N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La fibre artistique { Hyô Shikazu }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Lun 27 Juil 2015 - 17:22

Le parc de Konoha était l'endroit dans lequel je me rendais le plus souvent. Il était agréable de s'y promener ou de simplement s'y reposer, le cadre était idéal et il y avait même un petit étang que je me complaisais à admirer quand ce n'était pas pour le fouler à la surface ou me confondre avec en revêtant ma forme aqueuse.

Mais aujourd'hui je ne faisais rien de tout cela. J'avais simplement apporté mon violon dans son étui comme j'aimais en jouer chaque jour. Toutefois, si c'était quelque chose qui me plaisait à moi, ce n'était pas le cas de tout le monde... En général, ce parc attirait ceux aimants la nature ou l'art en général, sûrement de part la quiétude qui se dégageait de cet endroit mais ce n'était pas le cas de tout le monde.

J'avais eu assez d'ennuis par le passé ne serait-ce qu'à cause de ma condition alors je préférais éviter si cela était possible. Aujourd'hui il y avait seulement un jeune homme que j'avais déjà croisé quelques fois sans jamais lui adresser la parole. Il semblait avoir également la fibre artistique puisqu'il semblait peindre à l'encre sur un rouleau de parchemin alors qu'il était assis contre un arbre.

Je m'approchais de lui doucement et me raclais la gorge pour faire part de ma présence sans vouloir le déranger plus que de raison.

« Excusez moi... Euh... »

Je ne savais pas vraiment comment le formuler... Il fallait dire que hormis Kihran et mes parents, je n'adressais la parole pas à grand monde.

« La musique vous dérange ? J'aimerais jouer de mon violon mais je ne voudrais pas vous l'imposer si cela vous gêne... »

Après tout nous partagions les lieux : un peu de savoir vivre n'avait jamais tuer personne.
Il semblait absorber dans son travail ou son œuvre, presque comme si j'étais transparente... A vrai dire c'était souvent l'effet que je faisais avant que des yeux étonnés voir horrifiés ne se rendent compte, après une manifestation de ma part, de ma forme aqueuse qui avait aussi bien le don de fasciner que de terroriser... J'évitais donc de montrer aux autres que j'étais plus élémentaire qu'humaine sans quoi j'étais certaine de faire fuir les gens alors que mon intention première n'était aucunement mauvaise...

Je ne m'emballais donc pas et attendais simplement qu'il me réponde. Si cela le gênait, il me faudrait trouver un autre endroit pour pouvoir en jouer ou alors faire autre chose. Toutefois je doutais que de piquer un plongeon dans l'étang pour me retrouver avec mon élément serait bien perçu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Sam 1 Aoû 2015 - 0:00





Je peignais, assis devant le bel étang aux reflets de lumières du parc de Konoha. Ce n'était pas souvent que je le faisais dans des lieux publics, d'ailleurs je préférais de loin les coins isolés et calmes de toute agitation humaine, plus propices à la création. C'était une passion que j'entretenais depuis tout petit comme ceux de mon clan, certains peignaient, d'autres dessinaient, mais c'était inscrit en nous. J'avais déroulé mon rouleau de papier blanc sur une nappe de tissus noir et pleine de traces de peintures dues à son utilisation. Elle servait à poser mon papier sur le sol sans le salir ni l'abîmer. C'était important. Dans mon art il y avait l'encre et la peinture d'une part, mais le support en était une autre toute aussi importante. Choisir son support en fonction de ses envies et le respecter faisait parti des principes fondamentaux. Si je devais désigner trois entités : la matière utilisée pour l'oeuvre, le support quel qu'il soit, et le pinceau... ou les doigts. Certains plus primitifs les utilisaient et arrivaient à faire des prouesses. Je n'étais malheureusement pas de ceux-là car j'utilisais des pinceaux.

Une voix vint me tirer de mon oeuvre en cours. Féminine. Adossé contre mon arbre je n'avais même remarqué celle qui s'était approchée de moi. Elle avait les cheveux bleue tout comme ses yeux. Derrière elle se trouvait l'étang lumineux du parc. Je la regardais d'abord sans rien afficher sur mon visage, même pas ma surprise. Je n'étais pas d'un naturel expressif, et pourtant j'essayais de corriger cela chaque jour. C'était sans compter le fait que j'étais encore dans mon oeuvre et que mes pensées étaient ailleurs quelques secondes plus tôt. Sa voix la faisait paraître un peu timide dans sa manière de venir me parler. Devais-je sourire ? Certainement. Aussitôt je souriais, mes yeux se plissaient comme à chaque fois. Et je posais mon pinceau à côté du rouleau.

- J'aime la musique bien au contraire.

Un blanc.

- C'est aussi une forme d'art après tout ! Comme ma peinture. Et puis le parc n'est pas à moi...

Je souriais toujours. Même un peu trop non ? Je ne savais jamais comment doser mes expressions faciales. J'étais moi aussi timide même si cela ne se voyait pas forcément. C'était une chose rare qu'une fille vienne me parler. C'était pour ainsi dire presque jamais arrivé pendant les deux ans où je vivais dans l'ombre du clan Hyô. Comme la plupart des contacts que l'on peut avoir avec d'autres personnes qui ne sont pas de sa famille ou de son clan. L'adaptation n'était facile depuis mon retour à la lumière si bien que je ne savais même pas comment continuer la conversation ou lui dire de s'asseoir avec moi et de jour. Je souriais toujours, timidement cette fois-ci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Lun 3 Aoû 2015 - 10:59

Le jeune garçon se mit à me répondre en souriant d'une façon faussement exagérée... J'arquais un sourcil, ne sachant pas vraiment s'il se moquait ouvertement de moi ou s'il n'était tout simplement pas à l'aise avec les autres lui non plus... Après tout c'était visiblement un artiste, ces gens là avaient tendance à être reclus avec eux même, n'ayant guère une vie sociale trépidante et ne vivant que pour leurs œuvres. Ce n'était bien sûr pas une généralité mais un constat et peut-être lui aussi en faisait-il parti.

