N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Ven 8 Mai - 15:47

Cela faisait bien des jours, peut-être même quelques semaines que Mikami voyageait sans utiliser son chakra. La volonté de vivre sans artifice, proche de la terre... quelque chose comme ça. Une envie de se retrouver à nouveau face à toutes les difficultés qu'imposent les lois de la nature et de s'en sortir par soi-même, d'user ses forces à escalader plutôt que de continuer une route monotone à l'aide du kinobori, savoir que le moindre détail peut entraîner une chute fatale sans qu'un lapin sorti du chapeau ne lui sauve la mise comme si la mort ne pouvait jamais le prendre. Elle pouvait tous les prendre, à tout moment, en une seconde. Sûrement avait-il aussi envie de faire face au courant de l'eau fraîche du torrent sans passer au-dessus comme si de rien n'était. Retrouver tout ce qui est élémentaire quoi, leurs racines.

Mais ces dernières minutes avaient été différentes. Certaines conditions font que l'on sort de son optique et commet des actes que l'on avait pas prévu et que l'on aurait pas pensé commettre, mais qu'on ne souhaiterait pas effacer pour autant. Des cris avaient retenti d'entre les falaises qui formaient d'immenses couloirs dans les montagnes au Nord de Kaminari. Puis d'autres, différents, enragés, puis décontenancés, et enfin effrayés. Jusqu'à ce qu'ils ne s'éteignent l'un après l'autre comme si leurs voix unies s'atténuaient jusqu'à ce qu'on ne l'ait étouffée et contrainte au silence... qui s'était réinstallé au sommet, comme si rien ne s'était jamais passé. Un vol de sombres oiseaux s'était dispersé des profondeurs de la terre jusqu'à se retrouver dans le ciel pour reprendre une route commune.

Et un bon paquet de secondes plus tard, comme un bruit de pas relativement régulier, et très lent, résonnait depuis l’abîme. Des pieds qui se posaient sur la roche, jusqu'à ce que l'écho ne se fasse plus perceptible et ne trahisse la dégringolade de petits éboulis. Le shûkaijin remontait, se propulsant d'un mur à l'autre, puisant encore une fois dans ses réserves de chakra. Ce n'est pas comme s'ils n'étaient que très peu espacés, il y avait une certaine distance. Et qui dit plus longue distance dit plus d'énergie à dépenser, plus de temps à prendre. Il avait envie de revoir le soleil, s'échapper de cet endroit nauséabond. Il en avait eu assez pour aujourd'hui.

Enfin il sentit ses rayons, et bientôt une main rouge vint se poser sur l'aplomb de plateau rocheux qui formait le sommet. De sale cheveux bruns dépassèrent du vide alors qu'il se hissait sur le bord, et s'allongeait sur la terre en offrant sa face au soleil. Même ceci ne suffisait pas à enlever l'écœurement que lui provoquait le fer qui lui prenait la bouche. Son visage était couvert d'hémoglobines et sa chevelure faite de mèches de sang séché. Même ses habits n'avaient pas été épargnés, il allait empester.

Alors que son regard se perdait dans les nuages et dans le vide, une présence vint perturber ce moment de repos et de solitude, et elle semblait ne pas tracer sa route. Si sa respiration n'était pas aussi forte à ce moment là, il aurait sûrement soupiré. Il fallait qu'il réfléchisse, qu'il fouille au fond de lui-même, mais une ombre se rapprochait.

* Non, pas encore... *


Dernière édition par Mikami le Sam 9 Mai - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Ven 8 Mai - 16:22




L'ange du divin dieu descend de son nuage blanc. Le ciel couleur turquoise, tapis de son océan bleuté, l'ange descend. Déployant c'est ailes, il arbore fièrement son signe distinctif. L'ange blanc du ciel venait apporter sa miséricorde sur le monde. La paix entre guillemet que connait le monde actuel n'est qu'une illusion. Un monde ou règne le chaos le plus total. Solitude, damnation, le monde va connaitre le tournant ultime de son histoire. Je suis celui que l'on appel " homme au parapluie " celui qui de par sa méditation, arrive à atteindre le saint grâle. L'apogée du controle de son propres esprit, être non pas spectateur de ce monde, mais belle et bien un acteur. Faisant partie du premier rôle, l'ange divin s'abattra sur vous. L'épée de damocles semble avoir trouvé sa futur victime. Celle ci tourne, tourne doucement au dessus de ta tête. Prête à la couper aussi facilement qu'une vulgaire brindille.

Celui dont l'épée est le seul juge et le bourreau. L'homme à la chevelure doré, avec en son dessus un chapeau rond vert. Cette ange venu du ciel, s'apprête à prendre un tout autre tournant. Marchant fièrement dans les montagnes du pays de la foudre, notre homme, ou plutôt notre Dieu marchait paisiblement dans son pays. Regardant alors avec les yeux du créateur ses propres créations. Animaux, ciel, nuage, le vent qui caressé sa peau blanche et froide. Sa marche lente et peu avenante faisait de lui une personne à fuir. Il était ici dans un seul et unique but, trouver l'homme ou la femme qui lui feront connaitre enfin la satisfaction. Connaitre enfin quelque chose de complèmentaire à Dieu. Celui qui pourra lui faire face, celui qui lui hôtera tout espoir de vivre dans un monde d'amour et d'eau fraîche.

Je suis, celui dont l'ange Gabriel avait posé en lui toute ses promesses. Je suis la personne qui fera en sorte que le monde approuve une bonne fois pour toute la suprémacie des ninjas du pays du fer. Je suis l'ange, ou plutôt le dieu qui accordera la rédemption au peuple faible, et la mort au peuple fort. Je suis celui qui abolira l'entente entre les samurais et les shinobis. Il est temps pour nous de ce mettre en marche vers notre destin. Reconquérir notre terre, au péril de nos vie. Tel est notre éthique, ceci est notre Bushido.

L'ange se retrouvant alors au bord d'une falaise, regardant un homme à bout de force. Un insecte perdu dans la jungle hostile du monde shinobi. Qui était il pour s'aventurer en terre ennemi. Pourquoi venir ici au point de perdre la vie ? Venait il ici dans le bût de connaitre son chatiment ? venait il ici pour répondre de ses actes face au créateur ?

Je serais pour lui son juge, je serais celui qui appliquerais la sentence envers cet homme. Ma lame sera la fin de sa vie, et le commencement de la mienne. Toi allongé sur le dos, face au ciel, vois tu au bout de cette lumière la fin ? Peux tu me décrire le chemin parcourut pour atteindre l'arrivé ? Non, parce que pour le moment, ton coeur bat encore. Mais ceci n'est qu'une question de minute. Lucifer est ici pour te récupérer, mon katana sera le marteau de la justice.


    " Etranger. Déclarez au plus vite votre identité, sinon le chatiment divin s'appliquera tel votre sentence pour laver vos pêcher. "



Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Sam 9 Mai - 21:21

Comme de juste, la présence se rapprocha de lui. Mikami semblait être sa cible, et bien plus que ce qu'il n'aurait pu le penser au début. Le lent tâtonnement de ses semelles avait quelque chose de reposant, du moins jusqu'à ce que son aura ne l'atteigne et n'en fasse l'annonce monotone et persistante d'une arrivée intrusive. Sa démarche, sa posture, les traits de son visage qui lui apparurent quand il tourna la tête, n'étaient que le reflet d'une agressivité qui se voulait enrobée dans un calme flottant au-dessus des personnages. C'était ce que disait son apparence, et vous savez à quel point il faut s'y fier... même si ses paroles ne firent que plussoyer l'impression que cet inconnu donnait. Et que disait l'apparence de l'amnésique, au-delà d'être couvert de sang ?

Un étranger. Si à cet instant ses pensées n'étaient pas tournées sur certains tréfonds de la nature humaine qui ne lui inspiraient que profond dégoût, il aurait esquissé un léger rire empli d'ironie. S'il était dans ces montagnes ce jour-ci, c'était dans le but de retrouver son village natal. Sur sa route le panorama entrevu lors des visions induites par le traitement Hoheinheim s'était dévoilée au loin entre deux falaises, peut-être même pourrait-il le voir s'il ne daignait bouger la tête de plus du dixième de tour qui lui avait suffit à porter l'œil sur son vis-à-vis. Cette vue était tout simplement le témoin de la proximité avec les lieux dans lesquels il avait grandi, s'était entraîné, et avait été lui-même forgé. De son côté il était curieux de savoir d'où venait cet étranger aux cheveux dorés.

Le reste de sa phrase l'aurait aussi fait profondément grommeler s'il avait eu la foi d'exprimer une quelconque émotions. D'ailleurs il n'avait pas la moindre foi en une quelconque personne divine si ce n'était la Terre qui les entraînait éternellement dans sa valse. Mikami finit daigner par passer une main dans ses cheveux gras après qu'elle n'ait fortement appuyé sous son front, aussi plissé que ses yeux fermés. « Vite » vite vite... Pas son genre, encore moi quand on l'en prie de la sorte, la menace mystique n'y changerait rien. La mort ne lave aucun péché. Elle ne condamne qu'à ne plus jamais pouvoir s'en absoudre si elle est le fruit de la volonté d'un tiers et non pas d'une action concrète. Ses doigts écartèrent les mèches sales et sa main tomba dans le vide au bout d'un bras qui se balançait contre la roche.


