N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Seulement deux doigts... [Yell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Message(#) Sujet: Seulement deux doigts... [Yell] Ven 1 Mai 2015 - 0:28

La journée avait été rude. Je n'avais pratiquement rien foutu de cette dernière à part me prélasser dans mon lit à lire mes mangas et à jouer à mes jeux vidéos. Qu'est-ce que cela pouvait être bon d'être Genin. Peu de missions, rien de bien méchant à part deux trois affaires de jardinages. Je pouvais passer la plus grande partie de mon temps à flâner et surtout décuver. Car si le jour n'était guère trépident pour moi, la nuit, elle, était tout autre. Je passai le plus clair de mon temps à écumer les bars, draguer des nanas, fumer, boire et baiser, le tout parfois agrémenté de quelques bagarres de rue assez corsées. En somme je vivais une véritable vie de pacha avec un léger côté hard rock par du tout désagréable. Après mettre prit une volée monumental la soirée dernière par une bande de gaillards assez peu commode, je décidai pour cette nuit de me la jouer relax.

Une petite donzelle à emballer, un échange fougueux dans les toilettes, un braguette remontée, et le tour serait joué. Cela, plus un petit verre et je n'en aurais pas demandé davantage. Pour ce faire je comptais me rendre dans mon bar préféré. Le Eleven's Night. Un petit pub à ambiance, dans le style grand cabaret. Malgré son nom, c'était un coin assez classe que tous ne pouvaient pas se permettre de fréquenter. Heureusement, j'avais de l'argent à dépenser inutilement, et ce après avoir dépouillé un mec qui m'avait regardé de travers plus tôt dans la journée. Ce type m'avait traité de tête de cul bouffeur de cendre. Désormais, c'était lui qui bouffait de la cendre, par le cul.

Enfin d'une démarche assurée, je me dirigeais vers l'entré du pub. Un vigile peu jouasse gardait l'entré. C'était Rudy. Je ne savais pas pourquoi. En réalité je n'avais strictement aucune idée de son véritable prénom. Simplement pour moi il avait une tronche à s'appeler Rudy. Derrière ses lunettes noir et sa gueule de tueur il m'avisa de haut en bas, histoire de savoir si j'étais assez potable pour entrer dans les lieux. Pour le coup, il y avait intérêt. Je portais pour l'occasion ma plus belle chemise blanche, un pantalon noir, quelques chevalières et bagues autour des doigts et une chaîne autour du cou. La parfaite panoplie du beau gosse bon chic bon genre. Il émit une sorte de rictus facial assez intimidant qui devait s'apparenter à un signe d'approbation. Tout du moins dans son langage. En même temps sa tronche à elle seule prévalait sur tous les mots du monde. Je l'aurais pourtant facilement imaginé avec une pancarte accroché sur le torse avec écrit dessus :  « Je vais bouffer votre âme avec du surimis et je vais aimer ça. »

Musique ♫:
 

Aussi passais-je discrètement l'entré, n'aimant pas trop traîner au côté de ce type. A l'intérieur l'ambiance était toujours au top. Des tables, des lumières, de la musique, du monde, un peu de rouge sur les murs, un peu de noir sur le sol, des néons bleutés sur le plafond. Un billard dans un coin, une estrade dans un autre, et surtout le coin stratégique: le bar. J'allais directement m'asseoir à l'un des tabourets pour commander ma première collation. Il me fallait faire le plein avant d'être d'attaque pour la soirée. Ce fut un Whisky, mais sans le moindre glaçon. Je bus une première gorgée avec désinvolture puis poussai un léger soupir de satisfaction en reposant mon verre. Les combustibles, il n'y avait que cela de vrai. Du coin de l’œil je remarquai, assise à côté de moi, une jeune femme physiquement très sympathique. Elle me tournait le dos, mais à voir sa dégaine on aurait dit une sorte d'artiste. Sans doute allait-elle jouer sur l'estrade plus tard dans la soirée.

-Je ne crois pas vous avoir déjà vu par ici, auquel cas je me serais sûrement souvenu de vous. Vous connaissez le patron ?

Dis-je d'un ton parfaitement détaché, en prenant un timbre de voix imperceptiblement suave, mais suffisamment pour me donner un côté mystérieux. Je portai de nouveau mon verre à mes lèvres, calculant le moindre de mes gestes au centimètre près pour avoir l'air encore plus cool. Seulement, quand elle se tourna, mon visage se décomposa et je manquai de recrachai le peu que je venais d'ingurgiter dans mon verre.

-Yell ?!

Je failli de m'étrangler avec ma propre boisson. La soirée ne pouvait pas plus mal commencer. De toutes celles que j'aurais pus accoster dans ce bar, il fallait que cela tombe sur l'autre méduse de service coiffée de son béret. Et le pire dans tout cela, malgré la répulsion que sa constance aqueuse évoquait en moi, je ne pouvais m'empêcher de la trouver toujours aussi canon. Puis, je n'avais qu'à me rappeler son comportement à l'académie pour tout de suite faire redescendre la tension en moi. Son mauvais caractère était à lui seul un sacré anti-aphrodisiaque.

-Mais qu'est-ce que tu fous ici ? Y'a pas moyen de draguer tranquillement avec toi dans les parages !

Je m'indignais de sa présence. Cela faisait tout juste quatre jours que nos routes ne s'étaient pas croisée et je m'en portais fors bien. J'étais même parvenu à l'oublier, mais voilà qu'elle refaisait surface, avec son air hautain, et sa croupe aguichante. Je tapotai nerveusement des doigts sur mon verre. Je me demanda si elle n'allait pas me faire une scène, ou pire, me jeter de l'eau à la figure ?

-Avoue, tu ne peux déjà plus te passer de moi...

Fis-je avec un sourire ironique qui, j'en étais certain, me rendait outrageusement sexy. Je savais qu'en lui parlant ainsi je signais certainement mon arrêt de mort, mais quitte à passer une mauvaise soirée, autant en tirer quelque chose en me moquant ouvertement d'elle. Au moins tout ne serait pas totalement perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Sam 2 Mai 2015 - 11:37

Music ♫:
 

La journée avait été particulièrement pénible... Voilà quelques jours déjà que j'écumais les restaurants et autres établissements à la recherche d'un job pour réussir à joindre les deux bouts mais sans succès... Il fallait dire que ce crétin de Strike m'avait pourri mon unique chance de faire rentrer de l'argent : les missions. Vu comment s'était passée la première alors même que nous avions déjà un âge avancé par rapport aux autres genins... il ne fallait pas espérer que notre nom sorte souvent du chapeau pour nous affecter en mission...

Après plusieurs entretiens et recalages, qui auraient bien valu un doigt d'honneur à certains patrons d'entreprises de toute façon miteuse, j'avais déclaré forfait pour la journée... Si cela continuait ainsi j'allais devoir vivre dans la rue... ou pire retourner chez mes parents... Cette idée me réjouissait encore moins que la première... Ils avaient eu suffisamment de problème avec moi à cause de ma condition de Gogyou : il n'était pas question que je leur cause de nouveau du tord.

Finalement je décidais de finir mes journées désastreuses comme j'aimais à le faire : à savoir me détendre autour d'un bon verre d'alcool fort tout en espérant avoir plus de chance auprès de la gente masculine qu'auprès des patrons de la journée...

Troquant ma tenue de la journée pour une plus habillée et... aguichante je me décidais à sortir. Short en jean, chemisier ouvert de deux boutons pour laisser entrevoir tout juste ce qu'il fallait et béret d'artiste agrémentant ma chevelure bleue : j'étais parée !

Je décidais de me rendre dans un bar à ambiance dans lequel je n'étais encore jamais allée mais qui me semblait fort sympathique : le Eleven's night. Le videur ne semblait pas commode mais j'avais le genre d'attributs qui nous laissait entrer dans ce genre d'endroit sans discuter davantage si bien que ce ne fut qu'une formalité.
Les lieux étaient plutôt classe dans un air de cabaret, un piano trônait sur la scène alors qu'un billard sollicité traînait dans un coin. Des tables étaient disposées dans toute la pièce alors que je me dirigeais plutôt vers... le bar. Il y avait aussi des chaises et c'était plus cosy selon moi, on se retrouvait plus en tête à tête avec soit même, nous rappelant notre triste vie de célibataire plutôt que de s'installer seule comme une paumée sur une table alors que trône des couples tout autour de vous... Cela dit, j'avais remarqué quelque mâles fort sympathiques non loin du billard... Après quelques verres, nul doute que j'irais y faire un tour : d'abord la détente, ensuite la drague, c'était tout un concept et une mise en condition. Après tout il fallait ce qu'il fallait ! Je n'avais pas envie de rentrer seule ce soir !

