AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Forever Alone [Changement de vava | Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 699
Rang : B


Message(#) Sujet: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Lun 8 Juin 2015 - 5:06

  • … Joyeux anniversaire Aoi ~


Dans la salle de séjour de son modeste appartement, aidé financièrement par le clan, une voix lui souhaitait un joyeux anniversaire. Aujourd’hui est un grand jour pour la Magicienne. Il s’agit du quatorzième été qu’elle célèbre sa piètre existence. Sourire aux lèvres, salivant face à ce délicieux gâteau à la vanille, les jambes se balançant d’impatience sous la table, elle semblait attendre le moment propice pour se bourrer la face de cette pâtisserie exquise. Mais qu’en est-il des invités ? Plutôt, qu’est-ce qui fait croire que la blondinette a des invités ? Elle est seule, dans le salon, dans son logement. Personne d’autre qu’elle. La voix qui lui a présenté les meilleurs souhaits, c’est elle-même. Triste cas de solitude. Pourtant, elle ne perdait pas le sourire. Mieux : elle ne s’en soucie point. Elle souffla sur les bougies et s’empressa d’engouffrer sa bouche de gâteau. Son souhait lorsque le feu s’est éteint, comme le veut la tradition ? Le dire serait ruiner le vœu prononcé. Du moins, s’il y en avait un.

L’étoile est déjà bien haute dans le ciel azuré. Toute la matinée, Aoi n’a que mangée et lu des magazines. La vie de Shinobi est exigeante ! Et Dieu merci qu’elle n’engraisse pas, toujours aussi svelte malgré qu’elle s’empiffre comme un véritable porc. Un don que beaucoup de femmes seraient prête à commettre un meurtre pour prétendre l’obtenir. Toutefois, elle s’ennuyait. Aucune mission n’est prévue dans son agenda. À vrai dire, elle n’a pas la tête à aller en chercher. Il est hors de question de gâcher son anniversaire avec du travail, peu importe sa nature ! La loi de la paresse l’indique clairement dans ses préceptes. Que faire donc, autre que de flâner dans les ruelles de Konoha ? Dans cette situation…

  • M’ennuie… Direction le centre-ville !


Dans cette situation, il n’y a pas d’autres alternatives. Vêtu de la même robe rose qu’habituellement – propre, je précise – et toujours sans chaussures sur ses petits pieds, elle décida de quitter son foyer et de prendre la route vers nul ne sait quoi. Parce que, avouons-le, elle-même ne sait pas quoi faire. Errer indéfiniment dans les ruelles commerçantes du village tel un vagabond, y’a que ça de bon !

Parmi la masse se trouvait une jeune fille, désormais adolescente, sautillant pour absolument aucune raison apparente. Peut-être se cherchait-elle une raison pour être heureuse en ce grand jour. Elle se faufilait dans le trafic humain sans grand mal grâce à sa petite taille, glissait le long des vitrines afin de percevoir un article qu’elle pourrait s’offrir en guise de présent, mais en vain. Alors qu’elle passait à côté d’un salon de coiffure, un homme l’apostropha soudainement.

  • Seigneur, jeune demoiselle ! Regardez-vous ! Est-ce ainsi qu’une fille doit se présenter en public ?!


Face à la mine interrogée de la jouvencelle au regard d’émeraude, le coiffeur ne peut réagir autre qu’en soupirant, une veine apparaissant sur le front.

  • Qu’est-ce donc cet accoutrement enfantin ? Vous n’avez pas dix ans, à ce que je sache ! Et vos cheveux, vous devriez les peigner. Ils cachent votre visage. Quelle aberration ! Vos mèches sont toutes brisées. Suffit ! Je ne peux vous observer plus longtemps ! Entrez dans mon atelier, je vous prie. Je vais vous repeindre à mon image.


  • Quoi ? Mais, j’aime mes cheveux comme ils le sont !


Dit-elle en agrippant sa longue crinière dorée. Cette rétorque ne fit qu’ajouter l’huile sur le feu. L’homme devint pivoine de colère, exaspéré par la jeune fille.

  • Cessez de dire des bêtises. Vous ressemblez à une sauvage ! Il est l’heure pour vous de grandir !


Puis il attrapa le bras de la Yamanaka, voulant la forcer à l’intérieur et possiblement l’attacher à la chaise pour qu’elle ne puisse esquisser le moindre mouvement lors de l’acte ! Aucun sous-entendu sexuel là-dedans. Dans son cas, Aoi forçait du côté opposé, puisant dans toutes ses forces pour s’échapper tout en chouinant.

Une belle scène de manga, j’vous dis. Et c'est toujours à ce moment que quelqu'un arrive pour sauver la situation. Ou l'empirer.


Dernière édition par Yamanaka Aoi le Mar 9 Juin 2015 - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Hachidaime Hokage
Messages : 1181
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Mar 9 Juin 2015 - 0:32

    Je sais pas si pour vous c'est pareil, mais pour moi « début de l'automne » rime chaque année avec « évolution » (non ça ne rime pas. En même temps comme rime avec automne j'avais « Taxe carbone » et « Sonotone », ça le faisait moyen). Pas des révolutions genre « Renverser le gouvernement et manger les tripes de Onpu nue sous la Grande Porte » (même si ça à son charme), plutôt du style « Cette année j'arrête de me coucher entre 3 et 6H du matin », vous cernez à peu près l'idée.

