N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Prison break (C, solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Informations
Messages : 183

Message(#) Sujet: Prison break (C, solo) Jeu 12 Jan - 0:58

Prudent, il fallait être prudent, sous un ciel étoilé étouffé par les feuillages Kaidô progréssait lentement tel une ombre en direction d'un feu de camp. Tout autour s'étendait la forêt du pays du feu, immense et touffue mais surtout silencieuse, et quelque part dans cette immensité se cachait un meurtrier. Comment Kaidô en était il arrivé à cette situation lui qui ce matin encore était à Konoha dans le quartier de son clan à s'entrainer. On l'avait convoqué ce matin, un matin brumeux et calme, Konoha dormait encore, et lui avait abandonné son entrainement pour se rendre dans e bureau de l'un des dirigeant du clan Aburame. Ce dernier lui avait confié une mission, une mission pour le moins éxaltante, en effet durant la nuit passée des criminels s'étaient échappés de la prison du Daimyo et on demandait à Kaidô de les retrouver. Le supèrieur après ce bref rapport lui confia une enveloppe contenant des informations sur les trois individus, le premier était un petit criminel qui avait tué sa femme lors de violence domestique, il n'était guère influent et la police du Daimyo pensait qu'il s'était réfugié dans la forêt du pays pour se cacher, le second un trafiquant de drogue avait des relations aux frontières, on craignait d'ailleur que ses "amis" ne l'aident à disparaître. Enfin le dernier était un tueur à gage notoire, il était également recherché dans les pays voisin de Konoha donc il pouvait aussi bien rester au pays de feu que tenter de le fuir, des trois il était le plus imprévisible et le plus dangereux. Au moment où Kaidô quittait la pièce, le supèrieur l'arrêta:

?-" N'oublie pas on te demande avant tout de les localiser, ce ne sont pas des shinobis mais ils peuvent néanmoins se révéler dangereux en particulier cet assassin, on dit de lui qu'il aurait déjà tué un ninja, simple racontard ou véritable fait ne prend pas de risque et contente toi de donner sa position aux autoritées du Daimyo."
Kaidô-"Je ferais selon votre souhait"

Sans rien ajouter de plus Kaidô rejoint l'armurerie pour se préparer et tandis qu'il sélectionnait son équipement se mettait en place dans son cerveaux la manière dont il procéderait. Les informations de l'enveloppe étaient riches, il savait que les 3 hommes partageaient leur cellule, c'est ensemble qu'ils avaient mis au point leur évasion, ils avaient surement dû échanger des informations entre eux sur ce que chacun feraient une fois libre. En attraper un permettrait de remonter aux autres, du moins c'était ce qu'esperait Kaidô, car pour l'instant sa seule piste était à propos de l'un des trois hommes, la fameuse brute qui avait battu sa femme à mort. Ce butor la police pensait qu'il se cachait dans la forêt autour de la capitale du pays, mais il était hors de question pour le sûreté d'organiser une battue, elle ne pouvait se permettre de mobiliser autant d'effectif pour un seul homme et c'était là où Kaidô entrait en jeu.

Atteindre le centre du pays prît la journée à Kaidô, alors qu'il était partit au petit matin de Konoha il atteint les bois qui entouraient la capitale en fin d'après midi, des heures durant il avait parcourut le pays à l'aide de déplacement ninja ne s'arrêtant que pour reposer ses muscles et se réhydrater. La nuit n'allait pas tardé à tomber, pensait Kaidô en contemplant en contrebas les batiments de la ville, il se tenait assis sur une buche et derrière se tenait l'immense forêt verdoyante dans laquelle se cachait sa cible. Une heure, une pause d'une heure pour se restaurer et se reposer, d'ici là la nuit serait tombé et Kaidô pourrait commencer sa traque, il extirpa de son sac à dos quelques rations militaires, de petites boites hermétiques contenant une ration de viande et de riz. Après avoir fait un feu il fît bouillir les rations puis les mangea encore brulantes, il n'avait pas de temps à perdre, il s'allongea ensuite afin de dormir un peu, un sommeil profond même d'une petite demie heure pouvait être aussi regénérateur qu'une nuit entière, il comptait sur ses insectes pour le réveiller dès que la lune commencerait à prendre sa place dans le ciel. Comme prévue un vombrissement le tira de sa torpeur, les insectes s'agitaient dans son corp et autour de lui il faisait noir, la traque allait pouvoir commencer

Kaidô s'engouffra dans la forêt à l'aide de mouvements ninjas, il bondissait de branches en branches prestement et quand il se fût suffisament enfoncé Kaidô libéra ses insectes. Une gigantesque nuée s'éleva hors de son corp puis se fragmenta en une infinitée de minuscules nuées qui d'un signe de main de Kaidô s'envolèrent dans toutes les directions, la forêt était grande et surtout s'étendait tout autour de la ville, il allait devoir sonder de grandes surfaces puis tant qu'il ne trouverait rien continuer à se déplacer en suivant la forêt qui bordait la ville et à chaque fois recommencer son travail de sonde. Une tache longue et fastidieuse, heureusement Kaidô était patient, si un homme se cachait dans ce labyrinthe vert ses insectes le trouveraient.

