N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 60
Rang : C+

Message(#) Sujet: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Mer 7 Jan 2015 - 21:33

Une nouvelle journée à ne rien faire. Ce n'est pas que je passais mon temps à glander au Shukai mais je n'avais pas vraiment de mission à faire, je comptais en demander une prochainement mais je souhaitais encore poffiner mes techniques et m'entrainer un peu pour ne rien laisser aux hasards. Mes anciennes compétentes oubliées pendant mes nombreuses années sabbatiques de Shinobi avaient fini par revenir et j'étais fin prêt à servir le shukai. Je voulais effectuer des missions, progressés encore un peu et ainsi pouvoir rejoindre l'une des trois sections, je ne savais pas encore laquelle et je voulais diverses autres choses. Mais il ne suffisait pas de vouloir, il allait falloir que j'agisse et c'est ce que je faisais en passant mes journées sur le terrain d'entrainement à m'exercer d'arrache-pied

Aujourd'hui donc, je ne faisais rien de spécial j'allais m'offrir un peu de temps libre pour moi et aussi faire quelque course. Eh oui, la vie d'un Shinobi ce n'est pas forcément que de la baston, il faut aussi faire ces taches ingrates de la vie courante, rien de bien héroïque je sais. C'est donc en début d'après-midi que j'avais quitté mon domicile, ma bourse dans la poche car je ne tenais pas à me la faire voler ( on n'est jamais trop prudent) et j'avais marché dans direction des commerces d'un pas las. La motivation n'était pas en moi mais vraiment pas. J'atteignais assez rapidement mon objectif et je faisais quelque magasin remplissant ainsi mes sacs et mon garde-manger, négociant le prix d'un kilo de tomate et en me promenant un peu. Au bout d'une heure voire plus, alors que je me décidais à emprunter le chemin du retour. Alors que je passais dans une rue calme des quartiers résidentiels, il me semblait entendre un bruit derrière moi et par instinct je me retournais. Il n'y avait strictement personne, c'est surement mon imagination qui me joue des tours et pourtant, j'avais vraiment l'impression d'être suivi. Je continuais d'observer ce long puissant ainsi que l'arbre planté derrière. Il n'y avait définitivement rien et tandis que je me retournais pour reprendre à nouveau ma route, quand j'entendais un nouveau bruit. Non mais je n'étais pas paranoïaque, quelqu'un me suivait ! Soupirant un grand coup et restant vigilant je me retournais totalement et je ne bougerais pas jusqu'à ce que celui qui me file daigne sortir de sa cachette.

"Qui est-là? Je sais qu'il y'a quelqu'un. "

celui qui avait osé me prendre en filature allait entendre de mes nouvelles croyez-moi. Surtout que je n'avais rien fait de mal si ce n'est faire des courses. Je vous jure, où va le monde. Je croisais les bras contre mon torse, mes sachets toujours à la main en tapotant nerveusement du pied tout en gardant un regard faussement méchant.



Dernière édition par Samui Akio le Ven 16 Jan 2015 - 0:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Jeu 8 Jan 2015 - 10:15

Aujourd’hui était une belle journée ! Il faisait beau, relativement chaud pour l’époque. Une petite brise venait cependant, de temps à autre, vous glacer le sang. Le jeune Hiko, qui n’avait pour une fois rien de prévu aujourd’hui, avait décidé qu’il était temps pour lui de remplir son réfrigérateur. Bah ouais ! A force de manger au restau de nouilles tous les midis et tous les soirs, l’enfant n’avait quasiment plus de sous à la banque. Bien que faisant de nombreuses missions, ces dernières ne lui rapportaient pas énormément de ryos car les missions n’étaient pas d’un niveau très élevé. Non mais sérieusement ?! Hiko se dépensait au moins autant que les autres shinobis et il recevait moins. Cela lui avait pas plu, mais alors pas du tout ce matin et il avait tapé avec son pied contre sa petite comode où se trouvaient ses vêtements.

Quel idiot ! Il s’était fait mal et avait passé les cinq minutes qui suivirent recroquevillé sur son lit à pleurer à chaudes larmes car son pied le lançait fortement… Quelle gaminerie ! Hiko, séchant ses quelques larmes de crocodiles, était maintenant calmé et il se raisonna en se disant qu’il avait déjà de la chance d’avoir collecté autant d’argent à son jeune âge. Bon après il avait déjà quasiment tout dilapidé mais ça c’était une autre histoire ! Enfilant son pantalon noir souple, son t-shirt nacré ainsi qu’un gilet de couleur sombre, il était prêt à partir. Enfin pas tout à fait… En quittant son logement, il prit son écharpe grise qu’il enroula autour de son cou. Prenant bien soin de verrouiller sa porte avant de partir, il se dirigea donc d’un pas enjoué vers la supérette du coin. Elle n’était pas très loin, et ses camarades de l’académie la lui avait recommandée.


« J’espère qu’ils ont des bonbons… »



Entrant dans le magasin, le jeune Hiko s’étonna du monde qu’elle renfermait. De nombreuses personnes, principalement des femmes, s’y trouvaient. Elles s’affolaient dans tous les sens comme si elles avaient le diable aux fesses. Non mais sérieux ?! Le jeune shukaijin n’aimait pas trop la foule mais il fit quand même ses courses…

Après une bonne vingtaine de minutes et un panier plein, le garçon arriva à la caisse. Lorsqu’il vit défiler les articles il eut alors un grand sourire, que ne comprit absolument pas la caissière. En effet ! Le jeune Sairyo avait fait des courses conséquentes mais dans son panier, se trouvaient principalement : des bonbons à la fraise, des batons de réglisses, des shurikens en chocolat… Enfin je vous fais pas un dessin vous avez compris ? S’en tirant pour une coquette somme, Hiko regarda le fond de son portemonnaie et fit la moue… Il n’avait plus assez de sous pour aller se payer un bol de ramens, et aujourd’hui le patron n’était pas là… Ce qui voulait dire que c’était l’employé qui le servirait et ce dernier ne lui faisait jamais don d’un repas… Alors qu’il se lamentait sur la pauvreté de son portemonnaie, Hiko vit un jeune garçon, légèrement plus vieux que lui, passer devant lui les bras chargés de courses. Il ne l’avait jamais vu. Sa chevelure blonde et sa taille laissait supposer qu’il n’avait pas encore atteint l’âge de raison.

