N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji] Ven 17 Avr 2015 - 2:32

Le retour vers les terres de la Foudre, mes terres. Qui peut imaginer le sentiment qui s’empare de mon être à cet instant précis ? De la joie emmêlée à de la crainte. La crainte. Oui, le Raikage que j’étais, éprouvais une certaine peur. Là, au fond de mon être. Cette peur indicible liée au village de Kumo. Bien des fois, en mon absence, Kumo s’était fait attaquer. Et malgré le fait que j’avançais aussi vite que possible vers ces terres qui m’étaient chère, malgré le fait que je ne voyais aucun signe néfaste à l’horizon, ni fumée, ni nuée d’oiseaux volant dans le sens opposé de ma course, je n’en restais pas moins sceptique. Je savais que je ne saurais me pardonner l’éventualité de la destruction de mon village.

Je voyais les images d’une probable ruine de Kumo la belle dans mon esprit malgré moi. Le feu, les cendres sur les maisons, les édifices, le sol ; la désolation à perte de vue. Je revoyais les corps de mes shinobis morts certainement après une héroïque défense contre un ennemi plus puissant. Les corps de Bannin Kisen, Seijaku, Sho, Hasaki… NON ! Impossible. Je chassais pour un temps cette idée de mon esprit.

Un regard vers Monjara Shinji, à mes côtés. Ce shinobi, au fil du temps était devenu un homme de confiance. Même s’il avait intégré l’unité secrète, le Naitei, même si, comme avec Koémi, je n’hésitais pas à lui confier quantité de tâches, je ne pouvais que me réconforter d’avoir de tels personnages au sein du village. Irréprochable. Comme l’étaient d’autres d’ailleurs… Je poursuivais silencieusement, plongé dans mes pensées, mon chemin en direction du village. Ni Shinji, ni moi n’avions échangé tant que cela. Il n’était pas du genre bavard. Moi non plus, du moins par moments.

Le vent soufflait dans mes oreilles, à cause de la vive allure qui était mienne, que dis-je, nôtre ! Et c’est probablement à cause de cette vitesse de déplacement et du fait que j’étais plongé dans mes pensées que je ne l’avais pas remarqué. Mais, peut-être était parce que j’étais aussi peu outillé en termes de sensorialité. Mais là, assis, un homme.


Je m’arrêtais brusquement. L’homme était assis, devant nous, à quelques mètres, environs une cinquantaine de mètres. Curieusement, j’éprouvais un sentiment étrange. J’avais déjà vu cet homme. Une impression que mon cœur appuyait, mais que mon intellect rejetait. J’observais l’individu. Tenue lui permettant de masquer quasiment l’intégralité de son corps. Sandales, protèges tibia, pantalon gris, un ensemble de protection sur les bras, sans compter les gants de protection. Une simple tunique, dont je devinais quelques protections en dessous, était surplombé d’une longue cape. Grise aussi. Mais pour couronner le tout, l’individu portait un large kusa masquant l’intégralité de son visage. Tout ce que je pouvais voir, c’était une brindille qu’il mâchouillait avec désinvolture.

Pourquoi avais-je une si mauvaise impression ? Je sentais mon cœur s’emballer dans ma poitrine d’autant plus que… je sentais émaner de cet homme une quantité de chakra chaque instant plus grande. Se préparait-il à un quelconque assaut ? Oserait-il s’en prendre à un Kage ? Mais… Quel est ce sentiment ? Avais-je peur ?

« Qui es-tu ? »


L’homme se contenta de se lever, laissant apparaître de sa cape un katana sur lequel il posa une main menaçante. Je devinais, sous son kusa, un sourire. Étrange.

Le vent souffla, ma cape de Kage se mit à flotter derrière moi tel un étendard. L’on pouvait voir dessus, les nuages, la Foudre… Les emblèmes de Kumo.

