N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Lun 13 Juil 2015 - 19:34

Je vous regarde du haut de mon siège de Divin. La miséricorde sera pour toi ton unique salut ♫


Je suis l'élu. L'homme ou plutôt un dieu parmi les hommes. Je les gouvernes sans qu'il ne sache que leurs fardeau sera effacé. L'ange bleu venu du ciel, de son astre blanc, assis sur le trône du monde, je regardais vivre des êtres sans aucune compassion. Vivre sans aucun but, et une vie qui ne sert à rien. Je suis né pour faire du monde un havre de paix, donner du réconfort au plus démunie. Je n'enlève pas de vie innocente, je libère des pêchés les hommes ou les femmes n'aillant plus de but sur cette magnifique terre. N'y juge, n'y force hiérarchique ne peu me dicter ma conduite. Je n'obéis cas un seul et unique chef. Moi même.


Alors que l'apologie de bien et le mal ne faisaient qu'un tour dans ma tête, je me retrouvais coincé avec le corps meurtri de Kuroba et suivre ainsi les deux shukaijins. La destination final était le petit pays de Kusa. Il nous fallait traverser Hi no kumi pour rester le plus loin possible des lignes Kumojins. Hi no kuni était construit dans les épaisses forêt qui faisait de ce lieu une terre sauvage. Nous quittions donc Mizu no kuni, en direction des terres dévasté du petit pays cité plus haut. Ma marche n'étais pas des plus satisfaisante, je ne supportais pas çà de marcher. De plus les crétins du shukai avait eu la bonne idée de poser sur nous des sceaux pour nous entraver notre chakra. Pas bête, mais cela ne servirait en rien si je voulais me rebeller. Je n'utilisais pas le chakra pour combattre mais l'aura. Particulier pour nous les samourais, nous étions différent de ces shinobi croyant que le monde était à eux. Foiré de ninja, ils ne respectent rien, n'y la terre, n'y l'eau. Un jour je me ... Que ce passe t-il ? Mon esprit est en lutte contre quelqu'un. Un genjutsu encore de la part de Fuusho ?

Non .. Il s'agissait de Kami, celui ci était comme une sorte de double maléfique, qui tentait de prendre le controle de mon cerveau pour assouvir ses propres désir. Je pouvais entendre dans ma tête durant notre route sur les eaux trouble une voix dans mon subconscient. Elle me demandait de la laisser prendre possession de mon corps, de mon être total. Kami, toi qui est le fils de dieu Dojin, il faut que trouve la paix dans ce monde. Arrête de vouloir toujours prendre le dessus. Mais, il était bien plus puissant que moi. Il prenait place, laissant mon coté, Eiko sur la touche. Je n'avais plus aucune possibilité de retour, il fallait pourtant que j'arrive à ne pas perdre totalement l'ascendant que j'avais.

- Hmm. Kuroba, tu pus la défaite, tu n'es qu'un faible. Le clan kadoria sera couvert de honte, tu mérités de rejoindre t'es concepteur dans le ciel. Pauvre fou.

Nous y voila, Kami était maintenant présent. Alors que notre route sur le bleu azur de l'eau venait d'arriver à son terme. Ont accostaient sur la berge rempli d'herbe et d'un ponton pas très neuf. Nous faisant sortir du bateau, Kuroba semblait allé un peu mieux. Aillant eu des soins durant notre repli par les troupes de l'alliance des pays neutre. Mais les secours dont il avait bénéficié ne le tiré pas d'affaire pour autant. Il nous fallait maintenant parcourir la flore et faire attention à la faune sauvage des bois nous environnant.

- Me faire emprisonner, alors que grâce à moi vous êtes en vie. J'ai suivi à la lettre le plan de Dojin, et vous me remerciez de la sorte ? Stupide être insignifiant que vous êtes. Un jour ... Dieu viendra vous donner son jugement. Le chatiment qu'il vous fera, sera donné de ma propres main. Je serais votre bourreau.

Qui suis je réellement ? Suis je vraiment un enfant venu des cieux pour rétablir la paix ? J'ai la net impression qu'il y à eu un soucis de casting au moment de me choisir. Actuellement, moi Kami, voulant dire " Divin " n'avait pas encore accepté l'idée de devoir rester impassible face à de tel mouvement des hommes. Détruire, tuer, brûler, vous ne faites rien comme le très haut l'avait écrit. Vous ne suivez pas les consignes des livres anciens. Vous n'en faite cas votre tête, sans vous soucier des répercutions que cela peu avoir sur le monde entier. Votre faiblesse vous perdra dans l'enfer, et vous serez accueillis par Lucifer lui même. Il découpera vos âmes en perdition, et vous serez châtier de mon des vivants.

Je suis ici ligoté certes, mais bientôt les mains du seigneur seront enfin libéré et elles pourront accomplir le devoir du saint. Faire devenir les habitants du monde des hommes et des femmes meilleurs. J'accorderais la miséricorde dont vous pourrez espérer. Pour les autres, leurs âmes, la moindre goûte d'amour seront pompés jusqu'à la fin. Vous servirez de sbires, avec votre esprit qui sera des notre. N'oubliez pas qui vous à permit de venir ici, vivre ici, donner naissance à des enfants. Tout peu être repris par un simple claquement de doigt. N'insultez pas les valeurs des apôtres venu tout droit du ciel pour vous gouverner. Je suis, et je serais celui dont les écris parles.

Marchant depuis plusieurs heures dans cette épaisse forêt, je pouvais voir au loin, une sorte d'édifice. Une tour ? Ou plutôt le bout d'une infrastructure énorme. Nous étions donc arrivé dans le temple du juge. Qui pouvez vivre dans un tel lieu ? Un homme ? une femme ? ou personne tout simplement. Parlant de personne, durant notre trajet pour atteindre Kusa, nous n'avions ou la chance, ou la malchance pour Kuroba de ne croiser que quelques animaux. Maintenant il fallait porter fièrement ses couilles dans son pantalon, et vivre avec l'idée que la personne que j'allais rencontrer sera mon juge et mon bourreau. Les rôles étaient inversé et ceci me déplaisais au plus haut point.


hrp :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Jeu 16 Juil 2015 - 12:42

Le changement était en marche. Telle une force inexorable, il n'avait eu qu'à donner un petit coup de pouce à ce qui devait être le cours naturel des choses pour initier une mutation profonde, quoique localisée, de la mentalité et des habitudes de toute une peuplade pourtant constituée de plusieurs tribus distinctes. Son pouvoir devenait peu à peu le leur, et alors que la force, l'autonomie et la grandeur physique des habitants de l'herbe croissaient, leur compréhension et leur conception d'un monde meilleur faisaient de même. Un accroissement matériel aussi bien que spirituel qui, si il restait imparfait par endroit et nécessitait encore moult ajustements et efforts de la part de Yanosa, prenait la direction qu'il souhaitait. Oh bien sûr, il avait ses opposants. Des minorités, engagées par principe contre lui dans l'espoir de garder leur tribu respective dans le carcan d'immobilisme où elle se trouvait autrefois. Mais on ne stoppait pas le changement. Pas ce changement-là, en tout cas. Et même si, de l'aveu même du jashiniste, les médecins et rebouteurs du pays avait plus de travail ces dernières semaines qu'ils n'en avaient jamais eu cette dernière décennie, la grandeur qu'il y avait à la clef valait bien ces menus sacrifices.

Des sacrifices plus discutables, il en était sans aucun doute faits de l'autre côté du bras de mer, loin au sud-est, sur le front de la croisade instiguée par le Kamui. En tant que garant de la sécurité de la capitale, et bien qu'en étant physiquement éloigné de cette dernière, Yanosa recevait en copie les rapports qui étaient communiqués aux gradés restés en retrait, diagnostiquant en temps réel avec la participation d'Asuka l'avancée de la pacification de l'archipel. Tout cela grâce à un réseau de parchemins marqués de son Fuuinjutsu et hautement sécurisés, mis en place par nul autre que lui-même... ou presque. Et que ressortait de ces rapports, en l'occurrence ? Des nouvelles qui pouvaient, ou non, paraître surprenantes, dépendant de qui les apprenait. A commencer par l'attaque de différentes positions stratégiques de l'Empire par des forces Kumojins qui, si elles n'avaient pas fait étalage de leur parenté au pays de la Foudre, n'avait pas pu pour autant cacher ladite parenté. Zennosuke... Qu'avait-il donc en tête ? Yanosa ne se priva pas de relayer toutes ces informations à sa protégée, ne serait-ce que pour avoir son avis, parfois candide mais pour autant utile sur tel ou tel sujet. Mais les raisons qui avaient poussé le nouveau Raikage à tenter une manœuvre contre une expansion pacifiste et légitime de l'Empire, sur le papier, restaient pour le duo un tantinet brumeuses.

