N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un présent du passé [Koemi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Un présent du passé [Koemi] Mer 1 Juil 2015 - 15:19

Second rendez-vous, ce rendez-vous est mis dans l’optique que je lui montre un endroit. Lui ayant donné rendez-vous devant l’entrée du village. Je lui laisse pensez que cela est hors Kumo. Ben elle aura raison. Le lieu que je souhaite lui montré et directement lier avec mon histoire mais aussi un lieu dont j’aime beaucoup me rendre. Je ne sais pas si je le faisais vraiment, mais j’ai souvent pensé à construire proche de ce lieu juste pour être certain qu’il ne soit pas détruit, mais l’argent ne pousse pas et cela sera dans longtemps que je pourrais réunir cette somme. L’attente fut longue car j’ai pris une sacrée avance. Pourquoi tout bêtement que par hâte de cette journée j’ai oublié de changer le fuseau horaire et donc j’ai une heure d’avance.

Cependant étrangement je pu voir une chaleur dont je connais bien. Non pas par des connaissances Kumojin mais plus ancien, ce genre de présence qu’on a du mal à se rappeler, puis d’un coup je m’en souviens. C’est celui qui géré la finance du clan Kyu. Étonné, je ne sais plus vraiment quoi penser la dernière fois que je l’ai vue j’avais six ans et je m’en rappel a peine. Je me souviens de son côté fou et joyeux. Cet homme est un véritable phénomène de foire. Je m’approche puis le regarde, l’homme me regarde sans me reconnaître puis je me mets à dire :

Bonjour, je suis Kongoh Dento, originaire du clan Kyu.

L’homme ouvre rond les yeux et se met à rigoler comme un fou tout en se mettant à monter sur moi en disant :

Hé hé mais tu as grandi Kongoh ? Hé tes problèmes de vue sont devenus quoi ?

Je suis toujours aveugle mais les pupilles du clan m’ont donné une vue différente des autres. J’ai les mêmes capacités que les Samidare.

Étonnait tout ça. Quel beau hasard je voulais te voir, j’ai rendez-vous avec ta mère pour une chose importante :

Un rendez-vous avec ma mère.

Je ne comprenais plus rien. Cela fait depuis quatre ans que je n’ai pas une seule nouvel, et cela, même en demandant à mes parents et ma mère ne me prévenais même pas de l’arrivée d’un membre de ma famille. Je ne sais plus quoi penser. Pourquoi ? Je regarde mon interlocuteur puis me dis qu’il faut que je sache après tout si cela me concerne je dois le savoir et pourquoi mes parents ne veulent pas que je sois au courant de son arrivé tout cela est étrange, un peu hésitant, je me mets à dire :

Pourquoi vous devez vous rencontrer pourquoi vous devez me voir ?

Elle ne t’a rien dit ?

Dire quoi ?

Je me sens troublé, je ne sais pas pourquoi mais je sens mon sang bouillonner et j’ai l’impression de perdre le contrôle. Lui et moi connaissons les risques que l’on encore en perdant le contrôle. Nous savons que nous sommes différents. L’âme pure d’ordinaire peut changer radicalement après un choc trop fort. Je ne compte pas que cela arrive mais cette face cachée qu’ils entretiennent ne m’aide pas dans cette tâche. Le vielle homme baisse la tête puis plusieurs larmes se mettent à couler de ses yeux :

Le clan fut presque totalement décimé par Heng Kyu et un dénommé Kyu goren. Nous le croyons tousses mort mais cela ne fut pas le cas. Tous ceux qui ont suivi Kuan et mort ainsi que Kyu Shord. Je suis navré petit, mais il faut que tu tiennes le coup.

Non, non ce n’est pas possible pourquoi ? Pourquoi on ne m’a rien dit. Quelle haine peut engendrer une telle animosité à ce genre de clan ?

Mes yeux commencèrent à changer de couleur et nous savions ce que cela peut présager. Le pire, l’extinction totale de l’âme de Kongoh pour que ce dernier réincarne une âme totalement opposée à elle. Je commence à en vouloir à tout le monde. Au monde entier de ce qu’il c’est passé et à mes proches ne m’ayant rien dit. L’homme fit ce qu’il peut pour me raisonner mais je commence à perdre totalement le contrôle. Me tenant la tête en tentant de ne pas écouter les dires de ce démon voulant entièrement mon corps, cet homme ne peut que faire une chose. M’assener un grand coup sur la nuque. Les Ninjas postés se mirent à prendre en joue le vielle homme qui répond par une chose :

Je suis de ca famille, Kongoh est malade et je fus obligé de faire ainsi.

Cependant il est clair que de voir mes parents maintenant ne m'aiderais pas. Me posant sur le côté une demi-heure après je me réveille, Koémis devant moi avec le vielle homme à côté. Il a dû lui expliquer sans entrer dans les détails que si je me faisais submerger par un sentiment trop brusque je pouvais y passer et changer radicalement.

M’assommer fut la meilleure solution. Après même calmer ma souffrance est encore là. Je regarde Koemi puis lui dis la tête baissée :

Désolé.

Ceux auxquels je pensais voir un rattachement familial furent décimé avec cet espoir. Le vielle homme se met à me regarder et à me tendre quelque chose. Je le regarde puis il se met à me dire :

Ce parchemin appartient à Kyu Shord, De son vivant il souhaitait que le plus jeune du clan ait cette invocation.Ceux auxquels je pensais voir un rattachement familial furent décimé avec cet espoir. Cela te revient donc. Fait en ce que tu veux à présent.

C’est un parchemin, en l’ouvrant je compris au vu de la chaleur que comportait le papier au niveau des sceaux que cela est un parchemin d’invocation. Le prenant je me lève et dis :

Vous devriez rassurer père et mère. J’ai besoin de prendre l’air.

Ca va aller ?

Oui, puis j’ai une amie avec moi.

Changer mon planning n’aurait servi à rien, puis je ne souhaite pas voir mes parents pour le moment. Sortir et donc retrouver ce lieu si paisible est dans tous les cas la meilleure chose à faire. Je quitte donc les lieux laissant Koémi me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Dim 5 Juil 2015 - 20:05

Un matin comme un autre ? Oui et non, je n'ai pas souvent l'occasion de rencontrer un ami et encore moins qu'une amitié ne se prolonge... Toutes mes connaissances semblent disparaitre, à croire que j'ai une sorte de malédiction qui les fait tous disparaitre d'une manière ou d'une autre. Enfin soit, j'espère que Kizen ne fera pas la même chose, je ne vais pas parier là-dessus je risquerai de perdre encore. Je n'ose pas imaginer l'état des orphelins si cela devait arriver en plus. Enfin bref !

Levée, toilette, paperasserie, douche, bureaucratie, petit déjeuner, remplissage de papier, choix de ma tenue pour tout à l'heure, affaires urgentes. Oui, vous aurez remarqué que mes responsabilités sont assez envahissantes, mais ce n'est pas un problème si grave que ça. D'un je les assume et de deux j'ai pris de l'avance cette semaine pour pouvoir m'assurer cette demi-journée de calme. Aller soyons fou, je pourrais peut-être même rester jusqu'au soir avant qu'un ninja m'apporte un contrat, une mission ou quelque chose du même acabit.

Fatigues, nausées, crampes, je ne vous ferai pas la liste complète, mais je dois avouer que ça joue beaucoup sur mes nerfs. Comme si mes hormones ne suffisaient pas à être étranges en ce moment, tiens. Enfin soit, j'ai une boule à nerf de prête et même des petits sacs pour vomir au cas où. Pour la tenue, quelque chose de classique, je ne me sens pas de me mettre sur mon trente et un et surtout j'ai besoin d'avoir un vêtement ample autant au niveau de la poitrine pour éviter l'inconfort, qu'au niveau de la taille pour des raisons encore plus évidentes.

Mes vêtements en tissus blancs et ciel sur le dos et 'en m'assurant de bien porter la barrette qu'il m'a offerte, même si elle n'est pas forcement la plus belle qui existe. Je me prépare à le rejoindre. J'ai encore sur moi une armada de sceaux divers et je porte à la main un sac contenant quatre bento fais main ! Car oui, plus que jamais j'ai la main manuelle en ce moment. C'est bien pour me concentrer sur autre chose que les douleurs et puis c'est tellement plus gratifiant de faire sa propre nourriture.

