N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1508

Message(#) Sujet: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Jeu 14 Mai 2015 - 14:06


QUEL AVENIR POUR LE SHORAIZEN ?

CONTEXTE
    Pô l’avait finalement rejointe et tous deux avaient convergés en direction de la base du Shoraizen. Il était temps d’en finir une bonne fois pour toute.

SUITE DE :

RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Ordre initial quelconque.
    Ø Pas d’intervention du narrateur, faites parler votre imagination.
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

PARTICIPANTS
    Aburame Miko
    Gekei Pô
    Natsuno Tsubaki
    Kaguya Milly
    Kaguya Shio



Dernière édition par Chroniqueur le Jeu 4 Juin 2015 - 22:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1099
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Jeu 14 Mai 2015 - 14:37

Citation :
Hrp : Je poste avant Miko, mais cela à été vu avec la concernée. Mes révélations ne peuvent être entendues que par Miko, raison de mon post. Petit post d'introduction, mais je ne veux pas ralentir.

Les choses s’accéléraient, mais le serpent demeurait toujours sous la terre, tous ses sens en alerte. Il était prêt à bondir sur le terrain dans le cas où les choses se corseraient. Mais finalement, aucun combat n’eut lieu, les forces Kumojins acceptèrent de se retirer et de laisser Konoha gérer seul l’organisation du Shoraizen. Une bonne chose afin de prouver au monde que la nation du feu était capable de gérer seule ses problèmes, contrairement à ce que Kumo semblait penser. La femme dénommée Miko semblait être du même avis. Le serpent appréciait ça. Sous terre, un sourire fin se dessina sur les lèvres blanches avant qu’il ne rejoigne directement la manipulatrice des insectes. Lorsqu’elle était seule, et comprenant l’importance qu’elle aurait désormais, le serpent sortit lentement de terre. Il allait lui faire un révélation dont seul Myakudou Onpu le Rokudaime connaissait l’existence. Se redressant doucement sur la terre ferme, il planta son regard dans celui de l’Aburame, sans lâcher ce fin sourire, légèrement dissimulé.

« Seito m’avait confié la tâche de me renseigner sur toi, savoir si oui ou non tu étais une taupe. Ne pas le faire fut visiblement la meilleure chose que j’ai faite. J’approuve notre présence ici. Le fait que tu ais coupé la tête du serpent ne veut pas forcément dire que le Shoraizen cessera d’exister.»

Implicitement, le Sans-Visage venait de lui avouer son appartenance au Shoraizen, tout en donnant son avis sur l’actuelle opération. Il avait décidé de sortir de terre, car il savait parfaitement qu’elle allait négocier avec le Shoraizen. Le membre des forces spéciales servirait alors de soutien, non seulement diplomatique que militaire au cas où les choses tourneraient mal. Mais il ne fallait pas se leurrer, les membres restants du Shoraizen sauraient très bien dans quel merdier ils étaient, ils n’opposeront pas de résistance. A moins de réellement vouloir mourir pour les préceptes d’un fou. Clairement, Pô n’avait pas l’intention d’accompagner Seito jusqu’au bout de ses idées, et il le lui avait clairement dit. Ils avaient trop de divergences d’opinions pour que le fantôme accepte de le suivre indéfiniment. La preuve, lui était mort alors que Pô était toujours vivant. Seito voulait vivre avec un risque visible avec que Pô jouait avec des risques invisibles. Que de mystères.

Marchant à ses côtés, la jeune femme ne semblait pas s’opposer à la présence du chef du clan Gekei, au contraire. Ils arrivaient tous les deux, voyant au loin des silhouettes se prononcer. L’homme pâle continuait d’avancer, suivant les règles du Rokudaime, en obéissant à l’Aburame qui devait prendre le contrôle des troupes de Konoha. Le serpent n’avait aucun problème avec ça, pour le coup, il se contentait d’obéir aux ordres. De toute manière, il n’en savait pas assez sur le reste du Shoraizen, sur leurs agissements ou même sur cette Aburame Miko pour émettre un avis ou une opinion objective sur le sujet. Il se contentait d’agir pour le bien de Konoha, et il n’y avait pour le moment qu’une seule chose qui importait : la disparition pure et simple du Shoraizen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Ven 15 Mai 2015 - 15:56

    Pour peu que tu aurais trouvé quelque chose …


Il était sûr de lui. Penser qu’en enquêtant il aurait pu la percer à jour ou du moins découvrir des pistes qui auraient fait d’avantage douter les membres du Shoraizen. Ainsi Seito avait demandé à ce qu’on enquête sur elle ? C’était loin du discours qu’il lui avait tenu … Hypocrite le garçon. Du moins pas si franc qu’il ne l’affirmait. Mais quelque chose la dérangeait plus que cette histoire d’enquête : l’enquêteur en question. Continuant sa route à ses côtés, elle s’avouait … sceptique.

    Agent double ? Triple ? J’avoue avoir quelques questions en tête … Mais bon je suppose que ça pourra attendre si nous avons l’occasion d’en reparler …


Onpu était-il au courant ? Était-ce pour cela qu’il l’avait envoyé ? Qui était ce Pô ? Avait-il vraiment été membre du Shoraizen ou juste un sympathisant ? Les Aizuyakes le connaissaient-ils ? Enfin et surtout, pourquoi lui avoir tout dit maintenant, juste avant leurs négociations ? S’amuser à la faire douter, montrer son soutien ? Soupirant silencieusement ils continuèrent leur chemin. Peu importait dans l’immédiat, les enjeux et les risques resteraient les mêmes qu’il soit de son côté ou non, questionner son allégeance n’était pas impératif.

* * * * *

    Nous souhaiterions parler avec les Aizuyakes restant. Dites-leur que Miko Aburame vient négocier au nom de Konoha quant à l’avenir du Shoraizen.


Elle avait hésité un instant à signaler la présence du Konohajin aux gardes devant l’entrée mais ne connaissant pas son nom elle avait finalement décidé de ne pas l’introduire. Il le ferait bien assez tôt tout seul de toute façon. Regardant la montre à son poignet encore valide, elle vérifia l’heure. Konoha ne devrait plus tarder, à l’heure qu’il était, Satochi avait déjà dû rejoindre le gros des troupes, de quoi peser d’avantage dans les négociations à venir. Qui y serait ? Kohei ? Nozomi ? Elle ne détectait pas l’insecte qu’elle avait injecté au premier mais ce n’était pas une surprise, un jour après elle avait déjà ressenti sa disparition, visiblement il avait été extrait, probablement par la doctoresse. Dommage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Ven 15 Mai 2015 - 22:44



Miko. Le seul mot, le seul nom qui restait en tête à Tsubaki. Elle était en route pour la porte, alors qu’on l’avait informée, quelques minutes plus tôt, que la meurtrière du Tsugurike demandait à voir les Aizuyake restant encore à la base. La rencontre allait se faire avec Azumi et Hiriko, une fois que ceux-ci seraient prévenus. Elle avait elle-même fait dire à Milly ce vers quoi elle convergeait. Sûrement son amie ferait preuve de présence, elle aussi.

La jeune femme ne savait pas quel sentiment lui serait le plus approprié une fois devant l’Aburame. La colère ? La rancune ? La haine ? Son cœur même ne se décidait pas, et la Serei lui interdisait tout dépassement lié à ses émotions. Si la traîtresse était venue jusqu’ici, c’était dans un but précis, et c’est pour cela que les gardes n’avaient pas prévenu d’une attaque, non d’une demande de dialogue.

Cependant, cela n’apaisait pas pour autant la Buta. Elle resterait sur ses gardes, à l’affût d’une quelconque machinerie destinée à la duper. Elle en serait d’autant plus efficace si elle maintenait son esprit critique. Négociations, menaces, excuses, tout était bon à être analysé, décortiqué. Le temps allait être utile, et usé à bon escient. Du moins, en tête de la jeune femme.

Elle arriva rapidement à l’entrée, gardée, mais avant de sortir, elle avait un détail à prendre en compte, une petite préparation à faire. Elle se dirigea aux côtés d’une personne particulière : Rin. Elle lui dicta ses ordres, dans le plus grand calme et la plus grande confiance. Elle avait foi en son amie, qui saurait en quel temps et lieu agir s’ils se présentaient. Alors mit-elle pied à l’extérieur.

