N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Ven 10 Oct 2014 - 0:29

La surveillance du Pays du Feu, et de son immense forêt. C'était un travail minutieux, long et de grande envergure, indispensable à l'intégrité et à la sécurité du village caché de la feuille. Et malgré toutes mes dispositions prisent lors de mon passage au titre d'intendant de Konoha, les coupe-jarrets et autres bandits n'avaient pas disparût. À croire qu'il n'apprenait jamais rien, ou qu'il ne voulait rien retenir, c'était deux hypothèses probables...

Les missions, l'Intendance puis l'ANBU... Depuis que ma vie de Ninja avait commencé, beaucoup de choses avaient changé, évoluées. Mais ma conviction restait intacte, preuve de sa fiabilité. Depuis toujours, l'éthique que je suivais ne m'avait jamais fait défaut. J'avais réussi là où d'autres avaient échoué. Je faisais preuve de constance, de rigueur, et apportais des résultats bien plus supérieurs que la moyenne.

Au final, Kumo, Seki Hasaki, Seki Zennosuke, Karasu Tsumeï, Yamanaka Meïa, Hayashi Raito, et tous ces gens incapables, trop satisfaites de leurs positions actuelles à la vision idéaliste, avaient perdu tout sens de la réalité. S'ils apportaient des hypothèses contre les menaces extérieures, j'apportais des solutions concrètes, et les mettais en action. Ils avaient simplement peur. Peur d'aller jusqu'au bout de leurs actes. Peur d'assumer et d'agir, dans le but d'en sauver un maximum. Oui, mes solutions demandaient des sacrifices, et apporteraient son lot de mort, et d'atrocité. Mais au final, il y avait une chance de voir quelques-uns survivres. Alors qu'eux pensaient encore avoir la possibilité de sauver tout le monde, j'avais depuis mon entrevue avec le Raikage, supprimé cette possibilité. Ils s'étaient ramollis, affaiblis. Ils n'avaient même pas combattu qu'ils avaient perdu d'avance. Non, dès que j'avais vu l'attitude démagogue du Raikage et de ses conseillers, j'avais compris que la coalition de toutes les puissances Ninja n'allait jamais avoir lieu.

Soudainement, une agitation extérieure me fit sortir de mes songes. À moins de 100 mètres devants moi, se tenait quatre à cinq bandits, agressant une femme munie comme unique arme d'un bâton. M'avançant rapidement, j'arrivais proche de la scène avant de comprendre que cette victime me disait quelque chose... Oui. Cette femme était une des personnes les plus pures de ce monde. Myouga Nozomi... Une Ninja médecin. Cela devait faire presque 3 ans que je ne l'avais pas vus. Elle avait grandi, tout comme moi. De cette charmante adolescente, elle était devenue une belle et jeune femme.

Je me souvenais encore de son histoire. C'était une des rencontres marquantes que l'on n'oublie jamais. Au fond, je ne pensais pas la revoir un jour. Était-ce le destin que je la croise pour la protéger une nouvelle fois alors que toutes ces joues pour moi ? Je n'étais pas dupe. Je savais que j'avais joué à un jeu dangereux, et que c'était quitte ou double. Et dans ce flou artistique dans lequel je vivais, j'avais revu la première fois depuis longtemps cette jeune femme dévouée à son travail de médecin Ninja... Et ceux, pour le meilleur et pour le pire. Et c'était justement ça qui me faisais croire que Nozomi était une des femmes les plus pures de ce monde.

Envoyant un Kunaï entre les deux protagonistes, j'activais mon sceau du Hiraishin avant d'apparaître juste devant Nozomi. D'un ton neutre, je laissais échapper une nouvelle fois cette phrase :

    « Nozomi... Restez derrière moi et ne regardez pas. Faites-moi confiance, tout ceci sera rapide... »


Depuis notre dernière rencontre, j'avais énormément progressé. Un abîme séparait mon ancien niveau de celui actuel, sans quoi je serai depuis longtemps mort. Et ce n'était pas trois simples bandits qui allaient changer quelque chose... Envoyant une dizaine de Kunaï, je me téléportais, avant d'envoyer une valse d'éclair et de libérer un gaz venimeux paralysant. Suivis de quoi, j'effectuais un combos rapide de Taïjutsu les mettant définitivement hors d'état de nuire. En moins de dix secondes, tout était finis.

Me retournant vers Nozomi, je la regardais avec intensité...

    « Cela faisait longtemps, Nozomi... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1361
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Lun 13 Oct 2014 - 18:29



La jeune femme venait de quitter Jackal ainsi que son restaurant. Elle se rendait désormais chez elle, si l'on pouvait appeler cela comme ça. Ce n'était plus qu'une maison en ruines. Mais c'était l'un de ses seuls repères. Et surtout, elle y retrouvait régulièrement son père. Elle savait qu'en se rendant là bas elle avait de fortes chances de le voir. Elle était partie à la recherche de quelques indices sur cet homme mais n'avait toujours rien trouvé. Elle ne s'attendait pas à en trouver aussi facilement, après tout. Son père était à sa recherche depuis plus de quinze ans. Elle n'avait que peu de chances de trouver sa trace en quelques mois. Peut-être même qu'il était déjà mort. Mais elle ne baissait pas les bras pour autant.

Drapée dans son long manteau rouge passé par dessus ses vêtements habituels, Nozomi marchait sur le chemin qui la mènerait à destination. Celui ci se trouvait dans une des nombreuses forêts situés à Hi no Kuni. Elle appréciait le calme qui y régnait. Puis l'errante bifurqua, quittant ainsi le sentier. Elle pénétra dans le cœur même de la foret. Tout n'était désormais plus que végétation, mais pourtant la jeune femme se repérait aisément. Elle avait un bon sens de l'orientation, acquis à force de voyages. Après quelques minutes de marche au travers des arbres, elle rencontra plusieurs personnes.

Des bandits. Des personnes que la vie avait blessés, et qui s'étaient tournés vers la facilité. Attaquer, tuer, dépouiller les innocents étaient devenus leurs occupations quotidiennes. C'était une solution tellement aisée. Plutôt que de travailler dur pour obtenir ce qu'ils désiraient, il le volaient aux honnêtes gens. Le petit groupe entoura rapidement la jeune femme. Certains avec un sourire en coin. Celle ci stoppa sa marche, et tourna la tête pour les observer tour à tour. Il y en avait un qui ne paraissait même pas encore adulte. Ils n'avaient pas l'air bien puissants, mais la jeune femme devait tout de même se méfier.


- "Laissez moi passer, s'il vous plait. Je ne vous veut aucun mal."

