N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Hello kitty [PV : Bakusho Miae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mar 14 Oct 2014 - 4:29

J'ai hâte, non j'ai besoin de ce voyage au nord avec grande-soeur... J'ai vécu tellement de drame, puis ce jour à l'appartement... Je sais que l'on doit partir dans à peine quelque chose, mais je ne peux plus attendre, je suis en manque de ce voyage empli de tendresse et de câlins. Je dois attendre, je peux attendre, je dois être une sage fille en plus il est si tard. Non, oui ? Je suis... Je veux être égoïste, j'en ai assez je vais faire MA petite crise de méchanceté, je vais, je vais... Aller la voir avec DEUX jours d'avance NA !

C'est le soir très tard, ou le matin tôt, je ne sais pas et je n'ai pas vu l'heure, je sais où elle habite par des moyens que je ne vous le dirais pas de toute manière, genre... Lui demander son adresse, oui cela ne fait pas très rebelle ou demoiselle qui obtiens ce qu'elle veuille, mais fasse un effort pour cette fois-ci. J'arrive devant chez elle et... Sérieusement, elle a laissé la fenêtre grande ouverte ? C'est quoi ça, elle va en plus avoir un rhume elle est maligne. Mais j'ai un petit rire attendri en voyant la légère lueur de ma veilleuse.

J'entre donc en bonne Kunoichi et comme promis je n'ai que peux de matériel sur moi, à peine une vingtaine de rouleaux et des petits, je ne vais pas non plus me balader nue et sans matériel, je suis largement plus légère que la dernière fois. Puis je vois sont chez elle, je la vois dormir limite la bave aux lèvres, des cadavres de bouteille ? Je ne sais pas si c'est de l'alcool ou autre chose, mais je ne m'amuserai pas à vérifier. C'est alors que la folie s'empare de mon corps, tel un monstre blottit au fond de mon corps et qui s'éveille d'un coup, un démon qui prend possession de mon corps, je passe la nuit, ou plutôt le reste de la mâtiner à tout ranger, nettoyer, trier et le tout sans avoir peur de la réveiller forcement vu qu'elle va encore dormir jusqu'a midi au minimum...

Puis ? Puis... Le sommeil m'attire comme le pendant de la médaille face à mon erreur, le côté obscur du ménage et de l'invasion de son jardin intime, de son petit chez elle et je vais le regretter, je le regrette déjà en retirant mon petit sac laissant enfin mon Yukata violet respirer, quand je me faufile contre elle dans le lit et me dis qu'heureusement qu'elle n'a pas d'amoureux... Enfin je ne suis pas là pour son haleine.

Au réveil, son réveil, car, vu mes activités nocturnes... Enfin matinales ? Bref, j'ai dormi autant qu'elle, je n'ai pas bougé, mon obi à éviter la mauvaise blague de me laisse ouverte à elle et cette fois je n'en ai rien à faire de la tradition ces sous-vêtements, même si cela ne se voit pas puisque je suis encore entièrement couverte. Je lâche un petit soupir en me serrant contre elle alors que je la sens se lever. Je ne suis pas vraiment en état, j'essaye de m'excuser d'avoir nettoyé sans son consentement, d'avoir rangé, d'avoir envahi son chez elle.

"Je t'aime fort grande sœur... Suis désolé d'avoir envahi... Toucher à ça, ça ne se fait pas... Entre filles... Pourtant ai quand même... Intimité, jardin secret...


Dernière édition par Tsukiyo Koémi le Mer 15 Oct 2014 - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mer 15 Oct 2014 - 5:50


C’était calme et paisible, faut dire que vu qu’au lendemain la brune n’avait rien à faire, sa flemmardise l’avait emporté sur tout et c’était sans mal comme toujours qu’elle avait succombé au sommeil, son matou à côté sur l’oreiller menaçait à tout moment de l’étouffer, rien de nouveau. Bien sûr, elle n’attendait personne et ce qui était encore plus sûr, rien du style rangement ou quoi n’était prévu au planning de demain… Non, juste squatter le lit. De plus, elle se sentait rassurer quand toutes ses affaires s’empilaient sans dessus dessous, c’était comme pour faire fuir quiconque s’approchait de l’endroit, sa barrière de défense à elle quelque part. Le destin ou plutôt Koémi en avait décidé autrement.

Mais là tout de suite, elle n’en avait pas encore conscience en repensant à ce fromage à l’ail et aux fines herbes qui avait ravi son palet en dernier… Elle avait faim. D’ailleurs ça sentait étrangement bon… Mais pas son odeur habituelle, pas de la nourriture non plus… La brune ouvrit un œil en guettant la masse de cheveux contre elle, le touche sur son visage, comme la couleur n’avait rien à voir avec le chat… Il lui fallait se redresser un peu pour constater de qui il s’agissait…

-Koémi… ?

Murmurait-elle à peine en ce début d’après-midi, la tignasse folle en bataille et un magnifique épis à l’arrière du crâne qui lui donnait fière allure, comme d’hab quoi. Si déjà elle ne comprenait pas très bien la présence de sa petite sœur ici, elle comprenait encore moins l’état de son appartement juste… parfait. La Bakushô manquait d’hurler ou de faire un arrêt et la coupable du crime odieux, elle lorgna très vite dessus, mais qu’est ce qu’ils avaient tous avec son bordel ! Bordel d’ailleurs !

L’agitation semblait réveiller la meurtrière de saleté et le regard perplexe de la brune se posa dessus, elle n’était pas encore assez réveillée pour afficher une quelconque expression, encore moins pour réagir bruyamment, la petite non plus d’ailleurs, elle marmonna tandis que son aînée se dégageait du lit après l’avoir quand même serrer dans ses bras. Le contenu de ses dires fut des plus confus…

-Hein… ? De quoi ?

Un réflexe lui faisait baisser son regard et ses yeux découvrait le manque de prévoyance de sa petite sœur, le tout la fit soupirer quand sa main venait ébouriffer les cheveux de Koémi, finalement, la brune ne fit que sourire en se laissant à nouveau tomber sur son oreiller…

-Pupuce… Les Yukata c’est pas fait pour dormir… La prochaine fois que tu veux jouer au doudou vivant et que t’as oublié ton pijama, prend un des miens ! Tu es ici chez toi… Alors fais comme tu veux t’inquiète pas.

Un sourire tendre gagnait son visage, la bête était vaincue, c’était comme si elle venait de valider le crime, un qui pourrait être plus odieux à l’avenir…

-Qu’est-ce que tu fais là… J’ai oubliée quelque chose ou je te manquais juste ?

Des bras l’emprisonnaient et la brune la retenait fermement avant de glisser son visage dans sa douce chevelure pour se cacher du soleil… Le chat commençait son cirque maintenant qu’il était réveillé pour manger… Pourquoi elle l'avait adopté celui là déjà?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mer 15 Oct 2014 - 16:14

Même si elle a une haleine de chacal comme si elle avait mangé de l'ail, Miae est indéniablement un bon support de sommeil et ceux mêmes si elle bouge, elle est douce, chaude et permet un sommeil des plus long pour peu qu'on ne se réveille pas avant elle. Bon forcement je m'attendais, ou plutôt je me serais attendu à sa réaction si j'avais réfléchi ce qui ne fut pas le cas. Je me frotte les yeux... Comment ça pas de Yukata ? Oublié ? Mais quoi alors ?

"Hein ? Oui... Tout de suite."

Puisqu'elle veut que je mette un pyjama, je me change immédiatement, de toute manière entre filles ce n'est pas un problème et je ne suis pas en état de penser en plus. Une fois fait, pourquoi je suis là, enfin je crois que ce qu'elle demande.

"Quartier en rénovation... Câlin... Nul par où aller... Câlins... Voyage dans deux jours... Mais surtout câlin, bisous et câlin."

C'est la première fois qu'elle me voit au réveil, la dernière fois, j'étais réveillée depuis longtemps ça ne compte pas. J'ai l'œil gauche presque aussi peu frais et mort que l'autre, j'ai un véritable buisson à la place de mes cheveux longs et semble à peu près aussi alerte et vivante qu'un zombie. D'ailleurs j'ai réussi l'exploit de mettre mon haut à l'envers alors qu'il est de type chemise et de ne pas m'en rendre compte et en essayant de m'approcher d'elle je me ramasse au sol.

"Aïe... Enfin je crois."

Puisque je suis au sol, je suis presque au niveau de mon sac, je tends mon bras et sort deux boites qui ne sont pas scellées, pour une raison obscure je ne scelle rien de consommable, comme si j'avais peur que cela rende le tout impropre à la consommation. Enfin soit, je les prends, puis en mode loque humaine escalade avec mes bras le lit et allongée dessus tend fièrement les boites à grande sœur.

"Alcool de rose... Tabac... "

Et là, la question qui vous brule les lèvres est : Que fais une gamine avec une bouteille d'alcool de rose et une boite de taille respectable, plus grosse même que la première remplie d'un grand panaché de tabac de différente intensité et parfum pour une Kiseru ? La réponse est simple, réservée du chef de famille et elle en a des trucs du genre à dilapider dans les réserves avec son frère parti pour un monde meilleur. Je lui tends alors ces deux boites comme un croyant le ferait à une divinité, mais avec l'air à moitié morte en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Jeu 16 Oct 2014 - 1:32


Petite secousse de la tête et ricanement, rien à faire, l’une ne pourrait pas rattraper l’autre au réveil encore que, la brune pour le coup avait les neurones qui se reconnectaient plus vite. Attendrie, elle la regardait faire, elle qui s’était jurée de ne jamais avoir de mômes dans les pattes aurait pu revoir l’idée juste un instant en imaginant que tous ses réveils pourraient être ainsi. Vivre seule avait des bons côtés, parfois seulement et pas trop longtemps, mais c’était une autre histoire. La brune fit quelques pas pour aider Koémi à se relevait, elle souriait étrangement en récupérant des cadeaux qui forcément faisaient sensation et peur aussi vu leur taille, de sa main libérée en relâchant sa douce, puis elle laissait ces derniers glissaient sur le lit en retournant sa cadette. Elle lui sortait sa chemise mise n’importe comment, pour la remettre du bon côté, ceci fait elle lui faisait faire encore une rotation pour la boutonner non pas sans perdre une miette du minois au réveil en face d’elle. Trop mignon !

-Je vois, tu veux rester avec moi pendant ce temps, je n’ai prévenu mes grands-parents de notre arrivée que dans quatre jours, vu qu’il nous en faudra deux pour les rejoindre, y a de la place pour deux ici.

Sa main l’attrapait pour la blottir contre elle et la serra tendrement, la vie n’avait pas été clémente avec son adoré ces derniers jours, mais en parler ne ferait que remuer le couteau dans la plaie, non le mieux était encore de s’amuser…

-Tu me pousses au vice vilaine, de la liqueur de rose ? Je ne connaissais pas, je vais le garder pour une grande occasion, genre quand tu seras en âge de boire.

Un sourire et elle lui ébouriffait les cheveux, avant de la quitter un court instant, juste le temps de fouiller dans ses placards et là surprise, de tablettes de chocolats. La brune allumait le feu de sa gazinière une petite casserole pour accueillir le cacao qui fondait mélanger à du lait et la fille y rajoutait une branche sombre, de la vanille. Tout n’avait pas servis depuis si longtemps, qu’à vrai dire la Bakushô s’étonnait que cela fonctionne encore, pas plus que se retrouver derrière les fourneaux, pour le tabac, jamais au réveil, souvent après les repas en revanche…. N’empêche, qu’elle apportait une belle tasse fumante faite maison à sa belle, avant d’enfiler un tablier… Non ce n’était pas un rêve. La brune s’attachait les cheveux avant de sortir tout un tas de truc de ses placards et son frigo. Elle lui préparait des crêpes qui une fois faite, se refaisaient tailler en forme diverses avant qu’elle ne les décors, nounours yeux en chocolat et barbe chantilly, papillon à la confiture, ah la Bakushô ne manquait pas d’imagination, même des cigares saupoudrés de cannelle… Pas le genre de truc qu’elle se ferait sans la présence de Koémi. Et pour la première depuis très longtemps, la fille arrivait un plateau en main au lit pour y déjeuner dans la bonne humeur, pas pressée de finir sa journée, pas pressée de s’endormir, aucune envie de flemmarder… Même le chat avait été servi comme un roi.

