AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Jeu 11 Déc 2014 - 18:21

Suivant les informations recueillies lors de l'enquête que nous avons menés à l'intérieur de l'immense tour où se trouvent les oiseaux-messagers du Pays du Feu, Satochi et moi-même sommes en route vers l'emplacement présumé de Takumaru ou de celui qui se fait passer pour lui. À la sortie du village, j'ai eu la chance de prendre en ma possession la totalité de mes sabres et un Shinobi m'a enlevé mon signe que Sya m'avait inscrit sur la nuque afin d'éviter quelconque problèmes liés au chakra. Elle ne savait pas qu'à cause d'une condition médicale très rare, je ne sais pas utiliser cet énergie et que tous les mouvements et attaques que je fais sont uniquement physiques, mais j'ai préféré ne pas en parler sous crainte d'être refusé aux portes. Je n'avais évidemment pas l'intention de me battre dans l'enceinte du village pour deux raisons: premièrement, je désire avoir un nom digne d'une légende et, deuxièmement, je ne suis pas du genre à chercher la violence.

Armée de quatre-vingt-sept sabres, sept à ma ceinture, Déshonneur et les Ailes de la Trahison, et le reste dans deux énormes carquois, je suis Satochi qui se déplace habilement entre les lianes, racines et autres obstacles naturels de la forêt de Hi no Kuni. J'ai rencontré plusieurs personnes en ces lieux avant d'arriver dans le grand village aux réglementations strictes: Jackal, Miyuki et Ikari. Alors que je saute d'un arbre par-dessus une rivière comme l'a fait avant moi le Chuunin, je me dis que je ne suis plus le jeune peureux que j'étais auparavant. Non, je suis un guerrier de la paix calme, posé et joyeux. Les personnes comme Shinji, Kennei, Yojimbo et les autres ont changés ma personnalité et m'ont aidés à forger la personne que je suis maintenant. Des alliés comme Goren et son clan et des ennemis tel que le Démon Arekushi m'ont démontré, lors de bataille, que je suis réellement sur la bonne voie de devenir la légende que j'espère. Alors que je glisse sur la terre humide suivant le signe de halte du Shinobi de la Feuille, une seule pensée apparaît dans mon esprit:

*Un jour, je trouverai comment ramener la paix dans toutes les nations.*

Satochi tourne son attention vers moi et je monte mon doigt devant ma bouche en soufflant le son "chut" pour montrer que j'ai compris que nous avions changé de tactique entre course et infiltration. Non loin de nous, une vieille cabane est cachée derrière un mur d'arbres et de plantes. Mon partenaire, de son regard froid habituel, me pointe de prendre la partie de gauche et me fait signe qu'il se charge de celle de droite. J'hoche rapidement de la tête et bouge les lèvres sans faire un seul son en lui disant "bonne chance".

Je me déplace furtivement, évidemment, en observant à chaque pas le sol et mes côtés dans l'optique de ne pas piler sur une branche ou un piège et d'éviter d'accrocher quelque chose qui pourrait ébruité mes lames. Il faut dire que je n'ai jamais été du genre subtil vu mon style de combat. Je suppose que c'est probablement la raison pour laquelle le Konohajin a préféré s'occupé de sa propre section, pour éviter d'être pris avec moi si jamais je me fais repérer.

Alors que je me dirige lentement vers une fenêtre, je me souviens l'attitude et la personnalité de Takumaru. C'était un homme grand et loyal à Osai qui n'a jamais utilisé de subterfuge, de trahison ou de tactique fourbe. Il était tout mon contraire. Mon aîné pouvait me défaire en quelques mouvements à peine lors de nos confrontations. Dans cette optique, il était si similaire à mon père, Takusanjii, qu'il est devenu héritier au style particulier de Bushido de notre famille alors qu'il avait deux grands frères. Takumaru n'aurait jamais, au grand jamais, usé de stratégies odieuses pour mettre fin à la vie d'un homme. Ce n'était simplement pas son genre.

J'ai toujours été différent. Je suis du genre à gagner mon combat par tous les moyens. Je n'aime pas la violence parce que je n'aime pas l'état dans lequel j'entre lorsque je me bats. En fait, c'est assurément un mensonge. Je crois que j'adore le combat, mais que je refuse de me l'admettre. Une chose est certaine, si j'ai le choix, je préfère ne pas avoir à tuer. Simplement blesser des gens ou voir des personnes souffrir est pour moi difficile. Je dois me former une façade froide pour y arriver. En fait, depuis quelques mois, c'est la première fois que je quitte mon attitude froide et sans âme pour affronter la vie. Cependant, ça me laisse ouvert à de brutales blessures émotionnelles.

