AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La maison hantée [Rang C, Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Messages : 459
Rang : S

Message(#) Sujet: La maison hantée [Rang C, Solo] Dim 15 Jan 2012 - 12:04

Spoiler:
 

    Voilà quelques jours, que mon aventure en tant que ninja de Kumo avait débuté, j’avais effectué mes premières missions qui m’avait permis de me mettre le pied à l’étrier, afin de savoir comment elles se déroulaient. D’ailleurs, ce jour-là je reçus un nouvel ordre de mission qui était bien plus intéressant : une de rang C. Enfin j’allai, peut être, pouvoir me mettre à l’épreuve et débuter véritablement mon parcours. Ce qui avait eu avant était en quelque sorte un apprentissage, maintenant, c’était plus le commencement de la mise en pratique à vrai dire. J’étais d’ailleurs, intrigué par ma mission : je devais enquêter sur la présence incertaine d’esprits appartenant à des ninjas défunts d’un village civil du pays de la foudre, ils se manifestaient d’ailleurs dans celui-ci, dès que la nuit tombait. A partir du moment où l’on parle de spectres, deux possibilités se mettent en place dans ma tête : un coup monté ou bien quelque chose de surnaturel ? Personnellement, je ne me suis jamais vraiment demandé si j’y croyais ou non, j’avais toujours affirmé que je trouvais cela trop étrange pour être réel, mais d’un côté je pensai que tout cela était possible malgré tout. Mes pensées se bousculaient dans ma tête. Enfin, l’heure était à la préparation de mon départ, je savais que j’arriverais à ce village en début d’après-midi, et que je devrais y rester la nuit pour constater par moi-même ce qui se passait. A l’entrée du village, je me tenais debout, face aux vastes horizons de Kaminari no Kuni, rangeant dans le sac que j’avais préparé mon bandeau frontal avec le symbole de Kumo. J’avais pris l’habitude de ne plus le porter sur moi-même, il me gênait et ne m’allait pas, mais je m’étais dit qu’en cas de combat je le mettrais, afin de représenter le village aussi dignement que je le pourrais. Tout était enfin prêt, je partis afin d’effectuer la mission que l’on m’avait confié.

    La route n’était pas très longue, il fallait marcher entre une et deux heures afin d’atteindre ce village sans s’arrêter. Ce qui rendait le voyage plus long était que je ne disposais que de très peu d’informations pour m’y rendre, je savais juste que je devais marcher vers le sud mais rien de plus. Malgré quelques recherches infructueuses, j’apercevais le village en question au loin. Ce village était au centre d’une fine brume rendant alors une étrange atmosphère en plus du contexte de la mission. Les maisons étaient pratiquement toutes fermées, avec sûrement leurs propriétaires s’étant enfermés à l’intérieur prouvant ainsi que les habitants de ce village avait peur des précédents évènements. Personne ne prit la peine de m’ouvrir ne serais-ce, que quelques secondes afin que je puisse me renseigner sur cette ville et sur ces esprits. J’étais en retard dans mes pronostics : j’étais arrivé en plein milieu de l’après-midi. De ce fait, j’avais moins de temps que prévu avant la tombée de la nuit et je voulais absolument en savoir plus avant. C’est alors que j’entendis des bruits de pas se diriger vers moi, je me retournai en direction du son et je vis, au travers de la brume, une silhouette qui s’approchait. Elle était de taille assez petite. Je m’avançai à mon tour, si c’était un civil je pourrais peut être l’interroger. Et s’en était bien un, lorsqu’il était à proximité de moi, je pouvais bien mieux le voir. C’était une personne âgée qui se baladait dans son village. Il passa à côté de moi en relevant sa main afin de me saluer puis continua sa route.

      - Attendez monsieur !

    Il se retourna et revint alors vers moi avant de me demander ce que je voulais lui dire. Je me présentai alors en tant que ninja de Kumo, sans lui en dire plus, et je lui demandai s’il savait quelque chose au sujet de ces spectres ayant hanté ce village. Son expression changea un peu, je considérais que cela revenait à dire oui. J’enchaînais sur une autre question, lui demandant de m’expliquer ce qu’il savait.