    Vu que l'automne est toujours la saison que mes cheveux choisissent pour lancer leur opération « T'as un poulpe sur la tête et on t'emmerde », c'est souvent le moment de la révolution capillaire. Et je crois qu'il est temps de dénoncer une arnaque qui n'a que trop duré : les coiffeurs sont des gros escrocs. Ils font tout pour vous mettre en confiance avec leurs cheveux peignés et leurs sourires mielleux mais QUE NENNI ! C'est une ruse de Sioux pour vous amadouer. Quand vous expliquez à l'individu au poil soyeux ce que vous voulez, vous avez l'impression qu'il a compris mais en fait il s'en fout, il vous voit déjà avec un dégradé monolatéral et des mèches vertes. La mécanique est en marche.

    Il va commencer par vous laver les cheveux à l'eau froide en vous demandant si c'est pas trop chaud : ceci est un test pour évaluer votre degré de docilité, n'hésitez donc pas à lui répondre : « Tu te fous de moi balai à chiottes, fais péter l'eau chaude ou j’me rince les cheveux avec ton sang ». L'individu émettra aussi moult critiques à propos de vos cheveux trop secs, votre cuir chevelu trop gras et vos poux trop féconds, dans le but unique de vous vendre son shampooing à 2.000 ryôs, « mais c'est mieux si vous prenez la lotion qui va avec ». Un simple « Tu peux te les mettre où je pense » devrait suffire.

    Au moment de la coupe, ne pas hésiter à menacer la famille de l'individu afin d'établir un climat de tension et éviter tout dérapage malencontreux. Il essaiera quand même de détourner votre attention en parlant de la météo, dans l'unique but de vous teindre les cheveux en violet. A ce stade là l'intimidation ne suffit plus, je propose un high kick latéral suivi d'une balayette frontale. En suivant ces conseils vous pouvez espérer sortir vivants de cette corporation du vice qui pousse chaque année des milliers de victimes à porter des bonnets en juillet, ou pire, à se recouper eux même les cheveux devant leur miroir aux ciseaux.

    Alors imaginez quelle a été ma réaction quand je vis l’une de ces viles créatures s’en prendre à une petite fille aux longs cheveux blonds. N’écoutant que mon courage, j’accourus vers l’enfant en détresse, poussant tout sur mon passage telle une super héroïne. Puis je ralentis, parce que bon, les gens me regardaient bizarrement, et que c’était pas très discret. Arrivée à hauteur de l’individu, je mis mon bras gauche autour de ses épaules en souriant.

      - Je suis pas experte dans le domaine, mais quand on vous fait comprendre à ce point que « Non, pas envie », il y a des conclusions à en tirer, vous ne croyez pas ? Parce que si vous agissez comme ça à chaque fois, la police de Konoha doit regorger de dossier en cours qui pourrait être élucidé, si vous voyez ce que je veux dire…

    De mon bras s’échappait quelques insectes qui descendirent le long de son dos. Voyons comment il allait réagir…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 699
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Jeu 11 Juin 2015 - 22:48

Une sauveuse. Nah, c’est moche. Une Messie ? Nah, le mot est originalement masculin, donc ça ne fonctionne pas. Et c’est une insulte au grand Christ. Une bienfaitrice ? Dégueulasse. Une libératrice. Ouais, ça passe. Ni affreux, ni extraordinaire. J’imagine que c’est le mieux que puisse fournir la langue française. Ah. Si vous lisez tout ceci, j’annonce que je change le style de narration. Moi, Batman, jouera le rôle d’un narrateur omniscient, mais qui parle à la première personne du singulier. En d’autres mots, pour vous aider à comprendre, celui qui relatera les événements sera un connard – je crois que personne n’est surpris à ce point – sans toutefois que cela affecte la personnalité du personnage. Un narrateur « dieu » qui est en fait un enculé. Sympa ! Merci d’avoir perdu votre temps avec ce message totalement inutile, j’espère que ça plaira au peu de gens qui lisent mes RP sur ce compte.

Donc, comme mentionné précédemment, quelqu’un a surgi. Grosse révélation, on savait tous que ça allait se produire. Personnellement, je croyais que l’individu en question allait empirer, mais on dirait bien qu’elle a décidée de se la jouer « héroïne de la justice qui vient en aide aux innocents ». En gros, elle pique mon job ! Je ne suis pas encore prêt à devenir chômeur, alors notons son nom pour l’éliminer plus tard. Car je ne suis pas le héros que Gotham a besoin, mais celui dont il mérite… Je crois bien que je pars sur un tout autre délire, alors passons.

Madame sans nom est en fait une jeune jouvencelle – ou jeune femme dans sa majorité ? Je n’en sais rien. Sur sa présentation, c’est écrit seize ans, mais ça fait tout de même un bail. Disons simplement qu’elle a l’âge pour être consentante avec absolument tout le monde – sauf les petits. Dans la réalité tout comme dans l’imaginaire, ce sujet est tabou et simplement dégueulasse. N’oubliez pas : la limite d’écart d’âge pour un majeur avec un mineur est de cinq ans (au Canada, mais je décide que c’est également le cas dans ce monde). Et heureusement pour Aoi, elle se situe dans cette limite. Donc c’est un amour possible.

