N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 256

Message(#) Sujet: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Lun 26 Déc 2011 - 20:29

Citation :
Un convoi transportant de la marchandise de grande qualité se serait égaré dans la forêt de Hi no Kuni. Jusque là, rien de bien dérangeant me direz-vous ? Oui mais voilà, on raconte que depuis peu un groupe de puissants nukenins aurait élus domicile là-bas. Inutile de vous dire qu'il est donc urgent de retrouver ce convoi avant qu'il ne tombe nez à nez avec les déserteurs.

  • Cette fois, j’allais squatter l’pays du feu. Ces derniers temps, j’m’intéresse aux plus en plus aux noms des choses. En général, ça m’inspire des trucs ridicules, et j’me paye la gueule d’ceux qu’ont pu nommer tel ou telle chose. L’pays du feu par exemple, tu te dis que c’est un pays de feu. Un pays dans du feu peut être. Un pays entouré d’feu. Un pays dans un four de feu. Un pays ‘vec des gens en feu. Un pays ‘vec des maisons de feu. Un pays ‘vec des plats brûlés par le feu. Un pays ‘vec des gens bronzés comme s’ils s’étaient exposé à du feu. Un pays où les gens sont à poils comment s’ils vivaient dans du feu. Un pays ‘vec des personnes aux organes génitaux en feu. Un pays dont les autochtones peuvent secréter du feu.

    Finalement, c’était pas ça. Même pas un pays, juste des arbres. Ca manque de chaleur, de couleur tout ça. C’sûr qu’ils étaient pas cleans les vieux quand ils ont nommé l’pays. Même Pubis no Kuni paraîtrait plus logique. Les arbres s’raient en quelque sorte les poils. Et la drôle d’tours, au loin, le zboub.

    Pour l’délire, j’ressors ma carte, je barre Hi no kuni, et je modifie en Pubis no Kuni. Par contre, faut pas que j’oublie un jour et que j’la sors d’vant l’un des hauts gradés. Déjà qu’on peut même pas s’curer l’nom peinard sans qu’ils nous fassent la morales, ces trous d’culs.
    Autre chose. J’pouvais pas passer sans faire quelque chose pour changer la situation. J’allais aider Hi à devenir l’pays du feu. LE VRAI. L’unique. R’marque, ça aurait pas pu être possible s’il y avait pas autant d’arbre. Disons donc qu’il a les pré-requis pour mériter son nom.

    Je prends une allumette. Et devinez quoi ? J’l’allume, ouai. Et je mets l’feu dans les feuilles d’arbre. Un peu ici, un peu par là. J’étais à bout d’allumettes, mais c’était un joli feu d’camps. ‘Fin au début. Cinq minutes à peine, c’était devenu un barbecue géant. Même à plusieurs mètres d’écart, j’transpirais. Y avait de forte chances que j’finisse en merguez, mais ça, on s’en foutait. Comme ça…

    Le pays du feu était en feu.

    Et en plus, l’mec qui d’vait m’épauler pour la mission se ramènera sûrement ici s’il voit l’feu. C’était fait inconsciemment peut être. Mais j’allais pas l’dire, j’suis pas con. J’allais pas dire non plus que c’est moi qui l’a allumé. Ouai, j’ai juste vu le feu, et j’suis venu voir c’qui se passait.

    Ah ouai, pourquoi on a appelé l’arbre un arbre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 98

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Lun 26 Déc 2011 - 23:33

Une missive marquée des lettres "Urgent" venait de parvenir jusqu'à ma porte par messager : Un groupe de Nukenins bien connu venait d'être aperçu dans la région de Konoha tandis que dans le même temps un transport important de matériel shinobi de pointe traversait la zone, je devais intervenir, épaulée par un collègue.
Premièrement cette organisation était connue pour avoir perpétrée plusieurs crimes à l'encontre de réfugiés de Kaze no Kuni et il était normal de vouloir les arrêter, deuxièmement ce convoi possédait une importance capitale et il devait arriver à bon port. ni une ni deux je partais en direction de la région communiquée. Le trajet entre le pays du Vent et celui du Feu ne mettait pas plus de deux jours grand maximum et ce fut sereinement que je passais la frontière tout en ralentissant ma course. En effet dans le ciel plusieurs groupuscules d'oiseaux partaient dans tout les sens tandis qu'une mauvaise odeur de brûlé semblait se dégager de la forêt ... Serait-il possible que les Nukenins aient mis le feu dans la région ? Plus de temps à perdre, j'accélérais mes pas jusqu'à tomber sur ... Oh non ... Pas lui s'il vous plait.
    _ J'en ai du bol ... Et je suis certain qu'en plus d'avoir allumé ce feu, c'est toi qui va m'accompagner pour la mission ?

