N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 2.1. Ours is the fury

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: 2.1. Ours is the fury Jeu 14 Mai 2015 - 14:06


OURS IS THE FURY (A)

CONTEXTE
    Citation :
      Natsuki, Kuma … Vous nous rejoindrez en cours de route.

    Ils avaient une tâche à accomplir tous les deux. S’occuper des membres du Shoraizen de l’avant-poste. La mort, l’emprisonnement ? À eux de décider. C’était une bonne chose que Konoha soit venu négocier avec Kumo même si les négociations n’avaient rien donné. Au moins pourraient-ils en finir totalement avec l’organisation de l’ancien intendant en s’occupant également des shinobis affectés loin de la base principale. Kumo avait profité de leur retrait pour garder l’otage après le départ de Miko Aburame. Une décision qui risquait d’amener à d’avantage de conflits ? Cela dépendrait si l’otage était un ancien Konohajin ou pas et les informations dont il disposait sur le village, peut-être que Natsuki et Kuma en apprendraient plus sur son identité s’ils s’accordaient le temps d’interroger leurs cibles.

SUITE DE :

RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Ordre initial quelconque.
    Ø Pas d’intervention du narrateur, faites parler votre imagination.
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

PARTICIPANTS
    Nara Natsuki
    Dobutsu Kuma


Dernière édition par Chroniqueur le Jeu 4 Juin 2015 - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin de Konoha - Chef de Clan
Messages : 624
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Jeu 14 Mai 2015 - 20:19

Je n'avais pas eu l'occasion de répondre à ce type de Kumo... De toute façon, nous avions gagné, d'une certaine manière. Cela ne m'avait pas plus pour autant qu'il me considère comme semblable à lui, ce mortel n'était rien qu'un électron perturbateur de mon équilibre... l'équilibre de mère. Je pouvais de toute façon être bien patient, je savais que j'allais recroiser ça route tôt ou tard. Pour le moment, je devais me consacrer sur le Shoraizen, Kumo qui se retire, nous pourrons mener cela comme ça nous chante, mais tout en surveillant nos arrières... Je n'avais pas spécialement confiance envers les kumojins.

Une chose m'ennuyait aussi, ce prisonnier qu'avait pris Kumo, nous n'avions rien fait pour les en empêcher, pourquoi ? Par diplomatie ou car nous avions suffisamment humilié Kumo comme cela. Je maintenais cela dans une partie de ma mémoire. Pour le moment, on avait divisé les groupes et je me dirigeais avec Natsuki vers l'intérieur de l'avant poste afin de voir les autres membres du Shoraizen. Des sentinelles, je les regardais un par un accompagné de Kuroi, il semblait totalement apeuré....Je m'avançais alors vers un en particulier, c'était des simples civils, il n'y avait plus réellement de ninja présent... du moins de haut niveau. Je prenais une gourde que je lui tendais... hésitant, je buvais un coup avant de lui tendre de nouveau. Il la prenait et il la vidait rapidement.

« Une grand soif, je suis Kuma, Jônin de Konoha et Kuroi, un ours Jônin.. on pourrait dire... »

Je reprenais alors la gourde et je n'allais pas passer par quatre chemins, il nous fallait savoir si se prisonnier était un konohajin ou un simple gars du shoraizen ou de Yu.

« Peux tu me dire qui est le gars que les Kumojins ont capturé et emmené... et surtout, si il s'agit d'un konohajin ou pas... ce qui est le plus important ! »

Il se frottait la bouche et il se redressait quelque peu.

« Merci... Je... je ne sais pas vraiment, il était ici depuis un bout de temps. Je suis ici que depuis deux jours, je n'ai pas encore eu le temps de connaître tout le monde, mais Sinishi est ici depuis la création de l'avant poste, il pourra mieux vous renseigner que moi. »

Il me montrait alors du doigt un type, beaucoup plus âgé et plus rude d’apparence qui soupirait alors que son camarade le pointait. Je me dirigeais vers lui, il semblait un peu blessé... mais son attitude me faisait penser à un shinobi, un homme plus dangereux que les autres. Je le regardais de ma hauteur alors que celui-ci semblait me défier du regard.

« Je suppose que je n'aurai pas cette information, vu ton regard et ta loyauté envers le Shoraizen, je me trompe ? »

Il se mettait alors à rire brutalement.

« Je vois que tu n'es pas stupide, c'est déjà une bonne chose mouahahah. »

Je vois... une brute, un peu bête et sans dire un mot, je me tournais alors vers Natsuki.

« Si vous voulez aller faire un petit tour et voir ce qu'il se passe dans les autres quartiers, je m'occupe d'interroger celui-ci... de manière peu commune... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Sam 16 Mai 2015 - 13:17

La situation s'était au final bien arrangée avec Kumo : sur une dernière note de tension, Hasaki avait présenté des excuses. Sincères ou non, peu importe, c'était déjà un pas en avant, suffisant pour que Natsuki relâche la pression. Miko et Zennosuke étaient ensuite revenu vers eux avant que quelqu'un ne songe à rajouter un peu plus d'huile sur le feu, et avaient apporté la conclusion de leur entretien : les shinobis des Nuages retournaient chez eux, et ceux du Feu avaient à se débrouiller pour en finir avec le Shoraizen. Pas de collaboration entre les deux Villages donc, mais c'était mieux qu'une joyeuse sauterie interne que les membres de l'organisation criminelle pourront voir de loin avec du pop-corn.

Miko fit sa répartition des membres restants en équipe : Satochi cherchera les renforts pour la base principale, tandis que la Dame prendra les devants et ira aux négociations avec l'énigmatique Pô. Natsuki quant à lui se retrouva avec les plus poilus de la bande pour décider de ce qu'ils feront de l'avant-poste localisé grâce au kunai de son étudiant. Mieux valait qu'ils ne trainent pas trop s'ils voulaient rejoindre les autres avant que la situation ne se gâte. Qui sait, Kumo allait peut-être même revenir ?

Kuma prit les devants, et avec les indications de Miko, ils arrièvrent rapidement à destination. L'option discrétion fut reléguée au second plan d'entrée de jeu : en tant que shinobis entrainés et imbue de leur personne, il ne faisait pas un pli que face à une bande de PNJ anonymes, dussent-ils être une centaine, la victoire leur était assurée en cas de confrontation frontale. Du moins, c'est ce que Natsuki supposa dans la tactique d'arriver à découvert de son acolyte. D'un autre côté, leurs options étaient limitées : c'était soit venir par la grande porte pour négocier, soit s'infiltrer et les massacrer discrètement petit à petit pour réduire le nombre. Le centenaire n'était donc pas tant en tort que cela, mais pour le coup, mieux valait que tout se passe bien, car si l'avant poste était chargé en effectif, ils finiraient tous deux par crouler sous le nombre en cas d'affrontement.

