N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 275
Rang : C

Message(#) Sujet: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Mer 13 Mai 2015 - 16:44

Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu.


Trois jours depuis l'actes commis, trois nuits ou la réflexion portée par l'homme dont nous vous relatons l'histoire est au sujet de la liberté, du pouvoir, du souverain pour définir en un mot : '' République ''. Il avait dit aux personnes concernées que ce régime servait à mettre en avant les avantage d'une minorité pour quelle puisse devenir l'égale des plus favorisés. En tout point jamais il n'avait imaginé que le chemin de la république devrait être celui du sang. Il pensait être débarrassé de cette chose, cette addiction au meurtre. Et bien non surpris de voir que finalement,voir l’hémoglobine couler était semblable pour lui à un homme s'extasiant devant une toile d'un grand artiste. Aujourd'hui dès l'aube il était sortit, il s'était munis d'une cigarette et avait compris que pour le moment pour lui il était impossible de ce passer du tabac. Il marchait en direction d'un endroit où il pourrai être à l'écart, endroit prisé pour sa tranquillité.

Il arrive sur le lieux dit. Des pierres, dans la région il fallait dire que c'était coutumier d'en trouver. Une légère cascade. Parfait ! L'endroit idéal messieurs dames si vous voulez atteindre l'état de plénitude. Il s'assit les jambe entrecroiser et posa son bokken sur sa gauche et alluma une cigarette. Les mains sur les cuisse il ferma les yeux. Et expira doucement... Doucement atteignant peu à peu un état proche du zen laissant l'air, la nature et les bruits occasionnés par la flore l'envahir. Il était là où personne ne pouvait aller, dans son jardin d’Éden. Ici résidait le fond de sa pensé.

*
Un souverain qui possède tous les pouvoirs brusque souvent le peuple. Le petit peuple, s'il se gouverne seul se laisse vite corrompre par la force que le pouvoir peut procurer... Que faire ? Trouver un compromis entre les deux ? Dans une forme idéale du pouvoir il faudrait qu'il appartienne au peuple mais qu'il soit exercer par un prince fort ? Ineptie ! Impossible !

A moins que le peuple décide de son prince en toute légalité, ou que le prince soit aimé du peuple et qu'il soit lui aussi soumis à des lois ancestrales fortes , des lois fondamentales qui auraient été présentes depuis la créations du village ou du Pays en question... Il est trop tôt pour le savoir, je dois encore recenser des idées, des opinions. Kumo et Tetsu ne se sont pas faites en un jours
... *


Quand un petit bruit se fit entendre... Sa cigarette toucha le sol et fut éclaboussée autant dire qu'elle était foutue... Shinsuke resta de marbre, ne se retournant point, il bougea légèrement la main droite sur sa cuisse. Et dit d'un ton menaçant :

- Qui que tu sois, je te somme de te présenter, voyons les hommes ne se cache pas.


Intérieurement il était en ébullition, celui qui avait tué voulait recommencer, cette fois, il serait déchaîner et l'assassin enfouis en lui resurgirait de plus bel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Jeu 14 Mai 2015 - 1:43

Spoiler:
 


Sa route continuait, avait pris une allure bien moins hors de toute forme de précipitation qu'à l'aller. Il en était le plus souvent à fendre à allure de shinobi les terrains qu'il traversait, coupant perpendiculairement les chemins fréquentés, traversant bois et surpassant les sommets. Car il prenait toujours le temps de s'arrêter, d'observer, de méditer, à la croisée d'un arbre ayant traversé les époques où à l'apogée d'un mont surplombant la vallée. Bien sûr qu'il n'avait pas abandonné sa vision élévatrice d'un voyage et qu'il continuait de profiter des moments simples et reposants. Mais depuis qu'elle lui avait appris le revirement politique du shûkai, en plus d'être en proie aux réflexions et retournements émotionnels que ses découvertes et non-découvertes avaient induites, Mikami se souciait de l'environnement dans lequel ses quelques proches camarades évoluaient à présent.

De ce qu'était devenu les idéaux qu'il avait entrevu au travers de l'alliance des pays neutres et de son triumvirat, de la couleur qu'avait prise l'armée dans laquelle il s'était engagé dans l'espoir d'apporter une humble mais efficace part de changement dans ce monde brutale. Un bras recouvert de bandages, un sabre à présent et à nouveau à la ceinture, il se dépêtrer des buissons qui s'accrochaient à son flexible utilitaire de soin comme à ses vêtements. Malgré tout ce qui lui traversait l'esprit, il s'était redécouvert un goût pour la violence. Mais il avait appris à faire le distinguo, entre un combat porté par la haine et une passe d'arme visant à s'élever ensemble, ou un échange amusant malgré les risques qui s'étendent sur le terrain de jeu.

