N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu Ven 15 Mai 2015 - 14:01

- Dès que tu seras prêt, rends-toi dans les montagnes au Nord de Kaminari. Gravis les plus hauts sommets et redescends au point le plus profond, sous le niveau de la mer… au temple Raigetsu… Tu y trouveras ton autre moitié…

Dis comme ça, il est difficile d'imaginer se tromper sur les lieux. Leur singularité sonnait comme la promesse d'une découverte relativement simple. Encore fallait-il savoir où se rendre, les endroits où la lumière se perdait se comptaient par dizaines au sein du massif montagneux le plus au Nord du pays de la Foudre. Et l'idée de marcher des kilomètres et des kilomètres en aller-retour verticaux pour vérifier chaque crevasse ne l'enchantait pas vraiment. Même s'il avait pris soin de partir le ventre plein. Sa petite enquête auprès des petits villages n'avait pas mené à grand-chose, si ce n'est quelques personnes dont une part de l'esprit semblait vrillé pour lui intimer, voire le supplier de ne pas chercher à se rendre dans ce genre d'endroits habités par le mal. Au risque même de le réveiller, le faire sortir de sa tanière, des trucs du genre.

Mais rien d'autre, tous hochaient les épaules, ou se demandait comment un tel lieu pourrait exister dans une parcelle si surélevée de la planète. Ne restait plus que les mises en garde, rarement précises. Une seule solution, trouver cet endroit pour voir de soi-même de quoi il en retourne ; autrement dit rien qui ne le ferait reculer, mais l'inverse. Pourtant on lui avait parlé d'énergie démoniaque qui vous tirerait vers les profondeurs, d'appels d'un autre monde et de lointains cris de rage, de douleur ou encore comme de fantomatiques complaintes, brutales.

L'escalade d'un nouveau plateau au panorama circulaire lui offrit la vue sur les sillons que formaient chaque flans. Des vals, quelques fois herbacés et jonchés de maisonnettes, mais le plus souvent de la roche qui finissait par se perdre sur une autre montagne, dans la petitesse que lui imposait la distance, ou directement dans l'obscurité. Comme les quelques oiseaux pour la plupart majestueux qui vivaient dans ces massifs, le regard de Mikami parcouraient toutes les zones les plus basses, essayant d'entrevoir quelques choses qui correspondrait à ses attentes. Puis il remarqua un embranchement, en marge, formé par les routes naturelles et ardues qu'avaient dessinés quatre monts se faisant face. Effectivement, ils dominaient les autres massifs de leur hauteur, mais leur position à l'écart donnait un aspect mystérieusement discret à cette chaîne qui paraissait plus petite, même s'il n'en était rien.

En dénotait l'imposance que chacun de ces quatre sommet arboraient une fois que l'on s'en était rapproché. Très vite les chemins formés par les sillons, glissants car jonchés de milliers d'années d'éboulement à l'éventail de taille des plus variés, descendaient brusquement. Les éboulis laissaient place à des pentes assez raides pour qu'aucune pierre ne tienne dessus, même les plus infime.

Seulement deux solutions pour descendre, modérer son pas ou y aller à toute vitesse, assez vite pour que chaque pose de pied prenne le pas sur une chute obligatoire. Devinant que la route irait en descendant de plus en plus, Mikami choisit d'adopter un pas sûr et lent. S'avançant calmement dans une abysse qui se dressait un peu plus à chaque mètre aussi bien par le bas que par le haut, prenant le temps d'observer la nature qui l'entourait et le dominait, c'est là qu'il les entendit. Ce lourd sifflement, comme un souffle long et acéré qui remontait des entrailles de la montagne.

Comme un langage inconnu, que l'on peut comprendre. Dont on ressent un malaise, qui intime non pas de venir, mais de sombrer, de se laisser-aller… de se faire envelopper par la noirceur du lieu et d'y sombrer à jamais, ou d'affronter l'inconnu qui se présente en faisant face à tous les problèmes que l'on pourrait rencontrer. Et en particulier l'imprévisible… comme si une chose que l'on aurait jamais pensé réelle, qui sortirait peut-être même du domaine de l'imagination, et qui dépasserait toute attente ou tentative d'anticipation vous accueillerait dans une antre sans retour possible ; en commençant par étouffer tout ce qu'il y a de lumineux en soi. Peut-être les dires sur cet endroit étaient principalement fondés sur quelques évènements ou une histoire sinistre. Qu'est-ce qu'il attendait pour aller vérifier ?