Sans être un senseur, Natsuki repéra bien vite que l'entrée n'était tenu que par des individus sans grande expérience du combat, voire aucune. Miko n'avait-elle pas dit que l'avant-poste ne serait certainement que composé de soldats ? Quel intérêt de mettre du garde bas de gamme pour assurer la première ligne de défense s'il y a des plus gros molosses derrière ?

Le Nara tatoué secoua la tête. Peut-être qu'il réfléchissait juste trop. Peut-être qu'il était juste vu comme un sac de muscles, et que l'on attendait de lui qu'il agisse comme tel. Moins de réflexion, plus de violence. Le gros gâteau était la base centrale, l'avant-poste juste un avertissement à donner.


« Puisque tout le monde sait que nous sommes là, autant faire passer le message à chacun. »
se contenta-t-il de répondre lorsque Kuma lui proposa de faire du tourisme.

Il composa une succession de mudras, avec pour résultat de créer cinq copies de lui-même. Aussitôt, elles s'enfoncèrent dans le complexe, et se séparèrent à chaque embranchement pour couvrir le plus de territoire possible. Aux premières âmes que les clones croisèrent dans leur coin, ils livrèrent leur annonce commune.


« Aujourd'hui, Kumo s'est mit en marche pour mettre fin aux activités du Shoraizen. Et par votre statut de criminels/déserteurs, ils ne concevaient qu'une seule fin pour vous tous, une fin que je doute avoir besoin de détailler. Pour autant, Konoha a décidé d'intervenir, non pas réellement en votre faveur, mais vous proposer une autres alternative à l'élimination : celle de vous rendre, et d'être jugés. Avant d'entreprendre toute action inconsidérée, sachez qu'à compter de ce jour, le Shoraizen est terminé. Votre chef est mort, et ce n'est probablement qu'une question de temps avant que son Second ne soit destitué. D'ici peu, la base principale sera investit par Konoha, et ceux qui refuseront de se rendre seront éliminés. Notre but n'est pas de répandre la mort, mais d'offrir une possibilité de rédemption à ceux qui le veulent. Le choix vous appartient donc. Attendez assit les mains derrière la tête en rang d'oignons pour être rapatrié à Konoha, ou essayez de résister, avec toutes les conséquences qui en découleront. »


Bien évidemment, Natsuki ne doutait à aucun moment que beaucoup feront le choix de fuir, préférant éviter d'avoir à affronter leurs responsabilités ou se battre. Et il ne fera rien contre eux, tout simplement parce qu'il ne le pouvait pas : ils n'étaient que deux avec Kuma pour s'occuper de tout l'avant-poste, Kuroi comptant difficilement dans la balance en tant que tel. En conclusion : tant pis pour les fuyards, il y aura déjà bien assez à s'occuper avec les prisonniers et les cadavres en devenir.

Trois de ses clones s'enfoncèrent relativement loin dans le complexe, véhiculant leur message à tout ceux qui voulaient l'entendre. Les deux autres par contre furent très vite éliminés par la résistance, une information qui se relaya à l'esprit de Natsuki dès leur destruction. Il connaissait donc la direction par laquelle commencer le ménage.


« En cas de problème, contactez-moi. Je ferai s'écrouler l'avant-poste. »
dit-il à Kuma en lui indiquant sa fréquence radio.

Ce dernier lui faisait remarquer qu'il n'en possédait aucune, il se contenta de hausser les épaules, et partit en direction de là où son premier clone s'était arrêté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mar 26 Mai 2015 - 16:09

    « Noires ailes, noires nouvelles », disait un vieux dicton. Toujours attelé à surveiller Sinishi, Kuma fut alerté par l’arrivée d’un corbeau porteur de messages. Marmonnant quelque chose dans ses dents, il s’assura que l’extérieur de l’avant-poste était sécurisé : en dehors du vieil homme blessé, et de civils apeurés, rien ne laissait penser qu’un danger imminent pourrait compromettre la mission d’infiltration que Natsuki venait de lancer en entrant dans l’avant-poste. Soupirant, il s’éclipsa, laissant Natsuki seul face à cet avant-poste qui, pourtant, ne laissait rien présager de dangereux.

    Un silence pesant s’était installé devant cette base. Le vieil homme n’avait pas bougé pendant quelques minutes, avant de se relever de sa position agenouillée, de se dépoussiérer les genoux, et de murmurer :

      - Inconscients…

    Tranquillement, il se dirigea vers l’entrée de la base, les mains jointes derrière le dos, le cadavre du jeune soldat l’ayant dénoncé gisant sur le sol. Ce n’était pas le Konhajin qu’ils avaient craint, mais ce vieil homme…

    A l’intérieur, les couloirs que Natsuki empruntaient n’opposèrent aucun obstacle : et pour cause, ils étaient déserts… Jusqu’à aboutir sur une salle plus grande, éclairée d’une lueur blanche malsaine émanant de cristaux accrochés aux murs. Un homme se tenait debout, dos à l’entrée par laquelle Natsuki était entré.

      - C’est toi le gars qui a envoyé ces clones, je suppose.

    Il ne daigna pas se tourner pour faire face au ninja qui venait d’entrer.

      - Pourquoi es-tu venu ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mer 27 Mai 2015 - 11:02

Grâce au plan que ses clones avaient mentalement tracé puis transmit à leur disparition, Natsuki n’eut aucun mal à se repérer dans les couloirs de l'avant-poste, bien qu'il ne savait pas réellement où il devait se rendre en finalité. Il passa devant de nombreuses salles, lesquelles étaient désespérément toutes vides, contrairement au passage de ses doubles inconsistants. S'il comptait énormément sur voir les rats quitter le navire qui prenait l'eau, il s'attendait aussi à un autre type de scène, celle de bains sanglants en interne. La proposition qu'il avait fait transmettre par ses émissaires éphémères aurait pu en effet conduire à de petits désagréments dans la cohésion d'un groupe effrité, et une fois les fuyards épurés, induire ceux qui voulaient résister à se battre contre ceux qui préféraient la reddition. Un moyen comme un autre de réduire davantage encore l'effectif du Shoraizen à qui il devra faire face au final.

Mais pour le moment, rien. Juste des déserteurs qui brillaient par leur absence, à moins que toute la garnison encore disponible l'attendait réunit dans une seule et même salle pour lui tomber sur le coin du menton. Un cas de figure qui nuirait autant à la réussite de son assignation qu'à son espérance de vie déjà ridiculement basse. En prévision, il poursuivit donc son exploration des lieux de la manière dont cela aurait dû être fait depuis le début : par l'infiltration. Difficile de se montrer invisible quand tout le monde savait qu'il y a déjà un intrus dans la place, mais tant qu'ils ne connaissaient pas exactement '' où '', il lui suffisait de voir avant d'être vu pour aviser la situation et agir.