Le jeune Hiko le regarda alors pendant quelques instants, puis il eut une idée. Il fourra alors tous ses achats dans son sac à dos et commença à suivre le blondinet. Chargé comme une mule, il n’avançait pas très vite. Hiko le suivait des toits, son lieu de passage favori à vrai dire. Et puis, au bout d’un moment, il se dit qu’il était temps et qu’il ne risquait pas grand-chose à rencontrer un adolescent, même si ce dernier était un peu plus vieux que lui. Il laissa donc tomber un kunai à un endroit, derrière le jeune blond. Ce dernier se retourna instantanément mais ne vit rien, ce qui arracha un sourire au jeune Hiko. Le Sairyo s’était alors déplacé et mit à la hauteur du blond. Il lança ensuite une pierre au même endroit d’où était venu le bruit de tout à l’heure. Cela eut pour effet d’agacer l’adolescent qui dit qu’il savait qu’il y avait quelqu’un.

C’est le moment que Hiko choisit pour sauter et attérir juste devant le blond afin de lui filer les pétoches. Bien sûr, en arrivant sur le sol, le jeune Hiko ne put s’empêcher de lui crier…


« BOUUUUH ! Ahahaha ! »

Cette blague l’avait fortement amusé. Il se tordait de rire en voyant l’expression de surprise du blondinet. C’est alors les larmes aux yeux qu’il lui dit, le plus naturellement du monde.

« Ahahah ! Désolé, je voulais faire une entrée remarquée. Moi c’est Hiko, et j’accepte volontiers que tu m’invites à déjeuner chez toi ! »

Alors là, si c’était pas de l’incruste… Cependant, ce n’était pas méchant en soi, c’était juste la façon d’être du jeune shukaijin. Il était innocent et pur, et pour lui, se faire inviter chez les gens était quelque chose de normal. C’est donc avec un grand sourire scotché sur son visage que le jeune Hiko attendit la réponse du blondinet. Allait-il réagir positivement ou se braquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 175
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Ven 9 Jan 2015 - 4:24

†Une faim d’amitié†





La journée avait belle et bien commencé. Je me promenais comme à mon habitude dans les ruelles des quartiers résidentiels, essayant chaque jour de mémoriser une partie. C’était le travail quotidien qu’un aveugle devait entreprendre pour pouvoir se déplacer seul dans une cité aussi immense qu’était le Shozaichi. Le vent y était frais comme au début de l’hiver, je sentais sa douce caresse sur mon visage. Je sentais la matière rigide des édifices effleurer ma peau, essayant de capter chaque imperfection chaque détail me permettant dans un futur proche la possibilité de développer mes sens. Cela n’était pas une entreprise d’un jour. Repérant et mémorisant les lieux pendant une bonne petite heure, l’heure du déjeuner avait vite fait sonner son glas. Me dirigeant tout naturellement vers le forum de la cité, là où se trouvaient les points de vente, d’un pas tonique, et affamé, je me dirigeais vers ces derniers. Arrivée devant une vitrine de ramen, la salive dégoulinant de la bouche, je laissais s’échapper un bruit incompréhensible, mêlé au bruit de mon estomac.

«JJJJJJj’aiiiiii FFFFAAIImmmm !!!!»


La faim emportait avec elle tout trace de modernisation et de socialisation. J’étais comme une bête en cage qui cherchait sa proie. Après quelques minutes passées à choisir le meilleur et le moins chers parmi les commerçants, je décidai de retourner vers les quartiers résidentiels, là où il faisait bon vivre, sans trop de bruit parasite. D’une main mes Sacher de course, et surtout mon repas, et de l’autre les murs caressant ma peau, au fur et à mesure que je faisais un nouveau pas vers ma direction, je pouvais sentir la douce odeur du repas que je transportais. Après quelques minutes de marche dans les quartiers résidentiels, je commençais à entendre des bruits de pas, accompagnés par des voix mélangées de deux individus. Ces dernières augmentèrent en fréquences au fur et à mesure que j’avançais, jusqu’à reconnaître la voix d’une personne familière. Prenant la prochaine a droit, j’avançais encore et encore jusqu'à percuter en douceur le corps menu du jeune Hiko. Tout naturellement, je savais que j’étais arrivée au près deux. M’excusant pour mon entrée un peu fracassante, je sentis une légère douleur au coude. J’avais dû malencontreusement et involontairement touché le crâne du jeune homme. Il était si petit, et moi qui étais aveugle, il ne pouvait pas du tout m’en reprocher les faits.

«Salut Hiko !!!! sA VA ? Alors toujours en train de faire des farces ?»


Tout en dirigeant mon regard vers l’inconnu, je continuai tout naturellement :

«Bonjour, je m’appelle Mamoru Ando, enchanter !»


M’adressant de nouveau au groupe, en mon inhabitude, je finis :

«Dit cela vous dirais de manger ensemble, je connais un endroit très plaisant!»


Ce n’était du tout pas en mon habitude, mais je n’avais réellement pas envi de manger seul aujourd’hui. Et puis un peu de compagnie ne me ferais pas de mal !

©Mamoru Ando.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 60
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Ven 9 Jan 2015 - 10:38

La première fois, lorsque j'avais entendu un bruit je n'avais forcément regardé à mes pieds étant simplement persuadé que celui qui me suivait manquait tout simplement de discrétion sans me douter une seule seconde qu'il voulait que je le remarque, justement. Ne trouvant rien, je me disais que je devais être paranoïaque, que ce n'était qu'un oiseau dans l'arbre ou un chat qui fouille les poubelles mais à peine je reprenais mon chemin où'un nouveau bruit survint. Soit celui qui me pisait était vraiment, mais vraiment nul soit il jouait avec mes nerfs. Et des nerfs, je n'en ai pas beaucoup, cette situation commençait à m'agacer. Qui diable suit un adolescent qui fait ses courses... Il y a vraiment rien de suspect là-dedans.