Ayant réussi à me rendre jusqu'à l'ouverture sur le côté Ouest de la petit bâtisse moisie sans émettre le moindre son, je jette un regard à l'intérieur en tentant de resté hors de vue. À l'intérieur, il y a un lit de fortune, quelques chaises et une table. Je vois aussi quelques aliments comme des assiettes dans lesquels il y a des pois, de la viande séchée, de l'alcool, quelques légumes divers et je peux entrevoir une miche de pain à moitié entamée. Cependant, je ne vois aucun signe de vie.

*Donc, soit qu'il a eu vent de notre arrivée, soit qu'il n'y est pas pour une autre raison, soit qu'il est déjà ailleurs ou soit que c'est un piège. Lequel est-ce?*

Alors que je me demande si je continue vers l'arrière ou si je tente de pénétrer par la fenêtre, je me baisse et tend l'oreille sur le mur dans l'espoir d'entendre un respire ou quoi que ce soit qui trahisse la présence d'une personne dans les parages. Ma plus grande crainte est que Takumaru soit au courant de ma recherche parce que ça voudrait dire qu'il a trouvé moyen d'infiltrer la nation du Feu et, même, le village de Konoha. Ça voudrait aussi dire qu'il serait possible que d'autres Shinobis, des assassins, soient dans les environs attendant une erreur de notre part pour nous attaquer et nous occire. Je sais d'expérience qu'il peut payer plusieurs mercenaires comme il l'a fait lors de la mission du vol de l'Occulteur que j'ai fait avec le Vétéran Goren. J'espère que je me trompe et qu'il est simplement caché ou de l'autre côté de cette maison putride.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef du Clan Rakuzan - Chef de l'ANBU
Messages : 1205
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Jeu 11 Déc 2014 - 18:34


Du nouveau, voilà ce qu'avait apporté la petite visite à la Tour des Oiseaux Messagers de Konoha. Après des heures d'analyses poussées, le constat était celui espéré, enfin ils détenaient quelques choses sur ce fameux Takumaru. À l'extérieur du village, c'était là-bas que la suite des aventures de Takusanken et Satochi allaient continuer.
Pour cela, un passage aux portes était obligatoire, la Samourai récupéra ses armes et son sceau lui fut retiré. Il était à nouveau en possession de tout son arsenal.


Les deux garçons s'élancèrent à travers les sentiers puis quelques minutes plus tard seulement, ils bifurquèrent dans les bois. C'était le Rakuzan qui était à la mène de cette expédition, la forêt était son jardin, ses mouvements fluides et rapides, mais pas trop afin de ne pas perdre de vue le Nukenin, le moment n'allait pas tarder à arriver. Le dénouement de cette affaire était proche, car ils approchaient de leurs destinations. Mais avant cela une petite explication était de mise.

- Bien ... alors il y a effectivement eu des échanges comme tu peux t'en douter avec un certain Yajimbo de Kaze no Kuni. Mais ces échanges se sont arrêtés il y a quelque temps déjà. L'homme en question demeurait dans un petite maison dans la forêt.... C'est là que nous nous rendons.

Ils finirent par arriver tout près de la dite maison, le mouvement propice pour donner les derniers ordres avant la séparation. Quémandant le silence Satochi orienta le Nukenin vers le flanc gauche de la maison tandis que lui s'occuperait du flanc droit puis le brun et le blond se séparèrent pour les derniers mètres qui restaient. Enfin seul, le corps de Satochi se scinda en deux laissant apparaître un clone d'ombre de lui-même qui poursuivit sa route à la place de son original qui monta se dissimuler dans les hautes cimes des arbres, là où il aurait une vue d'ensemble sur la zone.