« Shinji, fais attention ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji] Sam 18 Avr 2015 - 0:40

L’aura de cet homme ne cessait de s’accroître. Grandement. Au départ, lui qui semblait d’un niveau raisonnable, pareil à un Chuunin, venait à l’instant de m’égaler, en termes de niveau de chakra et il me semblait qu’il était encore bien loin d’avoir terminé sa petite démonstration de puissance. Plus les secondes passaient et plus je jaugeais l’écart, chaque moment plus important, entre lui et moi. J’écarquillais des yeux bien malgré moi. Le souffle court. J’avais rarement ressenti pareille puissance de mon vivant. La dernière fois, c’était… lors de la bataille sur l’île de Hai no Kuni, contre les partisans de Makka. Cet homme, ce rouge comme l’on dirait dans notre jargon, celui qui par les temps anciens fut une des terreurs de ce monde… Natsumi Haru. Mais cet épisode remontait à si longtemps. J’étais encore bien jeune, inexpérimenté et pourtant, malgré ma fulgurante ascension, malgré mon gain considérable en puissance, j’étais tout aussi impressionné que cette fois-là. Je posais un pas en arrière, prêt à toute éventualité.

Au bout de quelques secondes, l’homme en face de moi daigna bouger. Un simple geste. Deux doigts touchant son Kusa pour le relever à peine et une disparition. Mes sens étaient frappés au moment même où je recevais, surpris, une charge que je n’avais pu voir venir. Une paume sur mon ventre, au contact de mon nombril. Je réalisais alors que mon corps se pliait en deux malgré moi, sous l’effet de la puissance de l’attaque. Telle une balle de fusil je filais dans la direction dans laquelle j’étais violemment projeté. A la vitesse du son, je perçais l’air avant de rouler sur le sol tel une botte de foin que l’on ferait dévaler une pente. Je profitais d’une pierre à moitié enfouie dans le sol pour stopper ma roulade et me réceptionner sur mes deux pieds.

Monjara Shinji était là, mais il ne bougeait pas. Comme bloqué ou retenu par quelque chose. Quant à moi… Il me semblait avoir perdu quelque chose. Mais, l’heure n’était pas à la dispersion. Une série de mudra, à la vitesse de l’éclair, je laissais exploser mon chakra et tentais de faire comprendre à cet individu qu’il avait commis la plus grande erreur de sa vie en s’attaquant à moi. En ce moment même, il devait subir les pires douleurs jamais ressenties dans son existence, à cause de ce genjutsu que je lui faisais subir. Quant à moi, j’allais profiter de cette ouverture pour frapper ! Je filais ventre à terre en direction de cet homme, couvrant la vingtaine de mètres entre nous aussi vite que je pus tout en hurlant ma rage de vaincre.

« RaaaaaaaaaaaaaaaSENGAN !!! »

Un enchaînement basique que j’aimais effectuer face à un combattant de poids. Illusion, pour couper mon adversaire du réel et tout de suite derrière, j’enchaînais avec une technique destructrice au corps à corps. Imparable ! Ou quasiment. Au moment de l’impact, je libérais une quantité phénoménale de chakra capable de désintégrer un shinobi non entraîné. Une énorme déflagration de chakra


Pas de pitié. Même si je ne connaissais rien de cet homme, je ne souhaitais qu’une chose en cet instant précis, le désintégrer. On ne s’attaque pas impunément à l’emblème de Kumo. Et cet emblème n’était ni plus, ni moins que moi. Le Raikage.

La terre trembla sous l’impact de ma technique, souleva un petit nuage de poussière me bouchant toute visibilité. Mais, si je n’y voyais plus rien, je pouvais encore ressentir les choses via un de mes sens les plus développés : l’ouïe. Et d’après ce que j’entendais… J’étais loin d’être sorti de l’auberge. J’exécutais des mudras, dans le doute, créant une armure de chakra tout autour de moi. Le fameux Susanoo primaire. Cette technique que je tenais de mon ami Seki Hiruzen. L’humanoïde de chakra apparut tout autour de moi. Imposant, seul son buste était visible, du moins, pour ceux qui se trouvaient proche de moi, car la poussière n’étais pas retombée. Écoutant les bruits tout autour de moi, je localisais mon adversaire.