    - Je ne suis que le reflet de ce que tu es. Tu t'observes au-delà de tes pupilles en pensant avoir affaire à un étranger... je suis comme toi : un homme dont ont ne sait encore le nom et qui retrouve de ses travers en chacune de ses rencontres comme il pourrait très bien n'avoir affaire qu'à la lumière, une âme déracinée qui se cherche et se retrouve dans l'adversité.


Celui qui voit le diable partout porte certainement le diable en lui, vous connaissez ? De nos plus profonds soubassements dépends notre manière de voir le monde et l'inverse est tout aussi valable. Une façon de se construire, ou de se détruire ; et puis de construire autour de soi, ou de détruire... Cet inconnu sacralisait en quelques mots tout ce qui le rebutait, mais il ne lui en tenait pas vraiment rigueur, ce n'était rien à côté de ce qu'il venait de voir des centaines de mètres plus bas.


    - Si vous venez pour rendre la justice vous venez de rater une bonne occasion de faire grand bien à l'humanité et à tous les êtres vivants...


Un démon venu de nulle part avait surpassé l'ange venu du ciel. Le Bien et le Mal étant au final si difficilement dissociable...


    - Je m'appelle Mikami, et je suis né quelque part non loin d'ici.


Histoire de remettre les pendules à l'heure, et de montrer l'exemple. Car il considérait les avoir replacer sur un pied d'égalité et redémarrer leur dialogue à zéro en tentant de lui démontrer qu'à ce stade il n'était que le reflet de ce que lui-même pensait. M'enfin c'était pas gagné, il faisait rarement preuve de génie pour les explications alambiquée. Aussi n'avait-il pas particulièrement envie de se battre, donc de jouer avec les limites d'un homme qui se disait prêt à lui sauter à la gorge à la moindre contrariété ; même si c'était un peu ce qu'il faisait avec ses mots pour percer sa carapace et découvrir ce qu'il renfermait. Autant lui donner ce qu'il voulait et voir combien de temps ses ardeurs pourraient être contenues dans le dialogue et quelles en étaient réellement les couleurs. Il finit enfin par tourner pleinement la tête de son côté pour mieux le regarder et lui faire face dans en simple mouvement qui ne lui demandait pas de se lever, d'une voix qui ne sortait toujours pas de sa neutralité.

    - Et vous ? Quel est votre nom, étranger ?


Même si cette information ne les ferait à ce jour guère plus avancer, si tant est qu'il n'était pas un fou dont aucune parole n'aurait pu le détourner de son désir physique d'adversité. Mikami de son côté venait de trouver une façon de faire face à lui-même et au monde qui l'entourait.

Et une dernière fois quant à son vis-à-vis : pour penser avoir le droit de vie ou de mort sur une autre personne, ce devait sans doute être un shinobi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 10 Mai - 11:05

Aujourd'hui, je m'apprêtais à revisiter une nouvelle fois à visité les montagnes de Kaminari no Kuni, oui, j'aimais voir ce qui faisait de notre village, un endroit unique. Je me préparais lentement tout en prenant mes armes, car oui, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Je pris mes vêtements les plus sobres, je me dirigeai vers mon armoire pour prendre mes deux sabres qui étaient cachés par les vêtements soigneusement pliés et propre. Je descendis les marches tranquillement, tout en prenant un livre de ma pochette pour le lire sur la route. Il faisait très beau, le soleil était haut dans le ciel, mais on ne pouvait pas trop l'apercevoir, car dans le pays de la Foudre, il y a beaucoup de Nuages...

Continuant ma route, je traversai le centre-ville, le sentier perdu avec une marche calme et lente. Arrivé à la montagne, je pus entendre des paroles venant juste de l'autre côté, il y avait un énorme rocher qui m'empêchait de voir. J'entendais une voix qui disait " déclarez votre identité étranger... " Il y avait donc une étranger dans notre territoire, je pris un kunai, car je pense que la personne qui demanda de déclarer son identité et moi devrons nous battre contre cette étranger, il n'y avait aucune solution possible, il fallait l'amener dans les géôles de Kumo pour ensuite attendre la décision du Raïkage. Je fis un bond pour sauter par-dessus le rocher. Dès lorsque que l'étranger surnomma le ninja de Kumo étranger, ça m'a mis hors de moi, je sortis de ma cachette lançant un kunai facile à éviter. Mon visage ne décrivait aucune colère, il ne dégageait aucune expression, je pris la parole d'une voix neutre.

《 C'est assez impoli de ta part de le surnommer étranger alors qu'il n'en est pas un. De toute façon, toute étrangers mettant ses pieds sur nos terres subiront les conséquences... Nous allons vous massacrer et vous amenez aux geôles le temps que le Raïkage revient. 》

Je lui lançais un deuxième kunai mais, cette fois ci, il était explosive.

《 Prépare toi à te battre, dès que la fumée apparait, on l'attaque. 》

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 10 Mai - 11:48




La naissance. La vie. L'homme. Puis la mort. Le cycle de la vie, dont tu nés poussière et tu retournera poussière. Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit: Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre. Vous serez un sujet de crainte et d'effroi pour tout animal de la terre, pour tout oiseau du ciel, pour tout ce qui se meut sur la terre, et pour tous les poissons de la mer: ils sont livrés entre vos mains. Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture: je vous donne tout cela comme l'herbe verte. Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang. Sachez-le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal; et je redemanderai l'âme de l'homme à l'homme, à l'homme qui est son frère.

Si quelqu'un verse le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé; car Dieu a fait l'homme à son image.
Et vous, soyez féconds et multipliez, répandez-vous sur la terre et multipliez sur elle.
Dieu parla encore à Noé et à ses fils avec lui, en disant: Voici, j'établis mon alliance avec vous et avec votre postérité après vous; avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, tant les oiseaux que le bétail et tous les animaux de la terre, soit avec tous ceux qui sont sortis de l'arche, soit avec tous les animaux de la terre. J'établis mon alliance avec vous: aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre. Et Dieu dit: C'est ici le signe de l'alliance que j'établis entre moi et vous, et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à toujours: j'ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d'alliance entre moi et la terre.

Quand j'aurai rassemblé des nuages au-dessus de la terre, l'arc paraîtra dans la nue; et je me souviendrai de mon alliance entre moi et vous, et tous les êtres vivants, de toute chair, et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair. L'arc sera dans la nue; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants, de toute chair qui est sur la terre. Et Dieu dit à Noé: Tel est le signe de l'alliance que j'établis entre moi et toute chair qui est sur la terre.

Les fils de Noé, qui sortirent de l'arche, étaient Sem, Cham et Japhet. Cham fut le père de Canaan. Ce sont là les trois fils de Noé, et c'est leur postérité qui peupla toute la terre.

Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne. Il but du vin, s'enivra, et se découvrit au milieu de sa tente. Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons, et couvrirent la nudité de leur père; comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père. Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet.

Nous ici sommes venu dans l'antre de la mort pour t'accorder ton pardon. La peine de mort que connaîtra ton être sera mon pour ma mise à la vie. Tes dire sur le chatiment ne son point conforme à l'idéologie de ma vision. Ton allure non chalante et ton regard de haut te servirons dans ton trépas. Au toi Mikami, ta route s'achève ici.

" Mikami ? et bien à mon tour alors. Eiko. Voici comment on me nomme. Le non loin d'ici exactement c'est ??? "


Deuxième missive, l'ange baptiste arrivait avec ses colombes. Il relâche les oiseaux blanc en ouvrant les mains, deployant leurs ailes, ils volent comme de vulgaire bête enfin libre. La liberté chose dont tout homme ce bat pour en obtenir la garde. Comme un enfant soumis au divorce des humains l'aillant mit au monde, ils ceux battent pour gagner un soupçons de garde dite " partagé ". La liberté est pareil, partagé entre plusieurs nation, plusieurs groupuscule de ninja déserteur. La vie ne vaut pas la peine d'être vécu et il était temps pour lui de ne plus perdre de temps et de lui enlever la vie.

Dans le silence paisible des montagnes rocheuses de kumo, une voix fit ricochet un bruit. Quelqu'un parlait. Caché derrière des pierres, celui ci ce débusquer pour lancer un kunai vers mon interlocuteur. Venant d'un peu loin, et en réfléchissant cela pourrait me permettre de voir les réflexes du dénommé Mikami. Dans la même foulé, un deuxième kunai fut lancé, juste après avoir terminé son jolie discours. Que faisait il ? d'autant plus, que le projectile en question était bien différent du précédent. Positionnais à dix mettre de lui, l'explosion ne me toucherais normalement pas, ou du moins elle ne serait que très peu dangereuse. Attrapant mon parapluie, j'ouvrais sa toile pour positionner celle ci ouverte vers la futur explosion. Histoire de ne pas cramer ma tenu.



    "CRETIN "







Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Lun 11 Mai - 22:13

    - Mikami ? Et bien à mon tour alors. Eiko. Voici comment on me nomme. Le non loin d'ici exactement c'est ???


Il préparait ses bras pour donner de l'élan à son ventre et se redresser, ainsi que désigner la zone à l'à-peu-près.

