N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Groupe#2 : Les oisillons (Rang B)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Mar 30 Juin 2015 - 15:12


LES OISILLONS (B)

CONTEXTE
    Citation :
    On raconte qu’à Nami no Kuni, le Daimyo prend de l'argent au peuple afin de s'en mettre plein les poches, malgré le seuil de pauvreté extrême du pays. Votre mission est de vous glisser dans la foule afin de confirmer ou pas ces rumeurs et de connaitre le ressenti du peuple envers son dirigeant. On vous demande de faire une analyse approximative du nombre de sans-abris n'ayant pas d'endroit pour les accueillir sur l'île centrale de Nami no Kuni (celle qui est réputée pour être la plus riche, de par sa proximité avec le palais).

    Attention : personne ne doit se rendre compte que vous êtes des Konohajins, sous peine de déclencher un incident politique prématuré. Vous devez être aussi discrets qu’efficaces afin de ramener des informations fiables.

    Vous venez d'arriver sur l'île centrale du pays. Une chose vous interpelle tout de suite : l’île, qui est réputée pour être la plus riche, ressemble à un petit village pauvre plutôt qu’à une grande ville riche. Mais vous arrivez néanmoins à apercevoir le palais du Daimyo qui, lui, est absolument somptueux. À votre arrivée, un enfant d'une extrême maigreur vient vous tirer la manche, avec un air affamé, et affirme ne rien avoir mangé depuis des jours.

    Qu'allez-vous faire ? Et comment comptez-vous obtenir la sympathie de personnes susceptibles de vous informer ?


SUITE DE :

RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois 12h supplémentaires (le Maître du Jeu ne viendra pas poster cela dit). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe (et perdrez donc les points accumulés).
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il contacte Aburame Mizuki.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

PARTICIPANTS ET ORDRE
    Chef : Gekei Senwashi
    Subordonné : Hayashi Kihran
    Narrateur


Dernière édition par Chroniqueur le Jeu 2 Juil 2015 - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Jeu 2 Juil 2015 - 11:55

@Gekei Senwashi a, à sa demande, un délai de 24H pour poster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 661
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Jeu 2 Juil 2015 - 23:09

Lorsque je quittai le bureau de l'Hokage, je me dirigeais immédiatement vers aux portes du village, où nos coéquipiers respectifs était supposés tous nous attendre. J'avais donc filer comme une flèches vers lesdites portes, espérant ne pas être le premier sur place. Je me demandai en chemin ce à quoi pouvait bien ressembler mon coéquipiers. Hayashi Kihran était son nom, donc évidemment il manipule soit le Mokuton ou le Hana. Je dis évidemment, mais apprement il y aurait une autre des recrues Genin qui, malgré le fait qu'il porte le nom des Hayashi, il manipulerait les insctes des Aburame. Je ne pouvais que déduire qu'il s'agissait d'une union des deux clans, sinon je ne vois pas comment cela pouvait être possible. Je me perdu un peu dans mes pensée et ne vis même pas le village en dessous de moi et j'étais déjà arrivé aux portes. Je vis quatre shinobis qui attendaient aux portes : l'une avec des cheveux rose et un foulard autour du cou. Celui-ci me disait vaguement quelque chose. Il s'était chargé d’accueillir Miyamoto-chan lors de son arrivé, voilà où je l'avais vu. Il y avait un autre avec de longs cheveux gris pâle avec de nombreuses cicatrices, un autre avait lui aussi des cheveux longs, mais roux et non pas gris. Il y avait finalement un jeune shinobi aux cheveux bleu, coupé court, avec un étrange symbole sur l'oeil droit. Lorsque je me posai devant le quatuor de Genin, tout les yeux se rivèrent sur moi.

- Hayashi Kihran, lançai-je au groupe. Le shinobi aux cheveux roux s'avança et me salua. Gekei Senwashi, je serai votre chef de mission. Je vous brieferai en chemin, direction Nami no Kuni.

Celui-ci accepta d'un hochement de tête puis nous partîmes à la course tous les deux. Nous parcourûmes quelques kilomètres avant de finalement le mettre au courant de la mission.

- Donc comme je l'ai mentionné tout à l'heure, nous nous dirigeons vers Nami non Kuni pour une mission d'infiltration. Notre mission est relativement simple : enquêter sur l'état financier du pays, principalement sur l'île centrale. Apparemment, le Daimyo dudit pays empocherait l'argent du peuple dans ses poches, vivant dans le luxe alors que la population mourrait de faim. Nous sommes envoyés pour confirmer ces allégations et par le fait même prendre le pouls de la population face à cela. L'Hokage veut aussi un compte rendu sur le nombre de sans-abris sur ladite île.

Je m'arrêtai là, question de lui laisser le temps de un d’enregistrer les informations et de deux, lui laisser le temps de poser les questions qu'ils pouvaient avoir jusqu'à maintenant. Je savais qu'il était Genin, alors il ne devait probablement pas être familier avec ce type d'opération, quoi que je ne connais aucunement son parcours. Ne pouvant pas quitter le pays seul, j'avais déduis qu'il aurait probablement des questions par rapport à cela. Après avoir répondu à ces interrogation, je pu poursuivre mon briefing.

- Je ne crois pas avoir besoin de le dire, mais je préfère toujours prévoyant. Il s'agit d'une mission d'infiltration, il va donc de soit que nous devons en aucun cas nous faire repérer et en aucun cas peuvent-ils faire de liens entre nous et Konoha. Compris?

je disais ça, mais je n'étais pas expert de la subtilité non plus avec une immense paire d'ailes dans le dos. Mon affiliation au clan Gekei est facile à faire pour n'importe qui du monde shinobi, mais mon affiliation à la Feuille était quant à elle moins évidente à faire, si je dissimulais préalablement mon bandeau ninja bien sûr. J'attendis la réponse de mon coéquipier pour approuver d'un hochement de tête positif.

