N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Jeu 12 Fév 2015 - 14:42

Ordre de mission a écrit:
Kurokami Yusei et Aru :

Une fédération de paysans en colère demande une entrevue avec des shinobis de Konoha et de l'alliance du Shûkai. Ils demandent une meilleure protection de leurs terres sur Hi et Kusa, ainsi qu'un meilleur rendement de leur terre. A vous d'aller voir quelles seraient les détails, et de faire attention que ça ne dégénère pas en conflit, cela serait dur à gérer.

Automne, An 11.

Me voilà bien, à me retrouver encore pour une mission sans actions. J'avais besoin d'un peu de tension, de combat, bref, quelque chose qui me donnerait un bon coup d'adrénaline dans les veines. Moi qui ne rêve que de marquer l'histoire de par des exploits exceptionnels, comment se fait-ce que je n'ai point l'occasion d'être envoyé sur des missions épiques ?! Traquer un traitre du village, retrouver des documents importants, chasser une bestiole supra-dangereuse. Il ne me fallait que ça pour pouvoir faire battre ce cœur de héros qui repose au fond de moi. Alors pourquoi, POURQUOI ?!

*Ahem* Veuillez pardonner ce moment de flottement. Donc, pour vous faire un résumé de la situation. Étant donné que les agressions étaient devenues de plus en plus fréquentes à ce moment, sans doute à cause de l'agitation que provoquait le bordel avec les Furyous, plusieurs paysans ont décidé de faire une grève de distribution des récoltes tant qu'ils n'auraient pas une garantie de meilleure protection. De plus, ils estimaient qu'ils ne possédaient pas assez de terre, pour à la fois fournir leurs clients, mais aussi se nourrir, et de ce fait, réclame que l'on leur accorde plus de terrain à cultiver.

Afin de réguler la situation, on a demandé à deux Shinobis d'agir en tant que médiateur. Jusque-là, rien de bien sorcier me direz-vous. La subtilité était qu'il s'agissait d'une sorte de groupement de paysans qui se trouvaient à la frontière entre le Pays du Feu et celui de l'Herbe. Hors, suite à la création du Shozaichi, ce pays appartenait maintenant au Shûkai. De ce fait, les deux Shinobis appelés devaient venir de chacun des deux pays, et donc, j'allais devoir travailler avec un Ninja du Shukai. À dire vrai, cela ne me gênait pas vraiment, c'était toujours bon de pouvoir essayer de nouer des liens avec les autres pays. Mais étant donné les tensions qu'avait Konoha avec l'Alliance des pays neutres, rien n'était forcément sûr.

On m'avait demandé de partir à Kusa de sorte à pouvoir arriver sur les lieux la veille du rendez-vous, dans le but de pouvoir rencontrer le Shinobi qui allait m'accompagner dans cette tâche ardue. Voilà pourquoi je me retrouvais à marcher en plein milieu de la forêt luxuriante à la recherche de l'auberge dans laquelle allait avoir lieu le meeting. Je n'ai pas eu l'occasion de croiser grand monde sur ma route, malgré la réputation qu'a ce pays d'abriter une troupe de voleurs, étonnant. C'était dingue de voir autant de végétation. Certes, les forêts du pays du feu n'avaient rien à envoyer à ces lieux, mais tout de même, cela restait impressionnant.

Je voyais enfin le lieu que je recherchais au niveau de mon champ de vision.Le bâtiment ne semblait pas vraiment ancien, cela faisait contraste avec la végétation des alentours. Il y avait une grande cours qui permettait de se promener sur les lieux, ou aux enfants de jouer, tout en restant à proximité de l'auberge et à porter de vue de leurs parents.Pénétrant dans l'enceinte de l'établissement, je me dirigeai donc vers l'accueil et me présentai comme étant l'un des médiateurs pour la réunion qui allait se passer dans ces lieux. Elle semblait apparemment en joie de me voir, ça devait bien lui faire plaisir de voir autant de monde fréquenter son établissement, surtout quand c'était subventionné par le pays du feu et l'alliance des pays neutre, la veinarde...

Une fois cela fait, elle me demanda de lui confier mes affaires personnelles qui seraient montées à ma chambre. En attendant, j'étais en train d'observer le pendule pour voir l'heure, et me rendit compte que j'étais arrivé presque une demi-heure en avance. La poisse, voilà ce que c'est quand on n'a rien à faire, on va trop vite en marchant... Il ne me restait plus qu'à attendre la personne avec qui j'allais devoir travailler. Je n'avais aucune idée de qui cela pouvait-il bien être, vu qu'on ne m'avait pas donné de description. Soupirant, je choisis donc de resserrer mon bandeau de shinobi là où j'avais l'habitude de le porter, à savoir, sur mon bras gauche, et pris la place sur un banc à l'ombre afin de m'y allonger. La marche semblait m'avoir épuisé assez rapidement, puisque je m'étais assoupi au bout d'une dizaine de minutes...


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Ven 13 Fév 2015 - 19:03

Voilà une matinée qui promettait de ne pas être monotone pour la belle flavescente. Cette dernière, qui s'était levée comme à son accoutumée très tôt pour aller contempler le paysage à travers la fenêtre de sa chambre, était impatiente à l'idée de l'entamer. Et pour cause ? On lui avait annoncé qu'elle avait été choisie pour une mission un peu spéciale où il fallait se la jouer très fine pour éviter qu'il n'y ait un clash. Elle apprit que durant la dite mission, elle allait être emmenée à travailler en étroite collaboration avec un shinobi du village caché des feuilles. Dès qu'elle apprit ceci, Aru ne sut comment réagir. Au fond elle était contente qu'on décide de lui confier cette mission mais elle était quelque peu anxieuse. Il s'agissait de la toute première fois où elle partait en mission seule avec une personne ne faisant partie ni de son équipe, ni de l'alliance du Shûkai. Elle se souvenait aussi que la dernière fois qu'elle avait participé à une mission où il était au départ convenu que son équipe et elle joueraient la carte de la diplomatie, elle avait laissé exploser sa colère. Elle n'avait pas longtemps tenu le coup face à des gens qui n'avaient aucune considération pour les liens familiales. Ce jour-là, elle avait écouté les cris de son coeur qui était attristé de voir qu'une famille s'obstinait à se disjoindre pour quelque chose de très vain.

Y repensant, la belle tressaillit légèrement. Qu'est-ce qui se passerait si elle venait encore à perdre son self-control ? Il y'avait quand même de quoi à ce qu'elle se ronge les ongles à sang. Continuant à guetter le lever du jour, la flavescente se mit à faire les cents pas devant sa fenêtre et s'arrêta au moment où sa tante la rejoint. Voyant que sa nièce était anxieuse, la rose dorée la prit contre elle. Elle lui offrit ensuite quelques mots d'encouragements qui parvinrent à balayer l'appréhension qu'éprouvait la jeune flavescente. Cette dernière resta un moment dans les bras de sa tante avant d'aller déjeuner avec son père, qui semblait s'être enfin remis de ses dernières émotions. Dès qu'elle eut fini, Aru prépara quelques affaires, elle embrassa sa tante ainsi que son père et sortit finalement dehors. Elle alla ensuite glisser un mot dans la boîte aux lettres de son cousin, qui elle se doutait, avait d'autres chats à fouetter quelque part avant de quitter le Shozaichi pour prendre le chemin pouvant la mener au lieu où elle devait rencontrer son collaborateur. En route, la belle effectua nombreux exercices destinés à l'amélioration de la respiration.

« - Allez ma petite Aru, tout va bien se passer ! », se dit-elle d'une voix déterminée pour se motiver à avancer.

Elle poursuivit son avancée jusqu'au Pays de l'Herbe, où se trouvaient nombreux souvenirs de son enfance. En chemin, elle ne fit aucune mauvaise rencontre, pour son plus grand bonheur. Fermant les yeux, la flavescente prit une grande bouffée d'air frais. Par la suite, elle expira tout l'air qui se trouvait dans ses poumons. Elle répéta l'opération d'expiration et d'inspiration pendant quelques instants, dans l'espoir d'évacuer le stress qui avait pris place dans son esprit. « Ce n'est pas le moment de se relâcher », se dit-elle en avançant à petits pas jusqu'à parvenir devant l'auberge où on lui avait dit que la personne de Konoha descendrait. Prenant son courage à deux mains, elle pénétra dans l'établissement. Elle se rendit ensuite à l'accueil où elle expliqua la raison de sa venue. On lui annonça alors que le shinobi de Konoha, était déjà entrain de l'attendre depuis quelques minutes. La personne qui la reçut, lui indiqua où se trouvait son collaborateur. Après qu'elle ait donné ses affaires à l'accueil et qu'elle se soit assurée qu'elles seraient déposées dans la chambre qui lui était réservée, Aru renoua l'écharpe qu'elle portait autour du cou. Elle se dirigea ensuite vers là où était le jeune homme. Ce dernier semblait être en plein assoupissement sur un banc.

Avant de se décider à le réveiller, la flavescente prit le temps de le contempler intensément. Des pieds à la tête. Elle put se rendre compte, avec son analyse, qu'il possédait un visage loin d'être désagréable. Vu les traits de celui-ci, la belle flavescente conclut qu'il n'était pas si âgé que ça comparé à elle. Scrutant l'ensemble du visage du jeune homme, la belle s'attarda sur la bouche de ce dernier plus précisément sur ses lèvres. Elles étaient d'une finesse si exquises. Si la demoiselle ne s'était pas décidée à garder ses distances avec la gent masculine et surtout à calmer ses ardeurs de tigresse, elle ne se serait pas gênée pour l'embrasser afin de le réveiller. Mais voilà, elle avait pris la décision qu'elle ne serait plus cette jeune femme qui s'amusait à se jeter dans les bras du premier venu pour satisfaire ses désirs et caprices de midinette. Sans compter que sa dernière expérience passionnelle lui avait appris, qu'il fallait qu'elle fasse preuve de prudence à l'avenir en ce qui concernait les histoires de cœur, si elle voulait éviter une autre souffrance inutile. Frémissant légèrement, Aru hocha vivement en se rendant compte qu'elle partait encore dans ses divagations. Subséquemment, elle s'éclaircit la voix assez fort de façon à ce que le jeune homme puisse l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Sam 14 Fév 2015 - 11:35

Même si je préférais bouger, faire vibrer mon sang, ressentir l'excitation du combat qui me traverse la peau, de part en part, et qui me donne la sensation d'être VIVANT !... Je devais admettre que parfois, profiter de l'occasion pour se prélasser à l'ombre, sous le soleil, et laisser juste la mélodie du vent nous bercer dans notre voyage dans le royaume des songes (oh, elle est pas mal celle-là, je devrais la noter pour mon récit). Même si la marche ne m'avait si pas épuisé que ça, dès que je m'étais allongé, j'avais pu sentir une certaine fatigue me gagner. J'étais encore parti rapidement dans un de mes rêves de grandeur, en pleine mission en affrontant en duel Monwa, et où, bien évidemment, je triomphais dramatiquement avec la gloire du monde qui m'accueillait.

Pourtant, mes songes devaient bien prendre fin. Un son étrange me réveilla. Un raclement de gorge ? Quelqu'un voulait me parler ? Il était donc temps de rejoindre le monde des vivants, et de quitter mes rêves qui ne mettraient, je l'espère, pas longtemps pour devenir une réalité. J'avais bien le droit d'obtenir mon titre de légende vivante, non ? Même si le repos fut de courte durée, cette sieste avait été suffisante pour faire que je ne sois plus adapté à la luminosité de la pièce. J'étais donc en train de plisser les yeux, tout en me protégeant avec mon bras. Je me remis donc assis avant de m'étirer et de bâiller comme un ours. Mes yeux se rouvrirent lentement avant que je me mette à scruter les horizons tout en me frottant l'arrière du crâne. J'avais semble-t-il fait tomber ma casquette en m'endormant et commençait à la chercher.

Tout se passa alors très vite au moment où j'attrapai ma casquette, puisque ce fut à cet instant que je vis la personne qui semblait m'avoir réveillé. Relevant la tête, je pus donc voir tout d'abord ses jambes, si fines et élancées. Vint ensuite son torse. Des hanches qui feraient pâlir un sablier, une peau blanche d'une telle clarté. Je pouvais aussi voir que la nature a été plus que généreuse avec cette personne, l'ayant doté de belles formes qui faisaient penser à des fruits de la saison estivale. Mais ce qui me mit presque bouche bée fut son visage. Des traits fins et plutôt jeunes, des cheveux en tissu doré, des lèvres brillantes. Et ses yeux... On aurait dit de l'ambre étincelant au soleil. Je pouvais sentir mon teint légèrement roussir à cette vision divine.


« - Elle est vraiment belle… »

Oui elle l’était… Eeeeeuh, attendez une minute.

« … Est-ce que je viens juste de dire tout haut ce que je pensais tout bas ? »

Mentalement, je venais de visualiser toutes les personnes que je connaissais, ainsi que les membres de l'auberge en train d'effectuer un bruyant et enchaîné Facepalm. Plusieurs *clap* retentissait dans ma tête. Je pouvais déjà entendre les mots de Genji qui me rappelait les phrases à sortir / ne pas sortir la première fois que l'on voyait une fille. Je pouvais aussi voir à côté de lui Megumi en train de se moquer de moi en se roulant par terre tellement qu'elle avait mal aux côtes. Je savais que je n'étais pas vraiment éveillé suite à ce somme, mais à ce point...



*Flash Blanc, un présentateur apparaît à côté de moi.*


« - Et le gagnant du prix du « Sérieusement, mec, t’aurais pas pu la boucler ?! » est attribué ààààà… Kurokami Yusei-san, félicitation jeune homme ! »

*Re-Flash Blanc*

Ce qui semblait être que dix secondes s'écoulèrent comme une infinité de minutes. J'étais paralysé et paniquais intérieurement tout en gardant un visage neutre... Entièrement rouge, mais neutre. Et pourtant, je n'arrivais pas à quitter mes yeux de son regard qui me gardait prisonnier. Je réussis enfin à bouger après d'autres secondes supplémentaires, en remettant ma casquette sur la tête, tout en silence bien entendu. La resserrant bien, je commençai à me lever et m'avançait donc en direction de la fenêtre en faisant en sorte de me mettre dos à elle. Prenant ainsi une grande inspiration et expirant l'air pour me calmer, les mains posées sur mes hanches, je regardai l'horizon et je fis ce que tout homme censé aurait fait.

« - C’est vraiment une belle journée aujourd’hui… »

Je fis comme si rien ne s'était passé. Je ne pouvais en aucun cas admettre la connerie que je venais de faire, surtout pas. Je sais que j'ai beau être tête en l'air, faire une telle bourde n'était pas digne du héros que j'étais. Pendant plusieurs secondes, je restais dans la position précédente, dans le seul but de faire descendre le sang qui m'était monté à la tête, et ainsi retrouver mon visage calme, mystérieux et surtout trompeur habituel. Je me tournai alors vers la jeune femme, gardant une de mes mains sur mes hanches et laissant l'autre se pendre, et repris la parole.

« - Je suis Kurokami Yusei, Chunin de Konoha. A qui ai-je l’honneur ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 16 Fév 2015 - 13:11

Maintenant qu'elle était parvenue jusque là, la flavescente n'avait qu'une chose à faire, aller découvrir son coéquipier. Dès lors qu'elle l'aperçut, Aru se laissa un peu accaparée par l'étourderie qui lui susurra de débuter la rencontre merveilleusement. Se rappelant qu'elle avait pris la décision de ne plus se faire avoir par ses désirs transitionnels, la belle se reprit. Ceci fait, elle fit en sorte que son collaborateur se réveille. Mais avant que celui-ci ne lui accorde de l'attention, il effectua de nombreux mouvements qui firent comprendre à la flavescente qu'il n'était pas complètement réveillé et de ce fait, elle ne pouvait pas lui faire la conversation encore moins se présenter à lui. Dès qu'il s'extirpa de son sommeil, le jeune homme chercha en premier lieu sa casquette qui était manifestement tombée au sol, après l'avoir attrapée, il releva tout doucement la tête pour enfin regarder Aru qui désespérait un peu de le voir porter son attention sur elle. Bien entendu, elle n'avait pas cette appréhension pour des raisons n'ayant aucun rapport avec leur mission. Elle voulait qu'il la regarde, qu'ils se reconnaissent et qu'enfin ils puissent commencer à se concerter sur la marche à suivre pour arranger les choses du côté des paysans mécontents. Rien que cela, elle n'avait rien d'autre en tête malgré ses pensées précédentes.

Alors qu'elle était là à patiemment attendre que son collègue se redresse, Aru fut très surprise de le voir rougir après l'avoir plantureusement scruté. Par la suite, elle l'entendit dire « Elle est vraiment belle ». Plusieurs choses se produisirent ensuite. Durant l'espace d'un instant la flavescente sentit les battements de son cœur s'accélérer. Ses joues quant à elles ne tardèrent pas à prendre une couleur rougeâtre. Pour finir, ce fut la panique qui s'empara de la belle qui ne savait vraiment pas ce qu'elle devait faire. Si elle avait entendu cela, quelques temps auparavant, elle aurait assurément fondu et se serait même laissée prendre au jeu. Mais là, non. Ce n'était pas possible qu'elle se laisse gagner par l'envie d'amusement. Rougissant fortement, la flavescente se demanda comment allait-elle pouvoir aborder le jeune homme par la suite sans faire de bourde ? Alors qu'elle était entrain de paniquer, elle se rendit compte en regardant son collègue, qu'il était dans le même état qu'elle. Son visage rouge comme une tomate ayant mûrie au soleil, ne pouvait pas mentir. Sûrement était-il autant gêné qu'elle par l'ambiguïté de la situation. Dans sa tête, Aru se mit à chercher quelque chose qui lui permettrait de briser la glace en douceur et surtout d'éviter que des blancs ne viennent s'installer. Ceux-là, on ne sait jamais ce qu'ils peuvent provoquer dans une situation pareille donc autant s'en méfier.

Alors que la flavescente était sur le point de dire quelque chose, elle s'interrompit en voyant son camarade remettre sa casquette. Il se releva ensuite pour s'avancer vers une l'une des fenêtres non loin d'eux. Aru qui n'avait pas bougé de sa position, le regarda faire sans dire quoi que ce soit. Intérieurement elle soupira de soulagement. Pour elle, l'action du jeune homme était la terminaison de leur situation équivoque. Dos à Aru, le jeune homme prit une grande inspiration puis expira. La jeune flavescente ne put s'empêcher de rire après ça, sans se faire entendre bien sûr en se disant qu'il tentait de reprendre son calme. Dès qu'il eut fini, le jeune homme s'exprima en disant une phrase qui confirma les doutes d'Aru, qui fut très soulagée. Ils pouvaient désormais se parler librement, sans être gêné par le petit incident. Quelque peu rassurée, Aru souffla légèrement avant de se décider à avancer de deux pas vers le jeune homme qui finit par lui faire face au bout de quelques secondes. Il se présenta convenablement en ajoutant qu'il était un Chunin de Konoha avant de lui demander son identité.

« - C'est un plaisir de faire votre connaissance Kurokami-senpai, dit-elle en inclinant sa tête pour exprimer son respect. Mon nom est Aru, elle releva sa tête, je suis la Genin envoyée par l'alliance du Shûkai pour vous seconder durant cette mission...Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais que nous commencions à chercher ensemble un plan adéquat pour mener cette mission à bien. À moins que vous ayez envie d'un petit rafraîchissement avant ? Votre voyage a du être long et épuisant, de ce fait je ne vous en tiendrais pas rigueur si vous décidiez d'aller vous désaltérer. »

Voulant se montrer très avenante, Aru offrit un sourire amical au dénommé Yusei, qu'elle n'avait pas osé appeler par son prénom. C'était bien la première fois qu'elle faisait une chose pareille. Elle estimait qu'ils ne se connaissaient pas assez pour qu'elle se permette de l'appeler comme le ferait l'un de ses véritables amis. Par simple précaution, valait peut-être mieux qu'elle agisse de la sorte et tant pis qu'elle donne l'impression de vouloir mettre de la distance entre eux. Elle n'était de toute façon pas là pour flirter avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 16 Fév 2015 - 14:23

J'avais beau essayer de me remémorer mes expériences passées, j'ai pas réussi à en trouver beaucoup qui m'avaient mis dans un tel état de stress. Il y avait bien la fois ou Megumi balança à mes parents que je m'étais fait éliminer de l'examen de Chunin, une autre fois où j'avais été obligé à rentrer dans une maison close avec mon père, la fois où j'avais été avec cette Yamanaka en mission, qui n'arrêtait pas de se coller à moi... Mais à chaque fois, ce n'était pas moi le déclencheur de ces conneries, là si ! Bordel, pourquoi je ne maîtrise pas, je sais pas, un Jutsu qui me permet de revenir 30 secondes en arrière. J'aurais pu me tirer de ce moment de gêne à la con ! Là, j'avais beau me tenir face à Aru avec un teint normal et un visage neutre, je pouvais sentir, très légèrement, ma peau frissonner rien qu'en repensant à cette connerie.