Et c'est à ce moment précis que quelque chose tomba juste devant moi. Enfin quelqu'un plutôt qui se posa juste devant moi. en criant L'idiot qui venait de fair ça m'avait totalement effrayé et fait sursauté manquant au passage de me provoquer un arrêt cardiaque mais surtout que je lui envoie mon sac de provisions en pleine figure voir qu'un coup de défense part tout seul. Ce n'était finalement qu'un enfant, enfin un adolescent je dirais. Je ne saurais pas trop dire mais enfant ou pas, celui-ci m'avait volontairement fait peur et il osait se moquer de moi et en rire à en pleurer? Je devais me faire violence pour ne pas lui coller mon pied au derrière.

"Non mais ça va pas ?!"

J'allais râler un petit coup, c'était le moins que je puisse faire pour remettre ce garnement à sa place. Et pourtant je n'y arrivais pas, il me faisait penser à moi il y a quelques années qui m'amusaient à embêter les autres membres de mon clan. Mais je ne le faisais pas à des inconnus moi. Je soupirais en l'entendant s'excusait avant de préciser qu'il voulait faire une entrée remarquée. Il avait réussi pour l'avoir remarqué, je l'ai remarqué il n'y a aucun doute dessus. La suite m'étonna davantage. Je ne rêvais pas, ce petit monstre était en train de s'inviter chez moi . Il n'avait pas de parent pour lui faire à manger ou des sous pour aller s'acheter un bol de ramen . Je ne me posais pas trop de questions, ça ne me regardait pas vraiment mais même s'il m'avait "brusqué" je ne pouvais pas le laisser sans manger.

"Moi c'est..."

Je fus alors interrompu par l'arrivée assez brusque d'un autre homme qui percutait le petit Hiko comme s'il ne l'avait pas vu. J'arquais un sourcil en serrant toujours fermement mes paquets de provision. Visiblement, il le connaissait ce qui était un bon point. Il était peut-être de sa famille, je n'en sais rien après tout je ne connaissais pas encore grand monde au Shozaichi. Il se présentait alors et hochant la tête avant de bien replacer mon chapeau sur mon crâne, j'entreprenais de lui répondre en espérant qu'une nouvelle personne ne nous rejoindrait pas de manière aussi original qu'eux l'avait fait.

"Je suis Akio"

Je ne précisais pas de quel clan je venais. Pas que j'en ai honte et qu'il y ait une raison particulière mais je n'en voyais pas l'intérêt. Et voilà que ce nouvel arrivant, Ando semblait aussi affamé qu'Hiko même si au moins lui, il ne s'invitait pas seul. Que répondre, un repas en compagnie d'autres personnes ne me ferait pas de mal et j'adorais la compagnie. La tension maintenant redescendue j'étais même content qu'on me le propose.

"Il faut croire que tu ne viendras pas manger chez moi aujourd'hui Hiko"

Je lui souriais, même si sa façon de s'inviter était très impoli il était encore jeune et je n'étais pas vieux, je comprenais donc que le naturel vienne vite au galop et même si mon coeur avait manqué de s'arrêter, je n'étais pas vraiment chiant et c'était même plutôt mignon. Je me laissais vraiment trop facilement attendrir.

"Je t'invite pour me faire pardonner. Par contre je dois juste aller déposer mes courses mais j'habite vraiment à deux pas d'ici."

J'avais envie de me montrer gentil Avec Hiko, allez savoir pourquoi et puis je me disais que s'il voulait manger chez moi, c'est qu'il ne devait pas avoir de quoi se payer un repas. Libre à eux de m'accompagner ou non, c'était comme il le voulait. Le quartier Samui n'était plus très loin et j'habitais dans l'un des premiers logements donc vraiment près, je rejoignais donc mon domicile et y rangeais rapidement mes courses pour ne pas trop les faire attendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Ven 9 Jan 2015 - 13:25

Là on pouvait vraiment dire que sa blague avait fait mouche. Le jeune Hiko, en se jetant juste devant le blondinet, avait provoqué chez ce dernier une telle stupeur qu’il essaya d’asséner un coup avec le sac qu’il portait à la main droite. Hiko, tout en rigolant, esquiva de manière relativement simple ce réflexe et continua de rire. Il ne pensait pas que cette blague lui aurait fait autant de bien au moral. Alors qu’il s’était maintenant calmé, le blondinet s’apprêta à lui dire, à son tour, son nom. Mais quelque chose d’inattendu se déroula et le jeune Hiko fut déstabilisé, au sens propre, comme au figuré. En effet, il venait de perdre l’équilibre et s’était retrouvé sur les fesses. Quelqu’un l’avait percuté et il avait reçu ce qui ressemblait à un coup de coude au niveau de la pommette gauche…

Ronchonnant en se relevant, le jeune Hiko remarqua tout de suite les vêtements de celui qui venait de le bousculer… C’était Ando ! Ni une, ni deux, le jeune shukaijin rétorqua avec une moue qui faisait contraste avec son sourire de tout à l’heure…


« Non mais Ando tu pourrais faire un peu attention hein ! J’étais là, sur ta route, devant toi ! Ouvres les yeux un peu ! »



Hiko ronchonnait, mais c’est lorsqu’il dit cette dernière phrase qu’un déclic se produisit dans son esprit. « Ouvres les yeux un peu »… Il avait dit ça. Oui oui, vous ne rêvez pas, il l’avait bien dit. Mais ça, vous me direz, ça peut paraître banal et sans importance… Le dire à une personne aveugle par contre… Bah oui, un aveugle ça peut pas voir par définition, du coup lui dire ça c’était vraiment pas malin. Cependant, au lieu de se sentir honteux et de se répandre en excuses plus bidons les unes que les autres, le jeune Sairyo commença à sourire en demi-teinte… Puis son demi-sourire se transforma en un sourire franc qui fut suivi par quelques éclats de rire ! Prenant sa respiration entre deux exclamations de joie, le jeune Hiko se frotta les yeux pour faire disparaître les quelques larmes qui s’y étaient installées. Il dit alors d’une voix amusée, sans une once de remord…

« Ah ! Désolé Ando j’avais oublié que t’étais aveugle ! Mais en tout cas, tu m’as fait bien mal ah ah ah ! »

Il l’avait dit avec une voix tellement innocente qu’il paraissait presque impossible qu’il ait voulu se moquer du Mamoru en lui disant de regarder devant lui… Se relevant gracieusement, le jeune Hiko entendit alors le blondinet annoncer son nom, il s’appelait Akio. Drôle de prénom pensa Hiko mais soit, désormais qu’ils se connaissaient ils pourraient aller déjeuner. Cependant Ando proposa d’aller dans un restaurant qu’il connaissait qui proposait de bons petits plats, Hiko hésita. Les provisions qu’Akio venait d’acheter semblaient super bonnes et il avait vraiment envie d’y goûter mais dans un autre sens il ne pouvait pas abandonner Ando. Et c’est alors qu’Akio lui dit qu’il lui payait le restaurant.