Ce type ... Habillé comme un sac poubelle, crête étrange dressée sur la tête le faisant ressembler à un drogué, pas de doute possible : C'est le ninja ayant voulu enlever Usagi alors qu'elle s'était échappée du palais. Nous nous étions quittés en très mauvais thermes, sur une déroute totale de lui et son ami, l'idée de collaborer avec lui ne me plaisait pas du tout et en plus quel imbécile, avec son feu de joie les nukenins nous avaient sans doute déjà repéré.
    _ Ça fait plaisir, t'es toujours aussi idiot à ce que je vois, donc tu vas me faire le plaisir d'éteindre ça avant qu'on se fasse griller comme des poulets.

Instaurer de suite une notion de commandement était la meilleure chose à faire avec ces énergumènes, non en fait surtout avec lui et vu la rouste que mes compagnons et moi lui avions foutu, il faudrait mieux qu'il m'écoute. Derrière lui les arbres partaient de plus en plus vite en cendres mais lui il était là, à rien foutre, le style de mec que j'ai envie d'étaler au sol sans utiliser mes mains. Je ne connaissais même pas son nom, juste sa provenance : Kumo. Pourquoi n'avais-pas eu droit à un Shinobi de la région ? Tant pis. Observant le décors tout feu tout flamme je pouvais en déduire bien des choses : La première était qu'il fallait bouger, la seconde : Que les ninjas de Konoha allaient nous sauter dessus, la dernière : Que je ne pouvais pas l'éteindre ayant peur de l'eau. Ainsi tout mes espoirs reposaient sur cet incompétent, prometteur.
    _ Bon... Si j'étais une bande de Nukenins et un convoi, dans les deux cas quel trajet j'emprunterais ?

Il fallait la jouer à l'intuition et j'espérais que pour l'extinction de sa connerie, le Kumojin en ferait autant : Suivre son instinct et se grouiller de trouver une solution à ce problème brulant avant d'être trouvé, si ce n'était déjà fait ...
    _ Et sinon boulet : Donnes ton nom, ton grade et ce que t'as à voir dans cette mission parce qu'envoyer un tel crétin c'est bizarre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 256

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Mer 28 Déc 2011 - 0:59

  • La mouette tournait autour de moi. Elle descendait, puis remontait. Comme si elle hésitait. Elle s’en alla, mais r’vint. Après plusieurs négociations ‘vec sa raison, elle me chia d’ssus. D’la merde à moitié blanche, moitié noir. Et avant qu’la merde glisse assez pour fendre mon crâne entre mes deux yeux, la mouette se retrouva au sol. Transpercé par un Kunai.

    Ce n’était pas dans mes intentions. Je n’ai aucunement pêché. C’est juste le destin qui m’permettra de profiter d’la GRILLADE TIME.
    J’enlevai l’Kunai, qu’avait fais un trou, et enfoncer un tronc d’arbre dedans. Comme ça, j’pouvais griller la mouette sans m’prendre dans le feu. Etrangement, les buissons derrières, avaient bougé. J’pivote ma tête en m’disant que si quelqu’un est bien là, j’passerai sûrement inaperçu. C’pas comme si j’faisais quoi que ce soit. Ou j’avais fait quoi que ce soit.

    Je grille d’la viande de mouette.

    Dans une forêt en feu.

    Et l’feu, c’moi qui l’ai allumé.

    Quelqu’un approchait pour sûr. L’suspens dev’nait lourd. J’me demandais si j’allais finir ma grillade peinard. Ou si j’allais fuir. Ou si j’allais cogner.

    J’m’attendais à quelque chose du genre…

    Spoiler:
     

    Mais finalement, c’était un humain, une femme. Nan attend, elle a les cheveux roses, c’censé être un humain ?La femme, elle débarque, elle fait genre elle me connaît, elle balance d’la merde, pire, elle m’donne des ordres.

    Non mais viens me revoir quand t’auras siliconé ta poitrine, planche d’fer à repasser.

    M’enfin bref, j’avais pu ret’nir un truc déjà. Nan, deux. La sucette sur pattes allait m’accompagner durant la mission. Et puis, la même sucette sur pattes était une d’mes fans. Aller jusqu’à prétendre me connaître, j’en ai presque les larmes aux yeux tellement j’suis émue.

    Ma réputation a bel et bien traversé les cinq mers, semble-t-il.

    -C’est bien sage d’me d’mander d’éteindre le feu. Mais j’fais comment, moi ?

