N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Message(#) Sujet: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Dim 1 Fév 2015 - 15:17


L'eau coule sur mes mains et je la fais éclabousser sur mon visage pâle, toujours aussi pâle. Le train-train quotidien s'articule, alors que je suis encore à moitié endormi, mes frères et soeurs ont déjà tous quitté domicile. Médecine, recherches, commerces, chasses, je peux me targuer d'avoir accès de plus ou moins loin à quelques spécialités de par ma fratrie. Je suis le seul shinobi et pourtant le plus bordé par les bras d'une mère aimante, trop peut être.

Une perle de sueur, ou bien d'eau glaçante de si bon matin, dégouline le long de ma tempe et hérisse ma chevelure en bataille d'un coup. Ma mine blafarde se reflète en face de moi dans le miroir comme un dessin mal orchestré et sans réelles proportions, ce sentiment d'imperfection générale renforçait alors en moi, très tôt, une émotion grise et désagréable. L'impression de n'être qu'une tâche dans la vie et son fleuve, sale et sans but. Mais d'un haussement d'épaule, j'effaçais, en surface, ces pensées moins douces que le temps dehors. Car oui, les brins rayonnants d'un soleil chaud et chaleureux me ramenait à moi. Une main sur les yeux, je pris le temps d'observer le jardin et le potager de mère. Un sourire bête s'inscrit sur mes deux lèvres violettes.


Je pris le temps de m'habiller et d'enrouler mes poignets et chevilles de quelques bandes que Meyu, une soeur, m'avait achetée. Par ce procédé, j'avais une vague impression de partir avec quelque chose de Meyu sur moi. Cette dernière se dévoile de plus en plus à moi comme la plus protectrice et aimante, douce, de mes semblables. Ma préférée aussi, un peu, mais ce genre de détail reste plutôt lourd de sens et on préfère généralement les garder pour soi, faire comme si chacun détenait une place égale dans son coeur. Je quitte le foyer une fois le front de ma mère baisé et mon petit déjeuner consommé.

D'un pas las et lent, je me dirigeais vers la grande forêt du pays du Feu que j'aime tant. Aujourd'hui, en l'absence de mission, le Genin que j'étais pouvait se permettre d'aller faire de l'exercice dans un coin aussi majestueux que cette forêt. Elle me permet de me reposer, penser tout en sculptant au mieux mon corps. J'accorde une certaine importance à la nature et à l'esprit, ainsi que le corps. Un peu comme si chaque effort était régulé chez moi, pour donner un ensemble polyvalent. Alors que je me perds à raconter la nature et le but de mes exercices personnelles, je me prends à observer d'un regard neutre et très extérieur autrui. Le village et son fonctionnement, l'attention porté aux détails faisait une certaine différence dans ma perception des choses de notre vie. A peine eus-je le temps de constater une chose extraordinaire parmi tant d'autres que je me retrouvais aux portes de Konoha. J'étais bêtement fier de montrer mon bandeau et mes petits papiers futiles aux surveillants, comme si j'accomplissais un exploit en allant tâter un peu la liberté hors des remparts de notre village.

Foulant l'herbe, je notais quelques pensées philosophiques, ou du moins philosophiques elles en avaient la forme, sur un petit carnet. La parfaite dégaine d'un enfant sage et reposé, grattant sensiblement le papier comme un artiste de grandes pensées. Bousculé dans mes pensées par une épaisse masse digne d'une grosse brute mal raffinée.

-Oh tiô' l'p'tit garçon du village! Qu'est-m'vaut l'honneur d'c'te rencontre?!

Il parlait fort, empestait une senteur de liqueur qui avait mal tournée. On distinguait parmi les odeurs nauséabondes quelques traces d'une transpiration tout aussi exécrable. Je pris un air détendu qui m'allait aussi bien qu'irait un costume à ce paysan.

-Comment allez-vous monsieur Shinigi? Vous avez maigri ou je me trompe?!

Une mine joyeuse et même sympathique s'inscrit très vite sur mon visage, je le savais à travers des yeux de ce glorieux imbéciles.

-Oh ben disons qu'ça roule pour tout dire!

Je montrais de l'index mon poignet orné d'une bande, comme si j'avais une montre.

-Je suis affreusement désolé Shinigi-kun, j'ai une mission à respecter, vous comprenez? Pour le bien du village.