En plus, je n'étais pas le seul qui fut gêné par cette action... Enfin, je crois. Je n'étais pas sûr, mais quand j'étais paralysé devant la blonde, je pouvais sentir que la sensation de stress était partagée. Je ne voyais pas forcément bien en face de moi, vu que je n'étais pas concentré, mais il me paraissait qu'elle aussi avait eu un teint plus rouge qu'au normal. Après, à savoir si c'était autant que le mien, impossible à déterminer. Je la voyais donc en face de moi, elle s'était avancée et paraissait plus calme que je ne l'étais. Avait-elle vraiment cru que ma première phrase faisait référence au temps ? Je pensais plutôt que comme moi, elle ne voulait pas que cet incident ne soit remémoré par nous deux. Je n'espérais qu'une chose cependant, un truc qui devait s'avérer important pour la suite des évènements : elle ne devait sous aucun prétexte être ma coéquipière !


« - … pour vous seconder durant cette mission... »
« Et.Merde. »

Conservant un visage neutre et stoïque, je penchais cependant légèrement la tête en apprenant cette nouvelle. C'est bien ce que je craignais, la raison pour laquelle elle m'avait réveillé et voulait me parler, c'est parce qu'elle était celle qui allait être la représentante du Shukai pour régler le conflit. Je l'écoutais donc se présenter. Aru ? Pas de nom de famille ?Étrange, mais bon, pas forcément peu commun. Ce qui me surprit un peu plus, je veux dire, à part le fait qu'elle soit ma partenaire à la mission, était le fait qu'elle soit Genin. Je me voyais plutôt travailler avec un aussi gradé que moi pour ce genre de mission diplomatique. M'enfin, peut-être qu'elle avait déjà ce genre d'expérience, d'où le fait qu'on l'envoie, elle.

Elle me proposa donc de commencer à parler de la mission et comment nous allions procéder. Elle allait droit au but, ça me plaisait... Enfin, je veux dire, ça me plaisait dans le sens où ça aidera pour la mission, hein, je ne pensais pas à autre chose ! Elle proposa ensuite qu'on aille boire tous les deux pour « me désaltérer »... Apparemment, elle était encore gênée de ce que j'avais dit auparavant, ça se sentait. Je me frottai l'arrière du crâne tout en donnant l'impression que je réfléchissais avant de lui répondre.


« - Une discussion autour d’un verre ne peut pas nous faire du mal. On verra ensemble les détails en même temps. »

Je terminai ma phrase en répondant à son sourire de manière naturelle et mon regard habituel. Elle comptait bien se comporter avec moi, il était tout naturel que je lui rende l'appareil. Je commençai donc à m'avancer en direction de l'hôtesse afin de lui demander de nous apporter du thé dans le salon, avant de me tourner en direction de la kunoichi pour l'inviter à prendre la marche. Nous arrivâmes donc dans la pièce où se trouvaient plusieurs tables basses et en choisirent une afin de s'y asseoir. Prenant une position tailleur, et retirant ma casquette, je m'appuyais sur le sol en mettant mes mains derrière moi avant de reprendre la parole.

« - Avant de commencer, j’aurais aimé savoir, Aru-san… Avez-vous déjà fait ce genre de missions ? Je veux dire, avez-vous déjà du traiter des conflits de ce genre ? »

Je voulais savoir si elle avait une certaine expérience dans ce genre de domaine, parce que cela pouvait nous servir dans cette situation. J'espérais franchement, parce que personnellement, ce n'était pas forcément d'une telle ampleur...


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Mer 18 Fév 2015 - 18:54

Pour ne plus avoir à évoquer l'incident embarrassant, Aru classa précipitamment la déclaration de son collègue sur le compte de l'épuisement. Il avait fait un long voyage pour venir au Pays de l'Herbe, il n'était donc pas impossible que ses étranges propos aient un quelconque rapport avec la fatigue, se disait intérieurement la belle pour se persuader qu'il n'y avait vraiment pas besoin qu'elle s'attarde dessus. S'il avait dit « elle est vraiment belle » après l'avoir regardé, c'est parce qu'il était épuisé. Il ne pouvait s'agir que de cela et rien d'autre. Il n'était donc pas nécessaire qu'elle se fasse du mauvais sang ni même qu'elle se laisse empoigner par la futilité en pensant à ce qu'il avait dit. Tentant tant bien que mal de reprendre le contrôle sur son esprit, la flavescente recentra son attention sur autre chose. Subséquemment elle adopta une attitude plus ou moins convenable face à Yusei à qui elle proposa de commencer à discuter de ce qu'ils pourraient faire pour la mission. Le calme revenu, le Konohajin répondit à Aru qu'une discussion autour d'un verre ne leur ferait pas de mal. Voilà qui était très charmant et raisonnable en plus.

Par la suite, nos deux camarades se dirigèrent vers le salon où ils allaient pouvoir déguster du thé. Les tables étant basses, ils durent s'installer en tailleur. Heureusement pour Aru adopter une telle assise n'était guère dérangeant, après tout elle ne portait pas d'habillement inadéquate comme une jupe. Ce genre de tenue, il y'avait bien longtemps que la belle n'en avait pas porté, même pour le plaisir de se sentir femme. Elle s'était rendue compte avec le temps que porter ce genre d'habit n'était pas pratique surtout pas pour une kunoichi. Il lui était plus facile de se mouvoir à sa guise en portant des pantalons, panta-courts ou encore des combinaisons plutôt que des robes et tout ce qui s'ensuit. Elle portait bien évidemment des tenues de femme, mais cela restait rare. Prenant une grande inspiration, la flavescente qui était déjà loin dans ses pensées, posa son regard sur Yusei. Elle remarqua assez rapidement que ce dernier ne portait pas sa casquette. Durant l'espace d'un instant, elle s'attarda sur sa chevelure ébène qu'elle n'avait pas pris le temps d'admirer. En tout cas pas en profondeur, contrairement à là.

S'y attardant, elle eut une monstrueuse envie d'aller fourrer sa main dedans pour les décoiffer. Par pur et simple plaisir, elle souhaitait les contempler de près. Toute cette obscurité l'attirait à un point, que nulle ne pouvait imaginer. Et cette exquise lustrée, ça pouvait se voir de loin qu'ils étaient souples et ce qui ne gâchait rien c'est qu'ils se mariaient parfaitement avec ses somptueuses et envoûtantes prunelles vermeilles. Si seulement elle avait pu, elle serait allée se noyer dans cet océan écarlate. Si seulement les choses avaient été différentes, elle en aurait fait une montagne de choses. Se perdant littéralement dans le regard de Yusei, Aru hocha un peu la tête et arbora rapidement un visage sérieux. Faisant comme si de rien n'était, elle regarda Yusei qui elle osait l'espérer n'avait pas remarqué qu'elle avait la tête ailleurs. Le jeune homme venait de lui demander si elle avait déjà fait une mission comme celle qu'ils étaient sur le point de faire.

« - Eh bien..., elle s'éclaircit un peu la voix, oui j'ai déjà eu à régler une affaire semblable durant l'une de mes missions. »

Aru laissa un large sourire venir se dessiner sur ses lèvres. Regardant Yusei, elle se demanda finalement s'il ne lui avait pas posé sa question, car il craignait qu'elle ne le ralentisse ou qu'elle ne lui soit d'aucune utilité par la suite parce qu'elle était Genin.

« - Vous n'avez pas à vous inquiétez, je ferais convenablement le travail pour lequel j'étais envoyée ici...malgré mon faible grade. »

La jeune flavescente attrapa sa tasse de thé qu'on venait de lui apporter, elle souffla dessus puis but une petite gorgée avant de déposer sa tasse pour regarder son collègue qui lui aussi avait sa tasse de thé.

« - Je propose que nous nous rendions sur place, le plus rapidement possible pour juger de nous-mêmes ce qu'il en est vraiment de cette histoire. Il faudrait qu'on sache si cette fédération de paysans ne fait pas du bruit pour rien. »


Dernière édition par Aru le Ven 20 Fév 2015 - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Jeu 19 Fév 2015 - 11:13

La situation avait réussi à se calmer, pour mon plus grand bonheur. On avait réussi à oublier « l'incident » pour pouvoir nous avancer sur la véritable raison de ma venue. Ce n'était que de la fatigue, oui, rien d'autre. J'étais juste en train de me réveiller, balançant les trucs qui me passaient par la tête. J'étais, comme certains l'appellent, « dans le coltard ». Il n'y avait pas de raison de s'attarder dessus. Comment ça, c'est exactement ce que je fais, mais pas du tout ! Vous ne savez rien. Bref, me voilà en train de poser une question que je jugeai importante pour la suite de la mission à ma co-équipière. En effet, savoir qu'au moins l'un d'entre nous était déjà expérimenté dans la chose aurait été rassurant. Bon, je dois avouer que j'ai eu l'occasion de traiter des conflits, maaaaais...

*Flash blanc, la scène se situe dans un bar, avec Ban et Megumi, complètement torchés en face à face, et Yusei au milieu.*


« - Je vais te défoncer ta petite gueule d’ange, broute-gazon !
- Tu veux te battre ?! Vieux Schnock !
- Allons, vous deux, héhé… Vous n’allez pas vous battre ici et maintenant, non ?
- Hum… Il a raison…
- C’est vrai, il n’a pas tort…
- A la bonne he-
- REGLONS CA DEHORS !
- J’ALLAIS LE DIRE ! COME AT ME BRO !
- Oh boy … »

*Re-flash blanc*

Disons que ce n'avait pas vraiment réussi à se terminer comme je l'avais prévu... Rien qu'en repensant à cette scène, j'avais un rictus nerveux pas mal gêné qui apparaissait sur mon visage. J'attendais une réponse de sa part, qui semblait se temporiser un peu, alors que je l'observais un peu. Elle me portait un regard plutôt... Dérangeant, on va dire. On aurait dit qu'elle me scrutait, qu'elle essayait de me cerner. En voyant ça, je me demandai si elle m'en voulait encore pour ce que j'avais dit. Extérieurement, ça n'apparaissait que sous la forme d'un levage de sourcil, mais intérieurement, je pouvais entendre ma voix intérieur me hurler quel con j'étais. Y a des fois, je me demande comment les codes génétiques ont réussi pour faire que j'ai ce visage et cette personnalité.

La réponse arriva enfin, me rassurant un peu. Elle avait donc déjà eu l'occasion de travailler sur une affaire de ce type, voilà qui allait nous être avantageux. Un simple hochement de la tête suffisait pour montrer que j'étais satisfait de la réponse. Elle accompagna cette phrase d'un sourire qui, encore une fois, ne me laissait pas indifférent. Je fis semblant donc de regarder autour de la pièce afin d'esquiver son regard. J'espérais juste que ça allait être naturel. Cependant, la phrase qui suivit m'obligea à porter mon attention de nouveau sur la blonde. Inquiet ? Moi ? Pourquoi je le serais ? Ce n'est pas comme si j'avais été envoyé pour un commando suicide et que je le savais d'avance. Je n'avais pas vraiment de raison d'avoir cette sensation. Elle me dit alors qu'elle ferait de son mieux malgré son grade. Je commençai à comprendre sa réflexion. Il est vrai que j'étais surpris d'apprendre que l'on aurait un grade différent, mais en aucun cas, cela m'était de mauvaise augure.

Alors que je m'apprêtais à lui répondre, nos tasses arrivèrent comme nous l'avions demandé. L'hôtesse déposa nos boissons une à une, servant d'abord la dénommée Aru puis moi-même. Avant de repartir, je pus noter un rictus étrange venir de sa part, avant qu'elle ne s'en aille à ses occupations. Penchant la tête, je décidai de ne pas prêter attention, me disant que ce n'était pas très important. Je vis alors Aru commencer à boire dans sa tasse, et décidai de me redresser afin de suivre son geste. Je n'étais pas vraiment un fan de cette boisson, mais il fallait avouer qu'un thé vert permettait bien de me détendre. Je pus sentir le pseudo-stress qui me hantait tout à l'heure s'effacer peu à peu alors que le nectar se vider dans ma bouche.

Alors que je continuai de boire mon verre, j'ouvris un œil pour porter mon attention sur la Genin qui proposait de nous rendre directement sur les lieux afin de nous faire une propre idée de la situation. C'était agréable de voir que nous étions sur la même longueur d'onde. Je pensais aussi que nous rendre sur les lieux nous aiderait mieux à voir comment étaient les choses. Je savais que seuls trois-quatre personnes, représentant le reste de la fédération, étaient descendus à l'auberge pour assister à la réunion. Il en était de même pour les représentants de l'autre groupe : des conseillers et autres responsables aux services des chefs d'état, qui étaient présents pour défendre le fait qu'il fallait rejeter cette proposition. Finissant donc mes gorgées, laissant ma tasse à moitié pleine, je repris en déposant le centenaire sur la table avant de prendre la parole.


« - En effet, observer nous-même la situation nous permettra d’avoir notre propre avis sur la question. Nous partirons après le repas du midi, il me semble que la zone des plantations se trouve au sud-est de l’auberge, on devrait y être en un quart d’heure en marchant. »

Je regardai un peu autour de la pièce en disant ça, je n'aimais pas trop rester sur un point fixe lorsque j'établissais une stratégie, que ça soit pour le combat ou pour autre chose. Observer l'environnement a toujours était une seconde nature chez moi, il faut le dire. Je repensai alors aux mots de la kunoichi, et me dis que je devais corriger le tir. Je me devais donc alors de retourner mon regard dans sa direction, avec un fasciés plutôt rassurant, selon les dires de mes camarades.

« - Par contre, ne vous prenez pas la tête pour les grades. S’il n’y a pas de statut d’égalité entre nous lors des négociations, cela pourrait porter préjudice. Nous sommes justes de shinobis de deux villages différents qui travaillent ensemble, non ? »

Je terminai ma phrase en souriant un peu plus. Je me devais de la conforter dans cette situation où elle semblait inquiète. Je commençais à rougir un peu détournai mon regard du sien en regardant de nouveau ailleurs.

« - De plus, le fait que vous ayez une première expérience plus … significative que la mienne, et aussi votre initiative quant à la suite des évènements n’est pas à ignorer. »

Je commençai de nouveau à stresser un peu et repris une gorgée de thé de manière, je l'espérais, naturelle afin de me calmer un peu. Je l'ai dit tout à l'heure, et je le regrette encore, mais la genin possédait en effet une apparence qui plairait à plusieurs hommes. Mais je n'étais pas un simple homme, non de dieu, je ne devais pas me laisser guider par ce genre de pensée ! Terminant mon thé, je posai la tasse sur la table avant d'essayer de reprendre une conversation « professionnelle ».

« - Je doutes que le conflit cependant se terminera en un jour. Les négociations prennent souvent de du temps avant de parvenir enfin à un accord, qu’il y ait présence d’un médiateur ou non… »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Ven 20 Fév 2015 - 15:39

Pour éviter de s'égarer à nouveau devant son collègue, qui risquerait certainement de la prendre pour une personne douteuse à le dévisager intensément sans raison particulière, Aru décida de se concentrer uniquement sur la mission. Il y'avait de quoi à faire, ça occuperait l'intégralité de son esprit et l'empêcherait d'aller vadrouiller à nouveau voire de se perdre dans les abysses de ses pensées. C'était décidé. Canalisant son attention sur ce qui allait suivre, la jeune flavescente qui avait précédemment offert un sourire à son collègue, ne put s'empêcher de remarquer une certaine gêne chez ce dernier. À quoi cela était-il du exactement ? La belle n'en avait pas la moindre idée et vu qu'elle n'avait pas envie de se préoccuper de ce qui n'avait aucun rapport avec la mission, elle ne prit pas l'initiative de demander à son compagnon ce qui avait provoqué son embarras. Se souciant sur ce qu'ils allaient effectuer, la flavescente fit une proposition à son collaborateur, qui était d'accord avec elle sur le fait d'aller à l'endroit où se trouvaient les champs pour voir de quoi est-ce qu'il retournait précisément.

Se faire leur propre opinion sur la question avant de prendre une quelconque décision ou des mesures drastiques. C'était important qu'ils fassent cela. Là-dessus, ils étaient sur la même longueur d'onde pour le plus grand bonheur de la belle flavescente, qui se dit que finalement rien n'était encore joué et qu'ils pourraient à eux deux accomplir quelque chose de bien, qui serait louangé. En unissant leurs efforts, en mettant en correspondance leurs idées, il y'avait moyen que la mission soit bouclée avec succès sans aucune accroche. Par la suite, Yusei rassura Aru qu'ils iraient vers la zone où se trouvaient les plantations après le repas de midi. La flavescente, qui était un peu interloquée par l'agissement de son collègue après qu'il ait dit cela, hocha légèrement la tête pour lui faire savoir qu'elle était d'accord avec ce qu'il venait de dire. Aru se focalisa à nouveau sur l'instant présent pour ne pas avoir à se demander pour quelle raison le regard de Yusei était si fuyant ? Oui, la belle avait remarqué que le jeune homme lui parlait mais jamais il ne gardait les yeux rivés sur elle. Enfin si mais pas trop longtemps. Pourquoi cela ? La flavescente était très intriguée de connaître la réponse, malgré ceci elle n'en fit rien. Elle n'en toucha mot au concerné.

Dès qu'ils auraient réglé cette affaire, elle verrait bien s'il y'a besoin qu'elle remette le sujet sur le tapis ou pas. Pour l'instant, il fallait surtout parler mission. Afficha un air déterminé à son visage, Aru écarquilla un peu ses yeux au moment où son collaborateur lui fit comprendre qu'elle n'avait pas à se monter la tête en ce qui concernait les grades. Formulant sous forme de question qu'ils étaient des shinobis de deux villages différents, travaillant ensemble après lui avoir auparavant fait savoir que le fait de ne pas se positionner sur un statut d'égalité pourrait leur porter préjudice durant les négociations. La belle dut reconnaître que son collègue avait tout bon. Il ne fallait absolument pas que leurs grades soient un frein pour la mission. Yusei n'était visiblement pas un simplet dépourvu de bon sens. Voilà qui était fort agréable à savoir. La belle n'était pas si surprise que cela, ça se voyait que malgré son petit air de garçon sans-souci, c'était quelqu'un de réfléchi. Écoutant la suite du discours du jeune homme jusqu'à la fin, Aru sourit légèrement en se rendant compte qu'il fuyait à nouveau son regard pour ne pas qu'elle voie qu'il était entrain de rougir. La blonde trouva ce côté du jeune homme à la fois amusant et charmant. Ce devait certainement être l'un de ses grands timides qui ne sont pas toujours à l'aise en compagnie des femmes, se dit-elle en lui rendant son sourire.

« - Vous avez raison, les négociations sont toujours très longues... Pour ma part, je ne lâcherais pas l'affaire avant qu'il n'y ait un arrangement convenant à la fédération des paysans. J'ai déjà prévenu ma famille que mon séjour ici risque d'être plus long qu'on ne le pense... Je suis impatiente de rencontrer les représentants de la fédération des paysans, pas vous Kurokami-senpai ? »

Aru but une gorgée de son thé avant de poser sa tasse pour porter son attention sur son collègue, qu'elle regarda fixement. Alors qu'elle attendait qu'il lui réponde, trois femmes plus âgées qu'Aru passèrent près d'eux. Ces dernières les saluèrent gentiment en leur offrant chacune un sourire auquel la flavescente répondit avec plaisir en inclinant la tête par respect. Subséquemment l'une des femmes, possédant une magnifique chevelure ébène et des yeux verts, se pencha vers Yusei pour lui murmurer à l'oreille quelque chose qu'Aru n'entendit pas. Au sourire enjoué que la jeune femme afficha ensuite, la blonde n'eut aucun mal à deviner ce dont il était question. Elle venait sans aucun doute d'inviter Yusei à la rejoindre. Après si c'était là ou plus tard, la belle n'en savait rien et ne comptait pas demander quoi que ce soit par la suite. La jeune femme avait certainement déduit après avoir entendu Aru vouvoyer le Konohajin qu'ils n'étaient pas ensemble et que donc elle pouvait tenter sa chance. Songeant à cette possibilité, la flavescente détourna son regard loin de ce qui était entrain de se dérouler sous son nez.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Sam 21 Fév 2015 - 19:24

Je ne savais pas si ce n'était qu'une impression ou non, mais j'avais l'étrange sensation... D'être épié. Même si je pouvais déjà remarquer les regards de la Genin de l'alliance des pays neutre, je pouvais en même temps me sentir observé par d'autres regards. Je me demandai si je n'étais pas en train de faire une simple crise de paranoïa momentanée. Aucun ennemi n'était censé être présent, donc je n'avais aucune raison de me sentir en danger. Et pourtant... Je ne pouvais m'empêcher d'avoir frissons dans la colonne vertébrale pendant plusieurs secondes. C'était l'une des raisons pour lesquelles je ne faisais qu'observer la pièce, pourtant à moitié vide.