    - Ça va te paraître étrange et *stupide mais...*


Il sentit un kunai souffler sur son dos qui se relevait, la relâche sur ses épaules de ses habits qui se déchiraient. Étrange et stupide, car il ne pouvait désigner exactement l'emplacement de son village natal, voilà ce qu'il voulait dire. * Étranger stupide ! * s'évertua-t-il à penser en voyant se découvrir un second shinobi. Et si le dit Mikami avait été un civil ? Couic, un mot de travers et un innocent de moins, bonjour la bavure. Mais allongé, les poches d'équipement à ses jambes prenaient l'air hors de son chaperon. Ah, ce devait être ça qui les avait attirés, les armes. La guerre attire la guerre, et jamais ça ne lui paraissait aussi évident qu'aujourd'hui.

Pourtant, il lui avait semblé que la discussion avec le premier venu prenait une tournure plus pacifique. Les bonnes choses ne tiennent que très peu à elles-mêmes... Est-ce que tous les kumojins étaient comme ça ? Le symbole sur leur bandeau s'inscrivait petit à petit en exécration dans son esprit, sûrement dans une place passée laissée vacante. L'amnésique saisit aussitôt du creux de sa main le bord de la falaise qui formait avec sa voisine un étau millénaire, celui qui semblait être le plus jeune chuchotait quelque chose à l'homme au chapeau dont la surprise avait aussi son pesant.

L'usure encore fraîche de son humeur et de ses capacités physiques faisait de lui un shinobi qui n'était ni prêt, ni désireux de faire front à deux inconnus. Quels qu'ils soient. Mikami avait encore de la route à faire et celle-ci se trouvait à l'opposé des geôles de Kumogakure. Bien que ce fut tentant de jouer un peu plus avec eux, il allait devoir décliner leur invitation. Peut-être que le plaisir du combat se trouvait en ces terres et que son esprit se transmettait à tous ceux qui y naissaient ? Ceci expliquerait cela, pour lui comme pour eux.

Pas le temps de plus penser, un nouveau kunai fusa en sa direction et tirait derrière lui ce bout de papier au grésillement si distinctif... Le shûkaijin sauta dans la falaise sans plus se demander quelles pouvaient être les raisons de cette agressivité gratuite. Encore la nouvelle du revirement politique des terres du Nord-Ouest ne s'était pas assez répandue et le jeune homme n'en savait encore rien, mais peut-être ceci était-il un message adressé à l'empire ?

La pierre à laquelle il se tenait se fissura sous le fracas, la chaleur et le souffle de l'explosion. Il chuta, déposa ses pieds sur la paroi, usa du kinobori, composa un mudra. Le glissement de deux pieds sur la paroi retentit jusqu'aux oreilles des deux shinobis qui ne pouvaient déjà être en porte-à-faux, et une voix emplie d'un mélange de neutralité, de flegme et d'impatience se fit entendre d'entre les immenses murailles.


    - Messieurs, je suis un shinobi en voyage en ces terres et ces montagnes pour retrouver son village natal !


Il avait faillit dire « errant », mais au vu de leur comportement présent et ce malgré son incertitude de la réelle façon dont il était vu à Shozaichi depuis son départ, il allait quand même tenter de leur exposer certains faits.

    - Mais je suis aussi ninja membre de l'Alliance des Pays Neutres ! Vous attaquer à moi revient pour nos dirigeants à attaquer l'emblème que je représente ! Je ne pense pas que votre Raikage soit satisfait à l'idée de voir cette alliance tissée au prix de longues et ennuyantes heures de négociations avec le Triumvirat, et d'apprendre qu'il en a fallut de l'action de deux de ses hommes pour que ce labeur ne s'effrite ! ... Alors si vous attaquez, attaquez pour tuer et faites en sorte qu'il n'y ait plus aucune preuve de vos âneries !


Ŀà, c'était carrément de la provocation, à croire qu'il s'y était abonné. L'idée d'un jeu avait germé dans son esprit, il lui fallait bien un peu de légèreté pour ne pas prendre la nature humaine en grippe après cet enchaînement d'évènements tous aussi bien sans fondements que malheureux.


    - Pour ma part, je viens en paix !


Et enfin, il s'amusait. Avec l'écho que renvoyait les murailles de roches, et histoire d'appuyer sur des paroles qui cette fois venait du fond de son cœur. À moins qu'Eiko et son camarade n'aient envie de goûter à ce qu'il avait dans les tripes...

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Mar 12 Mai - 14:35

Mikami... Voilà ce qu'était son prénol. Ce que je retiendrai de ce combat, pour l'instant, je ne sais pas trop... Dans tous les cas, je retiendrai de ce prénom : mon premier combat sérieux et que je défendrai mon pays contre un ennemi qui a l'air plus fort que moi. Dès que je lança mon kunai explosif, il évita sans problème en sautant dans un ravin. Je savais très bien qu'il aurait facilement éviter mon kunai... Ce ninja avait niveau supérieur que le notre car il posséder une très bonne expérience du combat mais en analysant bien les choses, je remarquais qu'il pouvait facilement éviter cette technique avec une technique de rang D. Tout en continuant d'analyser, je constatai qu'il ne voulait pas user trop de chakra... Cela veut dire que soit il n'a pas assez de chakra pour nous contrer avec une bonne énergie ou il economisait du chakra pour nous attaquer avec une technique dévastatrice...

Plusieurs solution s'offrait à moi, sois sauter pour l'attaquer sans réfléchir ou lancer une nouvelle fois un kunai explosif... Si je lançe ce deuxième kunai explosif, il m'en restera plus qu'un seul donc je réfléchissais lentement cherchant réponse à mes questions, soudainement je me tourna vers lui, un nouveau coéquipier... Je n'avais pas le choix, je devais lui faire confiance pour le bien de Kumo. Mikami disait un petit peu sur son identité... C'était un ninja de l'Alliance des Pays Neutres. Il disait que si on l'attaquaient, nous attaquerons l'emblème du Shukai, il continuait oujours avec son air de provocation puis il termina avec un " Pour ma part, je suis venu en paix ". Je gardais mon sang-froid puis je parlais d'une voix basse à mon nouveau partenaire, j'allais faire rapide.

《 Pas le temps pour les présentations, on va le combattre et vu tes sabres, tu es samouraï donc tu vas aller devant et je te couvre... Fais moi confiance. 》

Je le regardais puis j'attendais qu'il sois prêt et surtout qu'il soit d'accord..

C'est fait sur portable, je me relirais plus tard. Mes paroles seront en gras dorénavant car sur portable très chaud de cliquer

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Mar 12 Mai - 16:05




On ne l’observe pas, on ne le regarde point, le faire est tel que de s’exposer à une douleur des plus insurmontables, à un danger des plus imminents ; le scruter, c’est s’égarer dans le labyrinthe lascif de l’envi et de la jalousie ; détailler sa personne, c’est braquer du doigt nos propres imperfections, dépouiller notre personne et nous complaire dans la folie. Il n’est qu’un spectre, immatériel, inaccessible, lointain et abrupt, le chenal qu’il empreinte laisse sur sa voie une brise frigide, flegmatique, provocante que personne n’ose la perturber ; son existence n’est que sordide différence, une immesurable distinction dans un tel orphelinat de misère.

Ce fantôme à l'existence divine cille cette vie avec une grâce surnaturelle, une bénédiction jamais atteinte par le commun de ceux qui vivent dans cette lassante de réalité, se pavanant avec cette allure princière, au-dessus de sa condition d’humain, suscitant l’envie et le désarroi, tous l’observaient déambuler avec une flèche dans le cœur ; pourquoi subissaient-ils le supplice d’un martyre, alors que cette effrayante personne arrivait avec tant d’aisance à se pavaner avec une telle supériorité ? Dans la vie, tout n'est qu'une question d’un choix, la vie en elle-même n’est qu’un choix, j’ai choisi de m’hisser au-delà de mes limites, de frôler la divinité encore jamais acquise, de siéger parmi les piliers de cette terre et de m’y imposer ; ma clause n’est donc point dû au hasard, c’est un assortiment, une voie que j’ai choisi de suivre.

Muni de cette aisance qui m’orbitait, je demeurais le plus silencieux de mes compères, amplement serein, comblé par un calme des plus césariens, j’étais indifférent aux conséquences, mélancoliquement insensible à l’aboutissement d’un éventuel affrontement. A vrai dire, au fin fond de mes désires, je souhaitais l’éclat de celui-ci, je convoitais un clash des plus titanesques, car oui, j’en avais plus que marre de cette lassitude qui emplissait ma vie et celle de ce village. Chérissant cette idée, je contemplai le panorama des évènements, scrutant de mon regard éploré, les moindres faits et gestes de mes antagonistes ; chose captivante.


" Membre des pays neutre ? Triumvirat ? A ma connaissance je n'ais rien entendu concernant une pseudo entente entre nos pays. "


Nous étions beau supérieurs en nombre, distingués en endurance, ça ne les affectait que peu, ils étaient aussi flegmatiques que je l’étais, munis d’une confiance des plus sereines, les ornant de la tête aux pieds. Soi je me trouvai face à des êtres qui m’étaient égales, embrassant la même voie que la mienne, soi, ils manigançaient une toute autre tournure d’évènements. Une chose est sûre, cela ne présageait point de bonnes intentions, rien de souhaitable ; je me trouvai dès lors orné à mon tour, d’une attention que je ne leur accordai guère au début, désormais, leur présence me captivait, mon intérêt leur fut accordé mais parallèlement, j’osai espérer que je ne perpétrais point d’erreurs, accorder ma dividende à des êtres qui ne s’avéreront pas à l’hauteur, serait tel que m’offenser au plus haut point.

