander de prendre les choses à son compte lorsque l'autre eut répondit par l'affirmative. Elle l'avait déjà vu faire quelques jours plus tôt avec le traite de l'Oda et elle savait qu'il pouvait se montrer aussi malin que persuasif dans ce genre d'échanges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Dim 28 Sep 2014 - 13:27

Le chef du village se montra très accueillant. En véritable exemple d’hospitalité, il offrit donc le thé aux deux shinobis afin de les réchauffer. En effet, même si pour l’instant l’hiver était assez doux, une bonne boisson chaude ne faisait jamais de mal. Aokiji avait l’habitude de températures beaucoup plus basse que celles-là. Ses années passées sur la terre gelée de Yuki no Kuni lui avait permis de développer une certaine résistance au froid. De plus, il était un Samui, grands manipulateurs de la glace. Ce serait un comble qu’un membre de ce clan s’avèrerait être frileux.

Quoiqu’il en soit, le fameux Katashi leur fit donc part du mal qui s’était abattu sur leur charmant village. Comme indiqué sur l’ordre de mission, il s’agissait effectivement d’une organisation peu scrupuleuse qui semblait être à l’origine des problèmes de cette petite communauté. Même s’ils n’avaient aucune preuve concrète quant à la culpabilité de cette bande sur l’empoisonnement des puits, le timing était beaucoup trop parfait pour n’être qu’une simple coïncidence.

Une fois le briefing terminé, il était donc temps de débuter cette opération. Le chef leur proposa des vêtements afin de ne pas attirer l’attention. Il est vrai que se pavaner avec l’uniforme du Shûkai sur le dos n’était pas forcément très malin. Le binôme accepta donc et partit immédiatement se changer. Aokiji portait alors un manteau de couleur mauve, un pantalon noir, ainsi que de longues bottes en cuir. Habillés, les deux Genins retournèrent donc sur la place du village. Setsuna proposa de se faire passer pour de simples acheteurs, afin dans un premier temps, d’entrer directement en contact avec les mafieux et par la suite remonter à la tête du réseau. Aokiji acquiesça et tous deux se dirigèrent vers un bar bien particulier. En effet, leur premier contact avec l’organisation allait se faire dans cet établissement. C’était dans ce dernier que l’on pouvait parler à un certain Ritsurgi, chargé de prendre les commandes d’eau.

Arrivé sur place, le binôme aborda directement l’homme en question. Le chef du village leur avait donné une description plus ou moins précise de l’individu, qui, il fallait le dire, présentait un physique peu avantageux. Setsuna l’aborda donc et en vint très vite au fait. Ils étaient ici pour acheter de l’eau. Ritsurgi les scruta brièvement du regard et les invita à s’assoir à sa table. Le duo s’exécuta, silencieux, observant attentivement le bandit. Celui-ci sortit une fois de papier froissé et qui semblait avoir été pliée de manière peu esthétique. Il sortit un crayon de derrière son oreille et après avoir humidifier la pointe à l’aide d’un coup de langue, il porta à nouveau son attention sur le binôme.


    « Ok les jeunes, il vous faut combien de barils ? »


L’homme ne perdit pas de temps. Les affaires étaient les affaires après tout. Aokiji fut tout de même surpris par une proposition si rapide. Le mafieux ne semblait même pas se soucier de l’identité des deux shinobis. Il ne se soucia pas non plus s’ils avaient les moyens de payer ou pas. En y réfléchissant, tout le monde dans les environs devaient surement déjà avoir une idée bien précise du prix de ces fameux barils. Le Samui tenta néanmoins de rester le plus impassible possible.


    « Ma compagne et moi ne sommes que de passage. Nous nous contenterons d’un seul baril pour le moment. »


Afin de pousser la mascarade jusqu’au bout, Aokiji les présenta comme un couple de voyageurs. Pourquoi pas. Dans un sens, ce n’était pas techniquement faux. Enfin bref. La petite ruse du jeune homme eut l’effet escompté, Ritsurgi n’y vu que du feu. D’ailleurs, il devait intérieurement se frotter les mains. Tout commerçant savait que les touristes possédaient bien souvent un pouvoir d’achat plus élevé que les autochtones.


    « Des voyageurs, hein ? Je me disais bien que je ne vous avais jamais vu dans le coin. Vous venez d’où comme ça ? »
    « Hai no Kuni. Mais est-ce vraiment important ? Nous voulons juste nous désaltérer sans risquer de nous empoisonner. Nous avons entendu dire que l’eau ici n’était plus potable depuis quelques semaines. »
    « Oui c’est vrai. Quelle tragédie. Cette calamité s’est abattue sur la région du jour au lendemain. Mais ne vous en faites pas, notre organisation vous fournira autant d’eau que vous le souhaitez. En échange d’une certaine somme bien évidemment. Toute chose à son prix après tout, n’est-ce pas ? »
    « Je vous crois sur parole. De combien de ryos parlons-nous ? »
    « Hum… Etant donné que vous êtes de passage et que vous m’êtes bien sympathique, je peux vous faire un prix. 5 000 ryos le baril. »



Aokiji eut une mini-attaque lorsqu’il entendu cet escroc annoncer le prix. Il s’agissait clairement de vol, à peine dissimulé. Le Samui se tourna vers sa co-équipière, puis se reporta son attention sur le bandit.


    « Il y a-t-il un problème ? Le prix peut paraître élever, mais vous payez la rareté du bien. »
    « Ne vous en faite pas. Nous avons de quoi payer. Mais pouvez-vous nous en dire plus sur la transaction. Nous remettons l’argent à qui ? Nous récupérons notre baril où ? »
    « Alors c’est moi qui récupérerait l’argent. Je vous donnerais un bon de commande, que vous remettrez à mes camarades à l’entrepôt près de la rivière. »
    « Je vois. Donc il nous faut ce bon de commande… »



Le jeune homme lança un regard espiègle à Setsuna, puis, posant ses coudes sur la table, il approcha son visage de Ritsugi et lui murmura.