Allez hop, j'arrive au point de rendez-vous et il part en avance. Réaction immédiate et incontrôlable.

"Hé ! Je t'interdis de me poser un lapin Kongoh !"

La réaction fut aussi fulgurante que disproportionnée, on a dû m'entendre à au moins trente mètres à la ronde. Je respire fort en serrant la boule à nerf, respire profondément et arrive à son niveau.

"Désolé, je suis légèrement indisposée en ce moment. Si tu oses proposer de remettre notre rendez-vous amical a plus tard, je te préviens, je te boude pour un mois entier hein !"

Je lui fais ensuite une bise sur la joue. Même avant ça, il a dû sentir que mon corps est plus chaud que d'habitude, encore un autre signe d'une chose plus ou moins évidente vue mon état. Peut-être même que sans que j'en sois consciente, sa vue est assez fine pour voir cette évidence croitre dans mon ventre. Mais ça, c'est à lui de le dire, je ne sais rien de sa particularité visuelle. J'en profite pour lui prendre le bras et pour une raison obscure que moi-même ne comprend pas, je hume l'air un instant.

"C'est une idée où... Tu as une odeur plus... Forte que d'habitude ? Enfin, pardonne ! Cela ne se dit pas ce genre de chose... Tu vas bien ?"

hRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mar 7 Juil 2015 - 15:08

Je ne l’ai même pas reconnu. Ça chaleur corporel a changé et je ne comprends pas vraiment pourquoi, enfin au début car ma colère m’obstrue la vision, mais quand je me mets à remarquer la forme étrange dans le ventre je fais le lien rapidement, j’ai eu souvent l’habitude de croiser des femmes en ceinte et je peux voir facilement la différence d’un corps à l’autre. Cela montre le petit changement de caractère qui vient avec. Je passe outre des remontrances, puis ce n’est pas mon genre de vraiment en vouloir à quelqu’un pour si peu. Marchant dans la forêt bras dessus, dessous avec mon amie cette dernière sentit une odeur plus forte que d’habitude.

C’est surement ça……C’est maintenant l’unique souvenir que j’ai de mon clan. L’héritage de Kyu Shord, ancien bras droit et membre des trois têtes de Kiri, mais avant tout un fidèle membre du clan Kyu. C’est un parchemin d‘invocation, celui de l’araignée (si c ‘est validé).

Ma timidité ne se voit pas beaucoup, au vu de ce qui s’est passé cela peut se comprendre j’avais besoin de me changer les idées et ce rendez-vous est une chose qui tombe à pic. Le temps passe et la marche nous amène à une demi-heure de Kumo. Après plusieurs feuillages rendant l’accès plus difficile nous arrivons à destination. Le lieu est à l’ombre pour une moitié de l’espace avec deux ou trois rayons de soleil traversant les feuilles d’arbres. En face il y a un point d’eau, suffisamment grand pour s’amuser dedans et une cascade assez haute. Dans ce lieu deux choses sont cachés de la vue des hommes pouvant venir là. Je dégage la dernière gène sur le passage de mon amie et dit :

Voilà, c’est le lieu où j’ai senti le soleil pour la première fois.

Me posant au sol sur l’un des points de soleil rares rayons de soleil arrivant à traverser le coin d’ombre comme un rituel. Au sol, je me mets à me poser et à dire :

Le clan Dento vit dans des grottes et l’une de ses grottes a une de ses entrées dans l’eau. J’ai vu le ciel avant quand j’ai pu suivre le clan Kyu, mais par la suite des problèmes de vue se sont montré, je les avais de naissance mais quand l’on est enfant cela ne se voit pas de suite, pas avec notre méthode de vie. Suivre ce clan d’Hermite ne me fut impossible et du coup je suis resté dans ses grottes avec mon autre clan. La période ou Kumo fut construit fut la première fois où j’ai pu sortir de la grotte et sentir le ciel comme je ne l’ai jamais senti. Quand il sera né, la seule chose qu’un enfant ne doit pas manquer c’est de l’amour des personnes qui l’entoure.

Un sourire aux lèvres je me mets à dire :

Félicitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Ven 10 Juil 2015 - 10:39

Un peu de marche me fera du bien, autant en profiter avant que ces rabat-joie autrement appelés médecins me disent qu'ils faut que je reste au calme. Il ne me viendrait jamais à l'esprit de penser qu'ils ont tord, peut-être à la rigueur qu'ils ont tendance à être un peu trop prévenant. Quand je suis revenue de Mizu, j'ai eu le droit à une vérification totale où bien évidemment ils m'ont annoncé ce que je savais déjà dans un sens. Que notre folie passagère avec qui je sais à la bonne idée d'être un coup au but dés la première fois. Enfin, c'est une autre histoire.

Pour l'odeur forte, je pensais plus à ta transpiration Kongoh... Mais j'ai eu le droit à une liste complète du genre de blagues auxquelles, je dois m'attendre pendant les mois à suivre et cela en fait partie. Je préfère tout autant qu'il n'ai pas compris ce à quoi je pensais vraiment et ça me permet d'en apprendre un peu plus sur mon ami. Un parchemin d'invocation ? Je n'en ai pas vu, enfin pas de ce genre depuis longtemps quand même. Bien que je ne sois pas très sûr de vouloir voir le résultat... Des araignées surement géantes, cela ne doit pas être particulièrement ragoutant. Dans mon état normal, je n'en aurais rien eu à faire, mais certains réflexes stupides créer par les hormones et l'instinct maternel changeraient certainement la donne.

D'ailleurs, je vais profiter de ce moment de liberté que j'ai pour m'entraîner un peu. Pas que ce soit réellement le moment, mais je pense qu'entre mes responsabilités et mes congés parentaux par la suite je risque vraiment d'avoir très peu de temps par la suite. J'ai d'ailleurs bien évidemment tout ce qu'il faut pour cela, au pire je ferais cela une fois que l'on se sera séparé. Avec un peu de chance ça sera avec lui, les entrainements seul son ennuyeux quand même et dans un autre sens il est dur de se rendre compte soi-même de ses erreurs, un point de vue extérieur est plus profitable.

Le lieu où i la sentis le soleil pour la première fois ? Cela sonne de manière si poétique et pourtant, ce n'est que trop vrai, je suppose. J'écoute son explication... Des problèmes de vue hein ? Mais je pense rapidement à autre chose alors qu'il me dit que l'amour est primordial pour un enfant et me félicite. Oui bon, j'imagine que ce n'est pas discret que mon ventre a un peu gonflé, ou même simplement mon humeur qui est plus singulière à son habitude.

"Merci."

Je suis un peu gênée, ce n'est pas vraiment un secret de toute manière. Je n'ai pas de vue particulière ou autre pour le savoir. J'ai dû juste suivre mon instinct. Ce même instinct qui me fait penser que j'aurais une fille... Ce qui est à moitié vrai, puisqu’en réalité, j'en ai deux qui commencent à se développer en moi. Petites vies fragiles qui attendent sagement de grandir. Pour en revenir au sujet précédent...

"Je n'avais pas remarqué que tu avais ce genre de problème. J'imagine que je ne suis pas mieux que les autres, trop centrée sur moi-même pour voir ce genre de choses... Ce n'est pas pour autant que je vais te plaindre où te prendre en pitié rassure-toi. Chaque individu est unique. "

Il semble pourtant pouvoir se repérer normalement, il ne semble pas avoir de mal à se déplacer... Par problème de vue, est-ce que c'est trouble ? Plus singulier peut-être ? Je ne sais pas et je n'ai pas le culot de lui demander. Mais je pense alors à une chose. C'est complètement stupide, irrationnel ou pas, mais c'est dans ma tête.

"Puisque tu ne connais même pas réellement mon visage dans un sens, en plus ça sera une étape à franchir pour ta timidité."