Alors que je tournai la tête partout pour essayer de trouver la source de mon inquiétude, la blonde en face de moi répondit enfin à la remarque que j'avais faite précédemment. Heureusement, le ton restait sérieux dans notre conversation, il n'y avait semble-t-il plus d'ambiguïté par rapport aux évènements s'étant passés plus tôt. Cela avait de quoi me rassurer, vu que je pouvais dorénavant me concentrer entièrement sur la mission et ne plus à devoir me préoccuper de toutes préoccupations extérieures. Elle me dit donc qu'elle vivait avec ses parents et avait prévenu ces derniers de la potentielle longueur de la mission. De plus, elle semblait être enthousiaste, traits de caractère que j'apprécie beaucoup. Les gens sont de manière générale beaucoup plus agréables à fréquentés quand ils sont actifs. Je dis bien de manière générale parce quand je repense à mon amie la Hyûga, elle l'est parfois un peu trop...

Je me contentais d'acquiescer de la tête en fermant les yeux, ne montrant qu'un simple sourire à la blonde. Je décidai donc de finir ma tasse de thé, voyant l'heure, puisqu'il semblait que le repas allait devoir bientôt s'imposer. Au moment d'apporter ce breuvage à mes lèvres, je pus voir arriver dans la pièce la présence de trois femmes d'allures plutôt élégante, je devais l'avouer. Elle devait avoir un âge autour des vingt-cinq et trente ans. Après avoir salué la dénommée Aru, les jeunes femmes se tournèrent vers moi pour faire de même. Je me contentais donc d'un simple hochement de tête amical pour leur répondre. L'une des trois s'approcha donc pour essayer de me dire quelque chose. Sa chevelure sombre accompagnée d'yeux émeraude avait capté mon attention, me distrayant de son approche rapide. Mon corps entier était immobile, alors que j'avais ma tasse en main. Seuls mes yeux la suivirent du regard, jusqu'à qu'elle quitta mon champ de vision et commença à me chuchoter des mots à l'oreille.


« - J’espère que vous vous plairez parmi nous ce soir…
- Eeeeeeuh, merci ? »

Elle se releva alors après m'avoir échangé un dernier étrange sourire avant de partir rejoindre ses consœurs. Elle se mit alors à rire avec ses amies d'une manière qui me mit dans l'interrogation. Avais-je dit quelque chose de drôle ? À ce moment, je ne savais pas du tout dans quoi je m'étais engagé. Ne faisant que les regarder partir en écarquillant un sourcil, je m'en retournai vers ma tasse afin de finir de la boire. Une fois cela fait, je réadressai la parole au membre du Shukai.

« - Ma foi, le personnel de l’auberge est plutôt chaleureux… »

Alors que je me tournai vers la jeune blonde, je pus voir qu'elle, au contraire, avait détourné son regard de ma personne. Cela me surprit une nouvelle fois. Je me demandai vraiment si j'avais dit quelque chose qu'il ne fallait pas, ou tout simplement une remarque déplacée. Enfin, de toute façon, il était temps pour nous de bouger. Une fois que nous eûmes tous deux fini nos boissons, nous nous dirigeâmes en direction de la salle des repas. J'entendis les femmes d'auparavant me saluer en partant, et leur rendis le geste d'un simple mouvement de la main avec un sourire. C'était vraiment étrange cette atmosphère... Nous étions enfin à la table des repas, j'avais commandé pour ma part du Curry, le truc bien épicé comme je les aime. Pendant le repas, c'était, comment dire... Silencieux ? Ouais, c'est le mot. Aru m'observait bizarrement, mais je faisais en sorte de ne pas faire attention, aussi difficile que la chose fut... J'étais concentré sur la mission, il nous fallait nous préparer.

Une fois le repas terminé, nous nous dirigeâmes en direction de l'entrée du bâtiment, où nous pûmes voir deux hommes, autour de la quarantaine chacun, nous attendre. L'un d'entre eux portait des vêtements simples, j'aurais dit même faits pour des travaux laborieux qui ne nécessitaient pas de faire attention, et possédait une musculature avancée. L'autre quant à lui portait plutôt un Kimono beaucoup plus soyeux, plus propre, accompagné de lunettes, et avait une allure beaucoup plus noble. L'un d'entre eux nous accosta donc.


« - Yo ! Vous devez être les deux Shinobis que nous avions demandés !
- Je suppose… ? Vous êtes ?
- Veuillez excuser cet homme, il ne semble pas avoir une bonne éducation…
- Je me permettrai de vous dire que vous n’avez point non plus répondu à sa question.
- Tss… Mon nom est Momochiro Kusato, un des conseillers du seigneur du feu.
- Monzaimon Sosuke pour ma part, enchanté.
- Heureux de faire votre connaissance, je suis Kurokami Yusei de Konoha, je m’inclinai en laissant Aru se présenter à son tour. Nous comptons nous rendre au niveau de la région de plantations pour observer nous-même la situation.
- C’est pour ça que je suis là, je vais vous accompagner. Par contre lui…
- Je suis là pour voir si vous ne véhiculez pas d’informations douteuses ou erronées à nos médiateurs !
- Tss, très bien. Suivez nous donc.
- Entendu. »


Première impression : ça n'allait pas être une partie de plaisir. Je ne pouvais bien voir que les deux hommes avaient déjà eu l'occasion de faire connaissance, et surtout, de bien mettre les choses au point concernant une potentielle entente : pas possible. Soupirant un bon coup en remettant ma casquette, j'entamai la marche en m'adressant à Aru, de sorte à ce que les deux autres, déjà partis devant, ne m'entendent pas.

« - Bon… Je crois que la mission a déjà commencé en fait… »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 23 Fév 2015 - 17:46

Loin de vraiment la contrarier, la scène se déroulant devant ses yeux, incommoda la flavescente plus qu'autre chose. Non mais tout de même, quel culot cette femme. Elle aurait pu attendre que Yusei ne soit plus en sa compagnie pour venir lui faire du gringue. C'était franchement invraisemblable d'assister à une telle scène. Aru ne se mettait certes pas dans la catégorie de ces femmes faisant dans la discrétion néanmoins, elle aurait agit de façon moins singulière. Si elle s'était retrouvée face à un homme suscitant son intérêt, elle ne lui aurait pas sauté dessus devant tout le monde. Oh dieu non ! Contrairement à ce qu'elle laissait percevoir avec son allure de femme désinvolte, elle aurait été plus subtile pour aborder un tel sujet. Elle se serait tout d'abord assurée que nulle ne viendrait les déranger son élu et elle. Ensuite, elle aurait fait dans la subtilité pour lui faire comprendre qu'elle était intéressée par lui et seulement après, elle serait passée à l'action. Elle n'avait évidemment pas toujours pensé ni procédé de la sorte mais maintenant qu'elle s'était rendue compte que la méthode du rentre-dedans n'était pas forcément la bonne, il lui fallait innover ses méthodes. L'innovation, en voilà une chose qui pouvait parfaitement correspondre à la nouvelle personnalité qu'elle avait décidé d'arborer pour ne plus avoir à souffrir.

Se perdant dans ses pensées, Aru en sortit au moment où elle entendit la voix de son collègue parvenir à ses oreilles. D'après lui le personnel de l'auberge était plutôt chaleureux. Il trouvait vraiment ? Il devait certainement dire cela à cause des trois femmes à qui la flavescente n'avait porté aucune attention par la suite. Même lorsqu'elles sont parties, elle ne les a pas regardé. Il n'y avait de toute façon pas besoin qu'elle s'en préoccupe, étant donné qu'elles étaient plus intéressées par Yusei que par elle, ce qui arrangeait bien la belle blonde. Cette dernière ne conversa pas beaucoup durant le repas de midi, qu'ils prirent quelques temps après avoir terminé leurs breuvages. Elle n'avait rien à dire et donc, elle laissa son côté plus ou moins appliqué prendre les commandes. Ce qui ne fut pas si mal enfin de compte, enfin pour elle. Elle n'eut aucune pensée d'aucune nature. Elle observait de temps à autre Yusei sans jamais lui dire quoi que ce soit de déplacé. Elle trouva le repas charmant malgré l'absence de discussion soutenue. Pas une seule fois, elle ne se focalisa sur la fascinante chevelure ténébreuse de son compagnon. Pendant le repas, la flavescente commanda un sauté de porc aux légumes et au riz, qu'elle trouva succulent. Elle ne prit ni entrée, ni dessert, qui elle savait ne seraient pas passés avec l'appétit de moineau qu'elle avait depuis quelques temps maintenant.

Après le repas, nos deux camarades se dirigèrent vers l'entrée de l'auberge où attendaient deux hommes. L'un d'eux s'approcha pour leur demander s'ils étaient les shinobis qu'ils attendaient. Ce fut Yusei qui répondit pour leur demander qui ils étaient. De fil en aiguille, nos deux camarades découvrirent que les deux hommes étaient en fait venus pour eux. Après que Yusei et Aru se soient présentés, le Konohajin annonça qu'ils comptaient se rendre vers la zone des plantations. Les deux hommes leurs proposèrent de les accompagner jusqu'à l'endroit où se trouvaient les champs. Après cette brève discussion, le départ s'amorça. Alors qu'ils avançaient, Yusei s'adressa à Aru, qui se tourna immédiatement vers lui.

« - Il fallait qu'elle commence un jour, dit-elle dans un sourire qu'elle effaça aussitôt. Je ne sais pas vous, mais moi je n'ai pas très confiance en ces hommes, dit-elle tout bas en se rapprochant un peu de son camarade dans le seul but que les deux hommes ne l'entendent pas. Ça ne va pas être une partie de plaisir cette mission, j'en ai bien l'impression. »

Aru regarda fixement les deux hommes devant eux, elle espérait que la mission se finirait sans que Yusei et elle n'aient à sortir leurs armes. Elle se battrait bien entendu si la situation l'exigeait mais dans l'immédiat, elle préférait que cela se déroule sans accroche. Alors qu'elle parlait à son collègue, l'homme qui s'était présenté comme étant Monzaimon Sosuke, se retourna vers eux.

« - Eh les tourtereaux, magnez-vous les fesses si vous ne voulez pas qu'on y soit encore demain. Plus vite, on sera arrivé aux champs pour que vous fassiez vos rapports, plus vite vous pourrez revenir ici et discuter autant que vous voulez ou vous regardez dans le blanc des yeux pendant des heures !
- Non mais de quel droit osez-vous ?!, demanda-t-elle d'une voix colérique.
- Allez ma mignonne, ne viens pas me dire que t'as pas envie de te retrouver tranquillement à picorer les lèvres de ton copain-là ? Tu sais, j'ai eu ton âge moi aussi ? »

Aru rouge comme une tomate, ne répondit pas au dénommé Sosuke. Elle l'ignora totalement. Elle redressa sa tête, montrant son mépris et passa devant lui. Elle marcha ensuite à pas précipités tout en ronchonnant, sans se préoccuper des autres. Cette mission, elle sentait qu'elle allait être plus longue que ce qui était prévu. Si Sosuke continuait à agir de la sorte, elle laisserait de côté son côté calme et lui rentrerait dans le lard, à coup sûr. Alors qu'Aru continuait à marcher rapidement, l'un des guides, Momochiro Kusato la rattrapa. Il n'avait rien fait que la flavescente aurait blâme mais voyant bien que son collègue n'avait aucunement l'intention de s'excuser auprès de la belle blonde, il le fit à sa place.

« - Je suis certain, qu'il n'a pas voulu vous mettre mal à l'aise devant votre ami...
- Oui... »

Se rendant compte qu'Aru n'a pas envie de prolonger l'affaire, Kusato s'excusa encore et s'inclina légèrement. Durant tout le reste du trajet, la jeune kunoichi fit en sorte de ne pas marcher trop proche ni trop loin de Yusei. Pour éviter de faire parler les mauvaises langues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Mar 24 Fév 2015 - 18:27

J'avais enfin officiellement commencé ma mission. Je me retrouvai donc devant ce qui semblait être deux des représentants des deux parties qui allaient devoir s'affronter lors des négociations. D'un côté, nous avions un membre du conseil du Daimyo du pays du Feu, il allait sans doute être accompagné par d'autres de ses confrères, ainsi que certains du Daimyo du pays de l'Herbe. De l'autre, l'un des nombreux membres de la fédération des paysans qui utilisent les terres se trouvant sur la frontière afin de pouvoir faire des récoltes. Les deux ne semblaient pas être assez collaboratifs, il fallait l'avouer. Au début de la marche, ils n'avaient pas arrêté de se lancer des piques l'un à l'autre afin de s'énerver mutuellement.

Cette vision me fit vite soupire, puisque je me disais bien que ça allait durer longtemps. J'observais un peu l'environnement afin de me détendre un peu. C'est vrai que cette forêt donnait un spectacle féerique pour tout amateur de comtes et de fantaisies, on pouvait s'attendre à voir jaillir des créatures enchantées à tout instant. J'essayai aussi de détourner mon regard de la « source de problèmes » en m'adressant à ma co-équipière. Je lui montrai bien que j'étais blasé en voyant les deux hommes commencer à débattre alors que c'était censé être de simples réunions pour le lendemain. Elle me répondit d'un ton sarcastique qu'elle allait devoir de toute façon commencer un jour ou l'autre, point que je ne pouvais que lui concéder. Elle enchaîna cependant avec une mine plus sérieuse, se rapprochant de moi afin de me parler à voix basse. J'appris donc qu'elle n'avait pas grande confiance envers les deux personnes qui étaient en face de nous. De quoi pouvait-elle les soupçonner ? Je me demandai vraiment ce qu'elle pensait.

Puis, mon regard s'arrêta un peu plus sur son visage. J'avais encore une fois succombé à mes songes en restant bloqué sur le minois de la blonde. Elle m'avait de nouveau mis en état de blocage psychologique, m'empêchant ainsi de détourner mon regard d'elle. Heureusement, ayant l'esprit beaucoup plus éveillé, je la regardais de manière beaucoup plus naturelle, ce qui n'allait pas vraiment éveiller les soupçons... Du moins, je l'espérais. Beaucoup d'hommes seraient intéressés sans doute par la globalité du corps de la dénommée Aru qui, je me devais de reconnaître, était fort sympathique. Mais étonnement, j'étais fixé sur son visage et ses yeux. Si mes Iris couleur écarlates avaient le don d'attirer l'attention de beaucoup de personnes que j'ai rencontré, les siens de couleur Topaze, voire or, étaient plus qu'envoutants.


« - Non mais de quel droit osez-vous ?!
- Plait-il ? Fis-je, en tournant la tête en direction des deux autres protagonistes. »


N'ayant pas écouté le début de la conversation, j'étais en totale incompréhension de ce qui se passait. Le représentant de la Fédération paysanne s'était semble-t-il adressé à nous afin de nous demander, comme dit le jargon, « magner le cul ». Par contre, la raison pour laquelle Aru s'était énervée, je ne l'avais toujours pas compris... Du moins, c'était avant que Sosuke-san ne continue. « Picorer les lèvres de ton copain » ? Il me fallut quelques micro secondes et un rêve éveillé random ou je voyais la blonde déguisée en poulet pour comprendre ce qu'il voulait dire. Me voilà bien en train d'avoir le cerveau en panne, en répétant des « ah » et en avançant avec la souplesse d'une planche à pain. Je voyais la Genin détaler comme une flèche devant nous, et le conseiller la suivre, alors que le dénommé Sosuke avait ralenti le rythme pour se remettre à mon niveau.

« - Eeeeeuh, rassure moi, vous étiez bien ensemble ? »
Ma réponse : un signe de la tête négatif avec un « ah ».
« - Je vois… Tu penses que je l’ai vexée ? »
Ma réponse : un signe de la tête positif avec un « ah ».
« - Bon bah… Tu lui diras que je suis désolé, vous alliez bien ensemble pourtant. »
Ma réponse : un rougissement de la peau avec un « ah ».

Vous l'aurez compris, je n'étais pas vraiment apte à pouvoir entretenir une conversation sérieuse dans l'état où je me trouvais. Je me contentais donc de marcher droit en suivant le groupe le temps que je me calme, en regardant le ciel pour essayer de me vider la tête. Au bout de deux bonnes minutes, j'étais revenu à mes esprits, et me rendis compte que nous avions changé de formation de marche. En tête de ligne se trouvait le paysan, qui nous amenait sur les lieux concernés. Au second rang, le conseiller, qui ne faisait que suivre. Et enfin, sur la dernière ligne, moi et Aru... Qui était pas mal éloigné de ma personne. Je pouvais tendre mon bras que je n'arriverais même pas à la moitié de notre distance. La situation était revenue au point de départ, si ce n'était reculé même de sa position initiale. Je soupirais de nouveau et me contentais de suivre le groupe.

Notre marche se termina enfin, et nous pûmes voir le lieu que nous recherchions. Des champs et des plantations à perte de vue. Il y avait plusieurs personnes et animaux sur ces terres en train de faire leur travail, ainsi que plusieurs cours d'eau qui servaient d'irrigation. On pouvait voir aussi plusieurs habitations et entrepôts tout autour des lieux. Le pire, c'est qu'on n'en voyait pas la fin, c'était gigantesque. Tu m'étonnes qu'ils aient eu besoin d'avoir une fédération pour l'ensemble des lieux. Bien évidemment, le conseiller avait remarqué mon ébahissement face à la scène, et ne put s'empêcher de souligner le fait qu'il ne comprenait pas pourquoi avoir besoin de plus de terrain pour leurs cultures. Le débat recommençait alors rapidement entre les deux alors que nous essayons, moi et Aru, de les calmer.

Une fois la situation revenue « à la normale », nous descendîmes afin de pouvoir explorer les lieux de plus près. Sosuke-san nous présenta ainsi le fonctionnement des lieux, comme quoi certaines parties des plantations se divisaient selon le type de légumes, l'organisation au niveau du traitement des animaux, les entrepôts, etc... D'ailleurs, première chose qui me frappa au niveau des entrepôts : ils étaient tous identiques de l'extérieur. Il m'était vraiment impossible de dire lequel était utilisé pour quelle réserve. Il nous expliqua aussi que la plupart des récoltes étaient revendues, afin de pouvoir fournir les deux pays, et souligna le fait qu'à cause des normes minimales de quantité à vendre, il leur était impossible de garder une partie raisonnable pour eux, se tournant ainsi vers le conseiller, qui se défendit en disant que cela était nécessaire pour les nations. Cette fois-ci, ils ne se contentèrent que de se regarder en chiens de faïence. Pendant tout le discours, j'étais en train de noter toutes les informations dans mon fidèle carnet, après avoir fait quelques croquis des lieux. Profitant du silence, je posai alors une question concernant une information qui n'avait pas été énoncée.


« - Vous demandiez aussi une meilleure protection il me semble dans votre complainte… Y a t-il une raison particulière ?
- En effet… Plusieurs entrepôts ont été saccagés récemment, et dépouillés de leurs contenus. Plutôt que vous en parler en détail, suivez-moi.
- Il y a intérêt à ce que cela ne soit pas mensonge !
- Vous verrez par vous même… »

Nous étions donc partis pour le suivre sur les lieux du prétendu crime.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 2 Mar 2015 - 16:19

Était-il vraiment impossible qu'il y'ait autre chose que la passion entre un homme et une femme ? Ses deux êtres ne pouvaient-ils sérieusement pas se tenir côte à côte, sans que les gens ne viennent supposer qu'ils sont plus que des amis ? Pour quelle raison les gens partaient constamment sur des conclusions hâtives, totalement aberrantes en plus, dès qu'ils voyaient une femme en compagnie d'un homme ? La belle blonde qui avait passé son temps à éviter de trop s'approcher de Yusei durant le temps qu'avait duré leur trajet, s'était posée nombreuses questions inutiles sur le sujet. N'ayant finalement obtenu aucune réponse satisfaisante ou plutôt cohérente, elle lâcha l'affaire et se concentra sur la mission, qui avait débuté sur une note d'indélicatesse. Lorsqu'ils parvinrent enfin vers l'endroit où ils devaient se rendre, Aru soupira légèrement de soulagement. Le paysan n'étant pas revenu à la charge avec ses remarques désobligeantes après qu'elle se soit précédemment énervée contre lui, la belle blonde était très contente. La mission allait-elle continué ainsi ? N'allait-elle finalement pas être dans l'obligation de sortir ses griffes pour se faire entendre ? La belle n'en avait pas la moindre idée, mais elle espérait que oui.