Dernière édition par Mikami le Sam 16 Mai 2015 - 3:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu Ven 15 Mai 2015 - 14:09

Les espaces verticaux en étau que laissaient les dernières traces des flans des montagnes se faisaient de plus en plus étroit, mais surtout de plus en plus réduit. Bientôt il n'aurait plus de prise sur ses propres flans. Alors qu'il s'engouffrait dans la terre, la sorte d'appel s'était muée en présence. Une énergie qui appelait, puis qui finit par l'appeler à lui, qui se glissait dans les profondeurs d'un massif de pierre. D'abord en s'exposant à ses tripes, puis remontant l'estomac en étouffant le souffle, avant qu'il ne se renvole vers les traces d'un ciel encore lumineux ; puis attirant son corps vers les points que les rayons du soleil n'atteignaient pas, comme lui arrachant une moitié de lui-même.

Il repensa aux paroles de la mystérieuse kunoichi, ou hallucination qu'un début d'état de folie pourrait lui avoir procuré. Au final c'est elle qui l'avait conduit jusqu'ici, simplement en avançant qu'il trouverait une autre moitié de lui-même. D'abord cherchant l'endroit insouciamment, le jeune ninja s'était dit parfois qu'il n'aurait qu'à y gagner, il n'attendait rien à la base et un peu de puissance ou carrément la mémoire serait dans tous les cas bienvenue. Mais il était hors de question de perturber l'attention qu'il portait à cet aventure en se faisant des idées. Il restait lucide, et patient.
Mais alors que la sensation de l'attraction d'une moitié de soi vers les profondeurs auxquelles n'en été pas encore arrivé le corps se transformait en un manque de plus en plus marquant, une autre idée germa dans sa tête.

S'il devait retrouver son autre moitié, qu'est-ce qu'on pourrait lui avoir enlevé ? Qu'est-ce qu'il aurait pu perdre en cours de route de si important, avant d'en perdre le souvenir en même temps que tous les autres ? Avec l'émotion que provoquait cette énergie, ses pensées se tournèrent vers quelque chose de cher, quelqu'un peut-être… De très cher si ça se trouve, comme un frère, ou une amie, plus qu'une amie. En tout cas quelqu'un d'assez important pour traverser les terres shinobi de part en part. À moins qu'il ne se soit juste retrouvé au bout du monde à force d'errer, tout bêtement. Ces derniers mois le shûkaijin aurait rit à cet idée, mais la force qui venait d'en bas ne le quittait toujours pas et exerçait toujours cette sombre attraction en lui.

L'errance… Combien de temps était-il resté dans le vide avant de rejoindre l'alliance des pays neutres, avant de remettre pied à terre, depuis son amnésie ? À l'époque, il pouvait retracer toutes les périodes noires par lesquels ils étaient passé, mais la notion du temps passait assez outre de ses pensées. Perdu, et seul. Rien pour se reposer, pouvoir se retourner, ni qui que ce soit pour combler la perte de plus d'une moitié de soi.

En étant arrivé à un état d'incertitude critique, Mikami dévala la pente raide, les bras s'étendant au ciel et courant vers le niveau de la mer. La vitesse de ses jambes n'ayant de cesse de s'accélérer, il n'avait que le choix de lui aussi accélérer à l'aide de son chakra, ou de se placarder contre la paroi d'un moment à l'autre. N'étant pas énormément motivé par l'idée de s'effondrer encore plus fort en augmentant sa vitesse, il choisit de maîtriser sa chute, d'abord en la laissant venir comme le départ d'une roulade, et en orientant le poids de son corps d'un côté. Du côté ou une autre paroi n'était plus si loin. Ses mains se posèrent sur celle qu'il dévalait, et le repoussèrent vers l'autre, sur laquelle il rebondit. Une séance d'aller-retour de mur en mur durant laquelle il mettait toutes ses forces à ralentir.