Il n’aurait pas pu imaginer faire plus plaisir au gamin de 13 ans. Son visage s’éclaira et il sauta presque sur place tellement il avait hâte d’aller déjeuner. En plus c’était pas lui qui payait alors je vous laisse imaginer tout ce qu’il allait commander, même s’il n’arriverait sans doute pas à tout finir. Ils suivirent donc le blondinet jusqu’à sa maison et l’attendirent pendant que ce dernier rangeait ses courses. Une fois que le blondinet était revenu, Hiko mit une tape amicale dans le dos de Ando et lui demanda alors d’une voix surexcitée.


« Bon alors copain, on va où ? J’ai trooooop faim alors que j’espère que c’est pas très loin hein ! »

Il regarda Akio et lui fit un clin d’œil plein de malice… La note allait être salée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 175
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Dim 11 Jan 2015 - 21:22

†Un malentendu†





La situation avait un peu dérapée. Je pense que dès le départ mes paroles avaient été mal comprises ou mal interprété. En aucun j’avais proposé d’aller manger dans un restaurant tout ensemble. Ma proposition faisait état d’âme d’un pique-nique tout à fait normale étant donné que nous avions tous, sauf le jeune Hiko, profiteur comme d’habitude, des portions de nourriture très appétissante les unes des autres. Je comptais me poser dans un endroit calme et paisible pour déjeuner, et non dans un restaurant rempli de personne. Enfin bref, voyant la joie du jeune ninja, et de la tournure que prenaient les choses, je n’avais pas d’autre choix que de m’y résigner. Donc, vous n'imaginez pas ma tête lorsque le Sairyo, me demandâtes si l’endroit que j’avais choisi pour les emmener n’était pas trop loin… je n’en avais aucune idée… Franchement. J’avais pu prévoir cette question tout au long du trajet, et commencer à chercher un endroit calme et paisible ou l’on pouvait déjà, non loin de notre position, de surcroît. J’étais resté muet durant tout le trajet.

«Heuu oui oui ne t’inquiète pas ce n’est pas bien long.»


En au complet, apposant ma main sur les rebord du mur se trouvant sur ma droite, je me dirigeais vers un endroit encore inconnu. Je ne savais pas du tout où aller. Tout en marchant, j’eus l’idée d’un magnifique restaurant, paisible et très chaleureux. Je m’y étais rendu qu’une seule fois et cela serait une belle occasion de partager ma seconde visite avec mes nouveaux camarades. Un endroit où il servait les meilleures ramen de la ville. Ce restaurant bénéficiait d’une source d’eau très Fen Shui, très relaxante et apaisante. Un vert pâturage était disponible au client derrière le magasin pour qu’il puisse se reposer et discuter sans problème. Il n’était pas bien cher et pas très loin des quartiers résidentiels. Après quelques minutes, nous arrivions enfin devant la pancarte du fameux restaurant. Je pouvais d'ores et déjà sentir le bon parfum des ramen chaud.

«Voilà nous y sommes.»



©Mamoru Ando.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 60
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Ven 16 Jan 2015 - 0:40

La blague du jeune Hiko était selon moi de très mauvais coup mais peut-être était-ce car cette fois-ci, j'étais moi-même la victime de cette farce. Il n'y a pas si longtemps c'est moi qui m'amusais à enquiquiner les autres. En fait... Je devenais râleur, j'allais surement faire partie de ceux qui vieillissent mal, qui grinche et qui devienne sénile. Je voulais rester jeune toute ma vie moi ! Enfin soit c'est la vie mais je ne parvenais donc au fond de moi pas à en vouloir à petit Hiko (c'est plus fort que moi faut petit devant sinon ça me perturbe...) même si j'étais vexé de m'être effrayé en manquant presque de lui coller un coup de sac en guise d'autodéfense. Peu efficace je dois bien avouer. De toute façon, je m'imaginais assez mal le sermonner alors que je devais avoir moins de cinq ans de plus que lui à tout casser, j'allais plutôt me présenter avant d'être interrompu de manière brusque par un inconnu qui fonçait droit sur Hiko. Je l'avais vu venir mais je ne m'étais pas alarmé en pensant qu'il nous contournerait plutôt que rentré directement dans le pauvre petit Hiko qui en perdit l'équilibre et tombait sur les fesses avant même que je n'ai le réflexe de le rattraper. Mais c'était quoi le souci de l'inconnu, je le toisais alors du regard en attendant des explications alors que celui-ci parlait avec Hiko comme si rien ne c'était passé.

Au moins ils se connaissaient. Hiko quant à lui se redressait affichant une moue à vous en fendre le coeur avant de râler contre le fameux Ando qui c'était présenté. Il n'avait pas vraiment tort mais pour une raison que j'ignore le petit se mit à rire avant de s'excuser de sa dernière phrase le dit Ando étant aveugle. Attendez aveugle . Tout s'expliquait dans ce ça mais je n'étais même pas sur de l'avoir remarqué. Je me décidais à me présenter aux deux garçons me faisant face en leur indiquant mon prénom avant d'accepter la proposition de repas d'Ando qui proposait de nous conduire dans un super restaurant, je proposais alors à Hiko de lui payer le repas par générosité tout en me promettant de l'inviter à manger un jour. J'étais bon cuisinier depuis mon époque civile dans laquelle je rêvais d'ouvrir mon propre restaurant avant de me raviser et de reprendre mon destin en main. Enfin bref. J'étais content de faire plaisir au jeune garçon qui semblait littéralement heureux de cette invitation. Je devais vraiment être moins attendrissable pour un rien. Je devais juste aller ranger mes provisions ce que je fis avant de retourner auprès de mes nouveaux camarades de repas. Hiko demandait alors à Ando si ce n'était pas trop loin. Je n'avais pas forcément fin mais à mon avis j'allais surement pleurer autant que mon porte-monnaie allait pleurer avec Hiko. À mon humble avis j'allais prochainement devoir effectuer des missions.

