AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Une lanterne [Miko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Une lanterne [Miko] Mer 25 Mar 2015 - 11:53

Clogs - Lantern:
 

Un vent chaud du Sud léchait les hautes herbes. A la lisière de la forêt, une luciole se hissa courageusement à l'extrémité d'une branche, et entreprit de ponctuer la nuit d'une lueur subtile.
Elle n'eut que quelques secondes pour le faire : un bec s'abattit sur elle et rompit son abdomen luisant, avant de la gober sans autre forme de procès. Ce bec, c'était celui d'un minuscule hibou petit-duc scops, à peine sortit du nid. Fort de sa première expérience de chasse, l'oiseau se prit à voltiger avec panache au dessus de son bois natal.
Ce furent ses dernières acrobaties ; bientôt les crocs de Clogs se plantèrent contre sa gorge.

La chauve-souris battit énergiquement des ailes pour s'en retourner vers le sommet de la colline la plus proche, et tournoya plusieurs fois autour d'Onpu et Miko avec une frénésie triomphante. La chaîne alimentaire s'arrêtait là pour le moment.

Là-haut, on avait la vue sur le tripoint entre les pays du Feu, du Fer et des Cascades. C'était le lieu de rendez-vous que les deux shinobis s'étaient fixés, après qu'On' ait été averti du meurtre de Sabakyô Seitô.

En tailleur sur un arbre mort, un petit shamisen entre les doigts, le luthier semblait profiter de cet instant unique. Il avait le sentiment doux et amer que la Racine venait de gravir une montagne qu'elle s'apprêtait à dévaler. La mélodie qu'il jouait était l'adaptation d'une berceuse, un des rares fragments de mémoire de son jeune âge. Il y avait aussi des paroles, mais il les avait oubliées. Il était question d'une lanterne, ou d'une chandelle. Les deux peut-être.

En face de lui, l'Aburame était là. Entre eux, il y avait un parchemin étendu au sol. Sur le parchemin, un réchaud. Sur le réchaud, une théière. De part et d'autre de la théière, deux bols. Un peu à droite du second bol, un sachet de beignets. Aux sauterelles, bien entendu.

- Je sais plus si je t'avais dis, mais Ninigi adore ça. Du coup j'ai été obligé d'apprendre la recette... d'après lui les miens sont meilleurs que ceux de Maï, mais si tu veux mon avis c'est parce que contrairement à elle j'y vais franco avec l'huile de friture. « C'est pas bon pour ses artères », tu comprends.

Rien de mieux que d'échanger des banalités pour masquer la gêne surprenante d'une retrouvaille.
Miko avait changé. Son séjour au Shôraizen avait creusé sa silhouette, et vraisemblablement son moral, à en juger la cigarette qu'elle s'obstinait à fumer. Il songea à Nikkou, et se dit que Miko aurait fait une Hokage stylée. Cette pensée lui arracha un demi-sourire.

Relevant son regard vers elle, il s'arrêta de jouer quelques secondes comme pour souligner l'importance de sa question.

- Ça s'est passé comment?

Il n'était pas sûr de vraiment vouloir des détails, mais dans un élan de professionnalisme, il se prépara à les encaisser.
Sa mélodie lente reprit.
Derrière lui, Clogs avait plumé sa victime, et se goinfrait sans grâce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Daimyô de Hi no Kuni
Messages : 3289
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Une lanterne [Miko] Mer 25 Mar 2015 - 13:26

    C’est tout elle …


Servant le thé enfin prêt, elle remplit les deux bols visiblement pensive. La mélodie jouée par le luthier n’avait rien pour remonter le moral de sa triste troupe. Finissant sa cigarette dont elle écrasa le mégot entre ses doigts avant de le jeter tout en regardant le musicien, elle prit le bol dans ses mains. On’ n’aurait qu’à se servir quand il aurait décidé d’arrêter de rendre l’atmosphère déprimante. Jetant un regard à la chauve-souris qui avait porté son message, l’Aburame trouvait cela parfait qu’elle se rassasie elle aussi et surtout sans avoir besoin de sacrifier des insectes pour la récompenser.