Pendant les deux jours que le voyage nous pris, nous eûmes amplement le temps de mettre au plan une stratégie, car il était évident que nous n'entrions pas simplement dans le village, si nous pouvions le qualifier de tel, pour y mener notre petite enquête. Nous avions chacun proposé nos idées, mais il fallut plusieurs essaies de chaque part avant de finalement trouver le plan idéal. En utilisant la technique de transformation, nous prendrions chacun l'apparence d'un duo de touristes emballer par l'idée d'entrer dans l'un des pays les plus riches du monde, espérant y trouver l'Eldorado, ou alors une ville casino, des trucs de richesse inimaginable quoi. Nous devions êtres convainquant, c'était là qu'était le plaisir apparemment. Nous arrivâmes donc aux portes de la ville principale de l'île, sous l,apparence de deux touristes. On nous ouvrit la porte aussitôt nos intentions de vacanciers déclaré et nous entrâmes donc dans un des villages les plus pathétique que j'avais vu. Je marchai, Hayashi-sans sur les talons, dans les rues pendant quelques instants à peine avant d'être frappé par l'exubérance qu'avait le Palais du Daimyo, d'un blanc éclatant et d'un or étincelant. Je fus alors tiré de ma fixation par quelqu'un qui tirait sur ma manche de chemise. Lorsque je posai les yeux sur lui, je vis une petit enfant tout maigre, presque squelettique, qui venait nous quémander de la nourriture. Je me retournai aussitôt vers le Hayashi, échangeant un regard qui voulu tout dire. Il devait être tout aussi désolé que je l'étais de l'état de la ville et ne pouvait pas refuser à ce petit garçon la nourriture qu'il demandait.


- Kazu-kun, est-ce qu'il nous restait des provisions? Dis-moi que oui!, lui demandai-je d'une voie propre au personnage que je jouais, Tsugiharu Mihashi, car il s'agissait bien là d'une performance, quoi que mes intentions, elles, était tout à fait authentique.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 1087
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Ven 3 Juil 2015 - 10:47

L’atmosphère était tendue. La convocation leur ordonnait d’attendre aux portes de la ville. Leurs supérieurs responsables devraient alors venir les chercher une fois qu’ils auraient récupérés les détails de leur mission. Malgré le fait que Kihran connaissait chaque Genin présent avec lui aux portes, il restait incroyablement silencieux. Il faut dire qu’il ressentait une certaine tension. Pourquoi ? Et bien, cette mission avait tout l’air d’être importante et donc délicate. Sans doute serait-ce une première du genre pour le rouquin.

L’Hayashi fut vite tiré de ses pensées lorsqu’un homme vint se poser, oui se poser, vers eux. Ses yeux se glissèrent sur lui, pour le détailler. Les battements de son cœur s’accélèrent légèrement alors qu’il attendait que ce dernier parle. Était-ce pour lui ? Ou pour quelqu’un d’autre ? La sentence ne mit pas long à tomber. Cet homme, inconnu, était bien là pour lui et donc son nouveau coéquipier et chef pour cette mission. Lorsqu’il prononça son nom, le rouquin était mélangé par un sentiment d’excitation et d’inquiétude. D’un certain côté, il avait hâte de connaître les détails de la mission et pouvoir aider son village, de l’autre… il avait parfaitement conscience qu’ils auraient des risques.

Hochant simplement la tête, le rouquin se mit ensuite en route en compagnie de ce dénommé Gekei Senwashi en direction de Nami no Kuni. Pour être franc, Kihran ne connaissant pas du tout cet endroit, il en avait brièvement entendu parler, sans plus. A y repenser, cela allait être la première fois qu’il quitterait le territoire. Mais, Kihran n’avait pas le temps de se montrer hésitant, devant se concentrer sur la mission, à commencer par comprendre et retenir les détails de la mission que son chef lui communiquait.

Une mission d’infiltration donc. Comme venait de le dire Senwashi, le principe de la mission était assez simple. Restait à espérer qu’ils ne rencontrent aucune complication. Il n’avait cependant jamais entendu parler de cette facette du pays… Les yeux verts de l’Hayashi se posèrent sur son supérieur, quelques questions en tête. Notamment de savoir comment et pourquoi Konoha, Miko, s’intéressait à ce pays. Néanmoins, Kihran préféra garder ses questions pour lui et se contenter de signaler qu’il avait bien compris ses instructions.

Arrivés sur place, ce que virent les yeux du rouquin lui glaça le sang. Il n’avait jamais vu une misère pareille. Et puis, un tel contraste… entre le village et le pays étincelant. Ses sourcils se froncèrent et ses poings se serrèrent alors qu’il contenait la colère qui s’emparait du lui. Très vite, son attention fut tirée par le petit qui s’était mis à s’agripper à Senwashi. Il n’y avait tout simplement pas de mot… Aux paroles de son chef, l’Hayashi posa son sac-à-dos sur le sol pour ensuite rechercher de la nourriture. Il ne restait plus chose, mais il n’aurait aucun regret à l’offrir à ce petit. Ainsi, il décrocha un sourire chaleureux au jeune enfant avant de lui tendre un pain à la viande qu’ils avaient pu acheter durant le voyage.

    « - Tiens, régale-toi. »


Chose faite, il se releva et reprit son sac avant de détailler un peu plus les alentours.

Hasegawa Kazuki était son nom durant cette mission. Il était censé être un touriste à la quête de l’Eldorado…. On peut dire que ce n’était pas ce qu’il venait de trouver. Il regarda Senwashi puis prit la parole à son tour.

    « - Haru-kun, allons trouver un endroit où dormir cette nuit. »


Une fois installé, il pourrait ensuite plus facilement s’approcher et discuter avec les villageois. Cela dit, il s’approcha lentement d’une dame avant de sourire amicalement.