N'en restait pas moins que les forces du Kamui avaient une fois de plus prouvé leur valeur en repoussant la majorité des attaquants, se payant le luxe de faire quelques prisonniers qu'ils n'avaient pour autant pas le luxe, justement, de garder sur place sur un front aussi tendu et stratégique. Le mouvement le plus sage et le plus logique fut alors choisi, à savoir le rapatriement pur et simple des prisonniers en question. Des prisonniers, qui n'en étaient peut-être pas vraiment tous... Dans le dernier rapport qu'il avait eu l'occasion de lire, Yanosa avait en effet été quelque peu interloqué par les circonstances de la victoire de Saityo Hiko et de Fuusho sur un duo Kumojin : l'un d'eux aurait, supposément, retourné son arme contre son camarade sans aucune raison apparente autre que celle de nuire à Kumo. Un geste quelque peu semblable à celui que lui-même, Yanosa Oterashi, avait perpétré il y avait de ça bien des années. Mais ce kumojin, avait-il agi pour les mêmes raisons que lui ? Cela restait à voir. Car la charge de la gestion de ces prisonniers allait en effet leur revenir, à lui et Asuka, sitôt que l'escorte de l'Empire les aurait amené jusqu'à lui.

Aussi les attendit-il le jour J, plusieurs kilomètres à l'intérieur du territoire, non loin du grand forum toujours en phase de construction. Assis en tailleur dans l'herbe grasse et épaisse qui liait les troncs d'arbre biscornus et larges entre eux, le jashiniste s'était placé en état de méditation profonde, laissant ses sens vagabonder des kilomètres à la ronde et percevant toutes les formes de vie comme autant de pépites et d'étoiles luminescentes. Puis il les perçu, eux. Quatre hommes, dont deux qu'il connaissait déjà relativement bien, Hiko et Fuusho. Ces deux là, depuis leur intégration respective au Shûkai de l'époque, avaient prouvé qu'ils étaient des gens capables, quoi que d'âges et de caractère très différents. C'étaient eux, à Taki, en compagnie de Van, qui avaient écopé de l'assassinat du Daimiyo local. C'étaient eux qui, vraisemblablement, étant donné l'état d'épuisement dans lequel Yanosa avait retrouvé Takusanken le lendemain, avaient agi de façon étrange, voire ostensiblement contraire aux ordres qu'ils avaient reçu. De la défiance vis-à-vis du Kamui ? Cela pouvait autant être une bonne qu'une mauvaise chose. Car, dans sa position particulière, le guerrier rouge ne pouvait pas décemment appliquer l'adage qui disait que les ennemis de ses ennemis étaient ses amis. C'eut été une erreur monumentale, à vrai dire.

Le moment venu, Yanosa se redressa donc en douceur en rouvrant les yeux et alla s'adosser à un arbre centenaire, bras le long du corps. Le quatuor était tout près, désormais. Le jashiniste se déporta donc sur le côté pour apparaître sur le chemin de terre à peine visible et s'imposer aux yeux de ses visiteurs et captifs.

« Fuusho-san, Hiko, mes respects pour vous autres combattants du front, et bienvenu à Kusa. Je vois que vous m'apportez de quoi m'occuper, quoi que.. je ne pensais pas manquer d'obligations jusque là. Alors, qu'avons-nous là... »

Le guerrier rouge plaça ses mains sur sa taille, coudes vers l'extérieur, tout en s'approchant des deux captifs.

« Ils sont tous les deux entravés... Je croyais avoir compris que l'un d'eux avait retourné sa veste... ? Enfin... les eiseinin sur l'archipel ont beau avoir fait du bon boulot, on voit bien qui des deux a eu à pâtir de la trahison de son collègue, dit-il en détaillant du regard les bandages qui cerclaient le torse de l'un des deux prisonniers.

Bien, bien... Avant de nous rendre au forum, les présentations d'usage, messieurs. Moi, Yanosa Oterashi, Seigneur de ces terres, serais le seul ici à pouvoir décider quoi faire de vous deux... Pour mon plus grand déplaisir, d'ailleurs. Or, vous êtes... ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Jeu 16 Juil 2015 - 19:24

Je vous regarde du haut de mon siège de Divin. La miséricorde sera pour toi ton unique salut ♫


Je suis l'élu. L'homme ou plutôt un dieu parmi les hommes. Je les gouvernes sans qu'il ne sache que leurs fardeau sera effacé. L'ange bleu venu du ciel, de son astre blanc, assis sur le trône du monde, je regardais vivre des êtres sans aucune compassion. Vivre sans aucun but, et une vie qui ne sert à rien. Je suis né pour faire du monde un havre de paix, donner du réconfort au plus démunie. Je n'enlève pas de vie innocente, je libère des pêchés les hommes ou les femmes n'aillant plus de but sur cette magnifique terre. N'y juge, n'y force hiérarchique ne peu me dicter ma conduite. Je n'obéis cas un seul et unique chef. Moi même.


Yanosa ? Oterashi Yanosa. Toi à la chevelure cendré, couleur sang, penses tu une seconde que je suis un captif ? Tu juge uniquement par t'es yeux, mais au fond de toi, tu es captivé par mon avidé ancestrale. Je suis un dieu parmi les hommes, je ne suis pas votre semblable, je suis ici pour faire redorer le blason des êtres vivants. Comment peux tu oser t'adresser de la sorte envers un divin, ne connais tu pas le respect ? Il va falloir que je te remette les pendules à l'heure mon ami, et très vite. Tu pense pouvoir t'occuper de moi, mais tu es identique à ma perception de la vie, toi aussi fut un temps ou tu étais un déserteur. Les informations de notre Databook était correct, pour l'instant, le nom collé et la description aussi.

Il semblait imposant malgré une silhouette très étrange, mais pas de quoi me faire peur, non ici c'est moi la peur. Peu importe si je suis entravé ou non, mains liées ou pas, je suis quelqu'un d'une autre ligné que vous autres. En temps que dieu, je vous regarde assis sur mon trône blanc. Je suis un ange venu du ciel pour accomplir mon devoir. Faire retrouver au village de Tetsu la liberté qu'il mérite. Ne plus agir au ordre des stupides Kumojins et leurs conquêtes des plus abjectes. Toi qui te nomme seigneur de Kusa, tu fais de toi mon égal, alors qu'il en est rien.

- Collègue ? Mais sais tu à qui tu t'adresse pauvre fou ? Je suis un dieu, un divin fils du tout puissant Dojin, dieu de la terre. J'aimerais donc être traité avec respect, je ne suis pas qu'un simple traître. Je suis le samourai de l'archange. Je me nomme Kami.

Entravé, certes, ils m'ont emprisonner comme un vulgaire insecte dans un piège poser par des chasseurs. Mais il fallait savoir la vérité, je m'étais offert en prisonnier pour pouvoir rejoindre un pays ou la liberté importe plus qu'un système militaire complètement absurde. Cela ce prend quand même pour un seigneur, quelqu'un qui gouverne des membres aussi faible que les deux que j'avais pu affronter à Mizu. Pathétique, misérable, et bien d'autre mots qui pourraient définir mon ressentis face à ce genre d'être humain.

- Moi je te connais Yanosa, déserteur du pays de Kumo. Nous ne sommes pas si différent en fin de compte. J'ai enfin pu me libérer des chaines moi aussi, je peux enfin prendre gout à la liberté. Je respire l'air si indélicat pour mes narines, mais ...

Je ne terminais pas ma phrase, il fallait en garder un peu pour la fin. Je pouvais comprendre malgré ma tentative d'admission en trahissant Kuroba, mais le jeune au cheveux blanc n'avait pas eu confiance en moi. A vrai dire je le comprend, j'étais encore en pleine phase de combat d'esprit avec Eiko pour prendre le dessus. Maintenant que je parviens à le faire et sur des durées encore plus longtemps et beaucoup plus facilement. A croire que lui aussi voulait finalement ce laisser captiver par mon pouvoir. Le fléau divin vous fera connaître le châtiment que l'un réserve au personne faible. La mort.

Je reviendrais vers kumo, un soir de pleine lune. Je serais debout, attendant de pouvoir accorder miséricorde au premier ninja du village qui osera venir me voir. Je serais pour lui son juge et son bourreau. J'attendrais avec patience que le plus gros des poissons montre le bout de son nez. Le raikage lui même. Il a failli dans la tâche que les apôtres de Dojin lui avait confier. Il doit répondre des actes qu'il à loupé, il doit demander le pardon pour pouvoir voir un jour la sublime lumière blanche qui descends du ciel.

- Alors ? On fait quoi ? Personnellement vous pouvez me détacher, si vous voulez tester mon envie de rejoindre le Shukai, je peux vous faire une démonstration. Bien sur pas avec un des sous fifres que nous avons combattus. Je veux le haut du panier, je veux sentir la souffrance, je veux ressentir la peur. Montre moi toi le seigneur de guerre, si tu mérite ton titre !


hrp :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Errant
Messages : 571
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Ven 17 Juil 2015 - 14:31

Kuroba ne ressentait plus la douleur énorme de la blessure. Il avait toujours mal, bien evidemment. Mais pas autant qu'au début. Les medecins du shukai ont des véritables dons en terme de soin. Il st encore amoché, mais il arrive à marché alors que la quantité de sang qu'il avait perdu était énorme. Kuroba n'avait pas très peur pour son avenir. Il ne craint pas la mort, ni la souffrance. Il s'est mis en tête depuis des années que si il devenait shinobi, il saurait que le risque de se retrouvé dans des situations comme celle-ci était énorme. Après, la trahison d'Eiko n'était pas prévisible, mais la capture du Kadoria était un élément que Kuroba avait envisagé.

"Ca va mieux."

Dit-il sur le chemin avant de se mettre à chanté pour passer le temps. La celebre "1 kilomètre à pied... Ca use, ça use." n'a pas échappé au kumojin. A un moment du voyage, Eiko se met parlé à Kuroba en disant que ce n'était qu'un faible et qu'il puait la défaite. C'était interressant de voir la réaction que ses dernières paroles avant de s'évanouir ont causé. Et oui, c'est ça qui a fait en sorte qu'Eiko prenne autant la haine. Apparemment les mots de Kuroba l'ont bléssé et il les remploit, mais le Kadoria ne rentre pas dans son jeu. Il sait que s'il continue à l'ignoré, il sera de plus en plus énervé et ça, ça n'a pas de pris aux yeux du chunin qui continue à chanté le sourire au lèvre. Ils arrivent enfin au point de rendez vous. Un homme au cheveux rouge les attends. Kuroba est sur de l'avoir déjà vu quelque part. Il s'approche d'eux et lance la discussion. Il se présente... "Yanosa Oterashi". Kuroba se souvient maintenant. Lorsqu'il est passé chunin, il a regardé le bingo book auquel il a eu le droit d'acceder grace à ce grade. Il a essayé de retenir la plupart des éléments possible, et ce grand bonhomme à la crinière rousse était repertorié dans la liste. Et pour ne plus avoir aucun doute, le traitre, se met à confirmé les pensées de Kuroba.

"Kami ? Ha ha ha !!!"

La reaction de Kuroba quand il entend les paroles d'Eiko. Il n'est pas qu'un simple traître disait-il ?

"Pas un simple traître ? Dans un sens, ce n'est pas faux. Tu es un sale traître. Ce qui est encore pire, mais tu as raison. Garde ta fierté, ou du moins, ce qu'il en reste et bat toi pour ton vrai titre."

Puis il laisse le samourai finir ses paroles avant de parlé directement au Shukajin.

"Excusez moi, je ne me suis pas présenté. C'est impoli étant donnée que vous avez déclinez votre identité. Je m'appelle Kuroba. Maintenant que les présentations sont faites, on peut passé à la suite. Pourquoi je suis ici ?"

Puis il continue sur sa lancé et il montre du doigt "Kami"

"Lui il veut rejoindre le Shukai et vous défié apparemment, donc il a une raison d'être ici. Mais moi... Je n'en ai aucune. Alors je pense que ça ne vous dérangera pas si je quitte les lieux ? Merci."

Puis il se retourne pour partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Sam 18 Juil 2015 - 14:06

Le shinobi au bob prit sur lui de répondre en premier, et le moins que l'on puisse dire c'est que sa tirade arracha un haussement de sourcil perplexe à Yanosa. Un haussement qu'il ne chercha pas à masquer outre mesure, d'ailleurs. Ce ninja de Kumo, vraisemblablement très peu satisfait de son statut qui ne tarderait de toute façon pas à être révoqué par le Raikage sitôt que ce dernier aurait vent de sa trahison, se prenait pour Dieu ? Un Dieu issu des dieux ? Dubitatif, Yanosa se demanda pendant un instant s'il devait prendre ses allégations au sérieux ou le considérer tout de go comme un fou échappé de l'asile. Car si le jashiniste était très bien placé pour comprendre et accorder du crédit à ce genre d'allégations théologiques, il l'était également pour facilement dissocier le vrai du faux. Le kumojin prétendait également le connaître ? Oh oui, nul doute qu'il le connaissait, s'il avait bien fait son devoir de soldat.

L'entrée qui concernait le guerrier rouge dans le Bingo Book devait en effet être plutôt fournie, voire peut-être même exhaustive en ce qui concernait les données tactiques, mais en aucun cas elle ne pouvait avoir englobé toutes les facettes de Yanosa, de ce qu'il était et de ce qu'il avait à coeur d'accomplir. Mais, déjà accoutumé au caractère outrageusement arrogant de son premier interlocuteur, le jashiniste ne prit pas la peine de relever, se contentant s'écouter, immobile, les yeux un tantinet écarquillés et les bras toujours arqués sur ses hanches. Le Seigneur de Kusa garda la même posture, spectateur, lorsque le second captif se décida à prendre la parole. L'animosité, si elle n'était pas exacerbée, était palpable entre les deux shinobis et à juste titre. On embrochait pas impunément un allié sans se faire quelques inimitiés après tout. Mais l'embroché, justement, ne manquait pour autant pas de verve et eut assez de cran pour simplement demander au guerrier rouge de le laisser partir. Yanosa lui-même aurait voulu que ce soit si simple, mais malheureusement...

« ...en résumé... Nous avons donc d'un côté un illuminé au désir ardent de prouver sa valeur divine et de rejoindre les rangs de l'Empire, pour des raisons qui restent pour le moins obscures... Et de l'autre, la victime d'un concours de circonstance malheureux, malencontreusement envoyée par son maître et Kage sur un front dont il n'a, à priori, aucune idée des tenants et aboutissants. Un shinobi, un outil, simplement envoyé là où son Ombre en avait besoin... mais en compagnie d'un chien de guerre persuadé qu'il est d'ascendance divine, et qui n'a pas hésité à le trahir... Et bien... vous faites la paire, tous les deux. »

Yanosa les détailla, marchant lentement devant eux de droite et de gauche tel le patient prédateur qu'il pouvait être.

« Kuroba, je crains... que nous ne puissions pas accéder à ta requête pour le moment. Tu devras d'abord profiter de notre hospitalité quelques temps, ensuite... Je pense que nous pourrons convenir assez rapidement d'un petit quelque chose avec ton Kage et maître. Je t'en dirai plus une fois que nous serons arrivé au forum et que tout le monde aura pu s'installer... Quant à toi, « Kami »... »

Le jashiniste se rapprocha de lui, l'examinant de haut en bas pour localiser où Fuusho avait placé son sceau d'entrave. L'abdomen ? Un choix sécurisant, pour sûr. Lentement, ostensiblement, le guerrier rouge commença alors à charger du chakra au bout de ses doigts, plaçant son autre main sur l'épaule de ce Kami pour le tenir en place.

« Ça va peut-être piquer un peu...Fuusho, Hiko, si vous pouviez vous éloigner un petit peu avec l'autre prisonnier, je vous prie.. Et rendez son arme à celui-ci. »

Une fois l'arme rendue, d'un coup sec, la main du guerrier s'abattit sur l'abdomen, détruisant d'abord les runes qui y avaient été apposées par le barbu en libérant de ce fait l'énergie qu'elles entravaient... puis en apposant de nouvelles, bien à lui. Des runes complexes, mises au point après des semaines d'expérimentation, et qui mirent littéralement le feu aux verrous psychiques naturels du traître illuminé. Sous l'impact, le corps du kumojin capturé fut expédié un ou deux mètres en arrière. Il se réceptionnerait sans aucun mal... Mais la brûlure, la montée de l'énergie qui allait bientôt l'envahir, comment allait-il la gérer, elle ?

« Allez, « Kami », montre-moi comment tu es capable de gérer la fraction de divinité que je viens de t'offrir. Je t'en prie ne te retiens pas, ce serait déplacé ! » dit-il en écartant les bras, paumes ouvertes de chaque côté.

Il n'en donnait pas l'air, mais malgré sa mise en scène Yanosa s'était préparé au combat sitôt qu'il avait frappé l'abdomen de Kami, laissant son chakra ondoyer silencieusement autours de lui pour palper l'air, en ressentir les fluctuations, ainsi que sentir les moindres impulsions d'énergie chez le traître. Il allait bientôt savoir si ce dernier pouvait être digne du titre qu'il se donnait lui-même, et nul doute que le résultat serait décevant. Mais Yanosa ne pouvait pas non plus négliger la possibilité que ce fou apparent ne soit l'envoyé d'une divinité rivale, aux idéaux différents, aussi prenait-il l'exercice au sérieux. Une fois qu'ils auraient réglé ce point de détail, ils pourraient se rendre tranquillement au forum...



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Sam 18 Juil 2015 - 15:14

Je vous regarde du haut de mon siège de Divin. La miséricorde sera pour toi ton unique salut ♫


Je suis l'élu. L'homme ou plutôt un dieu parmi les hommes. Je les gouvernes sans qu'il ne sache que leurs fardeau sera effacé. L'ange bleu venu du ciel, de son astre blanc, assis sur le trône du monde, je regardais vivre des êtres sans aucune compassion. Vivre sans aucun but, et une vie qui ne sert à rien. Je suis né pour faire du monde un havre de paix, donner du réconfort au plus démunie. Je n'enlève pas de vie innocente, je libère des pêchés les hommes ou les femmes n'aillant plus de but sur cette magnifique terre. N'y juge, n'y force hiérarchique ne peu me dicter ma conduite. Je n'obéis cas un seul et unique chef. Moi même.


Kuroba, Kuroba, pauvre homme perdu dans un monde qui ne te mérite pas. Tu vadrouille ici et la sans aucun but, voila pourquoi je t'avais planté dans le dos. Tu n'es qu'un misérable petit vermisseau. Toi aussi tu pourras crier famine chez ta voisine pauvre crétin. J'aimerais tellement me délecter de ton sang, le gouter avec ma propres langue en te léchant la zone d'éruption. Je me nourrirais grâce à toi, de ton sang si répugnant pour un homme normal, mais moi j'aime tout. J'aime recevoir le sang de mes victimes sur moi, j'aime voir la peur dans leurs yeux, j'aime les voir souffrir avant de me supplier de mettre fin à leurs jours.

Je prends actuellement mon mal en patience, j'attends le bon moment pour venir finir le travail stupide membre d'un clan qui ce prenne pour ce qu'il ne son pas. Vous maitrisez la gravité, cela fait de vous des semi dieux ? Non oubliés vite cette idée des plus folle, vous ne serez jamais au niveau d'un dieu, même un semi. J'accorderais à ton esprit la possibilité de repentir t'es pêchés d'autrefois. La miséricorde divine de l'ange blanc, s'abattra sur toi quand mon épée te transpercera à nouveau. Je sais que au fond de toi, tu nourris une haine à mon égard. Continue de me détester, fait de moi un pariat, fait de moi le plus grand et gros des traitres du village de la foudre. Je m'en fiche, ma vie de saint ne mérite pas d'être sacrifié pour des personnes aussi ... lâche et nul.

- Tu me compare à un fou ? Alors que tu te présente devant moi avec une coupe de cheveux des plus absurdes et torse nue. Allons être un dieu ne fait pas de moi un illuminé, mais cela fait de moi un être au delà de ton imagination.

Moi, fils de Dojin, refuse catégoriquement être insulté de la sorte, je suis un divin, un dieu, le saint du ciel, descendu ici pour offrir au meilleur d'entre vous, la possibilité de rester en vie. Pour les autres, la mort, ou l'exil de cette terre sera leurs châtiment. Rien de divin la dedans, juste un amusement de nous autres les grands seigneurs du monde.

- D'ascendance divin ? Ne m'insulte pas pauvre mortel.

Je crois qu'il ne me prends pas au sérieux, celui ci, cet homme à l'air d'être de ma trempe. Serait il lui aussi une sorte d'offrante du ciel pour le monde terrestre ? Je ne ressentais aucune émotion chez lui, aucune consonance avec nous les dieux. Alors pourquoi faisait il comme si il était un semblable ? Il s'approchait de moi, lui avec ses cheveux rouge sang, me posant la main sur l'épaule. Il demandait au deux sous fifres de me rendre mes armes. Avait il compris que finalement, j'étais sérieux dans mes paroles. Malheureusement pour Kuroba, celui ci n'avait pu s'enfuir comme il voulu faire. Reprit à l'ordre par le seigneur qui nous avez accueilli dans son pays.

Me scrutant du regard, puis regardant mon corps, il posa sa main sur mon abdomen pour ainsi libérer quelque chose. Le sceau placé durant notre marche par Fuusho venait d'être désactivé. Mais c'était pas tout, je pouvais ressentir quelque chose venir de l'intérieur. Une puissance enfoui en moi, qui commençait à envahir tout mon corps. Mon aura influait seul sans que je ne puisse savoir le pourquoi du comment. Mais je venais de recevoir la force d'un dieu, une puissance infernale s'engouffrait dans mes doigts, puis le long de mes bras. J'étais habité, comme si la main de Yanosa avait libéré en moi tout mon potentiel caché.

Grossière erreur mon cher, me donner autant de puissance à moi, alors que j'ai déjà trahi un de mes compatriotes. Que dirais tu si je me sers de cette puissance non pas contre toi, mais contre un des membres plus faible. Mes jambes était plus légère, comme si je pouvais presque voler parmi les anges et les oiseaux. Mon épée récupéré, malgré avoir reculé de quelque mettre suite à l'ouverture de cette puissance. Je ressentais au fond de mon être, des brûlures. Ma peau était chaude, voir bouillante au niveau du sceau que le Shukajin m'avait posé. Qu'es ce dont cette folie ? Il m'offre la puissance au lieu de me tuer ? Pauvre fou.

- Bien.

Epée en main, celle de la justice, la main de droite, j'absorbais toute cette puissance offerte si gentiment par notre gentleman au torse visible. nous étions donc à deux trois mettre de distance entre moi le dieu et l'homme disant être un seigneur. Alors passons à l'action vue qu'il à l'air d'attendre que je l'attaque, je vais t'offrir ton désir. Grâce à la puissance que j'avais enfoui en moi, libéré par Yanosa lui même je disparaissais en un instant. Une charge rapide par le rang de la technique, et améliorer encore plus par la légèreté de mes jambes donné par le sceau ou le potentiel du Seigneur de Kusa.

Un déplacement vers l'avant rapide, en direction du genou de mon adversaire. Le coup allait pouvoir immobilisé son membre l'empêchant d'une mobilité entière. Dans la vitesse, je ne pouvais prendre le temps de voir si le coup donné au genou été réussi. Je me relevais rapidement en effectuant un appui sur mes jambes et poussant sur ma pointe des pieds. Le potentiel énergétique chargé au maximum, je concentrais mon aura dans ma lame, pour envoyer un coup puissant au niveau de la base de l'omoplate. J'allais voir comment celui qui ce dit être le chef de guerre allé pouvoir ce défendre face à la pointe de mon fer s'approchant rapidement de son dos. Je décidais de rester concentrer avec mon aura dans mon épée pour me préparer à une riposte.


hrp :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Dim 19 Juil 2015 - 0:54

L'invitation était on ne peut plus explicite. Elle était même outrageusement arrogante, si l'on s'en tenait aux apparences, qui plus est lorsque l'on était bien conscient de ce qui venait de se produire l'instant d'avant. Yanosa, sans hésitation, et alors même qu'il y avait une chance que celui qui l'avait défié soit complètement fou, avait octroyé à ce dernier des capacités au delà de toute imagination possible. Même un maître en arts martiaux ou un expert en combat rapproché disposant de plusieurs décennies d'expérience ainsi que d'un talent légendaire ne pouvaient rêver de disposer de telles capacités... Et à présent, elles étaient siennes. A Kami. Mais pour combien de temps ? C'était la vrai question, celle à laquelle le guerrier rouge voulait une réponse. Même les plus humbles paysans et ouvriers pouvaient encaisser sans grande difficulté l'ouverture du premier ou du second verrou, sur de petites périodes, mais la Porte de la Rétention... ? Il s'agissait là d'une toute autre affaire.

Le laissant venir à lui, visiblement impatient, le jashiniste se savait déjà imperméable à tous les coups que pourrait tenter le traître illuminé, après n'avoir qu'entraperçu sa posture et sa gestuelle. L'épéiste semblait prêt à se lancer, visiblement trop heureux de bénéficier d'une pareille source d'énergie pour se préoccuper de quoi que ce soit d'autre à part son usage immédiat. Sa charge fut plus que rapide, elle fut semblable à un éclair, qui s'abattait sur la plaine en une fraction de seconde. Non seulement il bénéficiait d'un sérieux coup de main, mais il était également doué initialement pour le combat au corps-à-corps, ce constat était évident. Cependant, en dépit de toute la maîtrise et de toute l'assurance dont il fit preuve, le Kami auto-proclamé ne trouva que l'air encore chaud sur sa route. Du vide, occupé l'instant d'avant par la jambe du guerrier rouge, qui avait relevé son pied et l'avait jeté vers l'arrière à l'image d'un danseur précis et méticuleux. Mais l'assaut de l'épéiste au bob ne s'arrêta pas là : d'un mouvement encore une fois marqué par son expertise du maniement du katana, il envoya le tranchant de sa lame vers l'épaule de Yanosa, dont le bas du corps était encore en mouvement.

Sans vraiment réfléchir, comme il était de coutume lorsque vous étiez au milieu d'une passe d'arme à mille à l'heure, le jashiniste se baissa de façon oblique pour esquiver l'attaque, laissant le tranchant mortel de l'arme passer à quelques millimètres à peine de son cou, fragile et vulnérable, mais aussi hors de portée. Car l'instant suivant, le Seigneur de Kusa, qui n'avait de seigneur que le nom, s'était déjà replié en arrière d'une brève impulsion du pied gauche, resté au sol. La bouche ouverte, preuve qu'il avait du se donner sérieusement pendant l'échange, mais pas essoufflé pour autant, le guerrier rouge toisa sobrement le « Kami ».

« Alors, dis-moi... Toi qui tiens du divin, que ressens-tu avec un pouvoir, bien humain lui, qui brûle dans tes entrailles ? Un commentaire, peut-être ? »

Si commentaire il y avait, il ne risquait pas d'être de nature à apaiser la tension qui s'était installée avec l'échange, en tout cas. A ce stade, l'épéiste devait déjà sentir les effets de son effort se propager dans tout son corps, comme une flamme bleue dévorante et impossible à contrôler.

« La suprématie de l'Homme et de sa volonté étant désormais bien établie, je pense que nous allons pouvoir y aller. Hiko, Fuusho-san, si vous voulez bien escorter monsieur le fils de Dojin, il risque d'avoir besoin d'un peu de soutient pour finir le voyage. Et il nous reste moult sujets à aborder une fois sur place.

Or donc... en route, messieurs. 
»

Et il ouvrit la marche, direction le grand forum de pierre blanchâtre, où il allait avoir l'occasion, même si il aurait souhaité pouvoir moins précipiter les choses, de présenter le point de départ du nouveau Kusa.


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Errant
Messages : 571
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Dim 19 Juil 2015 - 20:02

La réaction du roux est intéressante. Il n'a pas mal réagit à la blague de Kuroba. Il est resté plutôt calme. Il devait se douté que Kuroba n'était pas sérieux, car le kumojin, lui, savait très bien qu'il n'allait pas pouvoir vaqué à ses occupations. Il demande aussi à Hiko et Fuusho de l'écarté car le défi lancé par le traitre ne pouvait resté impuni. Il va lui montré comment il faut traité les lâches. Un spectacle auquel Kuroba ne pourra s'empêché d'assisté avec une profonde envie de voir la victoire du Shukajin. Une fois qu'ils sont assez éloigné pour être à l'écart des séquelles du combat. Kuroba balance a ses deux compagnons qui l'accompagne.

"Je parie tout ce que j'ai sur votre Boss."

Il disait ça avec un grand sourire en sachant très bien qu'il ne parirait pas contre. Ensuite, Yanosa enlève l'entrave que le vieu avait apposé un peu plus tôt sur le corps d'Eiko. Kuroba, lui garde quand même la sienne et il ne se gène pas pour le faire remarqué a ses collègues.

"Et Moi ? On peut ressentir un peu de favoritisme envers le traître. Va savoir."

Toujours avec ce sourire. Il aime le sarcasme et ils ont du le comprendre depuis un moment déjà. Bref, le combat va commencé et énormément de chakra émane du corps du samourai, c'est une chose qui inrigue Kuroba au plus haut point car le chakra n'est pas maitrisé par les samourais, ils utilisent l'aura habituellement alors, pourquoi ? Puis il se souvient que Yanosa avait posé sa main sur le ventre du traître. Il a du faire quelque chose. Puis cette phrase qu'il a sorti comme quoi il lui avait conféré sa puissance divine, encore un truc qui échappait à kuroba. Tous ses blasphèmes avec leurs sectes respectif que les deux hommes se lance chacun leurs tours. Le combat est parti avec une charge extremement rapide de la part du samourai. Bien plus rapide que Kuroba ne pouvait faire atuellement. Les seule fois ou il a vu une personne aussi rapide, c'était lorsqu'il avait vu son père ouvrir la 5e porte. Mais la, c'était encore plus rapide. Il a du utilisé une technique supplémentaire qui a eu pour effet d'augmenté sa vitesse. Difficile à suivre des yeux, même si Kuroba a pour habitude de voir des gens rapides vu qu'il s'entraîne avec beaucoup de shinobis spécialisé dans le taijutsu, l'étant lui même. Il sait que cette charge est plus rapide que ce qu'il peut lui même faire. Il sait que le samourai n'est pas capablee de ça tout seul. Le coup de pouce vien évidémment du Seigneur de Kusa. Les deux coups porté par le traître ont touché leurs cibles, si c'était le vent que sa lame cherchait. Autrement, il n'a pas touché à un seul des cheveux rouge. Les attaques inutiles donnent suite à un éffondrement totale du pouvoir du Kumojin. Le chunin de Kumo bouillone dans son coin et pense à un truc.

"Vraiment intéressant ce type."

Kuroba avait compris ce qui s'était passé. Comme son père pouvait le faire, il a ouvert une porte. Mais ce qui est impressionnant, c'est qu'il l'a ouverte chez son adversaire. Vraiment fort ce qu'il vient de faire et Kuroba a compris exactement pourquoi il a fait ça. Pour qu'il puisse lui montré sa puissance écrasante et ça, c'est énorme. Il a fait ça bien. Eiko ne pourra rien faire et aura perdu le combat sans même que son adversaire n'a eu besoin de répliqué. Kuroba est juste impréssionné. A la fin de ce combat il se dirigeront vers l'endroit ou ils doivent se rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Dim 19 Juil 2015 - 22:14

Je vous regarde du haut de mon siège de Divin. La miséricorde sera pour toi ton unique salut ♫


Je suis l'élu. L'homme ou plutôt un dieu parmi les hommes. Je les gouvernes sans qu'il ne sache que leurs fardeau sera effacé. L'ange bleu venu du ciel, de son astre blanc, assis sur le trône du monde, je regardais vivre des êtres sans aucune compassion. Vivre sans aucun but, et une vie qui ne sert à rien. Je suis né pour faire du monde un havre de paix, donner du réconfort au plus démunie. Je n'enlève pas de vie innocente, je libère des pêchés les hommes ou les femmes n'aillant plus de but sur cette magnifique terre. N'y juge, n'y force hiérarchique ne peu me dicter ma conduite. Je n'obéis cas un seul et unique chef. Moi même.


Le seigneur de guerre avait bien calculé son coup, en m'offrant la puissance enfoui en moi. Malgré une vitesse décuplé et une force bien plus puissante que celle que j'avais. Il était parvenu à contrer mon assaut. Bien entendu, l'autre branquignol de Kuroba, était satisfait, voir heureux de la situation actuel. C'était de bonne guerre après la trahison orchestré contre lui. Mais dans un coin de ma tête je n'oubliais rien, un jour, lorsque qu'il m'aura oublié, moi je viendrais lui accorder le plaisir de souffrir. Je le dévoilerais la lumière divine pour qu'il rejoigne ses ancêtres au ciel. Je te tuerais toi le Kadoria, ton clan n'ait que nuisance pour le monde shinobi. En tout les cas, j'avais tout donné, mais il y avait une différence de niveau vraiment trop importante. Pourtant j'étais un divin, un être supérieur à tout ses espèces de sous merde croyant que Dieu était à leurs portés.

Pathétique homme du monde dans bas, un jour votre vie si misérable prendra fin. Je serais celui qui fera sonner la cloche de ton enterrement, je serais celui qui posera à l'intérieur du trou sans fond, ton cercueil. Il n'y aura pas de célébration, pas de doléance, aucune parole dite. Nous serons que tout les deux, toi face au dieu Dojin, et moi regardant ton ascension jusqu'au ciel. Tu pourras voler en compagnie des anges, tu connaitras toi aussi les biens fait de vivre parmi les grands du monde.

Toi aussi seigneur de guerre, je reviendrais accompagné des apôtres de dieu, pour te souiller, je dévaliserais ton pays, tuant femme et enfant. J'emprisonnerais t'es hommes dans les ténèbres. Tu seras seul contre tous, admirant le pouvoir que je déverserais sur ton âme. Pour l'instant tu sors vainqueur de cet affrontement, qui pour moi était perdu d'avance. Tu avais prémédité ton coup, jouant comme un faiblard s'appelant, plutôt oser ce faire appeler ainsi. Tu as joué de subterfuge pour me contrer avec ton pouvoir. Tu n'as même pas daigner me combattre sérieusement, et je te rendrais un jour l'affront.

Mon corps ne me répondait plus, des douleurs intérieur au niveau des muscles. J'avais beaucoup de mal à rester debout, du mal à respirer et je transpirais beaucoup. Détestant cela par dessus tout, je pouvais sentir les goutes de sueur couler le long de ma peau du visage. Le moindre mouvement de bras ou d'une infime parti de mon anatomie me faisais souffrir. Le pire, ces que j'aimais çà, la souffrance, sentir mon corps au bord des limites. Je dégainais mon baton dans mon dos, refusant l'aide des sbires du roux pour m'aider à marcher. J'étais peu être blessé, mais je n'étais pas encore handicapé ou mort.

- Ne me touchez pas, je n'ais besoin de personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Dim 26 Juil 2015 - 0:44

La fin du périple pour les deux kumojins capturés ainsi que leurs geôliers touchait à sa fin. Le « Kami » avait insisté pour se débrouiller par ses propres moyens après avoir du encaisser le plein retour de force engendré par l'ouverture de la cinquième Porte : une démonstration de fierté plus qu'une réelle résistance hors normes, l'épéiste ayant éprouvé un mal de chien à se traîner jusqu'au large Forum de pierre.

Cette construction toute récente, qui avait scellé la nouvelle philosophie de vie que voulait adopter la majorité des tribus de Kusa sous l'impulsion de leur « Seigneur » et non pas moins leur égal, Yanosa Oterashi, épousait de façon harmonieuse les nombreux arbres centenaires, voire millénaires, qui jalonnaient la région, et ce malgré sa stature plus qu'imposante. S'élevant dans les airs sans pour autant étouffer la cime des arbres, les pierres s'étaient empilées par l'effort conjoint d'une nation en pleine mutation, au sens propre comme au figuré, formant petit à petit une construction d'une simplicité déconcertante qui restait titanesque par la taille et l'utilité. Arrivé sur le seuil des escaliers, en pierre eux aussi, qui menaient vers l'intérieur du premier Forum de Kusa, Yanosa se retourna vers le quatuor.

« Bien, Hiko, Fuusho-san, je pense que je vais pouvoir prendre le relais d'ici, ces jeunes gens et moi avons à parler. Bon retour sur le front, et apportez-y la paix avant tout messieurs. »

Sur quoi, d'un geste du bras, paume ouverte, il fit signe aux deux captifs kumojins d'entrer dans la structure, qui n'était dotée d'aucune porte ni fenêtre, les faisant passer entre deux grandes colonnes qui servaient de soutient. Il leur emboîta ensuite le pas, les laissant avancer au cœur du grand dédale de pierre illuminé par une myriade de puits de lumière et où les arbres occupaient encore une place prépondérante, ne les repassant devant eux qu'une dizaine de mètres plus loin. Sur les côtés, on pouvait observer au passage plusieurs groupes d'autochtones en pleine méditation, tandis qu'un peu plus loin, dans un calme relatif brisé uniquement par le bruit des corps qui s'entrechoquaient, des individus plus ou moins jeunes qui allaient de l'adolescent au sexagénaire s'entraînaient. Les coups étaient portés directement sur les corps, les katas s'enchaînaient, et chacun donnait son maximum pour repousser et stabiliser à la fois ses limites. Un observateur attentif aurait aisément pu noter que les coups en question étaient d'une violence inhabituelle, pour le peuple commun du moins...

Mais bientôt, le trio finit par arriver dans un espace plus clos que les précédents, où de petits fauteuils sans dossier ni accoudoir avaient été disposés autours d'une table. Tout près de là, on devinait qu'un feu avait été lancé pour cuire de la nourriture avant d'être éteint, les marques au sol étant les derniers témoins de cet événement.

« Bien, prenez place. »

Le guerrier rouge les laissa s'asseoir, restant lui-même debout un instant avant de les imiter.

« Avant toute chose, et je dis ça surtout pour toi, « fils de Dojin », le pays est étroitement surveillé : inutile de penser prendre vos jambes à votre cou et imaginer vous en tirer. Ceci étant dit... Toi, Kuroba : tu n'auras pas besoin de mettre sur pieds je ne sais quel plan d'évasion pour espérer revoir Kaminari. Les choses étant ce qu'elles sont, toutes nos troupes n'ont pas eu le même succès que mes confrères de tout à l'heure, et désolé de te réduire à cela mais... tu serviras sans aucun doute de monnaie d'échange dans les prochains jours, afin que nous puissions récupérer l'un ou plusieurs des nôtres, dépendant de la valeur que tu peux avoir aux yeux de tes maîtres.

Toi, « Kami »... ton cas est un peu plus délicat, tu en conviendras. Tu as trahi, et tu préférerais certainement qu'on te tue avec ton propre sabre plutôt que de réintégrer gentiment les rangs de Kumo. Eux, de toute façon, préféreront certainement te tuer plutôt que de prendre le moindre risque avec un traître de ton acabit... Oh, ne le prend pas mal surtout, je ne fais que refléter ce qui doit être leur point de vue à l'heure actuelle ! Or de ton côté... qu'espère-tu, au fond, hm ? Car je préfère te l'annoncer de suite, il est absolument hors de question que l'armée de l'Empire s'en remette à un guerrier convaincu qu'il est le fils du divin, qui a prouvé qu'il pouvait trahir, et ce même pour se charger de la corvée de pommes de terre... C'est dire à quel point tes chances sont minces d'entrer sous mes ordres ou sous ceux de n'importe quel officier du Shûkai.

Te libérer, et te laisser aller à ta guise ? Ce serait la solution la plus simple pour moi, à n'en pas douter... Mais à titre tout à fait personnel... Ton histoire, et celle de ton supposé père Dojin me passionne. J'aimerais comprendre... comment un être si divin a pu atterrir du côté de Kaminari, et quels buts peut-il bien poursuivre, qui le forcent à frayer avec le tout venant, fussions-nous malgré tout il faut le dire, moi et ton ex-partenaire, des combattants émérites. Alors ? Saurais-tu m'expliquer, m'en dire plus ? C'est, à vrai dire, la seule offre que j'ai à te faire, et afin de rendre les choses tout à fait claires et limpides laisse-moi te la présenter d'une façon plus directe : sois tu te dévoiles à moi, soit je te tue. 
»

Le regard de Yanosa était planté dans celui de Kami avec une simplicité qui avait peine à se placer dans le contexte de menace de mort que le guerrier rouge venait de poser. Tous assis là, la discussion avait en tout cas toutes les apparences lointaines d'un dialogue cordial...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Dim 26 Juil 2015 - 13:28

Je vous regarde du haut de mon siège de Divin. La miséricorde sera pour toi ton unique salut ♫


Je suis l'élu. L'homme ou plutôt un dieu parmi les hommes. Je les gouvernes sans qu'il ne sache que leurs fardeau sera effacé. L'ange bleu venu du ciel, de son astre blanc, assis sur le trône du monde, je regardais vivre des êtres sans aucune compassion. Vivre sans aucun but, et une vie qui ne sert à rien. Je suis né pour faire du monde un havre de paix, donner du réconfort au plus démunie. Je n'enlève pas de vie innocente, je libère des pêchés les hommes ou les femmes n'aillant plus de but sur cette magnifique terre. N'y juge, n'y force hiérarchique ne peu me dicter ma conduite. Je n'obéis cas un seul et unique chef. Moi même.


C'était donc çà, son " forum ". De la pierre, des colonnes de pierre, avec des arbres qui semblaient vouloir reprendre leurs droits sur l'édifice. Je pouvais même distinguer que les pierres qui bordés cette endroit, avait été placé ici de la main de l'homme. L'être si insignifiant que l'espèce humain avait construit une chose vraiment grande. Y semblerait que certaine personne semble être bon. Je ne tuerais pas les hommes aillant construit via les roches venu du sol. Dojin avait du autoriser cette chose, sinon ils seraient déjà tous mort. Arrivant devant des escaliers, ceci fait de pierre aussi, de la même couleur que ceux qui tenait les murs. L'homme au cheveux rouge prenait la parole pour donner les directives au deux autres sous fifres du shukai. Il voulait rester uniquement seul avec nous, moi et le kumojin.

Après ses mots, le geste de son bras nous laissait entré vers quelque chose d'étrange. Aucune porte, aucune fenêtre, rien pour voir le monde extérieur. Mise à part deux immenses colonnes nous servant d'ouverture pour entrer dans un grand dédale de structure rocailleuse. Bordé de petite lumière faite de feu, notre chemin étaient déjà guidé. Nous avançons encore au plus profond de l'endroit, voyant des hommes d'une tribu semblait il, comme éteint. Ils étaient en pleine méditation, chose profonde que je connaissais aussi. Etant un grand fanatique de cette méthode d'entraînement. Continuant notre chemin, qui laissait place maintenant à des groupes d'homme plus au moins jeune. Eux aussi semblaient parfaire leurs savoir dans l'art du combat au corps à corps.

A quoi cela pouvait il bien servir de nous montrer des vieux, des gamins et des hommes dans la fleur de l'âge faire des prouesses avec leurs corps. A moi seul, je pourrais annihiler toute ses personnes devant moi. Mais notre route n'était pas encore terminé. Un espace plus clos, avec trois chaise et une table. Chaise vraiment grossière, sans accoudoir n'y même repose dos. Appel çà un tabouret ou autre, mais pas une chaise. De la braise froide, il y avait eu un feu avant notre arrivé ici. Bien, prenant place, notre seigneur de guerre prenait la parole. Expliquant ce qui allait advenir de nous. Moi je n'étais pas inquiet, la mort ou bien la vie. Deux choix s'offraient à moi, les deux choix en question me plaisais tout autant. Vivre pour redonner le gout de la vie envers mes frères samourai. Ou mourir pour rejoindre le ciel bleu, en compagnie des divins une bonne fois pour toute.

J'écoutais alors le seigneur prendre la voix, mais quelque chose me dérangé dans son discours. Il ne semblait pas comprendre pourquoi j'avais agi de la sorte envers mon camarade. Ceci n'avait que le nom, pour moi il était simplement qu'une merde. Son clan n'était pas dans le respect du monde shinobi, ils étaient tous trop orgueilleux, trop avide avec leurs pouvoir. Mais j'avais eu la satisfaction de l'avoir planté tant bien que mal durant la conquête de Mizu. J'aurai voulu lui faire bien plus de souffrance, j'aime faire souffrir les gens, mais j'avais été pris de court. Buvant les phrases de Yanosa, j'attendais avec patience la fin de son blabla pour répondre.

- T'es propos son ... Ils me font rire. Malgré le ton que tu emplois avec moi, à me dire que si je te raconte pas mon histoire, tu me tueras, alors laisse moi t'expliquer deux ou trois petites choses. Tu ne veux pas au sein de l'empire très bien, mais ne dénigre pas Dojin.

Prenant une pause avant de reprendre.

- Je suis pour faire rapide, le coté maléfique de Yukita Eiko. L'homme dont je viens de dire le nom n'existe plus. J'ai réussi à prendre la place de cet être si faible pour lui offrir l'opportunité de se venger. Encore une fois, modère t'es paroles, je ne suis pas venu à Kumo de mon plein grès. Je suis un Samourai du pays du fer, tu m'entends bien ? Kumo, avec leur kage son venu annexer mon pays, nous obligeant à servir l'armés du pays de la foudre. Eiko lui semblait accepter de faire partir de cette grande famille, mais intérieurement il bouillonnait d'envie de changer tout cela.

Toussant avant de reprendre.

- Il était donc impossible en tant qu'être Divin d'appartenir à un village qui est venu nous piller, faire de notre chef un vulgaire chef de clan et gouverneur du pays de Tetsu. Au lieu de faire mes classes dans mon pays, j'ai du cohabiter avec des shinobis croyant que le monde leurs appartenaient. Penses tu qu'un homme comme moi doit écouter de tel chose ? Si tu veux me tuer, tue moi, si tu veux me laisser partir, alors laisse moi. Tu veux connaître mon but, je pense que maintenant tu dois avoir une idée. Quand à l'autre du clan Kadoria, je n'ais que faire de lui. Je méprise son clan, je le méprise lui même, un jour il devra répondre de ses pêchés. Il obtiendra la miséricorde de Dojin et je pourrais libérer son âme. Ais je répondu à t'es question toi qui te prends pour un seigneur ?

Maintenant tu connais ce que je voulais te faire savoir. Arriveras tu à comprendre qui suis je réellement ? ou alors me verras tu comme un fou croyant au délire qu'il raconte ? j'attends avec impatience votre réponse seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Mar 28 Juil 2015 - 17:04

Avec une attention non feinte, Yanosa écouta la réponse qu'avait à formuler le fils de Dojin à son encontre... A ses premiers mots, il crut instant qu'il devrait mettre à exécution la menace tout aussi réelle qu'il avait formulé un instant plus tôt, mais tout divin qu'il était Kami dévoila en demi-teinte une partie de ses aspirations et desseins. Il décrivit alors au jashiniste comment il avait pris le contrôle de cette enveloppe, qui appartenait à un samouraï de Tetsu no Kuni, et ce qu'il comptait en faire pour remédier à l'annexion de son pays d'origine qu'il jugeait apparemment contre-nature et dégradante. Du moins, il laissa entendre que c'était dans cette direction que se trouvait sa motivation, mais rien d'explicite ne venait étayer cette « hypothèse » plus que fournie.

A entendre tout ça, le guerrier rouge resta un moment perplexe, une main sur le menton à la fois pour se tenir la tête et en signe de réflexion. Il n'avait pas quitté le duo des yeux, et pourtant son imagination s'était mise à vagabonder : il avait face à lui deux cartes qui, si elles n'étaient pas maîtresses, lui offraient malgré tout à lui personnellement comme à l'Empire des opportunités bien distinctes. Des opportunités qu'il conviendrait de ne pas mélanger, étant donné les obédiences désormais très différentes des deux protagonistes que Yanosa avait en face de lui. L'un allait lui servir comme poids de négociation, c'était un fait établi, mais l'autre.. ? En réfléchissant vite et bien, le soit-disant Seigneur de guerre avait déjà fait germer une petite idée dans le coin de son crâne, une idée qui allait toutefois requérir un tantinet plus de coopération encore de la part du samouraï habité. Le guerrier rouge se releva alors de toute sa hauteur, toisant ses deux « invités ».

« Bon, j'en ai assez entendu. Les histoires d'esprit vengeur et de samouraï ne me regardent pas ni ne m'intéressent le moins du monde. Ton copain Kadoria, je sais ce que je vais pouvoir en tirer, mais toi... ? A part te tuer, je ne vois vraiment pas.  »

Sur ces mots, il envoya son bras saisir l'épaule du Kami, assez fermement pour l'obliger à le suivre dans son mouvement mais pas assez pour réellement lui causer une quelconque douleur. Traînant avec lui son apparente victime, Yanosa l'attira dans une alcôve de pierre quelques dizaines de mètres plus loin, hors de portée visuelle ou auditive de ce Kuroba, de toute façon lourdement entravé. D'un geste vif, le jashiniste fit alors se retourner Kami pour le placer face à lui... et lui adressa un clin d’œil étrange, tandis qu'il lui attrapait le bras gauche. Un kunai et une incision plus tard pour faire couler son sang, et Yanosa se retrouvait avec du sang divin sur les mains, le sang du dénommé Eiko.