« Qui es-tu ? Et que me veux-tu ? »

Je n’hésitais pas à parler à haute voix dévoilant du même coup ma position. Après tout, la présence de mon armure de chakra me rendait aisément repérable. La poussière retombait progressivement. Je pouvais distinguer, la silhouette de mon adversaire. Son kusa s’était envolé. Je n’allais pas tarder à découvrir sa véritable identité. A nouveau, bien protégé par mon armure de chakra, j’exécutais des mudras. De l’index et du majeur de ma main droite, j’envoyais une lame de chakra extensible vers ma cible tout en la suivant dans ses déplacements. L’individu esquivait. Salto, sauts sur le côté. Il allait rapidement comprendre qu’esquiver ne servait à rien car ce justu était du style… collant. Pour ma part, j’attendais le bon moment. Ce moment où il ferait un faux pas, un mouvement par erreur pour l’empaler via ce justu que je gardais en préparation grâce à ce signe du tigre que ma main gauche reflétait. Et ce moment arriva, mais les choses ne se passèrent pas tel que je l’avais imaginé.

Dès lors qu’il comprit mon stratagème, cet adversaire plein de ressources, sorti une nouvelle botte secrète de sa palette de jutsu que je devinais importante. Une technique d'absorption, tel que je savais le faire et voilà que ma lame de chakra disparaissait devant cette main qu’il tendait vers mon jutsu. Mais par chance, cet adversaire n’avait pu prendre l’information de ce pic de terre émergeant du sol et s’approchant dangereusement de sa colonne vertébrale. J’étais à deux doigts d’y parvenir. Et pourtant, cet homme eut cette espèce de réflexe digne des plus grands maîtres en taïjutsu. Une esquive in extremis. Avait-il anticipé mon combo ? Oui surement...

Il roulait au sol sur son côté gauche avant de se mettre sur trois appuis, visage tourné vers moi, avec une lueur de défi dans ses yeux. Je pouvais convenablement le voir à présent. Sa petite bouche dessinant un sourire moqueur, son nez fin, son beau visage… Cette ressemblance… Je fronçais les sourcils. Et daignait enfin me parlait en se redressant lentement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji] Sam 18 Avr 2015 - 0:48

_ De tous frères, tu étais le plus faible Zennosuke ; le plus limité. Et à présent…

Il n’avait pas terminé sa phrase. Il filait vers moi, exécutant des mudra à une vitesse bien plus rapide que je n’étais jamais parvenu à le faire. Et là… Un torse qui se bombe… Je devinais la suite et tentais de m’en préserver. La déflagration attendue ravagea l’endroit tandis que la voix de l’inconnu tonnait dans cette zone.

_ KATON !


J’essayais sur le champ d’exécuter ce justu qui bien des fois m’avait sauvé d’un destin funeste, mais… Impossible. Quelque chose semblait bloqué. Un regard instinctif vers mon nombril, je comprenais. Je me remémorais ce coup reçu d’entrée de combat tandis que le feu embrasait ma position. Il m’avait diminué. Sciemment. Je devinais que tel était son but. Depuis le début. Mais alors, pourquoi continuer ce combat vu qu’il atteint son but ? A moins que je ne fasse fausse route et que ce soit ma mort que cet individu recherchait ?
Je bougeais aussi vite que je pus, sortant des flammes, mon armure ayant disparu à cause de la puissance de l’attaque. Je fondais sur la position de Shinji afin de le sortir de la léthargie. J’aurais dû commencer par là. Depuis le début. Il avait été piégé dans une illusion. Probablement de très haut niveau.

