N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Discussion au gré du vent |Yanosa|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Discussion au gré du vent |Yanosa| Lun 15 Juin 2015 - 12:16



Se farcir une Cérémonie Impériale, un Conseil de guerre, une formation d'Unité Spéciale, le tout en une demie-journée était loin d'être de tout repos ! Ayant enchaîné les évènements et les responsabilités depuis le début de la matinée, Kakeshuou Samui commençait – ô miracle !! - à ressentir de la fatigue. Il faut dire que les derniers jours lui avaient demandé beaucoup. Assez pour qu'il veuille prendre une pause, pour récupérer ses forces physiques et mentales. Les derniers évènements avaient fatigué son corps, que ce soit par les épreuves de la vie ou par les voyages. La nomination d'un nouveau Chef de Clan et son procès, le retour et la Cérémonie, la préparation pour la conquête du Pays de l'Eau. Toutes ces attentions qui demandaient le meilleur de lui-même, un sacrifice pour le Bien de Tous … .

En cette fin de soirée, le personnage espérait donc bien pouvoir se retirer dans ses appartements et y être tranquille pour un moment. Il y avait certes de la paperasse, mais il laisserait ses employés s'en charger pour cette fois. Après tout, un Empereur n'avait-il pas pour devoir de déléguer ? Tel qu'il venait de le faire auprès des Seigneurs de Guerre et des Gouverneurs des diffférents Etats de l'Empire … . En relayant également la conquête à un soutien étranger, il espérait bien pouvoir évaluer la situation de loin, avant d'intervenir personnellement. Il avait encore de nombreux projets, dont certains devaient être actualisés régulièrement. Les mettre de côté trop longtemps serait non seulement une perte, mais même un danger dans certains cas. Ce que l'Empire ne pouvait se permettre … .

Arrivé à son bureau, l'homme contournait ce qui lui servait d'instrument premier de travail, et observait la ville à travers cette immense baie vitrée. Un autre monde … une nouvelle paix. Des objectifs que beaucoup avaient souhaité atteindre sans doute ; mais quels en avaient été les résultats concrets ? De son titre, le vieux briscard ne risquait-il pas de s'isoler et de se couper de la réalité ? N'y avait-il pas une forme de prétention dans ses intentions ?
Plaçant doucement sa main contre la surface vitrée, le froid s'empara délicieusement de la plaque de verre, la parcourant avec ses escarres et ses fissures glacées. Le tout fit progressivement une étoile embrassant l'ensemble du décor. La ville n'était maintenant plus visible derrière cet amas de glace. Tout n'était qu'espace blanc. Se résolvant à donner une pichenette dans cet ensemble gelé, l'homme fit voler en éclat ce qui était jusque là une baie vitrée ! Un courant d'air doux et agressif à la fois se précipita dans le bureau, sans pour autant faire voler les papiers et dossiers sur le bureau. Notre Kamui, s'accordant à fermer les yeux, apprécia ce léger instant de solitude et de plaisir, où plus rien ne le concernait si ce n'était le Temps et la Patience.

Le son d'un individu pénétrant son bureau se distingua par ce léger claquement de porte. Assez discret en soi, mais assez audible pour prévenir l'Empereur de la présence d'un visiteur. Ayant toujours ses capacités sensoriels, le membre du Clan Samui déversait avec subtilité son chakra dans la pièce afin d'identifier l'individu. C'était celui qui l'avait autrefois initié aux Portes. Celui qui l'avait accompagné dans maintes missions. Celui qui désormais serait une pierre angulaire de sa politique de contrôle et de pacification. Il espérait bien dans ce sens qu'ils parviendraient à coopérer. Même si nos deux protagonistes avaient diversifiés et écartés leurs centres d'intérêts l'un de l'autre.

Le vétéran des guerres de Kiri avait fait quérir son vieux compagnon d'armes. Encore une affaire à régler ?! Que voulez-vous, il y en a tant ! Assez pour que l'emploi du temps du nouveau Maître des lieux ressemble à celui de Richelieu en tant que premier ministre et précepteur de l'enfant-roi Soleil. A moins que leur discussion ne soit de nouveau philosophique ? Ces deux hommes aimaient partager. Quelque part, leurs échanges leur permettaient d'aller au-delà du simple statut de Ninja. Ils pouvaient alors apprécier la présence de l'un et de l'autre en tant qu'homme. Ce qui n'était pas donné dans le quotidien d'un combattant.
Toujours paupières fermés, Kakeshuou Samui s'autorisait un éphémère – et très rare !!! - sourire, bien qu'il sembla davantage adressé à la Capitale se déployant sous ses yeux qu'à son invité.