Le son brisé et continu du fracas d'une cascade avait attiré son attention, déjoué ses prévisions sur la route à suivre et entraîné un détour. Quelques parts, cela lui rappelait l'endroit sombre et enfoncé au plus profond des montagnes où siégeait encore le temple Raigetsu, où cette mystérieuse kunoichi l'avait conduit dans le but qu'il renoue avec les liens forts qui l'unissait à son katana. Les liens qui l'unissaient à cette femme lui étaient encore inconnus, mais le rôle qu'elle jouait avec pertinence et impertinence était à chaque fois comme un choc qui le déviait de sa voie pour le... mettre sur le droit chemin. Alors que la bruine soulevée par la chute d'eau filtrait au travers des feuillages et caressait son visage, son esprit fit tilt.

À chaque fois elle le déviait de sa voie, le mettait sur le droit chemin. Une fois en le conduisant au temple des Yorurai, une fois en induisant un retour moins tranquille que prévu pour le shûkai. Sur le droit chemin, ou la route à suivre... Plus qu'on ne le guide, qu'on ne l'oriente ainsi lui chiffonnait les nerfs et n'apportait que plus d'importance et de mystère à cette shinobi toujours enchaperonnée, dont par dessus tout...

Il doutait de la réalité de son existence. Les autres options qui s'offraient à lui et qui prenaient le plus de place dans les probabilités étaient : un début de folie, un rêve que son subconscient projetait en une apparition émotionnellement tangible, un stade supérieur aux flash de sa vie pré-amnésie ; toutes trois étant fortement liées et pouvant s'avérer un tout qui avait déjà failli le faire déjanter s'il n'avait pas cette si forte capacité de détachement et de je-m'en-foutisme. Dans cette impasse, il piétinait le sol, faisait du bruit avec les branches lorsqu'il le frappait de ses semelles alors que la surface de l'eau apparaissait déjà derrière.


    - Qui que tu sois, je te somme de te présenter, voyons les hommes ne se cache pas.


Quelqu'un ? Le jeune homme s'avança, se présenta physiquement en arborant ce visage impassible qui lui sciait si bien, et esquissa un léger « Mikami. » avant de s'approcher de celui qui semblait auparavant méditer et qu'il devait sûrement avoir dérangé. Désolé de cette acte, il perpétua le silence qui s'était installé sur l'écoulement d'une trombe d'eau et constata la pépite qu'était cet endroit. Respectueux de ce genre de quiétude, il s'assit un ou deux mètres à gauche de l'inconnu et mit ses jambes en tailleur, les mains sur les cuisses. Et d'un flegme qui un jour deviendrait légendaire :

    - Si ma présence te dérange, fais-moi le savoir. Mais tu peux t'assurer que je peux me fondre en ces endroits au moins aussi bien que toi.


Hrp : J'ai imaginé qu'il y avat quelques feuillages, j'aurais du mal à me cacher derrière des pierres en arrivant d'aussi loin Razz Mais je peux éditer si c'est un lieu que t'affectionne ;p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 275
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Ven 15 Mai 2015 - 0:38

Souffle coupé, lentement sa main caresse sa cuisse lentement elle touche le sol... Le bruit des feuilles au vent, le son saccadé de cette chute d'eau. Il la sent, cette énergie qui s'empare de son être, qui fait frémir sa chaire et hérisse ses poiles. Il la voit de ses yeux pourtant fermé, cette femme. Elle qui lui a donné la vie, puis celle qui le lui a repris. Rare sont les chanceux à avoir vécues une telle situation. Nombreux sont les malheureux qui s'en déplorent. Il expire deux fois tout doucement.. Tout doucement... L'aura chakratique, ce pouvoir éphémère, qui est propre à ses terres. Celles du Pays du fer, Shinsuke le contrôlait mal, ne pouvait le faire apparaître à sa guise. Et pourtant plusieurs vantaient les mérites de cette énergie. Qui était capable avec beaucoup d'entraînement de rendre le plus misérable des vermisseaux en un combattant redoutable. Le soleil lui tape les épaules et les premières gouttes de sueurs perlent sur son front. Ses cehevxu deviennent peut à peut trempés, imbibés de transpiration. L'effort est colossale pour la maintenir, aussi difficile que pour la faire venir.
L'homme répond d'un ton calme mais un samouraï aguerrit sait qu'un homme apparaissant dans le dos de son adversaire et souvent synonyme d'ennuis. Il sait surtout que celui-ci peut venir en ayant l'intention de nuire et c'est tout naturellement après avoir doucement ouvert les yeux que celui-ci demande :

- Que me vaut votre venue ? J'ai finis pour aujourd'hui  ( Il le regarde de haut en bas ) ? Vous n'avez pas l'air du coin ? Étranger ou pas si vous êtes ici pour nuire au peuple de mon village je risque de me montrer un peut plus agressif. Répondez sur le Champ.