Elle prit une grande inspiration. Pour le moment, elle était seule, mais au moins Milly viendrait la rejoindre, et savait-elle Azumi et Hiriko en route. Tsubaki se plaça face à Miko, la regardant dans les yeux, bien qu’à distance sécuritaire. Elle ne devait pas faiblir, aujourd’hui. Elle n’était pas seule, mais avait à protéger une population, une ville, une famille.

Elle claqua des doigts. Aussitôt, Rin fit exécuter ses ordres. Les gardes doublèrent de nombre et de concentration, mains prêtes à composer leurs mudras. Les canons furent parés à faire feu en cas d’hostilité, et des runes se dessinèrent sur une partie du sol.

« Que je sois claire tout de suite. Si tu es venue te battre, tu peux voir qu’il suffira d’un mauvais pas pour qu’on meure très rapidement. Tu as déjà tué le chef, et si tu veux t’en prendre à la ville, je préfère nous enterrer toutes les deux plutôt que te voir la mettre à feu et à sang. »

Elle laissa une inspiration ponctuer son discours.

« Je ne serai pas hostile, mais je préfère être prudente. D’autres vont arriver, donc on les attend pour discuter. Après, on pourra discuter. »

La tension, pour elle, était palpable. Elle sentait chaque cellule de son corps à l’alerte, et son esprit plus qu’éveillé. Oui, clairement, elle était à la limite de se pisser dessus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Dim 17 Mai 2015 - 16:27

Non, non, non ! Non Tsubaki, fait pas ça ! Non !
Je courrais à toute allure à travers la caverne du QG, la peur au ventre. Et pas pour moi non, mais pour celle qui fait battre mon cœur. Vous auriez vu ma tête quand le garde, enfin je suppose que c’était un garde, est arrivé à la porte de ma chambre, tranquillement, et me sortir que la Buta était partie à l’entrée de la ville pour rencontre une certaine Miko. En un instant j’avais perdue mon sourire et ma couleur. Alors que j’étais à fond sur une surprise à offrir à ma belle sitôt rentrée, à me torturer l’esprit pour que tout s’emboite parfaitement et que ce soit harmonieux. J’ai tout arrêté, non pour être exact j’ai tout balancé en l’air en mode rien à foutre. Le garde eut le bon réflexe de s’écarter immédiatement du passage, pour laisser passer la furie blonde qui fila soudainement hors de là.
Ce ne fut pas le cas de tout le monde, hélas. Comme ce jeune qui sortait tout juste de la cuisine avec un panini dans les mains. Le contenu ne termina pas dans sa bouche mais partout autour tant la rencontre avec mon coude fut violente. Forcement aussi ! Il n’avait qu’à pas être là aussi ! Tant pis hein ! J’entendis également de loin quelqu’un clamer mon nom :

« Plus tard ! » Lui hurlai-je, quel qu’en soit son identité.

Le cœur battant la chamade autant à cause de la soudaine course que de ce qui pourrait arriver si je ne me dépêche pas. Cette Miko, qu’est-ce qu’elle pourrait bien lui faire ? Avec ce qu’elle nous a déjà infligé, bon sang je préfère ne pas y penser.
Pour ceux qui aurait zappé un morceau de l’histoire. Cette pouf faisait partie du Shoraizen. Avec Seito et un petit groupe, ils étaient partit en mission et là-bas elle aurait assassiner le patron de notre petite organisation. Depuis, tout part à volo ! Tellement qu’il ne reste plus que Tsubaki, Shio et moi parmi les personnalités de l’organisation. Nos effectifs ont également beaucoup diminué par rapport à avant, même on reste conséquent.
Cette femme, elle s’est attaquer à ma famille. Peu importe ses raisons, hors de question qu’elle continue son massacre !

Ma course continua à travers la ville sitôt le tunnel terminé. La tête baissée, les bras devant pour écarter tout ce qui se trouverait devant. Peu importe les plaintes, j’étais de toute façon déjà trop loin pour que les dérangés puissent se redresser et me jeter des trucs pour se venger. J’enchainai ainsi les virages sans presque ralentir, jusqu’à ce que l’entrée soit en vue. Tiens, il y a déjà le système défensif activé ? En prenant appui sur le dos d’un marchant qui se baissait pour ramasser un cagot de tomates toutes fraiches, puis l’épaule d’un des gardes qui tenait en joue la traitresse. J’atterris l’instant d’après juste devant Tsubaki, une main en arrière pour la maintenir dans mon dos, et une main devant pour parer toute éventualité concernant Miko.
Elle était pas seule en plus, un homme relativement efféminé et aux cheveux aussi blancs que ceux de Kohei.

« Si t’oses toucher à ne serait-ce qu’un seul de ses cheveux je te bute salope ! » Lançai-je à la traitresse. « Qu’est-ce que tu nous veux ? Tu viens finir le boulot c’est ça ?! Et c’est qui lui ? » Fis-je à l’attention du second protagoniste. « Ton fidèle toutou ? Si c’est pas mignon ça … »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Dim 24 Mai 2015 - 18:17

Quel accueil en fanfare. La Buta. La dernière fois que l’Aburame l’avait vu c’était lors de cette fameuse nuit où Seitô avait perdu pied et avait attaqué Nozomi. Mais à l’époque elle avait l’air … ailleurs. Perchée. Plus préoccupée par les murs du QG que par ses occupants. Pouvait-on raisonner calmement avec elle ? Elle savait prendre ses précautions en tout cas. Runes. Canons. Un bien rassurant accueil. Pô connaissait-il la base ? Et surtout le connaissait-on ?

    C’est l’idée …


S’étirant les bras quelque peu alors qu’ils attendaient. Miko entendit une trombe de pas se répercuter sur les parois du tunnel. Quelqu’un venait. Et rapidement. Reconnaissant une fille qu’elle avait également vue cette fameuse nuit, Miko essaya de se souvenir de son prénom. Quelqu’un l’avait prononcé non ? …

    Autant se calmer un peu … Comme je l’ai déjà dit je suis ici pour négocier au nom de Konoha. Je ne suis pas venue ici pour me battre sinon j’aurais ramené avec moi les troupes Kumojins à deux doigts de trouver l’emplacement du QG et de vous attaquer au lieu de les dissuader et de mettre dans la balance les relations entre la Feuille et la Foudre déjà tendues pour m’entretenir avec vous.


Marquant une petite pause, Miko s’arrêta de parler avant de reprendre.

    Sinon oui je suis là pour finir le boulot comme tu dis. Cependant pas de la façon dont tu l’imagines. Mais avant tout, je vous dois des explications pour la mort de Seitô je suppose … Visiblement Kohei vous a raconté la fin de notre mission. Enfin … je suppose qu’il n’a pas tout dit. Que diriez-vous de rentrer et de rejoindre les autres … Hiriko, Azumi, Matawa, Kohei et Nozomi … S’ils sont toujours là.


C’était un peu se jeter dans la gueule du loup mais elle avait néanmoins quelques garanties … Nozomi était-elle toujours au Shoraizen ? Et Kohei ? Avait-il seulement expliqué les raisons qui l’avait poussé à franchir le pas décisif ou s’était-il contenté de crier sous tous les toits qu’elle n’était qu’une traitresse. L’élève adorait le maître à l’époque, peut-être avait-il souhaité conservé l’image d’idole que nombre de membres de l’organisation avait de lui. Mais elle allait devoir mettre à mal cette fausse image si elle voulait les convaincre…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mar 26 Mai 2015 - 12:45



Alors l’Aburame était-elle venue dans le but d’une négociation, de pourparlers. Elle avait évoqué l’hostilité des Kumojins, ce qui pouvait se révéler véritablement un danger. Si la base pouvait se défendre d’un certain nombre de Shinobis, elle ne pourrait pas tenir face à une légion de ninjas entraînés et prêts à en découdre. Elle semblait montrer que Konoha ne voyait pas l’affaire du même œil. Peut-être la Feuille avait-elle une approche plus pacifique que sa nation natale.