~ Il devient tellement rare d'apprécier et d'admirer quelque chose se trouvant dans son dos … . On oublie trop souvent l'intérêt que l'on doit porter à ses soutiens et à ses origines ; or, l'Homme se perd s'il perd de vue les bases mêmes de son identité … .

S'adressait-il à la Ville qui s'étalait habituellement dans son dos ? Ou était-ce directement pour Yanosa Oterashi, le Guerrier Rouge, désormais Seigneur de Guerre de Kusa ? Déjà bien des mystères en à peine quelques mots … .
L'homme se retourna, portant son unique bras dans son dos, comme pour fournir un équilibre à sa silhouette.

~ Qu'as-tu pensé de la Cérémonie ? Un brin pompeux, peut-être ?

Entrons délicatement dans les choses. Inutile de se presser, on est là pour apprécier la tiédeur froide d'un début de soirée et pour souffler après une longue journée de labeur et d'investissement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Mar 16 Juin 2015 - 18:15


Il avait eu ce qu'il voulait... Mais ce n'était pas cette part de satisfaction qui allait lui éviter de rester embourbé pendant un petit moment dans tous ces artifices pompeux et agaçants. La cérémonie, comme certains l'avaient appelée, avait traîné en longueur, et ce ne fut que bien après sa nomination que Yanosa put recouvrir un semblant de liberté, dans les rues familières de la capitale de ce nouveau monde libre. Le regard tourné vers le ciel, il avait pris ce moment, pour lui, planifiant mentalement ses futurs projets, quant tout à coup une main lui avait alpagué mollement l'avant-bras. Il n'avait pas daigné se retourner, reconnaissant entre toutes l'aura de l'un des nombreux sous-fifres qui faisaient tourner la boutique, et s'était contenté de tendre la main gauche, paume vers le ciel, y acceptant un parchemin de convocation dont il eut tôt fait de deviner la provenance. Il n'y avait en effet, de par le fait, plus qu'une seule personne qui avait le pouvoir de le commander et de quérir sa présence à un endroit donné, à un moment donné, et cette personne n'était autre que le Kamui, Kakeshuou.

Le moment venu, au soir, alors que l'activité commençait à péricliter dans les rues et les allées, le guerrier rouge se rendit donc comme de bien entendu au bureau du Samui, bien conscient que soigner les apparences était toujours, si ce n'était plus que jamais, crucial. L'ancien Gouverneur lui attribuait une part de confiance non négligeable, même si l'adage nous apprenait à garder ses ennemis plus près encore que nos amis, ce qu'avait fait, en substance, le quinquagénaire. Cette entrevue, Yanosa le supposait, allait donc certainement tourner autours de ce concept abstrait et parfois trompeur de la confiance accordée, de son poids, de sa mesure et de son influence sur la régence et les rapports humains... Enfin, c'était ce à quoi il s'attendait, en tout cas, mais ne pouvant parier que contre lui-même sur l'issue de l'entrevue, le jashiniste se résolut à entrer dans plus attendre dans le bureau, un poil en avance qu'il était, avant de refermer la porte et de figer son regard vers la longue chevelure blanche qui courait le long du dos du Kamui.

Difficile de ne pas immédiatement remarquer l'absence de ce qui caractérisait auparavant ce bureau, et qui avait vraisemblablement disparu, à savoir sa large baie vitrée. Un air frais, presque refroidi par la seule présence de Kakeshuou, passait librement dans la pièce jusqu'à son entrée. Yanosa, paré de son simple gilet sans manches, s'avança lentement tout en écoutant les pensées du quinquagénaire s'envoler dans la salle, comme si l'espace d'un moment, quelqu'un lui avait ouvert le crâne pour en laisser sortir tout ce qui s'y tramait.

« J'espère que ce n'est pas juste pour t'assurer de garder toute ta tête que tu m'as fait venir... Je doute d'avoir le meilleur des faciès pour te rappeler quoi que ce soit de frais et de positif. »

Le Samui se retourna alors, demandant à son nouveau Seigneur de guerre fraîchement appointé ce qu'il avait pensé de la cérémonie... Pouvait-il s'attendre à une réponse qui ait quoi que ce soit de positif ? Yanosa était Yanosa, après tout, et même dans ses « moments » les plus timorés et les plus consensuels, il n'aurait jamais pu avoir quoi que ce soit de positif, ou presque, à dire au sujet d'une telle mise en scène. Un fait qui l'arrangeait, car plus on pouvait glisser de vérités au milieu d'un ensemble de mensonges savamment tissés, mieux on pouvait les vendre.

« Kakeshuou... tu me poses honnêtement cette question ? Ha... Je ne savais pas que tu avais un tel besoin d'échanger des banalités ou d'enfoncer des portes ouvertes, qui plus est avec moi. Si tu me disais plutôt directement ce qui nous vaut cette entrevue, hm ? Je ne voudrais pas paraître impoli... mais grâce à toi, et à la confiance que tu m'as accordé, j'ai un pays à gérer désormais. Et à ce que j'ai pu observer chez toi depuis le temps... c'est loin d'être une sinécure, je me trompe ?

