N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Liens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Liens Ven 7 Aoû 2015 - 13:25


LIENS

CONTEXTE

    En étudiant les différentes attaques, subies ou effectuées, certains problèmes ont été mis en avant. Deux en particulier : lorsque l’on subit une attaque, le temps de réaction pour donner l’alarme peut jouer en notre défaveur. De même : si une bonne partie du village est en mission, Konoha ne sera pas protégé aussi efficacement que si tout le monde se trouvait au village.

    Deux systèmes doivent donc voir le jour : un premier doit permettre de communiquer rapidement et efficacement au sein du village, l’autre doit permettre de prévenir tous les Shinobis de la Feuille que leur village est menacé, et ce quel que soit leur localisation dans le monde.

RÈGLES
    Ø Rappel du contexte : http://www.shinobinohattan.com/t15946-deploiement-des-aptitudes-defense-et-surveillance#129079
    Ø Aucun ordre de poste, aucun délai, aucune restriction : soyez justes au taquet pour faire rapidement de Konoha un village impénétrable
    Ø Il y a deux facettes à ce RP : Communication et Rapatriement. Vous pouvez attaquer par celui que vous souhaitez, mais pour que ce soit plus clair, on vous demande de mettre un en-tête à votre RP en fonction de ce sur quoi vous travaillez.
    Pour la communication :
    Code:
    <center><div style="font-family: arial, cursive; font-size: 24px; color:#2e8c44; text-align: center; text-shadow: silver 1px 0px 1px; margin-top: 2px; letter-spacing: 10px;">[b][size=28]C[/size]OMMUNICATION[/b]</div><div style="border-bottom:3px solid #2e8c44; width:400px;margin-top: 4px;">[justify][i][center][size=16]Mise en place d’un système de communication interne à Konoha[/size][/center][/i][/justify]</div></br></center>

    Pour le rapatriement :
    Code:
    <center><div style="font-family: arial, cursive; font-size: 24px; color:#2e8c44; text-align: center; text-shadow: silver 1px 0px 1px; margin-top: 2px; letter-spacing: 10px;">[b][size=28]R[/size]APATRIEMENT[/b]</div><div style="border-bottom:3px solid #2e8c44; width:400px;margin-top: 4px;">[justify][i][center][size=16]Mise en place d’un système pour prévenir les shinobis à l’extérieur du village du danger qui pèse sur ce dernier[/size][/center][/i][/justify]</div></br></center>

    Ø Pour valider ce RP, il faut que MINIMUM trois RP soient postés pour chaque item. Peu importe qui, peu importe combien : votre personnage peut être assigné à plusieurs objectifs au fil des jours. A noter que si trois RP ont été postés et que vous voulez participer à l’un de ces deux items, rien ne vous empêche de poster. Plus il y en a, mieux c’est !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1277
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Liens Dim 9 Aoû 2015 - 13:55

RAPATRIEMENT
Mise en place d’un système pour prévenir les shinobis à l’extérieur du village du danger qui pèse sur ce dernier



De mémoire d’Homme (olala je parle comme une très vieille), jamais Konoha n’avait été aussi en effervescence pour un seul et même projet. Comme si la vie entière s’était arrêtée pour laisser place à cet évènement. Était-ce parce que le monde était devenu dangereux, et que Konoha n’était plus considéré, par ses habitants, comme un endroit sûr ? Peut-être… Mais les faits sont là : des centaines de personnes se lèvent actuellement chaque jour pour s’atteler aux défenses du village, au déploiement de barrière, aux renforcements de structures, aux installations de patrouilles et de points stratégiques… Et ce sur leur temps libre, car le village, à côté de ça, continue de vivre et de prospérer. Le planning était amplement respecté, voire même en avance sur certains points. D’ici peu, quiconque viendra se frotter à Konoha repartira la queue entre les jambes. Le village de la feuille sera sous peu une jungle impénétrable et infranchissable.

Assise sur le rebord de la fenêtre du bureau de l’Hokage, je regardais les premières lueurs du soleil éclairer les toits du village de la feuille. Depuis le lancement de ce projet d’envergure, je dormais peu, enchaînant les réunions avec ou sans Miko. J’étais fière d’être devenue ce que je suis car, même si ce n’était que pour l’instant des réunions d’informations ou de bilan, elle me laissait gérer ces choses toute seule. Ce matin d’ailleurs n’échappait pas à la règle : un nouveau chantier voyait le jour. En amont, des études avaient été menées. Je vous passe les statistiques (pourtant intéressantes, je vous jure, je les ai lues), mais les shinobis ont comme principal but d’être en mission. Comment défendre un village s’ils ne sont pas là pour le faire ? Même si Konoha disposait d’un effectif important, de ninjas affectés aux défenses et à la surveillance et avait, évidemment, toujours un quota minimum de ninjas à garder intramuros, la défense n’est pas optimale si l’ensemble des shinobis sont présents pour l’effectuer. Une « réunion » avait donc lieu ce matin, avec différents shinobis de différents clans, pour plancher sur un moyen plausible et efficace de rapatrier les ninjas à l’extérieur et les prévenir que Konoha était attaqué.

