N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Esquisses de projets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1590
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Esquisses de projets Mar 3 Mar 2015 - 17:16

« Je n'en doute pas. » répondit Natsuki. « Tu t'es toujours montré travailleur et persévérant, alors il n'y a pas de raison que tu n'y parviennes pas. Je te le souhaite en tout cas. Maintenant, arrêtons-nous en ici pour aujourd'hui. Je ne pense pas que je pourrai t'en apprendre plus que ce que tu sais déjà. Le reste n'appartient désormais plus qu'à tes efforts. Penses à davantage axer tes hanches en frappant, et à reculer tes épaules après l'impact pour gagner en vitesse, c'est tout. »

L’entraînement supervisé était terminé. Natsuki invita donc son élève à passer à la suite.


« Je t'aurai bien invité pour le repas à la maison, mais je crains ne plus savoir cuisiner comme il se doit, alors nous irons au restaurant. J'espère que tu as de quoi régaler ton formateur pour le prix de son savoir. »
glissa-t-il dans un sourire entendu.

Une pratique que certains jugeraient malhonnête, ou la considéreraient comme un abus de pouvoir. Masao Nikkou lui avait apprit que c'était la norme, quoi que de façon beaucoup plus vicieuse. Il avait été un mauvais formateur jusqu'au bout celui-là... et avait eu une équipe qui l'était tout autant. Au regard de ce reproche, Natsuki pouvait-il prétendre avoir fait mieux avec Matsudaï première du nom ? Pas si sûr...

Avec Satochi, il rebroussa chemin pour gagner Konoha, traversant d'un pas tranquille la forêt qui bordait la clairière où avait eu lieu leur entraînement. Le vent porta dans son souffle des murmures, signe que d'autres shinobis s'exerçaient dans les environs, jusqu'à ce qu'ils quittent le couvert des arbres pour retrouver les rayons du soleil d'une journée déjà bien entamée. Leurs pas les ramenèrent dans le Village, suite à quoi Natsuki indiqua la direction à prendre. Les rues se succédèrent, animées comme à l'accoutumé, jusqu'à ce que le Nara tatoué trouve le petit restaurant qu'il cherchait.


« C'est ici, '' le Bois de Konoha ''. Ils se débrouillent plutôt bien avec les grillades. »
expliqua Natsuki en entrant.

Du moins, sous la direction du précédent gérant. Il n'était maintenant plus capable de dire si c'était toujours le cas ou non, la nourriture n'ayant plus qu'un seul goût pour lui désormais, telle qu'elle soit : celui de la cendre. L'établissement était globalement plus grand que la Feuille d'Or, et offrait aussi des repas d'une qualité légèrement supérieure. Non pas que cela fasse une différence pour lui, mais c'était mieux si son étudiant pouvait profiter autant du plat que de leur discussion. L'on mangeait pour vivre plutôt que vivre pour manger, mais quitte à déjeuner dans un restaurant, autant trouver un peu de plaisir dans son assiette.

Un hôte les accueillit, et les conduisit à une table pour deux après les avoir fait slalomer dans les allées. Les places étaient loin d'être toutes prises, mais cela faisait toujours partie de la stratégie commerciale que d'installer les clients près des fenêtres de la devanture en premier : cela montrait à qui cherchait un endroit pour manger que l'établissement était fréquenté, et donc probablement recommandable.


« Alors... »
commença Natsuki en prenant place sur la chaise qui lui avait été attribuée. « ...raconte-moi. Comment s'est passé l'hiver pour toi ? »

Il jeta un coup d’œil rapide au menu, et repéra le plat le moins onéreux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Mer 4 Mar 2015 - 0:29


L'entraînement éreintant avait finit par se terminer. À bout de force, assis par terre les jambes tendues et la tête penchait en avant, Satochi essayait de reprendre son souffle. Cette petite séance d'apprentissage avait été fort productive. Le Rakuzan était fier du travail qu'il avait pu fournir durant cette longue journée et ses muscles avaient grandement mérité d'être étiré afin d'éviter les courbatures inutiles qui rendraient assurément ses déplacements chaotiques.

C'est sur de nouveaux compliments donc que la séance s'acheva pour de bon. Travailleur et persévérant voilà des mots employés par Natsuki qui caractérisait fort bien l'attitude de Satochi vis-à-vis de sa carrière de ninja. Sa courbe de progression ne dépendrait que de lui.
Mais son esprit était déjà tourné ailleurs, car après l'effort, le réconfort ! Sato' se souvenait parfaitement de la proposition faite par Natsu' quelques minutes auparavant.
Et qu'importe si c'était au domicile du Nara ou dans un petit restaurant du village. Il avait faim. Quant à l'argent, il leva les yeux au ciel cherchant dans ses souvenirs avant de sourire et répondre :


- Le restaurant me conviendra très bien et pour l'argent, pas d'inquiétude, tu as mérité que je t'offre le repas autant que j'ai mérité de m'offrir une rupture d'estomac.

Il avait les crocs, pour qu'il commence à parler ainsi, il fallait vraiment que ses canines soient bien pointues.
Les deux membres de Matsudai rebroussèrent donc chemin à travers les sentiers boisés tandis que le soleil commençait à disparaître au loin.
Ils finirent par arriver au sein du village caché des feuilles et arpentèrent les ruelles.
Satochi suivait sans un mot les indications du Nara. Ce dernier semblait connaitre son chemin, nul doute que l'adresse en question serait de bonne qualité.


Puis ils arrivèrent finalement devant ce petit restaurant "Le Bois de Konoha", un restaurant s'étant illustré par le passé par la qualité de ses grillades. Cela tombait bien, Sato' raffolait de grillade, le Jônin le savait et avait sans doute orienté son choix vers ce dis restaurant.
Suivant un serveur, ils se dirigèrent vers la table qui leur avait été assignée. Sato' manqua de s'écrouler sur sa chaîne, mais il parvint à s'asseoir avec délicatesse tandis que le tatoué lui faisait face.
Ce que Satochi avait fait pensant cet hiver ? C'était une question qui comportait bon nombre de réponse. Il jeta un bref coup d'œil repérant le repas qui lui faisait plaisir avant d'accorder son attention à son Sensei tout en refermant le menu.


- J'imagine que j'ai bien plus à te raconter depuis la Technique de Vol... dit-il cherchant déjà à travers sa mémoire l'histoire qu'il allait pouvoir offrir au Nara. Ah oui, il fallait bien commencer par là. J'ai eu en charge ma première équipe lors d'une mission qui a presque était un fiasco. Et je passe également la mission où l'un de mes camarades est mort sous mes yeux sans que je ne puisse bouger... Plutôt désagréable comme épisode... Il prit quelques secondes. Mais aujourd'hui, je suis passé à autre chose.

Après cela, il fallait avancer dans le temps... Pour finalement arriver à cette nuit au temple.

- Comme tu as sûrement dû en entendre parler, le Temple de Kyubi a été détruit lors d'une nuit. J'ai fait partie de l'équipe qui a été affecté à la reconnaissance des lieux. Avec Aburame Matabei , un Chûnin nommé Kurokami Yusei et Shingen, tu dois te souvenir de lui...

Et pour cause Shingen avait été le troisième membre du groupe ayant lutté contre Natsumi dans le quartier Yamanaka.
En y réfléchissant cela faisait peu de bonnes nouvelles à raconter. Puisque tout tournait autour d'une désastre... Mais telle était la vie des shinobis.


- Puis... Cette île inconnue. Un sacré challenge que de rester en vie en ces lieux alors qu'autour des forces surhumaines comme celle du Hokage se battent. Mais cela a été une épreuve enrichissante. J'étais au côté d'Okasaki et nous avons été confrontés à quelqu'un que tu connais bien... Hyô Kohei...

Kohei... Déserteur aux côtés de l'ancien intendant de Konoha, un sacré morceau que Satochi avait préféré éviter.
Les détails étaient peut-être flou pour Natsuki. C'est pourquoi le Rakuzan répondrait à toutes les questions de ce dernier. Il était revenu en vie et c'était déjà un très bon point. Le reste n'avait que peu d'incidence... Quoi que.


- Et puis cet examen Jônin. Une épreuve complexe, le metteur en scène me le paiera un jour. Il s'est bien joué de nous.