En plus...de ce que j'ai pu rassembler comme renseignements, Kusa est peuplé par un certain nombre de tribus autonomes et indépendantes. Elles n'ont jamais vraiment été fédérées, tout au plus consentaient-elles à payer les impôts exigés par les Daimiyos de l'époque. Autant dire qu'il y a du travail.
 »

Tout en parlant, le guerrier rouge s'était rapproché du Kamui, regardant de droite et de gauche et allant jusqu'à passer à côté du nouvel Empereur pour se pencher sobrement par la baie, désormais disparue et brisée en mille morceaux sur les toits en contrebas. Un bien grand manque de considération pour les artisans qui s'étaient donnés du mal pour rebâtir tout ça après le passage des Furyous et de leurs sbires, pensa-t-il.

« ...Il s'est passé quoi, là ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Mar 30 Juin 2015 - 1:55



Le Guerrier Rouge ne coupait pas aux banalités : il les rejetait d’un grand revers de main. Aussi bien que ce léger froid qui pénétrait le bureau par la fenêtre brisée. C’était un geste caractéristique de cet homme qui ne s’encombrait jamais de l’inutile et du superflu. Les deux compagnons d’armes avaient déjà longuement et de nombreuses fois échangés. Kakeshuou était donc bien placé pour savoir qu’on ne dérangeait pas le Jashiniste pour de l’ordinaire et du basique. Cet homme était un dur à cuire ; raison pour laquelle il lui avait confié un gouvernement aussi important que celui de Kusa no Kuni. Il y aurait fort à faire là-bas … .

~ Ne prends pas garde à la fenêtre : je voulais un peu d’air frais … . Et je sais que tu n’es pas friand de mondanités. Mais cette question en valait une autre en guise d’entrée en scène.

L’homme revêtait son allure impériale, et se tournait vers son congénère. Il se laissait porter à quelque réflexion.
Était-ce une si bonne idée d’avoir confié une telle responsabilité à ce personnage toujours aussi énigmatique, mystérieux, et voilé de brume ? Il avait été Nuke-Nin, opposé à son Gouvernorat sur Yuki on Kuni ; puis un soutien fidèle jusque dans les heures de la transformation du Shukaï. En revanche, ses projets s’étaient faits plus distants. Les deux hommes partageaient bien moins qu’avant, et ils avaient tous les deux des priorités différentes. Pourtant, les activités du Guerrier Rouge n’avaient pas forcément échappés au Dernier des Kirijins. Jusque là solitaire, voilà qu’il s’était entiché d’une élève qui le suivait partout ! Quels étaient leurs rapports, et quel était le degré de fidélité entre eux ? Devait-il y avoir méfiance ?

En vérité, toutes ces réponses seraient données lors de cet exercice de fonction. Avec la terre de l’Herbe, l’homme aurait fort à faire. Ces terres étaient féodales de tradition. Elles avaient toujours connu un maître de l’Ancienne famille. Suite à cet assassinat qui plaçait le territoire directement sous l’autorité impériale, le Seigneur de Guerre aurait fort à faire pour tenir la population sous son contrôle. Mais ses outils étaient désormais illimités. Il serait donc en charge d’une magnifique démonstration des différentes possibilités données à un Seigneur de Guerre … .

~ La région que tu as sous ton contrôle sera délicate à gérer. Mais je sais que je peux te faire confiance sur ce point. Quant à la cérémonie … au moins, elle posait les bases et rendait la chose très claire aux yeux de tous. Même s’il subsiste des poches de résistance à mon autorité, je doute qu’elles se feront connaître de sitôt … .

Il était temps de passer maintenant au sujet le plus urgent.

~ En revanche, il y a bel et bien quelque sujet que je veux aborder avec toi … . Je sais que l’administration de ta province va déjà te demander beaucoup. Cependant, d’autres choses sont en projet. Nous allons lancer une opération de conquête sur l’île de l’Eau, afin de récupérer ces terres et de les pacifier. Un Conseil de Guerre vient d’être tenu avec nos alliés déjà présents sur l’île. On peut parier qu’il y aura une forte résistance … . Si je devais intervenir personnellement, j’aimerais que tu prennes à ta charge la protection de l’Empire. Même en mon absence, rien ne doit permettre à cette structure de tomber. Nos adversaires sont nombreux, et ils n’hésiteront pas à nous poignarder dans le dos, je pense que tu en es conscient … .

