N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Ven 2 Jan 2015 - 23:48

Cela faisait déjà un petit moment qu'Homura réfléchissait à la situation actuelle de la section Buki. Si elle était la plus importante en terme de volume d'hommes pour la simple et bonne raison qu'elle représentait la force armée de l'Alliance des Pays Neutres, elle n'avait jamais vraiment briller en terme d'actions fortes depuis sa création. Et pour cause puisque le Shûkai n'avait pas encore vraiment connu de conflit ouvert et ce même avec les Furyou de Monwa. 

Ainsi si elle représentait tout de même la force de dissuasion du Triumvirat dont l'un des membres était chargé de la diriger, il était clair que ce dernier était plus ou moins limité par les deux autres dont les domaines exclusifs englobaient aussi bien les temps de paix que les temps de guerre. Et maintenant que le Capitaine Suoh ne remplissait même plus son rôle au sein du système de gouvernante oligarchique qu'était le leur, il apparaissant évident aux yeux du Jisetsu qu'il était à la fois inutile voir dangereux de confier à un seul individu l'armée de l'Alliance. 

Et qu'il soit réellement habité par la volonté de préserver les intérêts de cette dernière ou encore servir les siens en mettant un terme à cette fonction de Capitaine du Buki, il n'était pas dépourvu de bons arguments et c'est pour cette raison précise qu'il avait fait demander Samui Kakeshuou. En effet si il ne faisait pas parti des amis de son homologue du Johô, il n'en restait pas moins le second membre du Triumvirat encore en activité et par conséquent le seul à même de le suivre dans sa démarche d'encadrement alternatif des forces armées. 

C'est donc sans stress ni gêne qu'il le convia poliment à gagner la grande salle de réunion du Palais. Un haut lieu du Shozaishi bien la plupart des grandes décision n'avaient pas été prises ici-même. Néanmoins Homura n'était pas spécialement envieux de changer la donne, c'est plutôt qu'il aurait trouvé cela déplacé de convoquer un autre Capitaine dans son bureau personnelle. Un peu comme si il n'était qu'un agent parmi tant d'autres. Non cette salle était parfaite et il ne se priva pas pour s'asseoir sur l'un des multiples fauteuils disposés autour de la grande table.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Dim 4 Jan 2015 - 3:30

Un pas devant l’autre, l’Ancien raccourcissait la distance qui le séparait de la salle de réunion. Il y avait été convié, par une note envoyé par son homologue, le Capitaine du Jôhô. Depuis l’île, Kakeshuou Samui n’avait presque pas revu Homura Jisetsu, aux côtés duquel il avait vaguement combattu face à l’étrange adversité. Depuis, beaucoup avait eu lieu. Notre homme s’était rendu à Kumogakure no Sato, et n’avait pas pu faire le constat de son voyage diplomatique ; il avait perdu son bras ; il avait lutté sur l’Île Inconnue et était allé bien loin, jusqu’à affronter un Furyou ! Bref, tant d’aventures qui étaient presque restées silencieuses depuis la disparition de l’île … .

Et pourtant, alors qu’il pansait ses blessures tout en rattrapant le travail mis de côté pendant son absence, il se trouvait appelé par un autre Capitaine de Section. La volonté de bavarder ou de faire un constat ? Les deux, peut-être … . En fin de compte, les deux hommes se connaissaient que peu. Certes, Kakeshuou Samui avait contribué à l’arrivée en fonction du Jisetsu. Grâce à un accord Clanique et à quelques belles paroles habilement glissées, il avait courtisé les Seigneurs Féodaux des Pays de l’Alliance pour les persuader de le sélectionner. Mais après cela, peu de choses avaient réuni les deux hommes, qui n’avaient que peu partagé. Aussi, cette rencontre était pour le moins imprévue … et pleine de mystères.

Dans cette progression, notre homme s’était pour un temps contenté de se dire qu’il s’agirait de l’une de ces rencontres intimes entre Capitaines. Une occasion de voir le miséreux Suoh, face cachée et longtemps ombrée, et de constater de son efficacité ou non à gérer sa section. Mais il fallait l’admettre : l’homme n’était gère présent dernièrement. Et Homura ? Il avait combattu sur l’île, un moindre mal. Mais qu’avait-il fait d’autres ? Les activités de chaque Section demeurait presque secrètes, jusqu’à ce qu’elles soient partagées, entendues, agréées et approuvées lors des Réunions du Triumvirat. En fin de compte, cette petite rencontre permettrait sans doute de faire une touche introductive au futur Conseil … .