Le clone lui finit par arriver près de la cabane, discrètement, il tendit l'oreille essayant d'entendre le moindre signe de vie émanant depuis l'intérieur. Pourtant tout portait à croire qu'elle était vide. L'homme avait-il eut vent des recherches mises en place contre lui ? Oui bien avait-il détalé il y a longtemps déjà ? Pourtant, les aliments qui semblent disposés ici et là sur la table semblent récent ... Une seule signification possible, l'homme était toujours ici. Si tel était le cas alors la prudence était de mise, et même absolue. Un piège, c'était à ce genre de stratégie fourbe que cette situation faisait étrangement penser. Et depuis la cime des arbres observant son clone et Takusanken, le Rakuzan original était prêt à intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Ven 12 Déc 2014 - 18:28

Pendant plus de cinq minutes, je reste là, l'oreille droite posée contre le mur sans qu'il seul bruit suspect ne retentisse. Les yeux toujours fermés, mon ouïe enregistre la totalité des sons extérieurs, car je crains tout de même l'attaque sournoise d'assassins ou de mercenaires payé pour m'éliminer. Plus le temps avance, plus je suis certain que la situation est à notre désavantage. Étant dans la complète impossibilité de communiquer avec Satochi, j'espère que lui aussi ressent ce que je sens.

Je n'arrive pas à me décider. Mes choix sont pourtant simples, mais tellement lourds de conséquences. Je pourrais tenter d'ouvrir la fenêtre et de pénétrer dans la cabane, mais il y a plusieurs risques comme un piège explosif ou un sceau paralysant. De plus, avec mes deux carquois, être dans un espace restreint est contre-productif. J'ai aussi peur de ce qu'il pourra arriver si je me dirige vers l'arrière de la maisonnée.

Tout de même, je décide d'aller jeter un oeil. Je me relève doucement en faisant sûr de ne pas passer devant la fenêtre et, en restant accroupi et en surveillant encore mes pas et mes mouvements de près, je me déplace jusqu'à l'extrémité. Je glisse uniquement la partie nécessaire à observer, c'est-à-dire le haut de ma tête, en dehors de la protection que m'offre le mur.

Devant moi, il y a l'arrière-cour de ce que Takumaru utilise comme habitation. Elle est composée d'un microscopique lac artificiel, deux bancs de bois que la mousse de la faune a commencé à dévorer, quelques roches positionnés de façon plus ou moins artistique et un petit cabanon. Je laisse mes yeux se lancer d'un objet à l'autre et inspecter le tout plusieurs fois avant de prendre en considération que c'est sécuritaire malgré le mauvais pressentiment que j'ai. Toutes les fibres de mon corps m'hurlent que c'est un piège, mais, malgré tout, je ne vois pas d'autres choix que de sortir de ma cachette pour investiguer premièrement la cour, ensuite le cabanon et finalement le domicile.

Ainsi, après avoir scanné l'environnement deux fois de plus sans nouveau résultat, je me lève complètement et me dirige vers le centre de la cour. Mon attention n'est pas en avant de moi, mais bien partout autour. Je glisse des coups d'oeil rapides à la forêt en espérant dénoter un mouvement ou quoi que ce soit qui me lancerai sur une nouvelle piste.

Au centre, je regarde un peu n'importe comment tous ce qui compose la cour sans trouver un seul indice prouvant la vie de quelqu'un. Contrairement à l'intérieur, cette section ne semble pas avoir été utilisée depuis un bon moment. Quelques minutes plus tard, désespéré et dans un silence angoissant, je marche vers l'autre construction de bois qui ressemble à une sorte de placard géant. C'est probablement un range-tout, mais je dois l'éliminer de la liste.

J'ai à peine fait deux pas qu'une lumière me surprend. Par habitude, je me courbe en levant un sabre de la main droite pour camoufler ma tête derrière tout en glissant vers l'arrière. Ce mouvement, je l'ai pratiqué tellement souvent que c'est maintenant un réflexe. Il m'a sauvé de beaucoup de projectiles lors de mes vagabondages. Cependant, il n'est d'aucune utilité face à ce qui se déroule devant moi.

Des filaments de lumière sautent d'une pierre à l'autre de ce que je croyais n'être qu'une sorte d'oeuvre d'art raté que quelqu'un avait fait pour agrémenter la cour. Les roches semblent positionnés de façon aléatoire, mais, au final, j'avais tort. La lumière trace rapidement un symbole et, avant que je puisse réagir, un sceau est formé qui prend l’entièreté de l'endroit où je me trouve.

- "Sato-!"

Je tente d'avertir mon allié avant qu'il ne soit trop tard, mais je n'arrive pas à compléter son prénom. En fait, tous mes muscles sont coincés. Mon corps ne répond plus. Je ne peux absolument pas bouger et, ce, peu importe à quel point je force.

*Quel est cette sorcellerie!?*

La lumière s'intensifie. Elle brille de plus en plus fort et, malgré mon incapacité à me déplacer, je sens bien que la chaleur augmente drastiquement. Mon coeur bat de plus en plus fort.