« Fais gaffe à toi. Notre adversaire m’est largement supérieur. Je ne sais toujours pas ce qu’il veut. »

C’était défoncer une porte ouverte que de prononcer ces paroles. Mais dans la mesure où Shinji n’avait rien suivi de ce combat… J’entendais la voix de cet homme percer à travers la fournaise qu’il avait lui-même allumé.

_ D’une certaine façon, je suis fier de ta progression. Je n’aurais jamais cru que l’attardé que tu étais puisse arriver à pareil niveau.

Attardé ? Qui était-il pour me juger ? Que savait-il de moi ? Je faisais fi de ce mot utilisé, bien conscient qu’il avait été prononcé pour me déstabiliser. Pourtant, très vite je fis le lien entre ce mot et un passage de ma propre histoire. Faisait-on allusion au temps que j’avais mis à manifester mon Kekkei Genkai ?

« Qui es-tu bordel ? »

Un rire sadique. Une silhouette se détachant des flammes et à nouveau un visage qui me semblait familier. Shinji pourrait voir cette ressemblance que mon esprit refusait de réellement constater. Il fallut qu’on me le fasse remarquer.

_ Ne vois-tu donc aucune ressemblance entre toi et moi Zennosuke ?




L’individu ouvrait les paumes de ses mains, écartant ses bras de son corps, comme s’il se présentait. Il avait l’air dément. Il l’était réellement. Et pour la première fois, l’homme daignait dégainer son katana. Lentement, comme s’il tirait un plaisir certain à nous faire entrevoir le futur proche. Notre mort ? Probablement car au moment même où mon regard croisait le sien, je fus saisi d’une effroyable douleur : des barres de chakra, sortis de nulle part, s’étaient empalés dans mon corps m’empêchant le moindre mouvement tandis que lui… disparaissait pour apparaître devant Shinji, prêt à l’empaler.

Je n’entendis que le son distinctif de deux armes qui s’entrechoquent. Puis une mélodie significative de deux lames violemment heurtées l’une contre l’autre à un rythme soutenu. Je ne pus suivre ce combat entre cet adversaire infatigable et un shinobi nouvellement intervenu. Je ne pouvais me mouvoir, baignant dans une douleur quasi impossible à soutenir, mais je savais que tout ceci ne pouvait être réel. Je ne pouvais humainement pas me faire avoir aussi vite et aussi bien… Mais je ne pouvais rien faire. Car j’avais perdu mon seul moyen de contrer les genjutsu. Impuissant je tombais genoux à terre.

Là-bas, le son du combat indiquait que le shinobi intervenu tenait la dragée haute à cet homme. J’entendais, ou plutôt je sentais cette odeur de cendre… Atsu’ était là. Un sourire. Avant ce bruit de lame pénétrant la chair. Que s’était-il passé ? Je ne saurais le dire. J’étais proche de la rupture pour ma part.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji] Mar 21 Avr 2015 - 2:58

Qu'importe votre puissance, votre humeur et j'en passe, lorsque vous entamez le voyage en direction de votre maison, un sentiment bien particulier vous envahi. Je me sentais calme et en paix avec moi-même. C'était une chose très rare contenue mes tendances pour le cannibalisme. Il est vrai que la nourriture que je chéris tant me manquait, mais je devais faire l'impasse sur ce détail et profiter de cette émotion qui me submerge. Une grande respiration et je pouvais contempler les différents sentiers et montagnes qui se présentent à moi.

Le nombre de membres de notre groupuscule c'était divisé par deux, car les jeunes femmes devaient remplir leur rôle au sein de Tetsu no Kuni. En effet, ces dernières devaient présenter et mettre en place une nouvelle unité qui avait un très grand potentiel. Par conséquent, la route du retour se faisait à deux. Le Godaime Raïkage et moi-même.

Notre périple se faisait dans un silence monacal. On pourrait croire que Zennosuke et moi sommes en froid, mais pas du tout. Nous étions, tous deux, des hommes d'action. Bien entendu, lorsque la discussion est nécessaire, nous parlons, peut-être trop. Cependant, quand des banalités futiles sont les seules potentielles paroles, nous savons nous taire. Le Seki est Raïkage et je suis son Conseiller. Nous ne sommes pas n'importe qui. De ce fait, notre voyage s'opérait dans le silence. Qui plus est, vu d'où nous venons, le silence est plus que justifiable.

