N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 III- En quête de soif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 67
Rang : C

Message(#) Sujet: III- En quête de soif Dim 8 Fév 2015 - 17:34


La tête troublée par les récents événements, j'avance sur le chemin de la bibliothèque d'un pas rapide. Mes recherches commençaient tout juste et même avec peu de fondations, j'avais une base de travail. Si les livres étaient muets cette fois, j'avoue ne pas savoir comment tourner le jeu en ma faveur. Pourquoi fais-je ce rêve étrange? Qui est Teichirô Samidare et qui se cache derrière Amaterasu, le An'Tei est il un danger ou une solution? On est jeune, alors irrémédiablement influençables et en recherches de repères mais suis-je normal de douter à ce point? C'est vrai que ce village représente énormément pour les miens, pour moi, mais le monde est si vaste que je ne peux me résoudre à ignorer la haine d'ailleurs, les conflits d'autres contrées. Et si la désertion avait un sens autant que les villages s'en sont trouvés? Autant de questions auxquelles j'avais besoin de répondre, mais je ne suis pas dupe, les livres n'ont pas assez de répondant pour tout m'indiquer. Ils pourraient par contre m'amener à un Homme qui lui le pourrait, qui serait-ce?

Voilà, j'ai atteint les grosses portes de bois de la bibliothèque. Je pénètre les lieux, il fait frais et l'ambiance est digne d'un cimetière. Le bibliotécaire est en haut, sur une échelle, en train de ranger les ouvrages peuplant la masse de papier ici. Je rabats sur mon torse le col de mon accoutrement blanc, puis balaye ma chevelure avant de m'adresser d'un ton assuré à celui-ci.



-Bonjour, j'aimerais lire à propos de Teichiro Samidare, ainsi que du An'Tei.


Il manque de tomber du haut de son échelle en sursautant puis se tourne, se cramponnant au fer de l'échelle. Il me regarde en tramblottant, c'est un trentenaire au corps chétif et frêle, il porte une coupe mi-longue faite de cheveux noirs gras et mal peignés. Ses lèvres volumineuses hésitent puis s'articulent.

-Qu'est-ce que vous voulez?! On ne vend pas d'ça ici!

Sa voix de hyène méfiante et agressive me froisse un peu, je l'admets. Mais il faut sacrifier quelque chose pour arriver à son but, dit-on. D'un air calme et de mon ton posé, je rétorque doucement.

-Pardonnez-moi, je souhaite juste découvrir l'histoire de mon village, du monde shinobi.

-Qui es tu?...

Il faiblit déjà, ses yeux noisettes se plissent. Il descend alors doucement de son échelle, toujours portant avec lui la marque du pathétique. Petit, laid et le dos recourbé comme si il avait trop passé de temps sur une chaise, à lire quelque chose. Il remue ses lèvres en même temps que ses sourcils naturellemet, il en profite pour passer sa langue sur ses dents puis sa lèvre supérieure. Il secoue la tête et dit sans me regarder:



-Tu es bien le premier qui s'y intéresse, est-ce que la mort te fascine?


-Autant que l'existence.

Il me demande mon nom, je lui donne poliment, dans l'espoir d'obtenir ce que j'étais venu chercher. La bibliotèque est vaste et bien remplie, on imagine avec difficulté tout ce qu'on peut trouver parmi les livres. La clé de mon destin est peut être ici, je sens mon estomac se nouer à cette pensée. Mon coeur se serre, je revois la statue face à mes yeux. Il me fait signe de le suivre jsuque dans l'arrière, une porte en bois caché par quelques étagères de bouquins salaces donne directement sur une cave. Il fait chaud, la lumière est tamisée et tout est en bois ici. Je me sens privilégié d'être ici, alors je ferme la porte et j'écoute, j'observe.

-Commençons par le commencement...De toute manière, tu es trop frêle pour être là au nom de cet enfoiré de Hokage... Je suis un très fin connaisseur de notre monde, le passé des shinobis. Appelle moi Ryuu.

Je devine dans ses yeux qu'il ne s'appelle pas vraiment ainsi mais j'acquiesce, il transpire la frustration et mon écoute ne lui fera que du bien. Satisfait, il reprend sa petite explication pleine de sagesse.

-Teichiro Samidare est-un-ba-nni! Il a subi toutes les querelles du monde, à commencer par la grande guerre, avant même la vision du jour des grands villages! Il s'est réfugié à Konoha, ici! C'est devenu un très grand homme ici, oui, je dois reconnaître l'avoir admiré des années durant.