*Ce n'était donc pas le seul effet de ce piège! Qu'est-ce qui m'attend?*
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef du Clan Rakuzan - Chef de l'ANBU
Messages : 1205
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Sam 13 Déc 2014 - 16:38


Rien ne semblait donner un quelconque signe de vie aux alentours de la petite cabane dans la forêt. Takusanken sur le flanc gauche, le clone de Satochi sur le flanc droit telle avait été l'approche imaginée par le Chûnin. Mais jusqu'ici, les deux garçons n'avaient tout simplement rien trouvé. Trouver l'homme en question en train de tranquillement siroter un thé le cul sur une chaise devant la porte de sa maison, n'avait été qu'une utopie n'ayant même pas traversé l'esprit du Konohajin. Depuis le début, il le savait... Cette histoire puait l'embrouille et c'était pour débarrasser Konoha de cette histoire qu'il s'employait sans demi-mesure dans sa tâche.

Toujours perché en haut de son arbre, le brun observait la scène avec attention, il suivit du regard le Katsuo qui sembla commencer à bouger vers l'arrière de la maison. Merde... Il n'était plus dans son champ de vision, impossible donc pour le brun de le suivre. D'un point de vue stratégique, le blond venait de commettre une erreur. Certes Satochi avait dissimulé son clonage, mais la règle des shinobis était claire, attendre les ordres lorsqu'on est dans l'impasse. Quelques minutes seulement en plus et le clone aurait donné des signes de mouvements mais désormais le plan était fichu.

De son côté, le clone toujours présent près d'une fenêtre enleva son bandeau frontal et le positionna à des angles précis. Ce n'était pas très clair ni même d'une grande précision, mais le reflet donna quelques images de l'intérieur en supplément des quelques aliments qu'il avait vu de ses propres yeux quelques instants auparavant. Un lit correctement fait, un vase posé sur un large buffet et puis ... un manteau d'abord, une ombre ensuite. Ils le tenaient cet enfoiré.

Pourtant, la précipitation était à bannir. Le clone ignorait si le Nukenin avait vu la même chose que lui, une concertation était requise afin de ne pas gâcher leurs chances. C'est alors que le cri étouffé de Taku raisonna dans le foret. L'imbécile, il avait agi avant... Un manque de coordination évident et une erreur stupide... Dévoilant la présence de Satochi. Pourquoi avait-il hurlait un prénom bon sang ? Le clone ne chercha plus à comprendre et grâce à la technique du shunshin no jutsu se téléporta rapidement là d'où provenait le cri. Il apparut à l'arrière de la maison dans ce qui semblait être un jardin de bonne fortune accompagnait d'une petit lac et d'un mobilier extérieur.

Et puis il le vit. Takamaru prit au piège de ce qui semblait être une cage lumineuse verrouillée par un sceau qui semblait très spécial. C'était bien leurs vaines, Satochi était peu doué en Fuinjutsu... Il ne lui restait qu'une solution la briser. Pourtant conscient qu'il s'agissait là d'un piège dans lequel le blond était tombé, le Konohajin n'avait pas d'autre choix... d'autant plus que la silhouette qu'il avait aperçu peu de temps auparavant à l'intérieur de la cabane ne tarderait plus à se montrer, le visage satisfait d'avoir fait une prise.

Qu'allait-il advenir par la suite ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Sam 13 Déc 2014 - 18:08

Paralysé dans la cour arrière de la cabane, je vois à peine Satochi s'approcher. Je voudrais lui dire de ne pas approcher en fin de compte, puisque devant moi, une ombre m'observe, mais ça m'est impossible. Et, la lumière du piège résultat probable d'un Fuinjutsu finement tissé, grâce aux roches et à des sceaux à retardement ou quelque chose du genre, s’intensifie à un rythme alarmant.

Je vois le regard de mon partenaire qui passe rapidement dans mon champ de vision. Il me signifie que j'ai fait une grave erreur et qu'il est plus que simplement déçu. Il passe hors de ma vue périphérique. Je suppose, et espère, qu'il cherche comment me sortir de là. Je ne sais pas s'il a remarqué la pierre d'où tout a commencé, celle qui est un peu plus loin. Avec un peu d'attention il réalisera qu'elle est différente et qu'il y a sûrement quelque chose à faire avec. Je souhaite simplement qu'il le fasse avant que la luminosité des rayons soit à son paroxysme, car j'ai un mauvais sentiment sur la suite des événements.

