N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 356
Rang : A

Message(#) Sujet: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Lun 20 Avr 2015 - 15:23

Spoiler:
 

Voilà, Arekushi est mort. Le dernier membre encore connu de ma famille n'est plus. J'ai encore du mal à y croire. Pourquoi ? Pourquoi le retrouver après dix ans de séparation, pour qu'il meure un an et demi plus tard ? Dont plus de six mois passés sans le voir, merde ! On était biens tous les trois, mon frère Yanosa et moi. Une bonne équipe. On aurait pu aller loin tous ensemble. Mais au lieu de ça il y a eu cette foutue île qui lui a retourné le cerveau, qui l'a gardé prisonnier durant des mois... Et à son retour il ne m'a même pas adressé la parole, il m'a même évitée ! Enfin si, il m'a parlé. Juste avant de mourir. Pour me dire qu'il n'a jamais considéré les Jisetsu comme sa propre famille. Donc moi y compris...

Le voyage de retour s'est fait silencieusement. Je n'avais pas vraiment envie de parler. Juste tous les deux, mon sensei et moi. Il a ramassé le corps de mon frère avant qu'on ne parte de là bas. Et une fois arrivés au Shukai, je lui ai demandé de me laisser seule. J'espère qu'il ne va pas croire que je compte replonger dans l'alcool. Ce serait une possibilité, remarque. Mais non, je ne suis plus cette Asuka là. Celle qui fuyait les problèmes en se voilant la face. Oui, je dois affronter ça, même si ça fait mal. Moins que je ne l'aurait cru, au final. Il faut dire que durant son absence je me suis faite à l'idée qu'il puisse être mort. Et voilà qui est fait.

C'est étrange. Je me surprends à penser que j'aurais préféré ne jamais le revoir, qu'il ne revienne jamais de l'île. C'est ce que je lui ai balancé à la tronche avant qu'il ne meure. Je lui ai balancé des horreurs pour lui faire mal, lui en faire autant qu'il m'en faisait. Mais en fait... Je les pensais, ces paroles. On partageait des liens du sang. Mais ces liens n'ont d'importance que celle qu'on leur donne. Et lui, puis-je vraiment dire qu'il était mon frère ? Puis-je vraiment l’appeler ainsi ? Je soupire et me relève de son lit, sur lequel je suis assise. Je regarde une dernière fois sa chambre que j'ai entièrement dévastée pour me défouler. Puis ferme la porte derrière moi.

Je suis rentrée il y a à peine quelques heures. Je vais devoir aller annoncer ça. A tous ceux qu'il connaissait. A tous les Jisetsu. Pour qu'ils assistent à son enterrement. Non, pas son enterrement. Mais à sa crémation. Yanosa m'a bien dit qu'il fallait que je le regarde brûler. Rapport à cette marqe maudite obtenue sur l'île, je suppose. Peu importe. C'est peut-être mieux de n'avoir aucun endroit sur lequel se recueillir. Et puis ça m'aurait fait mal de l'enterrer à côté de nos parents. Quand je pense qu'il s'est entraîné à manier la lave ! La lave, merde ! C'est ce qui a tué nos parents ! Et ce doute... Et si jamais c'était lui qui les avait tués, nos parents ? Et qu'il avait caché cette faculté durant tout ce temps ?

Je profite d'être seule sous la douche pour pleurer un bon coup. Sans que personne ne me voie. Car ensuite... Il faudrait être forte. Et ça va être difficile. Je ne veux pas qu'on me voie comme quelqu'un de faible qui passe son temps à chialer. Alors je dois le faire quand il n'y a personne. Bordel, dire que je vais devoir supporter les regards de tout le monde quand ils auront appris ça... Mais bon, j'y suis habituée, non ? C'est pas comme si j'étais pas une Jisetsu sans kinnegan, hein ? Sérieux après ça, je file enfin à Shimo pour retrouver des traces de ma famille. Je crois que ça me fera du bien de changer d'air.

Me voilà à marcher dans le Shukai. Je ne sais pas trop comment décrire l'ambiance qu'il règne dans les rues. J'ai l'impression que tout le monde se jauge du regard. Mais c'est peut-être moi qui me fait des films, après tout. Après quelques minutes de marche, me voilà devant la porte du bureau de Samui Kakeshuou, ancien capitaine de l'Ôdâ. Mon ancien capitaine, devenu empereur. Et alors que je lève le bras pour frapper, je me pose une question stupide : est-ce qu'il est encore ici, au moins ? C'est vrai quoi il est empereur maintenant, il n'est plus capitaine, membre du triumvirat. Et pour un type à l'égo sur-dimensionné qui vire les autres capitaines pour avoir le pouvoir à lui tout seul, est-ce qu'un simple bureau est à sa hauteur, hum ? Je hausse les épaules. Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir. Je frappe et attend. Oh, une réponse ! J'entre et le salue respectueusement.


- « Capi... Empereur Kakeshuou. J'ai quelque chose à vous annoncer. »

Je prends une profonde inspiration avant de me lancer.

- « Le jônin Jisetsu Arekushi est décédé. »

Oui, ce qui me servait de frangin quoi. Mais c'est pas plus mal de dire ça comme ça, au moins ça me permet de rester détachée. Enfin d'en avoir l'air, en tous cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Dim 10 Mai 2015 - 14:01



La nouvelle tombait de façon assez … drue ! Mais que faire d’autre ! Il est des choses que l’on ne peut temporiser, peu importe le pouvoir que l’on détient entre ses mains. Il faut apprendre à réceptionner la nouvelle, à se dire que seul le Destin peut jouer une part omniprésente dans chaque domaine. Peu importe le grade de la personne : Genin comme Empereur ne peuvent lutter contre les décisions de la Nature.

