N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mar 16 Déc 2014 - 1:20


~ Entre …

Déjà de retour, déjà en train d’écrire à son bureau. Tel un Empereur, un Maître des lieux, notre homme s’essayait à la plume. La tâche restait ardue ! le personnage n’avait jamais testé sa talent d’écriture depuis sa perte soudaine d’un bras. Mais il était bien contraint de s’y mettre. Son organisme, son rythme de vie, son énergie, son autorité … . Tout devait reprendre du poil de la bête dans les plus brefs délais ! Pendant son absence, lors de son voyage diplomatique, le Shozaichi s’était à la fois activé à grande échelle sur plusieurs projets … mais s’était également endormie dans un coma profond. Entre l’absence du Capitaine du Buki – se trouvant à Yuki no Kuni ou ailleurs … - et l’invisibilité du Capitaine du Jôhô certainement affairée à plus urgent, il n’y avait plus grand monde pour assurer la relève de quoi que ce soit. Que plusieurs soient partis dans l’expédition exploratrice de Mizu no Kuni était une bonne chose. Cela ne devait pas dire que le QG central devait perdre son activité, ni son efficacité ! Et le retour du Capitaine de l’Ôda – Section Ordre et Justice – allait changer bien des choses !

Et pour commencer, notre homme avait fait venir quelques responsables des lieux. A commencer par une récente-nommée. Elle avait fait son entrée depuis peu dans les rangs, mais elle s’était distinguée au cours de l’Examen Chûnin. Au point que le Capitaine Suoh avait décidé d’en faire son Bras-Droit ! Un véritable honneur, quand on y pense. Et pourtant, les premiers mois n’étaient pas très concluants. D’où cette convocation. Peut-être était-il temps d’avoir une conversation du plus haut intérêt entre les deux personnages ?
A son arrivée, et suite à l’invitation à entrer, notre homme avait rapidement caché son côté gauche, pour éviter d’arriver sur le sujet : bras amputé. Ce n’était pas une priorité. Il fallait avant tout voir de quoi était capable cette femme. Après tout, le sexe faible était une notion qui n’existait pas chez les Ninjas ; face à la Mort, un combattant reste un combattant. Mais il demeurait important de le prouver en temps utile !

Le vieux Samui posait sa tête sur sa main, comme si elle nécessitait un soutien pour cette discussion … . Qui ne s’annonçait pas des plus tendres.

~ Setsuna Nakagawa. Tu as été nommé Bras-Droit du Buki après l’Examen Chûnin. Par la suite, le Shukaï s’est affairé à plusieurs affaires importantes : l’envoi d’équipes sur cette Île Inconnue il y a quelques mois ; les voyages diplomatiques à l’encontre des autres grandes Puissances Ninja, pour faire connaître l’existence de l’Alliance et ses intentions ; des expéditions progressives vers l’Île de l’Eau ; et j’en passe ! Autant dire que personne n’a chômé, car il y a toujours beaucoup à faire dans cette Alliance … .

Le ton était de plus en plus grave, à chaque minute qui passait. Notre homme regardait jusque là la paperasse qui s’était accumulé sur son bureau, et laissait son regard valdinguer dans la pièce, comme s’il avait mieux à faire.

~ A l’heure actuelle, ton Capitaine semble absent, sans vraiment avoir donné de raisons. C’est donc toi qui a la charge de la Section « Armée » en son absence. Alors, tu as raison … les Sections n’ont pas à intervenir dans les affaires des autres, et doivent s’occuper d’elles-mêmes. Mais je viens de rentrer … et parmi les nombreux rapports que je suis parvenu à lire en un temps record depuis mon arrivée, c'est-à-dire … il y a sept heures ? je n’ai vu ton nom sur aucun dossier, dans aucun rapport … .

Cette fois-ci, les choses changeaient d’humeur. Ce regard, à la couleur abysse océanique, plongé dans les prunelles juvéniles du Bras-Droit du Buki, était bien assez sévère et colérique pour faire comprendre le sentiment du quinquagénaire sur la question. Autant remplacer les protagonistes par un singe en cage observé par un président français de façon supérieure à l’Exposition Universelle de 1889 … .

~ Ma question sera donc très simple : qu’as-tu fait pour l’Alliance, pendant que les autres se démenaient … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mar 16 Déc 2014 - 6:45


Je levai mes prunelles vermeilles sur la façade du siège de l'Ōdā, toujours aussi indécise quant à la suite des événements. Avais-je eu raison d'accepter cette convocation de la part du vénérable Samui ou faisais-je une grave erreur? Avais-je seulement le choix? J'étais partagée entre la curiosité et l'appréhension, l'amusement et le doute... Je n'avais plus revu Kakeshuou depuis notre escapade désastreuse sur l'île et l'affrontement contre le Furyou. Qu'est-ce que cette rencontre pouvait laisser présager? Une simple discussion amicale ou les prémices de quelque chose de bien moins... réjouissant?

- "Attendez-moi là!" ordonnai-je aux deux hommes qui me flanquaient.

Je n'eus guère à attendre devant le bureau du vieux grigou avant de me faire introduire dans la pièce. J'y pénétrai de mon habituelle démarche militaire et m'arrêtai devant l'homme qui se trouvait derrière un amas de paperasse. Ce dernier ne me proposa pas de prendre place et encore moins de rafraîchissements. La rencontre amicale semblait s'éloigner de plus en plus et si j'étais du genre expressive j'aurais sûrement lâché un soupire résigné. Néanmoins j'étais de ceux qui cachaient leurs émotions et ne laissaient paraître qu'une façade lisse à des interlocuteurs qui n'avaient pas réussis à obtenir mon respect. Du moins pour l'instant...

Les premiers mots de mon vis-à-vis furent plus ou moins neutres mais le ton s'aggrava au fur et à mesure qu'il s'exprimait. Ainsi donc j'avais été invitée à une sorte de jugement de mon travail au sein du Buki. Pas vraiment étonnant dans la mesure où je n'étais pas forcément très avisée dans ce domaine. Mon jeune âge couplé à des responsabilités écrasantes ne faisait pas vraiment de moi la personne la plus indiquée pour diriger l'armée pendant l'absence de Suoh. J'en étais consciente et certainement la première à la reconnaître. L'expérience ne s'achetait pas, tout comme le leadership. J'avais encore beaucoup à apprendre et une marge d'évolution encore importante, certes. Mais je n'allais pas me laisser marcher dessus par un représentant d'une autre section, fusse-t-il capitaine et aussi imposant que Kakeshuou. J'attendis donc qu'il ait terminé de parler et qu'il me mène là où il le désirait, c'est à dire en position de faiblesse, avant d'écarter une mèche de cheveux de mon visage délicat.

- "Avant toute chose je suis satisfaite de constater que vous respectez la séparation des pouvoirs et le fait que les sections n'aient pas à intervenir dans les affaires de leurs voisines. Bien que je me demande dès lors pourquoi nous avons cette discussion..."

J'aurais très bien tourner les talons et me contenter de cette simple remarque pour couper court à cette discussion. Mais sa question restait pertinente et si je ne rechignais pas à recourir à la violence, j'essayais de privilégier le dialogue. Et spécialement avec une personne qui aurait sûrement pu m'écraser d'un revers de la paume... Quoi qu'il en soit le Triumvirat avec ses avantages mais également ses inconvénients. Faire naître de la méfiance entre les sections était le moyen le plus sûr de mener à une guerre civile ou quelque chose s'en approchait. Nous devions travailler main dans la main et non en concurrence si on voulait que le Shûkai ait une chance de survie. C'est ce point qui me fit me rapprocher du bureau et non de la porte...

- "Ainsi donc vous voulez savoir ce que j'ai fais à la tête du Buki et ce qu'il advient de cette section sous mon commandement? Question pertinente, je le reconnais. Même si j'ignorais que l'on pouvait quantifier le travail accompli ou le résumer à de simples documents. Quoi qu'il en soit vous désirez une réponse et je souhaite vous la donner. Néanmoins ne vous méprenez pas: si je le fais c'est uniquement en signe de bonne volonté et non parce que j'y suis forcée!"

Enfin, pas que je sache en tout cas... Je posai le regard sur les divers écrits qui parsemaient le bureau du capitaine avant de relever mon regard juvénile pour croiser celui, dur et expérimenté, de mon interlocuteur.

- "Et bien à part l'île et le renforcement de nos frontières par des troupes supplémentaires suite à un incident avec des traîtres du pays de la pluie, pas grand chose je dois dire. Pas de décrets, aucune initiative personnelle quant à la direction que le Shûkai semble vouloir prendre. Alors pendant que les autres se... démenaient hors de nos frontières pour des raisons qui m'échappent encore, je faisais mon possible pour garantir la sécurité de la capitale et des pays composant notre alliance. S'assurer que l'armée est mobilisable, que les recrues continuent de s'entraîner et recevoir la meilleure instruction possible, que des shinobis ennemis ne pénètrent pas sur nos territoires sans y rencontrer de résistance. Voila ce que j'ai fais!"

J'avais sûrement un peu de peine à comprendre cette séparation des pouvoirs mais le Buki, à mes yeux, se cantonnait à une force de frappe. Indispensable en temps de guerre, utile en temps de paix, ce n'était pas à l'armée de gérer les relations diplomatiques avec les autres pays ou à partir en reconnaissance sur Mizu alors que le Joho avait pris de lui-même les choses en main.

- "Comme vous l'avez fait remarquer il y a quelques instants j'ai été nommée bras droit suite à l'examen Chuunin. Après quoi Suoh a disparu je ne sais où pour faire je ne sais quoi, me laissant le Buki et les responsabilités de Capitaine. Je dirais surtout que c'est une promotion directe au plus haut poste de l'armée. Comprenez-moi bien Kakeshuou: je ne me cherche pas d'excuses! Je ne fais qu'énoncer des faits, rien de plus! Ainsi donc du haut de mes vingts ans je suis sensée mener une section entière? Sans même avoir pu compter sur l'aide de mon supérieur ou quelques mois sous son égide pour apprendre comment j'étais sensé le faire? Pardonnez-moi mais j'estime que mon travail n'est pas dérisoire. Car si je n'ai pas été très active sur le plan international ou même dans le domaine des initiatives, je me suis surtout assurée que l'armée ne tombe pas en pièce pendant l'absence de son commandant en titre! S'il y a une guerre demain, croyez-moi: elle saura répondre aux attentes du Triumvirat!"

Je l'observai un instant en tentant de ne pas succomber à la peur qui grandissait au niveau de mes tripes. Ce type me filait la chaire de poule et avait une charisme bien supérieur au mien. Il en imposait sans même ouvrir la bouche! Mais j'avais commencé à exprimer le fond de ma pensée et il était trop tard pour faire marche arrière. Après tout nous n'avions qu'une simple discussion n'est-ce pas?

- "Alors pendant que les capitaines et la plupart des bras-droits quittaient la capitale pour renforcer nos relations diplomatiques ou explorer des terres éloignées, je suis restée ici pour garantir la sécurité du pays avec ma maigre expérience. Pendant que vous meniez des discussions avec des étrangers je gardais l'armée en état et m'occupais des problèmes internes. Et puisque à votre retour vous n'avez pas trouvé notre siège en cendre et son peuple dispersé j'ose croire que j'ai répondu aux attentes les plus élémentaires. Je veux bien écouter vos conseils mais certainement pas vos reproches!"