- Régale-toi !

Car oui pour le coup, les rôles se changeaient de la dernière fois, la grande qui prenait soin de la petite pour changer, elle entamait d’ailleurs le challenge de lui démêler les cheveux pour les coiffer en magnifique double chignons. Le programme des prochains jours étaient simples…

-On va passer du temps toutes les deux plus tôt que prévu, si on allait au marché pour se cuisiner un bon plat, mais avant les boutiques peut-être ? Ou alors…

Elle l’enlaça en la chatouillant un peu pour l’embêter en faisant des papouilles dans son cou…

-Le tour des chocolateries confiseries ? Tu veux faire quoi, dis-moi, je suis toute à toi, promis !

Un luxe quand on connaissait le spécimen…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Jeu 16 Oct 2014 - 13:24

Je peux rester avec elle et c'est le principal, la vérité est que j'ai préféré aller la voir pour ne pas être une gêne, je ne voulais pas gêner les ouvriers, mais ils auraient pu le faire même en ma présence. Enfin surtout, c'est une excuse, une bonne excuse pour rester avec elle, pour grappiller deux petits jours que je vais vivre intensément avec celle que j'aime très fort. Quand je serais en âge de boire ? Peu importe, c'est surtout la première partie que je retiens.

"Hé ! Je ne te force ni boire, ni à accepter la bouteille... Et puis entre ça et laisser ce genre de chose pourrir au fond d'une cave je préfère autant les distribués à ceux que j'aime... Il y a une boite avec humidificateur avec des grosses cigarettes marron qui sentent bon, qui ont un liseré étrange et un ciseau bizarre qui pourrait très bien ressembler à un coupeur de doigt avec le trou rond pour... Tu crois que Mihawk apprécierait ?"

En plus s'est écrit, dans une autre langue sérieusement comment je suis censé deviner ce que c'est ? Ils auraient pu avoir la décence d'étiquetés les cadeaux avec des noms, ils savaient bien que je pourrais peut-être un jour succéder... Je ne voulais pas... Pourquoi... Je m'accroche de nouveau à Miae comme à une bouée de sauvetage comme pour fuir la réalité. Tout comme je me laisse chouchouter et servir pour une fois, sérieusement comment je pourrais refuser un chocolat chaud et des crêpes venant de celle que j'aime tant ? Des crêpes quoi ! Chocolat ! La question ne se pose même pas.

Elle me demande alors quoi faire, je n'ai pas forcement envie de faire les boutiques ni de manger du chocolat plus que de raison... En fait je ne veux qu'une chose :

"Comme tu veux, tant que je suis avec toi peux importe, tout sera bien."

Ce n'est pas forcement gentil, surtout qu'elle fait des efforts, mais je n'ai pas non plus envie de me forcer, car, je sais qu'elle ne le veut pas non plus. En moins d'une semaine j'ai perdu mon grand frère, mes deux parents, ma petite sœur d'adoption, la moitié de mon clan, j'ai failli être tué par des Furyou, je me suis vu recevoir le poids des ruines de notre clan parce que les autres n'en voulaient pas, j'ai la responsabilité d'une dizaine d'orphelins qui compte sur moi comme sur une mère, je dois protéger nos coffres sans effectifs ou presque alors que les voleurs se multiplient à nos portes... J'ai envie de fuir, j'ai pris toutes mes responsabilités et donner les ordres à donner, j'ai tout bien fait et c'est même les miens qui ont insisté pour que je change d'air alors je n'ai RIEN à me reprocher...

Pourtant même loin, je sens encore le poids des chaînes et des responsabilités, je pleure encore la nuit en repensant à Sayuri... J'ai échouée en tant que grande sœur, j'échouerai forcement en temps que chef de clan et je l'ai fait en temps que Kunoichi en me laissant stupidement me paralyser face à un danger qui nous menacer tous... J'ai juste envie de retrouver un certain temps ce statut de gamine inconsciente qui n'a pas d'autre ambition que d'être câlinée par ceux qu'elle aime.

J'aurais peut-être dû attendre un jour de plus, ou au contraire j'ai peut-être bien fait de venir en avance, peux importe au final je l'ai fait c'est tout... Je n'ai pas encore mangé mes crêpes, pourtant elles me font envie et de manière évidente, mais simplement parce que j'observe le cadran de l'horloge.

"Je suis désolée... Je profite de ta gentillesse, mais... J'avais trop peur de vivre ce moment seul. Je leur ai promis que la prochaine fois je ne le ferai pas dans mon coin même si pour le coup cette fois si je suis très en avance et non très en retard."

Je tends le bras vers mon sac, puis finis par comprendre qu'il vaut mieux que je me lève... Vais prendre des bougies puis retourne m'asseoir sur le lit.

"Je n'ai pas envie de montrer... Ça... À tes grands-parents, alors même si c'est en avance, je vais le faire maintenant."

Je commence alors à planter mes quatorze bougies sur les crêpes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Ven 17 Oct 2014 - 7:59


|C'un roman désolée.... xD |

C’était qu’elle lui grognait presque dessus et ça la faisait rire. La brune l’écouta baragouiner et très vite ciblait le sujet de la conversation…

-Des cigares ? Il aime les tailler en tout cas !

Elle rigolait toute seule sans vouloir inquiéter sa belle avec cette vieille histoire maintenant, d’ailleurs elle laissait sa main glissait le long de sa joue avec une douceur qui devenait familière, elle se devait de lui répondre.

-Il va adorer, j’en suis sûre. Moi encore plus quand j’irais l’en alléger de quelques-uns…

Nouveau rire, encore que, vu le stock que venait de lui faire Koémi, ses envies de nicotine n’allait plus l’amener auprès du Hakushi pour un bail, à moins qu’elle lui demande de faire quelque roulé avec… La question se mettait en suspend, mieux à faire ! Comme s’occuper de son invitée par exemple. Une qui avait une petite mine et une motivation réduite quant aux sorties, elle avait choisi l’option préférée de la brune, celle de ne rien faire bien installé dans le lit toute la journée.

-N’offre pas non plus trop de cadeaux ! Les choses rares sont précieuses, celles trop courantes, perdent en valeur.

Ses lèvres venaient se poser sur le haut de son crâne, attentive, elle l’écoutait dire des bêtises, Koémi égoïste ?
La blague ! Ce n’était pas crédible une seconde, profiteuse d’une gentillesse qu’elle n’était pas sûre d’avoir encore moins… elle l’observa en silence néanmoins, mi fâchée, mi triste sans comprendre pourquoi. Une mélancolie qui se transmettait sans mot des bougies hein… ? La brune la laissait faire.

-Dommage, mes grands-parents ont beaucoup d’imagination, ils adorent fêter ce genre de fête, mais malheureusement pour eux, j’ai toujours esquivé les miens malgré tous leurs efforts pour faire quelque chose censé me plaire…

C’était peut-être bien la première fois que la Bakushô prenait conscience de son égoïsme à elle, depuis toujours, un instant, un certain malaise s’installait dans son être en pensant à ce qu’elle ressentirait si Koémi repoussait ses efforts et son attitude de ces dernières années la faisait se sentir un peu honteuse. Elle avait horreur de ses fêtes là, que ça soit les siennes ou celles des autres, alors pourquoi était-elle prête à faire semblant là ? Son regard se baissait et bientôt elle le déviait en tournant la tête pour fixer l’horloge. « L’heure c’est l’heure, après l’heure c’est plus ton heure ! », les derniers mots qu’ils avaient échangés, c’était son anniversaire à lui ce jour-là…

-Tu fais quatorze ans hein ?

Et elle a cet âge-là ? Elle avait vu son monde s’écroulait et c’était avec dépit qu’elle constatait l’histoire similaire auprès de Koémi, à quelques détails près. Alors elle choisissait d’être franche quand ses doigts ôtaient les bougies, bien sûr pas sans explication, elle le fit lentement tout en s’exprimant.

-Ne met ton âge en bougie… ça dit à la mort le temps qu’il te reste à vivre il parait.

Le ton mélancolique et las, ce n’était pas d’elle cette info là, mais de quelqu’un plus important encore que sa petite personne, la première qu’elle avait aimé plus qu’elle respectait et envier, avec elle aurait passé chaque seconde ou chaque attention volée était un trésor sans prix. La pensée la faisait sourire, pourtant ses yeux brillaient, ça n’allait pas ensemble il lui avait dit mille fois.

-Je suis désolée, mais je ne te ferais pas de gâteau, le dernier a signé un jour de deuil. Mon Senseï le tout premier bien sûr, j’étais encore plus jeune que toi pour te dire ! Et bien celui-là qui n’avait raconté cette superstition. Bien sûr je n’y croyais pas et je l’adorais tellement que pour lui faire plaisir, j’ai voulu lui faire une surprise. C’était la première fois que je réussissais à modeler mon argile si parfaitement, des semaines d’entraînement, tu n’as pas idée !

Elle rigola, mais l’humeur n’y était pas, c’était une défense comme une autre.

-Des répliques de lui qui devaient s’enflammer avant qu’il ne part en mission… Je voulais tellement qu’il soit parfait, que je suis arrivée en retard, alors pas le temps pour un gâteau, je me souviens que j’avais rassemblé toutes les boules de riz de chez moi pour mimer un support où posée ma surprise. Il a ri, vraiment. C’était l’aube et ses coéquipiers l’ont imité. Il m’a ne fêter jamais ses choses-là à cause de la raison que je t’ai cité plus tôt, mais pour ne pas me décevoir il a joué le jeu. Ils ne sont jamais rentrés et on m’a confié à un autre comme ça, comme si c’était aussi simple que cela.

Une certaine colère en y repensant, pas étonnant qu’elle n’avait jamais reparlé de ça, d’ailleurs pourquoi le remettre sur le tapis ? La brune se levait pour s’accroupir, histoire de fouiller sous son lit d’où elle sortait un coffre enveloppé d’un tissu, le tout était soigné contrairement au reste. Elle le tendit précieusement à Koémi qui n’allait pas tarder à comprendre quand elle lui demandait de l’ouvrir.

-Je comptais te le donner plus tard, mais tant pis et quant à tes bougies…

Une bille d’argile qu’elle modula en une mini Miaë qui enlaçait une mini Koémi, elle la posait au milieu de la crêpe et les bras joints qu’elles tendaient s’étincelaient en un claquement de doigt crachant des étincelles lumineuses, le tout redonna le sourire à la Bakushô.

-Un compromis pour un avant-gout des jours lumineux qui t’attendent eh eh !

Quant au contenu du coffre, un parchemin en tissu dont la composition montrait des bouts différents, en le déroulant on découvrait quelques mots pour les personnes à qui l’objet était offert. Un tissu jaune et un dessin des chats noirs sur la bordure droite et ce qui semblait des feux d’artifices au-dessus de leur tête. Le plus important ? Le contenu du texte : - Miaë est ma première élève, c’est aussi la dernière qui a été promu… Toujours la dernière qui réussit les épreuves, celle avec qui je passe le plus d’heures en me demandant parfois si c’est pas pour rien vu qu’elle est plus assidu aux câlins en tout genre qu’aux efforts ! Mais c’est aussi ma meilleure élève étrangement, celle avec qui le joue de l’enseignement à tout son sens. Je te souhaite de ne plus avoir besoin de moi, mais d’être celle dont on a besoin et de transmettre notre chaîne ma petite Miaë ! Et que je ne t’attrape pas à boire, fumer ou collectionner les gars !!!