Le culots de nommer un inconnue étranger, lorsque l'on est aussi un étranger. Shinsuke restait vigilent bien que celui-ci semblait inoffensif, il ne baisserait pas sa garde. Il saisirait sa lame à la moindre tentative d'escarmouche. Même si cette fois il ne possédait que son bokken, il terrasserait l'adversaire. Il avait beau être un assassin idéaliste et contre le régime politique actuel de Kumo, il n'en restait pas moins un samouraï et quiconque oserait le défier périrait sous sa force. Il changea l'intensité de son iris et saisi le sabre par la main droite. Il attendait le moindre battement de sourcil de cet inconnue, ce fou qui avait osé gravir les montagnes de Kaminari no Kuni.

De plus il fallait avouer que le fait que l'arriver si soudaine de cet homme avait gâcher le moment de plaisir créer par la cigarette de Shinsuke. De puis son pseudo sevrage celui-ci était en sorte de manque chronique et il donnait un véritable rituel à l'usage de ce petit tube de tabac.En colère par la bourde, perdant son calme et la garde qu'il tenait à ses nerfs... Il lança en dernier recours à l'homme avec une voit tremblotante comme si il avait finalement perdu le contrôle :

- Tu sais, tu l'as fais tomber... A cause de toi...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Mar 19 Mai 2015 - 2:51

Alors que Mikami suivait de son regard nonchalant et curieux les yeux du samourai le parcourir de haut en bas, les paroles de ce dernier vinrent s'opposer au début d'idée qu'il s'en était fait, se placer bien au-dessus de celles des deux autres kumojins qui pourtant étaient aller jusqu'à directement l'attaquer. Il avait répondu à sa question, il récoltait une sommation. Comme s'il ne détestait pas assez ce concept, une menace était venue appuyer dessus. Pourtant très peu enchanté, il se laissa envahir à nouveau par la sérénité imprégnant ce lieu et son esprit se bercer au chant de la cascade. Pour en terminer avec son agacement ponctuel et faire en sorte que celui de son vis-à-vis ne vienne plus le contaminer, espérant trouver un terrain d'entente pour qu'ils partagent ce lieu un temps éphémère en échangeant quelques mots intéressants, le shûkaijin trancha d'une seule réponse pour toutes ses questions.

    - Je ne suis ici pour nuire à personne, ma venue n'était que le fruit du hasard.


Sa capacité d'abstraction lui fit vite oublier la forme autoritaire qu'avait pris la question de son vis-à-vis, comme inspiré par la sérénité du lieu, il lui racontera même ses anecdotes pour lui expliquer qu'il était d'ici, né quelques parts dans ces terres, et « étranger » comme il le disait si bien, auparavant officiant pour un triumvirat et une alliance de pays jusqu'alors dits faibles dans lesquels il plaçait quelques espoirs de changement. Mais malgré la fin de sa séance de méditation, son homologue ninja semblait partir de loin pour pouvoir atteindre un soupçon concret de zénitude. Mikami aurait bien poursuivit sur un ton toujours aussi neutre face à la tension naissante en face de lui en exprimant sa bienveillance pour que tous deux partent d'un bon pied, eux qui appréciaient le même genre de lieu, eux qui pourraient embrasser des idéaux similaires.

Mais sa voix tremblotante, son regard instable et son ton accusateur aurait peut-être pu être interloqués et inhibés un temps que ç'aurait tout aussi bien pu être inévitable. Lassé du manque d'ouverture décevant de la part des shinobis de ce village pourtant rencontrés en des endroits les plus neutres malgré les frontières fictives que tout démagogue s'amusait à dessiner pour encadrer ce qu'il croit lui appartenir, il laissa tomber sa bonté pour la réserver à une prochaine personne et se décida de faire fi de la forme qu'allait à présent prendre leur échange. Si cet homme était plus réceptif au choc des métaux plutôt qu'au chant des oiseaux, alors autant essayer d'échanger dans la musique qu'il savait jouer.


    - Si tu ne peux pas résister à la tentation de jouer du sabre, je préfère que tu attaques directement sans te servir d'un nouveau prétexte. Ça nous évitera au moins de perdre du temps en bavardage voués à l'échec...


Après quoi il posa une main sur la garde de son katana.