En vérité, c'était d'avantage un avertissement qu'une demande. Nozomi commençait déjà à former des signes, les mains cachées sous son manteau. Ils ne s'effacèrent pas, la menaçant même. La jeune femme haussa les épaules. Elle les aurait prévenus. Alors qu'elle allait leur lancer plusieurs éclairs, elle sentit quelque chose approcher. Ou plutôt quelqu'un. Et celui ci semblait bien plus puissant. Avaient-ils un chef? Voilà qui allait corser la chose. Elle allait devoir en finir rapidement avec eux avant qu'il n'arrive.

Ce chakra qui approchait lui semblait familier. C'était quelqu'un qu'elle avait déjà croisé. Ne pouvant pas contrôler ce qu'elle ressentait, elle n'avait aucune idée de qui ça pouvait être. Puis quelqu'un se posta devant elle. C'était un homme qui portait la tenue classique de shinobi. Elle ne voyait pas son visage car il lui tournait le dos. Vu leur position, il y avait de fortes chances que ce soit quelqu'un de Konoha. Cela se confirma lorsqu'il prit la parole. Ces paroles là, cette voix... Elle les reconnaissait. Lui. Sabakyô Seitô.

Elle avait beaucoup pensé à lui après leur mission qu'ils avaient faite ensemble, au cours de l'année huit. Puis il s'était peu à peu effacé de ses pensées, sans pour autant en sortir. Car elle s'était fait une promesse ce jour là, celle de trouver un remède à sa solitude. Elle n'avait pas encore trouvé de solution, mais continuait d'y travailler. Car en tant que médecin il était de son devoir d'aider les autres. Puis elle avait frôlé la mort. Et tandis que la lame de son père entaillait son cou, sa vie était passée devant elle. Et sa toute dernière pensée fut pour lui. Pour cet homme. Pourquoi? Elle n'en savait rien. Mais tout comme l'homme de la photo, il avait hanté son esprit depuis ce jour. Celui du cliché s'était révélé être son père. Quant à lui...

Il était enfin là, devant elle. A la protéger de nouveau. Elle sourit. Et le regarda combattre, laissant retomber ses bras le long de son corps. Elle n'aurait pas besoin de s'en occuper, finalement. Les mouvements du Sabakyô étaient rapides. Il était devenu encore plus fort qu'avant. Il faut dire que beaucoup de temps était passé. Elle avait entendu dire dans une auberge qu'il était devenu intendant. Que de chemin parcouru pour un ex prisonnier des geôles d’Âme. Il avait certainement dû travailler très dur pour en arriver là. Il devait aussi avoir beaucoup de responsabilités. Et pourtant il prenait encore le temps de la protéger, alors qu'elle n'était même pas de son village. La jeune femme appréciait ce dévouement pour les autres dont il faisait preuve. C'était de personnes comme lui dont le monde avait besoin.

Il avait aisément maitrisé les personnes la menaçant. Et il se tourna alors vers elle. Lui lançant ce regard là. Celui qui faisait battre la chamade à son cœur. Elle croyait qu'avec le temps, ça serait passé. Mais non, le revoir lui faisait revivre les mêmes émotions qu'il avait éveillées en elle ce jour là. Lorsqu'il lui avait conté son histoire autour de leur feu de camp. Il ajouta que cela faisait longtemps. Oui, trop longtemps à son goût. Mais il ne l'avait pas oubliée. Ce qui lui fit plus plaisir que de raison. Que lui avait-elle répondu, ce jour là?


- "Merci de m'avoir protégée, Seitô-sama. Je suis désolée, je ne suis pas très douée pour le combat..."

Après quoi, elle lui avait demandé son histoire, qu'il lui avait confié sans hésiter. Mais maintenant elle la connaissait. Alors...

- "Comment se porte le brouillard solitaire?"

Une question anodine, qui ne l'était peut-être pas tant venant d'un médecin. Et tandis qu'elle attendait sa réponse, la jeune femme se laissait volontiers perdre dans son regard qui la troublait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Mer 15 Oct 2014 - 23:46

Je la regardais, tout en souriant. Ce même sourire caché par un masque froid, mais mes yeux souriaient pour moi. En quelques instants, nous avions retranscrit la scène qu'il c'était passé, trois ans plus tôt.À La suite était d'autant plus surprenante, quand elle m'appela par mon surnom. Un vieux surnom, qui faisait autrefois ma réputation dans Ame. Peu de personnes en avaient probablement encore connaissance, hormis dans Ame... Mais cela devait faire une année et demie que l'on ne m'avait pas appelé comme ça.

    « Mieux que ces trois-là... »


Dis-je, en faisant référence au trois derrière nous. Il est vrai que j'étais en parfaite santé physique, mais il subsistait un chaos total au niveau de ma position par rapport à Konoha. J'étais déçu de l'attitude de certains de mon village, et dans une totale incompréhension par rapport à celui-ci. Et pour ne pas perdre de vue ce qui m'était important, j'avais dû ressortir des profondeurs de mon passé mon projet : Shôraizen.

Sans perdre un instant, je m'approchais d'elle, avant de l'enlacer d'une manière douce, mais suffisamment ferme pour faire ce que je souhaitais faire : l'éloigner de ces gens-là.

    « Ne restons pas ici... Accroche-toi bien. »


J'activais le Hiraishin. En un instant, nous étions déplacer dans les montagnes de Konoha. La vitesse était instantanée, mais j'avais pu sentir, malgré le masque, l'odeur de son parfum. De l'essence de rose ? C'était une odeur douce et à la fois enivrante. Desserrant mon étreinte, je me demandais combien cela faisait-il de temps que je n'avais pas enlacé quelqu'un ? J'étais incapable de le dire. Avais-je envie de la libérer une nouvelle fois ? C'était encore une énigme.

Mais peut importe ce que je ressentais, je n'avais qu'un seul droit et qu'un seul devoir : celui de mettre fin de cette étreinte. Elle n'avait pas duré longtemps, où peut-être trop longtemps ? C'était un sentiment partagé. Flou. Indescriptible. Pourquoi avais-je réfléchi à faire ce qu'il y avait de plus banale ? Une énième énigme. Mon souffle, quant à lui, était saccadé ? Étais-ce l'utilisation de l'Hiraishin ou autre chose ? Mystère. Cette douce personne, autour d'elle était nombres d'énigmes irrésolues.

