N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La fille spirituelle de bob le bricoleur. [PV : Aoni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 146
Rang : B+

Message(#) Sujet: La fille spirituelle de bob le bricoleur. [PV : Aoni] Mar 30 Juin 2015 - 15:01

C'est la première fois depuis ces évènements que je sors de Yuki, ce n'est pas que je n'avais pas envie de rester, mais j'avoue que cela me manque de travailler. Ainsi je mets mes lunettes, une tenue qui montre bien ma profession et suis obligée d'y aller par des moyens plus conventionnels. Si cela ne tenait qu'à moi, j'utiliserais mon dirigeable, mais je ne suis pas sûr que mon escorte soit trop d'accord. Enfin ça c'est ce que je pensais.

J'ai été mandaté pour... Cela aurait était bien de m'assurer de ne rien avoir oublié quand même. Donc : Je dois aider à aux finitions d'un temple dédié à l'apprentissage et améliorer ses infrastructures. Génial, en plus ça ne concerne pas d'arme plus où moins directement c'est parfais.

"Sauf votre respect mesdames ? Comment allons-nous transporter du matériel et rejoindre la destination ?"

S'en suivit une discussion avec mes deux sentinelles... Heureusement que j'ai pensée à leur demander, au moins je sais que je vais pouvoir utiliser mon engin volant maintenant sous réserve de le modifier assez pour qu'il ne soit pas identifiable comme étant celui que j'utilisais a Suna ce qui est bien évidement déjà fais. Ainsi on embarque du matériel plus ou moins gracieusement fourni, un tas de papier et d'encre pour pouvoir travailler sur place et surtout des outils où de quoi en monter.

Finalement, nous nous dirigeons donc vers le pays de la Cascade, je sens l'anxiété de mes deux accompagnatrices une fois au-dessus du niveau du sol et je vois même du coin de l'œil une des deux prendre un médicament pour combattre le mal de l’air. Enfin soit quand j'arrive le ciel est beau le ciel est... Non en fait c'est une purée de pois avec une pluie à tremper jusqu'aux os. Mais l'avantage, c'est que l'on a de quoi nous protéger de ça puisque le véhicule est fermé.

On se pose donc à l'extérieur du temple, même encore plus loin puisqu'il y a des champs autour. Une des deux gardiennes se propose d'aller prévenir les gens du temple pour qu'ils viennent nous récupérer. Dehors, c'est une pluie diluvienne, j'éternue un coup alors que je porte un vêtement chaud et une capuche tout en étant encore protégée. Ils arrivent finalement au bout d'un certain temps, entre-temps on a tout mis dans des sceaux pour protéger de la pluie et une fois qu'ils confirment notre escorte je sors pour rentrer le dirigeable lui-même dans son sceau.

La saucé empêche toute conversation cohérente et intelligible, j'imagine que les présentations attendront d'être rentrées dans le temple même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille spirituelle de bob le bricoleur. [PV : Aoni] Mar 30 Juin 2015 - 22:06


Un véritable déluge. J’avais oublié à quel point le ciel pouvait être source d’amusement, car loin d’être dérangée, bien au contraire, comme une enfant je me laissais trempée de bon cœur par les rideaux de pluie battante après qu’on soit venu frapper à la porte du temple. Des larbins visiblement, ils parlaient de matériels… D’amélioration… Et de je ne savais trop encore. Mon regard perplexe se plantait un instant vers le ciel, histoire de chercher une source d’inspiration qui éclairerait ma lanterne… Si ce n’était pas moi… C’était cette grosse nouille de tête de laitue ! Faire des trucs comme ça, sans me prévenir ! Il allait morfler ! Mais l’idée s’amortissait bien vite en constatant de loin un étrange engin, mes yeux clignaient et ce n’était pas la pluie qui les gênait…

-Bah voyons…

Un intérêt certain pour la machine se montrait, mais il fallait s’armer de patience en observant la nouvelle troupe s’approchait, puis entrer dans l’enceinte du temple. Amusée en essorant mes cheveux, il fallait dire que si je jouais dehors, c’était parce que je n’attendais personne… Il ne restait plus qu’à saluer ce joli monde qui jusque-là avait semblé me laisser parler dans le vide… Bien à l’abri dans leur bulle. Un long soupir en secouant la tête. On recommençait.

-Ohayo et bienvenue à Ao’, je suis Aoni la gérante du lieu, si vous pouviez éclairer ma lanterne qu’à votre identité, je saurais mieux replacer dans mon esprit le comment et le pourquoi je dois vous accueillir ici.

