AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Politesse et bonnes manières [Tsumei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 15:58

Allongée sur son lit, la femme aux cheveux flamboyants s’offre un petit moment de lecture entre tous ces événements. Loin d’être un simple roman, le livre qu’elle tient entre ses mains explique tout simplement les avantages et avantages que constitue l’affinité combinée qu’est la vapeur. Bien évidemment, étant maîtresse de sa propre mémoire illimité, la Dame peut si elle le souhaite survoler les pages sans vraiment les lires. Elle n’aurait ensuite plus qu’à fouiller ses souvenirs et relire chaque mot plus attentivement quand elle aurait le temps. Or, du temps, elle en a actuellement. Toujours en attente de son entrevus avec le Raikage, Meia essaie de s’occuper comme elle le peut.

TOC TOC

Quelqu’un à la porte de leur chambre ? Voilà qui est inattendu puisque les deux femmes n’attendaient pas de visiteur. C’est donc pour cela qu’elle s’occupe d’aller ouvrir avec une méfiance certaine. Sa garde du corps n’étant pas en ces lieux avec elle, la prudence se doit d’être renforcée. Cependant, de l’autre côté de la porte, elle ne trouve qu’un Shinobi de Kumo qui n’a pas l’air d’être majeur. Un chûnin à tous les coups, pensa-t-elle. Offrant un sourire sincère, elle prend directement la parole en n’ouvrant la porte qu’à moitié.

- Vous désirez ?
- Le maître Raikage est de retour madame. Il demande à ce que vous l’attendiez dans son bureau. Il va vous rejoindre sous peu.
- Bien, merci pour l’information. Je m’y rends de ce pas.

Fermant la porte, le regard de la Dame se durcit légèrement. Elle va enfin pouvoir faire face à l’ombre de la foudre… et nul ne sait ce qui va se passer.

Sans plus attendre, elle enfile sa longue cape épaisse, ornée du symbole de son clan. Passant une main dans ses longs cheveux rouges, elle s’offre une dernière vérification dans le miroir avant de quitter la pièce. Malheureusement, Meia ne sait nullement où se trouve sa collègue, cette dernière n’étant plus là à son réveil. Même si Miko est une grande fille, la Yamanaka se doit de la tenir informée de ce qu’il se passe et c’est donc pour cela, qu’en une fraction de seconde, elle connecte son esprit à celui de l’Aburame.

Miko, le Raikage est arrivé. Retrouve-moi à son bureau dès que possible, d’ici là je garderais un contact télépathique avec toi et je lierai nos yeux quand je serai sur place.

Car oui, il est hors de question qu’elle voit Tsumei en tête à tête, du moins pas directement. Si tout cela dégénère, l’autre gradé konohajin en sera aussitôt informé. Avec ce stratagème, il n’y a rien que l’autre ne saura pas. En effet, nul doute que Miko sait lire sur les lèvres au vu de son expérience dans le monde Shinobi et en ce qui concerne ses propres paroles, Meia n’aura qu’à les lui transmettre par télépathie.

Ayant prévenu sa collègue, la rousse n’attend pas plus longtemps pour traverser le village et arriver jusqu’au palais du Raikage. Là-bas, tous lui concèdent l’entrée sans rechigner et ce jusqu’à ce qu’elle pénètre dans le bureau, vide. Comme dit auparavant, le Karasu n’est pas encore en ces lieux. Soupirant un bon coup, elle s’installe sur la chaise faisant face au bureau et use d’un jutsu cité précédemment. Voilà son esprit et ses yeux liés à ceux de sa collègue. Il ne reste plus qu’à attendre l’ombre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 18:21

On ne put lui apporter que des soins minimes à base d’anti douleurs ou de pansements. L’avant-bras avait de toute façon été tranché, et rien ne pouvait désormais le remplacer dans l’immédiat. On avait simplement rendu au Raïkage la grande majorité de ses capacités en excluant la souffrance de son organisme, même si lui ne s’était pas encore débarrassé de la douleur qui lui faisait le plus de mal. Kuchibashi, était-elle vraiment partie pour toujours ? Cette question ne pouvait sortir de l’esprit tourmenté du Raïkage, qui ne tarda pas à sortir de sa chambre d’hôpital.

Dehors, il faisait chaud. Les gens pensaient déjà que le village était en période de crise : les problèmes avec Konoha et plus particulièrement l’Intendant, l’attaque mystérieuse d’un Furyou, la blessure du Yondaime. Gouverner un village était une chose vraiment complexe, et le respect que le Karasu portait en son maître, Kadoria Uriô, ne pouvait qu’en ressortir grandi. Qu’aurait-il fait à sa place ? Question inutile, mais pourtant si intrigante.

On voulut lui parler de ce qui était arrivé. Des mots résonnèrent, d’autres ressortirent aussitôt. Kadoria Sho. Furyou. Mihawk. Attaque. Hakushi. Mais tout ça n’avait pas d’intérêt pour l’instant. La question de Konoha devait être réglée. Tout cela s’était passé uniquement à cause d’une personne : Sabakyô Seitô. C’était à cause de son comportement que Tsumei avait du en arriver là. Son plan, aussi majestueux et travaillé soit-il, n’aurait jamais du voir le jour si Konoha avait été dirigé par quelqu’un d’un minimum censé.

A partir du moment où il avait su que le Furyou messager n’était pas venu à cause de ce que Tsumei avait fait, alors plus rien n’était important hormis la Feuille. Yamanaka Meia, et la dénommée Aburame Miko qui avait décidé de l’accompagner, voilà la dernière étape d’un plan aussi grand qu’immonde. Immonde parce qu’insensé. Immonde parce qu’il était devenu la seule alternative à une réaction aussi injuste et immorale que nationaliste.

Heureusement que Seki Hasaki avait été repéré et qu’il faisait le voyage retour vers Kumo…
    Yamanaka Meia, merci d’être venue et excusez-moi pour ce retard.
Il était rentré dans son bureau seul, alors que toute une équipe de Kumojins attendait au rez-de-chaussée de son palais. Son regard était aussi froid que rempli de colère contenue.
    Malheureusement, je vais devoir vous demander de rester ici à partir de maintenant jusqu’à demain. Si vous préférez protester, alors je vous enfermerai dans les geôles. Je vous expliquerai tout demain.
Il contourna la jeune femme assise, puis rejoint son bureau qui étrangement ne lui avait pas manqué. Il s’y assit.
    Aucun contact avec Aburame Miko ne vous sera autorisé d’ici là. Des shinobis sont bien sûr attentifs à mon flux de chakra, si jamais il est perturbé parce que vous tentez de sonder mon esprit… croyez bien que je n’hésiterai pas à vous faire éliminer sur le champ.
Et il ne plaisantait pas. Pourtant…
    Je suis vraiment navré de devoir vous sortir des menaces, mais ce sont les conditions nécessaires pour que tout se mette en place. Si vous me faites confiance, alors tout rentrera dans l’ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 19:13

Info':
 

Alors que la Dame observe le mobilier composant le bureau du Raikage, elle entend des bruits se rapprochant petit à petit. Est-ce que son hôte est enfin là ? Elle l’espère. Cela fait déjà plusieurs jours que le duo de Konohajins est arrivé et plus de dix minutes qu’elle attend dans ce bureau vide. Une attitude d’une impolitesse hors normes qui exaspère notre rouquine préférée. Ce n’est qu’en entendant la porte s’ouvrir qu’elle eut la confirmation. La voix du Raikage arrive jusqu’aux oreilles de Meia qui ne daigne se retourner pour lui adresser un regard. Le voilà qui s’excuse de son retard et la remercie de sa venue. Des excuses emballées si vite qu’un rictus apparaît sur son visage. L’impolitesse serait une valeur kumojin ? C’est à ce demandé…

Seulement, la suite de son discours fait directement comprendre à la Dame que quelque chose va se passer. Le chef du village caché des nuages lui demande de rester ici jusqu’à demain ? Même si elle essaie de contenir son étonnement, elle ne peut s’empêcher de grimacer une fraction de seconde. Fixant son interlocuteur qui vient de se placer face à elle, elle adopte un masque de neutralité parfait. Un bras coupé, des menaces, un délai jusqu’à demain… Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas ici et le sens d’analyse de Meia ne lui permet pas d’en conclure quelque chose. Ainsi soit-il, elle croise les bras en restant silencieuse, attendant que son interlocuteur ait fini de parler.

