N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 39
Rang : C+

Message(#) Sujet: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Ven 24 Oct 2014 - 0:15

La journée précédente n'avait pas été des plus tranquille, il fallait toujours qu'une merde se produite quand nous nous décidons à faire une pause. Pas tranquille mais elle nous a permit de récupérer un bon petit paquet d'argent, et de manger un repas. Et après tout il était mérité, j'ai aidé le vieillard à sortir ce putain de poisson de l'eau pendant qu'Arashi somnolait sur la pelouse. Des bandits avaient tenté de nous attaquer, nous piller... Nous ? Ils ne feront plus la même erreur en tout cas, je dois dire que c'était assez amusant de les voir sauter du haut des arbres, sortir de la forêt. Armés, prêt nous saigner si nous n'avions rient à leurs offrir. Comme quoi, nous formons une assez bonne équipe. Et même s'il a failli me tuer le jour de notre rencontre c'est déjà tout oublié. Je dois avouer qu'il se bat bien. La nuit n'avait donc pas été des plus reposantes, mais nous n'avions pas le temps de prendre un autre jour de repos. Un mission lui avait été confié et il se devait de l'accomplir, pour l'instant j'étais plutôt une sorte d'invité. Alors autant éviter de le ralentir et me plier à son rythme. Bien qu'il me convienne pour le moment. Le village du feu, j'avais l'impression de connaître chaque endroit, chaque parcelle de terrain. Chaque arbre m'était familier. C'est sympa, mais d'un côté j'ai vraiment hâte de me casser de cet endroit.

Un blanc s'était installé entre Arashi et moi. Je m'entendais vachement bien avec lui je ne peux le nier, mais ces moments de marche nous permettaient de réfléchir chacun de notre côté, sur notre vie, notre passé, notre futur. Le combat d'hier était vraiment amusant, malheureusement je n'ai pu en manger aucun. Il fallait être subtil et dévorer tout un groupe n'aurait pas été très discret. Mais au moins j'avais ma bourse enfin notre bourse. Mais je n'avais pas vraiment envie de me pointer devant les supérieurs du Shôraizen les mains vides. Autant aider avec un petit quelque choses, et en plus de ça j'ai pu refaire mon stock de kunaï et shurikens sur ces salauds. Attaquer pour piller c'est stupide. Tuer pour tuer c'est différent. Je me demande si nous aurions du tous les tuer, seulement trois étaient tombé sous mes Genjutsu et sous la puissance d'Arashi. Les autres se jetant à nos pieds pour nous supplier. C'est tellement jouissif d'avoir ce choix de vie ou de mort. Une simple décision qui peut détruire une vie à tout jamais. Mais malheureusement nous devions éviter d'attirer trop l'attention, si ça ne tenait qu'a moi ils seraient morts. Et d'une sale façon en plus. Mais je ne pouvais pas nous mettre tout deux en danger, j'ai déserté le village de Konoha. Autant éviter de me faire remarquer maintenant.

«  C'est bizarre, d'agir comme un héros. Sans nous les vieillards seraient sûrement morts. Je n'ai jamais supporté les bandits. Ceux-ci n'osant jamais mettre un pied en dehors de la limite. Une belle brochette de merdes qui s'attaquent aux faibles simplement dans le but de piller, mais qui n'oseront jamais aller plus loin et s'élever. »

Prenons exemple sur le Shôraizen ou du moins sur ce que j'en sais d'après les dires d'Arashi. Eux souhaitent agir, s'élever, grandir, être craints et réussir à changer des choses dans ce monde qui doivent être changées d'une manière ou d'une autre. Sincèrement j'adore l'idée, et c'est sur ce point que nous, Nukenin qui désirons changer les choses sommes différents de cette viande pourrie que représentent les bandits. Eux ne chercheront jamais à s'améliorer, ils sont craints en groupe mais jamais quand ils sont seuls. La seule chose qui les attire est le bruit et la lueur de l'argent. Comme si l'argent allait pouvoir changer les mauvaises choses qui nous entourent, comme s'il allait pouvoir payer un village pour qu'il sorte de la guerre. Ils ont tous cette soif de sang, et le meilleur moyen de les faire stopper est justement en les faisant s'étouffer dans leurs propre sang. Ce fluide de vie qui provoque la mort, c'est drôle tout de même. Et c'est pour cette raison que je regrette de n'avoir pu les tuer. Ils vont sûrement continuer à agir, enfin dans quelques jours, quand ils auront recrutés deux trois personnes pour remplacer leurs pertes. Et si un jour je les croise à nouveau. Ils ne s'en sortiront pas aussi facilement.