Inspirant un grand bol d’air frais, je me levai, et me sautai sur le toit le plus proche. La réunion était prévue pour dans quelques minutes, et je ne devais pas être en retard. Malheureusement, j’arrivai en retard, recevant de la foudre des yeux de pas mal de gens ici qui s’étaient levés de bonne heure pour cela. M’excusant platement en invoquant d’autres responsabilités (sans préciser que l’observation d’un village endormi avait été ma principale occupation de la matinée), je m’assis autour de la table à l’instar de tous. Je reconnus Kihran dans l’Assemblée, à qui j’adressai un large sourire.

    - Bon, messieurs-dames. Nous sommes ici pour discuter d’un moyen rapide et efficace de prévenir un shinobi à l’autre bout du monde que Konoha est attaqué. Et réalisable. Nous avons des prémices d’accord avec les Saibogu, mais encore rien de sérieux qui nous permettrait d’utiliser de la technologie de pointe. Voici quelques idées développées au préalable, à vous de me dire laquelle serait la meilleure, car il y a sans doute des choses irréalisables là-dedans.

Dans le lot, plusieurs propositions : Aburame et implantation d’un insecte qui prévient lorsque le village est attaqué ; Hyô et un tatouage qui apparaît quand le village est attaqué ; Yamanaka et un signal mental qui prévient quand le village est attaqué… Bref, une petite dizaine de propositions, ainsi qu’une possibilité d’ajouter de nouvelles idées si leurs fantaisies leur permettaient… A eux de décider, même si, personnellement, mon choix était déjà fait…




Bien sûr que ça se passe dans ta tête... Mais pourquoi donc faudrait il en conclure que ce n'est pas réel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 653
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Liens Mar 18 Aoû 2015 - 5:00

COMMUNICATION
Mise en place d’un système de communication interne à Konoha



Le soleil plombait sur le village caché de la feu, et ce malgré l’heure matinale qu’il était. J’étais sur la terrasse sur mon toit, les yeux fermés et le visage tourné droit vers l’astre solaire. Je m’étais levé tôt moi aussi en ce matin d’été pour prendre une virée matinale au-dessus du village, comme je le faisais si souvent. Je profitai encore des chauds rayons quelques instants puis je me transformai en aigle et pris mon envole. Battant de mes grandes et longues ailes, j’atteignis rapidement l’altitude souhaité et me mis alors à planer au-dessus du village encore endormis. Je survolai d’abords les quartiers résidentiels des différents clans shinobis qui constituait le village de la feuille. Il y avait les Nara et les Hyûga, qui apparemment partageaient un lien bien particuliers et qui avait ainsi leur deux quartiers étroitement lié; les Akimichi, les Aburames, les Hayashi , qui possédaient quant à eu l’un des plus anciens quartiers et de loin de plus beau. Partout, les villageois se réveillaient les uns après les autres, se rendant chacun à leurs ouvrages respectifs. Je survolai ensuite le centre-ville, suivant la trace de certains villageois, mais je changeai rapidement de cap lorsque je remarquai la tranquillité de l’endroit. Je me dirigeai donc vers le Palais de l’Hokage, survolant pas le fait même l’hôpital, la prison, le Colisée et l’Académie. Dans la cours de celle-ci, les enfants se réunissaient en attendant impatiemment le début des leçons. Je concentrai ma vision sur les enfants, me rendant jusqu’à pouvoir discerner aisément leur visages. Chacun d’entre eux avait l’air si heureux, le sourire fendus jusqu’aux oreilles. Je repris ma vue d’ensemble du village puis poursuivi ma tournée.

Je passai par-dessus le Palais de l’Hokage puis dis un demi-tour pour revenir sur le village. Je répétai l’opération à plusieurs reprises, volant par-dessus le village jusqu’à en atteindre la limite pour revenir vers le village. Je survolais donc le village lorsqu’un de mes senpaï , un Gekei Hibou Grand-duc nommé Washimizu, vint à ma rencontre. Voyant l’aîné arrivé, je pris ma forme humaine puis, déployant à nouveau mes ailes, je me maintins sur place en l’attendant. Washimizu-senpaï fit comme moi et pris sa forme humaine et vint se tenir devant moi. Il s’agissait d’un vieil homme chauve avec une petite moustache et une longue barbe en pointe. Ce qui attirait toute fois l’attention était son impressionnante paire de sourcils qui dépassaient largement son visage. Il portait une longue robe brun pâle, retenu lui aussi par une large bande de cuir qui lui entourait la taille, surmonté par une longue ceinture de tissu vert forêt, noué à sa hanche gauche. Parlant d’une voix grave, il me salua tout d’abord avant d’embarquer dans le vif du sujet. Le clan Gekei avait été assigné une tâche, plus particulièrement à la sous-famille des Oiseaux et j’avais été choisi pour cette tâche. Washimizu-senpaï était l’un des aînés de la sous-famille qui comprenait, comme son nom l’indiquait, tous les Gekei dont l’animal totem était un oiseau.