    En y réfléchissant bien, j’me dis qu’il est possible d’faire quelque chose ‘vec du vent. Quand ça soufflait fort à Kumo, il arrivait souvent qu’mes allumettes s’éteignent seules. Du coup, j’me dis qu’il va falloir reproduire le même phénomène. A échelle agrandie.

    Sauf que parfois, ça marche pas comment on le voulait.

    J’avais pris une grosse inspiration histoire d’souffler sur les flammes. Et les flammes s’en étaient retrouvées toutes excitées. L’feu s’propagea plus vite. Arrivé à ce stade, y avait plus rien à faire.


    « -Laisse tomber, ça sert à rien. Et j’aurai jamais assez d’salive pour éteindre tout ça. »

    Ca, c’était fait. Oublions donc le feu, et prions pour qu’il pleuve ce soir.

    -Hon sekepi difi boylit. Ne vou Ne coni.

    Ca devait être la dernière bouchée. Au risque de pas m’faire comprendre, je reformule ma phrase une fois ma bouche vide.

    « -On déguerpie d’ici, boulette. Ni vu ni connu. »

    Au pire même si plus tard elle m’accuse d’vant les kanahajins, j’aurai qu’à dire que c’est elle et pas moi. J’suis Kumojin, et elle, elle est soit d’Kiri, soit SDF. Dans les deux cas, j’ai un avantage certain. Mais, plus important…

    « -Si t’as quoi que ce soit à proposer pour qu’on retrouve le convoi, ou les tocards, j’t’écoute. Entre temps, on va faire ça manuellement…
    OIIIIIIIIIIIIII. ENFOIRE D’NUKENIN D’MES DEUX. RAMENEZ VOUS QU’ON REGLE CA EN HOMME. SI JAMAIS VOUS AVEZ DEJA RETROUVER LE CONVOI AUSSI, VOUS SAVEZ , C’LUI QUI EST CENSE TRANSPORTER DE LA MARCHANDISE QUI VAUT LA PEAU DU CUL, MERCI DE NOUS INDIQUER SA POSITION. »

    Avais-je crié.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 98

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Mer 28 Déc 2011 - 16:11

Avoir une idiotie aussi étincelante et porter le bandeau d'un village ninja aussi réputé de Kumo relevait de l'incroyable, d'une chose extraordinaire, et ce gars était si stupide qu'il brillait de mille feu au milieu de ces flammes ... Qu'il n'avait su éteindre ! Boulet qu'il est, il avait tenté de souffler dessus ce qui n'eu pour seul effet qu'attiser le brasier désormais inarrétable. Comme seule solution il me suggéra de partir ce à quoi comme simple réponse je me pris la tête entre les mains avant un long soupir. Mais encore si sa bêtise s'était arrêté à ce niveau mais non ! Il fallait encore en rajouter, pour nous faire encore un peu plus plonger. Il hurla pour tenter de rameuter nos cibles, chose totalement débile en somme et vraiment dangereuse, alors cette fois ci ma seule réaction fut de lui flanquer une magnifique claque en pleine figure.
    _ Il va falloir te calmer et agir en adulte ! Ça changera un peu ! De toute manière tu ...

Au moment où je dressais mon index vers le Kumojin, un bruit glacial me fit tourner la tête, je crois qu'avec toutes les conneries faites, il venait de réussir à appeler nos fameux ennemis et il semblerait qu'ils ne soient pas pas qu'un peu étant donné le nombre de bruits se multipliant au fur et à mesure que le temps passait. Toisant du regard l'homme à la chevelure d'hérisson pour les conséquences de ses actes, j'activais un petit sceau déversant une quantité non négligeable de poussière cristalline et à ce moment-ci une voix résonna dans la forêt entrain de brûler.
    _ C'est ton copain qui arrête pas de gueuler comme ça ? Nan mais on est venu parce qu'il a parlé d'une chose intéressante : C'est quoi cette histoire de chariot ? On a besoin de pognon tu vois ? Donc le rebelle à la tronche de balais là, dis nous ce que tu sais s'il te plait.

J'esquissais un sourire devant la façon dont ce bonhomme s'adressait à l'autre boulet, tête de balais lui allait vraiment bien c'était impressionnant. Quoi qu'il en soit certain sortirent de l'ombre avec cette déclaration et en ne comptant que ceux là ils étaient déjà une petite dizaine, sans doute pas tous le même niveau mais tout de même, quelque chose me disait que nous étions pas si bien barrés que ça.
    _ Tronche de balais, t'es fier de ta connerie ? Tu vas te démerder avec eux, moi je vais chercher le chariot.

