N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Rokudaime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 12:56

« Tout shinobi doit tenir ses engagements. »
Art. I-IV
    « Alors ?
    Affirmatif. »
Le Jônin regarda l’homme qui était assis sur le lit de l’hôpital, et se tourna vers le médecin qui venait d’examiner le sang du sujet. Les études comparatives étaient formelles : cet homme avait encore une fois dis la vérité. Ce qui signifiait forcément…
    « Maître Raïkage… »
Hôritsu se leva, et ne chercha même pas le Jônin du regard. Il marcha jusqu’à la porte de sa chambre, puis s’arrêta à son seuil, les yeux rivés vers le couloir. Puis il prit une profonde inspiration, avant de reprendre sa marche. Il savait ce qu’il avait à faire désormais.

Pouvait-il réellement en vouloir à ces sceptiques, qui malgré la nomination que le Kadoria avait obtenue du Daimyô, de vérifier ce qu’on avait pu lui dire. Il fallait avouer que la recherche du frère cadet du Shodaime Raïkage avait toujours été un sujet classé et secret. Alors forcément, quand un homme nommé par le seigneur de la Foudre était présenté comme le frère d’Uriô le premier, c’était assez difficile à croire. Et pourtant c’était vrai, certains l’eurent appris avec des prises de sang, d’autres à leurs dépens.

La convocation des shinobis était préparée pour midi, ce qui lui laissait encore une petite heure pour prendre place dans son bureau à la large vitre dont la vue donnait sur toute la cité militaire. Il avait demandé à ce que tout objet soit retiré et qu’il ne reste que les meubles. Son désir avait été exaucé, la pièce était vierge de tout papier, tout outil : Hôritsu était un homme droit et simple. Il allait reprendre depuis le début.

Tsuhiro se reposa sur son nouveau fauteuil, et finit par s’endormir – bien qu’il eut du mal à ne pas s’éveiller de temps à autre – jusqu’à ce qu’on frapper à sa porte. Là, une jeune femme entra et lui laissa sa tenue de Raïkage. L’homme regarda sa montre à gousset, puis enfila son large habit blanc et sa coiffe d’Ombre. Il attendit trois minutes au pied de sa porte, puis sortit pour monter sur le toit.

A midi, il était au bord du plus haut bâtiment de Kumo, entouré de quatre gradés masqués, choisis aléatoirement pour l’occasion. Eux étaient au courant, mais pas les centaines de shinobis qui attendaient en bas. Les effectifs étaient réduits avec la conquête de Mizu no Kuni et les différentes missions en cours, mais c’était amplement suffisant. Hôritsu retira sa coiffe, dévoilant son visage impassible à la foule.
    « Je suis Hôritsu, ancien gradé du Shûkai, déserteur de l’Empire, frère cadet de Kadoria Uriô et depuis ce matin à la première heure… Rokudaime Raïkage. »
Etait-ce nécessaire de chercher certains shinobis, forcément plus impliqués dans sa nomination que d’autres du toit ? Non. Il avait d’ailleurs fait attention à ce que les gardes d’aujourd’hui soient sélectionnés au hasard. Son organisation pour le village allait être nouvelle et il n’avait pas besoin de montrer de qui il pouvait être proche.
    « Le Daimyô a été menacé, par l’ancien pouvoir en place, à savoir Seki Zennosuke. J’ai écarté cette menace et certains documents ainsi que certaines de mes actions comme la libération de prisonniers du village ont décidé le Seigneur à me nommer Ombre. Lui et son bras droit ne sont plus affiliés à Kumo, et il ne vous en sera pas dit davantage à ce sujet. »
A quoi bon ? Ce n’était pas nécessaire d’en dire plus. Toute l’opération et les décisions du Seigneur étaient classées comme informations confidentielles.
    « Nombre d’entre vous, qui m’ont déjà rencontré par exemple, savent qui je suis et connaissent la nécessité d’un changement profond à Kumo. Mais je sais également que beaucoup parmi vous seront sceptiques. Aussi, je tiens à rassurer ces derniers… Il esquissa un sourire qui parut à tout le monde inhabituel car en effet, Hôritsu souriait rarement, hormis quand… Tant que vous respecterez les lois et que vous accomplirez votre devoir, vous pourrez être aussi sceptiques que vous le voudrez. »
L’homme posa ses deux mains sur les barrières qui devaient « empêcher » quiconque de tomber du toit du grand palais.
    « Je suis réputé pour être un homme de loi, un homme droit. Le moindre de mes mots devient un fait établi. Et c’est de cette envergure que le village avait besoin. J’espère donc que si je ne peux compter sur votre sympathie, compter sur le professionnalisme et l’amour de sa patrie de chacun d’entre vous. Car si vous ne m’accordez pas votre sympathie, vous ne risquerez jamais rien tandis que si vous enfreignez l’une des futures lois du village ou l’un de mes ordres… vous ne risquerez rien non plus : vous recevrez la sanction adéquate. Toujours et ce qu’importe la situation. »
Son rictus s’éteignit en même temps que sa volonté de se présenter. Il était temps de passer à des choses plus sérieuses, plus consistantes. Et difficile d’éviter certaines mesures d’ores-et-déjà décidées.
    « Le Naitei et le Kazai, deux des trois unités spéciales que comptait Kumo, sont dissoutes. Je ne veux pas d’une élite divisée, je veux que l’ensemble des Kumojins qui auront fait leur preuve deviennent l’élite. Aussi, je vous informe de la création de quatre départements ayant des rôles spécifiques au sein et en dehors du village. Ces derniers sont Police et Justice, Diplomatie et Economie, Renseignements et Espionnage et enfin Tactique et Enseignement. Tous les gradés, à savoir tous les shinobis hormis les Genin, seront placés dans un département à partir des informations récoltées sur leur progression et sur leurs qualités individuelles et collectives. Chaque département sera nommé par un Ministre. Ces quatre ministres, ainsi que ceux que je nommerai mes Bras droit et Bras gauche composeront le nouveau conseil du village, qui se réunira lors de situation exceptionnelles. »
Et c’était également impossible de se retenir de parler de Mizu no Kuni, qui était un évènement qui avait créé un scepticisme profond vis-à-vis de Zennosuke chez beaucoup de Kumojins.
    « Kumo se retire dès à présent des terres de Mizu no Kuni. L’ensemble des blessés et des effectifs encore sur place seront rapatriés dans les jours à venir. Le département Diplomatie et Economie sera prochainement chargé de négocier la libération des derniers prisonniers qui peuvent avoir été faits par le Shûkai. »
Le Satoru allait également changer. Sans compter que la conquête de Shimo no Kuni était également une aberration dans la situation actuelle pour la nouvelle Ombre.
    « Les effectifs du Satoru sont vidés à compter d’aujourd’hui. Les forces encore présentes à Shimo no Kuni seront également rapatriées. Il est inutile de nous soucier de questions internationales comme celle d’un désir de conquête tant que notre village ainsi que nos pays ne se seront pas relevés de leurs précédents affronts. »
Il avait gardé la question de son ouverture à ses nouveaux soldats pour la fin. Hôritsu était un homme droit, mais également un homme éloquent. Même si sa droiture d’esprit lui interdisait parfois de dire certaines choses.
    « N’importe qui pourra venir me voir dans mon bureau, à condition d’avoir pris rendez-vous auprès de l’accueil du palais et ce dès aujourd’hui. Enfin, je précise que d’autres mesures et d’autres affectations seront décidées très prochainement et les personnes concernées en seront rapidement informées. »
Son regard côtoya une dernière fois l’énorme masse de shinobis qu’il y avait plus bas.
    « Mesdames, messieurs… je compte sur vous. Kumo brillera de nouveau, soyez-en sûrs. »
Et la Foudre ne tarderait pas à frapper…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 14:30