Mon masque rangé dans l'une de mes poches, je n'avais pas envie de le porter aujourd'hui. Je devrais peut être, si jamais quelqu'un me reconnaît la situation risque vite de dégénérer. Mais cela fait déjà quelques années que j'ai quitté le village de la Feuille. Généralement les gens changent physiquement en grandissant, bien que je ne ressente pas vraiment cette impression peut être qu'un ninja pressé ne se rendra même pas compte de qui je suis. Par contre pour Arashi ça risque d'être plus dur, et le colosse ne peut pas vraiment se cacher. Même derrière un arbre on le voit, pourquoi je porterais ce masque alors que lui seul pourrait faire tomber à l'eau tout le plan ? Souriant doucement en pensant à ça, ouais. Marcher fait vraiment réfléchir sur des choses stupides et sans réel intérêt. De légères bourrasques de vents venaient caresser notre peau et déplacer nos cheveux d'un mouvement léger et agréable. Sortant un kunaï de ma poche pour le faire tournoyer habilement entre mes doigts, qu'Arashi se rassure je ne comptais pas lui planter dans le ventre comme un sauvage. Le bruit de nos pas retentissait contre la terre et les branches, la forêt avait été mon élément si longtemps que ce bruit m'était lui aussi familier.

Malheureusement un autre bruit attira mon attention, quelque chose semblait traîner dans les parages. Jetant un regard à gauche puis à droite, voyant qu'Arashi fit la même chose. Rien ne se présenta à ma vue. Peut être un animal, je l'espère. Croiser des Konohajins pourrait vraiment être très mauvais, ce bandeau rayé que je portais sur mon front à moitié caché par mes cheveux. Il suffirait d'un simple coup de vent pour les dégager et dévoiler aux yeux de tous mon passé. Je suis un déserteur. Considéré comme un moins que rien par les grandes nations, un insecte, un cloporte. Ils désirent nous voir mourir et inversement. Je n'hésiterais pas à attaquer quelqu'un de Konoha s'il se montre menaçant face à nous. De toute façon seuls les plus stupides oseront sortir les armes et élever la voix. Il est possible de se battre contre un homme, contre deux hommes. Mais il est impossible d'anéantir une idée. Je pensais être seul, mais nous sommes tout un groupe à vivre avec le même rêve.

Un nouveau bruit se fit entendre, m'arrêtant cette fois-ci et levant le regard vers Arashi qui était bien plus grand que moi. Soit quelqu'un nous suivait soit quelqu'un fouinait dans la zone, un cueilleur de champignons si nous avons de la chance mais ça m'étonnerait beaucoup, de plus le bruit semble s'être rapproché. Je n'ai jamais été paranoïaque mais je n'ai pas envie de me faire avoir par surprise stupidement. Regardant une nouvelle fois autour de moi et respirant une grande bouffée d'air frais, c'était maintenant à Arashi de décider si nous reprenions la route sans nous soucier de l'origine du bruit, ou si nous nous décidions d'attendre quelques minutes afin de pouvoir évaluer la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 45
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Ven 24 Oct 2014 - 17:37

*Rrrrrzzzzz*

A enfin un matin que j'aimais bien! Je n'avais aucune besoin de me lever. Aucune mission quelconque à accomplir, juste le bonheur de pouvoir rester dans mon lit sans rien faire. Malheureusement un énergumène de petite taille en avait décidé autrement. Profitant d'un bout de couette traînant sur le sol, il me chaparda la couverture me laissant en proie à cette horrible fraîcheur matinale. La couverture dans la gueule, Kyo pensait qu'il sera amusant de parcourir tout l'appartement faisant traîner derrière ma couette.

Dans sa course il renversa quelques chaises et autres bibelots qui se trouvaient sur son chemin
. *Putain, mais c'est que c'est rapide ces petites choses!*. Je profitais du fait que le louveteau passa sous mes jambes pour écraser la couverture et me jeter sur lui. Une fois la canaille neutraliser, je pouvais m'adonner à la préparation de mon petit déjeuner et de celui qui foutait le bronx. Je rangerais plus tard.

Les bols vides, je remettais en place rapidement l'appartement. Kyo quand à lui se jeta sur la porte et la gratta de ses petites papattes toutes mignone. J'avais compris, je devais le faire sortir. Bon j’enfilais vite fait une tenue un peu chaude et me saisis d'une laisse avant d'ouvrir la porte et de laisser courir la petite boule de poil. Je le poursuivais afin de ne pas le perdre dans la forêt, lieu qu'il voulait souvent visiter.

Le petit semblait tout fou à l'idée de sentir le vent sur sa fourrure. Je le comprenais en fait, une bonne petite balade ne pouvait être que bénéfique! Je me posais sur le sol comme toujours pour chahuter avec la petite chose. Avec ce soleil qui me tapait sur la tête je me sentais comme sous des projecteurs ultra puissants. J'étais presque éblouie. Le petit loup en profita pour partir à toute patte! Il avait du sentir un lapin ou une connerie dans ce genre.


*Quelle idée d'avoir adopté un animal sauvage!*

Cette bestiole devait venir d"un autre cosmos! Non mais sérieusement pourquoi devait-il me promener dans toute la forêt du pays du feu? Le loup, certainement alien, s’arrêta devant un fleur aux pétales du même violet que me cheveux. Ce sale cleps fit ses besoin sur cette fleur... Devais-je prendre ça pour une marque d'affection?

Il y eu des bruits de pas ce qui retint mon attention. Je faufilais ma main droite dans ma sacoche et me saisissais d'un kunai au cas d'une éventuelle attaque de bandits. Ce stupide et indiscipliné loup fonça en direction du bruit. désemparée, je me lançais à sa poursuite. Il stoppa sa course aux pieds de deux individus. L'un d'eux était nettement plus grand que l'autre. Je pris le loup dans mes bras et faisais face aux deux autres personnes. Je crus vaguement reconnaître, enfin selon les descriptions qu'on m'en avait fait, l'un des déserteurs du village. Il manquait plus que ça, il fallait que je tombes nez à nez avec eux.