T’aimerais ça, hein ? Je serais un véritable fils de pute pour faire ce vieux retournement de merde. T’aurais une gamine collée sur tes baskets. Peut-être que je vais le faire dans un futur proche. On va devenir les stars lesbiennes de ce forum ! Ah non, ça ne fonctionne pas, je suis un mec. Hmm, on trouvera bien un truc.

Enfin, si on pourrait revenir sur l’acte héroïque de cette rouquine aux prunelles rubis. De sa prestance sans équivaut, elle passa un bras autour du cou de monsieur et de la soixante-quatorzième dimension apparaissent des insectes. Sérieux, comment ça se fait ? On sait tous que ce ne sont pas des invocations, mais qu’ils sont littéralement sous la peau de l’utilisateur. Comment ils font surface ? Ils ouvrent un chemin et ta peau est niquée ? Peu importe l’angle que j’observe la question, je reste mindfuck.

Un courage hors pair, un cœur d’or et une armure d’argent. Elle a posé ses couilles sur la table, not a single fuck has been given that day. La Yamanaka est émerveillée face au charisme que dégage cette fille, des perles de larme sur le coin des yeux et les joue légèrement teintées de rose. Même si elle n’est pas spécialement fan des insectes et leurs corps velus, cela ne l’empêchait pas de voir des étoiles en observant la rousse qui est venu à sa rescousse – moi je fais des rimes qui fonctionnent, tu vois.

Elle sera acclamée pour avoir sauvé une piètre vie et tout le bordel qui vient avec. On lui fera une parade et une cérémonie en son honneur et tout ça… Ah ouais, je dois décider de la réaction du coiffeur aux allures louches et homosexuelles. Je peux jouer la carte du « j’ai peur d’une garce avec ses insectes, repli instantané et je ne fais plus chier personne jusqu’à l’heure du thé », mais ce serait peu marrant. Non, il faut de l’opposition. Un truc sympa, stimulant, ignoble pour ce personnage non-joueur sans cœur – ça fait du sens, dans ce cas-là. Je crois avoir la solution.

  • Hmm ? Tu oses poser la main sur moi, le majestueux Gekei du crabe ?!


Ouais, c’est le mieux que j’ai. Remercie Fairy Tail pour m’avoir donné cette inspiration à deux balles.

Une soudaine transformation. L’homme devient soudainement un… crabe, vous l’avez deviné. Mi-homme, mi-crustacé. L’arthropode humain a fait pousser sur son dos trois paires de pattes, sa peau a pris une teinte carmin et sur ses cheveux sont apparus des… crevettes ? J’ignore ce que c’est, va falloir que vous cherchiez Cancer de Fairy Tail pour comprendre ce que j’essaie de décrire.

  • Gné ?


D’une vélocité phénoménale, le polymorphe repoussa la rouquine d’un coup dans les côtes et d’une précision à couper le souffle, élimina les insectes sur son corps à l’aide de paires de ciseaux, une dans chaque main. Qui aurait cru que ce personnage posséderait un talent pareil ! La blondinette resta figée sur place, une mine abasourdie jumelée d’un sourire crispé. L’idée de fuir venait de traverser son esprit, mais il était déjà trop tard.

  • Certains ont fait le serment de sauver le monde, d’autres de le détruire. Moi, j’ai juré de m’occuper des cheveux de tous pour faire de cette triste réalité un monde plus beau, plus agréable ! Cette fillette ne m’échappera pas ! Kuchiyose no Jutsu : Hector le poulpe !


Il frappa le sol et - roulement de tambour - un poulpe apparu ! Ses tentacules attrapèrent les jambes de la Magicienne, l’amenant à l’intérieur du salon.

  • Waaaah !! Mais pourquoi ça l’a escaladé en un truc pareil ?!


Non, ce RP ne se transformera pas en Hentai, même s’il est sur la bonne voie. Désolé de vous décevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Hachidaime Hokage
Messages : 1181
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Sam 13 Juin 2015 - 13:17

    Y’en a qui savent faire des trucs de fou avec leur corps. La dernière fois j'ai vu un gars qui arrivait à passer sa tête entre ses jambes. Non il ne faisait pas ça dans la queue d’un restaurant, genre « Bonjour, un sandwich et un soda s’il vous plaît. Attendez, vous permettez que je passe ma tête entre mes jambes ? ». C'était un contorsionniste, avec un collant bleu qui rentre dans le cul et tout, mais quand même, ça m'a trouée. Moi j'arrive même pas à toucher le bout de mes pieds avec mes doigts sans me péter le dos, alors bon. Et ce gars se transformait en crabe, au calme.

    Heureusement, ya des trucs devant lesquels on est tous égaux, pour que les gens comme moi.se sentent un peu moins pourris. Genre par exemple, il parait qu'il est physiquement impossible de lécher son coude. Pas de quoi en faire un cake. Par contre on peut lécher le coude de n'importe qui d'autre, mais là rien ne garantit que t'auras l'air intelligent-en faisant ça. Surtout si tu ne préviens pas avant. Il parait aussi que si tu cries pendant huit ans et sept mois, tu produis assez d'énergie pour réchauffer une tasse de café. Alors qu'en une minute tu peux faire chauffer ton café dans un micro-onde comme toute personne normalement constituée. Et rien ne t'empêche de crier pendant qu'il chauffe, tu fais comme tu le sens après. Et enfin il parait que le cerveau est composé à 75% d'eau. Nom d'une pipe. Soit autant d'eau dans un cerveau humain que dans un poireau (ouais c'est moyennement rassurant). Donc l'argument à deux balles « plus t'as une grosse tête, plus t'es intelligent », bah que nenni, t'as juste plus d'eau que les autres. Donc ta gueule.