Un grand sourire, je lui attrape une de ses mains et la pose sur mon visage, puis fais en sorte qu'il le parcoure en évitant de me mettre un doigt dans l'œil ou autre bien sûr. En lui énumérant ce qu'il sent, de toute manière s'il a une vue moindre de toute évidence la logique veut que ses autres sens compensent.

"Je n'irai pas plus loin que le visage promis, ailleurs ça serait tendancieux et je n'ai pas envie de trop te gêner non plus."

Un rire, je me laisse vivre sans réellement penser aux conséquences, sans penser au protocole ou autre. Que ça fait du bien, je vais au bord de l'eau et mets mes mains dedans et me rafraîchit le visage. Puis je me demande et donc, lui demande.

"On va passer par le chemin dans l'eau ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Ven 10 Juil 2015 - 12:55

Après un merci. Mon amie semble étonnée de savoir que je suis aveugle. Une chose qu’elle semble désolée de ne pas avoir vue plus tôt comme si cela fut marqué sur mon front, puis dans un sens je fais tout pour le cacher et mes facultés font que je peux aussi le faire. Sans compter la suite de ca phrase ? Je n’ai jamais attendu de pitié des gens ou même de compatir à cela. Je ne trouve pas ma condition comme une gêne, je pouvais voir de manière différente des autres et riens que cela c’est déjà bien. Je suis aveugle mais j’ai une vue différente des autres. Et avant même que je ne lui explique elle se met à poser ma main sur son visage. C’est vrai que visuellement je ne vois que très peu de formes et de détail. Les yeux pour moi sont une couleur plus abstraite comme le reste. Le visage à différente chaleur et je peux donc voir de très près à quoi cette personne ressemble, mais même là c’est différent.

Posant ça main sur son visage je sentis donc la différence. Fermant les yeux par mimique mes sens m’aident à visualiser mon visage. Comme mes parents l’on fait il y a longtemps. Cette fille est belle très belle même. Après avoir dit qu’elle n’irait pas plus loin je me mets à dire avec les joues roses causées par cette nouvelle épreuve :

Malgré le fait que je ne puisse pas voir je suis doté tout de même d’une autre vue. Différente. Je peux donc voir la forme de ton corps, même si c’est disons. Moins détaillé.

Je ne dis rarement se secret, mais je sais que je peux lui faire confiance puis bon lui dire que je suis aveugle sans lui dire le reste c’est comme lui mentir :

Le manque de vue et les pupilles du clan Kyu m’ont doté d’une vision thermique. C’est ainsi que je peux voir graduellement le changement de ta chaleur et la poche de l’enfant.

Qui sais-je pourrais même en usant d’une technique voir les détails de l’enfant. Cependant proposer ce genre de chose est bien trop délicat pour moi. Après ça, mon amie se met à passer sur un autre sujet. Elle se met à demander si l’on passe par cette entrée pour aller dans la grotte. Curieuse de voir comment c’est dedans. Elle risquerait d’être déçue, car dedans il n’y a aucune lumière et même si je ne doute pas qu’elle ait un outil dans ses sceaux pour mettre la lumière ses sceaux risquant de prendre l’eau et donc de ne plus vraiment pouvoir servir :

Malheureusement ses grottes sont plongées dans l’obscurité. Sauf donc si tu peux te télèporte pour éviter que t’es sceau soit inutilisable. Puis……

De là, je laisse un petit temps de pause. Cela ne fut pas prévu dans le plant mais bon, pour être franc ce parchemin d’invocation m’attire. Je voulais arriver à maîtriser l’art de Shord, éviter que cette chose que mon clan à réussir aussi à mettre en main ne périsse par le temps :

Je n’arrive pas à me sortir l’envie de réussir à maîtriser l’invocation. C’est le seul présent du clan Kyu que j’ai-je veux leur faire honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Sam 11 Juil 2015 - 14:32

Il m'explique alors la particularité de sa vision, j'écoute et cela ne m'empêchera pas de faire ma bêtise. Oui, déjà que de bases je suis assez tactile, le fais que mes hormones soit en vrac me rend encore plus bizarre. J'ai cette envie de faire des câlins à un peu tout de monde ce qui est évidemment impossible. Alors je me rattrape en profitant de chaque interaction physique que je peux avoir, là pour le coup c'est sa main qui caresse mon visage. Et encore il a de la chance, je n'ai pas de saute d'humeur ou presque aujourd'hui... Enfin oui mais ce n'est pas aussi violent que d'autres fois, on va dire.

Vision thermique ? Je ne le sais pas encore, mais alors il a certainement une vue bien plus précise de mes jumelles que je n’en aurais jamais à moins de tomber sur un médecin Saibogu... Aucune chance, en tout cas cela ne permet d'avoir la surprise de savoir si ce sont des filles ou des garçons. Même si entre nous, ce sont ben deux jolies petites roses. Enfin c'est un autre sujet tout cela.

Bon passons, il m'explique pourquoi passer par l'eau est une mauvaise idée. Oui, le papier et l'eau cela ne fait pas bon ménage surtout avec de l'encre dessus. Bon, en réalité j'ai aussi une paire de boites hermétiques dans un sceau que je peux sceller à la cire pour ça. Mais puisqu'il n'a pas envie, je n'insisterai pas.

Je le regarde, il a envie de s'entraîner. Je peux tout à fait le comprendre puisque je ressens la même chose.

"Moi aussi, j'aimerais m'entraîner... À bah ça tombe bien ! Je t'aide et tu m'aides !"

Bon, je ne suis pas une experte en Kuchiyose, mais je sais le minimum à savoir. Il doit signer le sceau de son sang et... Heu ? Comment aurait-il fait avec sa vue thermique ? Bon, je vais l'aider ! Je lui fais un grand sourire et... Bon désolée je n'aurais pas réussi à me retenir plus longtemps. Un gros câlin plus tard suivit d'un.

"Désolé... Les affres de la grossesse."

J'approche ma main de son rouleau de contrat. Oui, le problème est que sans pouvoir lire le parchemin je le vois mal pouvoir connaitre ce qu'il contient et encore moins savoir ou signer... Quoique les autres ont dû aussi signer de leurs sangs et donc a l'odeur. Enfin bref ! S'il accepte, je... Non d'abords je descelle une bâche que j'installe au sol pour que l'on puisse s'asseoir sans se salir et après j'essaye de lui prendre le parchemin.

"Je vais te lire le contenu si tu veux et t'indiquer ou signer de ton sang d'accord ? Ah ! Si je rends mon repas ne t'inquiète pas, je suis encore plus sensible à l'odeur du sang que d'habitude, ce n'est rien de grave hein ?"

Un bisou sur la joue... Ah ! Mais je ne vais pas y arriver comme ça ! Bref, s'il me laisse faire, je déroule très soigneusement le parchemin, lui lit ce qu'il souhaite. Après tout le nom des anciens utilisateurs, cela doit être important pour lui non ? C'est une question d'honneur. Puis toujours s'il me fait assez confiance pour ça, je lui tends un pinceau et une aiguille... Oui j'ai vraiment tout et n'importe quoi sur moi je sais. Bref, et j'utilise mes deux mains pour lui délimiter l'emplacement où il doit signer avec son sang. J’ai aussi un sac pour vomir dedans, déjà que le sang frais ne m'aide pas, alors l'odeur du parchemin je ne tiendrai pas éternellement.

"J'ai hâte de voir le résultat, enfin je crois."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Sam 11 Juil 2015 - 16:20

Autant dire qu’elle sait faire pour me rendre timide. Entre les embrassades et les contactes cela est clairement compliqué pour moi d’arriver à rester tranquille. Rouge écarlate. Mon amie commence surement à avoir l’habitude de cette complexité dans mon caractère. Nous étions donc deux à vouloir nous entrainer et donc après avoir creusé l’abcès sur cette chose nous commentions par le plus logique. Faire le pacte. Une signature et une emprunte des cinq doigts. Rouge comme pas possible la finalité de l’exécution tout en prenant connaissance de ce qu’il y a écrit sur le parchemin dont le nom de Shord Kyu qui est le dernier de la liste nous sommes maintenant près à commencer la première tentative. L’invocation faite, les signes incantatoires dictés par Koemi. Me voilà prêt.