Aussitôt dit et me voici parti en direction de la forêt, j'avais bien senti grâce à ma poussière laissée dans l'air de mon ancienne position qu'environ trois shinobi m'avait suivi, et peut être plus si nous comptions ceux étant cachés, parfait ça allait être marrant. Je commençais à décrire des slaloms entre certains arbres où je plaçais des parchemins explosifs, ce qui créa derrière moi une chute d'arbre importante, mais je ne savais pas réellement ce que ça avait fait dans les rangs ennemis et avant je devais trouver le convoi.

Rapidement je scrutai les alentours à la recherche d'une route, bah oui un convoi lourd ne pouvait pas passer n'importe où ! Sautant de mon perchoir j'atterrissais au milieu d'une route propre, belle, mais qui allait naturellement dans deux sens, lequel choisir ? Soyons logique, je venais de la gauche et les rebelles aussi, si jamais le convoi venait de la gauche il aurait été capté ! Donc à droite ! En avant !
    _ Pas si vite mademoiselle, vous nous devez d'abord une petite danse n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 256

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Jeu 29 Déc 2011 - 0:50

  • La bonne vieille méthode a toujours été la meilleure. J’m’attendais pas à ce qu’ils se pointent si vite. J’avais peut être l’air d’être assez confiant, mais n’empêche que ça m’a surpris. Forcément, j’le montre pas. J’redresse mon col, parce que c’est classe. Et quand j’suis sur le point de caler ma réplique super cool, j’reçois un coup d’poing. Un pseudo-coup d’poing. Ses mains étaient p’tites, ses bras minces et faibles, alors forcément, ça fait mal. Au contraire, c’était…

    Plutôt doux.

    Une dizaine d’hommes s’étaient pointés. Des bites ambulantes qui m’traitent de face de balais. Nan mais où va l’monde ? Si j’avais un miroir, j’les aurai confrontés à la dure réalité. Sauf que…J’en ai pas.


    -Azy, t’as vu ça. On les a retrouvés. Si on les défonce, l’convoie est plus en dangers. Tu pourrais être un peu reconnaissante au lieu d’me cogner. Nan, tu peux me cogner autant que tu veux, mais sois reconnaissante.

    Elle m’écoutait pas, le bitch. Toujours entrain d’revenir sur l’mot connerie. On a là une occasion en or d’tout finir, et vite. Et qu’est ce qu’elle fait ? Elle s’casse...Beh tant pis. Moi et les brigands, on avait un intérêt commun. ‘Fin il l’était pas, mais il l’est devenu quand j’ai crié. Quoi qu’il en soit, j’allais trouver un terrain d’entente.

    -Mes gars, asseyez-vous.

    J’posais mon cul par terre une nouvelle fois, en position d’médiation. A ma surprise, ils firent de même. J’vois que j’ai affaire à des gens malins.

    -J’ai pour ordre de protéger un convoi transportant d’la marchandise d’qualité. Protéger de qui ? Beh de vous, et vos semblables. Jusqu’à maintenant, l’ordre de mission était invalide, vu que vous étiez pas au courant d’son passage. Maintenant que vous l’êtes, on peut au moins dire que la mission en devient une réellement.

    Ouai, ils nous avaient envoyé pour rien, les enfoirés. Faut toujours que je squatte leurs derrières pour fixer leurs gourdes, ces connards.

    -Ecoutez donc ce que j’ai à vous proposer. Vous d’vez être sept à peu près, huit avec moi. Les trois qu’ont suivi la garce la, ne vont faire que tourner en rond. D’not côté, on va s’mettre à chercher l’chariot d’marchandise. Comme ça, on couvre plus de territoire, et donc nos chances d’le retrouver sont plus grandes.

    Ils me regardaient, en s’grattant la tête, les aisselles, les couilles. Tous des macaques.

    -Bien, j’pense que j’vais être contraint à vous faire un dessin.

    Et j’ai fait d’mon mieux, pour dessiner. ‘Vec une branche, sur le sol. Et quand ils avaient compris, ils relâchèrent tous d’un seul coup un « AAAAAAAAH ». R’marque, s’il l’avait pas fait, j’aurai pas été sûr d’avoir bien fait passer l’message.

    Et donc, on allait chercher ce chariot. A huit. Pour se cogner. Et savoir qui c’est qui l’aura.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 98

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Jeu 29 Déc 2011 - 22:08

    _ Bah écoute ... Pour la danse tu repasseras, j'ai juste pas que ça à faire quoi, j'ai un chargement important à retrouver, vous ne m'en voudrez pas trop n'est-ce pas ?