    « Nous nous contenterons du bon dans ce cas… »


Aokiji inspira rapidement puis laisser échapper un souffle glacial qui gela le visage du mafieux. Ce dernier tomba à la renverse et se mit à se tordre de douleur sur le sol. Très vite, deux de ses acolytes, attirés par les cris de leur camarade, se précipitèrent vers les deux shinobis. L’un d’eux prit le Samui pour cible. Une grosse brute de deux mètres de haut fonçait sur lui, prêt à le démolir. A priori, le blond ne faisait peut être pas le poids, mais les muscles n’étaient pas tout. Son entrainement avec Kakeshuou lui avait permis d’améliorer sa vitesse et ses esquives. Effectuant un vif mouvement latéral, il évita la charge de son adversaire et en profita même pour laisser trainer son pied au passage. L’homme à la carrure imposante perdit alors l’équilibre avant de s’effondrer sur le sol. Il tenta néanmoins de se relever, mais ce fut sans compter l’anticipation d’Aokiji. Ce dernier avait pris une bouteille d’alcool se trouvant à porter de main et la fracassa sur la tête du mafieux. Celui-ci perdit connaissance sur le coup.

Le Samui se tourna ensuite vers sa co-équipière qui s’était elle aussi débarrassée un rien de temps de son adversaire. Il retourna ensuite vers la table où ils étaient assis un peu plus tôt et se saisit de la feuille de papier que Ritsugi avait sorti. Il s’agissait du fameux bon de commande dont ils avaient besoin. Aokiji remarqua qu’un tampon était nécessaire. Il regarda donc autour de lui et aperçu l’objet en question dépassant de la poche de l’homme inconscient sur le sol. Le froid avait surement atteint son cerveau, occasionnant une perte de connaissance. Le Genin se saisit alors du tampon qu’il apposa immédiatement sur la feuille de papier. Il remplit également ce dernier, rejoint Setsuna.


    « Fiou. Voilà une bonne chose de faite. Nous avons le bon. Maintenant nous devons nous rendre à cet entrepôt près du fleuve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Mar 30 Sep 2014 - 12:20


Aokiji avait clairement pris les choses en main et menait leur interlocuteur là où il le désirait sans que ce dernier semble s'en rendre compte. Amusée et irritée en même temps par l'insolence de cet homme, Setsuna préférait largement se concentrer sur le bouillon qu'elle s'était entretemps commandé. Le breuvage faisait le plus grand bien quant on songeait au froid qu'il faisait dehors. D'après le chef du village, l'hiver était pourtant doux cet année. Mais pour une personne qui avait grandi dans l'environnement sulfureux de Hai no Kuni, le concept d'une saison froide clémente n'avait aucun sens. Elle s'emmitoufla donc d'avantage dans sa cape de voyage tout en entourant ses mains autours du bol pour profiter de sa chaleur.

*Il faut rester calme et sereine en toutes circonstances, comme Yuki te l'a enseigné!*

La noiraude se concentra sur les recommandations de sa maîtresse tout en faisant un effort considérable pour éviter de sauter à la gorge de ce négociateur de pacotille. Cinq-mille ryos pour un tonneau d'eau? C'était aussi indécent que provocateur. La jeune femme avait pourtant eu le loisir de rencontrer pas mal d'enfoirés mais cette bande-ci battait pratiquement tous les records. Elle commença à s'agiter, l'envie de tirer sa dague pour trancher la langue de cet homme devenant de plus en plus pressante. Mais un geste discret et apaisant d'Aokiji suffit à réfréner ses pulsions meurtrières. Elle termina donc son bouillon en retirant la main de la poignée de sa dague, résignée...

La discussion se termina néanmoins rapidement lorsque Ritsurugi leur expliqua qu'ils avaient besoin d'un bon pour obtenir de l'eau. Et ces bons, ils les avaient sur lui. Ayant obtenus ce qu'ils avaient besoin de lui, le duo pouvait donc passer à la phase la plus intéressante du plan. Celle que Setsuna appréciait appeler cours avancé de politesse pour retardataires! Elle rendit à Aokiji son regard espiègle et repoussa le bol sur la table avant de se lever à son tour lorsque son coéquipier passa à l'action, gelant le visage de Ritsurugi d'un jutsu dont les Samui avaient le secret.

- "Il est largement plus agréable dans cet état!" approuva-t-elle en jetant un regard à l'homme au sol. "Il commençait sérieusement à me gonfler celui-là!"

Comme il fallait néanmoins s'y attendre, le vendeur n'était pas seul et pouvait compter sur deux autres mafieux qui ne tardèrent d'ailleurs pas à se manifester. Le duo ayant appris à travailler en duo avec le temps, ils se séparèrent pour les affronter séparément. Aokiji hérita d'un colosse tandis que la noiraude eut l'agréable surprise de se mesurer à un long sec armé d'un katana. Elle évita le premier coup à l'horizontale en reculant d'un bond et contre-attaqua immédiatement en créant les clones qu'elle affectionnait tant. Elle les envoya ensuite à l'assaut de l'homme qui s'en débarrassa de quelques mouvements bien ajustés, comme il fallait s'y attendre. Les copies ayant réussi à occuper leur cible, Setsuna eut largement le temps de la contourner pour venir lui caler sa dague sous la gorge.

- "Tu sens?" murmura-t-elle à son oreille. "Comme on apprécie la vie lorsqu'on est sur le point de la perdre?"

Un mouvement sec du poignet plus tard, l'homme s'effondrait sur le sol en y répandant son sang. Ce qui provoqua d'ailleurs la stupeur de certains clients même si ces dernier semblaient visiblement ravis de voir leurs oppresseurs se faire mâter. Setsuna leva deux mains apaisantes comme pour les inviter au calme.

- "Nous sommes des agents du Shûkai en mission! Les autorités de l'Alliance ont été sensibles à votre appel à l'aide, d'où notre présence! Restez calmes et soyez assurés que tout ceci sera bientôt terminé! En attendant et pour des raisons évidentes, nous allons avoir besoin de votre discrétion quant à ce qu'il vient de se passer!"