Arrivé dans la salle, première surprise ! Les deux hommes seraient visiblement seuls pour cette rencontre. Aucun signe de vie de la part de Suoh ! Avait-il été mis de côté ? N’avait-il reçu aucune convocation ? La chose était étrange … . Mais pas infamante. Les deux personnages pouvaient très bien se rencontrer sans être en réunion, après tout ! Mais dans ce cas – et ici, deuxième surprise ! – pourquoi la Salle du Conseil ? Était-ce un choix volontaire ?

~ Hé bien, honorable Capitaine du Jôhô ! La rencontre de deux des trois Capitaines du Triumvirat en salle de réunion, sans la présence de leur dernier homologue ? Les gens pourraient jaser une usurpation de pouvoir ! …

Le sourire mesquin montrait qu’il s’agissait d’une boutade. Mais la raison de cette rencontre était toujours un mystère ! …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Lun 5 Jan 2015 - 20:44

A son arrivé le vieux Capitaine décida d'engager la conversation par une boutade destinée à Homura et indirectement au troisième membre du Triumvirat absent ce jour-ci. Et bien que le Jisetsu ne portait pas ces deux-là dans son coeur, encore moins le Samui que le dirigeant de la section Buki puisqu'il ne l'avait pour ainsi dire jamais rencontré en face à face, il ne put s'empêcher de rire à cette plaisanterie tout en répliquant avec le sourire.

"Cher Capitaine de l'Ôda, j'aurais bien invité le Capitaine Suoh mais il est bien trop occupé à gérer les humeurs de sa femme pour nous faire l'honneur de sa présence au Shozaishi."

Mais malgré son expression joyeuse et amusée, cette phrase sortie de sa bouche était mine de rien une attaque directe à l'encontre d'un éminent dirigeant de l'organisation militaire de l'Alliance des Pays Neutres. Et pour cause puisque ce dernier avait tout bonnement déserté ses fonctions, laissant la lourde tâche de gérer l'armée à son bras droit qui d'après ses informations n'avait potentiellement aucun contact avec son supérieur hiérarchique. 

Une vacance du troisième siège dont Homura comptait bien profiter pour tenter de convaincre le Samui de le suivre dans son projet de réforme. Projet dont il s'apprêtait à lui parler juste après avoir repris son sérieux.

"Mais il se trouve justement que notre ami a un rapport direct avec ce que je m'apprête à vous dire. Néanmoins avant que je ne m'exprime, j'aimerais connaitre votre avis concernant le comportement de ce dernier ainsi que la place du siège de Capitaine du Buki au sein de notre organisation politique s'il vous plait. Après tout placer le commandement de notre armée dans les mains d'un seul homme n'est pas rien, et ce bien qu'il existe des voies de recours pour le limiter, vous ne trouvez pas ?"

Il était ainsi aisé pour le vétéran de la Brume de Sanglante de savoir que son confrère avait un avis peu conforme à la Constitution actuelle du Shûkai. Et ce bien que de dernier ne se soit pas encore beaucoup avancé.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Ven 9 Jan 2015 - 18:26

La situation était suffisamment étrange pour attirer les soupçons de n’importe quelle personne passant dans les parages. Naturellement, que ce rendez-vous soit fixé à une heure pareille impliquait bien que ce genre de rencontre ne pourrait être que fortuite, mais il ne fallait pas se fier aux évidences et aux à priori. Si les Capitaines du Jôhô et de l’Ôda étaient surpris à parlementer en secret, sans la présence de leur dernier homologue, un étranger ou le premier anarchiste venu serait bien assez satisfait de hurler au complot et à la trahison de l’État … .

Mais Homura Jisetsu, récemment promu Capitaine, semblait donner bien plus d’importance à ce genre de faits qu’on ne pouvait le croire. Par son approche, délicate – presque sournoise ! – et adoucie, le personnage invitait son partenaire de pouvoir à réfléchir à la définition et au rôle de chacun ; tout particulièrement en celui de Suoh, Capitaine du Buki – remplaçant de son état en raison de la maladie croissante de Shio Kaguya – et de l’intérêt de cette Section. Si notre Ninja au caractère insipide et trempé ne prêtait qu’une oreille sourde à ce genre de critique, le regard téméraire et déterminé de son interlocuteur lui intima l’ordre d’accorder plus de crédits et d’attention à la thématique abordé.