Au moins il aimait la musique... Toutefois sa réponse ne me suffisait pas vraiment... Il pouvait bien apprécier sans pour autant vouloir y être confronter alors qu'il était en plein « travail ». Cependant, il explicita sa réponse en comparant la musique et la peinture, qui était deux formes d'art en soit.

« C'est vrai. Mais il y en a une qui est silencieuse et l'autre non... Une qui s'écoute et se ressent et l'autre que l'on transpose. Au fond, cela vient de la même chose... »

Je désignais ma tête.

« Tout part de là. On retranscrit simplement ce que l'on veut, suivant nos humeurs ou nos envies. »

Une peinture pouvait être mélancolique ou au contraire plus joviale, tout comme un air de musique. Cela dépendait de l'état d'esprit de son créateur.

« L'art peut nous en apprendre bien plus sur une personne que l'on ne le croit si l'on se montre assez attentif. »

Il fallait simplement savoir le lire.
Comme pour appuyer mes propos, je me penchais un peu en avant pour observer sa peinture qui n'en était qu'à ses prémices avec une utilisation exclusive d'encre pour le moment.

« Hum... Je dirais que ta peinture dépeint ton manque de sociabilisation. »

Ce n'était aucunement un reproche mais un constat. Il n'utilisait pas de couleur, cela rendait la toile terne dans le sens où elle semblait pour le moment inexpressive et en marge de tout ce qui pouvait se faire. Je n'étais pas une connaisseuse en peinture et je me trompais peut-être totalement mais c'était ce que cela m'évoquait.

« Si je transpose ta peinture telle qu'elle est pour le moment à la musique, cela donnerait... »


Je m'asseyais à ses côtés et tirais mon violon de son étui, commençant des accords en bougeant l'archet pour obtenir les notes que je désirais afin de donner au morceau un air mélancolique qui transparaissait la solitude. Cette dernière n'était pas forcément un mal, certains s'y complaisait très bien mais ce n'était par exemple pas mon cas, bien que j'y étais confrontée malgré moi.

J'improvisais l'air, y mêlant ce que j'avais perçu de cette peinture et ma propre perception de ce sentiment qu'était le manque de sociabilisation. Nous venions de nous rencontrer et je nous trouvais déjà un point commun.

Après quelques minutes d'improvisations, j'ouvrais de nouveau les yeux et observais le jeune garçon.

« Qu'en penses-tu ? Est-ce que cela retrace assez bien ton état d'esprit du moment ? »

Puis finalement je l'interrogeais sur son identité.

« Au fait, je m'appelle Yell. Et toi ? Quel est ton nom ? »

Que je mette une identité sur ce visage peu sûr de lui envers les autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Sam 29 Aoû 2015 - 12:28



La jeune femme aux cheveux bleus me répondit en partant dans une forme de discours sur les deux formes d'art que nous pratiquions ainsi que la manière de les exprimer et comment elles pouvaient en dire beaucoup sur une personne. Mon sourire était toujours là, un peu plus discret.

- Hum, vous avez sans doute raison oui. C'est peut être ça.

A vrai dire je peignais mais je ne savais pas que ce que je peignais pouvait permettre de me lire. Je peignais pour moi et non pour les autres. Aussi parfois mes créations d'encre pouvaient servir à faire du mal aux autres, à me défendre, ou à les protéger. C'était selon mes désirs, je pouvais en décider car seul moi les contrôlait.
Elle se pencha alors pour observer ce que je peignais en ce moment, qui n'en était qu'à ses débuts. Que pouvait-on lire avec ça ? Je me le demandais. Et pourtant l'instant d'après, elle parvint à me dire que cela dépeignait mon manque de sociabilisation. Mon sourire s'arrêta net et je restais là les yeux écarquillés et l'air interrogateur. En tout cas je n'y répondis rien, car je ne savais quoi dire.
Avec son violon, elle s'essaya alors à transposer ma peinture en musique et les notes m'arrivèrent petit à petit jusqu'aux oreilles. J'écoutais calmement. Puis tandis qu'elle jouait je reprenais aussi doucement ma peinture, trempais mon pinceau dans l'encre et venais l'apposer sur mon parchemin délicatement. Après quelques minutes la musique s'arrêta et elle me demanda si cela s'approchait ou non de mon état d'esprit. Je répondis en y réfléchissant quelques secondes :

- Je ne sais pas, sûrement.

Mes yeux se plissèrent et mes lèvres dessinaient un sourire. J'avais beau être gêné d'être lu comme ça je ne pouvais m'empêcher de trouver cela amusant. Finalement elle me demanda mon nom après m'avoir donné le sien.

- Je m'appelle Hyô Shikazu.

Elle était la première personne extérieure à mon clan qui me demandait mon nom depuis que j'avais quitté l'ombre de ce dernier et que je pouvais vivre publiquement comme un simple genin. J'étais sorti de l'académie ninja il y a plusieurs années déjà avant d'être un outil secret d'espionnage. Mais elle n'avait pas vraiment besoin de le savoir.

- Je suis genin de Konoha depuis peu en faites.

J'eus un petit rire pour accompagner mes dires.

- Toi tu dois être chûnin non ? Tu n'as pas mis ton uniforme ?

Elle me semblait être trop vieille pour être une simple genin alors ma question m'était venue naturellement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Jeu 3 Sep 2015 - 10:48

Il était indécis ou peu sûr de lui... Avait-il des problèmes de sociabilisation au point de ne pas savoir exprimer ses propres sentiments ? J'avais dû mal à engager la conversation avec les autres toutefois je n'avais pas de difficulté à laisser exprimer ce que je ressentais, ce qui rendait le dialogue dynamique et facile d'interprétation quant à mon état d'esprit. Avec ce jeune homme, je ne savais rien... Il était du genre discret et peu enclin à s'ouvrir aux autres, ne sachant visiblement pas comment il fonctionnait lui même...