Pas de sommation supplémentaire, tout ce qui bougera sera considéré comme à abattre, chacun connaissant la position qui garantissait leur sécurité. Et encore, même de ceux-là, Natsuki devra s'en méfier : les fausses redditions sont traitres. Mais bon, n'importe comment, pour le moment il n'y avait personne, une vraie base fantôme. Il termina même par croire au bout d'un moment qu'il n'y aurait plus rien, et ce, jusqu'à pénétrer dans une large salle où l'attendait quelqu'un. Il guetta rapidement à gauche et à droite pour voir si d'autres s'y tenaient aussi, mais personne toujours, juste ce curieux individu qui semblait tenir absolument à lui montrer à quel point son pantalon moulait son petit derrière musclé.


« C'est le fait qu'ils me ressemblaient qui vous a mit la puce à l'oreille ? »
lâcha-t-il d'un ton froid.

L'autre ne lui fit toujours pas face. Avait-t-il quelque chose à cacher sur son visage ? Voulait se la jouer ténébreux ? Peu importe. Natsuki étudia plus en détail son nouvel environnement. Une pièce vaste, éclairée par des cristaux, et qui semblait avoir spécialement été aménagée récemment pour des festivités prochaines. Tout espoir que la journée se termine sans davantage d'encombres s'envola.


« Vous voulez dire, en plus d'éviter un massacre dans votre avant-poste et de casser du sucre sur le dos de Kumo ? Eh bien, compte tenu de la situation du Shoraizen, et comme j'ai eu l'ordre de nettoyer vos locaux, j'espérais surtout que tout le monde ait la présence d'esprit de s'enfuir et d'aller mener une existence paisible ailleurs pour que je n'ai pas à m'épuiser vainement. Cela me semblait honnête comme compromit tacite. »


C'était surtout beaucoup moins risqué – pour lui - de détruire un complexe vide plutôt que de le prendre d'assaut en compagnie seulement d'un vieillard hirsute et d'un ours malodorant. Surtout quand le vieillard en question restait à l'entrée à enseigner l'art du bondage en lianes
made in Hayashi à son prisonnier pendant que lui écopait du sale boulot. Mais visiblement, l'aspect échappatoire avait justement échappé à quelques uns.

« Permettez-moi de vous retourner la question maintenant. Qu'est-ce que vous espérez accomplir en restant ici, à parler avec un mur tandis que je me tape la vision grotesque de votre crâne dégarni jusqu'à la nuque ? »


Pour la diplomatie, il repassera, mais en même temps, il était comme cela. Il n'y avait que deux catégories de personne qu'il autorisait à le tutoyer : ses amis, et ceux à qui il allait mettre son poing dans leur figure.

La politesse ignorait les frontière, mais pas les conflits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mer 27 Mai 2015 - 12:05

    Un petit sourire aux lèvres quand il lui fit la remarque des clones lui ressemblant.

      - Oh bien sûr que non. Je ne me suis pas retourné, je ne sais pas à quoi tu ressembles. La puce n’atteint pas les oreilles de tout le monde lorsque l’évidence est criante, apparemment.

    Il finit tout de même par se retourner, laissant apparaître un visage bien plus jeune qu’il ne paraissait être. La trentaine, quarante au maximum. Il mit sa main sur les parois de la salle, avançant latéralement, ses pas résonnant de manière régulière.

      - Ton discours est magnifique. Mais rien ne m’assure que tu dis vrai. Le Shôraizen comporte bien des secrets, a eu bien des alliés. La technique du « Je vous offre la reddition, venez avec moi » est vieille comme le monde.

    Il se figea sur place, étant légèrement sur le côté de l’entrée de la salle, et se tourna vers Natsuki.

      - Cet avant-poste, je te l’accorde, était majoritairement peuplé de faibles et de lâches, mais certains fidèles sont toujours là, dans l’ombre, à attendre le moindre signal de ma part indiquant qu’ils peuvent venir te tuer.

    Il souriait, apparemment fier de ce qu’il venait de révéler.

      - Tu pensais réellement toutes les salles vides ? Allons. Konoha est tombé bien bas… Tu es encerclé, et à moins que tu ne te rendes pas toi-même, j’ai peur que tu ne ressortes pas vivant d’ici.


    Au loin, les pas du vieillard qui arpentait les couloirs continuaient de résonner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mer 27 Mai 2015 - 18:31

Au moins, Mr Propre eu la décence de reconnaître le ridicule qui était de lui tourner le dos : il avait passé l'âge pour ce genre de mise en scène. Natsuki le suivit des yeux tandis que l'intéressé terminait d'effacer la saleté du mur avec ses doigts, attentif à un éventuel marquage qu'il pourrait laisser, ou quoi que ce soit d'autre. Le dialogue se poursuivit.

Et c'était bien ce qui inquiétait le Nara tatoué justement, que le Shoraizen ai encore de la ressource. C'était d'ailleurs la principale raison pour laquelle il aboyait plus qu'il ne mordait dans l'instant. Krilin bluffait peut-être, mais si ce n'était pas le cas, la situation s'annonçait aussi mal que ce à quoi il s'attendait. C'était bien le problème de la mission en elle-même : trop de mâchoires à briser et pas assez de bras pour frapper dedans. Et d'ici que le schtroumpf barbu ramène son derrière ridé, lui risquait d'encaisser sévère.

Son absence d’engouement soudain l'étonna lui-même, lui qui à l'accoutumé ne laissait place à aucun sentiment une fois sur le terrain, juste l'application de son travail. Il se consola en se disant que d'ici peu, quand la situation aura vraiment tourné au vinaigre, plus rien n'aura d'importance : la seule pensée qui s'imposera à son esprit sera de tuer. Maigre contrepartie, lorsque l'on savait à quel point il répugnait de se faire déborder par ses pulsions comme cela risquait d'être le cas.

En un soupir aux joues gonflées et aux lèvres proéminentes, il résuma de façon magistrale son agacement.


« Vous aimez décidément rendre les choses compliquées vous autres. Des menaces, des menaces, et encore des menaces. »


Natsuki retroussa légèrement sa manche droite, juste assez pour dégager la montre de son poignet sur laquelle il appuya sur un bouton.