C'était réussi tient... Le plus important n’était pas celui-là, mais bien le dernier, une lune bleue sombre, un tissus mi jaune, ni bleu ciel, un message aussi : -Koémi est mon doudou, c’est la première personne que j’ai envie de garder entres mes bras, celle qui me rend anxieuse quand elle ne donne pas de nouvelle, celle avec qui se partage joie et peine. Celle que je voudrais garder heureuse pour toujours, elle me rappelle que j’étais une môme enjouée avant d’être une adulte blasée et que veut le rester. Je te souhaite de transmettre notre petite chaîne en prenant conscience du trésor que tu es pour les cas désespérés et me sonner pour toutes les portes qui barreront ta route, on peut les faire sauter, comme ceux qui te font pleurer !-

Des mots un vœu, c’était simple comme jeu, des dizaines l’avaient joués avant elles, c’était la seule chose qu’elle conservait précieusement, la notion de valeur avait tellement de nuance. Son cadeau, c’était la confiance, mais aussi l’avoue d’une affection.

-Joyeux anniversaire, à l’avance, je t’aime petite soeur.

Elle ne disait pas ce genre de mots, aussi comme pour se rassurer que la douce était réelle, ses bras la gardaient contre elle.

-Journée câlin et on papote bien au chaud dans un lit, ça te dit ? Faut croire que bientôt, je n'aurais plus de secrets pour toi... Et toi? Si tu commençais par me raconter ce que tu as sur le cœur hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Ven 17 Oct 2014 - 15:01

Tailler un cigare ? Je ne connais pas cette expression, je connais tailler un costard et il me semble qu'il y en a un sur les pipes, mais personne n'a jamais voulu me dire plus en profondeur la signification surement à cause de la référence au tabac et du fait que je suis jeune. En tout cas, je ne compte pas fumer, boire de l'alcool plus que raison donc, cela ne m'intéresse plus ce genre de phrases. Trop de cadeaux nuisent à leurs valeurs ? Et alors ? Ce n'est pas mon but de leurs en attribuais une.

"Je voulais surtout qu'ils ne se sentent pas inutiles au fond d'un coffre... Ma mère me dit... me disais souvent que les objets aussi ont une âme. Moi je serais triste d'être enfermé dans le noir et contraint à l'inutilité pour des décennies. Ils préfèrent, non pour eux tu DOIS les rendre utile et c'est pour ça que tu fumer au moins un peu de tabac, pour la bouteille je peux encore comprendre."

Pauvres objets, trésors culturels et autres objets d'art cloisonnés dans le noir le plus complet en attendant d'être contemplés. Je sais que je ne peux pas les distribuer sans réfléchir, l'économie prendrait une bonne baffe et j'ai déjà assez de problèmes avec les voleurs divers pour ne pas en plus en attirer d'encore plus loin et d'autre type. En parlant de ses grands parents, du fait qu'elle esquive ses propres anniversaires je réfléchie et en allant me blottir contre elle.

"On en fera un juste pour eux, mais je voulais faire celui-ci juste avec toi. Officieusement j'ai quatorze ans, officiellement ça ne sera le cas que dans cinq jours donc bon, niveau timing ça sera bon ils auront même un jour pour s'organiser rapidement s'ils le souhaitent."

J'écoute alors grande soeur et son histoire, au fur et à mesure je me blottis contre elle, au fur est à mesure je ne suis la pauvre petite peluche qui réclame, mais petit à petit je redeviens son doudou adoré qui lui donne toute la tendresse dont elle a besoin. Je la câline, lui fais des petits bisous et lui caresse la peau et les cheveux pour lui montrer qu'elle n'est plus seule. Ah la fin de la lecture du premier parchemin où je l'avais lâchée pour tenir.

"Tu n'es plus aussi câline qu'avant si on insiste pas apparemment, pour le coup on est mutuellement nos doudous d'amour."

Puis le second, je le lis, je ne dévore pas les mots je les apprécie longuement et souris une petite larme de joie à l'oeil. Je n'ai pas à être triste, j'ai une bonne situation comparée à d'autres, j'ai des problèmes, mais je ne suis pas la seule. J'ai failli oublier ce temps où je me suis promis de toujours sourire face aux autres, pour au moins être ce petit rayon de soleil, pour ne pas m'apitoyer sur mon sort alors qu'on a eu tellement de chance comparée à eux. Chaque clan à ses hauts et ses bas, nous avons perdu presque entièrement le notre, mais c'est parfois inévitable, il va falloir renaitre sur des bases saines ou simplement laisser disparaitre ce qui le doit.

"Je ne dirai pas que j'aurais aimé être là à cette époque où tu as été seule, a perdu tous tes repères et avaient cruellement besoin de tendresse, ressasser le passée ne sert à rien et puis cela aurait était totalement différent, déjà il n'y aurait pas l'excuse de la différence d'âge pour m'empêcher de t'aimer autrement... Quoique mes parents avaient bien leurs quinze... quatorze ans et demi d'écart quand ils se sont mariés."

En disant cela je lui tir la langue et rigole, d'un parce que dire des bêtises remonte le moral, de deux je suis sa petite soeur Doudou et je n'oserai jamais quémander autre place dans son coeur elle est déjà suffisamment agréable. Je réponds à sa question sur le fait de faire les faignantes à la maison sous la couette, en la faisant patienter, je tâte l'appartement pour trouver les toilettes, puis la salle de bain pour me laver les mains, fini de boire et manger, me relave les mains, met tout à la vaisselle et ensuite la tire au lit, me colle contre elle et nous couvre de la couverture. Ce que j'ai sur le coeur...

"Raler sur ce le passée est inutile et je m'en rends compte maintenant. Je ne veux pas être le clown triste, tu m'as rappelé que je suis la petite bougie au milieu de l'obscurité pour au moins une personne et que je souhaite perdurer ainsi pour éclairer beaucoup de petites mains vers un avenir radieux."

Mais puisqu'elle veut que l'on parle de doute, de problème sur le coeur, il n'y a qu'une chose qui ne concerne pas le passé qui me trouble.

"J'ai beau ne pas être ravis que l'on me donne ma place parce que je suis la seule à l'accepter, finalement ce n'est pas un si grand problème... Par contre il y a une chose qui me trouble réellement. Je ne sais pas s'il m'aime réellement... Je pensais pouvoir assumer le fait de n'être qu'un morceau de viande pour lui, mais... finalement je n'en suis pas si sûre. Je lui ai fait ma déclaration, je l'ai vu troublé, mais je n'ai pas l'impression qu'il était si heureux que cela et... Je ne sais pas, j'ai un peu peur qui si cela se fait au final... Enfin tu me connais, je suis fleur bleue, je crois au grand amour et là j'ai un doute sur le fait qu'il soit... Qu'il soit l'élu ? Peut-être qu'il me prouvera le contraire, peut-être que la surprise lui a geler le cerveau et c'est bien pour cela que je lui avais donné du temps. Et puis surtout, j'ai fait ce rêve étrange, j'étais sûre de t'avoir vu sur place... Comme un rappel de mon esprit sous la forme d'une image fugace... Je me suis vue, sentie sur toi à califourchon, nue, à t'embrasser... C'est trop trop bizarre."

Toute rouge a repensé à ce rêve étrange qui paraissait si réel.

"Le jour où je vais déclarer ma flamme, je ne trouve rien de mieux que de rêver d'une autre, tu crois que ça a une signification particulière ? Ah... Ah mais c'est ça que ça veut dire ! Bien sûr, c'est ça une confession sur un oreiller, c'est parler au lit évidemment que je suis cruche."

Je rigole en tâtant le fameux oreiller, pourquoi chercher un sous-entendu dans une phrase aussi claire pourtant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Lun 20 Oct 2014 - 2:48


-Alors en cadeau d’anniversaire, je serais toute à toi aujourd’hui et aussi souvent qu’il te le faudra.

La brune avait oublié toutes ses idées noires en un instant, un vrai tour de magie et devant l’innocence de sa cadette pas toujours consciente des jeux de mots et de perches qu’elle lançait, la Bakushô fondait. Impossible de se retenir et ça lui faisait un bien fou, probablement parce que ça remplacer une action qui menaçait de rougir ses joues, elle était bien là, dans ses bras et en l’ayant elle dans les siens. Ses lèvres se blottissaient dans sa chevelure, pensive tandis qu’elle redevenait calme, un sourire en coin.

-Tu sais, si le temps m’a bien appris une chose, c’est qu’il faut profiter du moment présent avec ceux qui te font envie ou motive ta passion, mieux vaut regretter ce qu’on a fait, qu’être hanté par ce qu’on a pu rater.

Elle réajustait la couette au-dessus d’elles pour pouvoir être mieux blotties dans leur nid, les gens changeaient comme le temps et tous avaient des visions différentes, mais combien même…

-Tu sais, avant, je détestais le lait… Mais à force d’en boire, je ne sais plus m’en passer. Parfois, certaines personnes font cet effet, puis parfois, tu as beau essayer rien n’y fait, mais une chose est sûre, il est plus facile d’être aimée que d’aimer. Mais ma chérie, je suis de mauvais conseils moi ! Tu sais bien que je fais sans jamais trop réfléchir, résultat…

Genin, depuis dix ans, et une vie proche du chaos, le pire, le décompte n’était pas fini. Irrécupérable ? Parfois la présence de Koémi et le don qu’elle lui faisait en lui offrant confiance et affection lui chuchotait le contraire. La brune commençait presque à croire qu’il y avait un espoir.



Tout en douceur, le temps s’écoulait. Elle avait oublié ce que c’était de vivre avec quelqu’un et leur cohabitation soudaine avec Koémi, lui avait rappelé qu’être accompagnée avait ses bons côtés, mais voilà et après ? Un vide certain qui allait s’installer, mais la brune préférait ne pas y penser. Non, non, pas question, aujourd’hui était le bon, celui du départ et pour une fois, elle était la première réveillée, une étrangeté qu’elle ne s’expliquait pas, avec un doudou aussi affectueux, elle se serait vu dormir encore plus longtemps… Une théorie voulait qu’elle ne rêve plus de bras réconfortant en sentant la présence sur elle de ceux de Koémi, pour le coup, elle s’endormait, mais vraiment, beaucoup plus vite…

Enfin bref ! Une fois n’était pas coutume, elle posait un bol de chocolat fumant à côté du lit et bisouter sa cadette pour la réveiller avec douceur, si on lui avait dit qu’elle serait capable de pareille douceur, elle se serait moquée il n’y a pas si longtemps...

-Allez on se réveille, devine quel jour on est ! D’ici peu nous serons les reines de l’océan !

Puis elle la laissait se lever tranquille, la brune quant à elle était déjà prête, comme ses bagages et elle s’amusait de retrouver ses grands-parents, elle était leur unique petite fille et tout sauf présente dans leur vie. Elle soupira aussi en pensant à l’assaut qu’ils allaient faire sur elle, impossible d’échapper aux questions et autres choses dérangeantes, mais ça valait le coup, Papy avait une petite embarcation lui qui vivait au port… Elle entamait son déjeuner, le chemin allait être long ? Oui, mais pas aussi fatiguant qu’on aurait pu le croire, la fille ouvrait grand le balcon et lançait une bille d’argile en l’air, là un animal majestueux aux immenses ailes se formait avant de se poser sur la rambarde.

-Avant le baptême de l’eau, celui des airs. Tu as déjà vu le monde, vu d’en haut ?

Bientôt ça serait le cas si non…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Lun 20 Oct 2014 - 18:28

Deux jours, long ou court il est difficile de dire si c'est l'un ou l'autre, assurément agréable est la seule certitude que je peux tirer de tout ceci en tout cas. Réveillée par un bisou et un chocolat chaud je m'éveille doucement. Évidement suite à deux jours de simili paresse et du repos commun je ne suis pas aussi mal en point qu'au réveil avant hier. Ainsi je bois pour me réhydrate et en profite pour déposer des bisous et un câlin à celle qui pendant mon sommeil m'a tant manquée en quelques sortes. Enfin quand je ne rêvais pas d'elle bien sûr.