Shigeru soupira légèrement. Les événements notifiés par le nouveau Raikage, il y avait pris part. Cependant… Se rendre compte que tant de petites choses étaient capables de s'accumuler afin d'en produire une grande dépassait encore quelque peu le jeune médecin. C'était… Beaucoup à digérer, et sa dépression n'était clairement pas d'une grande aide pour se faire au changement. Néanmoins, la dernière phrase de la nouvelle autorité résonnait dans sa tête. Kumo brillera de nouveau. C'était bien la seule chose qui comptait dans ce discours – le reste devait être appliqué, poli, adapté, créé. Il attendrait patiemment de voir ce qui se passait et de suivre les instructions qu'il recevrait – ce n'était qu'un outil parmi tant d'autres au final.

La foule autour de lui semblait plus partagée sur la question, répondant certainement aux allégations du Raikage concernant la sympathie et le dévouement. Là-dessus, ce dernier pouvait avoir aucune crainte vis-à-vis du brun à l'écharpe rouge – il n'avait jamais rien connu de bon en dehors du village, et considérait ce dernier comme trésor. Si quelque chose venait à le perturber, il se forcerait à s'adapter. Il n'avait pas le choix s'il voulait rester utile, et il n'avait aucune option sinon celle-ci. Levant son regard, il osa regarder le pouvoir de Kumo, incarné par une seule personne. Malgré tout ce qu'il s'était passé, ce dernier était serein, calme – certainement fidèle à soi-même, et par la même occasion à ces lois dont il parlait tant. Qu'à cela n'en tienne, Shigeru irait les apprendre dans les moindres détails afin de s'assurer que son comportement était adéquat.

Il n'était qu'un ninja sans valeur, sans famille, sans clan – combien même il aurait voulu essayer, sous le dirigeant précédent, il n'aurait jamais rien pu faire de plus à Kumo sinon soigner les habitants. Le sang et l'origine importaient énormément à Seki-sama, et voir quelqu'un ayant une autre approche ne pouvait que lui faire espérer de nouveaux jours. C'était peut-être même l'occasion qu'il lui fallait pour servir son village plus encore, maintenant qu'il n'était plus limité par ses obscures origines. Secouant brièvement la tête, il s'obligea à se convaincre – le neuf était possible et n'était peut-être pas mauvais après tout. Tout au plus, cela lui donnait la motivation de s'investir plus encore afin de ne pas rester derrière, pour une fois dans sa misérable vie. Arborant un sourire discret, Shigeru tourna le dos au palais et se dirigea chez lui, rempli d'une chose qu'il ne savait encore nommer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 282
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 14:56

Cela faisait quelques mois que j'étais inactif, sûrement à cause du décès de mon grand-père, c'était tout ce qu'il me restait de ma famille à présent. C'était un réel problème de ne plus le savoir vivant, c'était comme ma source d'énergie et de volonté. J'ai aussi remarqué dernièrement que mon maître Seki Zennosuke était comme disparu, pareil pour notre chef de clan. J'étais à présent seul, mais il me reste toujours le village. J'ai enlevé tous mes tatouages qui étaient sur mon visage, car oui, je suis toujours en deuil. Je porte à présent un kimono décontracté et sobre, mes cheveux ont poussé, car je n'avais pas le moral à me les couper. Mon regard est devenu complètement vide et rempli de tristesse. Monjara Shinji m'a appris à maîtriser mes émotions... A présent, je ne dégage plus une seule émotion. Ma volonté est restée enfouie, au plus profond de moi.

Aujourd'hui était un jour important, mais je ne savais pas pourquoi, il y avait un rendez-vous pour les ninjas à midi devant le palais du Raïkage. J'arrivais à l'heure et à midi, des ninjas masqués et le Raïkage étaient sur le toit... Mais en regardant attentivement l'apparence du Raïkage... Ce n'était pas Le Raïkage que je connaissais. Ce Raïkage se présenta, il se nommait Horitsû, déserteur de l'Empire, frère cadet de Kadoria Uriô.... Et Rokudaime Raïkage. Mon regard n'émanait toujours rien, mais au fond de moi, ce fut une énorme surprise. Seki Zennosuke avait démissionner ? J'ai eu ma réponse aussitôt. Ils sont plus considérés comme des ninjas de Kumo, Seki Zennosuke et Seki Hasaki, qu'ont-ils fait pour nuire au village ? Le dénommée Horitsu disait que c'était par l'ancien pouvoir mis en place par le Godaime qui menaçait le Daimyo.

Il a dissous le Natei et le Kazai, il veut refonder Kumo, il veut tout recommencer. Ce type me semblait si étrange, mais aussi être quelqu'un de parole. Il arrêtera aussi la conquête de Mizu no Kuni, et il essayera de reprendre les prisonniers par la diplomatie. Il décide aussi de créer des départements ayant des rôles spécifiques, en écoutant ces mots, ils semblaient savoir ce qu'il fait... Mais est-ce que son pouvoir mis en place tiendra longtemps ? Je l'ignore, en sachant qu'il y en a beaucoup comme moi qui aimais l'ancien Raïakge et qui sont capable de s'opposer à lui.

Je me dirigeai silencieusement à l'accueil du palais puis je demandai d'une voix calme.

« Je souhaite prendre un rendez-vous avec le Rokudaime Raïkage si possible. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1305
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 15:20


On aurait jamais su vraiment ce qui l'avait poussé à se tenir là, ici au milieu d'une foule qui paraissait masse, mais qui au fond était ridicule quand on savait à quel point ces derniers mois l'avaient amputés de ces membres qui la composaient. Comme la fille était à peine réveillée elle n'écoutait qu'à moitié au début en frottant des yeux douloureux sous le gourou du soleil dès qu'on levait un peu trop le nez pour observer le centre de l'attention de cette journée. Qu'importe, les débuts de toutes choses n'étaient en général que des prologues de ce qu'on le savait déjà, une perte de temps, donc finalement son ouïe semblait la satisfaire quand les mots qu'elle percevait lui paraissaient plus ou moins intéressant. Enfin, autant que la politique pouvait l'être...

Parce que c'était bien de cela qu'il était question aujourd'hui. Le discours était au final à quelque chose près le même que toutes les ombres... Enfin, on pouvait le supposer. Le Mizukage avait tenu le même message auprès de l'arbre... Il y avait très longtemps de cela. Et ce qu'était advenu Kiri ?
La pensée coupait l'appétit et c'était le bambin accroché à sa jambe qui profitait de la brioche finalement, son accompagnatrice se nourrissait alors de soupirs, mais ce n'était pas tellement l'homme perché si haut qui lui inspirait cela.