Se disant qu'elle allait dorénavant laisser les choses suivre leurs, sans songer à cela, la flavescente soupira à nouveau mais de lassitude. Elle arbora ensuite un air plus serein à son visage en observant les plantations s'offrant à elle. C'était une vue absolument merveilleuse, qui vous enchanterait n'importe quel être émotif. La flavescente avait beau ne pas faire partie de cette catégorie de personnes, elle ne put s'empêcher de reconnaître que le paysage était d'une somptuosité à couper le souffle. Aujourd'hui encore plus que les autres fois où elle y était venue seule ou accompagnée. Elle se voyait telle dans un décor digne d'une de ses cartes postales qui vous donnent envie d'aller visiter le lieu placardé en panoramique. Durant l'espace d'une seconde, la blonde ferma ses yeux et respira l'air frais, qui venait caresser son visage. Faisant cela, elle eut l'impression de sentir son âme s'apaiser. Ce qui la plongea dans un état de béatitude extrême, qui l'obligea à s'attarder un peu plus sur la majestuosité des champs et de tout le reste. Elle s'éloigna juste quelques secondes du petit groupe pour aller se placer à un endroit depuis lequel elle pouvait apercevoir une rangée d'arbres. Ces derniers avaient perdu l'ensemble de leurs feuilles mais ils restaient quand même magnifiques.

Alors qu'elle se perdait dans ses nombreuses visions, Aru revint vers les autres après qu'elle ait entendu une dispute entre Sosuke et Kasuto. Le Conseiller du Pays du Feu, reprochait apparemment aux paysans de Kusa no Kuni d'avoir trop de terres. Les écoutant partir dans un débat stupide, Aru soupira de lassitude. Yusei et elle durent intervenir pour que les choses ne prennent pas une tournure catastrophique. Après cette brève interruption, nos compagnons d'infortune prirent le chemin pour rejoindre les champs. Sur place, Sosuke en bon paysan qu'il était, se désigna guide. Il présenta l'ensemble des lieux, les structures s'y trouvant ainsi que leurs fonctionnements, sans rien omettre. La flavescente écouta avec attention tout ce qu'il leur dit jusqu'à la fin. Elle était de temps en temps surprise par certaines révélations mais n'interrompit pas leur guide. Alors qu'elle marchait, elle remarqua que son collègue était plus impliqué. Assurément, contrairement à elle, Yusei écrivait, elle ne savait pas quoi, dans un petit carnet. Sans doute qu'il prenait des notes qui l'aideraient pour la suite.

Quel charmant et brillant garçon, il faisait ce Kurokami Yusei. Il était visiblement tout le contraire de la flavescente qui elle agissait parfois comme une jeune femme de mauvais caractère. Ils n'avaient vraiment rien en commun, à première vue. Lui, l'élève studieux et elle, la chipie de service. Aucune alchimie possible entre ces deux personnages. Aru qui avait suivi les dires de Sosuke malgré tout, hocha un peu la tête. Au moment où le paysan s'arrêta, le jeune Konohajin posa une question, que la belle blonde trouva tout à fait pertinente. Pour quelle raison la fédération avait-elle demandé une meilleure protection de leurs terres ? Nos deux compagnons apprirent assez rapidement que les entrepôts avaient été saccagés et dépouillés de leurs contenus. Des voleurs traînaient donc dans les parages ? Voilà qui allait mettre du piment à cette affaire. Sans même qu'elle ne s'en rende, la flavescente laissa son côté opposé prendre le dessus. Intéressant, très intéressant même se dit-elle. L'instant d'après, la belle se vit déjà partir à l'assaut vers les dits brigands. Songeant à la possibilité de donner une bonne correction à la bande de truands qui avait saccagé l'entrepôt, la Aru extravagante esquissa un sourire réjoui.

Autant son côté flegmatique était contre l'idée de recourir aux armes, autant son côté excentrique était réjoui à l'idée d'aller chasser une bande de filous. L'effet excentrique de la flavescente s'accrut au moment où ils parvinrent à l'un des entrepôts où étaient apparemment entreposés une partie des légumes. Déjà à la porte qui avait été forcée, on pouvait déjà déduire que les personnes qui avaient fait cela n'étaient pas des animaux mais bien des hommes. Ils pouvaient déjà écarter la théorie des bêtes sauvages. À moins qu'il ne soit question d'animaux sachant faire preuve d'intelligence ? Ça c'était moins certain, oui c'est une hypothèse totalement débile.

« - Vu de l'extérieur, on dirait que les entrepôts sont petits mais de l'intérieur, c'est autre chose. Yusei, on fait un rapide tour des lieux, pour juger de l'ampleur du catastrophe ? Je pars par la gauche, prends par la droite. Pas besoin de nous suivre vous deux ! »

La jeune flavescente lança un regard noir à Sosuke et Kasuto, qu'elle regarda à tour de rôle. Le regard qu'elle adressa à Sosuke fut plus noir que celui destiné à Kasuto. Allez savoir pourquoi, elle ne pouvait pas le cadrer celui-là. Dans tous les cas, la belle blonde n'avait pas spécialement envie de faire comprendre aux deux hommes que leur présence était gênante. Au vu des circonstances, elle ne pouvait pas non plus se permettre d'être indulgente tant qu'ils n'auraient pas résolu le mystère de cette histoire de saccagement. Pour espérer parvenir à faire cela en toute quiétude et dans les règles de l'art, elle pensait que se concerter en privée avec son esprit était pour l'instant la meilleure des choses à faire. Voilà pourquoi, elle avait demandé à Yusei d'aller voir du côté opposé au sien. Elle était certaine qu'il y'avait des indices d'un côté ou de l'autre, qui leur permettrait de savoir ce qu'il s'était exactement passé dans le bâtiment de stockage. Tout n'allait évidemment pas se résoudre de suite, ça il ne fallait pas trop compter dessus. Il y'avait encore une montagne de choses qui les attendait. Ils allaient ensuite devoir aller vérifier les autres entrepôts pour voir l'état dans lequel ils se trouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Mar 3 Mar 2015 - 18:45

Nous suivions donc le paysan qui semblait avoir pris un air beaucoup plus sérieux qu'auparavant. La question que je lui avais posée semblait être, en effet, beaucoup plus sensible que toutes les remarques qu'aurait très bien pu faire Kusato-san. Pendant que Sosuke-san présentait les lieux, il semblait beaucoup plus dynamique, plus enjoué. Cela se voyait qu'il était quelqu'un de plutôt fier de ce qu'il faisait, travailler dans la nature et surtout de par ses propres efforts. Un vrai laboureur de par son physique. Il connaissait tout le monde sur place, et n'arrêtait pas de saluer les gens. Je me retrouvai moi-même à noter assez aisément tout ce qu'il disait. Non pas que j'avais une mémoire suffisamment mauvaise pour que je sois obligé de tout noter, loin de là, mais bon. J'avais cette habitude, que voulez-vous, de toujours avoir accès à tout ce qui pourrait être source d'inspiration.

Il ne fallut que peu de temps afin de pouvoir arriver sur les lieux de l'infraction. Ça serait donc une bande de bandits qui étaient responsables ? Si c'était le cas, cela rendait la mission un poil plus intéressant. Le combat, il n'y avait que ça pour pouvoir faire bouillir mon sang. L'excitation, la gloire, la victoire ! Rien ne comptait plus pour un Kurokami, comme dirait mon père. C'était bien l'un des rares caractères que je partageais avec lui, l'ébullition de mon esprit en partant à l'assaut. Un simple rictus s'affichait à mon visage rien qu'à cette idée. Cependant, je le fis disparaître aussitôt, puisque je me rappelai le pourquoi on a parlé de brigands. Je ne devais pas profiter du malheur de ces gens pour mon bonheur personnel, ce n'était pas digne du grand, du seul, de l'unique, Kurokami Yusei !

En observant les lieux, on pouvait voir qu'en effet, il y avait bien eu plusieurs dégâts. Le plus évident se faisait rien qu'en voyant la porte principale à moitié détruite, preuve que quelqu'un a enfoncé la porte afin de pénétrer à l'intérieur de l'entrepôt. C'était un premier indice comme quoi ceux qui avaient volé ce qui se trouvait à l'intérieur n'étaient pas membres du groupement, du moins, en apparence. Oui, même si je suis du genre confiant envers les dires de Sosuke-san, il arrivait que trop souvent que des canulars fussent faits dans le seul but d'enfin attirer l'attention, et c'était sans doute la même idée qui traînait dans la tête du conseiller du feu. Alors que j'observais encore l'extérieur du bâtiment, ma collègue Shukaijin prit la parole. Elle avait pénétré à l'intérieur du bâtiment pour voir qu'il y avait vraiment une différence d'impression entre l'extérieur et l'intérieur.

Elle me demanda alors de l'aider à inspecter les lieux, chacun de notre côté, afin de nous faciliter la tâche. J'avais eu un moment d'égarement très bref lorsqu'elle me demanda de l'aider, puisqu'elle avait changé le ton avec lequel elle s'était adressée à moi. J'étais passé de « Kurokami-sempai » à tout simplement « Yusei ». Cela m'avait surpris un court instant. Elle semblait avoir pris mon conseil concernant le fait que nous devions nous parler d'égal à égal afin d'éviter de mettre un déséquilibre. Je ne voyais personnellement pas d'inconvénient, puisque cela nous arrangeait bien. M'habituant donc à ma nouvelle appellation, je me mis à, à mon tour, pénétrer dans l'entrepôt. Elle se tourna alors vers nos deux représentants pour les interdire d'entrer sur les lieux de manière plutôt menaçante. Cela me surprit une nouvelle fois. Elle était passée de la jeune fille qui semblait garder ses distances à une fille qui prenait les initiatives de manière plus directe. Ce n'était pas vraiment pour me déplaire, je devais l'avouer. M'enfin, je m'égare...

C'est ainsi que nous commencions à fouiller les lieux. Je regardai un peu partout, là où étaient posés. Cela se voyait que le vol avait été exécuté à l'improviste et à la va-vite, plus que plusieurs légumes étaient en train de trainer au sol. Pas mal de légumes divers trainaient partout, dans un état plutôt déplorable. Sans doute que les voleurs voulaient agir le plus rapidement possible. Il ne restait vraiment plus grand chose, et encore moins d'indices qui pourraient s'avérer utiles. Je n'avais trouvé qu'un seul objet qui aurait pu nous servir potentiellement : un bout de tissus, qui était sans doute un morceau de vêtement déchiré. Si j'avais été un Inuzuka, j'aurais très bien pu facilement traquer l'odeur, mais hélas, cela n'était pas le cas. Les empreintes aussi ne nous indiqueraient pas grand choses, puisque c'était des sandales standards.

Rentrant bredouille, je me dirigeai donc en direction d'Aru, avant que nous nous échangions ce que nous avions trouvé, pour enchaîner avec l'entrepôt suivant. Nous avions fait au total 4 entrepôts, tous servaient à entreposer divers récoltes. C'était certains, les gens qui en voulaient aux fermiers ne voulaient récupérer que les légumes et rien d'autres. Il n'y avait pas grand-chose que j'avais trouvé de mon côté, je ne faisais que constater la même chose sur tous les entrepôts visités : forçage de la porte, retrait du matériel à l'arrache, et rien si ce n'était que des traces de pas. Aru avait peut-être que trouvé mieux de son côté, mais avant de lui poser la question pour faire le point, je m'adressai au paysan pour lui poser une question pratique.


« - Ça fait combien de temps que ces attaques ont commencé ?
- Environ trois semaines, soit deux semaines avant que l’on ne dépose notre plainte aux dirigeants qui ne semblaient pas très réceptifs au message, termina-t-il en regardant le bureaucrate.
- Je vous prierais de prendre en compte que nous n’avons pas le temps de gérer ce genre de broutilles normalement.
- Des broutilles, vous dîtes? , enchaîna Sosuke, le visage plus sévère. Je toussais un coup dans mon poing afin de montrer qu’il ne fallait pas s’écarter du sujet.
- Vous avez des plans des lieux je suppose, que ce soit les plantations ou le quartier des entrepôts ?
- En effet, on a emmené tout ça à l’auberge afin de pouvoir les utiliser pour la réunion. Pourquoi ?
- A titre d’information seulement… »

Je voulais juste savoir si il y avait un plan des lieux, on ne sait jamais, il avait peut être été copié afin de faciliter la tâche aux voleurs, d'une quelconque manière. A moins que cela cachait autre chose... Tout en posant la question, je regardai vers ma collègue en me demandant si cela allait éveiller une hypothèse intéressante. Je devais en discuter avec elle, en plus des inspections que nous avions faites précédemment. Je ne niais pas que ce fut l'œuvre de brigands, bien au contraire. C'était juste une impression... Terminant ma phrase, je me tournai cette fois vers la jeune Genin.

« - Vous voyez quelque chose à ajouter, Aru-san ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Mer 11 Mar 2015 - 8:48

C'est sous son air sérieux que la flavescente amorça les recherches pour trouver des indices pouvant leur permettre soit de résoudre l'histoire des vols rapidement soit de faire une reconstruction précise de ce qui s'était déroulé dans l'entrepôt de stockage. Vu qu'elle n'avait pas envie de faire le moindre faux pas dans cette affaire qui sentait déjà l’ambiguïté à plein nez, elle vit judicieux de se la jouer adroite et prudente. Ne rien omettre lors de ses analyses, n'écarter personne et surtout ne pas avoir peur de penser que l'un des hommes travaillant aux plantations pouvait être impliqué dans le pillage des entrepôts, voilà ce qu'elle devait faire. Dès lors que l'enquête débuta, Aru remarqua qu'il y'avait quelques restes de légumes au sol. Cela indiquait sans conteste que les personnes qui étaient venues voler le contenu des entrepôts n'étaient pas vraiment organisées. Si non, ils n'auraient laissé aucun indice derrière eux. Quoique, même en ayant pris grand soin de ne rien laisser derrière, il y'avait peut-être quelque chose, quelque part dans l'entrepôt qui pouvait leur porter préjudice ? Allez savoir.

Inspectant tous les recoins, la belle blonde qui pensait très franchement qu'elle ne trouverait rien d'exploitable, revint sur ses pas après avoir aperçu quelque chose de brillant au sol. Curieuse, elle se baissa pour récupérer l'objet. Au moment où elle le regarda de près, son visage s'illumina. Elle put se rendre compte qu'il s'agissait d'une boucle d'oreille diamantée. Après à savoir si elle appartenait à un homme ou à une femme, elle ne pouvait pas le dire dans l'immédiat. Nous vivons après tout dans un monde où il est possible qu'un homme porte des boucles d'oreille alors se prononcer sur le propriétaire d'un tel bijou, était tout bonnement impossible. En tout cas, la flavescente était déjà contente car elle se dit avec cela, que la théorie des animaux surentraînes n'était définitivement plus possible. Par contre celle de brigands, elle tenait parfaitement la route. Continuant l'inquisition, Aru ne trouva rien d'autre en dehors de la boucle d'oreille. La plaçant de côté dans l'une de ses petites poches, elle n'en fit pas immédiatement mention à son collègue, préférant attendre de voir s'ils trouvaient d'autres indices.

Les autres entrepôts qu'ils visitèrent, ne donnèrent quant à eux pas grand chose de très concret pour ne pas dire rien du tout. La flavescente n'eut point la chance de tomber sur une autre preuve. C'était vraiment contraignant pour la belle de se dire qu'elle n'avait pas réussi à trouver d'autres preuves pouvant l'aider à réunir le puzzle qu'elle avait présentement à l'esprit. Ne perdant cependant pas espoir, elle écouta son instinct qui lui murmurait de ne pas abandonner et que les choses n'allaient pas se finir ainsi. Malgré le fait qu'elle n'avait aucun autre indice exploitable. Décidant de s'y fier, la belle se mit à étudier l'ensemble des choses qu'elle avait pu apercevoir à chaque entrepôt. Ils en avaient visité en tout quatre et tous avaient une chose en commun, ils contenaient des légumes verts. Se pourrait-ils que les voleurs n'en avaient qu'après les légumes verts ? Peut-être que la belle se faisait des idées, sans doute qu'il y'avait les mêmes légumes dans les autres entrepôts ? Avant de s'avancer dans ses conclusions, Aru attendit de voir la suite des événements ainsi que ce que son collègue avait trouvé de son côté.

Dès qu'ils eurent terminés l'inspection des quatre entrepôts saccagés, Yusei demanda au paysan depuis combien de temps les attaques avaient commencé. L'homme lui répondit que cela faisait à peu près trois semaines. Ayant eu assez, ils avaient été déposé leur plainte auprès des dirigeants, qui ne les avaient apparemment pas pris au sérieux. Après ses dires, Sosuke jeta un regard pratiquement noir au bureaucrate, qui se défendit en disant qu'ils n'avaient pas le temps de régler ce genre de broutilles en temps normal. Qu'est-ce que Kusato n'avait pas dit en sortant cela devant Sosuke ? La belle comprit l'énervement du paysan, mais ne voulut guère prendre parti pour éviter de se mettre à dos les deux hommes à qui elle ne portait aucun intérêt particulier. Alors que Sosuke s'apprêtait certainement à dire ses quatre vérités à Kusato, Yusei intervint pour remettre les choses au point et revenir à ce qui était vraiment essentiel. De son côté, Aru commença à cogiter. Alors qu'elle était en pleine concertation avec son esprit, son compagnon lui demanda si elle voyait quelque chose à rajouter. Scrutant le jeune homme avec un regard montrant qu'elle réfléchissait, la flavescente caressa doucement son menton.

« - Hm..., je ne suis pas très certaine mais je pense avoir remarqué une ou deux choses durant nos inspections. Par contre pour savoir si mes déductions sont bonnes ou pas, il faudrait que...
- Sosuke-kun ! »

Alors qu'Aru était sur le point d'exprimer quelque chose de très important, sans doute, pour la mission, une charmante jeune femme aux cheveux d'un bleu profond et aux yeux violets fit son apparition. Cette dernière vint à leur rencontre, elle les salua chaleureusement puis se tourna vers Sosuke à qui elle adressa un regard plutôt affectueux faisant clairement percevoir qu'elle et lui étaient très intimes. L'agriculteur qui avait les joues empourprées, présenta la jeune femme comme étant son épouse, Emi. La jeune flavescente, qui fut émerveillée par la beauté de la dénommée Emi, ne put s'empêcher de se demander comment est-ce qu'un homme comme Sosuke avait fait pour réussir à séduire une telle beauté ? Finalement, il n'était peut-être pas si rustre qu'il en avait l'air. Aru fixa intensément Emi, qui semblait être aussi embarrassée que son empoté de mari. Scrutant l'épouse du cultivateur, la blonde s'arrêta aux oreilles de cette dernière. Elle portait une magnifique paire de boucles d'oreilles diamantée. L'espace d'un instant, la flavescente écarquilla ses yeux en se rendant compte qu'elles étaient semblables à la boucle d'oreille qu'elle avait trouvé dans le premier entrepôt à la différence près que les boucles d'oreilles d'Emi étaient entourées d'un ornement doré alors que la boule d'oreille qu'Aru détenait, était quant à elle, tout en diamant. Quelques secondes après son arrivée, Emi demanda si elle pouvait emprunter Sosuke quelques instants. Aru lui fit savoir que oui. Après le départ d'Emi et Sosuke, la jeune flavescente s'adressa au conseiller.

« - Cela ne vous gêne pas si mon collègue et moi, nous concertons en tête-à-tête, quelques instants ?
- Faites comme bon vous semble, je vais quant à moi faire un petit tour du côté des plantations. Je vais moi aussi me faire ma propre opinion sur le sujet !
- Tâchez de ne pas vous attirer les foudres des paysans en faisant cela, Kasuto-san.
- Entendu, je veillerais à ne rien leur dire d'outrageant. »

Sur ces brefs mots, Kusato s'éloigna ce qui permit à Aru de se retrouver seule en compagnie de Yusei. Cela n'était pas pour déplaire à la demoiselle. Elle n'avait évidemment aucune arrière pensée, elle était juste contente car elle songeait uniquement au fait qu'ils allaient pouvoir mettre en relation leurs observations avant qu'ils ne partent pour la réunion avec les hauts gradés.