La colère commençait à remplacer l'appréhension qui me guidait jusque-là. Je n'étais pas du genre à me laisser guider par mes émotions mais en de rares occasions il m'arrivait d'y succomber. Je détournai le regard et respirai un bon coup avant de reporter mon attention sur le vénérable Samui en face de moi.

- "Peut-être que vous pourriez en retour m'expliquer de quelle manière vous vous démeniez à l'étranger maintenant? Je ne crois pas avoir lu le moindre rapport portant votre signature sur mon bureau. Par exemple que s'est-il passé à Kumo? Qui y avez-vous rencontré? Ma question sera elle aussi très simple: qu'avez-vous fait qui soit profitable au Shûkai? Revenez-vous avec une alliance?"

Puisque j'avais répondu à sa question de la manière la plus honnête qui soit il allait peut-être me faire la faveur de répondre aux miennes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mar 16 Déc 2014 - 17:54


~ Méfies-toi, gamine … . Je n’aime pas ton ton …

Le regard était assez évocateur pour faire comprendre le message. Encore une bavure de ce genre, et on pouvait s’attendre à une sanction. Et certainement un simple blâme lorsque l’on a un pareil Démon à la tête de la Section « Justice » … . Depuis son retour, notre homme n’avait pas arrêté, tout en tâchant de subvenir à ses besoins et de dompter ses faiblesses, en particulier ce bras manquant. Ce n’était pas une gamine mielleuse, qui estimait avoir fait le travail demandé convenablement, qui allait lui donner des leçons. D’un quelconque ordre, quoi qu’il en advienne. Les deux personnages étaient certainement de Faction différente ; mais la hiérarchie restait la hiérarchie. Et dans ce sens, un Capitaine resterait toujours supérieur à un Bras-Droit. Il n’y avait aucune raison que les choses changent, en particulier avec le retour de notre Ancien.

Le silence avait coupé l’élan de la conversation, mais les deux regards ne s’étaient pas lâchés. Ayant repris le rythme de la conversation par son bref commentaire, le quinquagénaire renchirissait.

~ Je te conseille dans un premier temps de respecter tes aînés et supérieurs, et d’écouter ce qu’ils t’ont dit … . Je viens de dire que j’étais rentré depuis sept heures : aucune chance qu’un dossier soit arrivé sur un bureau du Buki. Par ailleurs, les relations diplomatiques sont du ressort de l’Ôda, comme c’est le cas de la Justice et de l’Ordre … . N’oublie pas ta place … et ce qui est attendu de toi. Que tu aies maintenu le niveau et la préparation de notre Armée était ton Devoir Premier, j’entends bien. Mais que tu motives les troupes et que tu ailles au-delà de ces formalités sont des qualités requises pour un Bras-Droit. Mais je ne vois aucune équipe à ton nom … . Solitaire, sans doute ? …


Le reproche était évident : tous les Bras-Droits avaient composé leurs équipes, et pris des jeunes sous leur aile, afin de former une partie des troupes et de l’élite future. Setsuna Nakagawa était la seule à faire exception à cette règle. Vous me direz certainement que certains tendent à la solitude et au rejet des autres ; grand bien leur fasse ! Mais dans un système militaire, où la coopération se doit d’être un facteur élémentaire pour la Réussite d’une Mission, ce genre d’état mental n’était pas concevable ; encore moins dans la branche dominante. Et le vieux Samui espérait bien se faire comprendre en cet instant.

Quittant sa posture agressive, l’homme acceptait de faire descendre un peu la pression. Il voulait voir quel genre de personne il aurait face à lui. Il fallait croire qu’elle ne se laisserait pas démonter. Elle avait effectivement fait son travail jusqu’à présent : sans doute attendait-on plus de sa part ? Mais son manque de formation, et l’absence prolongée de la personne qui devait la chaperonner et l’inculquer aux pratiques administratives, donnaient fatalement ce résultat : quelqu’un qui se contente d’appliquer les règles, sans aller au-delà des limites. Avec Kakeshuou Samui comme tuteur administratif, elle viendrait à en apprendre davantage, et à devenir un rouage bien huilé de ce système complexe.

Commençons par une phrase d’amorce, histoire de dépatouiller cette relation à la base conflictuelle. Nous verrons bien ce qui peut naître de ce bois-là … .

~ Puisque tu n’as pas été « formé » par ton supérieur, je prends la charge de le faire. Refuser ne serait pas dans ton intérêt, et je crois que nous avons suffisamment de travail pour ne pas avoir à tergiverser sur ce point. Assied-toi en face de moi, on va commencer sans plus attendre … .

Dossier Confidentiel : Seitô:
 

L’homme utilisait sa main valide – cachant toujours son infirmité – et mettait sur le bureau un dossier à l’apparence vide. Mais la seule feuille qu’il contenait était d’une grande importance : c’était un récent contact, de la part d’un prétendu Seitô Sabakyô, invitant ouvertement le Shukaï à envoyer un délégué à lieu de rendez-vous et heure fixe, pour donner des informations sur les Furyous … . Une offre en soi alléchante ! Il fallait pourtant y voir le ton, ainsi que les règles imposées par un inconnu total qui estimait avoir assez d’influence et d’autorité pour peser sur des décisions internationales … . Un vrai mystère … .

~ Le Triumvirat n’a pas l’occasion de pouvoir se réunir des affaires importantes dernièrement … . J’ai naturellement contacté les autres Capitaines pour cette affaire, car il est important de savoir si nous sommes prêts à nous plier à ces exigences. En revanche, ton rôle est tout autre : dans la mesure où les Furyou seraient la nouvelle menace contre le Monde, l’Armée peut-elle, selon toi, se passer de ces informations, et serait-elle capable de résister à une attaque prochaine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mer 17 Déc 2014 - 2:28


Ainsi donc il n'aimait pas mon ton... Ca tombait plutôt bien dans la mesure ou je n'aimais pas le sien. Il était indubitablement plus puissant que moi si je jugeais sa prestation sur l'île et ça je ne pouvais toutefois pas le nier. Un affrontement ne m'était ni profitable, ni souhaitable. Je me contentai donc de soutenir son regard comme si la discussion se résumait à une simple confrontation visuelle désormais. Imperturbable en surface, bouillonnante de crainte et de colère au fond de moi, je m'attendais à recevoir un jutsu de plein fouet pour me punir pour ce qu'il jugeait sûrement comme un manque de respect doublé d'effronterie.

Je l'écoutai ensuite justifier le fait que je n'ai pas reçu le moindre document par le fait qu'il venait effectivement de rentrer. Compréhensible, en effet. J'étais moins convaincue par le respect que je devais vouer à mes supérieurs et aînés dans la mesure ou le grade et l'âge ne faisaient pas tout. Le respect se gagnait, il n'était pas indu. Mais là encore j'estimai plus sage de le laisser poursuivre sans rajouter de l'huile sur le feu. Je me permis néanmoins de réagir - d'ailleurs je le devais puisque la remarque était posée sous forme de question - à l'absence d'équipe à mon nom. Certes, je savais que la plupart de mes camarades de promotion avaient pris des jeunes recrues sous leurs ailes et je suppose que la logique suggérait que je devais faire pareil. Mais il en était hors de question...

- "Pas solitaire, non! Réaliste!" corrigeai-je alors qu'il m'en demandait la raison. "Je ne souhaite pas prendre d'élèves pour le moment. D'une part car comme vous l'avez si aimablement fait remarquer mon commandement du Buki peut laisser à désirer et que je tiens à me concentrer sur ma propre amélioration dans ce domaine. Et d'autre part car je ne désire pas m'encombrer d'élèves, en effet. Je peux comprendre qu'avec votre expérience vous puissiez mener les deux de front voir même que les autres bras-droit soient aptes à gérer des élèves mais ce n'est pas mon cas pour l'instant. Maintenant si vous voulez me donner l'ordre de prendre une équipe à charge alors j'obéirai, évidemment. Mais ce ne sera pas de gaieté de coeur soyez-en assuré... Capitaine!"

S'il tenait à jouer sur la hiérarchie alors je n'avais plus qu'à me plier à ses exigences. Si en revanche il désirait mon ressenti et prendre en compte mon opinion il y avait peut-être une chance de pouvoir confronter mes points de vue au sien. Je restai silencieuse jusqu'à ce que finalement il décide de lui-même de faire redescendre la tension qui s'accumulait depuis le début de cet entretien. Le tout en me proposant de me former. J'entrouvris la bouche de surprise avant de froncer les sourcils, méfiante. Tentait-il de profiter de mon inexpérience et de l'absence de Suoh pour s'immiscer de cette manière dans les affaires du Buki. Ce n'était sûrement pas être trop méfiant que de le penser...

- "Je ne refuse pas!" confirmai-je sur un ton qui se voulait détendu. "Néanmoins soyons clairs! Je ne tolérerai aucune ingérence de l'Oda dans les affaires du Buki. Et pas par fierté ou entêtement mais seulement parce que Suoh ne le désirerait pas! Vos conseils sont néanmoins les bienvenus, évidemment! Si vous voyez les choses différemment vous pouvez toujours demander au Triumvirat de me déposséder de ma fonction et j'accepterai le verdict, comme il se doit. En attendant je tiens farouchement à l'indépendance des sections vis à vis des autres..."

Je pris ensuite place comme il me le "demandait" et jetai un regard au dossier qu'il me présenta. Je parcouru ensuite la lettre du regard tandis qu'il me posait une nouvelle série de questions sur la disponibilité de l'armée et sa capacité à affronter les Furyous. Je restai silencieuse un long moment après avoir terminé ma lecture, réfléchissant sur cette problématique. Puis lorsque je relevai le regard vers le Samui ce fut avec conviction. Ce que j'allais lui dire n'allait sûrement pas lui plaire mais je n'était pas là pour lui dire ce qu'il désirait entendre - ou ce que je croyais qu'il désirait entendre - mais bien les faits.

- "Non!" avouai-je sans ambages. "L'armée n'est pas prête à affronter une telle menace. Elle pourrait peut-être contenir les Furyous, gagner du temps en cas d'attaque pour mettre à l'abri les civils et sauver ce qui peut l'être. Mais vous et moi avons affronté une de ces créatures sur l'île et je pense qu'il faut se rendre à l'évidence: je ne suis pas puissante mais vous l'êtes! Et pourtant nous avons à peine réussi à l'endommager. Et encore, je ne suis pas certaine que ce terme soit adapté. Si nous avons survécus, c'est par chance! Rien de plus! Si ces enfoirés attaquaient en groupe - et ils l'ont déjà fait - nous ne pourrions pas les vaincre en l'état actuelle des choses. Du moins pour ce que j'en sais! Nous pouvons nous défendre contre les autres nations, j'en suis convaincue! Mais pas efficacement contre cette menace. Du moins pas pour l'instant! Maintenant ce n'est que mon avis, évidemment!"

Je posai les yeux sur la lettre encore quelques instants avant de reporter mon attention sur mon interlocuteur:

- "Quant à savoir si on peut se passer de ces informations, je vous réponds la même chose: nous ne le pouvons pas! Elles ne seront certainement pas gratuites mais d'un autre côté je ne crois pas qu'il soit sage de refuser sans même savoir ce qu'il nous propose. De mon point de vue nous ne risquons rien à aller à cette rencontre, quitte à ce qu'elle soit infructueuse. Au pire vous mourrez et la personne qui vous accompagnera également..." concluais-je en haussant les épaules. "Et deux vies ne sont que bien de peu de choses comparé à des informations sur les Furyous, je suppose que vous en conviendrez?"