"Je serais reine de rien du tout, je préfère être princesse câlin."

Je dis cela, avec un air légèrement endormit encore, mais ça partira vite, mais sans air grognon en tout cas. Pourquoi princesse des doudous et des câlins ? Une vague histoire de rêve étrange, mais c'est un autre sujet qui n'a pas à être déballé dans l'immédiat il faut bien parfois garder des petits secrets. Enfin soit, il me faudra peu de temps par la suite pour me préparer et quand je vois le grand oiseau j'émets un petit instant un petit son légèrement aïgue, strident pour certains, mignon pour d'autre ressemblant à un wiiiiiiiiiiii ! Qui en définitive ne veux rien dire, le tout en faisant un saut de l'ange pour atteindre son dos et m'écraser dessus sans penser le moins du monde que je suis affalé sur un puissant tas d'explosif qui pourrait exploser et me réduire en charpie d'un simple mot de commande. Puis je m'installe à genoux sur son dos après lui avoir fait un câlin... Oui je sais qu'il n'est pas vivant et alors ? Les objets aussi ont une âme.

"Merci de nous porter oiseau-san !"

Et ainsi je suis installée prête à partir à l'aventure. Puis j'ai un petit rire en pensant à quelque chose.

"Pauvre Shiwoon quand même, je suis entré chez lui en fanfare, suis tombée dans les pommes puis... Et là je pars au loin après ce remue-ménage sans m'inquiéter le moins du monde du fait qu'il aurait peut-être voulu venir."

Non, je ne demanderai pas à ce qu'il vienne, c'est une viré entre filles et si la question avait était évoqué je l'aurais dit clairement. Mes moments câlins et voyage avec grande sœur ça lui ai réservé et c'est tout d'abord !

"J'ai hâte de voir ton papy et ta mamy, d'ailleurs il y a des choses à savoir avant qu'on arrive ? Des choses à ne pas faire, une manière particulière de les appeler ? Est-ce qu'il préfère que l'on soit un minimum respectueux des traditions ou autres ?"

Il vaudrait mieux le savoir avant d'arriver effectivement. Je suis donc prête à partir à l'aventure avec celle que j'aime très très très fort et qui d'ailleurs aura le droit à un autre câlin dés qu'elle montera sur la création volante, simplement parce que j'ai envie, je n'ai pas besoin de raison pour lui donner toute la tendresse que je veux d'abord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mar 21 Oct 2014 - 6:32


La scène était amusante, visiblement l’oiseau d’argile était au goût de Koémi, tant mieux en revanche, il fallait avouer qu’une sueur froide avait envahie l’échine de la brune en la voyant se vautrer dessus ainsi… Heureusement qu’elle avait eu le temps de maîtriser tout ça avant de la laisser entres les bras de sa cadette. Le pire, ça la faisait rire, bien sûr si tout avait explosé… Mais ce n’était pas le cas, alors peu importait ?

Elle la rejoignait dessus en s’asseyant à l’arrière, oui, histoire de ne pas gâcher l’expérience de haut vol qui l’attendait, sa surprise pour elle après tout. Et c’était tout en l’enlaçant que la brune passait ses bras autour d’elle pour attraper la pseudo crinière de l’animal, une qu’elle resserrait sans ménagement en entendant parler de son rival…. Aucun commentaire à son sujet… Il ne valait mieux pas ! Heureusement, le sujet changeait…

Assez pour faire rire la Bakushô tandis que sa création battait de ses puissantes ailes pour prendre son envol surplombant ainsi bientôt tout Kumo et comme il faisait froid à cette hauteur, la brune entourait sa protégée d’une large écharpe qu’elle partageait avec elle, un sourire en coin en pensant à ses grands-parents…

-Oh… Bah y a pas grand-chose à retenir, tu sais, mon clan est assez… Primitif au final. Ma famille aime vivre simplement et elle fait les choses de la même manière, sauf quand il s’agit d’explosif… Mais c’est une histoire. Sois toi-même et tout ira bien.

Car aucun doute sur le fait qu’ils resteraient eux-mêmes eux… Malheureusement et si la brune était tel qu’elle était déjà, c’était que ses bases étaient toutes faites… Ils étaient pires qu’elle… Largement pire. Son grand père pourtant, aussi curieux que cela soit n’avait aucun talent pour l’art shinobi, mais il était un artificier hors pair, capable des plus créations, sa petite fille s’en était largement inspirée enfant. Quant à sa grand-mère, c’était un peu le même genre, sauf qu’elle excellait en cuisine elle, un bout de talent que sa progéniture ne voulait pas tant exploiter que cela. Ni l’un, ni l’autre n’était Bakushô, ils étaient les parents de sa mère, elle-même une iryu des temps de guerre, de là qu’elle avait ramené son père dans ce bout perdu du nord de leur pays. En sale état évidement. L’histoire était pas mal, mais trop fleur bleue au goût de Miaë, pourtant, durant le début du chemin, vu que la conversation était lancée, elle la partageait avec Koémi, plus de chance qu’elle sache l’appréçiait. De plus, elle était presque sûre…

-Des conspirateurs hors pair ! De grande chance qu’en arrivant on découvre des invités surprises, du genre, mes parents que je ne vais jamais voir.

Ou pire encore. Elle soupira agacée, pourtant, ils n’étaient pas du genre à lui reprocher, ça ou quoi que ça soit d’autre d’ailleurs. Une famille décidément trop laxiste ! Ce qui était amusant quand on en parlait comme des autres « explosifs », ils étaient tout sauf ça, bien que très bruyant… Maintenant la petite savait tout ou presque d’elle, aussi la brune voulait la monnaie de sa pièce quand elles arrivaient au dessus de la grande barrière de montagne, au loin le temple, ça tombait bien, ici même que Miaë voulait faire une halte. La bête piquait du nez pour redescendre histoire de se poser ensuite en douceur…

-Peut-être qu’elle n’est pas si différente de la tienne ma famille, qu’en dis-tu ?

La Bakushô elle n’en disait plus rien, mais son ventre lui grognait… Elle avait faim !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mar 21 Oct 2014 - 17:35

Tiens c'est étrange, quand je la vois au moment où j'ai parlé de lui... Est-ce que ? Bon ça ne me dérangerait pas, mais je préférerai être sûre que ce soit le cas, alors qu'elle parle je réfléchie, enfin je verrai cela juste après alors qu'elle parle de ma famille. Je la regarde, penche ma tête sur le côté sans prendre d'air en particularité.

"Tu te rappelles que 95% de ma famille est morte il y a moins d'une saison et que ce qu'il en reste est passé du côté Furyou de la force n'est-ce pas ? Tu ne penses pas que c'est un peu bancal comme question surtout posée au présent ?"

Je ne fais pas la tête, mais ce n'est pas pour autant que ces images qui trottent maintenant dans ma tête me ravissent, même si les ninjas on nettoyait les lieux quand on est sorti, je vois encore nos proches dans leurs cercueils pendant les enterrements, quand plus de la moitié d'un clan est mis en terre cela fais beaucoup de personne à pleurer. Enfin ce qui est fait est fait et je n'ai pas envie de m'énerver ou quoi que ce soit d'autre sur Miae, encore moins aujourd'hui. Alors qu'elle a faim et qu'on s'apprête à se restaurer je me colle à elle. Puis avec un faux air de Yakuza.

"Puisque c'est toi Onee-chan, je vais faire comme si je n'avais rien entendu en échange de papouille bien entendu, les affaires sont les affaires."

Puis je rigole alors que nous sommes à terre. Je la laisse choisir quoi et où manger et la suis sagement, sans un mot par contre puisque j'ai une petite idée qui germe dans mon esprit, je n'ai pas dit une bonne idée par contre. Alors que l'on mange, je vais exprimer une bien vilaine manière de s'amuser entre filles en principe, enfin ça l'est quand ça dégénère et je ne pense pas que ça sera le cas entre nous. D'ailleurs je ne suis pas sûr qu'en réalité ça se jour comme ça, mais c'est très bien comme ça l'est :

"Tu est jalouse de Shiwoon ? Soit tu réponds, soit tu as un gage... Action ou vérité."

Je lui tire la langue avec un petit air de défi. On a bien le droit de jouer entre soeurs non aussi métaphoriquement que cela puisse être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Ven 24 Oct 2014 - 5:25


La brune parlait souvent sans réfléchir malheureusement, oui elle était du genre à dire tout ce qui lui passait par la tête quand elle se sentait en confiance, une erreur vu le contexte et quand elle réalisait, elle aurait bien voulu se cacher six pieds sous terre… Mais elle se contentait de la serrer plus fort contre elle pour s’excuser, sans commenter davantage de peur de dire une connerie encore…

Le pied posait à terre finalement, un bon pique-nique s’annonçait pour changer les idées, bien que l’humeur peinait à revenir, pourtant, Koémi en toute sa splendeur comme toujours faisait tout pour. La brune la contemplait longuement et ne put s’empêcher de rire en la regardant faire, un vite contrarié par l’affirmation de sa douce, comment ça jalouse ?!

-Tu plaisantes !! Comme si, il pouvait être placé à la même enseigne !

Elle avait démarré au quart de tour, normal… Dans son tempérament et son appétit coupé et puisque le jeu était lancé, après tout, elle aurait pu hurler un « OUI » au monde ça aurait été pareil… La Bakushô se décidait à le poursuivre, mais comme elle ne pouvait pas s’empêcher de surenchérir toujours...

-Et pourquoi pas les deux ?

Sourire espiègle quand la pause repas se finissait et qu’elle l’entrainait avec elle à l’intérieur du temple, la fille s’inclina poliment devant le moine proche de l’entrée qui les accueillait avec un rictus, sans commenter.

-Tu es déjà venu ici… ?

Questionnait-elle avant qu’une énergie raiton n’ouvre les immenses portes gardiennes du temple, un son particulier et des étincelles, tout pour plaire à la Bakushô, en son milieu, un tube en verre immense laissant voir et contenant de l’énergie électrique. Le cœur de tout le lieu et tous autours, des statues figeant à jamais les visages illustres de ce pays. Ses pas se stoppaient devant un Kage, Bakushô Soroshiya, à sa droite, Tsumei, le point commun des deux un statut, la différence ? La composition de leur double de pierre. Du bout des doigts, elle frôlait le visage presque parfait du Bakushô, contrairement à son homologue suivant…

-C’est mon grand-père à l’origine de cette création, le seul qui puisse la retoucher. Pas celui que l’on va voir ensuite, non…

Un sourire quand un bruit de sifflement arrivé du fond… Un kunai qui se plantait en plein entres les yeux de la statue du Bakushô… Normal, la brune avait esquivé le projectile.

-MIAE !! Incapable femelle ! Tu aurais dû l’arrêter ! Regarde ! Regarde ce que tu as fait !

Une voix roque et des pas lourds qui fonçaient sur elle, on aurait cru qu’il allait la broyer sur place, mais il se contenta simplement d’une main posée sur son épaule une fois arrivée à sa portée. Sous ses longs sourcils blancs, son regard doré considéra la gamine qui accompagnait sa petite fille, aucune expression sur son visage.

-Il est rare de te voir.

Concluait-il en retirant son kunai, sa main effleurait à peine la statue pour lui rendre tout son aspect.

-Droit d’asile… ?
-Droit d’asile.

Les deux échangèrent un rire, les seuls à pouvoir comprendre, ils n’étaient pas là par hasard, ce soir, une fête au temple, d’où l’agitation, elle était réputée comme la plus belle du pays et le vieux lascar Bakushô en était l’artificier.