Cette ultime petite réflexion convainquait tout le monde du sérieux d'une affaire, il suffit d'invoquer la sécurité abstraite d'une institution pour se détendre de tous les maux et passer pour un héros, un véritable sage. Je ne lui laissai pas quelques secondes de répit et m'en alla sans gêne.
Sur ma route, je vis une majestueuse, ô combien magnifique, biche. Elle avait une carrure frêle et une auréole de lumière autour de son enveloppe, procuré par le passage malin des rayons du soleil au travers les nombreuses branches d'arbres de la forêt. Je la suivis et analysa promptement son comportement, elle était douce et calme, ce qui collait à l'ambiance générale de la verdure sauvage.

Un pas sur le côté vif et impromptu m'interpella, un fer frôla son pelage et planta la mousse d'une roche quelques longueurs plus loin. Je montai l'arbre à ma gauche et observai la provenance du tir. Une adolescente d'apparence fragile, j'avais pourtant bien vu une arme s'attaquer à la pauvre bête. Lorsque je la vis s'enfuir, la biche, je pris la décision d'attaquer. Deux explosifs enroulés par un fil chacun sur les kunais et j'envoyai valser ceux-ci de chaque côté de l’agresseur. Un troisième s'envola alors dans leur lignée, en pleine axe du milieu, droit sur elle.

Je haie que l'on s'attaque à la nature, l'essence de notre existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Dim 1 Fév 2015 - 16:19


Ca y est, ma décision avait été prise : direction Konoha Gakure no Sato.

Il ne s'agissait ni d'une impulsion, ni d'un coup de tête. Ce choix mûrement réfléchi me vint d'une simple pensée à l'origine. Qu'était devenu le monde ? Comment avait-il évolué pendant mon long sommeil ? Je n'en avais absolument aucune idée. Quatre ans, quatre ans sans voir la lumière du jour. J'avais tout perdu. Il ne me restait que ma maison, ainsi que ma réputation. D'ailleurs, je me demandais toujours comment le monde actuel pouvait encore se rappeler de moi, moi qui n'avait pas fait grand chose. Mes actions n'auraient donc pas été vaines ? Avide de savoir, de l'envie de me remettre à la page, je n'avais pas le choix, il fallait que je retrouve mes bases. Je me trompais sur un point, je n'avais pas tout perdu, pas encore. Ma seule chance d'en avoir le cœur net était de me rendre là où j'avais laissé mon bien le plus précieux, au Village Caché de la Feuille. Voila comment je me suis retrouvée là, à marcher en cette belle journée d'hiver dans les bois du Pays du Feu.


➖"Oh, quelle plante magnifique ! Parfaite pour un bon remède."


Sur les sentiers tortueux de la Forêt du Pays du Feu, je m'arrêtais plus d'une fois pour remplir mon sac de plantes médicinales, histoire de faire le plein de diverses variétés que l'on ne trouvait que dans cette forêt. Mine de rien, un brin de nostalgie me prit en regardant les arbres défiler devant moi. C'était ici que bon nombre de mes péripéties avaient eu lieu, notamment ma rencontre chaotique avec un des Furyou, Celui-Qui-Chasse, où j'avais sauvé une Konohajin de son emprise, mais aussi ma fuite du clan Tohatsu, qui m'a conduit à remettre le bambin que j'avais trouvé entre les mains d'un de mes anciens contacts de confiance, Myakudou On'. Qu'était-il devenu ? Etait-il toujours à Konoha ? Que d'informations à récupérer, j'avais hâte.

Mon avancée se faisait sereine et tranquille, jusqu'au moment où une biche traversa ma route. Malgré la courte distance entre nous, la bête n'avait pas fui, elle ressentait sans doute l'aura bienfaitrice que je dégageais. Même si ce n'était pas le cas, je me sentais flattée. Je comptais prendre un détour pour éviter de déranger la reine de ces lieux quand mes yeux tombèrent sur un petit parchemin placé sur le dos de celle-ci. Le sceau apposé sur le papier indiquait qu'il s'agissait d'un explosif. Quoi ?! Qui oserait faire une chose pareille à une créature si docile et pacifique ? La cruauté de ce monde m'étonnera toujours. Sans faire de gestes brusques, je sortis un kunai de ma poche pour l'envoer avec une dextérité, une précision et une rapidité telle que le papier fut tranché en deux, sans blesser la biche, qui prit la poudre d'escampette. Fiou, une bonne chose de faite. Je pouvais reprendre mon chemin, l'esprit apaisé. Du moins, c'était ce que je croyais.