Spoiler:
 


Dernière édition par Mikami le Dim 24 Mai 2015 - 4:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 275
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Mer 20 Mai 2015 - 1:18

Quiproquos ! Et c'était le cas de le dire, l'étranger n'en était pas un. Il était né ici enfin ici dans ce pays. En imaginant cela, Shinsuke comprit sa bourde. Imaginez si un samouraï osait le dénommer de la sorte quels effets cela aurait-il sur sa personne ? Shinsuke fit une mine un ton plus miséricordieuse. Il fallait en faire preuve dans ce monde, c'était une grande vertu. IL écouta les dires de cette homme, un triumvirat dans un empire... Intéressant de sa connaissance personnel il ne savait pas que de tels régimes puissent prétendre existé dans la cité des shinobis. Il écoutait encore mais fut étonné par le mot qui portait deux syllabe à moins qu'il ne l'avait mal entendu ce qui pouvait être possible : '' Choux- Caille ''. Que cela pouvait-il bien être ? Une recette ou une espèce inconnue d'un légume ? Enfin la n'était pas la question et Shinsuke écoutait d'avantage. Il se disait que peut être lui aussi qui affirmait être venue en paix, pourrait comprendre sa vision des choses. Et que lui saurait percevoir ce que le samouraï définissait comme République ?


Mais étrangement le bretteur avait aussi envie d'en découdre, non il ne craignait pas la défaite, quand bien même celle-ci serait inéluctable. Juste qu'il voulait voir la force de son adversaire. Pour se réjouir des potentielles cibles qui vagabondent en ce monde. Il pris son bokken en mains lorsque l'on lui mentionna l'intention d'en découdre. Il avait certainement un vrais sabre. Et lui Shinsuke n'avait qu'un sabre fait de bois comme dis plus haut. Il fléchi ses deux jambes et tint sa lame factice de la main droite la main gauche feintait de tenir un fourreau tandis que lui simulait une garde. La très forte concentration faisait que le temps semblait se figer. Ou du moins qu'il s'écoulait plus lentement. Shinsuke calait sa respiration sur un rythme binaire. Foudroyant l'étranger de ses pupilles. La tension était à son paroxysme. Il en serait presque étouffant pour le commun des mortels. Dans ce qui serait peut être un futur lallapallooza autrement dit un combat titanesque où seul les demis dieux avait le droit de se faire face observées par les divinités qui régissaient l'ordre cosmique des choses. Seul le bruit effectué par la chute d'eau séparait à présent l’inévitable affrontement. Inévitable ? Et pourtant on ne croyait pas si bien dire...

-Tu es la première personne qui à l'honneur de recevoir une telle phrase de ma part. Mais je ne te tuerai point. Tu m'intéresses, j'ai envie d'en savoir plus. Et seulement après ça si tu es partant je t'offrirai un combat non pas à mort mais un combat pour mesurer ma force. Et puis serai-ce équitable de m'affronter alors que je ne possède aucun katana pouvant rivaliser avec le tien ?



Shinsuke posa son bokken et se rassis tout en faisant signe à son interlocuteur de faire de même à ses cotés il repris :

-On m'appelle Shinsuke depuis ma naissance. Cet endroit n'est pas secret, c'est un endroit accessible à tous. Vois tu, je suis moi même un étranger. Originaire d'une autre contré. Après avoir entendu parler de ce que tu appelles l'empire. Je souhaitai te poser cette question, Que penses-tu du monde qui nous entoure ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Dim 24 Mai 2015 - 5:19

Lui qui attendait le moindre mouvement à son encontre pour dégainer et n'entrevoyait plus que ça à travers le regard de son vis-à-vis, fut assez étonné quand il le vit rengainer son bokken et se rasseoir à côté de lui. L'hostilité qu'il dégageait avait disparue, offrant dès lors un contraste qui lui parut des plus étranges malgré sa présente concordance avec leur paisible environnement. Mis en confiance par la retombée de la température, Mikami se laissa même tenter par un « Je pourrais toujours te frapper avec mon fourreau... » Pourtant son regard s'assombrit quand il lui répéta le mot « empire ». En fait, le jeune homme ne pouvait avoir la certitude de la formation de ce nouveau système politique. Évènement montré par une kunoichi dont il ne pouvait être sûr de la réelle existence, ses doutes oscillaient entre la possibilité d'un cauchemar qui aurait pris forme lors d'une hallucination et l'existence d'une personne capable de montrer ses souvenirs d'un simple contact, tout en demeurant inconnue et des plus mystérieuses face au jeune homme dont les réactions face à elle étaient allées du bouillonnement émotionnel à l'indifférence insensée.