De la prudence. Le voilà qui exposent des faits empêchant la Yamanaka de sonder son esprit ou d’entrer en contact avec Miko. Un homme intelligent, ça on ne peut le nier. Seulement, cette révélation arrache un petit sourire à la Dame qui fait face au regard froid du Karasu. Eux deux se retrouvent assurément dans une situation étrange et cela ne fait que naître un sentiment de défi en Meia. S’il y a quelque chose que Tsumei n’a sans doute pas compris, c’est qu’on ne soumet pas la chef d’un clan de dominateur. L’enfermer ainsi ne peut qu’amener à l’inévitable. C’est donc avec un calme légendaire qu’elle se décide à prendre la parole à la suite de Tsumei. Elle décroise alors les bras et pousse un profond soupire, le tout, avant de prononcer ses premiers mots.

- Mon cher Raikage… Outre votre manque de politesse sidérant, je vois que vous n’êtes pas vraiment en état de bien évaluer la situation. Laissez-moi donc vous éclaircir sur plusieurs points…

Plongeant son regard dans celui de l’ombre, elle passe de la neutralité à un regard des plus noirs. Un regard tellement assassin qu’il serait improbable de le voir sur une Dame telle que Meia.

- En premier temps, sachez que si vos senseurs détectent une perturbation dans votre chakra… Vous serez déjà mort. Ne me sous-estimez pas.

Prenant appui sur le bureau avec ses doigts, la Yamanaka se lève délicatement avant de reprendre, accompagné d’un petit sourire amusé.

- Ensuite, vous me demandez de vous faire confiance. Chose plutôt paradoxale vu qu’apparemment, vous, vous ne me faites pas confiance. Or, la confiance n’est véritable qu’en étant partagé, n’est-ce pas ?

Toujours appuyé sur le bureau, Meia se penche légèrement au-dessus afin de plonger son regard encore plus intensément dans celui du Raikage.

- Malheureusement, selon ce que vous venez de m’exposer, que je vous fasse confiance ou non, le résultat sera le même. Sauf que je n’aime pas du tout qu’on se foute de ma gueule. Je vais donc vous poser deux questions très simple…

Une question qui décidera de ce que va faire la Dame…

- Quelle raison pourrait me pousser à vous faire confiance, Raikage ? Et surtout... Est-ce que vous êtes près, vous, à me faire confiance?

La réponse peut tout changer, autant ce qu’a prévu Tsumei que ce qu’avait prévu Meia. Qui sait, peut-être qu’elle préfèrera tuer le Raikage et son condamné par la suite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 19:37

La Yamanaka se montra digne de son rang et de ce qu’on disait d’elle. Une kunoïchi de poigne, qui se refusa à être orientée voire même obligée aussi vite, par quelqu’un qui l’avait fait patienter si longtemps. Elle avait fait des efforts certains, et il était compréhensible qu’elle ne puisse rester de marbre face au discours que lui avait servi le Yondaime. Elle était intelligente et surtout sûre d’elle, et se permit même de faire une allusion avec la possible perturbation de chakra qu’elle pouvait infliger à son interlocuteur. Dans ce cas, il serait déjà mort. Intéressant…

Les choses n’auraient pas pu être faciles, de toute façon. Dans sa hâte et avec tout ce qu’il avait vu et fait, Tsumei était peut-être allé trop vite. Mais qu’importe, discuter un peu avec la jeune kunoïchi ne serait pas quelque-chose de mal. Au contraire puisque dans son plan ils devraient rester dans son bureau toute la nuit. Alors à quoi bon…
    Vous n’avez pas tort. Le Raïkage que je suis s’est montré terriblement impoli et j’aurais été très idiot de penser que je pourrai vous tuer rapidement et sans mettre ma vie en péril…
Il se leva, et esquissa un sourire à la jeune femme. Il était peut-être allé trop loin… La Yamanaka devait sans doute être déçue. Le Raïkage se leva doucement, puis contourna son bureau.
    En réalité, vous êtes plus qu’une gradée Konohajin. Vous êtes celle qui dirige les Yamanaka. Vous êtes clairvoyante et intelligente…
Il marcha tranquillement vers la porte, puis la ferma à double tour. Son regard azur plongea dans celui de la Konohajin tandis que son fourreau était toujours aussi malheureux et silencieux.
    Alors ne voyez-vous pas que je n’ai actuellement plus rien d’un Raïkage ? Je ne vous sous-estime pas, c’est juste que je me moque complètement de mourir. Je ne plaisante pas.
Il fit quelques pas assurés vers la jeune femme, ne dissimulant pas sa colère et son sérieux. En un instant, il pourrait dégainer son arme, mais pourrait-il toujours s’en servir ? C’était moins sûr. Pourtant, il était venu et avait prononcé les mots et les menaces comme il les avait intégrés dans son plan initial. Il n’avait que faire ce qui pouvait lui arriver. Il avait cru mourir, il était même déjà mort une fois, alors maintenant il n’avait plus peur.
    Je ne vous fais pas totalement confiance, et je me moque que vous cela soit réciproque ou non. Dès l’instant où j’ai franchi cette porte jusqu’à demain, je ne serai qu’un homme prêt à vous tuer si vous refusez de faire ce que je vous dis. Et si jamais je meurs, ce sont mes hommes qui se chargeront de vous. S’en suivra alors une guerre entre Konoha et Kumo, mais elle est déjà en marche à cause de votre cher Intendant. Alors désolé, mais c’est bien moi qui vais éclaircir les choses : que ce soit pour votre survie, pour votre village ou pour progresser sur les Furyous, faites ce que je vous dis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 21:55

Une chose est sure, la Dame est prête à tout. Quitte à payer de sa vie, elle protégera son village. C’est une des raisons qui pourrait d’ailleurs la poussé à s’occuper du cas Seitô. M’enfin bon, le nom de ce dernier risque d’ailleurs de finir dans la conversation des deux adultes se faisant face. Fixant les yeux du Raikage, Meia reste penché au-dessus du bureau attendant une réponse à ses questions. C’est pourquoi, au moment où il prend une nouvelle fois la parole, la Yamanaka se concentre sur ses paroles afin de les analyser de fond en comble.

Un début de réponse auquel elle ne s’attendait pas, il faut l’avouer. Il concède sur le fait que c’était idiot de penser pouvoir la tuer rapidement sans mettre sa propre vie en jeu. Il avoue même avoir été très impolie, le tout, avec un sourire. Mais la Dame n’est pas dupe, elle se doute bien que ces jolies phrases ne sont là que pour mieux affirmer la suite. Pour preuve, après s’être levé, il continue en éloge envers la rousse. Son instinct de méfiance ne peut que se mettre en alerte. Où veut-il en venir ? Là est la vraie question. Au moment où elle le voit s’approcher de la porte, son hypothèse se confirme peu à peu. La validation pure et simple de cette dernière vient au moment où il ferme la porte à clef, avant de porter son regard sur Meia.