    Je vais peut-être mettre fin à un mythe mais j’espère que tu sais que je mange d’autres choses que des insectes et surtout autre chose que des sauterelles. J’ai d’autres recettes chez moi, un bouquin assez gros sur l’étagère de la cuisine, n’hésite pas à faire ton bonheur … enfin si ma maison n’a pas déjà été revendue ou donnée…


Sur ces mots elle souffla sur le liquide chaud, créant des petites ondulations avant de boire du bout des lèvres le thé histoire de prendre la température du breuvage.

    Seitô ? … Relativement … facilement.


Cherchant ses mots, elle but une gorgée plus conséquente, regrettant que le contenu ne soit pas l’alcool qu’elle gardait dans sa flasque, avant de manger l’un des beignets. Hmmm en effet ils étaient particulièrement fris. Ce qui atténuait l’amertume de l’insecte. Pas surprenant qu’ils les trouvent meilleurs.

    Nous étions partis en mission, lui Kohei et moi.


Pas besoin de donner tous les détails notamment celui des deux gamines qu’elle n’avait pas pu protéger.

    Un groupe de bandits s’en était pris à Yu no Kuni, ravageant tout sur son passage. Nous avons affrontés leurs dirigeants. Un combat plutôt court mais tout de même intense, disons que Seitô était dans un état critique et Kohei à deux doigts de s’effondrer alors que j’en suis ressortie indemne. Tu vas rire, Kohei puis Seitô se sont presque sacrifiés pour me protéger à deux reprises ...


Souriant amèrement alors qu’elle avait son regard comme absorbé par le design de la théière, elle reprit une gorgée.

    Il m’avait finalement fait confiance malgré un début difficile. Et à la place de lui sauver la vie, je l’ai achevé. Aussi simple que cela… Je t’avoue que je ne me suis résignée qu’au dernier moment mais différents événements et paroles échangées m’ont convaincue d’appliquer sa sentence. J’ai fait ce que je croyais juste. Il sombrait peu à peu dans la folie, entraînant ses partisans à sa suite dans sa soif de sang …


Soupirant avec lassitude, elle reposa le bol. Prit un autre beignet et chercha à nouveau son paquet de cigarettes. Ressasser tout ça la rendait dans un état plus fébrile qu’elle ne l’aurait cru.

    C’est con, finalement ça a fini en action punitive toute cette histoire alors que j’étais d’accord avec toi pour une fois comme quoi il ne fallait pas taper dans le tas … Enfin à l’époque je n’ai pas été totalement honnête avec vous. Comme dit dans ma lettre, apprendre que je pouvais être Daken m’avait plus que motivée à partir pour ne faire courir aucun risque au village.


Ah voilà, son briquet était là.




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Une lanterne [Miko] Mer 25 Mar 2015 - 22:09

Il l'observait avec attention. Ses doigts continuaient de vagabonder à un tempo variable sur le manche du shamisen.
Ce n'était plus vraiment la même Miko. Entendre son récit lui confirma cette hypothèse.

Sa mélodie prit fin. Il posa son instrument, et se joignit à elle dans la dégustation du thé.

- Tu es une Racine, Miko. Par la volonté de Suguato, cela fait de toi un électron libre, un germe de chaos. Action punitive ou pas, il me semble qu'il serait fier de toi.
Tu as fait ton propre chemin et tes propres choix. En terme de génération de chaos, faut reconnaître que t'as fait fort ; charge à nous de faire en sorte que l'événement impacte Konoha de façon positive.
*CRUNCH*

Ah. Le croustillant de la pâte à beignet.