Je levais un doigt rapide en direction du barman nommé Johnson pour attirer son attention.

« Un Whisky s'il vous plaît. »

Autant commencer franchement. De toute façon je tenais assez bien l'alcool. Verre en main, je me tournais vers le Jukebox un peu plus loin qui déversait un rythme soul et du blues. Je bougeais machinalement mon pied au rythme de la musique, parvenant à décortiquer son écho comme la musicienne que j'étais. Sirotant mon verre, j'émis un râle de satisfaction à la première gorgée : voilà j'étais au paradis. Ma journée abominable n'était déjà qu'un lointain souvenir dont je ne me souviendrais que le lendemain … après-midi, le temps que je décuve et retrouve mes esprits après m'être échappée de chez un parfait inconnu dans les bras duquel j'aurais passé la nuit... Je soupirais à cette simple idée : je ne demandais pas la lune, c'était là mon objectif de la soirée. J'étais certaine que bons nombres des mâles présent dans l'assistance pensaient pareil et je ne me jugeais pas désagréable à regarder... Autant mettre toute les chances de mon côté.

D'ailleurs, à peine pensais-je à cela qu'une voix suave se fit entendre dans mon dos... Elle aurait été particulièrement attirante si je n'avais pas reconnu d'office a qui elle appartenait dans une mine agacée... Il me suivait vraiment partout celui là ! Il allait gâcher ma soirée et mes plans ! Pourtant, je ne savais pas si c'était l'effet de mon premier verre mais, je restais naturelle lorsque je me retournais vers lui et ses propos de loveur. Il faillit s'étrangler avec le contenu de son verre alors qu'il prononçait mon prénom, jurant à son tour sur les mêmes raisons que je l'avais fait intérieurement.

« Ce que je fous là ? La même chose que toi j'imagine ! Je me détends. »

Comme pour ponctuer mes paroles, je portais une nouvelle fois mon whisky à mes lèvres et bu une grande rasade, comme si j'avais bien besoin de ça au moins pour me donner le courage d'affronter cette soirée qui avait pourtant si bien commencée...

Il semblait presque nerveux : c'était drôle à observer. J'esquissais un sourire sur cette scène qui s'accentuait davantage encore lorsqu'il prétextait que je ne pouvais plus me passer de lui... Quelle ironie. C'était vrai qu'il était beau gosse, je ne pouvais pas le nier mais bon sang qu'est-ce qu'il était con ! Pourtant même son sourire ironique qu'il prenait pour souligner son affirmation le rendait diablement sexy. Mes yeux azurés pétillaient de malice tout en l'observant alors que je demeurais parfaitement détendue et mettant même mes attributs en valeur en me penchant légèrement en avant, mon verre vide à la main que je reposais sur le comptoir.

Cela n'allait pas du tout. J'étais venue draguer des hommes ! Des mâles gonflés à les testostérones et pas cet espèce d'énergumène sorti tout droit d'une autre planète appelée : catastrophe ambulante. J'avais dit que je voulais passer une bonne soirée en charmante compagnie n'est-ce pas ? Pas l'enfer sur terre ! Je sortais dès lors un joint de la poche de mon short, le glissant au coin de mes lèvres tout en cherchant en vain mon briquet que j'avais dû perdre ou oublier quelque part. Je soupirais avant de me rappeler que j'avais face à moi une allumette ambulante.

« Tu peux m'allumer... euh me l'allumer s'il te plaît. »

Je secouais la tête sur mon lapsus cherchant à le dissimuler du mieux possible en espérant qu'il n'ait pas entendu : c'était peine perdu. Il se servait de ses doigts de façon agile pour laisser apparaître une flammèche allumait mon salut. Ses dextres avaient une manière si classe de mettre le feu que je me demandais bien ce qu'il savait faire d'autres de ses doigts... avant de chasser cette idée de ma tête en tirant bien vite une longue latte avant d'expirer la fumée dans un sentiment de plénitude.

« Hmm.. C'est bon... »

Me contentais-je de dire... un peu trop fort. Heureusement seul ceux à mes côtés pouvaient m'entendre, la musique couvrait le reste. Je devais me détendre et me sortir cet idiot du crâne, si bien que je me penchais un peu en arrière sur mon tabouret pour regarder en direction du billard pour voir les prétendants qui s'y trouvait. Mais pour l'heure, tous semblaient déjà bras dessus, dessous et... ailleurs discrètement, sur leur partenaire de la soirée... Tsss c'était vraiment injuste. Finalement, mon regard ce portait ce nouveau sur Strike auquel je tendais ma roulée :

« Tu veux tirer ? »

Lui demandais-je le plus innocemment du monde avant de voir une lueur dans son regard qui me laissait comprendre à l'autre sens possible de mes mots...

« Sur le bédo... »

Répliquais-je dans un murmure, presque mal à l'aise. Décidément, tout cela n'était vraiment pas bon... Je perdais mes moyens mais je comptais sur son tact naturel pour me remettre les idées en place.
La musique changeait pour devenir presque un slow, me laissant observer les couples d'une soirée et ceux plus tenaces qui exprimaient leur sérénades amoureuse ou attirée envers leur partenaire de façon respectable. C'était beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Mer 6 Mai 2015 - 0:12

N'était-ce pas un sourire que je vis sur son visage ? Non, sérieusement, elle me souriait vraiment ? Je n'étais tellement pas habitué, que cela en devint presque effrayant. J'aurai limite préféré qu'elle s'énerve contre moi.

Et puis, elle buvait du Whisky, je n'aurais jamais cru. Venant de sa part je me serais attitude, une sorte de timbale de nectarine de gingembre relevé au shaker et non à la cuillère. Enfin une de ces boisson chic hors de prix au nom bizarre dont ces allumés d'artistes raffolaient. Mais non, il fallait qu'elle prenne du Whisky. A croire que cette fille était un vrai bonhomme, mais avec quelques trucs en plus et d'autres en moins.

Lorsqu'elle prétendit être présente pour la même raison que moi, je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire amusé, avisant son accoutrement où plutôt ce qu'il ne cachait pas, avec un air faussement intéressé.

-Et j'imagine qu'avec cette tenue tu comptes ramener toute la légion d'honneur ?!

Je pouffais de rire. Buvant une nouvelle gorgée dans mon propre Whisky.

-Si tu me le demande gentiment, je peux me mettre au garde à vous.

Marmonnais-je tout en déportant le verre de mes lèvres. Je tournais brièvement le regard dans sa direction, m'attendant limite à me recevoir son poing dans la figure. Mais il ne vint pas, au contraire, ma remarque sembla l'amuser. Je pris un air légèrement suspicieux, déplaçant mon tabouret dans un grincement afin de m'éloigner un peu plus d'elle. On était jamais trop prudent, elle pouvait exploser à tout instant.

Et là, je la vis sortir un joint. Littéralement. Elle était ainsi la petite. Et là son lapsus ne manquant pas de m'amuser.

-En fait t'es complètement torchée !

Cela expliquait bien des choses. A défaut de me taper une femme ce soir, je risquai certainement de me taper une bonne tranche de rire avec Yell. Je claquai alors des doigts pour allumer mon pousse et ainsi l'allumer comme il se devait, toujours aussi souriant que j'étais. Tirant une belle latte, elle émit une exclamation fortement éloquente qui, sortie de son contexte... Enfin, inutile de faire un dessin...

Les quelque individus présent autour tournèrent leur attentions vers elle. Même Johnson le barman s'étonna. Adossé derrière son bar, les bras croisés, il m'adressa un regard interrogateur. Du genre «  Tu vas la baiser ? » et moi, j'adoptai ma pose de pure beau gosse et lui répondais par un regard entendu « Carrément mec ! ». De son côté Yell me proposait de tirer.

-Évidemment, j'attendais que ça !