« Croire que vous aviez tous déserté aurait été faire preuve d'un optimisme proche de la sottise, j'y consens. C'est pourquoi j'ai jugé nécessaire de semer quelque explosifs sur ma route, histoire de. Nous sommes quoi là, au premier sous-sol ? Cela fait quand même pas mal de cailloux qui s'écrouleront sur nous dans une vingtaine de minutes. Alors sautons la phase des politesses de rigueur, et venons en tout de suite à celle où nous nous rendons compte que nous sommes clairement dans une impasse et que personne ne veut se rendre. Vous allez appeler vos sbires, essayer de me tuer durant moins d'une demi-heure, puis nous profiterons tous d'une sépulture commune. Chouette programme non ? Vous y tenez, alors commençons. »


La voix de Natsuki changea brutalement du tout au tout sur sa dernière phrase, alors qu'il bascula en mode '' combat ''. Comme s'il venait d'être tué, la lueur dans ses yeux s'éteignit, et de son visage disparut toute expression. Plus rien ne se reflétait dedans, ni colère, ni fatigue, ni exaspération. A l'instar d'un masque de marbre, ses traits se figèrent sur le néant, et le vide s'imposa dans son âme. Plus aucune émotion pour guider ses gestes, plus aucune pensée parasite pour perturber sa réflexion. Il n'était désormais plus qu'une coquille vide, animée de la seule pulsion d'éliminer ce qui se dresse sur sa voie. Une seule chose comptait : tuer l'ennemi sans être tué. Pour autant, il n'en devenait pas un berserk, pas encore. Ses capacités de réflexion devenaient plus acérées que jamais, tirant parti de toute l'expérience qu'il a accumulé au fil des années pour n'aboutir qu'à une seule conclusion : abattre une mort implacable sur ses adversaire. S'il ne craignait pas sa propre mort, il ne se jetait pas bêtement à sa rencontre non plus, même s'il n'était de toute façon plus en capacité de se demander s'il ne venait pas de le faire.

Il analysa froidement la situation en une seconde, la dépouilla de tous les facteurs qui n'entraient pas en ligne de compte, et mobilisa toutes ses capacités de combattant, guidées désormais uniquement par son instinct et son expérience du combat. Le Céruléen entrait en scène.

Il composa rapidement ses mudras, et créa à ses côtés un unique clone, avec qui ils s'empoignèrent mutuellement l'avant-bras. Et aussitôt, le Natsuki originel chargea droit sur sa cible, assenant dessus comme une massue son malheureux double en un balayage latéral.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Jeu 28 Mai 2015 - 13:37

    L’homme serra les dents. Ce n’était pas du tout ce qui était prévu. Des explosifs ? Il n’était pas prêt à mourir sous des tonnes de pierre pour avoir protégé un rêve qui n’est même pas le sien. Du fond du cœur, il espérait que le vieux arriverait bientôt. Il n’avait jamais été pressé, mais l’heure était grave. Il ne pourrait jamais faire durer le combat très longtemps dans cet état de panique dans lequel les explosifs l’avaient plongé.

    Mais il devait faire bonne figure. Ne pas montrer ses émotions. C’est ce qu’on apprend quand on suit la voix du shinobi. L’homme fonça vers lui, un clone à la main. Une série de mudra plus tard, un mur en cristal se dressa entre le Konohajin et le criminel.

      - Je crois que tu ne m’as pas très bien compris. Tu es donc prêt à mourir pour rien ?

    Nouvelle série de mudra, et une impulsion de vent fit reculer l’adversaire, bien trop proche au goût de l’homme. Il le regarda, statique, son regard allant parfois de lui-même vers l’entrée dans l’espoir d’apercevoir celui qui réglera ce problème.

    *Clap Clap Clap Clap*… Les pas se rapprochaient…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Ven 29 Mai 2015 - 22:30

La charge audacieuse de Natsuki l'amena droit dans le mur, dans le sens le plus littéral qui soit de l'expression : il n'avait pas fait la moitié de la distance qu'une barrière cristalline se dressa sur sa route en un instant. Soit son adversaire s'y attendait, soit il avait un don d'anticipation incroyable, mais dans tous les cas, il eu de bons réflexes dans sa défense. Le Céruléen la percuta de plein fouet avec un amorti minime, s'encastrant dedans comme dans un cartoon, suivit de près par son clone qui incrusta à son tour sa silhouette juste à côté. L'impact ruina le fragile équilibre de sa pile de chakra, et le fit exploser dans une volute de fumée. L'original n'eut lui pas le temps de s'extraire de sa propre marque qu'une violente bourrasque le souleva sur sol pour le rejeter sans ménagement en arrière. Le ciel et la terre se mélangèrent un instant dans la tourmente tandis que lui se roula en boule pour amortir sa réception. Une réception de justesse qu'il acheva à bout d'orteils en réalisant qu'il avait atteint le plafond : une demi-seconde de plus pour comprendre sa situation, et il aurait raté le coche pour rendre ses pieds adhérents à l'aide de chakra concentré, le transformant en cible facile dans sa chute. Et Mr Propre qui en rajoutait une couche, malgré que son rictus stupide avait disparut de son visage.

« Rien ne m'assure que tu dis vrai. »
répéta-t-il

La voix rauque de Natsuki sembla venir d’outre-tombe, écho glacial et dénué de toute trace de vie. Mais il ne regardait pas son adversaire, lui répondant seulement pour gagner les deux secondes dont il avait besoin. Ses yeux vides firent le tour de la salle : toujours rien ni personne, ni renfort ni ennemis supplémentaires. Seulement de rapides coups d’œil de la part de la mascotte de produits ménagers en direction de la porte par laquelle il était arrivé. Plutôt légère comme riposte compte tenu de l'échange, considéra Natsuki. Son adversaire cherchait-il à gagner du temps à bavarder de la sorte ? Plutôt curieux venant de la part de quelqu'un sur qui un compte à rebours fictif pèse. Il devait espérer l'arrivée de quelqu'un, preuve qu'il n'avait pas autant encerclé l'autre que ce qu'il laissait entendre. Ou bluff ?

Néanmoins, il y avait bien quelque chose de plus dans cette salle, et le Céruléen dû jeter un regard par-dessus son épaule pour comprendre : juste derrière lui se tenait l'un des gros blocs de cristal qui assurait l'étrange éclairage de l'endroit. A proximité de la source lumineuse, il projetait une ombre d'autant plus grande à travers la pièce. Il ne lui en fallait pas plus pour le convaincre de griller un atout. Deux clones apparurent à ses côtés, eux-même dans le sens inverse de la gravité traditionnelle. L'un se déploya en direction de leur adversaire vers la droite, l'autre par la gauche pour couvrir davantage de terrain. Puisque Mr Propre ne voulait pas se laisser approcher, il suffisait de jouer à son jeu à distance, et de l'y surclasser.

Porteur du même esprit que leur créateur, les doubles connaissaient déjà le plan d'attaque sans qu'aucun mot ni regard ne soit échangé, et s'y attelèrent aussitôt avec un timing réglé comme du papier à musique. Dans un mouvement parfaitement synchrone, ils exécutèrent depuis le plafond la même technique, à la différence que Clone 1, à droite, n'était qu'un leurre : il ne singeait que les gestes de Clone 2, de l'autre côté, qui lui délivra la véritable attaque. Une balle de vent se concentra entre ses doigts, puis fila à pleine vitesse vers son destinataire légitime. Un objectif simple : le faire hésiter une seconde de trop quant à la provenance de l'attaque, et comme y réagir. Agiter une main au devant de la scène pendant que l'autre prépare son tour dans le dos, un truc que connaissait n'importe quel mystificateur.