Il souriait mais son sourire semblait vide : c'était étrange mais cela ne me repoussait pas pour autant, au contraire, cela m'intriguait. Hyô Shikazu... L'appartenance à ce clan expliquait pas mal de choses. Cela témoignait de sa fibre artistique et de sa passion pour l'encre lorsqu'il dessinait mais finalement pas seulement puisqu'il créait aussi de véritables êtres d'encres qu'il pouvait faire attaquer ou se mouvoir dans notre monde à sa guise. La plus inoffensive des peintures pouvait alors se révéler être votre jugement dernier.

Je ne connaissais que peu de chose sur ce clan mais ils avaient l'air assez réservé et dans leur monde pour la plupart.
Il m'expliqua qu'il était genin de Konoha depuis peu arguant dans un ricanement que je devais être chuunin... Pour le coup j'eus à mon tour un sourire gêné, détournant le regard un instant.

« Euh... Eh bien non. Je suis moi aussi une genin depuis peu... Disons que ma nature élémentaire n'était pas vraiment en parfaite synergie avec moi même du temps où j'aurais dû entrer à l'Académie ninja... »

En fait je n'y avais jamais mis les pieds. C'était bien trop dangereux pour moi et surtout pour mes camarades que je le fasse à l'époque. Je ne parvenais pas encore à maîtriser mes capacités à ce moment là...

« Donc euh... Je me suis lancée dans la voie shinobi que tardivement à cause de cela. »

Je soupirais.

« Ce n'est pas commun d'être encore genin à mon âge mais je vais me dépasser pour rattraper mon retard et gravir les échelons ! »

Une lueur de détermination se lisait dans mon regard, jusqu'à ce que je repense à ma première et unique mission qui avait été simplement d'animer un concours à l'Académie shinobi avec les jeunes pousses qui avaient tourné a la catastrophe et au fiasco total a cause de cet idiot de Gogyou de feu !
J'étais démoralisée... Il me fallait faire de nouvelles missions et les réussir avec brio pour effacer cette cata de mon dossier !

« Qu'est-ce que ça fait d'être Hyô ? Que ressent-on lorsque l'on sait que ce que l'on peint peut prendre vie? C'est un peu comme jouer les divinités quelques part que de créer la vie et d'en faire ce que l'on veut, même de manière éphémère... »

Quelle était sa vision des choses ? C'était la première fois que je discutais avec l'un des membres de ce clan : j'étais curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Ven 4 Sep 2015 - 13:14


Sa réponse à ma question pour savoir si elle était chûnin fut des plus étonnantes. Enfin je ne m'y attendais pas. Voir une genin de son âge était chose peu courante. Cela arrivait, j'avais déjà entendu des choses mais n'en avais jamais rencontré moi-même. Je lui affichais un sourire des plus gentils et lui partagea ma réaction première entre deux de ses phrases. Avant qu'elle ne dise être motivée pour rattraper son retard.

- Ah. Tu es vieille alors ! Mais ce n'est pas grave si tu es motivée. Haha.


Quand j'osais dire des choses comme ça je ne pouvais m'empêcher de lâcher un petit ricanement. C'était une sorte de protection face à mon incertitude. Je regardais son visage à elle et il semblait plein de détermination. Elle me demanda alors comment cela faisait d'être un membre du clan Hyô et un manipulateur d'encre. Pour elle c'était un peu comme jouer les divinités avec ses créations d'encre.

- Jouer les divinités ? Ta vision des choses est plutôt marrante. (sourire).

Je déroulais rapidement un autre rouleau de papier à côté et dessinais en quelques secondes un petit oiseau tout mignon. J'aposais ma main sur le rouleau et l'oiseau prit vie, il était noir et blanc, les couleurs de l'encre et du papier. Tout doucement je le fis voler vers elle pour qu'il se pose sur sa main si elle en avait envie.

- C'est vrai. Mais la plupart du temps ce sont elles qui me viennent en aide. Elles peuvent m'accompagner et me servir dans n'importe quelle circonstance. Mais ça doit être pareil pour ta nature élémentaire n'est-ce pas, ce côté divin à manipuler une affinité primaire ?

Elle l'avait mentionné plus tôt, était-elle une gogyou ? Je soupçonnais que oui, cela expliquerait ses propos quant à son âge avancé pour une genin.

- Tu es une gogyou ?


Elle m'avait posé une question sur mon appartenance à mon clan, je pouvais bien faire de même non ? En tout cas il me semblait que oui même si j'étais peu sûr de moi quant aux fait de retourner une question à une interlocutrice. Surtout que de ce que je savais, les Gogyou étaient parfois des sujets tabous. Comme une partie de mon clan avant que ceux-ci ne reviennent à Konoha après l'avoir déserté. Mais qui sait ? Peut-être qu'en face de moi j'avais l'une des représentantes élémentaire qui allait changer la vision que l'on avait de ces derniers. Le futur était encore loin et on ne pouvait pas encore le dire. Mais il y avait toujours des gens pour changer les choses. Pour le moment je n'étais pas de ceux-là en tout cas.




>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Lun 7 Sep 2015 - 13:38

On pouvait dire qu'il manquait cruellement de tact... Moi vieille ?! Je faillis m'offusquer et répliquer en lui disant mes quatre vérités mais parvenais à me refréner même si mon air vexé témoignait de la façon dont j'avais pris ses propos.

Il trouvait cela marrant tout comme mes paroles à propos des divinités auxquelles jouaient les Hyô et leurs créations. Il réussissait même à m'apaiser et faire disparaître ma colère sous jacente avec l'une d'elle. Un petit oiseau qu'il dessina et qui pris son envol pour se poser sur mon doigt... J'étais subjuguée... C'était magnifique. Créer ainsi la vie. Un volatile si innocent et pourtant si dévastateur si son créateur le voulait. Tant de subterfuges pour tromper l'ennemi.