La fin de Seitô telle qu'elle le lui avait contée avait ému le luthier. Le dernier portrait de Seitô qu'elle lui avait dressé le confortait autant qu'il le secouait. Le fait que sa folie ait fini par le ronger forçait Onpu à admettre qu'il s'était trompé en sous-estimant le danger qu'il représentait, et donnait raison à Meïa d'une certaine façon. Mais son dernier geste avant de disparaître, cet élan de protection de concert avec Kôhei... Fatalement, le sociopathe emportait des qualités humaines dans la tombe.
On' eut un soupir qu'il ne prit pas la peine de retenir. Il ne pouvait s'empêcher de voir un effroyable gâchis là-dedans.

Clogs avait fini son oiseau. Elle s'avançait prudemment vers le bol de friture, avec toute la maladresse d'un mammifère volant se déplaçant au sol.

- Là où ça va être délicat, c'est pour la suite. Tu as privé le Shô de son leader charismatique, ok. Maintenant, toi qui as mis les pieds dedans, dis-moi. Qu'est-ce qu'il en reste ? Vers où regardent Kôhei et les autres ? Vers où doit regarder Konoha pour ne pas les perdre de vue ?

Clogs avait retourné le bol de beignets et s'en mettait plein la panse. Presque amusé, On' la chassa gentiment en sauvant les beignets qui n'avaient pas touché terre.

- Elle s'en fait pas celle-là.

Il marqua un temps, acheva son bol de thé.

- Et toi, vers où tu regardes ? Tu sais que tu as ta place au bercail, et c'aurait été vrai même si tu avais eu un Furyou sous la carapace. Ta position en tant que vagabonde risque de ne plus être avantageuse bien longtemps, avec la nuée d'ennemis que tu viens de te faire. Ça pourrait être une bonne occasion pour te ressourcer, même temporairement.

En la voyant s'en griller une nouvelle, il eut un réflexe protecteur qu'il étouffa dans l'oeuf. "Laisse-la", songea-t-il. "Chacun son truc".
Il libéra sa main en posant son bol, et récupéra son shamisen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Daimyô de Hi no Kuni
Messages : 3289
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Une lanterne [Miko] Mar 31 Mar 2015 - 4:43

Ayant un petit sourire amusé concernant le comportement de Clogs, elle relâcha quelques papillons de nuit qui s’envolèrent un peu au loin dans un vrombissement du tonnerre. Regardant la créature chasser les insectes quelques beignets encore en bouche et des miettes tombant sur son trajet, l’Aburame piqua dans le bol l’une des sauterelles cuisinées. Suguato aurait été fier ? Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire … C’était un lâche comme les autres. Et voilà qu’elle se comportait à présent comme lui, à fuir ses obligations. Ou peut-être pas. Était-ce de la lâcheté de sa part d’avoir pris la décision qu’elle avait choisie ?

    Entre nous On’, ça a toujours été ton problème. Je sais très bien que tu ne m’aurais pas reniée ou autre vu le traitement que tu avais réservé à Meteora… Et je me doute également que c’est toujours le cas même maintenant. Mais … Je ne reviendrai pas.


Croquant dans le beignet, elle avala la portion avant de continuer. Elle n’aimait pas s’expliquer mais elle devait quelques explications au luthier malgré tout.

    Je ne sais pas où regarderont Kohei et les autres mais je me doute de ce qu’ils ne feront pas. Ils se sentiront blessés, trahis. Certes. Ils chercheront à se venger c’est également une certiude, nul doute que Seitô était encore idolâtré par ses partisans. Comme tu l’as dit je viens de me faire une bonne nuée d’ennemis. Mais j’ai déjà choisi de ne pas les faire regarder vers Konoha. Je canaliserai leur haine, leur colère, ainsi Konoha ne risquera rien. Du moins pas plus que les autres villages. Je pense même que Kohei ne tentera rien contre le village.


Pas besoin d’aborder la question du bandeau qui était apparu à la mort du Sabakyô. Cette question était beaucoup trop ambigüe pour être véritablement exploitable.

    Peut-être est-il temps pour moi de prendre ma retraite en tant que Konohajin, bien que la vie de mercenaire m’ait aidé à découvrir de … nouveaux centres d’intérêt. Il est bien loin le temps où j’imaginais ma fin de service à faire du tricot devant la cheminée.