Cependant sa question ne tournait pas autour de ce fait précis, et ainsi, il pourrait éviter le sujet jusqu'à ce qu'un jour il ait la certitude de la véritable prise de pouvoir d'un seul homme, ou que ce Shinsuke ne perce la faille qui commençait peut-être à prendre forme dans l'équilibre de son esprit.


    - ... D'abord il souffla, longuement. ... je me dis que la création des villages a été un début d'unisson entre les Hommes... Et qu'au final elle n'a fait que donner plus d'ampleur à leurs conflits. Il faut croire que les bases d'une idée sont vouées à être transformées puis oubliées, jusqu'à ce qu'elles ne prennent un sens opposé.


Lui qui était resté assis depuis le début, fini par un tantinet relâcher sa garde et étendre ses mains derrière lui, le regard plongé à la surface de l'eau marquée de profonds remous.

    - Au final peu de choses ont changé : les shinobi sont toujours réduits à leur état d'outil et enfermés dans un carcan entretenu par des personnes qui les utilisent, les exploitent pour leurs propres intérêts, les façonnant pour qu'ils n'aient ni le réflexe ni le temps de se remettre en question. Ce n'est pas quelque chose qui s'applique aux individualités, mais c'est l’environnement dans lequel nous vivons qui façonne le collectif à son tour. C'est un cycle qu'il faut soi-même casser pour incarner le monde que nous voulons voir naître. S'il est vraiment bon, ton entourage s'en inspirera. Ce sera largement suffisant pour toi. Mais s'il est vraiment bon, leur entourage s'en inspirera...


Et ainsi de suite. Mais il finit par hocher des épaules et retourna ses yeux vers le ciel.

    - Mais bon, toutes les personnes sont différentes. On ne peut imposer sa vision des choses et c'est pour cette raison que pas tout le monde s'inspirera de ce que tu apporterais de bénéfiques. Chacun recherche quelque chose qui lui est propre. Les rencontres, les frustrations, l'éducation... nombreuses sont les choses qui façonnent un Homme et sa quête du bonheur, et tout autant variées. Mais j'ai dans l'idée qu'un monde sain ne donnera naissance qu'à des gens sains. Est-ce que l'on peut considérer qu'il n'y aura plus de "mauvaises" personnes ? Je ne sais pas. En tout cas, dans leur monde bien que fictif, ils en auraient sûrement toujours besoin. Le problème survient quand ces "mauvaises" personnes prennent le pouvoir et ne font de leur propre conflit l'affaire de tous. C'est ici, qu'en ce moment, je considère la place de la cellule cancéreuse qui gangrène notre monde. Tout Homme, y compris les shinobi, doit être libre de ses choix, être capable de dire non à un mouvement de son village et libre de s'en retirer s'il n'y croit pas.


Et son visage s'était retourné vers son vis-à-vis, auquel il avait exposé quelques angles de vue parmi tant d'autres. La lueur dans son regard n'avait pas disparue de son esprit et malgré tout il la guettait pour tenter d'en comprendre les arcanes, de saisir de son interlocuteur. Un inconnu auquel il en avait confié beaucoup, pour quelqu'un qui l'avait limite menacé. Mais son comportement avait changé, nul n'aurait pu dire si ce fut ceci, le calme du lieu, ou le fait qu'on lui pose rarement la question qui fit qu'il lâcha une partie de ce qui tournoyait nuits et jours dans son esprit. Ma foi sûrement un peu des trois. Aussi Mikami cherchait-il certainement à évaluer les tenants et les limites de cet homme qu'il pourrait retrouver le lendemain à la bonne grâce d'un tout autre hasard comme ne jamais croiser à nouveau. Et puis, dois-je vraiment détailler toutes les raisons de ne pas se retenir d'exprimer le fond de sa pensée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 275
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Dim 24 Mai 2015 - 20:15

Cet homme était bon. Voila l'exactitude de la pensée de Nitobe Shinsuke, bien que les deux ne combattaient points à ce moment précis. Et que finalement l'autre était enclin à combattre avec son fourreau. Le samouraï était plutôt décidé à continuer leur petite discussion. Donc il comprit que la vision qu'il portait sur ce monde était peut semblable à la sienne. Cela faisait plaisir, cela le fit frémir rien qu'en imaginant les portées d'une telle possibilité. Cependant le mot empire était quelque peut de trop à en juger par son air blafard lorsque la consonance des mots de prononcés par Shinsuke atteint son oreille. Bien que l'homme qui était originaire de Yumiya n'avait pas idée de ce que le mot empire pouvait définir. IL compris que c'était une chose néfaste. Enfin du moins c'est ce qu'il se mit à penser... Mais la question n'était pas là. Les villages ninja étaient un début de quelque chose, une aire de paix qui tardait à venir, à se propager sur les terres de ce monde. ET il fallait l'améliorer. Peut être savez vous, que les personnes vivant en cette époque ne la connaîtrons pas. Comme on lui avais dis jadis, il était certainement trop tôt. Mais depuis la pensé de Shinsuke avait évoluée. Oui à en croire les paroles qu'il tenait maintenant son idée était de plus en plus mûre et en tout bon ambitieux qu'il était, il souhaitait à présent la partager sur le monde. Pour qu'il soit inondé de ce qui était la solution aux problèmes de mœurs actuels. Il pris la parole d'une voix d'or et conseillère :