Néanmoins, elle évoquait des personnes qui n’avaient plus pris place depuis un moment au sein du Shôraizen. Elle ne pouvait rien cacher, l’organisation était diminuée, grandement. Les leaders n’avaient plus réelle consistance comme celle qu’ils eurent jadis. Le temps fracturait la cohésion de la famille, qui n’en demeurait que plus apeurée. Si la nouvelle d’une possible attaque de Kumo se répandait, ce serait la panique.

« Si tu dis la vérité, Hiriko le saura. Et si tu mens, je pense que tu sais aussi bien comment est la base. En revanche, j’ai bien peur que tu ne voies pas Nozomi et Kôhei. »

Le regard de la fleur s’était voilé, à l’allusion de ses collègues et amis, qui n’étaient pas revenus depuis un moment. Mais elle devait être forte, pour eux. Et puis, il y avait encore du monde sur qui le Shôraizen pouvait compter.

« Je vous fais rentrer, et on ira au palais. Je pense que tu comprendras le fait qu’on soit accompagnés, les précautions sont indispensables. Une fois que tout le monde sera là, tu pourras tout nous exposer. »

Elle regarda Milly, sa chère Milly, toujours là pour elle, intrépide et courageuse. Oui, elle pourrait toujours compter sur elle, et dans ce moment sombre, si jamais Kumo décidait de leur nuire, elle aurait plus que toujours besoin de son appui. Elle lui murmura à l’oreille :

« Mon cœur, fais attention, quand même. On sait qu’elle est forte, donc sois attentive au moindre mouvement. C’est possible qu’elle dise la vérité, mais on sait jamais. »

Elle se tourna ensuite vers les gardes, plus particulièrement Rin. Elle leur intima de baisser les défenses, tout en préparant des troupes pour les escorter et les surveiller durant la rencontre. Les ordres fusaient, et tout se préparait pour un événement qui donnerait lieu à la chute ou la survie de la famille. Quelle que soit cette finalité, elle prendrait lieu et forme ici. Il ne restait plus, à présent, qu’à voir à quel degré de véracité Miko se plaçait. Si d’aventure Hiriko décelait un mensonge, l’Aburame elle-même devait savoir qu’elle ne ressortirait pas vivante de tout cela.

Un seul détail laissait la confiance de Tsubaki filer dans les dires de l’ancien membre. La mort de Seitô, fut-elle un meurtre, n’était qu’une continuité. Le Sabakyô fut-il son roi, il n’en demeurait pas moins dangereux, elle-même ne pouvait-elle se le cacher. Mais la question n’était plus là, désormais. Elle tenait un pari dangereux. Elle aurait pu engager la rencontre dans un avant-poste, mais c’était inutile. Si elle voulait contenir Miko, le palais était le meilleur endroit. Et si le cœur de la Nukenin était encore à Konoha, alors elle n’engagerait jamais un bain de sang sur des innocents.

A présent, le sort en était jeté. Le crépuscule de la famille pouvait s’en suivre, nul ne savait, pas même la Terre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mer 27 Mai 2015 - 13:57

Ignorant mes pics, elle demanda le calme, clamant être ici pour négocier. Vous me connaissez, naturellement je n’en crue pas un mot. Et sans la présence de la brunette, je lui aurai sans doute sauter dessus dans le but d’obtenir vengeance. Mais je n’en fis rien. Seulement un froncement de sourcil et un rictus de dégout. Ce qu’elle lança à propos de Kumo qui était sur le point de nous trouver et de nous rouler dessus, et qu’elle aurait dissuadée, ça sonnait plus comme une menace qu’autre chose. Ou alors c’est moi qui déforme tout ce qui sort de sa bouche …

« Sinon oui je suis là pour finir le boulot comme tu dis. » Continua-t-elle. « Cependant pas de la façon dont tu l’imagines. Mais avant tout, je vous dois des explications pour la mort de Seitô je suppose … Visiblement Kohei vous a raconté la fin de notre mission. Enfin … je suppose qu’il n’a pas tout dit. Que diriez-vous de rentrer et de rejoindre les autres … Hiriko, Azumi, Matawa, Kohei et Nozomi … S’ils sont toujours là. »

Si on pouvait comptabiliser les points de social là maintenant, Miko se prendrait un bon paquet de malus. Tsubaki l’avertit à propos d’éventuels mensonges, qu’elle ne s’en sortirait pas vivante si jamais elle s’aventurait sur ce terrain-là. Et à alla donner les instructions pour une futur escorte.

« Comme si tu ne savais pas qu’ils n’étaient plus là ! Ta trahison a fait bien plus de dégâts que ce que tu imaginerais ! » Lançai-je à Miko pendant ce temps.

Il fallait que je me contrôle, comme me l’avait murmurer l’élu de mon cœur, cette femme est très dangereuse. Incomparablement plus forte que moi, donc chercher à l’énerver n’est pas prudent. Pour autant je ne la lâchai pas des yeux quand on l’accompagnai à travers la ville, puis dans le tunnel qui menait au QG. D’ailleurs je ne fus pas la seule, sur le chemin tout le monde nous observait, et l’observait elle en particulier. Pas sur que son visage soit connu, seul son nom avait été révélé quand l’annonce arriva. Mais certainement que voir une telle organisation après tout ce qui s’est passé, ça doit susciter la curiosité.

« T’es de Konoha maintenant c’est ça ? » Demandai-je à la traitresse. « Ils sont tombés bien bas pour accueillir quelqu’un capable de poignarder dans le dos que tout le monde croyait avoir pour ami, voir compatriote. »

La sortie du tunnel approchait, on pouvait déjà voir les champs et les reflets bleu de l’océan au plafond illuminer la grotte. Il n’y avait plus grand monde par rapport à l’époque, niveau effectif on doit même être au quart de notre apogée. Mais contre une seule personne, voir deux si on compte le type muet à ses côtés. Est-ce que c’est un mec d’ailleurs ? Le doute est omniprésent quand on le regarde bien, mais oui c’est certainement un homme. Cela dit, avec de la poitrine il aurait déjà tout d’une femme. Tss, qu’est-ce que c’est chiant ces gens qui s’amusent à être tout juste sur la limite.
Je ne savais pas où Tsubaki voulait faire cette entrevue, pas sur qu’aller dans les endroits privés du bâtiment soit une bonne chose. Aussi, à peine étions-nous face à l’entrée que je me retournai prestement et pointai un doigt sur l’intruse :

« Voilà c’est bien ici, pas la peine de montrer ce qui reste de nos secrets. Vas-y accouche, qu’est-ce que tu nous veux ?! Et gaffe ce que tu diras grognasse, t’as beau être forte, vous n’êtes quand même que deux dans la gueule du loup. » Je jetai un coup d’œil à son acolyte. « Ça vaut la même chose pour toi, qui que tu sois. »

Est-ce qu’elle essayera de nous embrouiller ? De nous monter contre le Shoraizen sous prétexte de nous ouvrir les yeux ? C’est souvent comme ça que ça se passe dans les bouquins. On a le discours de Kohei quand il était encore là, maintenant voyons voir le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Jeu 28 Mai 2015 - 1:18

Soupirant quelque peu, Miko avait pourtant essayé de ne pas répondre aux provocations de la blonde qui les accompagnait et de faire comme si tous les murmures et regards sur son chemin n’étaient pas arrivés. Mais passé un moment il fallait peut-être arrêter les jérémiades et éclaircir les choses. En particulier un point, que visiblement ni Tsubaki ni cette fille n’avaient considéré.

    Écoute-moi bien “mon Coeur” vu que tu n’as pas daigné te présenter, je suis venue ici pour vous éviter à tous de finir écrasés sous les décombres de votre petite base sous terre qui se serait effondrée comme un château de cartes si Kumo avait sorti ses Bakushôs. Tu ne m’aimes pas ? Très bien. Mais aie la décence d’écouter ce que j’ai à dire avant de balancer à la pelle tes petites piques insignifiantes. Dans la gueule du loup hein ? Si nous ne ressortons pas d’ici vivants, les troupes Konohajins qui ne devraient pas tarder à arriver d’ici quelques minutes écraseront ce qu’il reste de l’Organisation. En passant tu penses que je n’ai pas constaté à quel point vos rangs avaient été diminués ? Alors non je ne savais pas que Kohei et Nozomi n’étaient plus là par la magie du saint esprit, non j’ai toujours été à Konoha et non nous n’allons pas rester sur le perron à attendre comme des poires. J’ai été membre du Shoraizen et ai combattu ici Seitô qui tentait de tuer Nozomi à l’époque où tu te plaignais qu’on t’empêchait de dormir. Donc tes secrets, ça va bien un moment, nous n’aurons qu’à parler dans la salle à manger si cela t’inquiète tant que ça le temps que les autres nous rejoignent.