Et, bien à son naturel – n’oublions pas que Papy Kake reste Chef de l’Ordre et de la Justice, ce qui implique la défense de la Constitution du Shukaï ! – le vieux briscard se devait d’être méfiant quant à cette remarque. Quoi : est-ce là une critique ? La volonté de remettre en cause cette Organisation fondée par les Seigneurs Féodaux pouvait facilement être cause de tyrahison ; et naturellement punie de la plus grave des sanctions. Autant dire que, par cette seule proposition à la réflexion, le Capitaine du Jôhô se jetait hasardeusement dans un débat qui pourrait lui coûter très cher … .

~ Ce genre de propos est loin d’être une blague … ou même un amusement ! Le Triumvirat a été pensé, fondé et institutionnalisé par la volonté des puissances féodales qui nous soutiennent, nous financent et nous emploient. Remettre en question ce fonctionnement serait se dresser officiellement contre ce système !

En cela, Kakeshuou Samui ne faisait d’énoncer les règles. Il était capital de connaître les règles du jeu avant de se lancer dans l’exercice. Ce rapide rappel de notre vétéran de guerre démontrait qu’il savait où il mettait les pieds ; et qu’il resterait l’éternel défense d’un idéal recherchant la Paix et l’Harmonie des Nations.
Mais, comme le suggérait son collègue, cela n’empêchait pas un débat philosophique sur la meilleure forme de gouvernement. Et même si Homura y donnait une résonnance encourageant un changement concret et radical des choses, cela ne signifiait pas la volonté de mettre à bas le Shukaï ; ou même de réaliser ce projet un jour ! La question était simple : que penser d’un homme qui restait essentiellement dans l’Ombre, alors qu’il avait la charge et la responsabilité de l’Armée de l’Alliance ? Et le fait de confirmer les pouvoirs de l’ensemble de l’Armée entre les mains d’un seul homme était-il le choix le plus judicieux ?

En ce qui concernait notre quinquagénaire, les choses étaient ainsi faites. Il ne pouvait retenir ce sentiment amer vis-à-vis de cet individu, qu’il avait vu apparaître, grâce aux appuis d’un Seigneur féodal. Alors que le système voulait accorder plus d’importance au Bras-Droit pendant d’éventuelles absences du Capitaine, Setsuna Nakagawa s’était retrouvé mis au ban par l’arrivée impromptue d’un mystérieux Suoh, connu ni d’Adam ni d’Eve. Rien qui ne plaise vraiment au vieux soldat, attaché à son ancien compagnon d’arme – l’un des rares Kaguya qu’il était parvenu à apprécier !
La réponse devait donc être ambigüe : à Homura de l’analyser à sa façon ; et d’en tirer les conclusions qu’il souhaitait.

~ J’ai des raisons d’être inquiet de la présence – ou de l’absence ! – de ce Suoh. On ne sait rien de ses capacités, aussi bien guerrières qu’administratives. Il a été introduit par un Daimyo, sans que cela ne respecte la hiérarchie du Triumvirat … . Et son absence récente ne plaide pas en sa faveur … . En revanche, le système du Triumvirat fait reposer la responsabilité militaire sur les épaules du Chef du Buki, en sachant bien que ce dernier est sous la surveillance et le contrôle direct du Triumvirat. On a la chance d’avoir des têtes pensantes ayant prévues ce genre de situations, je suppose … . Tu vois une meilleure configuration, qui garantirait l’équilibre des Sections ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Sam 10 Jan 2015 - 22:36

Plus Homura entendait le vétéran débitait son flot de paroles et plus il avait ennvie de lui fendre le crâne avec Kuraï. Est-ce que cet homme se rendait compte à quel point il pouvait paraitre prétentieux, démesurément autoritaire voir prétentieux lorsqu'il s'adressa à lui comme pour le rappeler à l'ordre, comme si un Capitaine avait le pouvoir pour faire cela à l'un de ses deux collègues sur la base d'une simple question que seule les plus autoritaires des dirigeants pourraient qualifier d'emblée de traitrise envers l'Alliance. Et si le Jisetsu ne put s'empêcher de regarder fixement et avec insistance son interlocuteur tout le long de son discours, il se rappelait à quel point il trouvait que les Samui avaient toujours eu en eux cette fâcheuse manie à se croire plus nobles et donc au-dessus de la moyenne.

L'épisode de la Brume Sanglante qui avait débuté par le règne de Samui Mahan l'avait prouvé, ces gens-là étaient faits de sorte à désirer le pouvoir tout en l'exerçant avec une poigne de fer, défendant le système établi avec le même engouement. Car si le représentant de l'Ôda avait invoqué les noms des seigneurs féodaux comme pour mettre ne garde l'homme qui représentait en ces lieux le Joho, il avait omis de dire à quel point son rôle fut prédominant dans la formation de cette Constitution apparemment intouchable. Et il était temps pour le jeune homme de rappeler à son aîné qu'il ne s'adressait pas à un vulgaire laquet incapable de raisonner par lui-même malgré sa dernière question témoignant tout de même d'un certain intérêt. Mais que voulez-vous la jeunesse est ce qu'elle est.