Soupirant, elle croqua le reste du beignet. Au chaud ça devait être bien mieux oui.

    Mais bon, assez de larmoiement. Restons pros, profite je serai bientôt plus longtemps sous tes ordres luthier. Pour ce qui est du Sho en lui-même, même si leur leader est effectivement tombé ils restent une force à ne pas prendre à la légère. Attend …


Déplaçant tous les accessoires entre eux d’eux, l’Aburame déplia une carte, la faisant tenir à plat par les différentes tasses et bols aux quatre extrémités.

    Leur camp est …


Pointant son doigt en direction de la carte, elle s’arrêta dans son geste, une forte brûlure sur sa main tendue la réveillant subitement.

    Les larmes d’Ame sont infinies et impénétrables…


Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait dit ça avec tant de conviction alors que sa mâchoire tremblait légèrement sous la douleur qui allait en s’accentuant. Le symbole du Shoraizen venait de réapparaître à l’emplacement où il avait disparu sur sa main à la mort de Seitô. Et elle qui avait cru que toute cette histoire était juste partie en fumée. Elle avait été la reine des connes oui. Quelques frelons sortirent de sa manche pour aller lui piquer la main afin d’apaiser sa douleur. Le symbole du Shoraizen rougeoyant lui brûlait la chaire et ne semblait pas vouloir s’arrêter.

L’Aburame serra les dents alors que sa main libre s’abattait sur son poignet, le tranchant sans bavure grâce au chakra qu’elle lui avait insufflé. Poussant un râle de douleur malgré l’anesthésiant qu’elle s’était injecté, elle enroba son moignon d’une énergie verdâtre afin de cicatriser la blessure et arrêter l’hémorragie. Elle était tout sauf douée quand il s’agissait de soigner les gens, c’était tout ce qu’elle avait en réserve. Maïka aurait été bien plus efficace. Mais elle ne s’adressait pas à la pharmacienne mais à son ex.

    D-Désolée … J’étais tellement persuadée, que le sceau s’effaçant avec la mort de Seitô il …


Éclatant d’un petit rire hystérique et nerveux qui laissait enfin clairement transparaître son désespoir, sa tristesse et sa douleur, l’Aburame regardait sa main, maintenant dans l’herbe, continuer à se consumer sous l’effet du sceau sans pouvoir agir. Elle était manchote ... Et ce n’était pas le seul prix qu’elle risquait de payer pour sa trahison. Elle venait d’abandonner sa vie passée et pas seulement l’une de ses mains. Elle n’avait pas de futur.

    Et … Et donc, leur base est ici.


Pointant un bras tremblotant sur une région montagneuse de Yu no Kuni qui avait été tâchée de sang durant l’opération, l’Aburame n’avait pu faire autrement que de relâcher toute cette pression accumulée ces derniers mois alors qu’elle venait de s’amputer. Daken, sa désertion, son infiltration, Obli, son rétablissement, sa trahison. Reniflant quelque peu bruyamment, elle essayait néanmoins de rester digne, calme, de garder l’image qu’elle pensait qu’On’ avait toujours eu d’elle. Elle n’était pas fragile. Elle était devenue une femme forte. Une femme sûre d’elle. Une femme sur qui on pouvait compter. Mais à quel prix ? Repensant à son mari, à son enfant, les yeux de l’Aburame s’embuèrent quelque peu.

    Je … Je. Désolée, je ne sais pas ce qui m’arrive à craquer comme ça. Pardon, probablement la crise de la quarantaine qui approche...