Il m'expliquait que c'était ses peintures qui lui venaient en aide comparant nos deux capacités en arguant que je possédais moi même des côtés divin à ne faire qu'un avec l'un des éléments que constituait la planète.
J'étais en pleine réflexion suite à ses propos.

« Hum... Je suppose que tu n'as pas tort. Pourtant je ne peux pas totalement contrôler l'eau... Je suis une part de l'eau moi même, pas son maître. Il m'est impossible de décider de créer ou non la pluie par exemple. Pourtant, je me sens plus sereine les jours de pluie ou en présence d'un point d'eau. C'est difficile a expliquer mais c'est comme ci j'étais entière, complète. »

Shikazu me demandait ensuite finalement si j'étais une Gogyou, ce qui me fit émettre un petit « oups » dans mes pensées. J'étais venue à en parler naturellement mais il n'aurait pas pu le deviner... Je repensais encore à la tête de mon meilleur ami Kihran lorsque, petit, il m'avait vu tenir sur le bassin de l'un des parcs du village et me transformer en forme aqueuse... Shikazu ne semblait pas horrifié ou effrayé lui ce qui me confortait dans l'idée que ce n'était pas grave qu'il le sache même si je n'aimais pas le crier sur tous les toits pour éviter les regards médisants sur ma personne.

« Euh... Oui... Je suis une Gogyou d'eau. »

Il m'avait fait une démonstration de ses talents... Pouvais-je en faire autant ?
J'en concluais que oui. D'un coup d'oeil à droite et à gauche je vérifiais que nous étions seuls et transformais mon bras gauche en forme aqueuse. Ce n'était plus qu'un amas d'eau formant un bras. On pouvait voir à travers, aussi limpide et translucide que l'élément qui le composait.
De ma main normale j'attrapais l'archet de mon violon et le relâchait au dessus de mon bras aqueux. L'archet passa au travers pour retomber au sol, trempé. Il s'agissait là de mes défenses, un kunai me traversait et ne pouvait m'atteindre sous cette forme par exemple.

J'observais attentivement la réaction du jeune homme, priant pour qu'il ne prenne pas ses jambes à son cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Mer 9 Sep 2015 - 0:28


J'avais l'impression que mon petit oiseau dessiné qui était allé se poser sur sa main avait eu son effet. L'expression de la jeune fille avait changée comme si elle regardait en effet quelque chose qui avait à voir avec le divin. Mon don et le sien avaient peut-être ce caractère, je savais plus que tout que moi je ne l'étais pas. Shikazu, simple shinobi de bas étage n'était pas divin. Ni aucun shinobis d'ailleurs. Certains avaient pourtant marqué l'histoire, devenant des mythes à part entière, bon ou mauvais, mais jamais ils n'étaient devenus des dieux. Et jamais personne ne le deviendrait. Non?
Mon visage avait peut-être traduit un peu de joie en la voyant s'amuser avec ce petit oiseau que tout doucement je fis s'envoler vers le ciel. Il disparut une fois bien haut. Elle aussi, n'était pas certain de son côté divin. Moi j'avais retourné la question car cela m'avait paru être la chose à faire. Et puis aussi parce que chaque pouvoir de clan ou particulier, s'il était impressionnant, pouvait tout aussi bien l'être. Le premier dessinateur, le premier peintre... s'étaient-ils pris pour des dieux eux aussi ? Encore une bonne question. Tout en écoutant Yell répondre et parler de sa douce voix je m'en posais bien d'autres du même genre. Lorsque finalement elle avoua être une Gogyou d'eau en guise de réponse, elle se lança dans une petite démonstration de sa nature élémentaire. Son bras devint de l'eau, transparent, son violon passa à travers pour retomber sur le sol. J'avais obervé la scène en silence et concentré. Un silence continua après ça, elle observait ma réaction. Et je la fixais, inexpressif.
La seconde suivante j'affichais mon plus grand sourire et applaudissais de mes deux mains à plusieurs reprises.

- Hahaha j'ai bien aimé le coup du violon ! Et les gens en sont effrayés ? Moi enfant j'aurais rigolé !

Je marquais un court temps d'arrêt.

- Je veux dire par là que cela ne fait pas peur.

Sourire.

- Si tu es une part de l'eau toi-même, alors tu serais plus proche de la nature et de notre planète que des dieux. Les hommes ont crée ces derniers de toute façon, je pense qu'être proche de la nature vaut bien mieux !

Je trouvais tout d'un coup que je parlais beaucoup par rapport à d'habitude. Si bien que je m'arrêtais pour contempler les réactions de ma nouvelle amie aux cheveux bleus. Je pouvais l'appeler "amie" non ? Je m'étais levé et avait lâché mon pinceau sur l'herbe.

- Je peux t'appeler amie Yell ? Tu serais ma première amie...

Ma gorge se noua d'un coup. J'étais stressé et ne savais même plus pourquoi je demandais ça. D'un sourire je passais à une expression qui trahissait ma timidité et mon inquiétude. Rougissant même légèrement. Je ne savais plus où me mettre. J'avais envie de courir loin d'ici et d'aller me cacher avec une création qui ne parlerait pas.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Ven 11 Sep 2015 - 18:11

Les secondes sans réaction de sa part me parurent durer une éternité avant que finalement il n'affiche un franc sourire qui eut le don de me faire pousser un soupir de soulagement mentalement. Il ne semblait pas avoir peur, au contraire, cela semblait plutôt l'amuser voir l'émerveiller. Il applaudissait pour appuyer son contentement tandis qu'il semblait surpris d'entendre que la plupart des gens prenaient peur lorsqu'il me voyait faire cela.