La surprise passée, les gens semblèrent mesurer les intérêts en jeu et la plupart acquiescèrent rapidement. Aokiji avait entre temps fait le nécessaire pour obtenir un bon et le tamponner de manière à le rendre aussi authentique que possible. Il ne restait plus qu'à se rendre à l'endroit indiqué par Ritsurugi et affronter le reste de la bande. Si en théorie ça semblait simple, la pratique risquait, elle, d'être plus compliquée. S'ils avaient aisément réussi à berner le vendeur d'eau, s'approcher d'un entrepôt surveillé par des hommes en arme était tout autre chose. Quoi qu'il en soit, ils n'avaient guère le loisir d'hésiter: les ordres étaient les ordres!

- "Je te suis!" confirma-t-elle au Samui lorsqu'il lui fit remarquer qu'ils devaient s'y rendre.

Rejoindre l'entrepôt ne fut pas bien compliqué puisque ces crétins ne se cachaient même pas de leurs exactions, convaincus qu'ils étaient d'avoir le champ libre pour agir. Les imbéciles... Pensaient-ils vraiment que le Shûkai n'allait pas réagir alors que la survie de ses citoyens était menacée? Si c'était le cas, ils relevaient plus du simple d'esprit que des malveillants mafieux qu'on leur avait dépeint. Après une dizaine de minutes de marche, le duo arriva finalement en vue de la bâtisse. Cette dernière était de bonne taille et à moitié enfoncée dans un grand tronc d'arbre sur la partie arrière. Sur sa hauteur, une tour était érigée et servait vraisemblablement de point d'observation. Ce qui se confirma lorsqu'ils furent accueillis par l'un des hommes à son sommet qui leur demanda la raison de leur présence. Le tout en hurlant, évidemment.

Après lui avoir expliqué qu'ils venaient prendre possession d'un tonneau d'eau acheté à leur collègue, l'homme se montra plus amicale et descendit de son perchoir pour les accueillir avec le sourire de l'hypocrite. Celui d'un homme que se montre poli tout simplement parce qu'il sait qu'il vous arnaque et que vous ne pouvez rien faire! Enfin...

- "Celui-là il est pour moi!" murmura-t-elle au blond à côté d'elle tandis que l'autre s'approchait.

La sentinelle vérifia rapidement leur bon puis leva les yeux vers les deux membres de l'Alliance en cherchant visiblement une trace de duplicité. Puis, rassuré, il les invita à grands renforts de gestes du bras à le suivre à l'intérieur de l'entrepôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Ven 3 Oct 2014 - 20:10


Spoiler:
 

Le binôme se trouvait désormais à l’intérieur de l’entrepôt. Il s’agissait d’un lieu sombre, sale et poussiéreux, où une odeur assez étrange flottait dans l’air. Il était pour l’instant impossible de clairement identifier celle-ci, mais une chose était sûr, il s’agissait de toute évidence de quelque chose de ne pas naturel, voir chimique. Sur le sol s’amoncelaient des centaines de tonneaux, d’un côté ceux qui contenaient le liquide tant convoité, et de l’autre, les récipients vides. L’homme conduit donc les deux Genins au niveau de la pile qu’ils les intéressaient. Or, ils durent à peine faire une dizaine de pas. Le bâtiment s’étendait encore sur plusieurs dizaines de mètres mais il était cependant très difficile de discerner ce qu’il se trouvait dans le fond tant la luminosité laissait à désirer.

Sans perdre de temps, l’homme les invita à prendre le baril de leur choix dans la pile correspondante. Le duo se trouvait donc dans une situation peu intéressante pour la suite de la mission. Il n’avait quasiment rien appris de plus sur cette organisation pour le moment. A l’extérieur se trouvait de nombreux gardes postés aux abords du fleuve, afin surement de s’assurer que personne dans la zone à part eux pouvait exploiter le plan d’eau. En gros, après un rapide coup d’œil, il n’y avait qu’eux trois ici pour le moment. Ils allaient devoir explorer plus en profondeur cet entrepôt et pour cela, il avait devoir se séparer de leur vendeur. Aokiji s’avança alors vers la pile de tonneaux, donnant donc dos à ce dernier et Setsuna. Les yeux fixés sur les barils, le Samui feignait de parcourir ceux-ci afin de faire son choix. En vérité, à l’aide de ses deux mains, il était discrètement en train de préparer une technique Hyôton dont il avait le secret.


    « Ce ne sont que des tonneaux. Ils sont tous pareils vous savez. Tous remplis d’une eau cristalline de choix. »
    « J’aime prendre mon temps quand il s’agit de dépenser mon argent. Mais je pense que j’ai changé d’avis. T’en pense quoi ma chérie ? Ces tonneaux sont pourris tu ne trouves pas ? »
    « T’as dit quoi ?! »



Aokiji se retourna et révéla en face de lui 5 pics de glace flottant dans les airs.


    « Qu’est-ce que… »


Il les envoya alors de suite sur l’homme qui fut empalé à divers endroits dont notamment la gorge. Le Samui avait fait en sorte de viser cette partie en particulier afin que sa victime ne puisse pousser aucun cri et ainsi alerter ses collègues. Celle-ci perdit la vie sur le coup et fut rapidement réceptionner par Setsuna, toujours aussi réactive. Tous deux dissimulèrent le corps derrière une pile de tonneaux et décidèrent d’explorer le lieu.
Les ninjas du Shûkai s’engouffrèrent alors dans cet entrepôt miteux, tout en s’assurant de rester le plus discret possible. Pour l’instant, ils n’avaient pas croisé ne serait-ce que l’ombre d’un chat. Il n’y avait que des barils à perte de vue. Au bout de quelques minutes, ils finirent par se rapprocher de l’autre extrémité du bâtiment. En face d’eux, une porte en métal, éclairée par une étrange et angoissante lumière bleue. Juste à côté, ils repérèrent un escalier, éclairé quant à lui par une couleur rouge peu chaleureuse, qui semblait de toute évidence conduire à l’étage supérieur.
Soudain, le grincement métallique d’une porte se fit entendre. En effet, il y avait une autre issue sur leur droite. Le binôme s’empressa alors de se cacher derrière les barils, tout en observant d’un œil discret la scène. Deux hommes firent leur entrée.