      - Les rumeurs parlent effectivement d’apparitions d’esprits lorsque la nuit était tombée, certains parlent même qu’ils appartiennent à d’anciens ninjas ayant été tués dans les alentours de ce village. Une maison, tenue à l’écart de la civilisation, est considérée comme le refuge de ces spectres. C’est depuis que tout le monde considère qu’elle est hantée. Et pour des raisons inconnues, ils s’en prennent aux villageois, ou plutôt à leurs biens. Depuis, comme tu as sûrement pu le constater, les gens ont peur et s’enferment en espérant qu’ils passeront la nuit tranquillement. J’ignore leur but, mais je sais que je crois au surnaturel, je suis très intéressé par tout cela, mais là je n’y crois pas. Pourquoi ? Je ne sais pas moi-même, certains prétendent les avoir vus mais je n’en suis pas vraiment sûr. Je reviens d’ailleurs d’un endroit tout près de cette fameuse maison, suivez ce chemin en ligne droite et vous la trouverez… Bonne chance.

    Le vieil homme parti ensuite. Il m’avait indiqué l’endroit où se trouvait la maison hantée, mais je ne comptais pas m’y rendre directement, je n’avais pas fini d’explorer le village et je voulais bien voir les maisons sabotées qui étaient mentionnées dans mon ordre de mission. Après quelques minutes de recherches, je vis une maison abandonnée où l’accès était bloqué par des barrières métalliques qui n’étaient pas très hautes, la maison était d’après des écrits, considérée comme hantée suite à une attaque d’esprits. Je passai au dessus de la barrière et j’observai les dégâts que la maison avait subis. Extérieurement, mis à part le jardin, tout était correct, j’entrai à l’intérieur et là tout était sans dessus dessous et dans un état irrécupérable. Pourquoi des esprits feraient ça ? Serais-ce alors un coup monté ? Par qui alors ? Toutes ces questions sans réponses me perturbaient. Il faisait bientôt nuit, j’eus l’idée de visiter la maison hantée de nuit, afin de mieux voir ce qui s’y passe, j’avais fait le tour du village et je commençai à me rendre à cette fameuse maison. Sur le chemin, tout était lugubre et sans vie, des arbres de couleur sombre se dressaient sur les côtés du sentier et un silence pesant était bel et bien présent.

    J’arrivai devant la maison hantée et je constatai qu’elle était bien plus petite que je me l’étais imaginé, elle n’avait pas d’étage supérieur. La nuit n’était pas encore tombée mais je rentrai tout de même à l’intérieur afin d’observer les lieux. Le sol en bois de la cabane abandonnée on peut dire, grinçait sous mes pieds, accentuant de ce fait le côté effrayant de l’habitation. Je n’avais pas pensé à prendre un objet qui pourrait m’éclairer, je ne voyais pas grand-chose mais je me débrouillais comme je le pouvais. Personne du village n’avait osé y entrer depuis le début des évènements et pourtant son état était correct. J’observai les lieux et je sentis une sorte de chaleur à un moment. Je ne savais pas d’où elle venait, rien ne pouvait être susceptible de produire de la chaleur aux alentours, lorsque je repris ma marche je ne la ressentis plus. Il n’y avait qu’à un seul endroit précis que la chaleur se faisait ressentir, je m’étais alors dit, que je devrais explorer cette petite zone avec plus d’attention. J’apposai ma main sur le plancher en bois, à l’endroit où je me tenais debout quelques secondes avant et je ressentis la chaleur qui y provenait, je déplaçai ma main en ligne droite et petit à petit la chaleur s’estompa… Comme si il y avait une source de chaleur un étage en dessous. Et si c’était ça ? Je me le demandai. Il n’y avait pas d’escaliers, donc un passage secret peut être. Je n’eus pas le temps de le chercher puisque j’entendis des voix, je n’arrivais pas à comprendre ce qu’elles disaient, mais je devais absolument me cacher.

      - Rien pour cette nuit.

    « Rien pour cette nuit. » ? De quoi parlaient-elles ? Je m’étais trouvé refuge, juste avant que les inconnus étaient rentrés, sous une petite table où une assez longue nappe était posée dessus. La nappe étant bien plus grande que la table, ses extrémités dépassaient m’offrant alors une cachette. Je ne voyais rien cependant. Deux minutes étaient passées depuis leur arrivée, ils étaient toujours là. J’écoutai le moindre bruit qui pourrait s’avérer utile.

      - On descend ?
      - Non, on y retourne.