Je les regardais tout en restant sur mes gardes. Malheureusement un vieux toc refis surface, un moustique se posa sur le nez du plus grand des deux. Je me retenais tant bien que mal de l'écraser! Mais le moindre faux pas pouvait devenir des plus dramatique.Mais je ne pouvais m'empêcher de fixer cet insecte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
.
Informations
Messages : 158
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Dim 26 Oct 2014 - 3:42

Il voulait donc aborder le sujet des bandits que nous avions combattus le jour passé, un joli combat facile et sans tâche, très différente de celui que j'avais combattu il y a peu et qui était maintenant mon binôme. Pourquoi j'avais décidé de sauver les vieillards ? En même temps, vu mon comportement des jours précèdent, il était tout à fait normal de se demander si j'étais sain d'esprit. Pourtant, je ne suis pas quelqu'un de méchant qui chercher n'importe qu'elle prétexte pour détruire ou tuer, oui je tuais et blessais tous ceux qui osent m'insulter, blesser ou parler contre l'organisation à laquelle j'appartiens, mais tout cela ne fait pas quelqu'un de mal, seulement quelqu'un qui croit en ses convictions et qui un peu impulsif.

- Tu sais Akane, je n'exclue pas que la violence est sympa et gratifiante, mais nous faisons partie du Shôraizen qui est une organisation qui essaie tant en bien qu'en mal d'anéantir l'oppression des villages envers les Shinobi, sauf que nous sommes avant tout les gardiens du peuple libre et nous ne devons de tuer que nos ennemis et non les pauvres gens comme eux qui peuvent apporter soutien à notre cause. Un village sans peuple n'est rien et nous nous devons de gagner leur cœur ! Dorénavant, que tu le veuilles ou non, je t'interdis de manger les gens sauf ceux qui nous traqueront et qui nous feront du mal, je crois qu'ainsi ta viande n'en saura que plus gratifiante et je serais plus à l'aise que tu bouffes les gens que je hais que ceux que je suis neutre à leurs égards.

Ma réponse envers Akane allait surement l'ébranler, mais je suis sûr qu'il comprendrait mes motivations et en serait en accord, s'il était un vrai membre du Shôraizen. Nous continuâmes notre marche jusqu'à ce que Saitô sortent un Kunai et le fait tournoyer et que bruit se fit entendre, nos sens au vif, nous regardions de tous les côté afin de savoir d'où venait ce bruit. Ça pouvait être un randonneur autant bien qu'un membre de Konoha venu nous recueillir.

Soudainement, une jeune fille qui paraissait plutôt effrayée sortie des bois et attrapa le loup qui devait lui appartenir à nos pieds. Plutôt jolie pour l'âge qu'elle paraissait avoir, elle retint mon attention celle-ci nous regardait de haut en bas, mais n'arrêtais pas de fixer mon nez, un putain de moustique venait d'y tenté de me piquer, quel connard, je fis un sec mouvement et le chassa. Je voyais qu'Akane ne prenait pas la parole donc je me lançai :

- Et bien, quel drôle de rencontre, nous nous sommes déjà vus avant ? Ton visage me dit vaguement quelque chose. Je te présente mon partenaire, Akane, un mec sympa quoiqu'il a du mordant parfois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 39
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Lun 27 Oct 2014 - 0:02

Je n'aurais jamais pensé entendre ça mais Arashi était en train de me faire la morale comme un gosse, il veut un coup de tête maintenant ou après quand il se décidera enfin à se taire ? Bien sûr que d'un côté il avait raison, quand les innocents succombaient avant de passer sous mes crocs c'est que mes pulsions étaient trop fortes pour être contenues, ça ne m'arrive pas tout les jours. Bien sûr que je préfère bouffer des gens que je hais. Alors sur ce point je suis d'accord avec lui, surtout si je rejoins le Shôraizen. Il y aura des règles et je devrais m'y plier, un peu comme dans un village mais sans la manipulation qui va avec. Néanmoins il y a une chose que je n'apprécie pas vraiment, c'est qu'une personne que je connais seulement depuis quelques jours, bien que je commence à l'apprécier commence à m'interdire des choses. Que je sache il n'est pas mon supérieur, ni encore le chef du Shôraizen, alors oui il m'a sauvé la vie et il m'a permit de connaître cette organisation. Mais je ne lui ai jamais demandé de le faire, alors cette excuse ne colle pas. Mais d'un côté il n'avait pas totalement tord, c'est sûr. Je crois que ça m'aurait fait mal au cœur de tuer les deux vieillards d'hier avant de les bouffer.

J'ai vraiment l'impression de m'attendrir, et d'un côté ça va pas. Je n'ai pas hésité à tuer le bûcheron pourtant... Ah les envies le manque et les pulsions, esquissant un léger sourire une fois le discours d'Arashi terminé. Je pense qu'il n'apprécierait pas non plus que je lui interdise des choses comme si j'étais sa mère ou son père. Qu'on me le demande, qu'on m'explique les choses et qu'on tente d'ouvrir un débat pour me faire comprendre qu'arrêter serait plus judicieux oui, je peux comprendre et je suis apte à en discuter et même à avouer qu'il a raison. Mais il a prononcé un mot qui a tendance à me gonfler, j'ai tout de même une certaine fierté, je suis un homme, j'ai porté mes couilles une fois en quittant Konoha ce n'est pas pour les perdre maintenant.