La délégation de Kumo venait tout juste d'assister aux glorieuses funérailles du défunt Seigneur Teichiro. Nous avons vu des larmes, de la colère, de l'incompréhension. Face à cette palette de sentiment, les shinobis que nous sommes ont préféré se réfugier dans le silence. Ce dernier est salvateur et protecteur et permet de ne pas trop s'aventurer dans des paroles mal tournées et non voulues.

Cependant, ce silence se brisa lorsque Zennosuke vit un homme assis non loin de nous. L'inconnu n'avait aucune volonté de bouger, pour l'instant. Il portait des vêtements sombres dont une longue cape. Il cachait son visage par le biais d'un grand chapeau de paille que l'on nomme Kusa. Le Kage lui demanda de décliner son identité et ce dernier répondit par un large sourire et une poussée pour lever son corps frêle. Il posa la main sur son arme et mon instinct m'indiqua de me mettre en garde et de prévenir Zennosuke.

Je tournai alors la tête et vis, à ma grande surprise, que le successeur de Tsumei avait complètement disparu. Rapidement, j'observai les alentours et ne vis rien pour m'indiquer la nouvelle position du Raikage. Je me concentrai alors sur cet inconnu qui affichait toujours ce large sourire. Pour tester les capacités de cet homme, je déployai les fils de mon dos afin d'invoquer une créature qui lança une dizaine de fils en direction de l'homme en question. Ce dernier disparut à son tour avant que mon attaque parvienne à sa destination. La créature retourna en moi et j'étais là, à rester sur mes gardes.

Je ne comprenais que trop peu l'étendue de la situation. Pourquoi tout le monde avait disparu. Est-ce le pouvoir de cet inconnu ? La réponse arriva plus vite que prévu. En effet, d'un seul coup, tout l'environnement disparu et j'amorçai alors une descente dans un espace blanc qui semblait infini. J'avais l'impression de chuter dans le néant. Cette sensation ne s'arrêtait pas et la panique venait peu à peu. Il était maintenant clair que j'étais dans un Genjutsu. Cependant, je ne possédais pas les compétences nécessaires pour m'en extirper seul. Je devais faire confiance à mon allié, Zennosuke.

Après un certain temps que je ne peux pas quantifier, j'étais de retour dans le monde réel. Le Raïkage se tenait près de moi, le corps légèrement courbé avec la main sur le ventre. Ses vêtements étaient en mauvais état et son corps aussi. Un rapide coup d'œil pour constater que notre adversaire était, quant à lui, amoché, mais pas autant que le Kumojin. Mon coéquipier me mit en garde contre cet homme qui était largement supérieur à lui. J'avalais d'un seul trait ma salive et me concentrai instantanément sur le combat. Si cet inconnu est plus fort que mon supérieur, je devais redoubler de prudence. D'après leur brève conversation, les deux hommes semblaient se connaître. En regardant le Seki, j'observai que ce dernier n'avait pas l'air de réagir aux propos de son antagoniste. Néanmoins, je n'avais pas le temps de me concentrer là-dessus.

L'épéiste apparu devant moi afin d'asséner un coup sur ma personne. Ma réaction fut immédiate. En concentrant mon chakra Fûton dans mes pieds, j'accélérai ma vitesse afin de charger sur le côté pour esquiver la lame froide de mon ennemi. Me trouvant sur son flanc, j'en profité pour lui asséner un simple coup au niveau des côtes. Ce dernier encaissa le coup sans broncher et se replaça en vitesse. Le bougre ne devait pas s'attendre à mes capacités en combat rapproché. Seulement, ce n'était pas la seule corde à mon arc. En effectuant une série de mudras, les cicatrices de mon dos se déchirèrent pour laisser place à deux créatures composés de fils. L'assaut commença. Ma créature utilitaire se mit à ma gauche et ma créature offensive ce mot à ma droite. Je fais face à l'ennemi qui gardait sur son visage, ce fameux sourire. J'entourai alors ma main d'une aura Fûton me donnant accès à un tranchant destructeur. Je fonçai en ligne droite tandis que mon monstre offensif envoyait une trentaine de fils en direction de l'inconnu. Cependant, ce n'était pas fini. Ma créature utilitaire envoya de nombreux fils afin de paralyser un membre de mon adversaire. Tout était calculé.