"Prétends-tu être en mesure de me faire arrêter sur la simple base d'une question pour le moment anodine et sensée être la manifestation du dialogue entre des Capitaines avant tout égaux !? Comme tu l'as dis nous sommes dépendants des seigneurs féodaux, et par conséquent tu n'es en rien la Justice du Shûkai mais bien celui à qui ils ont délégué la tâche de rendre la Justice. Donc à par si tu as un texte en tête te rendant capable de me condamner pour avoir simplement émis l'idée que laisser entre les mains d'un seul homme le contrôle de l'armée n'était pas une chose anodine, et bien je t'en prie fais-le."

A cet instant le Capitaine du Johô tendit les bras dans la direction du Samui comme pour lui demander implicitement de lui passer le chaînes. Un geste symbolique mais non pas anodin puisqu'il révélait une certaine tension impalpable jusqu'alors entre les deux dirigeants de section. Puis sans même attendre la réaction du vieux combattant, celui qui aurait put être son fils tant leur écart d'âge était élevé poursuivit en tâchant encore une fois de garder son calme.

"Je n'ai pas oublié que c'est également toi qui a conseillé les différents Daimyo quant à ma nomination au poste de Capitaine et je t'en remercie. Cependant comme tu me l'as toi-même permis, je suis désormais un Capitaine à part entière et en tant que tel je te demande si tu es ouvert au dialogue ou si ton autoritarisme t'empêche d'avoir assez d'ouverture d'esprit pour enfin donner un sens autre que la simple gestion à ce Triumvirat ?"

Le déserteur de Kiri avait dit ce qu'il avait à dire et était résolu à ne pas se laisser marcher sur les pieds par celui qui l'avait effectivement mis à ce poste de par son rôle de conseiller proche des véritables maîtres du Shûkai, mais qui commençait peu à peu à se confronter au revers de la médaille. 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Sam 17 Jan 2015 - 4:07

~ Il serait peut-être bon que tu te cures les oreilles, tu ne crois pas … ?

La réponse, sur un ton sec – presque autoritaire – avait eu le mérite de casser l’élan d’une conversation partant d’emblée en cacahuètes. Partant sur une simple supposition, le Capitaine du Jôhô s’était soudainement senti menacé, le menant à un état de paranoïa avancé, ce qui lui donnait visiblement le droit de parler à son collègue avec une telle fureur … ! Mais on ne la fait pas à un homme qui a lui-même appris au singe comment faire des grimaces ! Il avait déjà affronté maintes situations, qu’elles soient en combat ou sur le plan diplomatique – toutes difficiles à défendre et à maintenir. Il s’en était sorti à chaque fois ! Ce n’était donc pas un membre du Triumvirat sur la sellette qui allait lui donner des leçons de conduite !
Après cette phrase directe et sévère, le quinquagénaire espérait bien reprendre la main sur une discussion envoyée dans les cordages … .

~ Pour commencer, je te ferais remarquer que je n’ai fais que te conseiller à ne pas répéter ce genre de propos ailleurs. Nous ne décidons pas des lois et de la constitution de cette Alliance. Nous sommes avant tout des militaires ; des pions à sacrifier pour les intérêts de nos employeurs. Nous n’avons – par définition – pas à discuter les choses … . Rien de plus … . Libre à toi d’aller agiter tes idées en public et de te faire pendre … .


Voilà déjà qui méritait d’être clair. Malgré son dogmatisme, Kakeshuou Samui n’avait jamais été contre la liberté d’opinion et d’expression, dans les conditions absolues qu’elles ne menacent ni la réussite d’une Mission, ni la stabilité politique d’un Village Ninja. En l’occurrence, discuter entre Capitaines sur des idées philosophiques ou à l’amélioration du monde n’était pas un mal ! C’était d’ailleurs la preuve qu’ils recherchaient des solutions, des améliorations à apporter ; la volonté de contribuer directement à la progression d’un système innovant, dans une Alliance encore fraîche et avide de solutions adéquates.