    Enfin bref, je m’égare (comme Hélène. Elle aussi s’égara). Ce crabe disais-je. Et bien figurez-vous qu’il n’avait pas fini ses tours de magie, parce qu’après être devenu un crustacé, il a décidé d’invoquer un poulpe. Oui, oui. Un poulpe, avec les tentacules et tutti cuanti. La base de l’art ninja, quoi : des fruits de mer et un poulpe. Et cet octopus décida d’emmener la jeune fille dans le salon de coiffure pendant que Crabeman me bloquait le passage. J’osais espérer qu’à Konoha, d’autres personnes me viendraient en aide… mais non, ils se contentaient de regarder. Bon d’un côté je les comprends, c’est pas tous les jours qu’on voit un mec se faire agresser par des insectes et se défendre en se transformant en crabe et en invoquant un poulpe. C’est assez cosmopolite comme bataille, ça vaut bien des photos.

      - C’est assez, crabe ! Rends moi la jeune fille !

    Fière de ma blague (et même de ma méga-blague), je remarquai assez vite que le crabe n’allait pas obtempérer, et je décidai de lui envoyer un essaim d’insectes dans les dents, qui fit d’ailleurs hurler pas mal de monde dans la foule rassemblée. Et pendant qu’il se débattait à donner des coups de pince en l’air, je me faufilais dans le salon de coiffure pour voir ce que le poulpe faisait à la jeune fille, en espérant que… enfin bref, vous voyez… en espérant que… Non ? Un poulpe et une jeune fille, dans… Vraiment pas ?

    Mais non ça va, elle était juste attachée sur un siège avec des tentacules. Ouf ! (je t’ai entendu, toi, dans le fond de la salle, à me dire qu’une jeune fille attachée par des tentacules, ce n’est pas « ouf » la réponse). Pour celui-là, je lançais une décharge électrique qui le fit convulser et cracher de l’encre, lavant le sol de sa substance noire dégueulasse (et encore une fois, je vous l’assure : cette substance, c’est juste dû à ma décharge. Rien à voir avec ce qu’il aurait pu faire à la gamine avant, hein. Bande de dégueulasse). Emportant la jeune fille avec moi, on dépassait le crabe qui essayait apparemment de tuer les insectes un par un, alors qu’il y en avait des centaines.

    J’emmenai la jeune fille assez loin, dans une rue commerçante, et lui adressant un sourire, lui dis :

      - Ca va ? Je m’appelle Mizuki !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 699
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Lun 15 Juin 2015 - 19:44

Un dénouement farfelu, imprévisible. Nul n’aurait pu anticiper un tel développement loufoque. La voilà au centre d’une situation fantaisiste, dépassant les plus fous rêves de la blondinette. Même au pays des merveilles l’on ne peut s’attendre à se faire apostropher par un coiffeur qui se transforme en un crabe humanoïde pour ensuite procéder à kidnapper sa cible avec l’assistance d’un poulpe. Tout ceci dépasse l’imagination générale du commun des mortels. D’autant plus que cette confrontation se produit lors d’un jour important pour la jouvencelle aux allures de gamine. Une journée estivale commune : un ciel d’azur dégagé et illuminé par le divin astre solaire, trônant haut dans la voûte céleste. Ce qui est important, néanmoins, c’est que cette journée représente le quatorzième anniversaire de la petite Yamanaka. Se faire voler et forcer dans un salon quelconque par un inconnu est contre toutes les attentes qu’elle aurait pu s’imaginer en ce jour fatidique. Une poisse malencontreuse ou un miracle qui fracasse l’ennui perpétuel ? Seul la suite des événements pourra indiquer si c’est une bonne chose ou non. Pour l’instant, l’indicateur signal plutôt la malchance qu’une bonne chose.

La voilà désormais prisonnière dans un salon de coiffure, attachée sur une chaise haute et retenue par les tentacules de la pieuvre qui servent de liens. Les larmes au bord de ses prunelles d’émeraude, Aoi se débattait du mieux qu’elle le peut, mais sans succès. Son frêle corps ne peut rien face à la force physique monstre du poulpe. Comme une aliénée, elle bougeait la tête dans tous les sens, hurlant au secours. Qui sait, peut-être que la rouquine lui viendra de nouveau à sa rescousse. Néanmoins, elle devra s’occuper du crustacé sur deux pattes avant de franchir l’intérieur, chose qui ne sera pas aisé de faire. Du peu qu’il a démontré, même s’il n’en a pas l’air, cet individu a quelques facultés dans le domaine du Taijutsu. Les apparences sont parfois trompeuses, cette maxime vient d’être prouvée vraie pour une énième fois.