Devant moi, à l'intérieur, une ombre prépare aussi quelque chose. Je peux apercevoir la silhouette sombre se déplacer tout en silence pour attraper des objets à gauche et à droite. Quelque chose se trame. Mon angoisse m'empêche de penser clairement, ce qui est contraire à mes habitudes, encore.

J'entends pratiquement mes pulsations.

Et, je peux enfin voir ce qui risque de m'arriver.

La lumière passe par un trou dans le toit de la cabane et, se reflétant sur une surface métallique, me laisse voir, l'espace d'une microseconde, l'horreur. Yeux bruns, cheveux clairs et longs, silhouette agile et svelte, balafre au front, regard froid.

*Takujin...?*

Dans ma présente situation, il y a tellement de facteurs différents qui pourraient m'avoir empêché de réellement reconnaître ma sœur. Toutefois, j'en suis certain, il s'agit bien que Takujin, ma sœur aînée, cette femme au regard de glace qui, pourtant, n'est en fait qu'une façade pour cacher sa nature douce.

Le petit rayon de soleil qui se balade à l'intérieur de la cabane tombe sur l'objet qu'elle tient entre les mains. Il s'agit d'une sorte de canon miniature. Je n'ai jamais vu un telle arme. La silhouette maintenant retournée dans l'ombre sans le moindre bruit s'avance lentement vers la porte et pointe, vers moi, le curieux engin.

Il y a un claquement et une étincelle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef du Clan Rakuzan - Chef de l'ANBU
Messages : 1205
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Dim 14 Déc 2014 - 0:11


La situation tournait mal, Takusanken était prit au piège et le clone de Satochi avait ainsi était forcé à se dévoiler lui aussi afin de porter secours au Nukenin en mauvaise posture. Par il ne savait quel procédé ce dernier c'était maladroitement retrouvé coincé d'une espèce de barrière lumineuse scellée. Le piège étant désormais devenu une évidence la situation actuelle obligea toutefois le clone à s'approcher contre sa propre volonté de cette barrière.

C'est alors qu'elle apparut, la silhouette aperçue quelques minutes plus tôt. Une silhouette féminine aux cheveux blonds, un regard brun et glacial fixant sans broncher l'ombre à peine visible de Taku prit au piège. Sans sourciller elle ne se préoccupa même pas du Rakuzan se contentant de fixer son regard sur la barrière renfermant le Katsuo, qui était-elle bon sang ?
Mais Satochi n'avait plus le temps de réfléchir. Il devait agir, il ignorait les facultés de cette barrière, mais une chose était certain cette personne ne leur voulait pas du bien.


Sortant de sa cachette, il dispersa une nouvelle fois son corps donnant naissance à deux nouveaux clones. Rapides et puissantes voilà comment allait se passer son intervention, il devait absolument faire vite, il n'avait plus de visuels depuis que les deux garçons étaient passés du coté arrière de la maison. Son instinct lui indiquait un trouble imminent. Accélérant à sa vitesse maximale, il arriva au moment propice visiblement. La jeune femme semblait tenir une sorte de canon dans sa main, la mauvaise affaire elle avait eu tort d'ignorer le clone jusqu'à présent.

Lorsqu'elle déclencha le tir, un immense fracas sonore retentit faisant s'élever à plusieurs mètres au-dessus du sol un imposant mur de poussière. Il était impossible d'y voir à travers, mais après plusieurs secondes de flottement ce dernier finit par se dissiper offrant alors l'ampleur du spectacle.

Au sol se trouvait la jeune femme maîtrisée et immobilisée par deux clones du Rakuzan affichant un visage haineux envers le vrai Rakuzan qui se trouvait devant elle les mains dans les poches l'air de rien, comme si tout ce qui venait de se passer avait été qu'une simple formalité avant de s'adresser à la personne qui se trouvait à terre.

- Et bien ... c'était puissant ce tour-là... Mais plus sérieusement qui es-tu ?

Pauvre clone... Dans l'histoire Satochi n'avait fait que s'introduire dans le nappage de fumée une fois l'attaque bloquée par le premier clone qui avait bondi grâce à un shunshin déviant vers le sol l'attaque de cette inconnue. Il avait toutefois péri dans cette parade héroïque et personne ne saurait jamais au courant de sa courte existence sur cette terre.
Mais le brun avait actuellement des préoccupations plus urgentes que de compatir pour l'un de ses clones tombés au combat. En disparaissant ce dernier avait reçu toutes les informations récoltées par ce dernier. Taku se trouvait dans cette barrière. Le Konohajin devait s'en libérer.