Puis elle précisa sur son joint. Pour le coup, je l'avais déjà interprété ainsi.

-Ha, ouai je veux bien aussi.

Louée était la bénédicité sur mon sens de la répartie. Puis l'ambiance changea radicalement pour passer sur un slow des plus ennuyeux. Le vieux cliché des rencontres amoureuses. Sauf que ce soir j'étais juste là pour pratiquer une toute autre forme de danse.

-Bon. Je vais chier !

Évidemment, ce n'était pas vrai. J'appartenais à cette catégorie de Gogyou qui ne connaissait pas ce genre de contrainte. Mais la phrase m'avait semblé tout à fait appropriée pour casser le tripe de la méduse en plus de trouver un prétexte pour m'éclipser loin d'elle. Je détestai ce genre d'ambiance en guimauve. Il me fallait quelque chose d'un peu plus réactif. Par chance, j'avais trouvé ce qu'il me fallait.

Il y avait ce grand black tout mince habillé en chemise noir et pantalon serré et chapeau sur la tête dans un style très pop. Je le connaissais que brièvement de vu et savais qu'il s'appelait Mike Jitan. Il se dirigeait vers les Water et je le suivais d'un pas décidé. Au passage, j'arrachai discrètement la carte d'un as de pique à un joueur de poker qui passait par là.

Parvenu dans les pipiroom je fis craquer ma nuque ainsi que mes phalanges en appelant mon bon samaritain.

-Hey MJ !!

Il se retourna.

-Elle est pas mal ta tenue.

Sans qu'il n'ait le temps comprendre, j'envoyai mon poing s'écraser sur sa figure. Il tomba raide à terre. Je piquai ses fringues avant de l'enfermer, inconscient et en caleçon dans l'une des cabines. Je posai le chapeau sur ma tête, le penchant légèrement en avant pour le faire retomber devant mon visage. Je me lançai un sourire à moi-même face au miroir. Encore un peu et je tombai amoureux. Puis, pour couronner le tout je plaçai la carte de l'as de pique dans la poche avant afin de me donner un petit côté flambeur du plus bel effet.

Je rejoignis ensuite la sortie pour retourner dans le bar. Tel un ninja, je me glissai derrière l'estrade pour filer un billet au DJ. La musique du slow s'arrêta enfin. Les projecteurs s'allumèrent sur moi. Je prenais la pose une main dans la poche, la tête penché, mon chapeau retombant presque devant mes yeux. Le silence planait. Tous les regards venaient de se river sur moi. J'envoyai alors une pièce traverser toute la salle pour atterrir dans le jukebox à l'autre bout. Une musique bien plus rythmique s'éleva.

Musique ♫:
 

Puis je commençai à danser comme je savais si bien le faire. Remuant avec style au rythme de la musique. J'allais mettre le feu en l'ambiance. Des exclamations s'élevèrent et des gens s'approchaient de l'estrade, tantôt pour m’acclamer tantôt pour se mettre à danser également. Et moi je chauffai la piste comme un dieu. En tout cas c'était l'impression que je me donnai et que je voulais croire. La vérité étant que je m’éclatai comme un fou. Être le centre de d'attention j'adorai ça.

Le publique se mit à taper des mains en accord avec les basses. J'attrapai mon chapeau dans ma main, puis tournoyant sur moi-même, je l'envoyai dans les airs. Ce dernier atterrit en plein sur la tête de Yell à qui j'adressai un clin d’œil avant de partir dans un superbe Moonwalk. Des flammes apparurent sous mes pieds. Je me mis à faire des étincelles de sorte à ajouter plus artifices à ma gestuelle. D'un geste agile, je m'élançai en arrière, renvoyant les pans de ma chemise ouverte tout en faisant danser un flot de braise autour de moi. J'étais chaux bouillant....


Dernière édition par Sakebi Strike le Mer 29 Juil 2015 - 22:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Ven 8 Mai 2015 - 13:12


Cet imbécile se foutait royalement de moi mais je devais avouer qu'il y avait de quoi pour le coup. Je ne savais pas si c'était le verre ou le joint mais je commençais déjà à perdre pieds... Je tenais pourtant plutôt bien l'alcool d'habitude...

J'étais béate d'admiration devant ces couples dansants des slow alors que moi je restais seule, osant même adresser un regard à Strike comme pour le supplier d'être mon cavalier pour cette danse sans que je ne comprenne vraiment pourquoi je faisais cela surtout en l'entendant détruire l'ambiance par une phrase qui n'avait rien de glamour. Je le regardais donc s'en aller au loin, soupirant de ma propre bêtise d'avoir espéré quoi que ce soit de la part de ce type. Et réflexion faite : depuis quand les Gogyou avaient-ils besoin d'aller aux toilettes ? Ce n'était pas comme si nous mangions vraiment... Oui c'était vraiment la seule interrogation existentielle que je me posais en pareille circonstance...

Comme pour noyer mon ridicule je levais un doigt en direction du barman pour me recommander un verre. Strike ne s'était pas fait prié pour tirer plusieurs lattes sur mon joint... Sa salive était dessus... Etait-ce une sorte de baiser indirect ? Me surprenant à divaguer je secouais la tête et avalais d'une traite mon nouveau whisky : rien n'allait ! Je reposais le verre avec fracas contre le bar, respirant comme si j'avais retenu mon souffle de long instant et que je venais de jouer ma vie sur cette descente. Plus le temps passait et plus j'étais ridicule.

Mon joint presque fini, je l'avisais du coin de l'oeil et éteignait ce qu'il en restait pour le ranger dans la poche de mon short : ce n'était pas une bonne idée de poursuivre ce mélange détonnant. Soudain, le slow s'arrêta, laissant tout le monde ahuri alors que les projecteur se braquèrent sur... Strike ? C'était vraiment lui dans cette tenue ? Où est-ce qu'il avait piqué ça ?

Curieuse, je rivais mon regard sur lui, me demandant ce qu'il allait bien inventer encore lorsque je le vis commencer à danser sur une musique bien plus funk. Les cris des femmes commençaient déjà à s'élever dans la salle alors que plusieurs personnes se rapprochaient de l'estrade pour l'observer. Je secouais la tête en souriant : celui là alors il fallait toujours qu'il se fasse remarquer...

Le rythme des claquements de mains se faisaient entendre, l'entraînant dans son rythme alors que je restais toujours à ma place, me surprenant à bouger un pied en rythme avec la musique. Il envoya son chapeau à travers la salle qui atterrissait directement sur ma tête tandis qu'il me gratifiait un clin d'oeil, me faisant étirer un nouveau sourire alors que je sentais le poids des regards des autres femmes s'élever sur moi comme si j'étais une cible à abattre et moi je glissais mon béret dans ma poche et gardais uniquement le chapeau, me redressant sur mon tabouret fière d'avoir été celle qui avait été choisi par cet étalon.

Il fallait dire que le voir bouger de la sorte, enflammant littéralement la scène, agrémentant son numéro de danse de véritables gerbes de flammes sous ses pieds alors que sa chemise ouverte dévoilait son torse musclé... Il y avait de quoi vaciller. Encore une fois je l'admettais : c'était un abruti fini mais il était beau comme un Dieu...

Décidée et fière, je me levais en direction de l'estrade tapant toujours imperceptiblement du pied maintenant que j'étais face à l'estrade, observant a mon tour les femmes qui me méprisait en leur adressant un regard désintéressé et hautain.

Je sortis alors un billet de ma poche arrière et le cramponnait par le pantalon d'une main, apposant l'autre sur son torse pendant que je glissais le billet entre sa peau et ses vêtement, sentant même rapidement sous mes doigts quelque chose qui me laissait sous entendre que j'étais sans doute descendue un peu trop loin...
Je me reculais presque à regret alors que j'avais initié un mouvement. Plusieurs femmes voulu faire de même parfois sous les yeux rageur de leurs compagnons tandis que je vis même un soutien gorge atterrir sur la scène... eh bien.

Je dansais à mon tour en bas de l'estrade, me laissant porter par le rythme de la musique enivrante. Puisque j'étais une férue de musique j'étais aussi une bonne danseuse, mes mouvements graciles semblable à la fluidité et la légèreté de l'eau qui me composait me donnait une allure et un déhanché agile et souple comparable à aucun autre : j'en étais certaine, sans me vanter.