    « Grrrr, on se les gèle dehors, on est bien mieux à l’intérieur. »
    « On ferait mieux de ne pas trop faire de bruit. Si le Boss nous trouve ici, il nous tue. »
    « Détends-toi ! Les habitants du coin ce sont de vrais pigeons. Ils n’oseront jamais nous défier. Haha ! »
    « Hahaha ! T’as bien raison ! »



Brusquement, des bruits de pas se firent entendre. Le binôme observait toujours la scène, tapis dans l’ombre, comme les ninjas qu’ils étaient. Un troisième homme fit son apparition, provenant de toute évidence de l’étage supérieur.


    « Vous foutez quoi bande de glandeurs, retournez à vos postes ! »
    « PUTAIN ! Tu nous as foutu l’une de ces trouilles Motoo ! On a cru que c’était le Boss. »
    « Il fait trop froid dehors, on a juste voulu prendre une petite pause. Ce n’est pas la peine de nous agresser. On sait que t’es le bras droit du Boss, mais quand même ! »
    « Hey mais t’étais avec le Boss là ? »
    « Ouais, on a les nouveaux chiffres. Il veut que j’aille les donner à ce psychopathe de Verde. D’ailleurs vu que vous ne foutez rien, allez lui donner à ma place. Vous savez que j’ai horreur de me rendre au sous-sol dans ce labo de merde. Cet endroit est trop glauque. »
    « QUOI ?! Non ! Ce n’est pas juste ! Pas le labo de Verde »
    « Je suis d’accord ! Ce gars me fout la chair de poule avec ses poisons en tout genre ! »
    « Vos gueules ou je vous dénonce au Boss pour glandouille ! »
    « Ugh… »
    « Arf, ouais vas-y donne tes papiers là, allons-y. »



Une fois la conversation terminée, le trio se sépara. Le fameux Motoo remonta à l’étage, tandis que les deux sbires prirent la porte à la lumière bleu angoissante. La voie semblait à nouveau libre. Les deux Genins sortirent donc de leur cachette et mirent à plat ce qu’ils venaient d’entendre. Tout d’abord, le chef de l’organisation semblait se trouver à l’étage avec son bras droit. Ensuite, le poison qui ravageait les puits de la région semblait être l’œuvre d’un certain Verde, dont le laboratoire se trouvait au sous-sol. Les deux piliers de cette organisation se trouvaient donc à des directions totalement opposées. Deux options s’offraient donc au binôme. Se séparer ou rester ensemble et affronter ces hommes, l’un après l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Lun 6 Oct 2014 - 11:13


L'ambiance dans l'entrepôt était pour le moins étrange. Sombre, poussiéreux et empli d'une odeur étrange, il semblait que son entretien n'était pas la priorité absolue des bandits qui le squattaient. La faible luminosité ajoutait une note glauque à ces lieux mais au moins ils étaient pratiquement déserts. La majeure partie des brigands semblaient s'occuper de la surveillance de la rivière pour s'assurer que personne venait s'y approvisionner dans leur dos. Ces lascars ne laissaient décidément rien au hasard même s'ils se montraient quand même assez laxiste au niveau de la sécurité interne de l'entrepôt. Peut-être qu'ils estimaient que les personnes qui se rendaient sur place étaient dignes de confiance ou, à l'inverse, ne représentaient pas une menace.

Setsuna se blottit contre Aokiji et glissa sa main dans la sienne lorsque un solide gaillard vint à leur rencontre, jouant son rôle de compagne peu rassurée par les événements. Elle décocha un sourire discret à son binôme et se mura dans le silence lorsque la discussion s'engagea avec le vendeur qui se chargeait de leur cas. Le Samui s'accorda ensuite un instant pour choisir le tonneau qui lui convenait le mieux, ce qui provoqua l'impatience du brigand qui lui fit remarquer qu'ils étaient tous pareils. La noiraude connaissait assez son coéquipier pour savoir qu'il avait une idée précise derrière la tête et recula imperceptiblement du vendeur pour éviter d'être blessée par ce qui allait suivre.

- "Tout à fait! Ces tonneaux sont vraiment pourris pour le prix qu'on nous a fait payer!" fit-elle lorsque le blond émis des objections. "Ces gens sont décidément des amateurs pour proposer une pareille camelote! C'est limite honteux!"

L'autre eut vaguement le temps de réagir lorsque le Samui fit apparaître des pics de glace dans l'espace qui les séparait avant de les projeter sur le mafieux. Sa mort fut rapide et silencieuse mais certainement pas indolore à en juger par l'air qu'il arborait. Setsuna le réceptionna avec des mains de cendres qui sortirent du sol pour amortir sa chute et ainsi éviter d'attirer l'attention des autres. Elle aida ensuite Aokiji à le tirer derrière une pile de tonneaux avant de rester silencieuse quelques secondes pour s'assurer que personne ne s'était rendu compte de ce qu'il se passait.

- "Un de moins!" murmura-t-elle, un sourire au coin des lèvres. "Plus qu'une dizaine..."

La situation restait inchangée vu le nombre d'opposants. Mais l'idée de les éliminer un à un dans un jeu du chat et de la souris séduisait particulièrement la noiraude. Néanmoins le duo perdit l'avantage lorsque le bruit d'une porte qu'on ouvre indiqua l'arrivée de nouveaux adversaires. Le binôme se cacha habilement derrière une pile de barils et écouta en silence la discussion qui s'engagea à quelques mètres d'eux. Un troisième luron vint s'y greffer et le trio échangea des informations suffisamment détaillées pour permettre aux deux agents du Shûkai d'y voir plus clair. Lorsque les mafieux se séparèrent quelques instants plus tard, ils purent ainsi mettre sur pied un plan d'action. Setsuna était plutôt encline à se séparer pour régler leur compte simultanément aux différents responsables.

En accord avec le blond elle décida de s'occuper de l'homme au sous-sol, celui responsable de l'empoisonnement des ressources en eau potable de la région.

- "Sois prudent!" murmura-t-elle à son vis-à-vis avant de se glisser dans l'ouverture dans le sol pour rejoindre la cave.