- Je vous écoute, Washimizu-senpaï.

L’Aîné poursuivi donc en me signalant simplement que je serais renseigné en détail aux Palais et que je devais m’y rendre sans tarder. J’hochai la tête en signe d’approbation puis me dirigeai vers le Palais. J’arrivai à destination en quelques minutes puis signalai que j’étais par le Clan Gekei. La jeune secrétaire tapa sur ses touches à une vitesse impressionnante et trouva ma mission en quelques secondes. Elle me donna un numéro de salle, me donnant même les indications pour m’y rendre. Je la remerciai puis me dirigeai vers les escaliers où je montai étages avant de finalement me rendre vers la troisième porte à ma droite. J’ouvris la porte en question puis vit un homme costaud aux cheveux noirs coupés court, dans la quarantaine pas plus. Il se présenta comme étant l’un des Jônin étant responsable du signal d’alarme du village. Le tirai la siège devant moi mais celui-ci m’interrompis dans mon geste que nous parlerions en chemin.

Je le suivi alors hors de la pièce puis vers les escaliers, nous faisant monté. Il m’informa alors que plusieurs membres du clan Hyô avaient déjà été déployé sur les tours de guets que comportait le rempart en plus d’autres points d‘observations clé du village. Ils apposaient des sceaux qui pouvaient être déclenché individuellement pour alarmer tous les autres sceaux. Il fallait toutefois que quelqu’un alimente le sceau en question pour que celui-ci puisse envoyer le signal. Non seulement cela mais il fallait aussi que tous les autres sceaux soit alimentés pour que le signal puisse se rendre. Il ne manque qu’un seul sceau et le signal ne se rendra nulle part. Jusque-là, je comprenais le plan, excepté la partie où moi j’intervenais. Nous fûmes finalement rendus au sommet des escaliers et une porte nous faisait face. Le Jônin ouvrit la porte qui menait sur le toit du Palais puis attendit que nous fûmes tous les deux traversé la porte avant de continuer ses explications. Il répondit alors à mes questionnements en me demandant de servir de relais entre les points d’observations, pour faire savoir à chacun lorsque tout le monde aurait terminé entre autre. Nous nous rendîmes finalement sur le bord de la rambarde où il me donna une carte on ne pouvait plus simple de Konoha, parsemé de dizaines de croix. Je roulai la carte en un rouleau puis le rangeai dans ma veste. Comprenant ce que cela signifiait, j’hochai la tête puis j’ouvris grand mes ailes, m’envolant alors de plusieurs puissant battement d’ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 653
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Liens Mar 18 Aoû 2015 - 17:07

COMMUNICATION
Mise en place d’un système de communication interne à Konoha



Je volai donc vers le point d’observation le plus près puis me posai près du shinobi œuvrant sur un sceaux puis me présentai à lui et lui informai de mes instructions. En d’autre terme, je devais aller leur chercher tout ce dont il pouvait manquer, puisqu’il ne pouvait pas quitter son poste. Celui-ci ne sembla manquer de rien et je pus donc continuer ma tournée. Mes nombreuses tournées du village me donnaient une idée de l’emplacement de la majorité des points mis en évidence sur la carte. Je pus donc facilement faire le tour des points d’observations. Ils n’étaient pas à l’œuvre depuis bien longtemps, puisque les sceaux ne me semblaient pas bien compliqués pour l’instant. Je ne connaissais toutefois rien au sceaux et au domaine du Fûinjutsu, alors je m’abstins de tout commentaire et continuai ma ronde. Une fois la ronde complète terminai, j’en fis une seconde. J’avais informé les Hyô que s’ils avaient besoin d’assistance alors nul besoin de m’arrêter encore et encore à chacun des points. N’ayant relevé aucun signes lors de ma deuxième ronde, je montai haut de le ciel une fois celle-ci terminé au lieu de repartir pour une troisième ronde. Une fois à la hauteur voulue, je me stationnai sur place puis fermai finalement les yeux.

Je me concentrai sur mon chakra puis l’imaginais se diriger vers mon œil droit. Tranquillement, je le sentis accumuler le chakra puis imaginai alors la vue que j’avais sous ma forme d’aigle, ma vue d’ensemble sur le paysage puis ma vue perçante capable de repérer le plus petit des mulots. Je me concentrai sur ces images puis j’envoyai finalement mon chakra dans mon œil, ouvrant mes yeux bien grand pour laisser voir des yeux complètement différent, mais étrangement familiers. Mon œil gauche était resté le même, teinté du même jaune doré. Mon œil droit, avait lui aussi gardé sa teinte jaune doré, quoi qu’un peu plus terne que son voisin. Ce qui différenciait surtout les deux yeux était la teinte noire qu’avait le blanc des yeux. J’avais littéralement un œil d’aigle. Il me dotait ainsi de sa vue perçante, mais pour qu’un seul œil. Avec ma vue perçante, j’alternai mon œil sur les différents points d’observations à la recherche d’un quelconque signe.