Il s’en moque de mourir. À l’entente de cela, seul un sourire apparaît sur le visage de la chef de clan. Voilà qu’un de ses choix tombe donc à l’eau. S’il s’en fiche de mourir ici et maintenant, c’est qu’il sait que son village n’en sera que peu affecté, qu’il se relèvera peut-être plus fort même. Le tuer n’a donc pour l’instant plus aucun intérêt pour la Dame. On aurait pu penser que ce genre de réponse n’aurait pas aidé Meia à coopérer, mais c’est tout le contraire. Suivre les indications de l’ombre semble être la meilleure option selon l’analyse de la Yamanaka. Elle continue donc de l’écouter, alors qu’il se rapproche d'elle d'un pas déterminée. Une fois son discours terminé, où il expose les conséquences si Meia le tue, elle soupire une nouvelle fois. Légèrement assise sur le bureau, tourné vers son interlocuteur, elle prend la parole d’un ton qui se veut plus léger et amical.

- Voilà qui est plus convaincant que de simple menace, Raikage. Vous tuez n’apportera donc rien à mon village, et je me vois contrainte de suivre vos instructions…

…pour l’instant. Bien sûr, elle garde cette fin pour elle, et va plus orienter la conversation sur un autre point. Offrant un sourire sincère, elle continue sur son ton léger. Ils vont devoir rester enfermés ensemble, alors autant être un minimum amical non ?

- Puisque nous devons rester ici pendant encore de longues heures, pourquoi ne pas discuter assis autour d’une tasse de thé ? Cela sera toujours plus agréable que de se regarder dans le blanc des yeux, vous ne pensez pas ?

N’allez pas croire qu’elle fait ça uniquement pour rendre les prochaines heures un minimum agréable. Juste que cette ambiance tendue n’aidera pas la Dame à en apprendre plus sur ce que compte faire le Yondaime. Et il ne faut pas oublier qu'à Konoha, on adore le thé, surtout lors des rencontre diplomatique...

- Vous pourriez, par la même occasion, m’expliquez à quoi tout cela va nous mener non ? Que je le sache maintenant ou demain ne changera pas grand-chose au vu de mon état actuel de prisonnière…

Une simple vérité qu’il était bon de relever. Au moins en le sachant de suite, elle aura plusieurs heures pour se préparer psychologiquement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 22:34

Ses oreilles furent très attentives aux réponses de la Yamanaka. Sans trop de surprise, elle avait finalement décidé de s’accorder sur les paroles du Yondaime. Les deux shinobis allaient donc passer la fin de journée, la nuit et une partie de la journée du lendemain ensemble. Il fallait se préparer, être calme et surtout attentif. Car la moindre erreur pourrait être fatale. Comme susdit et déjà pensé par Tsumei, il ne faisait pas encore confiance à la Konohajin. C’était tout à fait normal et c’était sûrement la même chose du côté de la jeune femme. Dans un tel climat, rien n’était à prendre à la légère. Est-ce que Tsumei saurait surmonter à la fatigue qui allait s’accumuler. Après tout, il venait d’avoir entre autre un face à face avec un Furyou. Il était bien éreinté, mais surtout déterminé à mettre un point d’orgue à toute cette affaire.

Il esquissa un sourire intérieur, mais garda son air sérieux et froid alors qu’il essayait de trouver une alternative au thé. Car en effet, quitte à passer de longs moments ensemble, autant rafraîchir un peu l’ensemble et faire baisser un peu la tension… même si Tsumei n’éprouvait aucune émotion en ce moment.
    Je n’ai que du café, j’espère que ça ira ?
Il se leva puis marcha droit vers une de ses armoires. Il en sortit deux tasses, et de quoi faire un café des plus banals. Il n’avait pas pour habitude de boire ainsi avec ses interlocuteurs, mais il avait toujours eu de quoi le faire, juste au cas où. Myakudou Onpu était réputé pour le faire avec du thé très souvent, mais ce n’était pas du tout le cas de son homologue du Pays de la Foudre. Et si jamais il n’avait pas disparu, et si jamais c’était à lui qu’il s’était adressé et non à Sabakyô Seitô ? Tant de choses auraient pu être évitées.

Il revint s’asseoir et tendit une des deux tasses vers la jeune femme, sans pour autant lui adresser un sourire. Il restait fidèle à sa neutralité accoutumée. Après une légère gorgée, il posa sa soucoupe sur son bureau.
    Si je vous retiens ici, c’est simplement pour éviter que vous rentriez en contact avec Konoha. Je sais que si c'était le cas, on pourrait vous sommer de rentrer immédiatement. Je n’ai besoin que de vous, alors qu’importe ce que les autres membres de votre village font pour le moment, ils ne pourront rien faire avant quelques jours. Et comme je vous l’ai dis, tout sera réglé demain.
Il reprit une gorgée, et laissa son regard s’échapper vers la grande baie vitrée de son bureau. Le soleil commençait à se coucher, laissant Kumo baigner dans des couleurs aussi chaudes que magnifiques. Finalement, son bureau lui avait peut-être manqué.
    J’ai envoyé une simple Genin vous escorter parce que si jamais vous aviez décidé de violer son esprit, vous n’auriez eu aucun mal. Je ne vous expliquerai pas comment, mais j’ai pris mes précautions pour savoir si vous l’auriez fait…
Il s’interrompit et se coupa dans la gorgée qu’il était en train de boire, posa sa tasse, puis reprit.
    … enfin, vous ne l’avez pas fait. C’est pour ça que j’ai décidé de vous accorder un minimum de ma confiance. Il m’était très difficile d’imaginer que Sabakyô Seitô ne vous ai donné aucune instruction concernant Kumo, à vous ou aux Konohajins de manière générale. Il était au courant de mon désir de vous faire venir, je lui en avais parlé lors de notre entrevue.
Son fauteuil pivota vers la baie vitrée, il se plaisait à contempler le paysage, de plus en plus sombre. Encore une dizaine d’heures, peut-être un peu plus, et tout serait réglé. Enfin…
    Est-ce que vous n’êtes pas mandatée par l’Intendant, est-ce que vous lui êtes opposée ? Je n’en sais rien. C’est pour ça que je ne veux pas que vous rentriez en contact avec votre village pour l’instant. Je ne veux pas de retournement de situation de dernière minute.
Le Karasu se releva, puis marcha vers une autre étagère. Il en ressortit un jeu d’échecs japonais, dont il ne prit que certaines pièces. Ses yeux se perdaient dans ces petits bouts de bois taillés.
    Me faites-vous un minimum confiance ? J’aimerais vous poser quelques questions, nécessaires pour mettre un terme à tout ceci demain. Croyez-moi, le mieux serait que vous y répondiez avec franchise.
Il referma le meuble, puis retourna s’asseoir. Son pied poussa son fauteuil qui retourna à sa position initiale, face à Meia. Il commença à disposer les pièces plates d’échec sur le bureau.
    Pouvez-vous vous concentrer sur une période de la mémoire de quelqu’un sans regarder les autres ? Est-ce que vous savez où est Myakudou Onpu en ce moment ? Etes-vous capable de juger si quelqu’un ment en utilisant votre chakra ?
Les yeux du Yondaime Raïkage étaient toujours tournés vers les pièces d’échec en bois. La tour, la reine, le pion et le roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 4 Oct 2014 - 23:40

Heureuse de voir que son interlocuteur semble dans le même état d’esprit, elle ne peut que répondre positivement à la proposition de café. Bien qu’elle aurait préféré un bon thé, comme tout bon Konohajin qui se respecte, un café fera l’affaire. Surtout que c’est soit ça, soit rien puisqu’ils sont enfermés ici, avec pour seule boisson, le fameux café. Regardant l’ombre se munir de deux tasses et les place face à eux, elle garde un petit sourire plus par politesse qu’autre chose. Rien de bien amical ou quoi que ce soit… Un simple sourire qui montre qu’elle est ouverte à la conversation. Une fois le breuvage servit, les deux protagonistes savourent une petite gorgée. Commence alors la tirade du Raikage, dont Meia ne rate pas une miette.