-Personne ne doit savoir, mon secret, le notre maintenant.

Murmurait-elle à sa cadette, elle parlait du lien de parenté, une histoire compliquée, trop pour être exposée aujourd’hui où on les invitait à participer.

-Besoin de mains pour le grand banquet, je vous laisserais manger du coup, ok ?

La brune lançait un regard à Koémi… Ok ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Ven 24 Oct 2014 - 21:23

Pourquoi pas les deux ? Parce que le jeu n'est pas comme ça tout simplement. Très bien.

"L'un ou l'autre et je vais prendre ta réponse comme un oui indirect, c'est donc à toi grande soeur."

Alors qu'on approche du temple de la foudre par la suite, je m'assure d'un regard que mon Yukata violet que j'ai remis pour l'occasion est bien mis et ne risque pas de me faire ravoir un incident comme dans l'appartement de Shiwoon... Ah non, c'était un mauvais rêve à cause de la fièvre ça, mais tout de même cela serait catastrophique si cela arrivait en vrai, donc autant l'éviter. C'est la première fois que je viens ici et quand elle me demande si j'ai déjà visité le lieu je lui réponds d'un simple petit non de la tête avant de regarder longuement le lieu majestueux. C'est grand et beau, je ne comprends pas trop le principe de culte, mais j'imagine qu'ils croient en un être supérieur comme je crois en grande sœur... Bien évidemment c'est avec un grand respect que je me suis incliné le plus bas possible avec ma tenue actuelle devant l'homme de foi, oui ce n'est pas parce que je ne crois pas aux mêmes choses qu'eux que cela veut dire que je dois manquer de courtoisie ou de respect pour leurs choix et leurs styles de vie saint.

Je ne dis rien quand l'homme d'un âge vénérable approcha et ce malgré le fait que je n'ai pas eu le temps d'assimiler ce que viens de me révéler grande soeur. Quand il fut proche encore une fois je me suis contenté de le saluer en me pliant le plus possible, car si je me souviens bien, plus la révérence est basse et plus le salut et respectueux et c'est pour cela que je m'assure d'être la plus basse possible. Quand elle me dit à l'oreille la chose sur le secret, à voix basse je lui réponds en la regardant avec un petit sourire et un air entendu.

"De quoi parles-tu ?"

Sous-entendant bien évidement qu'il n'y avait pas de secret et donc rien à dire à se sujet. Alors que l'on nous propose de participer en échange d'un repas suivi d'un regard interrogateur de celle que j'apprécie plus que tout, je me dis qu'il serait de bon ton de faire bonne impression face au monsieur qu'elle semble apprécier. Ainsi je ne le regarde pas dans les yeux, vieille coutume pour les femmes et d'autant plus pour les demoiselles et dit en baissant la tête.

"Ce serait un honneur monsieur."

Oui, je peux être calme, respectueuse et avoir une voix douce et posée quand je le veux bien. D'ailleurs alors que l'on m'amène à la cuisine je m'affaire de la manière d'on m'a appris à le faire : c'est-à-dire de manière tempérer, en minimisant les gestes inutiles et je peux alors montrer que je ne suis pas bonne qu'aux arts ninja. J'ai était en cuisine pour ma famille, le clan et même parfois pour aider dans certains de nos établissements haut de gamme. Ma tante une fois m'a dit que j'avais des mouvements tellement fins et fluides qu'elle trouve dommage que je n'apprenne pas l'art des Eiseinin... Enfin cela c'était avant de trahir le clan et fuir un F sur la joue, néanmoins je n'exclus pas cette possibilité pour autant. Enfin soit, tant que l'on ne me demandera pas d'arrêter, je continue à aider en cuisine et je propose même subtilement et poliment en bonne demoiselle bien éduquer de faire du service si nécessaire, en tout cas, je pense que je vais être occupée un bon moment alors que la seule chose qui dénote par rapport à mes manières est un sourire amical là je suis censée me montrer un peu plus neutre, enfin je ne peux pas non plus m'empêcher d'être heureuse de rendre service, me rendre utile et le tout en étant avec celle que j'aime tant. Sinon malgré cela, je pense qu'ils n'auront pas vu, ou rarement jeune fille de mon âge aussi calme et polie, enfin j'ose l'espérer, car, je fais d'énormes efforts pour montrer une bonne image de moi-même pour ne pas créer de tord à celle que j'accompagne. Une fois que l'on me laisse partir, je retourne voir Miae.

"J'espère que j'ai bonne impression, je ne souhaite pas te créer de problèmes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mer 29 Oct 2014 - 7:23


C’était sans appel. Tous ceux ici présents jetaient un regard sur la Bakushô, puis la gamine…

-Deux mondes.

Laissait s’échapper le plus jeune templier, ce qui ne pouvait que faire sourire l’homme à l’origine de la tempête du lieu, le mot était bien choisi, en moins d’une heure tandis que Koémi avait assuré une qualité de service parfaite, Miaë, elle, avait détruit la pyramide de fruits, le pilier d’offrandes en ayant la bonne idée de piquer une pomme. Mais loin de s’arrêter en si bon chemin, voilà qu’en plus, elle s’était sentie obligée de chicaner sans retenue tous ceux qui lui faisaient la remarque sur son manque de contenu. Bien sûr, tout ça avait fini de la même façon qu’à chacune de ses visites… Une joue roussie et le vieux Bakushô qui gronde.

-Je devrais te vendre aux autres !

L’homme la fixa en perdant son sourire en coin, pas le genre de plaisanterie qu’il savait apprécier, mais en était-ce une ? Il s’éloignait en grognant, tant de choses encore à préparer, cet homme officiellement était mort après tout, il pouvait aspirer à être tranquille… Alors pourquoi se donnait-il tant de mal. Le droit s’asile hein ? La brune jetait son regard dans celui de Koémi, pouvait-elle soupçonner que ce lieu était à la fois un refuge et une prison ?

-Ici, les lois du monde n’ont aucun droit, essaie de t’en rappeler, ça pourrait te servir un jour qui sait.

Puis elle lui ébouriffait les cheveux avant de capturer sa main pour se faufiler à travers les couloirs interdits, c’était plus fort qu’elle, comme si tous les interdits étaient une invitation pour elle à les violer, puéril certes, mais difficile de lutter contre sa nature. Et comme justement le charme résidait à ne pas se faire prendre, la course effrénée se ponctuait de coupure où il fallait se cacher, comme une âme d’enfant qui refusait de disparaitre. Elle tirait une dernière fois sur ce bras et courant d’air violent et frais les balayait quand elles ouvraient la dernière porte, celle qui menait presque au toit du temple immensément haut. Ce lieu était pour elle, comme un trône posait sur le monde. La montagne à perte de vue, en bas tout était si petit, au loin toutes les lumières qui dévoilaient le pays et le ciel au nuage dansant semblait vouloir être de la fête, la lune ce soir plus que jamais, immense. La brune levait le nez en direction de cette dernière.

-Quand j’étais enfant, je croyais que cette porte ouvrait le chemin vers elle…

Elle se mit à rire un peu, un peu de temps devant elle avant l’explosion de couleur, puis elle repensait à leur jeu…

-Mon tour non ? J’ai cru comprendre, que tu avais été dévoilé ta flamme au Dentô, ça s’est passé comment ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mer 29 Oct 2014 - 13:35

Toujours polie, je venais de ranger tout ce que grande sœur à mit en désordre... Oui en principe ça serait plus à elle de ramasser derrière moi, mais ça ne me gêne pas même à la maison j'ai toujours était ainsi. Une fois que j'estime que j'en ai fini, je me tourne vers l'assistance et de nouveau m'inclinant avec respect d'une voix douce.

"Je vous remercie d'avoir accepté ma présence et pour ces instants forts en enseignement, au plaisir de pouvoir bénéficier davantage de votre sagesse et de la paix de ce lieu."

Elle me dit alors que ce lieu est hors des lois du monde, j'imagine, bien ce que cela veut dire et ce n'est pas pour autant que j'espère devoir en avoir besoin un jour. Mais la vie est tellement aléatoire, même la plus minutieuse des préparations ne néchapera jamais au risque d'un aléa qui met tout par terre de toute manière. C'est pas la suite que l'on brave l'interdit, personnellement je n'aurais jamais osé aller dans cette direction et cela ne veut pas dire que je me laisserai le faire part la suite. Je suis consciente que grande sœur n'est pas forcément le meilleurs des exemples, mais le problème est aussi qu'elle est le seul, ou l'un des seuls que j'ai et donc que je ne me pas faire autrement que de m'y tenir inconsciemment. Je ne peux alors que sourire quand elle me parle de cette porte qui pourrait mener à la lune, mais je suis plus du genre à penser qu'un minimum de règles est toujours nécessaire pour ne pas tomber dans le chaos le plus total, je ne suis pas du tout anarchique donc et malgré l'adolescence qui approche ou même qui est présente je ne suis pas nihiliste pour un sous.

"Peut-être que c'est le cas."

Puis je rigole, une porte pour la lune, pourquoi pas au vu de tout ce que font les shinobis ? On en revient à notre jeu avec une question assez difficile. Ce n'est pas que je ne veux pas répondre, mais je ne le peux pas, car, moi-même je ne suis pas sûr... Je détourne le regard un instant.

"Honnêtement, je ne sais pas moi-même... Je te répondrai plus tard, mais l jeà ,ne peux pas et puisque c'est le cas : action."

J'imagine, non j'espère que ce petit jeu n'ira pas trop loin et puis ça me permettra de penser à autre chose. Enfin bon en attendant aussi.

"Pendant que je fais mon action, pense à une réponse ou à dire action à ton tour je te donne ma future question puisque tu veux poser des questions vilaines : Est-ce que tu aimerais que je t'embrasse à nouveau ?"

La réponse est évidente, mais puisqu'elle veut poser des questions dans ce genre, je ne vais pas m'en priver, bon donc mon action ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Dim 2 Nov 2014 - 10:34


Pas de réponse, bonne réponse ? Oui enfin, ce n’était pas toujours valable et dans ce cas-là, difficile de dire, la brune gardait un sourire affichait alors qu’elle mourrait d’envie de secouer le Dentô… Enfin, c’était là une autre histoire où seule la patience lui prouverait si elle avait tort ou non d’être retissant comme ça. Action ? Vu la question qu’elle venait de lui poser…

Un sourire mesquin…

-Pour ton action, tu devras attendre de rentrer, puisque tu parles de baiser… Tu devras en voler un à ton chewy avant qu’un mois ne se soit écoulé !

Voilà qui lui apprendrait à la taquiner avec ça et parce que c’était quand même sa petite sœur adorée, elle rééquilibrait la chose en lui offrant sa revanche…

-Je refuse de répondre à ta question vilaine ! Elle rigola un peu. Alors je choisi action aussi…

Le spectacle d’artifices commençaient et le bruit empêchait toutes conversation, surtout à cette hauteur et la brune le contemplait avec attention, après tout, encore un long chemin à faire avant d’arriver à pareil résultat. Des étoiles pleins les yeux pour accompagner le sommeil des belles, tant mieux, car le chemin restant leur demanderait encore une journée. Au petit matin, le calme et juste l’odeur veille des fumées de la veille, la monture d’argile pour redescendre la montagne ou plutôt la traversait et une fois cette dernière passée, le choix d’une petite marche, après tout, le côté nord de Kumo était magnifique bien que méconnu.

Puis les voilà finalement en fin d’après-midi dans la ville portuaire, aucunement les souvenirs de la brune n’avaient été affectés, aucun mal à se retrouver malgré le fouillis qui régnait dans les ruelles ici, un village bruyant et très divers dans les rencontres…. Un port quoi. Elle entraînait le duo non loin de la côte, vers une petite maison traditionnelle au milieu d’autres du même style et sans frapper ou quoi que ce soit, la brune s’invitait à l’intérieur. Sans surprise, elle n’avait pas l’effet nommé comme tel d’ailleurs, son cou réquisitionné direct par une vieille femme, techniquement, aucun de liens de sang entres eux, pas étonnant que l’on ne trouve aucune ressemblance, mais ces derniers avaient élevé sa mère, l’origine n’avait pas d’importance.