Elle se glissa ensuite dans l'entrebaillement d'une porte lourdement striée de métal et suivit discrètement les deux sbires qui allaient à la rencontre de ce fameux Verde. Elle avisa ensuite un petit vestiaire et se saisit d'un masque à gaz qu'elle glissa autours de son visage. Vu que ce labo servait à la création de poisons, il valait mieux se montrer prudent. Puis elle suivit un petit tunnel de pierre jusqu'à arriver à un coude où elle marqua une seconde pause. Des bruits de discussions lui parvinrent sans qu'elle puisse entendre de quoi il était question. Quoi qu'il en soit Verde et les deux brigands croisés quelques instants plus tôt semblaient suffisamment occupés pour lui permettre d'agir.

Elle se glissa rapidement hors de son couvert et effectua quelques mudras avant de créer un arc de flammes à l'horizontal. Le trio adverse remarqua rapidement sa présence mais il était déjà trop tard. Un trait enflammé de taille impressionnante traversa l'espace qui les séparait à grande vitesse avant de venir exploser contre le mur en face, emplissant la cave d'une déflagration lumineuse. De la poussière tomba du plafond sous l'effet de l'explosion mais les pierres qui constituaient les fondations absorbèrent néanmoins la pression sans aucune difficulté. Une fumée noirâtre envahit rapidement l'espace et Setsuna cru un instant qu'elle avait réussi à se débarrasser de ses adversaires.

Mais une volée de kunaïs vint à sa rencontre et elle dut retourner dans le coude dans le tunnel pour les éviter in extremis. Visiblement il y avait encore du répondant...

- "Qui que tu sois, tu vas crever!" fit une voix étouffée provenant de la cave.

- "Tu m'ôtes les mots de la bouche..." rétorqua-t-elle avec suffisance.

Les choses sérieuses commençaient et un combat difficile semblait se profiler à l'horizon. Setsuna se demanda comment Aokiji s'en sortait de son côté et s'il avait également entamé les hostilités avant de bondir hors de sa cachette dague en main pour charger le ou les survivants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Sam 11 Oct 2014 - 10:12

Le duo se mit d’accord pour se séparer. Setsuna avait donc la délicate tâche d’affronter le savant fou répondant au nom de Verde, tandis qu’Aokiji, quant à lui, était chargé de faire tomber la tête de cette organisation. Le Samui avait confiance en sa partenaire. Malgré ses apparences, il était bien placé pour savoir qu’elle pouvait se montrer redoutable en combat. Il ne doutait pas un instant sur le succès de son intervention.
Aokiji emprunta donc les escaliers afin de se rendre à l’étage supérieur. Tel un félin, le jeune homme monta les marches, en toute discrétion, ne faisant aucun bruit. Il pouvait cependant entendre des bruits de pas raisonnés au loin. Il devait surement s’agir de ce Motoo, le fameux bras droit du chef de cette bande. Au bout de quelques minutes, le son diminua considérablement avant de s’évaporer totalement. Dans l’instant qui suivit, le Samui attint l’étage supérieur, mais ce ne fut pas sans quelques précautions…

Le jeune homme arriva dans ce qui ressemblait à une pièce commune. Quelques fauteuils, chaises et tables étaient disposés vulgairement de part et d’autres de cette salle de taille moyenne. Celle-ci était plutôt bien éclairée, même si on pouvait souligner le manque d’hygiène notable de ces bandits. Des bouteilles vides trainaient un peu partout, mais il n’y avait pas l’ombre d’une personne ici. Aokiji s’avança encore un peu plus. En face de lui, une seule issue. Une autre porte en métal où l’on pouvait lire les inscriptions « BOSS ». Cette ordure qui avait orchestré cette machiavélique machination se trouvait donc derrière cette paroi métallique.

Soudain, une masse sombre chuta du plafond afin d’atterrir juste derrière lui. A peine eut-il le temps de se retourner que le Samui se retrouvait la gorge étreinte par une épaisse chaîne en fer. La strangulation était effectuée avec force et violence. Aokiji tenta tant bien que mal de se libérer, mais il était déjà trop tard. Son agresseur lui glissa alors quelques mots à l’oreille. Le Genin reconnut la voie de ce dernier. Il s’agissait de Motoo, le bras droit. Malgré le fait qu’il avait fait attention, le Samui avait été repéré.


« Je ne sais pas qui tu es blondinet, mais tu n’as rien à faire ici. Qui es-tu ? »
« Argh… Je suis… Un mercenaire… J’aimerais juste… Rejoindre votre bande… »
« Un mercenaire ne se serait pas introduit ici en faisant preuve d’une telle discrétion. Ne te fous pas de moi. Ta petite visite s’arrête ici blondinet ! »


D’un coup sec, Motoo accentua la pression qu’il exerçait sur le jeune homme. N’en pouvant plus, ce dernier explosa littéralement en un violent souffle glacial. Et oui, il ne s’agissait que d’un simple clone, utilisé comme leurre. Le véritable Aokiji sortit alors de l’ombre de la cage d’escalier et s’avança devant le corps tremblotant de son adversaire. Ce dernier était frigorifié. Il avait encaissé l’explosion à bout portant après tout. Le Genin n’eut donc aucun mal à lui ôter la chaine des mains. C’était maintenant à son tour de connaitre la douleur qu’on pouvait ressentir lorsque que l’on se faisait littéralement écrasé la gorge.