« J'entends et je comprends ce que tu veux dire, éviter de se faire remarquer, de tuer des innocents comme le bûcheron. Parfois il arrive que mes pulsions soient trop fortes du coup elles prennent le dessus. Enfin, maintenant tu sera présent pour m'empêcher de planter mes crocs. Une dernière chose.... Évite de m'interdire des choses ça a le don de m'énerver. »

Me mordant doucement la lèvre inférieure après lui avoir fait clairement comprendre les choses, je vais sûrement galérer quand il m'empêchera de laisser mes pulsions prendre le dessus, quand elles seront trop fortes. Peut être que c'est pour mon bien, enfin je pense que c'est plutôt pour le bien de la personne qui se trouvera en face. Mais ça risque d'être dur. Je n'ai peur de personne, à part de moi même. C'est le plus difficile de se connaître soi-même, de réussir à se contrôler et de devoir voir et assumer ce que nous sommes capable de faire. Puis on finit par s'y habituer, comme Arashi l'a dit. S'il n'a pas haussé un sourcil face à la scène sanglante lors de notre rencontre c'est qu'il a maintenant l'habitude de voir des choses comme ça. D'un côté nous sommes nés en pleine guerre, difficile de ne pas s'habituer au sang, aux gorges tranchées. Aux têtes coupées et aux cadavres à moitié décomposés gisants sur le sol.

Craquant doucement mes phalanges après avoir entendu un bruit suspect, un loup en pleine course s'arrêta net devant nos pieds. Comme s'il venait de comprendre que nous n'étions pas ses gentils maitre, heureusement pour lui je ne tue pas les animaux. Et je ne les manga pas non plus... Trop de poils. Et puis eux ne sont pas fourbes, ils ne font pas le mal ou alors ils le font à leurs manière mais simplement pour survivre. Si seulement nous pouvions être comme eux. Rangeant mon kunaï dans ma poche pour ne pas qu'il se sente agressé, je tendis doucement ma main vers le loup comme pour le caresser avant d'entendre un nouveau bruit bien plus rapide se diriger vers nous. Remontant ma main d'un geste vif avant que celle-ci ne touche la tête de l'animal, une jeune fille fit son apparition de derrière les arbres. Sûrement la propriétaire. Plongeant à nouveau ma main dans ma poche, attrapant mon kunaï à l'intérieur de celle-ci tout en gardant ma main cachée. Comme pour être prêt à une éventuelle attaque. Bien que vu son âge et sa taille elle ne fera sûrement pas le poids.

Fixant Arashi c'est en tournant mon regard vers lui et en voyant le moustique partir que je fis le rapprochement. Elle devait être stupide pour fixer à ce point un moustique, j'ai beau aimer les animaux je n'aime pas les insectes. La regardant de haut en bas mon regard se posa sur son... Bandeau de Konoha. Serrant doucement le poing gauche, celui qui n'était pas dans la poche de mon gilet. Toute ma haine contre Konoha ou plutôt ses dirigeant remonta d'un coup. Elle semblait jeune, elle semblait avoir plus ou moins l'âge que j'avais lorsque j'ai pris conscience des choses, lorsque j'ai décidé de quitter ce village abjecte. Arashi prit la parole en premier, il devait sentir que je n'étais pas prêt à entamer la discussion avec quelqu'un de ce village. Peut-être était-elle très gentille. Néanmoins elle risquait sa vie pour des gens qui au final ne se soucieront même pas de sa mort. Tournant mon regard vers Arashi en soupirant légèrement, il venait de faire la même blague qu'il y a quelques jours... Et en plus de ça, la tête de la gamine lui disait quelque chose. Putain c'est la merde.

« Ouais fin un mec sympa, ça dépend quand et avec qui... Moi ton visage ne me dit rien... Pourtant j'ai passé un moment à Konoha malheureusement... Enfin bref. Bel animal s'il est à toi. »

Autant la jouer subtil et éviter de lui sauter dessus en lui demande si c'est Konoha qui l'envoie et si elle compte parler de nous à ses supérieurs, ce serait griller notre couverture. Peut être qu'en reconnaissant Arashi elle se décidera justement à essayer de comprendre pourquoi il a décidé de partir. Et puis elle verrait que même des déserteurs peuvent faire des compliments et se retenir d'éliminer tout ce qui bouge... Du moment qu'elle ne fait rien de stupide.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1287
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Lun 27 Oct 2014 - 3:24



H. Akia ~



Pouvoir spécial : PS Habashi : Contrôle des fluides



Spécialités : Ninjutsu, Taïjutsu, Sensorialité



Affinités : Suiton, Katon, Raiton



Description :
Akia est une kunoichi appartenant à la famille Habashi. On peut reconnaître sa chevelure entre mille, mais sa discrétion au sein de Konoha fait d'elle une inconnue aux yeux de la plupart des Konohajins... On ne la connaît que sous le nom d'Akia.