« - Yusei-san, commença-t-elle par dire d'un ton très enthousiasme, je pense avoir trouvé quelques pistes. Je ne suis pas très certaine de leur sérieux néanmoins, je pense qu'on devrait creuser un peu de chaque côté, elle sortit de sa poche la boucle d'oreille pour la tendre à son camarade. Regardez ce que j'ai trouvé dans le premier entrepôt. Je ne sais pas si vous avez pris le temps d'observer la femme de Sosuke... ? Pour ma part je l'ai fait et devinez ce que j'ai vu ? Elle porte les mêmes boucles d'oreille que celle-ci à la seule différence que les siennes ont un ornement doré autour ! Si ça se trouve, peut-être que la boucle que j'ai trouvé appartient à une autre femme..., formula-t-elle d'un air pensif. Vous vous rendez compte, si la femme de Sosuke est impliquée dans les vols ? Je vais peut-être vite en besogne, mais nous ne devons écarter aucune piste. Sans compter qu'il serait tout à fait possible que l'un des paysans soit responsable de tous ces saccages. Allez savoir... J'émets quelques réserves quant à la possibilité qu'Emi ait pu commettre des actes d'une telle ignominie. Quoique, il faut être prudent quand on ne connaît pas les gens pour éviter d'avoir de mauvaises surprises... »

Aru qui n'avait point respiré entre ses phrases, trépigna un peu sur place. Ses yeux étaient remplis d'étoiles. Remarquant qu'elle s'excitait toute seule pour pas grand chose, la jeune flavescente éclaircit un peu sa voix. Elle se calma ensuite et reprit une attitude convenable devant son compagnon, qui elle pensait la prendrait certainement pour une folle. Soufflant légèrement, elle fixa Yusei.

« - Ensuite, j'ai pu remarquer quelque chose dans les tous entrepôts que nous avons visité. Il y'avait des restes de légumes verts au sol. En voyant ça je me suis demandée si les entrepôts forcés ne contenaient pas tous ce genre de légumes. Il faudrait demander à notre ami Sosuke pour se prononcer sur la suite !, elle arbora un air grave qu'elle effaça aussitôt. Et vous, avez-vous trouvé quoi que ce soit d'intéressant de votre côté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Sam 21 Mar 2015 - 12:37

La journée s'était déroulée nettement plus rapidement que ce que j'aurais cru. En effet, le temps que nous allions faire un tour de la zone et que nous fouillons les entrepôts, nous étions déjà arrivés au moment où le soleil allait se coucher. L'air de rien, en automne, la course de l'astre était vraiment plus rapide selon nos impressions... Toujours était-il que de mon côté, je n'avais point trouvé grand-chose, si ce n'est un vieux morceau de tissu qui est tellement salle qu'il m'était impossible d'en déterminer la couleur. Il n'y avait pas de doutes que cet indice était forcément lié à notre voleur de légumes verts. La seule question qui me restait dans l'esprit cependant était plus simple : pourquoi voler des légumes ? Si c'était des outils ou des matériaux, en effet, ça peut se revendre où être utilisé différemment. Mais des légumes...

Enfin, il n'était plus temps de se poser des questions que pour moi-même. Je ne devais pas non plus oublier que j'avais une coéquipière à ce moment. Me tournant vers la blonde, qui ne manquait pas une nouvelle fois de me réussir à me déconcentrer de notre objectif avec ses yeux dorés, je lui demandai donc de me dire ses différentes informations et déductions. Elle commença en disant qu'elle avait réussi à trouver quelques indices lors de nos fouilles respectives, et semblait déjà avoir un début de piste. Mais au moment où elle était sur le point de me dévoiler tout ce qu'elle avait derrière la tête, nous fûmes interrompus par l'appel du nom du paysan par une voix féminine. Me tournant vers la source sonore, je pus voir qu'il s'agissait d'une femme qui semblait bien plus jeune que le dénommé Sosuke, mais j'ai bien appris rien qu'en voyant mes parents que les femmes arrivaient très souvent à tromper leur âge... Je l'ai appris à mes dépens...

Toujours était-il qu'elle venait nous voir juste pour nous informer qu'elle aimerait emprunter son mari pour discuter de quelque chose. Je la saluai en inclinant ma tête pour lui montrer mon approbation, la voyant ainsi s'éloigner bras-dessus-bras-dessous avec son mari. De son côté, Aru demanda alors à Kusato de s'éloigner de nous deux, afin de nous laisser nous entretenir. Une fois l'homme parti, me laissant l'inquiétude de le voir s'attirer la colère de certains membres de la zone, la jeune blonde commença à présenter son exposé. Elle commença en abordant le fait qu'elle avait trouvé une boucle d'oreille qui ressemblait à celles que portait Emi, la femme de Sosuke. C'était en effet un détail intéressant, mais nous ne devions pas non plus baser notre enquête là-dessus. Pendant qu'elle exposait ses arguments (non, pas « ceux-là », pervers), je pouvais voir qu'elle semblait plutôt excitée par cette affaire. Face à son attitude, un simple écarquillement de sourcil, tout en clignant des yeux se manifesta comme ma réaction à son égard. La remarque qui suivit accompagnait mes propres déductions, concernant le fait que les voleurs ne voulaient s'en prendre qu'aux légumes. Prenant une pose pensive, me tenant le menton avec la main droite, les yeux fermés, je répondis à la jeune blonde.


« - Personnellement, mis à part le bout de tissu que je vous ai montré avant, pas grand-chose. On devrait profiter de la réunion de demain pour consulter la plupart des documents, on sait jamais, on trouvera sans doute quelque chose dedans. Je lâchai la pose en remettant en place la casquette tout en regardant le ciel. Il commence à se faire tard… Rentrons à l’auberge pour le moment.»

Sur cette instruction, nous nous dirigeâmes donc à la recherche de Kusato afin de rentrer. Il était hors de question de le laisser seul à son sort sur le chemin de retour, aussi courte la distance soit-elle. Sur le chemin de sa recherche, nous retrouvâmes Sosuke qui avait choisi de rester chez lui, plutôt que de nous raccompagner à l'auberge. Après pas mal de mes années d'expérience à vivre avec mes parents, je pouvais deviner ce qu'il voulait faire avec son épouse... Et me retirai immédiatement l'idée de la tête en la secouant énergiquement. Une fois le conseiller du feu retrouvé, il était temps de nous en retourner donc au lieu de repos. Sur la route, l'azur du ciel avait été remplacé par un orangé plus symbolique du crépuscule, un spectacle qu'il faudrait me rappeler afin d'écrire mon roman. Mais en voyant cette fameuse couleur, j'étais en train de me dire qu'il allait falloir me bouger pour m'en tenir à mon programme habituel.

Rentrant donc à l'intérieur de l'établissement, je demandais à une des responsables de l'auberge comment se passait le dîner. Elle annonça que les bains seraient ouverts pendant deux heures avant qu'ils ne servent les repas dans les chambres. Cela me laissait donc suffisamment de temps à ma routine. Je me tournai donc vers la dénommée Aru, lui disant que l'on devrait se retrouver ensemble pour le repas afin de reprendre les discussions, avant de m'éclipser en dehors du bâtiment. Après une à deux minutes, j'avais enfin trouvé un endroit isolé et suffisamment ouvert pour pouvoir faire ce que je voulais. Respirant un bon coup, je retirai ma veste, et commençai mon entraînement. Du renforcement musculaire au shadow boxing, tout y passait. Mon père n'aurait pas accepté que je prenne un jour de repos, avec comme excuse que j'étais en mission, et comme je ne voulais pas affronter son « entraînement punitif »... Je préférais respecter ses règles. Cependant, pendant tout l'entraînement, je ne savais pas pourquoi, mais je me sentais comme... Épié. C'était presque comme quand j'étais à l'auberge, mais de manière plus intensive... N'étant pas senseur, impossible de dire si c'était vrai où alors juste une impression bête et méchante.

Finissant donc mon entraînement, je récupérai mes vêtements afin de me diriger vers les bains. Ça allait me faire un bien fou, j’en étais certain. Sur le chemin, je voyais les différentes hôtesses me saluer d’un air plutôt sympathique. Riant nerveusement, je répondais à leurs salutations avant de filer au bain. Maintenant nu, je pénétrais de le bain des hommes, pouvant voir que je n’étais pas seul. Comme à quoi il fallait s’attendre, les autres membres du bain étaient soit des membres de la fédération paysanne, soit des conseillers des seigneurs du Feu et de l’Herbe. Comment j’avais deviné qui était qui ? Simple : le bain était réparti en deux groupes qui évitaient absolument tous contacts entre eux. Soupirant un bon coup, je m’installais donc entre les deux groupes, essayant de profiter de la chaleur de l’eau tant que je pouvais. Pourtant, comme j’aurais dû m’y attendre, je voyais les deux camps s’approcher de moi peu à peu afin de me parler, pour essayer d’appâter ma sympathie. Devant conserver mon impartialité, je faisais en sorte de garder des réponses courtes et neutres, sans pour autant attirer de l’excitation.

Du moins, jusqu’à qu’ils commencent à aborder un sujet qui m’était passé sur la tête.


« - Et bien, je vois que cet établissement n’a pas perdu de son accueil !
- Hum ? Vous avez déjà fréquenté cet établissement ?
- Comme beaucoup de ceux habitants aux alentours. Mais cela remonte à l’époque où ce n’était pas une auberge. En effet, Feu-le-mari-de-la gérante ayant trépassé, ils ont du changer d’enseignes pour des raisons administratives.
- Ah ? C’était quoi avant ?
- Une maison close.
- … WAIT, WHAT ?! Fis-je en sautant à moitié de l’eau de surprise.
- Et ouais… Même si officiellement, c’est devenu une auberge, les employés étant très fidèles au couple ont choisie continuer ce mode de vie, même si c’est loin d’être à contrecœur, répondit-il avec un rire plus que significatif.
- Euh, rassurez-moi, ce n’est pas pour ça que vous avez choisi ce lieu, hein ? Ma réponse fût un simple rire collectif, de l’ensemble des hommes. J’y crois pas, fis-je en appliquant ma main sur le visage.
- Allons, vous êtes jeune aussi, vous devriez en profiter !
- Eeeeuh, pas vraiment, en fait… Répondis-je, le teint rougissant.
- De ce que j’ai cru comprendre, il serait plutôt enclin à approcher sa collègue, si vous voyez ce que je veux dire ?
- Quoi ?! Fis-je en repartant dans la panique la plus totale. »

Le rire devint alors nerveux parmi les autres membres du groupe, alors que moi, je faisais en sorte de planquer mon visage sous l'eau. Ce moment de flottement dura une bonne demi-douzaine de minutes, avant qu'ils ne recommencent à s'observer en chien de faïence. Ne supportant plus cette atmosphère, et voulant me retirer de la tête tout ce qui concernait cette conversation, je décidai de me laver afin de pouvoir sortir. Rangeant mes vêtements afin de les donner à laver, je pus voir un truc qui m'intriguait : plusieurs tenues étaient identiques, et ressemblaient à celle de Kusato. J'en déduis donc que chacun des conseillers possédait une tenue de ce type, une sorte d'uniforme. Enfin, détail sans importance. Une fois mon kimono enfilé, je sortais des vestiaires pour me diriger vers ma chambre. Cependant, j'eus l'impression d'oublier quelque chose, un truc qui me triturait en quelques sortes. Mais qu'est-ce que cela pouvait bien êt-

« - Yuuuuuseeeeii-kuuuun… »
« Crap Baskets…»

Me tournant vers la source du bruit, je pus voir alors la femme que m'avait saluée plus tôt, leur de ma séance de thé. C'est aussi à ce moment que je compris le sens des mots « se plaire parmi elles ce soir ». Elle était en train de s'agripper à mon bras, prenant bien soin de le cajoler d'une manière si particulière à la gente féminine, me mettant encore une fois bien mal à l'aise. Me regardant avec un sourire et des yeux perçant à mon égard, elle essayait de m'emmener avec elle.


« -J’espère que votre bain s’est passé sans encombre, mon jeune ami.
- O-o-oui, merci de la question, répondis-je, gardant mon regard éloigné du sien.
- Alors, avez-vous choisi d’accepter mon « invitation », mon cher ami ? Fît elle en passant sa main dans mes cheveux avant de descendre à ma nuque, me faisant frissonner par la même occasion.
- Et bien, en fait… C’est-à-dire que… Vous voyez…
- Hu hu hu, vous êtes vraiment mignon quand vous agissez ainsi. Elle se rapprocha de mon oreille pour me susurrer des mots de sa voix langoureuse. Rassurez-vous, je vous tiendrais compagnie toute la nuit… »

Le visage entièrement rouge et sans doute fumant, je retirai mon bras de l’étreinte de la jeune femme avant de commencer à filer pour lui échapper.

« - Jesuisdésoléj’aidéjàprévudepassermasoiréeavecAru-sanaurevoir ! »

Filant à toute allure, je me dirigeai vers ma chambre, ouvris la porte coulissante avant de la refermer derrière moi. J'étais maintenant allongé au sol, respirant fortement et essayant de faire descendre ma température corporelle. Je me demandai si j'allais réellement pouvoir réussir à faire avancer la mission avec ce genre de tension constante. Une fois le calme repris, j'étais sur le point de me remémorer tous les éléments de la soirée quand j'eus un flashback écho. Je réécoutais en boucle alors la phrase que j'avais annoncée à la femme qui m'importunait, me rendant compte du double sens que cela impliquait. Regardant le plafond et comblant l'absence de ma casquette en plaçant ma main devant mes yeux afin de me cacher de la lumière, je lâchais encore une fois un soupir.

« - … Je sens que ça va mal finir… »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Jeu 26 Mar 2015 - 21:00

Le peu que la flavescente pouvait dire c'est que cette journée était loin d'être du genre fructueuse. Elle avait trouvé de son côté un mince indice, qui elle pensait, valait le coup qu'ils creusent en profondeur. Son collègue quant à lui, avait déniché un bout de tissu sale loin d'être un indice valable pouvant leur permettre d'entamer quelconque investigation du moins sérieuse. Tout ceci mis bout à bout faisait que leur journée avait été plutôt stérile dans tous les sens du terme. Je ne mentionne naturellement pas les égarements des uns autant que des autres. Quoique pour Aru, pour une fois s'était égarée dans ses pensées d'inspectrice et pas d'autres. Se disant que c'était le moins qu'elle pouvait faire dans cette situation pour éviter qu'on ne la prenne pour une simplette et surtout pour empêcher que ses pensées bohémiennes ne viennent encore prendre le dessus sur elle. Il fallait dire qu'à chaque fois que la belle avait écouté ces dernières, elle s'était par la suite retrouvée dans de drôles situations. Alors autant s'en méfier maintenant.

Il fallait absolument éviter que les choses ne prennent une mauvaise tournure ou que la mission ne se solde par un échec juste à cause de quelques âneries. C'est donc le regard rempli d'hardiesse que la blonde comptait poursuivre la suite de leur aventure. Pour une raison qui lui échappait encore, la belle avait l'impression que le prolongement, n'allait pas être de tout repos. Ses doutes restèrent en suspens dans la période qui suivit. Dès qu'ils eurent terminés de se concerter son compagnon et elle sur différents points, Yusei proposa qu'ils retournent à l'auberge étant donné qu'il commençait à se faire tard. Il avait effectivement raison là-dessus. Aru qui avait été si préoccupée par cette histoire, n'avait même pas remarqué ce détail. De ce fait lorsqu'elle leva ses yeux au ciel pour se rendre compte que ce dernier commençait à se teindre d'une somptueuse couleur orangée, elle écarquilla les yeux. Tant de beauté, si seulement elle avait pu, elle serait allée s'installer quelque part pour profiter de ce magnifique spectacle.

Se reprenant rapidement, la flavescente hocha un peu la tête en fixant son compagnon pour lui faire savoir qu'elle était tout à fait d'accord sur ce qu'il venait de dire. Par la suite, ils allèrent chercher Kusato qui n'avait manifestement commis aucune gaffe auprès des paysans. De son côté, Sosuke émit le souhait de vouloir rester avec son épouse. Nos compagnons ne virent aucun inconvénient. Lorsqu'ils arrivèrent enfin à l'auberge, la nuit était déjà tombée. Après quelques insignifiantes formalités, nos camarades se séparèrent. Avant de se faufiler en dehors de l'établissement pour aller elle ne savait où, Yusei s'adressa à Aru pour lui suggérer de se retrouver plus tard pour le repas afin de reprendre les discussions. La belle qui n'y vit aucun inconvénient à cela, hocha la tête en signe d'accord. Après ceci, la jeune femme s'excusa auprès de Kusato puis se rendit immédiatement vers sa chambre. En route vers le lieu, elle tomba sur un groupe de femmes, portant de magnifiques habits traditionnels. Ces dernières, très courtoises, lui offrit des sourires radieux en guise d'un bonsoir. Arborant un visage interrogatif, Aru regarda les femmes s'éloigner.

« - Je ne sais pas pourquoi, je trouve… suspecte, la courtoisie de ces femmes… Je sais bien que lorsqu'on travaille dans un établissement de ce genre, on se doit d'être bienséant avec les clients… Mais là je trouve que leur bonhomie est… un peu… Hm… Je me fais peut-être des idées pour rien, oui. »

Laissant de côté sa méfiance, Aru se rendit dans sa chambre où elle se mit totalement à l'aise. Ayant passé une journée éreintante, elle songea tout d'abord à se détendre. Ainsi donc, dès qu'elle souffla un grand coup, elle s'installa à même le sol. Elle adopta ensuite une position spécifique pour bien parvenir à trouver la quiétude. Elle replia et croisa ses jambes. Elle resta un petit moment dans cette position pour méditer en toute sérénité, comme elle avait l'habitude de le faire lorsqu'elle désirait se ressourcer. Ceci durait généralement une heure, la plupart du temps quand elle le faisait chez elle, sa tante venait la rejoindre. Ce qui embarrassait constamment la belle car la rose pourpre profitait de ce moment de détente entre filles pour évoquer des sujets sensibles pour sa nièce. Comme par exemple le fait qu'elle n'ait toujours pas de petit ami à son âge alors qu'elle était une très belle et séduisante jeune femme. Shizuka ne comprenait pas cela. Elle racontait ensuite à sa nièce, qu'à son âge elle avait au moins une centaine de prétendants néanmoins elle avait parmi eux un, qu'elle pouvait considérer comme étant son petit ami.

Ce genre de sujet contrariant, Aru n'en avait strictement rien à fiche maintenant. Elle était jeune, donc il lui restait pas mal de temps pour se replonger dans ce genre de chose. Son devoir de kunoichi était ce qu'elle avait décidé de placer dorénavant au-dessus de tout. Songeant à ces banalités confondantes, Aru qui avait terminé sa méditation et qui en avait profité pour cogiter sur les indices qu'ils avaient découvert chacun de leur côté, se leva. Elle avait beau mettre bout à bout ce qu'ils avaient déniché, elle n'eut aucune pensée pouvant l'aider à boucler leur enquête. Se rappelant de ce que son collègue lui avait précédemment dit, elle s'apaisa. Ils étudieraient cela plus tard, ensemble. Soufflant longuement, la flavescente attrapa quelques affaires qui avaient été mise à disposition pour se rendre aux bains chauds où il n'y avait que des femmes, nues qui plus était. Elle était la seule qui s'était emmenée avec une serviette autour de la taille. La voyant arriver ainsi, trois jeunes femmes vinrent à sa rencontre. Les voyant venir, Aru arbora un visage méfiant.

« - Euh… bonsoir, formula-t-elle d'une petite voix très timide.
- Ne sois pas timide, voyons…
- On ne va pas te manger…
- Non… en fait..., gênée elle commença à se reculer, je suis.... »

Voyant les femmes faire preuve d'autant de familiarités avec elle, Aru qui était vraiment gênée, revint un peu plus en arrière. Finalement après une brève discussion avec ses interlocutrices, la flavescente retrouva son calme. Par la suite, l'une d'elle lui proposa de la laisser lui frotter le dos. La belle ne refusa pas étant habituée à ce que sa tante fasse parfois pareil. Se mettre à découvert devant des femmes, n'était définitivement pas un souci pour la belle par contre devant ses hommes... C'était une toute autre affaire. Après tout ceci, la blonde, accompagnée de ses analogues, alla se détendre. Pendant la discussion avec ses compères d'un soir, Aru apprit quelque chose qui la laissa sans voix. Elle complimenta ses comparses en leur disant qu'elle trouvait, qu'elles étaient toutes extrêmement chaleureuses. Elle apprit immédiatement après que si elles l'étaient, c'est parce qu'elles étaient des anciennes vendeuses de charme devenues des hôtesses. Très vite des images défilèrent dans l'esprit de la jeune flavescente, qui ne tarda pas à se retrouver entre les mains de ses congénères. Ces dernières avaient tenu à ce qu'elle soit sur son trente-et-un pour une raison qu'elle ignorait au départ puis très vite la belle sut pour quelle raison elles s'étaient comportées de la sorte. La femme qui avait salué Yusei d'une drôle de façon, le matin-même, fit son apparition. Cette dernière ne manqua pas de jauger Aru dans tous les sens. Elle alla même jusqu'à lui dire qu'elle ne comprenait pas pourquoi le jeune Konohajin préférait passer sa soirée avec une femme n'ayant rien pour elle si ce n'est des prunelles dorées.