« Espèce de petit… »
« Vous pensiez sérieusement que l’Alliance allait vous laissez imposer vos lois dans cette région sans réagir ? Au de-là de mes fonctions d’officier du Shûkai, je dois dire que vos actions me dégoutent au plus haut point. Je me ferais un plaisir de vous faire tomber un par un. »
« Tss. Tu fais le malin, mais tu pourras ne jamais tous nous vaincre. »
« Qui a dit que j’étais seul ? »
« Vous pouvez venir à une centaine si vous voulez, vous ne parviendrez jamais à vaincre notre Boss ou même ce psychopathe de Verde. »
« C’est ce que nous verrons ! »


Aokiji accentua sa pression sur les chaines et, au bout de quelques secondes, l’homme s’effondra sur le sol, sans vie. Le seul rempart qui le séparait du chef de cette mafia venait de tomber. Il était maintenant temps d’aller saluer cette ordure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Lun 13 Oct 2014 - 17:38


Elle avait l'avantage, elle le savait bien. Le concepteur du poison et le type qui l'avait rejoint étaient prisonnier dans la cave et la seule issue qui s'offrait à eux était le couloir dans lequel Setsuna se trouvait. Adossée contre la pierre fraîche, à l'abri derrière ce rempart improvisé, elle se tenait comme une renarde à l'entrée d'un terrier. Il ne restait plus qu'à les faire sortir en trouvant le moyen de ne pas trop s'exposer. Le masque à gaz qu'elle portait commençait sérieusement à l'agacer et elle sentait une file pellicule de sueur lui recouvrir le visage. Sans parler de la buée qui commençait à recouvrir les petites vitres et qui obstruait peu à peu sa vision. Mais ça valait toujours mieux qu'un empoisonnement. Le type responsable de l'empoisonnement de l'eau était efficace dans son domaine, comme pouvait en témoigner les villageois...

- "Vous comptez vous terrer longtemps dans votre trou?"

- "Le temps que tu viennes nous chercher! Allez, tu attends quoi?"

C'était une bonne question... Après le coude qu'il formait, le couloir était dégagé sur environ cinq mètres ce qui représentait un véritable piège si ces enfoirés souhaitaient lui décocher leurs armes de jet. Elle ne pourrait jamais les éviter dans un espace aussi clos et elle s'exposerait ainsi à des blessures. Et si les kunaïs étaient empoisonnés, comme elle le pensait, la moindre éraflure signifierait sa perte.

- "Vous pouvez aussi vous rendre et on gagnerait tous du temps et de l'énergie! Sans parler du fait que vous resteriez en vie, non?"

Tu parles, ouais! Setsuna croyait en la justice du Shûkai mais davantage encore en celle qu'elle dispensait à ce genre de salopards. La prison était trop douce pour ces types et la mort était la seule récompense qu'ils méritaient. Mais elle ne pouvait pas décemment leur faire partager cette opinion. D'ailleurs, elle n'en eut pas besoin puisque seuls des rires moqueurs lui répondirent. Ha en juger par le ton que ces enfoirés utilisaient, ils ne semblaient pas du genre à se laisser prendre vivants. Sûrement des criminels endurcis qui n'en étaient pas à leur premier coup. Ce qui était sûr, en revanche, c'est qu'il s'agissait du dernier. Du moins, tant qu'elle avait son mot à dire...

Elle tendit un bras dans l'espace ouvert après avoir effectué quelques mudras et envoya un jet de cendres concentrées dans le fond de la cave avec l'espoir de remplir l'espace pour obstruer leur vue. Après quelques secondes de ce régime elle s'engouffra finalement dans le couloir et avança prudemment dans leur direction en restant sur ses gardes, prête à repousser de sa dague d'éventuelles armes de jet. Mais rien de ce genre se produisit. À mi-chemin, elle fut néanmoins chargée par l'homme qui discutait à l'étage quelques minutes plus tôt. Le jet de cendre ralentit sa progression et lui permit d'éviter un assaut direct et violent. Une joute silencieuse s'engagea, ponctuée uniquement par le bruit cristallin des lames qui s'entrechoquaient. Setsuna fut forcée de reculer, ses compétences en Kenjutsu restant plutôt approximatives comparé à celles de son adversaire.

Ce dernier lui entailla le bras puis l'épaule dans un mouvement de va et viens et elle lâcha sa dague sur le sol en reculant à nouveau, une main sur ses blessures. Elle serra les dents et plongea dans le coude du couloir pour éviter quelques kunaïs sensés l'achever et tira un shuriken de la sacoche à la taille. Un drôle de jeu s'engagea alors, le mafieux restant dans l'angle de son côté, tout comme elle. Puis, comme s'ils s'étaient donnés le mot, ils se firent face pratiquement en même temps. Setsuna fit immédiatement un pas en arrière et évita un coup destiné à sa gorge avant de répliquer en se jetant littéralement sur l'indélicat. Elle lui entailla ensuite le visage à coup de shurikens, se blessant également la paume de sa main au passage. Aveuglée par sa hargne, la noiraude ne s'arrêta que lorsque l'homme ne bougea plus, le visage lacéré en profondeur à un point tel qu'il n'était pratiquement plus identifiable. Elle respira ensuite bruyamment pour reprendre son souffle et se redressa avec peine.

- "Et de un!" clama-t-elle à l'intention du concepteur du poison. "Tu ne veux toujours pas te rendre?"

Pour une fois seul le silence lui répondit. La noiraude attendit encore quelques instants avant de s'engouffrer dans le couloir en direction de la cave et en profiter pour récupérer sa longue dague sur le sol. Ceci fait elle continua d'avancer en restant prudemment sur ses gardes. Lorsqu'elle arriva finalement dans l'espace qui servait de laboratoire à l'homme, elle découvrit diverses tables calcinées et des fioles brisées sur le sol. Des liquides colorés s'étaient déversés par terre et certains dégageaient une fumée corrosive. Par contre il n'y avait pas la moindre trace de l'empoisonneur.

*C'est quoi ce délire? Il s'est pas volatilisé quand même?*

Elle farfouilla rapidement autours d'elle pour chercher à élucider ce mystère et posa finalement le regard sur une dalle qui dépassait du sol. La noiraude invoqua deux mains cendrées qui se chargèrent de la soulever pour elle, libérant un passage grossièrement taillé dans la grotte. Cet enfoiré avait tout prévu visiblement... La jeune femme n'avait pas le temps de remonter pour avertir Aokiji et se glissa donc à son tour dans le passage pour poursuivre sa cible. Ne restait plus qu'à espérer que cette dernière n'avait pas trop d'avance et que le Samui arriverait à se charger seul de la bande pendant qu'elle le coursait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi, Gouverneur de Tori no Kuni
Messages : 367
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Ven 24 Oct 2014 - 19:59

Aokiji s’avançait vers l’entrée du bureau du chef de cet établissement. Il était temps de faire tomber cette organisation qui avait fait tant de mal aux habitants de la région. Se rapprochant de plus en plus, il ne put s’empêcher de penser à sa coéquipière Setsuna. Il n’avait aucune idée de ce qu’il se passait là-dessous. Il voulait espérer que la jeune femme se débrouillait face au scientifique amateur de poison. Connaissant l’ex vagabonde, ce dernier devait surement être en train de bruler vif à l’heure qu’il est. C’est avec cette pensée en tête que le Samui se motiva afin de venir à bout du grand patron. Il ne pouvait décemment pas récolter tout le mérite.