Usé par cette technique, il finit par tenter une course circulaire sur les dernières parois qui n'était plus que d'immenses tâches noires dans une colonne où l'on distinguait encore une sorte de poussière voltigeant dans le faible rayon de lumière. La roche était tout de même un minimum incurvée, il put maîtriser sa course entre chaque bond que la configuration des lieux l'obligeait à faire. Mais très vite les coins sombres se sont faits de plus en plus nombreux et hasardeux, puis le terrain glissant… Depuis le début planait la tentation et le confort d'utiliser le kinobori - mais le phénomène d'action/réaction virulent qui régissait cette descente lui procurait une telle complétude – et il ne lui aurait été plus d'aucune utilité à ce stade.


* … et maintenant, de la mousse ? * Il en écrasa en bondissant sur une autre paroi. * Se tenir debout avec la plante des pieds rattachés à ça n'empêcherait même pas de tomber ! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu Sam 16 Mai 2015 - 4:03

De la mousse ici ? Il devait au moins y avoir un énorme point d'eau quelques parts, car l'air ambiant était plutôt froid. En tout cas sa fébrilité n'était pas à prouver et inutile de vouloir s'en servir d'ancrage, en kinobori pour redescendre ou en escalade pour remonter. Jusqu'ici tout allait plutôt bien, malgré la précipitation de certains mouvements, mais ce voyage était peut-être sans retour. Si ce n'était pas une hallucination qui l'avait conduit nulle part ce pouvait-être un piège que l'on lui tendait, allez savoir ce que ce shinobi avait été avant d'être amnésique. À moins que l'hallucination ne soit une sorte de manifestation de quelques souvenirs qui reviennent en se matérialisant en vision semblant réelle, ou quelque chose du genre… Mais peu importe, Mikami avait la conviction d'être au bon endroit. Lequel exactement ? Il ne savait pas, mais depuis qu'il s'engouffrait dans la pénombre avec la détermination d'aller au bout, il était sûr d'être sur la bonne voie.

Jusqu'à ce que ses pensées ne soient coupées par la perte d'une motte de mousse à son pied, lui substituant ainsi son seul point d'appui. Son souffle s'arrêta, et peu importe vers où son regard aurait pu être tourné et la quantité de lumière ici bas, il put voir la chute qui l'attendait. Sa respiration était arrêté, son corps comme bloqué en suspens. Son esprit recevant l'information dans une fulgurance qui lui donna l'impression d'une éternité, durant laquelle il aurait pu voir plusieurs fois sa vie défiler. Sa précédente vie se manifesta tout de même, mais d'une toute autre manière. D'un geste instinctif, de deux temps, trois mouvements, durant lesquels il vrilla son corps et plaqua ses pieds contre la paroi sur laquelle il avait glissé, le propulsant sur une énième autre qui lui faisait face.

La touchant, il se ravisa très vite de se remettre à courir. Bondir était devenu inévitable, et selon un angle variant en fonction de l'épaisseur de la mousse. Les points d'atterrissage n'étaient pas tous à portée et avait fini par rendre le moindre arrêt impossible. Pourtant une voix intérieur le rendait convaincu de l'exactitude de l'emplacement, pour ce dit temple ; ce même si ce qu'il pourrait y trouver serait des plus funestes.

Alors qu'il ne distinguait plus que quelques reliefs grâce aux derniers jeux de lumière et se demandait s'il allait pouvoir s'arrêter avant que l'obscurité ne finisse par avoir raison de ses bonds maintenant à l'aveugle et caressant à chaque fois l'improvisation et la célérité sur les bords de la précipitation, une lueur apparaissait au fond au milieu d'un voile obscur et d'un bruit de plus en plus présent, semblant un fracas perpétuel de milliards d'infimes particules.

Le son se faisait de plus en plus fort, et alors qu'il distinguait quelques contours aux lueurs de flammes lointaines, Mikami se rendit compte que sa vitesse n'était jamais allée autant en s'accélérant. S'il touchait le sol de plein fouet, il s'écraserait, peu importe sa réception. La mousse omniprésente ne lui permettait pas de se ralentir comme auparavant à chaque fois qu'il rebondissait sur une paroi. Il glisserait et tomberait, et le savait pertinemment. Et cette idée venait se mêler au fait qu'en continuant sa course ainsi, le résultat ne serait que pire. Jusqu'à ce qu'il n'aperçoive comme un reflet du feu à travers cette sorte de bruine.