Les Hyô travaillèrent avec acharnement et ne me firent signe qu'en après-midi. Lorsque je me présentai à lui, il m'indiqua qu'il avait fini son sceau. Il me demanda alors de voir qui d'autre avait terminé son sceau, ce que je fis aussitôt. La majorité avait déjà fini et les autres avaient eu le temps de finir le temps que je revienne vers eux. J'appris alors une nouvelle facette de la technique, qui allait sans doute tiré le maximum de mes capacités. Pour activer les sceaux, il fallait exécuter une longue série de mudra. Il fallait toutefois que tous termine leur série en même temps pour ensuite toucher les sceaux simultanément. Je devais maintenant trouver un moyen de tous les avertir en même temps. Je réfléchis pendant quelques minutes sur place, cherchant le meilleur moyen de tous les avertir en même temps, puis trouvai finalement une idée qui valait la peine d’essayer.


- Ouvre grand les oreilles et attend le cri de l’aigle.

Il hocha la tête en signe d’approbation puis je m’envolai vers les autres de son clan. À chacun je donnai la même instruction, d’attendre le cri de l’aigle, et tous me répondirent qu’ils étaient prêt. Je pris alors mon envol pour les cieux, prenant en plein vol ma forme d’aigle. Je lâchai alors le plus gros cri que mes poumons me permirent de poussé, espérant que cela allait être suffisant. Je planai sur place pendant quelques instants, leur laissant le temps de faire leur mudras, puis je me dirigeai vers le point le plus près pour savoir le résultat. Lorsque j’arrivai à proximité du Hyô, je repris forme humaine puis me posai à ses côtés, remarquant aussitôt l’aura violacé que le sceau avait pris. Sa main était toujours posée sur le sceau, alimentant celui-ci en chakra. Sans rien dire de plus, je m’envolai vers les autres Hyô et constatai sans grande surprise que tous les sceaux étaient activés et ce, sans encombre.

J’assurai à tout le monde que j’allais avertir mes supérieurs de ce pas, les informant qu’ils n’avaient pas besoin de maintenir le contact avec le sceau mais de rester à ses côtés. Je ferais envoyer quelqu’un pour les informer de leurs nouvelles instructions. Je me dirigeai donc vers la Palais de l’Hokage pour la deuxième fois aujourd’hui. Du haut des airs, je pus voir rapidement le Palais et cru apercevoir une tache sur le toit. Je transformai mon œil et reconnu alors le Jônin de ce matin, toujours sur le bord de la rambarde comme s’il n’avait pas bougé de l’après-midi. Je repris aussitôt ma vision normale puis me diriger en accélérant vers l’homme. Je me posai à ses côté puis d’une brève salutation, j’embarquai dans le vif du sujet.


- Les sceaux ont été activés et sont pour l’instant au repos. Ils sont prêts à être activé à votre commandement, Monsieur.

Il me félicita, premièrement, puis en convint avec moi qu’il n’y avait pas besoin de l’es activer pour l’instant. Il m’invita alors à le suivre, m’indiquant que je n’avais toutefois pas terminé ma tâche aujourd’hui. En fait, il s’agissait sensiblement de la même tâche, soit de relayer en les points d’observations, sauf que cette fois, les points ne se trouvaient pas dans les alentours du village mais à différent endroits dans la forêt qui entourait Konoha. Le shinobi me tendit une nouvelle carte, comprenant environ le même nombre de petites croix mes beaucoup plus éloignées les unes des autres. Les Hyôs avaient déjà été déployé et ce depuis un bon moment. Il estima que le temps que je me rende à eux, ils auraient déjà bien entamé leur sceaux. Je ne tardai donc pas en m’envoler, ayant du pain sur la planche.

PNJ:
 

Idée développée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin - Dieu des Hattan Games
Messages : 206
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Liens Mer 19 Aoû 2015 - 12:39

RAPATRIEMENT
Mise en place d’un système pour prévenir les shinobis à l’extérieur du village du danger qui pèse sur ce dernier