"Et bien allons-y alors."

Ando approuvait le fait que ce ne serait pas long mais je ne saurais l'expliquer, je ressentais comme une hésitation dans sa voix. Rien de bien grave surement. Je suivais silencieusement Ando lui jetant des regards tantôt à lui, tantôt à Hiko qui semblait représenté la joie en personne. Il nous emmenait alors devant un restaurant assez attirant mais dans lequel je n'avais jamais mis les pieds. C'était donc le moment idéal, j'entrais dans l'établissement et allais m'installer avec mes deux camarades attendant pour commander en priant que Hiko ne me ruine pas mais je pouvais bien rêver. Pour ma part j'allais simplement me contenter d'un bol de ramen n'ayant pas forcément très faim mais cela ne semblait pas forcément le cas des deux autres et cela allait être une bonne occasion de faire connaissant.

"Pas mal comme restaurant."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Ven 16 Jan 2015 - 11:40

Enfin ! Ils étaient arrivés dans le restaurant vers lequel les avait orienté le jeune Ando. Hiko ne le connaissait pas. Il fallait dire qu’il ne connaissait pas beaucoup de restaurants au sein même de la capitale, allant toujours chez son vendeur de nouilles préféré. Il adorait les nouilles là-bas, le chef avait une recette bien spécifique pour leur donner une saveur à en faire manger un anorexique. Bref, aujourd’hui il avait l’occasion de découvrir une nouvelle cuisine, peut-être même de nouveaux plats alors il était tout excité. De plus, il était en compagnie d’une personne qui l’invitait à déjeuner et d’Ando, un autre genin du Shûkai avec lequel il avait fait une mission. Ne connaissant pas l’inconnu, le jeune Hiko se décida alors à s’y intéresser de plus près.

Après avoir pris place autour d’une table de forme circulaire au fond du restaurant, le jeune Hiko commença à observer silencieusement le blondinet. Pendant que la serveuse, plutôt jeune et bien développée pour son âge, leur donnait des cartes. Hiko analysa ses mimiques, il semblait ne pas être beaucoup plus vieux que lui, peut être deux ou trois ans au maximum. Cependant, il n’avait pas la même joie de vivre que le jeune Sairyo. Non, il semblait plutôt agacé la plupart du temps et tout à l’heure, Hiko avait pu lire une certaine appréhension sur son visage lorsque Hiko lui avait dit qu’il avait une grande faim. Il fallait le comprendre, inviter un inconnu au restaurant sans savoir quel était son régime alimentaire pouvait être risqué, et le jeune homme à la chevelure blonde allait vite s’en apercevoir. Détachant ensuite son regard du blond pour ne pas paraître impoli à ses yeux, il porta alors son attention sur la carte, il y avait plein de choses qui lui faisaient envie et en plus il avait faim…

Lorsque la serveuse revint, il attendit que ses partenaires de repas aient fini de commander pour lui faire un grand sourire plein d’innocence. Il lui montra alors sa carte et avec sa main libre, il pointa successivement les choses qu’il souhaitait commander pour satisfaire son estomac ce midi.




« Bonjour madame la serveuse ! Alors moi je vais d’abord prendre un grand verre de Shino Cola ! Ensuite, en entrée je voudrais ça, et ça… Pour le plat de résistance je vais goûter ça, ça et puis un peu de ça si possible… Et puis pour le dessert on verra tout à l’heure d’accord ? »

Il lui avait fait un de ses sourires les plus francs et ses yeux se plissèrent, on aurait dit qu’il était amusé par la situation. En même temps, ce n’était pas tous les jours qu’il pouvait manger à sa faim sans avoir peur de dépenser un seul ryo. Une fois la serveuse partie, il se tourna alors vers les deux autres personnes assises à sa table. Il connaissait relativement bien Ando, pour avoir effectué une mission avec lui. Cependant, le blondinet lui était totalement inconnu.

Le jeune Hiko prit donc appuis sur ses coudes et plaça ses mains entrelacées sous son menton. Il se mit ensuite à regarder l’inconnu avec des yeux ronds. Il était curieux de connaître l’histoire du jeune garçon qui avait failli lui mettre un coup de sac sous la surprise. Et c’est donc après quelques secondes à le regarder sans aucune gêne, que le jeune Sairyo lui posa quelques questions tout en incluant aussi Ando dans la conversation…


« Alors depuis quand tu es arrivé Akio ? Tu fais quoi au Shûkai exactement ? Je ne t’ai jamais vu à l’académie… Tu l’as déjà vu toi Ando ? En tout cas merci de m’offrir le déjeuner car j’avais vraiment trop trop faim, et plus beaucoup de sous ! C’est vraiment gentil de ta part. J’ai des bonbons pour après le repas si tu veux… »

Il lui avait alors fait un grand sourire. Pour lui, partager ses bonbons était vraiment un geste de gentillesse. De plus, les questions qu’il avait posées pouvaient paraître brutes de décoffrage, elles n’en restaient pas moins innocentes. Hiko voulait simplement savoir qui était son interlocuteur. Peut-être s’y prenait-il d’une façon un peu maladroite mais une chose était sûre, il était très curieux… Et affamé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 175
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Sam 17 Jan 2015 - 5:57

†Démasqué†





O my godness, ce gamin était un vrai bouche trou ma parole. À peine soufflé et installé, que ce dernier prenait déjà commande ; Et quelle commande ! Elle devait faire la largeur de la table à lui tout seule. À l’audition de sa commande, un de mes sourcilles, bien que cacher par mon bandeau, monta d’étonnement. Comment un si petit corps, si menu, pouvait-il avaler tout cela. Il devait être dans la famine depuis des jours, ce n’est pas possible. En tout cas, ce n’est pas moi qui lui avais promis ce buffet gratuit à cette petite gratte assiette. J’avais eu la chance de connaître Hiko via une mission, et j’avais également eu la chance d’avoir été épargné par son appétit vorace et son art de ne rien payer pour cela. Je pense que je me serais ruiné en moins de deux jours avec lui comme gosse. Enfin, bref tout se déroulait bien jusqu'à présent. La serveuse qui dû aller chercher une autre feuille de commande pour moi, tant celle de mon prédécesseur, était immense, je ne fis point mon affamé. Alors, je pris quelque temps, pour décider ce que j’allais prendre. Le temps de me rappeler du menue que j’allais l’habitude de prendre.