C’était une énorme responsabilité ! qui serait plus qu’un test ! C’était une épreuve. Les deux hommes pouvaient-ils dire qu’ils étaient amis ? Quoi qu’il en soit, si Yanosa accédait à cette requète et qu’il l’accomplissait sans faillir ; alors il aurait été plus que digne de cette amitié que l’Empereur était prêt à lui donner … .

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Lun 13 Juil 2015 - 17:35

Tandis que Kakeshuou confessait de lui-même la banalité de son introduction, marqué qu'il était malgré lui par le protocole et l'étiquette en dépit de sa nature de grand guerrier, Yanosa lui plongeait son regard plus profondément vers le vide laissé là, accessible, par l'absence de la baie vitrée désormais en morceaux. Un peu d'air frais, hein ? N'y avait-il pas plus simple, surtout pour un Samui, pour s'en entourer de façon innée ? De là à suspecter chez le Kamui un excès d'humeur momentané, il n'y avait qu'un pas. Un pas que le guerrier rouge était plutôt enclin à faire, lui qui savait quelle puissance malsaine dominait en silence le cœur de Kakeshuou. Mais ce savoir n'était pas voué, pas encore, à servir le jashiniste. Il le gardait de côté, précieusement, patiemment, dans l'attente du jour où il devrait en faire usage.

L'heure était de toute façon à aborder des sujets plus immédiats, dits de surface, et qui découlaient pour certain directement de la cérémonie organisée plus tôt. Oui, la gouvernance de Kusa allait demander beaucoup, peut-être trop de temps au guerrier rouge, et allait lui poser des défis qui, s'il les avait déjà anticipé, n'en seraient pas moins retords et complexes à relever. Décapiter un monstre était en effet une chose, mais permettre à ses divers appendices de retrouver un semblant d'indépendance et de force autonome en était une autre. Si Yanosa aurait pu avoir des choses à apprendre en matière de gouvernorat auprès du Samui ? Si il avait envisagé de diriger le pays de l'herbe de façon conventionnelle, certainement que oui, mais il avait d'autres plans en tête... Des plans qui risquaient de trahir ses objectifs, à long terme, mais c'était un risque à prendre. Kakeshuou semblait de toute manière assez confiant en son lieutenant, qu'il pensait savoir fidèle et dévoué à la cause de paix qu'il prônait, pour laisser le sujet glisser pour atteindre le suivant, d'autant plus important : la reconquête de Mizu.

Yanosa se rappela alors de cette entrevue, autours d'une table d'échecs, qu'il n'avait eu le loisir que d'observer à ce moment là, retranché dans les limbes de sa conscience, et des thèmes qui y avaient été abordés par ses deux participants. Mizu, oui, une belle chimère à poursuivre pour un Empereur nostalgique, qui évoquait à demi-mot son implication personnelle dans les inévitables batailles à venir qu'impliquait une telle entreprise. L'Empire voulait après tout propager un message et une politique de paix unilatérale, alors pourquoi ne pas commencer par l'archipel, après tout, non ? Il était vrai qu'au fond, peu importait par quelle contrée la diffusion de cet idéal de paix devait commencer, et si le choix de la contrée en question pouvait permettre de réparer une violente injustice historique alors tout était pour le mieux...

Yanosa imaginait bien quelle réflexion, quel cheminement Kakeshuou avait du suivre, mais il resta intérieurement dubitatif lorsqu'il lui annonça que c'était sur ses épaules à lui que reposerait l'intégrité de l'Empire en l'absence du Kamui. Quoi, lui ? Sa confiance en lui était à ce point grande et absolue ?

« Kakeshuou, tu es sûr.. ? Si je n'ai jamais eu l'occasion de te faire une démonstration de mes talents d'administrateur, c'est pour une bonne raison et tu t'en doutes, c'est que ces talents n'existent pas. Gouverner Kusa sera déjà un assez grand défi, que j'ai à cœur de relever pour faire vivre notre idéal de paix... »

Le regard du jashiniste s'extirpa du grand vide pour se reporter plus précisément sur Kakeshuou, s'écartant pour se replacer sur le flanc du bureau.

« Mais, je ne peux pas refuser. Je ne peux pas envisager de ne pas être à la hauteur. Kakeshuou, je sais que tu n'as pas oublié mes réserves quant à cette conquête, et je me doute que ce rôle que tu veux me donner en est un écho direct. Je serai plus apte à me donner à fond pour une cause que je peux soutenir sans faille ni doute, c'est probablement le message que tu m'envoies là, en plus de toute ta confiance... »

Ou alors, se disait le jashiniste en son for intérieur, le Kamui ne faisait là qu'appliquer un adage ancestral et bien souvent vérifié par les faits, à savoir qu'il fallait garder ses ennemis plus proches encore que ses amis. La proximité en question se faisant en l'occurrence entre Yanosa et l'exercice du pouvoir et les responsabilités. Mais bien sûr de cette théorie, le guerrier rouge ne pipa mot et il se contenta de prendre les propos de l'Empereur pour ce qu'ils étaient en surface, affichant un faciès solennel et chargé.