Ce que cela était plaisant de relâcher la pression ! Finalement, Strike finissait son show , des étoiles dans les yeux face à toute ces attentions à son égard et ce tonnerre d'applaudissements auxquels je me mêlais.

Music ♫:
 

Une nouvelle musique se lançait, je montais à mon tour sur scène pour montrer mon propre talent. La musique était bien plus dance que celle de Strike. Je me déhanchais sensuellement et dans des mouvements amples pour révéler mon sex appeal. Je savais que ce que j'avais consommé influait grandement sur mon comportement sinon jamais sans doute je n'aurais eu le culot de prétendre mettre le feu aux hommes présents dans la salle. Les femmes avaient eu leur lot par la prestation de Strike, il n'était pas juste que les hommes n'aient pas le droit aussi à leur show.

Je me penchais en avant puis re-basculais en arrière tout en bougeant mon buste, laissant sans doute une vue plongeante sur mon décolleté. Relevant de temps à autre mes cheveux tout en pliant les genoux pour descendre vers le sol en ondulant du bassin puis en remontant dans la même allure. Mon regard envieux se perdait dans la salle et se posait sur les différents mâles présents dans la salle, gardant un insistance sur celui de Strike. Je savais me montrée désirable j'en étais convaincue ! Il y aurait bien un homme intéressant dans le lot qui voudrait passer la nuit avec moi...

Pas besoin d'artifices ou de vêtements retirés, j'avais juste besoin de faire parler mon corps à travers la danse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Mer 13 Mai 2015 - 10:19

Je continuais d'enflammer la piste, tant par mes pas de danse que par les gerbes de braises qui elles mêmes dansaient autour de moi. J'étais le style incarné. J'étais le dieu de la nuit. Et bon sang, qu'est-ce que c'était bon d'être le centre d'attention. A voir cette toute ribambelle de femelle endiablée je savais que je n'allais pas passer la nuit seul, peut-être même avec deux en même temps... En bref une façon ultra funk de terminer la soirée. Je m'élançai dans un magnifique Powerslide plian des genoux pour me laisser glisser pour arriver jusqu'à l'extrémité de l'estrade. La chemise ouverte, je me penchai légèrement en arrière, bombant mon torse musclé luisant de sueur, pour laisser toutes ces mains de ladys en chaleur tenter de m'attraper. Un sourire cocasse aux lèvres, je me laissai porter par la frénésie de l'instant. Ouai, un dieu vivant carrément. Olympien même ! Avec son son harem de Muse. Ces à ce moment que l'une d'elle glissa sa main dans mon pantalon. J'ouvrais les yeux et vis Yell placer un billet dans mon caleçon, rapidement rejoints par une foultitude d'autres. Elles tombaient toute comme des mouches devant moi.

Dans un élan élaguant, je me redressai sans avoir besoin d'utiliser mes mains. Coincé dans mon sous vêtement se trouvait désormais en billet l'équivalent de me payer de quoi boire pour le restant de le semaine. Mais comme une icône ce devait d'avoir la classe en toute circonstance et de ne pas faire comme tout le monde, j'attrapais toute l'oseille pour l'envoyer valser au-dessus de moi. Cette dernière s'enflamma déversant une pluie de braise sur moi. Mon petit côté flambeur était assuré et les cris hystériques redoublèrent devant de déluge de style à l'état pur. Je terminai la chorégraphie en adopta une posture de Badboy qui ne laisserait certainement pas indifférentes la plupart de ces dames. Le plus important, c'était la dernière image qu'on laissait au publique. Et celle-ci était plutôt pas mal à l'instant où la musique s'arrêta et où les projecteurs m'éclairant s'éteignirent. Une nouvelle salve de hurlements aigus. J'adorai cette mélodie, surtout lorsqu'elle s’adressait à moi.

Je descendis de la scène, sous les acclamations. Quelques tapes dans le dos d'autres gars pour me félicité d'avoir enflammé l'ambiance. J'avais en quelque sorte préparé le terrain pour eux également. De belle petite mirettes étaient rivés sur moi. Évidement, j'avais pris soin de ne pas reboutonner ma chemise. Simple question de principe. Tandis que je reprenais place au bar une nouvelle musique enveloppa la salle et je pus voir Yell commencer à se déhancher sur la piste de façon éloquente. Elle exultait le sex-appeal par chaque fibre de son corps et la voir ainsi s'agiter, termina de me tailler une diable d'érection qui se profilait déjà depuis mon show sur la scène suite à toutes ces mains qui avaient généreusement caressé mon torse. Maintenant les rôles s'inversaient et c'était moi qui avait envie de « caresser » Yell et ce d'une toute autre façon.

Je haussai les sourcils, moi-même surpris par cette idée qui m'était venue en tête. J'oubliais presque que c'était une Gogyou d'Eau et qu'un simple corps à corps avec elle pourrait très bien me coûter la vie, voire pire encore. C'était un risque que je préférais ne pas prendre, mais tout de même. Qu'est-ce qu'elle était bonne... L'état d'esprit que j'éprouvai à l'instant, devait singulièrement se rapprocher de ce que l'on appelait de la frustration. Je noyai cette dernière dans un verre de whisky tout en continuant de me rincer l’œil devant ce délicieux spectacle. Je ne manquai évidemment pas de tarder mon regard sur les zones tactiques de son corps, à savoir son décolleté, sa croupe et bien évidemment ses fesses. J'attendis patiemment qu'elle termine sa danse pour qu'elle me rejoigne. Je savais qu'elle allait revenir, elles reviennent toujours.

En effet elle ne manqua pas de retourner s'asseoir a mes côtés, les yeux pétillants, partiellement décoiffée et les vêtements en batailles, laissant entrevoir davantage que ce qu'ils devaient à la base. Je restai un instant figé, le verre à la main et le regard posé sur sa poitrine dont un de ses seins qui risquait de s'échapper d'un moment à l'autre.

-Je crois que tu vas perdre quelque chose...

Je me contentais simplement de lui faire remarquer puis secouai vigoureusement la tête afin de me remettre les idées en place, mais c'était tout de même difficile de ne pas regarder. Nous étions devenu le centre d'attention de la salle. Nombreux étaient ceux qui continuaient de danser. La musique battait à son plein avec pour éclairage principal les projecteurs multi-couleurs qui s'agitaient dans toutes les directions.

-Bon, j'imagine que tu as gagnée le droit à ce que je te paie un autre whisky.

Est-ce que j'essayai de la rendre plus ivre qu'elle ne l'était ? Peut-être... En tout cas je ne laissai rien paraître. Je devais resté cool en toute circonstance, même si à cet instant, plusieurs idées me torturaient les méninges. Je ne savais pas vraiment quoi faire, ni que décider. Deux natures se battaient avec acharnement en moi. Mon côté Gogyou de feu criait à la survie, tandis que le mâle j'étais... Enfin... enfin voilà quoi. A cet instant, le barman me lança un nouveau regard interrogateur « Bon alors tu la baises ? ». J’acquiesçai légèrement tout en termina le fond de mon verre.


Dernière édition par Sakebi Strike le Mer 29 Juil 2015 - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Mar 19 Mai 2015 - 17:56

Music ♫:
 

Je fus plutôt satisfaite de mon show et à voir la tête des hommes présents dans l'assistance, c'était justifié. Lorsque la musique se termina, c'est haletante que je descendais de l'estrade, lançant quelques regards en coin à de potentiels intéressés avant de me diriger de nouveau vers ma place au bar où Strike s'était de nouveau installé.

Je m'approchais fièrement de lui avant de m'installer à ses côtés tout en le gratifiant d'un regard enjôleur : visiblement il n'avait plus envie de se moquer de moi mais ce trouvait dans un tout nouvel état d'esprit, comme c'était étrange... Un sourire naquit sur mes lèvres à cette simple pensée.
Ses yeux restaient rivés vers ma poitrine avant qu'il ne me fasse remarquer que celle-ci allait bientôt s'échapper de mon soutien gorge. Sans gêne, je m'affairais à remettre tout en place correctement.