Il n'y connaissait pas grand chose en Fuinjutsu ou en barrière Kekkai. Peut-être que la solution se trouvait cachée dans les environs, mais il n'avait pas le temps. Lançant un regard inquisiteur sur la personne capturait, il s'adressa à elle avec conviction.

- Tu comptais attaquer mon camarade prisonnier avec cette drôle de technique n'est-ce pas ? J'en conclus que ta barrière n'est pas indestructible ... Et pour avoir eu un aperçu de la puissance qui tu as déployé sachant pertinemment que tu arriverais à tes fins, je suis en mesure d'affirmer que je vais la réduire en poussière.

Le Chunin détourna son attention sur la barrière, préparant la libération de son jeune ami.
Il concentra une énorme quantité de chakra dans sa main lui donnant une forme sphérique tourbillonnante sur elle-même à une vitesse folle puis l'orbe prit une couleur rouge magmatique avant de s'agrandir de plusieurs dizaines de centimètres. Il était temps à présente de libérer le Nukenin.


- Yosengan !!! cria-t-il avait de lancer son bras armé de l'orbe au contact de la barrière.

Le choc fut violent, soulevant un nouveau masque de poussière mais le kekkai ne résista par longtemps. Quelques secondes à peine puis il s'effrita avant d'exploser en millier de petits morceaux offrant ainsi la liberté au Katsuo.

- Ça va ? Rien de cassé ? adressa-t-il à son comparse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Dim 14 Déc 2014 - 0:59

*Takujin...*

La suite se passe à une vitesse vertigineuse. Ma sœur n'hésite pas deux secondes à utiliser son arme contre moi. J'ai à peine le temps d'apercevoir le projectile que quelque chose le bloque. Une vague de poussière monte aussitôt avec moi derrière, toujours paralysé. Lorsque la brume de guerre tombe, Satochi se tient fièrement à quelques pas de moi. Devant lui, d'autres versions de sa personne tiennent la dame au sol qui ne lui envoie qu'un regard frigide et désintéressé, comme si la situation ne différait en rien de ses plans. L'instant d'après, mon guide et compagnon de Konoha détruit ma prison grâce à une sorte de boule enflammée.

- "Takujin..!"

Dis-je, incapable de trouver quoi que ce soit d'autre à répliquer. Alors que Satochi me demande si je suis en état, je ne fais que hocher de la tête très lentement sans jamais quitter ma sœur des yeux. J'avance lentement, plantant mes iris profondément dans les siens. Elle, pour sa part, ne semble avoir aucun intérêt. Cependant, je n'arrive pas à voir l'étincelle de douceur qu'elle avait lorsque j'habitais encore à Osai. Avant tout ça.

Après quelques secondes, toujours sans changer d'expression, elle prend parole.

- "Alors, Sanken? Tu en fais une tête!"

Je n'en crois pas mes yeux et mes oreilles! Un membre de ma famille, devant moi, vivant! Qui plus est, un membre qui a encore tenté de me tuer. Mes émotions partent en vrille. Je ne sais plus quoi penser. Une fraction de seconde de lucidité me laisse croire que je n'aurai que cette unique chance d'en savoir plus puisque Satochi amènera Takujin à la prison puisqu'elle est criminelle. Je n'aurai probablement plus jamais le droit de la revoir.

- "Jin... Que ce passe-t-il? Où est Maru? Est-ce que les autres sont vivants? Qui- Pourquoi m'attaquez-vous?"

Son allure ne se modifie pas, elle reste de marbre. C'est particulièrement étrange puisque sa voix est pleine de rage et d'amertume, mais son visage ne le montre pas. Elle est si neutre que ça devient effrayant. Couchée sous la pression du pouvoir de Satochi, elle est désarmée et ne peut que me fixer sans le moindre sentiment.

- "Sanken. Toujours le fou! Celui qui voulait tout faire changer! Takusanken! Trop bon pour les règlements, trop bon pour les coutumes! Nous avons une nouvelle tradition, San'. Faire en sorte que ta vie soit invivable et, ensuite, qu'elle se termine. Tous ceux qui t'aident seront réduits en cendre. Tu serais mieux d'être seul lorsque tu vas mourir, Sanken. Ta vie va devenir un enfer."

Mes sourcils se froncent, mes poings se serrent, mes dents se plantent les unes contre les autres.