-Moi aussi je suis contente de te voir Mamy’ !

Presque, elle ne mentait pas… Mais la vieille femme n’en avait que faire, son regard était déjà fixé sur la magnifique poupée qu’elle lui avait ramené… La Bakushô soupira. La grand-mère était vite sous le charme, au fond, ça l’amusait plus qu’autre chose, pauvre Koémi avec la mamie gâteau… Encore qu’elle devait avoir plus de patience que Miaë. Les formalités passées, l’absence du grand père marquait la brune, mais on la rassurait, il était à la pêche, puis elle informait de l’anniversaire de la belle tandis que le thé se servait… Voilà la femme intenable… La brune soupira à nouveau…

-Elle est charmante la petite, si tu avais pu être aussi adorable, qu’est ce qui te ferait plaisir mon enfant ?

A la brune, fuir le plus tôt possible avec le bateau, ça semblait compromis, quand la vieille femme posait des milliers de questions…

-Alors comment as-tu conquise Miaë, c’est surprenant qu’elle t’amène ici, surprenant de la voir avec quelqu’un en fait… Tu as réussi à avoir un copain entre temps Minette ?...

Le pire, elle demandait ça avec un air tout innocent, direct, les crocs de la Bakushô qui sortaient, mais la vieille dame la snobait aussitôt…

-Et toi ma mignonne ? Je serais curieuse de savoir comment ma petite fille vit…
-Dans un chaos ! C’est évident… Tu es Koémi ?

Marmonnait une grosse voix sortant pourtant d’un magnifique sourire. Les gens de cette maison n’étaient pas farouches, bien au contraire.

-Je croyais que tu avais le mal de mer Miaë ? Elle doit vraiment beaucoup t’aimer…

Ce qui le laissait perplexe et faisait grogner la brune, pire encore quand ils sortaient l’album de famille, manquait plus que ça ! Toutes les réclamations du monde ne pouvaient rien y faire… La phrase fatale…

-Tu peux en choisir une et la gardait si tu veux !

La brune faisait les gros yeux ! Oui enfant, c’était une vraie petite fille… Sa main se plaquait sur son visage…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Dim 2 Nov 2014 - 12:44

Alors que je lui ai promis de lui laisser de l'espace... Bon un pari est un pari, je le ferais, mais pas sans lui dire clairement que même si elle apprécie de le faire cela n'en reste pas moins un pari et qu'elle s'excuse de l'embrasser alors qu'elle est censée lui laisser de l'espace. Enfin, je sais qu'il sera sensible à l'argument vrai dans ce que je dirai, que l'on ne revient pas sûr sa parole quand on est un vrai guerrier, mais je lui laisserai pour le coup quand même le choix de me repousser si vraiment ça le contrarie pour la peine c'est un bon compromis. Grande sœur, là tu as déclaré une petite guerre fraternelle, mon action suivante sera terrible.

"La prochaine fois que tu verras l'homme d'on ont ne doit pas parler et tu sais très bien de qui je veux parler, pendant un jour tu lui parleras de manière polie et fera preuve d'un respect digne d'une demoiselle, d'ailleurs on pourrait lui dire au revoir avant de partir non ?"

Je crois que je ne pourrai pas lui faire pire crasse, d'ailleurs, je n'ai pas précisé quand exprès, si elle est maligne elle dira au revoir aujourd'hui pour diminuer le temps où elle sera contrainte d'être polie, distinguer et courtoise à un simple salue plutôt qu'a une journée entière. Mais c'est à la fois une manière de m'assurer qu'elle le fera aujourd'hui et donc être sûr que ce soit justement le cas.

"C'est à toi grande sœur, je t'aime très fort !"

Un câlin plus tard nous reprendrons la route avec ou sans détour pour voir la cible du pari. Le mal de mer hein ? Tu abuses, si tu me l'avais dit on aurait fait ça autrement, je ne veux pas que tu te forces pour moi. Mais c'est quand même flatteur, une sorte de compliment indirect des plus mignons, si je le pouvais, j'en tomberais ou en retomberais amoureuse avec ce genre de comportement, pauvre de toi Miaë est-ce que je te transforme tant que cela ? Si oui, est-ce que tu aimes ces changements ? Je sais comment demander ou plutôt quand, si tu éludes la question en choisissant action ça sera indirectement une réponse de toute manière. Quand je vois sa grande mère la valse des bonnes manières recommence, mais à un détail près.

"Bonjour Obachan, je suis très heureuse de te rencontrer."

Ouais, directe du chan et du tutoiement, ce n'est pas forcement le plus respectueux, mais je ne peux pas faire plus amicale, je lui montre directement que j'accepte sans chichi qu'elle puisse faire ce qu'elle veut et surtout que je l'aime déjà. Quand elle me demande ce que je veux, sans le moindre chichi je réponds d'instinct.

"Un câlin et beaucoup de sourires."

Pour la seconde partie, je suis à peu près sûr qu'il n'y aura pas le moindre problème. Si elle m'accorde mon accolade, je m'assure de ne pas serrer trop fort, je pense à son dos, mais je n'en profite pas moi, oui je suis consciente que j'ai une addiction sévère aux gestes d'affection et je ne tiens pas à soigner cela de toute manière. Pour le reste j'agis comme d'habitude, du respect et de la politesse, mais saupoudré de rire et de sourires. D'ailleurs, le grand-père aussi a le droit à cela.

"Bonjour Ojiichan, je suis ravie de faire ta connaissance."

Je pourrai refuser poliment pour ne pas la gêner, mais la tentation est trop grande. J'en choisie une, une des dernières où elles est à peu près de mon âge, un peu moins surement et en Yukata puis la prend et dépose un bisou dessus. Oui j'ai une manière très personnelle d'accepter les cadeaux et les objets et une oreille attentive entendra que je remercie cette photographie d'immortaliser un moment heureux et de représenter un second souvenir avant de la ranger. Oui je respecte aussi les objets, comme s'ils avaient une âme et c'est ce que je pense d'ailleurs.

"Ne vous inquiétez pas pour votre petite fille, nous prenons soin l'une de l'autre."

J'en profite alors pour lui prendre la main dans la mienne et poser ma joue sur son épaule, comme deux sœurs, j'imagine. Je suis officieusement son doudou attitré, celle qui lui donne des câlins et des bisous quand elle en a le plus besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Sam 8 Nov 2014 - 22:34


Elle n’avait eu aucun mal à se faire adopté, ce qui en soit ne surprenait pas vraiment la Bakushô, une petite fille comme, ils en avaient toujours rêvé… bémol, Miaë avait toujours été une petite teigne elle, une pile électrique fut un temps qui ne tenait pas en place, encore pour de l’affection, faut dire aussi, elle en avait plus qu’il ne lui en fallait. Bien qu’elle marmonnait, la brune ne protesta pas plus que cela, après tout c’était Koémi et quand cette dernière venait l’attrapait elle en faisait autant souriante et la callant mieux contre elle. Ce qui laissait un air surpris un court instant sur le vieux couple, rapidement ravis, pourtant, c’est la plus jeune qui récoltait toutes les marques de tendresse, une histoire de succès ? Pas sûr !

La brune esquissait un sourire et inévitablement le bal des questions reprenait, comment allaient ses parents ? La voilà bien embêtée… Combien de temps qu’elle n’avait pas été les voir… Elle fit une mimique significative et la vieille femme haussait ses épaules en comprenant bien qu’elle n’avait pas tant changé.

-Tu dois avoir un sacré travail pour la surveiller celle-ci ma petite Koémi !

La brune lui tirait la langue avant de se décider à attraper les bagages et montrer leur chambre à Koémi, sans surprise, une vraie antre de petite fille, imagine qui ne collait pas franchement à la Bakushô… Ceci dit, pas le temps de papoter que déjà Mamie revenait à la charge avec une liste de courses, quelle idée d’avoir parlé si tôt de l’anniversaire prochain de la nouvelle mascotte de cette maison.

-Tenez mes chéries, si vous alliez faire des emplettes, tu pourras faire visiter la ville à la Poupette comme ça !

La liste était longue comme son bras, là encore, rien d’impressionnant, c’était courant, une famille d’extrémiste, les chiens ne faisaient pas des chats après tout. Pourtant aucune réclamation et la voilà qui agrippait la main de sa douce pour l’entraîner vers le centre-ville.

-Tu as les bras solides ? Mon petit doigt me dit qu’on aura plus de jambes, ni de dos ce soir !

Un petit rire au milieu des rues tranquilles, l’air était humide par ici, comme toujours et c’était finalement un détour vers la plage qui concluait l’expédition, loin de là où elles devaient se rendre. La brune se séparaient de ses chaussures, même si le sable était froid, elle avait toujours aimé son contact sous ses pieds et c’était là que le panier prenait tout son sens, elle lançait un regard à sa cadette.

-Tu as déjà été à la chasse aux coquillages ?...

Un jeu d’enfants ou de vieux, à voir, mais un que la brune aimait beaucoup, fouiller dans le sable à la recherche de trouvailles, généralement bonne à manger.

-Ce soir, c’est la fête il semblerait… Mais demain matin, si on est toujours capables de se lever, on pourra prendre la mer, je suis persuadée que tu seras quoi qu’il arrive plus douée que moi !

Ce ne serait pas très dur en même temps… La chasse commençait et pour ne pas changer, la brune avait fui les responsabilités, le temps s’écoulait… C’était compliqué de lui confier quelque chose, encore plus de lui faire confiance ceci fait… Mais Koémi échappait-elle à cette règle ? La brune formait un tas du bois flottant pour faire un feu, ici, la plage était presque déserte, au loin les bateaux qui rentraient, ceux qui partaient et quelques ombres venant fouler le sable humide. C’était curieux qu’elle ne soit pas revenue depuis si longtemps… Alors que soudainement, elle se rappelait à quel point elle aimait cet endroit en se posant sur le sol, son regard se perdait un instant dans l’horizon infini, difficile de dire où commençait le ciel, où finissait la mer.

-Dis moi, quels sont tes projets pour l’avenir ? Quel est ton rêve Koémi, à quoi tu aspires vraiment… Une vie simple au service de Kumo ou de plus grandes ambitions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Lun 10 Nov 2014 - 18:00

Puisqu'elle n'a pas profité de l'instant pour faire son gage, comme moi plus tard elle devra le faire. Enfin c'est une autre histoire, de toute évidence je suis bien accueilli par ce couple et j'imagine que j'ai réussi à être suffisamment... Quelque chose pour que ce soit aussi simple. En même temps, les gens de bonnes volontés n'ont jamais de mal à bien s'entendre. J'ai déjà un surnom d'ailleurs poupette ? Mignon, même si c'est très enfantin ce qui ne me gêne pas plus que cela. Puis on nous demande d'aller faire les courses.

"À la maison, je faisais presque toutes les courses, j'ai les bras plus solides que tu ne peux l'imaginer. Grâce ou à cause d'une certaine personne je me fais les bras avec une arme de deux mètres de long pour rappel."

Je lui tire la langue, même si c'était l'idée de mon frère, elle m'a mise au défi de la faire et je suis sur le point de réussir, je peux porter l'arme le temps d'un combat et j'ai commencé à développer un style qui me permet d'économiser mes forces, usant de frape rapide avant de rengainer. Une fois les courses faites, un petit tour à la plage et pour rappel je n'ai pas froid aux yeux puisque je me suis baigné dans de l'eau bien froide au lac, je fais donc comme elle et retire mes souliers. La chasse aux coquillages ?

"Depuis qu'on est à Kumoje ne suis pratiquement pas sortie du village si on exclut nos sorties ensemble et mes missions et petite, j'avais la santé fragile."