Apparemment, il semble que la jeune femme se soit débarrassée facilement de son opposant pour venir en aide à la Yamanaka. Il reste de l’espoir. Lorsque la rousse libéra la fillette de l’emprise de l’animal aquatique, les larmes de désespoir se transformèrent en larmes de joie et une expression de soulagement (manga style). Prenant Aoi sous son bras tel qu’un enfant prend son ourson en peluche, la Shinobi fusa à l’extérieur de la salle, ignorant le crabe humain occupé avec un essaim d’insectes et s’enfonça dans les ruelles du centre-ville de la cité de la feuille. Après un certain temps de course, une fois à l’abri et le danger écarté, la femme reposa la blonde sur ses pieds et se présenta sous le prénom Mizuki. Aburame Mizuki. Du moins, ce n’est qu’une spéculation après avoir observé son talent héréditaire pour le contrôle auprès des insectes. S’il y a une autre explication derrière cela, nous vous prions de l’exposer. En tassant ses franges rebelles à l’aide de ses deux mains, l’on pouvait distinguer des étoiles d’admiration dans les prunelles sinoples de la Magicienne.

  • Waah. T’as été trop cool, onee-san. Moi, c’est Aoi. Merci d’avoir sauvé mes cheveux !


Déjà, elle employait des termes de familiarité envers cette brave inconnue. La jeune fille remarqua cependant un point sombre sur la manche de la rouquine.

  • Onee-san, tu as une grosse tache noire sur le bras.


Une simple marque telle qu’elle ne représente aucun problème, cela part après un bon lavage. Néanmoins, ce qu’Aoi n’a pas remarqué, c’est qu’elle est la cause de cette empreinte. Plus tôt, alors que Mizuki se débarrassait du poulpe, ce dernier a craché de l’encre dans toutes les directions possibles. La Yamanaka s’est fait douchée. Résultat : le sépia recouvre sa longue chevelure dorée ainsi qu’une bonne partie de sa robe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Hachidaime Hokage
Messages : 1181
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Dim 21 Juin 2015 - 22:29

      - Je t’en prie !

    Je lui souris. La petite blonde était mignonne, et si je m’en fie aux clichés et préjugés qui courent dans le village, elle devait sans doute être une Yamanaka. Et malgré les nombreuses tâches d’encre qui la recouvraient, elle restait choupi. Elle me fit remarquer que moi aussi, mon bras était recouvert de noir. Tentant vainement d’essuyer avec ma manche, je fis pire que mieux : non seulement mon bras restait plein d’encre, mais j’en avais mis plein mes vêtements. Je soupirai, me tournant vers Aoi, et ayant une idée fabuleuse (enfin, fabuleuse… C’est relatif, je trouve le concept du micro-onde fabuleux par exemple).

      - Allez viens. Je t’emmène en ville, on va faire les magasins.

    Lui adressant un clin d’œil, je ne lui laissai pas le temps de répondre, et la prenant bras dessus bras dessous, me dirigeai vers le centre que l’on venait à peine de quitter.


    Je n’ai jamais été réellement fashion victim. Je déteste tous ces moutons, genre qui viennent te voir dans la rue et te disent « Non mais c’est quoi de ta veste ? Mort de rire la ringarde. Tu te fais pas taper des fois ? ». Parce qu’à partir du moment où tu fais pas ce que la société te dit de faire et de porter, ce n’est pas la peine. Sache que d’après une récente étude réalisée auprès de 15-25 ans, si la mode était à la plume dans le cul, les poules se cailleraient les fesses (d’où je sors mon enquête ? Du même endroit que ta plume, ahahaha. Hum). Mais force est de constater que c’est souvent une bonne idée de suivre la tendance, parce que je me vois mal faire péter les santiags et les chemises hawaïennes… En même temps…

    Enfin du coup je me fixe quand même quelques objectifs de vie vestimentaire. Pas depuis longtemps mais bon… Du coup je peux promulguer quelques conseils de mode. Par exemple : prends des photos de toi dans ta salle de bain. Attention cependant à ne pas prendre de photo DANS ton bain, certains chanteurs t’en parleront mieux que moi (genre Claudiko Françoisku). La devise qu’il faut que tu aies, c’est « La bouche en cul-de-poule, c’est trop cool », et ça indique aux Jean-BG du coin que t’es open. De même : n’hésite pas à porter des leggings, ces choses entre le collant et le caleçon que ta mère devait te fouetter pour que t’en portes quand t’avais sept ans (seul bémol : le legging a une furieuse tendance à vouloir s’introduire dans tes fesses, au détriment de ta culotte, hélas. Ne pas porter de culotte est une solution parmi tant d’autres).

    Après, tout est question de style et de goût. Voire d’humeur. Si t’es trop malheureux dans ta tête, et qu’en plus t’as un pot de gel (putain la folie), alors ne déprime plus, deviens emo ! Le seul inconvénient c’est qu’avec ta mèche overgelé à mort, tu condamnes une moitié de ta tronche à ne plus voir la lumière du soleil. Trop dark de la life donc. Si tu es plutôt chic et glamour, tu peux t’inspirer des collections des grands créateurs, véritable vivier de la mode. Ces créateurs, qui poussent la beauté à son paroxysme en élevant la femme au rang d’égérie et en magnifiant sa silhouette (le mot « silhouette » se traduisant ici par « porte-manteaux dépressifs qui tordent du cul »).