Du moins, c'est ce que je croyais. Le bretteur esquiva en un clin d'oeil les attaques de mes créatures et fonça sur moi, lame en avant. Grâce à mon aura tranchante, je pouvais rivaliser avec son sabre. Ma main tenait fermement la lame par laquelle il tentait de me tuer. Finalement, je lâchais cette dernière afin de stopper la technique pour éviter toute perte de chakra. L'épéiste ne perdit pas de temps et retenta une charge en ma direction, lame en avant une nouvelle fois. N'ayant que peu de temps, j'activai mon armure de fils, mais j'étais trop lent. Il transperça cette dernière et me laissa une profonde entaille sur le dos. J'avais réussi à limiter la casse grâce à mon armure incomplète, mais la douleur était présente.Je savais pertinemment que je ne pouvais pas battre cet homme sans Zennosuke et encore moins en combattant comme je le fais. Je devais opter pour une nouvelle tactique.

Cette dernière était toute dessinée dans ma tête. La surprise. Toujours craindre un homme qui n'a plus rien à perdre. Nos regards étaient fixes et nous attendions tous les deux, que l'un fasse le premier pas. Pour le coup, mon adversaire me lança une grande boule de feu que je contrai avec un simple mur de fils. Cependant, le bretteur apparut dans mon dos afin de me lacérer la jambe. Je mis alors un genou à terre et l'homme en noir semblait prêt à mettre fin à ma vie. J'attendis le tout dernier moment pour bloquer l'épée avec ma main. On pouvait apercevoir le sang coulait autour de mes doigts. Je tenais fermement la lame et très vite, les fils de mon bras se déployèrent afin de paralyser le bras armé de mon adversaire. D'un autre côté, ma créature utilitaire lança à son tour des fils pour immobiliser l'autre bras de cet homme. Une fois cela fait, je devais terminer la dernière étape de mon plan. En effet, le Godaime ne réagissait pas depuis tout à l'heure et je supposais, à juste titre, qu'il était à son tour, dans un genjutsu. Pour lui permettre de revenir dans le combat et de donner un coup décisif, je projetai mon bras afin de toucher la poitrine de Zennosuke et de le libérer de son Genjutsu. Ma main gauche était sur le Seki, relié à moi par des fils et ma main droite était en sang. Mon état était alarmant et ma réserve de chakra était bientôt dans le rouge. Le Raïkage devait en finir avec ce combat, car mon aide allait très vite être limitée.

« Raïkage-sama ! Tuer-le ! Maintenant ! »



Anciennement

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji] Ven 24 Avr 2015 - 2:03

Je revenais à moi. Un rapide regard sur le côté et je constatais mon erreur. Ce n’était pas Atsu’ qui était là. C’était plutôt, Shinji. Monjara Shinji. Mes yeux se plissaient tandis que je constatais la position délicate à laquelle il avait contraint son adversaire. Notre adversaire ! Mon coup d’œil se prolongea un peu plus d’une seconde sur le Chef Monjara. Tout juste assez pour prendre l’entièreté de l’information concernant son état physique, mental et son niveau de chakra. Je remarquais rapidement qu’il était près de la rupture.