Quelle question ! Pour des fous furieux ne sachant pas maîtriser leurs désirs préhistoriques de soif de sang et de carnage, le dialogue ne s'avérait être d'aucune utilité et je le compris rapidement lorsque la petite meute se jeta sur moi sans aucune forme de pitié, moi-même j'en souriais, oubliant sans doute le fait qu'ils étaient malgré tout eux aussi des ninjas et que certains pouvaient utiliser des techniques, d'ailleurs l'un d'eux envoya une technique semble-t-il de séisme qui me fit mettre genoux au sol, relevant la tête un second s'apprêtait à me flanquer un magnifique coup de pied dans la figure, mais en me redressant de justesse j'esquivais le mal me guettant. Plus question de faire la maline à présent : J'utilisais rapidement une technique à base de fûton pour augmenter ma vitesse, me permettant de me hisser bien au dessus de la leur, grâce à celle-ci je pu sans problème esquiver ou bloquer la majeure partie des frappes m'étant destinées et donner quelques claques bien senties dont une qui envoya valser un adversaire dans un arbre plusieurs mètres au loin. La rencontre devait désormais être abrégée.
    _ Désolée Messieurs, je m'en vais, je vous laisse ici, vous aurez besoin de temps pour retrouver votre chemin à l'intérieur.

Des mudras bien connus s'exécutèrent à grande vitesse avant de créer un labyrinthe cristallin autour de mes ennemis, je pu y retrouver la sortie comme si il s'agissait de ma maison mais ceux enfermés à l'intérieur ... Heureusement pour eux je ne pouvais maintenir ce dédale plus de dix minutes ou alors à plus longue distance que 50m, assez néanmoins pour pouvoir sortir de leurs champs de perception étant donné qu'ils ne me semblaient pas être des ninjas de renoms. Bon à présent je devais remonter rapidement la route, mon collègue crétin devait faire de même de son côté bien qu'il n'avait que peu de chance de le retrouver. Courant sur la route j'eus un mauvais pressentiment quant à l'autre punk tout moche, alors remontant la route vers le shinobi je détecta un mouvement sur la route.

Plissant les yeux je ne reconnu rien et quand j'entendis des cris signalant une intruse sur la route je compris qu'il s'agissait du convoi, arrivant dans la zone où le groupe total de nukenins était. J'espérais une chose, que l'autre boulet aurait la bonne initiative de se ramener sur la route, sans quoi j'allais me retrouver entre nukenins et protecteurs du convoi. Non ça ne pouvait pas être possible. Amicalement j'approchais des hommes armés gardant les chariots.
    _ Hariyama Leara, Kunoichi du pays de Kaze no Kuni, je suis l'escorte shinobi que vous avez demandé pour vous extraire de la région. Passons vite car deux dizaines de Nukenins sont dans la région. J'ai un collègue mais ... Il est spécial et introuvable ... ça ne m'étonnerait pas qu'il soit déjà dans un pub à boire à flot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 256

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Ven 30 Déc 2011 - 0:59

  • Et donc, on allait chercher ce chariot. A huit. Pour se cogner. Et savoir qui c’est qui l’aura.

    On était au milieu d’nulle part, au milieu d’la pénombre des arbres. Je marchais vite. L’aut’ mec, qui semblait être le leader des brigands, marchait vite aussi. Chacun d’nous essayait d’prendre l’devant en allant encore plus vite. Ca a fini en sprint. Je courrais, il courrait. Et au final, c’était lui qu’était à bout d’souffle.


    -T’vois ce que ça fait que d’se branler intensivement. T’es qu’une mauviette.

    En voulant m’retourner, j’m’étais cogné contre quelque chose. D’assez dur qui plus est, vu que j’avais l’front qui saignait. J’me dis que c’est impossible qu’une telle chose puisse exister. Même les noix d’cocos s’fendent en deux que j’leurs donne un coup d’boule.
    Remarque, c’est parfaitement possible. Si j’me cogne contre un rhinocéros de deux mètres. Nan attend, il doit faire bien plus que deux mètres. Et il était en rogne.

    -CASSOS LES GARS.

    J’étais pas obligé de le dire. Ils l’avaient déjà vu, et d’vaient être à deux cent mètres les enfoirés. J’pouvais les entendre rire à gorge ouverte. L’rhinocéros essayait d’m’embrocher, et à chaque fois j’devais avancer mon cul pour pas qu’il m’atteigne. Sinon, c’est sûr.
    J’vais me retrouver ‘vec deux anus.

    Et c’est justement ça qui f’sait que j’allais quatre, cinq fois plus vite. J’les avais doublés. Et l’animal courrait toujours derrière. Au loin, j’pouvais apercevoir quelque chose. La chevelure rose d’la sucette sur pattes, déjà. Et l’chariot à côté. Elle l’avait retrouvé. Et moi aussi. Laissez-moi donc vous narrer la suite de la trame.