«Alors donner moi comme d’habitude s’il vous plait»


«Qu’est ce que vous appelez « comme d’habitude monsieur » C’est la première fois que je vous vois ici…»


« oupps voilà griller »

«Et merde donnez moi un Bole de ramen.»


On venait de me prendre la main dans le sac… Quelle honte. …

vie de tristesse
amours desemparés
je vous fais voir ma faiblesse
ce que j'ai honte si vous saviez

la honte ce sentiemnt devastateur
a cause d'elle quelque fois je pleure
maintenant meme le mot me fais peur
il est pour moi synonime de douleur

la honte c'est une boule au ventre
la honte c'est ne plus pouvoir bouger
la honte c'est la peur au ventre
la honte c'est ne plus savoir articuler

la honte a cause d'elle tu te sens minable
la honte a cause d'elle tu te sens pitoyable
la honte sa te paralise
la honte finalement que voulez vous que j'en dise

la honte c'est le sentiment que j'ai le plus ressenti
j'ai un peu honte de ce que je suis
j'ai aussi honte de ce que j'était
car j'ai surtout honte de mon passé
La raison pour laquelle je décidai
De me faire un peu discret
Pour effacer ce moment passé.
Akio et Hiko, qui me riront au nez…Surement


©Mamoru Ando.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 60
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Lun 19 Jan 2015 - 17:19

Je ne connaissais pas le restaurant dans lequel Ando nous avait emmenés, pourtant j'allais souvent manger en dehors de chez moi à des endroits divers. Comme quoi le Shozaichi avait encore des choses à me faire découvrir. L'endroit était plutôt beau et accueillant et je me demandais s'il était vraiment bon marché, il avait plus l'allure d'un endroit couteux mais après, il ne faut pas se fier aux apparences cela ne voulait pas vraiment dire grand-chose. Nous allions donc nous installer tous les trois à une table et bien que je restais assez calme, j'étais content de faire de nouvelle rencontre, il allait simplement me falloir du temps pour me sentir totalement en confiance. Je n'avais pas (ou plus) la facilité d'Hiko à m'entendre aussi rapidement avec les autres et même s'ils me paraissaient tous deux forts sympathiques, je ne les connaissais que depuis moins d'une heure.

Je sentais le regard d'Hiko se poser sur moi mais je ne lui en tenais pas rigueur, il était jeune et c'était naturel de se poser des questions. Moi-même bien malgré moi je ne pouvais m'empêcher de les observer par moments, jusqu'à ce qu'une serveuse vienne nous apporter les cartes pour que nous puissions consulter le menu. Tout cela m'avait l'air pas mal vraiment, certains plats donnaient vraiment l'eau à la bouche rien qu'en y pensant. Je retrouvais finalement peu à peu mon sourire habituel, repoussant d'une main une mèche de cheveux me tombant dans les yeux et en voyant la dame revenir prendre nos commandes. Ando parlait en premier demandant le même plat que d'habitude, mais visiblement les serveuses ne peuvent pas retenir chaque client ni leur plat habituel, il dut donc lui préciser vouloir un bol de ramen. Je ne relevais même pas vraiment la scène mais Ando lui semblait vraiment gêné sans trop que je comprenne pourquoi. Je ne faisais sans doute pas assez attention au détail ou bien pensait-il qu'on le jugerait ?

"Je prendrais la même chose et un soda en boisson"

Vint à présent le tour de Hiko de commander ce qu'il souhaitait, c'est moi qui invitais il pouvait prendre ce qu'il voulait alors qu'il en profite et c'est justement ce qu'il a fait. Je manquais presque de m'effondrer en entendant l'étendue de sa commande, mais où diable allait-il ranger tout cela dans son petit corps ? Je ne me posais pas plus de question manquant de pleurer pour les blessures budgétaires de mon porte-monnaie, mais je n'en montrais rien. Cela serait fort impoli.

"Et bah... T'as de l'appétit toi"

Je l'observais donc alors qu'il se retournait vers nous et prit la position de celui qui a quelque chose à demander, la tête sur les mains et les coudes sur la table. Et c'est assez soudainement que je fus totalement assailli de questions comme mon ancienneté au Shukai, ma non-présence à l'académie et il me proposait même de m'offrir des bonbons après le repas pour me remercier de l'invitation ce qui eut pour effet de me faire rire.

"Merci c'est gentil de ta part"

J'étais toujours amusé, c'était mignon et tellement insouciant et puis moi, j'ai beau avoir seize ans, j'aime toujours les bonbons ! Je croisais donc mes bras sur la table tout en lui répondant.

"Je suis arrivé il y a peu de temps, enfin quelques mois seulement mais si tu ne m'as jamais vu à l'académie c'est parce que je n'ai pas été formé ici. Je suis devenu genin à Kiri quand j'avais environ ton âge, enfin à l'époque où il existait encore "

Je soupirais, je n'aimais pas parler de Kiri mais c'est ainsi, ce village fait partie de mon histoire et sa destruction aussi.

"Mais disons que je suis un gros flemmard et que j'ai tout stoppé pour devenir civil et vivre tranquillement et je me suis auto-foutu un coup de pied au derrière car il fallait bien que je fasse quelque chose de ma vie"

J'assumais cette partie de mon histoire et pouvais en parler sans aucune gêne. Si pour certain comme les gens de mon clan, je n'étais qu'une honte durant longtemps, je me disais que chacun pouvait mettre le temps qu'il voulait. J'étais ici à présent, je remontais la pente comme on dit.

"Et vous ? Je ne connais pas grand monde mais je présume que vous êtes aussi des Shinobi? Ça fait longtemps que vous êtes aux shukai ."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Lun 19 Jan 2015 - 18:50

Ah qu’il avait faim ! Son ventre grondait de plus en plus fort. S’il n’avait pas été un tant soit peu civilisé, on aurait aisément pu imaginer le jeune garçon avec de la bave dégoulinant de ses lèvres. Mais non, le jeune garçon savait se tenir. Il avait d’ailleurs bien réprimé sa faim jusqu’à maintenant. Pourtant, une fois entré dans ce restaurant, son ventre avait décidé de n’en faire qu’à sa tête. Tant pis après tout, ils étaient bien là pour manger. De plus, le jeune garçon trouvait ça rigolo tous les bruits que pouvaient provoquer un estomac en manque de nourriture. C’est donc patiemment qu’il attendit que le repas leur soit servi.