Je me relevais. Prestement. Moi aussi, je n’étais plus très loin de la fin. Mais il me restait encore de quoi détruire cet homme. Je retirais mon ninja-to de son fourreau et fonçait vers notre adversaire. Aussi vite que je pus, avec une détermination que je n’avais plus connue depuis des mois, probablement des années. L’ivresse d’un combat difficile. Mes pas en tous cas, me menaient à une vitesse dont je ne me pensais plus capable. Au pas de charge, je fondais sur notre adversaire arme pointée vers lui. Un cri de rage rythmait ma folle course. J’allais l’empaler. J’y étais presque. Mais… Ce sourire insolent affiché sur le visage de mon adversaire aurait dû m’édifier sur l’issue de ce combat.

A l’endroit même où cet homme devait être transpercé, ma lame traversait le néant. Le vide. L’immatériel. J’écarquillais des yeux devant cette « désagréable surprise » tandis que je traversais moi-même le vide où, un instant auparavant, se trouvait ce shinobi. Je roulais au sol et posais un pied à terre, genou gauche sur le sol, yeux rivés vers Shinji. Notre adversaire avait tout bonnement disparu. Et ce coup-ci, je peux affirmer qu’il ne s’agissait pas d’un genjutsu.

Un ricanement se fit entendre un peu partout autour de nous. Un rire sadique. Je m’impatientais.

_ Qui es-tu ? Et que me veux-tu ?

Aucune réponse. Plus aucun bruit. Pendant quelques secondes. Je pressentais le coup. L’entourloupe. Les choses n’étaient pas terminées. Je me redressais. Prêt à réagir à toute éventualité. Cette précaution fut salutaire. Car au moment même où cet homme apparaissait devant moi, je parvenais à m’extirper du périmètre où je me trouvais, de manière inexpliquée. Je m’étonnais moi-même ? Depuis combien de temps n’étais-je pas parvenu à pareille prouesse ? Mes aptitudes en taïjutsu s’étaient vues réduire avec le temps. Depuis cette période où j’avais opté pour le fuinjutsu.

Je venais de prendre position auprès de Shinji. La voix de notre adversaire résonnait à nouveau, mais elle semblait plus lointaine.

_ Entraînes-toi. Accrois tes capacités physiques, tu en auras besoin... On se reverra très bientôt.

Je me tus. Je comprenais où il voulait en venir, même si je ne comprenais toujours pas pourquoi tout ceci s’était passé. Pourquoi ? Qui est-il au fond ? Ma main sur mon ventre, au-dessus de mon nombril, j’avais pour seule réponse ce sceau complexe, dont le centre était mon nombril. J’avais perdu mes aptitudes en fuinjutsu. Je le sentais. Mais en moi, renaissait un art perdu depuis ma tendre jeunesse… L’art du corps à corps. Était-ce ce qui était recherché ?

« Pourquoi ? questionnais-je.

_ Pour ton propre bien. Mon fils...

J'écarquillais des yeux, sous le choc de cette révélation. Comme si le temps s'était arrêté, il me semblait que tout autour de moi n'existais plus. Pendant quelques secondes, j'étais comme reclu dans mes propres pensées. Le doute s'installa. Remettre en cause ces mots était la seule issue. Il n'y en avait pas d'autre, car tout ceci ne pouvait être vrai. Après tout, l'histoire que l'on m'avait conté de mon père laissait entendre qu'il était mort. Quelle autre fin pour un homme dont la puissance était respectée au sein du clan Seki ? Un homme de ce gabarit, loyal au village et aussi puissant qu'il ne l'était ne pouvait "disparaître". Non. Impossible.

Quelques secondes s'étaient écoulées. Je reprenais mes esprits. Je ne devais pas me laisser avoir par de telles inepties. Notre combat était terminé. Une certitude car je ne sentais plus la présence de cette homme au chakra incommensurable.

Je soutenais Shinji. Il était temps de rentrer. Pour de bon. Ce coup-ci, l’on pouvait espérer que nous ne serions pas interceptés. Il valait mieux pour nous que les choses se passent ainsi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tu étais porté disparu... [Solo/Shinji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-