Qu’avait-elle accompli toutes ces années ? Était-ce vraiment son avenir, vivre comme un animal traqué, ne pas connaître de bonheur autre que celui de se sacrifier pour son pays, sa nation ? Et maintenant qu’elle s’affirmait définitivement Nukenin, pouvait-elle véritablement passer à autre chose ? Penser enfin à elle ? Mais comment dans de telles conditions ? Continuer à sombrer dans l’alcool ? Le tabac ? Relevant les deux mains à hauteur de son visage, elle rabaissa bien vite le moignon ensanglanté qu’elle avait réussi à faire cicatriser correctement malgré l’élancement et la douleur qu’il lui causait. S’essuyant les larmes qui avaient coulées le long de ses joues dans un semblant de sourire, elle renifla à nouveau.

    Tellement pathétique ... Je … Je disais donc. Leur base se situe ici. Sous la montagne. Une seule entrée. Peut-être que je ferais mieux de te faire un croquis pour que tu comprennes la disposition de cette grotte sous-terraine.


Un stylo, il lui fallait un stylo.


Spoiler:
 





Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Une lanterne [Miko] Mar 31 Mar 2015 - 21:00

Enivrée par l'odeur du sang, Clogs tomba à la renverse, hystérique.

Onpu n'était pas moins étourdi. La main, encore chaude et nerveuse, séparée du corps de Miko, semblait toujours vivante au milieu des brindilles. La marque rougeoyante, les excuses balbutiées de Miko... il avait peur de comprendre.

- Et … Et donc, leur base est ici.

Il la dévisagea d'un air grave et abasourdi.

- Déconne pas, Miko...

Elle sembla l'ignorer, comme étranglée par sa propre douleur. Onpu finit par réaliser qu'il avait toujours son Shamisen entre les mains, s'empressa de s'en débarrasser d'un mouvement brusque. Dans son incompréhension infantile, il était tenté de ramasser la main et de la coller contre la manche de Miko en espérant qu'elle se recouse à son bras, avec la même magie qui l'avait consumée. La scène avait quelque chose d'irréel.

Sans y songer, il se rua sur un de ses parchemins, le déroula précipitamment jusqu'à trouver le sceau qui renfermait la trousse de secours, sans vraiment savoir ce qu'il allait en faire. Il l'invoqua en catastrophe, l'ouvrit, retrouva Miko, qui, presque en transe, s'obstinait à lui indiquer la localisation de la base du Shôraizen, quitte à en perdre la raison. Il fouillait dans la trousse, ou plutôt la vidait au sol pour s'assurer qu'elle contenait quoi que ce soit d'utile.

- Tiens, avale ça, vite, lui fit-il maladroitement en lui tendant un médicament que Maïka lui avait glissé dans sa trousse, sans vraiment réfléchir à ses gestes. Un bidule à base de plantes, contre la douleur et la fièvre. Ouvre, « Aaaaa ».

Clogs était à quelques centimètres de la main coupée.

- MAIS DÉGAGE, TOI !!

Il chassa sa chauve-souris d'un violent coup de pied.

Miko cherchait de quoi écrire. Onpu lui tendit le parchemin dont il avait extrait la trousse, puis attrapa un feutre dans sa sacoche, le déboucha pour elle.

- Déconne pas, Miko, répétait-il. Déconne pas. Tout c'que tu veux, mais me refais pas ça. Steupl'.

L'Hokage n'avait plus aucune conscience de lui-même. Miko avait beau lui avoir annoncé vouloir s'écarter de la Racine, en cet instant il n'arrivait pas à la concevoir comme autre chose qu'une amie précieuse. Le masque de fierté qu'elle s'entêtait à porter avec maladresse, étrangement, ne faisait que renforcer ce sentiment : ce n'était pas une Miko fragile ou désœuvrée qu'il s'agissait d'épauler, mais bel et bien la doyenne de la Racine et son éternelle, touchante froideur de fausse vieille aigrie.


Dernière édition par Myakudou On' le Jeu 2 Avr 2015 - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Daimyô de Hi no Kuni
Messages : 3289
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Une lanterne [Miko] Mer 1 Avr 2015 - 23:06

    Dé…déjolée


Mâchant la boulette immonde qu’il lui avait donnée, l’Aburame reconnaissait bien là le travail de Maïka. Dégueu mais efficace. Sortant un mouchoir de sa poche, elle se moucha dedans et essuya ses larmes avant de prendre le stylo qu’il lui tendait. Déglutissant avec difficulté, elle s’éclaircit la voix une fois puis une autre, sa gorge ayant totalement été asséchée par le médicament. Acceptant la tasse qu’On’ lui tendait, elle posa le stylo puis la prit. Tout de suite avec une main les choses étaient bien plus compliquées.