    « - Bonjour, pourriez-vous nous aider ? Nous recherchons un endroit où dormir cette nuit… »


Sans doute, il était maladroit de la part d’un étranger, touriste de demander cela à une simple dame dans ce village misérable. Mais là était également son rôle. Et puis, peut-être serait-ce une première occasion de communiquer avec une habitante… Dans tous les cas, se serait aussi le moyen de connaître leur comportement envers les étrangers.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 661
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Lun 6 Juil 2015 - 3:04

Lorsque nous entrâmes dans le villages, ce que nous vîmes nous désola autant Hayashi-san que moi-même. On m’avait brièvement expliqué la situation du pays, mais je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi drastique que cela. Je senti mon coéquipier se crisper, et avec raison, mais il sut garder son sang -froid. Mon attention fut alors attiré pas un jeune enfant qui demandait à manger, ajoutant qu’il n’avait pas mangé depuis des jours. N’hésitant pas une seconde, je me tournai vers mon coéquipier, déguiser à merveille en touriste, et lui demandai le restant de nos rations pour l’en lui donner. Celui-ci déposa aussitôt son sac à dos puis, après quelques instants de fouilles, il en sortit un petit pain à la viande et le l’offrit au petit. Je pu voir les yeux du petit garçon s’agrandir alors qu’il ôtait littéralement le pain de viande des mains du Hayashi. Il lui offrit un grande sourire, ce à quoi le jeune enfant de répondit pas. Il était tellement dans la misère qu’il ne pouvait même pas se résoudre à sourire. Je m’approchai du rouquin alors qu’il remettait son sac sur son dos puis, d’un commun accord, nous nous dirigeâmes tranquillement vers une auberge. À peine quelques pas de fait qu’Hayashi-san accostait déjà une vielle dame pour lui demander où trouver un endroit pour dormir. M’étant approché à mon tour, je pouvais voir la réticence de la dame. Puis elle se décida enfin à parler, ayant probablement jugé que nous passion le test.

- Vous trouvrez pâs çâ icitte. Icitte cé la bâsse-vile. Vote chambre, cé en haute-vile que vous allez trouver çâ.

- Et où se trouve la haute-ville, madame?

Je reçu à mon tour un regard de la vieille dame, qui semblait m’analysé de la tête au pied en baissant le regards puis en le relevant à nouveau sur moi. Après un tic de la langue, elle me répondit.

- Cé parre lâ, nous dite-elle en nous pointant le palais du doigt.

Bien sûr, quelle question idiote. Je n’avais qu’à me diriger vers le Palais pour tomber inévitablement sur la haute-ville. Nous remerciâmes la vieille dame puis nous poursuivîmes notre chemin, en direction du Palais. Nous parlâmes de tout et de rien, comme tout bon touriste, mais mon esprit était occupé à bien plus que cela. Malgré la conversation légère que nous avions, j’étais à l’affût de tout ce qui croisait mon chemin. Mon regard avait à peine le temps de se poser sur quoi que ce soit. Je voyais partout dans la basse-ville des gens couché sur le sol, ou encore sur des boites de cartons, avec de vieux vêtement sales et troués. C’était vraiment attristant de voir un tel spectacle. Ce Daimyo était vraiment une pourriture de laisser ses citoyens vivre ainsi. Je savais bien que notre mission était de simplement venir observer et de rapporter un compte rendu et non pas d’intervenir, mais ce n’était pas l’envie qui manquait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 1087
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Lun 6 Juil 2015 - 21:25

Comme on pouvait s’y attendre, les habitants semblaient plutôt hostils envers les étrangers. Chose qui n’allait pas arranger leurs affaires. M’enfin, au moins, celle-ci avait bien voulu leur répondre, ils n’étaient donc pas fermer à toute communication. Et oui, au point où en était ce village, voir un habitant les ignorer ou s’enfuir à leur approche ne le surprendrait pas plus que cela. Obtenir des informations de la part de ces habitants ne seraient pas de tout repos… quoique peut-être ne les invitant à exprimer leur ressenti… M’enfin, il n’était pas encore l’heure pour cela. Ils allaient devoir s’installer et parler de leurs prochaines manœuvres en privé.

Les yeux verts de l’Hayashi se posèrent un instant sur son supérieur. Il se demandait ce que ce dernier avait en tête. Sans doute qu’il devait être consterné, tout comme lui, de la situation. Le contraire serait choquant. Les deux hommes commencèrent donc à se diriger vers la « haute-ville ». Sur le chemin, la conversation était légère et futile malgré la situation. C’est que les touristes n’ont pas pour habitude de se prendre trop la tête, enfin… C’est que dans tous les cas, il ne valait sans doute mieux ne pas critiquer l’endroit publiquement.

Sur la route, Kihran observait un peu plus le décor. Il n’arrivait pas à s’y habituer, qui le pourrait ? Plus ils avançaient plus il voyait des choses qui le surprenait, dans le mauvais sens du terme. Pour le coup, il se demandait à quoi pouvait bien ressembler les dirigeants de ce pays et aussi la haute-ville. Rien que d’imaginer tous ces riches vivres dans le luxe juste à côté pendant que tous ces pauvres gens souffrent de la misère le dégoutait au plus haut point.

    « - Je me demande à quoi ressemble cette haute-ville ! Hein, Haru-kun ? »


Fit-il d’une voix enjouée tout en regardant son coéquipier. Ils n'allaient plus tarder à y arriver d'ailleurs, le palais semblait de plus en plus imposant et de plus en plus beau.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Sam 11 Juil 2015 - 16:11

Vous remarquez qu'un homme, qui semble être un soldat, entre dans un bar a côté de votre position, une grande liste à la main. Vous notez aussi la présence d'un homme qui semble être un comptable. Quelques secondes après, des cris se firent entendre, additionnés de bruits de tables qu'on retourne et de verre brisé. A côté de vous, les passants ne semblent pas étonnés, et évoquent une nouvelle augmentation de taxe sur les bars et les restaurants...

Qu'allez-vous faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 661
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Dim 12 Juil 2015 - 4:00

Nous remerciâmes la vieille dame pour ses indications puis nous remontâmes ce qui semblait être un chemin principal, montant pour l’instant assez tranquillement mais nous pouvions voir le Palais surplomber la ville. Je marchais donc en compagnie du Hayashi, promenant chacun notre regard sur un côté de la rue. L’Hayashi me sortit de ma concentration en me demandant ce à quoi pouvait bien ressembler cette haute-ville avec la voix enjoué d’un touriste en vacance.

- J’ai bien hâte moi aussi. Avec toute cette route, j’ai les pieds en compote!