Voilà qu’il expose le pourquoi du comment elle est enfermée là. Il veut simplement empêcher qu’elle rentre en contact avec son village. Mais… pourquoi ? S’il prend de telle précaution, c’est que comme il l’a dit, que le village désire qu’elle revienne. Or, si c’est le cas, c’est qu’il s’est passé. Une chose qui fait perdre à la Dame son sourire l’espace d’une seconde. Qui ? Qui a fait quelque chose pouvant empirer les choses ? S'il s’agit du Raikage, alors la guerre sera surement inévitable… mais si c’est Seitô… Elle l’a pourtant prévenu. Qu’il fasse encore une action irréfléchie mettant tout Konoha dans l’embarras et elle s’occupera de lui à son retour au village. Nul doute que certaines personnes la suivront dans cette oeuvre. S’ensuivra alors une guerre civile ou un simple assassinat perpétré par les membres de la Racine…

Continuant à écouter les propos du Raikage en dégustant sa tasse, Meia en apprend un peu plus en ce qui concerne Koémi. Dire que c’est justement cette faiblesse chez cette enfant qui a failli pousser la Dame à lire dans son esprit. Autant dire que l’ombre a cette fois-ci fait une erreur de jugement. Elle qui essaie ou du moins essayait tant bien que mal de sauver la relation Konoha / Kumo, lire dans l’esprit de son escorte aurait été un peu préjudiciable. Surtout qu’apparemment, il avait un moyen de le savoir…

Puis vient le sujet fâcheux, notre cher intendant Seitô. Cet homme au cœur des conflits Konoha Kumo et qui laisse une porte grande ouverte au Furyou. Une autre des raisons concernant son enfermement serait donc une possible mission secrète du Sabakyô. Il a vu juste, il lui avait bien demandé de faire quelque chose… Cependant, elle lui a fait clairement comprendre qu’elle ne le suivrait pas dans ses idiots débiles de gamin capricieux. Comme elle lui a dit, le plus grand ennemi de Konoha à l'heure actuelle, hormis les Furyou, c’est lui.

Seulement, alors qu’elle écoutait les paroles du Karasu en préparant ses réponses, elle le voit se lever pour s’armer d’un jeu d’échecs japonais. Le jeu déposé sur la table, il continue dans sa lancée en proposant un petit questionnaire histoire de se faire mutuellement plus confiance. Écoutant les questions, elle déguste une nouvelle gorgée en le regardant fixer les pièces du jeu d’échecs. Sa tirade étant terminée, elle prend à son tour la parole.

- Pour la première et la troisième question, je vous répondrais que c’est d’une facilité monstre quand on maîtrise la mémoire. En ce qui concerne Onpu, il serait actuellement à Konoha, du moins j’en suis quasiment sûr… mais je ne peux guère en être certaine puisque je suis ici depuis déjà quelque temps sans prendre forcément contact avec le village.

Prenant encore une gorgée de thé, elle se prépare à relancer le sujet fâcheux qu’est Seitô.

- De plus, puisque vous abordez le sujet, j’aimerais vous dire quelque chose concernant Seitô.

Une chose toute simple.

- Il ne représente aucunement Konoha dans ses actes. Il profite juste de l’absence et l’inaptitude de l’Hokage pour gérer le village comme il l’entend. Or, ce qu’il fait est très loin d’être apprécié par tous, moi la première. Si j’ai décidé de venir ici, c’est avant tout pour essayer de réparer ses bêtises de gamin capricieux.

Plantant son regard neutre dans celui de l’ombre, elle continue dans son explication.

- Une fois que ma collègue et moi nous serons de retour à Konoha, dites-vous que le Sabakyô aura beaucoup moins d’impact. Du moins, je ferais en sorte qu’il ne cause plus de tort et s’il le faut, j’aiderais l’Hokage à reprendre les rênes du village. Je suis d’ailleurs navré que vous n’ayez pas eu à faire à de vrais représentants du Rokudaime tel qu’Hayashi Raito, Nara Natsuki, Aburament Miko ou moi-même.

Voilà donc qui est mis au clair. Autant qu’il soit au courant que le Sabakyô ne plaît pas à la majorité et qu’il ne va peut-être pas continuer à faire le malin une fois que les deux femmes seront de retour au village. Si Natsuki n’est pas motivé à rectifier le tir et si On' n’est pas en état de le faire, alors le duo de la Racine le fera.

- Enfin bon, revenons-en à quelque chose de plus actuel. Pourquoi ces questions, cher Raikage ? Est-ce un rapport avec ce qui va être réglé demain matin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Dim 5 Oct 2014 - 0:11

Le sujet avait rapidement tourné autour de Sabakyô Seitô, et la jeune femme avait voulu en profiter pour affirmer des choses très intéressantes. Elle n’était pas d’accord avec ce que l’Intendant responsable avait pu faire. « Il ne représentait pas Konoha dans ses actes », était-elle vraiment sincère ? Malheureusement, le Karasu ne pouvait pas lire dans les pensées d’autrui, mais il restait intelligent et doué d’une capacité d’analyse impressionnante. Et actuellement, il avait du mal à croire que la jeune femme mentait. Ou plutôt, il n’arrivait pas à voir pourquoi elle se montrerait fausse. Pour percer un jour un mensonge, la meilleure des façons n’était pas de regarder un détail, d’écouter des ondes… Non, le meilleur moyen était de réfléchir à ce qu’il pouvait apporter. Et là, un mensonge de la part de la Yamanaka n’apporterait pas grand-chose pour elle.

Malheureusement, si elle était capable de mentir pour ça, alors cela voudrait automatiquement dire qu’elle serait au contraire totalement dévouée à Seitô, ou pleinement son alliée. Mais pourquoi ferait-elle ça ?

Elle pouvait peut-être espérer être libérée plus rapidement ? Après tout désormais elle avait compris qu’il s’était tramé quelque-chose. Konoha pourrait demander son retour, cela devait avoir suffit pour mettre la puce à l’oreille de la chef de clan. Peut-être qu’elle cherchait à avoir la confiance du Raïkage ? Il fallait mieux rester prudent, mais Tsumei voyait mal la kunoïchi lui avoir menti.
    Vraiment ?
Il regarda encore les pièces d’échec, puis reprit une gorgée de café. Il était encore tiède, c’était agréable. Derrière lui, le soleil avait disparu. Plongeant le bureau dans une certaine obscurité.
    Mais pour l’instant, vous n’avez pas grand-chose contre lui, n’est-ce pas ? Il n’a fait que refuser quelque-chose lors de notre entrevue, et s’est montré assez nationaliste : ce n’est pas un crime en soi. Et le problème c’est qu’il est intelligent. Le cuisiner petit à petit ne résoudrait rien : il aurait le temps de s’organiser et causerait de lourds dommages à votre village.
Tsumei se leva et alla allumer quelques bougies, afin de réchauffer un peu l’atmosphère. Dans d’autres circonstances et si Tsumei n’avait pas le caractère qu’il avait, la situation aurait pu être ambiguë. Mais là, c’était l’avenir diplomatique de deux des plus grandes nations du monde qui se jouait.
    Si je m’en étais occupé, alors les relations entre nos deux villages ne se seraient probablement pas arrangées. Et vu qu’il mettait petit à petit nos deux nations l’une contre l’autre, je ne pouvais pas non plus rester immobile. Mais fort heureusement, comme beaucoup de personnes intelligentes, Sabakyô Seitô est quelqu’un d’orgueilleux.
Le Raïkage s’était assis à nouveau, il prit les quatre pièces d’échec dans sa main droite, et s’amusa avec tout en plongeant son regard dans celui de la kunoïchi.
    Contre quelqu’un comme lui, il vous faut des preuves accablantes et rapides. Nous travaillerons dessus pour les obtenir si vous coopérez. Mais avant cela, il nous faut attendre l’arrivée d’une personne qui va tout élucider.
Il laissa tomber une par une le pion, la reine et le roi. Il ne restait dans la main du Raïkage qu’un morceau de bois.
    Demain, la tour arrivera ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Général du Satoru
Messages : 760
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Dim 5 Oct 2014 - 1:19