- Je comprend et partage ton point de vue. J'ai émis une hypothèse à ce sujet, j'ai réfléchie à ce qui semble être la solution. Je l'ai nommé Res Publica. Ou du moins je l’appelle République. Elle se résume mon ami à un principe, le pouvoir du peuple pour le peule. Régis par des lois conformes aux traditions du monde, ayant comme source de pouvoir l'équité et l'égalité.

Je te vois venir, j'en ai vus venir avec la question de l'anarchie, du chaos et des rebellions. Mais cette fois j'y répondrai. Pour éviter tout agissements qui porterai atteinte au fondations d'un tel système et à sa pérennité. Le peuple dois choisir un homme ou une femme le représentant, lui confiant le soins de diriger. Un pouvoir dirigeant pour l'un. Mais celui-ci ne possède pas toutes la puissance nécessaire à en faire un despote. Le pouvoir doit être séparé, en trois faction, celui qui dirige, celui qui contrôle, et celui qui fait respecter la lois
.


Il marqua une brêve pose ne se souciant pas de qui pouvait épier leurs conversation.


- La république viendra avec l'abolition du système Daymios. Pour cela il faudrait que nos pensées atteignent le monde. Je vois que tu voyages beaucoups, tu t'y connais certainement plus que moi. Et voilà ce que je voudrai te proposer....


Souriant :

- Une alliance, j'aimerai que tu partages nos idées en petit comité de ton coté. Que tu enseignes ce que nous véhiculons pour que le peuple en décide autrement. Je ferai de même. Si jamais nous parvenions à échanger des lettres, je t'enverrai l'évolution en temps réel de ma pensé. Cela n'est pas sans risques bien entendue. Mais je suis un ancien assassin, et si ma route doit être teinté de rouge, alors elle le sera.


Ici on voyait bien la détermination d'un homme décidé à faire évoluer les choses dans le temps. C'était la seconde fois qu'il avouait ses péchés à un homme. Celui-ci allait-il marcher dans le même sens que lui ? Où allait-il l'attaquer pour un combat dantesque ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Mer 27 Mai 2015 - 5:16

    - C'est non.


Comme ça, ce ne pouvait qu'être clair. Aucun engagement. Mais c'était tout de même très radical et trop minimaliste pour refléter la réalité qui ne se trouvait pas du même côté.

    - Ton projet est séduisant. Équité, égalité, choix... Mais quand une majorité de 51 % se dessinera (très bon numéro !), tu feras 49 % d'insatisfaits ? Mais c'est toujours mieux que d'être d'accord avec le caprice du daymio ou se taire. Je ne veux pas apporter l'anarchie, comme tu dis. Elle est déjà là, tout autour de nous. Seule la Nature peut prétendre régir cette terre, et encore...


Mikami venait de parler en regardant la cascade, le parfait U par lequel elle jaillissait. Crevasse creusée par des années d'érosion, patientes et inarrêtables. Plus loin un pont devait permettre aux Hommes de passer, un barrage réguler son activité. Mais au final rien ne pouvait arrêter ce cours d'eau indéfiniment. Et il reprit :

    - La diversité des esprits de chacun, les innombrables intermédiaires qui viendront obligatoirement se fixer à telle ou telle place, la présence du pouvoir, même changeant... Il faudrait que ton système soit un arrière plan pour toutes les questions générales, mais je te l'avoue, ça m'a l'air d'être un excellent pont pour que chacun retrouve son indépendance.


Ou que beaucoup se complaise dans leur dépendance. Mine de rien, il avait laissé beaucoup d'espaces entre ces phrases, avait réfléchi, s'était projeté, à l'intérieur, au-dessus du tableau que Shinsuke lui avait dessiné. Lui qui avait été méfiant, au bord de l'explosion, puis dessinateur de monde. Ce dernier pan l'intéressait beaucoup ; le premier l'avait plus que lassé, le deuxième l'intriguait encore. Ou l'inquiétait, dans un coin de son esprit. Son centre d'attention n'était pas là, et il n'avait pas encore vraiment nuancer sa réponse.