    Et comme le monde n’est en fait qu’un éternel recommencement, ne jette surtout pas ton T-Shirt « Vive Suguato », un jour ça vaudra de l’or. Et va taper dans l’armoire de mémé, va savoir : des bas de contention, un pull jacquard et peut-être que tu créeras la tendance de demain. Mais ne te sens pas obligé, hein, tu peux aussi faire comme moi : te rendre dans des magasins actuels. Et on se trouvait justement dans l’un des plus grands, actuellement.

      - Vas-y. Choisis ce que tu veux pour te changer ! C’est moi qui paye.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 699
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Mer 24 Juin 2015 - 19:58

Ensemble, ils forment un duo de bouffons. Défilant dans les ruelles commerçantes du village de la Feuille, chacun des citoyens scrutaient du regard ces deux filles d’un air moqueur ou embarrassé. Ce n’est pas tous les jours que l’on puisse avoir la chance de voir un quelconque individu couvert de la tête aux pieds d’encre gambader dans la rue avec la joie au cœur. Du moins, pour la petite adolescente, cela ne lui dérangeait guère et le jugement d’autrui ne l’affecte point. À vrai dire, elle ne remarquait même pas le monde extérieur. Elle se laissait traîner par le bras, dirigée par la rouquine qui l’amenait visiter quelques magasins dans le centre-ville. Par négligence, elle aussi a tâchée une bonne partie de ses vêtements dans une vaine tentative d’effacer l’encre présent sur son bras. Un acte niais qui a bien fait glousser Aoi. C’est connu qu’il faut éviter d’étendre la sépia lorsque cette substance entre en contact avec les habits. Même si c’est une action non réfléchie, ce malheur a emporté un avènement qui satisfait la blondinette. Il suffit d’observer le grand sourire esquissé sur son fin minois pour arriver à cette conclusion.

Elles arrivèrent finalement face à une grande boutique, toujours sous les yeux interrogateurs des passants. En entrant dans le magasin, Mizuki annonça que la fillette est en droit de choisir ce qu’elle souhaite et que la facture est sur son compte. Lentement, la caboche de la Yamanaka pivota en direction de la femme. Son visage n’affichait aucune trace d’une quelconque émotion autre qu’une mine dubitative, mais ses prunelles d’émeraude pétillent de nombreuses étoiles. Elle ne sut dire quoi que ce soit, les remerciements restèrent bloquer dans œsophage. C’est la première fois qu’on lui propose d’offrir quoi que ce soit pour elle. Cela lui faisait tout drôle comme impression. Incapable de prononcer quoi que ce soit, la Magicienne bondit finalement pour l’avant avant de courir dans les allées comme une véritable gamine, cherchant le premier article qui puisse éveiller son intérêt.

Un certain accoutrement attisa son attention. Un chandail coloré, une union entre le bleu et le rouge, accompagné d’une écharpe opaline pour les temps frisquet. Le monde est en pleine saison estivale, donc le foulard n’a peu d’utilité pour le moment, mais saura trouver son rôle une fois que les feuilles perdront leur couleur verdâtre et que la température chutera drastiquement. Aux côtés de ces vêtements se situe un pantalon bleu marin. Ce n’est cependant pas un pantalon à proprement parler, ni un bermuda. Le vêtement est suffisamment long, mais laisse un espace pour dévoiler les mollets. Enfin, un tel détail passa inaperçu pour la jeune Aoi. Les couleurs vives des habits ont suffi pour capter son attention et déjà prendre goût à ces articles dès le premier coup d’œil. Elle tâta les tenues, les appliqua sur sa svelte silhouette pour vérifier s’ils sont à la bonne taille. Puis, une découverte subite et choc : ses mains sont parsemées d’encre également et elle a tâchée les vêtements l’intéressant. Un vif regard à gauche et à droite pour voir si un quelconque étranger l’ait aperçu avant de remettre les habits à leur place initiale et de partir en discrétion tout en sifflant, les mains jointes sur le bas de son dos.

Il fallut peu de temps pour l’enfant pour trouver une nouvelle tenue qui lui plaise. Et cette fois-ci, elle était en émerveillement face à cet accoutrement. Une robe, mais contrairement à la sienne qui est rose et désormais tachetée de sépia, celle-ci est aussi pur que la neige. Le bas de la jupe est sous forme de pétales d’une fleur de lys aux bordures d’ébène. Pendant un bon moment, elle resta droite comme un pic, fascinée par une telle beauté. La Yamanaka hésita à prendre la tenue, avant de se l’approprier délicatement pour ne pas souiller ce trésor et retrouver l’Aburame, un énorme rictus exprimant une joie immensurable.

  • Onee-san, j’ai choisi ! Merci encore !


Elle présenta fièrement la robe. Une rapide décision. Sûrement Mizuki n’eut le temps que d’observer quelques articles. Toutefois, un élément non négligeable n’a point été pris en compte par l’adolescente : le prix. Elle ignore si la valeur de cette tenue est élevée ou non – son intention n’est certainement pas de ruiner les finances de sa libératrice – mais au vue de la qualité de la robe

  • Est-ce que tu as décidé ce que tu allais prendre ?