J’attendais donc, placidement, telle qu’une omnisciente prospection, jusqu’à ce que à ma ahurissante surprise, je cueillis une certitude, du moins, sur un certain point. Ils manigançaient bel-et-bien quelque chose, une chose qui interrompu mes pensées.


L'explosion de mon partenaire avait poussé notre assaillant à ce jeter dans le vide. Comprenait il enfin que j'étais venu ici pour lui prendre la vie ? Embrasant la demeure des dieux et celle des mortels, le pont fut le témoin d’un majestueux holocauste à la couleur écarlate, une ignition qui n’avait pour tâche que de brûler et de réduire en cendres. Inutile de dire que je fus plus qu’épaté, non, ensorcelé par cette divine manœuvre, aussi éblouissante soit-elle ; toutefois, comme le dirait mère nature, était-ce suffisant ? Je crains bien que non. J’ignorai le statut de mon dit acolyte, à vrai dire, je n’en avais rien à faire de son sort, j’estimai que sa vie n’était point de mon assortiment ; quant-à-moi, je ne fus point bercé de ma position, je demeurai sagement figé, telle qu’une statue, insensible à cette artifice, je ne faisais que m’éblouir devant une telle beauté, reine de cette réalité, elle trônait sans aucun contraste dans ce carnage ; fière, belle, forte.

Sur les trois mètres qui ornaient mes pieds, le sol était intact, in-atteint par la splendeur de ces flammes ; je l’étais aussi, dévêtu ne serait-ce que d’une petite particule de poussière, ma supériorité n’était que évidente. Comment avais-je réussi à m’en tirer ? Grâce à la toile de mon parapluie.

    "Remonte maintenant ! Arrête de fuir, et montre moi ton pouvoir. "


Dieu attendait son épée de métal dans la main droite. La main gauche du Dieu juge, était quand à elle en train de prendre dans la sacoche accroché dans son dos. Prenant deux shurikens calé entre mes doigts. Je regardais le sol, j'espérais que l'homme vétu de bleu remonte pour que l'on puisse enfin passer à l'acte final de cette scène de théatre. Je suis celui qui prendra ta vie, je suis celui qui enverra ta tête au porte de ton soit disant village.

    " A quoi pense tu Hattan ? "



Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Mar 12 Mai - 18:17

Thème

D'éther, de marbre et de fer. Tels étaient trois éléments qui allaient et venaient entre chacun des protagonistes. Mikami embrassait les trois à la fois, il gardait une marque de chacun de leur passage et en faisait ses armes. Déterminé, son visage de marbre n'avait d'égal que sa volonté de fer de ne pas voir sa route s'arrêter par la seule volonté de deux tiers. Pourtant audacieux, la fuite était dès lors une solution des plus aisées mais il maintenait sa position, prêt à rugir dans un grondement de tonnerre. Et vous savez ce que l'on dit à propos de la chance et de l'audace... Elle pourrait lui sourire à tout moment. Mais à l'instant présent, il ne comptait pas sur ce facteur aussi imprévisible qu'un Homme libre.

Les brises qui s'engouffraient dans l'étau naturel et démesuré lui apportait les paroles de ces deux agresseurs - dont cette qualification n'était déjà plus d'actualité - et celles-ci n'étaient plus que bourrasques après être passées par le jeune shinobi amnésique. La tension s'était installée, leur échange verbal ne faisait que prolonger le moment où la foudre éclaterait, retarder l'explosion qui frustrée ne brillerait que d'un éclat plus cuisant. Chaque goutte de silence était un poids de plus rajouté à cette attente.

Mikami englobait toute leur approche dans son champs de vision, à moins qu'ils ne sachent creuser la terre. La déchirure de la terre offrant un éclair bleu ciel à ses yeux jaunes et sombres lui permettait de voir venir pratiquement toute approche possible pour les kumojins, la distance qui le séparait du sommet était convenable pour anticiper tout type de défense à partir du moment où n'importe quelle attaque venait à poindre. Pourtant on l'invita à monter. Pourtant un combat se jouait déjà avant même que les hostilités ne commencent. Le premier camp qui se découvrirait perdrait ce premier round, qui ne durerait pas éternellement pour autant.

Mais ils étaient deux. Ne se découvrir qu'à moitié était-il le juste milieu, la bonne concession à faire pour obliger leur adversaire, étranger qu'à eux-mêmes, d'abandonner l'inertie dont peut-être aucun des trois ne pouvaient se permettre de démordre ? Le shûkaijin avait cru avoir vent du fait que l'actuel village caché des nuages était celui où les ninjas étaient les plus dévoués à leur cause au point de sacrifier leur vie pour que la mission et le devoir soient accomplis. Tel était un des principes du shinobi, mais ceux des nuages semblaient placer la barre très haut sur cette voie. Les convictions de ces deux là étaient peut-être à la hauteur de leur emblème, ou peut-être ne se pliaient-ils pas autant au bon vouloir de leur Raikage.

Mais là n'étaient pas les seuls paramètres inconnus de ce combat qui s'engageait. Les capacités de chacun étaient encore voilées de mystères et Eiko invitait l'amnésique à montrer les siennes le premier. Tentative louable. Vaine ? Il avait eu le temps de voir un katana attaché à sa ceinture, mais impossible d'avoir la certitude que ce soit la seule cartes qu'il ait près de sa poche. Quant à l'autre, il s'était pour l'instant bien dissimulé en usant que d'armes basiques. Mikami ? Il avait confiance en ce dont il était capable de faire, alors il n'allait pas se brimer pour cacher ses modestes talents.

Trois mudras, proprement et avec applications. Ses pieds semblèrent électrocuter le sol, rien ne se passa... du moins de visible pour l'instant. Un courant électrique glissait à travers la roche de minerai conducteur en minerai conducteur. Il était déjà trop tard quand l'électricité statique vint faire frémir le parapluie. Un scorpion jaillit du sol à la vitesse de l'éclair qui le composait, en s'emparant des mollets de l'homme au chapeau. Celui contre lequel Mikami avait le moins de charge, mais celui qui avait demandé à voir son pouvoir. Monsieur était servi, le dard s’abattit sur lui comme la foudre sur un arbre immuable et l'électrisa de tout son venin. Dieu pouvait redescendre sur terre et venir voir si le démon de ces montagnes ne l'attendait pas dans les profondeurs de celle-ci.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Mer 13 Mai - 16:38

Mon tout premier ennemi, Mikami, commençait sérieusement à m'énerver, mais mon visage gardait toujours cette expression neutre... J'allais essayer de le faire sortir de son trou, mais pour cela, je devrais encore user de shuriken explosif, le temps que la fumée se dissipe, j'aurais un peu de temps pour réussir à l'attaquer et le faire remonter. Soudainement, j'ai voit de l'électricité qui se dirige vers mon nouveau partenaire. Il me demandait à quoi je pensais... Je n'avais pas le temps de répondre, j'accélérai à une vitesse assez soutenue, je commençais peu à peu à charger mon pied de foudre, je continuais d'envoyer du chakra foudre dans mes pieds.

Je dirigeai rapidement ma main dans ma pochette pour reprendre une nouvelle fois un shuriken explosif. Puis lorsque que j'arrivai à cinq mètres du ravin, je lançai rapidement mon shuriken dans le trou, il aurait explosé, il fallait juste patienter quelques secondes. Ce combat... Il fallait le gagner, à tout prix, si on perdait ce combat, le Raïkage aurait une très mauvaise image de moi. Mon visage restait toujours d'une neutralité impressionnante, j'arrivais toujours à garder mon sang-froid dans n'importe quelles circonstances. Quelques secondes, puis l'explosion se déclencha aussitôt, c'était à ce moment-là que je devais encore réagir, il devait se concentrer sur nous deux...

Pour qu'il gagne, il faut qu'il arrive à nous attaquer nous deux en même temps... C'était pour moi, sa seule solution, mais qui sait... Peut-être que cet ennemi était plus intelligent que je le prétends. Dès que l'explosion arriva, mon pied était suffisamment chargé de chakra pour l'assommer. Je sautai dans le trou avec toujours cette neutralité qui se dessinait sur mon visage. Je disais le nom de ma technique avec une voix neutre et ce visage qui l'accompagnait.

《 Kumo Renpu. 》

À voir si mon pied se dirigea au bon endroit ou pas... Mais dans tous les cas, un trou n'est pas trop grand, je devrais le toucher...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Ven 15 Mai - 17:57




Dieu m'a regardée et Il a dit : Les âmes périssent malgré Mon amère Passion.
Je leur offre une dernière planche de salut : La fête de Ma miséricorde. Si elles n'adorent pas Ma miséricorde, elles périront pour l'éternité. Secrétaire de Ma miséricorde, écris, parle aux âmes de Ma grande miséricorde, car ce jour terrible, le jour de Ma justice est proche.Je désire que les prêtres proclament Ma grande miséricorde envers les âmes pécheresses. Quelles n'aient pas peur de s'approcher de Moi ! Les flammes de la miséricorde Me brûlent. Je veux les répandre sur les âmes. Dieu se plaignit ainsi : La méfiance des âmes Me déchire le Coeur, mais la méfiance d'une âme choisie Me fait encore plus mal. Malgré la Miséricorde dont Je l'inonde, elle se méfie de Moi. Même Ma Mort ne lui suffit pas. Malheur à qui en abuse. Les flammes de Ma Miséricorde Me brûlent, Je veux les déverser sur les âmes, mais les âmes ne veulent pas croire en ma bonté.