L’incantation va apparaitre après cet amas de fumé. L’idée obstruant un tant soit peu notre vue l’apparition d‘un œuf d’araignée sous une couche gluante montre,,,, ben que je n’y suis pas arrivé du premier coup. Désinvoquant la chose, je regarde Koemi puis dit :

Désolé.

Avec ca nausée, cela ne doit pas vraiment l’aider. Baissant les yeux, par la suite je me mets à dire :

Sinon toi tu souhaites t’entrainer dans quoi ? Qui sait avec un peu de chance on peut aussi arriver à combiner nos deux maniements. Pour l’entrainement.

Enfin, si j’arrive à mieux faire qu’un œuf. Enfin après ça si c’est le cas de toute manière je ne vois pas comment elle pourrait m’aider. Elle n’est je ne pense pas experte en Kushiose et si elle à un entrainement à faire je me vois mal utiliser son temps pour rien. Puis qui sais avec un peu de chance j’arriverais à comprendre comment faire mieux et de la quand je devrais me familiariser avec mes invocations et connaitre leur force. Là je pourrais aider mon amie à progresser en même temps :

Je retente on ne sait jamais.

Refaisant les signes, je me mets à reprendre le sang qui coule de mon doigt. Utilisant une grande quantité de chakra je me mets à poser ma main au sol De là une araignée plutôt imposante se met à apparaitre, fonçant comme un forcené dans toutes les directions :

Des Des Kumojin. Qui est le fou qui m’a invoqué en plein territoire ennemie. Je vois je dois être en mission suicidaire tayo

Maintenant que j’y pense à l’époque où je n’ai plus eux de nouvelle de mes frère Kiri était en conflit avec Kumo et Konoha donc si les nouvels ne se sont pas rependue chez les araignées ils doivent encore penser que nous sommes des ennemies. (Je fais comme si tu m’as dit que tu souhaites entrainer ta téléportation ^^) :

Nous. Nous somme amie.

Cependant ce dernier ne semble pas vraiment les croire et semble vouloir s’éloigner. Houla sa sens la gaffe. Si l’arachnéen s’en va on ne sait quelle victime il peut faire :

Koemi, tente t’as technique.

Après tout l’entrainement peut aussi être fait ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Dim 12 Juil 2015 - 21:48

Bon, j'ai réussi à ne pas vomir c'est déjà un bon point. Bon, j'ai quand même était nauséeuse, mais ce n'est pas grave. Ainsi il est temps de s'entraîner et...

"Un instant s'il te plaît."

Je fais apparaitre un drap pour servir de paravent ce qui est inutile... Bon j'agis avec lui sans penser à sa particularité c'est une bonne chose non ? Bref, je me change pour une tenue de combat Kumojin toute simple. L'uniforme en quelque sorte des chûnin de notre village, celui que doit porter au bas mot 90% de nos chûnin donc. Puis je remballe le drap et fais signe à Kongoh qu'il peut essayer. Bon ce n'est pas grave, je le vois faire apparaître un œuf et pour l'encourage viens poser ma main sur son épaule avec un grand sourire.

"Même le plus long des voyages commence par un simple pas."

Autrement dit, ce genre d'entraînement est long et laborieux. Moi-même je suis certaine que d'ici que je sois clouée au lit avec un gros ventre, je n'aurais pas tant avancé que cela. Pendant que j'y pense, je ne lui ai pas encore répondu.

"Je voudrais pouvoir me déplacer rapidement. Je voudrais tenter de mélanger utilisation intensive de Taïjutsu couplée avec des sceaux de marquage pour augmenter de manière substantielle ma rapidité. Peut-être même qu'à long terme, je pourrais faire de très longues distances en un clin d'œil pour être là où on a besoin de moi."

Enfin c'est la théorie, on va dire. Je ne m'appuie pas sur rien, même si en temps qu'experte en fuinjutsu et spécialiste en Taïjutsu j'imagine que je le pourrais. Autant gagner du temps, j'ai retrouvé il y a quelque temps un parchemin dans les affaires de mon frère et ancien chef de clan. Bon, ça ne ressemble pas à grand-chose de plus qu'un parchemin plus ancien que lui avec plein de gribouillage, mais au moins il a fait le plus gros du travail en amont ça va m'aider.

"J'espère surtout que cela ne va pas être trop violent, je dois penser au fait que je partage mon corps avec quelqu'un d'autre."

À ce stade, il y a peu de chance que cela l'affecte tant que ça, mais dans le doute je vais rester prudente. Je prends des morceaux de papier et y mets le marquage habituel pour la plupart de mes techniques qui en nécessite et commence à les disséminer un peu au petit bonheur la chance alors qu'il retente son invocation. Une araignée kamikaze ? Il me dit de tenter ma technique, mais... Je n'ai même pas eu le temps de relire le parchemin de base. Du coup plus logique, donc les plus proches de lui sont ? Ok, je charge un de mes sceaux et fais les mudras pour faire ma technique de prison. Décidément il la voit à chacune de nos rencontres celle-ci.

"Je te laisse discuter avec lui, j'ai de la lecture à faire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Lun 13 Juil 2015 - 11:40

Chacun avions des pofinage à faire ou nous devions être tranquilles dans notre coin. Moi pour du coup maintenant parler avec un Kushiose ronchon et voulant tout faire péter pour un ancien maitre. Rien de vraiment étonnant car de ce que je sais les invocations sont souvent très lier à leur invoquer, un point que j’apprécie beaucoup dans ce genre de technique car cela permet aussi d’avoir des amis sur qui compter. Après que mon amie ait bloqué le Kushiose qui semble vouloir se débattre tout en criant, « Sortez-moi d’ici j’ai une tâche à accomplir. Je m’avance près de la sortie de cage puis dit :

Nous ne pouvons malheureusement pas te faire sortir, tu es encore dangereux pour Kumo.

Je ne vais pas mentir cela est inutile d’arriver jusque-là, cependant j’espère qu’au vu des maigre option il ne disparaisse pas pour retourner dans son monde. Qu’importe, de toute manière je ne peux pas vraiment choisir ça. L’araignée se retournant me faire face de ses quatre yeux :

Qu’importe j’arriverais à sortir tout seul.

Surement, mais tu vas devoir m’écouter en attendant c’est moi qui t’ai invoqué.

Quoi. Ha ha ha ha ha. Tu n’es même pas Kirijin laisse-moi rire. Pui un homme avec ton infirmité. Comment t’aurais pu lire les inscriptions :

Ne dit-on pas que l’union faite la force ? Mon amie a lu ce que je ne peux pas lire et ensuite j’ai fait le pacte.

Hé comment t’a eu le pacte ?

Le vielle oncle me l’a donné.

Ha ha ha encore plus aberrant, jamais il n’aurait fait ça à moins que t’insinue que…

Je baisse la tête puis sans un mot l’invocation compris où je voulais en venir, il semble que depuis la guerre l’invocation ne semble pas vraiment au courant des nouveautés et là nous étions deux à être dépité par l’inconnue jusque-là. Se dernier après un temps d’hésitation fut pris d’une colère noire niant l’état de son maître. Je sais que Shord les a entrainé dans la sensorialité et donc qu’il comprenne mon infirmité si rapidement ne m’a pas touché puis les araignées sont aussi réputé pour voir des choses invisibles à nos yeux. Lançant un acide sur la paroi je vois la cage cédée après cette action et celle de donner plusieurs coups dessus. Ceci me fit tomber et l’araignée commence à avancer une de ses pâtes aiguisées. Vers moi :

Si c’est vrai montre-moi tes vrais pupilles.

Pour nous le clan Kyu nous avions des pupilles bien différentes de la normale. La plupart du temps transformé par nos émotions je ne suis pas différent des autres. Enlève mes lentilles de contact je me mets à le regarder avec ces fameuses pupilles en forme d’étoile. Une étoile bleue. Une formation de pupille qui a fait peur plus d’une personne et qui dont nous a habituées à garder des lentilles pour la plupart :

Dento Kongoh du clan Dento, mais aussi du clan Kyu du côté maternel. Je ne maitrise pas la vapeur et ne maitrise pas la lumière. Cependant ma malvoyance et les pupilles du clan Kyu m’a donné une vision thermique. Je ne pourrais donc te donner une autre caractéristique du clan.