    Excuse-moi … Je ne voulais pas que tu me vois comme ça, enfin que personne me voit comme ça c’était juste … Que c’était trop en fait.


Prenant une gorgée de thé, l’Aburame se calmait progressivement, sa main avait totalement brûlé, il n’en restait qu’un amas noirci et une odeur désagréable qui attaquait ses narines. Elle avait fait le bon choix même si ce dernier avait été drastique. Mais c’était un choix qu’elle aurait préféré éviter.

    Je trouverai bien quelqu’un pour me rabibocher. Peut-être Amaterasu ou l’un de ses docteurs si sa clinique est toujours debout. Ou Yuki Samui … Elle m’a déjà aidé récemment, je pourrais de nouveau lui demander son soutien. C’est con ...


Elle se voulait rassurante. Pour lui comme pour elle. Reniflant quelque peu elle continua.

    Il y avait quelqu’un au Shoraizen, l’une des gradés de Seitô, une « Aizuyake », de particulièrement douée en médecine. Une fille vraiment bien, peut-être la seule du lot qui se rapprochait d’une amie … Mais bon je devrai voir ailleurs je pense … Elle entretenait une liaison assez … intime avec Seitô...


Parler de banalités et de potins la réconfortait, tant qu’On’ arrêtait de la couver et se concentrait sur ce qu’elle avait à raconter elle irait mieux oui. Prenant une nouvelle gorgée, elle reposa la tasse, saisit le feutre décapuchonné et entreprit de dessiner la base. L’entrée, les différents niveaux, la répartition des différents posts. Tout. Tout ce qu’elle avait glané ces derniers mois en visitant le QG par ses propres moyens ou par le biais de ses insectes. Rajoutant à son dessin le nom et les postes des différents chefs et shinobis importants de l’organisation dont elle avait entendu vent, elle conclut enfin l’affaire.

    À mon arrivée avant l’épisode d’Obli, ils étaient dans les 1400. Depuis, je ne sais pas trop, surtout maintenant avec la mort de Seitô. Certains voudront peut-être rejoindre Konoha maintenant qu’il est mort. Il représentait des idéaux certes mais beaucoup le suivaient pour sa personne… C’est notamment pour eux que je ne peux pas revenir à Konoha, pour leur permettre de saisir cette nouvelle chance. S’ils apprenaient que Konoha était lié de près ou de loin, jamais ils ne s’autoriseraient à revenir.


Soufflant un bon coup l’Aburame releva le regard vers son ancien chef, son ancien Kage. Elle espérait qu’il comprendrait.

    J’aimerais juste une dernière faveur … J’aimerais que Konoha abandonne toutes les charges contre moi… Ou du moins une bonne partie si ce n’est pas possible sans éveiller les soupçons. Pardon pour avoir tué Seitô que sais-je. C’est peut-être beaucoup demander mais … Si je suis destinée à me faire traquer, autant que ce soit seulement par un groupe réduit de personne plutôt qu’un village entier.


Il était Hokage, qu’il se débrouille avec ça. Il y avait plusieurs manières de l’effacer des Bingo Books sans menacer son secret, leur secret.

    Ah et en parlant de traquer … J’ai croisé une fille, Freya, en venant ici. Une kunoichi qui semblait particulièrement perturbée… Elle a exterminé presque sous mes yeux tout un village. Elle ressemblait plus à une démente qu’autre chose. Quoiqu’il en soit elle a préféré se suicider que de se rendre. Elle semblait liée au village pour une affaire de kidnapping... Je pensais que tu aurais voulu le savoir.






Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une lanterne [Miko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-