La plupart des personnes présentes étaient focalisés sur nous ou discutaient sur nos performances. Il y avait de l'admiration, des critiques et de la jalousie : comme toujours. Je n'avais que faire de ce qu'ils pouvaient bien se dire et j'imaginais que Strike aussi : lorsque l'on était Gogyou on était si rôdé par ce genre de paroles qu'elles nous passaient littéralement au dessus.

L'ambiance ne désemplissait pas dans la salle et Strike se décidait à m'offrir un verre. Mon visage se montrait dès lors malicieux alors que je voyais clair dans son jeu et son entrejambe fulgurante ne tendait pas à dire le contraire... Ce qui n'était pas vraiment pour me déplaire.

« Dans ce cas juste deux doigts je te prie.»

Disais-je le plus sérieusement du monde bien qu'il semblait me dévisager d'une manière étrange...

Je crus le voir échanger une discussion silencieuse avec le barman que j'avisais avec un œil interrogateur et amusé tandis que mon cavalier du soir commandant nos nouveaux verres. Lorsque j'en fus en possession, je sortis un briquet de ma poche et flambais littéralement mon whisky. Bien sûr ma démonstration n'eut rien d'aussi classe que celle de Strike qui usait de son feu naturel pour reproduire la même chose. Je descendais dès lors de mon tabouret et l'approchais plus près de lui avant de me réinstaller, nos genoux se touchant quasiment désormais.
La flamme dans mon verre s'éteignit si bien que j'en respirais les quelques vapeurs et croisais mon bras avec celui de Strike pour boire mon whisky. Il n'avait pas l'air rassuré un instant tandis que je ne lâchais pas le sourire qui s'était figé sur mon visage.

Il était toujours presque torse nu, la chemise ouverte, si bien que je ne perdais pas une miette de ce que je voyais. Plus je le regardais et plus j'avais envie de me rapprocher et même de le toucher... Mon regard remontait jusque dans le sien, émeraude et diablement envoûtant... Il était sexy ce bougre ! Ma raison me dirait probablement de ne pas céder et de résister à l'idiot qu'il était mais... mais... ma raison était bien loin et mes idées étaient centrées et réorganisées de manière très différentes.

Subitement, je me penchais en avant, posant mes paumes sur ses cuisses tandis que mes lèvres vinrent capturer les siennes dans un échange langoureux. Je retirais mon chapeau, qui ne m'appartenait pas, et le plaçait sur le côté pour empêcher le voyeur de barman de nous observer. Lorsque nous mirent un terme à notre échange, restant à quelques centimètres du visage de l'autre, nous nous observions dans les yeux : les siens étaient désormais brûlant d'envie et le mien ne devait pas exprimer autre chose non plus. Le temps semblait suspendu et nous n'avions pas besoin de mots pour être sur la même longueur d'onde : il était temps de quitter l'ambiance du bar pour une toute nouvelle, ailleurs.

Je reprenais ma place sur mon tabouret, haussant les épaules à l'encontre du barman que je gratifiais d'un sourire avant de finir mon verre d'une traite tout en me dirigeant vers la sortie. Nulle doute que Strike allait me suivre... N'est-ce pas ? … Je me retournais et le voyait approcher ce qui eux pour effet d'accentuer mon rictus qui exultait désormais le désir.

« Mon appartement n'est pas vraiment ce qu'il y a de plus près... »

Je n'avais aucune honte à lui dire cela, autant aller droit au but : nous savions tout deux ce que nous voulions désormais.
Je n'étais toutefois pas une adepte des parties de jambes en l'air à la va vite dans les toilettes ou au détour d'une ruelle : son logement ? Le mien ? Un hôtel ? C'était à lui de choisir, s'il était encore en mesure de savoir où il habitait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Mer 27 Mai 2015 - 23:24

Le barman fit habilement glisser les verres de shooters. J'attrapais le mien et l'enflammait d'un claquement de doigt. Ce numéro faisait généralement craquer les filles, mais dans le cas présent, Yell semblait tout à moi. Elle me dévorait du regard et je me demandai même si elle n'allait pas me sauter dessus d'un instant à l'autre pour me tenter de me violer sur place. En somme, c'était une soirée parfaitement normal dans la faste vie de Strike. Néanmoins je ne me sentais pas superbement rassuré quant à sa présence. Elle était une Gogyou d'eau et moi de feu. La belle histoire du monoxyde de dihydrogène avec la réaction exothermique d'oxydation. Dans le fond comme dans la forme j'étais naturellement chaud comme la braise, mais la donzelle était certainement capable de m'éteindre comme un vieux morceau de bois flotté. Un accident était vite arrivé, je ne voulais pas perdre la vie des suites d'une inondation dans mon propre lit.

Tandis que je méditai sur la question, la lady s'approcha un peu trop brusquement à mon goût. J'eus un léger mouvement de recul, m'attendant à exploser sur place lorsqu'elle passa son bras autour du mien pour boire son shooter. Heureusement rien ne se passa, mais je ne parvins pas pour autant à me détendre. Je soufflais sur mon verre fumant et bus à mon tour. Mon cerveau avait beau ne pas se sentir à son aise, il y avait une autre partie de mon corps qui me travaillait sévèrement, d'autant plus que notre accolade m'avait une fois de plus offert une superbe vue plongeante sur son décolleté. Un fine perle de sueur coula le long de ma tempe. Pas mal d'image circulaient dans ma tête. De quoi rédiger le script du plus grand film érotique de tous les temps. Je les gardais dans un coin de mon esprit. Au moins je tenais le scénario de mon prochain bouquin. Quelque part le fait qu'elle en soit la source d'inspiration n'était pas vraiment étonnant au vu de ses formes généreuses.

Et comme je cherchais à me montrer un tant soit peu tenace, à faire preuve de sang froid devant la situation, elle termina d'achever ma volonté à grand coup de hache. Enfin... Plutôt en m'embrassant langoureusement. Je l'avais vu venir de loin, mais n'avait rien fais pour l'en empêcher, n'hésitant pas à y répondre en retour. Lorsque nos lèvres se séparèrent je poussai un soupire mesuré tandis qu'un sourire affirmé venait d’apparaître sur mon visage. D'un geste calculé je replaçai correctement mon chapeau sur ma tête.

Un nouveau regard brûlant et elle me proposa, à sa façon, de nous éclipser. Tandis qu'elle se dirigeait vers la sortie je restai assis réfléchissant. Je ne connaissais pas vraiment cette fille, mais je devinais qu'elle devait être particulièrement éméchée pour se donner ainsi à moi alors qu'il y a quelques jours, elle espérait sans doute ne plus jamais me revoir. En somme, seul un connard monumental couplé à un enfoiré de première aurait osé profiter de son ivresse afin de la serrer.

Ma réflexion dura environ une seconde puis je me levais pour la rejoindre, fiers comme un coq. Sur la route se trouvait la porte des toilettes pour homme. A l'instant même où je passai devant, celle-ci s'ouvrit laissant apparaître un MJ partiellement amoché en caleçon. Je lui administrai un nouveau coup de poing à la volé pour le renvoyer illico tête la première dans les waters.

Dehors la nuit était bien avancée. Yell me demanda où est-ce que nous souhaitions nous retrouver. Je sorti de ma poche une cigarette roulée que je portai à mes lèvres. Une simple aspiration sur cette dernière suffit à l'allumer.

-On va à mon appart... Dis-je en recrachant la fumée par les narines.

Parce que oui, je me devais d'avoir l'air classe même pour répondre à une simple question. Le moins classe était qu'en réalité je vivais encore chez ma mère. Je louai un appartement personnel en ville uniquement pour régler ce genre d'affaire comme Yell. Cette dernière passa son bras autour du mien et nous nous mîmes en route. J'avais pas mal bu, mais me sentais encore la force de marcher droit contrairement à la demoiselle qui, bien que toujours aussi sexy, ne semblait pas en aussi bon état.

Une bonne dizaine de minute s'écoula avant que nous n'arrivâmes à destination. Durant tout le trajet nous n'avions eux de cesse de nous chauffer du regard et ce fut dans la cage d'escalier qui je la plaquai subitement au mur pour l'embrasser. Un sourire cocasse un lèvre couplé à ce regard envieux que je déversai sur elle. Nous montâmes finalement jusqu'à l'étage presque au pas de course. A peine avais-je franchi le seuil de la porte qu'elle se jeta sur moi. Je posai mes mains sur ses hanches afin de mieux l'attirer. Sa poitrine était plaqué contre mon buste et mon entre jambe contre la sienne.

