N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Terrasse reptilienne. [PV;Shinji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 41
Rang : C

Message(#) Sujet: Terrasse reptilienne. [PV;Shinji] Mer 9 Sep 2015 - 17:38

    «Si il y a bien une exception capable de ternir mon propos sur certains points il s'agit bien de Mizu. J'anticipe ici les critiques et, afin de proposer au lecteur un raisonnement construit et non négligé, m'apprête dès lors à en traiter. (Tournure ?)

    Un peu d'histoire comparée. Alors que l'apogée des clans Senju et Uchiwa les plongeait dans la guerre, Mizu était déjà en en proie à des souffrances jusque lors inconnues sur le continent. Je renvoie les plus intéressés à la littérature Mizujin -très fournie sur ce propos-. Seulement, si la Volonté de Feu perdit de son éclat une fois le clan Senju évincé, il n'en fut pas de même pour l'esprit Kirijin alors naissant. Ce même esprit réussit à bâtir ce que je considère aujourd'hui comme l'empire militaire le plus puissant ayant jamais existé après la disparition des Senju. (Travailler le style, trop basique)

    La caractère providentiel d'un clan -Hayashi- serait rendu caduque en comparé à la puissance colossale d'une nation ne comprenant pourtant aucun héritage comparable à celui des Senju dans son histoire. Seulement, j'aimerais rectifier la critique naissante en rectifiant un point précis; l'héritage Senju possède au sein du clan Hayashi un caractère "dormant". Si la violence a su sublimer la nation Kirijin, gardons à l'esprit que cette même violence est elle-même un processus de conscientisation, le même type de processus que cette doctrine -la mienne- se veut devenir. De ce postulat, aucune comparaison négative n'est à souffrir. (Trop synthétique)
    »

    Le New Tree Café, un concept nouveau qui plongeait les clients dans une ambiance naturelle et authentique. Bien que les beaux jours disparaissaient peu à peu, le soleil encore clément donnait du cachet à la terrasse de l'établissement. Tables et chaises étaient postées sur une herbe à la limite de l'entretien et flirtaient avec les quelques bosquets et arbres placés par-ci par-là. Avec un peu de chance, c'était un Hayashi qui tenait l'établissement étant donné la nature de l'ambiance et le prix des boissons...

    Les clients étaient souvent partagés, d'ailleurs. Les plus conformistes ne souffraient pas que l'on retrouvât une araignée près de leur coude ou qu'un cochon de lait passe à toute vitesse entre leurs jambes. Les plus aguerris aimaient déguster une bière en pleine nature, ça ajoutait une petite dose de virilité à leur quotidien, sans doute. Il y avait de quoi théoriser la sociologie humaine en extrayant tous ces petits échantillons de vie. Mahogani, jambe croisées, se plaisait d'ailleurs à spéculer sur le comportement de tout un chacun, une façon d'affiner ses compétences sociales.

    Lorsque nous parlions d'araignée, nous n'exagérions pas. Des araignées ? Et pourquoi pas des serpents aussi ? Eh bien mes amis, vous seriez surpris de savoir que l'ombrage offert par les arbres et la fraîcheur des épais bosquets abritaient un écosystème très complet. Vous seriez tout aussi surpris à la vue de l'un de ces petits reptiles souvent venimeux en train de ramper, silencieusement, presque hostilement en direction de la jeune Hayashi. Vous êtes-vous déjà retrouvé nez à nez avec un serpent ? Pire encore, avez-vous déjà découvert la présence de l'un d'eux sur les fondements d'un mauvais pressentiment ? Dur de se dire que la bête est là, à vous observer depuis de longues minutes. Longues minutes pendant lesquelles, non alarmé, vous auriez pu mourir des suites d'une morsure. Dur d'avoir un serpent à quelques centimètres de votre mollet quant votre seule arme est une menthe à l'eau. Que feriez-vous ? Ces choses-là sont plus rapides que vous, plus vives et plus craintive. Un mouvement, une respiration de trop et vous êtes bon pour l'hôpital. Quoi que vous feriez, Mahogani, elle, ne pouvait plus bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 41
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Terrasse reptilienne. [PV;Shinji] Jeu 10 Sep 2015 - 6:56