Me séparant d'elle, j'allais m'asseoir au bord de la montagne, observant l'horizon. Une brise printanière s'éleva, devant la vision panoramique d'une partie de la forêt du feu, du Lac Tastu avec ses nombreux lotus blanc, et du village Hasu et ses champs de fleurs faisant la réputation de cette région. Une région paisible et calme. Loin des perturbations de la vie citadine. J'aimais ce calme, cette douceur printanière.

Et au fond, je savais que Nozomi l'aimerait aussi.

    « Et comment va Nozomi l'errante ? A-t-elle retrouvé son but qu'elle avait perdu, 3 ans plus tôt ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1361
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Jeu 16 Oct 2014 - 22:06

Le jeune homme répondit plus ou moins à sa question. Annonçant qu'il se portait mieux que les trois au sol. Mais il n'en dit pas d'avantage. Si elle avait cru qu'il se serait de nouveau confiée à elle, elle s'était trompée. La jeune femme en fut en peu déçue, mais tenta de ne rien laisser paraitre. Après tout, ils n'étaient rien l'un pour l'autre, et de plus il ne s'étaient pas vus depuis longtemps. Il avait beaucoup de responsabilités désormais. Il n'allait sans doute pas tarder à repartir maintenant qu'il l'avait sauvée de nouveau.

La jeune femme était bien loin du compte. Et c'est avec surprise qu'elle le vit s'approcher d'elle pour l'enlacer. Quand elle le vit faire, sa première envie fut de le repousser. La sauvageonne portait bien son surnom. Aucun homme ne l’approchait de si près! De la peur? Oui c'était cela. Mais quand ses mains se posèrent doucement dans son dos sa réaction fut toute autre. Un frisson la parcourut. Et le sentiment négatif qu'elle ressentait s’évanouit en un instant. Laissant place à une sensation de sécurité. Comme lorsqu'elle s'était endormie sur lui. Mais cette nuit là, quand elle s'était rapprochée de lui, il dormait. Alors que dans l'instant présent, il était bien réveillé. Et c'était lui qui était venu vers elle. Il l'invitait même à s'accrocher à lui. Comptait-il l'emmener ailleurs?

Nozomi passa timidement ses bras autour du cou du jeune homme. Ne sachant pas vraiment ce qu'il comptait faire. De plus, il ne lui avait pas dit grand chose, mais quelque chose avait attiré son attention dans ses paroles. Il l'avait tutoyée. A peine s'était-elle exécutée que le décor changea en un instant. Et elle le sentit desserrer son étreinte. Elle en fit alors de même, presque à regret. Elle qui avait eu peur de ce qu'il allait faire l'instant d'avant, voilà qu'elle était bien contradictoire. Il faut dire que Seitô représentait quelque chose qu'elle n'aimait pas vraiment: un shinobi de pouvoir. Ceux qui décidaient de qui devait vivre ou mourir. Ceux qui provoquaient les guerres.

Et pourtant... Elle avait apprécié cette étreinte. Et le jeune homme n'avait en rien profité de la situation. Ce qu'elle aimait grandement. Il l'avait même emmenée dans un autre endroit afin qu'ils puissent discuter tranquillement. Elle le regarda s'éloigner, et s'asseoir au bord... D'une montagne? Nozomi observa les alentours, puis s'approcha de lui. Et posa les yeux sur le paysage qui s'offrait à elle. L'errante avait parcouru bien des terres. Elle avait vu bien des choses. Mais elle n'avait jamais été dans un endroit tel que celui ci.

C'était magnifique.

Elle vint s'asseoir non loin de lui, le souffle coupé. Et se contenta d'observer le panorama, émerveillée. C'était la première fois qu'elle avait une vue d'ensemble de ce qu'elle parcourait habituellement à pieds. Le calme et la beauté régnaient sur les lieux. Peu avaient dû avoir la chance de venir ici. Et il venait gracieusement de lui offrir ce cadeau. En était-il conscient? La voix du shinobi brisa le silence. Lui demandant si elle avait trouvé son but. Elle baissa les yeux, gênée. La seule voie qu'elle suivait désormais, était celle de la vengeance. Devait-elle lui dire? Posant de nouveau son regard sur l'immensité devant elle, elle entreprit de lui répondre.


- "Plus ou moins. Disons que j'ai adopté la voie de quelqu'un d'autre."

Puis elle le regarda, et ses yeux scintillaient de joie. Son visage s'illumina.

- "J'ai retrouvé mon père, Seitô-kun! Il est vivant!"

Elle pouvait enfin parler de ces retrouvailles à quelqu'un. Et ne s'en priva pas. Elle lâcha son regard et observa l'horizon. Elle poursuivit d'un ton plus grave, mais le sourire ne s'effaçait pas.

- "Nous avons quinze ans à rattraper, nous sommes devenus des étrangers l'un pour l'autre. Mais je suis heureuse d'avoir quelqu'un de mon sang en vie."

Même si son père n'était plus que vengeance. Pourraient-ils seulement devenir complices un jour?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Dim 19 Oct 2014 - 3:39

Adopter la voie de quelqu'un d'autre... Étais-je arrivé trop tard ? Peut-être oui, peut-être non. Seule cette femme avait la réponse. Elle avait donc pris le chemin de quelqu'un d'autre, à défaut de trouver le sien. Nozomi était une femme d'exception. Devais-je laisser une femme d'exception sur un chemin qui ne la mérite pas ? Je n'en avais aucune idée. Mais la suite des évènements m'aiguiller sur le pourquoi du comment...

Quand elle parla de son père, ses yeux auparavant baissés, changèrent de direction et elle me regarda. Avec ce regard plein d'espoir, comme pour se pardonner d'avoir choisis une voie qui n'était pas la sienne. Était-ce cela, la voie qu'elle avait choisis ? Celle de son père qu'elle pensait perdu ? C'était probable... Mais en vallait il la peine ? C'était là toute la question...

Son attitude changea ensuite, la réalité semblant la rappelée à l'ordre. Prenant un air grave dans sa voix pourtant si douce, et regardant l'horizon, comme cherchant une réponse... Peut-être était temps de lui dire pourquoi je n'avais pas arrêté les trois bandits pour Konoha ? Un simple détail qui avait son importance. Konoha était en passe de me trahir.

    « Le temps et la patience feront sont affaire avec ton père... Nous ne nous sommes pas vus depuis 3 ans, et pourtant, nous voici encore ici, à nous dire ce que personne ne sait... »


Je la regardais avec un regard qui souriait pour moi... Mais je repensais à ce qu'elle ne savait pas, et il était temps de lui dire...

    « Nozomi... »


Je prenais un air plutôt grave... Cet air qui revient à toutes celles des révélations fâcheuses. Cet air mystique que tout le monde prenait avant de révéler une chose, sans savoir la réaction que cela allait provoquer.