-Tu sais, je suis capable de danser toute la nuit s'il le faut. Dis-je gravement, toujours aussi aguicheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Sam 13 Juin 2015 - 14:34

Music ♫:
 

Il avait choisi : nous irions chez lui ! Très bien ! Je le suivais donc, alors qu'il tirait sur sa clope d'un air cool accentuant l'intensité de mon regard sur sa personne : depuis quand était-il si attirant cet abruti ?

Nous ne fîmes que nous chauffer tout le long du chemin si bien que je me demandais quand est-ce que nous allions arriver à destination... La route commençait à être vraiment longue...

A peine arrivions nous dans le hall de son immeuble que déjà il me plaqua contre le mur de la cage d'escalier pour me gratifier d'un baiser sulfureux. Je dévorais sa bouche et lui adressais un sourire aguicheur capable de tendre la perche de n'importe quel frigide.

J'attrapais sa main pour courir avec lui dans les escaliers jusqu'à arriver à son appartement. Le seuil a peine passé que je le poussais contre le mur en face, refermant la porte derrière moi d'une coup de pied tandis qu'il m'attirait à lui en agrippant mes hanches. Nos corps étaient collés l'un à l'autre tandis qu'il eut cette réplique qui me fit esquisser un nouveau sourire.

« ça tombe bien... La danse c'est mon sport favori... »

Mon regard ne lâchait plus le sien tandis que, brusquement, je l'embrassais de nouveau fougueusement, parcourant son torse nu de mes doigts qui descendirent jusque sur son service trois pièces que je rejoignais en glissant ma main dans son pantalon. Mon excitation ne fit que croire en le sentant si dur dans ma paume.

Il m'ôta mon short et je retirais ma main, pour les joindre autour de sa nuque et me donnais une impulsion pour me retrouver les jambes entourant son bassin. Il colla mon dos contre le mur à son tour et nous ne perdîmes pas de temps pour laisser nos corps fusionner et s'exprimer.
Je répliquais à ses coups de reins, suivant son mouvement pour leur donner plus d'amplitude. Ma respiration se faisait plus haletante et saccadée alors que j'avais terriblement chaud. Je poussais quelques soupirs et râles étouffés par notre échange langoureux.

Il nous mena ensuite dans une autre pièce où la plupart du mobilier nous servi pour assouvir nos désirs, nos pulsions et notre imagination. J'envoyais valser au sol tout ce qui se trouvait sur la table de la salle a manger pour me mettre plus à mon aise, causant un fracas assourdissant un instant : ce qui ne nous empêcha pas pour autant de poursuivre.

Il était sexy, désirable et c'était un super bon coup ! Je n'avais vraiment pas perdu ma soirée !
Mes mains ne se lassaient pas de toucher ses muscles saillants alors que je pouvais presque sentir le feu transcendant ses veines.

Mes vêtements se retrouvaient éparpillés dans différentes pièces au fur et à mesure, tandis que les siens subirent aussi le même sort.
Mon excitation était telle que j'en voulais toujours plus : je n'hésitais pas à lui montrer à quel point j'étais entreprenante, ne manquant pas de m'occuper de sa virilité entre deux changements de position sur le canapé.
Je m'asseyais ensuite à califourchon sur lui, gratifiant son corps de la pointe de ma langue chaude, tout en poursuivant ma danse effrénée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1541
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Dim 21 Juin 2015 - 12:16


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Dim 21 Juin 2015 - 12:25




Et la danse se poursuivait, toujours plus rock, toujours plus sensuelle. Avec elle j'appris à découvrir mon appartement sous de nouveaux angles ce qui n'était pas pour me déplaire. La radio allumée, balançait a fond sa musique dans toutes les pièces ce qui ne faisait qu'accentuer le côté rock'n roll de nos ébats. Nous en étions déjà au second round qui se passait majoritairement sur le canapé. Assisse à califourchon sur moi elle ondulait sensuellement du bassin tandis que mes mains soutenaient ses fesses pour l'accompagner dans ses mouvements. Nous nous jetions mutuellement des regards de braises tantôt provocateur, tantôt aguicheur. Nos râles se faisaient plus fréquents et nos respirations haletantes.

Je resserrai mon étreinte autour d'elle au moment de venir tandis qu'elle se cambrai de plus belle, je venais poser mes lèvres sur sa poitrine puis sur sa nuque. Un instant nous perdîmes le contrôle avant de revenir à un état plus naturel. Le souffle court, le cœur battant, nos corps moites collés l'un contre l'autre, nous nous embrassâmes avant de nous sourire mutuellement ; la tête posée contre le front de l'autre. Après un instant, le temps de retrouver notre respirations et de nous remettre de nos émotions nous nous écartâmes. Je me relevais lentement encore secoué. Toujours équipé de cette gaule de diable je me dirigeais vers le bars dans la cuisine. Je nous servis à chacun un fond de verre de whisky sertis de glaçons. Quitte à se la jouer davantage autant le faire jusqu'au bout. Désinvolte je la rejoignais sur le canapé pour lui offrir son du.

-A cette longue et interminable nuit !

Dis-je avec un sourire prometteur en réajustant la chaînette qui pendait à mon cou. Nous trinquâmes et avant de vider nos verres comme s'il s'agissait de petit lait. Puis cela repris de plus belle. Je l'attrapai par le poignet pour l'inviter à se redresser. De nouveaux échanges, de nouveaux baisés, de nouvelles caresses et je la plaquai face contre le mur, maintenant ses deux mains au-dessus de sa tête. J'étais ainsi, mais pas uniquement, car en même temps que je pouvais me montrer brutal, je prenais aussi soin d'elle en la gratifiant de multiple attention. C'était mon style. Je me la jouai peut-être, mais je savais comment traiter ces dames. Si je voulais la voir revenir j'avais intérêt à lui porter considération, mais aussi et surtout à être le coup de sa vie. Hors, je ne recommençai pas tout de suite, la faisant alanguir de toutes les façons possible de sorte à accroître sa frustration. Puis au moment où elle ne s'y attendait plus, où là tension commençait légèrement à retomber, je m’immisçai lentement en elle pour lui laisser l'occasion de profiter pleinement de chaque sensation.

Et nous reprîmes de plus belle, jusqu'à n'en plus pouvoir. L'alcool qui coulait dans mes veines de feu était un beau stimulant. Cette fois-ci fut beaucoup plus longue que les autres. Elle se termina dans mon lit, alors que j'étais sur elle, dans la position la plus simple qui soit. Et cette fois fut suffisante. Épuisés nous nous endormîmes l'un contre l'autre sans attendre.

Je dormis d'un sommeil profond pour finalement me réveiller assez brusquement. Un vive douleur m'élançait dans le crâne. Je fronçai des sourcils. J'avais la bouche pâteuse et mauvaise sensation de nausée. La lumière qui filtrait au travers du volet de ma fenêtre me vrilla le crâne. Je lançai un regard accusateur à mon réveil. Il était cinq heure du matin. Je voulus me replacer dans mon lit pour me mettre à mon aise, mais un poids mort posé contre moi m'en empêcha. Agacé j'essayai de rassembler mes idées, sans parvenir à me souvenir de ce qui s'était passé la nuit précédente. J'avais été avec une nana. Je tournais la tête en direction de la concernée. Il me fallut quelques secondes avant que mes connexions nerveuses se remettent en place et que je parviennes à la reconnaître. J'eus la sensation de me décomposer sur place. Écarquillant les yeux, j'effectuai un léger mouvement de recul qui ne me fit guère aller bien loin. Il s'agissait de Yell.

« Putain j'ai quand même pas fais ça ? »

Pensais-je, alarmiste, me demandant comment j'allais faire pour me sortir d'un pétrin pareil.


Dernière édition par Sakebi Strike le Mer 29 Juil 2015 - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Ven 3 Juil 2015 - 13:32

Nos échanges redoublaient, s'arrêtaient puis reprenaient de plus belles durant une bonne partie de la nuit. S'il savait se montrer sauvage, il n'en restait pas moins attentionné et doux : ce qui m'allait parfaitement.