Cela faisait maintenant plusieurs minutes que je venais de rentrer au sein du village dont j’étais responsable de sa défense. Sans m’étaler sur les détails, sans me renseigner sur ce qui c’était passé en détail, ni même rendre visite à mon clan ou aux conseillers, je me dirigeais d’un pas vif et rapide vers ce qui était le bureau du Raikage. Il faisait plutôt beau malgré la période hivernale et le fait qu’il ne faisait pas excessivement chaud. Le soleil quant à lui venait à peine de se lever. Je ne mis pas beaucoup de temps pour traverser le village, un endroit que je connaissais comme ma poche. Je saluai ceux que je croisais en chemin et au palais, les ninjas sensoriels qui surveillaient le bureau ainsi que les gardes me saluèrent, la formalité quoi. Seulement, je n’étais pas là pour ça, je n’avais pas le temps pour ça et arrivant enfin à la porte du bureau du Raikage, je frappais d’une telle manière que la personne de l’autre côté savait qui venait de frapper. Je savais qu’il était occupé et pour ne pas interrompre une conversation ou voir des informations confidentiels, je me devais de frapper et pour ne pas montrer qui était derrière, je le faisais d’une telle manière que seul le Raikage pouvait savoir qui c’était sans même adresser une seule parole.

Le protagoniste vint jusqu’à sa porte, l’ouvrit, sortit dans le couloir où je pu m’adresser à lui en cachant tant bien que mal l’anxiété et la tension qui émanait de mon corps ainsi que de ma voix. Mon regard entrevit tout de même l’avant-bras qui lui manquait maintenant et le fait que ce dernier le faisait souffrir d’une manière ou d’une autre. Au fond, la vue de son épée dans son fourreau me fit penser à certaines choses qui n’étaient pas d’actualités et qui nécessiterait d’interroge le Raikage à ce sujet. Sur ce, je pris la parole doucement afin que seul mon destinataire m’entende.


    Raikage-sama, la mission est un succès vis-à-vis du Sabakyo mais a échoué au niveau de la récolte d’informations. Comme nous nous en doutions, c’est l’intendant qui a débuté les hostilités. Cependant, il nous a sous-estimé une fois de trop, nous nous en sommes sortit tous les deux et nous n’avons répondu aucunement violemment. Par contre, son attaque basé sur le gaz à grande ampleur a envahit la totalité du temple et ce fut une dizaine de touristes qui y sont passés, c’était quelque chose de terrible. Par contre, je ne sais pas ce qu’a prévue de faire Zennosuke, il n’est pas rentré avec moi. Il y avait avec le Sabakyo un jeune garçon et Nara Natsuki qui est connu de Kumo, notamment dans l’affaire du Genei Ryodan. Par contre, dernière information cruciale, j'ai senti le chakra d'une dizaine de touristes lorsque j'étais sur le chemin du retour disparaitre un peut trop rapidement que si ça avait été seulement causé par le poison. C’est tout pour mon rapport.


Sur quoi le Raikage me fit rentrer dans son bureau où je pu enfin rencontrer la chef du clan Yamanaka et Jonin de son village. Un honneur dans une autre circonstance, rien que dans le principe même de rencontrer une autre chef de clan. Seulement, les circonstances en étaient autrement. Au vu de la situation, du thé, des bougies, je me doutais que l’entretient ne c’était pas passé si mal que ça, je l’espérais en tout cas. Je la saluais, laissant tant bien que mal transparaitre la fatigue apparente qui s’emparait de moi, malgré le fait de mon sérieux et de mon calme apparent.

    Enchanté, Yamanaka Meia. Je suis Seki Hasaki, chef du clan Seki, conseiller du Raikage et Jonin de Kumo.


Malgré le fait de mon état de fatigue légèrement avancé et ma course pour venir jusqu'ici, j'étais stoïc, présent, et le chakra qui était en moi bouillonnait encore à cause de mon aventure au temple de Kyubi. Je ne détenais pas tous ces rôles pour le principe, j'étais un ninja important de Kumo et rien qu'à ma présence en ce moment, on pouvait le distinguer sans aucun mal. Cependant, ce n'était aucunement quelque chose d'imposant ni même de brutal ou bien d'agressif, au contraire même, étant un Seki, ma présence résonnait comme quelque chose de sécurisant pour les personnes qui me veulent du bien et comme une forteresse pour les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Dim 5 Oct 2014 - 15:45

La nuit passa d’une longue manière. Quelques regards, quelques discussions futiles pour tenter de faire passer une attente parfois insoutenable, parfois énigmatique. Que pouvait bien penser la Konohajin, elle qui n’avait pas réellement d’idée sur ce qui allait se passer à présent ? Même si Tsumei l’avait aidé en donnant quelques indices, elle ne pouvait savoir que certains détails au mieux : quelqu’un allait venir, mais qui ? Qu’est-ce que cette personne et son arrivée allaient bien pouvoir changer ? Le Yondaime soupira plus d’une fois durant ces longues heures d’attente.

On le prévint tôt ce matin. L’opinion et les premières recherches s’étaient montrées exactes : Seki Hasaki était sur le chemin du retour, et il n’était qu’à quelques kilomètres du village. On lui avait glissé cette information sur une lettre, qu’on avait fait passer sous le seuil de la porte. Pourquoi Seki Zennosuke n’était pas avec lui ? Peut-être faisait-il un autre voyage, ou peut-être qu’il avait été capturé ? Ce n’était pas important pour le moment. Ce qui comptait, c’était de mettre un terme à l’histoire entre Konoha et Kumo.

Une heure plus tard tout au plus, il était arrivé. Il avait frappé à la porte. L’Ombre se leva et sortit dans le couloir. C’est ainsi qu’Hasaki extenué, raconta tout ce qu’il s’était passé. Les informations n’avaient pas été récupérées, mais Seitô avait bel et bien commis une erreur, et même plus encore. Il s’en était pris au temple tout entier, et avait blessé voire tué de nombreux innocents. Les ordres avaient été clairement exécutés et il semblait bien que Seki Hasaki et Seki Zennosuke aient appliqué ces derniers jusqu’au bout et ce à la perfection.