Les récents événements de Konoha, cette multitude de désertions, la présence de ces traitres sur les terres de feu...

Le village n'était pas encore aux abois, mais la correspondance du Hokage avec le vent laissait présager quelque chose de grand, de dangereux. Personne ne devait pouvoir agir sans en supporter les conséquences. Personne ne pouvait froisser la feuille de la sorte, personne ne pouvait pervertir ses bourgeons. Les nuisibles infestant la grandiose forêt ne se firent pas suffisamment discrets pour échapper à leur contrôle. L'inconnue fut alors envoyée à leur rencontre. La femme à la chevelure azurée bondit de branche en branche avec grâce, dans le plus grand des silence. Ses sens alertes avaient senti leur présence, pas loin de sa position. Trois personnes, trois genin. Deux d'entre eux correspondaient à ses recherches.

La jeune femme ne faisait que suivre les ordres. Ne plus prendre de décision par elle même était devenu son nindo depuis quelques années. Obéir était plus simple que tout, ne pas se poser de question; simplement agir sans état d'âme. Ils devaient être proches, des bruits attirèrent son attention, en plus de la distinction de plus en plus nette de leur chakra. Voilà, elle y était. Elle s'arrêta sur une des plus hautes branches d'un majestueux chêne. Derrière son masque bleuté, elle les observait en contrebas. Elle en avait senti trois, mais ils n'étaient que deux. Soudain, un animal surgit, un genre de chien, ou de loup. S'en suivit une fille, jeune, de Konoha. Elle la fixa et se demanda ce qu'elle pouvait bien faire là.

La scène qu'ils jouaient était assez surprenante, néanmoins ce qu'ils faisaient ne l'intéressait guère au final, elle n'avait qu'une mission; et apprécier le déroulement d'une rencontre impromptue ne faisait pas partie de ses prérogatives. La spécialiste s'assura d'avoir devant elle les bonnes personnes. Son carnet affichait bien leur photo, plus quelques autres informations. La jeune fille n'en faisait pas partie, mais de là à dire qu'elle ne craignait rien... Être en leur présence pouvait être interprété de plusieurs façons différentes, enfin; ce ne serait pas elle qui la jugerait, l'Azurée n'était que l'outil. Elle se préparait tranquillement, maintenant ils ne pouvaient plus s'enfuir, ils étaient à sa merci. Et le plus intéressant dans tout ceci ? Ils ne se doutaient de rien.

Une fine brise agita sa crinière océane, cela lui rappela pourquoi elle était là : que le vent ne se mêle pas au feu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1314
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Jeu 30 Oct 2014 - 23:38

Surveillance...

    « Seitô... À trois heures »
    « Je sais... Allons-y. »


Pensait-il que j'allais laisser mes nouvelles recrues sans surveillance dans le pays du feu ? Pathétique... Mais c'était aussi prévisible de la part du pays de feu d'envoyer des Ninja essayer de me mettre des bâtons dans les roues. Si c'était l'initiative du Rokudaime, alors il allait payer le prix cher d'une vie en moins dans ses rangs comptant désormais de nombreux absents...

Hiriko et Azumi étaient avec moi. Heureusement que j'avais pris la décision de suivre la progression d'Arashi après avoir réalisé mes petites affaires. Pas longtemps, simplement quelques instant... Mais c'était largement suffisant pour voir qu'il avait fait, globalement, un bon travail. Il n'y avait qu'une ombre au tableau : cet ninja.

Sans perdre un instant, Hiriko lança un Genjutsu paralysant via son Onkyôton, en imitant le chant des oiseaux de la région. C'était l'occasion rêvée, et Azumi ne la raterait pas. Sans perdre un instant, elle se posta devant elle, Byûakugan actif, avant d'effectuer les... 128 points du Hakke. De puissant gémissement plaintif se faisait entendre, entre la suite de coups précis d'Azumi... À la fin, c'était à mon tour. Collant un parchemin portant le sceau du Hiraishin sur son corps lors de son dernier coup, Azumi se rétracta, et j'arrivais sur elle. Sans perdre un instant, et elle n'ayant plus accès à son chakra, je la soulevais d'une main, la prenant par la gorge et l'étranglant jusqu'à la mort...

Mais il fallait du temps, et ce temps, c'était le souffle qu'elle avait respiré lui avait paralysé tout les membres... Bientôt, elle ne serait plus, et je découvrirai qui se cache derrière le masque de cette mystérieuse Ninja. Contre trois ex-anbu, elle n'avait eu aucune chance... C'était certain.

Finissant mon travail, son dernier souffle se fit entendre. Dans les ombres, les Genin n'avaient rien vu, ni rien entendu. Je lui retirais lentement son masque... Et je regardais Hiriko perplexe...