    J’avais la certification qu’il y avait bel et bien quelque chose en dessous. Après m’être assuré qu’il n’y avait plus personne, je sortis de ma cachette. Tout portait à croire que c’était eux qui semaient la pagaille en ville la nuit, ces fameux spectres. Mais s’ils sont vraiment des esprits, ils doivent être des êtres immatériels, or, leurs pas faisaient également grincer le bois qui sert de sol, comme pour moi. Ils se faisaient, d’une manière ou d’une autre, passer pour des spectres afin d’effrayer les civils pour mieux agir ensuite. Ingénieux, mais leur plan allait tomber à l’eau. Je devais tout d’abord descendre, trouver un mécanisme ou bien une trappe par exemple. Au vu de la précarité de l’habitation, je doutais qu’il y avait un mécanisme permettant d’ouvrir un passage secret ou autre. Une trappe alors ? Possible. Je scrutai à l’aide de mes mains le sol recouvert de poussière afin de la trouver. En vain, je ne trouvais rien. Je fis, instinctivement, pareil avec les murs en donnant quelques coups avec mon poing. Arrivé à un moment, un de mes coups fit une petite secousse à l’endroit où j’avais frappé. Je n’avais pourtant pas, changé la puissance ou autre. Je réessayai une seconde fois et j’eus le même résultat. Comme si on tapait sur une porte… Une porte ! J’observai plus en détail cette parcelle de mur, je sentis une fine brèche dans celui-ci et je pris un kunai. Sa pointe vient se mettre dans cette brèche et je tentai de forcer un peu cette éventuelle porte. Et cela marcha ! Elle se déplaça légèrement me donnant, ensuite, la possibilité de l’ouvrir. Dans la petite salle qu’il y avait derrière, il y avait des escaliers menant vers le bas, je refermai la porte et descendis. Une cheminée était allumée, la voilà cette source de chaleur que j’avais ressenti, je vis également des sacs remplis d’objets et en particulier des bijoux, des montres… Les bruits de pas étaient revenus, je devais à nouveau me cacher, sauf que ce coup-ci j’avais assez de preuve les accablant. L’heure était à la capture. Je me cachai derrière la porte de cette nouvelle salle, quelques minutes après ils descendirent. Je pouvais, grâce à la lumière du feu, enfin voir qui étaient ces voleurs. Ils se ressemblaient, peut être étaient-ils des frères. Il était tout les deux bruns et assez mince, ni trop grand, ni trop petit. D’un coup de pied sec, je refermai la porte. D’un sursaut, les deux brigands se retournèrent.

      - T’es qui toi ?
      - Quelqu’un.

    Les deux hommes étaient chacun d’un côté de la salle. J’allai les tester. Je m’avançai jusqu'à être, au centimètre près, entre eux deux, ils me regardèrent puis se ruèrent sur moi. C’était lamentable. Je fis un petit bond en arrière et les deux bandits se frappèrent entre eux, puis je retournai près de la porte. Ils n’étaient pas K.O pour autant mais ils s’étaient ridiculisés. J’eus un petit rire, ils étaient totalement nuls. Mon rire les énerva encore plus et c’est, côte à côte, qu’ils foncèrent sur moi ce coup-ci. Je glissai sur le sol, jambes vers eux. Je me servis de ces dernières afin leur porter un coup au niveau des leurs afin de les déséquilibrer. Ils tombèrent, tout deux en avant et s’assommèrent sur la porte que j’avais, préalablement, refermée. Là par contre, ils étaient bel et bien hors combat. Je les avais eus.

    Le lendemain matin, tout le village avait été prévenu de ce qu’il s’était passé la nuit dernière. Les objets volés ont été restitués, les bandits arrêtés et les civils rassurés. Le vieil homme que j’avais rencontré la veille vient me remercier et m’informa que c’était eux qui, justement, avaient lancé la rumeur de la présence d’esprits. Tout s’expliqua alors : ils avaient, tout d’abord, lancé la rumeur de la présence d’esprits qui s’en prenaient aux biens des civils la nuit tombée. Les civils effrayés ne tentèrent rien, et laissèrent alors la voie libre aux deux voleurs. Ayant toutes les réponses en tête, je partis du village où tout cela s’était passé afin de rejoindre le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La maison hantée [Rang C, Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Villages Civils-