    - C'est pour cette indépendance que je ne vais pas m'engager auprès de toi. Mais qu'est-ce qui change ? Tes idées me plaisent, je ne vois pas pourquoi je n'en parlerais pas autour de moi. Il le sonda ostentatoirement de haut en bas sous un sourcil arqué. T'es pas le ninja le plus borné à se battre que j'ai croisé ici... Effectivement le regarder comme ça n'avait servit à rien si ce n'est marquer son discours. alors t'as des chances que je te soutienne. De toute façon je suis du genre altruiste, au moindre besoin n'hésite pas à me contacter.


Des paroles en l'air seulement parce qu'ils n'avaient pas encore établi de moyen de communication, mais ses paroles étaient vraies et sincères.

    - Si tout se déroule bien, nous serons comme de solides alliés que le temps aura rapproché. Si un jour une divergence ne peut être ressoudée, alors nous n'aurons pas besoin de défaire une promesse faite sur un futur impalpable.


Là, en plus de montrer que ça reviendrait au même, c'était vraiment clair. ...à quelques nuances près. Des divergences s'étaient déjà dessinés, il fallait qu'ils les mettent à plat. Qu'ils partent sur de bonnes bases. Ceci leur apprendrait à se connaître et Mikami savait déjà comment mettre tout ceci en forme ; de plus, son homologue lui avait déjà proposé. Mais surtout, il voulait évaluer ses limites mentales, dans les idées comme dans la façon de les appuyer, de s'en détacher, et à partir de quel moment et comment il partirait en couille. Il avait dit être un ancien assassin (était-ce un présent déserteur alors ?), mais c'était cette lueur dans le regard qui l'avait interpellé. Un homme qui prétendait à ce genre de pouvoir ne pouvait se permettre d'être faillible.

    * De toute façon tout le monde l'est ... *

    - Alors pour introduire cette poignée de mains que nous serrerons et ces espoirs de vies meilleures... Il dégaina son katana en se levant, souleva la lame devant l'homme qu'il venait de rencontrer. Confrontons-nous. Opposons nos idées jusqu'à ce qu'elles ne trouvent un chemin commun.


Il planta le sabre au sol, qui s'enfonça comme un doigt dans du beurre mou, ou une tomate pourrie. Ou dans une moule bien fraîche et suffisamment suée pour qu'elle ne s'ouvre.¹ Il dégaina son fourreau et écartait déjà les jambes, tandis que le frottement de son pied était étouffé par l'écoulement de la cascade.

    - En garde... camarade ?



_____
¹ La recette dit de faire suer les échalotes avec des herbes de Provence, d'y ajouter les moules fraîchement pêchée et de poursuive la cuisson jusqu'à ce qu'elles ne soient toutes ouvertes. Vous ajoutez le vin blanc et pouvez confectionner votre sauce avec, et vous savez faire des moules marinières ! Donc comme vous pouvez le constater cette phrase (le doigts qui passe aisément dans la moule fraîche et bien suée), ne suivait que le fil gastronomique des comparaisons précédentes ! Si vous y avez vu quelque chose de sexuel et mal placé, c'est que vous êtes au moins aussi tordu que moi !

Ben quoi on est entre grand on peut rigoler non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 275
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Ven 29 Mai 2015 - 0:22

Après Shirudo, Shinsuke vue qu'une autre personne lui avait apporter d'autre réponse qui venaient compléter sa thèse. Mikami aussi avait sans doute était frappé par les mots du samourai et la perspective de celle-ci. Lui, acquiesça d'un signe de la main. Il compris aussi qu'il était un homme libre. Et c'est ainsi qu'il ne souhaitait pas s'allier au kumojin d'adoption. Il regardait de son iris l'homme face à lui, et en un sens ça dernière phrase représentait bien la république. Il était ici question de pouvoir choisir librement sa route tout en respectant une certaine étique. Quand bien même cette pseudo alliance pourrait devenir un néant et une déclaration de guerre entre les deux hommes. Puisqu'elle ne tenait que sur un fil qui n'était autre que le bon déroulement des choses...Pour sceller leurs accords communs il proposa de sa battre. IL se saisit de son fourreau. Shinsuke pris son bokken de la main gauche et se redressa sur ses deux jambes. Se maintenant en garde, il analysa son adversaire :


* Il est quasiment à la même taille que la mienne, son allonge doit être égale à celle que j'ai. Par contre le fourreau de son katana est plus grand que mon bokken. Cela lui laisse un avantage. Il va falloir la jouer astucieusement. Cela fait un moment que je n'ai pas été défié de la sorte. Ai-je rouillé ? *


Il ouvrit la bouche après avoir soufflé un bon coup.


- Signons ce décret par la résonance de nos coups, porter l'un à l'autre. Je ne retiendrai pas.