Aburame Miko, Nanadaime Hokage. Depuis sa nomination au poste de dirigeante du village, Konoha était entré dans une ère de changement. L'époque de paix, où l'on vivait paisiblement, semblait bien lointaine. La meurtrière de Seitô Sabakyô a pris des mesures de sécurité drastique. Avait-elle fait cela suite à l'incident avec Kumo ? Ou était-ce simplement de la prévention ? Moi-même, je ne savais pas réellement. Mais une chose était sûre : avec toutes ces installations, Konoha ne sera pas prêt de se faire attaquer. Depuis plusieurs jours, voire semaines, des travaux de grandes envergures avaient commencé un peu partout dans le village. Sécurisation des portes, mise en place d'unités, d'un système de défense. Les hautes instances avaient pensé à tout, et bien évidemment chaque clan mettait la main à la pâte. Par exemple, le clan Yamanaka assurait la protection de l'entrée du village avec des interrogatoires, ou encore le clan Hayashi qui s'occupait d'un dôme protecteur. Chaque clan avait sa place, chaque capacité était utilisée pour mener à bien cette tâche. Une fois que tous les travaux seront terminés, le village sera plus sûr que jamais. Je pourrais partir en mission l'esprit libre de ne pas revenir pour découvrir Konoha à feu et à sang. Qui disait travaux, disait aussi impossible de faire la grasse matinée. Quand un chantier prend place juste en bas de chez vous, ou dans la rue, vous êtes réveillés à l'instant où ils commencent à travailler. La plupart des ouvriers sont appelés à démarrer tôt dans la journée pour éviter la chaleur insoutenable apportée par l'été l'après-midi. Heureusement, ce n'était pas un problème. Depuis quelque temps, j'étais amené à me lever tôt moi aussi. Aujourd'hui en particulier puisque je devais participer à une réunion à la Tour de l'Hokage. Cela arrivait souvent ces derniers temps, je représentais notamment le clan Nara lorsque le chef, ou quelqu'un de plus important, ne pouvait pas s'y rendre. Un honneur pour moi de voir que l'on m'accordait une certaine confiance, que j'avais gagné au fil des années. On m'avait accordé un rôle important au sein des Nara depuis le commencement des travaux de renforcements de Konoha. Je ne pouvais en être plus fier, et je faisais tout mon possible pour ne décevoir personne. Pour le moment, il n'y avait eu aucun problème. Est-ce que la réunion de tout à l'heure allait en être un ? Je n'eus étonnement aucun mal à m'extirper de mon lit. Pour une fois, l'appel de Morphée se faisait faible. Je fis le moins de bruit possible en descendant dans la cuisine, mais je me donnais du mal pour rien : mes parents étaient déjà levés. Seule ma petite sœur était encore en train de dormir, ce qui était compréhensible. Je pris le temps de déguster les gaufres que ma mère avait préparées, un petit-déjeuner spécial puisque j'avais une réunion importante. Mon père semblait encore plus excité que moi que j'aille à la Tour de l'Hokage. Je ne comprenais toujours pas pourquoi il n'avait pas été envoyé à ma place, il était clairement plus apte à ce genre de chose. Peut-être m'avait-il proposé, pour m'apprendre à avoir des responsabilités ? Je n'osais pas lui demander, il semblait si heureux. La panse bien remplie, je montais à l'étage pour prendre une douche. Froide et rafraichissante en ces temps de chaleur, cela permit par la même occasion de pleinement me réveiller. Je profitais tout de même de cet instant, m'étant levé bien assez tôt, je pouvais m'autoriser de traîner. Par la suite, je retournais à ma chambre pour me vêtir. L'uniforme de Chûnin était de mise, après tout, je ne pouvais pas me présenter avec des habits du quotidien à une réunion. J'étais fin prêt pour me rendre à la Tour. Je saluais mes parents avant de partir de la maison et de rejoindre les toits pour me déplacer plus rapidement. Il ne me fallut que quelques minutes pour arriver à destination. On me guida jusqu'à la salle où la réunion se tiendrait. J'avais de l'avance, comme beaucoup d'autres gens. La pièce se remplit peu à peu, l'heure convenue fut même dépassée. Pourtant, aucun signe de l'Hokage ou d'une personne la représentant. Un retard ? Une jeune femme fit son entrée, s'excusant. C'était elle ? Son visage me disait quelque chose...Oui, je l'avais croisé durant l'excursion jusqu'à la base du Shôraizen. Je me rappelais notamment de son tempérament plutôt...enflammé. Mais pour représenter l'Hokage, elle devait avoir d'autres qualités. En tout cas, la réunion commençait. Le sujet : le rapatriement des ninjas en mission lorsque le village était attaqué. Il me semblait, en effet, normal de se pencher sur ça, puisqu'on aurait besoin du plus d'effectif possible en cas d'offensive ennemie. Elle fit passer plusieurs documents regroupant des idées. Celle qui m'interpella néanmoins fut celle du tatouage Hyô. Instinctivement, je regardais la bague à mon doigt. Sans elle, le sceau serait rompu et tous mes tatouages réapparaîtraient. Ce clan avait un pouvoir des plus étranges qui pouvait effectivement nous servir pour le rapatriement. Mais il y avait un problème.