    « Konoha est en passe de me trahir. Bientôt, je ne serai plus shinobi de la feuille »


J'avais lâché la bombe. Oui, au fond, je savais que Konoha allais me trahir...

    « A cause des manipulations des Kage, et d'autres Ninjas influants, je me rend compte de mon erreur. J'ai placé tant d'espoir dans un village qui, au final, se retourne contre moi et qui est en passe de me sacrifier... »


Je la regardais avec intensité...

    « J'ai vu de mes yeux ce que les Shinobi actuels font au monde. Les soit disant puissant usent de leurs pouvoir afin de s'approprier la vie et la liberté de ceux qui les servent. Le Shôraizen est une organisation que j'ai fondé, qui combat pour la liberté et notre propre définition du Ninja... »


J'en venais au moment fatidique...

    « Je me souviens de ton histoire et de celui du clan Myouga... Ton ancien idéal, s'il est toujours le même, concorde avec le nôtre. Tes capacités médicales couplées à la personne que tu es nous permettront d'atteindre un objectif. Je souhaite que tu rejoignes ce projet, afin de rénover ce monde qui se fait tant défaut, et d'y inscrire notre idéal. »


Je faisais silence. Était-ce par hasard que j'étais tombé sur elle au pays du feu ? Non. Il y avait une force bien plus grande qui était en œuvre, bien que j'ignorais encore de quoi il s'agissait...

    « J'ai besoin de toi, Nozomi, et même si tu as calqué ton but sur quelqu'un d'autre... J'aimerais que ce quelqu'un soit moi... Quand dis-tu ? Me rejoindras-tu pour rendre ce monde enfin libre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1361
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Dim 19 Oct 2014 - 15:30

L'errante laissait porter son regard sur l'horizon. Elle écouta la réponse de Seitô, concernant son père. Le temps et la patience... Ils avaient déjà perdu quinze années. Combien encore avant d'avoir des liens normaux de père et fille? Y arriveraient-ils seulement un jour? Il ajouta ensuite une phrase assez énigmatique. Oui, ils étaient pourtant là tous les deux. A se dire ce que personne ne savait... Il était le seul à qui elle avait raconté son histoire en entier. Et il était maintenant le seul à savoir qu'elle avait retrouvé son père. Avec lui c'était tellement... Facile. Elle se sentait bien à ses côtés. Sur le toit du monde.

Il l’appela et elle se retourna pour le regarder. Il semblait avoir quelque chose de grave à lui dire. L'errante s'attendait à tout, mais certainement pas à ça. La surprise se lut aisément sur le visage de la jeune femme. Un village trahissait un de ses propres shinobis? Mais comment? Pourquoi? N'était-il pas intendant? La suite était encore pire. Le sacrifier? Elle n'en croyait pas ses oreilles! Comment un village pourrait sacrifier un de ses propres membres? Elle croyait que c'était des endroits où les ninjas s'y sentaient bien. Où ils veillaient les uns sur les autres. Et elle lâcha malgré elle une phrase. Qu'elle avait déjà dite également à l'époque.


- "Satanés shinobis!"

Ce monde était encore pire que ce qu'elle croyait. Ils ne sacrifiaient pas seulement les civils, mais aussi leurs propres soldats... L'homme en face d'elle poursuivit son explication. Allait-il se faire tuer, alors qu'elle venait de le retrouver lui aussi? Il semblait déçu. Il avait mit toute sa confiance en Konoha, et il était trahi. C'était bien le mot, trahi. Il lui donna une explication sur les puissants. Quelque chose qu'elle avait compris depuis bien longtemps. Ils usaient de leur pouvoir afin de s'approprier le droit de vie ou de mort. Mais sur leurs shinobis également! Pas seulement sur les civils!

Puis il en vint à parler d'autre chose. Shoraizen. Une organisation qui combattait pour la liberté? La sauvageonne continua patiemment de l'écouter, visiblement intéressée. Il en venait d'ailleurs à elle. Lui disant que son ancien idéal concordait avec le sien. Non pas le sien. Il avait dit, le "notre". Ses capacités de soin, ainsi que... La personne qu'elle était? La jeune femme baissa les yeux de nouveau. Savait-il vraiment ce qu'elle était, au fond? Se doutait-il de ce qu'elle cachait? Il ne devait certainement pas voir cela. Il se faisait des fausses idées sur elle.

Il lui proposa de le rejoindre. Pour "rénover le monde". Puis il se tut et la jeune femme ne sut pas vraiment quelle réaction avoir. Elle se contenta d'observer le paysage, d'apparence calme. Alors qu'à l'intérieur elle se posait mille et une questions. Il reprit la parole et elle se sentit rougir, tandis que son cœur battait de nouveau la chamade. Il avait besoin d'elle? Il lui proposait d'être à ses côtés. Un avenir avec lui? C'était si soudain. Mais attirant. Le rejoindre pour faire un monde libre... Il lui proposait de construire. Alors que la voie se son père était de détruire. Quelque chose qui ne lui allait pas. Elle prit la parole, d'une voix hésitante.


- "Seitô-kun... Je..."

Quoi lui répondre? Il fallait d'abord l'éclairer sur qui elle était vraiment. Elle prit une grande inspiration, et planta son regard dans le sien.

- "Un jour, alors que j'étais dans le désert du pays du vent, j'ai rencontré un homme. Celui-ci s'est présenté à moi comme étant un anarchiste, un traitre et un tueur."

Oui, elle parlait de Katano Yusuke. Ils semblaient différents sur bien des points, et pourtant...

- "Nous avons discuté un peu. Et au moment de se séparer, il m'a proposé de le rejoindre. Ou plutôt, il m'a proposé de l'aide. Pour m'aider à contrôler cette chose au fond de moi contre laquelle je lutte. Je lui ai menti, en disant que je ne savais pas de quoi il parlait. Mais... Il avait vu juste. Puisqu'il a la même chose. La haine, Seitô-kun. La sienne, il l'a acceptée. Et moi... Elle me fait peur."

Elle baissa de nouveau les yeux.

- "Le monde shinobi, je le hais. Il m'a tout prit. Alors quand mon père m'a proposé de faire éclater cette haine..."

Elle leva son poing devant elle, cachant le paysage. Lui cachant la vue sur le monde qui l'entourait.

- "En pourchassant celui qui a détruit notre famille, j'ai accepté. Parce que j'avais quelqu'un à mes côtés qui me comprenait. Et parce que j'étais contente d'avoir un point commun avec lui. Mais toi..."