En vérité, le Natsuki originel se fichait bien que son adversaire se laisse prendre dans cette feinte grossière ou non. Le but de sa stratégie n'était pas de voir s'il avait vraiment de bons réflexes ou juste de la chance, mais de lui faire garder les yeux vers le plafond. Qu'importe qu'il esquive ou se défende, une ombre filante sur le sol le ruait déjà à la recherche avide d'un contact. Neutraliser ses mouvements ne serait-ce qu'un instant, et permettre à Clone 1 de porter la véritable attaque

Une main qui s'agite sur le devant, une autre qui prépare dans le dos. Un truc bien connu...

Spoiler:
 

Même chose que pour toi, ma boite aux lettres est ouverte en cas de litige éventuel ( même si je préfère y trouver des fleurs ou du chocolat. ) Have fun ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Dim 31 Mai 2015 - 15:13

    Il n’avait jamais été très calme. Il n’avait jamais été comme le vieux, qui reste réfléchi en toute circonstance. L’allusion aux bombes l’avait terrifié, et il paniquait maintenant de mourir dans une explosion, écrasée par les pierres. Il espérait de tout cœur que le vieux allait arriver. Il ne devrait plus tarder, maintenant.

    La sueur lui perlait sur le front. Ses regards étaient de plus en plus insistants sur la porte d’entrée. Puis, il les vit : les deux copies de son adversaire, sortir de part et d’autre du mur qu’il venait de créer et qui était fissuré de partout. Ils firent une série de mudra, exactement les mêmes, au même moment. Il ne prit pas la peine de réfléchir, ni même de penser que cette attaque, basique, ne pouvait être qu’un leurre.

      - ENFOIRE !

    A son tour, il exécuta une série de mudras. La technique le recouvra d’une seconde peau en cristal, qui explosa sous le choc de la technique envoyée par le Konhajins, répartissant tout autour de lui des milliers d’éclats tranchants.

      - Encore des clones ? PUTAIN !

    La panique avait fini par le submerger quand il vit que les deux assaillants avaient disparu dans un nuage de fumée. Elle fut à son comble quand il remarqua qu’il ne contrôlait plus ses membres.

      - Qu’est-ce que tu m’as fait ? J’peux plus bouger putain !

    Et en effet, l’homme ne contrôlait plus rien.

      - Comme d’habitude, tu as été négligent. A croire qu’être avec une majorité de Konohajins ne t’a rien appris.

    Enfin, le vieil homme venait d’arriver. Sinishi, commandant de cet avant-poste. Aucune trace d’une quelconque émotion sur son visage. Il regardait la scène, dans son ensemble, et comprit rapidement qu’ils avaient à faire à un Nara.

      - Je suppose que toi et les tiens êtes venus prêcher les bonnes paroles de Konoha. Vous croyiez vraiment pouvoir nous berner ?

    Il montra ses dents dans un large sourire.

      - Pauvres idiots.

    D’une agilité surprenante, l’homme frappa avec son pied gauche sur le sol, faisant s’envoler un caillou faisant à peu près sa taille. Du pied droit, il frappa dedans, envoyant ce-dit caillou en direction du Konohajin.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Dim 31 Mai 2015 - 19:46

La feinte passa, en partie tout du moins. Acculé, Mr. Propre se recroquevilla dans une armure de cristal redoutable, qui encaissa sans problème la balle de vents cinglants qui lui était destiné avant d'éclater. Ce fut un véritable déluge de shrapnels qui s'abattit alors dans la salle, les nombreux fragments cristallins venant sans problème à bout des copies du Céruléen. Une bien maigre victoire, compte tenu du résultat de l'échange : la mascotte de produits ménagers les avait éliminé au prix de sa liberté. Protégé par le mur de son adversaire, Natsuki avait pu en toute quiétude mener à bien sa stratégie, et neutraliser les mouvements de sa cible avec la plus célèbre des techniques de son clan. La plus redoutable aussi, dans un duel.

Un duel qui ne dura cependant pas. Un homme d'un âge respectable fit son entrée par là où l'autre n'avait cessé de jeter des coups d’œil aussi brefs que nerveux jusqu'à présent. C'était donc lui qui était attendu ? Natsuki fit tomber son regard sur lui, et le détailla. Il n'y avait que lui, mais ce n'était pas le détail qui le dérangea le plus quand il le reconnu : il l'avait croisé à l'entrée de l'avant-poste, celui que Kuma était censé interroger à l'aide de sa '' manière peu commune ''. Et pour autant qu'il puisse le voir, l'individu semblait très bien portant, sans trace de lutte ni de blessure. Où se trouvait le schtroumpf et son animal grincheux du coup ?


« Kuma est mort ? »
questionna-t-il de sa voix désincarnée.

Aucune trace de colère, ni dans le ton ni sur ses traits. Le parfait reflet de neutralité du nouvel arrivant. La mort était après tout leur quotidien, juste une donnée de plus à prendre en compte dans sa stratégie. Il déplorera son frère d'arme plus tard. Dans l'instant, il se préoccupait davantage du vieil homme, car si ce dernier avait étalé le barbu sans le moindre soucis, il allait lui causer un sérieux problème. Surtout à deux contre un. Mr. Propre semblait difficilement supporter la pression que lui avait imposé Natsuki, mais il n'en restait pas moins en vie, et capable des réactions les plus imprévisibles au vu de son état psychologique. Cela le rendait presque aussi dangereux que son compère. Il fallait absolument que Natsuki l'élimine, et ce rapidement s'il voulait avoir le champ libre pour se concentrer pleinement sur l'autre. Ne serait-ce qu'au niveau de l'assurance, le plus âgé des deux lui apparaissait comme bien plus à craindre : il ne devait surtout pas lui tourner le dos.

Il dû faire avec ce constat, car l'on ne lui accorda pas davantage de temps pour élaborer une stratégie plus complète : un large rocher fut expédié à son attention d'un fantastique coup de pied. Au vu de la taille du projectile, sa vitesse de croisière était tout à fait respectable, et suffisante pour repousser Natsuki et le clouer à sa réception. Ce dernier eu beau réussir à amortir à mains nues la pierre, elle n'en demeurait pas moins en mouvement, et bien plus lourde que lui : l'impact contre le mur soumit ses articulations à rude épreuve, et lui coupa le souffle un instant. L'instant dont son organisme avait besoin pour réagir à la décharge d'adrénaline qui le galvanisa. Un prix à payer toutefois : en prenant le coup, il avait perdu sa concentration. Sa cible était libérée de son emprise, son seul avantage lui brûla dans les doigts.

Empoignant le rocher par là où ses mains se forgèrent une meilleure prise, il l'empêcha de tomber maintenant que toute sa force de mouvement avait disparut, et le renvoya à son expéditeur d'une puissante rotation du bassin. Et juste à la suite du massif éclat de sol, il jeta un kunai marqué d'un sceau sur le manche, lequel était censé détoner à l'impact. Il ne comptait pas là dessus pour l'emporter, seulement gagner quelques précieuses secondes pour espérer régler son compte à l'autre. Il le repéra, pas le temps de jouer encore du mudra : une soif de sang grandissante l'invita à lui faire tâter la dureté de son poing plutôt que du ninjutsu.