- "Jin! Pourquoi vous faites ça!?"

Encore la même expression sans âme.

- "C'est évident pourtant! Tu as fui comme un lâche! Tu nous as laissé! Comble de tout, tu as tué père! Tu es le criminel! Tu es le meurtrier! Tout ça, c'est à cause de toi! Tu es la cause de ta chute!"

Je frappe le sol du poing droit.

- "Non! Je l'avais dit! Je l'avais dit! Je vous l'avais tous dit! Vous étiez trop concentré à rester ancré dans vos traditions ridicules! La chute d'Osai n'est pas sur mes épaules! La mort des Katsuo non plus. Par contre..."

Des larmes apparaissent aux coins de mes yeux.

- "Par contre, la mort de Takusanjii, ça, oui, c'est sur moi. Et, je me maudis à chaque jour. Je tente de faire le mieux que je peux pour aider les gens, Jin. J'ai grandis. Je ne suis plus la même personne. Je ne suis plus le lâche que j'ai été."

Son visage reste de marbre. Je sens une pointe d'arrogance lorsqu'elle dit:

- "Pas tous les Katsuo ont chutés. Tu auras de belles surprises dans l'avenir, San'."

Au même moment où j'allais me lancer pour m'excuser de nouveau, pas par peur, mais par véritable culpabilité, quelque chose se passe dans le corps de Jin et elle se met à convulser. Son corps tremble horriblement. Ses membres bougent dans toutes les directions et de l'écume sort de sa bouche. Après une minute, tout cesse. Elle ne bouge plus.

Je reste là.

Seul.

Bouche-bée.

Confus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef du Clan Rakuzan - Chef de l'ANBU
Messages : 1205
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Dim 14 Déc 2014 - 18:13


Comme Satochi s’y attendait, il parvint grâce à son Yosengan à briser cette fichue barrière libérant ainsi Takusanken de sa prison lumineuse. Cependant ce dernier en sortit troublé. Perturbé sans le moindre doute par la personne qui se trouvait en cet instant face à eux clouée au sol sans la moindre possibilité de se mouvoir. Taku lui ne parvient à rien dire d’autre que ce qui semble elle le nom de la jeune femme. Takujin…

La suite n’allait être que l'apogée de cette histoire. Le Nukenin tachait de comprendre pourquoi on s’en prenait ainsi à lui. Face à lui la jeune femme semblait intraitable. Pas une once de sentiment n’émanait de sa personne à part une haine abjecte qu’elle vouait au blondinet. A travers ces propos de haine Satochi en apprenait d’avantage sur la vie antérieur et de la personne qu’était Takusanken… Mais il apprit également les raisons de cette tentative de meurtre à Kaze no Kuni. Enfin … les propos de la blondes ne firent que confirmer ce que Satochi avait proposé comme hypothèse lors du repas à l’auberge. Cependant il y avait un point que le Nukenin avait oublié de mentionner lors de ce meeting. Le meurtre du père du Katsuo des mains de son propres fils.

Sato’ n’avait décidément plus sa place dans cette conversation, il recula de quelques mètres, cette femme était la soeur du vagabond, une histoire de clan où ni lui ni Konha n’avait à interférer. Pourtant il savait très bien que ses clones postés là-bas une fois détruit lui apporterait tout les petits détails de cette conversation.

Puis soudainement, la blonde se mit à convulser tremblant de tout son corps avant que ce dernier ne s’arrête subitement, elle venait de pousser son dernier soupire et gisait désormais sans vie devant son frère plus que jamais déboussolé par cet entrevue. Les deux clones devenues inutiles disparurent sous l’ordre de Satochi rapportant à son esprit les informations entendus. Une bien triste histoire.
Il alla déposer sa main sur l’épaule de Sanken.


- Reprends toi. Pleurer ne te mènera à rien. Penses plutôt à ce qu’elle t’a dit. Tu pourras croire que c’est elle qui a tous manigancé. Mais elle a bien dit “nous” n’est ce pas?

Il tentait de faire revenir à lui au mieux le jeune vagabond. Sa faculté à surmonter cette épreuve allait etre le facteur déterminant dans sa vie futur. Allait-il continuer à fuire ? Ou allait-il agir ?

- Elle n’a jamais mentionné ton frère. Elle n’a pas confirmé sa mort quand tu lui as demandé. Cherches de quoi rebondir et analyse. Ceci n’est plus un problème de Konoha… Il s’agit d’un problème de clan hors de notre juridiction, c’est à toi de le régler Sanken.