    « Bonjour, tout d'abord, je suis Kakugyo, représentant du clan Nara. L'idée ayant retenu mon attention est celle du tatouage Hyô qui apparaîtrait lorsqu'une attaque se produit. Toutefois, j'aimerais proposer une méthode différente. Tout le monde ne souhaite pas avoir sa peau marquée, ou avoir de l'encre dans son bras. J'ai donc pensé à un objet, mais qu'est-ce que chaque ninja de Konoha peut avoir ? Son bandeau. Nous en avons tous un, peu importe notre rang. Il marque notre appartenance au village. Intégré dans ce dernier, un sceau qui permettrait d'illuminer le bandeau, ou quelque chose de similaire, serait plus pertinent à mes yeux. Après, cela peut aussi être un tatouage Hyô, cela permettrait d'éviter que le sceau soit descellé. »


Ironique quand on savait que j'avais auparavant plus d'une dizaine de tatouages, mais qu'en plus, ma langue était marquée elle aussi par mon appartenance à la Racine. D'un autre côté, je savais que certaines personnes ne toléraient pas les tatouages, ainsi en plaçant un dispositif dans les bandeaux - par exemple avant de les remettre à la sortie de l'Académie -, tout le monde pourrait s'en servir. Le problème qui se présentait dans ce cas-là est que si un Konohajin venait à perdre son bandeau, ou à l'endommager, cela pourrait être un obstacle. Mais on en revenait au même avec ce tatouage, il suffisait d'enlever la partie du corps où il se trouvait. Un peu gore à vrai dire, je ne savais même pas pourquoi j'y pensais. Je replongeais mon regard dans les fiches, voir si une autre idée était envisageable. J'attendais par la même occasion des réactions quant à ma proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1277
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Liens Dim 23 Aoû 2015 - 20:35

RAPATRIEMENT
Mise en place d’un système pour prévenir les shinobis à l’extérieur du village du danger qui pèse sur ce dernier



C’était peut-être l’heure matinale, ou juste ma prestance naturelle qui faisait que peu de personnes ne parlaient, approuvant juste ce que je disais, ou étant plongé dans l’études des dossiers que j’avais distribués. Au final, un Nara prit la parole. Je le connaissais de vue pour avoir été « à l’avant » du cortège pour le Shoraizen. Kakugyo, si je ne m’abuse (et je ne m’abuse jamais, je suis toujours consentante). Il souleva un point intéressant : la marque permanente. Fronçant légèrement les sourcils, je croisai les jambes en m’asseyant et allai à la page du tatouage Hyô. L’idée me semblait pertinente, et réalisable et non-dérangeante : et pour cause, elle n’était pas explicitée dans le dossier. Ou pas exactement comme je l’entendais. Cela dit, Kaku’ soulevait un point important : quid de ceux ne pouvant voir les sceaux et autres tatouages, pour des raisons variées ? Sans compter ceux n’ayant plus certaines parties du corps visibles…

    - Le problème d’un bandeau c’est qu’il n’est pas obligatoire, voire interdit dans certaines missions d’infiltration, qu’il peut être perdu et qu’en plus de ça, on ne l’a pas toujours en visuel. Qu’arrivera-t-il si le bandeau frontal s’illumine alors que le shinobi est en plein soleil ? Il ne le verra pas. Pour le tatouage, j’avais dans l’idée plutôt de faire un sceau, ou une marque qui apparaît quand l’alerte est donnée, mais qui est invisible le reste du temps. Et a un endroit visible, comme sur le dos de la main. Mais là encore ça soulève quelques problèmes. Il faudrait du coup combiner les deux idées : la marque et le bandeau, pour maximiser les chances qu’un shinobi soit au courant de l’attaque. Vous êtes d’accord ?

Bien entendu, il existera toujours des chances pour que certains ne voient ni le bandeau, ni le tatouage, mais avec toutes ces précautions, les chances sont minimisées. Au final, tous semblaient tombés d’accord sur ces deux mesures qui, après examen minutieux des autres, semblaient les plus à même d’avoir l’effet escompté. Remerciant chaque participant pour sa présence, j’attrapai Kakugyo avant qu’il ne parte en lui demandant de rester. Je lui tendis un dossier regroupant toutes les notes et commentaires sur son idée de bandeau.

    - Si ça ne te dérange pas, tu pourrais t’occuper de superviser cette mise en place ? Tu as carte blanche, tu contactes qui tu veux pour effectuer cette mission, du moment que le shinobi qui s’occupe de l’installation du système de bandeau soit un shinobi de Konoha et de confiance. Si tu as besoin de quoique ce soit, tu pourras me demander au palais. Ca te va ?

Remerciant platement le Nara, je me dirigeai vers le quartier Hyô. Non pas que la perspective de rencontrer de nouveau Masaru m’enchantait, mais les tatouages ne se feront qu’avec leur aide. Le dossier en main, je me dirigeais vers ce quartier sombre où Masaru vivait. Je le trouvai sur le seuil de sa porte, en train de discuter avec une jeune femme que j’avais vu quelques temps plus tôt à ladite réunion. En me voyant, la jeune femme salua masaru et disparut dans une rue adjacente.

    - Mizuki-Chan. Que me vaut ce plaisir ?

Le ton doucereux laissait entendre que le plaisir n’en était pas un réel. Je ne perdis pas mon sourire, et me rapprochai de lui, tendant le dossier dont il était déjà au courant, la jeune femme qui était précédemment là lui ayant sans doute fait son rapport. Qu’est-ce que je peux détester ce genre de comportement, consistant à faire genre qu’on n’est pas au courant alors qu’on l’est… Il prit le dossier des mains et le lut de travers, pendant que je lui expliquai la situation. Il leva les yeux vers moi dans un sourire.