La lune était à son zénith lorsque Kaidô reçut enfin l'information tant espérée, une de ses nuées revint l'informant de la présence d'un homme quelques kilomètres au sud près d'un petit ruisseau, immédiatement Kaidô rappela toutes ses nuées, il avait avec elles un lien quasi symbiotique, ces dernières ressentaient ses ordres sur des kilomètres via des séries de phéromones extrémement complexes et lui pouvait comprendre ses insectes grâce au même phénomène à la différence que lui avait besoin qu'ils soient près de lui pour les comprendre.
Et voila que Kaidô, ses insectes récupérés, s'élançaient à travers les arbres en suivant les indications de ses petits amis, et ces derniers avaient vu juste car en une dizaines de minutes Kaidô vit une lumière plus loin dans les ténèbres sylvestres, un feu de camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Informations
Messages : 183

Message(#) Sujet: Re: Prison break (C, solo) Jeu 12 Jan - 22:31

A pas de loups Kaidô approchait, se déplaçant furtivement de buisson en buisson mais évitant soigneusement de froisser les feuillages, l'homme était un fugitif il devait être sur ses gardes. Désormais Kaidô n'était plus qu'a une vingtaine de mètres du petit campement, il y avait un feu de camp avec une structure de branchages au dessus afin d'étouffer la fumée, à coté une soupière contenant un fond de riz reposait à même le sol et à quelques mètres du feu une paillasse de feuilles, la paillasse était vide. A la vue de la paillasse les sens de Kaidô redoublèrent d'intensité, le criminel était là tout proche et il était réveillé mais Kaidô ne savait pas où il se trouvait. Le rythme cardiaque de Kaidô s'accélérait tandis qu'il reculait doucement afin de revenir dans les profondeurs de la nuit, une fois éloigné il pourrait grimper dans les arbres pour avoir une meilleur vision des environs du camp mais il fût arrété au son de branches qui craquaient, quelqu'un approchait. Kaidô se tapit dans un buisson et observa, un homme arrivait avec une gourde visiblement pleine, il se mît à observer les ténèbres d'un air suspicieux, Kaidô tréssaillit lorsque son regard se posa sur les buissons où il se cachait. Cet homme était grand et gras et il arborait un visage porcin agrémenté de deux petits yeux marrons sombres, ses vétements étaient en lambeaux, une tunique de prisonnier, le doute n'était plus permis. Kaidô se tint prêt à bondir à l'instant où l'homme tournerait le dos mais ce dernier observait obstinement la cachette de Kaidô, l'avait il découvert ?
Dans un long baillement il finit par se retourner et se dirigea vers la couchette, Kaidô n'hésita pas, il bondit vers l'homme et alors que celui se retournait brusquement Kaidô le prit de vitesse en lui retournant le bras dans le dos pour le plaquer au sol. L'homme se débattait de toute la force de ses quarante ans et Kaidô n'avait jamais été très physique, sa clée de bras risquait de lacher.
Konchu no ken. Des insectes surgirent des manches de Kaidô et recouvrirent ses avant bras, l'homme se mit à hurler au fur et à mesure que l'étreinte d'insecte le criblait de multiples piqures, puis peu à peu ses réactions devinrent plus lentes et plus anecdotiques, l'effet paralysant commençait à agir. Kaidô le lacha puis posa son pied droit sur la gorge de l'homme à terre.