Elle ouvrit le poing, et alors le lac sembla se poser dans sa paume. Comme si elle tenait le monde entre ses mains.

- "Tu arrives de nulle part, et tu me proposes tout autre chose. La construction d'un monde meilleur. Tout ce dont j'ai toujours rêvé."

Elle baissa le bras et le regarda de nouveau.

- "Si tu acceptes ce que je suis vraiment, et que tu m'aides à changer cette haine en autre chose. Alors je..."

Elle s'arrêta un peu. Puis reprit, et annonça d'une traite.

- "Alors je suis prête à te rejoindre. Dis-moi en d'avantage sur Shôraizen, s'il te plait. Parle moi de cet avenir à tes côtés, Seitô-kun."

Il arrivait avant qu'il ne soit trop tard. Avant qu'elle ne commette l’irréparable. Et ne se perde à jamais. Oui, le hasard fait bien les choses. Mais était-ce vraiment dû au hasard?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Lun 20 Oct 2014 - 0:15

Je l'observais, écoutant attentivement la moindre de ses paroles. Elle parlait de plusieurs rencontres, une dans le désert avec un Homme lui proposant de l'aider. Mais a quel sujet ? J'allais le savoir. Elle lui avait menti, se protégeant ainsi de ce qui lui semblait être un traître, un tueur, et un anarchiste. Mais de quoi avait-elle à mentir ?

De sa haine. Brûlante et dévorante. Ainsi, le monde était encore soumis à ce fléau de haine destructrice et passionnelle. Son père lui-même était encore soumis à cette haine, essayant d'emporter sa fille avec lui dans un cycle de vengeance. À l'intérieur de celle-ci, je me reconnaissais. Car moi aussi, j'avais ressenti cette haine profonde, ne laissant que l'obscurité comme amie... Mais j'avais réussi à comprendre les ténèbres les plus profonds... Et c'est parce que je connaissais si bien ce sentiment que j'arrivais à le combattre.

    « Qu'une personne ait un sentiment de haine quand quelqu'un la blesse, et qu'elle souhaite se venger est le cycle naturel des choses. Qui ne voudrai pas détruire celui qui l'a touché ? Moi-même, j'en ai longtemps voulu à Ame pour ce qu'il m'avait fait subir, à moi et à mon clan. »


Je plongeais mes yeux dans les siens...

    « Que tu possèdes cette haine et que tu luttes encore contre elle, que tu essayes de lui échapper montre que tu es une femme puissante et enviable. Une femme à laquelle je donnerai ma vie pour la protéger si nécessaire, car tu incarnes tout le pourquoi de mon combat et de mon existence. Voilà ce que tu es à mes yeux, Myouga Nozomi. Et voilà pourquoi j'ai besoin de toi... »


Je la regardais, toujours avec la même intensité...

    « Ta haine pour le monde Shinobi ressort de la blessure qu'il t'a infligé. Ton père et l'Homme du désert pensent l'avoir accepté, mais au fond, ils ont simplement écouté ce que la haine leur disait : suivre la vengeance. A tort ou à raison, je ne suis personne pour les juger et c'est leur liberté que de suivre cette voie. Néanmoins, il suffit de réfléchir pour comprendre que la vengeance n'est d'éphémère. Il faut voir plus loin. Si tu comprends ta haine, tu verras qu'elle se rapproche de ta volonté, et qu'elle renforcera celle-ci.

    Au fond de toi, tu veux faire changer les choses. Ta vengeance ne consiste pas à détruire ce qui t'a fait mal, mais à le changer. Ta volonté veut que t'a haine ne soit pas un moteur de destruction, mais un moteur de création. Tout comme la mienne. Et je t'aiderai à ce que cela le devienne. »


Je regardais l'horizon, le scrutant comme si je pouvais y voir l'avenir...

    « Mais le Shôraizen ne peut se contenter de simples moteurs de création. Pour pouvoir créer, il faut parfois détruire, et c'est ce que je cherche à faire : détruire afin de pouvoir avancer et reconstruire. Je veux aller contre le système Shinobi actuel, car celui-ci ne me correspond pas. Je veux prouver au monde que les Ombres ne possèdent aucun droit naturel sur les Shinobi. Que ce sont eux qui choisissent de se sacrifier pour permettre à certains de vivre en tranquillité. Je veux prouver que les puissants qui s'accaparent de notre liberté ne sont pas si intouchables qu'ils semblent l'être, et libéré ceux qui sont sous leurs jougs. Voilà ce qu'est le Shôraizen... C'est dans cette voie périlleuse que je me suis engagée, ce pourquoi je me bats, et aussi pourquoi j'utiliserai de tous les moyens nécessaires afin d'y arriver. »


Je reposais mon regard sur elle...

    « Des moteurs de création et de destruction, des Shinobi libres suivant leurs voies propres, mais tous dans le même sens. Choisir de se battre pour soit et ses frères d'armes. Tendre ensemble vers un idéal, tout en laissant à chacun la liberté de ses actes. N'être plus régis par des lois, mais par des principes. C'est cela, le Shôraizen. Ni un monde de paix sans souffrance, ni un monde de destruction et de haine. C'est un monde de liberté, de choix, et de sacrifice. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1361
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Lun 20 Oct 2014 - 14:19

Soulagée. Oui, c'est ce qu'elle fut, à l'instant où il lui répondit. Elle s'était demandée comment il aurait bien pu pouvoir réagir. Autrefois, il avait réagit assez vivement lorsqu'elle avait laisser s'échapper quelques mots sur les shinobis et ce qu'elle en pensait. Alors qu'elle les avait murmurés. Mais là, elle lui avait ouvert son cœur et il la comprenait. Il avait ouvert les yeux sur ce monde qui l'entourait. Sur le monde dont il faisait partie. Mais pour combien de temps encore? Elle avait changé, elle n'était plus l'adolescente qu'il avait connue. Bien qu'elle soit toujours un peu perdue, ses convictions s'étaient renforcées. Et lui aussi, il n'était plus le shinobi suivant aveuglément les ordres. Il entrevoyait une autre voie, celle de la liberté.

Il avoua qu'il avait lui aussi avait connu ce sentiment de vengeance dont elle avait osé lui parler. Que c'était quelque chose de naturel. Elle était libérée d'un énorme poids. La pacifiste qu'elle était, était elle aussi alourdie par la haine. Une chose qui la consumait jour après jour et contre laquelle elle tentait de lutter. Et il ne la jugeait pas. Il posait toujours le même regard sur elle. Ce regard indéchiffrable dans lequel elle plongeait tandis qu'elle l'écoutait parler. Une femme puissante? Étais-ce vraiment ce qu'il pensait d'elle? Il avait également besoin d'elle, car l'errante incarnait tout le pourquoi de son combat et son existence.