Avant j'étais une petite fille fragile et gémiarde, mais ça, c'était avant. Prendre la mer, on verra bien et si je n'y arrive pas ça ne sera pas un drame dans tous les cas.

"On verra bien, si tu as le mal de mer je te ferais un massage avec des huiles essentielles... Oui j'ai pris des huiles essentielles, c'est pour mélanger pour mes soins du corps, tu m'as dit de ne pas prendre ma maison, pas d'oublier l'essentiel."

Oui je me justifie, oui je suis sur la défensive en quelques sortes. C'est alors qu'elle lance la question des aspirations futures. Difficile à dire, honnêtement je ne sais pas trop. Dans un sens je me vois bien dans une vie simple, de l'autre mon âge oblige, j'ai des rêves.

"Je n'ai pas de grandes aspirations pour le moment. Enfin à une nuance près, je ne sers pas Kumo, je protège son peuple... La différence est subtile, mais elle est importante, je ne souhaite pas être un ninja jetable ou un chiffre. Quand je serais plus vieille, je sais que je serais certainement une femme au foyer, papouillant et dorlotant là ou l'élu de mon cœur et élevant un ou des enfants eus naturellement ou adoptés... On est encore trop jeunes avec Shiwoon, je ne peux pas affirmer que nous aurons une histoire longue ensemble surtout après sa réponse. Entre maintenant et une vie au calme, je ne sais pas, je ne suis pas devin et peut-être qu'au fond j'attends qu'une personne me prenne par la main pour me tirer vers de folles aventures et des coupes gorges rigolo et exotique."

Je souffle un coup en regardant le ciel, on ne peut pas faire plus évasif comme réponse, enfin je crois ? Enfin soit pendant que j'y pense.

"Sinon c'est toujours à toi grande sœur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Dim 16 Nov 2014 - 6:48


Elle grimaçait face aux possibilités, bizarrement, rien qui ne lui convienne, bon en même temps, elle ne s’attendait pas à ce que cela se passe différemment. Difficile de dire ce qui la contrarier déjà le plus, le dernier point certainement, un instant un poil trop maternel qui se montrait dès qu’il s’agissait d’elle, plus fort que la Bakushô.

-Oublie toutes idées dangereuses, impensable ! J’irais te chercher par la peau des fesses s’il le faut !

Et bien sûr du fessier du coupable, elle n’osait même pas en parler, plus question de fessés ou autre, bien pire encore. La brune continuait de marmonner cela malgré le fait que c’était son tour de se prêter au jeu.

-Mon aspiration est simple, ni mourir, ni me faire virer de préférence. Pour le moment je tiens la route dans mes objectifs, tant que ça continue comme ça, ça me va.

Un rire finalement face à sa propre connerie et l’heure de rentrer, il commençait à faire froid et si certes les deux femmes étaient de vraies aventurières, il ne fallait pas pousser inutilement. Retour au bercail, les bras chargés et pour répondre au pic du départ de sa cadette…

-Tu vois une idée de génie de te mettre au défi de manier cette chose, c’est que tu me surpasses déjà niveau physique !

Sûrement pas que là et oui, il était vrai qu’elle en référence, c’était facile. Mais la brune aimait bien cette idée étrangement, c’était rassurant en soi. Les ancêtres s’agitaient joyeusement, ces gens-là contrairement à la légende qui traînait sur sa famille avait un caractère facile, bien que borné. Le lendemain serait jour de fête et en clos de spectacle la brune prévoyait du lourd, en espérant ne pas faire foirer son coup toute seule. Ah non, ça pas question, elle avait travaillé dur sur le sujet, ce qui pour elle n’était pas commun. Tout était dans le mental.

Le jour J enfin, car le reste de la journée n’avait rien de particulier à souligner si ce n’était que bien que les vacances soient pour Koémi, c’était plus elle qui était du genre à chouchouter Miaë. Rien de nouveau en soi, à leur levé une surprise qui n’en était pas une pour la Bakushô, une maison aux allures de fête, ils en avaient rêvé, mais définitivement, ce n’était pas le genre de leur petite fille ce genre de truc, elle avait tendance à tirer une tronche d’enterrement et fixer l’heure pour que ça passe… On est comme on est après tout. Koémi, charmante enfant jouait le jeu il semblerait, la malheureuse… Un brouah qui venait en fait qui avait réveillé Miaë avant midi, un exploit et pour cause dehors au moins… cent personnes.

-C’est quoi ce bordel…

Ses yeux qui se levaient vers les cieux, quelle famille d’extrémistes bordel, pourtant, elle leur épargnait tous commentaires en fixant les diverses tables où chacun avait amené sa participation, la bonne humeur semblait en place, de toute, ici, on ne perdait jamais une occasion de faire la fête… La question qui se posait dans sa tête était alors dans cette marée humaine de retrouver sa douce. Ce n’était pas gagné, la brune s’agaçait vite, encore plus en voyant le bateau qu’elle avait préparé la nuit en douce hors de sa place…

Oups…

Fort heureusement un artifice au loin dans l’horizon aquatique lui désignait que non, elle n’avait pas oublié de l’attacher, mais en revanche, on lui piquait son idée… Il allait payer ça ! une monture d’argile et un rapide tour d’horizon pour trouver Koémi, après quoi ? A l’abordage !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mer 19 Nov 2014 - 1:47

Oublier toute idée dangereuse ? Notre vie l'es déjà bien il me semble, et je ne compte pas quitter mon travail de ninja à plein temps. Enfin soit, autant ne pas rajouter une couche, alors tu veux simplement ne pas mourir ni te faire jeter dehors ? Pour la seconde partie, j'ai un doute, mais pour la première tan que tu ne t'approcheras pas trop proche d'un Fouryou ça devrait le faire. Il est incontestable que grâce à elle j'ai maintenant un physique légèrement musculeux ainsi qu'aux bons soins de Shiwoon, mais cela ne m'empêche pas d'avoir des formes là où il le faut. Bien évidemment, je ne vais pas parler de mes formes devant elle, c'est un sujet généralement assez sensible et lui faire remarquer que mon tour de poitrine approche au moins le sien s'il n'est pas à son niveau alors que je n’ai pas fini de grandir sonnerait sans doute comme une déclaration de guerre dont je n'ai pas envie. D'ailleurs, j'ai de la chance de ne pas avoir le droit à ce que j'ai vu dans certaines bandes dessiner... Le grand classique de la vérification mammaire de manière agressive et douloureuse.

Le lendemain matin, maison en fête, je m’amuse et plus que jouer le jeu, je rentre dedans la tête en avant. Évidement voir un si grand nombre de personnes m'a surprise, même au saint de mon propre clan on n'a jamais eu un aussi grand rassemblement surtout pour un jour unique et la célébration d'une personne en particulier. Alors que je suis tiré pour monter sur une monture d'argile et finalement un long moment plus tard sur une embarcation.

"Bon je sais que cela doit être ici... À voilà, les gilets de sauvetage."

Je mets le mien en rigolant, je n’ose même pas regarder vers elle de peur de la voir rendre son petit déjeuner par dessus bord. Elle dit qu'elle est très mauvaise, bizarrement cela me semble être la raison la plus probable même si je me demande vraiment si elle irait jusqu'à se forcer si ça la rend malade ? En fait c'est une mauvaise question, elle le fera sans l'ombre d'un doute, mais je n'ai moi pas envie qu'elle se force à ce point. Enfin soit, pensont à autre chose.

"C'est, toujours à ton tour je te signale et tu sais de quoi je parle."

Oui je le jeu continuera jusqu'a que l'on soit lassée ou qu'elle me dise clairement qu'elle ne veut pas continuer. Finalement je me pose une question.

"En voyants des couples, en voyants tes grand-parents je pourrais me dire que finalement, c'est bon d'être avec la personne que l'on aime... Mais d'un autre depuis qu'il ma répondu je me demande vraiment si les garçons ne sont simplement pas trop idiot à cet âge pour penser sérieusement à avoir un couple solide et durable."

Je finis par la regarder, réfléchis puis rigole.

"Par contre, tu es le contre-exemple parfait qui me prouve que papillonner d'homme en homme ne rend pas heureux non plus sans vouloir te vexer... Pour en arriver au point de devoir trouver de l'affection dans les bras d'une gamine c'est un peu pitoyable."

J'ai était très méchante là en fait... Pourquoi est-ce que d'un coup je suis ainsi ? En fait, la réponse est simple, j'ai fait un cauchemar cette nuit, ils ne seront plus là et...

"Pardon je... Je suis désolé. Je ne voulais pas, c'et juste que... J'ai que toi et les enfants... Pourquoi tous ceux que j'aime meurent ou me tournent le dos ?!"

La famille morte, la tante servante des Furyou, le clan à moitié détruit ou asservi, Shiwoon est sa réponse en demi-teinte et finalement à par ça je n'ai qu'une seule et unique personne... Ma mère d'adoption ? Je ne l'ai vu qu'une fois au final, je ne sais pas encore trop quoi en penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Jeu 20 Nov 2014 - 21:24


Tout d’abord, une grimace ! Et c’était légitime ceci dit… Puis très vite un sourire un peu mélancolique en comprenant où elle voulait en venir. Le premier point avant tout, était l’évidence avec laquelle elle la voyait grandir, comme un rappel du temps qui passait et surtout avait passé, un bilan pas très reluisant comme on lui faisait remarquer, la brune rigolait amèrement, juste parce que c’était mieux ainsi.

-Ils ont eu de la chance de se rencontrer et n’être jamais séparé tu sais.

Sa main tapotait doucement le haut du crâne de la demoiselle, eh oui, toutes les histoires ne voulaient pas s’inscrire dans le temps avec un perfect pareil et tous les moments n’étaient pas si simples à laisser de côté. Enfin, ce n’était pas le sujet de toute.

-Qui dit que je ne suis pas heureuse ? Ma faute si aucun mâle ne peut concurrencer l’affection adorée de ma petite sœur ?

Elle levait les yeux aux ciels, plus amusée que fâchée en fait.

-Tu devrais être flattée de rester ma priorité ! Vilaine !

Un tir de langue magistral, c’était mérité.

-Pitoyable ou non, je ne veux pas changer ce point et papillonner certes, ce n’est pas la meilleure des solutions, mais c’est celle qui me convient le mieux. C’est comme ton choix douteux du Dentô ça !

Un sourcil se relevait, mais la suite en toute franchise, elle ne l’avait pas vu venir. Son fascié changeait du tout au tout, en oubliant même le lieu inconfortable, impossible de faire autrement que la prendre fermement dans ses bras.

-Tu es plus qu’un simple besoin d’affection pour moi, je n’ai pas l’intention de t’abandonner et la vie est faite ainsi, de rencontre et de perte. J’ai cru qu’on ne pouvait jamais compenser ceux qui nous avaient quitté, j’avais tort, tu en es la preuve.

Un baiser tendre se perdait dans les cheveux de la gamine qui visiblement avait le cerveau qui tournait trop et la brune la gardait longuement prisonnière ainsi, un souffle court et calme, comme pour espérer lui passer sa propre sérénité, celle qu’au final Koémi elle-même lui donner.

-Il y a des liens qu’aucune distance, qu’aucun événement ne peut briser, ceux qui t’aiment vraiment finiront toujours par revenir à toi, les autres, ce ne sont pas des pertes et les morts ? Le devoir de ton affection d’avancer comme ils l’auraient souhaité pour toi. J’ai mauvaise mine de te dire ça, je le sais bien, mais je te promets d’être crédible un jour.

Affaire qui s’annonçait compliquée… Mais la brune y croyait, si ma foi c’était ce qu’il lui fallait, elle lui décrocherait la lune, parole de Bakushô et pour lui changer les idées, le retour au jeu s’imposait, comme une pirouette certes, mais ça semblait nécessaire.