Finalement son attention se captait alors, dans les murmures de la foule, les masses basses des visages fermés ou alors les commentaires des partisans du changement. C'était une unité en un sens, les enfants d'une même nation, mais dans l'autre, elle se révélait extrêmement divisée. C'était la différence entres eux, les fruits de l'arbre et les « Autres ». Aucun Jinmenju ne remettrait jamais en question la matriarche ou son successeur. Qui elle était ou comment elle l'était devenue n'avait pas d'importance, seul l'équilibre de l'arbre comptait. Mais il n’existait pas cette unité absolue en dehors de l'arbre. Le temps avait beau passé et la fille changeait pour s'adapter, mais sa vision des « Autres » ou leur attitude incohérente, elles n'évoluaient jamais. Des créatures sans intérêt et irrécupérables pour la plupart, mais alors que faisait-elle encore là ?

La réponse se tenait plus bas à sa droite, une petite main s'accrochait à sa tenue pour ne pas se perdre dans la foule tout en dévorant la sucrerie que son aînée avait abandonné à ses soins. La créature des « Autres » se plaignait de temps à autre de ne rien voir et finalement sa moue boudeuse lui permettait de finir sur les épaules de la fille pour profiter d'un spectacle qu'au final, il était trop jeune pour comprendre, cette jeune pousse. L'avantage avec eux, leur côté modulable, le même particulièrement efficace à leur jeune age...

Neo était la genin bénévole la plus active de l'académie, y traînait pour s'entraîner avec les juniors semblait être son activité favorite et qui soupçonnerait une quelconque arrière attention derrière ce sourire nié et cet être un peu naïf. En arrière plan d'ailleurs, Eon et Noe qu'en à eux étaient plus que jamais concentrés sur les dires du nouveau maître des lieux, après tout, il était les garants de la sécurité de leur hôte... La décision était sans appel : Ils éviteraient les gradés et le Kage jusqu'à nouvel ordre. La fille s'appliquait dès lors sans réfléchir, sans expression particulière, son gnôme sur les épaules, ils se creusaient un passage tandis qu'à l'abri de toutes oreilles gênantes, au sein même de l'hôte le trio de Jinmenju débattaient d'un sort...


- Que penses-tu qu'il soit arrivé aux Seki Vieille Branche ? -
- Ce qu'il arrive à tous les fruits pourris d'une branche -
- Jeter en pâture aux insectes pour laisser mûrir en paix les meilleures fruits -

Neo ne commentait plus après sa question, perdue dans son monde où on se questionnait du pourquoi elle était ici. Eon ne trouvant plus d’intérêt à la discussion en fit autant, tandis que Noe lui, plus qu'amusé se délectait du sort possible et presque sûr des « Autres ». Ils n'y avaient vraiment que ces spécimens là pour s’entre-tuer comme ça. Leur monde était une absurdité, mais ça ils le savaient tous trois depuis longtemps, l'arbre leur manquait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 540
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 18:49

C'était comme dans un rêve... Le Godaime allait perdre ses fonctions au profit d'un homme qui ne m'inspirait pas confiance. Qu'est devenu le village de Kumo ? En ces temps difficiles, comment le village caché de Kumo pouvait-il accorder sa confiance et fermer les yeux devant les agissements de cet homme qui aurait lancé un raid sur le village et kidnappé l'un des nôtres ? Pour quelle raison ? Comment est-ce possible ? Comment le village peut-il se bercer d'illusions à ce point ? Comment peut-il refuser de voir la réalité telle qu'elle est ?

J'entendais tant de mensonges sortir de sa bouche, tandis que tous les kumojins le regardaient ébahis et heureux. Suis-je le seul à rester de marbre ? Suis-je le seul capable de garder la tête froide et de réfléchir ? Dans ce monde, on ne peut pas se permettre d'accorder notre confiance à n'importe-qui et pourquoi l'accorderait-on à un Shinobi qui aurait attaqué le village ? Comment, les Kumojins ici présents, pouvaient-ils fermer les yeux face à ses agissements ? Il a affirmé être un déserteur du Shukai, ces derniers étaient nos ennemis, on ne pouvait donc pas accorder notre confiance à un tel homme.

Les temps sont durs pour le village, certes, mais ce n'est pas pour cette raison que nous devions accorder notre confiance au premier venu. Il a sans doute choisi cette période difficile du village pour pouvoir être accepté plus facilement. Je me demandais comment un Shinobi hostile au village pouvait prendre en prendre le contrôle. Qu'aurais-je fait si je souhaitais conquérir un village que je déteste pour le mener à sa perte ? J'aurais assurément agi exactement comme lui et c'est pour cette raison que je peux voir aussi claire dans son jeu.

Ce n'est pas parce qu'il maîtrise l'art de la démagogie que, pour autant, nous devions lui accorder notre confiance. Comment peut-il être le frère du Shodaime ? C'est assez facile, puisqu'à présent, il nous est impossible de le prouver, nous devons donc le croire sur parole. Mais comment pouvons-nous croire sur parole un homme qui nous a causé du tort ? Nous devions rester lucides et demeurer intelligent, tout porte à croire qu'il n'est pas digne de confiance, alors qu'il a tout de même eu la confiance du Daimyo ; facilement manipulable, en somme.

Ah, mais oui... J'ai entendu dire que quelqu'un menaçait le Daimyo... C'est sans doute cet Hôritsu qui l'a sauvé. Ce qui signifie : il a conçu lui-même une menace à l'encontre du Daimyo de sorte à ce qu'il en soit l'unique sauveur, il a alors agi pour sauver le Daimyo et ainsi gagner la confiance de Kumo et du Daimyo en parallèle. Tss... C'est vu et revu, je voyais clair dans son jeu avec tellement de facilité que ça m'agaçait. Je parvenais à comprendre que tout cela n'était pas un concours de circonstances, mais bien prémédité. J'essayais de comprendre quel était son plan pour s'approprier le contrôle du village, puisqu'une fois avoir gagné la confiance du Daimyo, il pouvait aisément s'emparer du pouvoir.

Analysant sa politique, je pus voir qu'il était fermement attaché à la loi, le fondement même du Shukai. C'est à peine dissimulé d'ailleurs, on pouvait la voir jusqu'ici, cette fameuse influence Shukaijin. Tout le monde semblait fermer les yeux face à cela, mais je demeurais lucide, il est évident que ce soit une manœuvre Shukaijin pour nous contrôler. Qui plus est, il prévoyait de retirer l'intégralité des troupes de Mizu, laissant au Shukai, le contrôle du pays de l'eau et leur procurant un avantage considérable puisqu'ils étaient à proximité du pays de la foudre. Les premières décisions de ce pseudo Raikage ne collaient pas avec ce qu'il prétendait défendre. Il disait défendre l'intérêt de Kumo, mais je ne voyais rien de tout ça.

D'ailleurs, il ne semblait pas cacher ce qui pourrait nous laisser perplexe quant à ses intentions. Il ne nous cachait pas le fait qu'il était un ancien Shukaijin, par exemple et semblait être honnête avec nous. C'était une manoeuvre pour gagner notre confiance, il comptait nous montrer qu'il était sincère, mais rien n'attestait qu'il était aussi sincère que ce qu'il prétendait. Dans l'état actuel des choses, je ne pouvais rien faire. Si jamais je l'attaquais, non seulement, ce serait insensé, mais également, ce dernier pourra me vaincre sans aucun souci et en parallèle, il y avait des centaines de Shinobi autour de moi qui pourrait me stopper, j'aurais donc aucune chance. Je ne pouvais donc rien faire, excepté, parler haut et fort. Je m'avançais alors vers le Raikage, tentant de me frayer une place devant la foule.