Kakeshuou était en train de ranger certaines affaires et papiers. Le Shozaichi s’apprétait à connaître de très nombreux changements ; pas très étonnant, après le changement de pouvoir qui était désormais officiellement établi. Il avait déjà donné une série d’ordres, et attendait d’avoir quelques retours. Ceux-ci seraient porteurs d’une double décision. Voir si ses décisions étaient admises, respectées et agréées par les Forces du Shukaï ; et si des éléments extérieurs viendraient perturber l’établissement du nouveau Régime. Mais il fallait croire que même le Destin ou une chose aussi énigmatique que cela pouvait encore s’opposer à la création de l’Empire des Nations Neutres … .

Cette brusque nouvelle pour le moins inattendue laissait donc un arrière-goût désagréable dans les premières semaines de l’Empire. Le Kamui préférait cacher sa réaction réelle face à l’auto-invitée, qui restait là à attendre. Certes, c’était une double perte majeure. Que ce soit pour l’intérêt de la Nation ou pour cette femme qui y perdait son seul frère. Une chose bien triste, que l’Ancien pouvait comprendre puisqu’il avait fait face aux mêmes épreuves par le passé. Et pourtant, notre homme dissimulait d’autres pensées. Suite à son retour de l’île, l’homme n’était plus resté le même. Plus ténébreux, plus secret, il avait été un acteur majeur de la dissolution du Triumvirat et de ses premières actions. C’était un homme difficile à contrôler, mais qui avait été d’une aide précieuse. Qu’il disparaîsse maintenant était à coup sûr un crève-cœur ; mais que l’Ancien devrait dépasser afin de voir plus loin.

Face à l’invitée, il était resté un temps silencieux. La nouvelle l’atteindrait-elle ? Peu importe ; il abandonna son rangement, et se permit de s’asseoir comme pour encaisser la nouvelle. A la vérité, c’était une sacrée for ce de frappe qui disparaissait ainsi … . Sans doute fallait-il trouver une source de remplacement ? Quelque chose qu’il éviterait sans doute de proférer devant la jeune femme. Mais il n’en demeurait pas moins qu’il se devait de répondre. Au moins d’une quelconque façon.

~ Je partage ta peine, bien que d’autres affaires retiennent mes larmes. Je suis conscient que c’est une grosse perte pour toi, et j’espère que tu sauras la dépasser. Si je peux te donner un conseil, c’est de te plonger dans le travail pour retrouver un sens à tout cela … .

Une réponse bien froide et platonique ! En même temps, attendre du quinquagénaire qu’il fasse preuve de tristesse alors qu’il n’avait pas versé une larme pour sa propre petite-fille ; c’est vous décrire un peu plus la monstruosité du bonhomme ! Quoi qu’il en soit, il avait déjà fait sa part dans cet échange. Et il avait beaucoup à faire. Cette femme devait apprendre à se redresser face à tous les évènements qui viendraient contre elle. Elle avait sans doute déjà beaucoup souffert, mais il fallait toujours voir plus loin.

Dans quel but relancer la conversation ? Aucune idée. Mais Kakeshuou Samui se prenait soudainement à lui poser des questions. Sans doute un moyen de garder contact avec le peuple qu’il voulait défendre et glorifier au sein du Nouvel Empire. S’y attendait-elle ? Peu importe. Toujours est-il que le Kamui avait des questions, principalement sur les progrès et avancées de la jeune kunoichi et ses talents. C’était un cas très particulier : il savait qu’elle était membre du Clan Jisetsu, sans pour autant jamais avoir éveillé ses pupilles. Un cas à part, dirons-nous. Elle avait également été un acteur caché, mais majeur, dans le renversement des Choses, alors que c’était une de ses missions qui avait dévoilé la supercherie des Daimyos. Enfin, elle restait l’élève du non-moins fameux et célèbre Guerrier Rouge ; personnage énigmatique, pour ne pas en dire plus. Prendre des nouvelles d’un ami éventuel, ou contrôler les actes d’un homme qui restait sujet à de nombreux mystères ?

~ Comment se porte Yanosa Oterashi. Il est toujours ton Senseï, je crois. C’est un homme à qui j’accorde beaucoup d’importance et d’intérêt. Sans doute comme toi, n’est-ce pas … .

Ce n’était pas vraiment une question … . Que cherchait vraiment à savoir l’Empereur à ce sujet … ? …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 356
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Dim 7 Juin 2015 - 14:23

Et je reste debout, plantée là, à attendre. A attendre je ne sais pas quoi d'ailleurs, une quelconque réaction. De la compassion? Non. Je m'en fiche de ça. Je ne veux pas être celle qu'on regarde avec de la pitié dans les yeux en se disant « pauvre petite ». Non, pas ça. Jamais. C'est peut-être pour ça que j'attends là, devant mon supérieur. Pour savoir quoi faire pour la suite, quoi faire pour avancer. Il reste silencieux aussi, dans un premier temps. Peut-être encaisse-t-il la nouvelle.

Puis il prend la parole. Le travail, hein ? Ouais, je ne vois que ça. C'est ce que j'ai toujours fait depuis mon arrivée au Shukai, de toutes façons. L’entraînement, encore et toujours. Tous les jours. Je n'ai pas arrêté. Enfin, c'est faux. J'ai arrêté à notre retour de l'île. Quand je pensais déjà l'avoir perdu. Que nous sommes revenus sans mon frère, l'un des seuls à être resté là bas. Ouais à cette période là j'étais vraiment pas bien. Mais au moins, ça a servi à une chose...