Kaidô-"Bien maintenant je vais te poser deux trois questions auxquelles tu vas gentiment répondre puis je te livrerais aux autoritées"
?-"Va chi...argh"
La pression du pied s'accentua sur la gorge du fuyard.
Kaidô-"Je n'ai posé aucune question encore. Comprend moi bien je peux te livrer en bonne état ou bien au bord de la mort, on m'a juste demandé de te livrer en vie, ensuite dans quel état à moi de voir, donc tu peux répondre à mes questions puis retourner purger ta peine en pleine forme ou bien..........tu peux répondre à mes questions après que je t'ai tellement amoché que tu regrette d'être venu au monde."
Kaidô avait parlé froidement tout du long en appuyant de plus en plus sur la gorge du prisonnier.
Kaidô-"Bien première question" lança Kaidô en relachant la pression. "Tu t'es enfuis avec deux hommes mais tu as cohabité avec eux durant de long mois au cour desquels vous avez préparé votre évasion, ils t'ont donc dit ce qu'ils allaient faire après et je veux savoir également"
?-"Ils ne m'ont rien dit, ils ne me faisaient pas confiance d'ailleur ils n'ont même pas voulu m'emmener avec eux après que l'on se soit échappé"
Kaidô ne répondit rien et n'appuya pas sur la gorge du criminel, il se contenta de fouiller dans sa sacoche, l'homme en fût si soulagé qu'il poussa un soupir. Ses yeux se figèrent quand il vit le kunai que sortit Kaidô, il le plaça juste au dessus de l'oeil gauche de l'homme, la lame pendant vers le bas et Kaidô ne retenant l'instrument qu'avec 4 doigts.
Kaidô-"Même question mais autre réponse cette fois" lacha froidement Kaidô.
?-"Mais bordel je te dis que je sais pas ils m'ont rien dit t'entend RIEN DIT"
Un doigt se retira de la prise de l'arme qui n'était plus retenu que par 3 doigts, l'homme était en sueur et hurlait mais seul le silence de la forêt lui répondait.
Kaidô-"Tu sais tu ne leur dois rien, moi à ta place je les balancerais"
?-"Pitié s'ils me retrouvent ils me feront la peau" pleurnicha t il lamentablement.
A nouveau un doigt se retira et la lame pendait dangereusement au dessus de l'oeil du prisonnier avec pour seule attache les deux doigts de Kaidô qui la tenait.
?-"............." l'homme dégluttit, "d'accord d'accord je vais tout te dire, ils sont partis ensemble après l'évasion, Kodô, celui qui était tombé pour trafic de drogues avait proposé au tueur de l'engager pour l'escorter à la frontière nord, là bas il y a un village tenu par des contrebandiers et des trafiquants, il y connait du monde qui pourrait les faire disparaître de la circulation, faux papiers, évacuation dans un autre pays et tout le toutim. Le village il s'appelle Ikebukuro si je me souviens bien."
L'homme avait parlé d'un trait et il reprenait son souffle lorsque Kaidô rangea le kunai.
Kaidô-"Seconde question pourquoi t'es tu planqué ici et comment as tu eu ces provisions et cette soupière?"
Il fût surpris par la question puis la surprise se transforma en une grimace pleureuse.
?-"Je.......je dirais rien RIEN" et sur ces paroles il se mît à pleurer à chaudes larmes.
Kaidô-"Tu as des amis ou de la famille dans la ville c'est ça, c'est eux qui t'ont aidé et tu ne veux pas les vendre, c'est plutôt courageux, ne t'inquiète pas je ne dirais rien sur ça aux autoritées."
Kaidô saisit l'homme sur ses épaules et disparut dans la nuit en sautant de branche en branche.

Rejoindre la ville fût beaucoup plus long cette fois, l'homme de par son poid obligeait Kaidô à faire de nombreuses pauses pour récupérer et injecter de nouvelles doses de venins paralysant. Mais finalement Kaidô arriva au centre de police de la capitale, il livra son pesant colis aux officers de sûreté et ces derniers voyant que Kaidô était exténué lui proposèrent de se reposer dans une chambre de la caserne. Alors que Kaidô s'allongeait pour se reposer quelques heures avant de reprendre sa mission le soleil se levait timidement à l'horizon, la prochaine étape serait Ikebukuro et la frontière nord mais pour l'instant il fallait dormir.