Au moins, sa dernière histoire était un peu plus joyeuse que les précédentes. En conclusion, la vie du Rakuzan ces derniers mois n'avait pas des plus plaisante pourtant le brun était toujours là, le sourire plein de vie et de bonne humeur.
Natsuki n'avait que l'embarras du choix et entamer ainsi le sujet qu'il lui plairait. Sato' le sentait, ce repas allait être palpitant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1590
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Lun 9 Mar 2015 - 14:00

Dans un soucis de clarté, songea Natsuki, mieux valait ne pas aborder tous les sujets ouverts par Satochi en même temps. C'était le principal problème avec les dialogues écrits plutôt que parlés. Mais bon, il avisera en fonction de la longueur de ce que lui-même pourra produire avec le début.

« Ce n'est pas évident de mener une équipe, n'est-ce pas ? Il faut avoir été dans les chaussures du leader pour vraiment se rendre compte de ce que représente le poids de cette responsabilité, et de celui de chaque décision qui est prise. Faire des choix pour soi-même, la vie nous y habitue au quotidien dès que nous devenons capable de raisonner par nous-même, mais dès qu'il s'agit de choisir en y inculquant autrui, cela relève d'une toute autre envergure, ne trouves-tu pas ? Cela dépend aussi de la situation et des capacités de tes hommes, mais globalement, ce sont de tes décisions que dépendent leurs vies. De fait, imagine un seul instant dans quelle position est le Hokage. Une place que je ne lui envie pas le moins du monde, une équipe de trois personnes me suffit déjà amplement. Quant à voir ses compagnons mourir sous ses yeux... »


Natsuki haussa les épaules d'un air impuissant, car cela restait ce qu'ils étaient tous face à la mort. L'on pouvait la repousser d'une pichenette, cela pouvait l'éviter pendant des années, mais l'on finissait toujours par devoir lui rendre des comptes. Même les Dieux n'étaient pas épargnés, paraissait-il. Avec les années, le Nara tatoué avait apprit à la relativiser et à prendre du recule vis-à-vis d'elle, mais depuis qu'il était devenu malade et condamné, ce n'était pas un tort de dire qu'il en était devenu complètement détaché.


« … c'est une épreuve à laquelle nous sommes tous confronté dans notre travail. Ceux qui ne la vivent pas l'infligent à leurs compagnons, et ceux qui y survivent comme nous l'imposent à leur ennemis. Fantastique métier que nous avons, n'est-ce pas ? Pour le bien le plus manichéens, nous infligeons le plus cruel des maux. Pour nos valeurs, et pour de l'argent. Pour le plaisir parfois. Par plaisir certains... »


Le monde changeait, mais Natsuki avait l'impression de rester sur place lui. Un être hors du temps, incapable de vivre en phase avec un univers en constante évolution. Plus il pensait à ce qu'il faisait, et aux raisons qui l'y poussaient, et moins les idées sur lesquelles il arrivait lui plaisaient. Un jugement altéré par une conscience brisée n'aidait pas vraiment, en même temps. Il était sur une mauvaise pente, avec un vélo aux freins inefficaces et jamais huilés. De sacrées perspectives d'avenir donc...


« En parlant de cela, où en es-tu avec le concept de tuer ? En tant que futur Jônin, c'est un acte que tu risques de dispenser de plus en plus souvent si tu veux toi-même survivre. Le geste te bloque-t-il encore, ou bien y prends-tu plaisir ? »
demanda-t-il de la même façon que le serveur leur proposera plus tard un café ou un thé à la fin de leur repas.

Sa question acceptait toutes les nuances et variétés comprises entre les deux extrémités.


« Je ne sais pas comment cela s'est passé au temple, mais je pense que Shingen n'a pas dû changer sur ce point là. Je le revois encore lame au clair ruer sans hésitation Natsumi pour l'empaler sur son arme. »


Il marqua une courte pause, non pas parce que la scène lui repassait sous les yeux, mais plutôt comme s'il réfléchissait à quelques chose.


« Je trouve cela dommage parfois, que la violence soit la seule solution viable pour se sortir d'une situation. Un mal pour lutter contre un mal, lequel a d'ailleurs été souvent formé par la Société elle-même. Souvent, mais pas toujours : mon ancienne étudiante en est le parfait exemple. Pour autant que je me souvienne, elle n'a pas grandit dans un environnement foncièrement délétère – pas plus que le notre en tout cas -, ni subit d'expérience particulièrement traumatisante. Elle s'est juste laissée dévorer par son ambition personnelle, au point d'en briser les notions de Bien et de Mal que ses parents et moi-même avons respectivement tenté de lui inculquer et affiner. Si comme le dit le dicton, il n'y a pas de mauvais étudiants, seulement de mauvais professeurs, l'on peut dire que c'est là un sacré échec dans mon dossier de formateur. »


Aucune trace de tristesse, de remord ou d'humour dans sa voix, seulement les mêmes tons qu'il utilisa pour demander au serveur une carafe d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Mar 10 Mar 2015 - 1:10


Les réponses ne furent de Natsuki ne furent pas long à arriver. Prenant un après l'autre les sujets évoqués par Satochi de manière chronologique. Aucun sujet conversé n'était laissé à l'écart à commencer par les premières prises de fonctions du Rakuzan en tant que chef d'équipe. À l'époque jeune promu au grade de Chûnin, il avait connu de grandes difficultés pour se faire obéir, des difficultés qui à son goût avaient été beaucoup plus lourdes à porter que le poids des responsabilités. Cependant, Natsu' avait raison. Les décisions prises en équipe sont bien différentes de celles prises en solitaire. Elles sont plus lourdes de sens. Car un faux pas, un mauvais calcul et c'est la vie de nos amis que l'on voit brutalement s'arrêter. Une sensation désagréable que le brun avait très tôt connue.

- Les responsabilités ne m'ont pas tant effrayé, depuis que j'ai décidé de sortir de ma dépression passée, je n'ai jamais exclu l'idée de me dévouer corps et âme pour que chaque personne autour de moi puisse vivre. Non... Mon plus grand adversaire lors de mes débuts a été mon "jeune" âge. J'étais plus jeune que mes compagnons de missions alors ces derniers n'écoutaient pas forcément les directives que j'essayais de leur faire honorer... C'était surement légitime, je n'étais qu'un jeune Chûnin, mais aujourd'hui, je pense avoir grandit, je n'ai plus effectué de mission en temps que chef depuis, mais je pense qu'aujourd'hui ça serait différent, notre survie sur l'île inconnue en est la preuve...

Il marqua une pause, il n'en avait peut-être pas l'air, mais une fois un sujet lancé, le brun était totalement du genre à parler encore et encore sans s'arrêter, heureusement le serveur du restaurant était là pour couper le Rakuzan dans son élan. Il commanda donc un assortiment de grillades constitué de trois viandes. Avant de retourner à sa discussion avec son Sensei.

- Je pense que l'on ne peut comprendre ce qu'être Hokage veut dire que lorsqu'on le devient... Diriger un village ce n'est pas pareil qu'un simple trio... Mais je pense au contraire que tu pourrais être digne de ce poste. Tu es un shinobi talentueux, tu connais beaucoup de choses, tu es intelligent... À mon sens, tu disposes des qualités requises... Après tout est une question de décision...

Vis-à-vis de la Mort. Natsuki n'avait rien à ajouter en plus de son haussement d'épaule déjà au combien significatif. La mort et les shinobis étaient comme frère et soeur. Dès la mort de son père bien des années auparavant Sato' en avait fait le cruel rapprochement. Pourtant, il était fier de ce qu'il était, fier d'être un konohajin et fier de se battre pour ce village pour lequel tant de personne de sa famille avait connu la mort. Agir autrement aurait été bafouer leurs mémoires.

- Certains n'ont aucun mal à ôter la vie par plaisir, mais d'autres le font pour protéger ce qui compte à leurs yeux... Entrainement ainsi ce cycle sans fin que tu décris si bien... La vengeance fait partie de nous. Mais j'ose espérer qu'un jour les shinobis du monde pourrons se comprendre et faire une croix sur leur passé troublés. Peut-être que les Furyous auront été l'étriller à cette Utopie, je l'ignore, mais je veux y croire.

