N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 [Mission Rang D] L'affaire Isaura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Informations
Messages : 68
Rang : Sous un cerisier à rêver

Message(#) Sujet: [Mission Rang D] L'affaire Isaura Sam 7 Jan 2012 - 23:25

Citation :
Mission de rang D : La chanteuse Isaura ( connue uniquement au pays du feu) à perdu un de ses bracelets et refuse de faire sa prestation tant qu'elle ne l'a pas retrouvé. Tu es donc chargée de le faire.

Le soleil venait de se lever, encore une belle journée qui va commencer ! c'est un bon début pour débuter cette journée. Les rayons de l'astre lumineux vint titiller une nouvelle habitante du pays du feu. Saori, car c'était bien elle, se retourna dans son futon alors même qu'un éblouissement lui piqua l'œil. Dans son mouvement, un pan de la couette glissa sur le sol révélant un corps gracile. Une nymphe parmi les hommes aurait été le commentaire d'un regard appréciateur. La jeune fille sursauta ! Une chose grimpait le long de sa cuisse. Elle soupira et récupéra l'animal dans sa main pour lui administrer le plus doux des bisous sur son museau.

Il est surement temps de vous parler de La Chose.

Un rat prénommé Nezumi !

Comment un rat ? Cette petite boule de poil est un cadeau offert par sa mère. La jeune fille le bichonne comme le plus beau de ses trésors.

Nezumi ? Quel drôle de nom pour un rat ! Mais c’est ainsi que se prénomme ce petit truc bizarre que l’on appel rat. Cet animal est aussi pervers que sa maîtresse est adorablement belle. Profitant de sa petite taille pour se faufiler sous les jupes des femmes. Son lieu de prédilection, la poitrine de sa maîtresse. Bien logé dans cet espace douillet et bien chaud, il est un pacha parmi les seins.

Teigneux tel un caniche, il montre les dents et vous mords sans difficultés si vous osez empiéter son territoire, ce qui veut dire Saori. Il adore se tenir sur l’épaule de sa passion, frottant son museau contre sa peau si douce.

Particularité de Nezumi : il porte un petit foulard de divers couleurs selon son humeur.

La jeune fille rejeta complètement la couverture, s'étira longuement. Un bâillement pour faire comprendre que le sommeil est encore présent et qu'il ne voulait pas encore céder sa place. La jeune fille dirigea ses pas vers la salle de bain. Elle fit glisser sa nuisette qui tomba tel un feutre de douceur révélant pour la seconde fois un corps svelte et parfait. Les traits harmonieux d'une jeune jouvencelle ne pouvait que ravir les yeux d'un homme mûr. Entrant dans la salle d'eau, Saori fit couler le liquide réparateur. La douce chaleur de l'eau vint revigorer son corps encore engourdie par la fatigue de la veille. Elle ferma ses tendres petits yeux en amande, et laissa la liqueur faire son œuvre. Les lèvres légèrement entrouverte, le visage offert à la paume de douche, elle exhala un soupir de contentement. Nezumi en bon gardien montait la garde à l'entrée, rien ni personne ne pouvait passer foi de rat !

Saori se dépêcha de s'habiller. Une missive sans grande importance à première vu se trouve sur sa table de nuit. Elle devait rencontrer l'impresario d'une jeune chanteuse : Isaura. Son nom flottait sur chaque bouche, il raisonnait dans chaque coin de rue, de adolescent aux personnes âgées, en passant bien évidemment par Les hommes. Cette femme avait une voix cristalline et possédait de ce faite plusieurs tessitures. Une grande au devenir intéressante et capable de chanter un son traditionnel, comme un peu plus moderne. La kunoishi n'était pas une fan inconditionnel de cette personne, mais certains morceaux se laisse écouter, son assez mélodique et entrainant. Comme d'habitude, Nezumi se logea entre les seins de sa douce, et en route pour l'aventure.

D'un pas nonchalant, la jeune fille s'avança vers son lieu de rendez-vous. Sur le chemin, des femmes s'affairaient déjà à leurs activités, un panier au bras. Le village sortait de sa torpeur, accueillant le jour qui par des bougonnement, qui en pestant que les jeunes ne valaient rien de nos jours. Saori s'en amusait à chaque parole coulant de la bouche de ces anciens. N'avaient ils jamais été jeune justement ? Ne savaient ils pas que le monde évolue selon des règles préétablis par les vieilles personnes, et beaucoup n'est que la conséquence d'une lutte de la nouvelle génération pour ne pas ressembler aux parents. La jeune femme adorait leurs chahut, jamais très méchant. Elle était issu d'une famille bourgeoise et son éducation ne lui permettait pas d'être sans gêne. Mais en y réfléchissant, elle en avait fait des choses. Loin des siens, elle a acquit son indépendance et il est légitime qu'elle soit responsable.