Alors qu’il ne se trouvait qu’à quelques mètres de l’entrée, un bruit étrange interpella le Genin. Il semblait s’agir d’un sifflement léger et à peine audible.  A ce moment, Aokiji remarqua alors quelque chose d’encore plus étrange. La partie supérieure de la porte métallique semblait se désagréger à vue d’œil, formant un étrange nuage de poussières grises. La masse sombre se scinda ensuite en deux parties distinctes qui formèrent à leur tour ce qui ressemblait de toute évidence à deux sphères. Avant qu’il ait le temps de réaliser ce qui était en train de se passer, l’une des boules fonça à toute vitesse sur le Samui qui l’esquiva de peu. La seconde ne tarda pas à faire de même, faisant mouche cette fois-ci. Le jeune homme fut touché au ventre et projeté quelques mètres plus loin. Il se releva et se mit sur ses genoux face à la violence du coup. Il crachait du sang et présentait une respiration pour le moins irrégulière. C’était la première fois qu’il faisait face à ce genre de technique. Mais qui en était l’auteur ?

Aokiji ne tarda pas à le savoir. Un homme ouvrit ce qu’il restait de la porte en métal et s’avança vers lui. Il s’agissait d’un homme d’âge mur, mince et à la silhouette élancée. Il portait des vêtements classes, ainsi qu’un manteau en fourrure qui semblait avoir couté une petite fortune. Il se positionna juste devant le Samui en train de suffoquer sur le sol. L’agrippant par les cheveux, il le souleva lentement jusqu’à ce qu’ils se retrouvent face à face. L’homme jeta un rapide coup d’œil à la dépouille de son bras droit gisant sur le côté, puis reporta son attention sur le shinobi.


    « Tiens tiens, qu’avons-nous là ? Il semblerait qu’une fouine se soit introduite dans un nid de vipères. Et tu es venu à bout de mon fidèle bras droit à ce que je vois. Sache qu’ici on est une véritable famille. Et tu sais ce qu’on fait aux gens qui touche à notre famille ? »


Le Boss se retourna alors, positionnant Aokiji dos au bureau. L’homme effectua un mudra avec sa main libre, puis un nouveau sifflement se fit entendre. Le reste de la porte était à son tour en train de se désagréger, pour former cette fois-ci une longue lance acérée pointant le Samui. Ce dernier se trouvait donc dans une situation peu favorable, alors qu’il venait à peine de retrouver une respiration normale.


    « Ta petite vadrouille prend fin ici blondinet. Tes dernières paroles ? »
    «  Ton haleine pue le rat mort. »
    « P’tit con ! »



Aokiji effectua sans toute attente une série de signe, puis cracha un liquide bleuâtre au visage de son ennemi. Ce dernier lâcha immédiatement le Genin alors qu’une couche de glace commençait rapidement à se former sur sa peau. Son adversaire étant déstabilisé, le Samui en profita pour enchainer une nouvelle technique. Après un enchainement de mudras, il cracha un puissant jet d’eau qui propulsa le Boss contre le mur des escaliers. Sous la pression, le mur céda et l’homme fut alors projeté de l’autre côté, dans la grande salle où était disposé tous les barils d’eau. Il termina ensuite sa chute sur une pile de tonneaux qui explosèrent littéralement sous la violence du choc.

L’officier de l’Oda regagna alors le grand entrepôt et retrouva la Boss, étalé sur le sol au milieu de plusieurs tonneaux écrasés. Ce dernier semblait à peine conscient. Vu la chute vertigineuse qu’il venait de faire, il devait avoir une bonne quantité d’os cassés. Aokiji se plaça en face de son adversaire, l’heure du jugement avait sonné.


    « Ton petit business s’arrête ici. Tu as voulu extorquer les habitants de la région, il est maintenant temps de subir les conséquences de tes actes. Le Shûkai est là pour maintenir l’ordre dans les pays sous son influence. Nous ne tolérerons aucune vermine dans ton genre sur nos terres. Je doute que tu pourras garder ce beau manteau lorsque tu seras jeté dans les geôles du Shozaichi ! »


La tête de cette mafia était tombée. Mais la mission n’en était pas terminée pour autant. Où en était Setsuna ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna] Sam 25 Oct 2014 - 14:09


Je me retrouvai donc dans le tunnel que j'avais trouvé sous l'une des dalles du laboratoire. Il était sombre et humide, emplit de l'odeur de terre fraîche et de celle des poutres vieillies qui soutenaient le passage. Aucune lumière ou torches ne venaient éclairer le chemin aussi fis-je apparaître des pétales enflammés au bout de mes doigts pour me fournir un peu de luminosité et éviter de tomber dans un éventuel piège. Je ne vis nulles traces de ma cible mais j'entendais des bruits de pas pressés devant moi dans l'obscurité. Le concepteur du poison - ou du moins celui que j'estimais être l'auteur de l'empoisonnement de l'eau - avait un peu d'avance mais pas assez pour me semer semblait-il. Je pressai à mon tour l'allure pour ne pas lui laisser la chance de me distancer tout en respirant avec peine au travers de mon masque de protection. Ce n'était déjà pas facile de reprendre son souffle avec ce truc sur le visage alors sous terre, là ou l'oxygène se faisait autant rare que précieux...