Mon Coeur déborde d'une grande miséricorde pour les âmes et particulièrement pour celles des pauvres pécheurs. Si elles pouvaient comprendre que Je suis le meilleur des Pères, que c'est pour elles que le Sang et l'Eau ont jailli de Mon Coeur comme d'une source pleine de miséricorde. Pour elles Je demeure au tabernacle comme Roi de Miséricorde. Je désire combler les âmes de grâces, mais elles ne veulent pas les accepter. Toi au moins, viens vers Moi le plus souvent possible et prends ces grâces qu'elles ne veulent pas. Ainsi tu consoleras Mon Coeur.

Il y a des âmes qui méprisent Ma grâce, ainsi que toutes les preuves de Mon amour. Elles ne veulent pas répondre à Mon appel, elles vont dans le gouffre infernal. Cette perte d'âme Me plonge dans une tristesse mortelle. Ici, Je ne puis porter secours à l'âme, quoique Je suis Dieu. Elle Me Méprise. Car profitant du libre arbitre, on peut Me mépriser ou M'aimer. Toi, dispensatrice de Ma Miséricorde, parle au monde entier de Ma bonté et ainsi tu consoleras Mon Coeur.

Alors que le parapluie du Dieu saint crépité à coté de ces pieds, l'ange blanc d'un simple instant disparu dans la lumière du ciel réfléchissant le soleil. Le roi du désert de Goby, le scorpion blanc. Celui ci particulier, chargé en chakra de foudre tel celui de Zeus attaquant les titans. Pourquoi agir ainsi face à son créateur ? Je suis celui qui fera de toi un homme bon. Un mouvement de anche, au dernier moment, la lame du bourreau descendait de bas en haut. Effectuant la danse des saints, j'arrivais à me décaler légèrement sur la droite, le roi blanc du sable s'aggrandissait de seconde en seconde. Le choc serait sans doute innevitable pour les deux fils de Dieu.

La lame de fer du dieu de la guerre Ares. Le katana du jeune à la chevelure doré venait de couper littéralement le scorpion en deux. En l'espace de quelque seconde, tout juste le temps de comprendre que le scorpion n'était déjà plus la. Voici l'art d'un dieu maitrisant les secrets de l'art des Samurais. Dans la fougue de l'ange, combattant le roi scorpion, celui ci fut brièvement touché par le choc électrostatique. De faible dégât mais ils furent quand même causé. L'esprit combatif de notre divin venait de monter encore plus. Il était temps maintenant de commencer à écrire la page d'une nouvelle histoire. Il était temps pour le fils du créateur de montrer son véritable pouvoir. La main de la justice, attrapa dans le dos, un baton. Le Bö du Yukita. Main de la justice tenant le bâton du juge, ainsi que la main de sentence. Le katana. Positionnait toujours au même endroit, le deuxième semi dieu faisant équipe avec lui était passé à l'action.


" Maintenant approche. Le juge va exprimer sa pensé. "



Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Sam 16 Mai - 23:19

Des nouvelles de la réussite de son jutsu ? Il n'en attendait pas. Son seul but étant de faire se déplacer ses adversaires, Mikami observait avec attention la faille céleste au sommet de l'étau dans lequel il se trouvait. Dans son dos, l'ombre sans fond dans laquelle disparaissait les deux murs de pierre semblait occupée par de nombreux regards qui lui fixaient les omoplates et lui demandait de se retourner pour assurer ses arrières, comme si une réminiscence du carnage qui se trouvait plus bas réclamait son dû. Mais un seul détournement des yeux pourrait être une mauvaise concordance avec la contre attaque des deux kumojins et malgré la main fantomatique qui lui caressait le dos, pur fruit de son imagination, il gardait ses prunelles rivées vers le ciel auquel il faisait face.

Un point noir jaillit du sommet en transperçant le ciel avant de décrire une courbe dont le point de chute se trouvait au-dessus de lui, se muant rapidement en une forme bien familière. Un shuriken lancé de cette façon ne pourrait faire de réel dégât. Méfiant, il recula - ou du moins se défit de son kinobori en prenant soin de laisser ses pieds glisser le long de la roche pour y ré-adhérer plusieurs mètres plus bas. Et le souffle de l'explosion lui brûla la peau ; du moins juste assez pour qu'il ne ressente une intense chaleur ; vous avez déjà mis la tête dans un four en l'ouvrant ? Le nuage de fumée lui voila la vue. Profitant de cet espace de dissimulation mutuelle et se doutant d'une surenchère, il créa un clone de foudre qui en bon kamikaze, se jeta à corps et âme au travers du smog qui se dissipait déjà.

Le choc fut brutal. Assez pour qu'il ne se détruise, assez pour qu'il ne renvoie ce que la cible principale aurait pu encaisser au jeune brun avec les cheveux long qui s'étant jeté dans la gueule du loup, forcément électrisé, se retrouvait dans les airs au-dessus d'un gouffre qui semblait sans fond. Avait-il prévu quelque chose pour se rattraper, ou était-il réellement inconscient de la chute à laquelle il s'exposait ? Quoi qu'il pouvait en être, Mikami ne lui laissa pas le temps de réagir. Il avait profité de ce laps de temps pour composer quelques signes incantatoires, et prendre l'adversaire à la gorge était son crédo. Il attrapa le kumojin à la cheville qu'il lui avait tendu et d'une demi rotation l'invita à poursuivre sa chute avec encore plus de vitesse tout en l'éloignant du bord de la falaise. Un dernier mudra vint sceller l'achèvement de sa technique et de ses deux mains se mit à étinceler un oiseau d'électricité qui prit très vite une bien plus grande envergure.

Un peu de chakra sous les semelles et il le chevaucha alors qu'il fendait sur le petit homme dépourvu de toute prise. Aussitôt bien plus proche de lui, le cavalier aérien en lequel il s'était mué lui bondit dessus avec pour seul objectif le ruer de coup, jusqu'à ce qu'ils ne s'écrasent tous les deux des centaines de mètres plus bas et que son oiseau ne vienne finir le travail.

* * *

Même les murs les plus anciens et les plus imposants ont leur faille. Celle-ci démarre d'un simple pet à la façade ou d'un instable enchevêtrement de pierres. Le temps fait ensuite son travail, usant à force d'années et de gravité du maintien d'un entier bloc de roche jusqu'à ce que celui-ci ne se défasse naturellement en amorçant une chute mortelle pour quiconque se trouverait dessous et produisant un surprenant bruit sourd dont rare sont les témoins. Ainsi l'envers d'un balcon se forme dans le creux laissé vacant par la masse qui ne fera plus jamais parti de l'échafaudage de plusieurs millénaires.

Mikami, l'original, y avait pris position après s'être jeté la première fois de la seule place ensoleillée au sommet de ce sombre couloir. Rechignant à faire face une seconde fois à la démagogie de l'Homme dans la même heure, désireux de voir combien de temps une moitié plus électrique de lui-même pourrait tenir en respect ces deux énervés. Ils l'auraient sûrement vaincu avant de se voir sous le feu d'une explosion d'escarbille, leurs visages défaits et stupéfaits lui seraient parvenus directement. Une belle optique, mais il faut souvent se détourner de ce que l'on avait prévu pour suivre la route qui s'offre à soi comme celle de l'instant présent.

Ainsi bien agrippé sous son perchoir inversé il vit passer son raikage bunshin harcelant de coup le garçon qui chutait. Coup de poing, coup de pied retourné, coup de coude, tout y passait. L'oiseau électrique qui les suivait en illuminant les parois n'était pas la pour rien, dès la destruction ou à la moindre complication, et ce même avant qu'ils ne se fracassent sur le sol s'il le fallait, il foudroierait celui qui aurait pu le tuer alors que son camarade semblait plus enclin à discuter du pays.

Que faisait-il celui-ci d'ailleurs ? Dans les souvenirs que lui avait transmis le premier clone à être détruit, il n'avait fait que l'inviter à monter et n'avait pas attaqué, ni même riposté après l'assaut du scorpion. Mais depuis le début encastré dans l'ombre des rochers, Mikami n'avait pas quitté le dédain qu'il avait depuis le départ pour ce combat. Voir avec un soupçon de recul toute la violence avec laquelle son propre double s'acharnait sur ce garçon et celle qui émergeait de l'intensité de sa technique ne lui avait pas donné le moindre regain de motivation à ne faire parler que les poings face à ces deux inconnus, bien au contraire. Partir maintenant serait le moment propice... Mais tiré par une intrigante curiosité, par le goût du risque et un fort détachement de l'importance de cette vie qui lui semblait aujourd'hui sans cesse frénétique... Il irait à nouveau à sa rencontre, défait de toute arme et encore une fois de la moindre envie de combattre.