Je…. Je veux bien te croire mais pourquoi Kumo ?

Je suis aussi originaire du clan Dento, puis les temps de guerre son révolue. Et… Kiri fut détruit.

Je vois. Cependant tu m’en vois navrer, mais Shord mort je n’aurais plus de maître.

Je comprends.

Je ferais passer le message pour que les autres connaissent la vérité merci.

D’une explosion se dernier disparue. Je souffle un petit moment puis regarde vers Koemi pour voir si elle y arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mar 14 Juil 2015 - 11:56

Ah ces hommes... Ces mâles ? Les deux ? Je ne saurais trop dire. Enfin parfois ils ont besoin d'en venir aux... Mains ? Enfin soit, une fois sûre qu'il n'y a plus de fuites au programme, je profite d'un petit lâché d'acide pour faire disparaitre ma barrière. Au moins, ça donne l'impression qu'elle a cédée sous son coup, évidemment une barrière d'assez haut niveau ne saurait être cassée par une simple attaque de ce genre en réalité.

Bon, je les laisse discuter sans faire attention, je ne voudrai pas entendre de petits secrets malgré moi, ce n'est pas mon genre. Je continue de lire tranquillement donc pendant qu'ils règlent leurs comptes et se mettent au parfum, heureusement pas au sens propre du terme. En même temps, si déjà de base ce rouleau n'est pas forcement simple à comprendre, je vous laisse imaginer avec les annotations de mon frère dans tous les sens qui explique ou contredit parfois certain informations.

"Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliquer ?"

Je me doute bien que même si j'arrive à comprendre et utiliser les bases, maîtriser cette technique par contre sera bien plus long et fastidieux. J'en profite d'avoir à nouveau mes deux mains de libres pour commencer à tester divers types de sceau plus ou moins compliqués pour servir de marquage. Alors que Kongoh approche pour voir où j'en suis, une petite pile de sceaux gisent à mes côtés.

"Bon, cela va être beaucoup plus énergivore que je le pensais à la base."

Je me tourne vers lui, avec toujours ce grand sourire. Dans le fond, je ne suis pas énervée où autre, je m'attendais bien à ce que cela soit compliqué de toute manière.

"De ton côté alors ?"

Je le laisse répondre, me lève et lui fais un gros câlin. Peu importe au final que ce soit un câlin de réconfort ou de félicitation, j'ai juste envie d'en faire un honnêtement. Je me retire quand même assez vite pour ménager sa timidité en lui tirant la langue. J'écris alors minutieusement un sceau très complexe au pinceau fin. Je me demande si cela suffira, j'imagine que pour un essai cela ira. J'investis dedans une grande quantité de chakra qui l'imprègne, la moitié est consommée quand je le dépose un peu plus loin.

"L'instant de vérité."

Je retourne auprès de Kongoh, effectue une série de mudras et... Rien. Je reste surprise un instant puis me rends compte que la nervosité m'a fait faire deux erreurs. Je n'ai pas mélangé mon chakra comme il faut et je me suis trompée dans un signe.

"Si je fais n'importe quoi aussi."

Je recommence, fais tout ce qu'il faut cette fois-ci et... Je suis projetée en avant. Je ne m'attendais pas à une accélération aussi violente, du coup mes muscles n'ont pas suivi comme il faut. Résultat, je tombe au sol près du sceau et j'ai la tête qui tourne. Je suis donc au sol à moitié sonnée, un entraînement qui va être long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mer 15 Juil 2015 - 14:06

Qu’importe la difficulté j’arriverais à faire de ce parchemin mon patrimoine. Une arme servant mes idéologies. Quoi qu’il en soit je suis revenu à zéro. Je repars voir ma partenaire d’entraînement cette dernière me demandant si j’ai réussi je lui réponds :

Je vais devoir repartir à zéro….. Je…. Ne sais même pas comment… J’ai fait pour le faire… Apparaitre.

Me prenant dans ses bras, je me mets à rougir de nouveau. Comme quoi même avec l’habitude cette mimique est tenace pourtant cela est de moins en moins gênant. Deux jours et j’arrive à ce stade, si je continue dans une semaine je suis totalement guérie. Bon qu’importe, là n’est pas le sujet de départs. Après cette accolade ma partenaire tente sous mes yeux de recommencer son tour avec les modifications qui s’impose. Rien, de nouvelle modification et elle disparut de ca position pour apparaitre un poil plus loin, je la regarde puis voit le mal qu’elle semble prendre en faisant cela la rattrapent pendant ca chute je commence à m’inquiéter. La chaleur de son corps semble plutôt augmenter, mais pas de manière drastique et donc dangereuse pour l’enfant ou elle cependant je me sens obliger de lui dire :

Tu devrais faire attention à toi pendant tes entraînements. Mal utilisé, cela semble plutôt très risqué… Puis, s’il te plaît laisse le temps à ton corps de reprendre, même si tu te sens de nouveau d’attaque j’aimerais que tu attendes au moins une heure pour être sûr que rien ne vous arrive.

Pour être franc je ne la laisserais pas recommencer. Je ne supporte pas voir les gens prendre de tels risques. Bien sûr en tant que ninja elle se doit d’améliorer son art et je ne peux l’empêcher de réitérer au risque qu’elle en soit pénaliser dans le champ de bataille, mais cela ne se fera pas sans quelle laisse son corps reprendre de cet effort inhabituel. Puis :

Si tu…. Fait ça pour moi…… Je….. Je devrais te remercier et t’offrirais un encouragement comme tu sembles les apprécier.

Oui cela est une épreuve supplémentaire, mais s’il faut qu’elle supporte l’attente je vais devoir moi aussi mettre du mien. Bon en attendant à mon tour de progresser car si elle a réussi à faire un pas-de-géant, moi je suis resté à zéro pointé. Le premier coup j’ai sous dosé mon chakra et la dernière j’ai dû la surdose. Donc autant que je fasse le juste-milieu. Non pour plus d’assurance je vais mettre un peu plus que la première fois. La signe fait je me concentre et pose ma main au sol, la fumée apparaît et là je regarde l’apparition. Réussi. Enfin je crois, car juste en face de moi j’ai une araignée qui semble totalement banale. Je regarde ma partenaire et lui dis :

Tu… Tu crois que c’est bon ?

Bon quoi ? Tu veux me manger. HHHaaaa non je ne veux pas mourir avalé par un punk.

Non, je ne vais pas te manger. Je t’ai invoqué. J’ai eu peur d’avoir raté.

Hm sur, tu ne me mangera pas hein ?

Non, promis.

L’araignée me fixa donc sans un bruit pendant dix bonnes secondes, afin d’éviter de la vexer je la regarde silencieusement et attends. Si je veux arriver à quelque chose je dois établir un lien de confiance avec plusieurs invocations. Puis d’un coup :

Hooo, ils sont drôles tes yeux, j’en ai jamais vue des comme ça. C’est bizarre ils ont l’aire tout vide et ce n’est pas gênant d’en avoir que deux ?

Ah vrais dire là il m’a cloué le bec vous vouliez que je réponde quoi. A peine je me suis posé la question que l’araignée était sur mon visage en trains de regarder mon œil. L’araignée a vue même à travers mes pupilles que mes yeux sont différents :

Je suis aveugle de naissance mais doté d’une vue particulière. Une vue thermique.

Nan c’est vrai, tu vois rien. J’ai combien de pattes ? Dit dit dit.

Huit comme toutes les araignées je suppose. Pui j’ai dit que j’avais une vision thermique.

Ha c’est vrai. Mais ça ne t'intéresse pas de pouvoir voir ?

Ben, disons que ce n’est pas possible pour moi.

Ben si.

Non, mes yeux sont morts.

Oui mais pas les mien. Et je peux t’apprendre à emprunter ma vision comme ça tu verras tout comme moi.

C’est. C’est vrai ?