Je le regardais dans les yeux et tel un orateur, je pris la parole, d'une voix forte, afin de lui faire tomber son masque publiquement. Je voulais le confronter à ses propres contradictions, qu'il puisse y répondre en public face à des centaines de Shinobi. Il maîtrisait l'art de la démagogie et je maîtrisais l'art de lire entre les lignes, c'est ainsi que je pourrais décortiquer ses propos aux yeux de tous mes compagnons doucement bercés par ses propos qui ne sortaient pas de sa bouche spontanément, preuve de la présence d'une certaine démagogie et d'un certain désir plaire.

    "Comment pouvons-nous vous accorder notre confiance ? Je suis sceptique quant au fait que vous êtes venus attaquer le village puis kidnapper l'un des nôtres. Quand bien même vous n'avez tué personne, quand bien même vous n'avez pas utilisé l'intégralité de vos pouvoirs contre de vulgaires Genin et contre le Godaime, les faits sont là. Vous êtes un déserteur du Shukai, un ancien gradé de l'empire, alors que ce sont nos ennemis. Je suppose que mes doutes sont légitimes, non ? J'ai entendu dire que vous étiez un Kadoria, comment vous êtes-vous retrouver au Shukai ?"


J'eus marqué une pause afin que mes confrères puissent s'imprégner du sens de mes propos et afin que leur conscience endormie s'éveille. Ils avaient peut-être oublié cet épisode, ou peut-être même qu'ils n'en savaient rien. Dans tous les cas, maintenant, ils le savent tous.

    "Vous aspirez à retirer nos forces de Mizu, laissant alors des dizaines et dizaines de sacrifices en vain. Des dizaines de nos camarades sont morts au pays de l'eau... Pour rien puisqu'au final, vous souhaitez retirer nos troupes du pays de l'eau. Ne dites pas que c'est de la faute de Zennosuke, puisque c'est vous-même qui les rendez vains en obligeant nos troupes à rentrer. Ainsi, vous laissez l'empire, nos ennemis, s'emparer d'un territoire dangereusement proche du nôtre, ce qui représente une menace majeure pour la sécurité du pays de la foudre. Sans oublier le fait que l'âme de l'ancien Kiri demeure sur ces terres. Savez-vous seulement ce que cela signifie ?"


J'eus de nouveau marqué une pause. Mon but, cette fois-ci, était de contester ses décisions pour remettre en doute sa sincérité quant à son désir de défendre les intérêts Kumojin, car, en effet, les premières décisions qu'il a prises, n'allait pas dans le sens de l'intérêt Kumojin puisqu'il nous exposait à un grand danger, à une menace majeure très proche de nos frontières.

    "Enfin, vous ne cachez même pas votre amour pour la loi qui est le fondement même du Shukai. C'est ainsi qu'on peut même y sentir une certaine influence Shukaijin. Et n'oublions pas que l'empire aspire à conquérir d'autres territoires et à les conserver en ayant une grande influence sur les territoires qu'il conquit. Pourquoi pas Kumo après tout ?"


Je marquais une courte pause. Par le double emploi des termes "influence" et par ma question en conclusion, j'insinuais quelque chose qu'ils comprendront certainement. Cette influence Shukaijin que l'on ressent de la part du Rokudaime, je voulais la relier à l'influence du Shukai sur les territoires qu'ils possèdent. Autrement dit, je pouvais exposer au grand jour le risque que le pays de la foudre soit conquis par l'empire. Qui plus est, cela était en lien avec ce que j'avais dit précédemment sur la menace du pays de l'eau.

Ce qui devait normalement faire comprendre à mes confrères qu'une double menace Shukaijin pèse sur nous, alors qu'Hôritsu venait tout juste d'avoir le contrôle du village caché des nuages. Je m'adressais à Hôritsu, mais en réalité, par mon raisonnement, je m'adressais à mes confrères. En soulevant ces interrogations, je pouvais faire installer, dans leurs esprits, une certaine incertitude, un doute qui pourrait changer les choses et qui pourrait leur ouvrir les yeux.

    "Enfin, je trouve ça assez peu recherché... Vous affirmez être le frère du Shodaime... Comment pouvons-nous en être sûr, puisqu'il est mort ? Il ne pourra jamais nous le confirmer lui-même, puisqu'il est six pieds sous terre... Comment pouvons-nous vous croire ?"


Je tâchais d'être suffisamment évasif, présenter mon raisonnement, mon incertitude de façon neutre comme si je voulais en savoir plus, tandis qu'en réalité, je voulais éveiller les soupçons, partager mes doutes, afin qu'eux tous, puissent réaliser qu'Hôritsu n'est peut-être pas celui qu'il prétend être. Je pensais qu'Hôritsu n'avait pas d'autres choix de me répondre, car s'il m'ignore, m'attaque ou demande à ce qu'on m'arrête, cela voudrait dire qu'il veut me faire taire, cela voudrait dire que je dérange, parce que je refuse de me taire et dans ce cas, cela nous prouvera à tous que j'ai raison.

S'il décide de me répondre sincèrement, non seulement, il pourra peut-être me convaincre, mais peut-être aussi convaincre les esprits éveillés les plus sceptiques d'entre nous. J'avais pris un gros risque que j'assumais complètement et j'étais impatient de voir ce qu'allait faire Hôritsu, j'étais impatient de connaître sa réponse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 21:01

« L'intérêt national doit avoir l'ascendant sur l'intérêt international. »
Art. III-I

Le brouhaha de la foule lui intima de partir. Il avait, de toute façon, fini son discours et il avait de nombreuses choses à faire : des dossiers à traiter, des entrevues à prévoir, des lettres à envoyer. Mais comme il aurait du s’en douter, la plèbe militaire n’allait pas le laisser s’en aller. Dans les centaines de shinobis qu’il y avait en bas, qui aurait pu parier avec certitude qu’aucun n’oserait élever la voix ?

Hôritsu sentit l’un des gardes bouger. Il stoppa le mouvement de ce dernier en levant de façon spontanée son bras gauche. Tout dans sa démarche indiquait qu’il voulait écouter ce que cet inconnu à la voix tremblante. Le nouveau Raïkage se remit davantage vers l’extrémité du toit et jeta son regard dans la foule. Il ne mit que quelques instants à cibler la personne qui parlait. Un jeune homme dont les questions semblaient avoir un certain sens, et qui semblait choqué du choix du Daimyô.