Toutes ces nuits de souffrances, ou des bras aimant d'une mère vous étouffant d'amour lui avaient, et lui manquaient toujours. Une larme roula et traça un sillon sur cette joue si tendre pour enfin venir mourir dans son corsage. Celui-ci bougea, un museau se pointa et regarda tristement sa maitresse. Nezumi se faufila sur l'épaule de la jeune kunoishi et se frotta contre cette joue encore mouillée. Avançant son doigt, Saori caressa tendrement son compagnon à quatre patte en le gratifiant d'un doux sourire. Il lui arrive de penser qu'il ne lui manquait plus que la parole, il pourrait en dire des histoires. Parfaite petite boule de poil attentionnée. La jeune fille regonfla ses poumons et repartit d'un bon pied.

« Allez Nezumi, nous devons résoudre une affaire, il faut bien gagner sa croute ! »


L'homme l'ayant accueilli à son entrée n'avait rien de sympathique, peu causant il demanda à la jeune kunoishi d'attendre dans une petite salle. Il se paya le luxe d'être hautain se pensant d'un autre niveau puisque travaillant pour une chanteuse renommée. Elle réprima l'envie de lui oter son assurance concernant la qualité de l'entretien du jardin de la Lady. Tout de moins, Saori vit son regard appréciateur devant les bonnes manières de la jeune fille. Il se rassura et son regard suspicieux devint un peu plus doux proposant même une légère collation à l'invitée. L'attente fut longue, très longue et cela devint ennuyeux à mourir. Saori soupira ! Mais arriva se qui devait arriver, une envie pressante causé par la situation et les 3 verres de thé au jasmin qu'elle venait de boire. Embarrassée, elle se leva et se demanda s'il fallait déranger son hôte ? Après une demi seconde de réflexion, et n'y tenant plus elle alla demander.

Saori était sur le point de sortir des toilettes que des pas se firent entendre et des murmures lui vinrent à l'oreille. Elle colla sa tête contre la porte pour écouter ne percevant que des bribes incompréhensibles. Un charabia sans grande importance semble t'il.

« Tu as fais … demain … elle ne doit rien savoir … tout ira … ! »


La jeune kunoishi attendit que les pas s'éloigne avant de sortir de la pièce non pas qu'elle eut peur mais pour éviter que l'on pensa qu'elle aime écouter aux portes. Fichue éducation bourgeoise. Elle rejoigna juste à temps la salle d'attente lorsqu'une porte s'ouvrit sur un majordome.

« Veuillez me suivre » Il avait un peu de terre sur sa chaussure. Assez choquant au milieu d'un appartement si bien entretenu.

Assise sur un divan en velours rouge bordeaux, Isaura la cigarette aux lèvres sembla plongée dans un songe dont elle avait seule la clé. Son regard bleu turquoise était sans vie, on aurait dit une statue posée à cet endroit par un dieu, oubliée de tous. Des volutes s'envolèrent de sa bouche, d'une blancheur aussi pale que la mort, attirante dans sa parure de soie, la chanteuse se montra calme.

« Vous allez retrouver mon bracelet ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Informations
Messages : 68
Rang : Sous un cerisier à rêver

Message(#) Sujet: Re: [Mission Rang D] L'affaire Isaura Sam 7 Jan 2012 - 23:35

C'était plus une affirmation qu'une question. Se fut une des rares phrases qu'elle donna durant ce court entretien. L'impresario entra. L'homme à la théière ! Il n'avait plus rien d'hautain mais sembla bien plus affable; il la jaugea en cet instant.

« Je ne vais pas vous répéter la demande déjà faite, mais Isaura tient énormément à ce bracelet. C'est un cadeau d'un homme influent dont je me dois de taire le nom. Perdre ce bracelet serait catastrophique pour ma Pauvre Isaura. Vous devez le retrouver à tout prix, même s'il faut vous octroyer une prime supplémentaire. »


Une pièce de théâtre. Voilà à quoi l'on pouvais s'attendre. Un impressario survolté, une chanteuse à l'aspect cadavérique, il ne manquait plus qu'à placer le ou les fautifs. Saori se devait de réussir.

« Faites entrer les artis … le personnel s'il vous plait ! »


La femme de chambre entra ainsi que le majordome. Ce dernier, très droit, tête haute, se tenait d'un côté du divan, et la femme, toute rondelette avec un visage rondelé, de l'autre côté. Tout ce petit monde attendant une réponse de la jeune kunoishi.
Kimiko commença la première à parler, avec force description, elle détailla point par point son récit. Comment elle avait rangé le bracelet de Madame dans son coffret à bijoux, et était parti se coucher par la suite. Se fut le tour de Soshi qui en fit de même. Tout cela cadré si bien, raconté avec une précision parfaite. Comment mettre en doute tout ce petit monde. A travers ces différents récits, Saori observa chacun avec minutie.

Kimiko, l'air jovial en apparence, n'arrêtait pas de frotter sa main sur le tissu de son tablier aussi blanc que le visage de sa maîtresse, peut être un tic ou toc selon.