Un saut, un nouveau bond, et il se hissa une nouvelle fois au sommet de ce mur interminable. Sous les rayons du soleil qui lui semblaient bien plus pesant qu'à l'accoutumée, il vint poser ses pieds à l'extrême de ce que l'équilibre le lui permettait, les talons au-dessus du vide. Remontant, il jouait déjà les borderline, alors tant qu'à faire... Une ombre fendit le sol, un autre volatile les survolait de bien haut dans le ciel. Même avec le contre-jour il était évident que son plumage était des plus noirs. Le shûkaijin eut d'ailleurs un regard interrogateur à son encontre - et le kumojin ferait bien d'en faire de même - mais il s'en retourna très vite au chapeau, au sabre et au bâton. Et ce avant qu'il ne tente la moindre chose :


    - Quel est ce regard que vous avez ici sur les « étrangers », Eiko-san ? De simples détails changeant dans les évènements passés et nous aurions pu être des alliés... Comment est Kumogakure, le Raikage vous demande-t-il vraiment d'accueillir tout visage inconnu par une telle sommation et une telle possibilité de mise à mort sans chercher à voir ce que vous pourriez en tirer ?



hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 17 Mai - 8:40



Ma miséricorde est plus grande que ta misère et que le monde entier. Qui a pris la mesure de Ma Bonté ? C'est pour toi que je suis descendu du ciel sur la terre. C'est pour toi que je me suis laissé clouer à la Croix. Pour toi J'ai permis que Mon Très Saint Coeur soit percé d'un coup de lance et je t'ai ainsi ouvert la source de Miséricorde. Viens et puise les grâces de cette source ! Puise-les avec l'instrument de la Miséricorde qui s'appelle la confiance ! Je ne rejette jamais un coeur plein d'humilité, ta misère fait naufrage dans l'abîme de Ma Miséricorde. Pourquoi devrais-tu discuter avec Moi de ta misère? Fais-Moi plaisir, abandonne-Moi toute ta pauvreté et ta misère et Je te comblerai d'un trésor de Grâces !

Je suis trois fois saint et j'ai dégoût pour le plus petit péché. Je ne peux aimer une âme souillée par le péché, mais lorsqu'elle se repent, il n'y a pas de limites à sa largesse que j'ai envers elle. Ma miséricorde l'enveloppe et la justifie. Je poursuis de ma miséricorde les pécheurs sur tous leurs chemins et mon coeur se réjouit quand ils reviennent à moi. J'oublie les amertumes dont ils abreuvent mon coeur, et je me réjouis de leur retour. Dis aux pécheurs qu'aucun n'échappera à ma main. S'ils fuient mon coeur miséricordieux, ils tomberont dans les mains de ma justice. Dis aux pécheurs que je les attends toujours, je prête une oreille attentive aux battements de leur coeur quand il bat pour moi.


" Voici mon pouvoir. Le divin n'accepte pas ta défense. Ici en terre Kumojins, je te ferais vivre la sentence que l'on réserve au étranger. "


Je désire que la Sainte Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les écluses de Ma miséricorde sont ouvertes. Je déverse tout un océan de grâces sur les âmes, qui s’approcheront de la source de Ma miséricorde. Toute âme qui s’approchera de la confession et de la Sainte Communion recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition. En ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoule la grâce. Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l'écarlate.

En ce jour saint, moi le fils du divin, devais répondre des actes perpétré par cette brebis égaré. Moi le très haut, l'ange blanc déchu, devais lui montré ou était la justice dans ce monde. L'ombre écarlate que mon katana dessinera sur son visage, sera celui d'un homme repenti. Oh oui toi membre du Triumvirat tu te répendra de t'es péché. Tu t'ouvriras à moi, comme le livre saint. J'enverrais ton corps entre quatre planche de bois de chêne à ton village pour que tu puisse avoir l'enterrement que tout être humain mérite. Je te bénirais, et tu pourras rejoindre les cieux dans le calme et l'apaisement. Lave ton chagrin, sèche t'es larmes, il est l'heure pour toi de fermer les yeux, et de rejoindre le bleu azur.

La main de la justice lancé les deux shurikens qu'elle tenait. Les deux projectiles du divin ange, fusée en face des genoux de Mikami. Ses paroles ne furent pas accepté par l'ange, qui en réponse envers l'affront, allait lui expliquer en quoi consister fouler les terres de la foudre. Je suis le roi, le roi du peuple de Tetsu. Le futur chef des corps armes de Onoyashi.


Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 17 Mai - 16:23

Un piège... C'était un piège vraiment très bien construit. Je savais bien que ce dénommé Mikami était très intelligent, mais comme je l'avais dis lors de ma rencontre avec Kinzoku Toph... Le ninja doit toujours avoir une longueur d'avance contre des ennemis fort et puissant comme ce Shukaîjin... Je ne possédait pas la puissance la plus convoité, ni même l'intelligence d'un brillant tacticien, mais ce que je possédait était bien plus lumineux, brillant et surtout puissant : La volonté de La Foudre. Le pays du feu en possédait un alors pourquoi pas nous, Les Kumojins hargneux, prêt à tout faire pour son pays... C'était peut-être de la copie mais notre volonté à nous, était bien plus forte. Ma volonté me donnera cette force et cette énergie pour écraser cette étranger qui persiste comme un insecte échappant à sa proie. Cependant... Celui qui est la proie en ce moment, c'est bien moi.

Il fallait que je gardais mon sang-froid, dès que j'exécuta ma technique Kumo Renpu, je savais que j'allais la loupé cette technique et je savais aussi très bien que la suite serz extrêmement douloureux pour moi. Dès ma technique raté, le Shukaijin me prit par ma cheville et me jeta vers le bas... Dans le profond du ravin puis il sauta sur un oiseau fait de foudre. J'analysa ma situation qui était assez critique, il y a un moment, tout clone élémentaire explose, ce qui veut dire que le Mikami qui était sur l'oiseau n'était pas un vrai mais un clone, ce qui veut dire... Les deux clones vont exploser. Ce combat devenait franchement excitant ! Le clone de Mikami m'enchaîna de cou sans aucune seconde de répit, les coips était puissant mais je pouvais resister, je dégaina mon sabre le chargant de foudre puis je fis semblant d'attaquer le clone de Mikami pour changer à la dernière seconde de trajectoire pour ainsi trancher l'oiseau qui explosa de suite.

《 Katsa. 》

L'oiseau de foudre m'électrocuta, j'étais sous le choc mais il fallait vite reprendre ses esprits. Nous étions plus que deux en chute libre, mais la chute n'avait d'inquiéter plus que ça le clone, d'autant plus qu'il va bientôt exploser. Le clone continua de me ruer de coup, mon sabre en main, je bloqua un de ses coups, sans perdre une secode, j'utilisa sa force pour plaquer mes pieds sur son torse puis le poussant quelques mètres plus haut, il explosa sans m'atteindre. Ensuite, je planta mon sabre sur un de sed parois rocheuses pour arrêter cette chute. Je remonta petit à petit en retirant mon sabre puis en plantant mon sabre quelques mètres plus haut...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Sam 23 Mai - 21:34

Mikami n'obtint pour seule réponse qu'un regard qui lui sembla empli d'amertume et une nouvelle rhétorique dont le champs lexical tournait à nouveau autour d'une certaine théologie. À force, ceci avait fini par lui marquer l'esprit et n'échappa pas plus à son attention. Pourtant à sa connaissance, le pays de la foudre et ni même son village shinobi n'étaient particulièrement tournés sur la religion. Ce mec se prenait-il... pour une sorte de messie ? Ou directement un Kami ? Au point où cela avait l'air d'occuper la quasi-totalité de l'esprit de cet étranger qui lui avait sommé de se présenter, comme un propriétaire privatif de ces lieux l'aurait fait. Deux shuriken pour exprimer son pouvoir et aucune justification quant à la défense qu'il n'acceptait pas, et que l'amnésique ne se souvenait pas avoir prononcée. Cependant le lien entre la sentence divine et Kumogakure fut directement fait, en parlant du traitement des étrangers. Finalement il avait eu un fragment de réponse qui ceci dit n'arrangeait en rien le dédain qu'il avait pour ce combat et qui commençait à contaminer l'image jusqu'alors neutre qu'il observait quant au village caché dans les nuages. L'échange d'arme de jet qui s'exécutait se montrait assez explicite :

    - Votre politique en bois... Une de ses mains ballantes tira deux kunai de sa poche. ...vous la gardez pour vous.


D'une courbe de l'épaule et du poignet, comme un bras qui balaie toute une table de livres trop encombrant, il vint opposer ses deux projectiles à ceux qui se dirigeaient sur lui. Attrapés par l'anneau, les deux shuriken s'en retournèrent aux pieds de son envoyeur en effectuant leur deux derniers tours autour de la pointe des kunai et contre la roche, narguant les orteils du divin. Était-ce tout ? Pas même une petite explosion pour le pousser en bas, ou quelque chose du genre ? Peut-être que les shurikens ne s'étaient pas assez rapprochés de lui, il en avait pris soin en tout cas. Tout du moins, il en attendait plus de cet homme que ce soit par la parole, ou par les actes...

Le fixant impassiblement, avec cette pointe de curiosité dans le regard que déclenchent chez lui chaque drôle d'hurluberlu qu'il rencontre, il grattait le bord de la falaise d'une de ses semelles, tâtant de la disposition des failles dans le bord sur lequel il était posté et jouant avec leurs limites. Une chute naturelle pourrait être un bon effet de surprise pour prendre la fuite... mais il attendait encore, repoussait la fin, procrastinant de son départ comme s'enfonçant un peu plus au sein de la merde dans laquelle il avait déjà mis les pieds. Attendant que cette curiosité se mue enfin en intérêt, qu'il y est du bénéfique à tirer de cette rencontre.