Il rectifiait ses paroles précédentes, prétendant désormais que j'appartenais bien plus à la planète qu'aux Dieux avec ma nature élémentaire.

« Je ne sais pas ce qui est le mieux... Etre totalement humain c'est être totalement normal pour la société qui nous entoure. Les gens sont avenants avec moi mais changent de comportement lorsqu'ils prennent conscience de ma part plus élémentaire qu'humaine. »

Pouvais-je les blâmer ? Pas vraiment. Je trouvais tout de fois leur réaction excessive... Chaque clan shinobi possédait une maîtrise qui lui était propre et qui laissait ses possesseurs tous différents pourtant ces pouvoirs là n'effrayaient pas... L'attaque de Makka n'avait en rien facilité notre intégration dans ce monde à nous qui étions nés ainsi sans l'avoir choisi, ni même sans que cela soit prédit... Mes parents étaient des civils, jamais ils n'auraient pu s'attendre a avoir un être si spécial et différent tel que je l'étais.

Shikazu se redressait et déposait son pinceau au sol pour me toiser d'une manière différente, presque gêné, tandis qu'il me demandait s'il pouvait m'appeler amie... Sa première amie... Je me rappelais du bonheur que j'avais éprouvé lorsque, moi aussi, je m'étais fait mon premier ami. Cette pensée me faisait esquisser un sourire :

« Tu n'as pas besoin de m'appeler « amie ». Il te suffit simplement de me voir comme tel. Appel moi Yell tout en me considérant comme ton ami et je t’appellerais Shikazu en te voyant de la même manière. »

Je voulais voir son visage s'illuminer de la même étincelle qui m'avait habité à ma rencontre avec Kihran, il y a de cela quelques années maintenant.

Je ne pouvais m'empêcher d'éprouver un certain attachement pour ce jeune garçon que je venais de rencontrer, lui qui me rappelait tellement moi, autrefois.

« Que dirais-tu de laisser nos arts de côté le temps d'aller manger une glace ou prendre un café ? »

Il me tardait d'en apprendre plus sur lui. C'était ce que faisait les amis. Ils se racontaient leur journée, se dévoilaient, s'amusaient...

« C'est moi qui invite ! »

Ajoutais-je en souriant tout en attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Mer 16 Sep 2015 - 15:38



Je vis Yell qui esquissait un sourire, son visage semblait montrer quelque chose de positif concernant ma demande à l'avoir comme amie. Sa réponse l'était tout autant. Je n'avais pas besoin de l'appeler comme telle, le penser suffisait simplement. Mon traque s'estompa et laissa place à un sourire franc. J'étais rassuré qu'elle le prenne ainsi, elle acceptait de devenir mon amie. Elle me considérerait comme tel. C'était une révolution pour moi. Je ne voulais donc pas échouer dans cette amitié naissante.

Elle me proposa alors de laisser nos arts de côté pour aller prendre une glace, ou boire un café. J'aimais bien les deux. Et en plus elle m'invitait ? D'abord hésitant parce que mes parents ne m'encourageaient pas à jouir des plaisirs de la vie, ils ne me donnaient même pas un sous pour prendre du bon temps. Comment pouvais-je alors ne pas avoir une vie terne ? Maintenant que Yell m'invitait, je ne pouvais qu'accepter. Je la regardais avec un léger sourire timide.

" Je veux bien, merci ! "

Aussi je m'empressais de ramasser mes rouleaux de papier posés sur le sol, de refermer mon pot d'encre et aussi d'essuyer mon pinceau encore trempé de noir avec un chiffon que je destinais à cet effet. Mon attirail rangé nous pouvions avancer et trouver de quoi prendre une glace ou un café.

" J'aime la glace, et le café, alors je te laisse choisir... Choisir le lieu aussi. "

Je trahissais ainsi un manque de connaissance des lieux et boutiques sympas ou aller passer du temps comme le faisaient la majorité des gens. Non j'avais décidément passer plus de temps à peindre seul ou à espionner pour le compte des autres qu'à me faire plaisir. Yell me le permettait. J'allais peut-être découvrir d'autres facettes de la vie avec elle. Malgré ça ma priorité sera toujours de servir les besoins de mon clan.
En tout cas j'étais maintenant presque pressé d'aller faire quelque chose de fun avec elle. Je ne le montrais pas trop cependant car je n'étais pas démonstratif. J'attendis qu'elle range elle aussi son violon et puis nous commencions à marcher tout les deux pour quitter le parc et nous aventurer dans les rues de Konoha.

- C'est gentil de m'inviter en tout cas, mes parents ne me donnent pas d'argent. Jamais. Je ne pourrais sûrement pas te rembourser de ce fait je suis désolé !

Dire ça me gênait quand même un peu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Jeu 17 Sep 2015 - 11:14

Shikazu accepta mon invitation et tandis que nous rangions notre matériel, il prit soin de me laisser choisir le lieu. J'acquiesçais tout en souriant. Ce n'était pas tellement parce qu'il voulait me laisser choisir mais plus parce qu'il ne connaissait sûrement pas beaucoup d'endroits du genre. En fait, je me trompais peut-être mais j'avais l'impression, que hormis utiliser son encre pour perfectionner ses créations, il ne faisait pas grand chose d'autre. Je ne pouvais pas le blâmer pour cela puisque moi même je me forçais à me rendre seule dans ces endroits où en compagnie de mon meilleur ami Kihran, justement pour paraître plus normale et faire des choses « normales ».

J'imaginais donc aisément que cela ferait du bien à Shikazu, aussi banale soit ma proposition.

« Dans ce cas en route ! »

Disais-je, pleine d'entrain tout en ouvrant la marche. Mon nouvel ami ne tarda pas à m'avouer qu'il ne pourrait pas me rembourser car ses parents ne lui donnait pas d'argent. Une fois de plus, j'avais l'air de rencontrer une personne dont la famille était stricte et fermée, tout comme celle des Hayashi dont Kihran était issue. Je ne connaissais pas cela...