Elle baissa les yeux, tandis qu'il continuait toujours de la regarder. Et se sentit rougir une nouvelle fois. Il lui avait même dit qu'il donnerait volontiers sa vie pour elle. Jamais elle n'aurait cru devenir un jour si importante pour quelqu'un. Les membres de son clan l'avaient déjà fait. Mais c'était différent, c'était un devoir. Comme elle-même aurait donné sa vie pour sa jeune cousine. C'était une nécessité de toujours protéger les plus jeunes. Or là, c'était lui qui le disait de lui-même, sans que personne ne lui demande. La jeune femme était troublée. Elle ne se sentait pas digne de tout cet intérêt. Elle ne faisait que suivre ses idéaux.

Il poursuivit, en parlant de la vengeance. Ainsi que du chemin qu'avaient prit son père et Yusuke. Une voie éphémère. C'était vrai. Une fois celle ci accomplie, que resterait-il? Des cadavres et rien d'autre. Elle, souhaitait changer les choses. Les mots qu'il disait étaient justes et bien choisis, ils atteignaient la jeune femme. Un moteur de création, ça lui plaisait beaucoup. Il l'avait aussi, et il l'aiderait à changer cette haine en quelque chose de constructif. Ce qui lui correspondait beaucoup mieux que la vengeance pure et simple. Elle venait de trouver quelqu'un qui était comme elle. Ils avaient la même façon de penser. Plus il en disait et plus elle sentait que sa place était à ses côtés, au Shôraizen.

Mais ce n'étaient pas les pensées qui faisaient bouger le monde. Il fallait aussi agir sur celui ci, afin qu'il change réellement. Et pour cela il fallait passer par une phase moins plaisante: la destruction. Ils allaient devoir construire sur les ruines d'un monde qui ne leur correspondait pas. C'était le prix à payer. Le prix pour être libérés. C'était la partie sombre du projet. Il leva de nouveau les yeux sur elle, et elle en fit de même. Il parla cette fois-ci de la partie lumineuse de Shôraizen. Des gens qui n'obéissaient pas à des lois mais à des principes. Des frères et sœurs d'armes qui se choisissaient. Qui agissaient tous ensemble dans un seul et même but, pour un seul idéal. Pour un monde qui aurait trouvé son juste équilibre. Une chose qu'elle n'avait pas encore trouvée jusqu'à présent. Et il venait de lui offrir la solution.


- "La destruction? J'ai toujours désiré la paix, et je n'en suis jamais passée par là. Et au final, je n'ai pas agi. Je ne vaux pas mieux que ceux qui font le mal, en les regardant sans rien faire."

Elle observa de nouveau l’horizon. Un nouvel horizon qui s'ouvrait devant elle. L'errante réfléchissait aux paroles censées du jeune homme.

- "La paix, je n'avais que ce mot à la bouche. Je pensais certainement qu'en en parlant sans cesse cela ferait de moi une pacifiste. Or il faut croire que ce n'est pas en regardant la lumière qu'on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité."

Était-elle prête à y plonger? Son regard se fit plus triste.

- "Seulement, plus la lumière est forte, plus les ombres en sont épaisses."

Une phrase qui collait parfaitement à la peau de Seitô. Bien qu'elle ne sache pas ce qu'il avait fait dans le temple.

- "Et le Shôraizen est une voie très lumineuse..."

Elle regarda ses mains. Devrait-elle faire couler le sang? Prendre des vies? Elle qui était censée les sauver? Et si jamais elle se perdait dans les ténèbres, que deviendrait-elle? Elle se tourna une nouvelle fois vers lui. Lui demandant d'une voix peu assurée:

- "Puisqu’on doit en passer par là... Comment as-tu prévu de faire ça? Je veux dire... Si tu... Nous... Pouvions éviter les pertes inutiles, ce serait bien. Surtout en ce qui concerne les civils. Les shinobis ont choisi leur voie. Mais eux, non. Ils ne demandent jamais rien et subissent toujours tout..."

Limiter les dégâts? Oui, voilà ce qu'elle lui demandait. Mais pouvait-elle se permettre de lui demander cela?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Jeu 23 Oct 2014 - 18:05

Je l'écoutais. Elle et chacun de ses mots, toutes ses phrases, ne perdant pas une seule syllabe. Elle était inquiète, elle avait peur... C'était peut-être ça, qui me séparait du monde : la Peur. Je ne la voyais plus comme une ennemie, une chose paralysante, mais comme un sixième sens, m'aiguillant dans la préparation de mes choix. Mon histoire m'avait détruit ce sentiment de peur paralysante...

Mais au fond, elle commençait à réaliser. Réaliser qu'il était impossible d'obtenir la paix sans avoir de contrepartie. Oui, la destruction d'une chose était parfois nécessaire pour construire quelque chose de meilleur. C'était ce qu'il c'était passer au temple... J'avais pris la décision de tuer des innocents afin de sauver un village entier...

Je la regardais. Elle qui représentait une énigme totale pour moi. Que pouvais-je répondre à son interrogation ? Quelle serait la suite des évènements ? Je ne le savais pas, mais j'en avais une idée. Le monde Shinobi n'avancera pas dans la méthode pacifique. Non, il fallait agir, et ne pas attendre que cela bouge tout seul...

    « Les Shinobi n'ont pas tous choisi leur voie. Généralement, ce choix est illusoire, il s'impose de lui-même. Si tu né dans un clan particulier, majeur dans un village, alors tout le monde autour de toi attend à ce que tu deviennes un ninja de ce village. C'est contre cette réalité aussi que le Shôraizen se bat. Tout le monde a le droit de vivre libre, et de choisir d'être un Shinobi. »


Je la regardais...

    « Comment j'ai prévu de gérer ça, hein ? »


Je tournais la tête, avant de regarder l'horizon... Comment avais-je pu gérer ce problème depuis tout ce temps ? La réponse n'allait pas forcément plaire. Mais étais-je là pour plaire ? Au fond, j'en ressentais un certain désir. Mais je ne devais pas lui cacher une vérité qu'elle allait vivre... Prenant une longue respiration, j'annonçais simplement...

    « La Fin justifie les Moyens. »


C'était mon Nindô depuis toujours, résumant toutes mes actions...