De l'eau. Il y avait effectivement de l'eau en bas. Comme un énorme bassin encerclant un îlot tout juste éclairé. Nul n'aurait pu prédire sa profondeur, mais c'était toujours mieux que la pleine terre. Prenant un pari qu'il était obligé de jouer, le jeune homme visa ce qui ressemblait aux mouvements de vaguelettes quand son dernier bond était dirigé vers le sol.

Mais depuis qu'il avait entamé cette course folle et inarrêtable dans les profondeurs de la terre, pour la première fois il se sentit soulagé alors qu'en arrivait le terme, ayant fini sa dure part de labeur, n'ayant plus qu'à s'en remettre à ce que tout ceci avait entrainé. N'ayant plus rien à faire de s'il fallait se dépêcher ou prendre le temps, de s'arrêter ou de chuter, de courir ou bondir. Tout était redevenu simple et sans ambiguïté, seulement deux options claires s'offrait à lui alors qu'il avait tout misé sur ces derniers faits. Plonger dans de l'eau ou s'écraser sur du dur,

Continuer de vivre ou en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu Sam 16 Mai 2015 - 14:11

Il plongea dans l'eau raide comme un sabre transperçant la chaire. Nettement et sans chemin détourné, sans oublier les éclaboussures. C'était dingue, une fois plongé dans l'eau, le calme qui régnait ici. Pas un bruit, et ceci dit, pas une lumière non plus. Le fracas qui s'était immiscé plus que ce que sa conscience ne le laissait le percevoir s'avérait provenir de chutes d'eau.

À cette pensée, lui qui avait fait fi des arts ninjas depuis bon nombre de jour, se propulsa à la surface et bondit sur l'eau jusqu'à l'endroit d'où provenait la lueur de torches, sur la terre ferme. Il reprit son souffle, un peu haletant, et constata que l'endroit était dépeuplé. Étonnant ? Puis il se retourna, contemplant ce qui se trouvait derrière lui puis l'endroit où il se trouvait. Mikami resta un moment à observer le poids de l'eau qui s'abattait dans le bassin duquel il venait de sortir, et devinait derrière une nouvelle chute qui s'enfonçait dans une caverne sans fond, tout autour de lui. Des millions d'années d'érosion avait dessiner ces lieux. L'eau coulait dans les entrailles des montagnes et les quelques cascades qu'il devinait venaient d'un étage supérieur… pour placarder tout élément du bassin en son fond juste avant de ne laissait place à celles qui s'éperdaient dans les grottes et dans le noir.

Il comprit que réagissant rapidement à son entrée dans l'eau pour en ressortir, il s'était sûrement sauvé la vie… Cette petite seconde qui pourrait très bien vous tuer, vous savez ? Son instinct venait encore de lui jouer un bon tour. Pas sa bonne étoile. Souvent, échappant à la mort, il se disait qu'il en avait une ; mais jamais celle-ci ne l'avait tiré vers le haut alors qu'il était perdu, ses seules forces avaient compté.
Réalisant, et comme pas surpris par ce à quoi il venait d'échapper et le chemin qu'il venait d'emprunter pour y arriver, il passa une main dans ses cheveux mouillés en regardant les contours de l'eau qui déferlait autour de lui, remonta jusqu'à sa provenance, puis s'arrêta sur le ciel des milliers de mètres au-dessus. Une tâche de lumière, trop lointaine pour être aveuglante. Allez savoir si les rayons du soleil parvenaient jusqu'ici lorsqu'il était au zénith…


Au final, en plus d'être trempé, il était éreinté. Son dos vint progressivement épouser le sol en une chute lourde et calculée. Il resta un moment à récupérer et dégouliner, fixant le point de lumière en se remémorant les risques qu'il avait pris en descendant jusqu'ici. Encore une fois se posant des tas de questions, mais profitant de ce moment de calme et de battement entre deux étapes. De toute façon si l'endroit était occupé, il le saurait bien assez tôt. En attendant, il aimait prendre le temps de se ressourcer au milieu du tumulte ambiant pour voir plus clair dans tout ce qu'il se passe autour de lui, récupérer aussi bien physiquement que mentalement, repartir du bon pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu

Revenir en haut Aller en bas
 

À la recherche d'un amour perdu [II] Temple Raigetsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-