« - Il m'a rejeté tout à l'heure en me faisant clairement savoir qu'il avait prévu de passer sa soirée avec toi !, elle plaça son doigt sur la poitrine d'Aru.
- Hein ?? qu'est-ce que.... ?!, n'en revenant pas des révélations de la jeune femme, la flavescente resta un instant bouche bée.
- Tu sais quoi... Vu que je ne suis pas vilaine, je vais m'occuper de te préparer afin que tu sois digne de la somptueuse soirée qui t'attend.
- Attendez, mais je...
- Tu, tu, tu !, elle plaça son doigt devant la bouche d'Aru pour l'empêcher de parler. Nous allons nous occuper de tout, la seule chose que tu as à faire c'est d'être gracieuse. Je suis certaine que cela fera très plaisir à Yusei-kun que tu ailles lui rendre une petite visite. Tu n'auras pas à t'en faire pour le repas, on vous apportera le tout dans sa chambre. Maintenant viens avec moi !
- Hé mais attendez, je n'ai.... »

Aru n'eut pas le temps de formuler quoi que ce soit ensuite, qu'elle se fit traîner par la jeune femme. Celle-ci l'emmena dans sa chambre à elle et lui demanda de se relaxer, le temps qu'elle s'occupe de la préparer pour son entrevue en tête-à-tête avec Yusei. La flavescente avait beau se plaindre et lui dire qu'elle n'avait pas envie de se faire belle ni quoi que ce soit d'autre, elle ne l'écouta pas. Dès que la séance de maquillage ou plutôt de torture fut terminée, Aru se retrouva totalement métamorphosée. D'une kunoichi plutôt charmante, elle se transforma en une somptueuse fleur. Un bourgeon ne demandant qu'à éclore, voici comment elle était. Réticente quant à l'idée d'aller voir son collègue dans sa nouvelle tenue, la flavescente finit quand même par se décider à y aller après avoir entendu quelques paroles provenant de l'hôtesse.

« - Il y'a des choses qu'il nous est possible de faire que lorsqu'on est jeunes. Quand on ne le fait pas, plus tard, on se retrouve avec le cœur rempli de regrets et de beaucoup d'autres sentiments négatifs. S'il y'a quoi que ce soit que tu as envie de faire là, immédiatement, fais-le sans penser au contrecoup... On ne vit qu'une fois, Aru-chan. En tant que kunoichi, c'est une chose que tu dois savoir au fond de toi ? »

Les paroles de la femme étaient si tristes qu'Aru se demanda si ce qu'elle venait de lui dire n'était pas adressé à elle-même plutôt. Elle avait certainement du vivre des choses difficiles dans sa vie, qui avaient fait qu'ensuite, elle s'était retrouvée avec un cœur acrimonieux. Ainsi donc, après avoir écouté la jeune femme, Aru accompagnée d'une petite poignée d'hôtesses, se rendit devant l'entrée de la chambre de Yusei. Sur place, les autres restèrent en retrait. La plus éloquente d'entre elles fit signe à Aru de faire comme elle, se mettre à genoux devant la porte de la chambre qu'occupait son compagnon et de mettre ses mains au niveau de ses cuisses. Malgré que la belle trouvait cela totalement ridicule, elle s'éxécuta sans discuter quand sa camarade lui fit savoir que cette position donnait une pointe d'élégance à la magnifique fleur qu'elle était. Par la suite, la complice de la flavescente toqua doucement à la porte.

« - Yusei-sama, veuillez pardonner mon impolitesse, votre invitée est ici. », formula-t-elle d'une voix extrêmement délicate.

Après sa phrase, la jeune femme attendit que Yusei vienne ouvrir. Aru de son côté, détourna son regard loin de tout ça. Vu qu'elles avaient emprunté un couloir spécial pour venir là, il n'y avait personne dans les parages qui pouvait les apercevoir. Heureusement, se dit la flavescente qui soupira légèrement en regardant droit devant elle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 13 Avr 2015 - 20:43

Je me demande comment je faisais pour me retrouver dans ce genre de situation alambiquée tout de même. Au départ, déjà, je me disais que je n'étais pas fait pour ce genre de mission où il me faut rester calme et analytique... JE VEUX DE L'ACTION, c'est pas compliqué, non de dieu ! Me demander de traquer un voleur, de botter le cul à des bandits, même aller chercher des informations... Bref, des trucs qui demandent de se bouger, là, je dis oui ! Mais faire le diplomate, même si je fais en sorte de ne pas trop donner raison directement à l'un ou l'autre durant une discussion quand je ne suis pas impliqué directement dans le débat (entraînement que je reçu grâce aux engueulades entre mon père et Megumi...), je n'étais pas une figure de parole, sauf pour le langage des poings !

L'autre raison, qui faisait que j'étais allongé sur le sol de ma chambre, en kimono et le visage complètement rouge, était quand j'avais appris la nature de l'établissement dans lequel j'étais. Une ancienne maison close qui continuait intimement ses activités, quelles étaient les chances que ça arrive ! Ils n'auraient pas pu faire en sorte de trouver un lieu plus adéquat les dirigeants ? À moins que ça soit l'une des rares sur laquelle les deux partis se soient mis d'accord, pour faire je ne sais quoi avec les hôtesses... Je remuai rapidement la tête pour me retirer ce genre d'idées de la tête.

J'étais en mission, je ne devais pas me laisser avoir par ce genre de choses. Même si la tentation était plus qu'oppressante, je luttais contre mes hormones comme un combattant solitaire face à une armée impitoyable. Mais je devais bien avouer que cette femme possédait des charmes qui auraient fait craquer plus d'un, ça, je ne pouvais que le concéder. Mais que voulez-vous, je ne suis pas à l'aise avec ce genre de situation ?... Oui, je suis innocent, moquez-vous chacals que vous êtes ! Vous n'imaginez pas à quel point j'étais gêné la fois où mon père m'a emmené dans un cabaret pour ma majorité, et les fois qui ont suivi... Je ne pouvais regarder aucune des filles dans les yeux, enfin, si, je me forçais à ne pas regarder ailleurs surtout.

Et puis, aussi... Pourquoi il a fallu que je détale comme un lapin en lâchant une phrase si ambiguë ? Déjà que lors de notre première rencontre, j'avais agi comme un imbécile en balançant la première phrase qui me sortait de la tête lors de mon réveil, voilà maintenant que je venais de dire une phrase qui insinuait que j'aimerais qu'elle passe la nuit avec moi. Ça y est, elle allait me prendre pour le dernier des pervers. Ça n'allait pas arranger la mission. Et pourtant, je ne pouvais m'empêcher de la revoir dans ma tête. Ses cheveux d'or, ses yeux ambrés... Sans oublier sa silhouette qui ne laissait pas n'importe qui indifférent, j'avais honte de l'admettre. Je ne voulais pas me l'avouer, mais sans doute qu'elle m'avait bien violemment tapé dans l'œil.

Sortant de ma transe et de mes pensées, j'entendis la voix d'une des hôtesses frapper à la porte. Me redressant en panique et faisant plusieurs exercices respiratoires pour me calmer, je me retrouvais, du coup, assis en demandant à la personne de rentrer. Une des membres du personnel arriva donc avec une sorte de plateau / table basse avec dessus deux assiettes deux bouteilles, qu'elle désigna comme apéritifs pour la soirée qui allait suivre avant de partir. M'approchant des étranges centenaires, je pus reconnaître rien qu'à l'odeur le parfum de cette boisson à laquelle j'étais étonnement habitué : du saké. Il m'arrivait souvent d'en boire avec mon père quand il voulait m'emmener faire la tournée des barres pour parler mission / bataille et autre. J'avais, selon lui, développé le même amour pour ce fameux breuvage, et je ne pouvais que le concéder. J'en buvais parfois quand je voulais me calmer un peu, ce qui, est le genre de situation qui n'arrivait presque jamais.

Soudain, je reformulais la chose dans ma tête. Deux assiettes ? Je compris avec un soupir qu'ils avaient emmené non seulement mon repas, mais aussi celui de la blonde du Shukai ici. Je sentais bien la galère arriver. Sentant mon teint rouge et mes idées repartie pour me pourrir la vie, je pris la décision de me servir une coupe de Sake, la buvant cul sec. Je regrettais cette décision tant la sensation de l'alcool m'avait marqué. Mais avec le temps, ça commençait enfin à faire peu à peu les effets escomptés. Sentant donc les battements de mon cœur ralentir et mon temps légèrement s'adoucir, je me resservais une coupe et la bu avec plus d'aise. L'alcool avait un effet de tranquillisant, me permettant d'être plus zen et de contrôler plus facilement mes réactions. Cependant, il y avait un effet néfaste qui, je l'espérais, n'allait pas se manifester lors de mon entrevue avec la blonde.

Terminant ma deuxième coupe, je pouvais sentir ma chaleur corporelle augmenter, et, étant donné que j'étais en mode « 0 Fucks Given », je commençais à retirer la manche droite de mon kimono afin d'apparaître le haut du corps à moitié nu. En rétrospective, cela ne pouvait que jouer en ma défaveur, certes, mais encore une fois : j'en avais rien à faire sur le moment présent. Je n'avais pas honte de mon physique, vu que j'étais du genre à l'avoir travaillé à force d'entraînement et de combats, et donc, l'exposer ne me posait aucun problème. Puis, alors que le calme était revenu, une voix interrompit ma dégustation. Je reconnus le son de cette femme qui m'avait interpelé auparavant. D'une voix inaudible pour elles, j'exprimais à haute voix mes pensées.


« - Une invitée… sans doute Aru… »

Me relevant donc, sans prendre la peine de me rhabiller correctement, évidemment, je déposai ma coupe sur la table basse avant de m'avancer en direction de la porte coulissante. Ouvrant cette dernière, je pus donc voir la femme qui avait abordé en sortant du bain m'accueillir à genou, comme je l'ai plusieurs fois imaginé dans les différentes Light Novels que j'ai lues. Mais la présence qui m'avait intrigué était plutôt celle qui l'accompagnait. Elle était différente, mais je n'avais pas de doutes dessus : il s'agissait de la kunoichi du Shukai. Je ne pouvais sortir aucun mot, même sous mon état actuel, j'en restais sans voix. Heureusement, je ne semblais pas avoir perdu ma capacité à afficher un visage neutre, puisque je me contentai de regarder sans grandes émotions la blonde qui ne semblait pas vouloir me répondre du regard. Décidant qu'il fallait interrompre ce moment gênant, je tendis la main de ma partie dénudée vers elle, j'attendais donc qu'elle daigne enfin regarder dans ma direction. Je ne savais pas combien de temps nous avions perdu à nous dévisager l'un l'autre, mais après cela, elle posa donc sa main sur la mienne afin de se relever et que je la guide vers l'intérieur. Je fermai alors la porte, saluant de la tête l'autre femme pour lui indiquer qu'elle pouvait prendre congé.

« -Assieds-toi donc et mangeons. Continuai-je toujours avec un ton monotone en ne quittant pas me regard du sien. »

Je lui lâchai donc la main pour la laisser s'installer, avant de moi-même prendre place à l'opposé d'elle par rapport à la table. En tailleur, je me servais de mon bras nu afin de pouvoir m'appuyer au sol, alors que l'autre commençait à se dire que mon corps n'avait pas encore eu assez de ce breuvage, me resservant donc une autre coupe. Et c'est à ce moment qu'allait arriver ce que je craignais. En effet, l'autre effet de l'alcool sur ma personne, en plus d'agir comme un tranquillisant, était que je n'arrivais plus à visualiser la barrière entre mes pensées et ma parole. Je commençais donc à regarder en direction de la blonde en attrapant ma nouvelle coupe remplie.

« - Il faut croire qu'il y a eu un malentendu. Si je voulais te voir, c'était pour parler de la mission, comme prévu et rien d'autre. Je commençai à boire doucement ma coupe en fermant les yeux, pour en savourer le goût. Mais il faut croire que cela peut avoir du bon, puisque j'ai pu voir Aru-chan dans toute sa beauté, Gee hee. Terminai-je avec un sourire des plus sincères et niais. »

Je pouvais sentir que ma vision se perdait, alors que je me mettais à regarder le plafond après avoir reposé ma coupe. Je n'attendais plus qu'une réaction de sa part, qui, au moment, ne m'inquiétait pas plus que ça. Si j'avais été sobre, je ne vous dis pas à quel point j'aurais eu honte de mes dires.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Jeu 16 Avr 2015 - 8:48

Non mais là c'était plus à une mission qu'elle participait mais plutôt à un genre de dîner de rencontres voire même à l'un de ses rendez-vous organisés pour les mariages arrangés. La flavescente avait bien l'impression d'être dans ce genre de festivités plutôt qu'à une quelconque réunion de travail destinée à mener à bien une mission. Très sérieusement comment s'était-elle débrouillée pour se retrouver dans une histoire aussi abracadabrantesque que celle dans laquelle elle se trouvait présentement ? Et surtout pourquoi avait-elle bêtement accepté de se laisser embarquer dedans ? La flavescente qui était très consternée par la grotesquerie de la situation, soupira légèrement de lassitude en se maudissant d'avoir été complaisante avec la femme de l'auberge. Cela faisait maintenant quelques secondes, qu'elle était assise à genoux à fixer intensément la porte de la chambre de Yusei. Ce dernier ne tarda pas à venir leur ouvrir dès que sa camarade annonça que la personne qu'il attendait était arrivée.

Gardant sa position remplie de raffinement, la belle blonde n'adressa aucun regard au jeune homme, qui était pourtant devant elle. Elle inclina simplement sa tête en signe de "Bonsoir". Au moment où elle la releva enfin pour le regarder sans directement poser ses yeux sur lui, elle put se rendre compte que son collègue lui tendait la main. Assez rapidement, elle redressa ses yeux pour le regarder. Qu'elle ne fut sa surprise lorsqu'elle remarqua, qu'il portait son kimono d'une drôle de façon. Qui était cependant loin d'être désagréable pour les yeux de l'hôtesse tout comme ceux de la jeune flavescente qui, tout comme sa camarade, resta un moment à contempler la partie dénudée et découverte du torse du jeune homme, sans rien dire cependant. Par la suite, Aru condescendit de se relever puis de poser sa main sur celle de Yusei. Qui comme toujours, arborait un visage dépourvu d'émotion. À croire, qu'il était du genre à toujours rester imperturbable, quelle que soit la situation dans laquelle il se trouve.

S'attardant sur la présente attitude du jeune homme, la flavescente se dit qu'elle devrait en prendre de la graine et en faire autant dans certaines situations. Se montrer comme étant une jeune femme très réservée et ne pas montrer ses réelles émotions à tout va. Ceci pouvait sans aucun doute l'aider et surtout lui éviter de se retrouver stupidement embringuée dans des histoires sans queues ni têtes. Enfin bon, maintenant qu'il n'y avait plus moyen de revenir en arrière, autant aller de l'avant. Désormais il s'agissait de jouer la carte de la prudence afin de ne pas être prise pour la cruche de service. Ce n'est pas parce qu'on lui avait fait savoir que Yusei avait en tête de passer sa soirée en sa compagnie, que forcément elle devait partir dans des déductions invraisemblables encore moins lui sauter dans les bras. Ceci elle n'avait naturellement pas l'intention de le faire, vu qu'ils ne se connaissaient pas encore, c'était juste une allégorie parmi tant d'autres.

La belle flavescente, qui était partie dans ses divagations et qui se posait en même temps plusieurs questions, hocha vivement la tête. Elle était à présent dans la chambre de Yusei, seule avec lui. Sa gracieuse collègue était partie s'occuper d'autres clients. Aru qui était tout de même sûre d'elle, quelques secondes auparavant, commença à légèrement paniquer en se rendant compte qu'elle était seule en compagnie du jeune homme. Qui l'invita à s'asseoir pour manger le repas qui avait manifestement été préparé pour deux. Voyant tout ce qui était sur la table, la belle se rappela lorsque sa comparse lui avait dit que leur repas serait emmené dans la chambre de Yusei. Elle sourit nerveusement intérieurement, en se disant que son amie d'une nuit n'était pas du genre à faire les choses à moitié. Inclinant légèrement la tête en fixant Yusei, elle s'installa en essayant le plus possible de prendre une position convenable. Avec ses habits, cela était difficile au départ mais très vite, elle parvint à s'asseoir en mettant quelques morceaux de son habillement en arrière.

Son collègue, qui vint prendre place en face d'elle et qui se servit de quoi à boire, la regarda. Subséquemment il lui fit savoir qu'il y'avait eu un malentendu, en précisant que s'il voulait la voir c'était pour parler de la mission. Comme la belle s'en était doutée, les mots ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être. Sur le coup, la demoiselle à la chevelure ambrée se sentit un peu cruche mais elle n'en fit rien. Silencieuse, elle écouta son collègue s'exprimer jusqu'à la toute fin. Lorsque Yusei termina de formuler ce qu'il avait à dire, Aru resta bouche bée à le regarder d'une drôle de manière. Elle avait forcément raté quelque chose, ça ne pouvait être que cela. Non seulement il lui parla d'une manière très familière en plus il lui fit savoir qu'il était tout de même content de la tournure du quiproquo, car il avait pu l'apercevoir dans toute sa beauté. Il avait en plus de cela, un sourire pour le moins niais, qui surprit beaucoup la flavescente. Cette dernière n'aurait jamais pensé que son compagnon de mission était le genre à parler de la sorte. Lui qui paraissait si appliqué. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer ?

« - Yusei-san, est-ce que tout va bien ?, demanda-t-elle d'une petite voix remplie d'inquiétude. Vous ne m'avez pas l'air très bien... »

Quelques secondes après avoir posé sa question, la belle flavescente qui avait remarqué un changement au niveau du visage du jeune Konohajin, quitta sa position pour aller se placer à quelques centimètres de lui. Craignant qu'il puisse être victime d'un rhume, ce qui aurait expliqué sa façon de se comporter actuellement, elle attrapa son visage entre ses mains puis posa son front contre le sien histoire de confirmer son hypothèse. Elle fit ceci sans se soucier de ce qui pourrait arriver ensuite. Il faut préciser que sur le coup la flavescente était plus inquiète qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Ven 17 Avr 2015 - 17:23

Ça allait mal. Ça allait très très mal ! Voilà que je venais d'avouer, sans la moindre once de honte ou de remords que je la trouvais ravissante dans cette tenue. J'avais, à cause de l'alcool, perdu mon sens de la retenue, je n'arrivais plus à contrôler mes paroles ! Bon... J'avoue, ce n'était pas un mensonge non plus. Il est vrai que je trouvais que la blonde avait une allure aguicheuse, de quoi faire tourner la tête à n'importe qui, moi comprit. Mais de là à paraître pour un dragueur à dix ryos et à balancer directement ça, non, je ne me serais jamais permis ! Et en plus, je venais de balancer ça avec un sourire rouge bourré et qui me donnait une tête de demeuré. Ma réputation de sérieux que j'essayais de rebâtir après l'incident de ce matin était de nouveau réduite en miette. Pourquoi, pourquoi ?!

Et pourtant, comme dit précédemment, je n'avais plus de honte sous l'influence de cette boisson tentatrice. Après avoir fini ma troisième coupe, juste après le compliment que je venais de faire à la jeune fille, je me dis qu'il était temps que j'arrête, remarquant que j'étais « suffisamment détendu ». Posant ainsi le récipient sur la table, je regardai avec insistance cette jeune fille qui m'obsédait le temps d'un repas. Ses vêtements étaient vraiment une grande partie de son charme. Peu de femmes auraient eu le courage de s'habiller ainsi, surtout en la présence d'un jeune homme inconnu. Etait-ce le genre d'Aru de se comporter ainsi à son habituelle. Même en étant alcoolisé comme je l'étais, je pouvais deviner que non. En effet, elle semblait être tout aussi gênée que moi de la situation dans laquelle elle se trouvait. Certains signes montraient bien qu'elle ne souhaitait pas réellement être en ma présence selon les termes interprétés par le reste du personnel de l'auberge.

Soudain, Aru rompit le silence gênant qui s'était installé suite à ma déclaration en me regardant étrangement. Elle avait compris que je n'étais pas dans mon état normal vu ma façon de parler. En effet, j'avais eu le temps de quand même afficher mon « serious mode » que j'appliquais dans le cadre où je faisais des missions avec des inconnus, afin de paraître un tant soit peu digne. Cependant, avec l'alcool, ça changeait la donne. M'observant donc comme si j'avais perdu la boule, elle commença à se lever dans ma direction avant de faire, ce que je pensais, allait être le moment le plus dangereux de la soirée. Attrapant mon visage entre ses mains, elle posa délicatement son front sur le mien, mettant ainsi nos peaux en contact. En prenant du recul, je me doutais bien qu'elle pensait que mon délire était dû à une quelconque fièvre provoquée par le bain, et qu'elle voulait prendre ma température. Mais sur le coup... N'importe qui aurait commencé à paniquer. Enfin... N'importe qui n'ayant pas l'alcool facile qui vous fait devenir sans stress...