    On va sûrement continuer d’courir. J’suis un connard, ma peau passe avant tout. Pareil pour l’équipe d’macaques à mes côtés. La sucette sur pattes, elle a beau faire la justicière, c’est une connasse aussi. On est tous des enfoirés, on va sauver nos culs. Accompagnés par quelques enfoirés qui sont censés transporter l’chariot. En connaissance de cause, je dirai qu’il y aura au moins deux personnes assez obstinés par l’argent et qui lâcheront pour rien au monde la p’tite fortune qu’ils transportent. M’enfin bref, au moins, au moment du jugement, ils pourront pas m’reprocher d’vant dieu de pas les avoir prévenu.

    -DEGUERPISSEZ, OU VOUS RISQUEZ D’RENTRER CHEZ VOUS ‘VEC UN DEUXIEME TROU D’CUL.

    Et là, le leader des brigands m’attrape la main. J’savais plus ou moins pourquoi.

    -On a r’trouvé l’chariot. On va régler ça en homme. C’lui qui gagne ramasse le tout.

    Non mais il est con ou quoi ?

    -Non mais t’es con ou quoi ? Si on s’arrête pour s’cogner d’ssus, la bête nous aura. Attends qu’on la sème.

    Il semblait pas comprendre. Fallait réparer ça.

    -Jouons à pierre, papier, ciseaux. Si j’gagne, on reporte l’affrontement. Si je perds, on règle ça illico presto.

    Ciseaux d’mon côté, pierre du sien. J’avais perdu. Et puis fuck, j’ai dit que j’avais pas envie d’me faire empaler.

    Et c’est bien pour ça que j’avais fais en sorte que mon coup d’pieds l’fasse voler assez pour qu’il s’écrase sous l’pied du rhinocéros.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 98

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Ven 30 Déc 2011 - 21:35

Un coup d'oeil des hommes placés sur le convoi vers la forêt pour que je comprenne que quelque chose de peu agréable était en approche, et vu le vacarme que ça traînait dans son sillage, ça devait pas être beau. Première pensée ? Direction l'autre boulet, c'était lui. Me retournant d'un air sérieux je ne pu qu'apercevoir la bande de bandit, le Kumojin et un ... Rhinocéros avant que tout ce joli monde ne se passe le message pour transformer le chemin en gros bordel : Le shinobi et un nukenin faisaient un pierre, papier, ciseau, mon camarade ayant perdu une bagarre éclate, heureusement il envoie valser son adversaire dans les pattes du rhino qui s'effondre sur trois autres kékés essayant vainement de se barrer. Moi, adossée au chariot, je rigolais.
    _ Bon balais à brosse, t'as fini de jouer ? On peut enfin leur coller une déculottée ?

Petit pic pour lui faire bouger son popotin, déjà j'avais demandé au convoyeur de bouger de la zone, ça allait devenir n'importe quoi. Je dégainais ma lame qu'adroitement je lançais droit sur un gars plaqué contre un arbre, tremblotant de peur, ça me saoulait cette histoire et de faire équipe avec ce trublion, ça avait de quoi donner des boutons. J'aperçu heureusement sur mon flanc trois nukenins courant à toute vitesse sur moi tandis que le Rhinocéros se relevait, mais quel bordel sincèrement !. Plaçant ma main en face de moi je fermais les yeux, faisant totalement le vide, bientôt une puissante aura électrique vint recouvrir la totalité de mon corps, l'armure de Raïton était appréciée pour le surplus de vitesse et de réflexes qu'elle nous procurait.
    _ Bien, à présent nous pouvons commencer.

Prenant mes appuis je me projetai vers l'avant en explosant le sol sous mes premiers pas, à peine arrivée sur le premier adversaire, ce dernier gisait déjà au sol après un Lariat dévastateur ayant crée un petit cratère sous l'impact. Je perçu un coup provenir de la gauche alors rapidement je plaçai un bras en opposition, engourdissant la personne responsable de cette agression avant de lui placer un uppercut au niveau des côtes. Il s'envola exploser un arbre un peu plus loin. C'était la première fois que j'utilisais l'armure de Raïton et cette dernière s'avérait encore quelque peu instable, tant pis.