Akio commençait tout juste à répondre à ses interrogations. Il ne semblait pas très enchanté de parler de sa propre histoire. Hiko le comprenait. Lui non plus n’aimait pas tellement parler de son passé, il préférait aisément éviter le sujet. Une pointe de tristesse piquait son cœur à chaque fois qu’il évoquait la mort de son père… Après tout, il n’avait pas totalement fait son deuil et il n’était qu’un enfant… Il apprit donc qu’Akio venait de Kiri. Il avait appris par Demon, une personne qu’il avait rencontrée dans la forêt d’Ame no Kuni, que ce village avait été détruit suite à une attaque. S’étant quelque peu renseigné sur le sujet, il avait alors découvert qu’une poignée d’individus avaient réussi à mettre à mal le village tout entier… Monstrueux.

Enfin bref, il ne s’attarda pas sur le sujet et la prochaine phrase le fit sourire. La tête toujours posée sur ses mains entrelacées, il esquissa un sourire qui fit décaler son coude droit légèrement sur le côté. Akio se définissait lui même comme étant un fainéant de première bien qu’il s’était récemment repris en main. Le jeune Sairyo n’avait pas rencontré beaucoup de personnes ayant un jugement aussi objectif sur leur personne, il se dit alors qu’il ne pouvait être qu’un bon gars. Puis ce dernier leur posa des questions, qui étaient-ils vraiment. Le jeune Hiko releva alors sa tête, croisa les bras sur la table en imitant son interrogateur, et lui répondit avec un grand sourire.


« Ouais ! Moi ça fait que quelques mois que je suis là, mais en tout cas je peux te dire qu’Ando c’est un sacré shinobi. Il voit p’tete rien, mais en tout cas il cogne fort ahahah ! Pas vrai copain ? »

Hiko riait franchement, innocemment, bruyamment… Peut être trop d’ailleurs car les clients présents dans le restaurant portaient maintenant des regards offusqués envers leur table. Le jeune garçon sentit alors la chaleur lui envahir le visage, il ne voulait pas déranger et c’est donc pourquoi il essaya de se faire le plus petit et discret possible alors que c’était à Ando de répondre…

Tandis qu’Hiko écoutait la réponse du Mamoru, il eut alors un déclic. Ça sentait bon, extrêmement bon même ! La porte battante des cuisines venait de s’ouvrir. Découvrant la serveuse qui tenait en équilibre plusieurs plats à l’aspect délicieux sur différentes parties de ses bras. Ils allaient bientôt pouvoir manger. Il n’en pouvait plus, son sourire était tellement grand qu’on pouvait bien se demander comment il faisait pour sourire aussi intensément. Les yeux rieurs, remplis d’étoiles, Hiko attendit que le dernier soit placé devant lui pour prendre les paroles. Les deux bols de ramen de ses accompagnateurs parraissaient bien petits par rapport au festin qu’il allait devoir engloutir.




« À TAAAAABLE !!! »

Et le jeune garçon commença à dévorer toute la bonne nourriture disposée devant lui. Se servant dans un plat, puis variant avec un autre. On aurait dit qu’il n’avait pas mangé depuis des lustres alors que son dernier repas datait d’il y a… Seulement quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 175
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Dim 25 Jan 2015 - 21:32

†Des souvenirs†





L j’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensité par mon chagrin tout nu sans contact sans écho. Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges comme un mort raisonnable qui a su mourir, un mort non couronné sinon de son néant. Je me suis étendu sur les vagues absurdes du poison absorbé par amour de la cendre. La solitude m’a semblé plus vive que le sang. Je voulais désunir la vie, je voulais partager la mort avec la mort, rendre mon cœur au vide et le vide à la vie, tout effacer qu’il n’y ait rien ni ne vire ni buée, ni rien devant ni rien derrière rien entier. J’avais éliminé le glaçon des mains jointes. J’avais éliminé l’hivernale ossature. Du voeu de vivre qui s’annule, tu es venue le feu s’est alors ranimé. L’ombre a cédé le froid d’en bas s’est étoilée et la terre s’est recouverte de ta chair claire et je me suis senti léger. Tu es venue la solitude serais vaincue, j’avais un guide sur la terre. Je savais me diriger, je me savais démesuré. J’avançais, je gagnais de l’espace et du temps, j’allais vers toi, j’allais sans fin vers la lumière. La vie avait un corps, l’espoir tendait sa voile, le sommeil ruisselait de rêves et la nuit promettait à l’aurore des regards confiants. Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard, ta bouche était mouillée des premières rosées, le repos ébloui remplaçait la fatigue et j’adorais l’amour comme à mes premiers jours. Les champs sont labourés les usines rayonnent et le blé fait son nid dans une houle énorme. La moisson la vendange ont des témoins sans nombre rien ne sont simples ni singuliers. La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit. La forêt donne aux arbres la sécurité et les murs des maisons ont un pot commun, et les routes toujours se croisent. Les hommes sont faits pour s’entendre, pour se comprendre, pour s’aimer. Ont des enfants qui deviendront pères des hommes. Ont des enfants sans feu ni lieu qui réinventeront les hommes. Et la nature et leur patrie, celle de tous les hommes, celle de tous les temps. Même si nous étions au service d’une alliance, notre mère-patrie restait quant à elle gravée dans nos mémoires et nos cours. Je me retrouvais dans la pensée et le passé du jeune Akio. Prenant une bouché de cette délicieuse ramen, je répondis à mon tour à la question.