Il frémit lorsqu'il en parle, je plisse les yeux et le pousse à continuer d'un très léger hochement de tête.

-Il était dévoue pour notre village, mais c'était il y a déjà dix ans, le temps passe et les choses changent. Un début de friction entre lui et le mizukage, Samui Mahan, ont provoqué des tensions avec Konoha. Je ne sais pas si tu connais l'histoire de ta patrie mais nous avons été victime d'un incendie et Kiri fut suspecté! Je sais, moi je sais la vérité. Ils ont voulu se venger et ont fait pression sur le Hokage pour que la tête de Teichiro soit livré. Finalement, il a subi les pires tortures là bas, envoyé par notre Hokage. C'est un martyr, qui a su encaisser pour le village. Peu après, il disparut et fut présenté comme mort. J'ai d'ailleurs subi une violente dépression, il avait fondé le Genkai et avait sû aider dans l'ombre notre Shodaime... C'est à l'hiver de l'an 3 que le An'Tei, lors d'un tournoi organisé par le Nidaime, fit son apparition avec le retour de Teichiro en tête de liste. Le meilleur reste à venir, Samidare fut présenté comme un fondateur clé du An'Tei. C'était le renouveau du Fléau de Kiri, du démon de cendre... J'ai longtemps cru en ce projet, il avait pour but d'assembler tous les maux du monde autour de lui et de détourner les puissances de la guerre. Une fois encore, il y parvint, un peu. Tu sais, l'Homme est mauvais comme l'animal. Il fut baffoué et trainé dans la boue mondialement, c'est un sannin doublé d'un ennemi public. Le seul lot de consolation pourrait se trouver dans le Colisée qu'il a créé et où sa statue est toujours restée. J'aime Konoha, et lui aussi, je le pense sincèrement. Et ce village a su lui rendre hommage même si il n'est pas mentionné dans vos bouquins d'histoires, un paradoxe.

Il baisse la tête et hoche négativement celle-ci, son faciès se crispe, comme si il allait sombrer dans les pleurs, la nostalgie ou la mélancolie sans doute. Je pose ma main sur son épaule, je sens l'os sous ma paume, il est si maigre.

-Continuez, vous transmettez son histoire, Ryuu.

-Tu as raison... Il continua de vivre comme nukenin à travers le monde et entretint des relations à peu près partout dans le monde, joua un rôle clé dans les conflits géopolitiques mais tout ceci reste trop flou pour moi, je dois le reconnaître... Son ultime combat, à Mizu, lui fit perdre un bras et des frères, d'autres Samidare venus l'aider. Finalement, il fut battu et renvoyé à Suna.


-Pourquoi Suna?

-Je n'en sais rien, sa vie est pleine de mystère et celui-ci en fait partie. La légende dit qu'il est scellé dans le désert, d'autres disent qu'il a rejoint le ciel...

-Merci Ryuu, si un jour j'arrivais à le trouver... Je lui dirais que des Hommes tels que vous n'ont pas oublié, n'ont pas renoncé. Je dois y aller, merci encore.

-Quoi?! Le trouver, mais tu es fou! Non attends!

Je préférais m'en aller, il en avait dit assez pour que je saisisse qui était cette légende célèbre et mal connue. Désormais, l'armure rouge scintillante à la lumière du dehors clignote de plus en plus dans mon esprit. Il me fallait encore obtenir une dérogation, ultime étape avant de partir à la conquête d'une gloire déchue.

Maman, Papa, je pense à vous sans savoir pourquoi. Je me sens si proche de ses idéaux qu'il m'est impossible de ne pas donner un sens à ma vie, partir chercher un mirage est synonyme de perte pour beaucoup. Mais que faire, que penser lorsqu'on court déjà à sa perte? Je suis de ceux qui font des choix et le mien c'est de mourir en ayant tout fait pour m'en sortir.

Je terminai ma journée en passant à l'étang, il fait toujours si bon. Je me demande à quoi ressemble le désert, tandis que mes yeux ont affaire à d'autres affaires. Une grenouille sur son nénuphar me regardent, je plisse les yeux lui rendant son regard insistant.

-On se voit à mon retour.


La route est longue, faites que je m'en sorte, l'azur bleu se teinte de rouge ce soir au coucher du soleil. Cette couleur me rappelle l'armure du guerrier de mes rêves, me rappelle que je suis désormais absorbé par celui-ci et que ma quête a prit, sans que je ne le réalise, une tournure débordante et différente...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

III- En quête de soif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville :: Bibliothèque-