Avançant, elle poussa les battants des portes du QG et se dirigea vers la salle à manger. Ce n’était pas l’heure du repas, cette dernière était donc vide. Les innombrables tables remplies à l’époque devaient être moins remplies si ce qu’elle avait vu en passant représentait la réalité. S’asseyant à l’une des tables, elle attendit que ses accompagnatrices et Pô la rejoignent. Un homme blond assez grand et l’air malade entra à son tour avec d’autres personnes. Hiriko. Le fameux Yamanaka auquel elle ne pouvait pas mentir. Bah ce n’était pas son but.

    Bon je vais aller droit au but vu que maintenant tout le monde semble être là … Pas besoin de présentations je suppose … Comme on a dû vous le dire je suis venue ici négocier au nom de Konoha. D’une part pour empêcher Kumo sur le point de vous trouver de vous déclarer une guerre ouverte, chose faite … D’autre part pour vous laisser un choix.


Joignant ses mains, Miko se savait dans une pièce remplie de personnes qui n’avaient aucune pensée sympathique à son encontre. Dans la gueule du loup hein ? Elle espérait croire que si problème il y avait elle et Pô seraient en mesure de prendre la poudre d’escampette jusqu’à l’entrée de la grotte et surtout jusqu’aux troupes de Konoha. Ses insectes étaient parfaits pour retarder une éventuelle poursuite mais elle savait qu’elle avait affaire à des personnes talentueuses en face. Seitô avait toujours bien su s’entourer. Kohei et Nozomi en étaient la preuve.

    Mais avant je vous dois quelques explications qui vous permettront de comprendre le choix proposé par Konoha. J’ai tué Seitô en effet. Alors qu’il me demandait de le soigner même, comme Kohei a dû vous le rapporter en revenant ici. Cependant il admirait Seitô plus que personne et n’a jamais voulu voir la vérité en face. Seitô se disait condamné. Il me l’a avoué lui-même alors qu’il massacrait pour le plaisir une bande de gamins endoctrinés par les dirigeants de l’Épée du Dragon. Seitô commençait à sombrer c’est un fait. Et même si vous essayez de vous voiler la face et l’idolâtriez, après le Temple, après Kumo, après la folie provoquée par sa sœur … Depuis Konoha, Seitô n’était plus le même. Tôt ou tard il aurait sombré si profondément qu’il n’y aurait plus eu d’autres choix que de mettre fin à ses jours. Entraînant le Shoraizen, vous, à sa suite. C’est pour cela que je l’ai tué. Pour vous permettre de vous en sortir, pour que vous ne sombriez pas à sa suite. Le Shoraizen, une organisation soit disant pour la paix n’est pour Suna, Kumo et Konoha qu’un ramassis de criminels, cherchant une soi-disant paix dans le sang. J’ai été parmi vous, et je sais que ce n’est pas ce n’est pas pour un homme que la plupart ont rejoint l’organisation. Mais pour une idéologie. Cette idéologie est cependant ternie par le nom qui lui est associé : le Shoraizen n’est qu’aux yeux du monde qu’un groupe de criminels et cela restera ainsi à cause de Seitô qui aura fait suffisamment pour vous condamner avec lui … Cependant il y a une alternative. Un choix. Et c’est ceci que j’ai défendu face à Kumo. Rendez-vous auprès de Konoha, plus de massacres inutiles, un retour pour la plupart d’entre vous. Une nouvelle chance pour d’autres. Une opportunité d’effacer les ardoises de chacun. Et pour ceux n’ayant jamais fait partis du village et ne voulant pas le rejoindre, ils seront jugés à hauteur des crimes qu’ils auraient pu commettre envers la Feuille … Un soucis rapidement réglé je pense par les interactions violentes entre le Shoraizen et Konoha quasiment inexistantes à part lors de la désertion de masse. Pour ceux refusant de se rendre et souhaitant rester ici, nous n’aurons d’autre choix que de les considérer comme des ennemis et les troupes stationnant maintenant devant la base vous prouveront ce que j’avance.


Elle aurait bien voulu un verre d’eau maintenant après avoir parlé si longuement mais pas sûr qu’on lui en donne un et pour peu qu’on y glisse quelque chose dedans … Mieux valait garder la gorge sèche.

    Ces négociations représenteront la fin du Shoraizen, avec votre rémission ou sans. À quoi bon continuer à mettre dans la balance la vie de vos hommes et la vôtre. Pour les idéaux de Seitô ? La liberté, l’égalité ? Des objectifs louables partagés par beaucoup à Konoha malgré ce que vous pouvez penser mais accomplis ici par quels moyens ? Démanteler ce qu’il reste de l’organisation ne vous empêchera pas de continuer dans ce sens et permettra à ceux qui le désirent de retrouver ou de trouver un foyer qu’ils avaient perdu ou qu’ils cherchaient en suivant leurs amis, leur famille, leur clan ou tout simplement un seul homme : Seitô. Est-ce que la vengeance vaut vraiment une telle chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Dim 31 Mai 2015 - 11:41





Le groupe s’était arrêté aux cuisines, chose que Tsubaki aurait voulu rectifier, mais cela n’aurait pas fait très cohérent de reprendre la trajectoire après cela. S’il y avait plus ample discussion par la suite, elle en viendrait directement aux sous-sols avec Hiriko et Azumi. Le premier était arrivé, et ne semblait pas réagir à la présence et aux propos de Miko. Elle devait donc dire vrai. Cela détendait légèrement la Natsuno, s’il était du moins possible de se détendre sachant ce que Kumo aurait pu venir faire.

Par la suite, elle écouta l’entier discours de l’Aburame, ne perdant pas miette de ce qu’elle énonçait. Elle vit Azumi les rejoindre par la suite, sans doute parce que le Yamanaka l’avait poussée à se dépêcher. Elle perçut dans son regard l’envie d’en découdre sur le champ, mais elle s’était retenue. La fleur en fut soulagée, car une perte de contrôle de la Hyûga était la dernière chose dont elle avait besoin. Après le discours de la traîtresse, le Nousagi prit la parole :

« La question n’est pas le nom de Seitô. Il fut un grand homme, un meneur, même si chacun voit en soi une part d’ombre, il l’acceptait et ne niait pas ce fait. La vengeance régit le monde des shinobi, quiconque tente de se prétendre le contraire se ment à lui-même. Mais elle n’est pas notre but, sinon une action que nous voulons mener à terme. Nous cherchons une indépendance, une émancipation de ce système que nous rejetons. Nous l’avons acquise, et maintenant, on nous demande de l’abandonner, sous peine de se faire exécuter. Dis-nous où est la justice, dans tout cela. »

Là-dessus, Tsubaki ne pouvait pas vraiment revenir, Hiriko disait vrai, et elle le savait. Ils avaient obtenu l’autonomie, et on pouvait monter un système différent de celui des villages. Pourtant, quelque part, on savait bien qu’il en était tout autre. Si le fonctionnement du Shôraizen divergeait sur certains points, il n’y avait pas réellement de différence avec ce qu’ils avaient renié. Et seule une personne interrompit le fil de sa pensée, empêchant Miko de répondre de suite, pour s’exprimer sur ce point.

« Je suis désolée, mais Miko a raison, quelque part. »

C’est avec stupeur que la jeune femme découvrit que l’oratrice se trouvait être Rin.

« Plus le temps passe, plus on s’essouffle. Il n’y avait que Seitô pour réellement faire vivre les projets, mais si, comme vous l’avez dit, Miko, il a perdu son sens commun, alors ça ne veut plus rien dire. Regardez-nous. On vit cachés, comme des parias, dans une grotte qui, même si elle est magnifique, n’est pas un vrai foyer, c’est un refuge. On ne peut…
Tais-toi ! l’interrompit Azumi, prête à employer la manière forte. Reste à ta place. »

La tension était plus que palpable, mais le Nousagi y mit fin pour inciter la Haruno à continuer dans son discours. Après tout, les négociations étaient faites pour ça.