    « Je ne la connais pas... Pourtant j'ai épluché tous les dossiers des ninja de la Feuille durant l'Intendance. »
    « Vraiment ? Et bien je dois dire qu'elle ne me dit rien non plus, et ma mémoire ne me fait pas défaut... Donc il n'y a qu'une explication... »
    « Une organisation secrète interne à Konoha, que même les Intendants ne connaissent pas... »
    « A moins qu'une personne parmi vous trois en ai connaissance... »
    « Hayashi Raito est responsable de l'Anbu, quant à moi, je n'en avais aucune conscience jusqu'à aujourd'hui... Ce qui nous laisse Nara Nastuki. »


C'était bien joué de la part de Konoha d'avoir une organisation, un module de ninja inconnu du village afin de pouvoir agir dans l'ombre... Mais c'était aussi totalement inconscient de venir nous chercher, alors que nombre d'Anbu connaissant les dossiers des Ninja pouvait en déduire cette information... Récupérant un parchemin, je scellais le corps de la Shinobi, avant de le tendre à Hiriko.

    « Tu descelleras la chose en arrivant à la base, et tu fouilleras sa mémoire. Je veux savoir si, oui ou non, Konoha dispose d'un groupuscule de Ninja inconnu au bataillon. Quant à Arashi, donne-lui l'instruction de quitter le pays du feu après en avoir terminé avec cette Genin, par télépathie bien sûr. Une fois le corps en sécurité, rejoins-moi. »


Ils acquiescèrent, avant de disparaître. Arashi recevrait ses instructions... Et moi, j'avais une mission à accomplir.


Explication:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
.
Informations
Messages : 158
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Ven 31 Oct 2014 - 1:57

J
e vois que le petit commentaire que j'avais émis à Akane ne lui avait pas plu... Pourtant tout ce que je voulais c'est qu'il concentre son instinct que je respectais malgré le fait que ça me dégoutait, manger des gens voyons...! Au fond, la seule chose que je désirais, c'est qu'il dirige cette hargne vers nos futurs ennemis. Cela nous serait utile, rien de mieux qu'un Shinobi en colère et qui suis son instinct et pulsion pour gagner un combat.

La petite Konohajin qui venait d'apparaitre et qui avait pris son loup dans les bras me disait absolument rien, mais elle était plutôt mignonne malgré son âge. Je ne sais pas pourquoi, mais un mauvais pressentiment me donna un Frison tout le long de ma colonne, je fis outre ce sentiment et j'engageai encore la parole sans laisser le temps à la petite de répondre.

- Humm... Que faire de toi maintenant, tu es de Konoha... Tu dois certainement savoir qui je suis... Et pourquoi j'ai quitté le village... Je ne crois que je n'ai pas d'autre choix que de tué ici et maintenant et ce sans laisser de trace...

Je savais bien que je ne pensais pas mes mots, ce n'était pas tous les Konohajin qui étaient mes ennemis, mais seulement ceux qui croyaient et défendaient leur idéaux dépassé et obsolète. Je ne pouvais tuer une fillette et de plus qui était innocent.

- Par contre, tu peux toujours me servir, je vais t'écrire une lettre sous peu et t'expliquerais tout. Tu n'es pas obligé de faire ce que je te dis, seulement sache que si tu refuses, je vais te placer dans la liste de ceux à abattre.

Je crois que j'avais été assez clair et précise,mais JAMAIS je n'aurais fais de mal a une aussi jolie créature, soudainement au moment où j'attendais la réponse de la gamine, une voix apparut dans ma tête et me dit de quitter absolument le pays du feu et en toute vitesse. Je regardais mon partenaire et je l'informai qu'on devait quitter sur-le-champ et sans perdre de temps le pays du feu.

Sans perdre de temps, je quittai les lieux le plus vite possible et sans laisser de traces, j'allais devoir faire une petite enquête pour découvrir l'identité de la jeune fille.


Dernière édition par Urufu Arashi le Ven 31 Oct 2014 - 11:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1287
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Ven 31 Oct 2014 - 4:13

Escouade H:
 

La jeune femme observait depuis sa branche haut perchée. Le micro placé dans son oreille grésilla et une voix lui parvint. Celle-ci lui était familière, comment pouvait il en être autrement ?

"Source de chakra droit devant toi. Six."
"Je les ai senties."
"Signature du déserteur Sabakyô Seitô confirmée, que fait on ?"
"Laissez les venir, ce sera plus simple."
"Que fait on pour les genin ?"
"La cible a changé. Dommages collatéraux."

Leur court échange se limita à ces quelques paroles. Quelques secondes après elle fit un simple signe, et disparu simplement de sa branche, laissant en lieu et place un clone semblant on ne peut plus banal. D'une autre branche elle observa. Ce fut rapide pour ne pas dire chirurgical. Le clone se fit littéralement mettre en pièce. Derrière son masque, la jônin était plutôt impressionnée, mais ces ninjas, aussi talentueux étaient ils, se mesuraient à plus forts qu'eux, pour sûr. Comment pouvaient s'imaginer avoir le dessus sur le fier village de la feuille, dans sa propre forêt, dans son propre milieu ? Courage, témérité... Idiotie.. Elle ne savait comment qualifier leur action. Tout en maintenant un mûdra, elle parla à son micro.

"Maintenant. Transmit elle à l'arrière garde alors que le clone dépérissait."