Je ne faisais que joué la comédie, solidifier notre couverture. Je n’avais pas du tout hâte de voir cette haute-ville. Une scène à quelques pas de moi attira soudainement mon attention, entendant la foule huer de plus en plus fort. Je vis quelqu’un marché parmi la foule, celle-ci se séparant à son arrivé pour se refermer derrière lui. Il était grand avec des épaules larges, portant ce qui ressemblait à une sorte d’armure d’apparat. Derrière-lui, un homme d’environ une quarantaine d’années, habillé lui aussi de vêtements d’apparat, le suivait littéralement sur les talons. Des gens de la haute-ville, à en juger par leurs vêtements. J’aurais pariés pour un noble et son escorte, mais la liste que tenait le baraqué me disait autres choses. Je les regardai donc entré tous les deux dans ce qui s’avérait être un bar, le baraqué ouvrant le chemin. À peine quelques secondes plus tard, les voix commençaient déjà à hausser à l’intérieur du bar et le fracas de verre et de meuble renverser s’ajoutèrent au vacarme. Je posai un regard interrogateur à mon coéquipier, qui avait probablement tous vu lui aussi, me demandant de quoi il pouvait bien s’agir.

J’eu rapidement réponses à mes questions. Il ne suffisait que de tendre l’oreille. Alors que le grabuge continuait dans le bar, pas un seul villageois ne réagit, continuant chacun leur route comme si de rien n’était. Les gens autour semblaient unanimes face à cette altercation : une hausse de taxe. À les entendre parler, ce n’était pas la première fois. Le Daimyo imposait de plus en plus les restaurants et les bars, les seuls établissements de la basse-ville qui devait générer un minimum de profit. Je décidai d’en accoster un qui passait pour lui poser une question ou deux.


- Wow, ça n’a pas l’air jojo là-dedans, dis-je dans une tentative de brisée la glace. Dîtes, ça arrive souvent?

Le villageois me dévisagea quelques instants, se demandant probablement qui j’étais pour lui parler ainsi. Il dû déduire que je n’étais pas d’ici, n’ayant ni le linge abîmé des basse-villiens ni les vêtements haute-gamme des haute-villiens. Il me répondit alors d’un simple hochement de tête, puis poursuivi son chemin. Je m’en doutais déjà de toute façon, mais maintenant je pouvais le confirmer. Je m’approchai alors de Hayashi-san puis lui chuchotai à voix-basse.

- Attendons un peu qu’ils s’en aillent. Nous irons voir le barman une fois les agents de la haute-ville partis.

En théorie, ça semblait plutôt simple, mais ce n’était que très rarement aussi facile que nous l’espérons. Il fallait espérer que le barman soit un minimum coopératif. Si ce n’était pas lui, nous pourrions sans aucun doute trouver un villageois à qui payer deux ou trois verre afin de lui dénouer la langue un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 1087
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Dim 12 Juil 2015 - 13:02

Alors qu’ils continuaient leur route, de l’agitation dans un bar attira leur attention. Apparemment, une hausse des taxes venaient d’être annoncé. Le plus surprenait n’était pas le mauvais traitement que subissait ce pauvre bar, mais le manque de réaction des villageois. On pouvait ne déduire que ce n’était de loin pas la première fois que la chose se produisait. Kihran serra les dents, plus il en apprenait plus cela l’irritait. Il fallait néanmoins se contenir et ne pas attirer l’attention sur eux. Mais honnêtement l’envie d’aller frapper ces gens de la haute de manquait pas…

Il observa son supérieur parler à un villageois avant d’écouter ses ordres. Attendre qu’ils partent ? Le rouquin était d’accord. Ces gens semblaient avoir également le sang chaud, se retrouver mêler à eux ne causeraient que des problèmes. Néanmoins, ce n’était peut-être pas une bonne idée de rester planter là à ne rien faire en attendant. Ainsi, Kihran chercha une distraction. Il balaya la ruelle du regard avant d’avoir sa petite idée. Il déposa alors son sac à dos au sol avant d’y sortir un appareil photo, accessoire indispensable à tout touriste, non ? On pouvait d’ailleurs noté, que les deux shinobis avaient déjà préalablement fait des photos « souvenirs » durant leur voyage, afin de rendre la chose plus réaliste.

    « - Tu me gardes mon sac ? »


Fit Kihran en souriant avant de s’éloigner légèrement pour aller accoster deux jeunes filles. Elles étaient pauvres tout comme la plupart des habitants mais très jolies ! Un touriste ne pouvait pas raté cette occasion. Ainsi, à coup de compliment et en leur forçant un peu la main, Kihran réussit à les convaincre de prendre une photo avec lui. Vu de l’extérieur, on ne voyait qu’un touriste un peu culoté en train de faire un selfie avec deux habitantes, cependant, l’Hayashi avait autre chose en tête. Il s’était placé de manière à ce que les représentants de la haute-ville se retrouve à l’arrière-plan d’une des prises des photos. Chose faite, il remercia les femmes avant de rejoindre son supérieur grand sourire aux lèvres.

    « - Héhé, de belles cendrillons, non ? »


Il fit mine de lui montrer les photos avec une certaine fierté masculine. Sur un des clichés, les visages des représentants étaient visibles et reconnaissables. Cette photo pourrait toujours être utile à l’avenir pour identifier ou récolter des informations complémentaires. Il finit par ranger son appareil soigneusement dans son sac avant de s’étirer.

    « - On va boire un coup ? »


Finit-il par proposer, pensant que les représentants étaient désormais assez éloignés pour qu’ils puissent entrer dans le bar. Ainsi donc, les deux shinobis allèrent à l’intérieur, constater les dégâts, et on l’espère, trouver des informations. Dur de ne pas voir qu’une visite nuisible venait d’avoir lieu… et puis l’accueil n’était pas très chaleureuse… Kihran se frotta alors la tête tout en détaillant le bar.

    « - Bonjour… ? Euhm.. Que s’est-il passé ? »










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Ven 17 Juil 2015 - 19:07

Lorsque vous rentrez dans le bar, quelque chose vous choque : trois tables ont été retournées et une multitude de bouts de verre jonche le sol. Le barman vous lance un regard froid et vous demande si vous êtes des touristes, vous précisant que si oui, vous feriez mieux de partir car il n'y a plus rien d'attractif à voir à Nami, et qu'à ce rythme-là tous les commerces couleront sous peu.