    - Vous connaissez quelqu’un capable de le faire ou je cherche à tâtons ?

Mon sourire s’élargit tandis que le sien disparut. Visiblement, il s’attendait à ce que je lui demande directement de l’aide pour ces techniques, ce qui ne fut pas le cas. Il reprit son air blasé habituel et me fit un petit signe de la tête m’invitant à entrer chez lui. Je ne doutais pas une seconde que, par fierté, il s’en occuperait lui-même. La maison était spacieuse et décorée magnifiquement. Des peintures, toutes plus splendides les unes que les autres, arboraient les murs. Un jardin intérieur duquel s’échappait des bruits apaisants d’eau qui coule, des longs couloirs avec plein de pièces : nul doute que Masaru Hyô était une pointure de Konoha. Sa maison était à la hauteur de son prestige, sans aucun doute.

Pendant que la femme de Masaru nous servait à boire – un thé glacé à la framboise pour moi, le chef de clan manipulateur d’encre m’expliquait en long, en large et en travers la façon dont il fallait s’y prendre pour que cela fonctionne. Un sceau activé qui insuffle du chakra dans toutes les marques pour la stimuler. En gros.

    - Enfin, un exemple serait plus parlant je pense. Me permettez-vous ?

Il tendit sa main, dans laquelle la mienne se posa avec réticence. Intérieurement, je savais que je ne risquais rien, mais… Je ne pouvais me méfier de cet homme. Un inconscient recul à chaque fois que j’avais à faire à lui. Il sortit un pinceau, de l’encre et dessina le symbole de Konoha sur le dos de ma main droite. Puis, il posa sa main gauche dessus, et le symbole disparut. Je le regardai, dubitative, pendant qu’il sortait un parchemin sur lequel il dessinait à nouveau. Il apposa sa main sur le sceau, et une légère chaleur se fit ressentir sur ma main… Sur laquelle le symbole était réapparu.

    - En faire à tous les shinobis de Konoha, sur des distances aussi grandes que le monde prendra du temps. Mais c’est possible. Et c’est efficace, croyez-moi.




Bien sûr que ça se passe dans ta tête... Mais pourquoi donc faudrait il en conclure que ce n'est pas réel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 90
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Liens Ven 11 Sep 2015 - 23:01

COMMUNICATION
Mise en place d’un système de communication interne à Konoha


Quelle belle matinée qui se présentait à nous ! À peine levé que je pouvais déjà observer notre beau village héhé. Les statues de nos Kages, magnifiques je dirai ; De temps en temps je m'amusais imager ma tête avec une toque de cuisiner à côtés d'eux.. Et bien sûr avec une belle grimace histoire de donner un peu de joie avec une tête d'idiot. J'suis sûr que le matin, je pourrai donner le sourire à d'autres idiots comme moi. Finalement, on pourrait même former la confrérie des idiots.. Je me pensais être tellement ambitieux de temps en temps, il fallait que j'aille doucement sur les nuits blanches haha, ça déréglait mon cerveau.

Alors que j'étais perdu dans mes pensées, une voix m'empêcha de continuer à imaginer mes plats se battant entre eux.. C'était la vielle, mince elle ne pouvait pas se passer une seconde de moi celle-la ? Je descendis en traînant les pieds, elle allait sûrement me demander de faire une corvée ou quoi la mamie-.. Une fois en bas, je vis quelqu'un à ses côtés. C'était une vieille du clan aussi, le seul hic c'était que j'étais en caleçon encore ! Punaise elle n'aurait pas pu me le dire, j'venais de me lever ! Après avoir crié « Mamiiiiiiie » tout en courant dans les escaliers, je fis ma toilette et revint la voir tout en grimaçant.

« Sōma t'es enfin là, c'est Ina tu sais la fille du fils à.. »

Han d'accord, c'était le signal pour que je décroche. Il ne fallait pas que je me tente à l'écouter à nouveau, elle était partie pour me parler d'un arbre généalogique tout entier. Je la connaissais comme ma poche la mamie, qu'elle était gentille. Honnêtement je remerciais les dieux de m'avoir permis de rester aux côtés de mes grands-parents, ils sont superbes avec un petit fils aussi bête que moi. Je me demandais même comment faisaient-ils pour me supporter à la longue, à l'académie je n'avais apporté que des problèmes et j'étais plutôt mal parti pour rentrer dans les rangs. Bon, ils avaient abandonné l'idée que je devienne calme, ils avaient simplement fait avec-.. Ohhhh j'entendis le mot « cuisine ». J'écoutais alors à nouveau les paroles de la vieille, ça m'intéressait ça !

« Cuisine ? Où ça de la cuisine mamie ?  »

Elle se tapa le front pour ensuite regarder la dame Ina l'air gênée. Je me grattai la tête en laissant un air bête sur mon visage, elle me connaissait par cœur et avait compris que je n'avais pas écouté un seul mot. La mamie m'expliqua pourquoi elle avait utilisé le mot cuisine. Le clan Nara et d'autres femmes des autres clans avaient décidé de mettre la main à la patte et de cuisiner pour les travailleurs. Ohhhhh la bonne idéee ! Punaise, j'avais beau ne pas être une femme que je voulais faire goûter ma cuisine à tout le monde hein. Bon elle m'avait refroidi en me disant que nous allions faire de simples Bentôs mais bon, j'en étais quand même.