Oui, puis t’es gentil donc je t’aime bien le punk.

Appelle-moi Kongoh. Tu t’appelles.

Je m’appelle pas l’araignée n’ont pas de nom. Bon, trêve de parole je veux que tu regardes le soleil. Vois voilà. Pour cela on doit savoir mutuellement qu’on le veut et tu dois.

Finissant de m’expliquer dans l’oreille l’araignée regarde Koemi et dis :

Les techniques entre invocateur et invocation son secrète, tu n’écoutes pas, sinon je te boude.

Devenant rouge je ne sais pas quoi dire. Puis voilà que l’araignée se met dans mes cheveux et dis :

Près ? First tentative. Une deux trois go.. Ha échoué… Non toujours pas, pas encore non, non

Heu attend je n’ai pas encore tenté le coup.

Bon autant vous dire que cette araignée va rapidement m’épuiser physiquement, cette dernière a autant d’énergie qu’un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mar 21 Juil 2015 - 8:32

Bon il rougit encore, mais au moins c'est de moins en moins fort et de moins en moins longtemps c'est déjà une évolution flagrante. Il ne sait pas trop par où commencer et c'est normal dans ce genre de situation. J'ai la vague impression qu'il est au moins en partie autodidacte. Enfin plus important même si c'est un peu plus égoïste à dire, je me suis bien mise en danger, non, je les ai mises en danger surtout. Je suis essoufflé et j'ai l'impression que je viens de découvrir un nouveau stade de la douleur... Je ne suis donc pas difficile à convaincre quand il m'indique qu'il est temps de me reposer un certain temps quand même.

"Ce sera plus raisonnable oui."

En plus, il me promet une récompense, que demande le peuple ?! Enfin je ne suis pas plusieurs personnes et... Bref. Il va être temps pour moi de l'observer plus que d'agir, une heure hein ? Ce n'est pas comme si j'étais impatiente de base de toute manière. Enfin tout de même, si a chaque tentative je dois m'arrêter une heure c'est sûr que d'ici que je ne puisse plus bouger je n'aurais pas beaucoup progressé. En tenant en compte de mes responsabilités, enfin soit, je m'en préoccuperai plus tard.

Quand même... Ces araignées sont loin d'être agréables à regarder. Enfin, je ne pense pas que cela soit leur faute. Alors j'imagine encore moins pourquoi elles pensent qu'on puisse les manger ? L'humain est-il réellement un de leurs prédateurs ? Je vagabonde dans mon esprit alors qu'il discute avec sa chose.

Je suis tellement absente et inattentive que je finis par chantonner. Déjà que de base je n'aime pas épier les conversations dont je ne fais pas partie, mais avec la douleur, ma concentration bat des records d'inexistence dans l'immédiat. Finalement je sursaute quand l'araignée m'adresse la parole.

"Ah ?! Heu ? Pardon ? Non non, je n'écoutais pas pardon ? Ah tans mieux.... Ok donc, je n'écouterai pas la suite promis."

Qu'est-ce que j'ai chaud... Ce n'est pas le temps extérieur, pas non plus ce que je ressens. Non, c'est juste que j'ai les muscles échauffés, surement l'effet secondaire de la technique de tout à l'heure. C'est assez traitre, si je n'avais pas attendu aussi longtemps j'ai facilement pu faire de gros dégât à mon corps. J'imagine que lui a vu la chaleur de mon corps, sa vue particulière... Bon, en principe je ne ferai pas ce genre de chose, mais il est-ce qu'il est, sa vue l'est tout autant et j'ai vraiment chaud zut !

Quoi alors ? Je défais mon haut et mon bat pour laisser de la chair visible. Pour lui je ne suis qu'un tas de taches de couleurs plus ou moins rouges de toute manière et même s'il devait voir il ne le ferait pas donc j'en profite oui.

"Je vais me rafraîchir dans l'eau Kongoh... heu... Un problème ? Pourquoi es-tu aussi rouge ?"

Bon, oui à ce moment je suis en tenue d'Ève et prête à me mettre à l'eau, mais il ne voit que la chaleur. Je ne comprends vraiment pas sa réaction. Peut-être que son imagination est assez développée... J'ai entendu une théorie là-dessus, ce qu'on imagine est toujours pire que la réalité non ? Donc le fait de voir tous mes vêtements au sol ? Noooooooooooon ! Ce n'est pas son genre. Je pique une tête nue comme un ver, mais bon je n'ai rien à craindre avec lui et même si son araignée, mon fixé, tout le long, ce n'est qu'une araignée non ?

Ah ! Que c'est bon de se donner à la nature comme le dirait une idiote avec des culottes bizarres que j'ai croisées dans les bains de Kumo une fois... Bon forcement de l'eau froide sur des muscles chauds ce n'est pas la meilleure des idées, mais j'ai de la chance, elle est simplement tiède... Allez savoir pourquoi moi et la nature vous voyez ? Je les laisse en paix et me contente de caresser affectueusement mon ventre en pensant au ou aux petits monstres qui grandissent dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mar 21 Juil 2015 - 18:13

Ça se ne fut pas vraiment prévus. Mes yeux se mirent à voir aussi ce que l’araignée me montre. Je peux de nouveau voir les détails, les couleurs et même le soleil. Enfin pour cela il va falloir que cette fourmi regarde le ciel. Koemi se mettant à son aise l’araignée se met à regarder en sa direction. Quand d’un coup je comprends l’idée. Devenant de plus en plus rouge, je regarde mon ami qui semble étrangement ne pas comprendre ce qui se passe. Je tente de fermer les yeux mais con comme je suis, je ne pige pas que cela ne sert à rien. Vu que je ne vois pas avec mes propres yeux. Ensuite je tourne la tête mais me voyant rougir et dans tous mes états cette araignée rigole en tournant en même temps que moi pour garde les yeux braqués sur son corps puis il se met à dire :

Hé hé, tu vois ça peut être intéressant de voir hein.

Entrant dans l’eau cela fut passé. Je ne voyais que ce qui dépasse de la surface et pour le moment on peut dire que c’est plutôt correct. Essoufflé d’avoir bougé en vain pour rien je me met à attraper l’araignée puis la posant par terre, je me met à dire d’une voie forte :

Non c’est malhonnête de faire ça. Surtout sans qu’elle ne soit au courant.

Gloups le mot de trop. Moi qui ne sais pas s’il faut que je lui dise ou non, maintenant elle va se poser de sérieuses questions. Timide je me mets à m’asseoir puis la sort désactivé je me sens bête de n’avoir pas pensé directement à annuler le sort. Quel crétin. Faisant un face palmer, je me met à dire :

Pourquoi je n’ai pas pensé plus tôt à désactiver le sort ?

Je regarde de nouveau mon amie et lui dit :

Dé… désolé mais. Mon… Kushi..ose a lancer un sort… Pour… Pour heuu. Ben Dison… Me permettre de voir… a travers.. ses yeux….. Désolé.

Hein non ce n'est pas vrai, je n'ai rien fait puis ce n’est pas bien de cafter. Sale mouchard, mouchard, mouchard.

Je ne sais pas sur quelle invocation je suis tombé mais je ne risque pas de m’ennuyer avec elle. Sans compter qu’avec ma timidité, je risque d’avoir de gros problèmes pour gérer les deux en même temps. Je sens que ma vie va se passer à dormir manger et me cacher sous un trou que j’aurais moi-même creuser pour remettre la terre par-dessus moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Ven 24 Juil 2015 - 15:03

Je ne voulais pas entendre ce qu'ils se disaient entre eux comme promis, mais forcément s'il beugle je vais avoir du mal à faire ainsi. Enfin, j'exagère, mais ce qui est une voix forte pour lui porte quand même très bien surtout dans un endroit aussi calme. Malhonnête ? Ah surement leur discussion privée que je ne suis pas censée entendre. Alors je vais simplement faire semblant et batifoler dans l'eau. Bon, ça a été désagréable au début, mais finalement c'est bien maintenant.

