N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Quand les loups vont libérer Nelson... [Rang D solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 895
Rang : S

Message(#) Sujet: Quand les loups vont libérer Nelson... [Rang D solo] Ven 30 Déc 2011 - 22:00

Citation :
Hakushi Ozuka > Un beau merdier.

Une meute de loups a été chasser il y a pas longtemps de cela. Le seul problème c'est qu'ils ont laissés plusieurs crottes un peu partout dans la montagne avant leur départ ... Vous savez ce qu'il vous reste à faire.


Merde c’était le cas de le dire, ramasser des déjections, moi la grande Ozuka, non mais où va le monde…
J’ai d’abords cru à une blague en recevant la lettre ce matin, seulement avec le sceau qui était apposé sur la lettre et tout le tintouin autour il n’y avait pas d’erreur, cette mission en était bien une. J’ai d’ailleurs tout de suite reposé ma tartine de Nutella et j’ai coupé net mon repas du matin. Pour couronner le tout lorsque j’ai voulu prendre ma douche, il n’y avait plus d’eau chaude, apparemment la centrale à combustion du village est en manque d’élément pour produire de l’électricité. Vraiment tout commençait mal dans cette journée, l’air était en fait juste moins nauséabond dans les alentours du village puisque la centrale ne fonctionnait plus, mais cela ne changeait pas grand-chose pour moi puisque j’allais passer ma journée dans le caca…

Très rapidement je laisse le village derrière moi, marchand rapidement dans les montagnes, seule.
Non mais qu’est ce qui me prend, pourquoi je vais la remplir ? Je n’ai qu’à donner quelques Ryo à un petit garçon, il s’achètera des bonbons avec, il fera le job à ma place et au final je gagnerai quand même de l’argent. Je viens de me stopper net, l’idée en soit n’est pas mauvaise, mais elle vient tout juste d’être supplantée par une autre qui m’apportera bien plus de satisfaction que la première. Je me remets donc en route, le sourire aux lèvres, prête à ramasser des pêches par millier.
Je perds tout de même une grande partie de mon entrain en arrivant sur les lieux où les canidés ont subvenus à leurs besoins d’animaux primaires. Non sincèrement il y avait combien de loup quand ils les ont chassé, parce que là j’ai l’impression de revoir ma tartine de ce matin, mais sur une superficie bien plus grande et avec une odeur bien moins ragoutante. Je me retiens in extremis de régurgiter le peu de ce que j’ai mangé ce matin, étant parcourue par de nombreux spasmes. Me connaissant, cela m’étonnerait fort que mon clone accepte de faire le travail comme je l’avais prévu. Il faut dire que l’odeur est si forte et vous prend tellement fort au niveau du nez que je ne serais pas étonné qu’il disparaisse pour avoir subis une attaque trop puissante.
Je me recule la main devant la bouche, essayant de fuir les odeurs pour pouvoir un tant soit peu réfléchir et mener à bien cette mission. Une fois à une bonne centaine de mettre des lieux et derrière un imposant rocher, je me pose quelques secondes pour mettre au clair la situation.
C’est clair que si j’y vais avec une pelle et un seau j’en aurais pour des heures voir des jours, et puis de toute façon je le ferais jamais comme ça, non il me faut quelque chose de bien plus rapide et qui m’éviterais de me salir les mains avec leurs selles.

Le soleil vient de dépasser son zénith et commence à chauffer de plus en plus fort malgré l’automne qui s’est installé il y a quelques temps. Les derniers beaux jours ont même décidé d’être contre moi puisque cette chaleur en plus de rehausser l’odeur, permet la prolifération des larves de mouches qui étaient resté dans les fèces. Soudain après plus d’une heure de mûre réflexion je tenais enfin cette idée qui allait rendre ma journée un peu moins pénible.
J’attrape deux papiers qui se transforment dans la secondes en deux petits faucons, puis qui prennent leur envol pour atteindre leur taille finale, celle de grands et magnifiques oiseaux blanc. J’ai un petit pincement au cœur en les imaginant couvert d’excrément, eux si pur et blanc, mais ça m’évitera de me salir, c’est donc pour la bonne cause. Les deux oiseaux prennent leur envol et se dirigent vers l’immense étendue brunâtre, pendant ce temps je m’allonge et fait une petite sieste bien méritée.
Ça y est l’astre commence son inexorable chute, j’ouvre un œil puis l’autre, vu la lumière il ne doit pas être loin de trois heures, ce qui veut dire que j’ai dû dormir deux heures voir plus, ce qui n’est pas mal, je ne pensais même pas tenir plus de trente minutes avec l’odeur nauséabonde qui flotte dans l’air.
Les deux grands faucons blancs volent en cercle au dans le ciel signe qu’ils ont fini leur dur labeur, je les pleins… En fait non, ce ne sont que des créatures de papier et de chakra ils ne sont même pas dotés d’une once d’intelligence, ils sont juste borné à faire ce que j’ai envie de faire. D’un simple Mudra je les fais disparaitre et je me relève doucement pour voir le résultat du travail fourni.

C’est un magnifique tas d’immondice qui trône au milieu de la zone nettoyée. Tout en me pinçant les narines je sors un parchemin et avec l’aide d’une petite malaxation de chakra, je scelle le tout sur le bout de papier. Je le ramasse avec dégout, même s’il ne porte pas l’odeur qu’il renferme, rien que d’imaginer ce qu’il contient me suffit.

Me voilà de retour chez moi, l’électricité est de nouveau là, je vais enfin pouvoir prendre une douche, je l’ai bien méritée. Une fois propre, je vais à ma fenêtre contempler la cheminer de la centrale fumante, je laisse glisser un petit sourire de satisfaction en voyant les imposantes volutes s’échapper de la tour. Soudain j’entends mon père en bas, il vient à peine de rentrer et il se plein déjà :

-Oh mon dieu, le village est imprégné d’une horrible odeur depuis que la centrale a redémarré, je ne sais pas ce qu’ils ont mis comme combustible, mais ça sent la chiure à des kilomètre, l’air en est infesté.

-Je ne sais pas du tout, tu sais il parait que tout peut servir pour ce genre de centrale…

Je me retourne toute souriante, oui je me suis vengée de cette journée odieuse que j’ai passé, comme dit le proverbe, rira bien qui rira le dernier…




[hrp] On notera que je n'ai utilisé qu'une seule fois chaque mot pour définir les déchets du corps canin :p [hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand les loups vont libérer Nelson... [Rang D solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-