Il rouvrit la porte et laissa le Conseiller rentrer. Ce dernier se présenta, alors que le Raïkage s’en alla s’asseoir à son bureau. Son regard se balada sur les quatre pièces d’échec. Il en prit une.
    J’ai envoyé deux de mes shinobis, dont Seki Hasaki ici présent, chercher quelque-chose dans le Temple de Kyûbi, comme d'éventuelles informations sur les Furyous. C’est un lieu public et ouvert à tous, ils avaient totalement le droit d’y pénétrer. C’est pour cela que je leur ai demandé de ne faire aucun mouvement brusque et de n’être en aucun cas violent qu’importe ce qu’il pourrait se passer. En sa qualité de tour, il est resté campé sur mes ordres et les a appliqué à la lettre.
Les choses étaient à présent bien plus simples. Une partie du plan de Tsumei n’avait même pas à être dévoilée, tant la réponse de l’Intendant de Konoha avait été odieuse. Tant mieux, d’un côté. Malheureusement, d’un autre, ou plutôt pour les innocents qui avaient souffert…
    Mais comme je vous l’ai dit, Sabakyô Seitô est arrogant, il s’est rendu lui-même au Temple de Kyûbi. Et face au sang-froid de mes shinobis, il a tenté de les réduire au silence avec des gaz, blessant voire même tuant tous les innocents à l’intérieur de l’édifice. Vous comprenez déjà ce que je vais vous demander…
Il pointa son regard azur sur celui de la dame.
    Inspectez cet endroit de la mémoire de Seki Hasaki, et vérifiez ce qu’il a vu et vécu. Pour vous remercier de votre gratitude, et pour vous montrer que je serai prêt à m’allier à nouveau avec Konoha une fois que Sabakyô Seitô sera écarté du pouvoir, je partagerai avec vous une information sur les Furyous que vous ne disposez pas. Vous pourrez vérifier si je mens vu que c’est apparemment dans vos cordes.
Tsumei soupira, et prit la reine et le pion, et les plaça devant le roi.
    Grâce au pion que je suis et à ma tour, vous la reine, vous êtes désormais capable de mettre le roi…
Tout en baissant ses yeux, il retourna la pièce du roi. Sabakyô Seitô… c’était enfin terminé.
    … échec et mat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Dim 5 Oct 2014 - 22:02

Une chose est sure, le Karasu ne semblait pas s’attendre à de telle déclaration de la Dame. En même temps, il est tout à fait normal de croire que le village entier soutient les actions du Sabakyô puisque personne ne semble se mettre entre sa route. Du moins, pas directement. Meia, elle lui a fait clairement comprendre son point de vue dans une lettre et elle sait très bien que sa collègue Miko, en pense quasi autant. Or, avoir deux membres de la Racine à dos n’est vraiment pas une bonne chose. Avec les membres de cette unité spéciale secrète, un assassinat est si vite arrivé… et nul doute qu’avec les dons de la Dame, le faire passer pour un suicide est d’une simplicité monstre.

Dégustant son café, la rousse écoute les réponses de son interlocuteur en les analysants mot à mot. Sur le premier point, il n’a pas vraiment tort… Elle n’a pas encore assez d’éléments pour vraiment faire de Seitô un personnage mauvais aux yeux du village. Heureusement, au vu de son titre, elle n’a nullement besoin de cela. Elle et les membres de la Racine sont des électrons libres qui n’ont pas peur d’user de grand moyen pour arriver à leurs fins. Une finalité qui va toujours dans le sens du village, contrairement aux actions de l’homme au gaz.

La suite du discours porté par le Raikage semble être plus intéressante. Une chose est sure, Tsumei a bien cerné le personnage qu’est Seitô et sait déjà comment le contrer, lui et sa politique instable. En soi, elle en était arrivée à la même conclusion que lui si jamais elle veut le faire tomber de façon officielle… Mais une petite remarque change tout. Ils travaillent en ce moment même à l’obtention de ces preuves accablantes ? Que veut-il dire par là ? Est-ce un rapport avec cet enfermement ? Tant de questions qui restent une nouvelle fois sans réponse. Quoique pas complètement. Une personne surnommée par la tour va faire son arrivée demain matin. Une personne qui semble avoir une importance capitale. Voilà qui pique au vif la curiosité de la Dame, suivant les explications en même temps que les gestes de l’ombre sur le jeu d’échecs.

Voilà qui clôture la discussion importante entre les deux protagonistes. Meia, elle, n’a pas rajouté un mot concernant cela et s’est ainsi que s’est poursuivie la nuit. Quelques regards, quelques discussions futiles, mais rien de bien important. Une fois le soleil levé, une seule question trône dans la tête de la Yamanaka : Qu’elle est la finalité de cette histoire ? Car plus le temps passe et plus elle se demande à quoi tout cela peut servir, ou encore si un jour elle rentrera à Konoha. L’utiliser comme prisonnière de guerre est une possibilité à ne pas écarter en effet…

Entendant quelqu’un frappé à la porte, son esprit sort d’un état de léthargie dû à la fatigue. La voilà plus que jamais aux aguets. Est-ce cette tour qui montre enfin le bout de son nez ? En tout cas, ce n’est pas maintenant qu’elle va le savoir puisque l’ombre sort de la pièce, histoire de s’entretenir avec quelqu’un. Seule, elle repense à tout ce qui est en train de se passer et à ce que tout cela pourrait entraîner. Ah moins qu’elle ne mette son plan B concernant Seitô, la guerre semble inévitable entre les deux villages Shinobi. Un profond soupire se fraye un chemin à travers les lèvres de la rousse, alors que cette dernière se recoiffe tant bien que mal avec ses mains. Ils entrent.

Seki Hasaki. Un petit rire se fait entendre dans la salle alors qu’ils s’avancent jusqu’à elle. Ce fameux conseiller aussi peu diplomate que Miko… Si elle s’attendait à voir quelqu’un d’extraordinaire, elle est clairement déçue. Il faut dire que le peu qu’elle connaît de lui n’est pas très très glorieux. Le voilà en plus qui se présente alors qu’eux deux se connaissent déjà. Une perte de mémoire toucherait donc le chef du clan Seki… voilà qui est plutôt intéressante pour une Yamanaka. C’est donc en premier temps à lui qu’elle s’adresse, affichant un sourire plus amusé qu’autre chose.

- Nous nous sommes déjà rencontré, conseiller. Inutile de sortir tous les titres et conformité. Je suis peut-être une grande fervente de la politesse, mais quand on m’enferme pendant une nuit entière sans m’expliquer vraiment le pourquoi du comment, je dois vous avouer que ma patience arrive à ses limites. La seule présentation que je vous ferai sera donc celle se trouvant dans votre mémoire, apparemment défaillante.

Voilà qui est plutôt clair. Il faut dire que ses nerfs sont légèrement à vif en ce moment et qu’il fallait bien qu’elle se défoule. Autant que ce soit sur lui plutôt que l’ombre non ? Maintenant qu’elle s’est calmé les nerfs, elle peut tranquillement écouter l’explication que le Raikage a à lui offrir, tout en terminant une énième tasse de café.
Même si le début des explications semble irritant pour une pro-konohajin, elle se contente de ne pas juger trop vite. Certes c’est une provocation de la part de Kumo, mais cela reste très bien pensé par le Raikage. Une action maligne qu’il faut lui reconnaître. Cependant, c’est en entendant comment Konoha a répondu que son sang ne fait qu’un tour. Ne pouvant contenir sa colère déjà bien présente, c’est sa tasse qui en fait les frais. Purement et simplement brisé par la poigne de la Dame qui ne peut s’empêcher d’afficher une expression de haine profonde.

- Quel con.

Sa réflexion s’emballe immédiatement. Répondre de la sorte montre bien la connerie pure et simple de ce pseudo nationaliste. Qu’il ait voulu les réduire au silence passe encore, Meia aurait peut-être opté elle aussi pour cette option… Mais échoué… Ça elle ne le digère pas. En tant que membre de la Racine, elle sait très bien que quand on décide de prendre des risques, on a intérêt de ne pas foirer. Or, il a échoué et contrairement à un membre de la Racine, c’est bien tout le village qui est mis en cause. Cet homme ne mérite même plus le titre de Konohajin aux yeux de la Dame, c’est maintenant une chose certaine.