Mais au milieu du bruit des quelques gravillons qui dégringolaient le long du mur, le son d'une lame interféra dans la danse qu'accomplissait les petites pierres dans leur chute. Une chant bien plus saccadé, marqué de plus d'effort, d'une volonté d'aller à contresens bien empreinte et typique du genre humain. Une chose qui n'avait pas l'air de vouloir s'arrêter. L'autre Kumojin ? Déjà ? Il avait l'air de s'être sorti de sa situation avec une aisance bien plus que déconcertante. Mikami passa en revue les informations transmises plus tôt par son clone : Ok, l'oiseau avait été détruit, et bien que les dégâts reçus par son adversaire ne provoque en lui une certaine frustration, il avait fini par accepter qu'il puisse tenir tête à son clone aussi rapidement. S'interrogeant, il glissa une main dans sa sacoche tout en continuant de fixer l'homme au parapluie avec toujours cette même lassitude qui s'exprimait même à travers ses traits immobiles.
De quelle manière se retrouvait-il déjà à escalader ? Son clone avait été repoussé, mais perdant le contact avec lui il aurait de suite exploser pour lui procurer cette décharge qu'il ne pouvait pas éviter de toute manière... Et il avait pris soin de le tenir éloigné du mur pour lui laisser le moins de champs d'action possible. Mais soit, il était de retour. Tenace le gaillard... un peu trop ? Il se devait tout de même d'être assez amoché par les coups et différentes électrisations qu'il reçut. Et enfin les mains du shûkaijin réapparurent, attachant un parchemin explosif à l'anneau d'un kunai.

Un bref coup d'œil dans le ravin et en se retournant vers son adversaire présent il lança son cocktail sur la paroi sous ses pieds, avança de quelques pas. Quand le fichage de la pointe dans la roche retentit, un mudra vint sceller la technique et libérer la déflagration qu'elle refermait. Il avait toujours du mal à comprendre pourquoi tant de chakra s'échappait de ses réserves à chaque fois qu'il en utilisait un, mais dans ce cas-ci, les retombés - à proprement parlé - serait des plus "bénéfiques". Entre le souffle soudain et puissant des flammes retentit l'éclat de la pierre qui se défaisait de l'édifice et dévalait à présent le vide par tonnes sur le jeune garçon qui remontait péniblement. Bon courage...

Derrière lui, à l'endroit où il se trouvait debout, un pan de mur se détacha et disparut dans l'immensité du ravin en ne laissant qu'un trou béant où ses pieds jouaient quelques secondes plus tôt, marqué à présent d'une nouvelle ligne qui semblait aller chercher l'amnésique, jusqu'à ce que le prochain éboulement ne vienne redessiner les lieux. Et maintenant qu'il avait prolongé ce petit instant privilégié avec le samourai... :


    - Pour un divin, tu ne sembles pas trop te préoccuper du sort de ton camarade... Qu'est-ce que ça fait, à quelqu'un comme toi, d'être enchaîné à un village shinobi ?



[spoiler]Résumé : Remballe les shuriken d'Eiko avec des kunai, fait exploser un pan de falaise pour que tout tombe sur la gueule d'Hattan *_*
Santé : " Un thé ce serait pas mal... avec un peu de saké au fond. "
Mental : Pfiouu...
Chakra : Toujours une grosse partie de consommée, mais grosse partie plus borderline à chaque fois là... Une C pour le parchemin explosif ce tour-ci o/[spoiler]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 24 Mai - 6:17



Demande à Mon fidèle serviteur, de proclamer en ce jour, Ma grande miséricorde au monde entier. Qui s'approchera, ce jour-là, de la Source de vie obtiendra la rémission de ses fautes et de leurs châtiments.
L'humanité ne trouvera pas la paix tant qu'elle ne se tournera pas avec confiance vers Ma miséricorde.
Oh ! comme l'incrédulité de l'âme Me blesse. Cette âme confesse que Je suis Saint et juste, et ne croit pas que Je suis la Miséricorde ! Mais elle se méfie de Mon amour. Les démons aussi croient en Ma justice, mais ne croient pas en Ma bonté. Mon coeur se réjouit de ce titre de Miséricordieux. Proclame que la Miséricorde est le plus grand attribut de Dieu. Toutes les oeuvres de mes Mains sont couronnées de Miséricorde.

Aucune âme ne trouvera justification, tant qu'elle ne s'adressera pas avec confiance à Ma Miséricorde. C'est pourquoi, parler aux âmes de Ma Miséricorde insondable. Je te fais la dispensatrice de Ma Miséricorde. Dis à ton confesseur que cette image doit être exposée dans l'église, et non dans la clôture de ce Couvent. Par elle beaucoup de grâces seront accordées aux âmes, il faut donc qu'elle soit accessible à tous.

Sainteté et perfection résident pour moi, en une étroite union de ma volonté avec celle de Dieu. Dieu ne fait jamais violence à notre libre arbitre. Il dépend de nous, d’accepter ou non, la grâce divine, de nous dépend de collaborer avec elle ou de la laisser se perdre. Qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l'écarlate.

Plus le pécheur est grand, plus il a droit à Ma miséricorde. Sur chaque oeuvre de Mes mains est gravée Ma miséricorde. Qui a confiance en elle ne périra pas, car toutes ses affaires sont à Moi et ses ennemis se briseront à Mes pieds. Que chaque pécheur sache qu'il sera torturé durant toute l'éternité par les sens qu'il a employés pour pécher! J'écris cela sur ordre de Dieu pour qu'aucune âme ne puisse s'excuser disant qu'il n'y a pas d'enfer, ou, que personne n'y a été et ne sait comment c'est. Moi, Yukita Eiko, par ordre de Dieu, j'ai pénétré dans les abîmes de l'enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l'enfer existe.

L'offensive sur ordre du Dieu divin venait d'être lancé, les deux shurikens du bourreau fusé en direction du malfrat, celui qui allait devoir repentir ses pêchés au yeux du seigneur. Il était temps maintenant de mettre en action la prière des saints, et de montrer au personnage non Kumojin qui était les puissants de ce monde. Il est temps pour lui de connaitre l'enfer, le paradis sera pour une autre fois mon grand. Les deux projectiles de la divinité allaient entré en cohésion avec le corps du futur défunt. Pourquoi la mort t'appel autant ? Pourquoi ne pas simplement rendre les armes ? Il était malheureusement pour lui trop tard pour s'excuser des crimes. Il avait voulu défier l'ange blanc déchu venu du ciel, pour cette offense, il lui fallait la correction.

L'homme vétu de bleu sortait un kunai pour empêcher la justice d'être exécuter. Mais, parce que dans une salle d'audience il y a toujours un " Mais ". Moi, le très haut, bougeais lentement mes deux doigts ou était attaché un fil de fer. Il était temps de passer à l'action. Les shurikens fusant vers ses genoux, celui ci avait bien compris comment s'en débarrasser. Exécutant alors ma technique de la Manipulation des shurikens, j'orienter autrement mes projectiles. Son coups de Kunai venait frapper dans le vide. Ou était donc les deux shurikens ? C'est ici que l'histoire commence. Les deux petites choses en métal étaient partie dans des directions opposé. L'un sur la droite de sa jambes droite, et l'autre sur la gauche de la jambe gauche. Tout avait été prévu depuis maintenant plusieurs minutes. Les shurikens accompagné par le câble en fer venait s'entourer autour des jambes de Mikami. Les aphôtre de la justice venaient de ce planter à l'intérieur des genoux. Une rotule ? ou un ligament croisé ? Peux importe, il était maintenant bloqué.

La main de la justice tirait d'un coup sec pour que le cable se rétracte, effectuant alors une sorte de garot immobilisant mon adversaire. Ses jambes maintenant emprisonné par mon cables, les shurikens planté dans les genoux, ma mains tirait encore plus fort pour le faire tomber au sol. Nous étions séparé moi et Mikami d'environ dix mettre, voir un peu moins. Agrippant fermement le fil de fer, j'allais me servir du poids de Mikami pour réduire la distance entre nous.

Sautant alors grâce à la force gravitationnel que le corps de Mikami faisait, je pouvais me servir de lui comme une encre, pour m'élancer vers lui. La main du bourreau tenant le manche de mon katana, je m'élançais vers lui, avec une rage vraiment indescriptible. Le saut de l'ange tel était celui dont les écrits religieux ne blâmé pas, je sautais comme un mort de faim. Le but de cette offensive n'était pas de la tuer, mais de le blésser. Arrivant au dessus de lui, mon katana venait rejoindre son bras gauche. Le juge venait de rendre son verdict. Coupable.


" Le divin... Je ne suis pas enchainé comme toi, qui finira bien par rejoindre les cieux. Dans cette vie tu n'es que poussière, dans la suivante tu seras mon larbin, et dans la prochaine, je serais ton Dieu ! "




Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 24 Mai - 14:51

Voilà une épreuve qui m'avait vraiment fatigué, c'est grâce à ses combats qu'on s'endurcit et que l'on devient fort. J'espère que mon esprit aura au moins appris quelque chose de ce combat. Pour l'instant, je devais grimper. Les dégâts que m'avait infligés l'oiseau étaient énorme, je ne savais pas si j'allais vraiment tenir le choc, mais il fallait absolument que je restais en vie, pour mon objectif et pour Kumo. C'était ma seule raison de vivre. Je devais m'interdire de mourir, mais ce combattant ou plutôt cet adversaire... C'était ma seule raison de vivre. Si je ne meurs pas dans ce ravin, on aura sûrement l'occasion de se revoir et là, c'est sûr, nous et lui serons sûrement les ninjas les plus importants de notre pays. Je grimpais tant bien que mal, mais la douleur s'intensifiait à chaque effort que je produisais. Voilà ce qu'était un combat à mort, c'était vraiment atroce. La difficulté réelle, cela allait me forger...