Dès qu'ils eurent fini de parler le clone disparu, le déserteur qui le tenait encore du alors sentir quelque chose de particulier... Mais cela ne s'arrêta pas là. Les arbres alentours se mirent en branle, grinçant, craquant tout autour. Les oiseaux s'envolèrent, craignant ce qui allait arriver. Dans le même instant une nuée de faisceaux écarlates fendaient l'air, brulaient les troncs de bois et se déversaient inexorablement sur le trio, mais pas que. Les genin présents au sol n'étaient pas visés, ils n'étaient que des dommages collatéraux. Deux déserteurs et une genin probablement sous leur influence, voilà comment ils étaient perçus. Cela pouvait encore changer.

L'escouade avait reçu des ordres, elle ne faisait que les appliquer. La Konohajin se demandait si l'instigateur de cette désertion de masse préférerait sauver ses comparses, ou prouver qu'il était le plus; même s'il ne l'était pas. Oui c'était la question primordiale. Et la réponse permettrait de connaître le fond de cet homme, finalement. Eux agissaient pour le bien des plus jeunes pousses du village et n'hésitaient pas à couper les tiges malades, sans complexe. Nul ne savait si ce qu'ils faisaient été bien ou mal... Obéir, c'était le principal, le plus simple. Maintenant, conformément à la stratégie, c'était à elle d'agir.

Arashi:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1314
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Ven 31 Oct 2014 - 5:47


    « Gagné ! Tu me dois 20 Ryos Hiriko ! »
    « Ahh... Et dire que je pensais avoir raison... »
    « Chut...»


Les trois comparses souriaient derrière leurs masques à gaz. Azumi était fier, et grâce à sa fabuleuse pupille, elle avait réussi à monter ce coup de théâtre d'une façon experte. Le sujet du pari ? Hiriko pensait qu'il s'arrêterait là et n'attaquerait pas le cadavre ayant son apparence. Il avait eu tort, car c'est pas moins d'une trentaine de rayons et d'autres attaques d'une puissance hallucinante qui avait détruit le champ de bataille. Heureusement, le Yamanaka avait réussi à lire dans la mémoire des quatre petits Zozio et avait eu l'intelligence de laisser de simples bushin et de prévenir Seitô de l'attaque imminente. Ce dernier n'avait plus qu'à affaisser le sol afin de détourner protéger les Genin, bien que les cadavres eussent réussi à prendre le maximum de dégâts, limitant ainsi l'effort en question...

Il était temps. Le temps d'une contre-attaque en bon et dû forme, façon Seitô. Dans un premier temps, ce fut Hiriko qui sortit le premier, sautant assez haut dans le ciel pour faire une cible idéale. Et dès que l'équipe d'Anbu posa leurs yeux sur lui, il était déjà trop tard... Pour eux, c'était une évidence ! Ils étaient tous ennemis, et devaient tous se combattre entre eux afin de se faire la peau ! Tous les souvenirs, toute la mémoire, rien n'étaient laissés au hasard... Ils étaient des Ninja devant éliminer toutes personnes présentes dans la zone. Tellement que l'idée était obsessionnelle qu'ils oublièrent la présence du Yamanaka... Qui en profita pour s'éclipser quelque part...

Il s'en suivit de l'assaut de Seitô, couplé à celui de la Hyûga. L'équipe, auparavant soudée était tellement occupée à se détruire elle-même qu'ils n'avaient même pas faite attention au Gaz toxique sur toute la zone. Puissant et particulièrement efficace, celui-ci attaquait directement les liaisons nerveuses du cerveau, tout en provoquant de violentes hémorragies... Seitô attendait, souriant...

Car dans l'ombre, invisible, la Hyûga était en position de forces. S'approchant en douceur de la Hayashi, elle visa son cœur, avant d'effectuer une frappe souple et directe. Elle voyait, via ses pupilles, son Myocarde se paralyser, avant que son adversaire ne tombe à ses pieds. Si, entre les coups qu'ils avaient reçus de leurs ex-coéquipiers, en plus du gaz ne les avaient pas achevés, Azumi pourrait facilement le faire...


Epic Fight:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1287
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Sam 1 Nov 2014 - 13:45

Étrangement, l'attaque de l'escouade semblait ne pas avoir porté ses fruits, comme si l'adversaire était d'un don de divination absolu que rien ne pourrait contrecarrer. L'Hayashi soupira. Sitôt eut elle compris la supercherie qu'elle dressa une barrière mentale anti genjutsu. C'était plus complexe qu'une simple protection. En utilisant les arbres qu'elle contrôlait, la jeune femme libérait dans l'espace une partie de son chakra, laquelle interceptait toute émission de chakra invisible à l'oeil, comme l'emprise d'un son, d'un regard, d'un geste... Ils ne pouvaient pas gagner face à leur équipe qui était certainement bien plus et bien mieux entrainée que la leur. Pour s'assurer que rien d'autre de fourbe ne puisse se produire, elle réalisa un nouveau signe. Plusieurs sceaux se formèrent à la surface de l'écorce de chaque arbre, lesquels se déclencheraient à la moindre sensation de chakra.