Toutefois quelque chose m'interpellait dans cette missive...

- "Par contre il semblerait que ce Seito soit bien informé puisqu'il connait le nom d'emprunt que j'utilise lorsque je ne veux pas décliner ma véritable identité. Heureusement j'y ai rarement eu recours et je peux vous donner les noms des personnes qui connaissent l'existence d'une Azumi. Pour commencer nous avons Nozomi qui était sur l'île avec nous. Ensuite un nukenin du nom de Katsuo Takusanken, rencontré lors d'une mission dans laquelle nous avons affrontés Arekushi Jisetsu et Sahori Gogyou. Ces deux-là connaissent également ce nom et font parti du Shûkai. Le premier est même dans votre section si je ne me trompe pas? Êtes-vous certain qu'il est digne de confiance? Loin de moi l'idée de l'accuser néanmoins je suppose que la question mérite d'être posée. Quant à Sahori elle était ma coéquipière dans l'équipe de Yuki et appartient au Joho aux dernières nouvelles." expliquai-je d'une voix monotone. "Soit ce Seito est remarquablement bien informé en plus d'être prétentieux, soit l'une de ses personnes est dans son organisation ou en contact avec lui et lui a communiqué mon nom d'emprunt!"

Je reposai la lettre dans le dossier avant de le faire glisser en retour vers le Samui.

- "À ce propos vous avez une idée de la personne que vous aller choisir pour vous accompagner? Dans l'intérêt d'obtenir ces informations je suppose qu'il nous faut nous plier aux exigences de Seîto pour l'instant, non? Ou vous comptez agir selon vos propres désirs et demander à quelqu'un d'autre de vous accompagner? Mon avis n'est certainement pas requis mais en admettant que vous le désiriez je crois qu'il faut tenir compte des choix qu'il nous offre quant à l'accompagnateur! Ces informations valent bien quelques concessions, non?"

Je croisai ensuite les bras en attendant sa réaction et en espérant que les prémices de conversation sereine que j'avais entrevus quelques instants plus tôt n'était pas qu'une illusion. Au moins j'avais l'impression d'être un peu moins jugée, c'était déjà ça...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Sam 20 Déc 2014 - 3:46

Malgré un statut réduit par rapport aux véritables Dirigeants militaires de l’Alliance, l’avis d’un Bras-Droit – plus proche de ses soldats et de leurs impressions – ne serait pas inutile. Et en questionnant et en proposant l’écoute de l’avis de Setsuna, Kakeshuou espérait bien lui donner cette formation et cette motivation à contribuer davantage dans les installations et l’organisation de l’Alliance. Une confiance qui s’installe … ? Rien à voir : lorsque l’on a un travail, il est de son Devoir de le mener jusqu’au bout, et même de dépasser les attentes ! Sans cela, n’importe quel personnage lambda pourrait assumer ce genre de responsabilités … .

Et l’avis donné n’était pas ridicule. En vérité, conformément à sa fonction et à sa profession de foi, la Nakagawa admettait les nombreuses lacunes et faiblesses que devait encore subir le Shukaï. En effet, les effectifs militaires étaient en hausse ; mais rien qui ne puisse encore la placer comme l’équivalent des grandes Puissances Ninjas du monde de l’Ombre … . De part sa propre expérience et vie de soldat, le Capitaine de l’Ôda faisait souvent la comparaison avec son ancien Village caché aujourd’hui détruit : la vérité était donc simple, on était loin de la grandeur passé de KiriGakure no Sato. Non pas qu’il fallait l’atteindre ou la recopier ! mais s’en rapprocher était une évidence, si on voulait peser dans la balance internationale. Le prochain affrontement ne serait probablement pas si éloigné que ça ; il faudrait donc planifier les choses en conséquence.

En revanche, la philosophie et vision du monde des deux personnages n’entrait pas en symbiose à chaque réponse. Effectivement, malgré les faiblesses pointées du doigt par le Bras-Droit du Buki, le vieux combattant restait malgré tout droit dans ses bottes. Comptait-il donner plus de responsabilités à Setsuna, davantage prendre en compte son avis ? Pas le moins du monde ; mais ce serait déjà un effort que de la faire participer aux choses du Triumvirat. Après communication entre les principaux dirigeants, la réponse à donner à ce courrier avait déjà été prévue. Mais savoir ce que les secrétaires officiels en penseraient ne seraient pas inutiles. Quant à la conception de « valeur des vies humaines » … notre homme était sur le point de donner une réponse des plus froides, et excessivement présomptueuse … mais qu’il valait mieux taire pour l’instant … .

La jeune femme, avec un caractère toujours aussi austère, apportait maintenant d’autres observations sur des membres sélectionnées. Le rôle d’Arekushi Jisetsu était de plus en plus difficilement perçu ; il faut dire que les nouvelles récemment reçues de l’île, et de ses récents agissements, n’en disaient rien de bon … . Mais à cela, le quinquagénaire préférait passer outre. Il avait pris déjà assez de mesures et de contre-mesures à son encontre pour ne plus s’en soucier. D’autant qu’il avait délégué cette responsabilité à l’un de ses Fidèles ; ces rares hommes à qui il était prêt à accorder un semblant de confiance … .

Après ces petites notes, il était temps que l’Ancien annonce ses décisions en la matière. D’autant qu’elles seraient nombreuses !

~ Inutile de prévoir un départ quelconque et des membres d’expéditions tant que les bases n’ont pas été choisis pour l’instant. Quant à Arekushi Jisetsu, je me suis déjà chargé de son cas, et j’ai confié sa surveillance à un homme de confiance … . Mais il est clair que certaines informations que j’ai récemment reçu par des courriers privés me poussent à m’interroger sur la question plus tard … . Je te tiendrai au courant à ce propos si cela devient absolument nécessaire … .

Que de mystères, vieil homme ! Mais encore la preuve que le Capitaine de l’Ordre et de la Justice ne laisserait ces décisions de Justice à personne d’autre … . Il contrôlait chaque cas, aussi particulier et unique soit-il. Or, il venait d’apprendre le rôle stratégique que pouvait avoir Arekushi Jisetsu ; et pour plusieurs raisons. Il s’assurerait donc de son contrôle et de son maintien sous surveillance, en espérant que les choses restent à portée de main … .
On pouvait maintenant passer à des questions plus préoccupantes, en particulier cette fameuse lettre à la laquelle il faudrait bien répondre. Et pour commencer, ces fameuses informations détenues par le mystérieux Seitô Sabakyô … .

~ Effectivement, les sources d’information ne semblent plus tarir aujourd’hui … . Beaucoup de Shinobis semblent détenir des informations … ou des espions … . Quelque chose contre lequel nous devons nous affirmer comme un rempart pour nos hommes et pour le bien de l’Alliance. Nous ne pouvons plus tolérer que des informations passent entre les mailles du filet. Le Jôhô va devoir renforcer son contrôle … . En ce qui concerne ce fameux Seitô, il faudra – à un moment ou à un autre – savoir comment il a pu obtenir de si précieuses informations … . Tout en faisant attention aux « sacrifices » ! car …

Et là apparaissait sans doute le côté le plus détestable de Kakeshuou Samui, vétéran de nombreuses Guerres Shinobis, dévoué à son Mission et confiant de son autorité et du rôle qu’il avait joué, et qu’il aurait à jouer à l’avenir … . Car le genre de réponse qu’il formulait à l’instant ne pouvait être accepté par toutes les oreilles … . Mais son argument serait-il justifiable, d’après son interlocutrice … ?

~ … je ne pense pas que deux vies soient peu de choses en échange d’informations. Ni même que toutes les vies aient la même valeur ! La vie a la valeur qu’on est prêt à lui donner. En l’occurrence, on pourrait se permettre de sacrifier la vie de Faibles, s’ils contribuent ainsi à une cause plus noble. La vie d’un homme aux capacités développées et expertes est bien plus précieuse, pour les vies qu’il parviendra à sauver à l’avenir … peu importe si cela signifie que certains sont nés pour être sacrifiés, et d’autres pour écraser. Les Forts Survivent, les Faibles Meurrent. C’est une question de logique naturelle … . Quant aux informations sur les Furyous, tout dépend de la valeur, de l’intérêt et de l’utilité pratique de ces informations ! Toutes les Nations ont mené leurs expériences et leurs recherches jusqu’à présent : cela n’a pas résolu les conflits contre cette Race étrange pour autant ! Tant que la valeur de l’information ne saurait être prouvée, je ne serais même pas prêt à sacrifier une monture, ou un paysan pour une chose sans valeur !!

Cette déclaration, très vive et ferme, avant amené notre homme à prendre un caractère plus déterminé et agressif : sans que cette agressivité ne soit orientée vers la jeune Bras-Droit du Buki, évidemment. D’ailleurs, réalisant ce soudain emportement, l’homme retournait au renfoncement de son fauteuil, et réajustait son vêtement pour cacher son épaule gauche meurtrie.

~ Je répondrais à cette lettre dans les prochaines heures. J’en profiterai également pour contacter nos équipes sur Mizu no Kuni, et avoir un rapport de la situation dans les plus brefs délais … . En attendant, il sera de notre responsabilité de gérer le Shozaichi et ses activités pour les prochaines semaines. Et nous allons commencer par motiver les plus jeunes de nos effectifs, et renforcer toujours plus nos positions … disait l’Ancien en prenant un nouveau document, et le jetant sur la table de façon théâtrale, pour que la jeune Setsuna puisse le consulter également. Voici les points de la Défense Interne du Shukaï qu’il faudra renforcer de toute urgence. Je veux que tu prennes une petite équipe avec toi et que tu supervises les constructions et renforcements des points faibles. Je passerais à la fin pour une inspection personnelle à ce sujet. Dis moi si tu as des remarques, ou des questions … .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Dim 21 Déc 2014 - 7:23


L'avis du capitaine sur le cas Jisetsu me convenait. S'il prenait les choses en main alors je pouvais certainement lui faire confiance pour mener une investigation complète ou tout autre chose visant à s'assurer qu'il n'était pas un traître. En vérité je me fichais pas mal de ce qu'il lui arrivait et si mes remarques allaient être considérées ou non. J'avais fais mon travail en confiant à Kakeshuou mon avis sur le sujet, libre à lui maintenant de le suivre s'il le désirait ou de l'ignorer s'il estimait qu'il était biaisé. Le cas Arekushi n'étant donc plus d'actualité, on pouvait se concentrer sur des choses bien plus importantes. Comme Seito par exemple ou le fait qu'il dispose vraisemblablement d'informateurs...

Lorsque le vénérable Samui parla d'ailleurs d'espions je ne pus retenir un léger sourire tant la sécurité contre des infiltrations laissait à désirer. Où le semblait en tout cas. Si on me reprochait mon travail au sein du Buki, que dire donc de celui du Joho? Est-ce qu'une "remise à niveau" allait également avoir lieu avec ses dirigeants ou étais-je un cas à part? De toute façon je n'en saurais certainement rien et d'un autre côté je m'en fichais. J'avais assez à faire avec ma propre section sans m'occuper des autres pour l'instant!