« Kusa... Oui, Kusa fait une bonne position avancée, malgré son grand éloignement avec les côtes et l'archipel lui-même. Rien de ce qui n'a trait à la guerre à venir ne pourra filtrer et aller infecter la capitale, si les pays limitrophes font écran. J'y veillerai en personne. »

La main du jashiniste alla se poser sur l'épaule du Kamui à laquelle un bras était encore attaché, appliquant une pression suffisamment forte pour être virile et assez uniforme pour avoir une vocation apaisante.

« Je ne laisserai pas des mécréants, des sans-nations et des utopistes voués au chaos ruiner nos efforts. Mais malgré tout prend garde, Kakeshuou, je t'en conjure. La reconquête de l'archipel je le sais te tient particulièrement à cœur, ainsi qu'à bien d'autres personnes aux motivations diverses. Je te sais fin politicien, stratège et impitoyable lorsqu'il le faut, mais redouble de vigilance lors des manœuvres à venir. Plus d'un opportuniste rêve de voir l'Empire trébucher et ne jamais se relever, et que tu le veuilles ou non désormais c'est toit qui sera la cible de tous les croque en jambe. »

Sa main revint le long de son corps, ses pas le menant tout à fait de l'autre côté du bureau.

« Fais attention. Fais très attention. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Mer 5 Aoû 2015 - 5:57



~ Ne t’inquiète pas, Yanosa. Je suis conscient du danger qui pèse sur moi … . C’est d’ailleurs pour cela que j’ai accepté cette responsabilité et pris ce poste, malgré l’opinion de beaucoup. L’Alliance était fragile par sa Constitution et ses piliers. L’Empire vient de corriger ces défauts : grâce aux Seigneurs de Guerre et aux Gouverneurs que j’ai nommé, les Pays alliés ne seront désormais plus une faiblesse, mais une force. Tout ce qui manque à ce nouvel envol, c’est une conquête démontrant nos ambitions et notre volonté de porter au plus loin notre idéal de Paix … . C’est à Mizu que nous opèrerons ce changement.

Le Jashiniste avait fait preuve d’une grande bonté, et d’une certaine « gentillesse » en se rapprochant de son compatriote. Il avait par ailleurs accepté la mission importante que l’acolyte manchot lui confiait. Même s’il ne s’en doutait peut-être pas, c’était un véritable poids mort qu’il ôtait des épaules de l’Ancien. Ce dernier pourrait ainsi savourer plus aisément les choses de la vie, et notamment de la Guerre. Il savait qu’il serait demandé sur le champ de bataille sous peu ; et il tenait à être libéré de toute contradiction bureaucratique pour se donner à cent pour cent dans cet Art de la Mort.

Par ailleurs, contrairement à ce que le Guerrier Rouge pouvait bien penser, il ne s’agissait pas de le cloîtrer dans un bureau à attendre des nouvelles ! Kakeshuou connaissait certes des façons de torturer, mais celle-ci n’en faisait pas partie. En tout cas, pas pour ce genre de devoir. Ce n’était pas d’un administrateur dont l’Empereur avait besoin. Et si c’était véritablement le cas, il se doutait que l’ancien Nuke-Nin n’était pas le meilleur profil trouvé sur cette terre !

~ Ce dont j’ai besoin, c’est d’un défenseur assez connu et fort pour pouvoir vaincre tout ennemi foulant le sol de nos terres. Un symbole de l’Empire, qui y a été intégré, a défendu ses principes jusqu’au bout, et qui est aujourd’hui l’un des piliers les plus importants de cette nouvelle Unité Ninja. Nous ne pouvons permettre de mettre en péril notre Rêve sous le prétexte d’une conquête. Si l’Empire n’est pas défendu pendant cet assaut, nous ne tiendrons pas longtemps … . Ne sois pas un bureaucrate ; contente-toi d’être la Muraille du Shukaï pendant mon absence.

Pendant ce petit laïus, l’homme avait à son tour tourné autour de son bureau et avait posé sa main lourde sur l’épaule du personnage. Un léger sourire ? Peut-être … . Seuls ces deux hommes peuvent le savoir. La relation qu’ils ont tissé au cours du temps est tellement sinueuse et complexe qu’il serait difficile de l’évaluer et de l’estimer avec des critères aussi basiques que l’amitié ou la camaraderie. Tout ce que l’on peut attester, c’est que la Paix durera le temps de leur entente, et que leur affrontement sera la naissance du Chaos.
Continuant sa ballade, le Kamui finissait sa course à son bureau, où il prenait place dans le fauteuil qui était le sien. S’y enfonçant comme si la fatigue l’y entraînait de force, il accordait un soupire lourd et continuait sur son analyse de la situation.