Je pris de longues pauses. J'étais essoufflé et à la fois amoché. Mes cheveux étaient devenus de vrais pétards. Mes vêtements étaient déchirés par les coups de ce maudit clone. Au niveau des abdominaux, le sang coulait, c'était la première fois que je voyais mon corps se vider de mon sang ainsi. Au début, cela m'effrayait, mais après m'avoir fixé l'objectif de remonter de ce ravin, je ne me suis pas inquiété, pour la suite, il fallait que je sois plus prudent, car j'avais l'impression que le déroulement du combat allait être en sa faveur. Arrivé à " destination." Je sortis de ravin puis je m'écroulai à terre, j'étais épuisé, je me relevai tant bien que mal puis je pointai la Shukaijin de la pointe de mon sabre pour lui d'une voix neutre.

" Les vrais ninjas ne meurent pas ainsi, je te ferai regretter ton acte. "

Il voulait repasser à l'attaque, mais quelque chose lui en empêchait, une technique du Samouraï. Des fils de fer apparaissaient comme par magie qui relier les kunais à l'utilisateur. Il était bloqué... Le combat était désormais fini. Nous allons enfin l'ammener à Kumo, mais avant cela, j'ai des chose à lui rendre. Je m'approchai du Shukaijins, avec une démarche fatigué. Je le ruai de coups pour qu'il sente ce que j'ai ressenti puis je lui donnai le coup de grâce en prenant mon puis en le lacérant sur l'abdomen, mais j'ai fait en sorte que je ne le tue pas puis je l'assommai.

" Ramenons-le à Kumo. Juste une question, pourquoi tu n'as pas fait ça plutôt ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis Dim 24 Mai - 19:05

Thème

Ses deux kunais se plantèrent seuls aux pieds de l'homme au parapluie. Ayant du mal à croire à un tel raté mais étant d'autant plus dubitatif sur la trajectoire que venaient d'effectuer les shuriken, Mikami mit du temps à s'apercevoir de la présence de filins métalliques. Leur présence fut trahit par le reflet du soleil qui courut des mains du samourai jusqu'aux jambes du shûkaijin où il les sentait déjà se plaquer. Trop tard, ils entouraient ses jambes et se figèrent au hasard de ses genoux. Au hasard, mais visant précisément des articulations. Pas les côtes, le visage, ni les mains ou les épaules. Son but était de l'empêcher de s'en aller plutôt que de simplement se mouvoir même en gesticulant. Pour cette raison ces jambes furent saucissonnées et essayer de s'extirper de l'entrave lui procurait des douleurs innommables entre les cuisses et les tibias. Une seule traction de la part de son adversaire suffit à le renverser.

Le soleil se balança en même temps que le sol attaquait une de ses joues. La répétition de ses tractions l'empêcha d'un de se réceptionner, de deux de faire un usage correct de ses bras ; et non loin, le retour du second kumojin s'annonçait imminent. Pour la première fois depuis le début du combat, ils avaient réussi à le déstabiliser. Chose qu'il avait impartialement déjoué jusqu'à ce qu'il ne se montre de lui-même à une moitié de leur groupe séparé. Car subir ce genre de situation seul contre plusieurs opposants annonce rarement de belles perspectives. Un sabre et il aurait aisément et ce dès le début trancher ces filins qui le traînaient à terre. Pour le moment ils restaient seul à seul... Une seule personne à gérer avant que l'autre ne rapplique et n'en rajoute une couche. Agir au bon endroit, au bon moment...

Une tentative de mouvement du pied lui arracha un cri court et contenu... Un bras vint alors attraper la roche et le tirer dans la direction opposée de celui qui se disait son bourreau, et le tira une nouvelle fois. Le visage barbouillé de terre de l'amnésique se tourna vers lui, sondant la distance qui les séparait encore de son regard désarmé. Comme un dresseur de lion jouant de son fouet autour du fauve à terre il donna un nouveau coup de fouet... Mais Mikami n'était pas le genre de fauve que l'on peut dresser. Quand il vit son bras se soulever il jeta le sien aux abords du précipice et s'y agrippa. Mais la technique du samourai visait à se rapprocher de lui plus rapidement plutôt que de le tirer comme un vulgaire boulet... À quelques mètres, le frottement d'un corps lourd contre la pierre fut la manifestation de l'arrivée du second, le pointant déjà de son sabre alors que tous deux avaient du mal à tenir en place entre ciel et terre.

Il se rapprochait, ils se rapprochaient, leurs sabres se rapprochaient. Chaque seconde était bien trop de temps accordé à celui qui tenait son sabre en l'air alors que le second se mettait à traîner des pieds jusqu'à lui. Le moment d'agir, d'user de la faiblesse évidente de l'étreinte, était venu. Et il aurait vite fait de passer au travers et de ne plus se représenter, comme la lame qui brillant au ciel s'apprêtait à s'abattre sur lui, peu importe la force qu'il aurait pu mettre à rester accroché au-dessus de l'abîme plutôt que de se faire tirer dans la poussière. Mais un piaillement long et strident avait retenti dans le ciel et s'était engouffré dans le couloir de roche, avait retenu son attention une seconde de plus. Ou une seconde de trop, comme l'annonce d'une fin imminente, ou d'un pari pris avec leur prison quotidienne. Ils étaient assez proches de lui, voyaient-ils le signe incantatoire que sa main ballante effectuait ? Le rayon du soleil renvoyé sur le sol par la katana trembla...


* Maintenant ! *

Un de ses doigts non loin des fils de fer s'y plaqua, la foudre courut à la main du samourai aussi vite qu'il ne faut à un interrupteur pour s'allumer. Il avait pris le risque d'utiliser ce stratagème sur un utilisateur de raiton et Mikami ne serait jamais passé outre. Une décharge, qui aurait très bien pu le tuer, mais qui visait à ouvrir un court laps de temps assez long... pour se jeter une nouvelle fois dans le vide. Tirant de son autre bras et repoussant le sol à l'aide de celui d'où était parti la foudre, il se propulsa de tout son corps dans une chute sans retenu. Il espérait que son coup ait pu faire lâcher prise à l'illuminé, mais il avait pu constater qu'il tenait fort à ses fils. Alors ses doigts voire son poignet seraient coupés, où il tomberait avec lui subitement entraîné par le poids de tout un homme qui se glisse en une fraction de seconde et tombe à pic.

Quoi qu'il aurait pu en être, Eiko se débrouillerait avec ça, et tout seul, l'amnésique n'attendit pas longtemps avant de se saisir d'un kunai chargé en électricité et découper les liens qui lui attachaient les jambes. Ceci rapidement fait et les shuriken délogé lors d'un fort crissement de dents, il n'avait plus qu'à lever la tête, vers le bas, vérifier la réussite de son pari et l'exactitude de ses convictions.

Le vent soufflait puissamment dans ses oreilles, le sifflement d'une brise prise dans un sillon accompagnait sa chute. Promptement et brutalement, la colonne vertébrale et l’embouchure de deux ailes d'envergures vinrent se saisir de la trajectoire que décrivait le shûkaijin, s'appliquant à une courbe qui la ramena à l'horizontale avant de remonter d'entre les roches pour offrir aux kumojins restants le spectacle d'un échec pourtant annoncé.

Accroché au plumage d'un noir sans nuance, Mikami fendait le ciel sur le dos d'un faucon de la même race de ceux qu'il avait croisé des centaines de mètres plus bas, là où les chutes s'arrêtent et où l'on touche le fond dans l'obscurité et l'immoralité. Celui-ci n'avait ni serres coupés, ni bec fracassé, quelques remous avaient apparemment eu lieu dans le monde animal alors qu'ils s'apprêtaient à subir l'affront de deux conservateurs de territoires, restaurateurs de guerres. Et le tirant hors d'une capture morbide et d'une exploitation à fin militaires et financières, l'oiseau venait de lui rendre la pareille.

Il se redressa péniblement, à genoux sur son dos, tourna la tête du côté des deux shinobi. Le faucon, comme interprétant justement sa manœuvre, opéra un virage au-dessus de leur tête. Leurs regards se croisèrent, comme s'il voulait mémoriser ces images, cet instant où leurs routes se séparèrent et dans quelles conditions, avant qu'elles ne se recroisent à nouveau dans un contexte qui s'avérerait dans tous les cas bien plus tendu. Il se débarrassa des quelques liens qui étaient restés coincés dans son pantalon et les leur laissa tomber alors qu'il démarrait une première et dernière ascension. Pour que les fils qui avaient voulu le tirer jusque dans leur geôles ne tombent seuls au sol comme écrivant qu'on ne l'enfermerait pas, ne l'arrêterait pas et ne l'utiliserait pas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis

Revenir en haut Aller en bas
 

La voie à travers les montagnes... Puis deux shinobis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-