    « Il existe deux types de personnes qui ont du sang sur les mains : ceux pour qui tuer n'est qu'un moyen pour parvenir à une fin, et ceux pour qui tuer est une fin en soi. Ces derniers doivent être éliminés car ils sont contre-productifs. Les pertes inutiles, comme son nom l'indiquent, sont inutiles, et n'apportent rien. Alors pourquoi ôter la vie si cela n'est pas pour atteindre un objectif plus grand ? »


Je reposais mon regard sur elle...

    « Tuer pour le bien commun. Tuer, non pas par envie, mais par nécessité. Ce fut toujours mon attitude, et cela le sera jusqu'à la fin. Si la vie d'une poignée de personne permet d'en sauver mille autres, alors pourquoi j'hésiterai ? Parce qu'il y a une personne, soit disant Puissante dans le lot ? Parce que c'est un enfant né dans une puissante famille ? Non. Nous sommes tout égaux devant qu'une seule chose : la mort. C'est cela, la destruction constructive. Voilà comment je compte gérer ça. »


C'était ça, ma réponse... Maintenant, je voulais savoir si elle acceptait de suivre ce chemin, ou non...

    « Me rejoins-tu dans cette quête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1361
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Jeu 23 Oct 2014 - 22:17

Elle attendait sa réponse, un peu inquiète. Elle aurait aimé savoir s'il comptait épargner les civils. Laissant les shinobis se battre entre eux. Mais il lui fit part d'une chose dont elle n'avait pas encore prit conscience: certains devenaient shinobis par nécessité. Ne choisissant pas non plus leur voie. Ils suivaient alors un avenir tout tracé pour eux. Le fait d'avoir des parents d'un clan réputé faisait automatiquement d'une personne un futur shinobi potentiel. De ce même village. Ils étaient en quelque sorte emprisonnés et leur prison n'était autre que le village. Qu'il ne pourraient quitter sans être poursuivis tels des criminels. Oui, emprisonnés, c'était cela. Finalement, leur vie n'était pas plus enviable que celle des civils. Elle soupira.

L'errante avait beau venir d'un clan qui s'était fait massacrer, elle avait finalement plus de chances que d'autres. Si l'on voyait la chose du bon côté. Elle était libre de ses choix, libre de décider où aller et de ce qu'elle désirait faire. Tellement libre qu'elle n'avait toujours pas décidé quoi faire. Voyager et se laisser porter par ses pas n'était pas désagréable. Mais ça n'allait pas durer éternellement. Voilà déjà trois ans qu'elle faisait cela. Elle n'allait pas errer à vie, sans aucun but... Surtout que dernièrement le danger était de plus en plus présent. Et elle sentait bien qu'elle n'allait plus pouvoir rester seule. Même si elle avait retrouvé son père, elle avait de plus besoin d'autres personnes à ses côtés. La solitude lui pesait. Et il n'était pas du genre à discuter.

Elle regarda une nouvelle fois l'homme qui lui parlait de son projet. Le Shôraizen. Et il parla une nouvelle de la seule chose précieuse qu'elle avait toujours possédé, avec la vie: la liberté. Puis il répondit à sa question par une autre question. Et il prit une profonde inspiration pour répondre. Lâchant une seule phrase. La fin justifie les moyens. La jeune femme baissa les yeux et les reporta elle aussi vers l'horizon. Elle écouta la suite. Il n'était pas contre le fait d'ôter la vie, mais à condition que ce soit utile. Tuer trop de personnes ne servait à rien. Ne pas en tuer c'était risquer de mourir soi-même. C'est comme lorsqu'elle chassait. Elle tuait toujours un animal qu’elle arriverait à manger. A quoi bon tuer d'avantage que ce qu'on l'on pouvait consommer? Et si elle n'osait pas ôter la vie d'un animal, c'était elle qui risquait de mourir de faim. La comparaison était un peu étrange, mais l'errante faisait le rapprochement avec les seules choses qu'elle connaissait.

Et finalement, ce qu'il disait était ce qu'elle avait toujours fait. Tuer par nécessité. Mis à part que dans son cas les animaux étaient remplacés par les humains. Mais en quoi est-ce que cela changeait grand chose? Une vie était une vie. Et elle restait toujours aussi précieuse. Ce qu'il rajouta fini par la convaincre. Ils étaient tous égaux devant la mort. Peu importe où ils étaient nés, s'ils étaient d'une famille puissante ou non, s'ils vivaient dans un village ou dans la nature. S'ils étaient kage ou simple enfant venant d'arriver en ce monde. Il lui posa alors une nouvelle fois la question. Elle planta son regard dans le sien.


- "Oui."

Aucune hésitation dans sa voix. Elle était certaine de son choix. Ses derniers doutes avaient été balayés. Tout ce qu'il lui avait dit lui plaisait. Il était convaincu de ce qu'il disait. Toujours aussi sûr de lui. Comme il l'avait toujours été. Il était quelqu'un de fort, sur qui l'on pouvait compter. Un leadeur, un pilier d'un monde nouveau. Elle avait les mêmes idées que lui, et il lui proposait de les mener à bien. Elle suivrait cet homme ainsi que son projet, quoi qu'il arrive. Et bien plus qu'un projet, elle allait ainsi rejoindre une famille... Le Shôraizen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Dim 26 Oct 2014 - 18:35

Oui.

Dès l’instant ou ce mot avait résonné dans l’espace et le temps, la pression était redescendu. Pourquoi ressentais-je ce sentiment de soulagement intense en l’entendant simplement dire le mot “Oui” ? Avait-il une signification supérieure à ce que je pensais ? Je l’ignorais encore. Myouga Nozomi était une personne emplie de mystères… Et cela m’attirait. Je ne sais comment, ni pourquoi, mais j’aimais ce sentiment d’inconnu… Cette aura de mystère planant autour d’elle, ne pouvant prévoir aucune de ses réactions, ni aucunes de ses réponses.

Elle avait un idéal, et elle était pacifique. Mais pour que nos rêves deviennent réalité, il ne fallait pas être pacifique. Non, il fallait être actif. Et c’était ce qu’elle avait choisis d’être aujourd’hui… Active pour le Shôraizen. Active pour son idéal, mon idéal, notre idéal. Elle avait abandonné sa position, et sa vengeance qu’elle avait adoptée du chemin d’un autre pour prendre celui que je lui proposais.

Il était étrange d’être dans la position de celui qui sait tout, mais qui nage en pleine obscurité. Étais-ce désagréable ? Non… J’aimais l’obscurité. Les Nuits d’Âme m’avaient fait comprendre qu’elle était une précieuse alliée, empêchant mes ennemis de me trouver, et de me tuer. Oui, l’obscurité, tout comme la lumière, étaient mes amies. Ma volonté était ma force, mon pouvoir était mon outil, et elle était… L’incarnation de mon idéal. Je ne saurai dire pourquoi, ni comment, mais c’était une des seule personne se souvenant encore du “Brouillard Solitaire d’Âme”...