L'avis du Samui sur la vie humaine n'était pas dénué de fondement et j'étais assez encline à être d'accord avec lui. Mais je n'appréciais guère la façon qu'il avait de présenter les choses, comme s'il se tenait au sommet de la chaîne alimentaire. Peut-être que c'était le cas, allez savoir... Il était puissant et respecté. Voir craint! Mais il y avait une différence entre l'être et le hurler sur les toits. Peut-être que j'interprétais mal ses dires mais ce que je compris c'est surtout qu'il s'estimait trop précieux pour risquer de perdre la vie. Avait-il tort ou raison? L'avenir allait sûrement rendre son verdict un jour ou l'autre...

Par contre je n'étais pas d'accord avec son idée sur la manière de traiter le cas Seito. Comment s'assurer que ces informations avaient de la valeur sans aller à sa rencontre. La loi de l'offre et la demande n'était justement pas que celui qui avait pouvait se permettre de fixer le prix quand plusieurs personnes désiraient ce qu'il proposait? Je n'étais pas spécialement naïve et malgré mon jeune âge je doutais fortement que cet homme se contentait de proposer son "aide" au Shûkai. Pourquoi nous? Avait-il une affection particulière pour notre ensemble de nations? Quand Kake eut terminé de parler et me demanda si j'avais des questions ou des remarques, je saisis l'occasion qui m'était donnée de m'exprimer:

- "Comment s'assurer de la valeur d'une information si on ne peut pas même pas l'évaluer? Seito pourrait très bien être en contact avec les autres nations et leur avoir proposé la même chose. C'est ce que je ferais à sa place en tout cas! Et si nous refusons et que d'autres acceptent? Pouvons-nous nous permettre de prendre du retard dans la course à la connaissance des Furyous? Surtout vu notre position actuelle? Je m'en remets à votre jugement et à ceux des autres capitaines mais je me permets d'insister sur la nécessité de rencontrer cet homme et de voir ce qu'il a à nous proposer. Qu'on accepte ses conditions ou non, c'est autre chose..."

Nous ne perdions rien à le rencontrer, j'en étais convaincue. Mais ce n'était pas vraiment un débat auquel j'étais convié mais plutôt à un jugement. Et je doutais que mon avis pèse d'un quelconque poids dans la balance. Ce Samui semblait avoir des idées bien arrêtées sur certaines choses. Un bien ou un mal? Je ne savais pas vraiment puisque je ne le connaissais pas assez pour savoir de quoi il était capable. Mais s'il était capitaine, ce n'était sûrement pas pour rien: il avait mérité sa place. Quoique... Méritais-je la mienne?

Je pris ensuite le nouveau dossier qu'il avait déposé de façon majestueuse sur la table et pris quelques minutes pour le parcourir des yeux. Ainsi donc c'était une véritable mission qu'on me confiait et j'en étais plutôt satisfaite. Je n'étais peut-être pas douée pour prendre des initiatives mais j'étais plutôt à l'aise lorsqu'il s'agissait de suivre les ordres qu'on me donnait. Et le Shûkai - et Kakeshuou - allaient sûrement s'en rendre compte un de ces jours...

- "Très bien, je m'en occupe!" confirmai-je simplement.

J'avais déjà une assez bonne idée de la façon de procéder. J'avais une personne en tête pour s'occuper des défenses extérieurs tandis que je me chargerais de celles du Shozaichi. Ne restait plus qu'à mettre en œuvre tout ceci et faire de mon mieux pour contenter le fossile. Ce qui n'allait pas être aisé à mon avis...

- "Aucune question, non! Quant aux remarques je crois que vous avez compris où se situaient mes doutes. Est-ce tout ou souhaitez-vous aborder d'autres points avec moi?"

Le dossier sous le bras, je baissai un instant le regard sur le flanc gauche du capitaine. Je ne l'avais pas remarqué tout de suite mais il avait plusieurs fois réajusté son vêtement comme s'il cherchait à masquer ce qu'il se trouvait dessous, à camoufler une... faiblesse. Simple paranoïa ou juste intuition? Qu'importe, au fond...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Lun 22 Déc 2014 - 3:48

La jeune femme prenait un peu plus de poil de bête. C’était une bonne chose, notre Samui ne supportait pas les faibles d’esprit. Raison pour laquelle il faisait entité de dur à cuire dans son entourage, voire même de réputation. D’une humeur quasi-exécrable à longueur de temps, doutant de tout et de tous, notre homme n’était pas personnage à se laisser aussi facilement entuber. Et lorsque le Bras-Droit de l’Armée se permettait des remarques, le Capitaine restait attentif, tout en étant assuré qu’il sera celui qui prendrait la dernière décision … .
En la matière du Seitô, l’intérêt qu’y portait la jeune guerrière était surprenant … . Son dernier combat contre ces Monstres aurait-il brisé son moral et sa témérité ? Peu de chances, mais courir aux informations sans prendre conscience des éventuels dangers n’était pas la meilleure solution, surtout pour le quinquagénaire. A vouloir obtenir tout et n’importe quoi, l’Être Humain finit par foncer dans le tas, sans même remarquer le couperet s’abattant sur sa nuque. Se fier à tout ce qui existe n’était pas la solution. Encore moins céder aux avances d’un étranger s’imposant au monde sur un ton autoritaire et revanchard. Merci bien !

En revanche, il ne fallait pas voir de la bête fierté et un rejet de tout élément xénos dans le discours du Chef de l’Ôda. Et il comptait bien formuler sa lettre avec assez de clairvoyance et de sérieux, pour que ses propos ne conduisent pas à une erreur diplomatique. Notre homme était voué aux lettres et à la discussion. Il avait pleinement confiance dans sa capacité à pouvoir communiquer avec autrui, et ferait attention à ses paroles. Dans ce sens également, il devait faire comprendre cette position à son interlocuteur.

~ Ne panique pas au sujet de ce « Seitô » … . Nous ne pouvons pas faire confiance à un étranger, prétendant détenir des informations cruciales sans s’être correctement fait connaître, et alors que tous les Villages Cachés dissimulent jalousement leurs découvertes personnelles … . Dans un Monde aussi Sombre que le nôtre, un homme d’une telle charité n’existe pas sans intérêt ou retour … . Mais nous ne couperons pas la discussion pour autant ! En revanche, il devra lui aussi faire des sacrifices pour nous prouver sa bonne foi …

Ce débat achevé, se posait maintenant la question des fortifications. Il était important de procéder à une amélioration des défenses. L’apparition de l’île, et le rôle que certains Furyous y avaient joué était d’une importance cruciale. Il fallait donc confier cette tâche à quelqu’un ; et notre Ancien ayant déjà ses propres préoccupations, il se devait de déléguer. De plus, ce serait un excellent moyen de voir la responsabilité et les compétences réelles de cette Setsuna Nakagawa, qu’il connaissait finalement à peine – et ce, malgré un combat côte à côte sur l’Île Inconnue … .

Qu’elle accepte donc cette mission était un soulagement. Maintenant, notre homme allait pouvoir passer à la suite et profiter d’un laps de temps pour se reposer. Il ne pouvait constamment cacher son corps meurtri, et certains coups d’œil d’une gamine trop curieuse commençaient à l’inquiéter. Il devait donc trouver un moment de tranquillité et de solitude, et soigner son moignon rongé par les spasmes et les frémissements.
Pourtant, il ne pouvait pas encore déroger à ses responsabilités. Alors que la jeune Bras-Droit semblait sur le départ, une étincelle émergea dans ce gouffre géant et plein de mystères, que représente la matière grise de notre Vétéran. Portant son regard sur celle avec qui il avait lutté sur l’Île quelques jours plus tôt, notre homme avait une dernière requête. Ou plutôt un message à faire passer. Et en cela, celle qui l’avait accompagné ne serait que la plus utile pour cette circonstance.

~ Avant de quitter les lieux, j’apprécierais que tu fasses passer une demande au Jôhô. Une Kunoichi Errante, dénommée … Nozomi Myouga, si ma mémoire est toujours bonne … nous devons la retrouver et savoir ce qu’il s’est réellement passé … . Elle a certainement été témoin d’évènements importants, qu’il nous faudra découvrir … . Que la Section Recherche et Informations se charge de cette tâche, avec ton soutien si cela est nécessaire … .

Ne rien négliger, n’oublier aucun détail. Bien évidemment, le vieux Samui avait plus d’un tour dans son sac ! et avait même prévu une parade face à ce manque d’informations … . Mais il devait se pencher de façon plus sérieuse sur cette femme, qu’il avait vu partir après l’avoir soigné. Ce qu’il ne souhaité pas rejeter, évidemment ! Mais il fallait aussi prendre en compte d’autres intérêts, d’autres préoccupations. En tant que source d’information, cette femme serait un atout vital pour l’Alliance. Le but n’était ni de la violenter, ni de l’emprisonner … mais tous les moyens étaient bons pour arriver aux fins les plus méritantes.

L’Ancien porta son attention et sa main valide sur un nouveau document, que ses yeux parcoururent d’une traite. Il avait encore beaucoup de travail … mais n’en oubliait pas moins la présence d’une forte personnalité, qu’il se plairait à « éduquer » et à perfectionner … .

~ Nous ne tarderons pas à nous revoir, j’en suis sûr …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1963
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Dim 4 Jan 2015 - 14:13

Mon corps répondait normalement. Mes muscles s'étaient remis du traumatisme subit sur l'île, traumatisme que j'avais du endurer pour sauver, entre autre, l'homme que j'étais sur le point d'aller voir. Un opération de sauvetage qui avait laissé un vide dans nos rangs en la personne d'Arekushi, qui restait introuvable et pour cause, il était resté sur cette même île, en train de se désagréger, pour en retarder la destruction. Et pour le plus grand mal, ce n'était pas ce qui me préoccupait le plus à l'heure actuelle. Kakeshuou, Capitaine de l'Ôda, représentait en effet toujours une bombe à retardement dont le minuteur restait caché depuis nos mésaventures au Pays de la Neige. Un pouvoir corrupteur s'était entiché de lui et il n'y avait pour l'instant que moi qui était en mesure d'agir si le besoin venait à poindre. Il n'y avait, à vrai dire, que moi qui était au courant à ma connaissance que l'une des trois têtes du Triumvirat pouvait se transformer en berserker conquérant et capable de condamner la cité entière à un état de ruine glaciale. Le quinquagénaire, quoi qu'il en soit, m'avait fait mander dans son bureau et je me doutais que des sujets on ne peut plus sérieux nous attendaient. Notre lien nouveau avait au moins cela de bien que je pouvais à présent savoir dans le détail ce que le Samui mettait en œuvre à tout niveau, de même que je pouvais mettre mon grain de sel dans des affaires qui étaient autrefois hors de ma portée.

Paré de mon kimono noir traditionnel au mince liserer blanc, je ne me fis donc pas prier pour entrer dans le bureau sitôt après avoir sèchement toqué du dos du doigt. Devant moi parut alors Setsuna, un dossier sous le bras et apparemment sur le départ. La Bras Droit officielle de Suoh faisait sans aucun doute de son mieux, en l'absence de son supérieur, mais je ne pouvais pas m'empêcher d'éprouver de profonds soupçons envers elle... Une retenue naturelle et viscérale, depuis notre retour de l'île et les « révélations » faites par celui qui s'était présenté comme étant Nnoitra. Aokiji Samui aussi faisait l'objet d'une surveillance accrue du fait des doutes que j'avais désormais sur leur intégrité, les deux amants qui pensaient leur relation invisible ayant bien malgré eux laissé planer une aura de mystère autour de la mort de leur supérieur, lors de leur expédition sur l'île. Je m'efforçai malgré tout de garder une attitude neutre, saluant les deux gradés.