Natsuki désira alors savoir quelle était la position de Satochi envers la mort elle-même. Une curieuse question, mais dont le Nara tatoué souhaitait très certainement connaître la réponse.
Déposant sa fourchette près de son assiette après avoir avalé une portion de viande, le brun chercha quelques instants la meilleur façon de formuler sa réponse.


- J'ai déjà tué lorsque j'étais Genin... Alors j'imagine que je le ferrais encore en tant que Jônin. Mais je n'ai pas de réels problèmes avec cela tant que je protège ceux qui me sont chers. Je ne tuerai jamais par plaisir, et si je venais un jour à déclencher cette spirale infernale sur moi alors je survivrai et si je meurs alors cela voudra dire que je n'étais pas assez fort pour contenir la haine de ceux que j'aurais blessés... Ni plus ni moins...

Au moins, c'était une réponse claire avec laquelle le tatoué pourrait aisément se faire une idée du point de vue du Rakuzan sur la question. Est-ce qu'il prenait plaisir ? Non. Est-ce qu'il avait un problème à tuer pour le bien de ses proches, de son village ? Aucunement. Telle était sa vision des choses.

La discussion autour du Temple attaqué ne fut que très rapide, Satochi ajouta simplement que le combat n'avait pas réellement eu lieu puisque l'escouade de Konoha avait découvert un Temple désert. Ils avaient simplement inspecté les lieux et avaient ainsi découvert plusieurs laboratoires cachés sous le temple. Des laboratoires ayant servi à la création des Furyous. Ces êtres effroyables qui avaient tenu le monde dans la crainte durant de longues années.

Quant à Natsumi... le brun comprenait les dires de Natsuki. Cependant, ce dernier ne pouvait pas blâmer ses qualités d'instructeur pour les déviances immorales sur lesquelles son ancienne élève s'était aventurée.

- Il est vrai que le système entraîne la création d'ennemis mondiaux... Natsumi à décidé elle seule du chemin des ténèbres. Elle a peut-être grandi dans un bon milieu, mais c'est elle qui a choisi l'obscurité plutôt que la lumière, cela ne fait pas de toi un mauvais instructeur pour autant. Elle était juste faible et n'a pas su rester dans le doit chemin que tu lui proposais. Elle était faible face à la tentation des pouvoirs maléfiques et tu ne peux ne blâmer pour cela.

Il avait conclu de cette façon, car malgré le ton monotone employé par le Nara. Comme toute personne normale, ce dernier avait un cœur, un cœur trahit par quelqu'un qu'il avait sans doute aimé et protégé. Cela avait sans doute forgé cette attitude distante que le brun avait sentie lors du premier rassemblement de Matsudai. Pourtant, ces derniers temps le Jônin se montrait plus ouvert, faisait des compliments et encourageait. Des choses simples qui persuadaient le Rakuzan que le Nara était certainement moins "insensible" que ce qu'il voulait le faire croire. Mais il était encore trop tôt pour en avoir la certitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1590
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Ven 13 Mar 2015 - 16:10

Natsuki hocha simplement la tête après avoir entendu la position de Satochi.

« Tant mieux, quelque part. Je n'ai pas de soucis avec ceux qui prennent plaisir en tuant, mais si un jour l'un de mes étudiants commence à tuer par plaisir, il n'aura plus sa place dans mon équipe. Néanmoins, ôter la vie reste un acte lourd de conséquence, quelle qu'en soit la raison. Je ne veux pas que ni toi ni qui que ce soit d'autre le prenne à la légère. C'est la raison pour laquelle je m'inquiète un peu pour Okasaki. Il a la conclusion un peu trop rapide vers cette finalité. Enfin, c'est l'hôpital qui se moque de la charité là... »


Le Nara tatoué afficha un maigre sourire.


« Tu l'as déjà vu par toi-même lorsque nous sommes en mission : je n'attaque pas avec le désir de préserver mon adversaire. J'ai depuis tout jeune apprit que ménager son ennemi, c'est creuser sa propre tombe. Mais bon, quand c'est évitable, j'essaie de faire au mieux. »


Pas toujours facile, lorsque l'envie vous démange sous la peau, et qu'elle brûle dans votre sang comme le plus primaire des instincts à assouvir. Un stade qui dépasse de loin celui de la bête, qui elle chasse et tue pour se nourrir. Que devient-on alors, lorsque la pulsion n'est ni un plaisir ni une nécessité?


« Moui, l'obscurité... »
soupira-t-il en contemplant les quelques brochettes commandées dans son assiette.

Sur l'écran de fumée qui émanait de la viande cuite se jouaient des images que Natsuki seul devait voir.


« Ce que les gens nomment communément '' les pouvoirs maléfiques '' comme toi correspond au chemin de la facilité. La voie la plus rapide pour atteindre ses objectifs avec le minimum d'effort. Un choix dont le prix n'est souvent pas anodin. Et généralement pas pour la raison que l'on pense. »


Natsuki leva ses yeux cernés et son sourire vers Satochi.


« Une raison que tu ne connaîtras jamais parce que tu es travailleur et persévérant. C'est ce qui fait ta force. Car pour atteindre ton niveau de puissance actuel, tu as sué sang et eau. Tu as fait preuve de volonté pour aller de l'avant, et tu as traversé des épreuves qui t'ont fait grandir, et ont développé tes perceptions du monde. Tu connais le chemin que tu as dû parcourir pour en arriver à là où tu es aujourd'hui : tu connais donc aussi le fardeau du pouvoir, le prix pour l'acquérir, et tu en as apprit la responsabilité qui en va de paire. Ceux qui choisissent la facilité pour atteindre leurs ambitions ignorent tout ceci, et ne peuvent donc pas utiliser leur pouvoir avec toute la sagesse requise. Et malheureusement, ce sont souvent ceux-là qui gagnent au début. A la fin aussi, parfois. »


Il commença finalement retirer la viande de ses brochettes avec sa fourchette, puis à couper chaque morceau en deux.


« Je crois que quelque part, c'est pour cela que la facilité est si séduisante. Surtout pour ceux qui pensent que les '' pouvoirs maléfiques '' sont comme des armes : que ce sont leurs porteurs qui décident de faire le bien ou le mal avec, et non la nature même de la chose qui détermine son penchant dans la balance. Tsss. Des aberrations qui ne sont prononcées que pour donner bonne conscience à celui qui les déblatère. »


Il amena la discussion sur un autre sujet : celui de l'Île qu'il n'avait pas pu vivre, Konoha ayant préféré l'envoyer visiter une cabane au bord de la mer. Ce fut un sacré barbecue, mais son lui du passé en attendait toujours le fin mot de l'histoire.


« Comment cela s'est passé pour Okasaki et toi sur l'île alors ? Surtout après être tombés face à Koheï. Vous n'avez pas dû faire que vous battre pour être revenu entier. Ce n'est pas pour dénigrer vos forces respectives, à ton coéquipier et toi, mais pour avoir personnellement dû tenir tête à ce petit chef autoproclamé des Hyô déserteurs, je sais qu'il est vraiment coriace. Et il a encore une marge de progression devant lui supérieure à la mienne. Si d'avenir, lui et moi devions encore nous affronter, je doute pouvoir m'en sortir aussi peu mal que la première fois. »


Il soupira.


« Je me demande parfois quelle tournure auraient prit les événements si j'étais resté avec eux pendant l'incident qui a entraîné leur désertion, ou si tout simplement, je n'avais pas envoyé paître Zennosuke juste après. Je ne me suis clairement pas fait un ami ce jour là, un ami qui est maintenant au pouvoir à Kumo. Beaucoup de catastrophes naissent de l'égoïsme des Hommes. »
conclu-t-il après avoir fait une étrange grimace.

Remuer le passé ne l'amenait cependant à rien, surtout quand il y avait déjà tant à faire dans le présent. Il y avait là juste matière à en tirer leçon, mais les situations rencontrées dans la vie étaient rarement deux fois les mêmes. Après tout, l'existence s'est toujours résumée à une séance de film à laquelle l'on arrive en retard : l'on débarque en plein milieu de l'histoire, personne ne vous explique le début, et il faut faire ses suppositions sur l'intrigue en fonction de ce que l'on voit. Avec l'expérience, l'on y arrive un peu, mais souvent, l'on reste à côté de la plaque.