~ Je me doute qu’ils sont déjà nombreux à vouloir ma peau. On n’aime guère un grincheux qui se place au sommet de la pyramide par la force ; ça balaye les ambitions des plus jeunes, et les principes des plus idiots … . Mais ils devront apprendre que les choses ne peuvent pas toujours aller dans leur sens. Et ils seront bien tristes car, malgré mon âge déjà avancé, je compte rester aux commandes encore un certain temps. Jusqu’à être sûr que les vertus que nous défendons sont gravées dans un minerai indestructible nommé « Shukaï » … .

Il se penchait en avant, et laissait sa tête retomber sur son poing. Son regard changeait : il avait un autre sujet en tête, une autre préoccupation qu’il tenait à étudier. Ses pupilles se braquaient sur Yanosa, comme pour voir si le message pouvait passer par télépathie … . A défaut d’en être sûr, il abordait le sujet de vive voix, sans pour autant hausser le ton.

~ Par ailleurs, même si cela n’est pas prioritaire, j’aimerais régler une autre affaire qui devient de plus en plus problématique à mon sens. Même si je répugne un peu à procéder de cette façon, j’aimerais que l’Unité Sengoku porte son attention sur deux personnes en particulier … . Des éléments gênants, qu’il faudrait définitivement éliminer, afin de ne plus connaître de trouble intérieur … .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Mar 18 Aoû 2015 - 0:38

Face aux doutes et aux conseils que se voulait prodiguer Yanosa à son aîné et Empereur, ce dernier ne rétorqua que par la confiance et l'absolue certitude. Oui, la conquête de Mizu allait être le dernier clou qui finirait d'unifier le nouvel Empire, un symbole fort qui se trouvait également être de façon fortuite un objectif qui tenait fortement à coeur de l'ancien Gouverneur. Mais que ladite conquête se déroule sans le moindre accro, agrandissant par la même occasion la zone d'influence du Shûkai, ou qu'elle se solde par un cuisant échec autant militaire que politique, cela revenait au même pour le guerrier rouge. Ce dernier écoutait, un visage neutre affiché au devant, son Kamui lui détailler le rôle d'arrière-garde essentiel et vital qu'il aurait à remplir, tout en pensant dans le même temps au fond de lui aux moyens qu'il aurait, et avait déjà à sa disposition, pour oeuvrer. D'expérience, Yanosa le savait, il n'avait aucun don pour garder longtemps le secret autour de ses projets une fois que ceux-ci se mettaient à prendre la masse critique nécessaire à leur plein essor, mais en l'occurrence... Oui, en l'occurrence, avec l'Empereur occupé à sa conquête avec une partie non négligeable de ses forces concentrées vers l'Archipel, et avec entre ses mains à lui, le jashiniste, des responsabilités et pouvoirs qu'il n'aurait pas pu rêver obtenir même dans ses songes les plus fou d'infiltration... D'autres horizons devenaient possibles.

Et au fond, tout ça il lui devait, à « lui ». Ce vaurien, caché dans les tréfonds, impuissant et incapable de refaire surface. Un bien beau cadeau qu'il lui avait fait en réalité, en montrant patte blanche au monde pendant ces longs mois, ces années.

« Un muraille... Je me suis toujours vu celui qui détruirait les murailles, et c'est ce que j'ai été pendant bien longtemps, semblait-il... Mais briser nos ennemis, qu'ils viennent de l'extérieur ou de l'intérieur, me va tout autant, Kakeshuou. Oui, tout autant, du moment que c'est avec ça que je peux dialoguer », dit-il en montrant son poing serré, devant lui.

Oui, Samui, ils sont en effet nombreux à vouloir ta peau, pensait Yanosa. Mais le monarque se doutait-il que, devant lui, de l'autre côté de son bureau, un guerrier affûté désirait également voir sa chute arriver ? Le vieil homme avait des tendances paranoïaques, aussi l'affirmative n'aurait rien eu de surprenant... mais les desseins du jashiniste emmenaient ce dernier loin, très loin dans l'avenir. Assez loin pour que, pour l'heure, la chute de Kakeshuou ne soit encore qu'un lointain projet. Un projet dont l'accomplissement demeurait, cependant, inéluctable. Mais pour l'heure, c'était apparemment d'autres personnes dont l'Empereur voulait provoquer la chute, ce qui surprit momentanément le guerrier rouge. Ce dernier rejoignit lentement les mains pour se prendre le poignet droit, prenant un air mêlant solennité et goût du secret.