Vous remarquez aussi qu’une femme enceinte ravale ses sanglots, probablement la femme du patron. Que faites-vous? Comptez-vous attirer la sympathie du barman afin d'avoir plus d'information? À vous de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 661
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Sam 18 Juil 2015 - 3:36

L’Hayashi acquiesça d’un hochement de tête, approuvant le démarche à suivre. J pus toutefois voir dans ses yeux une lueur espiègle. J’hésitai longuement avant de finalement lâcher le morceau. Il s’agissait probablement de sa première mission hors du village et il avait besoin de direction, mais quelque chose me disais que ce jeune homme avait le bon genre d’initiative. Il n’avait pas l’air du genre trouble-fait, même au contraire avec son visage fin, son teint légèrement pâle typique des rouquins. Il prit justement la parole, me demandant de bien vouloir garder son sac.

- Bien sûr. Mais où t’en vas-tu comme ça Kazuki!?, lui demandai-je de ma voix de touriste.

J’avais toutefois posé ma question à son dos, aillant déjà détaler aussitôt ma réponse sortit de ma bouche. Je le regardai donc se diriger vers deux jeunes filles avec qui il engagea aussitôt la conversation. D’où j’étais, la conversation avait l’air plutôt unilatérale, mais les jeune filles se dégênèrent et finirent par sourire au Hayashi. Il alla même jusqu’à prendre une photo en compagnie de celles-ci, portant son appareille photo à bout de bras. Il porta une attention particulière à sa position lors de la photo, ce que je trouvai un peu étrange. Je tournai donc la tête et dirigeai mon regard plus loin derrière lui pour justement voir les deux agents de la haute-ville se diriger vers ladite haute-ville. Il avait réagi rapidement sur ce coup-là, très bien pensé. Il revint alors vers moi avec un large sourire fendu jusqu’aux oreilles. Ayant probablement vu les agents s’en aller, Hayashi-san, ou plutôt Kazuki-kun, me demanda si j’étais partant une virée au bar. Je lui entourai l’épaule, passant mon bras par-dessus sa tête, puis lui fit une accolade amicale.


- Mais quelle question!

Nous nous dirigeâmes donc vers le bar en question, qui se trouvait aussi à être notre première éventuelle piste. Nous montâmes les quelques marches qui menait à une petite terrasse avec des tables. Nous nous dirigeâmes vers la porte d’entrée qui était resté entre ouverte derrière les deux meneurs de mauvaises nouvelles. Je pris les devants et poussai la porte pour entrer dans l’établissement, l’Hayashi sur les talons. La place avait été littéralement saccagée. Plusieurs tables étaient à la renverse alors que le verre couvrait une bonne partie du plancher. Il annonça notre arrivée en saluant le barman. Celui-ci nous répondit d’un regard noir qui aurait fait fuir n’importe quelle clientèle. Nous n’étions toutefois pas n’importe quelle clientèle. Il dû déduire de nos accoutrement que nous étions des touristes, mais il prit toute de même la peine de nous le demander. Il n’y avait, selon lui, plus rien à voir à Nami et que nous ferions mieux de partir. Pendant qu’il nous parlait, je fis un tour d’horizon du bar pour apercevoir, accroupie par terre et qui pleurait. Prenant en compte la situation, je pris une décision sur le moment.

- On passe au plan B, je m’occupe du barman. Occupes-toi de la dame en pleure, lui chuchotai-je du coin de la bouche à mon coéquipier. Nous en avons peut-être l’air, cher monsieur, mais nous ne sommes point des touristes, repris-je de vive voix, cette fois à l’intention du barman.

Il posa sur nous un regard interrogateur, sans toutefois dire un mot. Je me dirigeai alors vers le comptoir, évitant les morceaux de verre qui jonchaient le sol puis m’accotai sur celui-ci. Je penchai la tête vers lui puis repris la parole.


- « Mais qu’êtes-vous donc? », me demandez-vous. Eh bien nous sommes journalistes, voilà ce que nous sommes, qui travaillons actuellement sur une rédaction qui pourrait bien changer vos vies, croyez-le ou non! « Mais qu’elle peut bien être cette si grandiose histoire? », me demandez-vous encore.

Je jetai un regard à droite, puis à gauche comme s’il y avait une chance que l’on nous écoute. Je l’avais fait plutôt pour le côté comique de la chose, mais je m’assurai tout de même que nous n’étions bel et bien pas accompagner d’oreilles indésirables. M’étant assuré que nous étions seul, je poursuivi tout de même à voix basse encore une fois pour la mise en scène.

- Nous avons des raison de croire que le Daimyo actuel serait un imposteur. Je reculai la tête puis portai ma main à ma bouche pour imiter la stupéfaction. Nous avons fait nos recherches sur papier, mais nous voulions avoir une l’opinion du peuple avant de décider si nous poursuivions avec notre travail pour ensuite le rendre public ou si nous nous en arrêtions là. Pourriez-vous nous dire ce que vous pensez du Daimyo actuel, monsieur…?

Si je voulais avoir l’air d’un vrai journaliste, je me devais de prendre en note chacune de mes sources.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 1087
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Sam 18 Juil 2015 - 20:01

Comme on pouvait s’y attendre l’accueil y était incroyablement froid. Ils n’étaient clairement pas les bienvenus, il faut dire qu’ils arrivaient aux mauvais moments. M’enfin, c’était chose voulue et ils avaient l’occasion de parler un peu de la situation avec un villageois, quoi de mieux ?! Néanmoins, l’état du bar faisait mal au cœur, le roux se crispa également en voyant la femme enceinte ravaler ses sanglots. Ce que faisait subir le Damiyo à ses pauvres gens était inacceptable.

Kihran fut un peu surpris d’entendre la décision de son supérieur. Le plan B, déjà ? Les yeux verts de Kihran détaillèrent à nouveau la situation…. Oui, sans doute que c’était le moment. Très bien, il hocha la tête pour signaler qu’il avait compris et accepté l’ordre avant de se séparer de ce dernier. Le plan B consistait à révéler leurs intentions de récolte d’information en se faisant passé cette fois-ci pour des journalistes. Il laissa Senwashi s’occuper du patron le temps que lui se dirige vers la femme accroupie.

Il s’approcha doucement tout en sortant un mouchoir de sa poche. En face d’elle, il se mit à sa hauteur avant de lui tendre le bout de tissus avec un sourire amical aux lèvres. Cette femme devait s’inquiétait pour l’avenir de son enfant plus que tout au monde… Il y avait de quoi à en voir l’état du bar et du pays. Pour le coup, Kihran se remémorait l’enfant affamé qu’ils avaient croisé plus tôt. A cette pensée, il posa ses yeux sur le ventre de la femme. Là était l’avenir de ce bébé même pas encore né ? Kihran soupira intérieurement et observa la femme.