Un brin impatiente pour essayer ce vêtement, mais avant tout, elle doit aller prendre une douche pour nettoyer sa crinière dorée, collante et encrassée par l’encre du poulpe. La blonde ne souhaite guère salir son bijou comme elle l’a malheureusement fait avec les précédents habits !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Hachidaime Hokage
Messages : 1181
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Jeu 2 Juil 2015 - 12:29

« Les frères et sœurs sont le plus beau cadeau que des parents puissent donner à un enfant », selon un individu qui était certainement enfant unique et qui n'a jamais été obligé de partager ses biscuits au goûter. Syndrome de Stockholm ou résignation, toujours est-il qu'on finit souvent par apprécier ses frères et sœurs, déjà parce qu'on réalise rapidement qu’on ne pourra pas les échanger contre un hamster, mais aussi parce qu'ils ont tout partagé avec toi, sans compter. Leurs jouets, leur varicelle et leur gastro foudroyante d’il y a dix ans. Et forcément, ça crée des liens. Ils ont été des compagnons de jeu inestimables, même si toutes les parties de cartes et de jeux de société se sont finies dans le sang, les larmes et les insultes. En même temps, il ne fallait pas tomber sur la rue de la Paix, grosse dinde. Ils t'ont généreusement prêté toutes leurs affaires sans rien demander en retour. Bon, peut être que des fois, ils n’étaient pas au courant. Souvent. Tout le temps en fait. En même temps si tu ne veux pas que je te pique tes fringues, t'as qu'à pas les ranger dans une armoire à vêtements, c'est une cachette de merde ça.

Mais ils ont aussi de bons côtés. Ils sont toujours partants pour les coups foireux. Faire la roue dans sa chambre dans un espace de 20cm² et s'éclater le tibia, casser trois lattes en sautant sur son lit et les fixer avec du scotch pour pas se faire démonter par les parents. Ils t'ont appris à te défendre face à une agression inopinée et à être toujours sur le qui-vive. Clé de bras, tirage de cheveux, coup de tête-balayette, tu leur dois tout et maintenant, face à l'agresseur, tu sais quoi faire. Moulinette de mains dans la gueule. Si t'as la chance d'avoir des aînés, ils t'ont préparé le terrain. Les pires coups qu’on puisse imaginer, ils ont déjà testé. Du coup, le jour où tu reviens avec la boule à zéro et six piercings, ça passe crème auprès des parents. Plus ou moins. Ils sont sincères, parfois même un peu trop. « T'as de la salade entre les dents », « Ton pantalon te fait un gros cul », « T'aurais jamais dû te couper les cheveux, on dirait David Pujadas ». On n'a pas dit que c'était gentil, on a dit que c'était sincère.

Enfin, je dis ça, mais c’est seulement ce qu’on m’en dit. Moi, je suis fille unique. J’aurais aimé avoir une petite sœur, ou un petit frère, ne serait-ce que pour survivre aux interminables soirées hivernales. Il faut toujours penser à s'équiper d'un petit frère ou d’une petite sœur multifonction qui sert aussi d'excuse pour faire de la pâte à modeler ou jouer à la poupée malgré ton âge avancé. Et tu vas pouvoir faire moult parties de jeux de société avec, l'intérêt d'un enfant étant qu'il est nul et que par conséquent tu peux le faire pleurer à la fin. Et si j’avais eu une petite sœur, j’aurais aimé qu’elle soit aussi mignonne qu’Aoi. Regardez-la déambuler dans les allées, prenant les vêtements qu’elle aime de son air enjoué et en nous faisant part de son sourire ensoleillé qui nous illuminé sans contribuer au réchauffement de la planète !

J’en ai profité pour aussi faire quelques courses. Une nouvelle robe, blanche, des nouvelles chaussures, un gilet pour les soirées plus froides que les autres et un haut noir. Du basique, dont le prix grimpe vite sans qu’on sache trop pourquoi. Avec les robes haut de gamme qu’avaient prises Aoi, mon porte-monnaie allait crier famine. Mais peu importe : mes parents avaient de l’argent, et moi aussi. Pour le coup, ce n’est pas ça qui manquait. Je payai, et me dirigeai vers la sortie.

    - Bon. Maintenant, direction coiffeur. Enfin, un vrai j’entends.

Et justement, j’en connaissais un bon, qui faisait soin des cheveux, massage crânien y tutti cuanti… Le bonheur, quoi !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 699
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Jeu 16 Juil 2015 - 3:04

  • Un coiffeur ?


Dit-elle avec un sourcil saccadant ainsi qu’une mine tordue par le flagrant manque de confiance à l’égard de ce terme. Plus tôt, elle a subie probablement le plus atroce moment de sa vie. Pour une simple coupe de cheveux, impliquer des crabes, des poulpes, un enlèvement et une agression atteignant directement aux droits de la personne peut facilement causer un traumatisme dans l’esprit d’une innocente jeune fille de quatorze printemps. Elle qui n’a presque jamais pris soin de ses cheveux, les gardant long et dépeigné en tout temps, voilà que la première fois qu’elle se présente dans un salon de coiffure – correction : qu’elle se fait kidnappée et attachée de force dans un salon de coiffure – on essaie de lui couper sa soyeuse et brillante crinière dorée, chatoyante sous les rayons étincelants et brillante sous la lumière de l’astre lunaire.