« Ne t'en fais pas ! C'est le principe d'inviter : c'est moi qui paye alors tu n'as pas a me rembourser ! Tu choisiras ce que tu voudras ! »

Lui expliquais-je.

« Eh puis tu sais en tant que shinobi les missions seront nombreuses et tu toucheras une récompense financière pour les avoir exécuté alors une fois de l'argent en poche, tu pourras toi même te faire ce genre de petit plaisir ! »

Renchérissais-je. Oui, il le pourrait. Il pourrait s'amuser comme il en avait envie, profiter du temps et de la vie entre deux missions pour se détendre et penser à autre chose, s'ouvrir aux autres aussi. Il était comme un petit frère que je voulais protéger et auquel je voulais faire découvrir le bonheur, tout comme Kihran m'avait donné la chance de le faire.

Nous nous rendîmes donc dans un café où j'étais déjà allée quelque fois. Sa décoration très nature et zen plairait sans doute autant a Shikazu qu'elle me plaisait à moi, autant le mettre à l'aise dans un environnement qui était en mesure de le faire. Nous nous installâmes sur la terrasse en bois, le café n'était pas très peuplé, ce qui faciliterait sûrement les choses pour Shikazu s'il n'en avait pas l'habitude. Une petite fontaine était disposée non loin de nous. L'eau se remplissait dans un bambou creux qui penchait de l'autre côté sous le poids du liquide pour le déverser en cascade dans le petit bassin. J'adorais entendre le son de l'eau.

Un serveur vint peu de temps après relever notre commande :

« Un thé glacé pour moi s'il vous plaît ! »

Finalement pas de café ou de glace pour moi ! J'attendais que le serveur disparaisse après le choix du Hyô pour ouvrir le dialogue.

« Tu savais que les Gogyou n'avaient pas besoin de manger ni forcément de boire ? »

Lui chuchotais-je dans un sourire.

« Mais bon, on le fait quand même de temps à autre pour se fondre dans la masse. Et puis j'adore le thé glacé ! »

Lui avouais-je pour détendre l'atmosphère.

« Tu me parlais de tes parents tout a l'heure. Tu as des frères et sœurs ? Moi je suis fille unique. Mes parents sont des civils. »

C'était peut-être pour cela qu'ils étaient avenants et chaleureux sans se soucier du reste... Pourtant la vie ne les avaient pas épargnés... Entre les guerres et les villages qu'ils avaient dû quitter suite aux menaces de morts et autres joyeuseté du genre qu'ils avaient reçu après ma naissance... Le monstre Gogyou, comme Maka ayant tué les conseillers du sable et ôté bon nombre de vie... Ajouter a cela que je ne maîtrisais pas particulièrement bien mon pouvoir étant enfant et donc créais des catastrophes malgré moi pour que les habitants sorte les fourches et les torches, nous contraignant à déménager plus d'une fois. J'avais toujours dû faire attention à ne pas révéler ma nature ensuite sans quoi les ennuis pleuvaient. Heureusement tout allait mieux depuis que nous étions installés à Konoha. C'était parmi un village shinobi que j'avais le plus ma place car je n'étais pas la seule à disposer de facultés particulières.

Nos commandes arrivèrent et je sirotais tranquillement mon thé glacé rempli de glaçons, laissant la parole a Shikazu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Sam 19 Sep 2015 - 0:14

Je venais de lui dire que je ne pourrai pas la rembourser malgré moi puisque mes parents ne me donnaient jamais d'argent. Avec sa bonté et sa gentillesse que je commençais à apprécier, Yell me rassura en me disant que je n'aurais pas à le faire. Quand on était invité on laissait l'autre payer, et on pouvait choisir ce que l'on voulait. Je me montrais dubitatif un instant, surpris, car je trouvais cela étrange comme concept. Je ne l'avais jamais rencontré jusqu'à présent. Et comme je lui avais dit, jamais personne ne m'avait offert quelque chose, ni même mes parents. Ils me nourrissaient et m'éduquaient à leur manière stricte mais ne m'achetaient jamais rien pour me faire plaisir.

- Tu es vraiment gentille, dis-je finalement avant qu'elle ne poursuive.

Elle me rappela aussi que les missions allaient se faire plus ou moins nombreuses, moyennant récompense en ryos pour leur réussite. J'acquiesçais de plusieurs signes de têtes brefs. En effet j'avais aussi oublié cela depuis le temps car les missions secrètes effectuées pour mon clan ne m'avaient rien rapporté si ce n'est le droit de servir mes supérieurs et leur volonté. Je souriais alors à Yell :

- Oui tu as raison !

De fil en aiguille, mon amie élémentaire menant la marche, nous nous trouvions dans un café qu'elle semblait connaître. L'ambiance y était apaisante et l'élément de l'eau y était présent par le biais d'une petite fontaine en bambou. Le serveur arriva, Yell commanda du thé glacé, puis il se tourna vers moi. Un peu perdu dans mes pensées je me repris quelque peu gêné et réfléchissais avec un doigt sur la bouche à ce que j'aimais bien boire pour mon plaisir.

- Un jus de fraise s'il vous plaît...

Le serveur prit la commande mais semblait déconcerté. Etait-ce mon attitude ?
Quoiqu'il en soit Yell reprenait la discussion, j'apprenais alors que les gogyou n'avaient pas besoin de boire ni manger. Mais elle, elle adorait le thé glacé. Elle avait réussi à me faire rire, même doucement.

- Tu viens de me l'apprendre. Moi j'aime beaucoup le jus de fraise, quand je peux en boire.

La suite de la conversation portait sur nos parents et les frères et sœurs, si nous en avions. Yell était fille unique, tout comme j'étais moi aussi enfant unique. Je me disais d'ailleurs que peut-être que si j'avais eu un frère, ma vie aurait été plus amusante. Mais j'étais seul.