« Ah, Setsuna-san, j'ignorais que vous étiez là. Bonjour Kakeshuou-dono. Sauf erreur, vous m'avez fait demander ? »

Je pris position sur le côté, formant un triangle avec les deux autres protagonistes de cette réunion fortuite quoique certainement éphémère, et passai mes bras dans mes manches en les plaquant contre mon buste, observant

« Y avait-il... une urgence quelconque ? »

Mes yeux allaient lentement de l'un à l'autre. Kakeshuou, avec son par-dessus, avait vraisemblablement camouflé son nouveau handicap, qu'il entendait bien outrepasser par sa seule volonté. Il faudrait toutefois bien un jour qu'il l'affiche au grand jour... Si un drame n'était par survenu avant cela.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Lun 12 Jan 2015 - 18:59



L’arrivée de Yanosa Oterashi était sans doute liée à plusieurs raisons. La plus évidente : notre Capitaine de l’Ôda avait demandé à le voir. Il faut dire que les deux personnages semblaient partager de plus en plus, dernièrement. Outre cette complicité liée de rivalité qui les animait et leur avait fait partager missions et aventures, notre duo de choc venait – il y a peu – de partager une expérience hors du commun. Et en cela, qu’ils deviennent amis, demeurent rivaux ou finissent ennemis, rien n’y ferait. Kakeshuou Samui savait donc qu’il devrait composer avec cette situation.

En convoquant le Guerrier Rouge, il avait ainsi deux objectifs : le premier, lui montrer que tout allait bien. Depuis qu’ils étaient revenus, notre homme s’était acharné à la tâche et n’avait pas chômé, pour ainsi dire. Manchot peut-être, idiot jamais ! La deuxième raison était cette rencontre « inopinée » mais bien évidemment prévue entre les trois hommes, afin que ces trois-là fassent connaissance, et prennent conscience de l’existence de chacun. Quant à cet autre objectif …

Rejetant son dos meurtri par les âges et les récents combats, le Capitaine de l’Ôda accueillait le nouvel hôte d’un signe de la tête ; et profitait d’un faux élan pour se redresser. Tendant sa main valide vers son premier invité, il se permettait d’être l’intronisant de cette conversation. Qui se révèlerait certainement courte, mais qui devait pourtant avoir son importance.

~ Merci d’avoir répondu à l’appel, Yanosa. Je te présente Setsuna Nakagawa, Bras-Droit du Buki et ton supérieur en ce qui concerne ta Section. Suite à notre retour, je me suis dis qu’il serait important de donner plus de poids aux relations inter-personnel. J’espère que vous pourrez donc travailler tous les deux dans les prochains jours à venir … . Pendant l’absence de nos troupes, envoyées à Mizu no Kuni, nous allons devoir prendre les choses en main ici … .

Laissant un peu de temps à chacun pour se présenter et accepter les présentations de l’autre, le vieux briscard retombait sur son fauteuil, et signait un dernier document. Ce dernier officialiserait la mission qu’il venait de donner à la jeune Bras-Droit. Si celle-ci s’acquittait de cette mission de consolidation, elle gagnerait le respect de l’Ancien ; à défaut de son amitié. Mais soyons honnête. L’amitié est un concept très vague pour notre homme ; même pour ceux qu’il a côtoyé pendant plusieurs années … .
Tendant le document à la Nakagawa, le Capitaine se permettait de faire un résumé et de passer la main pour une nouvelle scène.

~ Je viens de confier à Nakagawa la mission de renforcer nos défenses suite aux dernières attaques que nous avons subi il y a de cela un an. Il devient urgent de renforcer nos positions, pour éviter une nouvelle fois tout débordement. Malgré les responsabilités qui t’incombent et les missions que tu acceptes, j’espère que tu sauras travailler de concert avec ton collègue, Yanosa … .

Une simple invitation à la coopération. Quoi de plus normal au sein d’une Section ! Le plus inhabituel serait éventuellement le fait que Kakeshuou Samui était celui qui se décidait à prendre cette manœuvre en main ; quelque chose que le Capitaine du Buki aurait du faire. Mais maintenant que la chose était faite, la jeune femme allait pouvoir prendre son départ, et laisser les deux hommes à leurs affaires personnelles.

Saluant la femme d’un rapide signe de tête, autorisant ainsi celle-ci à quitter les lieux, le Dernier des Kirijins se détournait de la scène des deux militaires pour se recentrer vers un petit espace de la pièce. Quelques coussins, une table basse, un plateau ; un buffet non loin. Relevant de l’ordinaire, ce petit aménagement en angle de pièce permettait un sanctuaire dédié au repos et à la réflexion. Allant s’y installer, le doyen des Samui attendrait là que les deux personnages aient fini leurs politesses et que son compagnon d’armes l’ait rejoint. Suite à cela, ils pourraient tous deux converser … de choses et d’autres … .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mar 13 Jan 2015 - 7:26


Je me retins de froncer les sourcils lorsque le capitaine me dit qu'il ne fallait pas que je panique. Ce n'était pas mon genre à vrai dire, je m'étais contentée d'exposer mes doutes et mes informations. Qu'il en fasse ce qu'il désire, ce n'était pas mon problème! J'avais assez à me soucier du Buki sans en plus interférer dans les prérogatives de Joho ou de l'Oda. Je me contenterais d'un simple je vous avais prévenu si d'aventure mes soupçons se confirmaient , voilà tout. Et puisque nous semblions avoir quitté le terrain de la confrontation pour celui de la coopération je ne jugeais pas utile de relever ce que j'estimais être à peine moins qu'une insulte voilée.

Il me demanda également de faire passer une demande au Joho, arguant qu'il... apprécierait. Il me prenait pour une messagère ou quoi? N'avait-il pas sous ses ordres des secrétaires et une foule d'agents susceptibles de remplir ce rôle? Je devais m'occuper des défenses, vaste sujet qui allait me demander beaucoup de temps et pas mal d'efforts. En ajoutant en cela la gestion habituelle de l'armée je n'avais guère le temps de m'occuper de Nozomi. Mais puisque nous étions partis sur de nouvelles bases...
- "Puisque vos propres messagers semblent occupés j'en enverrai un des miens dans ce cas!" répliquai-je pour lui faire comprendre que je n'appréciais pas cela même si je m'y pliais. "Le Joho sera averti, soyez sans craintes!"
Je saluai avec une rigidité toute militaire avant de m'apprêter à tourner les talons quand une nouvelle personne fit son apparition. Je le reconnus immédiatement même si je ne l'avais jamais croisé personnellement. Yanosa! Un ancien criminel de ma propre section à qui l'on prêtait une grande puissance. Certainement plus grande que la mienne! Je n'avais cependant aucune sympathie pour les hommes dans son genre. Arekushi, lui, tous ceux qui avaient fait couler le sang sans raison ou par plaisir n'avaient pas leur place au Shûkai selon moi. Mais l'heure n'était pas à ce genre de débats et lorsque le nouveau-venu me salua en ajoutant qu'il ignorait que j'étais là, je lui rendis son salut avec politesse mais sans enthousiasme.
- "Yanosa! Et bien j'ignorais également votre présence!" fis-je en tournant le regard vers Kakeshuou.
Qu'est-ce qu'il venait faire là? Si le capitaine convoquait des membres de ma section sans m'en informer ça devenait carrément détestable. Ce n'était plus de la coopération mais de l'interférence. Et je n'allais certainement pas permettre que ça arrive même si Suoh s'en serait peut-être accommodé, lui. Je retardai donc mon départ pour connaître la raison de la présence de l'un de mes soldats sur les lieux. Et comme le vieux grigou le confirma, c'est bien lui qui avait convoqué Yanosa.
- "Nous nous connaissons même si nous n'avons jamais eu l'occasion de discuter! Puisque vous le désirez nous travaillerons donc de concert pour le renforcement de nos défenses. Je suis certaine que les compétences de Yanosa seront utiles pour ce projet! Néanmoins..."
Ouais, je n'avais pas ma langue dans ma poche quand quelque chose me déplaisait.
- "À l'avenir veuillez ne plus convoquer des membres du Buki sans en informer les autorités du Buki, Capitaine Kakeshuou! S'il y a trois sections distinctes ce n'est pas pour rien!"
Il n'y avait pas vraiment d'animosité dans le ton de ma voix mais plutôt de la détermination. Chacun pouvait voir les limites de la coopération là où il le désirait mais les miennes se limitaient à de simples échanges entre les sections, certainement pas à des convocations d'un membre de l'une d'elle par un officier de l'autre. À moins que Kakeshuou ait quelque chose à reprocher à Yanosa en rapport avec les droits que lui octroyait l'Oda, il n'avait pas à agir ainsi dans mon dos. Je me sentais faible comparé à ces deux hommes mais mes convictions dépassaient de loin ma puissance.
- "Yanosa, je veux un rapport sur les murailles sur mon bureau dans trois jours! Leurs faiblesses, ce que l'on doit renforcer en priorité dans le dispositif et les améliorations que vous préconisez!"
Une manière de lui faire comprendre mon agacement à lui aussi.
- "Sur ce messieurs, je vous souhaite une bonne journée!"
Après un dernier regard aux deux hommes je quitta le bureau du Capitaine. J'avais du pain sur la planche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1963
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mar 13 Jan 2015 - 17:09

Pour suivre les usages qui étaient ceux de notre espèce, Kakeshuou me présenta de façon « officielle » Setsuna Nakagawa, la lieutenante officielle de Suoh et qui était, depuis la longue convalescence de ce dernier, en charge de toutes les affaires de l'armée. Une présentation bien inutile, cela le quinquagénaire le savait très certainement, mais qui bizarrement paraissait également inévitable, dans ce contexte sous tension. Setsuna ne semblait en effet nullement encline à montrer la moindre sympathie à mon égard, que ce fut par fierté, pour tenter de masquer sa gêne d'avoir été secourue par moi, ou bien par suspicion... Ce dernier cas de figure pouvait se révéler inquiétant, car si elle savait que elle et son compagnon était plus étroitement surveillés qu'à la normale, les deux tourtereaux feraient naturellement tout leur possible pour éviter de faire la moindre vague. En somme, ils feraient les morts... Mais, ce n'était assurément pas de ça que le Samui voulait parler à ce moment précis et il s'empressa de l'établir en m'avertissant que la lieutenante avait repris pleinement la charge des défenses de la cité, qu'il fallait passer en revue pour éviter le genre d'incident qui était survenu il y avait un an de cela, alors que je n'avais pas encore rejoint les rangs de l'Alliance.

Hochant de la tête pour marquer ma compréhension de la situation, je relevai le menton à l'écoute des paroles de Setsuna, qui s'offusqua ensuite que moi, un membre du Buki, ait pu être convoqué par le Capitaine d'une autre section. Une plainte qui pouvait avoir ses fondements... mais qui restait, en l'occurrence, tout à fait superflue.