    « - Vous n’êtes blessée ? ça va aller ? »


Lui demanda-t-il doucement. Pour l’heure, cela ne servait à rien de lui poser des questions. Il fallait d’abord que cette femme se calme et lui fasse confiance. Il lui sourit donc simplement avant de lui proposer de l’aide pour se relever et l’accompagner jusqu’à un endroit où s’asseoir.

    « - Que s’est-il passé ? »


Sa voix était calme, apaisante. Il ne voulait surtout pas brusqué cette femme, au contraire. Il l’observa donc simplement, patiemment, lui laissant le temps nécessaire pour se remettre de ses émotions.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Mar 21 Juil 2015 - 1:04

Le barman vous regarde du coin de l’œil prendre soin de sa femme et semble apprécier cee acte malgré une colère encore très facilement décelable. Il vous explique que cela est dangereux pour des journalistes de trop être curieux. Qu'il y a peu, le pays entier a subi l'attaque d'un nécromancien qui a tué des dizaines de personne sans que celui qu'il qualifie de despote ne bouge. Certaines rumeurs prétendent même que le Daimyo lui-même est impliqué dans cette attaque, d'autant qu'on parle de tentative de création d'arme biologique.

Il ajoute tenir ces informations en ayant espionné une discussion entre deux hommes aux yeux dorés. Certaines rumeurs qualifieraient ces hommes de "Jisetsu", précisant qu'ils auraient mis hors d'état de nuire le nécromancien en question. Le barman s'interrompt en vous regardant et vous avoue s'être demandé si ce n'étaient pas eux les hommes qui étaient rentré dans son bar. Il vous conseille néanmoins que faire un pli sur ces deux hommes serait bien plus intéressant que de parler d'un homme qui se moque complètement de son peuple.

Il a déjà beaucoup parlé et ne semble pas avoir beaucoup plus d'informations à vous donner, qu'allez-vous faire maintenant ?

Kihran, vous allez aider la femme, alors qu'elle semble avoir mal au ventre d'un coup, elle tente de vous répondre mais s'arrête rapidement en murmurant quelque chose ".... Il arrive... Il arrive !" en vous faisant les gros yeux... Avez-vous des connaissances en médecine? Cela vaudrait mieux pour elle, car il n'y a pas d’hôpital dans les alentours, et vous allez assister à l'arrivée d'une nouvelle vie dans ce monde. L'accouchement semble avoir été déclenché prématurément à cause de tout ce remue ménage, courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 661
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Jeu 23 Juil 2015 - 4:54

J’avais joué le grand jeux, mais qui ne risquait rien n’a rien. Évidemment, je bluffais à propos de tous ce qui concernait cette soi-disant recherche. J’avais eu un bref aperçu de la situation du pays lors du briefing, mais je n’appelais pas cela de la recherche. Il me toisa du regard pendant de longues secondes puis tourna les yeux vers sa femme, qui avait été pris en charge par Kihran-san. Il rapporta son regard sur moi puis, après un soupire, m’informa que je jouais à un jeu dangereux, en menant un telle enquête sur le Daimyo. Il poursuivi avec une récente attaque sur le pays par un nécromancien qui, selon quelques rumeurs, aurait en été une tentative de création d’arme biologique. Je ne pus retenir ma surprise, ne m’étant pas attendu à de si graves rumeurs. Il ne s’agissait pour l’instant que de rumeurs, mais il s’agissait tout de même d’une information importante. On prenait rarement les rumeurs d’armes biologiques à la légère. J’écoutai la suite pour apprendre ensuite que ce serait deux shinobi aux yeux doré qui se seraient occupé dudit nécromancien.

- Et ces « Jisetsu » sont à la solde du Daimyo, c’est ça?

C’était très probable, mais ça techniquement je ne le savais pas. Si on prenait comme hypothèse que la rumeur sur l’essaie d’une arme biologique était vraie, lesdits Jisetsu avaient été envoyé pour le neutraliser. Pour avoir moi-même côtoyé quelques Jisetsu de mon temps à Kiri, la manipulation du temps était un atout considérable peu importe contre qui. Le barman me sortit de mes pensées en me révélant que s’il ne se trompait pas, c’était justement les deux hommes qui venait de sortir il y avait quelques minutes à peine. Je sus aussitôt que je devais suivre cette piste. C’était pourquoi j’étais venu voir le barman après tout. Les barmans sont connus pour avoir des infos fiables – demandez à n’importe qui. Lui-même pensait qu’il s’agissait d’une piste plus chaude que celle que je suivais à l’instant, plus intéressante. Il avait du flaire, ce barman.

- Merci pour votre témoignage, monsieur. Je ne vous dérange pas plus longtemps. Merci encore.

Satisfais de ma cueillette, je me dirigeai vers Kihran-san, qui était avec la femme du barman. Les premières paroles que j’entendis ne me plurent pas, mais pas du tout. « il arrive! » murmurait-elle, comme si elle n’y croyait pas elle-même. Elle riva des grands yeux sur nous, implorant notre aide. Voyant qu’elle n’était définitivement pas dans son assiette, je l’examinai sommairement et remarquai alors l’énormité de son ventre et compris aussitôt ce qui se passait. Cela envenimait les choses, et pas qu’un peu. Nous ne pouvions pas la laisser comme ça à son sort. Je ne voulais toutefois pas perdre la piste des deux potentiels Jisetsus. Je pris alors la décision de nous séparer et de laisser cette situation délicate à Kihran-san. Je devais tout de même trouver un moyen de me tirer de cette affaire. Jouant la comédie, je fis comme si je venais de réaliser ce qui se passait puis j’exagérai mon expression de surprise, qui fut rapidement remplacé par une fausse expression de dégoût. Couvrant alors ma bouche de ma main, je réussi tout de même à glisser quelques mots avant de quitter la pièce.

- Oh mon Dieu, je vais être malade…, avais-je dis.