Essayant de se concentrer un minimum, elle écoute la suite du discours de Tsumei. Rêve-t-elle où il vient à peu près de proposer le plan B qu’elle avait pensé et imaginé ? Non, c’est exactement cela. Faire tomber Seitô et lui faire assumer ses erreurs politiques pour au final, régler tous les problèmes. De plus, l’ombre de la foudre lui propose une information sur les Furyou en échange afin de prouver sa confiance. C’est donc après avoir respiré un bon coup qu’elle prend la parole d’un ton neutre.

- J’aime votre façon de voir les choses Raikage… Disons que nous avons eu à peu près des idées similaires sur ce coup. Si vous m’aviez expliqué cela dès le début, tout aurait été plus simple d’ailleurs…

S’allier avec un ancien allié pour faire tomber un tyran et rétablir l’ordre. Voilà qui résume à peu près la situation de Meia. Se concentrant brièvement sur le Seki, elle use de son chakra afin de lire dans sa mémoire, se focalisant sur les derniers évènements. En l’espace d’un instant, elle fait face à la situation directement. Il dit donc vraie. Notre cher Sabakyô vient donc de sceller à jamais son sort. Après tout, Meia l’a bien prévenu dans sa lettre non ? Encore une action de ce genre et elle s’occuperait de son cas.

- La solution la plus simple et la plus efficace semble être juste en face de nous en effet. Renversé le roi et tout sera réglé. J’aime le principe. N’ayez donc aucun doute sur le fait que j’accepte votre proposition avec plaisir.

La voilà donc à jamais lié à une affaire de pseudo coup d'État envers l’ancien intendant. La suite promet donc d’être intéressante et son retour au village plus que mouvementé… Et dire que le pauvre Onpu va devoir faire face à une véritable guerre entre deux piliers du village…

- Je suppose que vous avez déjà des idées concernant la suite des choses... Je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Dim 5 Oct 2014 - 23:00

La nuit ne semblait pas avoir fait un grand bien à la jeune femme. Une impression rapidement confirmée par les paroles prononcées par cette dernière envers le Seki. Ils s’étaient déjà rencontrés apparemment, et il était vrai que Hasaki n’avait pas fait preuve d’une grande courtoisie ni politesse lors de sa première venue à Konoha. Même si cela avait aidé le Raïkage dans son plan, il ne fallait pas oublier que certaines choses devaient être prises en compte, voire corrigées. Mais la suite fut bien plus intéressante. La réaction pure et dure de quelqu’un qui perdit la raison un court instant. Une grossièreté qui ne pouvait être feinte. Non, Tsumei ne pouvait pas croire qu’il avait en face de lui quelqu’un qui jouait la comédie. Elle était véritablement contre l’Intendant, et prête à le renverser de n’importe quelle manière.

Tout aurait été simple s’il lui avait expliqué les choses directement, oui mais comment aurait-il pu savoir dans quel camp était véritablement la Yamanaka ? Sans s’attarder sur cette question, il regarda attentivement la kunoïchi s’exécuter et fouiller le compartiment de la mémoire du Seki. Elle avait comprit, et ce fut avec un certain soulagement que Tsumei regarda la jeune femme comprendre et approuver la mise en échec du « roi ».

Alors qu’il regardait sa tasse de café vide depuis longtemps, la jeune femme se demanda jusqu’où il était allé, et même s’il n’avait pas déjà prévu la suite des opérations ? Elle parlait sans nul doute de la façon dont Sabakyô Seitô allait être écarté du pouvoir qu’il avait à Konoha.
    Oh, je pense que j’ai déjà assez agi sur vos terres à ma guise. Maintenant que vous avez des preuves irréfutables, je vous laisse le soin de gérer l’affaire comme vous l’entendez, sans rien exiger. Au contraire, je m’excuse des quelques péripéties que j’ai pu faire ou ordonner, même si le résultat en valait la peine.
Il était un peu surpris de la question. Même si son plan avait eu du succès et s’était plus ou moins montré complet, il n’avait pas inculqué quelque-chose pour régler le cas Seitô lui-même. A vrai dire pour lui, le cas était déjà réglé. Un commando, une tentative d’assassinat, un emprisonnement… toutes les solutions étaient envisageables. Mais rien ne pouvait être fait ou ne valait une preuve irréfutable.
    Je suis persuadé que Konoha compte de nombreux shinobis qui partagent votre opinion et qui seront prêts à vous aider. Je connais bien le Hokage, et je pense que vous devriez aller le voir en premier. Moi, ainsi que Kumo, nous n’avons fait qu’aider un village qui est resté notre allié, et nous l’avons également fait dans l’optique d’avoir le plus d’informations et de plans d’action pour contrer la menace des Furyous. Une fois que Sabakyô Seitô sera écarté du pouvoir, je reviendrai négocier et échanger avec votre village toutes les informations dont nous disposons.
Son regard bascula sur les pièces d’échec, et plus particulièrement sur celle de la reine. Il se retint de soupirer.
    Mais pour me faire pardonner de la longue attente que je vous ai infligée, et pour vous remercier de ce que vous avez fait et ferez, laissez-moi mettre à votre disposition quelques Kumojins pour vous escorter lorsque vous rentrerez. Et laissez-moi honorer ma parole en vous divulguant une première information sur les Furyous. Préférez-vous que je vous parle des Serviteurs, ou des Furyous de l’armée ?
Il avait tout fait pour que l’entrevue sur termine du mieux possible. Et contrairement à Seitô, jamais Tsumei n’avait considéré que c’était dangereux de partager des informations avec un village shinobi étranger, surtout lorsqu’il était un allié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Mar 7 Oct 2014 - 17:00

Il faut dire que la Dame a mis beaucoup d’espoir sur le plan du Raikage et elle ne s’attendait pas ce qu’il lui laisse le reste des opérations. Tout ceci n’avait donc pour but que cela ? Voilà qui est plutôt logique, même si elle s’attendait à quelque chose de plus… impressionnant. Surtout qu’elle aurait de toute façon agi dans ce sens-là dans tous les cas. Alors qu’elle pensait s’attirer les faveurs de Kumo après s’être occupé de Seitô, le Raikage les lui a donnés avant, garantissant le résultat. Une chose qui ne peut que pousser la Yamanaka à mettre son plan à exécution. Enfin, faudrait-il qu’elle ait en premier temps un plan définitif…

Affichant un petit sourire face à la première pris de parole de l’ombre, elle profite des excuses qu’il lui présente. Une petite politesse qui ne peut que ravir Meia, alors que la pression retombe petit à petit. À croire que son retour à Konoha va se faire plus rapidement que prévu. D’ailleurs, selon l’ombre toujours, elle ferait mieux d’aller voir Onpu en premier, ce qu’elle comptait déjà faire. Quoique, de nombreux plans se succèdent dans son esprit. En premier temps, il faut savoir ce qu’elle va faire par rapport à Seitô… Le faire tomber du pouvoir dans les règles de l’art en menant une campagne contre lui ? Trop long. En parler avec les membres de la Racine et organiser une élimination discrète ? Trop subtile.