Finalement, il s'explique. Je mets un long moment à comprendre, enfin instant plutôt. Ah ? Alors il m'a vue nue ? Vous imaginiez quoi ? Que j'allais hurler et lui lancer un objet à la figure. Je n'ai peut-être que seize ans, mais j'ai évolué tout de même. Je ne suis plus une gamine, je suis une kunoichi. Bon, je suis aussi une jeune femme enceinte, mais c'est un autre sujet.

"C'est vrai que ce n'est pas bien de faire ce genre de chose."

Un petit rire plus tard, je m'étire un peu toujours dans l'eau puis dit d'un air un peu taquin.

"Cela veut aussi dire que la première chose que tu as vue d'une autre manière est mon corps. Je m'en sens honorée."

Si seulement je n'avais rien de plus idiot à dire derrière, mais ça serait trop vite oublié qu'une bonne partie de mon éducation, c'est fais en observant une certaine grande-soeur. Miae, tu me manques tellement...

"Alors Kongoh, est-ce que je suis belle ?"

Je le laisse réagir, je ne sais pas réellement comment ça va être, mais au vu de sa timidité, j'imagine un peu tout de même. Je respire un bon coup, profite de l'instant présent en quelques sortes. Pour une fois depuis un certain temps, je ne suis qu'une amie, peut-être aussi une belle femme, mais j'en oublie un moment mes responsabilités. Finalement, je pense que la plaisanterie est allée trop loin, du coup, je change de ton, passant de la gamine à un bien plus calme, posée et même maternelle.

"Kongoh, ne te sens pas coupable pour si peu. Je suis une Shinobi, a mes douze ans bien des hommes avait vu mon corps et ce n'était pas une erreur dans leurs cas. Un regard innocent comme le tien est bien plus agréable a porté que ses regards lubriques et malsains... "

Évidemment, il n'en faut pas bien plus pour que la gamine en moi en profite à nouveau pour s'extérioriser. Je sors de l'eau et m'allonge sur une serviette de côté toujours en tenue d'Eve et le regarde fixement. Forcement, je ne me mets pas sur le ventre pour une raison évidente.

"Si tu veux me regarder, il te suffit de demander. Moi, ça ne me gêne pas. J'aimerais me sentir belle avant d'avoir un ventre énorme et de me sentir énorme et boudinée..."

J'ai déjà un bidon bien visible quand même, je le caresse un instant avec un grand sourire et attends sa réponse, en sachant pertinemment qu'il va se retourner plus vite que son ombre, si ce n'est pas déjà fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mar 28 Juil 2015 - 11:18

Nue comme un verre, elle semble plutôt décontractée. Au moins on ne peut pas dire d’elle qu’elle est timide. Le total opposé de moi. Elle semble même plutôt contente de pouvoir se montrer ainsi avant d’avoir le ventre rond. Ma technique en liaison avec mon Kushiose, je n’ai plus de vision normale et retrouve ma bonne vielle vision thermique. Elle commençait en me disant que de faire ce genre de chose et mal, puis elle rétorque de suite sur le fait que la première chose que j’ai vue c’est elle en tenus topless mais sans maillot. Déjà là je me sens déjà mal. Mais la question qui suit peut faire un magnifique fatality. Si elle veut me tuer en finissant un combat ainsi elle n’aurait pas pu mieux faire. La question est si elle est belle. Devenant rouge je commence à tourner de l’œil. Bon il faut que je m’assoie. Après dans un sens je n’ai pas d’autre model de comparaison, et cela, même dans des revues ou même rien qu’en bikini. Car de toute manière je ne voyais que de brèves formes. Visuellement à part le changement de chaleur qui différencie l’un et l’autre ils sont presque tousses la même forme. Le mieux c’est de répondre par le silence. Cela évite d’être trop gêné. Après cela quelques minutes après pour bien faire patienter mon petit cœur en mousse elle se mit à me dire de ne pas me sentir coupable.

Elle expliqua qu’à ses douze ans par son métier elle a déjà dû montrer son corps plus d’une fois. Personnellement, je ne trouve pas que cela soit tout de même une raison. Continuant dans la foulée se posant au soleil sur l’herbe avec ses rayons lumineux se posant sur son corps elle se met à me dire que je peux maintenant regarder. Ben voyons comme si cela était mon genre. Bon ok un petit coup d’œil alors. Rien qu’un. Non je déconne. Ma vision stoppée de toute manière sauf si je la réactionne, je ne le peux pas. L’araignée commençant à redire des élucubrations je me mets à la desinvoquer, puis je me mets à me coucher et à poser ma tête à côté d’elle sur l’herbe. Regardant tous les deux le ciel je me mets à lui dire :

Ce genre de chose ne devrait pas arriver, encore moins à douze ans et même si tu es une Shinobi, ses hommes doivent être jugés pour ses actes.

Ce genre d’acte peut donner des séquelles à vie. Certaines personnes peuvent même avoir du mal à arriver à construire une vie sociable sans crainte que ça ne recommence. Même si cela ne fut pas son cas comment vont réagir les suivantes. Piétiner la vie personnelle d’une personne. Un acte qui dans ce monde est bien insuffisamment punie à mon avis. Enfin évitons de poser un froid, me mettant à recommencer sur une autre conversation je me mets à dire :

Le clan Kyu a pour habitude d’honorer la vie et la mort en posant un objet dans la nature en guise de symbole. Cela peut être une statuette comme une bougie ou n’importe quoi qui représente la personne. Bon, du coup je suis loin d’être un voyageur alors je vais poser un objet dans ses lieux pour la naissance de l’enfant.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Ven 31 Juil 2015 - 16:05

Un petit rire plus tard, je le laisse réagir et réfléchir a tout cela. Pas de réponse alors sur ce qu'il pense de mon corps, cela ne m'étonne pas, puisque moi-même, j'ai bien dit que c'était la première fois qu'il voit autrement. J'imagine donc que pour faire une différence avec les autres. Mais au moins, ce n'est pas un vil flatteur. Bon bien évidemment, je n'ai pas spécifié que : Mais quand j'ai fait la mission de strip-tease et d'autre similaires par la suite, j'utilisais le henge pour avoir un corps d'apparence adulte. Enfin ça ne changea pas qu'au fond, il envoyait une gamine faire un travail d'adulte. Mais c'est cela la vie de Shinobi et je l'ai accepté quand j'ai fini l'académie, nous sommes des outils.

J'essaye alors d'imaginer à quoi je peux bien ressembler au travers de ses yeux. Est-ce que je suis chaleureuse ou juste des déclinaisons de couleurs qu'il arrive à comprendre mieux que d'autres ? Est-ce qu'il se rend compte contrairement à moi, que je ne vais pas simplement avoir un enfant, mais deux belles petites jumelles qui attendent sagement leurs heures et se contente de grandir en attendant de voir un jour le monde et de le découvrir ?

Enfin soit, je l'écoute tout en me séchant maintenant et en remettant lentement mes habits. Une tradition ? Je le laisse faire, moi je ne vois pas trop quoi mettre sur place et ensuite je m'échauffe doucement pour pouvoir m'y remettre. Oui, on est un peu ici pour s'entraîner quand même entre autres.

"Je vais m'y remettre doucement, il va bien falloir que j'en profite tans que je le peux encore..."

Et encore au vu de l'état dans lequel j'ai était il y a peu de temps à mon dernier essai, je pense que je vais faire encore plus attention a ma préparation et au malaxage de chakra. Je ne tiens absolument pas à faire naitre un ou une morte née en ne faisant pas attention à mon corps qui nous abrite. Je respire profondément, recréé des sceaux plus précis pour l'occasion et réfléchis à comment améliorer mon placement et mon mélange de chakra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Sam 1 Aoû 2015 - 16:50

Le temps passe et notre entraînement se fessait bien tranquillement, après tout nous étions entre nous et cet entraînement n’a rien de vraiment officiel. Pas de Sensei, pas de pression ou d’obligation d’apprendre une technique pour notre pays cela est simplement pour notre propre compte. Évidemment, chaque chose que l’on apprend est une chose utile pour no mission et notre survie. Cela nous donne un moyen d’être plus compétent dans notre travailler et aussi de survivre. Nous sommes loin du métier le plus simple du monde et il est encore moins le plus sûr pour notre vie. Chaque mission peut tourner au vinaigre et faire de celui-là notre dernière mission. Bon quoi qu’il en soit nous devons profiter de chaque instant.