- « J'ai déjà cru l'avoir perdu par deux fois. Ça ne fait qu'une troisième fois. Même si maintenant c'est définitif. »

Oui, je me suis déjà préparée à cette perte. Et là, il ne reviendra plus c'est certain. Et tant mieux, vu qu'il sombrait dans la folie. Ce qu'il a dit, ses derniers mots... Je crois que je ne les oublierait pas.

- « Je n'ai pas l'intention de faillir à mes devoirs, si c'est ce qui vous inquiète. »

De nouveau une profonde inspiration. Un air détaché, un air détaché ! Ne craque pas devant ton capi... Ton empereur, Asuka. Ton deuil tu l'as déjà fait deux fois. C'est bon, tu ne vas pas faire que ça ! Ouais, c'est ça. Je venais juste faire un rapport de la situation de toutes façons. Le silence s'installe et je me demande si je dois partir. J’ai dit ce que j'avais à dire, il a dit les mots de circonstance. Fin du chapitre, on passe à autre chose. Et ce autre chose, c'est mon sensei. Je sursaute un peu, et le fixe longuement. Que veut-il vraiment savoir ?

- « Il va bien... »

Comment pourrait-il en être autrement ? Il est immortel, sérieux ! Il s'est ouvert le bide devant moi dans ma cuisine et il était toujours en vie ! Il s'est même recousu tout seul ! Top flippant et classe en même temps ! Même qu'on a dû tout nettoyer ensuite, pff... Ha ouais et sinon, depuis l'attaque du Shukai il a « légèrement » changé de personnalité. Mais juste un peu, hein.

- « Même si on est plus que deux dans l'équipe, je reste son élève et il veille sur moi. J'essaie de suivre son entraînement et de devenir aussi forte que lui. Pour le Shukai. »

J'esquisse un léger sourire.

- « Mais la barre est haute. »

Oui, je l'admire, il est tellement fort. Mais ne dit-on pas d'apprendre à viser les étoiles pour atterrir dans les nuages ? Plus je vise haut et plus je deviendrais forte, même si je n'ai aucune chance d'atteindre son niveau un jour. Je change d'expression, légèrement inquiète.

- « Vous n'avez pas l'intention de nous faire changer d'équipe, hein ? »

Ouais, pourquoi toutes ces questions ? Et s'il croit que je vais lui donner des infos top secrètes sur lui, il peut se fourrer le doigt dans l’œil, et jusqu'au coui... coude ! Est-ce que ça veut dire qu'il le surveille de près... ? Ça veut dire quoi ça : « j'y accorde beaucoup d'importance », hum ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Lun 8 Juin 2015 - 18:43


~ Rassure toi, je ne compte pas te séparer de ton Capitaine d’équipe. Vous formez un duo déjà précieux et des plus utiles pour l’Empire. Je n’ai aucun intérêt à séparer une équipe aussi performante … .

Le tout était dit sur le ton de la plaisanterie. Notre Empereur n’avait aucun intérêt à agir de la sorte : il savait les deux gens complémentaires, résultant en une augmentation majeure de leurs capacités de combat en équipe. Et étant donné leurs nouvelles fonctions au sein du Shukaï, ne pas briser cet équilibre était des plus nécessaires … . De plus, avec la Seigneurie de Guerre de Kusa no Kuni, le Guerrier Rouge parviendrait certainement à développer ici un secteur important de l’Empire. Même si tout cela devrait être gardé à l’œil, histoire de ne pas voir naître une quelconque forme de fanatisme populaire … .

La jeune Asuka restait malgré tout somnolante. La mort de son frère avait beau ne plus être une surprise pour elle, cela n’en restait pas moins un choc. Elle aurait finalement préférer le voir mourir de ses yeux dès la première fois, et s’échouer sur le champ de bataille. Une belle mort, clean, bien orchestrée, sans suspens et retour de cœur. Car c’était finalement le plus gros défaut : à force d’être entouré par la Mort, ne tend-on pas à l’ignorer et à se laisser noyer dans les fluctuations aléatoires de la vie … ?

Si tu broies du noir, jeune fille, je te trouverais une occupation sans faute. L’Empire se doit encore de défendre ses positions et ses acquis. Et ils seront nombreux, ceux qui veulent déstabiliser ce nouveau Régime promis à un brillant avenir. Vous tous, Adversaires, qui ne voyaient en nous qu’une cible à abattre, vous ne tarderez pas à être surpris. Car la défense de nos idéaux nous poussera plus loin que quiconque. Et ceux qui s’opposeront au Progrès n’auront pour destin que de goûter aux racines.
Dans ce même topic, la jeune Jisetsu devait jouer un rôle capital. Depuis l’entrée des Jisetsu dans le Shukaï, il était important que ce Clan affirme son identité et accentue sa puissance, pour être exploité sur le premier plan.

~ La mort de ton frère est d’autant plus embarrassante pour moi que j’espérais qu’il attendrait rapidement la place de Chef de Clan. Il aurait alors porté son Clan vers les sommets, et aurait pu vous garantir un avenir certain. Enfin … j’ignore ce que tu as prévu à son sujet ; mais j’utilise ce moment pour formuler une proposition. Si tu veux me confier son corps, je souhaiterais l’examiner sans pour autant l’offenser, pour comprendre davantage cette marque étrange qui faisait de lui un acteur majeur face aux Furyous … . Si cela te convient, je lui offrirai également des funérailles dignes de ce nom. J’espère que cette offre ne te contrariera pas … .