Un kunaï marqué ouvrit toutefois la route : pas question de lui laisser le temps transformer le terrain en 110 mètres haies.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mer 3 Juin 2015 - 11:32

      - Hey papy, qu’est-ce qui t’as pris autant de temps ?

    Le vieillard ne daigna pas répondre, regardant le Konohajin heurter le mur.

      - On doit se tirer d’ici ! Ce connard a foutu des explosifs partout sur son passage, et je n’ai pas…
      - Tais-toi, Aoi. Tu parles beaucoup trop.

    Le dénommé Aoi regarda le vieux avec un air surpris, et serra les dents comme jamais il les avait serrés en se retournant vers Natsuki. Assez rapidement pour voir le Kunaï arrivé et pour de nouveau dresser un mur entre eux et la charge. Le kunaï fut arrêté, mais une fois de plus, le shinobi avait été négligent : paniqué, il n’avait pas pensé à un nouveau leurre et se prit le coup du ninja de la feuille, augmenté par sa technique, de plein fouet. Dans un cri d’agonie, il fut projeté en arrière, sur le sol, crachant du sang.

    Le vieux, lui, n’avait pas bougé d’un pouce. Il avait regardé le Konohajin s’avancer, il avait regardé les attaques approcher, il avait regardé son protégé défendre, mais pas une fois il n’avait pris la peine de tenter quoique ce soit. Aoi à terre, il prit enfin la peine de se mettre à composer des Mudras. Aussitôt, le sol de la pièce trembla, et avant qu’il se ne passe quoique ce soit, Sinishi avait rejoint Aoi par terre.

      - J’ignore ce que tu lui as dit, mais ça doit être assez urgent pour qu’il panique. Alors, je vais te tuer rapidement.

    Du sol surgit des murs Dôton, qui entourèrent le ninja de la feuille.

      - Meurs, ninja de Konoha. Rejoins ton ami dans l’au-delà.

    Une série de mudras plus tard, les quatre murs de terre commencèrent à se rapprocher, promettant à Natsuki une défaite… écrasante.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mer 3 Juin 2015 - 20:15

Natsuki ne regarda pas où l'éclat rocheux qu'il avait renvoyé à Sinishi termina sa course, ni ce qu'il advint du kunaï marqué lancé derrière : il n'avait pas le temps pour cela, les secondes étaient précieuses. Il rua à la suite du second projectile en direction du dorénavant prénommé Aoi. Ce dernier dressa une nouvelle barrière de cristal en guise de défense, mais rien de suffisant pour le préserver de ce qui l'attendait. Le kunaï se ficha dedans, et détonna presque aussitôt. Un large nuage de poussière se souleva durant un instant suite à la déflagration, dans lequel le Céruléen s'enfonça d'un bond sans hésiter. L'autre ne s'était même pas donné la peine de bouger : il était toujours planté sur place, au même endroit que lorsque le rideau de particules volatiles s'était levé. Le Nara tatoué n'eut même pas à prendre appuie en contre-pied pour corriger sa trajectoire une fois le mur franchit. Il profita de tout son élan, et frappa d'une rotation avec le dos de son poing. Un coup tout en violence, avec probablement suffisamment de force pour arracher la tête d'un bœuf. Mais il en fallait malheureusement bien plus pour en venir à bout d'un shinobi entrainé. Il l'avait sentit en partie amortir sa frappe, peut-être assez pour demander un deuxième service plus tard. Hors de question de lui laisser cette occasion. Il fallait qu'il le tue maintenant, tout jusqu'à la plus infime parcelle de ses cellules le lui ordonnait. Bien plus qu'un objectif, la pulsion devenait une nécessité...

Une nouvelle impulsion vers l'avant, un poing assassin prêt à s'abattre. Mais à travers le filtre sanglant qui embrumait sa vue, un nouveau mur se dressa sur sa route, occultant sa cible à son courroux. Il le percuta durement, laissant l'impact de son rebond sur la parois avant de se rétablir au sol. Il avait été négligeant, le brasier qui le consumait commençait à troubler son jugement, le faisant complètement oublier Sinishi. Il le chercha du regard, mais ne le trouva nulle part : la pièce s'était considérablement réduite en taille. Il ne réalisa qu'alors qu'il ne faisait pas face à un mur, mais à une prison de terre. Il s'était laissé prendre comme un imbécile, enfermé désormais dans un cube exigu.

Immédiatement, ses poings s'abattirent sans retenu contre sa geôle jusqu'à en faire céder l'une des parois. Sans effet. La roche trembla légèrement sous les impacts, se fissura par endroits où les empreintes imprimées par les os de ses mains parvenaient à entamer la pierre irrégulière, mais hormis quelques effritements insignifiants, les efforts du captifs se révélèrent vains. En tout et pour toute réaction, le cube commença à rétrécir à vu d’œil : inutile d'être un Nara pour comprendre ce qui allait advenir de lui sous peu.

De l'autre côté de la prison, dans la grande salle, les coups résonnaient toujours contre ses parois, avec d'autant plus d'intensité que le temps devenait compté pour le captif. Une force brute qui continuait de s'acharner contre des murs trop solides pour elle. Des frappes, encore et encore dans des grognement animaux, qui finirent par cesser, le cube devenant trop petit pour offrir la moindre liberté de mouvement à un être humain. Et bientôt même pour en contenir un.

C'était vraiment trop bête. Natsuki avait passé des années à apprendre à se dompter, et presque tout autant maintenant à s'exercer avec Iji, à résister à la pression des situations, de la défaite, de la mort. A se contrôler. Tout cela pour au final quoi ? Être envoyé en duo douteux pour prendre d'assaut un avant-poste, et finir broyer dans un sarcophage de terre. Quel gâchis d'efforts personnels quand même. Mais...

Ç’aurait été une fin pas si mal...

Si son sang acceptait de le laisser mourir...

C'était loin d'être le cas.

Le cube s'immobilisa, comme retenu de force, et en l'espace de quelques instants, se zébra de fissures de toutes parts. Un battement de cœur plus tard, et il éclata littéralement. Pas de déflagration, pas de chaleur, seulement une bourrasque de la puissance d'une tornade. La poussière se leva, les débris retombèrent. Et au milieu des décombres se dressa la silhouette d'un homme, penchée en avant, les bras tombant, haletant. Un homme qui ne ressemblait plus que vaguement à celui enfermé moins d'une minute plus tôt. Sa peau s'était assombrit sur certaines zones, couverte d'une étrange matière rugueuses, mais qui laissait parfaitement deviner la musculature hypertrophiée qu'elle recouvrait. Le tissu des vêtements avaient cédé par endroits, révélant les runes de ses tatouages d'un bleu azuré et luminescent. Et sur son visage déformé par une rage exacerbée, juste sous d'imposants bois qui le coiffaient d'une couronne cervidée en partance des tempes, deux yeux aveugles scrutaient le vide. Pas de pupille, juste du sang injecté. Un seul reflet, un seul désir : celui annihiler la Vie elle-même.