Restait encore un petit détail.

- Au final, elle n’a jamais été une menace pour Konoha. Elle servait peut-être juste de relais. Réfléchis de ce que tu veux faire pour le corps, mais Konoha ne fera rien contre ce dernier.

Il avait fait exprès de laisser maintes solutions au blondinet, après tout ce n’était pas à lui de dire à Taku ce qu’il devait faire. Mais plutôt à ce dernier de prendre enfin LA bonne décision, souvent la plus difficile mais la seule bonne réponse.
Leur petite aventure allait prendre fin ici. Satochi avait rempli le contact et le Katsuo allait s’en doute avoir besoin de temps pour lui.


- N’oublies jamais, que fuir sa famille, déroger à son devoirs envers sa patrio ou bien trahir ses proches peux conduire aux désastres tu en as la preuve formelle sous tes yeux maintenant.

Si le système de Konoha et l’état d’esprit de Satochi lui avait paru intrigant à cette instant, il comprendrait sans doute désormais la mentalité sans faille des habitants de la feuille. “Mourir pour sa patrie, mourir pour ses frères” est bien mieux que de “Vivre en l’ayant trahit”.

NB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi] Dim 14 Déc 2014 - 18:57

Ce sont des rivières qui coulent le long de mes joues. J'ai créé une tempête par mes actions. Je réalise, maintenant, que l'homme que j'étais avant a causé la chute d'un empire. Par mes actions, j'ai tué directement des gens pour qui je comptais et, par mon inaction, j'ai condamné une nation fière et ancienne comme l'histoire. Alors que je suis agenouillé près de ma défunte sœur, la main sur son ventre sans la moindre vibration, je me fais trois promesses: je changerai le monde, je construirai une nation différente et je ne serai plus jamais celui que j'ai été.

Satochi dépose sa main sur mon épaule. Il n'a plus l'attitude qu'il avait avant. Chaleureusement, il me conseille de regarder vers l'avant et de réparer mes erreurs. Il a raison. Au final, Satochi est quelqu'un de sage. Je le comprends, maintenant. Je comprends pourquoi il ne voulait pas me faire confiance. Je comprends mieux.

- "Vous avez raison," dis-je en me relevant et en essayant mes larmes. "Je vais faire ce qui doit être fait."

Je regarde la dépouille inerte de laquelle émane encore la même rage malgré son état.

- "J'ai causé tout ça. Elle a raison. Je mérite la situation, mais je ne l'accepterai pas. Je vais réparer mes erreurs, Satochi, de ça vous en avez ma parole."

Je soulève les restes de Takujin et la lance sur mon épaule.

- "Je vais jusqu'aux cendres d'Osai. Je vais enterrer ma sœur dans sa ville natale. Elle le mérite malgré ce qu'elle est devenue. Je crois que par la suite, je vais me rendre dans la nation de Kumo pour découvrir ce qui est réellement arriver à mon village et peut-être en apprendre plus. C'est quelque chose que j'aurais dû faire il y a de ça bien longtemps. C'est maintenant l'heure d'arrêter de me cacher et de régler le futur."

Je me retourne vers le Konohajin et je lui tends la main malgré le cadavre que je transporte.

- "Je vous suis redevable, à vous et votre nation, pour l'aide que vous m'avez apporté."

Je sifflote la chanson de Chokushi, mon hibou du désert fidèle. Celui-ci passe au-travers des feuilles et vient de déposer sur mon épaule libre.

- "Voici Chokushi. Rappelez-vous de la chanson que je viens de siffler et vous pourrez le contacter si vous voulez m'envoyer un message. Il ne demande qu'un peu de nourriture en échange. Je vous suis redevable et je serais honoré si un jour je pouvais repayer ma dette à votre village."

Je lui fais un sourire fade avant de me mettre en marche. Quelques pas plus tard, je rajoute:

- "Satochi, je ne serai plus un lâche. Je ne serai plus un traître. Je deviendrai un homme respecté, vous verrez."

Le cadavre de Jin ne pèse pratiquement rien comparé au poids de la culpabilité qui vient d'apparaître sur moi. J'ai déclenché une tempête et je compte bien me tenir dans la tornade. Je ne crains plus le futur. Un jour, je mériterai de revoir le soleil, mais pour l'instant, je suis suivre l'ouragan.
Revenir en haut Aller en bas
 

Loyauté, famille, vice et immoralité [Rakuzan Satochi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-