L'alcool alimentait notre inextricable soif de l'autre. Nos corps d’élémentaires, bien qu'aux éléments opposés, s'adonnaient en harmonie. Nos baisers passionnés et sulfureux allaient de paires avec nos échanges, nous laissant haletants quelques instants, le souffle court, peau contre peau. Nos sourires respectifs témoignaient de notre satisfaction de ces instants.

Nous finîmes finalement dans son lit et nous endormîmes quelques instants après une énième et ultime fois, repus et comblés d'extase.

Du mouvement à mes côtés, les yeux embués par le sommeil papillonnant à cause de la lumière qui filtrait à travers cette pièce inconnue : où me trouvais-je donc ? Mon crâne était comme enserré dans un étau, tambourinant férocement tant et si bien que je voulus me rendormir. Me replaçant un peu mieux, je sentis une autre présence à mes côtés, me faisant ouvrir un œil : suspicieuse. Ah oui ! Cela me revenait en mémoire bien que très flou... J'avais passé la nuit avec un homme et j'étais probablement chez lui. Au moins il ne s'était pas enfuit et il ne m'avait pas demandé de partir non plus, ce qui tombait bien car vu mes migraines, je ne comptais pas m'en aller tout de suite.

C'était sans compter sur cette voix... Ces paroles qui annonçait une révélation gênante... Ce timbre que je ne commençais à connaître que trop bien... Ni une ni deux, j'ouvrais les yeux de stupeur pour les poser sur l'homme en question et être fixée. Mes doutes étaient confirmés, il s'agissait de Strike ! Je restais bouche bée, incapable de parler sous le choc l'espace de quelques secondes. Nous étions tout les deux nus dans ce lit et les souvenirs que j'avais de la veille me rappelait que nous n'avions pas vraiment fait que jouer au Shogi....

Je m'asseyais brusquement dans le lit, tirant le drap vers moi en reculant pour recouvrir mon corps alors qu'il n'y avait plus rien qu'il n'avait pas déjà vu.

« Mais … Mais … Mais ! »

Je le regardais : perdue. Je crus l'espace d'un instant qu'il s'était arrangé pour que l'on termine ainsi mais à voir sa tête déconfite lui aussi était aussi surpris que moi si bien qu'il n'y avait pas grand chose à dire ni même a rejeter la faute sur l'autre.

Reprenant quelques peu mes esprits, je me grattais l'arrière du crâne, gênée, en l'observant dans les yeux...

« Euh... Et si on considérait que tout cela n'avait jamais eu lieu ?! »

Après tout il s'agissait d'une énormissime erreur ! Moi avec cet idiot ? Non, non , non ! Jamais de la vie ! Si nous aurions été sobres tout cela n'aurait jamais pu se produire ! Il me détestait et me craignait du fait de mon élément et moi je le trouvais simplement abruti !
Pourtant il fallait détendre l'atmosphère car nous regarder ainsi en chien de faïence comme si nous venions d'apprendre la nouvelle qui allait changer à jamais la face de notre vie (ce qui n'était pas totalement faux) n'allait rien arranger.

« Au moins... nous n'en sommes pas mort ! »

Voyons le bon côté des choses ! Quoique mourir et ne jamais rien savoir de cette soirée aurait sans doute été préférable... Il ne s'était pas éteint et je ne m'étais pas évaporée... Finalement nous nous en sortions pas si mal... pas vrai ?

« Tourne toi »

Lui demandais-je.
Pas que j'étais vraiment pudique mais je ne voulais pas laisser cet idiot me lorgner une fois de plus ! Je me levais ensuite a la recherche de mes vêtements... Autant dire que c'était la chasse au trésor... Je retrouvais mon short dans une pièce, mon soutif dans une autre... Ce constat affligeant ainsi que le bazar environnant tel que tout ce qu'il y avait sans doute sur la table de salle à manger qui se trouvait désormais sur le sol, les bibelots sur le buffet renversés, ne faisait que renforcer ma honte... Visiblement nous nous en étions donnés à cœur joie et nous étions bien amusés un peu partout... Mon Dieu...

Presque par dépit, je ramassais ce qui traînait au sol pour les ranger et c'est a ce moment là que Strike apparu dans la pièce. Je n'étais vêtu que des seuls vêtements que j'avais pour l'instant retrouvé, à savoir : mon short sans rien en dessous, même s'il ne pouvait pas le savoir, et mon soutif... Mais je n'en avais cure qu'il me voit ainsi, voir tout ce désordre était bien plus honteux.

Je ne savais pas si lui s'en souvenais mais si ce n'était pas le cas, nul doute qu'il comprendrait lui aussi que nous avions exploré les moindres recoins de son appartement... Je ne me souvenais pas précisément de la nuit dernière mais je me rappelais tout de même que c'était un bon coup... ce qui ajoutait davantage de gêne dans mon esprit.

Après avoir rangé quelque peu, je partais de nouveau à la recherche de mes vêtements, arrivant alors dans la salle de bain où je récupérais mon haut sur le sol tandis que je me redressais pour m'observer dans le miroir. Sauf que ce n'était pas mon reflet que je voyais... Le luminaire au dessus de la glace laissait dévoilé quelques traces qui suggéraient que quelque chose étaient écrit dans la buée... Je soufflais sur les dites écritures pour créer de la buée et failli tombée à la renverse. Un cœur avec écrit Strike à l'intérieur ? Mon dieu ! Voilà que j'entendais l'intéressé approcher, tant et si bien que j'effaçais rapidement cette chose à l'aide de ma manche. J'espérais vraiment que c'était une autre fille avant moi qui avait écrit ça ! Quoi que... une autre fille... Combien il en avait emmené ici au juste ? Erk … Non décidément mauvaise idée, je ne tenais vraiment pas à connaître la vie sexuelle de ce dégénéré !
Il me restait encore mes sous vêtements à retrouver avant de m'en aller... Une chose était certaine : plus jamais je ne boirais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Mer 29 Juil 2015 - 22:40

Elle se redressa brusquement et j'en fis de même tandis que nous nous adressions mutuellement des regards hagards et décontenancés. Je n'en revenais toujours pas de ce que j'avais fais et surtout d'être encore en vie après cela. Elle me le faisait par ailleurs remarquer. En effet je pouvais m'estimer heureux, mais elle n'était pas pour autant obligé de me rappeler à quel point cela aurait put être mortel sachant que pour le coup, il n'était absolument pas question de maladie vénérienne. Remarque, j'ignorai ce que je risquais d'attraper en ayant copuler aussi farouchement avec une Gogyou d'eau. Car oui je me souvenais de ce qui s'était passé. J'étais salement amoché mais suffisamment saint pour que des passages me reviennent clairement en tête. L'alcool avait certainement grandement influencé mon jugement, ce qui ne m'empêchait pas pour autant de me sentir si sale. En fait, je me demandai même comment une idée pareil m'était passée par la tête.

Sans plus attendre elle s'élança à la recherche de ses vêtements disséminés aux quatre coins de mon appartement. Moi de mon côté je me contentai d'ouvrir le placard de la chambre pour enfiler en vitesse un simple pantalon. Mon regard s'arrêta un instant sur ma bibliothèque perso. On y trouvait de tout. Et je me rendais compte que je n'avais pas pensé à ranger ma collection de Hentaï, qui, pour le coup était vraiment mise en avant avec de superbe titre comme « Yamete Kudasai World » et « Bible White », dont certains numéros étaient particulièrement difficile à trouver.

Heureusement pour moi, la lady ne semblait pas prête à vouloir remettre un jour les pieds dans ma piaule. Ce qui me convenait parfaitement. Lorsque je la rejoignis dans le salon je la vis une fois de plus se pencher en avant pour récupérer un bracelet m'offrant une superbe vue sur son postérieur. Pour moi c'était officiel. Elle aurait une place d'honneur dans le Play Book comme ayant l'un des plus beau derrière qui m'ait été donné de voir dans ma vie de jeune jouvenceau. Croisant les bras je m'accoudais un instant à la porte, un demi sourire amusé aux lèvres

-C'est pas ta boucle d'oreille juste à droite au pied de la chaise ?