« Et pour ton examen de promotion au rang Jônin, qu'en est-il ? J'ai entendu que tu y as participé, mais j'ignore totalement quelles ont été les épreuves cette année. Je ne suis au courant que pour les deux de l'arène. Deux défis bien pensés, mais qui à mon goût ne suffisent pas à mettre en lumière les qualités requises du Jônin. Encore que... Mais bon, quoi qu'elle est été pour toi, dis-toi que les ennemis que ton Village mettra sur ta route se joueront davantage de toi que celui qui a orchestré les opérations. Tout ce qui vient de Konoha n'est jamais qu'une préparation pour le terrain, la véritable épreuve. Tu devrais le savoir, pour être allé et revenu dans la Forêt de la Mort. »


Un événement que Seitô avait organisé au temps de son intendance, auquel Satochi avait participé avec Takeo, et au cours duquel Natsuki les avait observé de bien plus près que ce qu'ils pouvaient imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Dim 15 Mar 2015 - 3:27


Satochi n'eut pas la moindre réaction à la réplique de son Sensei au sujet de sa prise de position. Il s'était contenté de maintenir son regard dans celui du Nara. Il n'eut aucune réaction, car il pouvait parfaitement comprendre les convictions du tatoué. Et c'est ce qui faisait que le brun se sentait très bien au sein de Matsudai. Même s'ils l'exprimaient de manière différente, les deux shinobis partageait à quelques points près la même vision des choses.
Et c'est également pourquoi il ne pouvait que comprendre les inquiétudes du son Sensei vis-à-vis du Shiya de l'équipe.


- Hélas... c'est un acte lourd de sens qui nous arrache une partie de nous, mais paradoxalement, c'est l'acte avec lequel on flirte toute notre carrière... Quant à Oka' je comprends tes inquiétudes... Mais bien souvent ses paroles ne sont que du vent, il n'est pas stupide, je pense qu'il finira par grandir et comprendre la signification du mot "tuer".

Nastu essaya ensuite de justifier sa façon de procéder lors des missions. Sato' l'écouta respectueusement, mais il n'hésita pas la moindre seconde à rétorquer assez rapidement.

- Tu n'as pas à te justifier dit-il en souriant, tu es un Jônin, tu dois assurer la survie de tes élèves. Tu pourrais tuer un ennemi sans ménagement dès les premiers instants ça ne me gênerait pas... Je ne te jugerai pas, on est qui on est avec ou sans démons termina-t-il alors qu'il ajoutait une nouvelle fourchette de viande à sa bouche.

La discussion se dirigea inévitablement ensuite vers le sujet Natsumi et les forces du mal. Un sombre chemin emprunté comme Natsuki le disait si bien par les personnes désirant d'atteindre leurs objectifs rapidement quitte à y perdre leurs chemins et leurs âmes. Un désir bien triste aux yeux du Rakuzan qui considérait ces gens-là comme des moins-que-rien. Des lâches fuyant les difficultés de la vie plutôt que d'y faire face. Des gens opposés à la personne qu'était Satochi qui s'était toujours battu face à l'adversité et les galères qui s'étaient bien souvent accumulé devant sa porte.
Travaillant sans relâche pour les balayer avec force que si elles étaient que des tas de poussières sans la moindre consistance.


Un état d'esprit, une philosophie de vie que Natsuki loua quelques instants d'après tandis que le Rakuzan l'écoutait toujours en dépouillant ses assiettes de leurs contenus. La Nara félicita effectivement, la manière dont Satochi était parvenu à acquérir la force qui était la sienne aujourd'hui. Une amélioration progressive au rythme d'entraînement et de test grandeur nature que le Chûnin avait toujours affronté de front.
Le Jônin ajouta que tout cela avait permis à Sato' d'acquérir une sorte de "sagesse", une sorte de maturité qui lui permettait d'user de son plein potentiel avec tout le recul et les responsabilités que ce dernier impliquait.


- Je pense personnellement que les personnes empruntant cette voie ne sont que des lâches. Ce pouvoir leur apporte des victoires, mais lorsque la défaite survient, la chute n'est que plus brutale. Et lorsque la défaite arrive, ils n'ont plus rien. Car pour les ténèbres, ils ont abandonné toutes les lumières qui gravitaient auteur d'eux.

Finalement, le moment de discuter de l'île inconnue arriva enfin lorsque Natsuki demanda à Satochi d'expliquer plus en détail la façon dont les évènements s'étaient déroulées pour Okasaki et lui.

- Tu te trompes dit-il en laissant échapper un petit ricanement. Pour tout te dire, nous ne nous sommes même pas affrontés. Kohei ne s'est pas montré menaçant et il ne m'a fallu que quelques instants pour savoir que même avec Okasaki, nous ne faisons pas forcément le poids... Puis notre présence sur l'île était liée au Furyous. Je n'avais aucune envie de chasser un membre du Shoraizen. Au contraire, j'ai trouvé plus logique de m'en faire un allié. Nous nous sommes donc contenté de discuter tranquillement... Mise à part les interventions parfois limite de notre Okasaki national termina le Chûnin.

Voyant Natsuki soupirer, il laissa échapper un petit ricanement avant d'écouter le Sensei ressasser le passé, le monde était fait de " Et Si", mais jamais parler de la sorte pouvait effacer ce qui avait été fait. Satochi se contenta de répondre calmement comme il en avait l'habitude.

- Ce qui est fait et fait, tu ne peux pas effacer le passé, en revanche, tu peux vivre le présent et changer le futur... C'est dans cette direction que l'on doit regarder, pas seulement nous les konohajins, mais tout les shinobis du monde. Mais si tu veux tout savoir, je n'ai pas seulement discuté de la pluie et du beau temps avec notre Hyô déserteur.

À cet instant, il s'abaissa pour chercher quelques choses dans son sac à dos. Depuis tout ce temps, il était temps qu'il se décide enfin à montrer cet objet qu'il gardait depuis la désertion massive engendrée par l'ancien intendant de Konoha.
Il finit par sortir un kunai qu'il déposa discrètement sur la table avant de poursuivre son explication.


- Ceci est un kunai qui m'a été donné par mon ami Hyô Matawa lorsqu'il est parti en compagnie de Seitô. Il m'a dit ce jour-là qu'en le gardant toujours sur moi, il serait capable de me retrouver si je le désirais... Je ne l'ai pas forcément compris tout de suite, mais j'ai compris il y a quelque temps qu'un sceau de localisation était posé sur ce kunai...
Et j'ai émis une hypothèse... Si de son côté Matawa peut me retrouver grâce à ce Kunai, il n'y a aucune raison pour que moi, je ne puisse pas en faire autant une fois les secrets du Fuin percé à jour. Vois-tu où je veux en venir ?

Il s'arrêta quelques instants avant de reprendre.

- Je t'invite à me dire si tu pouvais en déjouer les rudiments, mais j'ai l'intention d'entreprendre très prochainement un voyage pour rendre visite au plus grand-maître Fuinjutsu du monde. Si je perce les secrets de ce sceau, je serai en mesure de retrouver le Shoraizen.
Et mon voyage commencera à Kumo. Où je rencontrerai le Godaime Raikage... Zennosuke.
De plus, Kohei m'a avoué quelques choses durant notre rencontre, une information concernant Kumo en rapport avec ce fameux jour où tout à basculer au Temple Kyubi.
Kumo avait planifié l'intervention de Seitô, tout ce que la Foudre voulait, c'était que notre ex-Intendant commette une erreur. Seitô est tombé bêtement dans le panneau. Mais si cette information s'avère être vraie. Alors il faudra prendre en compte que Kumo s'est joué de Konoha ne crois-tu pas ?

En somme, cette information, signifierait simplement que Seitô et Kohei n'étaient pas les seuls responsables des nombreuses morts ayant eu lieu ce jour-là. Un détail qui ne fallait pas ignorer même si la faute demeurait sans doute à jamais sur les épaules du Sabakyô et du Hyô.

- Mon voyage m'apportera beaucoup de réponses, mais j'ai besoin que l'histoire de ce Kunai reste secrète... Certaines choses pourraient changer. Mais quoi qu'il puisse arriver, j'agirai toujours dans le bien de Konoha quelque soient les chemins empruntés. Puis-je te demander de veiller sur Konoha lorsque je serais hors du village ? Demanda-t-il avec une flamme ardente dans son regard.