Y avait-il un intérêt particulier de la part de l’Empereur à ce sujet ?! En vrai dire, pas grand-chose, si ce n’était la sécurité du Shukaï. Beaucoup de mystères pesaient au dessus de l’identité des Furyous. Il demeurait donc important d’exploiter toutes les ressources à disposition. La jeune sœur accepterait-elle que son défunt Frère accomplisse son Devoir jusqu’au bout ? …

~ Et je me dois d’aborder avec toi un autre sujet important : celui de la place des Jisetsu au sein de l’Empire. Nous recherchons depuis un certain temps quelqu’un pour assurer le rôle de Chef et de représentant au sein de l’Empire, comme de l’Alliance des Pays Neutres. Ton Frère était évidemment le candidat, mais maintenant … . Je pensais à toi afin que tu prennes cette responsabilité ; mais les rumeurs disent que tes pupilles ne sont pas éveillées … . Et je ne tiens pas à élever à ce rang quelqu’un qui pourrait déclencher de nouveaux conflits au sein de ta Race … . Qu’en penses-tu ?

C’était une question importante. Car il fallait donner plus d’importances à certains Clans qui auraient certainement un grand rôle à jouer à l’avenir. La prospérité du Clan Samui, à travers l’Empire et ses principaux fonctionnaires, était assurée. Mais il fallait également prendre en compte les autres Races. Si les Samui étaient les seuls à s’élever, occuper le sommet de la pyramide risquait de devenir plus ennuyeux que prévu. Blague à part, il fallait également donner un peu plus de poids aux autres acteurs. Dans ce sens, certains s’étaient vus confier des responsabilités dans les Gouvernements de Terres Impériales ; d’autres occupaient des places secrètes au sein d’Unités Spéciales. Les Jisetsu ne devaient pas manquer à cette règle. Mais étant donné leur situation présente … et la situation actuelle … la chose était difficile. Seule Asuka, élève de Yanosa Oterashi, s’était assez élevée pour obtenir quelque titre et récompense jusqu’à présent.

~ Et pour en revenir rapidement à Yanosa, tu n’as pas à t’inquiéter quant à mes intentions. C’est un homme certes étrange, mais qui reste fort et dévoué. Il sera l’un des piliers majeurs de l’Empereur à l’avenir … . Même si je ne doute pas une seconde qu’il aura fait comme premier investissement la création d’un sanctuaire à Kusa pour « Jashin-sama » …

Un léger sourire en coin. Même si l’homme avait longtemps été victime de maux de tête et de perte de mémoire, sa dévotion pour Jashin resterait éternellement dans la mémoire de notre Kamui … . Quelle idée, cette histoire de Dieu gouvernant les actes des hommes ! …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 356
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Mar 9 Juin 2015 - 21:08

Je pousse malgré moi un soupir de soulagement. Je crois que ça aurait été la cerise sur le gâteau si j'avais dû être séparée de mon sensei. Plus aucun repère... Je lui adresse un sourire un sourire, comme pour le remercier. Sourire qui s'efface quand il reprend la parole. On est repartis sur le sujet de mon frère. Il le voulait à la tête du clan... ? L'idiot, il a tout gâché ! Il aurait certainement pu succéder à l'archiviste, il aurait pu être chef de clan. Il avait un grand avenir... Et à cause de son maudit pacte avec cette île, il a sombré dans la folie. Non, c'est faux. Il l'était déjà avant. Mais avait réussi à le cacher jusque là...

- « Si ça peut servir à quelque chose... Alors oui. Mais je veux être là, je veux voir ce que vous lui faites. Et pas n'importe qui, un nombre limité. Inutile que les gens sachent qu'il était lié à ces... Trucs. »

Suis-je au moins en position pour poser des conditions ? Aucune idée. En parlant d'idée, une autre me vient en tête. Je détourne le regard, gênée.

- « En fait, concernant ses funérailles... Yanosa sensei pensait que le faire brûler serait plus judicieux. Au vu de cette.. Marque... Mais... En fait... »

Je joue nerveusement avec mes doigts. Je ne sais même pas si c'est possible, ce que je veux lui demander. Je relève la tête et prends mon courage à deux mains :

- « Même s'il était... Ce qu'il était... Qu'il a essayé de tuer Hiko à la fin, et que sur l'île il m'a balancé un genjutsu... Qu'il était un criminel et bien plus encore... J'aimerais quand même, si c'est possible... Qu'il soit enterré à côté de mes parents. »

Je reprends mon souffle, avant de continuer.

- « A Mizu no kuni. Vous croyez que c'est possible ? Je veux dire... C'est loin, non ? »

Je hausse les épaules.

- « Ça reste mon frère. Et leur fils. Ce serait plus logique qu'il soit à leurs côtés. »

Oui malgré tout ce qu'il a pu faire ou dire, nous sommes du même sang. Et rien ne pourra jamais changer ça. Qu'on le veuille ou non. Il aborde ensuite un autre sujet. Et j'éclate de rire suite à sa proposition. Moi... ? Avant de me reprendre.

- « Merde... Vous êtes sérieux ? »

Je retrouve mon calme, avant de réfléchir à ce qu'il m'a dit. Et sa dernière phrase me fait sursauter. Je lui lance un regard étrange. Mince, il sourit là ?

- « Comment vous savez... ? »

Question qui n'attend pas vraiment de réponse, même si je suis curieuse. J'aurais pensé que le guerrier rouge était plus discret sur son lien avec son Dieu. Ainsi... C'est donc qu'il a confiance en lui aussi, s'il lui a dit. Enfin je suppose que c'est ça. Mais je reviens à sa question, plutôt importante. Et je me permets quelques instants de réflexion, les bras croisés.