Un évènement inattendu me prit de court. Un premier kunai vint se planter à côté de moi au sol, un deuxième de l'autre côté, avant qu'un troisième ne vienne droit sur moi. Il était temps pour moi de reprendre du service. Fronçant les sourcils, je bougeais légèrement la tête pour esquiver le troisième kunai, qui se planta derrière moi. Par pure précaution, j'avais analysé les kunai, qui portaient tous les trois des sceaux explosifs autour d'eux. Le responsable de cet affront envers la biche de tout à l'heure était donc toujours dans les parages. Hmpf ! Les kunai explosèrent alors, dans une grande détonation et une fumée noire épaisse. A peine une minute plus tard, je m'étais retrouvée derrière le propriétaire des kunai, j'avais calculé la trajectoire des lancers avant de me rendre à la source avec une vitesse des plus fulgurantes. Le shinobi était accroupi sur sa branche d'arbre, ce qui me laissa l'occasion de poser ma main sur sa tête.


➖"Si tu bouges ne serait-ce que le petit doigt, je ne garantis pas que tu puisses retoucher à un kunai un jour. Qui es-tu ? Pourquoi m'as-tu attaqué ?"


Tout ceci était bien trop élaboré pour que cette attaque soit le fruit du hasard. Savait-il qui j'étais ? Avait-on envoyé quelqu'un pour m'assassiner ? Tout ceci n'était pas logique. Pourquoi ? Tout simplement parce que le bandeau porté sur le genou droit du shinobi portait l'effigie de la Feuille. Quelles raisons pousseraient Konoha à m'attaquer ? Non, il n'y en avait vraiment aucune. Je n'étais pas la cible de cette attaque, enfin, pas en tant qu'Amaterasu, mais peut-être en tant que potentielle ennemie ? Mon cerveau pensa des dizaines de scénarios et de possibles, mais le mieux était que j'attende la réponse de mon assaillant qui ne faisait pas plus âgé que moi, d'ailleurs.



Dernière édition par Amaterasu le Dim 1 Fév 2015 - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Dim 1 Fév 2015 - 17:20

La fumée prenait ses droits sur le champ environnant, je regardai un peu autour de moi avant de me rendre compte de la faible étreinte au sommet de mon crâne.

Sa main sur ma tête, mes cheveux se dépliaient sous la paume de celle-ci. Tout juste eus-je le temps de sentir la bataille de ceux-ci s'articuler sous la pression de sa patte que j'entendis ses paroles impératives.

"Si tu bouges ne serait-ce que le petit doigt, je ne garantis pas que tu puisses retoucher à un kunai un jour. Qui es-tu ? Pourquoi m'as-tu attaqué ?"

C'était un risque de mort, alors. Malgré cela, je ne ressentis pas tout de suite une peur démesurée. Je ne pris même pas la peine d'essayer de la berner, de bouger ou de tenter une illusion oculaire ou auditive, elle était de toute évidence trop forte pour ma petite personne.

La fumée se dissipait peu à peu; les trois fers représentaient un peu l'allure pathétique qu'avait épousée mon attaque surprise. La biche vagabondait de plus en plus loin, je vis alors le papier déchiré en deux, à l'emplacement de son agression. Le kunaï, lui, était logé dans un axe qui laissait entendre une certaine relation entre le fer et la feuille, déchirée, ou plutôt découpée, en deux. Si cette personne avait une once de vie assez importante pour sauver d'une hypothétique mort un animal fragile, alors elle en aurait peut être pour moi. A moins qu'elle ne soit qu'une créature émotive pour un animal mais pas pour l'Homme, je n'avais plus assez de temps pour me perdre dans des raisonnements hasardeux et d'un ton sobre, j'entrepris de la convaincre, ou bien la persuader?

-Je vagabondais et j'ai vu le projectile agresser l'animal. La méprise m'a poussée à la défendre, en t'attaquant.

Cette gamine respirait quelque chose d'assez majeur pour me faire frémir après lui avoir adressé ces quelques paroles. J'étais face à un juge qui détenait le sort de ma vie et tout ce que j'avais lâché était un ramassis de poussière, des paroles égarées et hésitantes. Pourtant je ne suis pas le genre d'être à rallonger les débats, aussi, je prenais la décision de ne pas poursuivre. Après tout, elle verrait bien la sobriété plus que de la lassitude dans mes paroles digne d'avocat.

Je serre au creux de ma main l'espoir de savoir quelque chose sur elle. De toute évidence douée et différente des kunoichis de son âge, celle-ci avait le don de m'intriguer. C'est ce brin de mystère qui me poussa à en rajouter sur mon désarroi.