« Ma foi... Je ne pensais pas, surtout si tôt après avoir « disposé » des Daimiyos, faibles et querelleurs, que cette unité tout à fait officieuse soit mise à contribution si vite, je dois te l'avouer. Ma question tu t'en doute sera simple et directe... Qui sont les cibles ? Même si... tu me connais... j'aimerais en savoir le plus possible sur le pourquoi du comment. En plus de satisfaire ma curiosité, cela pourra me donner des pistes quant à la réalisation de cette mission. »

Yanosa resta alors ainsi, droit comme un -i- en face du bureau, fixant son regard dans celui de l'Empereur. Celui-ci disposait en lui de ce calme froid, posé et presque vicieux qui lui rendait chaque décision de ce genre évidente, claire et limpide. Un peu à l'image, en quelque sorte, du raisonnement direct et sans concession du jashiniste. Des miroirs l'un de l'autre, mais destinés à se briser sur les aspérités de l'autre, tôt ou tard. Le guerrier rouge ignorait qui le Kamui désirait voir disparaître... Mais disposer d'une vie, dans le circuit logique de Yanosa, pouvait prendre bien des significations.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Mer 19 Aoû 2015 - 0:22



Devant les affirmations et questions de son serviteur, le Kamui se saisissait d’un stylo, et griffonait deux ou trois mots sur un bout de papier. Jetant l’objet d’écriture de façon désinvolte, et tendant le papier à son collègue, il faisait ainsi comprendre à ce dernier que ce genre d’informations ne devait pas dépasser ce bout de papier. Ne devait pas sortir d’ici. Si le Jashiniste était aussi précautionneux et attentif qu’il l’espérait, il détruirait cette information. Quitte à ce que cela soit le manger !

Trois noms étaient inscrits sur ce papier. Des noms secrets, qui ne devraient être révélés qu’aux rares personnes à qui cette mission était confiée. Rien n’en ressortirait, personne n’en saurait rien. Pas même les plus hautes instances de l’État … .

~ L’ordre n’est pas de les éliminer de suite ; mais de le faire s’ils représentent une menace pour le Shukaï. En l’occurrence, l’un a certes disparu pour l’instant, mais le deuxième a déjà fait des vagues. Et je préfèrerais me débarrasser de cette épine avant qu’elle ne s’enfonce trop profondément dans la peau. Il est évident qu’il est opposé au régime en place, et même si je suis quelqu’un d’ouvert à la discussion, il est des temps où on ne peut pas se permettre d’exposer aussi ouvertement ses faiblesses. S’il réapparaît, je compte sur toi pour l’éliminer à vue. Le deuxième n’a pas encore réapparu, mais mon instinct me dit que cela ne saurait tarder … . Évitons tout risque.

L’identité de ces cibles restait certes cachée, mais elles étaient assez inquiétantes pour que l’Empereur veuille s’en débarrasser ? Voilà qui en disait long. L’Empire connaît donc des faiblesses ! Mais des faiblesses que son dirigeant ne serait pas prêt à exposer aussi facilement, de toute évidence … .
Il y avait cependant un troisième nom sur cette courte liste.

~ Le dernier n’est en soi pas un danger présent pour le Shukaï, mais il a déjà fait des siennes, et je ne veux pas renouveler l’expérience. S’il refait parler de lui, je t’autorise à quitter nos terres avec l’Unité Sengoku afin de l’éliminer. Je veux un Empire qui se montre uni et sans faille face à nos détracteurs et à nos adversaires qui sont déjà nombreux. On aura certainement ma peau un jour ; mais je me refuse à penser que cela soit la fin de cette Autorité. A l’heure actuelle, seul l’Empire peut assurer la Paix à nos frontières. Tant qu’il n’en sera pas autrement, et que je n’aurais pas montré de faille ou d’échec, nous continuerons à procéder ainsi.

Les choses étaient ainsi on ne peut plus claires. Kakeshuou Samui avait donné ses ordres en contournant son bureau. Il devait se remettre au travail, et préparer la suite des opérations, en sachant qu’il avait déjà fort à faire avec cette conquête du Pays de l’Eau. On l’avait informé de la possibilité de croiser le fer avec Kumo. Et même s’il ne s’en inquiétait guère, il savait que ce Village Ninja disposait de plusieurs Clans influents aux pouvoirs redoutables.

Posant ses fesses sur son « trône administratif », il s’emparait de nouveau du stylo pour continuer à écrire, à commander et ordonner. Il s’arrêta cependant un instant, l’air songeur, regardant droit devant lui … . Devait-il aller à une telle extrémité ? La confiance qu’il avait dans cet homme était-elle si absolue ? On ne pouvait pas vraiment l’affirmer. Mais était-ce parce qu’il s’agissait d’un ancien Nuke-Nin, Jashiniste de surcroît ? Ou était-ce son vice intérieur qui commençait à le ronger sur ses plus profondes convictions … .