«Tu sais Akio, l’endroit où tu vois le jour, qu’importe ce qui arrive dans le future, est gravé au fer blanc dans ta mémoire et ton cœur, ta mère patrie t’accompagne et te suit qu’importe tes choix et tes directions… Je suis originaire de Taki, il m’a fallut longtemps pour comprendre que ton passé est ce qui fait de toi l’homme que les gens perçoivent. 9a fait un an que je suis au Shukai personnellement. Cela vas bientôt faire deux ans. Durant une tempête de neige, entre la vie et la mort, Aokiji-sama, me sauva la vie en me rapatriant ici. 2tat aveugle je m’étais complètement perdu en chemin. Mais finalement, j’ai décidé de suivre les enseignements de mon nouveau sensei et ainsi de servir cette patrie qui était devenu la mienne. Mais le pays des cascades est et restera l’endroit d’où je viens. »



©Mamoru Ando.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 60
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Lun 9 Mar 2015 - 23:49

Ce jeune garçon, Hiko semblait vraiment avoir faim, c'est en tout cas ce que je constatais alors que nous étions installés à table et que nous passions chacun notre tour nos commandes. Décidément je crois bien que mon porte-monnaie allait pleurer mais même si je savais que mon budget en prendrait un coup, j'étais tout de même content de lui faire plaisir et cela me donnait tout de même le sourire. Je n'allais pas être grognon toute la journée et un peu de compagnie ne pouvait de toute façon pas me faire du mal. C'est bien plus amusant qu'une vie de solitaire, ce que je n'étais pas. Il ne nous restait plus qu'à attendre que le repas fût servi et en attendant, une conversation se mettait en place. Enfin lorsque je parle de conversation, je voulais surtout dire un interrogatoire de la part d'Hiko. Je trouvais cela légitime qu'il veut en savoir plus mais parler de mon passé n'était pas mon sujet favori d'une part car il me rappelait de mauvais souvenir et d'une autre car je n'en étais pas forcément fier. Toutefois, je décidais tout de même de lui répondre sincèrement tout en ajoutant une pointe d'humeur, me caractérisant comme un flemmard. Je ne me prenais pas au sérieux de toute manière et je n'hésitais pas à utiliser l'autodérision, après tout on ne discutait pas stratégie mais de tout et de rien. Je me décidais même à me renseigner un peu sur mes nouveaux camarades.

Hiki m'expliquait alors d'être là depuis quelques mois et présentait Ando comme un sacré Shinobi à la grande force ce qui me fit sourire. C'est sans doute vrai mais la façon dont le plus jeune parlait de son ainé m'amusait. C'était adorable, vraiment et sa joie de vivre et son enthousiasme faisaient plaisir à voir même si cela ne semblait pas être du gout des autres clients qui avaient leur regard viré sur nous. Pour ma part je m'en fichais, j'étais habitué aux jugements des autres et je m'en fichais bien. Totalement. Alors qu'Ando s'apprêtait à répondre, une délicieuse odeur parvint à mes narines. Les repas arrivaient. Une fois mon bol de ramen posée devant moi, je le rapprochais de moi l'entourant d'une main en faisant abstraction de la chaleur dans un premier temps, retirant ma main lorsque cela devenait douloureux puis la reposant instinctivement. Je reportais alors mon attention sur Ando qui s'adressait directement à moi en posant mes grands yeux bleus sur lui. J'écoutais ses explications en me concentrant par moments pour tout comprendre mais je notais qu'il était originaire de Taki avant de ocher la tête à ses explications sur le passé. J'apprenais aussi que cela faisait un an qu'il était au Shukai et qu'il avait été sauvé par Aokiji qui n'était autre que l'un de mes cousins. Je respectais énormément Aokiji pour ses valeurs et je constatais que je m'étais pas trompé.

"Tu as sans doute raison."

C'était simple mais je ne savais pas quoi dire d'autre alors je commençais à m'attaquer à mon plat qui comme je m'y attendais était excellent. Au moins, nous en avions pour notre argent ce qui devait être le cas de tous les plats en voyant à quelle vitesse Hiko mangeait.

"Je suppose que c'est bon ? "

[HRP: désolé du temps de réponse, je n'avais plus le net]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando] Mar 10 Mar 2015 - 10:45

Une multitude de plats venaient de faire leur apparition devant le trio de shukaijins. Mais le plus heureux des trois, était bien évidemment Hiko. Bah oui ! La plupart des plats présents sur la table lui étaient destinés, alors comment ne pas être l’enfant le plus heureux au monde ? Non mais franchement ! C’est donc sans un mot qu’il s’attaqua à toute sorte de nourriture. Boulettes de viandes, pates, saucisses, choux, tranche de viande grillée… Tout y passait !

Le jeune garçon écoutait cependant ses partenaires discuter, mais c’était devenu assez secondaire dans son esprit. Seul un sujet l’intéressait pour le moment, et il se trouvait dans son assiette ! Cependant, Akio le troubla en plein milieu de son repas par une simple question. Tentant difficilement d’avaler ce qu’il avait dans la bouche… Le jeune garçon y parvint au bout de quelques secondes et d’un effort acharné. De larmes avaient perlé aux coins de ses yeux car cela avait été difficile. Cependant, il regarda le petit blond et lui dit avec un grand sourire.


« C’est délicieux ! T’es vraiment trop gentil de m’offrir tout ça ! »

Puis le jeune garçon se reconcentra sur son assiette… Il y avait encore pas mal de boulot avant que tous les plats ne soient terminés !

***

Près d’une heure après que les plats n’aient été servis, le jeune garçon avait enfin fini. Il avait tout mangé… A croire qu’un être aussi petit et chétif que lui était un estomac sur pattes. C’était difficile à croire et pourtant… Il avait tout englouti. Hiko avait cependant élargit sa ceinture de quelques crans, car son ventre avait indéniablement gonflé ! Il avait maintenant un petit ventre bien rond, la preuve d’un repas copieux et délicieux.

S’essuyant la bouche avec une serviette en papier, il regarda avec un grand sourire Akio et Ando. Ces derniers ne devaient sûrement pas en croire leurs yeux, enfin surtout Akio car Ando il voyait pas hein ! Mais il était maintenant l’heure de la sieste, Hiko se leva tant bien que mal de sa chaise et salua ses compagnons d’un geste de la main tout en leur disant.


« Merci beaucoup pour le repas, c’était délicieux ! A la prochaine les gars ! »

Puis il partit sans attendre de connaître le montant de l’addition. Certains auraient pu croire que c’était de l’impolitesse, mais ce n’était pas la volonté du jeune garçon. Il avait seulement hâte de retrouver son lit, après ce repas si copieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La discrétion est un art qui ne s'acquiert pas facilement [Hiko & Ando]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Quartiers Résidentiels-