Il l’écouta jusqu’au bout, pour deux raisons. La première était qu’un discours était pareil à la vie d’un shinobi : on devait le juger dans son ensemble. La seconde, c’était qu’Hôritsu lui-même détestait être interrompu. Et lorsque son interlocuteur eut terminé, il n’eut pas trop à réfléchir. Le Rokudaime était un homme plutôt simple.
    « Je viens justement de faire des tests sanguins qui pourront prouver à ceux qui le souhaitent la véracité de mon lien fraternel avec le Shodaime. Et je suis sûr que cette petite démonstration prouvera que je suis bien un Kadoria, au cas où tu en douterais… »
Sa main droite pointa en direction du jeune shinobi. Le bandeau, attaché à sa taille, se détacha progressivement jusqu’à s’envoler rapidement vers l’homme qui attendait là-haut. Attrapant l’objet puis le regardant, l’Ombre reprit.
    « Je n’ai pas attaqué le village, je suis venu sur le Sentier Perdu assister moi-même à ce que je redoutais : Kumo faible. Tu l’as dis toi-même, c’est accompagné de deux Genin, que j’ai sauvé durant ce combat, que le Godaime est venu à ma rencontre. Penses-tu que cette situation était acceptable ? Penses-tu qu’il est normal que pour seule défense face à un dangereux inconnu, le Raïkage et deux Genin se déplacent ? Et tout ça n’est lié qu’à cette décision de batailler sur les terres de l’Eau. Quelles en furent les raisons, à ton avis ? Quel besoin avait Kumo de sacrifier la vie de dizaines d’hommes et de femmes ailleurs que sur nos terres, même de notre continent ? »
Il foudroya le Kumojin du regard.
    « En retirant Kumo de Mizu no Kuni, je ne rends pas vain la mort de nombreux de nos compères, j’en empêche des centaines d’autres de se produire. Car des nombreuses choses dont tu ignores, Kumojin, il y en a une que je peux te révéler, à toi et à tous ceux qui sont présents ici… »
Le bandeau du village caché des Nuages à la main, il nettoya la place de ses yeux azurés.
    « Kumo ne fait pas le poids face au nouvel Empire du Kamui. Le manque de justifications que nous avions à leur apporter et leurs effectifs auraient eu raison de nous. Et je le sais justement parce que je suis un ancien membre de l’Alliance. »
Il reporta son attention vers Shirudo, nom qu’un des gardes venait de lui murmurer à l’oreille.
    « J’ai déserté lorsque j’ai appris la vérité sur mes origines et une fois que j’ai vu l’Alliance en laquelle je portais de l’espoir devenir un empire. Tu te trompes, Shirudo, la loi n’est pas le propre du Shûkai… c’est le mien. Et je n’ai nullement besoin de ta confiance, mais uniquement que tu obéisses, que tu remplisses ton devoir. »
Encore une fois, son regard impassible à l’accoutumé devint plus sévère à l’encontre du Genin.
    « As-tu demandé à celui que j’ai pris en otage comment son combat aux côtés du Godaime s’est déroulé ? Il faisait confiance à ce dernier et où ça l’a mené, à subir les techniques de son chef. La confiance n’est jamais une nécessité, le respect des lois si. Et je te dirai une dernière chose, Genin, avant que je mette fin à cette conversation ouverte. »
Il prit un courte inspiration.
    « Ceux qui ont rendu vaines les morts de Kumojins à Mizu no Kuni, en plus de mon prédécesseur, sont les personnes comme toi qui ont préféré faire confiance aveuglément à leur Raïkage plutôt que d’agir pour l’intérêt de leur village et de leur nation. »
D’un large mouvement de bras, il lança à Shirudo son bandeau pour le lui rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 540
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Dim 30 Aoû 2015 - 23:57

Sa réponse ne tarda pas, mais là encore, je pus soulever une contradiction. Il affirmait avoir fait des tests sanguins pour prouver une bonne fois pour toutes à tout le monde qu'il était bien le frère du Shodaime, or ce dernier est porté disparu et présumé mort, ce qui signifie que son corps se trouve je ne sais où, quand bien même, il était bel et bien mort. Comment allait-il faire des tests sanguins sans pouvoir posséder le corps ?

    "Manque de chance. Le Shodaime est porté disparu, comment allez-vous faire des tests sanguins alors que nous ne savons pas où est son corps quand bien même, il était actuellement mort. Il est simplement présumé mort, donc pour moi, il l'est bel et bien. Et je doute que vous ayez en votre possession, un échantillon de son sang."


Avec une énorme précision, au vu de la distance qui nous séparait, et sans même me toucher, il parvint à détacher mon bandeau de Kumojin. J'étais ébahi face à ce tour de passe-passe puisqu'il pouvait manipuler la gravité sans utiliser de sceau et avec une extrême précision. Il est vrai qu'il est rassurant de savoir qu'un tel prodige nous soit allié, mais il faut tout de même demeurer prudent. Ce n'est pas parce qu'il est pourvu d'immenses capacités, qu'il ne fallait pas rester prudent. Face à cette démonstration, j'étais subjugué. Je contemplais mon bandeau s'en aller lentement en direction d'Hôritsu sans pouvoir faire quoi que ce soit. Le Raikage vint continuer de répondre aux questions que je lui avais posées.

    "Vous n'avez pas attaqué le village ? Comment pouvez-vous m'expliquer les dégâts qu'il y a eus au sentier perdu ? Tous ses rochers disséminés un peu partout ? Je le sais, Kumo traverse une phase difficile, nous étions limités au niveau de notre force militaire, en raison des erreurs de gestion du Godaime qui a entamé deux conquêtes simultanément. Je ne trouve pas normal que le Raikage en personne accompagné de deux Genin impuissants soient mobilisés pour enrayer une menace, ce sont là encore des erreurs du Godaime. Détrompez-vous, je n'ai jamais dit que Zennosuke n'avait jamais commis d'erreurs, je dis juste que nous avons besoin d'un Raikage qui n'a jamais commis l'erreur de kidnapper un Kumojin et qui n'a également de s'en prendre au village."


Je le regardais avec fermeté, de sorte à ce qu'il puisse comprendre ce que je voulais lui dire. Je pus voir ses talents d'orateur, il semblait savoir comment s'adresser à la foule, le charme opérait. Il tergiversait, contournait les questions que je lui posais, ne répondant que partiellement à certaines questions qui le dérangeaient sans mesurer le poids des mots que j'utilisais. Par son regard impassible, il souhaitait m'apeurer et me faire taire sûrement, mais ce n'est pas comme ça qu'il me fera taire. Sa seule solution pour me faire taire définitivement, c'est de me prouver que j'ai tort et qu'il a raison. Il se considérait comme étant le sauveur et il semblait nettement désigner le Godaime comme étant une menace contre le village.

    "Le territoire du pays de l'eau est dangereusement proche du nôtre. Si le Shukai s'en emparait, ils auraient eu un point de contrôle sur l'océan à l'est, alors qu'ils sont déjà massivement présents au nord-ouest. Cela augmentera leur puissance, leur influence et cela leur procurera un avantage stratégique, en bref, conquérir le pays de l'eau ne leur procurera que des avantages et pas des moindres. C'est pour cette raison que nous devions nous y opposer. Pour cette raison et parce que de nombreux frères sont morts là-bas au nom de Kumo, nous ne pouvions pas laisser le Shukai s'en emparer."

    "Egalement, c'est ici qu'autrefois Kiri existait avant d'être détruit par les Furyou et peut-être que le Shukai voudrait restaurer le village caché de la brume, ce qui est fort probable étant donné que beaucoup de Shukaijin sont d'anciens Kirijins, il me semble. Imaginons qu'ils parviennent à le restaurer avec sa puissance d'antan, on ne pourra plus les arrêter, à vrai dire, personne ne pourra les arrêter. Qu'avez-vous à proposer pour éviter ça ? Que comptez-vous faire ? C'est un problème majeur plus que jamais d'actualité qui nécessite une réponse urgente, c'est ce qu'a fait le Godaime comme il l'a pu, mais il ne s'y est pas pris correctement. Que proposez-vous ? En tant que Rokudaime, je suppose que vous avez une solution."

    "Je comprends ce que vous voulez dire et je comprends vos motivations, mais que faire dans ce cas ? On ne va pas les laisser gagner en puissance, croître sans cesse en s'emparant du pays de l'eau et en réussissant à reformer le Kiri du passé. Si vous êtes aussi attachés à l'intérêt Kumojin que vous le prétendez, je ne pense pas que vous les laisserez faire cela au risque de se retrouver avec un pays de la foudre rattaché à l'alliance des pays neutres. Et si l'alliance redevenait comme auparavant ? Désireriez-vous que le pays de la foudre soit rattaché à celle-ci ?"