On me demandait où entreposer le matériel et le sous-sol me paraissait pour le moment comme la meilleure des idées… Les présentations faites et les plus gros des détails vus, il ne restait alors que les petites lignes à régler. Pas si petite que ça en fait.

-D’ici une heure, je vous aurais assigné vos appartements, ce ne sera pas très compliqué, mais vu la masse de matériel –et le profil, mais on se gardait de le dire-, je suppose qu’il va falloir un lieu spécifique pour travailler…. Des revendications particulières ?

C’était mon travail après tout de satisfaire ces dernières non ? Et tandis que nous arrivons à mon bureau pour les formalités, j’enfilais une nouvelle blouse sèche après avoir nouée mes cheveux en boule tout en guettant notre nouvelle arrivée… aux cheveux verts… Double têtes de laitues… Un ricanement incontrôlable, Van allait se sentir moins seul. Il était difficile alors de garder son sérieux. Pourtant il fallait y revenir.

-Bon, visiblement, vous êtes là sous la gouverne du Gouverneur, avez déjà pris connaissance des chartes du lieu et son règlement ou un topo s’impose ? Autre point, l’escorte va rester aussi ? Et enfin le plus important quels sont vos aspirations en venant travailler ici ?

Que l’empire mette son nez chez moi était loin de me ravir.

-Quel rôle comptez-vous jouer, simplement celui de l’ouvrier ? Je pourrais épicer ce dernier vous savez…

D’un geste de la main je faisais décaler tout ce beau monde pour tirer le tapis qui accueillait alors leurs pieds, sous ce dernier se dévoilait une épaisse vitre en verre donnant sur une immense salle dont les parois formaient des paliers.

-Je vous présente l’arène… Pour l’heure, elle ne ressemble encore à rien. Je l’accorde.

Un sourire de carnassier s’étirait, à bon entendeur…

-Un terrain de jeu qui demande à être investi. Comme d’autres à l’extérieur en fait… Mais là le temps semble avoir décidé pour nous où se placerait la priorité. Des questions ?

J'étais toutes ouïes !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Heishi
Messages : 146
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille spirituelle de bob le bricoleur. [PV : Aoni] Mer 1 Juil 2015 - 0:59

La maîtresse des lieux se présente. Mes deux accompagnatrices restent de marbre. Ah non elles recommencent. Bon je sais qu'elles sont ici pour assurer ma sécurité et s'assurer que si je suis reconnue je sois proprement tué et mon corps détruit pour ne pas laisser d'indices. Mais quand même elles pourraient faire un effort et parler aux autres de temps en temps. Même moi j'y arrive quand même ! Enfin soit, je fais un salut décliné en une révérence à trente degrés exactement. Plus cela serait un abus de politesse, moins serait un affront pour la maîtresse des lieux.

"Je suis Saibogu Tenmei. Je suis chargé de rendre réalisable vos projets architecturaux ou mécaniques ainsi que de l'amélioration des conditions de vie des personnes présentes dans votre établissement."

Je fais un petit sourire à notre hôte, pas que je ne puisse pas plus sourire, mais c'est encore une histoire de respect. J'ai un grand sac rempli de rouleau et nous sommes proprement trempés quand même. Mais je ne fais aucun commentaire le dessus, nous aurons tout le temps de nous changer et nous sécher après. On en vient par la suite à un point qui serait important avec des amateurs, mais qui est dérisoire pour une vraie Saibogu. L'espace de travail. Honnêtement, tout ce dont j'ai besoin c'est de :

"J'ai juste besoin d'un peu d'espace pour sortir mon matériel. Sinon je n'ai besoin de rien d'autre, un bureau, une chambre ou même un simple local suffiront ne vous gênez pas pour moi. Dans le pire des cas, je pourrais même travailler dans mon dirigeable si vous cela pose problème."

Je me permets juste un instant un grand sourire pour sortir comme le ferait un commercial dans une grande chaîne.

"C'est à l'artisan de s'adapter aux conditions de travail et non l'inverse."

Waow c'est tellement cliché que ça en est presque risible, je viens même de réajuster mes lunettes comme le ferait une geek c'est d'un navrant. Mais c'est la personnalité que je me suis créée avec cette nouvelle identité je dois m'y tenir. C'est donc une laitue trempée jusqu'à la moelle qui la suis avec son escorte dans le même état et mettant de l'eau partout. les employés chargés du ménage ne seront pas ravis, en même temps les travaux feront encore plus de saleté c'est certain.