« Setsuna-san, inutile de vous offusquer de la sorte... Kakeshuou-dono et moi partageons un passé commun, de plus... Tant que Suoh-san ne sera pas rétabli, je ne vois personne de plus qualifié au sein du Shozaichi pour vous apporter son aide dans la gestion de l'armée. Ne soyez pas trop prompte à vouloir trop en prendre sur vos épaule, je détesterais avoir à vous secourir une seconde fois... surtout si c'est pour vous dépêtrer d'une armée de documents administratifs ! »

Le ton était plutôt chaleureux et amicale, mais alors même que je prononçais ces mots je sus qu'il était très probable que leur réception ne se fasse pas tout à fait au niveau que je souhaitais.

« Je me tiens en tout cas à votre disposition et vous apporterai tout le soutient possible dans votre tâche n'en doutez pas. »

Sur quoi, la jeune femme pleine de ferveur et de détermination n'hésita pas à me prendre au mot, exigeant de moi ce qui pouvait sans doute représenter la besogne la plus irritante à mes yeux : la rédaction d'un rapport sur l'état des murailles.

« Ce sera fait, sans problème. Au revoir, Setsuna-san. »

Elle quitta le bureau, non sans aplomb, me laissant seul à seul avec Kakeshuou qui lui s'était entre temps placé dans un coin de son large bureau, assis presque à même le sol face à une table basse où résidait un étrange plateau. En face de lui, un autre coussin était disposé, prêt à m'accueillir. L'invitation était flagrante, mais me fit d'abord et avant tout me demander ce que le quinquagénaire pouvait vouloir me demander... Car s'il y avait bien une chose dont je ne doutais pas, c'était du fait qu'il ne m'avait pas fait venir simplement pour que je croise la lieutenante. M'approchant, je m'assis alors face à lui, les jambes en tailleur et m'appuyant contre mes cuisses.

« Je suppose que c'est maintenant que nous abordons... les sujets sensibles ?.... Qu'est-ce donc ? dis-je en désignant le plateau devant nous. Je n'ai jamais rien vu de semblable... Est-ce... une sorte de jeu ? Question sans doute un peu bête, puisque je te vois mal dédier un tel espace à une trivialité de ce genre... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Dim 18 Jan 2015 - 23:16


Le vieil homme avait laissé la jeunesse discuter ; et Yanosa remettre les idées à plat. Kakeshuou ne tenait plus à se justifier : avant d’appeler un homme du Buki, il avait ici appelé un collègue ; un camarade de combat, avec qui il avait déjà partagé de nombreuses expériences. Il ne s’agissait donc pas d’attributions d’une mission ou autre ; mais bel et bien d’une rencontre amicale entre vétérans souhaitant bavarder un peu. Et à ce titre, notre vieux Capitaine de l’Ôda ne ressentait pas le besoin de se justifier sur ses décisions et désirs !

Saluant d’un simple signe de tête le départ du Bras-Droit de l’Ôda, Yanosa avait du découvrir que son hôte s’était déjà confortablement installé dans les coussins et braquait désormais son regard sur cet étrange jeu de plateau qu’il avait installé au préalable. Loin des connivences, des félonies et des vicissitudes de ce Monde Shinobi, notre homme avait décidé ce matin qu’il porterait la discussion à un plus haut degré avec son invité de marque. Il espérait bien que ce dernier saurait de quoi il s’agissait. Mais au besoin, un rappel des règles serait bien possible … . Le Dernier des Kirijins s’était décidé à quelque chose d’incroyable : prendre du temps pour lui en cette journée d’hiver ! Pas question de passer à côté de cette occasion unique ! …

D’après les questions, il semblait évident que le Guerrier Rouge n’avait jamais pratiqué ce jeu. Et c’était un tort ! que Kakeshuou Samui ne pouvait malgré tout pas lui reprocher. Pour pratiquer ce genre de jeu de plateau, plusieurs années étaient nécessaires, et un certain degré de responsabilités et de curiosité. Un très subtil mélange ! Et pourtant, ce serait un tort de ne voir là qu’un simple jeu : les plus experts savaient bel et bien que ce plateau était la représentation la plus ancienne du champ de bataille … .
Aussi, à la remarque de l’invité, le Haut Responsable du Triumvirat se devait de mettre les choses à leur place. Tout d’abord, cet espace était réservé à la détente ! Il s’y mettait pour se reposer pour les rares secondes qui lui étaient accordées à ce dessein ; ou avec quelques dossiers des plus faciles à traiter … .

~ Tu trouves que j’ai le profil pour m’amuser et faire des jeux ? Installe-toi bien, et écoute …

D’un geste de main, notre homme commençait par présenter chacune des pièces. Le pion, la tour, le cavalier, le fou, la reine, le roi. Les déplacements : en diagonale, en ligne, d’une ou plusieurs cases. Le but : prendre le roi, l’importance de la reine, l’aspect volatil et fugace du cavalier, seul autorisé à sauter au dessus des autres pièces … . Attentif, l’ancien Nuke-Nin faisait très attention à ne rien en perdre ! Après tout … il était certainement un novice face au vieux joueur qui regardait ce plateau avec confiance. La première partie serait certainement une défaite assurée pour le Jônin du Buki.
Jouant les Blancs, le guerrier vétéran se devait de commencer. Un pion après l’autre, puis l’intervention des cavaliers … . la partie commençait ! …

Après une petite poignée de minutes, les deux personnages étaient focalisés à 100% sur ce plateau. Deux points blancs capturés … . De l’autre côté, une tour, un cavalier et un fou noir pris ! Autant dire que, face à un novice complet, l’ancien Kirijin était en train de se prendre une branlée ! Était-ce une stratégie ? Le poids de la fatigue ? Ou le besoin de prendre une retraite pas si anticipée que ça, peut-être … .
Et pourtant, notre vieux Samui gardait sa concentration et son regard déterminé. Il semblait opérer normalement, et ne perdait pas son rythme ni son temps de réflexion. Et puis ! voilà que l’Ancien souhaitait taper la discussion ! Une feinte pour déstabiliser son adversaire … ?

~ Le jeu d’échecs a été inventé il y a plusieurs siècles déjà ; son usage était le travail de la réflexion et, à termes, la préparation des champs de bataille … . Maintenant que tu sembles plus … « intime » avec le jeu, serais-tu capable de l’utiliser à bon escient … ? Lors d’une mission ou d’une conquête ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1963
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Jeu 22 Jan 2015 - 19:07

De par son attitude, Kakeshuou m'envoya des signaux qui invitaient à la détente, à commencer par la nature même de notre assise : ainsi installés sur de somptueux coussins, nous ne semblions en effet pas vraiment partis pour passer en revu des dossiers sensibles ou pour se charger de quoi que ce soit qui ait rapport avec la gestion de la cité. Et pourtant, cet air grave et sérieux ne quittait pas le Samui... Un fruit de l'âge, peut-être ? Qu'importait car mon attention allait bientôt être happée par l'assimilation des règles qui régissaient le jeu de plateau qui se tenait entre le quinquagénaire et moi, là sur la table. Tour à tour, Kakeshuou me détailla en effet sans beaucoup plus de préambule le nom et les capacités de déplacement de chacune des pièces disposées sur le plateau... Son intention, derrière ces explications, devint alors claire très rapidement : il voulait jouer une partie. Si « jouer » était encore le terme approprié, cela dit, puisque cette arène miniature semblait bien plus propice à l'exercice stratégique qu'à l'amusement ou à la détente.

Nous échangeâmes alors les premiers « coups » en déplaçant nos pièces et bien vite, il devint tout aussi évident que le Samui avait déjà potassé le sujet durant sa longue vie et avait eu l'occasion de pratiquer ces « échecs » à de nombreuses reprises. J'eus beau éliminer deux pions adverses, la curieuse sensation que ces réussites n'étaient destinées qu'à me faire faire le faux pas de trop était tenace et se hissa même au rang de certitude lorsque mes unités se virent privées de près de la moitié de leurs effectifs. Tour, Fou, Cavalier,... Mes forces semblaient fortement diminuées pour une partie qui n'avait débuté qu'il y a quelques minutes mais je commençais à saisir l'essence de ce jeu. Les déplacements de chaque unité bien assimilés par la pratique, et même si je savais ma défaite presque inévitable dans ce contexte, je me mis alors en tête de causer un maximum de dégâts dans les rangs de Kakeshuou pour lui faire payer cher sa future victoire. C'est ce moment que ce dernier choisit pour expliciter le parallèle évident qu'il y avait à faire entre ce jeu, fait de petites pièces de bois, et la réalité du champ de bataille et de ses pertes, réelles et permanentes.

« Même si... je vois bien le parallèle, je t'avoue que... je ne sais pas si il est bien pertinent de transposer ce qui peut se passer sur ce plateau et ce qui se passera, dans notre réalité bien tangible, dis-je en déplaçant un pion, l'air de rien, en attendant la réponse du Samui.

Ce que je veux dire, c'est que... Si on devait te placer sur cet échiquier, tu occuperais certainement le rôle de la Reine. Décisionnel, puissant, incisif. Mais que se passe-t-il... si la Reine s'en prend à son Roi ? »

J'attendis la fin du tour de mon « adversaire », lui laissant le temps de voir par avance où je voulais en venir.

« Malgré tous les gardes-fous que l'on pourra imaginer, Kakeshuou, tu représente un danger, à présent, un danger sur lequel repose malgré tout toute une institution. Ce « jeu » est, je dois l'avouer, d'un bon conseil et représente un bon exercice pour affûter son esprit, dis-je en commençant à manger autant de pièces adverses que possible tout en repliant mon Roi. Cependant... il suppose que chacun joue son rôle à la perfection... Et c'est parfois une assomption sur laquelle on ne peut pas se reposer, je pense que tu le sais... »

Mon Roi était fichu à présent, c'était évident : coincé entre la Tour et la Reine ennemies, il ne pouvait que retarder l'inévitable en se cachant derrière un pion. Et pourtant dans l'arrière garde, mes propres unités survivantes causaient des dégâts non négligeables bien que futiles dans le cadre du jeu. Cependant...

« Cela m'inquiète d'autant plus... de voir quel genre de stratégie tu appliques dans le cadre de ce jeu. Tu avais la victoire dans le creux de ta main tout du long, je pense que tu en es conscient, je le suis moi. Et pourtant, dans ton élan plein de certitude et de conviction, regarde ce que tu laisses derrière toi... dis-je en désignant vaguement de la main les larges trous dans ses défenses et ses unités.

Je connais nos vues sur le territoire de Mizu, et il me semble légitime et intéressant de pouvoir redonner un semblant d'ordre et de démocratie à cette contrée qui a autrefois été la vôtre, ainsi que celle de Yuki et de tant d'autres, y compris de mon élève Asuka. Veillons seulement... à ne pas ouvrir la bergerie aux loups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Ven 23 Jan 2015 - 9:38


Jouant coup sur coup, déplaçant pièces après pièces, notre homme restait concentré ; aussi bien sur cette discussion que sur la partie. Il se devait de l'avouer : alors que son collègue de « repos » n'était pas adepte des échecs, il semblait démontrer une grande capacité d'adaptation, et un esprit assez rationnel et tacticien pour tenir tête à son hôte ! Lui prenant d'abord un cavalier, puis un fou et encore une tour, Kakeshuou Samui devait s'avouer dans une fâcheuse posture ! La maudite chance des débutants ?