« Yooooo, j'accepte la mission les vieilles ! »

Après une bonne petite claque d'une des vielles en question, nous avions rejoint un groupe de femmes pour préparer plusieurs bentôs. On essayait de variait les aliments, histoire d'allergie, histoire de goût. Bon ce n'était pas la meilleure nourriture que je pouvais faire mais pour m'amuser je tentai de nouvelles sauces ; La mamie avait un tas d'épices alors bah.. je m'étais servi.

Et c'était enfin midi, on était parti pour de nouvelles aventures. Un Shinobi, un Jônin d'ailleurs ohoh. En le voyant j'avais essayé de le soudoyer avec ma cuisine pour avoir un contact mais il n'était pas très réceptif. Le genre de type assez gaillard qui parle d'une voix grave à faire peur, je n'imaginais pas sa femme l'écouter de bon matin ahah. Bon quoi qu'il en soit, ce bonhomme s'appelait « Yato Zan ». Il était responsable d'un secteur, d'un chantier et tout et tout. Bien sûr, c'était moi qui portait la petite charrette pour transporter le stock de bouffe. J'avais bon dos, le bénévolat on ne m'y reprendra plus je le promets.

On s'était dirigé dans la forêt et on allait d'homme en homme, ils faisaient tous parti du clan Hyô. Ils s'amusaient tous à écrire et cela à plusieurs, la terre étaient remuée et ils choisissaient des endroits stratégiques.. Quelle galère tout ça mais bon j'étais quand même curieux et je voulais en savoir plus ? Avais-je le droit ? Je sortis alors mon bandeau frontal pour le mettre, ça voulait dire « Yato, regarde, je suis un Shinobi ! ». Il me regarda mais était quand même inexpressif, bravo Yato, bravo.

« Je peux rester avec vous ! C'est quand même cool tout ce que vous faites m'sieur.  »

Le caresser dans le sens du poil, oui c'était bien ce que j'essayais. Après un grognement il me fit un signe de la tête, wow il avait accepté le sauvage, c'était super. Ma mamie se retira avec le reste de sa bande pour rentrer à Konoha. On commença alors le tour des points stratégiques, ça je l'avais conclu seul. Les Hyô utilisent de l’encre et sont spécialistes en Fuînjutsu, j'avais beau ne pas être averti que je pouvais déjà formuler des hypothèses. Tout en marchant, Yato Zan prit la parole, j'étais limite stupéfait.

«  Je vais t'expliquer gamin. »

Déjà je tirais la tête, d'où il me traitait de gamin la bête sauvage ?

«  C'est un dispositif très important que nous mettons en place, le clan des manipulateurs de l'encre nous offrent leur savoir pour établir un système complexe. Je suis chargé de vérifier les installations d'un secteur, les autres secteurs sont à la charge d'autres Shinobis. En activer un permet de donner l'alerte, c'est un plus pour notre village. Une fois installé, ça permettra de sauver des centaines de vies en cas d'attaque. »

Je me grattai la tête quelques secondes tout en regardant les nombreux travailleurs. Je comprenais là où il voulait en venir, oh en y réfléchissant j'étais même devenu son assistant ? C'est ça ! L'assistant d'un Jônin, la classe. On passa les voir un à un, je m'amusais même à donner des ordres de temps en temps, une tape sur ma tête me suffisait à m'arrêter mais c'était quand même cool. Les heures passèrent et à un moment, le chef décida de dire à chacun des groupes d'attendre « Le signal ». Ouais, bon je ne savais pas ce qu'était ce fameux signal. Une bonne heure encore plus tard, on s'arrêta en l'attente du fameux signal.

Tout à coup, on entendit le cri d'un oiseau. Wow c'était violent, il devait se faire égorger celui-là. Bon, c'était le signal qu'on attendait. Aussitôt, les Hyô activèrent le sceau. Mhmm, d'après ces informations ils devaient donc tous le faire en même temps. Les secteurs s'étaient coordonnées à l'aide de Shinobis expérimentés, les ressources humaines et les stratégies étaient vraiment réussies. La conception technique devait avoir sacrément réfléchie, bravo ! Ça devait être un flemmard de mon clan qui avait réalise ces plans, c'était bien le style de mes confrères.

Ils étaient tous épuisés de cette dure journée, une parmi tant d'autre dans la vie d'un Shinobi. Il fallait s'y faire tout simplement, quant à moi je venais d'en apprendre des choses. Je mis une tape dans le dos au Jônin avant de courir à toute vitesse vers Konoha histoire de m'échapper. Une journée assez cool en somme, je n'avais pas perdu de temps c'était le cas de le dire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Liens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô-