N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Ven 10 Juil 2015 - 11:27

La ville portuaire de Senun et son port… Non loin de la baie du sud, cette ville portuaire est l’une des plus peuplée du pays tout simplement parce qu’elle est l’une des villes les plus prospères. Ici, c’est d’abord le produit de la pêche qui fait vivre les gens. Le moteur premier du dynamisme économique de cette contrée. Tout ce qui tourne autour du secteur de la pêche. Le commerce y est fleurissant. L’on voit du tout ici, des produits directement liés à la pêche et par conséquent intéressant directement les pêcheurs, ou les produits appelés à satisfaire une clientèle de plus en plus diverse au fil du temps.

Me voici près de la partie militaire du grand port de Senun. C’est ici que l’expédition envoyée à Mizu no Kuni est censée débarquer. Tout est prévu, tant le circuit que leur navire empruntera que le lieu de débarquement, même l’heure est fixée et nous n’en sommes plus très loin. Il est presque trois heures du matin. Une heure où le maximum de gens est couché. L’heure idéale pour ce type d’opération : un retour des troupes du Pays de l’Eau.

Je suis en tenue du Satoru. Je suis seul, c’est-à-dire, sans le moindre ninja de l’unité d’élite avec moi. Les seuls shinobis ici présents sont ceux affectés au port de Senun et plusieurs équipes médicales. Je pose un pied, celui de droite, sur poteau d’amarrage. La brise caresse mon visage m’apportant ce parfum particulier, cet air marin que je n’ai plus trop souvent le plaisir d’humecter. Depuis que je suis Raikage, mes rares sorties sont liées à des événements exceptionnels : l’enterrement du Seigneur de Tetsu Yakogote Tochiro, l’intervention dans la base du sud de Kaminari pour faire cesser les combats entre serviteurs et forces loyales kumojines, la tentative d’attaque surprise sur le Shoraizen… Bientôt deux ans… et si peu de sorties. Dire qu’il y en a qui se plaignent de ne pas assez… se promener. J’avance mon buste vers cette brise marine insaisissable, mes bras sont désormais posés sur ma jambe me conférant une position plutôt bestiale. On aurait dit un loup prêt à attaquer.

Je les entends, ils sont encore loin, mais mon ouïe, plus fine que celle des autres me permet d’entendre bien avant que les autres n’entendent, de pouvoir percevoir, avec de la concentration certes, la plus fine vibration autour d’un certain périmètre et je sais qu’ils arrivent. Les rescapés de cette première intervention nécessaire. J’ai eu quelques échos de ce qui s’est passé. L’on m’a informé de cette quasi débacle. Je n’ai d’autres mots pour nommer la chose. Du moins d’après ce que j’en ai entendu dire. Mais avant de prendre les moindres décisions, je veux avant tout les voir, sonder leur état psychologique et physique. Je veux entendre leur version des faits et surtout, je veux parler avec le chef de cette expédition.

Une fois que ceci sera fait, je pourrais moi-même m’investir pour la suite des opérations. J’aurais peut-être dû y aller dès le début. Peut-être allais-je regretter ce que j’allais entendre. Si les échos que j’en ai eu se révèlent exacts…

Je ravale ma salive bruyamment.



Explications:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 275
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Ven 10 Juil 2015 - 14:44

Consternation.

IL avait été dépêché par une équipe médicale après sa défaite face à Van et avait pus rentrer avant le reste de ceux qui avait survécu. Loin du champ de bataille il était resté pas moins d'une semaine inconscient. Entamant sa convalescense il avait opter pour changer et devenir meilleur et plus fort. Il souhaitait devenir une personne sur laquelle on pourrait compter. De sa théorie du prince il en déduisa que cet Homme Seki Zennosuke, le raikage. Celui qui endossait toutes les peines du villages sur les épaules mais que la foule adulait. Bien que certain le contestait. Il était sur le port. Il attendait certainement les shinobis rentrant du front. Shinsuke l'apperçu, Il avança doucement jusqu'au lieu de rendez vous. Cette ville portuaire sentait le poison. On apercevait l'horizon. Message d'espoir ou d’une inéluctable tragédie. Tel été la question. Il fallait pour Shinsuke raconter ses exploits, faire un rapport de ce qui était arrivé à son groupe. Mais surtout lui qui devait impérativement se racheter au yeux du village, comment ferait-il pour annoncer au Raikage que la moitié de ses hommes sont soient mort soit gravement blessés. Et surtout que Koemi a été capturée.


* Le vent souffle ce matin. Seki Zennosuke. *


Il avança jusqu'au Raikage, les autres ninja amarraient et bientôt le port se retrouva bonder par de nombreux guerriers, certains avaient perdus une jambes, d'autre un bras. Il en manquait énormément. Il vus des visages familier des personnes qui peut être espéraient le voir mort ? Il alluma une cigarette et en tira quelque bouffé. La fumé dansant jusqu'au ciel. Il se mit dans la foule et fit un pas en direction de la foudre royale, de celui qui gérait le village. La figure de proue. L'homme qui dans l'ombre frappe comme le tonnerre.



- Je suis Nitobe Shinsuke Genin de Kumo. Je viens à vous aujourd'hui couvert de honte. Je viens à vous la mine déconfite par la défaite que j'ai connus. Je suis le seul apte de mon équipe pouvant en faire le rapport. Nous sommes tombés sur une armée Shukajin. Dirigée par deux ninja d'élite. L'un d'entre eux celui que j'ai affronté se nommait Van. Il ma sévèrement battu et laissé pour mort. Une équipe médical me transporta d'urgence à l’hôpital du village pour des soins d'une grande intensité. Dans mon équipe se trouvait Tsukiyo Koemi ( impassible ). Elle a été enlevée par Les deux généraux du Shukai. Sans que je puisse faire quoi que se soit. J'en suis navré. Et je suis prêt à me seppuku si j'ai faillis à mon devoir.



Miné psychologique par un échec retentissant, le samouraï baissait les yeux. Shinsuke sans volonté d'en dire plus car il baignait les deux pieds dans la culpabilité. N'osait pas tenter de savoir si d'autres ninjas avaient connus le même sort. IL restait là droit comme si son âme avait quitté son corps attendant les remontrances.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 539
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Sam 11 Juil 2015 - 2:03

Avec difficulté, nous avions quitté les lieux du combat. Je portais Mikami sur mon dos qui était toujours inconscient, je me déplaçais au côté de Hattan qui lui était chargé de porter toutes nos armes. Nous nous déplacions rapidement sans même nous adresser un seul mot. J'avais retiré la veste que je portais pour la mettre autour de ma taille. Je me trouvais donc torse nu à sauter d'arbre en arbre avec mon prisonnier sur mon épaule droite.

Soudain, à quelques kilomètres du lieu d'extraction, plusieurs Kumojin arrivèrent pour nous aider. Ils ne m'inspiraient pas vraiment confiance, il se pourrait que ce soit deux Shukaijin déguisés. Ils me proposèrent de prendre le prisonnier puisque nous étions battus et que nous étions exténués, mais je refusais craignant qu'ils fuient avec notre prisonnier. Ils me demandèrent si le combat s'était bien passé et si l'homme nous avait posé beaucoup de problèmes ou bien s'il était dangereux, mais je les rassurais en leur affirmant que c'était l'ennemi le plus sain et plus gentil que j'avais vu jusque-là, en ajoutant qu'il était certainement plus sain, et plus, gentil que certains Kumojin.

Ils nous escortèrent jusqu'au point d'extraction là où nous pûmes nous soigner, nous reposer et faire un rapide rapport à notre général qui était sur les lieux de sorte à ce qu'il puisse examiner la situation. Je lui fis part de ma situation et c'est alors qu'il me félicita pour ma victoire. Victoire ? Je n'appelle pas ça une victoire, surtout que c'est grâce à l'énorme gentillesse du Shukaijin que nous avons gagné. Ce sera mon prisonnier personnel, je m'assurerais que personne ne lui cause du tort et qu'il soit bien traité, je lui rendrais également visité régulièrement pour m'assurer de son état.

Je m'étais lié d'amitié et de sympathie avec lui alors que nous nous étions battus sans lésiner sur les moyens, alors que pourtant, nous étions ennemis et qu'il a essayé de me tuer, tout comme moi d'ailleurs. Il est vrai qu'il m'avait énervé durant le combat, mais dans le fond, je ne lui en voulais pas. Avec le recul, en me remémorant le combat, de nombreuses choses me parurent limpide, claire comme de l'eau roche.

Je commençais à me détendre, les médecins me prirent en charge, nous pûmes discuter et rigoler, tandis que je pénétrais dans le bateau qui nous ramènerait à Kaminari où nous trouverons le Godaime qui attendait notre arrivée. Durant le voyage, je pris le temps de me reposer et de discuter avec mon prisonnier qui s'était réveillé, mais était prisonnier dans une cage scellée de sorte à ce qu'il ne puisse pas utiliser de Jutsu.

Nous arrivâmes très vite dans une ville moderne et surpeuplée au coeur de la nuit aux alentours de trois heures du matin. Le Raikage nous regardait, tandis que nous sortions du bateau. Shinsuke vint présenter sa situation et visiblement, tout ne s'était pas déroulé comme il l'avait souhaité jusqu'à baisser les yeux. Je m'approchais du Raikage afin de prendre la parole aux yeux de tout le monde.

    "Pour ma part, tout s'est bien passé. J'ai ramené un Shinobi répondant au nom de Mikami, mon coéquipier, Seki Hattan, le connaissait déjà." - Concluais-je en montrant Seki Hattan.


    "Il a été grièvement blessé au bras et moi, j'ai déjà récupéré de mes blessures. J'ai pu détruire l'entrepôt comme convenu, en revanche, il était partiellement vide, juste une petite partie de l'entrepôt a été cachée, c'était certainement les médicaments les plus importants, les plus rares ou les plus chères. Il a fait preuve d'une intelligence rare et a extrêmement été clairvoyant ; honnêtement, il a fait preuve d'une énorme gentillesse, c'est pour cette raison que nous pûmes remporter le combat, ça aurait été plus compliqué. Sinon, globalement, tout s'est bien passé de mon côté, j'en tire une bonne expérience et je suis plutôt satisfait de ce que j'ai pu faire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Sam 11 Juil 2015 - 20:59

Nous avons gagné, j'étais content, mais ce n'était pas le moment d'être heureux, j'ai entendu dire que nous sommes en mauvaise posture en ce moment dans tous les fronts. Nous continuions de sauter de branche en branche, jusqu'à apercevoir un bateau avec des " Kumojins ". Je ne faisais confiance à personne pour l'instant en période de guerre, seulement à mon coéquipier, Shirudo, car j'ai fait tout le trajet avec lui, et franchement, c'est un homme bien. Nous avons pas eu le choix et donc décider d'aller sur le bateau. Il avait Mikami sur les épaules et à présent, il était dans une prison où il ne pourra pas utiliser de jutsu. J'avais remarqué que mon coéquipier et Mikami commençaient à bien s'entendre, même un peu trop dirais-je. Je me suis mi dans un coin du bateau pour... À votre avis ? Dormir ! En période, j'arrive quand même à faire le fainéant. Je ronflais si fort que mes compagnons de bord en avaient déjà marre de moi.

J'ai dormi tout le trajet, et j'avais repris énormément de force, et je me suis remis de plusieurs litres de sang perdu et des quelques blessures, mais mon bras doit toujours se faire soigner. Après mon réveil et avant d'accoster au port, je m'approchai de Shirudo discrètement puis je parlai d'un ton neutre à la limite d'un ton " d'amitié ".

" Fais attention à toi. Je sens que tu te fais énormément manipuler, si tu ne fais pas attention, ça va se retourner contre toi, je n'espère pas contre Kumo. Je ne dirai rien au Godaime, je veux juste que tu fasses attention, pour ton bien et le bien du village. "

J'étais derrière lui, le temps qui se retourne, je n'étais plus là, je suis parti regardais le paysage, quelques minutes et nous étions arrivés. Il y avait un vent frais et paisible et j'espère aussi que nous allons gagner cette guerre. Le bateau avait accosté à présent, le Godaime était là aux côtés de Nitobe Shinsuke. Regardant le Nitobe, ça a du mal se passer de son côté. Arrivant à quelques mètres du Raïkage, je m'inclinai pour montrer tout mon respect au chef du village. Shirudo racontait ce qui s'est passé au front. Dès qu'il termina, je pris la parole d'une manière respectueuse puis je parlai toujours avec ce ton neutre.

" Nous avons gagné contre cette adversaire, pas parce qu'il a été gentil, mais parce qu'il a tout simplement admis sa défaite. Il faut interroger ce Shukaijin et s'il ne répond pas à nos questions, je pense qu'il faudra le torturer. Il n'est pas quelqu'un de confiance, c'est un excellent stratège, si nous le laissons libre. Nous allons sûrement donner vie à un homme qui voudra la destruction de Kumo. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Sam 11 Juil 2015 - 23:49

Le vent marin soufflant sur ses cheveux, Kisen était à la proue du bateau qui le ramenait à Senun. Il ressentait un profond sentiment de honte et de déception à cet instant, repensant à son combat lors de l’assaut. Il avait mené des hommes sur le champs de bataille mais il n’avait pas été lui-même capable d’effectuer la tâche qui lui avait été confiée. Il avait du mal à l’accepter mais ce n’était pas cela qui le frustrait le plus, les défaites faisaient partie intégrante de la vie d’un shinobi, mais il était sorti de ce combat sans réelle blessure. Tout autour de lui, il apercevait nombre de ses congénères qui avaient souffert au combat, certains réussissant à arracher des victoires d’autres n’ayant réussi qu’à se replier. Mais ils avaient presque tous un point commun, il avait combattu avec fierté et détermination. Kisen lui n’avait pas l’impression de s’être battu, bien sûr il s’était donné à fond, mais il avait fait preuve d’imprudence et de témérité et cela lui était retombé dessus. Il avait dû abandonner le champ de bataille et se replier après avoir utilisé toutes ses réserves de chakra pour s’évader de sa prison de verre.

Comme le voyage du retour se fit au milieu de la nuit, le Bannin ne pouvait pas se rendre compte de la progression du bateau sur leur itinéraire, mais lorsqu’il aperçut à l’horizon des lumières, il comprit qu’ils arrivaient au port. Le débarquement se fit à peu près dans le calme, tout le monde était encore choqué de ce qu’il s’était passé, de ce qu’ils avaient subi. Kisen ne pouvait pas interpréter correctement les informations qu’il avait récupérées, mais il se doutait bien que les nouvelles n’étaient pas bonnes.

Dès lors qu’il eut mis le pied à terre, il se rendit immédiatement en direction de Zennosuke qui semblait les attendre avec impatience depuis un bon moment. Il devait déjà avoir reçu nombres de rapport concernant la situation et il allait devoir en écouter encore plusieurs, le Bannin faisait partie de ceux qui se devaient de lui faire le leur.

- Raikage-sama, je vous dois des excuses, la mission que vous m’aviez confié n’a pas pu être réalisée correctement. Comme nous nous y attendions, nous avons dû faire face à une résistance, mais celle-ci fut malheureusement de taille, l'ennemi savait que Kumo attaquait et nous avons perdu contact avec plusieurs hommes de l’unité, ainsi que Gogyou Helyo. Quant à moi je suis tombé sur un adversaire qui a su me mettre en difficulté, nous avons chacun atteint nos limites de chakra lors de ce combat et j’ai dû me replier en conséquence.

Kisen prit une petite pause, il se doutait que le Kage devait avoir du mal à digérer toutes ces pertes.

- J’ai entendu dire que les pertes s’étendaient à bien plus et que certains d’entre nous ont été capturés, si je peux faire quoi que ce soit pour aider, j’ai bien l’intention de rattraper mes erreurs.

Le Bannin était sincère, il avait de l’émotion dans la voix. Il n’acceptait pas la défaite comme cela, il avait eu l’opportunité de combattre, mais au lieu de la saisir, il s’était laissé prendre au jeu de son adversaire, il faisait honte à son éducation, mais plus que tout, il voulait combattre.


Dernière édition par Bannin Kisen le Sam 11 Juil 2015 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 119
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Sam 11 Juil 2015 - 23:53

La route était tranquille, le camp devait pu être bien loin, j’étais sur mon nuage de fer, ma prisonnière ligotée devant moi. Je ne la lâchais pas des yeux, guettant son réveil, mais elle était toujours dans les vapes. Étrange, mon attaque n’était vraiment pas puissante, des simples sphères de métal jetaient à une vitesse plutôt lente. Certes elle avait été touchée de plein fouet, mais de là à rester inconsistante aussi longtemps. La Shukajin ne devait vraiment pas être taillée pour le combat, la façon dont elle me provoquait et son attitude devaient juste être un énorme bluff, voilà pourquoi elle ne voulait pas combattre durant cette guerre. J’étais enfin arrivé à l'avant poste de Kumo, enfin, je n'aurais plus à me soucier de mon prisonnier, un des gradés de la base me demanda de faire mon rapport, je lui ai donc exposé la totalité de ma mésaventure. Qu'à la base je faisais partit d'une expédition de reconnaissance, mais que suite à l'attaque d'un ennemi, j'ai étais séparé du reste de mon unité, me retrouvant nez à nez face à une Shukajin, j'ai bien prit soin de ne pas oublier le fait qu'elle savait déjà que j’étais une kunoichi du village de Kumo, alors que je ne portais ni mon bandeau, ni aucun signe me ralliant au village. Suite à cela, je lui expliquais la façon dont je l'ai amené jusqu'ici afin qu'elle soit interrogée sur ce qu'elle savait à propos de l'attaque de Kumo qui était sensé être inconnue de tous. L'homme me remercia et retourna à ses activités, amenant avec lui le corps de la Shukajin. Apparemment ma mission ici était terminée, je suis donc parti dans un coin un peu isolé afin de me reposer un peu.

Quelques heures plus tard, du mouvement avait prit place dans la base de Kumo, les officiers sur place nous indiquèrent que nous devions embarquer dans des bateaux afin de rejoindre un port du pays de la foudre, cet ordre me semblait plutôt logique et je n'avais rien à faire de plus ici, j'ai donc pris place dans les embarcations, me plaçant au bout de cette dernière afin que personne ne puisse être dans mon dos, je détestais ne pas voir ce que se passait derrière moi. Le trajet était long, je n'avais pas vraiment la notion du temps une fois sur ce bateau, en tout cas plusieurs heures. Mais, on pouvait enfin observait au loin le port, une fois débarqué, je regardais autour de moi, tout le monde observait dans la même direction, vers un homme. Le raikage était présent, attendant le retour des Kumojin, il était là pour écouter le rapport de ses soldats. Les premiers de mes compagnons prirent la parole, les résultats étaient plutôt mitigés, il faut croire que tous n'avaient pas eu la même chance que moi. J'ai donc à mon tour pris la parole.
    « Je suis Kinzoku Toph, durant cet assaut, j'avais pour mission de repérer les avant-postes de notre ennemi, j'ai cependant était séparée de mon équipe suite à une embuscade. J'ai ensuite était contraint d'affronter une Shukajin qui semblait parfaitement au courant de mon affiliation avec le village malgré le fait que j'avais masqué mon bandeau. J'ai donc décidé qu'il serait bon de la capturer afin qu'elle soit interrogée, car elle semble en savoir plus que ce qu'elle voudrait nous faire croire. Elle se trouve dans cette embarcation. »

Je me suis retournais, pointant du doigt le bateau dans lequel la Shukajin se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 49
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Dim 12 Juil 2015 - 0:52

J’y suis enfin, sur ce bateau, le bateau du retour au bercail. Je suis toujours envie, j’ai été plus utile que dedans ma première guerre. Utile n’est qu’un mot, j’ai en quelque sorte réussi ma tâche sans pour autant avoir accompli des miracles. Je n’ai eu que deux adversaire, et ceux-ci mon plus ou moins obliger à me retirer. Sur ce bateau, je cherche un coin pour me reposer, je vois des shinobis, des shinobis exténuer, blessé, nous somme beaucoup moins qua n’autre dépars. Les pertes semblent avoir été lourdes et les blessés en sont la preuve. D’un coin de l’œil Je vois Shirudo, il semble en forme malgré la guerre, de l’autre côté je vois Toph, toujours sur c’est deux pied. Je ne savais même pas qu’il était là au départ. J’aimerais voir Kuroba, lui demandé si j’ai bien agie, avoir l’avie de mon sensei, mais celui-ci est introuvable, était-il présent pendant la guerre ? Surement, celui-là ne manquerais jamais un combats de ce jar.

Nous somme au beau milieu de la nuit, je me trouve un petit coin tranquille et je m’y écrase. J’avais réussi à convaincre les ninjas médicaux que j’étais en pleine forme. J’ai quelque muscle un peu raqué des égratignures un peu partout et l’uniforme noir est déchiré a plusieurs endroit. Mon masque est poussiéreux et probablement tacher par la saleté, mais quand je vois tous les autres shinobi, je me sens en pleine forme. Je crois que c’est ce qui me traumatise le plus, voir tous les autres qui revienne de la guerre. J’avais une tâche facile contrairement a eu, mais mes adversaire étais de taille, même si je suis un shinobi qui s’améliore lentement, la prochaine fois je serais victorieux. Je suis fier de l’expérience acquise dans mon combat, j’aurais toutefois aimé avoir un coéquipier de mon équipe, avoir eu Shirudo ou Toph, j’en suis certain, je serais revenu fier et victorieux.

En ce moment je regarde le ciel étoilé, fermant tranquillement les yeux, Hiro étant entre de bonne mains, je ne m’inquiète pas pour lui. J’espère simplement qu’il ne sera pas en colère contre mon choix. Je devrais trouver le temps d’aller parler au Raikage pour acquérir l’avis d’un grand t’homme d’expérience. Pour l’instant dormir est le mieux que je puisse faire. Jusqu’au réveil, les lumières du port, enfin la terre ferme de la maison. Le Raikage était présent, recevant les rapports de partout à la fois. Mon rapport ne valais pas la peine de le dérangé, j’avais déjà tout dis a un supérieure avant d’embarquer dans le bateau. Lui annoncé que la mission fut passablement effectuer et que les deux shinobi assigner sont de retour vivant est une perte de temps pour lui.

Il doit probablement vouloir savoir ce qui a mal tourné, les pertes des shinobis important, je ne suis qu’un genin, ce n’est pas à moi de m’adresse directement a lui dans un tel moment. Je reste toutefois non loin de celui-ci, certain semblait attendre de voir si une autre mission allait être annoncé. Je suis en état de continuer, il est mon devoir d’être disponible et d’attendre l’autorisation des supérieures pour pouvoir suivre les blessés. De plus j’aime entendre les rapports des autre shinobi. Toph et shirudo ont rapporté un prisonnier chacun, je me sens un peu… Hors de l’équipe. Il manquerait plus que Kuroba en rapporte un pour me foutre la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Mer 15 Juil 2015 - 2:10

Finalement le navire était arrivé. Après plusieurs minutes d’attente, je pouvais les voir débarquer. Les uns après les autres. Des shinobis encore valides pour la plupart, mais dont la mise, ou le corps, ci et là présentait des signes de participations à des combats. Il y avait aussi ce lot de blessés. Estropiés, hommes et femmes sur civières, brulés à différents degrés ou autres type de ninjas atteints d’incapacité diverses. En dernier lot, le nombre de captifs. En nombre peu important. Le seul butin de guerre. Maigre consolation. Je fais le décompte avant de m’intéresser à ceux que je pouvais considérer comme plus ou moins valides. Dans le lot, je cherche un homme particulièrement : le capitaine de cette expédition, le shinobi le plus gradé de cet assaut qui se voulait rapide. Le Monjara ne semblait pas être du lot des rescapés de ce que je pourrais d’ores et déjà considérer comme un échec.

Un à un, les hommes se rapprochent tandis que les shinobis médecins s’occupent des blessés en commençant par ceux présentants les blessures les plus graves. Le premier à m’approcher est ce samouraï. Nitobe Shinusuke. Visiblement couvert de honte, il m’annonce son échec. Mes yeux s’écarquillent un peu lorsque j’entends le début de son récit. Je sais ce qu’il va m’annoncer. Je sais avec qui il faisait équipe. Il était avec elle… Koémi. Mon cœur se met à battre la chamade tandis que j’entends finalement le samouraï prononcer ces mots qui malgré moi, me renfrognent. Captive. Tsukiyo Koémi. Je baisse les yeux, sourcils froncés. J’ai beau vouloir être un homme à équidistance de tous ses shinobis, je n’en reste pas moins un homme. Un simple homme avec ses forces et ses faiblesses. Koémi est ma faiblesse. Moi qui jusqu’à ce fameux jour était certain de n’être attiré que par ce que je considère être une facette de son génie, j’ai appris il y a peu que j’étais également attiré par ses charmes. Cette facette féminine que je n’avais su déceler en elle qu’il n’y a peu. Dire que depuis ce moment passé ensemble, je l’avais fui comme une peste, désireux de ne pas m’attacher et de ne pas la perdre. Complexe situation qui m'amenait au gré des caprices du destin à finalement... la perdre.

« J’espère qu’elle n’a pas été mortellement touchée… »

Des mots lâchés, presque sans le faire exprès. Une petite colère commençait à naître en moi, mais je la réprimais. Je devais rester fort. Ne serait-ce que pour tous ces hommes que j’avais en face de moi.

« Inutile de te seppuku. L’échec fait grandir l’homme pour peu qu’il en tire les enseignements nécessaires. Apprends ! »

Sans lui accorder plus d’intérêt mon regard se pose sur Shirudo. Oui, je le connais. Les rapports sur lui semblent à chaque fois plus concordants. Kumo dispose en sa personne d’un shinobi de talent, un shinobi digne de ce nom. L’avenir du village donc. Sans même me préoccuper des résultats de son intervention, je constate avec plaisir que lui et un autre « espoir » sont saints et sauf. Je parle évidemment de son binôme : Seki Hattan, mon élève.

J’entends les mots de Shirudo. Tout est impeccable sauf cette note amicale envers cet adversaire. J’incline la tête sur le côté. Comment oses-t ‘il ? Comment oses-t ‘il me parler d’amitié ou de je ne sais quoi ? Je le regarde de travers. Quelque chose dans le contexte actuel ou dans les événements récents ont dû lui échapper. On est au bord de la guerre. Comment pourrait-il ne pas prendre en considération ce fait au point de parler avec autant de légerté d'un adversaire ? Il n’y a pas de copinage avec l’adversaire. Qu’importe qu’il soit super sympa ou l’homme le plus mauvais de la terre. Je le foudroie du regard. Ce devrait être largement suffisant.

Je m’avance cependant vers Shirudo et son butin de guerre. Un homme enfermé dans une cage. Je me saisit de ses cheveux, à travers les barreaux de sa petite cellule et je les relève afin de voir le visage de ce malheureux débonnaire. Tout ce qu’il y a de plus commun. Cheveux noirs, yeux noirs, mais quelque chose me frappe au premier abord. Une chose que je n’arrive pas à décrire avec de simples mots. Sourcils froncés, je plisse des yeux.

« Je t’ai déjà vu quelque part n’est-ce pas Mikami San ? »

Calmement, sans aucune intonation de sadisme. Juste une pointe d’intrigue. Je relâche le quidam et ordonne que l’on scelle son chakra. J’aurais affaire à lui plus tard. Pour l’heure, le restant de mes troupes est ma préoccupation première. J’écoute Hattan. Ses mots ont bien plus de sens à mes oreilles. Je hoche la tête en signe d’approbation à la suite de ses propos.

À sa suite intervient Bannin Kisen. Un autre shinobi en qui je crois pouvoir placer, dans un avenir proche, beaucoup d’espoirs. Lui me confirma une chose dont j’avais eu écho : le fait que le subterfuge imaginé ait été éventé bien avant que le moindre combat ait débuté. Une trahison donc. Et de taille ! La suite de son récit confortait un autre fait dont j’ai entendu parler. Une autre traîtrise d’un shinobi ou plutôt d’un samouraï ayant attaqué un frère d’arme. Je sais combien de samouraïs ont été au front et je sais quelle unité n’est pas revenue : celle de Kuroba et de Yukita Eiko.

« Wakata. Merci Kisen. »

Et c’est là que mon attention se porte sur Kinzoku Toph. Un autre shinobi d’avenir. Un de ses « espoirs » sur qui je pouvais essayer de placer un minimum de confiance. Pour l’heure, elle ne m’avait pas déçue. Elle revenait saine et sauve, avec une prisonnière en prime et confirmait que l’ennemi savait bel et bien avant qu’il n’y ait le moindre assaut que c’était nous qui nous cachions derrière ces hommes et ces femmes masquées.

Très bien. Un bon nombre d’informations intéressantes. Utiles pour la suite. Pour l’heure… Chacun devait récupérer. Au mieux.

« Vous avez tous tenté d’honorer Kumo à travers vos actes. Je vous en suis reconnaissant. Il est primordial que chacun à son niveau, joue son rôle au mieux, dans l’intérêt de Kaminari et c'est ce que vous avez réussi à faire pour certains. »

Une courte pause.

« Quelqu’un nous a trahi. Peut -être deux personnes, trois ? Qui sait ? Peut-être est-ce une seule et même personne ? Probablement un des nôtres... Une enquête sera menée et nous en saurons plus en temps voulu. Pour l’heure, reposez-vous. Récupérez de vos blessures et préparez-vous à la perspective d’une guerre. Si elle est nécessaire, je n’hésiterai pas à la déclencher car le futur de la Foudre ne saurait être ombragé par un Empire naissant. Ce sera une guerre pour notre liberté ! »

Je devais à présent réfléchir sur cette question de trahison et préparer la phase suivante de la question Mizu no Kuni. Dispersion. Retour à Kumo. Il y aurait sous peu beaucoup de remous et je n’avais pas idée jusqu’à quel point.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu] Ven 17 Juil 2015 - 18:08

Où était passé la terre humide et cendrée du pays de l'eau ? Cet endroit était des plus inconfortables, est-ce qu'il était dans une cage ? Bordel, en temps normal il aurait crié à la révolte et hurlé de colère, insulté toutes les personnes autour. Remarque, il était en temps normal pour se faire capturer, après un affrontement entre villages... Allez, le prochain à ouvrir la bouche pour sortir une nouvelle banalité d'après combat juste à côté de l'amnésique tel une victime de braconnage serait un...

    * Aïe putain ! *


Les barreaux contre laquelle sa tête somnolente se reposait se substituèrent à elle pour revenir à la charge d'un coup de barre de fer porté par les flots, laissant ainsi le shûkaijin comprendre au gré des secousses maritimes reportées directement dans sa modeste cabine de métal la gravité de sa situation. Ceci mentalement acquis, l'iode vint se mêler à l'odeur de la défaite. Apparemment, ses camarades s'étaient mieux débrouillés que lui. Il ouvrit discrètement un œil pour repérer ce qui l'entourait. Où était passé celui qui l'avait porté sur son dos ? Déjà fatigué ? Il aurait pu l'escorter jusqu'aux toilettes... c'est vrai, on y pense jamais à ça, combien de temps allait-il devoir se retenir de leur faire dessus ? Il fallait dire qu'entre ça, sa condition d'objet en boîte et l'attaque du soir précédent, le bandeau kumojin s'inscrivait un peu plus comme une révulsion dans les méandres de son esprit.

Autour de lui, quantité de ces shinobi, dont la frustration était aussi apparente que les blessures et dont aucune de ces deux dernières ne devaient être titillées à ce moment ; au risque de servir de défouloir. En soi tous étaient devenus des ennemis... Dire que n'importe lequel d'entre eux, rencontré au hasard d'un sous-bois et d'une cascade ou d'un précipice montagneux aurait pu devenir un allié et voir un lien se renforcer au fil du temps. Les chefs en avaient voulu autrement, dans leur grande autorité. Tous avaient suivis. Quelles étaient leur rancœur, leur ressentiment, leur colère face à cet empire qui venait à peine de naître ? Quelles menaces avaient-ils vu naître dans ce nourrisson portant le nom d'un démon au même titre qu'un nouveau né portant un chakra qui servira à tuer ? Les habitants de Mizu, à l'heure actuelle toujours en proie aux dits ravages de la piraterie et du banditisme auraient-ils été moins heureux que les habitants de Tetsu ?

Alors que Mikami avait pris la mer pour observer les agissements de l'empire dans le vif du sujet, d'autres avaient été moins patients que lui. Au final, à en risquer sa liberté, ce serait ceux dont les agissements s'étaient faits masqués qu'il chercherait à comprendre. D'un certain point de vue, il avait pénétré chez l'ennemi. Perdu au milieu de ces barbares remis sur pieds, armés jusqu'aux dents s'il le fallait et dont il était une des bêtes noires. Sur leur bateau, en route pour leur pays et une cage sûrement à peine plus grande que celle-ci. Et ce qui l'attendait ne serait sûrement pas moins morose qu'à cette heure-ci. Les yeux à nouveaux fermés, il fallait procéder par ordre d'importance vis-à-vis de ce qui l'attendait...


    * J'espère qu'ils n'ont pas laissé traîner mon sabre sur le champs de bataille. *


* * *

Apparemment, même évanoui sur son épaule il avait su envoyer quelques ondes positives à celui qui l'avait porté. Quel drôle de discours avait-il tenu à son égard... Même les yeux fermés, le prisonnier put sentir la tension provoquée en retour de ses mots. Il faut dire qu'il avait, à force d'y faire lui-même face, été rendu sensible au sentiment de se retrouver seul contre tous avec son lot de pensées contradictoires à la tendance de l'ensemble du groupe. Dire que pendant un moment il crut cette petite étincelle comme quelque chose ressortant positivement de cet affrontement. Et son co-équipier qui le mettait en garde de ne pas se faire manipuler. Était-ce la même voix que celui qui avait feint vouloir dialoguer pour tourner le combat à son avantage ? Agité un drapeau blanc au revers tâché de sang ?

    * Toujours aussi intéressant de constater comment les démons de chacun ne se manifestaient qu'à l'extérieur. *


Peut-être ne mesurait-il pas la force des sables mouvants dans lesquelles il s'était empêtré, trop confiant de la porte de sortie qu'il avait déverrouillée. Son "infiltration" était solitaire, qui viendrait le sauver s'il n'arrivait pas à atteindre la lueur d'espoir qu'il avait allumé ? Personne. Il avait parié en comptant sur lui-même. Le reste ne serait que bonus inespéré. Le bon endroit, le bon moment... Il n'y était absolument pas. Loin de se douter de ce qu'il pourrait découvrir lorsque le Raikage lui saisit les cheveux - soulevé par le menton n'aurait pas été de refus - Mikami ne s'attendait pour le moment qu'à pénétrer un simple village ninja, caché dans les nuages... qu'il avait côtoyés toute son enfance. Ces cotons flottant dans le ciel, générateur d'électricité et de tempête. Là-dedans il se sentait à l'aise, mais pour l'instant tout était calme.

Même lui le demeurait, faire du bruit n'était pas la chose la plus sage à faire. Nul besoin de s'attarder trop tôt sur les visages qu'il croyait reconnaître et aurait espéré revoir dans d'autres conditions ; celui de l'ombre de la foudre ne lui disait en revanche pas plus que les rues de son village caché. Même si ça ne servait plus à rien de faire semblant de dormir après cet échange de regard, ne pas faire plus de vagues que ce qu'il y en avait déjà eu au pays de l'eau serait sûrement le mieux, du moins jusqu'à ce qu'ils ne rentrent au bercail. Mais il avait fallu que le Raikage se mette à parler de liberté...


    - Ah oui, et de quelle liberté parlez-vous Raikage-dono ? Celle de pouvoir s'opposer par la seule force que l'on maîtrise aux changements que vous ne contrôlez pas ?


Le suffixe utilisé pour désigner le dirigeant de tous ces ninjas qui l'encerclaient était déjà lourd de sens. Premièrement, pas de -sama qui tienne, par refus de toute forme hiérarchique. Alors qu'il aurait pu le rabaisser à la plus égalitaire des échelles en le désignant par -san il avait tout de même choisi de reconnaître sa position. Mais plutôt que de l'appeler senpai, il avait choisi le suffixe qui désignait celui qui a des responsabilités envers son peuple et des choses à lui apprendre, appuyant ainsi sa question qui s'était spontanément voulue impertinente. Quelle voie faisait-il suivre à ses hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Retours en vainqueurs ou en vaincus ? [Ceux qui reviennent de Mizu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-