Et hop ! C'était plié. Décidément je ne me lasserai jamais de ce petit jeu, surtout avec une telle récompense à la clé. Je m'infligeai cependant une claque mental en essayant de me rappeler ce qu'elle était, ainsi que sa nature de garce qui m'avait plus d'une fois mit hors de moi. Après cela elle parti se réfugier dans la salle de bain sans que je ne sache trop pourquoi.

-Tu sais ce n'est pas par ici la sortie. A moins que ce soit ça que tu cherches ?

J'arrivais en sifflotant devant le seuil de la porte, m'amusant à faire tourner le string de la concernée autour de mon doigt. Il fallait bien que je trouve un moyen pour me défouler, car même si je ne le laissai aucunement paraître cette situation me rendait sacrément nerveux. Pour ainsi dire je n'avais pas pour habitude de coucher avec des femmes avec qui je ne voulais justement pas coucher.

-Mais t'as raison on va faire comme si rien ne s'était passé. Et avec un peu de chance on n'aura plus jamais à se croiser de notre vie.

Je n'y croyais pas vraiment. Le village n'était pas si grand. Peut-être devais-je prendre son fessiez en photo avant qu'elle ne disparaisse. Au moins étais-je assuré de la reconnaître de dos et de pouvoir la fuir avant qu'elle ne m’aperçoit. En pensant justement à fuir, je retournai dans le salon après lui avoir envoyé son sous-vêtement à la figure suite à une ultime rotation autour de mon doigt. Sans plus attends je me dirigeais vers le frigo dans l'optique de me servir une bière. J'avais pour principe de toujours combattre le mal par le mal. Ajouté à cela que l'alcool était un parfait combustible nécessaire à ma survie et je m'octroyais tous les prétextes du monde pour boire plus que de raison dans les situations les moins inappropriées.

Buvant quelques gorgées directement au goulot de la bouteilles j'en profitai ensuite pour redécouvrir mon appartement. Ce dernier me donnait l'impression qu'une tornade était passé par là. Le canapé était rendu jusqu'au fond de la pièce. Il y avait des chaises écartés, divers ustensiles décoratifs éparpillé, ainsi qu'un cadre renversé. Dans la cuisine plus rien n'était à sa place. L'électroménager était sans dessus dessous, et une enquête approfondit vers les deux larges traces circulaires présente sur mon plan de travail me permirent de deviner que Yell qui avait certainement posé ses miches dessus. Celles-ci même qu'elle ramena dans la salle où je me trouvais, venant à ma rencontre certainement pour m'annoncer le mot de la fin de l'histoire. Nerveusement je bus une nouvelle gorgée, dans l'espoir que la pilule passe plus facilement.

-Bon et bien... heu... Ce fut...

Non, je n'allais tout même pas dire cela...

-Heu bon écoute... Je comprendrais qu'après ça tu deviennes accros, mais faut pas que tu t'écoutes. Ça poserait trop de problème... Vois-tu, c'était sympa et tout...

J'essayai de me rattraper.

-Enfin, je veux dire, non pas du tout !

J'essayai de ma rattraper une deuxième fois.

-Enfin si. Ça aurait pu être pire, on aurait put en mourir.

Définitivement, il fallait que j'apprenne à fermer ma gueule.

L'air aussi détaché que je le pouvais, je jetais mes yeux en amande dans une fuite désespérée sur la droite, vers le store de la fenêtre à moitié ouvert qui ne laissait pénétrer que la moitié des rayons de l'aube dans un salon à peine éclairé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Seulement deux doigts... [Yell] Jeu 30 Juil 2015 - 12:43

Les pas de cet idiot se rapprochaient jusqu'à ce qu'il finisse par apparaître dans l'encadrement de la porte de la salle de bain, sourire aux lèvres en faisant tournoyer mon sous vêtement autour de son doigt. Je sentis le rouge me monter au nez, attisant ma colère.

« Tu avais l'air aussi surpris que moi au réveil mais maintenant on dirait même que la situation te plaît ! Tu ne me détestes peut-être pas tant que ça finalement ! »

Ironisais-je.
Lorsqu'il poursuivait en clamant que nous devrions effectivement faire comme si rien ne s'était passé – bien que cela serait carrément impossible – et que nous n'aurions sans doute plus à nous revoir de toute façon – ce dont je doutais fortement – j'opinais du chef. C'était beau de rêver. Deux Gogyou a Konoha, qui n'était pas si vaste que cela... Nulle doute que notre chemin se croiserait de nouveau... Kihran allait bien se moquer de moi lorsque je lui parlerais de cette nuit... Le pire étant sans doute que mon meilleur ami et cet abruti se ressemblait plutôt avec leurs cheveux flamboyants et leurs yeux d'émeraudes...

Il me renvoya mon sous vêtement que je m'empressais d'enfiler alors qu'il s'en allait. Je n'osais même plus me regarder dans le miroir. Mon dieu quel décrépitude... Etais-je si désespérée pour en venir à une telle extrémité ? J'avais déjà regretté certaines nuits que j'avais passé en bonne compagnie mais jamais le regret et la culpabilité n'avait été à ce point...

Une fois la chasse au trésor qui concernait mes vêtements, terminée, je me dirigeais de nouveau dans sa chambre pour voir si je n'avais rien oublié : il était hors de question que je revienne chercher quoi que ce soit. L'odeur de fauve qui émanait de cette pièce me replongeait plus encore dans ma honte. De toute façon, aucune pièce ne semblait avoir été épargnée alors...

Mon regard inquisiteur qui recherchait des affaires que j'aurais pu laisser traîner, se posa sur une étagère pleine de livres, des hentai étaient relativement bien mis en évidence et me fit lever les yeux au ciel. A vrai dire, curieuse, je vérifiais qu'il ne traînait pas dans les parages et me mis à en feuilleter un pris au hasard. Certains dessins étaient pour le moins … éloquents et d'autres carrément surprenant... Je glissais le manga entre mon short et sous mon haut dans mon dos avant de m'éclipser pour me retrouver finalement nez à nez avec lui, une bière à la main.

Buvait-il toujours de bon matin ou était-ce un moyen d'évacuer la nouvelle de ce début de journée qui commençait foutrement mal ?
Strike ne trouva rien de mieux a faire que d'ouvrir sa bouche pour rendre le tout encore plus insupportable alors que nous aurions simplement pu nous quitter sans un mot, chacun reprenant sa vie en tâchant d'occulter de ses pensées ces moments qui représentaient la plus grande erreur de ma vie.

Je le laissais toutefois parler, sachant éperdument qu'il ne dirait rien de bien intelligent de toute façon : ce qui ne manqua pas. Comme si j'allais devenir accro à lui ! Non mais là il rêvait éveillé ! Il clamait que c'était sympa tout en se rectifiant maladroitement pour prétendre le contraire avant de relativiser sur notre mort qui n'avait pas eu lieu.

« Sympa ? C'était sympa ? Non mais non ! Je n'ai... que quelques souvenirs de ce qu'il s'est passé et c'est déjà bien suffisant et trop à mes yeux ! Mais tout ça... »

Je désignais le bazar environnant :

« C'est juste le pire scénario possible ! Ce n'était pas « sympa » ! C'était juste l'erreur du siècle ! Et bien heureusement, cela n'arrivera plus jamais ! »

Je parlais sous le choc et avais dû mal a formuler mes paroles sans avoir l'air ahuri tant la situation était infecte.

« Oui voilà! Nous ne sommes pas morts et nous allons continuer d'être vivants ! Et pour que je ne risque pas de mourir à cause de n'importe laquelle de tes frasques, je m'en vais tout de suite ! »

Je marquais une pause avant de me reprendre, comme pour me rattraper :

« Et de toute façon je n'avais pas envie de rester ! »

Hors de question que je subisse ne nouvelle fois sa niaiserie qui nous conduisait toujours dans des situations improbables ! Celle là restait tout de même le pompon !
J'attrapais sa bière des mains et en bu une longue rasade avant de la lui redonner sans rien dire.
J'avais moi aussi besoin d'un remontant malgré que j'avais pensé il y a peu que je ne boirais plus jamais... Une bière ne compte pas vraiment... Si ?
Là dessus, je quittais l'appartement à la hâte, pestant intérieurement et me jurant de ne plus jamais approcher ce type.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Seulement deux doigts... [Yell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-