Pendant cet instant, je me contentai de laisser donc mes joues rosir, augmentant sans doute ma température corporelle qui ne pourrait que lui indiquer un faux diagnostique. Mes yeux parcouraient donc son visage de plus près, s'attardant rapidement sur chacun des détails qui le composaient. Ils s'attardèrent alors en face des siens, attendant qu'elle ne daigne lui répondre du regard. Puis, là, une nouvelle fois, si je pouvais voyager dans le temps, je me serais sans doute refrapper pour m'empêcher de dire ces mots.


« - Si je m’écoutais, je t'embrasserai sur le champ... »

Mon dieu, mon dieu, mais qu'est-ce que j'étais débile ! Pourquoi il a fallu que je sois aussi facile avec l'alcool ?! Je commençais à la regardai avec un regard passionné comme l'imbécile que j'étais sur le moment. Non-content d'être facile avec l'alcool, il fallait que je sois capable de me rappeler de chaque instant gênant que j'ai pu vivre ! Attendant donc quelques secondes, je commençai à poser mes mains sur les siennes, les attrapai avant de les retirer de mon visage, avant d'enchaîner.

« - Mais j’écouterais aussi ma conscience, qui me dit qu’il ne faut pas aller si vite avec une fille qu’on vient de rencontrer, aussi belle soit-elle. »

Bon, au moins, je savais quand m'arrêter... Si on veut... Relâchant ses mains, la libérant donc de mes mains, j'espère encore qu'elle n'allait pas interpréter mes gestes avec maladresse... Même si je méritai bien une baffe le moment venu. Dans un autre élan de « sincérité soudaine », je continuai à parler, en me frottant l'arrière du crâne comme si de rien n'était.

« - Je te rassure, je n’ai rien. Disons que j’ai comme qui dirait l’alcool facile, geehee… Quand je bois pour me détendre, je fini souvent à dire ce qui me passe par la tête sans hésitation. Comme là… Et la fois d’avant… Geehee, je parle trop je crois ! Bien, maintenant, cette mission, fis-je en essayant de reprendre un visage sérieux (échec). T'en penses quoi, toi ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 20 Avr 2015 - 13:34

La situation avait pris une tournure plutôt étrange, à laquelle la demoiselle à la chevelure flavescente ne s'attendait pas. Après qu'elle ait entendu son collègue s'adresser à elle d'une drôle de manière, la belle pensa qu'il était victime d'un coup de froid ou quelque chose dans ce genre. Afin d'étayer ses doutes, elle s'en alla vérifier la température du Konohajin à l'aide d'une méthode, qu'elle savait très efficace : front contre front. Dès lors qu'elle fit ceci, la belle blonde sentit de la température émanant du corps du jeune homme. Immédiatement après, elle vit ses joues s'empourprer à une vitesse folle. Sur le coup, la belle se dit qu'elle avait finalement raison et que le jeune homme était bel et bien malade. Préférant s'appuyer sur les indices qu'elle avait sous la main, elle évita cette fois de partir dans des hypothèses abracadabrantesques. Mais alors qu'elle avait encore son front contre celui de Yusei, ce dernier prononça une phrase qui la laissa sans voix.

Interloquée, Aru qui recula assez rapidement l'ensemble de sa tête de son collègue sans pour autant retirer ses mains de son visage, arrondit ses yeux en le regardant. De but en blanc, il lui annonça que s'il s'écoutait, il l'embrasserait sur le champ. La flavescente qui ne savait vraiment plus où se mettre ni quoi dire, se demanda si elle n'était pas victime elle aussi victime d'un coup de froid pour entendre n'importe quoi. Alors qu'elle cherchait dans son esprit quelque chose qui pouvait expliquer un tel déraillement de situation, la belle blonde se rendit finalement compte qu'elle n'était aucunement dans un genre de genjutsu ou quoi que ce soit d'autre. Tentant tant bien que mal de rassembler ses esprits, elle entendit la phrase du jeune homme tourner en boucle dans son inconscience. Ce qui l'effraya quelque peu sur l'instant et la fit tressaillir. C'était vraiment le comble cette affaire. Elle qui jusque là n'avait jamais manqué de mots et qui en plus de cela, était fabuleusement réceptive quand il s'agissait de parler séduction...

Alors qu'elle était encore là à fixer Yusei dans le blanc des yeux, ce dernier apposa ses mains sur les siennes pour finalement les retirer de son visage. Subséquemment, il lui dit qu'il écouterait sa conscience qui elle n'était pas d'avis qu'il aille aussi vite avec une inconnue. Après qu'elle ait entendu cette phrase, Aru reprit un visage plus ou moins normal. Intérieurement, elle poussa un soupire de soulagement. Non pas que l'idée de flirter avec Yusei incommodait la flavescente loin de là. Ce qui la gênait, c'était que cela se fasse alors qu'ils venaient tout juste de se rencontrer. Sans compter que là n'était pas le but de tout ceci, le but premier était bien évidement de mener à bien la mission pour laquelle ils avaient été appelés en ces lieux. Songeant finalement à la mission, la demoiselle à la chevelure dorée se dit qu'elle devrait tout de même essayer de l'évoquer afin d'éviter que le malaise ne s’accroît. S'apprêtant à mettre le sujet de la mission sur le tapis, la belle fut interrompue par Yusei. Ce dernier après l'avoir libéré, lui fit savoir que son état était du au fait qu'il avait l'alcool facile. Rajoutant que dès qu'il en boit, il dit tout ce qui lui passe par la tête sans hésiter.

Aru resta bouche bée à l'écouter s'exprimer jusqu'à la fin où il lui posa une question concernant la mission. S'asseyant en tailleur juste à côté de son collègue, la flavescente prit une grande inspiration. Subséquemment, elle souffla puis se servit un peu de saké. Après avoir bu une petite gorgée, elle posa son petit récipient sur la table. Il était peut-être temps qu'ils soient sérieux, se dit-elle en prenant la décision qu'elle ne s'attarderait pas sur tout ce qui était superficiel. À commencer par le fait qu'il lui ait avoué qu'elle était très belle et qu'il aurait bien aimé l'embrasser. Soufflant légèrement, la belle flavescente qui rassembla ses esprits, posa son regard sur Yusei.

« - En fait je pense qu'il n'y a plus grand chose à dire sur cette mission, ce qu'il nous reste à faire maintenant c'est d'attendre la réunion de demain..., formula-t-elle d'un ton appliqué en buvant une autre gorgée de saké. Mangeons paisiblement et faisons en sorte de passer une excellente soirée entre collègues, hm ? »

Sur ces mots, Aru esquissa un sourire chaleureux en levant son petit verre pour pouvoir trinquer avec Yusei.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Mar 21 Avr 2015 - 22:36

Les évènements s'enchaînaient vraiment à une vitesse qui me laissait de marbre. Je ne comprenais vraiment pas comment je faisais pour me retrouver dans des situations cocasses, et ce, sans que je n'ai rien demandé. Après, je pouvais me douter que pour la jeune blonde, la situation devait être à l'identique, dans le sens où elle devait être aussi embarrassée que moi au moment où je venais de décuiter, voire plus. Me voilà en train de baratiner comme un abruti de beau parleur qui essayait de s'attirer les faveurs de la première fille venue. Je n'étais pas comme ça ! Certes, il m'arrivait de vouloir enjoliver mes histoires vue que je suis le grand Yusei, mais quand même !

Toujours était-il que j'avais décidé, par je ne sais quel miracle, de revenir enfin au sujet principal de cette intrigue : la mission ! Heureusement, ma collègue était du même avis que moi. Je ne savais pas vraiment comment elle avait réagi face à ma demande, du simple fait que ma vision se troublait au fur et à mesure que je buvais. Cependant, il semblait qu'elle ait retrouvé sa contenance rapidement, puisqu'elle m'invita à trinquer une nouvelle fois avec elle. Sachant que l'alcool ne m'emmènerait pas plus loin que là où j'étais, je décidai de remplir une dernière coupe de saké avant de diriger cette dernière vers Aru.


« - Au succès de cette mission ! »

Le reste de cette soirée, nous ne fîmes que discuter de certaines hypothèses farfelues sur cette fameuse affaire qui nous permettrait de résoudre la mission (Enfin, hypothèses farfelues... Surtout venant de ma part). Par ailleurs, profitant du repas, nous discutâmes un peu de qui nous étions, énonçant ainsi nos expériences, nos boutades... Mes Boutades un peu trop fournies. On parlait comme à un... un... OUI, un rencard, c'est bon, moquez-vous, bande de vautours ! Les échanges furent plus amicaux, peut être grâce à l'alcool qui me retirait toute gène. Du moins, c'est comme ça que je l'ai interprété. Une fois un temps passé, je me dis qu'il était temps pour nous de nous coucher. Cependant... Voilà que le trou arrive. En effet, lorsque je tombe de sommeil à cause de l'alcool, les choses s'étend passée juste avant ne rentrent pas dans ma tête et ne sont donc pas enregistrées.

Je me réveillai donc, avec une pâteuse et une migraine assez violente, avant de m'étirer et de regarder autour sans vraiment regarder la pièce. Je me demandai où j'étais, ce que je faisais là... Avant que mon cerveau me fasse la piqûre de rappel. Les évènements s'enchaînèrent dans la tête, me rappelant ce qui s'était passé avant, pendant et après que j'ai bu. Je peux encore sentir la douleur sur mon front après ce facepalm que je me suis fait, en prononçant un simpliste mais caractéristique :


« - Nan mais queeeel con ! »

Je fis alors craquer mon cou, puis le reste des os de mon corps en étirant avant de me lever. Je me rendis alors compte que j'avais, dans mon sommeil sans doute, retiré entièrement la partie haute de mon kimono comparé à auparavant. Je me dépêchai de le remettre correctement en espérant que personne ne m'ait vu. Soudain, aura d'alerte. Un frisson dans mon dos, je me retournai lentement pour essayer de confirmer mes soupçons... Et je vis alors dans la pénombre la blonde du Shukai. Elle était restée dans ma chambre. Pourquoi ? Aucune idée. Rien que de la voir, même si je ne savais pas réellement si elle dormait encore ou si elle était réveillée, je reculai de plusieurs pas, me mettant en Dogeza face à elle, genoux au sol, et...

« - Je suis désolé pour ce que vous avez vu hier soir, Aru-san ! Je suis désolé ! »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Mer 29 Avr 2015 - 13:34

De l'appréhension, Aru en avait à en revendre. Elle ne savait pas trop comment est-ce qu'elle devait se comporter afin d'espérer dérider la situation, après avoir entendu les nombreuses formulations étranges de Yusei. Qui s'est finalement avéré, être sous l'influence de l'alcool. Préférant faire table rase sur l'état de son collègue, la demoiselle à la chevelure dorée lui proposa de poursuivre tranquillement. Ce qui se fit assez immédiatement ensuite après avoir trinqué au succès de leur mission. Durant le repas, nos deux compagnons parlèrent de tout ainsi que de rien. Ils évoquèrent pas mal d'hypothèses concernant la mission, enfin le Konohajin fut surtout celui qui sortit le plus de théories invraisemblables. Ces dernières eurent pour effet d'amuser la jeune Shûkai. Elle hochait de temps à autre la tête en guise de réponse. Par moment, elle éclatait de dire en écoutant le jeune homme. Autant dire que la belle flavescente ne s'ennuya point auprès de son collègue, elle ne regretta pas non plus le fait de s'être finalement laisser embarquer dans cette histoire abracadabrante. Cela lui permit de découvrir un côté inédit de Yusei, qu'elle pensait ne pas avoir droit vu qu'ils venaient tout juste de se rencontrer.

Ainsi donc, la suite de la soirée se déroula sans quelconque encombre. Nos deux camarades restèrent ensemble jusqu'à très tard dans la nuit. Yusei qui avait ingurgité une quantité plus que suffisante d'alcool partit vers le Royaume de Morphée, sans crier gare. De son côté Aru, qui avait été raisonnable, prit le temps d'aller chercher un oreiller pour le placer sous la tête de son collègue qui dormait profondément. Après avoir fait ceci, la belle resta un moment à le regarder dormir. Quelques instants plus tard, elle se rendit vers la fenêtre de la chambre. Après qu'elle l'ait ouverte, elle ne tarda pas à apercevoir dans la pénombre une silhouette. Assez rapidement, la belle plissa les yeux pour voir s'il s'agissait d'une personne ou pas. Alors qu'elle était concentrée, elle sursauta et poussa immédiatement après un cri de frayeur lorsqu'elle entendit la voix d'une personne qui arriva vers elle. Ayant une lampe avec elle, la flavescente ne mit pas longtemps à se rendre compte que la personne n'était autre que sa comparse. Cette dernière s'excusa tout d'abord de lui avoir fait peur, puis lui demanda des nouvelles de sa soirée en compagnie du beau ténébreux de Konoha.

« - Tout s'est bien passé, formula-t-elle d'une petite voix en rigolant, il se repose là. Je pense que je ne vais pas tarder à faire pareil moi aussi.
- Tu veux venir marcher un peu avec moi en attendant ?
- Oui... »

Aru ferma la fenêtre puis passa par la porte donnant vers le couloir peu emprunté pour rejoindre sa comparse. Sous la lueur de la lune, elles firent quelques pas, ce qui leur donna l'occasion de discuter un peu. Pendant leur discussion, la flavescente apprit que l'hôtesse se prénommait Ringo, signifiant pomme, mais que tout le monde l'appelait Rin-chan. La belle blonde ne fut guère surprise par le prénom de l'hôtesse, au contraire ce dernier l'amusa. Une pomme comme tout le monde le sait, est un fruit croquant, succulent etc... Mais surtout, tout le monde aime à croquer dedans. Souriant légèrement, Aru fit part de son amusement à sa camarade, qui lui rendit son sourire. Par la suite, les deux jeunes femmes revinrent sur leurs pas. Après avoir quitté Rin, la belle flavescente alla voir si son collègue était toujours dans sa chambre ou pas. Lorsqu'elle remarqua qu'il n'avait pas bougé de sa position, elle le contempla un court instant puis se leva pour se diriger vers la sortie. Alors qu'elle commençait à ouvrir la porte, elle s'interrompit. S'immobilisant, elle s'appuya légèrement contre la porte. L'instant qui suivit, elle se tourna pour regarder Yusei. Que se passerait-il, s'il venait à se réveiller avant la fin de la nuit ? Vu son état, il y'avait très peu de chances pour qu'il fasse une chose pareille, mais si jamais ?

Personne n'est à l'abri de l'invraisemblance. Refermant finalement la porte, la belle blonde prit la décision de passer la nuit dans la chambre de son collègue afin de veiller à ce qu'il n'arrive rien d'extravagant. Sa décision prise, la demoiselle à la chevelure ambrée retira les bijoux qu'elle avait dans les cheveux et ailleurs puis alla s'allonger non loin de là où était couché Yusei. Dès lors qu'elle ferma ses paupières, elle ne mit pas longtemps à s'endormir. Vu la folle journée qu'elle avait passé, la belle blonde eut une nuit de très courte durée. Lorsqu'arriva enfin le jour, Aru qui était encore un peu endormie, fut obligée d'ouvrir ses yeux au moment où elle entendit une voix prononcer son prénom. Se demandant ce qu'il se passait au juste, elle ouvrit entièrement ses yeux qu'elle arrondit immédiatement ensuite. La seconde qui suivit, elle se releva pour s'asseoir. Devant ses yeux ébahis, Yusei était à genoux entrain de s'excuser. Se frottant légèrement les yeux, Aru qui avait les épaules totalement dénudées, plaça en premier lieu sa main devant sa bouche pour bailler avant de poser à nouveau ses yeux sur son collègue.

« - Je vois que vous êtes en forme ce matin, Yusei-kun ?, formula-t-elle d'une petite voix endormie. J'espère que votre sommeil n'a pas été très désagréable ? Elle fixa un instant le jeune homme puis se leva. Ne vous en faites pas pour hier soir, vous n'avez rien fait de mal... Je vous laisse vous préparer, je vais en faire autant de mon côté pour ensuite me rendre à la réunion. À tout de suite, Yusei-kun... »

Sur ces mots, sans avoir attendu que le Konohajin lui dise quoi que ce soit, la flavescente quitta la chambre après avoir récupéré ses affaires et après avoir offert au jeune homme l'un de ses sourires splendides. Il devait forcément se sentir mal présentement alors il n'y avait pas besoin qu'elle enfonce le couteau dans cette plaie encore très vive. Souriant après être sortie de la chambre de Yusei, Aru se rendit vers la sienne pour se préparer. Dès qu'elle eut terminé, elle revint voir si son collègue était prêt ou pas, en chemin elle croisa un groupe d'hôtesses qui la salua. Les autres parties, l'une d'elles resta. Elle prit à part la jeune flavescente pour lui informer de quelque chose.

« - Hier soir, j'ai remarqué un homme devant votre porte, il voulait apparemment s'entretenir avec vous pour quelque chose d'important. Comme vous n'étiez pas là, je lui ai proposé de lui tenir compagnie. Pendant notre entrevue, il n'a cessé de me dire qu'il fallait absolument qu'il parle à l'un des shinobis qui avaient été envoyé ici pour régler une histoire de saccagements d'entrepôts stockant des légumes. Il m'a au passage avoué avoir été témoin d'une scène qu'il n'aurait jamais du voir et qu'ensuite il avait été approché par l'un des responsables des pillages qui lui a donné une belle somme d'argent en échange de son silence... Aru-san, je ne sais pas vraiment s'il faut que vous preniez au sérieux ou pas tout ce que cet homme m'a raconté, parce qu'il était totalement ivre. Si vous alliez le voir aujourd'hui, je suis certaine qu'il ne vous dirait absolument rien. Avant de venir vous voir, je suis allée voir Rin-chan, c'est elle qui m'a conseillé de venir vous en parler... Si j'entends quoi que ce soit à l'avenir pouvant vous aider à résoudre votre mission, je viendrais immédiatement vous en informer.
- Merci pour tout Azusa-san et faites très attention à vous.
- Vous aussi soyez prudente Aru-san, si ce que l'homme d'hier soir m'a dit est vrai, il se pourrait que la personne que vous cherchez, fasse partie des gens que vous côtoyez en ce moment. »

Après sa phrase, Azusa s'inclina légèrement devant Aru qui en fit de même en la remerciant. Sitôt la jeune femme partie, la flavescente se plongea immédiatement dans ses pensées. Elle sortit de sa petite sacoche la boucle d'oreille qu'elle avait trouvé puis passa en revue tout ce qu'ils avaient découvert. Se pourrait-il que le responsable des pillages fasse vraiment parti des personnes qu'ils avaient rencontrés ? Se posant la question, la demoiselle à la chevelure ambrée qui était non loin de la chambre de Yusei, s'empressa d'aller en direction de la porte. Alors qu'elle était sur le point de toquer contre, la porte s'ouvrit. Ce qui fit, qu'elle se retrouva nez à nez avec le jeune Konohajin.

« - Dieu soit loué, vous êtes encore là Yusei. Il faut absolument que je vous parle de quelque chose de très important avant d'aller à la réunion ! Auriez-vous un instant à m'accorder ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Ven 1 Mai 2015 - 19:10

Spoiler:
 

Et voilà que je me retrouvai à genoux, dans une chambre avec une fille endormie et dans une tenue assez aguicheuse, moi-même n'étant vêtu que d'un simple kimono, en train d'implorer le pardon de ma partenaire de mission pour mon attitude déplorable de la veille... Oui, dit comme ça, on pourrait croire que je me suis jeté sur elle comme un sauvage malpropre, mais c'est faux ! Jamais je ne me serais permis d'assouvir un quelconque désir charnel et autre besoins emplis de vices sur une personne comme la Shukaijin, que je venais de rencontrer. J'étais peut-être sous l'influence de l'alcool... Et j'avais avoué que j'aurais aimé l'embrasser... Mais ce n'était pas du tout mon genre d'agir ainsi ! Et je n'avais qu'une envie à ce moment, c'était qu'elle comprenne elle aussi que c'était le cas.

Attendant donc sa réponse comme un condamné attendant sur la chaise électrique que le Daimyo appelle le bourreau pour lui accorder sa grâce, j'étais immobile, mains et visage face au sol, n'entendant que les sons symboliques du réveil de la blonde. Après quoi, elle s'adressa à moi avec une manière plus familière. Laissant tomber les « sempai » et « san », elle m'avait appelé « Yusei-kun », ce qui avait en effet eu un impact sur moi, me faisant relever rapidement la tête. Je pus donc la voir, toujours habillée avec sa robe de la veille, qui lui laissa les épaules ainsi que la partie supérieure de son buste bien en évidence. Je commençais à ressentir le teint rose de mes joues revenir alors que je repensais aux mots que j'avais sorti la veille, et secoua immédiatement ma tête pour faire disparaître ces pensées.