« Ça, c'est pour la forme. Je serai un véritable Seigneur de guerre sanglant aux yeux de ton ami le Kadoria quand je retournerai le voir à présent... Toi, Kami, ou Eiko, voire les deux, peu importe... vous voulez rendre leur indépendance aux samouraïs ? Vous voulez leur offrir l'émancipation, et la liberté de choix ? Alors tiens, garde ça sur toi, lui dit-il en appliquant sa paume en haut du bras de l'épéiste, pour rendre le sceau qu'il y appliquait moins visible pour le tout venant.

Avec ça, dans ce pays ou un autre, je saurai te retrouver. Et quand nous nous reverrons, dans un jour, une semaine ou un mois, peu importe, alors tu sauras que tu as mon soutient pour épauler ta cause. Et m'est avis... qu'en te battant pour cette même cause, tu auras l'occasion de me prouver ton ascendance. Maintenant dépêche-toi de sortir d'ici, et fait profil bas jusqu'à notre prochaine rencontre. Car n'oublie pas : je t'ai tué, Kami. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 407
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Mar 28 Juil 2015 - 23:41

Je vous regarde du haut de mon siège de Divin. La miséricorde sera pour toi ton unique salut ♫


Je suis l'élu. L'homme ou plutôt un dieu parmi les hommes. Je les gouvernes sans qu'il ne sache que leurs fardeau sera effacé. L'ange bleu venu du ciel, de son astre blanc, assis sur le trône du monde, je regardais vivre des êtres sans aucune compassion. Vivre sans aucun but, et une vie qui ne sert à rien. Je suis né pour faire du monde un havre de paix, donner du réconfort au plus démunie. Je n'enlève pas de vie innocente, je libère des pêchés les hommes ou les femmes n'aillant plus de but sur cette magnifique terre. N'y juge, n'y force hiérarchique ne peu me dicter ma conduite. Je n'obéis cas un seul et unique chef. Moi même.


Pour un seigneur de guerre, il avait toujours le même mot à la bouche. Toujours ce mot, toujours cette phrase, te tuer. Me tuer moi ? Mais mon cher, tu es complètement à coté de la plaque. Je suis un être venu du ciel, conçu pour rendre le monde dans le qu'elle les humains aussi pathétique que vous vive. Penses tu vraiment que je suis mort ? Dans ce cas, pourquoi ne pas m'avoir tué au début ? Comprends tu, que je ne suis pas comme toi, je te suis supérieur dans le chair. Tu es le niveau zéro de l'espèce humain, même un animal, que je trouve pourtant sans raison apparente plus utile que toi. Vivre avec ton alliance, vivre avec ton triumvirat, vivre avec t'es idées complètement grotesque. Tu ne peux savoir la chose que je ressens au fond de moi. L'endroit ou vous, les êtres faible, mourraient si celui ci s'arrête de battre. Le coeur.

Malgré mes idées loufoque, ou bien vraiment tordu, je reste une divinité, je regarde le monde avec les yeux de l'ange de Dojin. Je suis le fils de Dojin, celui qui à rendu forme, ce qui était autrefois poussière. Votre monde, je peux le faire sombrer dans le chaos, votre monde je le tiens dans le creux de ma main. Je ferais du peuple samourai, un peuple libre, un peuple gouverné par un samourai lui même, avec les pleins pouvoir. Pas de sous entendu avec le village voisin, celui de la foudre. Rien que dit penser, j'en avais la gerbe. Mettre mis à genou, comme une femme que l'on paye pour obtenir ses services. A genou devant l'autorité imposé par un Raikage aillant oser dire au Genin, que l'on pouvait partir si nous le souhaitions.

T'es paroles son fausse mon ami, je voyais en toi, un homme capable de cotoyer les oiseaux de très haut dans le ciel. Tu m'as déçus, tu as agi comme un lâche profitant de la faiblesse d'homme jeune pour t'es profit personnel. Tu as fait mettre à genou mon peuple, et je ferais de même avec le tiens. Je te mettrais à genou Zennosuke, je ferais de toi le passé, je te tuerais au yeux de tous. Ainsi mon pays sera libre. Nous étions maintenant tout les deux. Il m'avait traîné jusqu'à un endroit encore plus reculé de la ou on se situé déjà. Pour qui ce prenait il ? A me prendre par l'épaule comme si on été de vieux amis ? Ne touche pas, un homme de ma trempe. Je suis un Dieu pauvre tas de merde. Il prélevait mon sang, à l'aide de je ne sais qu'elle connerie, mais il avait une idée derrière la tête.

Il m'expliquait qu'il serait comme de mon coté, dans cette bataille, alors que tout à l'heure il me disait l'inverse. A croire qu'il avait effectué un petit manège devant Kuroba histoire qu'il ne sache aucun intention de l'homme roux. L'écoutant libérer la bonne parole, tel un évangile qui parle pour ses frères, la dernière phrase de son récit me fit tilté. Je suis déjà mort ? Bizarre, aucune sensation de mort, pas de lumière blanche divine venu du ciel. Soit il est fou à lié, soit il me cache quelque chose suite au fait qu'il mes touchés à différent endroit avec sa main. Ainsi que l'ouverture dans mon bras. Un être étrange.

- Alors si tu m'as déjà tué, nous nous retrouverons en enfer, Seigneur de guere Jashin.



Hrp ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Errant
Messages : 571
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ] Ven 31 Juil 2015 - 19:37

Les présentation était fini et ils arrivaient enfin dans un endroit plus sympathique. Ils peuvent s'asseoir. Des fauteuils sont la, mais c'était pas non plus le luxe. C'était plus des tabourets que des fauteuils. Ni dossiers, ni accoudoir. C'est pas vraiment le confort au maximum de sa forme. Mais ça ira pour Kuroba. Il était un peu fatigué de marché avec sa blessure. Il s'assied sur le tabouret en question et s'affale sur la table à la manière d'un cancre qui est au fond de la classe et qui s'étend sur la table pour se reposé car il n'aime pas se levé tôt pour aller en cours. Ensuite, Yanosa prend place et dis au Kadoria comment les choses vont se passer par la suite. Il va être troqué contre un Shukajin. Ou du moins, c'est ce qui devrait se passer si tout se déroule comme prévu, mais qui sait ce que réserve l'avenir.

Les deux fous qui ont chacun leurs croyances se lançait en guerre de parole. Si on suit leurs discussion. On voit bien que Yanosa dirige la conversation. Il veut savoir quels sont les relations avec son dieu, sans même se douter qu'ils font tout les deux fausses routes. L'un se prend pour un dieux l'autre pour un prophète. On ne comprend pas trop ce qu'il veulent. Il blasphème chacun leurs tour, mais Kuroba a arrêté de suivre la discussion depuis bien longtemps déjà. Ses sens étaient coupé. Seul sa vue était encore en état pour voir s'il pouvait trouvé une occupation, mais sans plus. Il ne prêtait plus attention à la discussion des deux bonhommes qui était pour le moins ennuyante pour le Kadoria. Un peu plus loin dans la discussion. Il y a une chose qui fait interruption dans la vision du seul Kumojin restant sur les lieux. Enfin, c'est plutôt quelque chose qui disparaissait petit à petit au loin. En effet, les deux malade mentaux s'en allait un peu plus loin en dehors du champs de vision de Kuroba. Il se retrouvait donc en en tête à tête avec lui même.

  • "Enfin seul."

C'est ce qu'a dit Kuroba lorsqu'il s'est retrouvé seul dans la salle. Il n'a même pas pensé à s'enfuir. Il sait qu'il n'as pas besoin de ça et que s'il s'enfuit, dans son état il se fera vite rattrapé. Non, ce qu'il fait. C'est qu'il casse la chaise sur laquelle il est assis et prend la partie sur la quelle il s'est assis plus tôt pour la mettre sur la table. Il s'allonge ensuite sur la table et se sert de cette partie comme oreiller. Il met sa veste comme taie d'oreiller. Puis il commence à fermer les yeux en ne laissant maintenant que son ouïe comme sens à l'affut. Quelques minutes plus tard. Il revient, mais qui ? Kuroba a vite compris au bruit de pas qu'il y en avait qu'un de retour. Il ouvre les yeux et tourne sa tête sur la gauche. Le guerrier rouge. Encore plus rouge que d'habitude vu que ses mains sont maintenant ensanglanté. D'un ton inquiet :

  • "Oh NOOOOON. Pourquoi as tu fait ça ???!!!"

Kuroba commençait à se relevé. Les yeux grands ouvert. Il reprend d'un ton sarcastique.

  • "J'aurais voulu voir. C'est pas sympa ce coups la. Il marque un temps. Bon, maintenant. On fait quoi pour la suite de notre aventure."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-