Suivant de près Mizuki sans toutefois dire un quelconque mot, sans même chigner, la jouvencelle s’imaginait toute sorte de scénario dans son monde imaginaire. Le pire qui puisse se produire la révulsa jusqu’à un monde parallèle à celui-ci. Que deviendra-t-elle si le coiffeur effectue une mauvaise manipulation lors de l’exécution de ses talents ? Enfin, en théorie, elle n’a qu’à demander de se faire laver les cheveux tout simplement… Mais s’il les arrache par mégarde car ils sont trop longs ? Ou bien s’il utilise un champion qui est en fait un dangereux acide désintègrera sa gracieuse chevelure blonde et la rendra désormais chaude, et ce, pour l’éternité ? Illustrer une situation improbable comme celles-ci dans sa tête augmentait les chances qu’une telle idiotie se produise. Des frissons glacials parcouraient son échine, elle commençait à avoir la nausée.

L’Aburame cessa de parcourir les ruelles et regarda une échoppe en particulier. Le binôme est arrivé à destination. Toutefois, la Yamanaka est toujours hésitante d’y entrer et laisser le soin de sa chevelure entre les mains d’une tierce personne. En cas de pépin, elle n'aura qu'à utiliser son illusion la plus puissante et torturer le psychique du bourreau ! Ce qu'elle aurait du faire tout à l'heure.

  • Onee-san, on est ici que pour un toilettage, non ?


Au sein de ses prunelles d’émeraude règne la méfiance à l’état absolu. On ne peut la blâmer après ce qui s’est produit une demi-heure plus tôt. Suite à cette interrogation, Aoi se calma et considéra sérieusement la situation.

  • Que penses-tu de mes cheveux ?


Elle voulait une réponse franche. Bien qu’imprégné d’encre, il est facile de voir l’état naturel de cette toison trônant sur son crâne : chevelure allongée, non coiffée, franges dissimulant son visage et mèches brisées de toute part. Quiconque possédant un moindre de respect envers les normes sociales – voire le bien-être de cette jeune Genin – lui dirait immédiatement de remédier à cela. Enfin, en utilisant des propos pas trop brusque, ceci dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Hachidaime Hokage
Messages : 1181
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Forever Alone [Changement de vava | Mizuki] Ven 7 Aoû 2015 - 2:21

    - Heu bah, je…

Je savais à quel point le changement pouvait faire peur, et surtout lorsqu’il s’agit de changements capillaires. La seule fois où j’ai eu aussi peur que lorsque j’ai changé toute ma coiffure, c’est quand je me suis entaillée le doigt. Très vite, Madame-ma-Mère a déclaré qu'on était à 5 sur l'échelle des trucs dégueulasses, au point de dire « on va t'amener te faire recoudre », alors que je pensais m'en sortir avec un petit coup de mercurochrome et un pansement Némo. Je me voyais déjà amputée de la main, foutant en l'air ma potentielle carrière de grande lanceuse internationale de javelot olympique du monde entier, encore une vocation étouffée dans l'œuf. J'étudiais la possibilité de me faire greffer un crochet à la place de ma main gauche quand le chirurgien est arrivé. Il a préféré ne pas me serrer la main, choix judicieux quand on voit comment j'ai pourri le carrelage du hall d'entrée. Il a sorti ses ciseaux, son scalpel et sa scie sauteuse, et il a touillé un peu pour le fun. « Je vous fais pas mal j'espère ? » dit-il en souriant. Créature de Satan. Je suis convaincue que la grande majorité des sadiques se répartissent équitablement entre les tueurs en séries et les chirurgiens. On a atteint le comble du bon goût quand il a cru bon de signaler qu'il voyait mes tendons. Wouhou trop bien, passe-leur le bonjour de ma part. Il a fait du point de croix sur mon annulaire et il est reparti vers l'infini et au-delà pour continuer paisiblement à disséquer des intestins de caniche ou que sais-je encore. Bref, l’enfer. Et l’angoisse aussi.

Je mis mes mains sur mes hanches, l’air un peu intriguée.

    - Honnêtement princesse, faudrait rafraîchir un peu tout ça.

L’emmenant par le bras sur un fauteuil libre, je laissai l’équipe de coiffeur se déployait autour de la tignasse dorée de la jeune femme. M’adossant contre un mur à côté du miroir en face duquel (woh woh, on va se calmer avec les adverbes, hein) elle se trouvait, je la regardais, le coiffeur aux aguets attendant des ordres pour commencer son œuvre. Je pris mon menton entre deux doigts et commençai à réfléchir.

    - On va couper un peu, démêler le tout, garder ta couleur naturelle, et faire un soin en profondeur. Et on va t’acheter des lotions.

Un léger hochement de la tête indiqua au coiffeur qu’il pouvait commencer. Je n’avais pas laissé Aoi réellement choisir ce qu’elle voulait, mais bon. J’avais déjà en tête quelle magnifique jeune fille elle pourrait être après cette remise à neuf. Enfin… En espérant qu’elle les utilisera, ces lotions… Parce que je ne vais pas dépenser une fortune pour rien, hein, hé, oh, bon, voilà. Ah et en espérant aussi qu’elle ne prenne pas la grosse tête et qu’elle devienne comme toutes ces pestes de Yamanaka qui se prennent pour des déesses avec leurs cheveux d’or, pendant que toi tu galères avec tes trois cheveux qui se battent en duel et refusent de rester droits. Monde injuste.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Forever Alone [Changement de vava | Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-