Elle me demande si je connais la charte : Ce n'est pas le genre de question à poser à une saibogu, je lui répète celle-ci à la lettre près sans même hésiter une seconde. Si je ne connais pas la loi ou les règles d'un lieu, alors cela serait problématique n'est-ce pas ? Pour la suite.

"L'escorte doit rester, mais elles sont très discrètes... Peut-être trop. D'ailleurs elle dormiront dans la même chambre que moi à tour de rôle question de sécurité. Ne vous inquiéter pas je remettrai tout en place une fois que je partirai."

Sous-entendus, je vais leur mettre un lit en plus ou deux et bouger un peu l'état des lieux. Toute manière dans un temple je ne m'attends pas a autre chose qu'une série de petites chambres avec un lit et un meuble au grand maximum. Et pour la dernière question, j'en ai déjà envie de me claquer le visage d'avance dans un grand facepalm tellement c’était prévisible, mais je dois le faire.

"La satisfaction de mes clients est bien évidemment ma raison d'être."

Oh pitié ! Pourquoi j'ai fait ce genre de mentalité à ma nouvelle vie, même moi qui ne récent que peu ou pas les sentiments, j'en tire une honte des plus profondes et intense. Enfin soit, je ne peux pas rajouter grand-chose et même si je ne montre rien, merci ma particularité... Intérieurement je suis consternée par moi-même.

"Simplement, ouvrière effectivement."

Par contre elle parle d'épice la situation, est-ce que je suis vraiment obligée de jouer la cruche jusqu'au bout ? Oui ? Tans pis... Donc je rougis un peu en m’étant une main devant la bouche comme si j'avais mal compris, génial... Oui forcement, vu qu'avant j'étais... Donc je me suis dit que maintenant je devrais... Enfin... Bon là, je rougis encore plus fort, mais pas pour les raisons qu'elle pense, quoi que peut-être que si. Non pas du tout en fait.

Enfin soit, l'arène se présente et effectivement elle ne ressemble pas à grand-chose. Bon, si on veut faire cela a l'ancienne et avec l'impression d'avoir raté le dernier millénaire c'est tout à fait l'esprit. Mais sérieusement, est-ce que c'est suffisant ? Non ! Donc puisqu'on me demande les questions.

"Si possible, j'aimerais consulter les plans d'origines, mais j'imagine que je n'y aurais pas accès pour des raisons évidentes de sécurités. À quel point, je peux toucher ou non aux fondations ? Une restriction de matériel particulière comme la non-utilisation de matériaux trop moderne ?"

Maintenant que j'y pense, il me semble qu'il y a une grande cascade au niveau de l'entrer, cela sera parfait pour camoufler des roues à aubes pour générer de l'énergie pour toute une série de bonnes choses. Ils ont quand même le droit à tout le confort que la technologie Saibogu peu leur apporter non ?

"Les cascades à l'extérieur seront parfaites pour vous apporter discrètement une autonomie énergétique si vous le souhaitez. Je ne peux pas vous forcer à accepter certaines modernisations, mais si c'est le cas je vous jure que je m'efforcerai de vous apporter tout mon savoir-faire dans l'unique but de réaliser tous vos désirs et vous rendre la vie la plus agréable possible."

À ce moment-là, je me contrôle moins que d'habitude, la raison ? Je réfléchis en même temps, donc elle a dû voir que j'avais des étoiles pleins les yeux a l'idée de mettre des machineries un peu partout, mais surtout d'avoir ENFIN la foutue occasion de servir à aider les gens. Je peux enfin utiliser mon savoir pour le bien-être, pas pour créer des armes ou assimiler que c'est bon ! Pour des raisons évidentes de compréhension, je ne vais pas décrire en détail la suite. Mais imaginez une suite plus ou moins logique d'explication a grand coup d'onomatopée du genre : "boom ! Schling ! et la ça s'ouvre comme ça tadam !" et de geste grandiloquent pour appuyer le tout. Une fois cette suite de monologues presque sans fin fini, je me rends compte que je suis juste devant la maîtresse des lieux, avec un air de gamine dans un magasin de friandise et lui tiens les mains... Je les lui lâche doucement en déglutissant et fait un pas en arrière en espérant survivre a l'instant qui va suivre avec un petit "Oups" comme seul son audible a ce moment-là. Ah et si ça intéresse quelqu'un, on est encore trempées toutes les trois, juste comme ça heins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La fille spirituelle de bob le bricoleur. [PV : Aoni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni :: Temple Ao'-