-Joli coup pour une fille si jeune, je dois reconnaître que j'ai été naïf.


A défaut de me montrer guerrier d'honneur, j'avais un semblant d'étoffe de bon perdant. En l'espace de mes deux phrases, un vent frais et rapide, comme une vague aspirée par les cieux, m'avait glacé le dos à travers le t-shirt. Je porte l'attention sur mon bandeau au dessus de mon genou droit et sens sa main débroussailler mes cheveux dans ce même mouvement de la tête, ma carrière de shinobi va-t-elle être si rapide?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Dim 1 Fév 2015 - 20:09


Je levais un sourcil.

Ce shinobi m'avait attaqué uniquement parce qu'il pensait que j'avais l'intention de tuer cette pauvre biche. Je ne savais pas si les dangers de ce monde étaient devenus inexistants, mais c'était une prise de risque énorme ! Je n'osais même pas imaginer ce qui me serait arrivé si j'avais pensé la même chose que lui la première fois que j'avais croisé celui que l'on nommait "Celui-Qui-Chasse", le Furyou habitant le corps de Raiu no Kenji. Rien que l'idée du regard de son masque à trois yeux posé sur moi me faisait frémir. Et sa voix, sa voix ! "Amamamamamaterasu !" qu'il disait ! Il était fou, complètement fou, j'aurai été simplement déchiquetée. Ce Konohajin avait de la chance d'être tombé sur moi plutôt qu'un autre. Je mourrais d'envie de lui dire qu'il devrait être prudent, mais mon action et sa réponse suffisait à me persuader qu'il avait eu son compte.

Jeune ? Moi ? Oui, il était vrai que pour le monde des Shinobi, autant de puissance pour une si jeune personne comme moi, ça ne courait pas les rues ! Cela dit, maintenant ma position initiale, main posée sur son crâne, j'analysais le corps de ma "proie". Il ne semblait pas plus vieux que moi, alors que j'arborais encore le corps de mes quatorze printemps. Je ne savais pas si je devais être flattée d'être considérée comme jeune par un plus jeune que moi, j'étais perdue. Dans tous les cas, je relâchais la pression que j'exerçais sur lui, avant de descendre de l'arbre, nonchalamment. J'époussetais mon beau kimono, il serait dommage de le salir juste avant mon entrevue de longue date avec un vieil ami.


➖"Tu devrais faire plus attention à l'avenir, analyser la situation avant de se lancer à l'assaut, sinon c'est la mort assurée. "


Bah, je n'ai pas pu m'en empêcher. Néanmoins, je n'avais plus besoin de me justifier, il semblait avoir compris la réelle cause de mon lancer. J'allais récupérer mon arme sans me presser, avant de revenir vers l'arbre où était posté le shinobi.


➖"Bien, shinobi de Konoha, si tu n'as pas de mission en cours, tu pourrais m'accompagner jusqu'à ton village, m'escorter, en quelque sorte. Je m'y rends pour visiter une bonne connaissance. Qu'en dis-tu ? Considère ça comme le prix à payer pour t'avoir laissé la vie sauve."

A tout casser, je dirais qu'il était Genin ou Chuunin, mais plutôt Genin, étant donné qu'il ne portait pas la veste significative des hauts rangs. Une bonne leçon comme première rencontre, plutôt cocasse à vrai dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Dim 1 Fév 2015 - 20:56


J'aurais pu lâcher un ouf de soulagement et décomplexer l'ego de mon opposant, mais j'ai préféré garder un peu de dignité, si précieuse. Elle me proposa une escorte, non sans mystère. Quelle preuve concrète avais-je pour l'accompagner jusqu'à Konoha, dans un autre temps, elle aurait tout aussi bien pu s'y rendre seul. Alors je prends ça comme une grâce. Je pris la peine de me coiffer, bien droit sur le côté. Cette précaution m'attribuait un air plus sérieux et solennelle. Elle portait un kimono gracieux, j'avoue aimer le style mais ça ne m'irait pas, un pareil habillement.

J'hochais la tête mais avant de prendre la route, je voulus tout de même récupérer mes kunaïs, question de valeur. Alors que je me courbais pour ranger les fers dans mes sacoches, encore poussiéreux, je pris l'occasion pour observer la pureté naturelle que couvrait son visage d'enfant. Pas assez cependant pour m'emmener dans les vastes profondeurs de l'amour, mais je tentais tout de même une approche séductrice, dans un sens plus strict que sentimental...