-Jette moi à la mer en gage ou alors dis moi qu’elle sera notre prochaine aventure, avant les milliers d’après.

Elle rapprochait son fascié de la Belle.

-Car qu’on se le dise, tes rêves d’aventures, ça sera avec moi personne d’autre ! On fera le tour du monde et de ses mystères, t’en dis quoi ?

Qu’elle s’avançait un peu vite, pourtant elle était lancée là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Mer 26 Nov 2014 - 23:33

De la chance, est-ce que trouver la bonne personne ou simplement être heureux n'est qu'une conséquence, est-ce qu'être malheureux doit forcement être une fatalité ? Je pourrai me morfondre avec tout ce que j'ai perdu, mais je n'en ai pas envie, mais j'ai encore moins envie de me dire que, quoi qu'il arrive et qu'elles que soiemnt mes effort, si une pseudo force divine à décidé que ma vie serait une piscine remplie de purain, alors je n'aurais pas le droit dy changer quoi que ce soit et je vais forcement subir. Non, je refuse totalement ce constat, je vis comme je l'entends et s'il ne me rejette pas, je vais pour le moment le suivre et si je vois une meilleure opportunité, une personne qui me permettra d'échapper à cette fatalité alors ce sera tant pis pour sa pomme. Au final de ma relation entre moi et lui, cela ne reviendra qu'a un choix de sa part et c'est très bien comme cela.

"Je n'aime pas baser le bien-être et les sentiments sur la chance ou la fatalité, tous est une affaire de choix et j'ai fait les miens pour cet idiot. Je vais être patiente, mais s'il pousse trop loin celle-ci, il aura perdu une superbe occasion d'être avec une merveilleuse demoiselle."

Je tire la langue, bien sûr je ne pense pas être meilleur qu'une autre, mais dans un autre sens je refuse de me voir moins bien que ce que je suis. Il y a mieux et il y a pire et tout cela est aussi une affaire de mental. Est-ce qu'elle est heureuse ? Dans son papillonnage ? Tu te moques de moi, si tu étais heureuse ainsi tu n'aurais pas ce besoin aussi puissant de te blottir dans les bras d'une demoiselle pour y trouver ce que tu ne rouvres pas chez eux : De l'affection, du réconfort, une oreille attentive et quelqu'un qui t'aime pour ce que tu es, pas juste pour ton physique.

"Ce qui me fait dire que tu n'es pas heureuse ainsi ? La logique et l'instinct ma belle."

Je lui tire la langue, j'ai beau absolument pensé mes paroles, je ne les dis pas pour la blesser et je le lui montre. Ce n'est pas pour autant que ça me gêne, je constate simplement... Si en fait, ça me gêne, pas qu'elle a besoin de moi, mais qu'elle puisse d'une manière ou d'une autre manque d'une chose, être malheureuse. Enfin soit, j'ai parlé, maintenant je l'écoute, ai un sourire gêné ou tendre en écoutant ce qu'elle dit, me colle à elle, je l'aime quoi qu'on en dise et elle est et sera a toujours ma grande sœur, j'irai presque dire à moi et personne d'autre si j'étais sûre qu'elle n'a pas de famille de ce genre... Mais je ne pense pas que c'est le cas.

"Dommage je ne vais pas pouvoir te jeter à la mer: aller à la plage, faire le tour d'une foret, déceler les mystères de la grande mine et peut-être..."

Je la regarde un long instant, oh et puis zut de toute manière notre clan est mort autant en profiter pour voyager.

"Je te ferai visiter une vieille ruine, perdu au fond de Tetsu no kuni. Même quand nous y étions encore nuls étrangers ou très peux avaient le droit d'y aller. Si ça n'a pas était pillé entre-temps tu seras la seule privilégier à y être allé en... beaucoup d'années."

Je la prends contre moi, la blottis simplement parce que... Il faut une raison , j'en ai juste envie et puis zut ! J'adore sentir sa chaleur contre moi, l'odeur de ses cheveux et son souffle... Je me pose une question d'un coup.

"Dit grande sœur, je me demande si je ne commence pas à être trop influencée par toi, j'ai des idées et surtout des pensées très étranges."

J'attends un petit instant, puis en rigolant me dit que :

"Nan, ça va, ce n'est pas comme si je proposais sérieusement d'utiliser le henge pour... Non en fait je vais juste éviter de continuer cette phrase, je suis sûre que ce que tu imagineras sera forcement dix fois pire que tout ce que je pourrais dire."

Puis suite à un gros bisou là où je le peux, cheveux ou peau suivant sa position actuelle je me mets à rire, mais rire, décidément parfois, je suis étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Ven 5 Déc 2014 - 21:53


Quel genre d'henge ? La brune fronçait ses sourcils pour affirmer son mécontentement, c'était qu'elle devenait encore ou au moins tout aussi taquine qu'elle la gamine. Pour le coup, la Bakushô pouvait attester de sa mauvaise influence, tant néfaste que cela se retournait contre elle, pour dire. C'était inquiétant et terriblement plaisant à la fois, une sensation étrange, de la fierté peut-être... Pourtant il n'y avait pas de quoi sur ce coup là ! D'ailleurs, elle lui mettait une tape sur la tête en mimant une mine fâchée.

-C'est vilain ce que tu fais, abuser comme ça de mon imagination !

Et de sa paranoïa, ce qu'elle n'ajoutait pas, de plus, l'espace d'un instant, elle avait imaginé que sa cadette faisait référence à son entourloupe avec Sanae le soir de leur dîner... Un frisson et une frayeur, une vite dissipée par le coup de sang en repensant à ce foutu Dentô ! L'avait-elle fait exprès ? C'était à se demander si Koémi n'avait pas compris et faisait genre de rien. Il ne manquerait plus que ça ! Il fallait dire que sa petite sœur comprenait beaucoup de choses à son sujet, ça en devenait troublant pour la Bakushô qui se sentait mise à nue sans comprendre pourquoi, elle n'en avait pas l'habitude. Pourtant, quand d'ordinaire elle se serait fermée, avec elle, elle jouait le jeu. Cette fille avait un talent que l'on ne pouvait expliquer avec ces airs niais...

Apprendre à connaître les autres n'étaient pas un de ses spots favoris, bien qu'elle était d'une nature curieuse, mais il avait un autre sport qu'elle détestait encore plus, plus répulsif encore, quand ils s'aventuraient à la conquête de ses propres mystères. Une crainte peut-être. Sûre quand il s'agissait de Koémi, la peur qu'elle découvre quelque chose qui la détourne. Un jeu étrange qui s'était installé dans leur relation et l'importance qu'elle gagnait de jour en jour se mettait à découvert. Un malasain qui était détournait quand la Bakushô attrapait sa cadette pour un assaut de chatouilles et papouilles en tout genre, tant qu'elle le pouvait encore ! Après le rire, le calme sur une mer logée à la même enseigne. L'instinct hein... Un autre qui parlait alors.

-Mes pensées ne sont pas étranges, mais les tiennes semblent toujours aussi troublées. On part à Tetsu pour les prochaines vacances alors ? Mais avant un dernier point.

Ses bras la serraient plus chaleureusement contre elle, comme pour ne pas la perdre, va savoir une grosse vague et ! Oui bon j'arrête...

-Et toi, es-tu vraiment heureuse ou il faut méditer à améliorer ta condition, tout autant que la mienne si on t'écoute, si on se donnait des objectifs... Hum disons...

La brune méditait un instant.

-Je vais arrêter de papillonner à tout va avec des excès d'alcool dans le sang... Et toi ?

Oui elle allait le faire sans alcool, encore que, ça pourrait être plus compliqué... Mais bon...

-Arrêtez de fumer y a pas moyen ! Je veux bien être plus sage sur la boisson par contre et reprendre l'entraînement...

Ou presque... Fallait pas s'attendre à des miracles non plus...

-Et retourner vivre au quartier Bakushô sûrement...

Alors là, c'était le sommet, le pas le plus compliqué sans nul doute de se plier face à ses vieilles rancoeurs...

-Qui a une mauvaise influence sur qui hein ?

Grognait-elle d'une voix boudeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Hello kitty [PV : Bakusho Miae] Ven 12 Déc 2014 - 15:53

À sa mine fâchée, je me demande si je suis allé trop loin, est-ce que c'était une si vilaine boutade pour que tu te fâches autant ? J'ai fait quelque chose de mal n'est-ce pas... Ce sourire assuré s'efface bien vite pour montrer cette mine désolée qui respecte bien le fond de ma pensée suivie d'un timide.

"Désolé grande sœur..."

Mais rapidement je tombe, cède sous l'assaut du général papouille et de son maître l'impératrice chatouille. Oui je suis sensible, je ne suis pas la seule et je n'ai pas honte de l'être chaque être est comme il est et c'est ainsi. En plus j'imagine mal un adversaire venir sérieusement m'attaquer çà grand coup de guilli et avec une grande plume pour me torturer à la "douce". Donc nous irons dans les ruines de l'ancien repaire des Tsukiyo aux prochaines vacances, il ne doit pas rester grand-chose et le tout à due être pillé malgré la difficulté pour si rendre au moins par les anciens membres quand ils ont déserté Kumio le F à la joue... Mais ça sera toujours une expérience intéressante et je pourrais parler un peu plus de moi à Miae dans un même temps. Mais avant elle veux mettre une chose au clair.

"Oui grande sœur ?"

Sérieusement, des objectifs ? Je ne pense pas que je puisse gagner à ce petit jeu, je ne suis pas forte pour savoir comment être heureuse même si j'arrive à donner des leçons aux autres... C'est toujours plus dur d'avoir un avis objectif de ses propres problèmes de toute manière. Arrêter l'alcool et de papillonner d'homme en homme, certes ce sont des bonnes résolutions, mais est-ce que tu seras vraiment heureuse ainsi, oui d'ailleurs je ne vais pas aller jusqu'à te faire arrêter le tabac c'est déjà bien assez fortes, même excessifs comme résolution. Finalement, sa dernière phrase me fait comprendre le pourquoi de tout ça ce qui me fait rire tendrement. Tu as si peur que ça d'être un si mauvais exemple ?

"Si tu continues sur cette voie c'est plus grande sœur, mais maman que je vais devoir t'appeler, tu es pour moi à peu près tout ce que je peux nommée de positif et féminin comme terme si on exclus ma chérie."

J'évite de trop rire, je ne veux pas qu'elle pense que je me moque d'elle dans un sens elle est pour moi bien des choses, elle est déjà une amie, une sœur, une mère, une confidente, une psychologue, une tutrice alors donc, ça ne change pas grand-chose et pour tout ça je la récompense par de généreuses proportions d'affections en tout genre. Finalement, je la regarde et calmement lui rétorque.

"Je t'ai toi, sérieusement comment tu veux que je sois plus heureuse ?"

Puis je me blottis contre toi grande sœur, je me sens réellement en sécurité quand tu es là, je ne suis pas sûre d'avoir besoin de qui que ce soit d'autre.

"Tu sais, il y a beaucoup de place dans le quartier Tsukiyo, je suis sûr qu'un grand appartement tira à ravir et au moins je pourrais aller y faire le ménage régulièrement. Sayuri et les autres enfants seront ravis de te voir régulièrement et tu auras de la place pour un atelier pour tes créations et pour exprimer ton talent sans te faire enguirlander."

En d'autres termes, grande sœur viens vivre près de chez moi s'il te plaît, je suis sûre que ça sera une bonne étape au milieu de tes résolutions, ce n'est pas la peine d'y aller trop fort et de faire toutes tes résolutions d'un coup. Puis d'un air légèrement taquin ajoute en prime.

"En plus, tu pourras surveiller de près mes relations et tu n'auras pas meilleures commères que les enfants pour t'assurer que je ne fais pas de bêtise et ça contre le coût modique de quelques petits feux d'artifice."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hello kitty [PV : Bakusho Miae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-