Le Shinobi dégageait une aura imposante, il inspirait la peur et le respect. Je savais que je n'avais pas le quart de son niveau, je prenais d'immenses risques en continuant de parler. Mes intentions ont changé, à présent, je souhaite simplement en savoir plus sur lui, je souhaite comprendre sa politique, comprendre ses intentions, comprendre qui il est. Je pouvais sentir de la sincérité, étais-je moi aussi bercé d'illusions ? Je tâchais de demeurer prudent, mais j'attendais tout de même ses réponses, car j'avais de nombreuses interrogations. Je fus surpris par le fait qu'il connaissait mon nom, je ne savais pas comment l'a-t-il su, je ne savais pas non plus si on se connaissait déjà, mais ça n'a pas d'importance.

Il m'affirma que la loi, c'est la sienne. Voulait-il dire qu'il a conçu la loi du Shukai ? Je ne comprenais pas qu'il avait de grands airs, à un tel point qu'il se considérait comme étant le sauveur, je ne m'attardais pas sur cela, cela voulait dire qu'un des pionniers du Shukai voulait s'emparer de Kumo comme je l'avais dit auparavant. Je ne savais pas ce qu'il comptait faire du village, s'il comptait faire en sorte que Kumo soit le Shukai qu'il avait autrefois voulu créer, j'espérais que ce ne soit pas cela. Il affirma enfin qu'il n'avait pas besoin de ma confiance et que je devais lui obéir, ce qui me fit doucement rire. Ce qui me faisait rire, c'était à quel point il était loin de la vérité, à quel point, il ne savait rien du rôle du Kage. J'eus baissé les yeux avant de les fermer. Je les rouvris alors avant de fixer le Rokudaime malgré son regard ferme, sévère, malgré le fait qu'il me foudroyait du regard, cela n'avait pas d'importance. Il s'appropriait un titre dont il ne connaît pas la signification et cela ne passait pas pour moi.

    "Vous devenez Raikage parce que vous avez la confiance du peuple puisque vous êtes censés nous représenter. Je suis ce peuple que vous représentez et si vous n'avez pas ma confiance, cela ne vous accordera aucune autorité sur moi. Nous ne sommes pas au Shukai ici, mais à Kumo. Si vous voulez être l'ombre de Kumo, vous devez vous faire accepter par les Kumojins, vous devez gagner leur confiance et donc vous avez besoin de notre confiance pour qu'on vous obéisse, c'est ça un Kage. Ça n'a rien à voir avec le fonctionnement du Shukai, nous ne sommes pas en dictature."


La différence entre lui et moi, c'est que je suis Kumojin depuis plusieurs années, tandis que lui, il ne l'est que depuis quelques heures. Il me paraît évident qu'il n'a pas saisi la définition d'un Kage et que, déçu par l'orientation du Shukai, il souhaitait faire du village de Kumo, ce qu'il voulait sûrement faire du Shukai par le passé. Autrement dit, l'erreur qu'il a commise au Shukai, il souhaitait la reproduire de nouveau avec le village caché de Kumo.

    "Mais dites-moi, j'ai la nette impression que vous vouliez faire de Kumo, ce que vous vouliez faire du Shukai initialement avant que ce dernier devienne un empire sanguinaire, je me trompe ?"


Le regard d'Hôritsu était dur et sévère, mais je lui tenais tout de même tête. Il voulait me faire taire en m'inspirant la peur ; je l'avais déjà compris. C'est pourquoi je passais outre cela, s'il m'attaquait ou m'emprisonnait, cela allait à l'encontre de ce qu'il prétend, puisqu'il s'en prendrait à un vulgaire Genin du village qui ne possède rien d'autre que des incertitudes et des questions dont il aimerait avoir des réponses. J'eus donc attrapé mon bandeau qu'il m'avait relancé.

    "Enfin, je n'accorde aucune confiance aveugle en Zennosuke, j'ai agi pour les intérêts de mon village et mon pays." - Lui disais-je avec un grand sourire en lui montrant fièrement l'insigne de Kumo.

    "C'est au nom de ces intérêts que je prends la parole pour énoncer haut et fort ce que je pense. C'est au nom de mon amour inconditionnel pour le village et de mon attachement pour sa sécurité que j'ai besoin d'avoir confiance en celui qui dirige le village que j'aime tant, car de vous en dépend le sort du village. Je suis Kumojin depuis quelques années déjà, j'ai mis ma vie en jeu pour le bien du village et du pays, à plusieurs reprises déjà. Tandis que vous, vous ne l'êtes que depuis quelques heures et vous avez kidnappé l'un des nôtres, vous avez lancé un assaut sur le village. Alors qui, de nous deux, aime le plus le village ? Je crois qu'il n'y a pas photo. Il ne s'agit pas d'une question d'autorité ou d'obéissance, mais de confiance, c'est ainsi que vous aurez un contrôle absolu sur moi et sur mes confrères."

    "Enfin, vous parlez de confiance aveugle en Zennosuke, sachez qu'il en est autrement. Comme vous pouvez l'attester ici-même, je n'accorde pas ma confiance facilement. J'aurais pu désobéir au Godaime, si jamais ses décisions allaient à l'encontre des intérêts de Kumo et de la paix, mais il ne m'a jamais demandé de faire quelque chose de contraire au bien de Kumo. Vous souhaitez de moi ce que vous me reprochez, à tort certes. Vous souhaitez que je vous obéisse au doigt et à l'oeil, alors que vous me reprochez d'avoir obéi au doigt et à l'oeil à Zennosuke. Or, je ne l'ai jamais fait et je ne le ferais jamais pour aucun Raikage. Autrement dit pour Zennosuke comme pour vous, si jamais l'une des décisions que vous prenez menacent l'intérêt Kumojin, je m'y opposerais tout simplement. Or, si vous défendez bien l'intérêt de Kumo comme vous le prétendez, je ne vois pas pourquoi j'aurais à vous désobéir, CQFD."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 81
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Lun 31 Aoû 2015 - 0:43

Les temps étaient durs. Franchement, le village de Kumo était dans un mal vraiment dangereux depuis plusieurs jours maintenant. C’était vraiment dur d’être Kumojin en ce moment, mais pour moi, c’était une fierté avant tout. Je venais tout juste de sortir de l’hôpital après ma mission bizarre avec Kouga-senseï. C’était de base, une mission diplomatique puis c’est franchement partie en couille avec du combat et ma mise dans les vapes. J’avais encore mal en plus, ma cage thoracique avait franchement été salement amochée. Le coup que l’homme aux cheveux rouge m’avait donné m’avait vraiment fait un mal fou. La preuve, je n’avais pas du tout put aider Kouga par la suite. J’étais directement tombé dans les vapes et j’avais, comme d’habitude en ce moment, montré que j’étais faible et que je ne servais à rien du tout dans les missions importantes. Mon niveau était encore trop bas pour espérer être utile à mon sensei ou même à Kumo dans les situations de crise comme celle-ci.