Soshi lui cligna à plusieurs reprises les yeux. Étonnant pour un majordome aussi stylé. Un sacerdoce que l'on accepte de père en fils bien souvent.

L'impressario sembla plus impatient s'inquiétant de l'heure qui tournait, son regard ne cesse d'observer la chanteuse.

Un monde factice ! Rien ne sembla vrai, chacun ayant son propre rôle à tenir. La jeune enquêteuse soupira et se lança.

« Très bien, je vois que chacun est bien consciencieux, un travail impeccable en vérité. Soshi vous me dites n'avoir pas quitter la cuisine puisque vous supervisiez le repas du soir. Dans ce cas, dites moi d'où vient cette terre sur vos chaussures ? Ne serait ce pas pour confier votre vol à un complice placé dehors ? »

En disant cela, la jeune fille s'était levé et se planta devant l'homme ainsi incriminé. Elle adopta un regard à la fois suspicieux et accusateur.

« Je suis en effet sortit car j'avais entendu du bruit au dehors. A cette heure si tardive, je me suis demandé quel était ce raffut. Il arrive que les groupies se pressent ici afin de voir Madame Isaura. Mais je vous jure que je n'aurais jamais volé quoi que se soit !! »


Kimiko avança d'un pas une main sur le cœur sur le point de dire un mot mais s'abstint devant le regard fugace de Soshi.

« Oui je vous crois mon ami. J'ai effectivement pu voir des traces dans le jardin à mon arrivée. On aurait dit une bataille car l'herbe se couchait à certains endroits. Puis des pas allant rapidement vers la muraille, les vôtres s'arrêtant à l'entrée. Non la coupable est bien évidemment la femme de chambre !! »


La jeune femme ainsi désigné poussa un cri strident avant de s'effondrer sur le sol. Elle hoqueta avec force larme et baragouinant des mots incompréhensibles. N'y tenant plus, Soshi perdit son flegme légendaire et s'agenouilla devant sa belle.

« Ne pleure plus tout ira bien, je m'occupe de tout !! » Se relevant, il fit face à tous et avec une voix forte déclara :

« Kimiko et moi, nous nous aimons et allons nous marier. Madame a toujours interdit les effusions de sentiments, rien ne devait venir la perturber sinon nous serions châtiés. Nous sommes des travailleurs de qualité, après cela, aucune maison n'aurait voulu nous employer. »


Saori comprit les bribes de mots entendus plutôt lorsqu'elle était au toilette. Un amour contrarié, 2 cœurs en détresse ne voulant que s'aimer. La scène était belle, grandiose, digne d'une pièce de théâtre. La chanteuse, imperturbable, ne bougea pas d'un cil. Tournant la tête vers l'impressario, elle sourit. Ainsi donc il était au courant de cette amour. Il avait un cœur finalement. Il ne fallait jamais juger à la première impression mais toujours donner une chance. Cette affaire n'était donc qu'une simple mascarade afin de cacher à la Lady l'histoire en présence.

« Je suppose que ce bracelet devait permettre à nos deux tourtereaux de disparaître sans vague puisque j'étais là pour endosser tout cela ? Je perds l'affaire, cela devient ma faute ... »


Saori n'eut pas le temps de finir sa tirade que l'impressario lui coupa la parole.

« Je n'aurais jamais permit cela, il était hors de question que quiconque perde quelque chose, j'aurais fait réapparaitre ce maudit bracelet. Isaura n'aurait rien dit comme d'habitude. Kimiko est ma demi-soeur, sa mère m'aimait lorsque je perdis la mienne et je me devais de l'aider. »


Puis tournant la tête vers le fond de la pièce « Soshi emmène ma soeur et attendez moi je vous rejoins ».

« Fais moi savoir ta décision rapidement Isaura ». Ainsi fut son dernier mot à la chanteuse avant le départ de Saori tout en lui remettant une enveloppe, il sortit.

La jeune kunoishi remis le bracelet à la chanteuse.

« Le destin est parfois si taquin. Il arrive que l'on se perd dans les méandres de la vie, rien ne peut être définit à l'avance. Certains vous disent ce qu'il faut faire, que c'est pour votre bien, il est difficile de vivre à travers les autres sans pouvoir exprimer son moi intérieur, et d'autant plus lorsque l'on a été privé d'une chose essentiel : l'amour, le vrai, celui qui vous étreint le cœur, vous donne la liberté de partager avec l'autre. Ouvrir son cœur est une belle rédemption. Il ne faut pas attendre d'être aigrie et commencer à vivre réellement avant que la mort ne vous emmène. »


Saori se dirigea vers la porte et la referma. Mais ce qu'elle vit la fit sourire. Isaura baissa la tête et pleura. Une enfant en détresse à qui l'on avait enlevé trop tôt son innocence et sa joie de vivre. Aujourd'hui le soleil brille ! L'espoir était permit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Mission Rang D] L'affaire Isaura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-