Pourtant, l'Ancêtre ne baissait pas les bras. Il avait conscience que chaque mouvement deviendrait bientôt décisif. Mais il ne tenait pas subir une défaite par un débutant. La concentration à son summum, il ne perdait plus rien de cet échange de coups et de stratégies sur un plateau en damier. Comme dit précédemment, les échecs faisaient partie de ces nombreux jeux qui – comme le go ou encore les dames - visaient à développer la tactique, l'intellect, l'observation et la réflexion. Cela était d'autant plus vrai que l'on pouvait reconnaître plusieurs acteurs sur le plateau. Et certaines pièces étaient indissociables de personnalités déjà très fortes … .

En revanche, la réponse de Yanosa était des plus surprenantes. Elle ne collait pas du tout avec cette personnalité passionnée, investie, déterminée qui avait plu à la première rencontre à notre Capitaine de l'Ôda – alors même qu'ils étaient ennemis ! La perte de mémoire avait-elle effacé une part si importante de son intellect et de son identité ? Ce serait un fait bien fâcheux ; car si notre homme pouvait toujours compter sur cette capacité de réflexion et de partage, il n'escomptait pas la voir accompagnée d'un pleutre, d'un craintif se souciant de tout et imposant la raison et la morale avant toute chose ! Es-tu toujours Jashiniste, l'ami ?? Et puis, cette idée que l'Ancien veuille prendre le pouvoir, ou menacer le Shukaï alors qu'il en était le premier protecteur ! Les rangs dans les forces armés étaient-ils si atteint par la propagande adverse ? Notre homme s'était pourtant toujours dévoué à sa tâche, et n'avait jamais ambitionné de détruire l'Alliance de l'intérieur !

~ Il me semble que tu te trompes sur de nombreux points. Je suis peut-être « un danger » à tes yeux, mais ces dernières semaines ont prouvé que j'étais toujours capable de logique et de conservation. Ce « danger » que tu crains tant, tout comme le craignait mon grand-père … est sous mon contrôle !

On aurait dit Frodon parlant de l'Anneau Unique ! A quand Gollum, me direz-vous ?! Quoi qu'il en soit, le doyen du Clan Samui était assez rigide et bûté pour refuser toute hypothèse soulevant qu'il se laissait progressivement contrôler par ce pouvoir obscur qui habitait désormais son coeur … .
La partie se resserrait, les échanges devenaient plus musclées … . Le Capitaine des lieux était parvenu à redresser la situation en privant son adversaire de plusieurs pièces maîtresses ; ne restait plus qu'à infliger le coup de grâce à l'adversaire. Mais le bougre était coriace ! Tel un ver de terre, le Roi est prêt à tout et à s'enfoncer lui-même six pieds sous terre pour échapper à la mort. Même à trouver refuge sous un vulgaire pion ! Continuant d'animer ses pièces de jeu, Kakeshuou entamait sa propre analyse … .

~ La Tour …, gardien des institutions et allant droit au but : Horitsu ! Le cavalier, indomptable et imprévisible : Homura Jisetsu … . Le fou ! … un petit regard moqueur … Toi, à n'en pas douter … . La Reine … : Yuki, ma nièce, si l'on veut garder l'importance du sexe dans ce jeu ! … Le Roi …

Un temps de pause. Alors ? Notre vétéran des guerres kiriennes est-il l'homme suprême gouvernant le Shukaï et bientôt le monde ?

~ Les Seigneurs Féodaux. Ceux sur qui repose toute cette Alliance. S'ils venaient à mourir, cette Alliance ne trouverait plus ses bases, son identité … ses financements non plus. Je n'ai jamais prétendu être sur ce plateau, Yanosa …

Le Roi était maintenant coincé. La partie avait été brève, mais intense ! Et la dernière réflexion du Guerrier Rouge se devait d'être reprise et rectifiée. Il ne fallait pas profiter d'un moment de détente pour faire de pareils procès d'intention ! Or, l'ancien déserteur semblait s'en donner à coeur joie ! Encore une fois, pourquoi une telle méfiance ?! Regrettait-il d'avoir secouru son ancien compagnon d'armes ?

~ Ne fais pas de conclusion hâtive, ce n'est pas ton genre … . Ces pièces étaient sacrifiées à partir du moment où nous décidions à jouer cette partie. Tout comme le Ninja sait qu'il peut mourir à chaque mission qu'il accepte. Je ne vois pas pourquoi je devrais avoir de regret à ce sujet: je suis moi même préparé à la mort depuis les premiers affrontements entre Clans … . Et n'oublie pas le second facteur : j'avais face à moi un adversaire plus redoutable que je ne le pensais.

Un compliment ? Un mot gentil ? En soi, le Capitaine ne faisait que statuer des faits ! On ne remporte pas de guerre sans pertes humaines et militaires ; et on ne peut minimiser ces pertes que si l'expérience ou la chance le permet ! …

~ Quant à Mizu, le but n'est pas d'y envoyer les loups ! Mais d'apporter la paix, la stabilité et l'ordre sur un territoire livré au chaos et à l'anarchie depuis que nous l'avons quitté sous l'attaque des Furyous ! Je pensais que nous étions d'accord avec ça ! … Mat.

La partie s'achevait … mais le ton était bien plus sec en fin de discussion. Notre Papy préféré était-il irrité par les propos presque accusateurs de son éternel partenaire de mission ? Ou était-ce une autre personnalité qui s'affirmait progressivement, face au rejet et au désaveu … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1963
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Lun 26 Jan 2015 - 14:47

Mon analyse de cette petite partie aux semblants anodins ne sembla pas plaire au quinquagénaire. Je m'étais douté, au moment même où j'avais formulé ces pensées pour moi-même, qu'elles ne pouvaient que déplaire à l'orgueilleux Samui qui, en dépit de ses nombreuses qualités et de sa droiture était doté d'un tempérament assez peu prompt à la mesure ou à la compromission. Aussi ne fus-je pas surpris outre mesure de l'entendre réaffirmer, au milieu de notre partie tronquée, lorsqu'il réaffirma sa pleine capacité à garder le contrôle du mal qui lui avait été laissé en héritage par son grand-père. La volonté était une chose, mais le risque, son évaluation et ses probabilités, en était une toute autre.

« Kakeshuou, si je ne t'avais pas cru capable d'endiguer ce mal par tes propres moyens, je... je t'aurais certainement tué, au lieu de placer ce garde-fou. Mais les risques sont ce qu'ils sont : des éventualités, des probabilités. Des failles invisibles dans un mur pourtant solide. Tu peux te convaincre autant que tu veux que jamais tu ne céderas -c'est même une bonne chose que tu le fasses-, mais je me dois, par pure précaution, de ne pas te suivre aussi aveuglément dans ta propre confiance en toi. »

Le Samui m'exposa alors sa vision du jeu portée dans la réalité, comparant chaque pièce importante à l'un des piliers du Shûkai. Le Fou... Un rôle qui m'allait presque trop bien et qui était ma foi assez bien choisi, en l'occurrence, mais le plus surprenant... Ne s'était-il pas lui-même imaginé, sur ce plateau ? En lieu et place de Reine, c'est en effet sa nièce Yuki qu'il avait désigné plutôt que lui : un choix surprenant, car même si la jeune femme occupait l'une des plus hautes fonctions et parmi les plus critiques de l'Alliance, je ne lui connaissais pas, malgré ses prouesses, un poids aussi important que celui que faisait peser Kakeshuou dans la balance politique et administrative. Quant au champ de bataille comme moyen d'expression... La férocité avec laquelle la Reine pouvait dévorer ses ennemis revenait haut la main, en ce qui me concernait, au Capitaine de l'Ôda et à personne d'autre. Refuser ce rôle représentait-il pour lui une façon de se mettre à l'écart ? De se positionner comme un élément sacrifiable ? Au fond, peut-être en était-il bien conscient, lui aussi, que son existence même pourrait se révéler être un danger tôt ou tard...

Mais la partie se poursuivait, ou plutôt, ma fuite effrénée vers le coin du plateau où je me destinais à « mourir », et la dernière comparaison, celle du Roi, venait achever le tableau. Les politiques, plus haut placés encore que les Capitaines, qui régnaient dans l'ombre de leur palais et finançaient tout cela. Ces plus ou moins vieux croulants, aux objectifs assez peu clairs même pour la hiérarchie et qui pouvaient cacher à loisir les informations qu'ils jugeaient inutile de nous faire connaître. Non, ce n'était pas ça que je défendait, absolument pas.

« C'est avant tout une question de point de vue, Kakeshuou. Tu places en Roi l'exécutif et l'argent, mais je préfère avoir plus de recul sur ce jeu et sur les jeux politiques en général. C'est notre population et globalement la race humaine que nous devrions avoir à cœur de protéger, pas un groupuscule d'élites qui s'accaparent le pouvoir de décision.De même que si nos troupes sont bel et bien prêtes à mourir pour cette cause-là, éviter de les sacrifier inutilement relève de notre responsabilité, Kakeshuou, c'est en tout cas ma façon de voir à moi.

Les premiers rapports en provenance de Mizu font état d'une situation assez déplorable... Oui, il nous faut agir et prendre en main ce territoire, c'est un fait. L'archipel mérite une démocratie au sein de laquelle s'épanouir. Ce que je voulais dire, c'est qu'il va falloir adapter et répartir très soigneusement nos effectifs pour atteindre cet objectif sans pour autant laisser nos territoires limitrophes, et à plus forte raison la capitale, sous-protégés voir sans défense. Imaginez en effet que l'on se heurte à un chien enragé... le même genre d'animal que j'ai campé pendant toute la seconde moitié de la partie... Alors vaincre et apporter l'ordre ne servira à rien, car nous ne laisserions derrière nous que des cadavres rongés par les corbeaux. Et c'est la dernière chose que je souhaite voir se réaliser, tu comprends ?
Dis-je en me relevant du coussin sur lequel je m’étais installé.

Jamais plus, par ma négligence, je ne laisserai des gens mourir alors que j'aurais eu le pouvoir de les sauver. Jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Dim 8 Fév 2015 - 18:59


Ce n’était pas dans l’habitude de Kakeshuou de voir son camarade de combat si inquiet. Certes, depuis ce « rachat de conscience », l’ancien Nuke-Nin faisait bonne figure et il ne voulait pas passer à côté d’une erreur ou d’une mauvaise information. Mais faire de l’hyperprotection n’était certainement pas la solution, selon notre Chef de l’Ordre & Justice ! C’est en surprotégeant un gamin que l’on le met en danger permanent ! S’il ne sait pas se défendre, et qu’il repose sans arrêt sur de l’aide extérieure, il ne s’en sortira jamais seul ! En ce qui concernait le Shukaï, il était hors de question d’en faire un enfant gâté. Et si le Guerrier Rouge prenait bien conscience de sa situation, il se devait de comprendre l’intérêt qu’avait le quinquagénaire dans cette affaire !