Il en restait un de mon côté, sûre de moi je me précipitai à l'assaut seulement celui-ci avait l'équivalent de mon boost mais en fûton, ainsi chaque contact serait en sa faveur. Petit coup d'oeil du côté de l'autre nigaud mais je n'aperçu rien du tout, qu'à cela ne tienne, j'avais une rencontre à terminer au plus vite, pas besoin de s'éterniser avec des ninjas de seconde zone, une belle prime était à grappiller pour ramener ce convoi à bon port.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 256

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Sam 31 Déc 2011 - 17:42

  • Laisse moi réfléchir deux s’condes, steuplé. Le truc rose, ‘vec une bordure jaune, qui cogne les mecs l’un après l’autre, c’la sucette girl au poing super doux ?

    Fallait vérifier tout ça.

    Le leader, et quelques uns d’ses acolytes, n’étaient plus humains. Sous l’poids du rhinocéros, ils étaient désormais d’la bouillie humaine. Une soupe rougeâtres, ‘vec quelques morceaux d’viandes en jaune virant au noir. Un œil, expulsé du crâne qui l’abritait, avait roulé jusqu’à v’nir près d’mon pieds. Savais pas trop c’qui m’avait pris, mais j’avais envie d’faire quelque chose.

    Le rhinocéros s’était relevé. Je pris l’œil, tendis mon bras à fond derrière, avant d’jeter l’œil loin, très loin.

    -VA CHERCHER.

    Juste comme ça. Un désir inopiné. L’truc super étrange dans l’histoire, c’est qu’il y avait cette drôle de lueur dans les yeux du rhinocéros, qu’avait suivi l’mouvement d’ma main d’un regard intéressé. Comme un chien. Et comme un chien, il alla chercher ce que j’avais jeté, tout en remuant sa p’tite queue.

    Pour la peine, j’vais faire l’bilan des trucs louches que j’ai constaté jusqu’à maintenant : Le Pays du feu est en réalité… une vaste étendue d’arbres. Au pays du feu, les rhinocéros font presque trois mètres. Au pays du feu, les rhinocéros sont des chiens dans l’âme. Et finalement, au pays du feu, les femmes sont des malades bourrines. Et ça, c’est particulièrement sympa.

    J’m’étais mêlé à la troupe de Nukenin. C’est assez dur à avouer, mais vu ma tronche, c’était un jeu d’enfant. J’voulais juste ressentir une nouvelle fois son poing sur ma gueule. Les brigands s’envolaient un par un, mon tour allait arriver, je frémissais d’excitation. Elle était toute proche. Elle ne s’arrêta pas. Elle me cogna pas. Non, c’était bien au d’là d’ça. Elle m’avait foutu un lariat parfait.

    J’étais étendu, par terre, sonné. C’était un coup digne des plus gros gaillards. J’me relève, et en même temps, les quatre qu’avaient suivi la sucette sur pattes, étaient r’ssortis d’nulle part, et marchais leeentement, histoire d’pas faire de bruits. Pour la prendre par surprise sûrement. L’un d’eux avait carrément mis son doigt sur sa bouche, pour m’faire comprendre que j’devais pas parler s’ils voulaient l’avoir. Ouai, c’est sûr, ils sont cons.

    J’voulais agir. Mais j’attendais le bon moment, l’moment critique. Comme ça, j’gagne le maximum d’bons points auprès d’la lady. Et quand j’décide enfin d’bouger, l’sol commence à s’effriter, et l’rhinocéros en ressort, dégageant par la même occasion les aut’ connards. Il s’approcha d’moi, puis cracha l’œil que j’avais lancé auparavant. ‘Fin, le supposé œil, vu qu’il était désormais aplati, et trempé dans un drôle de liquide visqueux.


    -Bon rhinocéros.

    J’voulais l’caresser. Il m’donna un léger coup d’tête.

    -Bon chien ?

    Cette fois, il s’laissa caresser gentiment. Il était peut être temps pour moi d'songer sérieusement à lui d'mander comment il avait fait pour aller sous terre.


Citation :
tue pas la bête, j'en aurai besoin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 98

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Sam 31 Déc 2011 - 20:06

Je venais de m'apercevoir d'une chose qui me fit malgré moi exprimer un magnifique sourire : Ce boulet ... S'était lui qui s'était mangé mon Lariat, sans doute pour tester la puissance du coup, bah il devait réellement pas être déçu vu la débauche d'énergie que j'avais lancé à l'intérieur du coup. Il m'en restait un et j'étais concentrée alors que lui bah ... Je rêve là ? Mais il vient d'une autre planète ce type ! Il joue avec le Rhinocéros comme si c'était un chien ! Vraiment différent ce gars, mais ça en devenait plaisant à voir, oui c'est vrai ! Ni faisant plus attention en me concentrant sur les coups arrivant je pu parer un genoux venant dans ma face avant d'envoyer le gars au loin, enfin, du moins essayer parce qu'en effet, lui étant entouré de Fûton le coup fut réparti entre nos corps et moi aussi je pris cher.
    _ Bordel il me saoule lui !