Kaidô quitta la ville après s'être reposé 4 longues heures, son périple le mena à travers le pays du feu, traversant les plaines et surtout les forêts. Il ne fît qu'une courte halte dans une auberge à la nuit tombée puis atteint finalement la frontière nord le lendemain alors que le soleil était presque à son zénith. Ikebukuro était un village isolé au coeur d'une petite vallée rocailleuse, seul une route y menait serpentant à travers les petites forêts de la vallée et les étendues pierreuses. Pas étonnant que ce village soit un repère parfait pour la contrebande, il était tout proche de la frontière mais son accés difficile et son environnement pauvre dissuadait les autorités de s'y intérésser enfin quelques pots de vin devaient bien y aider aussi. Kaidô approchait à couvert des feuillages vers le village, un ensemble d'une cinquantaine de chaumières et un entrepot. Si les informations qu'avait obtenu Kaidô étaient bonnes, le trafiquant se cachait dans ce village et il était escorté par le tueur à gage sans compter que les contrebandiers et mercenaires qui peuplaient l'aglomération ne seraient guère acceuillant avec un ninja de Konoha. Le plan était simple Kaidô devait obtenir un visuel des deux fugitifs et si possible leurs projets de fuites, ensuite il suffirait d'atteindre l'avant poste de sécurité le plus proche et envoyer un faucon à Konoha. Simple en théorie mais infiltrer un village remplis d'hommes en armes et sur leurs gardes n'avait rien de simple, heureusement une ouverture miraculeuse se fit pour le jeune genin. Un samourai mercenaire venait de s'écarter du village pour aller pisser dans un bosquet d'arbres, une occasion en or, Kaidô se glissa silencieusement dans branchages et s'effondra de tout son poid sur l'homme l'assomant au passage. Il gisait à terre inconscient, Kaidô le retourna et analysa les détails de ses vétements, il comptait utiliser un henge no jutsu pour le copier mais la ressemblance devait être parfaite. Ce n'est qu'après une analyse minutieuse de presque 1 quart d'heure que Kaidô passa à l'acte.
Il pénétra le village sous les traits du jeune mercenaire, dans les rues du villages se trouvaient des hommes qui chargeaient des chariots d'autres qui cuvaient leur saké et partout des ronins sabres à la ceinture qui montaient la garde. Kaidô fureta un peu partout à la recherche de ses cibles lorsqu'au détour d'une ruelle il tomba nez à nez avec le fameux tueur, une véritable montagne humaine aux yeux gris et froids, il dévisagea Kaidô impassible, une minute qui sembla durer une éternité puis bousculant Kaidô il continua sa route vers l'une des chaumières. Kaidô fit mine de reprendre sa route puis s'assurant que personne ne l'observait allat se coller contre le mur arrière de la chaumière juste sous une fenêtre. A l'intérieur se trouvait le trafiquant en pleine discussion avec un autre homme, tout les deux étaient attablés autour d'une bouteille de saké et au fond surveillant l'entrée se trouvait le tueur emplissant l'ouverture de toute sa masse.
Les deux hommes discutaient de tout et de rien, parlant du passé puis d'histoires salaces, Kaidô s'afaissa silencieusement sous la fenêtre faisant sembler de cuver son alcool en dormant mais écoutant toujours attentivement les deux voix. Une heure durant ils ne céssèrent de parler de choses inutiles puis finalement arriva le moment qu'espérait Kaidô, le trafiquant interrogea son ami pour savoir quand seraient prises les dispositions pour son départ, visiblement il faudrait une semaine, le temps que soient fait des faux papiers et qu'une caravane quitte le pays du feu.
Lentement Kaidô s'éloigna de la chaumière et une fois qu'il eut atteint l'orée d'un petit bois il reprit son apparence, il avait la confirmation qu'il voulait maintenant il devait prévenit Konoha. Il déplia une carte de la frontière à l'ombre d'un résineux, il y avait un avantage de travailler aux bordures du pays on pouvait trouver des postes de surveillances entretenus par Konoha, le plus proche était à 50 km à l'est, Kaidô pouvait y être en peu de temps. Là bas ils auraient surement des faucons et il pourrait envoyer son rapport à Konoha.
Kaidô se mit en route contournant prudemment le village, il quitta la vallée et longea la zone frontalière, une zone plutôt désolée, rocailleuse et agrémenté de forêts mais difficile d'y implanter des zones agricoles en revanche le gibier semblait grouiller dans les environs. Le genin apperçut de la fumée au loin, une tour de guet avec autour une palissade de bois et dans l'enceinte un petit campement, il s'agissait de l'avant poste tant recherché. La sentinelle une fois qu'elle eut apperçu le bandeau de Kaidô le laissa pénétrer dans le campement, une poignée de ninjas y vivaient pour surveiller cette portion de frontière, il dût montrer ses ordres de missions au commandant du camp pour que ces derniers l'autorisent à utiliser un faucon. Kaidô rédigea son rapport et au fur et à mesure que sa plume volait sur le rouleau laissant des trainées sombres formant elles mêmes des mots il se remémorra son périple, sa traque dans la forêt, son interrogatoire et l'infiltration du village, cette mission avait été riche et il avait dû utiliser ses talents de ninjas, cependant il eut une certaine amertume en repensant au trafiquant et au tueur. Il avait suivi les ordres et s'était contenté de les localiser mais il aurait néanmoins aimé pouvoir les capturer, le bon sens le rappella à l'ordre, après tout pour un genin se lancer à l'assaut d'un village infesté de mercenaires expérimentés était un risque bien trop grand et inutile, un ninja ne vivait pas vieux en écoutant seulement ses envies.
Il referma le rouleau et l'attacha à un faucon, ce dernier s'envola dans l'azur en direction de la feuille. Le soleil ne tarderait pas à se coucher et sa mission était accomplie désormais Kaidô n'avait plus qu'a rentrer à Konoha mais avant ça il allait se payer une longue et salvatrice nuit de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Prison break (C, solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-