- Je n'ai pas de frère et sœurs non, je pense que c'est peut-être dommage mais c'est comme ça. (petit silence) Mon père est un Hyô, l'un de ceux étant resté fidèle au clan. Ma mère est une artiste peintre. Malgré leurs fibres artistiques ils ne sont pas souples et sont même plutôt strictes.

En réalité je me demandais s'ils n'étaient pas strictes car ils recevaient la pression d'autres membres influents du clan concernant ma mission pour celui-ci.

- Ils font quoi tes parents alors ?

Petit à petit je sentais que la gêne s'en allait. Et comme entre temps nos boissons étaient arrivées je commençais à boire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Sam 19 Sep 2015 - 13:20

Il semblait amusé d'apprendre la particularité des Gogyou. Pourtant ce n'était pas si choquant que cela... Nous étions plus des élémentaires que des humains alors notre organisme ne fonctionnait pas de la même façon et n'avait pas besoin des mêmes ressources pour vivre.

Il m'expliqua que si j'adorais le thé glacé lui avait un penchant pour le jus de frais, ce qui me faisait sourire.

« Il y a certaines choses que l'on aime plus que d'autres et le fait de ne pouvoir les avoir que peu souvent renforce la satisfaction lorsque l'on peut enfin en profiter. Si nous avons la possibilité d'être confronté a quelque chose que l'on aime régulièrement alors on l'apprécie beaucoup moins que si cela était ponctuel car cela devient une habitude. Enfin c'est comme ça que je vois les choses... »

Cela était sans doute vrai dans bon nombre de domaine. Les humains avaient tendance à se lasser facilement des choses qu'ils apprécient pourtant mais qu'ils côtoient trop souvent pour réellement en profiter pleinement comme ils le feraient si ce n'était pas le cas. C'était une réflexion dommage et triste en soit surtout si on l'apparentait par exemple au sentiment d'amour...

« Mais bon... Heureusement il y a certaines choses qui restent inchangés. Je ne vis plus chez mes parents depuis quelques temps déjà alors nous nous voyons moins souvent pourtant lorsque je vivais avec eux je les aimais tout autant même si je les voyais chaque jour. »

Je disposais en effet de mon propre appartement depuis quelque temps, d'où le fait que je devais rapidement intégré une équipe ou cumuler les missions car mon loyer n'allait pas se payer seul... Mes parents avaient suffisamment soufferts par ma faute et cela bien malgré moi du fait de ce que j'étais et des bêtises que j'avais pu occasionner lorsque je ne contrôlais pas vraiment mon pouvoir, il était temps de les laisser souffler et de ne pas les mêler à mes travers. Si je venais à perdre le contrôle de mon propre élément en causant des problèmes alors j'en serais la seule visée, mes parents n'auraient plus à essuyer les réflexions menaçantes et les regards médisants.

Shikazu m'apprenait qu'il était également enfant unique, pourtant, bien qu'en principe chouchouté, il n'en semblait rien au sein de sa famille. Ses parents Hyô et artiste peintre vivaient pleinement leurs passions tout en se montrant pourtant strictes... cela était assez déstabilisant.

« L'art est quelque chose qui demande une ouverture d'esprit et une certaine dose d'imagination, cela est donc étonnant que tes parents semblent au contraire brider leur esprit sans s'épanouir des choses qui les entourent... Tout le clan Hyô semble pourtant être ainsi... »

C'était très étrange... C'était comme s'ils ne se considéraient que comme des outils vivants au service des leurs et de leur nation sans jamais flancher pour se mêler à la foule ou se détourner de leur concentration et intérêts avec des distractions quelconque.

« Pourtant, je pense que l'on ne peut pas vivre sans loisirs. Nous avons besoin de distraction pour nous détendre, rire, goûter au bonheur. Sans cela, j'imagine que l'on ne fait que survivre en passant à côté de bons nombres de choses. Cela est en soit stupide car je pense que l'on est d'autant plus performant lorsque l'on s'octroie des temps morts pour mieux reprendre ensuite nos fonctions. Agir comme des robots soldats ne permet pas de prendre le recul nécessaire pour constater ses erreurs. »

C'était là mon avis personnel et j'ignorais si Shikazu le partagerait. Il vivait dans cette ambiance depuis toujours vraisemblablement... On ne pouvait décemment pas changer une vision ou une éducation d'un claquement de doigts et cela n'était pas mon but. Je cherchais surtout à lui faire prendre conscience de certaines choses, lui donner une ouverture d'esprit pour qu'il interprète les choses de lui même.

Venait ensuite la question sur ce que faisait mes parents, n'étant pas shinobis.

« Eh bien ils travaillent pour Konoha ! Ils tiennent une petite épicerie dans le centre ville. Puisqu'ils ne disposent pas d'une maîtrise du chakra comme le peuvent les shinobis et bien ils ont décidé de se rendre utile pour ces derniers en leur fournissant ce dont ils ont besoin pour se restaurer ou même se soigner pour leurs missions. Tenir ces produits à leur disposition c'est un peu une façon pour eux de remercier les shinobis qui risquent leur vie pour protéger la nation, le village et donc les civils tels que eux. Ils gagnent leur vie d'une façon bien différente que celle des shinobis. »

J'adressais un sourire sincère à mon ami. Mes parents avaient une vie humble mais ils étaient très chaleureux et accueillants, le cœur sur la main. Peut-être était-ce justement car ils n'avaient pas les tensions claniques à supporter ou le poids de l'épée de Damoclès au dessus de leur tête constamment concernant leur mort au détour d'une mission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 245
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Sam 19 Sep 2015 - 16:55

Yell avait certainement raison sur le fait que plus les choses étaient rares et plus elles étaient agréables. C'était le cas pour ce jus de fraise. Mon dernier devait remonter à plus d'un mois. Et pourtant ce goût fruité et sucré savait s'épanouir sur mon palais. L'écoutant parler attentivement je prenais note de tout ce qu'elle me disait. Quand on me disait quelque chose, c'était gravé. J'apprenais aussi de cette manière. Car les mots et les idées de cette gogyou d'eau étaient sensés et réfléchis. Je sirotais ce jus de fraise de temps à autre, préférant le boire à l'économie pour en profiter le plus longtemps possible. Qui sait quand serait le prochain. Elle m'expliquait alors ce que faisaient ses parents. Ils avaient l'air d'être des gens honnêtes et biens.