De toute manière, j’en avais un peu marre il fallait l’avouer. Ma faiblesse faisait de moi quelqu’un d’inutile et ça, je détestais l’être. C’était plus fort que moi, je voulais être utile et aider mon village dans n’importe quelle situation. Même en temps de crise. Pourtant, dans le combat face a Horitsu, même si j’étais accompagné de l’ancien Raikage et d’Akogare. En effet, je n’avais même pas réussi à toucher mon opposant. Pire encore … J’avais baissé ma garde et m’était, comme le dernier des cons, fait capturer par lui. Kidnapper, j’ai dut attendre que mon sensei, Kouga, vienne me libérer. Et une fois libérer, je l’ai accompagné pour surveiller ses arrières, mais je n’avais rien surveillé du tout puisque j’avais été pris à dépourvu par la vitesse de l’homme aux cheveux rouge. Yanosa de son prénom … Putain de bordel de merde. Rien qu’en y repensant, j’avais la rage. J’avais qu’une seule envie maintenant, c’était de m’entrainer encore et encore pour devenir encore plus puissant.

Mais aujourd’hui, ce n’était pas l’heure de l’entrainement. J’avais trop mal aux cotes pour m’entrainer de toute manière. Je n’avais pas complétement guéris de mes blessures et donc, j’étais encore très faible. D’après les médecins, je ne devais pas trop forcer sinon, j’allais tomber dans les pommes ou pire encore, me déplacer quelque chose et rester encore plus longtemps sur un lit d’hôpital. Et ouais, c’était ça quand on était faible et qu’on ne pouvait pas se défendre face aux ninjas des autres pays. Raaaaaaaaaah je me dégoutais vraiment ! Enfin bref, aujourd’hui c’était le jour d’intronisation du nouveau Raikage. Horitsu allait conquérir ce poste. L’homme qui m’avait jadis kidnappé allait devenir aujourd’hui, l’homme qui allait me donner des missions dans le futur. Bordel de merde, c’était vraiment bizarre. J’étais sûrement celui qui avait passé le plus de temps avec lui depuis qu’il était apparu dans les parages. J’étais on va dire le premier gars qu’il a connu ici a Kumo. On s’était même affronté dans le passé avant qu’il ne me kidnappe.

Après, j’avais entendu que certains gardaient des réticences sur sa nomination. Quoi de plus normal. Après tout, le gars se pointe et attaque les ninjas aux portes ainsi que l’ancien Raikage. Après quoi, l’ancien Raikage disparait totalement et il devient le nouveau. C’était une histoire à dormir debout, mais maintenant, je le connaissais comme personne ici. J’avais bien vu, avec le temps que j’ai passé en sa compagnie, qu’il voulait seulement le bien du village et rien d’autre. Et il ne me fallait que ça pour lui obéir et le respecté. Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis et ma discussion avec Kouga-sensei a l’hôpital, m’avait complétement changé on va dire. De toute manière, que je sois d’accord ou non, je n’étais qu’un Genin. Mon opinion, les gens s’en tape complétement. Et puis s’il avait voulu me tuer, il m’aurait tué depuis longtemps et n’aurait franchement pas pris la peine de libérer les deux Kumojins capturé par le Shukai. Même un sur deux avait perdu la vie. Enfin d’après ce que je savais.

« Et si tu la fermais un peu ? Soit tu lui met une droite, soit tu te la fermes mon gars ! Mais fait gaffe, il est rapide. Je l’ai affronté au sentier perdu, je sais de quoi je parle … »

Dis-je d’une voix calme et sec. J’étais apparu à juste devant la foule. Franchement, y’avait trop de monde pour moi. Je détestais les foules comme ça, mais ce gars disait de la merde et il était franchement ennuyant. Il ne savait pas de quoi il parlait. C’est vrai, qu’est-ce qu’on s’en tape de la géopolitique ? Les décisions, ce n’était pas a lui de les prendre mais au nouveau Raikage. Lui, c’était un ninja et il devait fermer sa bouche et faire ce qu’on lui demandait.

« Tout ça pour dire que tu dis de la merde depuis tout à l’heure. Franchement, tout le monde s’en tape un peu de ton avis. Il est devenu Raikage, t’es Genin, tu veux changer quoi dans l’histoire ? Ferme ta bouche et va faire des missions de rang D et C gogole. »

C’était vrai. Le type était genin, tout comme moi d’ailleurs. Il pensait vraiment que son opinion changerait tout ? Il pensait vraiment devenir le nouveau raikage ? Je vois déjà les gros titres. De Genin a Raikage, l’homme qui devient l’ombre de la foudre plus vite que son ombre ! Alalala, les ninjas de ce village des-fois ils sont vraiment très chiants.

« Moi tout ce que je sais et même s’il m’a kidnappé etc, le passé c’est le passé. Un ninja se doit de suivre les ordres de ses supérieurs et pour l’instant, c’est le nouveau supérieur de tout le monde ce type. Ce qu’il a fait avant on s’en tape un peu. C’est ce qu’il va faire maintenant qui compte. »

Dis-je toujours d’une voix calme. Je m’étais dans les secondes d’après retourné vers le nouveau Raikage avant de reprendre la parole tout en le saluant de la main et en baissant la tête respectueusement.

« Félicitation pour votre nomination Horitsu-sama. »

Et ouais j'avais changé. Fallait dire merci à Kouga-sensei, c'était depuis la discussion qu'on avait eu lui et moi à l’hôpital que j'étais devenu comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Lun 31 Aoû 2015 - 0:55

« Au sein d'un village, n'importe quelle personne doit témoigner du respect envers son Kage. »
Art. II-IV

Il se figea. « Manque de chance », venait-il réellement d’entendre ça sortir de la bouche du Genin ? Hôritsu, dès lors, resta le dos tourné à la foule. De son côté, Shirudo reprenait ce qui allait être une nouvelle tirade. Il parlait du Shodaime, du fait qu’il était mort et qu’il était impossible de faire la moindre comparaison d’ADN. Mais comment pouvait-il simplement penser que le père fondateur de Kumo n’avait rien laissé ? Quand bien même il était persuadé qu’il ne pouvait y avoir de sang encore disponible, croyait-il vraiment que les Kumojins étaient incapables de faire ces tests autrement ? Comment un Genin pouvait faire preuve d’une telle arrogance alors qu’il était en bas de l’échelle, ignorant tout des outils qui résidaient aux étages supérieurs.

Comment expliquer ce qui était arrivé au Sentier Perdu ? Mais, Kumo n’avait subi aucun dégât. Et vu les précautions auxquelles Hôritsu, il aurait pu faire bien plus si ses desseins avaient été de causer des pertes Kumojins. Aurait-il pu battre Seki Zennosuke ? Il n’en était pas sûr, mais détruire l’entrée du village et tuer les deux Genins qui l’accompagnaient, sans problème.

Le Genin continua ensuite pour parler de Mizu no Kuni. Toujours sur le toit mais dos à la foule, il écouta. Il allait le laisser parler jusqu’au bout. Et malheureusement, il s’en forçait presque.

Puis vint tout un discours sur la confiance… Et ce dernier n’eut que peu d’effets hormis celui pour Hôritsu de s’interroger : avait-il vraiment saisi ses précédentes paroles ? Rien que le fait de prolonger cette conversation, ici, devant toute cette assemblée de plusieurs centaines de personnes, alors que le Raïkage avait dit que la discussion était close représentait une aberration dans ce que voulait l’Ombre.