Le passage souterrain forma un coude et j'y marquai une courte pause pour m'assurer que cet enfoiré ne m'attendait pas à son détour. Ce genre d'endroit était parfait pour tendre une embuscade et ma présence d'esprit me sauva d'une fin que j'imaginais horrible. Je trouvai un fil tendu relié à un parchemin explosif au niveau de mes pieds. Une éventuelle explosion m'aurait ensevelie sous des centaines de kilos de rochers et de terre et ce simple poids aurait suffit à me faire suffoquer. Je l'enjambai donc avec précaution avant d'augmenter mon allure en prenant soin de surveiller le sol pour ne pas déclencher un piège du genre. Ce type avait de la suite dans les idées je ne pouvais pas le nier. Et si j'avais d'abord pensé qu'il fuyait comme un dératé je savais à présent qu'il gardait suffisamment de recul sur la situation pour tenter de me ralentir ou de me tuer. Ce qui en faisait un adversaire dangereux et sadique à la fois. Le recourt à ce genre de procédés était lâche à mes yeux...

- "Tu peux courir tant que tu veux mais tu n'échapperas pas à ton destin! Ça je peux te le garantir mon gaillard!" criai-je en étant pratiquement certaine qu'il m'entendait. "Tu ne fais que retarder l'échéance!"

Je remarquai alors des traces de sang sur le sol. Mes attaques précédentes avaient visiblement réussi à le blesser et j'espérais que c'était suffisant pour le ralentir suffisamment pour me permettre de le rattraper. Et lorsque je vis une lumière vacillante à une vingtaine de mètres devant moi je su que c'était effectivement le cas. Le type boitait et j'étais en train de gagner du terrain sur lui. Néanmoins une lumière naturelle commença à lui à travers une ouverture dans le sol et je compris qu'il était proche de la sortie. De mémoire il y avait plusieurs mafieux qui montaient la garde à l'extérieur et j'avais déjà utilisé une bonne quantité de chakra. L'affronter à l'air libre était une idée plutôt séduisante mais j'aurais alors à faire face à plusieurs adversaires en même temps. Et même si Aokiji avait réussi à capturer ses cibles de son côté et qu'il venait m'aider ça ne nous garantissait en rien la victoire. Aussi je décidai de faire quelque chose de dangereux mais qui pouvait me faire gagner un temps précieux tout en m'évitant un combat que j'imaginais compliqué: je tirai de ma sacoche un parchemin explosif et l'attachai rapidement à un kunaï avant de le lancer droit devant-moi.

Le projectile frôla ma cible et se planta dans le mur devant lui avant d'exploser quelques petit secondes plus tard. L'air chauffa rapidement dans l'espace clos du tunnel et le souffle de la déflagration me stoppa dans mon élan tandis que je levais une main pour me protéger le visage par réflexe. Le sol trembla et de la terre tomba du plafond mais les poutres réussirent à maintenir le tout en place. Mais la sortie fut rapidement oblitérée par un mélange de cailloux et de terre humide avant que le silence revienne et que la poussière soulevée par l'explosion envahissent l'espace en un nuage sombre qui me brouilla la vue. L'oxygène se raréfia davantage et je dus enlever mon masque pour parvenir à reprendre mon souffle en de longs râles. Puis je m'aventurai plus avant pour voir le résultat de mon stratagème. Le bras du fuyard ressortait d'un tas de débris et sa main se convulsa à plusieurs reprises avant que la vie le quitte. Je restai un instant immobile comme pour m'assurer qu'il n'allait pas se redresser et s'extirper de cette sépulture mais ce ne fut heureusement pas le cas.

- "Je t'avais pourtant laissé une chance de te rendre..." déplorai-je en soupirant. "Tu aurais dû m'écouter!"

Ce n'était pas la mort de cet enfoiré qui me chagrinait mais plutôt le fait qu'il allait échapper à son jugement et à de longues années de prison. La mort était parfois trop douce lorsqu'elle se saisissait de ce genre de personnage... Néanmoins je ne m'attardai pas plus sur cette réflexion puisque le tunnel avait tout de même été fragilisé par l'explosion. Certaines poutres commençaient à céder et n'allaient pas tarder à rompre. Je fis donc marche arrière à toute allure pour quitter ce piège qui menaçait de se refermer sur moi. Juste à temps d'ailleurs car une fois que je regagnais le laboratoire un long grondement sourd et un grand jet de poussière s'échappait de l'ouverture dans le sol comme pour m'indiquer que le tunnel s'était effondré. Je tombai ensuite en arrière et me passai le revers de ma main sur le visage pour essuyer quelques perles de sueurs. Je restai quelques instants immobile le temps de reprendre ma respiration et profiter de l'oxygène frais qui s'insinuait à nouveau dans mes poumons avant de remonter dans l'entrepôt.

Aokiji m'y attendait à côté d'un type qui devait certainement être le chef de ces mafieux. La poitrine de ce dernier se levait à un rythme régulier malgré son sale état et je su alors qu'il était encore en vie. Lorsque le Samui m'interrogea du regard pour savoir ce qu'il s'était passé je répondis pas un signe de tête négatif pour lui indiquer que ma cible n'avait pas survécu. Mais nous avions au moins le responsable de tout ceci sous notre coupe et nous n'allions pas rentrer les mains libres. Au moins l'un d'eux allait payer pour tout ceci.

- "Beau travail!" fis-je avec toute la retenue verbale qui me caractérisait. "Tu vas bien? Rien de cassé? Raconte-moi ce qu'il s'est passé!"

J'étais curieuse et inquiète à la fois tout en étant soulagée de voir que mon partenaire n'avait rien. Je lui adressai un petit sourire tandis qu'il me faisait part de ses exploits et déposai un baiser sur sa joue comme pour mieux l'en féliciter.

- "Nous devrions retourner au village maintenant!" lui proposai-je. "J'ai récupéré l'antidote dans le laboratoire et quand nous l'aurons donné aux habitants ils pourront à nouveau profiter des sources d'eau des environs..."

Ceci fait, nous allions pouvoir ramener notre prise à la capitale et savourer la réussite de notre mission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La mafia de Kusa no kuni [Mission Rang C - Nakagawa Setsuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-