Non, il faut qu’elle s’occupe de lui comme il se doit et pour cela, un combat à mort s’impose. Il faut dire que la Dame est très confiante concernant sa force, voire même un peu trop confiante. Parmi ses combinaisons d’affinité et ses arcanes de l’esprit, elle reste l’un des éléments les plus dangereux du village, mais Seitô aussi. Nul doute qu’elle sera fixée sur la méthode à suivre après sa discussion avec l’Hokage, une personne qui ne peut définitivement pas concéder à la politique de Seitô. Dans tous les cas, même si Meia doit mourir dans cette opération, d’autres seront là pour contester Seitô. Notre chère Aburame préféré par exemple…

Se reconcentrant sur la situation actuelle, elle écoute la suite du discours de son nouvel allié tiquant sur certains points. Jetant un petit regard envers le conseiller, elle repose directement son regard sur celui de l’ombre quand ce dernier lui demande si elle préfère une information sur les Furyou, ou sur les serviteurs. Autant vous dire que son sang n’a fait qu’un tour et qu’elle a bien failli dire immédiatement Serviteur. Or, il lui faut un peu plus de réflexion qu’une demi-seconde, histoire de bien se fixer. Pourtant, en pesant les deux options, celle des serviteurs semblent la plus appropriée. Après tout, si leur plan fonctionne, elle aura les autres informations après, quand ils seront de nouveau alliés. Se débarrasser, de ce fameux F est primordial pour que cela n'interfère pas dans cette histoire de roi et reine. Il suffit qu’il voit cette marque pour qu’elle perde toute crédibilité et influence au sein de Konoha…

- J’apprécie votre initiative Raikage… mais avoir une escorte ne sera peut-être pas très apprécié par mon village au vu des tensions actuelles. Ma coéquipière me suffit largement pour être honnête.

Voilà un point qui méritait d’être éclaircie. Attirer l’attention avec une escorte est bien la dernière chose qu’elle désire et, il faut l’avouer, peu de personnes peuvent prétendre être meilleure garde du corps que Miko.

- Et en ce qui concerne la fameuse information, je serais plus intéressée par celle des serviteurs pour l'instant.

Passant une main dans ses cheveux flamboyants, la Dame ne peut s’empêcher de bouillonner d’impatience. Si l’ombre lui révèle comment se débarrasser de cette marque, l’un de ses fardeaux sera enfin libéré. Il ne lui restera donc plus que Seitô, et sa fille… Natsumi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 18 Oct 2014 - 11:43

Elle appréciait mais elle n’acceptait pas pour autant. Stipulant des tensions entre le village de Konoha et celui du Raïkage, ce dernier avait bien saisi que malgré sa bêtise, Sabakyô Seitô était un homme influant pour le village qu’il avait fait mine de défendre. Si personne hormis lui ne pouvait réellement savoir jusqu’à quel point il avait rallié des hommes à sa « cause », le Karasu ne doutait pas qu’il serait facile pour les forces de la Feuille et pour Myakudou Onpu d’écarter définitivement le fautif du pouvoir, et même du village tout entier. Mais la sentence à infliger ne dépendrait que de l’Hokage. Le travail du Raïkage et de Kumo était désormais terminé. Enfin presque…

Les Serviteurs donc ? Tsumei n’avait pas grand-chose à dire, d’un point de vue quantitatif, mais c’était tout l’inverse du côté qualitatif : en effet il disposait d’une arme de poids pour retourner bon nombre de Serviteurs qui pourraient regretter leur choix. Et de fait, c’était également une arme pour évincer la propagande de l’armée des Furyous.
    Les Serviteurs ? Bien. Je vous permets de sonder mon chakra pour savoir si je mens durant ma prochaine phrase.
C’était nécessaire afin de respecter des termes de confiance et d’intégrité. De plus, l’homme avait parlé assez fort pour se faire entendre des quelques shinobis qui, dans les couloirs, surveillaient via techniques sensorielles le bureau ainsi que ses trois occupants.
    Se trancher le membre sur lequel est gravé le fameux « F » semble permettre de retirer son influence et enlève à l’intéressé le fait d’être un Serviteur.
Il s’arrêta, et attendit une petite minute pour bien faire comprendre qu’il n’avait plus rien à dire à ce sujet. Désormais, il était temps de conclure cette péripétie et de laisser la Konohajin penser à l’avenir. Mais le danger était encore présent.
    Les Furyous doivent être notre priorité, Sabakyô Seitô nous a tous retardé, aussi il faudra agir rapidement à son propos. Faites savoir à votre Hokage que nous lui proposons à nouveau une alliance dans les mêmes termes que celle qui précédait l’arrivée de l’Intendant. Nous lui apporterons toute l’aide nécessaire pour que Konoha soit lavé de toute la moisissure que le Sabakyô a pu causer. Et bien entendu, puisque c’est un homme de votre village et que sa sentence vous appartient…
De son unique bras, Tsumei regarda le fond de sa tasse de café, vide.
    … si jamais il vous échappe ou qu’il est chassé de Konoha, il sera ciblé par mon village comme un criminel.
Il reposa la tasse, se leva et jeta un rapide coup d’œil à Seki Hasaki. Puis il esquissa un sourire à la dame de la Feuille.
    Comme je vous l’ai dis, vous pouvez avoir une équipe pour vous escorter. Les papiers de l’alliance seront envoyés une fois que je saurai que vous serez bien arrivée. Merci pour tout, Yamanaka Meia, j’espère vous revoir très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre de la Racine et Chef Yamanaka
Messages : 925
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Politesse et bonnes manières [Tsumei] Sam 18 Oct 2014 - 22:35

La révélation à l’effet d’une bombe dans l’esprit de la Dame. Alors que le Raikage lui laisse un petit temps pour tout comprendre, elle, se contente de ferme brièvement les yeux tout en esquissant un sourire. Elle ne peut s’empêcher de lâcher un petit rire amusé. Elle va donc devoir le faire. Quand Sa Majesté lui a gravé cette lettre, la première chose qu’elle a voulu faire, c’est de se couper le bras. Or, ne sachant pas si cela réglerait le problème, elle n’a pas osé le faire. Perdre un bras pour un Shinobi, c’est plutôt cher payé quand on ne sait pas si l’effet sera au rendez-vous. Cependant, avec l'information délivrée par le Raikage, elle sait maintenant que se sectionner le membre la libérera de tout cela. Voilà un problème de réglé alors qu’il ne faisait que de s’accumuler depuis un petit moment. Une bonne nouvelle parmi toutes les mauvaises… Normal qu’elle soit satisfaite non ?

- Voilà quelque chose de très intéressant…

La suite du discours du Raikage ne semble être qu’un rappel de ce qui a été dit jusque-là. Comme convenu, une fois la menace Seitô écarté du pouvoir, l’alliance pourra de nouveau être rétablie. Pourtant, l’ombre de la foudre ajoute une petite remarque plus que nécessaire. Si jamais le Sabakyô venait à s’échapper ou à être chassé, Kumo le considérera naturellement comme un criminel. Voilà une chose qui ne peut que ravir la Yamanaka. Jusque-là, tout semble aller dans son sens. Tout s’enchaîne tellement bien qu’elle commence à croire qu’une chose va arriver pour casser ce début de solution. Notre cher Meia est devenu pessimiste on dirait…

- Ce fut un véritable plaisir de faire affaire avec vous Raikage. J’espère, bien évidemment, pouvoir vous contacter sous peu pour vous annoncer une bonne nouvelle.

Se levant de sa chaise qu’elle avait squattée pendant presque toute la nuit, la Yamanaka pousse un profond soupir de soulagement. Elle finit alors par s’incliner légèrement en direction de ses deux interlocuteurs par politesse avant de se diriger vers la sortie. L'entretient entre l'ombre et la Dame se termine enfin. Il est temps pour elle de retrouver son village, sa famille et nul doute que les choses vont beaucoup bouger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Politesse et bonnes manières [Tsumei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Palais du Raïkage-