- « Franchement... Si un jour on m'avait demandé si j'acceptais une gamine alcoolique et perdue sans le pouvoir héréditaire du clan pour être à sa tête, j'aurais certainement dit non direct. »

Je lui souris, avant de le regarder droit dans les yeux.

- « Mais on ne m'a jamais demandé ce genre de choses. Alors que pourtant, j'ai toujours été là. Et malgré que je n'ai jamais éveillé ces pupilles, j'étais tout de même fière de porter ce nom. Et je le suis encore, bien sûr. »

Sa demande fait naître un sentiment de fierté en moi. Mais pas de la fierté sans aucun sens. Je suis fière du travail que j'ai accompli jusque là. Mes efforts ont payé, et même l'empereur m'a remarquée. On dirait que la gamine perdue et rejetée a enfin trouvé sa place. Mais quelque chose me titille quand même.

- « Mon frère était le mieux placé pour prendre la tête du clan, c'est vrai. Mais il a préféré suivre ses propres objectifs. Il y avait aussi Homura. Mais il a disparu. Mais j'imagine qu'il y a certainement d'autres personnes mieux placées que moi pour ce poste... »

Je laisse passer quelques secondes, avant de poursuivre.

- « Alors, pourquoi moi ? Parce que je suis la sœur de celui qui était le mieux placé ? Ou bien pour autre chose ? »


J'avoue que je suis curieuse et que j'aimerais bien entendre sa réponse. C'est vrai, il doit y avoir d'autres personnes plus réfléchies que moi pour ça. Plus âgées et plus matures. Plus au courant de tous les petits secrets du clan. Alors pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Mer 10 Juin 2015 - 19:46


Notant vaguement du coin de l’œil les réactions de l’hôte qui se plaçait face à lui dans ce bureau, notre homme avait enfin lâché son travail et s’était laissé s’enfoncer dans son fauteuil, sa seule main valide venant soutenir sa tête allourdie par la fatigue. Restant néanmoins concentré, il acceptait chaque réaction et chaque propos apporté par la Jisetsu. Il voyait bien que certaines propositions qu’il venait de lui faire étaient inattendues pour elle. Mais il ne pensait guère aux sentiments qui existaient derrière. Notre homme passait déjà à une autre étape : la rentabilité. C’est certes moche lorsque l’on parle des morts, mais l’Empereur ne tenait qu’à une seule philosophie : « Si tu veux honorer les morts, devient leur fierté de ton vivant. » Faire cette offre était sans doute inespérée pour Asuka, qui – comme elle le disait – avait longtemps été tenue à l’écart.

Mais ses nombreuses surprises méritaient sans doute des réponses. Et le cas de son frère la concernait toujours. Elle venait de faire quelque chose d’improbable : accepter que le cadavre de son Frère soit confié aux soins du Kamui, qui garantirait en échange le respect du corps et que ce dernier se charge de son enterrement. Convenant à ces premières attentes, l’homme se contentait d’acquiescer de la tête. S’il avait les mains libres sur ce doomaine, ses intentions n’en seraient que plus facilitées. Quant au désir de présence pour Asuka, cela ne représentait pas de problème.

Lorsqu’elle présenta sa requète – étrange demande ! – pour que son frère soit inhumé à Mizu, le Vétéran fronça les sourcils. Ça, par contre, c’était loin d’être la demande la plus simple qu’il ait eu à accomplir. De par ses recherches, le dirigeant de l’Empire des Pays Neutres savait bien que l’île était surveillé par d’autres puissances, qui ne voulaient pas reconnaître l’éveil d’un nouveau danger. Kiri éteinte, ces Pays s’étaient satisfaits de la situation et n’avaient pas bougé lors de la Catastrophe. Voir une expédition – sans savoir ses intentions – ne pourait apporter que méfiance et rejet de la part de l’Étranger … .

Cependant, il y avait certainement une solution. Bien évidemment, l’ancienne Alliance avait des vues sur cette île ; les désastres qui s’y déroulaient devaient prendre fin. Et pour un Régime prônant la Paix et la Sécurité, quoi de plus symbolique que de trouver ce lieu et de le transformer intégralement, afin de montrer quel objectif le ShukaÎ recherche au fond de lui … .

~ J’accède à chacune de tes attentes concernant ton frère et son enterrement … . Je ne peux par contre pas te garantir qu’il sera enterré à Mizu no Kuni … . Mais il sera conservé dans la Glace pour survivre au temps. Peu importe le temps, Arekushi sera mis en terre auprès de sa famille … .

C’était un engagement bien délicat ! Il n’y avait aucune garantie sur le temps que prendrait cette opération délicate. Une chose était en revanche certaine : dès qu’il serait congelé, le corps serait à l’abri des dommages du temps. Et son transport serait plus facile. Ne restait maintenant plus qu’à avoir ce corps inerte. Le Samui enverrait certainement un ou deux hommes le récupérer plus tard, si la jeune femme y consentait.

Le thème du Chef du Clan Jisetsu était le second cadre de la discussion. Et un thème des plus particuliers. Asuka semblait elle-même perdue dans cet échange où toutes les cartes semblaient lui échapper. Pourquoi venir à elle avec ce projet, pourquoi l’avoir choisi, comment avait-il autant d’informations à son sujet ; quels étaient les critères de sa sélection pour lui proposer ce poste ?
Notre homme conservait sa pose et restait concentré et sérieux : son regard était des plus explicites. Face aux interrogations de la jeune femme, notre homme revint un peu vers l’avant, ouvrant un tiroir du bas de son bureau. Il avait visiblement préparé la question depuis longtemps ! Il faut dire que, depuis l’intégration de ce Clan mythique dans les forces du Shukaï, il n’avait cessé d’observer cette Espèce se développer et se renforcer. Ancienne force de Kirigakure no Sato, elle faisait maintenant partie de cet ensemble qui devait garder sa cohésion et sa puissance à tout prix. En particulier après l’avènement de l’Empire. Le dossier imposant que l’individu à la crinière de Lion des Neiges prit à une main s’affaissa lourdement sur le chêne.