Une fois que Shirudo eut terminé, ce fut Kadoria Saitô qui intervint mais ce dernier ne manquait de respect qu'à son homologue. Inutile de réprimander Saitô, même si son comportement était toujours aussi explosif. Soudain, le bandeau qui avait été remis à Shirudo se remit à flotter vers le toit. Hôritsu s’était retourné, le regard glaçant.
    « Tu n’obéiras jamais totalement qu’importe le Raïkage ? Alors dans ce cas, je te reprends ce bandeau. A compter d’aujourd’hui, tu n’es plus Genin de Kumo. »
Le bandeau du village caché des Nuages lui arriva dans le creux de sa main.
    « As-tu seulement conscience que, confiance ou pas, tu t’adresses à ton Raïkage ? Si la table de lois ne venait pas d’être dévoilée, tu serais emprisonné pour tes paroles, jeune insolent. Crois-tu seulement que j’ai le moindre compte à te rendre, à un Genin, devant tous les autres qui eux, ont eu la politesse de m’écouter et d’attendre une éventuelle entrevue dans mon bureau avant d’expliciter leur pensée. »
Il rangea le bandeau dans l’une des poches de son large habit blanc. Son regard azur ne quittait pas celui de Shirudo. Les gardes semblaient tendus.
    « Pourtant je t’ai fait l’honneur de te répondre ici, à toi, avant de te spécifier que notre échange était terminé. Mais tu as repris de plus belle, et tu n’as d’ailleurs fait que me montrer que tu ne m’as pas écouté ou alors pas compris. Un Genin n’a pas à remettre le choix que le Daimyô a fait. Un Genin n’a pas à croire que le Shûkai serait devenu un ennemi de Kumo une fois les terres de l’Eau conquises pour eux. Un Genin n’a rien d’autre à faire qu’à obéir pleinement à ses supérieurs hiérarchiques et en premier lieu à son Raïkage. »
Un pas latéral le fit se retourner à moitié. Sa tête, inclinée de telle sorte à ce qu’il continue de faire face à son interlocuteur, soutenait des yeux qui adressaient un dernier message au dénommé Shirudo.
    « Vous tous, ne me jugerez que sur ce que je ferai à compter d’aujourd’hui. Quant à toi, Shirudo, que tu penses tel un idiot que je suis encore attaché d’une quelconque manière au Shûkai, que mon attachement à Kumo est forcément inférieur au tien sur le seul critère que tu es dans l’enceinte de ce village depuis peu, ne démontre qu’un manque d’expérience de ta part. Tu verras rapidement que tu te trompes, sur toute la ligne. Un shinobi n’est jugé que sur ses actes. Réfléchis à ceci, aspirant… »
Il adressa un dernier regard à la foule - en particulier à Kadoria Saitô -, puis termina de faire volte-face. Puis il s’enfonça dans les escaliers de son palais. Le discours était terminé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 2092
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rokudaime Lun 31 Aoû 2015 - 5:38

Tout était prévu. Tout était calculé. Rien n’avait été laissé au hasard. Je le sais mieux que n’importe qui ici. Beaucoup de Kumojin allaient être surpris et je me devais d’assister à cela. La rencontre était prévue pour midi le lendemain. Je venais tout juste de revenir de Kumo. Cela faisait maintenant très longtemps que je m’étais absenté de ces terres. J’avais lancé un dernier regard sur le village caché des nuages avant d’embarquer pour Mizu no Kuni. Ces terres tant convoitées par l’Empire. Zennosuke avait décidé d’arrêter les envies d’expansion du Kamui. Un conflit s’est alors dessiné entre Kumo et le Shûkai. Dans ces nombreux combats, je fus l’une des victimes. Un bras déchiqueté et un œil en mauvais état. Les membres de l’Empire des pays neutres m’ont donné les premiers soins et ont conservé mon bras meurtri. Que de sacrifice pour au final, rien. La lucidité n’était malheureusement pas présente lors de la décision du Godaime. Cet homme qui m’avait inspiré confiance au début de son règne, pour finalement devenir un homme méprisé des autres nations et de ses hommes. En effet, beaucoup de surprises m’attendaient lors de mon retour. Mon homologue Conseiller Kadoria Sho était revenu, puis avait déserté son village à cause de différents problèmes avec Zennosuke. Les hautes sphères de Kumo étaient restées très floues sur ce problème. Je gardai ces informations dans un coin dans ma tête, après tout, c’était une information de premier ordre.

La suite de mon retour à Kumo était tout aussi intéressante. J’ai été approché par ce fameux empereur avec qui j’ai discuté calmement sur différents sujets. Ce n’était l’homme que j’aurais imaginé et finalement, notre rencontre était très intéressante. Cependant, lors de mon transfert de Mizu no Kuni au Shozaishi, j’ai été intercepté par ce fameux Hôritsu. De là, une multitude de choses se sont produites amenant alors à cette matinée où je me levai difficilement de mon lit. À la fin de ma discussion avec le Samui, j’avais pris l’initiative de recoudre mon bras grâce aux capacités de mon clan et à ma connaissance du corps humains. Bien entendu, mon bras n’était plus vraiment utilisable, mais je pouvais le nourrir de chakra pour le conserver tant que faire se peut. Il avait plus l’air d’un poids mort sur mon corps, mais au moins, il était présent. J’avais, de toute façon, prévu de passer à l’hôpital après le discours.

Dans la douleur, je m’habillai comme d’habitude. Une tenue très sobre et classe afin de me présenter dignement à Kumo. Sans attendre, je sortis de mon grand manoir afin de me diriger vers le Palais du Raïkage. De nombreuses fois, je me suis dirigé vers ce palais et c’était la deuxième fois que j’assistai à ce genre d’évènement. Beaucoup de monde était déjà présent et finalement, midi retentit. Je regardai autour de moi et esquissai un discret sourire en voyant les réactions de chacun. La surprise était de mise. Personne ne s’attendait vraiment à cela. Hôritsu, déserteur du Shûkai, frère de Kadoria Uriô devient le Rokudaime Raïkage. La surprise était de taille, mais ce n’était pas vraiment ce que j’attendais de ce discours. Ce qui m’intéressait, c’était la suite. Le Rokudaime indiqua qu’il dissout le Kazai et le Naitei. Le Satoru semblait être encore d’actualité. Cependant, la nouveauté était les départements. Il était aux nombres de quatre, représentant quatre aspects de la gestion du village. J’avais déjà en tête où je pourrai aller afin d’aider mon village. L’autre information était le remaniement du Conseil de Kumo qui serait formé, maintenant, des bras droits et gauches du Kage et des quatre ministres des différents départements.

Une fois la grande déclaration terminée, je restai quelques minutes pour observer les différentes réactions. Certains gardaient leur sang-froid comme Hattan qui demanda simplement un rendez-vous avec lui et d’autres s’emportait sans trop réfléchir comme Shirudo. Beaucoup de propos de la dissidence et beaucoup d’incompréhension. Cependant, c’était incroyable de voir le soutien continuel de certains Kumojin pour un dirigeant qui nous a conduits dans une situation plus qu’alarmante. Nous ne nous battons pas pour le dirigeant, mais pour notre village. Le leader doit simplement être un guide. Il ne faut pas le mettre au même niveau que le village. Enfin, même les Kumojins entre eux ne se respectaient plus. Je contemplai avec dégoût l’héritage de Zennosuke. Un village brisé. Hôritsu avait beaucoup de boulot et j’étais là pour l’épauler. Je ne pouvais laisser Kumo sombrer ainsi. Je ne pouvais pas abandonner la volonté du Sandaime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rokudaime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Palais du Raïkage-