Enfin... Le sujet Examen Jônin fut abordé. Et en faire le résumé ne serait que très rapide alors entre deux bouchées Satochi fit un bilan de son examen.

- Je dois avouer, que cela n'avait absolument rien à voir avec cette épreuve dans le Forêt de la Mort. Nous avons été trompés du début à la fin par un Yamanaka répondant au prénom Iji. Il nous a plongés dans une sorte de réalité virtuelle et nous a tout simplement fait tourner en rond. Me désignant à mes coéquipiers comme pactisant sur Shoraizen. Me forçant à attaquer Okasaki sans ménagement. J'ai réussi à résister un temps à son emprise, mais les Yamanaka sont plutôt doués en manipulation, j'ai fini par craquer et heureusement rien de grave n'est arrivé à Oka'.

Pour les résultats, il n'avait qu'à attendre, mais même s'il venait à ne pas obtenir sa promotion, il était assurément sorti grandit de cet examen. Une expérience qui pourrait que lui être bénéfique à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1590
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Mar 17 Mar 2015 - 15:27

« C'est bien, tu t'es montré réfléchie. » commenta-t-il en apprenant les tenants et aboutissants de la rencontre de Satochi avec Kohei. « Et lui aussi. A vous deux vous avez même probablement sauvé la vie d'Okasaki. Les circonstances font parfois que les ennemis se rapprochent pour faire front commun devant une menace plus grande. L'inverse aussi parfois. Et dès que le problème se clos, l'on en revient aux vieilles habitudes. Quoi qu'il ai fait depuis et fera encore, Hyo Kohei restera un criminel. Nous en sommes tous un quelque part, c'est pourquoi il n'est considéré comme tel que par Konoha, et sera jugé selon les lois du Pays du Feu. Idem pour Seitô. Le Shoraizen en lui-même n'est pas une organisation criminelle : nous n'en avons qu'après son dirigeant, son bras droit, et les déserteurs du Village de la Feuille pour ce qu'ils ont fait. »

Une loi impartiale, qui se jouait parfois d'elle-même dans les sanctions qu'elle infligeait. Tout était une question de point de vue...

Par la suite, Satochi tira quelque chose de son sac, et le confia à Natsuki qui se contenta de l'observer sans même le toucher. Il écoutait toujours son étudiant, mais ses yeux n'étaient plus posés que sur le kunai. Il l'interrompit cependant lorsqu'il parla de rencontrer le plus grand maître en fuinjutsu du monde.


« Oui, je vois où tu veux en venir. Mais malheureusement, je ne peux effectivement pas beaucoup t'aider concernant ce sceau. Je n'ai qu'une expertise limitée pour tout ce qui concerne le fuinjutsu, et ce que tu cherches à faire la dépasse. Je vois bien qu'il s'agit d'une balise de repère, mais je suis bien incapable de la remonter. L'air de rien, il est nécessaire d'avoir bien davantage de compétences pour remonter le cours d'émission d'un sceau que pour le créer. Lui sera capable de te venir en aide bien plus efficacement que moi. »


D'un geste, il invita Satochi à reprendre sans arme, alors qu'il ne fit pas le moindre mouvement pour la pousser dans sa direction.


« Tout comme avec Zennosuke, je ne suis pas en très bons termes avec ton ami Matawa. »
avoua-t-il de but en blanc. « Les circonstances toujours, ont fait que nous avons été de véritables ordures l'un envers l'autre durant une mission, même si c'est moi qui ai probablement porté le premier coup. Des gens sont morts par notre faute, des gens qui n'auraient peut-être pas dû voir leur histoire s'achever à ce moment. Si nous n'étions pas si près du Village, je pense qu'il aurait essayé de me tuer. »

Un court silence s'installa, durant lequel Natsuki afficha un sourire sans éclat.


« Si d'autres shinobis ne seraient pas passés par là à ce moment-là, je crois que j'aurai fait de même. »


Un ton plat, sans émotion. Ni fierté ni regret.


« Nous ne serions jamais devenu amis toi et moi sous ses conditions j'imagine, peu importe l'issu. Encore un avenir fait de '' Et si ''... »


Une pointe de vie étincela dans ses yeux dans sa vaine tentative d'alléger un peu la conversation qui prenait des tournures un peu pesante. Ce présent là lui convenait de toute façon : sa rencontre avec Satochi lui avait apporté plus que ce qu'il ne le réalisait encore. Il avait bien fait de suivre les conseils d'Onpu, et de reformer Matsudaï, même s'il ne lui avouera pas.

Sa viande n'était plus que tiède lorsqu'il la porta à sa bouche, mais cela ne faisait plus vraiment de différence pour lui. Il écouta simplement la suite de ce que disait son étudiant, concernant la première étape du voyage qu'il planifiait. Il afficha un sourire fatigué lorsque Satochi lui révéla l'information que tenait Kohei. Où est-ce que ce petit chef l'avait-il obtenu ? Peu importe, mais en tout cas, elle était vraie.


« Je sais pour tout cela, j'étais déjà au courant. »
avoua-t-il, retirant ainsi la gravité de ce que lui annonça son étudiant. « Cependant, je ne dirais pas que ce soit Kumo qui se soit joué de nous, seulement son ancien Raïkage. Je ne sais pas si tu l'as un jour rencontré, mais ce type était d'un intelligence sans limite. Peut-être même de trop pour son propre bien. La Création a rarement vu un esprit aussi retors et tactique que le sien : c'était un shinobis par excellence, et un leader parfait pour un Village. Lui seul savait ce qu'il se passait dans sa tête, car il a donné beaucoup de directives sans jamais en expliquer les raisons. Lorsque le duo de Seki s'est aventuré à Konoha pour piéger Seitô, aucun des deux ne savait de quoi il en retournait réellement. Ils avaient juste eu l'ordre de venir, et de chercher quelque chose dans le Temple de Kyubi. Ils étaient des appâts qui ignoraient leur condition, et Psycho Mantis s'est jeté sur l'hameçon avec la plus cruelle des morsures. A qui doit-on en vouloir le plus alors, nous autres Konohajin ? A l'ancien Raikage, pour s'être mêlé de nos affaires ? Il ne cherchait qu'à évincer Seitô du pouvoir, qu'il jugeait trop dangereux pour l'équilibre mondial. Ou au contraire à Seito, qui a avec Koheï massacré pour l'occasion des civils innocents de sang froid et manqué de déclencher une guerre juste pour pouvoir tenir Kumo par là où ça fait mal ? Dans le feu de l'action, c'est facile de tenir Kumo pour responsable : c'est d'ailleurs ce que nous avons fait, puisque leur venu n'a pas été perçu autrement que pour une provocation suite à ce qu'il s'était passé quelques semaines plus tôt. Mais avec le recul maintenant ? Maintenant que l'ancien leader est mort, et que Zennosuke essaie de redresser la barre, nous n'avons plus vraiment l'embarras du choix de vers qui imposer notre soif de justice. »

Peut-on jeter le blâme sur tout un Village shinobis pour la décision de son chef, même s'ils étaient dans l'ignorance ? Ou bien au contraire fallait-il les condamner d'autant plus sévèrement pour avoir suivit aveuglément les ordres ? Ce serait encore une fois se moquer de ses propres défauts : combien de ninja obéissaient sans poser de question à leur Village ? C'était ce qu'Il attendait de ses soldats, après tout.


« Dis-moi Satochi, lorsque tu rencontreras Zennosuke, est-ce que tu pourras lui dire que... »


Sa voix se tut. Bien que Natsuki regardait fixement Satochi, cela se lisait sur son visage qu'il réfléchissait à autre chose. Finalement, il secoua la tête de droite à gauche dans un mouvement lent, les yeux clos.


« Non, oublie cela. Je ne lui dois aucune excuse, et il n'en a aucune à accepter. Nous avons tous les deux fait ce que nous jugions le mieux pour notre Village respectif, aussi tronqués que les jugements pouvaient être ce jour-là. Le fait qu'il soit aujourd'hui Raïkage ne change rien à la donne. »


Le Nara tatoué frotta l'une de ses cernes.