~ Asuka Jisetsu … originaire comme son frère de Mizu no Kuni … passe l’examen Chûnin et y échoue … développe une affinité avec le Métal … participe à de nombreuses missions, notamment à l’expédition d’exploration sur l’Île Inconnue … a affronté des serviteurs lors de la récente attaque ... se retrouve confronté aux gardes du Seigneur Féodal de Tori no Kuni et parvient à prendre la tête de l’équipe pour neutraliser leurs forces … élève de Yanosa Oterashi, semble faire preuve d’un profond attachement envers lui … .

Le regard de l’Ancien se braqua sur son interlocutrice.

~ J’ai évidemment fait attention à plusieurs cas, et le tien en fait partie. Et ce qui en est ressorti … c’est à toute situation où tu étais en danger, tu n’as pas fait usage de ton pouvoir Clanique. La justification qui en ressort semble assez claire : tu n’es pas parvenue à éveiller ton Kinnegan … . Maintenant, pourquoi je pense à toi ? Justement parce que tu n’y penses pas toi-même. Lorsque ton Clan a été intégré au Shukaï, j’avais pour engagement de lui trouver un Chef digne de ce nom qui puisse le guider. Ton Frère était le candidat idéal, mais il a trépassé. Et comme tu l’as dis toi-même, Homura n’est plus des nôtres. Or, je veux que les Jisetsu restent des membres de l’Empire. Ils sont de précieux alliés … et seraient un danger trop grand s’ils venaient à quitter nos rangs … .

Une menace ? Non, mais celui qui était désormais responsable et en charge de tant de vies se devait de voir tous les angles de chaque tableau. En l’occurrence, un Clan qui fait défection est un Clan contre lequel on peut se battre. Pour préserver cette Paix qui était chère à tous, notre homme était prêt à tout raser, tout brûler, tout anéantir, plutôt que de confier au Destin un si grand pouvoir.
Retour au fond du fauteuil.

~ Te placer à la tête du Clan est en soi impossible. Tout d’abord parce que je n’en ai pas l’autorité. Mais tu es celle qui a encore la tête sur les épaules, dans tous les sens du terme. Et en plus de cela, comme tu l’as toi-même fait remarqué, tu as su dompter tes instints et tes lacunes pour t’élever. Pour êtr eaujourd’hui l’une des combattantes les plus importantes de l’Empire. Ce poste te reviendrait de droit … . Mais le fait que tu n’aies pas éveillé ton Kinnegan te vaudra certainement le discrédit. Je te propose donc la chose suivante : occupe la place de Délégué de ton Clan, le temps qu’un Chef s’en distingue et s’en détache parmi les plus jeunes. Tu t’occuperas de sa formation et de son éveil, afin qu’ensemble, vous puissiez imposer le poids des Jisetsu dans notre Empire … .

Une proposition honnête … et des plus graves. Ce genre de proposition était lourd de conséquences, et il fallait être prêt à le porter sur ses épaules. Une seule question : Asuka Jisetsu en serait-elle capable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 356
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Jeu 11 Juin 2015 - 10:25

Nouveau soulagement. Mon frère sera enterré à côté de sa famille. Il reste juste un détail, un tout petit : Mizu ne nous appartient pas. Alors en attendant, il sera conservé dans de la glace. Je hoche la tête pour confirmer et dire que je suis d'accord. Ai-je vraiment beaucoup d'autres options de toutes façons ? Si je veux vraiment qu'il soit avec eux, je n'ai pas trop le choix. Et je ferais tout pour que ce soit fait. Pour que le Shukai et Mizu ne deviennent plus qu'un. Que ma patrie d'origine et celle actuelle ne soient qu'une seule et même : que je puisse librement enterrer mon frère là bas et leur rendre visite quand j'en ai envie.

Concernant l'autre sujet, il me prend un peu de court je dois bien avouer. Moi, chef de clan. Chef d'un clan dont je ne maîtrise pas le pouvoir héréditaire. A la place par contre je maîtrise le kinton. Et me^me si je n'ai aucune idée d'où ça me vient, j'aime cette faculté. Elle a toujours fait partie de moi. Et suite à ma question, le guerrier des neiges ouvre un tiroir de son bureau et en sort un dossier. Un dossier sur... Moi ? Il m’espionne ? M'observe ? Est-ce qu'il fait ça avec tout le monde, ou seulement les Jisetsu ? C'est assez flippant et flatteur à la fois. Mais je ne sais pas dire lequel prend le dessus sur l'autre.

Et en lisant le dossier, il évoque tous mes « faits d'armes ». Mon enfance à Mizu – seule dans l'orphelinat de Kiri -, ma venue ensuite au Shukai, ma tentative pour devenir chûnin, l'expédition sur Mizu ainsi que celle sur l'île pour le sauver lui et les deux bras droit, le combat contre les serviteurs du seigneur de Tori, l'installation des avant postes, ainsi que plus récemment repousser l'attaque des serviteurs sur le Shukai, en en mettant un sous les verrous. D'ailleurs je me demande ce qu'elle devient la moche, je suis jamais allée la voir, tiens. Est-ce qu'elle a été relâchée ? Ou est-elle toujours en geôle ? La pauvre, j'espère que non pour elle.