~ ... Yanosa … dans l’éventualité où je meurs à Mizu si je dois y intervenir, la Constitution de l’Empire veut que mon rôle revienne à Yuki, ma petite-fille … . Contrairement à nous deux, elle n’a pas participé au Coup d’État, et elle bénéficie d’une meilleure réputation auprès de nos hommes … . Assure toi que cette succession lui revienne, tout en étant sûr qu’elle respecte bien les règles de cette Constitution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1965
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Discussion au gré du vent |Yanosa| Ven 21 Aoû 2015 - 16:56

Sans piper un mot de plus, le Kamui se munit d'un bout de papier ainsi que d'un stylo, tout deux rudimentaires, et y écrivit, sur plusieurs lignes, qui devaientt certainement représenter autant de noms. Le guerrier rouge le regarda faire, dans le même calme indifférent que celui qui était sans doute en train de condamner à mort plusieurs personnes avec le simple usage d'un peu d'encre... Mais il ne pouvait malgré tout cesser de se demander quelles pouvaient bien être les cibles de l'Empereur et surtout, si leur élimination serait entièrement et unilatéralement profitable aux desseins du jashiniste. Et cela, il en eut le cœur net très rapidement, lorsqu'il put prendre en main le bout de papier tendu par Kakeshuou et en lire le contenu.

Peu de surprise, à la vérité, à la lecture des trois noms inscrits dessus... La chose avait même de quoi arracher un maigre sourire en coin au guerrier rouge qui, une fois les noms gravés dans sa tête, s'empressa de faire disparaître le morceau de papier entre son pouce et l'index, laissant son affinité rudimentaire et primaire avec le Feu le réduire en cendres volatiles. Alerte, Yanosa écouta dans la foulée les précisions que désirait apporter le souverain aux conditions de cette mission tout ce qu'il y avait de plus officieuse : non, ce n'était pas un ordre de chasse et de traque jusqu'au bout du monde, et heureusement considérant les nouvelles fonctions qu'allait devoir assumer le Seigneur. Détaillant la nature de sa demande et de ses préoccupations, Kakeshuou laissa ainsi savoir au jashiniste que cet ordre, déjà disparu, était à appliquer en cas de retour à la surface des individus concernés, et uniquement à cette condition. Une mise à mort différée, en somme, dont les principaux intéressés ne pourraient avoir connaissance qu'une fois qu'il serait déjà trop tard... A moins que Yanosa en décide autrement ?

Car si en surface, le nouveau Seigneur qui n'avait rien d'un dirigeant donnait toute l'impression de se plier corps et âme à la nécessité « impérieuse » et absolue de ces mises à mort programmées, il se gardait au plus profond de lui une marge de manœuvre, cette même marge qui le pousserait à ne pas révéler tout ce qu'il pourrait être amené à faire au Pays de l'Herbe. Malgré cela, le guerrier rouge doutait fortement de pouvoir retirer la moindre utilité tactique, pseudo-politique ou idéologique de la part de l'un ou l'autre des trois condamnés... Tournant simplement les talons en se dirigeant vers la porte, Yanosa répondit donc simplement :

« Bien... Je sais ce que j'aurai à faire, dans ce cas... Tout est entendu. »

Il prolongea son mouvement, tournant le dos au bureau et s'apprêtant à sortir en faisant claquer ses bottes sur le sol carrelé, quand tout à coup la voix du Kamui retentit à nouveau, plus rauque... et à la fois plus effacée. Yanosa se retourna, replongeant son regard dans celui du Samui... et l'écouta, peu ou prou, lui livrer ce qui était sans doute, pour un homme dans sa position, son unique et dernière volonté. Que l'Empire revienne à Yuki... ? Voilà une idée qui se révélait, d'un seul coup, dans l'esprit du guerrier rouge... comme une délicieuse évidence.

« Nous n'en sommes pas là, Kakeshuou... Mais, le pire viendrait-il à arriver, je ferai le nécessaire, tu as ma parole. »

Sur quoi, et pour de bon cette fois, il sortit du grand bureau du Kamui. Sur le pas de la porte, le jashiniste prit un instant pour réfléchir... Yuki avait mûri, et pas qu'un peu, depuis leur première rencontre il y avait de ça des années. La voir sur un trône n'était donc pas une scène trop grotesque à envisager, mais quid de ses convictions, de sa façon de diriger et de ses objectifs à l'échelle du monde ? Oui... cela faisait bien des années maintenant, qu'il la connaissait... qu'ils se connaissaient... Et c'était peut-être bien cela qui lui permettrait, le moment venu... d'avoir le poids nécessaire, dans l'esprit de la Princesse des Glaces...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Discussion au gré du vent |Yanosa|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-