Spoiler:
 


« Vous avez @£%#$ le mauvais Gekei... »
murmura au loin une dernière étincelle de lucidité.

Mais noyée dans un torrent de haine viscérale, dans un corps où les pulsions naturelles les plus malsaines avaient prit le pas sur l'esprit humain, l'avertissement ne fut à ses lèvres qu'un pénible ramassis de sons gutturaux sonnant à peine japonais. A quoi bon tenter de préserver des secrets de toute façon ? Ce n'était pas la première fois que cela arrivait, et dans son état, il ne laissait derrière que des cadavres.

Qu'importe ses exercices, qu'importe sa volonté : au final, face à la mort, ses défenses se brisaient inconsciemment. Un pouvoir ou un joker, tu parles. Ce n'était rien de plus qu'une malédiction qui l'autorisait à continuer de perpétrer des carnages. Et d'en contempler l'étendu du résultat une fois terminé. Ce n'était pas lui, mais cela restait ses mains. Des mains couvertes de sang jusqu'aux coudes.

Un silence de mort régna dans la salle, interrompu seulement par la respiration rauque de la créature, comme pour laisser le temps à chacun de réaliser l'horreur qui se tenait parmi eux. Puis dans un grincement de chair humide éclatée, il fut rompu. L'épaule droite de Natsuki se déchira sous la pression, de même que son flanc, et des plaies béantes émergèrent ce qui les avaient provoqué : deux bras suintant de sang et couvert de la même matière sombre et dense que le reste du corps. Une morphologie qui à chaque seconde qui passait perdait en humanité.

Détruire était une obsession, tuer une nécessité, massacrer un besoin prioritaire sur celui de respirer.

Le Nara tatoué, qui n'avait que grogné entre ses crocs lorsque deux bras droits s'étaient ajoutés à sa panoplie, s'élança dans un rugissement primaire droit sur Sinishi. Il lui fallait des victimes, et dès lors, plus aucun mur ne sera assez épais pour l'arrêter. Seule une soif de sang inextinguible le guidait désormais. Insatiable, peut-être, mais il fallait essayer : Des poings avides de chair n'attendaient que de tomber comme grêles sur le vieil homme.

Plus de subtilité, plus de stratégie, seulement de la violence.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Sam 6 Juin 2015 - 16:22

    Ca s’annonçait mal. Ca s’annonçait même très mal. Le Konohajin avait réussi à sortir du piège du vieil homme et pour la première fois, il se demandait comment il allait bien pouvoir faire pour faire face à ce démon. Bien entendu, aucune trace d’anxiété ne laissait transparaître sur son visage, mais au fond de lui, il entrevoyait déjà la défaite. Il ne lui restait qu’une seule solution… Cette technique allait sans doute être son dernier assaut.

    Mais une priorité d’abord : stopper cette attaque. Sinishi le savait : il ne pourrait pas l’arrêter. Il lança un regard à son disciple, qui comprit aussitôt ce que le vieux attendait de lui : se relevant, exécutant des mudras, il se mit entre le Céruléen et le vieux, écartant les bras, desquels coulaient une substance bleue qui se durcit rapidement. Aoi devint un mur de cristal, dans lequel Natsuki s’empala, rouant de coups le déserteur.

    L’assaut du Konohajin terminé, Aoi redevint lui-même, mais inconscient. Le chakra utilisé et les coups reçus l’avaient vaincu : mais après tout, c’était son rôle. Aoi était la défense, Sinishi l’attaque. C’est comme ça qu’ils fonctionnaient. Il n’avait plus de défense, désormais, mais il lui restait sa technique. Son ultime technique.

    Sans prendre la temps de discuter, d’exprimer la haine qui montait en lui ou de laisser le temps au Nara de contre-attaquer, il exécuta des mudras, et il fallut un temps pour que quelque chose se passe. Mais un bruit assourdissant se fit entendre. Si Konoha était là, alors il devait s’en douter : l’avant-poste ne durerait plus longtemps. Il allait faire le boulot seul, tout en emmenant Natsuki dans la tombe.

    Les murs de la caverne explosèrent. Petit à petit, des piliers de roche sortant du sol et empalant tout ce qu’ils touchaient se rapprocher de l’épicentre : Natsuki. Mais les piliers l’entouraient déjà. Plus que quelques secondes avant que l’adversaire du vieillard ne soit pris au piège dans Les Milles Pointes…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mar 9 Juin 2015 - 14:15

L'air était étouffant, l'atmosphère chargée de pulsions meurtrières à la rendre presque compact. L'aura de mort qui se dégageait du démon saturait la pièce, et son regard hargneux ne laissait planer aucun doute sur ses intentions futurs. Il n'était plus qu'un reflet, l'ombre d'une bête aveuglée par la haine, animé par le besoin unique de détruire. Il se jeta sur l'homme qui osait se dresser devant lui, mais un second s'interposa avec son corps. Rempart infranchissable à la dureté du cristal, il ne chercha pas à comprendre. Il ne le pouvait pas. Il devait juste le briser.

Passager tristement embarqué dans son propre corps, '' Natsuki '' ne percevait presque plus rien de '' l'extérieur ''. Son esprit n'était accaparé plus que par une seule pensée : celle d'exister. Son identité même ne tenait plus qu'à cela, résumée en une bribe de mémoire, un fragment de souvenir de qui il était vraiment – ou croyait être – tandis que son corps s'abandonnait à une rage viscérale guidant ses faits, ses gestes, sa vie. Des pulsions qu'il ne pouvait contrôler une fois libérées, qui ne se tarissaient jamais, qu'importe combien de temps le libre cours était laissé à sa frénésie. Quand le muscle prenait le dessus sur l'esprit, quand le bras de fer psychologique qu'il disputait en permanence contre lui-même allait en sa défaveur, il ne pouvait qu'attendre. Attendre à son tour que l'Autre montre un signe de faiblesse pour reprendre le dessus. Sauf que lui s'épuisait à chaque affrontement perdu, et qu'un jour, il ne parviendra plus retrouver sa lucidité. L'horloge tournait, il le savait. Iji aussi.