Il repart dans son discours. Moi ça me donne surtout l'impression qu'il veut quelqu'un pour garder les Jisetsu au Shukai afin de ne pas s'en faire des ennemis. Mais je suis du même avis. Je suis bien ici. Et j'imagine que les autres aussi. Alors pourquoi partir ? S'ils ont un chef, quelqu'un à suivre qui les guide ils resteront ici. Et puis, il n'y a rien d'intéressant ailleurs. Je veux dire... Depuis la destruction de Kiri, nous les Jisetsu étions éparpillés aux quatre coins du monde. Mais maintenant nous avons un endroit où nous rassembler. Où nous retrouver. Et il finit en me proposant quelque chose de différent. Être un chef remplaçant, en quelque sorte ?


- « Je vois. »

Toujours debout, je l'observe, avant de poursuivre.

- « Si c'est ce que vous voulez, je le ferais. Non seulement pour vous, mais surtout pour eux. Nous avons vécu des années sans endroit où vivre. Mon frère les a installés à côté de notre maison. Et à la construction du quartier, j'étais là. J'y suis toujours, je vis dans la maison pionnière de ce quartier. J'ai aidé à la construction. Même si je ne possède pas de pupilles propres au clan, les gens me connaissent, au moins de vue. Je m’entraîne tous les jours dans le terrain proche de chez moi. Il me voient, savent qui je suis. Je salue tous ceux que je croise. Ils savent que je suis allée sur l'île, ils savent que j'ai habité à Kiri, que j'étais « l’orpheline sans kinnegan », ils savent aussi que j'ai repoussé l'attaque des serviteurs. Même sans savoir mon prénom, je suis « la fausse Jisetsu », la « gamine aux cheveux roses qui traîne dans le coin ». Oui, ils me connaissent tous, plus ou moins. »

Je souris.

- « Et c'est pour ça que j'accepte. Les gens ont besoin d'un repère. Mon frère est mort, Homura est parti. Il leur faut quelqu'un de fiable. Alors je serais cette personne, si vous le permettez. Jamais je ne trahirais le Shukai. C'est vous qui avez créé mon équipe, je sais ce que je vous dois. Vous pouvez me faire confiance. »

Je m'incline légèrement. C'est grâce à lui que je suis devenue l'élève de Yanosa. Nous avons tous besoin d'un repère. Je serais celui du clan. Le mien, c'est le guerrier rouge. Et le sien, c'est Jashin. Je ne sais pas si tout ça fera bon ménage. Mais je ne laisserais pas mon clan en plan. Même si je ne suis qu'une fausse Jisetsu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Jeu 11 Juin 2015 - 14:20


Malgré la situation qui était la sienne, la Jisetsu acceptait ce contrat et endosserait désormais ce titre un peu étrange de « Chef Suppléante du Clan Jisetsu ». C'était un titre bien particulier. Après tout, il n'en existait ainsi nulle part ailleurs. Et cela revenait à dire que l'on était chef sans vraiment l'être.

De plus, obtenir ce genre de promotion ne suffisait certainement pas en soi. Notre Ancien était très bien placé pour le savoir : être Leader d'un Clan ne s'acquiert pas seulement par son rang, mais aussi par sa réputation, sa notoriété, et son dévouement pour la Race. On ne peut placer à la tête d'un groupe identitaire aussi important un faible symbole sur lequel personne ne pouvait compter en cas de crise. Kakeshuou lui-même avait un temps pensé prendre cette place au sein des Samui : les récentes élections et décisions l'y avaient fait renoncer. Mais s'il y avait pensé, c'était parce que la faiblesse apparente de la précédente meneuse, Masayuki Samui, restait trop fragile, alors que le Clan devait connaître un renouveau. Ne restait plus qu'à espérer que ce serait le cas avec sa petite-fille à sa tête … .

Pour la jeune Asuka, la chose serait certainement différente. Tant de points s'opposaient à elle sur cette position qu'on eut pu penser que le Clan y verrait une ingérence de la part de l'Empereur, qui n'avait pas à s'intégrer dans ce genre de discussion privée. La « fausse Jisetsu » ne risquait-elle pas de se faire rejeter par les Siens ? Et si tel était le cas, qu'adviendrait-il de ce Clan, frêle esquif laissé voguant au large sans trouver de bouée de sauvetage ? Devaient-ils accepter cet état ou le rejeter quitte à se retrouver en perdition ?

En ce qui le concernait au premier chef, l'affaire était donc entendue. Et Kakeshuou Samui s'était redressé dans son fauteuil afin de prendre la plume. Il commençait déjà à rédiger une note, qu'il remetrait à la kunoichi présente. De quoi faire passer le message à ce fameux Clan. S'il apportait son soutien, sans doute la chose serait-elle moins compliquée ! A voir, rien n'était garanti … .

~ Asuka. Voilà un message de ma part pour les hautes autorités de ton Clan. Si elles désapprouvent cette décision, ce sera leur choix. Mais qu'elles sachent qu'en tant qu'Empereur, j'appuie ardemment ce désir de voir votre Clan s'élever de nouveau, afin qu'il retrouve toute sa puissance et joue à nouveau un rôle prédominant dans l'Empire.

La note était ainsi remise en main propre à la combattante, qui pourrait en faire l'usage qu'elle souhaitait. Le sceau frappé sur ce papier serait preuve de son authenticité. On pouvait donc croire que la chose était réglée. Même si certains détails étaient encore à nommer, même si – à ce stade – on pouvait les considérer comme évidents et inutiles à faire ressortir … .