-Je suis Ôzai Akira, je vais vous escorter même si il est hypocrite de ne pas se dire que je ne vous serai pas vraiment utile.

J'écarte les bras et prenant du recul sur nous même, j'offrais quelques hochements de droite à gauche de la tête, puis dis avec sobriété, au moins autant que la sobre verdure nous entourant.

-Quelle merveille...

Je devinais par son air général, par l'expression de sa figure, que je portais sur la mienne une mine déconcertante et bonne. Akira, une force calme et tranquille, c'est toute la force de mes mots, expressions, et j'en ai conscience. Attention cependant à ne pas paraître niais, un court blanc s'installa mais comme son qualificatif l'indique, il ne fut pas bien long pour se voir brisé par le vol d'une hirondelle qui passait par là. Ma main accueillante tel un héros de livre se fit crochetée doucement par ses petites pattes frêles. Ses yeux au travers les miens offraient une scène de décalage complet avec la réalité d'il y a à peine cinq minutes.

Je tourne alors le dos à la sublime créature, lui indiquant sans un coup d'oeil mais par un geste rapide de la main que nous pouvions joindre le village. J'amenai Hiru à mon épaule en caressant le derrière de son crâne velu et doux comme la soie.

-Hiru.

Jaugeant sa réaction dans les limites de ce que je pouvais comprendre, d'un animal, je souris presque bêtement face à ses petits grésillements d'oisillons fragile et nouveau dans ce monde. Je m'avance un peu, certes, mais il me semble qu'il apprécie le diminutif. N'oubliant pas de me faire sentir tout juste agréable, je relançais le dialogue avec notre accompagnante:

-Vous venez donc du pays du feu? Du moins vous y avez fait escale, assez longtemps pour croiser ce désormais vieil ami.

Plein de perspicacité, j'entamais sobrement une discussion. C'est fou comme l'académie vous apprend à être courtois et discipliné dans la moindre situation, après tout c'est comme ça que ça commence, la diplomatie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Lun 2 Fév 2015 - 17:00


Ma manche relevée vers mon visage, je masquais un sourire. Sa phrase m'avait amusée, il était vrai que même sans lui j'aurai pu me rendre aux portes de son village sans soucis. Même si beaucoup de temps avait passé depuis mon dernier passage, la forêt et le sentier ne semblaient pas vouloir se plier aux lois du temps. Tout était pratiquement identique, comme dans mes souvenirs. D'ailleurs, de toutes mes épopées, toutes mes péripéties, toutes mes balades dans cette forêt, je n'étais jamais entré dans le Village Caché de la Feuille. Les seuls bâtiments que j'avais pu entrevoir, c'étaient les grands murs et les portes, dans un paysage semi-lointain, de l'autre côté d'un pont. Une visite historique qui me ferait découvrir une toute nouvelle culture. Les terres de Suguato et de On', mais aussi de Samidare Teichiro. J'en trépignais d'impatience !

Pendant notre marche pour le moins silencieuse, le jeune shinobi paraissait complètement dans son environnement. Il était rare de voir des shinobis qui appréciaient autant la nature, surtout à ce point-là. Une petite hirondelle fit son apparition pour se poser sur le Konohajin, une scène assez surprenante, mais pas irréelle. Depuis que j'avais créé ma clinique, je pouvais moi aussi profiter des caprices de Mère Nature, comme si elle voulait me parler. Dire que j'avais ignoré cette voix pendant des années, de dures années où la survie était mon unique priorité. Au final, mon âme était beaucoup plus sereine qu'avant, j'avais pris le temps de me ressourcer. Il n'y avait là que des sourires bercés par un silence exprimé par les échos de la forêt. Mais cela ne dura pas, le shinobi ouvrit la conversation, histoire d'en savoir un peu plus sur moi. Il était vrai que je ne parlais pas souvent de mes origines, voire pas du tout même. Ni mon nom, ni mon prénom, ni même mon village natal n'était connu du grand public, je n'étais qu'Amaterasu, Fuujin pour certains. C'était mieux ainsi.


➖"Je n'habite pas très loin de la forêt. Ma maison se trouve dans un petit village de fermiers, juste un peu avant la lisière, à un jour de marche."