Bon, on c’est arrêté suffisamment longtemps il faut tout de même reprendre maintenant. Commençant donc à me lever je me mets à m’étirer pour que mon corps reprenne de la pause. Je m’éloigne un peu de ma partenaire car bon, si elle se téléporte près de moi on ne sait jamais ce qui peut arriver. Puis je recommence mon entraînement pour l’invocation. Plusieurs tentatives et plusieurs fois je tente de me souvenir de la quantité de chakra pour invoquer telle invocation. Car pour recommencer avec la même araignée, il me faudra me souvenir de la différence de consommation des différentes personnes que je souhaite appeler sans compter la forme de l’araignée et penser à la bonne invocation, car sinon cela peut invoquer une araignée de même force, mais n’étant pas la même. Cela d’enregistrer après c’est la coalition, entre eux et moi qui fait qu’on sera efficace en combat. Si l’on ne connaît pas nos défauts et nos qualités et aussi de quoi l’on est capable. Tout se passe comme des roulettes et l’entrainement qui commence maintenant a bien durer et plutôt gratifiant surtout que j’évolue très rapidement dans cette maitrise des Kushiose, sans compter qu’avec leur compagnie, je me sens surement moins seule dans l’avenir. Plusieurs heures passent et je commence à vraiment fatiguer. L’effort physique entre l’exercice avec les Kushiose et leur invocation, sans compter que j’ai tenté de les invoquer plusieurs fois pour être certain d‘avoir le bon coup de main.

Les autres exercices fut aussi très complet. Entre l’apprentissage des techniques des araignées et la mémorisation des techniques de chacun des bêtes, j’en ai des choses à retenir et surtout du travail à faire derrière, car non tout cela ne va pas se faire en une journée. J’apprends grossièrement ses techniques pour plus tard pouvoir les améliorer seul. Les araignées me donnent la base quand que je peux les voir puis à mes moments perdus je les finaliser. Me voilà à cours de jus. Plus de chakra et j’arrive à peine à me tenir sur mes jambes, donc imaginer arriver jusqu’au village s'est mort. Je regarde mon amie puis lui dis :

Je suis épuisé, je vais dormir ici.

Montrant du doigt un arbre parmi les autres, je me mets à dire :

Sur le tronc j’ai caché une corde qui en appuyant dessus laisse tomber une échelle. J’ai fait une cabane pour dormir avec un minimum de confort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin, Chef de ClanTsukiyo, Conseiller de Kumo, Chef du Sasoriza
Messages : 379
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Mer 5 Aoû 2015 - 20:29

Ainsi, l'entraînement se poursuis, de son côté il invoque des araignées toute plus... Poilu les unes que les autres. Je dis ça pour rester polie, je suis loin d'être fan des araignées, mais de la a dire ouvertement qu'elles sont moches... ... ... Oui bon c'est le cas, la grosse qu'il a invoquée vers le milieu m'a presque fait rendre mon petit déjeuné ! Je n'aime pas les araignées ! Enfin bref. C'est lui qui les invoque, ce n'est pas moi donc ce sera son problème. Dans un combat je n'y ferai pas plus attention que cela et j'imagine que même dégoutante, si elle me sauve la vie je serai me tenir.

De mon côté, j'ai moyennement avancé. Pourquoi moyennement ? Il est très dur de trouver le bon malaxage de chakra et le fait d'être enceinte ne m'aide pas. En plus de cela, toute erreur trop grande m'oblige à me reposer au moins une bonne demi-heure pour éviter de risquer ma santé ou celle de ma progéniture. Mais finalement j'ai quand même avancé, même si c'est en demi-teinte à cause des arrêts trop réguliers.

Finalement le temps passe, le soleil commence déjà à décliner. Cela me rappelle la fois où j'ai campé avec Miae... Enfin soit, il dit avoir sommeil, puis m'indique comment trouver sa cabane secrète cachée sur place. Bon, c'est vrai qu'avec mon ventre je suis assez contente de ne pas dormir seulement dans un sac de couchage. Mais je suis aussi surprise d'une telle préparation. En même temps vu que ce lieu est tout particulier pour lui, j'imagine que c'est normal.

Je l'aide donc à sortir l'échelle, monte avec lui et descelle de quoi augmenter le confort de cette cabane qui va nous accueillir cette nuit. D'ailleurs pendant que j'y pense.

"Au fait, si j'ai encore une petite crise de "câlin nocturne" il suffit d'appuyer sur ma nuque, généralement ça suffit à me faire lâcher prise, sinon caresse un peu mon dos entre mes deux omoplates. Pas que j'ai une force exceptionnelle, mais en tant que spécialité du taïjustsu et ne mesurant pas ma force en phase de sommeil, il vaut mieux prendre nos précautions."

Je ne dis pas ça sur le ton de la plaisanterie comme j'aurais pu le faire plus tôt, c'est sérieux. J'ai déjà failli étouffer une personne avec un de mes câlins de l'ours une fois. Mais puisque trop de sérieux ce n'est pas drôle non plus.

"Deux adultes en bonne santé isolés dans une cabane, si ça finit par se savoir les gens vont jaser."

Puis je pouffe de rire en préparant un peu de thé pour nous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi] Ven 7 Aoû 2015 - 14:20

Avec les instructions, on peut arriver facilement à trouver la cabane. Ce qui fut facile pour mon amie. Je sais parfaitement à quoi m’exposer quant à la suite des évènements. Cette femme et clairement l’inverse de moi. Elle est libérée de plusieurs complexes et c’est libéré de toute contrainte formelle faisant de ses mouvements se quelle souhaite et donc en commençant à la comprendre on peut arriver à analyser la suite des évènements. Cependant penser que cela peut continuer aussi pendant son sommeil fut très surprenant et je me surpris moi-même à en rigoler. Je ne me moque pas bien sûr, cela est juste drôle quand l’on y pense. Je ne maitrise pas le Taijutsu et elle avoue maîtriser pendant son sommeil la technique du câlin broyeur d’os. C’est une maitrise plutôt rare qui demande bien plusieurs sacrifices pour arriver à un résultat excellent. Bon en tant que ninja je suis aussi un peu résistant, mais bon face à sa seconde confection, je me mets à abdiquer que je risque de subir cher. Elle maitrise donc le Taijutsu et le fuinjutsu. Deux maitrise totalement inverse au mienne :

Je sais comment… Éviter ce problème.

Puis de toute façon avec ma vision thermique je ne peux pas vraiment dormir les yeux totalement fermés vue que mes pupilles ne suffisent pas pour m’empêcher de voir. Avant le thé tout en rigolant avec elle ma timidité commence à s’échapper. J’apprécie particulièrement cette femme et à la suite de ce thé je tombe littéralement de fatigue après tout c’est logique vue que j’ai épuisé toutes mes réserves de chakra :

En te connaissant j’ai le sentiment… Que tu t‘en fous un peu. Ha ha ha.

Ce qui est plutôt pour moi l’inverse. Non pas que j’aurais honte non loin de là, qui trouverais ça honteux d’avoir réussi à amener une jolie fille dans ca cabane ? C’est plutôt ma timidité qui prend un sacré coup. Le lis m’appelle et donc pour éviter qu’elle soit obligée de partir se coucher en même temps que moi je me mets donc à lui expliquer l’idée. Je pris une corde, non je ne vais pas la saucissonner, vous imaginer l’idée perverse que ça peut donner. Je sens déjà la blague sur ce dernière. Je lui prends la main, puis pose mon pogné sur son poignet puis lui explique qu’en attachant les deux cela réduira ses mouvements et si cela se fait trop insistant me réveillera ce qui empêchera tout accident et ainsi je pourrais caresser ça nuque affin d’éviter la casse. Quoi qu’il en soit j’espérais finir ma nuit en un seul morceau.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un présent du passé [Koemi]

Revenir en haut Aller en bas
 

Un présent du passé [Koemi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-