« Merci. Comme je disais, on ne peut pas se soustraire à une punition, pour ceux d’entre nous qui ont mal agi. Tout le monde n’est pas dans ce cas, mais aucune mauvaise action ne peut être tolérée, où que l’on soit. Si les lois désignent des individus comme coupables de crimes, alors une punition les attend. Nous avons nos lois, Konoha a les siennes, mais je doute qu’elles soient bien différentes. Et puis, nous pourrons toujours parlementer pour adoucir certaines peines, si peines il y a. »

Elle fit une pause, observant l’assemblée, passant sur Tsubaki, comme pour lui demander son soutien. Mais la fleur se sentait perdue, dans tout cela. Des choses qui lui avaient échappée venaient à présent jaillir dans son esprit, alors que la Serei lui soufflait à l’oreille que son amie et professeur avait raison. Mais qu’en était-il de sa propre culpabilité, à elle, alors qu’elle avait suivi les ordres d’une instance qui lui paraissait maintenant peu fiable, par rapport à avant ?

« Je ne parle pas au nom de tous, et je sais que d’autres auront des avis différents, alors si quelqu’un veut prendre la parole, qu’il ou elle n’hésite pas. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Lun 1 Juin 2015 - 14:25

« Écoute-moi bien “mon Cœur” vu que tu n’as pas daigné te présenter, » commença-t-elle. « je suis venue ici pour vous éviter à tous de finir écrasés sous les décombres de votre petite base sous terre qui se serait effondrée comme un château de cartes si Kumo avait sorti ses Bakushôs. Tu ne m’aimes pas ? Très bien. Mais aie la décence d’écouter ce que j’ai à dire avant de balancer à la pelle tes petites piques insignifiantes. »

J’eus un rictus plus visible que le précédent, comme une veine sur le front. Vous savez, ce petit détail qui donne une image à ce que vous recentrez à l’intérieur. Calmons-nous, calmons-nous et laissons-là finir.
D’abord les troupes de Konoha qui investiraient les lieux si mal leur était fait. Puis elle imposa ne pas rester devant l’entrée, genre elle est chez elle, sous prétexte d’avoir été membre du Shoraizen. Justement grognasse !

« … Donc tes secrets, ça va bien un moment, nous n’aurons qu’à parler dans la salle à manger si cela t’inquiète tant que ça le temps que les autres nous rejoignent. » Fini-t-elle avant de me passer devant et entrer.

Nan mais elle est sérieuse ? Je regardai Tsubaki comme pour chercher un soutien quelconque mais elle non plus n’avait pas l’air très fixée sur ce qui venait de se passer. Mais attendez, c’est à cause d’elle si on est dans cette merde, et personne n’a de repartie suffisante pour la remettre en place ? Dans quel monde vivons-nous bon sang ?!
Oh fermes-là Milly, tu fais chier tout le monde avec tes jérémiades de gamine. Occupes-toi de tes fesses toi, cette poufiasse à détruit ma famille et … et quoi ? Rien du tout ma gueule ! Tu vas t’assoir sagement et écouter ce qu’elle a à dire, point barre !

Nous entrâmes tous dans la salle de restauration, ou la cantine pour les plus simplistes. Cette dernière était d’ailleurs vide, rien d’anormal vu l’heure. Miko et son acolyte se posèrent d’un côté et nous en-face. De façon à ne pas les perdre de vu. Quelques gardes restèrent d’ailleurs dans leur dos, juste au cas où. Hey, on est parano ou on ne l’est pas hein. Hiriko et Azumi nous y rejoignit également.
S’en suivit un long, trèèèèèès long discours. Ça rappelait les monologues de Goren à l’époque, avec énormément de contenu. Presque assommant mais avec du contenu important. Comme, heu voyons, le fait que Kumo attendait la moindre occasion pour nous rouler dessus. Ou que Seitô avait été assassiné alors qu’il lui avait demander de le soigner. Quelle enfoirée … Pas le moindre honneur en plus ! Forcement sortir ensuite qu’il sombrait dans la folie, qu’il fallait l’arrêter avant que ce ne soit plus possible afin de sauver ce qui pouvait encore l’être, de nous sauver. C’était un peu facile … Une seconde. La folie provoquée par sa sœur ? Il a une sœur ? Je veux bien ne pas le connaître énormément, je ne lui ais même jamais parler directement, mais quand même.

« J’ai été parmi vous, et je sais que ce n’est pas ce n’est pas pour un homme que la plupart ont rejoint l’organisation. » Continua-t-elle. « Mais pour une idéologie. Cette idéologie est cependant ternie par le nom qui lui est associé : le Shoraizen n’est aux yeux du monde qu’un groupe de criminels et cela restera ainsi à cause de Seitô qui aura fait suffisamment pour vous condamner avec lui … »

Ça commence à puer cette histoire. Franchement hein. Qu’est-ce qu’elle va nous sortir maintenant ? Écoutons la suite :

« Cependant il y a une alternative. Un choix. Et c’est ceci que j’ai défendu face à Kumo. Rendez-vous auprès de Konoha, plus de massacres inutiles, un retour pour la plupart d’entre vous. Une nouvelle chance pour d’autres. Une opportunité d’effacer les ardoises de chacun. Et pour ceux n’ayant jamais fait partis du village et ne voulant pas le rejoindre, ils seront jugés à hauteur des crimes qu’ils auraient pu commettre envers la Feuille … Un soucis rapidement réglé je pense par les interactions violentes entre le Shoraizen et Konoha quasiment inexistantes à part lors de la désertion de masse. Pour ceux refusant de se rendre et souhaitant rester ici, nous n’aurons d’autre choix que de les considérer comme des ennemis et les troupes stationnant maintenant devant la base vous prouveront ce que j’avance. »

Bah voilà ! Je vous l’avais dis que ça puait. Montrant mon exaspération à tout le monde par une frappe sur la table, je n’écoutai même pas la suite de sa parlote, où elle ne faisait qu’essayer de nous convaincre un peu plus.

« Ouais en gros soit on se laisse pas faire et tout le monde se fout sur la gueule, avec la prison ou la mort à la fin du parcours. Soit on joue au même jeu que toi, à savoir trahir Seitô et abandonner tout ce pourquoi on est là. On serait alors des traitres du traitre des villages cachés … ça fait beaucoup de trahison quand même … »

Hiriko enchaina juste après pour appuyer mes dires, avec plus de prestance et de tact mais ça restait globalement la même chose. Contente de voir que nous faisions front commun dans cette histoire. Déjà qu’on étaient plus très nombreux, si en plus chacun restait de son côté on n’allait plus s’en sortir. J’attendais surtout l’avis de Tsubaki moi, pour tout un tas de raison, mais la plus importante restait que je l’aime. Son opinion importait plus que tout le reste.

« Je suis désolée, mais Miko a raison, quelque part. » Fit une voix à l’entrée de la cantine.