Je m’étais dirigé en vitesse vers la sortie puis poussait fortement la porte pour arriver sur la petite terrasse. Je jouai le jeu encore quelques instants, attendant que la porte ai fini d’aller et venir sur ses gonds. M’étant accoté sur me genoux, je me redressai comme si rien ne c'était passé puis parti en vitesse le haut de la rue qui menait à la haute-ville. Je joggai sur une petite distance, accélérant parfois un peu pour décélérai quelques instants plus tard. J’avais l’air pressé, certes, mais pas en danger de mort, en sprintant le long de la rue. Je ne voulais pas attiré trop l’attention non plus. Il me fallut quelques minutes ainsi pour finalement apercevoir au loin les deux agents que je poursuivais. Je me mis aussitôt à marcher au lieu de jogger. J’adoptai tout de me même un rythme accéléré, voulant me rapprocher encore un peu avant de commencer à me cacher. À une dizaine de mètre du duo, je remontai le capuchon que j’avais sur le cou puis commençai à me cacher dans la foule, gardant toujours mes yeux sur les Jisetsu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 1087
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Sam 25 Juil 2015 - 22:42

Il arrive ? Qui ça ? Kihran eut rapidement le réflexe de regarder derrière lui, puis en haut, puis en bas afin de localiser un éventuel ennemi en approche… Mais rien… Rien du tout…. Alors soit cette femme se fichait de lui, soit elle avait des capacités hors normes ? Il lança un regard septique alors qu’elle commença à se répéter de plus en plus fort. C’est en baissant son regard sur le ventre de cette dernière que la lumière s’éclaira enfin pour le rouquin…. Enfin, il dut tout de même prendre un temps pour réaliser et accepter ce qu’il était en train de se passer… Elle était sur le point d’accoucher ? Sérieusement ?


Il se mit à écarquiller les yeux totalement paralysé. Qu’est-ce qu’il était censé faire là ? Il avait juste envie de s’enfuir mais… En voyant l’agonie de la pauvre femme, il se résolut à rester. Il devait se ressaisir et rapidement ! Il aida tout d’abord la femme à se relever et l’aida à aller s’allonger tout en appelant le mari ainsi que son supérieur. Cependant, le mari ne semblait pas pouvoir être d’une grande aide… Il était en train de paniquer dans tous les sens… Quant à Senwashi… il disparut assez rapidement, le lâche !


Bref, il n’y avait que lui sur le coup… et il n’était pas plus efficace que le mari. Stressé, il ordonna au mari d’aller chercher de l’aide, une sage-femme ou n’importe quelle mère qui avait déjà du traverser cette épreuve… Dans tous les cas, elle serait déjà plus compétente que lui ! En attendant, il tenta de mettre à l’aise la femme tout en essayant de la rassurer.

    « - Ça va aller, Madame… ! »


En fait, il essayait surtout de se rassurer lui-même… Heureusement cependant, que l’aide arriva rapidement. Quelques femmes de voisinages étaient venue aider, donner des conseils. Obéissant à ceux-ci, Kihran commença à courir dans tous les sens pour ramener tout ce qu’il fallait à la femme et le futur bébé. Tout était en place, prêt….

    « - Poussez ! »


Fit-il tout en se plaçant pour voir la…le…enfin, vous voyez ! Il dut d’ailleurs se retenir de ne pas vomir sur le coup. Mais l’angoisse le maintenait heureusement. Mais encore une fois… Il fallait que ça lui arrive à lui en pleine mission ?! Sa première hors de son pays, sérieusement ?!



HRP:
 








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Dim 26 Juil 2015 - 23:08

Vous suivez les hommes du Daimyo jusqu’à une petite ruelle où vous remarquez qu'ils parlent avec des pirates. Vous remarquez qu'ils semblent très prudents et soucieux de ne pas se faire voir ou entendre. Vous cherchez une solution devant la sécurité mise en place autour de cet échange mais ils se séparent déjà. Devant la situation qui peut devenir dangereuse, vous décidez de partir. Vous avez déjà beaucoup d'informations, mais vous avez compris que ce pays n'a pas encore livré tous ses secret... Cependant votre mission était de récolter des informations en prenant aucun risque.

Kihran, l'accouchement se passe bien, la mère pleure de joie en serrant dans ses bras sa petite fille que vous avez aidé a mettre au monde. Le barman vous serre la main en vous expliquant que vous serez a tout jamais les bienvenus chez eux. Votre nom ne sera pas connu, mais parmi le voisinage, les gens ont désormais une bonne image de vous, rappelez-vous en, car cela pourrait vous être utile tôt ou tard.

Vous vous rejoignez et quittez le pays avec suffisamment d'informations, vous avez réussi votre mission avec brio, félicitations.

Un rapport vous sera demandé détaillant les résultats de votre mission. Vous pouvez l'écrire à la suite tout en détaillant vos réactions ou bien le faire suivre sous forme de lettre à l'Hokage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 661
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Lun 27 Juil 2015 - 3:34

Je suivi les deux agents le long de la rue, me dissimulant parmi la foule. Je ne lâchai pas les suspects des yeux, épiant le moindre de leur gestes. Je ne voulais pas perdre leur trace. À plusieurs reprises ils se retournèrent, s’assurant qu’ils n’étaient pas suivis. Ma couverture était toutefois impeccable et ils ne se doutèrent jamais qu’ils étaient épiés. Je ne remarquai toutefois pas les pupilles dorés auxquelles je m’attendais, mais ce n’était pas plus un problème, bien au contraire. Je le premier tourné dans une ruelle alors que le deuxième donnait un dernier coup d’œil aux alentours avant de procédé lui-même dans la ruelle. J’accélérai le pas pour me rapprocher de la ruelle, cherchant aux alentours ce qui m’aider, puisque je ne pouvais pas simplement les suivre dans la ruelle. Je repérai alors un petit café qui se trouvait en face de la petite intersection. Je me dirigeai donc vers celle-ci, regardant la ruelle du coin de l’œil.