Je la regardais, intensément, essayant de déchiffrer ce puzzle… Je n’arrivais pas à comprendre, je ressentais cette frustration que je détestais tant. Celle qui m’empêche de discerner clairement ce que je souhaite discerner. Et j’avais beau y réfléchir, je n’arrivais pas à déchiffrer et à comprendre les rouages de ce lien me liant à cette femme. Tout ce que je savais, c’était qu’elle allait devenir mon Uma.

    « Donne moi ta main...»


D’une sacoche, je sortais une bague, avec un symbole : celui du cheval… De ma main portant la bague du serpent, j’attrapais celle qu’elle me tendais, et de l’autre, je plaçais la bague à son doigt, lentement et délicatement…

    « Myouga Nozomi… Ceci est la bague du Uma, le cheval. Celle qui nous préserve et nous garde de la mort. L’ultime barrière entre la vie et le néant… Celle qui nous réconforte dans la nuit et l’obscurité de nos esprits. C’est cela, être Uma du Shôraizen... »


Je lui passais la bague au doigt, sans pour autant lui mettre la corde au cou. Elle était libre, tant qu’elle suivait nos principes…

    « Je vais devoir partir Nozomi, tant que je ne suis pas officiellement exclu du village, je dois accomplir le devoir du Shinobi de la Feuille, même si cela ne me plaît guère… Mais nous nous recontacterons bientôt, sache-le... »


Je me relevais, puis je repassais mes mains atour d’elle, sous son manteau cette fois, susurrant un simple« Ne t'inquiète pas, fais moi confiance. » , plaçant le symbole de l’organisation dans son dos… Le paysage changea, nous plongeant une nouvelle fois au cœur de la forêt… Une fois cela fait, je la libérais une nouvelle fois de mon étreinte, me séparant de son parfum de rose...

    « J’ai posé le sceau de l’organisation dans le bas de ton dos… C’est un Fuînjutsu te protégeant des violation de l’esprit… Soit prudente, Nozomi, le danger est malheureusement omniprésent dans ce monde... »


Mais ce n'étais qu'une question de temps avant que cela ne change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1361
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi] Mer 29 Oct 2014 - 21:33

L'errante lui avait répondu. Elle lui avait enfin donné sa réponse. Oui, elle voulait le rejoindre. Ses objectifs étaient les mêmes que les siens. Ses idées aussi et surtout ses idéaux. De plus, il allait l'aider à contrôler ce qu'elle tentait toujours de cacher. Ce qu'elle lui avait avoué. Et il l'acceptait toute entière, même avec... Ça. Il était le seul à qui elle s'était autant confiée, et à qui elle faisait autant confiance. Le seul qui l'avait approchée d'aussi près, et qu'elle avait laissé faire. Il pouvait lui demander de le suivre dans la minute si il le voulait. Elle l'aurait fait. Car avec lui, elle se sentait bien. A l'aise, et en sécurité. C'était même bien plus que ça. Elle avait réellement envie de le suivre. Car il l'attirait.

La sauvageonne ne savait pas trop quoi en penser. Mais elle appréciait ce temps passé avec lui. Et quand il lui demanda de lui tendre sa main elle n'hésita pas une seconde. Il la prit dans la sienne et elle sentit de nouveau son cœur battre la chamade. Il lui passa une bague au doigt. Ses gestes étaient calmes et doux. Nozomi posa les yeux sur le bijou, puis sur lui, sans trop comprendre. Il lui expliqua alors que cela signifiait qu'elle faisait désormais partie intégrante du Shôraizen. Qu'elle y aurait le rôle du cheval. Celle qui gardait les autres membres en vie. Celle qui leur apportait du réconfort. Du réconfort? C'était lui qui lui en avait apporté, aujourd'hui.

Mais ils allaient encore devoir se séparer. Cette fois-ci, ils ne se retrouveraient pas plusieurs années plus tard. Il ne restait que peu de temps encore au jeune homme à servir de pantin, dans les mains du pays de la feuille. Bientôt il serait libre, libre de choisir sa voie, libre de vivre sa vie. Il se releva et elle en fit de même. Il était temps de repartir, maintenant. Elle jeta un dernier coup d’œil au magnifique paysage dont peu avaient eu la chance de voir. Puis elle porta les yeux sur lui. Elle désirait inscrire son visage dans son esprit. Ou tout du moins, la partie de son visage qui était visible.

Il passa les bras autour d'elle, et elle passa les siens autour de son cou. Mais contrairement à l'aller, il posa cette fois ci les mains sous son manteau. Directement au contact de sa peau. Elles étaient chaudes. Ou bien était-ce elle qui avait soudainement chaud. Bien qu'elle soit également inquiète. Que comptait-il faire? Il lui susurra alors quelques mots au creux de l'oreille. Comme s'il lui disait un quelconque secret. Et c'en était un, le leur. Il venait d'en faire un membre de son groupe, alors qu'il n'était même pas encore créé. Et qu'il était toujours un shinobi de Konoha.

Le décor changea, signe d'un déplacement instantané. Cette technique, elle ne devait certainement pas être permise à tout le monde. Elle était bien trop dangereuse pour le corps. En abuser n'était surement pas quelque chose de conseillé. Le médecin itinérant qu'elle était ne savait pas du tout comment elle marchait, mais elle se doutait bien qu'elle était très éprouvante. Mais le jeune homme était bien entrainé. Il la lâcha et elle en fit également de même. Se détachant de lui le plus doucement possible afin de prolonger le contact. Elle ne voulait pas le laisser partir...

Seitô lui expliqua qu'il avait posé dans son dos un fuinjutsu. Qui la protégerait des violations de l'esprit. Une chose bien utile. De plus, personne ne se douterait de l’endroit où il se trouvait. Puisqu'elle avait généralement ses cheveux ou ses vêtements qui cachaient. Et puis même s'il se voyait, on pouvait toujours le confondre avec un tatouage. Le jeune homme avait bien choisi l'endroit où le placer. Il lui demanda d'être prudente. Mais pour le moment il était bien plus en danger qu'elle.


- "Prends soin de toi, Seitô-kun."

Oui, il serait fâcheux qu'elle le perde encore une fois. Bientôt, ils se retrouveraient. Mais pour le moment, elle devait rentrer chez elle. Et avoir une discussion avec son père, quant à sa nouvelle famille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Le Destin fait parfois bien les choses... [Myouga Nozomi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-