Au même moment un grand chamboulement derrière moi, qu'était-ce donc ? Simplement le Rhino de mon comparse qui ... Sérieux ! Le voilà en Rhino souterrain maintenant ! Il venait de sortir du sol dans un grand bazar et d'éclater plusieurs shinobi derrière moi avant de venir se faire caresser par le Kumojin ... étrange néanmoins ça me ferait toujours cette bête en moins à démolir et du chakra en moins à dépenser, d'ailleurs il était temps de le réduire en charpie ce type là, ce ninja de pacotille.

Approchant doucement de lui je désactivais l'armure Raïton.
    _ Pas besoin de ça ... Désolée brave gars mais tu me sembles la bonne personne pour tester ma nouvelle technique.

Et oui ... J'exécutai des mudras à toute vitesse, l'homme en face de moi ne bougeait absolument plus. Plaçant ma main droite près du sol je concentrai toute la masse de chakra possible à l'intérieur, je devais savoir si je pouvais tenir la puissance du Raiton dans cette main. Bientôt plusieurs faisceaux de chakra Raïton pur apparaissaient dans ma main, dans un cri absolument obscène, comme des milliers d'oiseaux hurlant d'une voix, la lumière était insupportable, parfait.

La stabilité de mon attaque était atteinte, désormais ma vitesse d'exécution devait être parfaite pour percer sa protection de fûton malgré le fait que je possédais l'affinité faible par rapport à lui. C'était la fin, je me lançais sur mon adversaire avant de le pourfendre de ma main, aucun cri de douleur ne fut entendu tant la puissance auditive de l'attaque était atroce. Désactivant la technique je ne pu qu'observer le corps inerte transpercé de ma main, d'ailleurs cette dernière était brûlée, l'équilibre n'était pas encore parfait mais j'étais heureuse du résultat pour une première utilisation. Me tournant vers le kumojin avec le sourire, je ne pu que lui montrer ma joie.
    _ Pour une première utilisation c'était pas mal hein ? T'en penses quoi ? Et autre question ... C'est quoi ce Rhino bizarre là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 256

Message(#) Sujet: Re: Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe. Dim 1 Jan 2012 - 2:14

  • Oh, des oiseaux. Où ça, Où ça ?

    Je cherchais les oiseaux. Au moment où je pivote, j’vois la sucette sur pattes transpercé un mec ‘vec un truc lumineux. Et quand l’truc lumineux ne « luminisait » plus, et beh, les cris d’oiseaux s’étaient arrêtés.


    -Ouah, t’arrives à faire ça ‘vec ta bouche. C’sûr qu’c’est kule.

    Que de violence dans ce bas monde. Achever quelqu’un d’la sorte. Fallait penser à sa femme, puis sa femme, puis sa femme, puis sa mère, si elle est jeune, sinon, on l’oublie. Puis sa fille, si elle est assez grande, sinon, on l’oublie aussi.

    Quoi qu’il en soit, il était trop tard. Il était déjà mort. Et j’m’en voulais. La culpabilité me rongeait. J’aurai dû empêcher tout c’là d’arriver. Fallait que j’le sauve.

    Histoire de me renseigner sur sa femme, sa mère, sa fille, leurs âges, et leurs localisations. C’était une autre occasion d’perdue.

    MAIS, maintenant qu’elle en parle, le rhinocéros compensait tout.

    -Ca, p’tite, c’est pas un rhino. C’est un chien. D’ailleurs…

    L’feu que j’avais allumé plutôt, il avait bien avancé. L’odeur de brûlé commençait à s’répandre. Les flammes étaient visibles. Il y avait là…

    -Quelque chose d’exploitable.

    J’pris un morceau d’tissus, pour ramasser l’œil humain cubique sans m’tartiner la main de salive d’rhinocéros. Et puis, j’vais à côté d’la bête. J’la caresse. Elle semble aimer ça. Elle semble vouloir obéir. Tout est ok.

    Je prends l’œil, j’le jette dans les flammes.

    -VA CHERCHER.

    Le rhinocéros sauta dans l’feu, comme un con. Et forcément, il prit feu, et commença à sauter un peu partout. Pour v’nir s’étaler d’vant moi, brûlé, comme s’il d’mandait ma pitié. Sauf que c’que la bébête toute conne ignore, c’est qu’la viande passe avant tout.

    -Tu m’aides à le remettre du côté du feu ? Il a pas bien grillé. La viande crue est dégueulasse.

    Le rhino était mort. Et sa viande allait rôtir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Leara, si t'as un titre potable, tu m'fais signe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-