Cela venait d’une jeune femme aux cheveux blancs - oui encore, à croire qu’ils sont tous contre la couleur - et aux yeux bleus. Un visage attendrissant qui me disait vaguement quelque chose. Laissez-moi réfléchir une seconde, où est-ce que j’ai déjà vu cette tête ? Hum … Ah oui ! C’est la prof de genjustu de Tsubaki ! Qu’est-ce qu’elle fiche ici ? Je la pensais partie depuis un moment.
Elle s’approcha et avança ses propos malgré la tension qui semblait exister entre elle et Azumi. Cela dit elle n’avait pas tord non plus. C’est vrai qu’on vivait cachés maintenant, dans une grotte chargée en explosif, plus comme un refuge qu’un foyer. Ça ne pouvait pas continuer ainsi, mais de là à se rendre, à courber l’échine face à ce qu’on a combattu jusqu’à maintenant. Cette justice qui n’est pas la notre. Il y a un gouffre.
Une fois le silence de retour, après qu’elle eut terminer par le fait de parlementer pour alléger les sentences, je levai la main afin d’obtenir la parole :

« Je ne suis pas d’accord avec toi. Certes on ne peut pas continuer à vivre planqués comme ça, et aucun de nous n’a les épaules d’un leader pour remonter le Shoraizen. Mais leur justice … » Je pointai Miko et son acolyte du doigt. « Ce n’est pas la notre. Peut-être que Seitô était sur la pente descendante mais ce qu’il nous a laisser, c’est notre job d’en tirer le meilleur. Ce serait une insulte envers lui que de tout laisser tomber devant le moindre problème. » Techniquement c’était un duo problématique, mais ça on ne le dira pas. Ils le devineront certainement. « Par contre ! Et je voudrais attirer votre attention là-dessus : Tout ce blabla c’est pour décider de notre avenir hein. Pour que d’autres comme EUX décident de NOTRE avenir ! Vous aimeriez ça vous ? Personnellement, pas du tout … Si on s’est détaché des villages, c’est justement pour avoir notre futur entre nos mains, pas qu’il soit dicté par d’autres. »

Je marquai une pause, prenant mon temps pour observer tous les protagonistes et m’attarder une longue seconde sur Tsubaki. Sans un mot, les yeux dans les yeux, on peut parfois avoir plus de réponse qu’avec un grand discours. Après quoi, avant que quiconque ne s’impose :

« Maintenant je me doute que ça peut passer comme une rebellion, ce que je viens de dire hein. M’enfin on est des déserteurs à l’origine, faut bien respecter les traditions, héhé … blague à part, mon avis sur le dilemme : que Konoha et la traitresse bougent d’ici, sans violence. Le Shoraizen est mort avec Seitô, c’est un fait. Mais rejoindre un village ne me plait pas. Encore moins si c’est imposé comme ici … Donc ma réponse Miko, c’est que tu retournes d’où tu viens, nos chemins se séparent et on repart sur des bases vierges. Qu’est-ce que t’en dis ? »

Défendre la neutralité, c’est ce qui restait de mieux pour nous maintenant. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face. Si par miracle on survie à une confrontation avec Konoha, je suis certaine que Kumo se fera un immense plaisir à venir terminer le boulot. Et là ce sera vraiment foutu. Donc ne pas renier tout ce qu’on a vécu jusqu’à maintenant, ne pas cracher sur la mémoire des morts et des absents, mais ne pas non plus condamner notre futur pour quelque chose que nous n’avons pas commis.

« Ah au fait, je m’appelle Milly. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mar 2 Juin 2015 - 18:16

Hiriko était sceptique, Azumi sur les nerfs, la jeune femme aux cheveux blancs lucide et Milly … un poil plus calme. Cependant Tsubaki restait silencieuse. Ils voulaient qu’elle réponde à leurs questions ? Elle allait encore devoir parler, philosopher ? Ils faisaient les difficiles à attendre et demander à se laisser convaincre. Mais en même temps. Comment pouvait-elle faire transparaître « l’urgence » de la situation. Son avertissement de Kumo et celui de l’arrivée des troupes Konohajins … que des mots. Et elle partait de base avec un malus de confiance non conséquent. « Konoha et la traitresse » … C’en était à oublier que la blondinette la tutoyait.

    Quel système rejetez-vous ? Celui des villages ? Celui de Konoha ? Le Shoraizen avait et a toujours je pense pour but la liberté de tout un chacun, l’individualisme. Afin que les shinobis ne soient plus des pions des puissants. Et même si je ne soulignerai pas de manière trop poussée l’ironie de la situation vu la manière dont Seitô ou même vous …


Regardant la Hyuga puis la jeune femme qui avait le courage de parler, l’Aburame continua sur sa lancée après cette petite pause. L’avis d’une personne ne ferait pas pencher la balance mais elle était néanmoins satisfaite de savoir que son avis sur la question était … partagé même un peu, et ce même si celle qui partageait son avis n’était pas Aizuyake.

    … administriez les choses ici en ne laissant pas vos membres s’exprimer, j’aimerais préciser que cet aspect d’individualisme et de lutte contre la désinformation était monnaie courante à Konoha. Aux dernières nouvelles c’est parce qu’Onpu a laissé le choix à la population de Konoha que le Shoraizen a vu le jour. Vous pourrez critiquer son laxisme, mais c’est son laxisme qui au fil des années vous a permis et a permis aux générations d’après de ne plus se contenter d’obéir stupidement aux ordres. Le monde est gouverné par la vengeance ? Qu’attendez-vous pour m’attaquer alors ? Non, le monde n’est pas gouverné par la violence mais par un mélange subtil des notions que vous défendez et que Konoha défend également.


Séparant ses mains, elle fit craquer son index gauche avec un autre doigt de la même main. Beaucoup trop de tension et d’enjeux. Elle se savait peu diplomate, parfois brutale, directe et obstinée dans ses propos. Inflexible. C’était son maître mot quand elle avait à faire à quelqu’un en général. Ç’avait été la même chose avec Kumo. Mais elle avait l’ascendant à ce moment et se doutait qu’il ne déclencherait pas une guerre avec Konoha simplement parce qu’elle avait mis au clair qu’elle n’accepterait plus que des Kumojins les insultent ouvertement. Ici … C’était une autre paire de manche.

    Alors quoi, nous devrions reculer ? Continuer à vous laisser vous éparpiller ? Combien d’entre vous sont déjà partis à gauche à droite car ils ne se sentaient plus chez eux ici et ne pouvaient se sentir à nouveau chez eux à Konoha ? Que deviendront-ils ? Des criminels ? Des proies ? En quoi est-ce une vie ? Comme déjà dit, aux yeux du monde shinobi vous n’êtes qu’une menace à écraser, Konohajins inclus. Vous laisser partir sans rien … impossible. Je ne fais pas cela uniquement pour vous. Mais pour Konoha également, je ne vais pas vous le cacher. Konoha doit clore ce chapitre une bonne fois pour toute et réparer le mal qui a été fait depuis des années. De toute façon je ne pense pas que Kumo mettra longtemps à apprendre la localisation de votre base. Surtout après avoir capturé l’un des vôtres. Vous pensez résister ? Et si le plafond en verre au-dessus de nos têtes était détruit ? Tu penses que vous pourriez survivre à l’écroulement de la base Milly ? Tous ?


Sans parler d’explosions, rien qu’une percée dans la voûte et la pression s’en découlant briserait le verre tout autour, laissant tomber des trombes d’eau sur le QG, ses habitants et sur les champs. Si Konoha -ou même elle si elle en avait le temps et l’occasion- passait à l’assaut, ce simple coup fragiliserait énormément les positions de l’Organisation. Ils devaient en avoir conscience. Mais peut-être qu’ils n’étaient pas si effrayés, qui sait le QG venait peut-être avec une fonction sous-marin.


    Et pour répondre à ta question, non il ne s’agit pas d’un enrôlement forcé. Tu as le choix, d’autant plus si tu n’as jamais été Konohajin. Votre justice pour vos membres. La nôtre également pour nos déserteurs. Réhabilitation, emprisonnement, cela se jugera au cas par cas, mais pour les membres du Shoraizen n’ayant jamais fait partis du village, ils seront juste jugés équitablement selon leurs fautes. Après tout le clan duquel est issu votre détecteur de mensonges se trouve encore chez nous. Tu n’as rien à te reprocher ? Tu n’as rien à craindre. C’est aussi simple que cela. Alors oui je parle peut-être trop, peut-être inutilement d’ailleurs à vous poser une centaine de questions rhétoriques mais avant de prendre une décision réfléchissez à ce qui vaut le coup et ce qui ne le vaut pas. Si vous voulez continuer à lutter pour vos idéaux, ne vous condamnez pas, alliez-vous à ceux qui pourront vous aider dans cette voie car lutter à dix, quinze, contre prenons au hasard Kumo … à quoi bon ? … Tsubaki ?