L'être de cristal céda finalement sous les coups, s'écroulant à genoux devant le démon, la tête prise en étau par l'une de ses puissantes mains. Mais les yeux ardents du monstre se portaient déjà sur sa victime suivante, jetant le cadavre en devenir au loin comme une poupée de chiffon. Il lui fallait plus de sang, ce n'était pas assez. Inconscient devant le danger qui l'entourait et qu'il ne considérait même pas, il se remit en chasse. Des murs se dressèrent encore, il hurla. Un cri primaire, frustré et il frappa encore. Des pieux poussèrent autour et sous lui par centaines, perforant sa peau, tentant de freiner sa course. Il se contenta de les éclater, ses bras multiples se balançant de gauche à droite de façon grotesque comme s'il luttait contre un essaim. Son épiderme devenait toujours plus sombre, plus épais à mesure qu'il avançait – nageait presque – à contre-courant dans cette cascade de roche. La douleur n'arrivait même plus à son cerveau, complètement débordé par sa fureur explosive. Son corps ne réagissait plus que par instinct primal. Il était obnubilé par le carnage qu'il devait répandre, chassant les pieux qui l'assaillaient sans plus d'efforts ou de considérations que s'il s'agissait de moucherons. Son corps souffrait, mais sa haine débordante continuait de faire tourner les rouages.

Elle continua jusqu'à ce que ses doigts acérés parviennent à saisir l'homme, et qu'un poing ne s'arme pour arracher la moitié de son visage. Il n'y parvint jamais. Un pieu bien plus massif que les autres le traversa à cet instant, perçant son abdomen de part en part avant tant de force qu'il le souleva du sol. Et autour d'eux, la salle continuait toujours de tomber en ruine. Des gravats de toutes tailles tombaient en averse. La douleur se déversa à travers tout son être, aucune volonté aussi ravagée soit-elle ne pouvant supprimer l'existence d'une telle blessure. Mais bien loin de l'exhorter au calme, elle ne fit qu'accroitre la furie qui l'animait, portant sa transe déchainée à son paroxysme. Une aura rougeoyante émana du démon tandis que celui-ci frappait les rochers qui s'écroulaient sur lui, oubliant totalement qu'il retenait encore une victime dans une main. Puis tout explosa autour de lui. Sa haine se matérialisa, prenant la forme d'un faisceau dont il était la source, et l'entoura complètement. L'émanation désintégra littéralement le pieu qui l'empalait, et redoubla en intensité à mesure que les secondes s'écoulaient. Sans limite, l'aura perça vers les cieux dans un hurlement primitif. Tout n'était plus chaos et destruction. Le monde s'écroulait autour d'une divinité vengeresse dans la frénésie semblait ne jamais connaître de fin.

Puis les tremblements cessèrent.

La lumière perdit en intensité jusqu'à disparaître.

Le silence revint.

Depuis le ciel, un oiseau passa au-dessus de ce qui fut jadis une habitation humaine. Mais de l'avant-poste, il ne restait que de profonds trous à demi-emplit de débris rocheux. Plus rien ne bougeait, hormis la poussière portée par les vents qui attendaient de pouvoir se poser nouveau.

Un rocher plus imposant que les autres se brisa soudainement en deux.

Le torse d'un homme mutilé porteur d'un unique bois sur la tempe droite émergea des décombres. Le regard brûlé par les particules de terre en suspension, il vociféra vers le ciel, comme une ultime accusation à l'égard des Dieux. Puis haletant, il s'écroula en arrière, ses jambes toujours prises dans l'éboulement sous lui. Les bras en croix, il dévisageait les nuages sans rien voir. La carapace de ses bras se résorbait doucement, sans même qu'il ne s'en rende compte. Il ne sentait plus que la douleur irradiant dans tout son corps, ses muscles et ses os faisant la queue pour se plaindre du mauvais traitement qui leur était infligé. Il ne remarqua pas non plus ce qui avait remplacé le trou béant dans ses intestins. Il ne percevait que son souffle, chaque inspiration étant des flammes qui embrasaient ses poumons. Il ruisselait de sang à de nombreux endroits, trop pour qu'il puisse les compter. Il n'en avait de toute façon plus la force.

Sa respiration devint plus lente, plus profonde, les secondes entre chaque souffle plus nombreuses. Ses pupilles aveugles croisèrent finalement le bleu du ciel. Des nuages gris approchaient. Il ferma doucement les yeux, ouvrir à nouveau ses paupières demandait plus d'énergie qu'il ne pouvait en fournir, et accepta la pluie sur son corps nu comme les larmes qu'il n'avait plus pour le laver de la souillure de ses péchés. Une fois de plus, il avait survécu.

Au prix de ce qu'il était.

Une fois de plus...

Spoiler:
 

Si ce post doit être une conclusion, alors merci pour cette narration, ce fut vraiment très plaisant à lire, écrire, et vivre. S'il doit par contre y avoir une suite, alors j'effacerai ce message pour le poster plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury Mar 9 Juin 2015 - 14:47

      - Ouais, je vous dis. Un gars avec une peau pas très nette et un ours.
      - Ouais, ouais… Et il tenait la main à un bon gros castor !

    Les deux Chûnins ne se privaient pas pour se moquer de leur ami, et pourtant plus haut gradé et chef de leur escouade. En route pour la base du Shoraizen, le plus haut gradé avait croisé Kuma Dôbutsu, pressé, lui demandant d’aller prêter main forte à Natsuki Nara, laissé par obligation dans un avant-poste truffé d’ennemis. Connaissant la réputation du Nara à Konoha, le Jônin avait pris deux de ses meilleurs ninjas et avait changé de direction pour rejoindre l’homme de l’ombre

      - Qu’est-ce que...

    La description du lieu qu’en avait rapidement fait Kuma était à l’opposé de ce qu’ils avaient sous les yeux. Des pointes hautes de plusieurs mètres entouraient une plaine désolée recouverte de gravas et de rochers. Les trois Konohajins s’avancèrent, prudemment, à l’affut du moindre piège. Puis ils le virent, recouverts de sang, allongé sur les ruines de l’avant-poste.

      - NATSUKI-SENPAÏ !

    Les trois hommes se hâtèrent, entourant Natsuki avec toute la prudence qui sied à un home mortellement blessé. Le jônin sortit des parchemins, l’un des Chûnin apporta les premiers soins. Mais l’urgence était de mise : il avait besoin de soins importants, qu’on ne pourrait lui donner qu’à Konoha.

      - Aritsune, pars vite, et essaie de trouver un avant-poste Konohajin où un shinobi est capable de transporter rapidement un corps jusqu’au village. On va se mettre en route avec Natsuki, mais plus vite il sera pris en charge, plus ses chances de survie seront grandes.

    Bien loin du ton raillard qu’il avait eu en arrivant, le Chûnin s’exécuta et courut comme il n’avait jamais couru en direction de Hi no Kuni. Le Jônin prit délicatement Natsuki avec lui, et courut, moins vite, dans la direction que venait d’emprunter son collègue à toute vitesse.

      - Tenez bon, Natsuki-senpaï… Tenez bon….


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: 2.1. Ours is the fury

Revenir en haut Aller en bas
 

2.1. Ours is the fury

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Chapitre : La Fin du Shoraizen-