Je me commandai un simple café puis j’allai m’asseoir sur l’un des bancs tout près. J’avais donc un très bonne vue des deux agents qui discutaient avec… des pirates? Nami était connu pour être infesté de pirates après tout, alors je ne savais pas pourquoi j’étais surpris. Peut-être parce que le Daimyo était de mèche avec ceux-ci? Je ne pouvais toutefois pas me permettre e m’approcher d’eux sans élever les suspicions. Malheureusement, j’étais trop loin pour entendre quoi que ce soit, mais je pouvais voir qu’ils avaient l’air de plutôt bien s’entendre, allant même jusqu’à s e serrer la main une fois la conversation terminé. Les agents sortirent de la ruelle puis poursuivirent leur chemin vers la haute ville alors que les pirates, eux, ne sortirent simplement pas de la ruelle, ayant probablement pris une autre ruelle pour quitter les lieux. J’allais poursuivre ma filature des agents de la haute-ville, mais je me souvins de Kihran-san, qui était encore au bar. Il était un peu trop dangereux de poursuivre seul à ce point, je décidai donc de rebrousser chemin et de revenir auprès de mon partenaire.

Lorsque je franchi la porte de bar, il y avait beaucoup plus de monde que lorsque je l’avais quitté tout à l’heure. Il y avait trois autres femmes, deux qui se tenait près de la nouvelle mère alors que la troisième femme lui apportait son nouveau-né, emballé dans une serviette. La mère prit son bébé dans ses mains puis se mit à pleurer de joie, son mari à ses côtés. Je repérai Kihran-san un peu à l’écart, se remettant lui aussi de ses émotions. Je lui posai une main sur l’épaule, lui signifiant mon retour puis lui accordai un hochement de tête approbateur lorsque nos regards se croisèrent. Le barman nous aperçut de loin puis se dirigea prestement vers nous. Il nous serra à tous les deux la main avec vigueur, nous remerciant du fond du cœur pour ce que nous avions fait pour eux.


- Tout le mérite reviens à Kazuki!, dis-je avec une grande tappe sur l’épaule.

Le barman saisit alors la main de Kihran-san de ses deux mains puis la secoua de nouveau avec vigueur. Il nous invita même à rester manger, c’était la maison qui offrait. Nous acceptâmes l’invitation puis, une fois nos penses bien remplit, nous montâmes nous coucher dans une chambre elle aussi offerte par la maison. Nous n’aurions toutefois pas la chance de profiter de celle-ci, puisque nous partions déjà pour Konoha. Plus tôt nous partions, plus tôt nous arriverions. Je repris alors ma vraie apparence, battant doucement des ailes à quelques reprises pour les délier.


- Nous partons dans quelques minutes, informai-je mon coéquipier.

Nous quittâmes donc par la fenêtre de la chambre, profitant du couvert de la nuit pour s’éclipser en douce. Nous voyageâmes pendant toute la nuit puis tout le journée suivante jusqu’en soirée, où nous prîmes une petite sieste. Nous reprîmes la route quelques heures plus tard pour finalement arriver à Konoha en plein milieu de la nuit. Nous fûmes interrogé aux portes comme le voulait le protocole puis, une fois les papiers de retour signés, nous entrâmes finalement au village.


- Ce fut un plaisir de faire équipe avec vous, Kihran-san. Je vais m’occuper du rapport de mission. À une prochaine fois,lançai-je c une salutation de la main.

Laissant alors l’Hayashi sur place, je m’envolai dans les cieux pour me diriger vers mon appartement, où la rédaction d’une lettre m’attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 1087
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe#2 : Les oisillons (Rang B) Lun 3 Aoû 2015 - 15:06


Il se souvenait de ses tantes raconter à quel point leur accouchement avait été le plus beau jour de leur vie… Et il devait avouer les avoir cru en les écoutant parler un sourire radieux aux lèvres. Cependant, pour le coup, il ne voyait pas comment ça…. Ça pouvait être « beau ». Heureusement, sous le stress, il n’avait pas eu le temps de se poser de questions lorsque la tête de la petite fille commença à sortir, bientôt suivie du reste de son corps. C’était assez difficile à expliquer le sentiment qu’avait Kihran à ce moment-là. Il venait d’aider une mère à donner naissance, il venait d’assister à cette naissance… Il voyait les femmes nettoyer l’enfant pour ensuite la faire rejoindre les bras de sa mère.

Kihran sourit doucement en voyant la scène avant de tomber le long d’un mur. Ses bras et ses jambes tremblaient. La tension retombait, néanmoins les images nettes étaient encore dans son esprit. Peu à peu, prenant conscience de ce qu’il avait vu, il se mit à pâlir avant de ramper jusqu’à l’extérieur pour vomir. Il n’y avait qu’une explication pour que les femmes disent que cela était le plur beau jour de leur vie… une seule : elle ne voyait pas à quoi ressemblait leur… intimité à ce moment-là.

Heureusement, le sourire de la mère et du père aidait à oublier l’horreur qu’il avait vue juste avant, enfin en partie. Une femme vint l’aider à se redresser et lui donna quelques habits de rechanges. Ceci fait, il s’assit un peu à l’écart tout en buvant de l’eau. Aucun entraînement à l’académie ne l’avait préparé à ça… Et honnêtement, cela avait été l’épreuve la plus éprouvante qu’il avait eu jusqu’à maintenant. Il n’osait pas imaginer ce qu’il aurait fait, ressenti, si l’enfant n’aurait pas survécu.

Peu de temps après, il sentit la main de son supérieur sur son épaule. Il releva son regard sur lui puis lui sourit très légèrement avant de regarder le barman. Il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi reconnaissant. Pour le coup, le rouquin se mit à rougir légèrement avant d’être invité à aller voir l’enfant de plus prêt.

Plus tard, Kihran apprit que leur mission était terminée et qu’ils allaient donc rentrer à Konoha. C’était avec un léger pincement au cœur que Kihran avait quitté le bar puis le pays de Nami. Ce qu’il y avait vu et vécu était inoubliable, il espérait pouvoir revenir aider ces pauvres gens aussi vite que possible. D’ailleurs, il souffrit de plusieurs insomnies après leur départ et ce fut donc exténué qu’il arriva aux côtés de Senwashi à Konoha.

    « - Tout le plaisir a été pour moi, je vous remercie et au plaisir de refaire équipe avec vous.


Répondit Kihran tout en s’inclinant poliment face à son supérieur. Il le regarda ensuite partir avant de rejoindre le quartier des Hayashi, sa maison puis pour finir son lit qui lui avait bien manqué.










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Groupe#2 : Les oisillons (Rang B)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Nami no Kuni-