~ Et tu fais bien de rappeler ce « coup de pouce » que j’ai opéré pour ta carrière. Même si je me fiche d’une quelconque reconnaissance, j’attends quand même un minimum. Du respect ? par exemple … ? A moins que mon « autoritarisme » n’en demande trop ? …

Une nouvelle remarque qui rappelait bien le caractère trempé de notre homme. Oui, par son âge, son expérience et son comportement exemplaire, le quinquagénaire s’était fait des relations parmi les têtes pensantes du Pays. Mais cela ne lui faisait pas oublier sa place : il restait avant tout un soldat, et s’en réclamait malgré son grade. Toujours en première ligne lors des affrontements majeurs, prêt à donner de sa personne et à se faire saigner si un quelconque gain peut permettre la réussite de son camp.

Maintenant que les choses étaient mises à plat, restait encore cette conversation. Kakeshuou Samui n’avait aucune raison de s’y opposer, mais il restait curieux ! Dans aucune structure à fondement démocratique quelqu’un n’aurait-il eu l’idée de placer l’ensemble des effectifs militaires sous le commandement d’un seul. Evidemment, il fallait considérer que le Triumvirat avait la main sur ce seul Capitaine ; et que ce dernier n’était que Général en cas d’invasion ou d’intervention militaire majeure. Devait-on donc vraiment craindre cela … ?
Mais, pour le plaisir du débat, le vieux soldat était prêt à discuter des choses, et voir ce qui pourrait être changé. On ne parlait pas transformer le système ! mais de voir si ce dernier ne pouvait pas être optimisé, par une nouvelle approche en particulier sur le plan militaire … .

~ Pour l’instant, un bon équilibre existe entre les Sections … . Je vois difficilement comment un nouvel équilibre pourrait être établi ! D’autant que le Capitaine Suoh n’est qu’un remplaçant ; et j’ai bon espoir que le Capitaine Kaguya reviendra rapidement dans ses fonctions … . Mais tu as certainement une idée sur un possible changement … ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou) Mer 21 Jan 2015 - 4:49

Le vieil homme était habile mais aux yeux d'Homura il restait bien trop sûr de lui. Surtout lorsqu'il remettait en cause son attitude. Car si il est vrai que le Capitaine du Johô n'y était pas allé avec des gants, son collègue avait vite oublié ses précédentes paroles dont l'aspect exclamatif et cassant faisait bien plus penser à une sévère mise en garde, voir une menace, plutôt qu'à un simple conseil. Ainsi aux yeux du Jisetsu ce retournement de situation de la part du Samui était un peu trop facile pour être réellement crédible. Et il ne se gêna pas pour le lui dire alors qu'il arborait un léger sourire en coin. Ce sourire n'étant pas vraiment provocateur mais plutôt l'expression d'un certain amusement qu'il ne pouvait se permettre d'exprimer par le biais d'un rire. Après tout ils se devaient tous les deux d'avoir un minimum de respect pour l'autre, autrement il y aurait du soucis à se faire sur l'organisation militaire du Shûkai puisqu'elle était sous la direction de ces mêmes hommes.

"Tu as une bien curieuse façon de conseiller un autre Capitaine Kakeshuou. Vu que je t'ai demandé cela privée je doute que tu puisses m'accuser de jouer les agitateurs, ne sombre pas dans l'exagération. Comme tu l'as dit tu représentes tes employeurs qui ont choisi de résister face à l'oppression des villages cachés en s'unissant. Alors je te conjure de garder cette sévérité extrême dans tes souvenirs d'ancien kirijin. L'Alliance est très loin d'être la Brume Sanglante."

Puis il se dirigea en direction de la sortie pour finalement se retourner et dire une ou deux dernières choses avant de prendre congé de cet individu exécrable à ses yeux.

"J'ai eu le même respect que celui que tu as bien voulu me donner il y a quelques instants à peine. Quant à ton autoritarisme, n'accepter qu'une seule manière de penser sans même être ouvert ne serait-ce qu'à un petit débat sur une question ne le remettant pas vraiment en cause, effectivement c'est une attitude relevant d'un autoritarisme exacerbé. Mais en ma qualité de Capitaine je me dois également de respecter nos coutumes, voilà pourquoi je pense qu'il nous faudra attendre notre autre collègue avant de se lancer dans un tel sujet. Sur ce je te présente tous mes respects en espèrent que notre prochaine conversation soit plus détendue que celle-ci."

Effectivement il avait omis de répondre à la question du Capitaine de l'Ôda. Volontairement puisqu'il était évident que débattre avec un homme si intolérant n'était pas la meilleure idée du siècle. Il ne lui resta plus qu'à quitter la salle pour s'en retourner tranquillement à ses actes de félonie dont aucun shinobi du Shûkai n'avait encore connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
 

Entre idéalisme et faux-semblants (PV Samui Kakeshuou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-