Elle m'annonça donc qu'elle n'avait pas trouvé mon attitude déplacée... Ah ? Je fus vraiment surpris par sa déclaration. Je me mettais à l'observer avec des yeux ronds en me demandant si j'avais bien entendu ce qu'elle avait dit. En voyant son visage, elle ne semblait pas mentir du tout, m'obligeant à me pincer la jambe pour m'assurer que ce n'était pas qu'un simple rêve. Peu après, elle se leva pour se diriger vers la sortie de la chambre en indiquant qu'elle allait se changer, m'invitant à faire de même. Lorsqu'elle sortit donc, j'eus pour simple réflexe de fracasser mon crâne sur le sol, en me traitant de tous les noms, à cause de la pensée qui était entrée brièvement dans mon esprit.

« Si ça la dérangeait pas… Elle voulait bien que je l’embrasse ? »

Je ne voulais pas avoir ce genre de lubricité dans un moment pareil, nous étions en mission, et en plus, nous n'avions pas avancé d'un pouce sur notre enquête. Repensant ainsi à la raison principale de ma venue ici, j'avais réussi à me calmer pour pouvoir me décider à sortir de ma chambre. J'avais déposé mes vêtements usuels à la laverie juste avant d'entrer dans mon bain hier, du coup, j'allais pouvoir les récupérer là-bas. Me baladant à travers les couloirs, je commençais à entendre des chuchotements entre les différentes hôtesses. Elle semblait parler de leur nuit de la veille, et ce, sans vraiment grande retenue. Certains propos me firent même risquer de me prendre une porte tellement ils me perturbaient. Vint le moment que je craignais : elles m'aperçurent et se mirent à me saluer avec une voix bien aguicheuse, m'obligeant à accélérer le pas pour éviter de ravoir le visage encore plus rouge qu'avant.

Une fois à la laverie, je récupérais enfin ma tenue et commençais à me changer. Pas grand-chose à dire jusque-là, je ne faisais que remettre en place les maigres informations que nous avions obtenues. La raison principale de notre venue était juste de jouer les médiateurs lors des négociations, et rien de plus. Cependant, cette affaire risquait en effet de prendre un tournant un peu plus important à cause de cette affaire de saccage. Quelque chose ne semblait pas tourner rond. Pourquoi voler des légumes en si grande quantité ? Quelle en serait l'utilité ? Je terminai de m'habiller en accrochant ma casquette à mon jean, pour me rendre vers ma chambre.

Sur le chemin, je pouvais voir que d'autres personnes semblaient sortir de leurs chambres, qui étaient d'ailleurs en partie impliquées dans le conflit. Des membres de la fédération des paysans comme des membres du conseil. Et la plupart avaient tous une expression au visage qui laissait à deviner ce à quoi ils s'étaient amusé à faire la veille. Je soupirais en voyant à quel point certains étaient dominés par des pulsions comme celle-ci. Alors que je me dirigeai vers ma chambre, je plongeai alors mes mains dans mon Jean, et ressenti une sensation étrange dans l'une d'entre elles. Je sortis alors ce qu'elle contenait, et me rendis compte qu'il s'agissait du bout de tissu que nous avions trouvé hier sur l'un des lieux des saccages. Je l'avais, dirait-on, conservé sur moi et avait omis de le retirer de ma poche avant de partir pour les bains.

Soudain, alors que j'observais le tissu, je me rendis compte d'une chose, qui ne paraissait pas naturelle au premier abord : il était lavé. Ça paraissait évident, vu qu'il était parti avec les autres, mais bon, ce n'était pas ça qui était le plus important. En effet, le fait qu'il soit lavé faisait qu'il avait retrouvé sa couleur d'origine, camouflée par la boue et l'humidité quand nous l'avions trouvé. Et cette couleur, je l'avais déjà vu quelque part... Ce n'était qu'en entrant à l'intérieur de ma pièce que je me souvenu où l'avais-je vu : c'était exactement la même couleur que celle des robes des conseillers. Il n'y avait pas de doutes là-dessus. De plus, maintenant, je pouvais remarquer que le tissu était de plutôt bonne qualité en terme de toucher, ce qui voulait dire que la personne qui possédait un tel vêtement devait en avoir les moyens. Ce n'était que pure supposition pour le moment, mais il me fallait au moins faire parvenir l'info à Aru.

Après avoir fait quelques pas pour avoir pesé les pour et les contre de la faisabilité de ces preuves, je pris la décision de me diriger vers la sortie de ma pièce afin de rejoindre la blonde dans sa chambre. Heureusement, quand je reprenais mon sérieux, plus aucune pensée déplacée n'avait sa place dans ma boîte crânienne. J'ouvris donc la porte en me préparant à courir lorsque je fus surpris par la présence de la personne que je voulais voir juste en face de moi. Elle m'informa qu'elle voulait me parler de quelque chose d'important. Entendant des pas venir de l'extérieur, j'agrippais le bras d'Aru et refermais la porter derrière elle alors que je la plaquais contre moi. Pendant un court instant, j'étais en train de tendre l'oreille afin de voir si personne ne s'approchait, ce qui, n'était pas le cas. Reprenant ainsi mon souffle, je lâchais l'étreinte que j'avais autour de la blonde, avant de m'adresser à cette dernière.


« - Je m’excuse d’avoir agi aussi brusquement Aru-san, mais j’ai bien peur que nous devions rester plus discret que ce que vous pensez. »

Après cette phrase, je lui ouvrai la voie vers la table basse pour que nous nous asseyions tous les deux. Une fois installés, je sortis le fameux tissu de ma poche et le posai sur la table, faisant signe à la blonde de s'y intéresser en détail.

« - Vous vous souvenez de l’indice que j’avais trouvé hier ? Le morceau de vêtement arraché trouvé dans la boue ? Ce matin il a été lavé. Ce tissu possède exactement la même couleur que celle des robes des conseillers du pays du feu. Sachant que celui qui nous avait accompagnés hier n’est pas du tout rentré dans le bâtiment, ça veut dire qu’il y avait déjà l’un d’entre eux présents sur les lieux. En d’autres termes, quiconque est responsable des saccages des entrepôts et liés à un ou plusieurs membre du conseil, et plus que probablement, d’un de ceux présents ici aujourd’hui. »

Pendant tout mon discours, j’affichais une mine sérieuse, mon regard ne quittant pas la moindre seconde le visage de la blonde. Je lui laissais le temps de réagir à ceci avant d’enchaîner.

« - Quant à vous, qu’avez-vous trouvé ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taichou
Messages : 125
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Ven 8 Mai 2015 - 15:01

Vu où ils étaient rendus, Aru désespérait très franchement. Ce n'était pas possible qu'ils parviennent à accomplir convenablement ce pourquoi ils avaient été appelé ici. La réunion allait avoir lieu d'un instant à l'autre et ils n'avaient pas réussi à trouver quoi que ce soit de vraiment exploitable. Quels arguments allaient-ils avancer pour qu'on ne leur tombe pas dessus si la mission se soldait finalement par un échec ? Se posant cette question, la jeune kunoichi souffla légèrement. Ils avaient certes tout leur temps pour mener à bien les choses, néanmoins, il aurait été plus agréable qu'ils puissent avoir quelque chose sur quoi se raccrocher dès le départ. Une simple boucle d'oreille ainsi qu'un bout de tissu, ce n'était vraiment pas fameux comme indices. En tout cas pas dans les circonstances actuelles. Alors qu'elle était entre les mains de la démotivation, la demoiselle à la chevelure ambrée fut extirpée des lieux par l'intervention quasi céleste d'une hôtesse qui lui raconta une drôle d'histoire.

Même si elle n'était pas très certaine de la componction du récit qu'on venait de lui rapporter, la blonde s'en alla l'annoncer à son collègue. Se disant que deux cerveaux valaient mieux qu'un. Alors qu'elle s'apprêtait à toquer contre la porte, son collègue ouvrit. L'apercevant, elle lui fit immédiatement savoir qu'il fallait qu'elle lui parle de quelque chose d'important. Et avant même qu'elle ne puisse formuler quoi que ce soit de plus, la belle fut happée par son collègue qui lui agrippa le bras. Subséquemment il referma la porte derrière elle puis l'apposa contre lui. Ce mouvement eut pour effet de faire rougir Aru, qui fut stupéfaite. S'apprêtant à se dégager du Konohajin, elle s'immobilisa en discerna de drôles d'intonations. Tendant un peu plus l'oreille, elle put se rendre compte que cela provenait de la poitrine du jeune homme homme. Comme elle était bien collée à lui, elle put entendre les battements de son cœur. Ces derniers émettaient quelques mouvements brusques et réguliers à la fois. C'était une sublime mélodie capable d'ensorceler n'importe quel être possédant un cœur délicat.

S'ils s'étaient retrouvés dans d'autres circonstances, la belle l'aurait trouvé charmante. Mais là, non. Elle n'était pas vraiment d'accord pour qu'ils entament un chapitre aussi singulier que celui-là. Afin de le faire comprendre à son compagnon, elle commença par lever sa main pour aller la plaquer sur le torse de Yusei afin de pouvoir le repousser. Avant qu'elle ne puisse avoir le temps de mettre son idée à exécution, son collègue la libéra de son emprise. Subséquemment il s'excusa d'avoir agi aussi abruptement. Il rajouta ensuite qu'ils devaient rester prudents. Voilà une déclaration qui ne manqua pas d'éveiller la curiosité de la flavescente. Celle-ci arbora un air assez grave en fixant son compagnon. Avait-il trouvé quelque chose de plus de son côté ? Cette interrogation ne resta pas longtemps en suspens dans l'esprit de la blonde. Cette dernière se fit inviter par le Konohajin à aller s'asseoir. Dès qu'ils prirent place tous deux autour de la table, Yusei sortit de sa poche quelque chose qu'il posa sur la table. Il fit ensuite signe à la demoiselle à la chevelure ambrée de le regarder.

N'attendant pas, Aru contempla le bout de tissu tout en écoutant le discours de son compagnon. Qui lui fit en premier lieu savoir que le bout de tissu qu'elle percevait n'était autre que celui qu'il lui avait déjà montré. Il poursuivit avec des propos loin d'être négligeables et qui poussèrent la demoiselle à la chevelure dorée à se poser de nombreuses questions. Elle se remémora au passage, l'histoire rapportée par l'hôtesse. Par la suite, elle tenta de faire le lien entre les deux. Pour quelle raison un Conseiller irait s'abaisser à se lancer dans une histoire aussi saugrenue que celle de saccagement d'entrepôts de légumes ? Ils possédaient un statut que beaucoup leur envierait alors pourquoi aller soutenir des vols de simples légumes ? Penchée sur ses interrogations, Aru leva ses yeux pour regarder Yusei qui lui demanda ce qu'elle avait trouvé de son côté. Prenant le tissu entre ses mains pour le contempler d'un peu plus près, la jeune flavescente posa la boucle d'oreille sur la table puis le tissu.

« - Cette histoire devient de plus en plus étrange... Formula-t-elle d'une voix ayant une drôle d'intonation, laissant percevoir que même si son corps était dans la pièce, son esprit lui était loin, très loin. Tout à l'heure, une hôtesse est venue me voir pour me raconter une histoire à dormir debout. Du moins, elle m'a paru être un peu trop tirée par les cheveux. Hier soir, un homme lui aurait donné quelques informations en rapport direct avec notre mission. Elle rapporta mots pour mots le discours d'Azusa, sans oublier un seul détail. Nous devons effectivement être extrêmement prudents car il se pourrait que la personne que nous allons devoir appréhender ne soit pas un inconnu pour nous. Depuis le début, mon instinct me disait de me méfier autant des paysans que des conseillers, elle se rongea légèrement l'ongle, j'ai eu raison d'écouter mon instinct. Ce qu'il nous reste désormais c'est d'étudier tout le monde de très près afin de... »

Alors qu'elle était sur le point d'exposer une petite idée de ce qu'ils pouvaient faire ensuite, un bruit sourd survint. Celui-ci l'obligea à s'interrompre. Tournant la tête vers la porte de la chambre, elle put se rendre compte que l'étrange bruit provenait du couloir. Assez vite, elle se leva pour aller ouvrir la porte et sortir hors de la chambre de Yusei. Ne s'éloignant pas, elle resta immobile à regarder une scène surprenante se produisant non loin d'elle, plus précisément devant la porte de sa chambre à elle. Son amie Rin était entrain d'effectuer une clef de bras à un pauvre homme qui était allongé au sol, visage aplati contre et qui ne pouvait bouger du fait que l'hôtesse lui maintenait fermement les deux bras derrière le dos. Restant bouche bée un court instant devant la scène, Aru finit par sortir de sa léthargie pour aller demander des comptes à son amie. Cette dernière lui fit savoir que l'homme qu'elle retenait prisonnier, avait tenté de pénétrer dans sa chambre.

« - Mais pourquoi est-ce que cet homme voulait entrer dans ma chambre ? », Demanda Aru surprise.
« - Réponds-lui ! »

S'étant rendu compte qu'il n'allait pas s'en sortir si facilement, s'il ne racontait pas toute la vérité, l'homme, qui était en fait un paysan, fit savoir à la belle flavescente ainsi qu'à Rin, qu'il était venu là car il avait besoin de s'entretenir avec Aru. Dès lors qu'il évoqua le vol des légumes, la blonde lui demanda de se taire. Elle se tourna ensuite derrière elle pour voir si son collègue s'y trouvait. Dès qu'elle confirma la présence de Yusei, elle fit signe à Rin de lâcher l'homme. L'hôtesse s'exécuta.

« - Ainsi donc c'est vous qui avez parlé à Azusa, hier soir ? »
« - Vous savez..., commença-t-il d'une voix tremblotante, si... si je vous raconte tout ce que je sais... ils vont... ils risquent de me tuer... »
« - Pas de panique. Mon collègue et moi-même ferons en sorte qu'il ne vous arrive rien. »
« - Moi aussi je me ferais un plaisir d'apporter mon aide ! »
« - Justement en parlant d'aider, Rin-chan, si tu pouvais nous trouver une chambre où on pourrait discuter au calme avec le Monsieur... On ne risque pas d'être vus tout de suite, étant donné que certains sont partis pour prendre le petit déjeuner. Faisons vite avant que notre absence à Yusei et moi n'éveille des soupçons... »
« - Oh, je suis certaine que personne ne pensera que vous faites quelque chose de suspect, elle fit un clin d’œil complice à Aru, ils vont certainement penser que vous êtes encore entrain de roucouler dans vos chambres... »

Sur ces mots, Rin esquissa un sourire espiègle. Aru quant à elle, arbora un visage gêné. Elle demanda à son amie d'arrêter ses stupides remarques et de les conduire plutôt das un lieu tranquille. Souriant, Rin conduit Aru, Yusei et le paysan dans une chambre où ils pourraient être tranquilles pour converser. L'hôtesse demanda ensuite à quelques unes de ses collègues de veiller les allées et venues dans les environs tandis qu'eux allaient écouter l'ensemble de l'histoire de l'agriculteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru] Lun 18 Mai 2015 - 11:24

Une fois mon exposé terminé, il me fallait maintenant écouter celui d’Aru. Si les conclusions auxquelles j’étais arrivé s’avéraient exactement, il allait falloir mettre les bouchées doubles très rapidement. Il n’y en avait pas à douter que la personne qui était derrière toute cette affaire, si elle s’avérait être effectivement membre du conseil, j’étais prêt à parier qu’elle ne tente de semer la zizanie durant notre réunion d’aujourd’hui et celles qui allaient s’en suivre. Si nous arrivions à l’arrêter à ce moment précis, toute cette affaire serait plus facile à résoudre, et cela nous permettrait donc d’en finir. J’écoutais donc en réponse le récit d’Aru qui semblait avoir eu de nouvelles infos concernant notre enquête. En effet, selon une de ses « nouvelles amies » qui étaient membres de l’auberge, un homme semblait apte à nous apporter des éléments supplémentaires à l’enquête.

Et autant dire que les évènements se goupillaient plutôt bien entre eux. Alors que j’étais en train d’observer brièvement la boucle d’oreille que la kunoichi venait de poser sur la table, tout en écoutant ses déductions et ses analyses, un bruit étrange vint de l’extérieur de la chambre. Tournant la tête vers cette direction, j’étais en train de m’imaginer l’hypothèse la plus paranoïaque, à savoir, que quelqu’un était en train de nous espionner en écoutant notre discussion. J’étais sur le point de me précipiter vers cette fameuse source sonore quand Aru me devança en allant elle-même ouvrir la porte. Derrière cette dernière, une vision pour le moins des plus étonnantes s’afficha devant moi : la femme qui s’était amusée à me séduire la veille était en train de faire une prise de soumission à un inconnu, sans doute la personne qui écoutait à notre porte.

Interloqué, je me levai à mon tour pour voir la scène de plus près. La personne semblait être un homme étant membre de la communauté de paysans comme celui qui nous a accompagnés. Il commença à parler en nous annonçant qu’il voulait au départ nous donner des informations importantes pour notre enquête, mais il n’avait pas le droit de parler sous le risque de mourir. Ma partenaire le rassura en disant qu’avec nous, il serait en sécurité, ce que je pensais devoir contre dire bientôt… Mais nous verrons ça plus tard. À la suite de cela, Aru demanda à celle qu’elle appelait Rin de nous préparer une pièce dans laquelle nous pourrions interroger l’individu. Elle ne se contenta de répondre en faisant, bien évidemment, ça ne serait pas drôle autrement, un commentaire plus que gênant à l’égard de nous deux. J’avais réussi, je ne sais comment, à passer outre cela, et me contentait de lâcher un simple soupire tout en remettant ma casquette en place sur ma tête.

Nous avions donc réussi à trouver une pièce pour procéder à l’écoute de l’homme. Installé autour d’une table basse, Aru et moi côte à côte, alors que la personne se trouvait en face de nous, nous attendions que Rin nous laisse tranquille pour commencer notre interrogatoire. Avant que nous puissions commencer quoi que ce soit, l’individu suspect commença en nous disant qu’il ne souhaitait pas finalement nous parler, disant qu’il ne voulait pas risquer mourir. Soupirant un bon coup, et me préparant mentalement pour ce que j’allais faire, je pris la parole, tout remettant en place ma casquette, conservant un sourire neutre.


« - Je comprends, vous avez peur de ce qui pourrait vous arriver n’est-ce pas ?
- Oui… Je suis désolé, mais je-
- Je suppose que vous souhaitez choisir comment mourir, n’est-ce pas ?
- Euh… Oui… Je suppose… Fît il en commençant à moins s’agiter, mais sans pour autant perdre son anxiété.
- Dans ce cas… J’enchainai en posant ma tête sur ma main, utilisant mon coude pour m’appuyer sur la table. Comment souhaitez-vous mourir ?
- Q-Q-Quoi ? Répondit-il inquiet.
- Noyé ? Décapité ? Étouffé ? Empoisonné ? Si vous ne souhaitez pas mourir d’une façon qui ne vous plaise pas, je peux m’arranger pour vous aider.
- Mais-mais je-
- Bien évidemment, vous pouvez aussi nous dire immédiatement ce que vous savez, et de ce fait, vous ne mourrez pas, de la manière que vous le souhaitez ou non, puisque nous vous offrions assistance. Mais comme vous ne semblez pas vouloir nous dire ce que vous savez, laissez-moi reposer ma question.

Comment voulez-vous mourir… ?
»

Mon bluff semblait avoir fonctionné. L’avantage quand on possède un contrôle sur l’extériorisation de nos sentiments, c’est qu’on est capable de passer pour un Yandere très facilement, et donc, faciliter tout ce qui est interrogatoire en faisant croire à n’importe quelle torture. L’homme suait à grandes eaux, et tremblait de tout son corps, avant de commencer par une phrase assez commune : « Je vais dire tout ce que vous voudrez ! ». Ricanant un peu avant de tousser dans mon poing, je lui demandai de commencer son récit en arborant un visage plus neutre et moins effrayant.

Il commença en nous disant qu’il semblait avoir vu un groupe d’hommes en train de transporter les légumes sur des chariots, alors que trois silhouettes semblaient discuter à côté. L’un paraissait plutôt grand et assez dangereux, le second portait une longue robe soyeuse, et la dernière, une femme, ressemblait selon ses dires à la femme de Sosuke. Cette déclaration me surprenait légèrement. Je lui demandai alors de me décrire l’homme avec la robe soyeuse, puisqu’il me paraissait de toutes évidence être le membre du conseil que je soupçonnais. Il ne nous annonça qu’avec l’obscurité, il ne put reconnaître que le fait qu’il arborait une fine moustache, mais pas plus de détail pouvant nous aider. Soupirant un coup, j’essayais de réfléchir de mon côté, faisant signe à Aru d’enchaîner avec ses propres questions si elle en avait. J’ajouterai les éléments qu’elle voulait savoir à mes propres réflexions.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Mission Rang B] L'Or et le Rubis résoudront-ils le conflit ? [PV : Aru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-