Il fit tomber sa cigarette au sol, l'écrasa à l'aide de la pointe de son pied. Shinsuke fit rouler légèrement rouler ses épaules. Transférant son poids dans la partie gauche de son corps, une rotation qui rééquilibrait son champ d'action et son centre de gravité, il avait ce regard sérieux. Le vent lui caressait la peau, la cascade en bruit sourd, un fond sonore où régnait le calme avant la trempette. Il se propulsa grâce à sa jambe gauche. A mi-distance entre lui et le samouraï il atterrit sur le pied droit. Il s'aida de sa demi-pointe droite pour pivoter. Un mouvement gracieux et agile, la force provoquer par la vitesse et la charge était quelque peu impressionnante. Il dégaina rapidement, pour faire part à son adversaire de sa science du sabre. Et Attaqua verticalement en direction de l'épaule gauche de celui-ci d'un coup rapide et net. Préparant, sa jambe gauche qui atterrissait peu à peu sur le sol afin de pouvoir changer de direction et de trajectoire. Il se laissait un grand champs d'action face au mouvement de celui-ci. Cette première attaque était faite pour le juger.



Descriptif :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami) Sam 6 Juin 2015 - 3:07

    [Désolé de l'attente, j'avais pas trop de temps à accorder aux rps ces derniers temps :/]



Il ne se retiendrait pas. Tout de même ! Mikami n'en attendait pas moins, s'ils devaient jouer franc-jeu ne pas se mettre de limite restait la moindre des choses à faire. Même si leur combat restait encadré par ce que leurs armes rudimentaires pouvaient engranger. Raison de plus pour y aller à cœur joie alors ! En revanche l'amnésique s'était fixé un autre contour dans lequel progresser pour faire face à ce samourai. Quelques difficultés qui visaient à enrichir sa façon de se battre, ou peut-être la canaliser au final... peu importe, il ne comptait pas s'y réduire. Mais ce jour était une très bonne occasion pour le mettre en œuvre. Harmoniser la forme de ses attaques avec le fond de ses pensées, exercice obligatoire pour quiconque veut mener une action à bien au-delà de son terme. Ici il s'y adonnerait à une échelle bien plus réduite. Laisser les actes évoquer les idées, n'échanger qu'à travers les mouvements, les regards parler à la place des lèvres. Ceci il le pratiquait déjà depuis un moment, déceler un fond de pensée à l'aide du miroir de l'âme.

Aujourd'hui ce serait comme un jeu, parce que ce serait aussi une façon d'être prévisible peut-être, en voulant mettre plus de puissance. Comme un dilemme. Mais encore une fois, il n'allait pas s'y réduire... et de toute façon, ses idées partaient bien trop dans tous les sens pour pouvoir être correctement saisies et anticipées. Essayer, c'est s'y risquer...

Vint l'attaque. Un saut, rapide, entrainant avec lui un surplus de puissance non-négligeable pour le début d'un assaut. Dans cette pirouette l'amnésique le voyait attaquer avec son projet de démocratie. Un retournement de situation, la nécessité d'être fort et au moins tout aussi rapide que le cours des évènements. En général, les rêveurs tels que lui on ne les prend au sérieux que tard, Mikami devait tout aussi bien attendre le dernier moment pour le saisir au cas où il aurait une seconde intention. La sienne étant de s'opposer pour que tous deux s'élèvent mutuellement plutôt qu'en écrasant.

D'abord, calmer ses ardeurs, garder les deux pieds bien à terre : son fourreau s'inclina quand le bokken ne devenait que vraiment dangereux, et sa main droite décrivit une diagonale jusqu'à la gauche de sa tête. Ses ongles tournés vers le bas lui permettaient d'effectuer une parade qui stoppa perpendiculairement la bâton de combat. Perpendiculairement, et effrontément. « Démocratie ? » « Non. » Ainsi arrêtée, la puissance de son coup s'en trouva amoindrie et son élan le força à se rééquilibrer en reposant son second pied au sol, créant une ouverture par ce rattrapage forcé.


    - Tu dis que le peuple aura le pouvoir, mais s'il le délègue...


Sans avoir perdu le contact entre leurs deux semblants d'armes, il repoussa celle du samourai d'un fluide mouvement de poignet alors que ses pieds venaient à peine de regagner terre et que son centre de gravité ne devait pas être retourné à sa place. Son bras armé s'allongea enfin ...

    - ... il y aura toujours un groupe réduit de personne avec les pleins pouvoirs.


Et il se fendit pour attaquer en plein cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Verbale ou de sabre, une joute vire souvent a un vilain jeu. ( PV Mikami)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-