Fiouuuuuuu. Bon elle avait suffisamment parlé pour les semaines à venir, que lui restait-il sous le coude pour continuer son argumentaire maintenant ? Kumo c’était fait. Les valeurs de Konoha également. Les questions de la rémission ou du refus tout pareil. Elle avait dit probablement tout ce qu’elle avait à dire, la décision leur revenait maintenant. Qu’ils parlent entre eux s’ils le voulaient et lui donnent leur réponse à contrecoup. Deux accords ratés d’affilé … Kumo puis eux … Ce serait un bien bel échec à reporter à Onpu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mer 3 Juin 2015 - 18:29

Spoiler:
 

Sa réponse fut un non catégorique. Et pour cause elle appuya sur les points de détail qui collait avec son nouveau refuge. Comme le fait que les décisions se faisaient entre Aizuyake et pas avec l’ensemble des membres, ou la lutte contre la désinformation par exemple. Ne faisant pas partit des gros bonnets de l’équipe, je comprenais bien ce qu’elle voulait dire mais c’est quelque chose d’inévitable. Si on aurait voulu donner le même poids de vote à tout le monde, ça aurait été infaisable de part le nombre. Avec une dizaine de membre oui, avec plus de cinq cent personnes, nan. Juste nan.
Puis elle parla d’un certain Onpu, sans doute un membre de Konoha, qui avait été trop gentil et laxiste et que cela avait ainsi permit au Shoraizen d’exister. Mouais, un peu facile comme réplique quand même, puisqu’on a plus aucun moyen de le vérifier.

En bref, elle refusa ma proposition qui, soyons franc, était bénéfique pour tout le monde, sous prétexte que ça ne ferait que des menaces de plus à écraser. Bah voyons. On est pas des monstres non plus.

« Et si le plafond en verre au-dessus de nos têtes était détruit ? » Termina-t-elle. « Tu penses que vous pourriez survivre à l’écroulement de la base Milly ? Tous ? »

Tous, certainement pas. Mais Tsubaki, moi et Shio s’il est encore dans le coin, oui. Quoi que … pour Shio j’ai un doute. Le sabre n’est pas très efficace face à ce genre d’événement et je crois me souvenir qu’il ne peut plus utiliser ses os pour se protéger, comme tout Kaguya le ferait. Et puis même sans ce détail, les pertes seraient monstrueuses rien qu’avec les derniers soldats qui restent ici, sans parler de la ville. Ouais ce serait vraiment un acte désespéré.
Cela dû certainement se voir sur mon visage, que je réfléchissais à une parade car elle enchaina peut être sur l’enrôlement pas forcé. Ouais m’enfin les dilemmes où soit tu dis oui soit tu meurt, ça offre pas énormément de liberté de choix hein.

Une petite voix au fin fond de mon esprit - ouais là où c’est tout noir, attendez qui a dit que c’était partout tout noir ?! Bande d’enfoirés - me questionnait sur le pourquoi de mon avis. C’est vrai quoi, qu’est-ce qu’il y a de mal à rejoindre un village caché ? Ça offre une certaine sécurité, on est peut-être même payé sans devoir jouer les mercenaires. C’est sans doute un peu comme une famille, comme on avait ici. Avec des voisins chiants, des marmots braillards comme y en avait à Kiri lors de mes escapades clandestines. Ah oui, voilà ce qui manque contrairement à ma vie ici, la liberté. La possibilité de faire ce que je veux, où je veux, quand je veux et avec qui je veux. Un coup d’œil sur Tsubaki accompagna cette pensée. Pas de protocole ou de règlement à suivre. Chacun pouvait s’exprimer, c’est ce qu’avait toujours voulu et défendu Seitô.
Je relevai les yeux vers Miko, les sourcils légèrement froncés :

« Écoute, j’ai encore jamais appartenu dans le moindre village caché jusqu’à aujourd’hui. Avant même que je ne naisse mes parents étaient déjà des déserteurs. Alors venir nous sortir que soit on rejoins Konoha, soit on décède dans d’atroces souffrances … à peu de chose près … ça me botte franchement pas. » Je marquai une courte pause. « J’en viens presque à me demander pourquoi Konoha voudrait de nous. Hein ? C’est vrai ça, pourquoi tu cherches absolument à nous avoir avec toi ? T’as peur qu’on aille s’allier à Kumo pour envahir ton nouveau village tout beau tout mignon ensuite ? » Un petit rire nerveux s’échappa de mes lèvres tandis que je me grattais le cuir chevelu. « La blague … Pour les autres je ne dis pas, mais entends-moi bien Miko. Jamais, je ne m’allierai à un quelconque village. Jamais. »

Après quoi je me levai de ma chaise et m’apprêtai à sortir quand un garde essoufflé accouru, s’agrippa au mur adjacent et lança dans la pièce qu’un grand nombre de ninja de Konoha étaient aux portes de la caverne. Merde alors, c’était pas du bluff alors … En même temps, ça aurait été vachement couillu de le prétendre sans assurance de réussite.
Je revins alors devant la traitresse, les mains appuyées sur le dossier de la chaise qui lui faisait face :

« Cependant, tu as dis toi-même que si nous n’avions rien à nous reprocher, nous ne courions aucun risque. Que le clan d’Hiriko était encore chez vous. Alors vas-y, amènes-le ton détecteur de mensonge ambulant, qu’on en finisse. » Puis en baissant un peu le ton. « Si j’ai rejoins Shoraizen, c’était pour trouver une famille, arrêter d’être seule. Bien plus que pour les idéaux de Seitô. Et cette famille tu l’as détruit. N’espères même que je te pardonne un jour pour ça. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Aizuyake / Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mar 9 Juin 2015 - 15:44





Le temps passait et l’oral se faisait, la joute, le débat, sans fin et sans merci. La fleur ne savait plus où se mettre, alors qu’elle ne pouvait scinder son avis entre deux finalités qui lui paraissaient impossibles à conjoindre. Elle ne pouvait pas, légitimement, même de par son statut, prendre une décision seule, ainsi. Il lui fallait l’avis d’Azumi, d’Hiriko, en premier lieu, ainsi que de Milly, de Rin. Son amour semblait accepter la proposition de Miko : la liberté aux innocents, la justice à ceux qui la méritaient.

A présent, il n’était plus rien que de répondre aux attentes. Il y avait un choix. Et elle se tourna vers ses collègues. Ils se concertaient sûrement par la pensée, alors qu’elle aussi fut invitée à joindre la discussion. Elle sentait, de son esprit, le doute et l’incertitude qui emplissaient ses compagnons. Ils savaient qu’il y avait raison dans les propos de Miko et Milly.

« De toute manière, si Konoha veut nous chercher, ils le feront. Et je préfère que ce soit eux à Kumo.
- Ça reste quand même un problème.
- Seulement pour ceux qui en ont sur la conscience, non ?
- Ça ne change rien à la donne, le futur de l’organisation est mort. Tout ça n’a été pour rien…
- Il est mort en même temps que Seitô, il était le lien qui nous unissait et qui nous protégeait.
»

Alors était-ce donc le dernier débat des Aizuyake avant la chute de la famille ? La Kaguya voyait juste : la famille était condamnée, et ne pouvait plus rien faire sinon se soumettre à la volonté de la feuille pour ne pas se trouver dans une situation plus précaire. Le choix n’était peut-être que le seul censé, mais se présentait sous un mauvais jour pour ceux qui s’entachaient de crimes ou de délits.

La foule semblait hésitante quant au choix, sûrement à cause de la menace qui pesait sur ceux qui se voulaient éviter la situation, ou tout simplement qui avaient du sang sur les mains. L’annonce de l’arrivée des Konohajins au-dehors était le coup de foudre qui anima la scène. C’était à présent une chose sûre : il n’y avait pas d’échappatoire possible.

« Si on décide de céder à tes attentes et de rentrer au village caché de la Feuille, peux-tu promettre qu’il n’arrivera rien à ceux qui décident de partir, après votre interrogatoire ? Et pour ceux qui resteront à Konoha, auront-ils à souffrir de la discrimination ? Nous ne reviendrons pas si c’est pour être traités comme du bétail, des malpropres, à l’image des Sabakyô d’Ame. »

Tsubaki prit le courage qui lui restait pour faire une dernière déclaration. Ou plutôt, la Serei, toujours en elle, parla à travers elle pour s’assurer qu’une dernière volonté soit respectée, quoiqu’il en coûte.