Arka et Amakyuden, face à la monté des adversaires, s'unirent pour créer ce que l'on put comparer à un champ de force, un pur concentré de chaleur impénétrable. Un jutsu qu'ils avaient mis au point tous les deux, jouant de leurs capacités communes pour faciliter sa réalisation. Ce qu'avait projeté contre eux le chef des déserteurs s'enflamma. Il devait s'agir de gaz ou quelque chose de comparable, enfin ils ne sauraient jamais puisque l'attaque avait été facilement déjouée. Amakyuden, de sa voix douce, souligna leur stupidité à vouloir persévérer sur cette voie, il ne comprenait pas davantage que ses coéquipiers les raisons de cet acharnement. Sa cousine activa alors une nouvelle technique. Loin d'être stupide, elle savait ce dont été capable les Hyuuga et les Yamanaka... Comme sa cheffe, elle répandit une certaine quantité de chakra dans l'air, il brouillait les sens des personnes employant des techniques de sensorialité, en dehors d'elle même.

Sachant que les trois déserteurs n'allaient pas s'arrêter là, Akia cette fois, utilisa une de ses propres techniques, permettant simplement de percevoir et prévoir les mouvements des personnes se mouvant dans un périmètre autour d'elle, et de ses alliés. Aussitôt, elle parla dans son micro.

"Eneri, ça s'approche."
"Bien."
"Maintenant!"

Alors que la Hyuuga approchait sûrement, qu'elle allait porter son coup; un gigantesque pieu de bois s'éleva de la branche où elle trônait, et la perfora de part en part. La Hyuuga avait prit sont élan, l'Habashi l'avait anticipé, L'Hayashi l'avait éliminé. Ni plus, ni moins. L'un des senseurs de Konoha senti les sources de chakra adverses se tarir. Elles étaient même immobiles.


Spoiler:
 

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1314
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen] Sam 1 Nov 2014 - 15:39


    « Et bien, c'est perdu ! »
    « Les Genin sont sauvés, au moins. »
    « Oui, c'était ça le but, après tout. Expatrié nos Genin du Pays du Feu ! Bien que je dois bien avouer que ce combat était intéressant. Dommage que l'expérience ne nous revienne pas, hein Seitô ? »


Il attendait. Bien loin du lieu en question, et des techniques de Sensorialité autre qu'Hyûga. Si Azumi n'avait pas vu ces Jônin, ils seraient mot... Parfois, la Paranoïa pouvait avoir du bon. Et c'était pourquoi Seitô prenait toujours ses précautions... Comment ?

Shinin - Koeru Tamashi no Tensei. Cette technique, il ne pouvait l'utiliser que dans de rares occasions. C'était une variante de l'Edo Tensei, beaucoup moins puissantes et destructrices, qu'il avait réussi à mettre au point. En soit, une technique relativement défaillante, demandant certaines composantes rares, et des conditions incroyablement limitées. Qui aurait cru qu'il en allait avoir l'utilité aujourd'hui ? Explication...

Premièrement, à l'instar de l'Edo Tensei, la technique nécessite un cadavre lambda, ainsi qu'une copie mémorielle de la personne que l'on souhaite faire revenir. Après quoi, on use d'un Fuînjutsu suffisamment puissant pour contenir la copie mémorielle de la personne... C'était le travail d'un Yamanaka. Pour le Nécromancien, la chose était plus délicate : l'activation des corps, et maintenir la connexion pour offrir une dose de chakra quasi-infinie, toujours comme sa technique Homologue. Mais en plus de cette concentration empêchant le combat, les personnes dont les cadavres prenaient l'apparence ne pouvait absolument plus user de leurs chakra impunément. Ils étaient donc sans défense, pendant un certain labs de temps...

La technique était à la frontière du Kinjutsu... Néanmoins, il y avait suffisamment de restriction pour la rendre quasi-inutilisable. Pourtant, il en avait eu l'utilité aujourd'hui... Concentrant une dernière fois son chakra dans son cadavre, la Genin se retrouva expulsé du Dôme de Terre, probablement inconsciente. Seitô faisait confiance aux Ninja pour la renvoyer chez elle... Quant aux deux autres, il concentra une énième fois son chakra...

Les murs de la paroi ou les Genin était emprisonné s'illuminèrent... Le Hiraishin inversé ? Certainement ! EN moins de temps qu'il ne fallait pour dire "ouf", les deux autres Genin étaient revenu devant les deux Aizuyake et le Tsugurike. Ils étaient à la limite de l'inconscience... On pouvait voir, même sans être médecin, la violence du Hiraishin. Ils avaient de nombreuses déchirures musculaires, mais ce n'était pas un problème, car il y avait de quoi les soigner à la base...

Seitô se releva... Son corps tremblait. Le chakra dépensé pour cette technique était tout simplement effroyable... Mais il devait se montrer fort. Tout du moins, jusqu'à que ces Genin passent dans l'inconscience.

    « Le jeu a changé, Arashi, c'est pourquoi je t'ai extirpé du pays du Feu. Tu vas aller avec Azumi à la base... Elle appliquera le tatouage à ce qui semble être une recrue. Matawa revient aussi, il doit avoir finit depuis le temps. Là-bas, vous suivez les instructions d'Azumi... J'ai à faire... »


Hiriko l'aida... Et ils disparurent dans un Shunshin. Seitô allait avoir besoin de repos avant de faire les préparatifs, et le Yamanaka savait exactement ou le mettre pour qu'il se repose en parfaite sécurité.


Toute bonne chose à une fin...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Trahirais-tu ton pays pour défendre une idée ? [Arashi/Kimouko - Shôraizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-