« Je n'ai pas de raison de désapprouver ton voyage, tu sais ? Au contraire, ce sera une bonne opportunité pour toi d'être confronté au monde qui nous entoure, et de comprendre par toi-même comment il fonctionne. Tu y découvriras assurément quelque chose, quoi que ce soit. Quant à savoir si c'est ce que tu cherches, plus, ou moins, cela dépendra de ton investigation, et du temps que tu y consacreras. Penses juste à nous écrire de temps en temps. Cela me permettra d'avoir de tes nouvelles, et de rassurer tes coéquipiers. J'ai déjà perdu un étudiant comme ça, qui lui aussi s'en est allé voir le monde. Sans jamais donner de signe de vie, nous avons finit par le considérer comme mort ou déserteur. Enfin, je t'en ai déjà parlé de cela, le jour de notre rencontre. »


La suite manqua de peu de lui tirer un rire sincère.


« Inutile de me demander de veiller sur Konoha en ton absence. J'y consacre déjà ma vie et ma mort. Ma place est au Village de la Feuille, nulle par ailleurs. C'est toi qui devra te rappeler qu'à toi aussi, ton foyer est ici. Le monde sera assurément différent quand tu reviendras, mais c'est aujourd'hui que les changements se font. C'est pourquoi tu devras être prudent sur la route, et ne pas oublier qui tu es. Rakuzan Satochi, fier shinobi de la Feuille, et membre de Matsudaï. »


Il fouilla dans une des poches de sa veste, et en tira une petite boite légèrement humide.


« Pour tout te dire, je m'attendais à ce que tu partes un jour. J'ai bien vu que le Pays du Feu est trop petit pour satisfaire ta curiosité. Le monde a besoin d'une approche plus large pour être interprété. Tu mèneras à bien de grands projets Satochi, je le sais. Garde ça avec toi. »


La petite boite qui perdait son eau contenait une chevalière, représentant le visage d'un cerf vénérable dont les bois en relief dépassaient les dimensions du support.


« Ne te méprends pas, ce n'est pas une demande en mariage, ni une balise pour te surveiller. Tu es un grand garçon maintenant. Vois cela comme le cadeau d'un mentor à son étudiant. C'est de facture de mon clan, elle représente Cernunnos, le Dieu Cerf. L'on dit qu'il apporte sagesse à son porteur, mais je te déconseille de l'enfiler : c'est très pénible de se battre avec ça au doigt. »


La suite permit à Satochi de lui parler de l'examen Jônin qu'il avait passé, une fois de plus avec Okasaki. Le destin semblait vouloir les garder visiblement ensemble ces deux là. Iji était de la partie aussi, mais Natsuki se garda de manifester tout signe prouvant qu'il connaissait le jeune homme.


« Rien de grave ne serait arrivé à Okasaki. Ces examens ne sont rien d'autres que des mises en situations de ce que tu vivras sur le terrain. La manipulation mentale, ou pire, la manipulation tout court, fera partie de ton quotidien : tu vas y être confronté plus souvent que tu ne le désirerais. Les Yamanaka sont peut-être des pointures dans leur domaine, mais ils ne sont pas les seuls à y être talentueux. De même que tu seras peut-être un jour amené à affronter tes amis, tes connaissances, ta famille même si les circonstances l'exigent. Qui sait de quoi le monde de demain sera fait ? C'est ce que l'on doit savoir sur toi : es-tu capable de résister ? Es-tu capable de t'en prendre à ceux que tu aimes, aux personnes à qui tu tiens si tu en reçois l'ordre ou si c'est nécessaire ? Le temps d'être genins dans un monde aux cinquante nuances de rose est terminé : l'ère des Jônin est autrement plus proche de la sombre réalité dans laquelle nous vivons : les amis d'aujourd'hui ne le seront plus forcément demain. Là tu t'es rendu compte qu'il y avait anguille sous roche, donc cela a un peu faussé la donne, mais la finalité ne change pas. Tu partages une partie de mes idéaux, vouloir faire le '' bien '' et être bon avec ton prochain, mais cela ne doit pas t'empêcher de te salir les mains et de faire ce qui est nécessaire quand le moment vient. A ce jour, penses-tu être capable de t'en prendre à un ami pour le bien du Village ? Sans même parler de tuer j'entends.»


Natsuki lui laissa un instant de réflexion, mais il connaissait déjà la réponse.


« Quand je t'entends parler de Matawa, je me doute bien que non. Tu ne t'en sentiras pas capable tant que tu n'auras pas essayé autrement, de le résonner et de le ramener sur le droit chemin. »


Il lui fit un maigre sourire.


« Puis-je te blâmer pour cela ? Certainement pas, car je te comprends. La parole devrait toujours être privilégiée sur la violence. Je ferai de même avec toi si tu t'écartais de Konoha de la mauvaise façon. Mais sache que si vivant était impossible, je n'hésiterai pas à me contenter de ta carcasse. »


Et tandis qu'il en parlait, l'envie de faire atteindre à son étudiant cet état le démangea furieusement sous la peau. Avant même qu'il ne s'en rende compte, il s'était penché vers la table, un voile rouge troublant sa vue, presque levé de sa chaise. Il renonça à son mouvement, et se laissa lourdement retomber sur elle, pleinement appuyé contre le dossier. Ses maux de tête le reprirent plus fort que d'habitude. Sachant très bien que le verre d'eau ne fera pas passer son malaise, le boire d'une traite eu au moins le mérite de lui rendre la vue claire. Ses idées ne pouvaient s'en vanter que de la moitié...


« Et me concernant... »
reprit-il comme si rien ne s'était passé. « … j'aimerai pouvoir en attendre autant de toi. »

Il n'avait plus faim. Il n'avait déjà pas faim en venant, comme il n'avait plus faim depuis des années. Il se força tout de même à finir son assiette, mâchant et avalant la cendre qui constituait tous ses repas.


« Je n'ai jamais été très dessert, mais n'hésite pas à en commander un pour toi si tu en as envie. »
dit-il comme le plat principal arrivait doucement à sa fin.« Tu as déjà ton itinéraire pour rejoindre Kumo, ou bien comptes-tu y aller en voyageant à la bonne fortune ? » questionna-t-il pour repartir sur des teintes plus légères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Mer 18 Mar 2015 - 2:40


- Nous lui avons peut-être sauvé la vie oui... Mais je pense qu'on se l'est tous sauvé mutuellement, à l'époque, je n'avais pas atteint mon niveau actuelle, mais malgré le nombre qui était à notre avantage rien ne pouvait garantir notre succès. Tu l'as dit, Kohei est fort. Mais bizarrement, je suis assez mitigé sur le tenant de cette rencontre...
À aucun moment, il ne m'a semblé hostile, je pense même pouvoir conjecturer qu'il était presque content de nous croiser... C'est pourquoi j'ai un peu de mal avec cette image de criminel...

Il marqua une courte pause, pour chercher la suite de ses mots. Cette rencontre avec le Hyô avait insufflé de nombreuses questions. Il ne voulait pas employer des mots inappropriés. Ni même donner une image d'adhérence aux idées du Shôraizen.

- Dans son discours, il m'a semblé être plus un incompris qu'autre chose... Certes, ce que Seitô et lui ont fait est un acte inacceptable. J'ai d'ailleurs tenu les mêmes propos devant lui, toutefois cette action partait d'une bonne intention, c'est là où la situation devient dramatique.

Par la suite, Satochi avait sorti le fameux Kunai que lui avait donné Matawa quelques minutes seulement avant son départ. Il sentit une once d'intérêt dans les yeux de son Sensei qui se portèrent sur l'arme en question.
Le Nara se contentait d'écouter la petite histoire du Rakuzan et plongeait son regard dans le Kunai imbibé d'encre Hyô.
Le brun proposa alors au tatoué d'essayer d'en apprendre d'avantage sur ce Fuinjutsu. Mais hélas cela dépassait les compétences de Natsuki. Il était parvenu à identifier le type de sceau, mais pour le reste, le résultat n'était rien d'autre qu'une page blanche.
Il profita de l'invitation du Nara pour retirer l'arme de la table pour la ranger dans son sac.