« Si jamais on quitte la caverne, il faudra du temps. Pendant ce temps, ça sera aussi à Konoha de nous protéger, contre Kumo comme contre n’importe qui de malveillant. Et quand tout le monde sera parti, je devrai mettre cette grotte hors-service. Et ce n’est pas négociable. »

La caverne devait tomber, c’était un fait, mais la famille vivrait, même morcelée. Tout devait se suivre, la vie, l’aventure. Et cela, pour Tsubaki, devait se vivre avec Milly. Elle se tourna vers la femme de sa vie, plongeant son regard dans le sien, avant de voler ses lèvres pour un instant qui lui parut des heures, dans toute cette peur, cette incertitude, ces menaces. Elle ne pouvait que lui susurrer à l’oreille :

« Une fois que tout sera fini, on s’enfuira, toutes les deux, toi et moi. Le monde sera à nous, à nos projets, et je sais que tu en as. Une fois que tout sera fini, promets-moi qu’on sera ensemble, toujours. »

La peur était pour elle, en elle, mais elle en avait un remède. Et ce remède était une jeune blonde, charmante, dont le nom, l’avions-nous compris, était Kaguya Milly.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mer 10 Juin 2015 - 1:56

Quelques frissons dans le dos alors que Milly refusait catégoriquement de s’allier à elle ou de lui pardonner. Pour le deuxième point, elle s’en doutait et n’était pas venue pour cette raison. Cependant elle lui parla de points qu’elle pensa avoir déjà expliqué. Peut-être était-ce elle. Peut-être expliquait tout bonnement mal, après tout Zennosuke n’avait pas compris l’idée qu’elle avait proposée aussi. Ou alors son inflexibilité empêchait les gens de s’attarder sur chaque détail de ce qu’elle disait. Devait-elle la reprendre ? S’acharner ? Préférant se taire, elle laissa les Aizuyakes parler entre eux. Azumi était particulièrement tenace. Hiriko lui était … différent. On sentait que la douleur teintait ses propos. Et pourtant …

Leur concertation finie, Hiriko puis Tsubaki s’adressèrent à elle. Approuvant du chef pendant qu’ils parlaient, elle fut assez surprise de leur proposition d’autodestruction de la base. Non-négociable ? Elle n’aurait pas espéré mieux. Kumo ne trouverait derrière eux, aucun reste, et Zennosuke ravalerait toute arrogance et toute fierté en voyant que même sans lui et ses Bakushos le travail avait été accompli. Se raclant légèrement la gorge car celle-ci commençait à être irritée, Miko s’engagea une dernière fois dans ses paroles. Oui. Elle le promettait.

    Oui. S’ils n’ont rien fait, ils seront libres de partir. Quant à ceux qui resteront, il faudra bel et bien un temps d’adaptation mais ce n’est pas une grande surprise. Ils seront également surveillés. Mais le Rokudaime n’autorisera jamais une quelconque forme de discrimination. Ce sera dur, c’est un fait. Mais les mentalités changeront d’elles-mêmes et y seront aidées. Les Sabakyôs d’Ame ? Un exemple d’intégration du village où, après avoir été considéré comme des lépreux pendant longtemps dans leur pays d’origine, ils se sont vus offrir l’asile et l’assistance dans la maitrise de leurs pouvoirs.


Petite pause.

    Konoha assurera la protection de toute personne se rendant et vous assistera lors de l’évacuation. Et au contraire pour la grotte … je comprends parfaitement.


Peu dérangée par le baiser volé entre les deux jeunes filles, Miko se leva doucement.

    Avons-nous un accord ? J’irai prévenir les troupes qui stationnent devant et vous laisserai le temps de passer votre annonce.


* * * * *

Ressortant à l’air libre, Miko ferma les yeux un instant tout en gonflant ses poumons alors que ses cheveux lui fouettaient le visage. Une issue bien différente de son dialogue de sourds avec Zennosuke. Commençant à descendre le flan de la montagne, elle retrouva l’Akimichi et les troupes Konohajins. Le visage de marbre, elle passa en revue les faciès des shinobis de la Feuille alors qu’elle s’approchait du général. La mine sévère, elle croisa le regard d’une fille à la tignasse rose. Ses traits avaient l’air moins enfantins depuis la dernière fois qu’elle l’avait vue. La jour même de son départ précipité.

Le Konohajin bien en chair s’approcha d’elle et elle n’eut besoin que de peu de temps pour lui faire un résumé de la situation, tombant tous deux d’accord sur la manière de procéder. Il n’en était pas à sa première fois et avait plus d’expérience en la matière. Restant à côté de lui alors qu’il expliquait rapidement la situation et donnait ses directives, elle souhaitait à présent être ailleurs. Souffler. Fumer. Ou plutôt l’inverse. Son rôle était terminé. Elle aurait bien voulu s’isoler un moment et s’en griller une dernière dans les montagnes autour. Bientôt cette montagne ne serait plus, et avec elle, l’organisation qu’elle abritait en son sein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ? Mer 10 Juin 2015 - 16:49

Spoiler:
 

On sentait bien que ma déclaration avait refroidit Miko, et c’était parfait. Il ne fallait surtout pas qu’elle s’imagine pouvoir faire de nouveau copain-copine avec les rescapés de qu’elle a détruit. Tsubaki rajouta par-dessus les conditions, ou demandes en fonction du point de vue, pour que l’on rejoigne Konoha. Conditions que la traitresse accepta sans broncher, annonçant que les innocents pourront bien partir librement après l’interrogatoire, qui aura lieu là-bas. Et ceux qui voudraient éventuellement rester ne feront, dans la mesure du possible, aucunement l’objet d’une quelconque discrimination. C’était mieux que rien. Au moins tous les soldats restants pourront choisir leur voie.
Par contre elle se contredisait un peu, car tout à l’heure elle refusait mon idée que l’on parte chacun de son côté, et là c’est justement ce qui allait arriver. Huhu, gardons ça pour nous, si ça se trouve elle ne s’en ai même pas rendu compte. Motus et bouche cousue.

La belle brunette émit son dernier désir, celui de se charger elle-même de la destruction de la caverne. Dommage, j’aurais bien aimer que ce lieu reste tel qu’il est. Mais c’était impossible, une fois partie, il n’y aura plus aucune protection contre les mécanismes et les dessous de l’organisation, ainsi que toutes les données que l’on avait pu récolter jusqu’à présent. Et si nous ne pouvions plus le posséder, alors personne n’y posera la main.
Un soudain baisé, doux et délicieux de la part de ma moitié interrompit toutes réflexions. Et les chuchotements qui suivirent n’arrangèrent rien :

« Une fois que tout sera fini, on s’enfuira, toutes les deux, toi et moi. Le monde sera à nous, à nos projets, et je sais que tu en as. Une fois que tout sera fini, promets-moi qu’on sera ensemble, toujours. »

Je lui souris, passant mes doigts le long de chacune de ses joues. Bon sang que je l’aime cette fille ! Mon rayon de soleil à moi, et rien qu’à moi.

« Je te le promet ma belle. Ensemble, pour toujours et à jamais. » Lui répondis-je en rougissant légèrement.

Ça sonnait comme une demande en mariage. Pas possible de maintenir son regard plus longtemps, c’était trop gênant. Je m’en grattai même le bout du nez, pour faire comme si de rien n’était même si quelque part au fond de moi, j’avais juste envie d’éclater de rire. Mon sourire devait d’ailleurs bien le laisser sous-entendre.
Miko demanda si nous étions bien tous d’accord. Pas de retour négatif de notre côté, ni du sien en imaginant que l’albinos qu’elle trimbale ne soit pas simplement muet. Ainsi elle partit avertir ses troupes. Piouf ! Enfin la paix ! Exprimant mon soulagement par un claquement de main, je volai un nouveau baisé à ma bien aimée, avec cet air espiègle qu’elle aime tant :

« Ma beauté, je vais donc faire mes valises, je te laisse passer l’info aux troupes. Héhé, et ouais t’es une Aizuyake toi, pas moi ! » Avant de filer. « A toute à l’heure ! »

Comment se décharger de ses responsabilités en une seconde ! Ahah ! Je descendis à toute vitesse les escaliers du sous-sol, jusqu’à la chambre que nous partagions toutes les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: 2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ?

Revenir en haut Aller en bas
 

2.3. Quel avenir pour le Shoraizen ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Chapitre : La Fin du Shoraizen-