Laissons tomber les inquiétudes multiples portées par le soldat du Buki. De son côté, le vieux Samui ne se posait plus de questions quant à ses sentiments, ses intérêts ou son état de santé. Se demander s’il succomberait aux tentations viles de son prédécesseur ne l’aiderait en aucun cas. Autant se jeter vers l’avenir, sûr de ses convictions et de sa force ! Encore une fois, ceux qui doutent finissent derrière, et souvent en cubes de nourriture pour poisson … .
Quelque part, cela gênait notre Ancien que son plus vieux compagnon d’armes se trouve épris de tant de considération. N’avait-il pas semé la mort et la destruction auparavant, n’avait-il pas ravagé et détruit au nom de son Dieu tyrannique ? Qu’était-il prêt à faire aujourd’hui, pou effacer ses péchés ? Continuer comme cela ; ne serait-ce pas détruire la force et la vigueur qu’il était quelques années auparavant ?

~ Il est donc peut-être temps que tu ne te paufines pas à ta place ! La chose a beau ne pas te plaire, tu peux toujours parler de « démocratie », mais cet idéal n’existe pas dans notre monde ! Tant que le modèle Ninja tel qu’il existe demeure, nous serons aux ordres des Seigneurs Féodaux qui paient nos missions et nous permettent ce mode de vie ! Il n’en sera jamais autrement !

Les propos étaient secs, mais chargés de sens. En effet, tant que personne ne viendrait se dresser contre cette idéologie qui plaçait les Ninjas sous les ordres, les demandes et les caprices des plus influents et des plus riches, on ne pourrait espérer un nouvel équilibre. Ce n’était pas un signal de révolution ! mais une évidence que l’Homme moyen – avant même d’être Shinobi ! – se devait de comprendre pour savoir quel chemin suivre … .
Le second point sur Mizu no Kuni était compréhensible. Et Yanosa avait certainement raison sur la question du déploiement des effectifs. Tout portait à croire que la conquête ne serait pas aussi simple, d’après les récents rapports. Et pourtant, cela ne signifiait pas qu’elle serait impossible. Ajouté à cela, ce serait une erreur que de croire que notre homme serait trop avide de puissance pour se lancer dans une conquête dont il n’aurait pas calculé les frais. Et il était évident qu’une protection nécessaire du Shukaï devrait être assurée, tout en garantissant le contrôle de cette Terre … .

~ Tu n’as pas à te soucier de la conquête du Pays de l’Eau … en ce qui concerne sa mise au pas, cela veut dire. En revanche, ce rêve de « démocratie » dont tu me parles, tu peux toujours l’oublier. Tout porte à croire que cette conquête ramènera sa légitimité au Seigneur Féodal des lieux, qui finançait lui-même les affaires de Kirigaku no Sato avant sa destruction. Pour remettre les choses dans un nouvel équilibre, il faudrait une autorité plus grande … et elle n’existe pas … .

Notre homme replaçait les pièces sur l’échiquier. Une nouvelle partie ? Pas réellement, c’était plus histoire de ranger et de réorganiser ce plateau de jeu. Il avait certes remporté la partie ; mais encore une fois, et comme l’avait dit son Camarade de Combat, ce n’était qu’un jeu. Et bien qu’il fut créé pour envisager des stratégies de combat et de conquête, cela n’en faisait que quelques pièces. Le vieux Samui serait-il capable de changer les choses, et de transformer cette victoire sur un plateau en victoire sur le terrain ?
Un sourire étranger à toute expression jamais exprimée jusqu’alors apparut sur le visage de notre Soldat de l’Ombre … avant de disparaître aussitôt. Yanosa l’aura-t’il vu ? Peu importe. En revanche, la main tendue dans sa direction était étrange. Jusqu’à ce que Kakeshuou plonge son regard dans celui de son interlocuteur.

~ En revanche, je peux te promettre que je donnerai toute mon âme à obtenir cette Paix que l’Alliance veut mettre en place. Mais aucun homme – pas même moi ! – peut le faire seul. Le tout est d’avoir une âme résolue, une détermination à toute épreuve, une confiance irrémédiable … et des alliés sur qui compter. Personne, sans cela, ne parviendra à accomplir quoi que ce soit … n’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1963
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Lun 9 Fév 2015 - 14:41

J'étais sur le point de partir. Pas par dégoût ou par lâcheté, non, mais parce que je pensais tout simplement la discussion terminée, close et à jamais fermée. Mais, au fond, je commençais à connaître un peu trop bien le vieux Samui pour me fourvoyer et penser qu'il ne répondrait pas à mon léger coup de sang protectionniste. Non, Kakeshuou se devait de répondre, qu'il le veuille ou non, ne serait-ce que pour défendre son point de vue, toujours aussi tranché que ce soit dans le bon ou le moins bon, et ne pas rester sur mes dernières paroles. Moi debout, et lui toujours assis devant la table où reposait le plateau de jeu en désordre, j'écoutai donc ce qu'il avait à rétorquer, avec plus ou moins d'agacement... Le monde shinobi, une fatalité basée sur la circulation des devises ? Un mode de vie ? Il m'apparaissait plutôt que l'existence même de combattants aussi spécialisés que nous l'étions, lui comme moi, était le stigmate d'une période par trop de fois prolongée de conflits, d'orgueil collectif piqué au vif et de manigances qui ne devaient pas avoir leur place dans un système durable.

Un peu atterré, et pour autant conscient que le quinquagénaire ne faisait qu'énumérer des réalités bien tangibles, je ne pouvais pas me résoudre à me dire que c'était tout. Tout ce qu'il y avait. Étions-nous à ce point bloqué dans cette impasse historique que nous ne pouvions pas envisager une autre issue ? Que ce soit de la gestion de l'Alliance ou de l'ordre à apporter à Mzu, tout semblait mener au même thème récurrent et indémodable, le pouvoir de l'argent. La solution susurrée implicitement par le Samui... ? Une autorité plus forte. Qui n'aurait donc en aucun cas été motivée ni alimentée par les devises ? Mais par quoi, alors ? La plus pure philanthropie ? Pourquoi toujours essayer de placer un individu au dessus des autres et à n'importe quel prix ? Cette dernière question relevait, je devais l'avouer, d'une naïveté un peu niaise mais entraîné comme je l'étais vers une vision idéale de ce dont serait fait l'avenir, elle me parut sur le moment plus qu'à propos. Regardant un peu partout dans la pièce en faisant quelques pas, je me contentai d'écouter la conclusion du discours pragmatiques du Capitaine, tandis qu'il rangeait les pièces du jeu d'échecs.

Lui et moi tombâmes alors d'accord au moins sur un point de façon unilatérale, et j'étais heureux de pouvoir au moins avaliser cette visions-là des choses, à défaut de pouvoir soutenir sans retenue tout ce qui avait précédé. Oui, Kakeshuou lui-même, avec tout le pouvoir politique et personnel qu'il possédait, ne pouvait rien accomplir seul, et bien s'entourer pour parvenir à ses fins était primordial, surtout lorsque c'était la paix qui était visée avant tout. La paix, oui... C'était ça, le plus important. Mais je ne pouvais m'empêcher de douter malgré tout sur les moyens employés pour arriver à son avènement.

« Une paix pour l'Alliance, oui... et au delà. Car notre paix dépend, avant tout, de celle des autres nations. Aucun pays ne peux s'abroger le droit d'être en paix en laissant les autres s'entre-déchirer, idéalisme ou pas. L'argent... L'argent dicte la formation des armées et sur quels champs de bataille elles iront s'affronter. J'espère que nous pourrons aller au delà de ça... Quitte à ce qu'une personne prenne les rennes par la force pour amenuiser l'impact des Ryos sur la vie humaine.

De toute façon il ne faut pas que je me voile la face : nous sommes plongés bien trop profondément dans les ténèbres pour pouvoir nous en sortir avec une lanterne. Le mal par le mal... et petit à petit... j'espère... un monde meilleur. 
»

Pensif et distrait, pas convaincu et pour autant accordé avec les propos du Capitaine, je me dirigeai vers la large porte pour sortir de ce bureau, devenu un poil étouffant à mon goût.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna] Mar 10 Fév 2015 - 20:17



La main était serrée ; mais ne débordait pas de sincérité et de détermination. On eut dit la main moite d’un dépressif prêt à s’enfiler sept kilos de Nutella sans crêpes, plutôt que de prendre sa vie en main. Non, ce n’était définitivement pas celui qu’il avait connu. Cette férocité, qui en avait fait un adversaire méritant et un allié digne d’intérêt, était-elle éteinte à jamais ? Si tel était le cas, le Capitaine de l’Ôda n’attendrait plus rien de sa part … . Lui qui s’était décidé à changer les choses, et à participer activement à la prochaine rencontre du Triumvirat, il ne voulait pas se trouver retardé par des hommes manquant de convictions ou de Foi … . Assez ironique, quand on connaît le passé du Jashiniste, n’est-ce pas ?

Formulant ses derniers vœux apocalyptiques, le Guerrier Rouge se résignait à se livrer corps et âme au Manchot de la Justice&Ordre. C’était un choix judicieux, et il ne pouvait plus qu’espérer un meilleur avenir grâce à ce support. De son côté, le vieux Samui suivait cette ombre, jusqu’à ce qu’elle passe la porte. Quelques secondes encore ; voire deux bonnes minutes. Le quinquagénaire restait sur son coussin, songeur. Les choses pourraient-elles bien se passer à l’avenir, alors que des mouvements inquiétants sur les frontières étaient rapportés régulièrement ? Inutile de stresser pour rien ; l’Ancien préférait prendre son temps et s’assurer que chaque chose allait à sa place.

Notre homme se redressait, en s’emparant d’une pièce du tableau. Toujours plongé dans ses pensées, il se rapprochait de la baie vitrée qui faisait le fond de son bureau. Un paysage magnifique, un étalement urbain des plus massifs, qui pouvait être admiré du Palais du Triumvirat. C’était une chance pour ce vieux combattant de pouvoir observer les choses de là où il était. Mais cette position, le donnait-elle vainqueur et supérieur aux autres ?

Kakeshuou Samui réfléchissait à ce dont il avait parlé avec son camarade de combat. La subtilité du plateau d’échecs … le rôle de chaque personnage, qu’il s’agisse des pièces de base et des pièces stratégiques, les Ninjas avaient tous un rôle, qu’ils soient soldats de chaque Section, voire même Capitaine du Buki ou du Jôhô … . A la tête de la pyramide, les Seigneurs Féodaux. Les seuls capables de maintenir ce système, et de permettre le financement de la vie des Ninjas. Ceux qui décidaient de la vie et de la mort des Soldats de l’Ombre ; qui monnayaient les services, et estimaient ainsi la vie humaine. Il en avait toujours été ainsi ; rien n’avait changé. Et le doyen du Clan Samui savait qu’il ne pourrait probablement pas en être autrement.

Quittant le paysage du regard, il tournait ses pupilles couleur givre sur la paume de sa main. Cette fameuse pièce … le Roi … . Il n’était pas le Roi ; ni même la Reine. Refermant lentement mais fermement le poing sur cette pièce de bois pourtant maîtresse dans un jeu aussi stratégique que celui des échecs, il regardait de nouveau au loin. L’homme de guerre se remémorait les paroles du Jashiniste : que la Reine s’en prenne au Roi ?

~ … Une lourde erreur, Yanosa … . Car je n’ai jamais dis être une pièce sur cet échiquier … . Je n’ai jamais été une pièce de l’échiquier … .

La pièce de bois se brisa entre ses doigts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Remise à Zéro des Compteurs [Setsuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-