Sato' écouta ensuite les confessions de Natsu' au sujet de Matawa. Il ignorait jusqu'alors les relations tendus entre son Sensei et son ex-meilleur ami. Cependant, le Nara se trompait entièrement sur la ligne, il projetait des idées fausses auxquelles le Rakuzan répondit en apportant comme justification un regard sincère et profond.

- Tu te trompes... Je connaissais Matawa son caractère et ses habitudes, c'est pourquoi je sais à quel point il pouvait être détestable. Ses airs supérieurs, etc. Si tu l'avais tué, je ne t'en aurais pas voulu. Quant à notre rencontre... J'aurais eu besoin d'un mentor un jour. Je suis persuadé que nos chemins se seraient croisés quoi qu'il arrive.

Puis, la discussion finit par revenir autour de l'affaire Kumo/Konoha et de son ancien Raikage qui avait été à la baguette. Un homme intelligent comme le décrivait Natsuki. Mais surtout un homme qui avait fourré son nez inutilement dans les affaires de Konoha pour faire chuter une haute sphère. Alors Natsu' avait raison Kumo ne pouvait pas être tenu comme entière responsable des décisions de son Raikage. Cependant avec la venue de Zennosuke au pouvoir, il était peut-être temps de forger des bases solides. Des fondements clairs afin que des conflits soient à jamais évités entre les Nation des Nuages et du Feu. Konoha ne s'immisçait pas dans les affaires internes de Kumo. Alors Kumo se devait de faire la même chose et c'était bien évidemment ce que le brun comptait dire au Godaime Raikage lors de leur rencontre. C'était là un point de vue qui différait de celui du Jônin du Clan Nara.

- Dans cette histoire, chacun a sa part de responsabilité. Seitô et Kohei pour leur acte répréhensible, le Yondaime Raikage pour avoir non seulement agi dans les affaires internes de Konoha, mais également pour avoir utiliser des membres de son village comme de simple pion sur un échiquier. Définitivement, lui et moi n'avons pas la même vision de ce qu'est un shinobi d'un village. Enfin, on peut aussi blâmer le duo de Seki pour avoir répondu à un ordre sans même en connaître les dessous. D'avoir accepté de n'être que des pions, des cobayes pour un plan ne concernant même pas leur village qui plus est.
Mais aujourd'hui, nous devons regarder vers le futur et si justice doit être rendu d'un côté alors il n'y a aucune raison pour qu'elle ne le soit pas de l'autre de manière équitable. C'est sur un principe d'égalité que l'on peut bâtir de nouvelles choses.

Ensuite, il eut ce petit moment étrange, celui où Natsuki sembla se perdre dans ses esprits après avoir montré des signes de regrets. Il finit par se retrancher derrière de faux principes. Le visage de Sato' s'illumina d'une aura apaisante alors qu'un sourire en coin s'affichait sur ses lèvres.

- Tout le monde a le droit aux regrets... Certains disent que ça nous rend faibles, je pense qu'au contraire on apprend beaucoup de ce genre de chose... Bâtir un nouveau monde sur nos erreurs passées... Ça ne me semble pas si inimaginable que ça. Si tu y tiens donc réellement, je parlerai de ce que tu souhaites à Zennosuke.
Satochi fut satisfait d'apprendre que le Nara approuvait ce voyage. Il pensait également que ça pourrait lui apporter des réponses à ses questions. Mais ce qui toucha le Chûnin fut cette demande d'écriture. Ainsi, ce dernier demandait au Rakuzan d'entretenir des échanges par correspondances, si on lui avait dit qu'un jour ce Nara si renfermé sur lui-même lui dirait de telle chose, il ne l'aurait jamais cru, son sourire éclatant éclaira son visage alors que Natsuki lui assurait qu'il resterait à Konoha et protégerait le feuille quoi qu'il puisse arriver.

Cette discussion avec Natsuki était drôlement plaisante, en quelques minutes, il avait eut la possibilité de découvrir des facettes de la personnalité de ce dernier, mais il pouvait également constater l'incroyable changement. Au début très sec et sans la moindre émission la tatoué était petit à petit devenu un Sensei encourageant, félicitant et gratifiant ses élèves. Peu à peu Sato' le sentait, cette impression de relâchement qui faisait ainsi apparaitre une à une les émotions contenues au plus profond de l'âme du Nara.
Le Chûnin profita alors du moment où Natsuki fouilla les poches de sa veste pour répondre à ce qu'il venait d'attendre.


- Nous ne sommes plus la Matsudai d'autrefois. Je ferais en sorte de te tenir au courant de mon évolution aussi souvent que possible et puis surtout, je reviendrais chez moi, tu l'as très bien dit Konoha est ma maison après tout.
Ah et aussi !
s'exclama-t-il en affichant déjà un large sourire. Prend soin de cette tête de mule d'Okasaki, entraînes le et motives le comme tu l'as parfaitement fait avec moi.

À un tel moment de la soirée, s'il arrivait à faire arracher un rire à son Sensei alors la soirée aura tout simplement attend son paroxysme. D'ailleurs, il se demandait comment était le rire du tatoué. Cette pensée suffisait à le faire mourir de rire de l'intérieur.
Mais en tout cas, le Nara avait de l'humour ! Satochi en rigola alors qu'il venait de terminer son plat de grillage. Un succulent repas soit dit en passant et il accepta avec joie le petit cadeau du Jônin. Une magnifique chevalière ornée d'un cerf. Il en prendrait le plus grand soin.


Enfin, dernier point qu'ils n'avaient pas encore évoqué dans la soirée, l'examen Jônin. Satochi avait raconté les détails qui avaient constitué leur épreuve spéciale. Et Natsuki était assez d'accord sur le fait que cette épreuve avait été excellente pour tester les capacités des konohajins inscrits. Satochi ne pouvait qu'approuvé cette façon de voir les choses après tout, c'était suite aux difficultés qu'il avait rencontré lors de cette épreuve qu'il avait développé ses capacités sensorielles. Un atout qui lui serait sans doute plus qu'utile à l'avenir. Il en était certain.
Quant à la suite... Satochi pouvait-il s'en prendre à l'un de ses amis ? Pouvait-il tuer pour protéger Konoha quelqu'en soit l'adversaire ? La réponse ne faisait aucun doute.
Néanmoins, Natsuki avait raison avant d'employer l'art du combat, il essayerait toujours de remettre les égarés sur le droit chemin, mais il préféra couper le tatoué lorsque ce dernier évoqua Matawa une nouvelle fois.


- J'ai beaucoup progressé après cet examen, je ne peux que te donner raison. J'ai appris à maîtriser la sensorialité suite aux faiblesses que j'avais montré face aux emprises Yamanaka. À l'avenir, je ne me ferais plus avoir de la sorte répondit-il avec bonne humeur.
- Que cela soit Matawa, un membre de mon clan un ami ou même un inconnu, je n'hésiterai jamais à lui ôter la vie si l'équilibre de Konoha ou du monde à plus grande échelle est menacé. Mais tu me connais bien dit-il avec un nouveau sourire. J'essayerai de le remettre sur le droit chemin d'abord.

La situation se glaça alors, cela ne dura que quelques secondes, mais une chakra malsain émana du Nara, ce dernier crispé sur lui-même se laissa retomber sur sa chaise s'appuyant de tout son poids sur le dossier de sa chaise. Que lui était-il arrivé ? Quel était ce chakra ? Visiblement, il y avait bien des choses que le Rakuzan ignorait encore au sujet de son Sensei. Ce dernier semblait dérangé, presque perdu dans ses pensées, en tout cas, il semblait ailleurs.
Pour la première fois alors, Satochi plaça sa main sur l'épaule du Nara la serrant légèrement pour tirer le Jônin du monde dans lequel il se trouvait.
Il n'avait pas peur de Natsuki, et ce chakra hostile ne changerait pas ça.


- Je n'aime pas employer le mot "Si" mais, si tu venais à dévier du chemin qui est le tien alors je te guiderais jusqu'à ce que tu le retrouves. C'est une promesse que je te fais.

La discussion trouva ensuite un peu plus de légèreté lorsque fut évoqué l'itinéraire qu'allait emprunter Satochi pour se rendre à Kumo. Rien n'était encore sûr, il se réservait le droit de le changer, mais à ce jour, il optait simplement pour le trajet habituel direct et le plus rapide.