Ni plus, ni moins. Je n'avais pas perdu la main en tout cas. Contrôler le flux d'informations, c'était mon forte. Ozai Akira, encore un nom et un visage que je n'étais pas prête d'oublier. J'étais capable d'accéder instantanément à chaque information stockée dans mon cerveau, la moindre sensation, le moindre son, la moindre vision que j'ai pu assimiler, tout était là. Une véritable bibliothèque ambulante. Mais je m'égare, et avec tout ça, je ne m'étais pas présentée à mon tour. Quelle impolitesse de ma part.


➖"Haku, je m'appelle Haku."


Ce n'était pas complètement un mensonge, étant donné que je possédais le corps et l'âme de mon frère à l'intérieur du mien. A cette pensée, je posais ma main sur mon cœur, ce souvenir douloureux me rendait nostalgie. Si seulement les choses s'étaient passées différemment, si seulement nous avions pu fuir avant d'etre enfermés en prison, il serait surement à mes côtés à l'heure qu'il est. Cependant, ce sentiment de regret disparut quand un fameux pont apparut dans mon champ de vision. On y était presque.

[Toujours aussi court, désolé ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu] Mer 4 Fév 2015 - 14:49

Haku, si tu en as quelque chose, je dois reconnaître que tes réflexes sont brillants. On devinait vite une vraie shinobi, ce qui me convainc dans l'idée que tu m'as laissé en vie avec une humanité étonnante pour une errante. Ses coups d'oeil était digne de ceux qu'on nous apprenait très jeune, des réflexes qu'on assimile plus ou moins vite afin de s'assurer une certaine tranquillité dans les déplacements. Et dans ce flot de regard, de jeu des yeux, je pouvais distinguer une petite manie différente de ses camarades, celle de jeter au loin une visée perçante. Tu es donc si pressée de joindre le village? J'ai un peu peur à cet instant mais que puis-je dire, faire? Malgré la situation tout à fait plane et calme, je me considère comme prisonnier. Car s'il s'avérait que tu es une ennemie de Konoha, m'enfuir me coûterait la vie, je le sais avec certitude.

Je contins un soupir, retins un sourire. Nous arriverons bientôt, je ressens un vague sentiment de stress et de détresse. Mes jambes tremblent comme des branches une soirée crispante d'hiver couronnée de vent, mon estomac se noue et je ressens une irréaliste envie de parler. Ce n'était pas mon genre et je dois reconnaître me sentir gêné par cette sensation. Mais dans tout ce flot de pensées, je reste impassible et droit sur mes jambes, rapide dans ma marche.

Nous étions à portée des grandes ouvertures du village, alors que nous approchions, je tentais de garder un rythme similaire. Voulant à tout prix marquer le coup et surtout pour me rassurer moi même, bêtement, je dis:

-Ce village a énormément changé en quelques années, j'espère que vous apprécierez.

Je remettais mes cheveux en place, inhabituel pour moi, si peu intéressé par une hypothétique beauté. Enfin proche des gardes, j'accélère le pas pour m'extirper parmi eux. La surveillance pourrait être rassurante mais les livres d'histoires nous apprennent toute la force que peut concentrer un seul shinobi autour de lui et se défaire des masses d'Hommes les plus grandes. Quoiqu'il en soit, je vis enfin le chef de surveillance des grandes portes de Konoha et pus présenter notre invitée.

-Cette étrangère voudrait pénétrer le village, je l'ai escortée à sa demande, je vous transmets la suite.

Il me salua, ce qui provoqua en moi une fierté minable, je fis de même et m'en alla d'un pas pressant. Avant de sombrer dans l'impolitesse totale, je fis un demi tour sur moi même et salua sobrement "Haku". Drôle d'expérience, j'appris alors toute l'importance que peut avoir un aura sur autrui. Comme le sien avait procédé sur moi. Je m'en allai et gratta quelques lettres sur le papier de mon petit calepin. Quelques pensées décrivant à merveille le ridicule dont je m'étais fait maître, moi si peureux face à cette simple adolescente, d'apparence.

Je pliai le petit carnet et m'en alla jusque chez Haki, une connaissance, il faut bien varier les plaisirs d'une journée. Ce fut assez calme, quelques parties d'échec et quelques dessins tel de parfaits gamins passionnés et studieux puis je rentrai à la maison. Pensif et la tête bourrée de la figure angélique de Haku, elle me tournait à la tête, pas un sentiment du coeur mais bien une pensée logique pour celle qui avait dénaturé un peu et pour quelques moments ma journée. Qui était-elle vraiment?

Brebis sous des airs de loup ferait fuir quelques troupeaux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rencontres troubles autour d'une biche [Amaterasu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-