~ Tu ferais bien de réunir les plus importants membres de ton Clan pour savoir ce qu'il adviendra de faire des décisions les plus graves pour ton Clan. Tout d'abord, qu'ils t'assistent, afin d'assurer la relève du Clan. Ensuite, qu'ils jugent ce qu'il convient de faire pour vos déserteurs et ceux menaçant notre Empire. Enfin, pour qu'ils avalisent ta nomination et que tu puisses entamer dès à présent la relève de ce territoire. Pense également à trouver un élève Jisetsu au sein de ta Race, afin de l'élever et de l'éduquer. Il doit devenir le futur Chef de Clan officiel, afin que ton Clan ne connaisse plus jamais la disgrâce et les abîmes du temps … .

Il lui avait très certainement donné assez de conseils comme cela. Et notre homme s'en retournait à d'autres dossiers qui requéraient son attention. Évidemment, il resterait un instant attentif à son hôte si celle-ci avait d'autres questions ! Mais pour l'heure, lui en avait dit bien assez. Il se contentait d'ajouter une information tout en signait vigoureusement un document de sa plume et de son sceau.

~ Sur une heure convenue, deux hommes de ma troupe viendront récupérer le corps d'Arekushi chez toi … . Ils l'entreposeront sous le Palais, dans le Laboratoire impérial … .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 356
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon] Mer 1 Juil 2015 - 12:28

Je me relève et le voit en train d'écrire. Quoi? Aucune idée. Mais j'imagine que je vais bientôt le savoir. Alors j'attends sagement, les mains croisées dans le dos. Je ne sais pas trop ce que ça inclue en fait, "délégué du clan", ou bien "chef suppléant". J'imagine que ça veut dire que je vais devoir aller secouer l'actuel chef de clan afin qu'il se bouge. Un fin sourire se dessine sur mes lèvres à cette pensée. Ca pourrait être drôle. Un homme sûr de lui secoué par une gamine qui souhaite lui apprendre la vie. Non, pas la vie. A prendre d'avantage plus soin de son propre clan. Car pour l'instant on en a pas beaucoup entendu parler de ce mec. Jisetsu Hikolaï... Inconnu au bataillon. Je ne sais pas ce qu'il a fait pour en arriver là mais il ne fait pas grand chose pour y rester en tous cas.

Le papier passe de la main de l'empereur à la mienne. Une lettre de recommandation? Ou un truc du genre. Ca ressemble à ça en tous cas. A donner aux hautes autorités de mon clan. Je déglutis. Merde, dans quoi je me suis fourrée en fait? Je viens annoncer la mort de mon frère et voilà que je suis projettée à la tête du clan... C'est pas vraiment ce qui était prévu. Mais bon, je ne vais pas reculer maintenant. Hum. Redonnersa gloire à mon clan, d'accord. Mais qu'est-ce qu'il entend par jouer un rôle dans l'empire? Qu'on nous reconnaisse à notre juste valeur c'est cool mais pas d'être en première ligne par contre. Pour le moment c'est les Samui qui sont en ligne de mire, et c'est très bien comme ça... Sans vouloir en faire de la chair à canon, bien sûr. Mais mieux vaut eux que nous.

Pour ça qu'il faut tous s'élever ensemble. Je repense à ce que m'a dit Yanosa sur Jashin. Ceux qui s'élèvent seuls sont des cibles à éliminer. Mais ceux qui s'élèvent tous ensemble... Voici la voie à adopter. Je plie soigneusement le précieux papier avant de le ranger dans une poche. Puis j'écoute de nouveau mon ancien capitaine. Une réunion. Savoir quoi faire des déserteurs. Parle-t-il d'Homura...? Ce mec qui s'est tiré juste après l'attaque du Shozaishi... De quoi attirer l'intention sur le clan, mais de la mauvaise façon. Je serre les poings, légèrement énervée mais reprends mon calme assez rapidement.

Quant à avoir un élève Jisetsu... Il en a de bonnes, lui! Il sait quel âge j'ai? J'ai encore beaucoup de choses à apprendre, comment je pourrais être moi-même sensei? Je ne me sens pas prête pour ça, loin de là. Même si la séance d'entrainement avec Hiko avait été sympa, je ne sais pas si je suis capable d'avoir quelqu'un sous ma tutelle à plein temps. C'est carrément autre chose. Je hoche tout de même la tête. On ne sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher. Encore faut-il trouver quelqu'un qui a envie de se faire entraîner par une ado. Une ado ex alcoolique et danseuse dans des bars qui n'a même pas éveillé les pupilles du clan, d'ailleurs...

Concernant le sujet initial, je hoche de nouveau la tête. Moins vigoureusement cette fois-ci. Le laboratoire. Mon Dieu... Je vais voir mon frère se faire disséquer! Mais puis-je le laisser seul entre leurs mains? Est-ce que je peux leur faire confiance? Et s'ils essayaient de prendre les secrets du kinnegan en faisant mine de s'intéresser à ce pouvoir sur les serviteurs furyous? Non, je n'ai pas le choix. Je dois veiller sur lui. Il reste mon frère après tout. Même si lui n'a pas veillé sur moi. Je ne dois pas prendre exemple sur lui. Oui, observer ce qu'il se passe, tout ce que j'ai vécu pour ne pas reproduire la même chose. Et s'élever tous ensemble.


- "Bien. Merci pour tout."

Je tourne les talons et sors de la pièce. Léger détail cependant. Tout léger hein. C'est Yanosa qui a le corps de mon frangin actuellement. Et il voulait le faire brûler. Merde... Il va peut-être pas être trop content!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Papy, il faut qu'on parle! [Papy glaçon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-