- Aucun en particulier, je vais prendre le chemin basique et le plus rapide, plus vite, je serais sur place, plus vite mes recherches pourront débuter rétorqua-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1590
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Mer 18 Mar 2015 - 12:52

« Je n'ai de regret pour Zennosuke. Je te l'ai dit, j'ai fait ce que je jugeais juste. Je trouve juste dommage de m'être fâché avec un shinobis aux excellentes qualités pour cela. Et si nos relations doivent être arrangées, ce n'est pas à toi de t'en occuper. Un étudiant n'a pas à hériter des problème de son mentor. »

L'inverse se faisait davantage par contre. Mais un lien fort unissait les deux, quoi qu'il arrive, et en général, l'un tenait toujours à épauler l'autre dans les difficultés, qu'elles le regardent ou non. La promesse que lui fit Satochi en était la preuve. Natsuki tira alors sa manche en arrière, révélant son avant-bras droit entièrement. Il était comme le reste de son corps couverts de ses tatouages.


« C'est une promesse que je me suis fait à moi-même aussi. Ne pas oublier qui je suis. Une promesse gravée dans la peau. »


Du moins, il l'avait cru jusqu'à la fameuse nuit où tout a basculé. Mais même s'il a été dans l'erreur jusque là, même si les marques de sa peau n'étaient en vérité pas les siennes et n'avaient pas le but qu'il leur allouait, elles avaient eu une signification pour lui. Un sens qui l'avait aidé à remonter la pente lorsqu'il était au plus bas. Tout ce qu'il avait eu besoin, c'était d'une aide pour retrouver le début du chemin. Aussi, tout comme pour une œuvre d'art, leur interprétation dépendait de celui qui les regardait. C'était suffisant pour lui.


« Ce n'est pas mal comme itinéraire, si tu es attendu là-bas au plus vite. Néanmoins, pour le reste de ton voyage dans le monde, je te suggère de ne pas forcément aller au plus rapide. Le monde est vaste, et les réponses ne sont pas toujours là où tu les attends. Tu pourrais passer à côté de beaucoup d'expériences en te montrant hâtif. Surtout que ce sera ton premier grand voyage je crois. Ce serait donc dommage de te contenter des sentiers battus, quand il y a tant d'autres choses à découvrir. Refuserais-tu un bouquet de fleurs qu'on t'offrirait juste parce que tu ne cherchais à avoir qu'une rose ? La vie est faite d'opportunités. Elles sont nombreuses, mais tu n'as qu'une occasion à chaque fois de les saisir. Alors ne rate pas ta chance une fois que tu seras sur les routes. Les Villages shinobis seront des points clefs incontournables de ton itinéraire, mais ne te contente pas d'eux. Je pense notamment au Pays du Fer. Les samurais ont une culture fantastique. Pour peu que tu y sois le bienvenu – leurs relations avec les ninjas sont assez particulières -, tu pourrais ressortir très enrichie de leur rencontre. Tant que tu gardes tes objectifs en tête, un peu de tourisme ne te fera pas de mal. Laisse-toi imprégner des endroits que tu visiteras, ce n'est qu'ainsi que tu pourras comprendre comment un pays réfléchit. »


Penser sans le filtre de sa culture, prendre assez de recul pour ne plus voir avec héliocentrisme. S'élever au-dessus de sa propre condition. Cela ressemblait presque aux principes des Moines. Peut-être étaient-ce eux eu les plus proches de la sagesse. Natsuki gagnerait-il à les rencontrer ? Il ne s'était jamais poser la question jusqu'à aujourd'hui. Probablement. Mais pas maintenant. Beaucoup d'événements se préparaient à Konoha, il devait y rester. Iji suffisait pour contenir son problème pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Esquisses de projets Mer 18 Mar 2015 - 15:20


Natsuki le soutenait, il n'éprouvait aucun regret quant au choix qu'il avait fait de repousser le Seki devenu Godaime Raikage. Il avait fait le choix qu'il pensait juste pour Konoha, Satochi ne pouvait le blâmer pour cela. Qui sait ce que le Rakuzan aurait pu faire s'il avait été dans la même situation que son Sensei.
Il n'insista pas donc pas sur ce point et se contenta de sourire soulagé que le tatoué ait toujours ses idées bien en place.
Toutefois, le Chûnin pensait que le Nara se fourvoyait en pensant que sa brise de bec avec Zennosuki soit aujourd'hui toujours d'actualité. Le brun espérait que le Seki avait laissé couler l'eau sur les ponts et qu'il ne tenait pas pour responsable Natsuki des évènements de ce jour fatidique de la même façon que Konoha avait avancé après les évènements du temple Kyubi.


Pour la première fois alors, Satochi pue découvrir ce qu'il se cachait habituellement sous les manches de Natsuki. Un avant-bras parsemé de tatouage. Une marque synonyme de la promesse que Natsu' s'était faite.
Un symbole gravé à jamais sur sa peau. C'était un moyen comme un autre de se rappeler d'où il venait bien que la peau soit facilement destructible, le Yôton du Rakuzan en était la preuve irréfutable. Satochi pensait en revanche que l'on reste qui on est au plus profond de son cœur. Certes parfois les ténèbres s'emparent de cet organe au combien vital, mais la lourde tâche à accomplir alors et de débarrasser son coeur de ces ténèbres.


Enfin, le Nara donna quelques conseils au Chûnin pour son voyage, des conseils que ce dernier nota dans un coin de sa tête, prendre son temps, ne pas se focalsier uniquement sur les grands villages. Prendre plaisir à découvrir tout ce que le Monde pourrait lui offrir.
C'était en agissant de cette façon que le Rakuzan rendrait son long périple encore plus intéressant. C'était de cette façon qu'il s'enrichira et sera alors en mesure de devenir suffisamment apte à guider les nouvelles pousses de Konoha, qu'il deviendrait apte à devenir un pilier du nouveau monde qu'il convoité tant.
Les routes seraient très certainement longues et criblées d'embûches, les convictions de Sato' seraient mises à rudes épreuves, le plus grand test de toute sa vie de shinobi se profilait et déterminerait de l'avenir du Rakuzan. Mais il était prêt.


- Je prends en compte tout ce que tu me dis dit-il sincèrement, je pense que ce Monde a beaucoup à m'offrir, je ne compte rien laisser en retrait. Et je reviendrai avec un esprit fort et un bagage non-négligeable d'expériences. Je n'en serais que meilleur et Konoha en bénéficiera.

Ce voyage était avant tout un périple personnel, mais aussi loin que pourrait aller le Rakuzan, il demeurerait un fier shinobi du village caché des feuilles de Konoha et tout ce qu'il pourrait apprendre, il le mettrait au service de son village, de sa famille, de sa patrie.
Ce repas avait été particulièrement délicieux. Boosté par ce repas avec le Nara tatoué, il était prêt à parcourir le monde.
Le vendre du Chûnin était rempli comme le témoignaient les nombreux plats qui s'étalaient devant lui.
Il n'avait plus de place pour un dessert.
Il demanda donc la note et paya la note comme il avait dit plus tôt.
Après tout ce que lui avait donné Natsuki, il pouvait sans problème débourser la somme qu'on lui demanderait.


Les deux hommes se dirigèrent ensuite vers la sortie. L'appartement du Nara se trouvait d'un côté, la demeure du clan Rakuzan d'un autre. Il était temps que les deux shinobis se séparent. Les préparatifs du Rakuzan étaient presque terminés. Il ne savait pas vraiment s'ils se revéraient avant son départ, mais dans la perspective que ça ne soit pas le cas autant se dire aurevoir.

- Bon... Et bien, je ne sais pas si l'on se reverra avant mon départ alors je pense qu'il est temps de se dire au revoir, il présenta sa main à son Sensei attendant une poignée de main avant de poursuivre. Tu es un bon Sensei. Je n'ai aucun doute que lorsqu'on se reverra Matsudai aura évolué encore un peu. Prends soin de toi Natsuki.

Leurs chemins se séparèrent alors et Satochi disparu dans l'obscurité des ruelles de Konoha, le visage marqué d'un sentiment de force. Boosté par ce repas avec le Nara tatoué, il était prêt à parcourir le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Esquisses de projets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-