- Tes parents ont l'air d'être des gens biens. Tu en as de la chance !

Je ne savais pas dire si les miens l'étaient ou pas. Enfin, ils avaient leur manière d'être et m'avaient offert au clan pour être un outil secret. Peut-être n'avaient-ils pas eu le choix. Peut-être était-ce un honneur.

- Tu sais... la plupart des Hyô sont des gens fiers et perfectionnistes. Le fait que nous soyons artistes pour la plupart ne signifie pas forcément que nous soyons... Enfin, je pense qu'il n'y a qu'à regarder le caractère froid d'Hyô Masaru pour comprendre. C'est le chef de mon clan.

Je paraissais à nouveau inexpressif.

- Pourtant, en tant que Hyô je me dois de le servir. Et j'ai la chance de faire partie de la branche principale.

Depuis que les trois quarts du clan étaient revenus au village de Konoha suite à la mort de Hyô Kohei qui les avait fait déserter, Masaru avait instauré un système de différenciation. Le premier quart était la branche importante, ceux restés fidèles, ma branche. Les autres étaient devenus sous-jacents. Dans l'état actuel des choses, jamais plus ils ne reprendraient part aux affaires diverses du clan et aux décisions importantes. Masaru était sévère là dessus.

- Tu dois aussi être au courant pour mon clan non ? Tout Konoha est au courant depuis le début de cette histoire de désertion. (inexpressif) J'ai dû apprendre à ne plus souffrir des remarques blessantes venant des autres enfants à l'académie.

Je buvais une nouvelle gorgée de mon jus de fraise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 475
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fibre artistique { Hyô Shikazu } Lun 28 Sep 2015 - 22:18


« En effet ils le sont. »

Ils étaient bienveillants et protecteurs. Malgré tous les tourments qu'ils avaient traversé par ma faute, j'étais restée leur enfant, la chair de leur chair à quelques détails près dont ils se moquaient éperdument. Là où les gens voyaient ma différence, ils y voyaient un atout hors du commun qui faisait de moi un être exceptionnel... J'avais eu souvent besoin d'entendre leurs mots d'encouragements à ce sujet alors que ma confiance en moi était mise à rude épreuve et ils n'avaient jamais rien lâché : heureusement qu'ils avaient été là, sans eux, je ne sais pas si je serais aussi confiante que je le suis aujourd'hui.

Shikazu me parlait davantage de son clan et de son ambassadeur : un homme froid et rigide, comme la plupart des Hyô. Je me demandais pourquoi ils étaient si fermés.

« De la chance de faire partie de la branche principale ? Comment sont considérés les autres ? Il existe une sorte de distinction ? Pourquoi ne peuvent-ils pas être vu comme n'importe quel autre Hyô ? »

C'était étrange... Il s'agissait d'une même fratrie, une même famille : pourquoi faire cette différenciation ? Tout le monde aurait pu se trouver logé à la même enseigne...

« Tu dois donc servir un chef de clan dont tu ne partages pas l'opinion ? Je ne suis personne pour juger, surtout n'appartenant pas moi même à un clan mais... ça ressemble un peu à une forme d'esclavage non ? Obligé de travailler et d'exécuter des ordres et directives dont tu n'es pas forcément enclin à réaliser... »

Comprenait-il qu'il avait le choix ? Je commençais à croire qu'il s'agissait là d'une sorte de loi du plus fort et que c'était plutôt du genre : marche ou crève... Ce n'était pas ma conception de la famille... Peut-être était-ce là le lot de toute les familles claniques des différents villages... Si tel était le cas, j'étais bien contente d'avoir une famille de civil...

Il me relatait ensuite les faits sur la désertion d'une partie du clan.

« J'en ai en effet entendu parler oui... Je ne sais pas si la désertion a eu lieu pour cause d'inacceptation du fonctionnement de Konoha ou si cela était en lien direct avec celui du clan... Je ne peux me permettre de juger encore une fois mais si je devais subir les ordres d'un chef dont je n'approuvais pas la philosophie et les directives, je pense que cette idée pourrait également me traverser l'esprit... »

Je sirotais mon thé glacé tandis qu'il en faisait de même avec son jus de fraise.

« Tu comprends ce que je veux dire ? Tu es un shinobi mais tu n'es pas qu'un pion sur un échiquier, tu as le droit d'avoir tes propres opinions et de ne pas agir que comme un petit chien docile qui exécute les ordres sans réfléchir : il faut aussi savoir se servir de sa tête et appréhender la situation de la façon que l'on juge la plus juste possible. »

C'était aussi pour cet aspect d'autorité dont j'avais peur de ne pas forcément être en accord que j'avais tardé à tracer ma voie en tant que Shinobi.

« Nous sommes des shinobis au service de notre nation et de notre village mais nous sommes avant tout des êtres vivants. »

Je ne pouvais pas généralisé cela à « être humain » n'en étant moi même pas une.
Je scrutais ses réactions qui se montraient peu présentes, comme s'il n'était qu'une machine, le fruit de la création parfaite des Hyô : un bon petit soldat docile et dénuer d'émotions... C'était un triste constat et je me promettais de parvenir à changer cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La fibre artistique { Hyô Shikazu }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-