La nuit tomba sur le village caché des feuilles. Les rues, peu à peu, s'éteignirent encourageant les habitants à regagner leur demeure. Une légère brise venait refroidir l'ambiance calme et silencieuse de la nuit. Notre Gekei était à sa fenêtre. Sans aucune réelle raison, il regardait l'horizon. Comme-ci, d'un simple regard, il trouverait toutes les réponses aux questions que ce monde apporte. Le repas de Kazu commençait à refroidir, mais cela n'avait aucune importance pour lui. Tout ce qu'il voulait, s'était contemplé la vue. Son regard balayait les différentes structures que Konoha pouvait offrir. Un soupir sortit finalement de la bouche du reptile. Plus y regardai Konoha, plus le village l'écœurait. Sa place n'était pas ici. Son corps est à Konoha, mais son esprit et son âme sont dans les ruines de Kiri.

Kirigakure no Sato… Le serpent blanc ne pouvait s'empêcher d'y repenser. Depuis qu'il était à Konoha, les visions des derniers instants de la Brume Sanglante apparaissaient régulièrement dans l'esprit tourmenté du jeune Konohajin. Comment oublier un désastre comme celui-ci ? Comment oublier que sa famille est morte dans cette attaque du Furyou ? Comment oublier qu'il a tout perdu ? Ces questions étaient répétées en boucle dans la tête du garçon. Il décida de se détendre et de commencer son dîner. Cependant, son esprit n'était pas d'accord.

Des flashs de la destruction du village caché de la brume s'imposaient dans les yeux du jeune homme. Il voyait les bâtiments s'écrouler, les enfants pleurer, les shinobis mourir, les cadavres s'accumuler, le Furyou triompher. Il sentait, de nouveau, l'odeur nauséabonde des corps jonchant le sol, l'odeur insoutenable du sang qui lui piquait le nez, l'odeur de la roche et de la poussière, l'odeur de la défaite et de la mort. Le Gekei lâcha sa fourchette et mit ses mains devant sa bouche pour s'empêcher de vomir. Les souvenirs étaient tellement forts que cela le rendait malade. Rare sont les fois que Kazunaga se retrouve dans cet état, mais il faut avouer que le fait de se retrouver dans un village shinobi, autre que Kiri, ne le mettait pas dans les meilleures dispositions.

Le serpent aux yeux dorés n'avait même plus la force de manger. Il décida de se diriger directement dans son lit afin d'y trouver le repos. Mais les nuits du genin sont toutes aussi agitées. Inconsciemment, il rêve de son ancienne patrie, au moment où tout allait bien. Puis, vient le cauchemar. Celui qui agite le jeune Gekei, le faisant transpirer et surtout, activant son pouvoir. Cette nuit-là, il perd totalement le contrôle de lui-même et se transforme instinctivement en serpent. Il rampe sur le sol cherchant par tous les moyens de sortir de cet appartement de misère. Toutes les issues étaient, cependant, bien fermé.

Le soleil était déjà bien haut dans le ciel lorsque que Kazunaga se réveilla. Il était nu, juste à côté de sa porte d’entrée. Dans un premier temps, il ne comprit pas vraiment ce qu’il s’était passé, mais après avoir émergé de son sommeil, le second temps arriva et il apporta le savoir. Le reptile s’était rendu compte qu’il ne contrôlait pas parfaitement son pouvoir. Lors d’une très forte émotion par exemple, il est capable de se métamorphoser d’un coup. Son père avait eu le même problème et il devait travailler sur ce point avant que malheur arrive.

En attendant, la faim se faisait ressentir chez notre Konohajin. Il se lava et s'habilla en vitesse avant de sortir. Il prit un sandwich sur la route et décida de se diriger vers un café que sa voisine lui avait conseillé. Il n'avait pas retenu le nom, mais il savait où ce dernier était. Malgré la fâcheuse tendance qu'à Kazu pour se perdre, il semblait savoir où aller pour une fois. Quelques minutes plus tard, le bougre était arrivé à sa destination. Ce café était parfait pour lui, car c'était le seul endroit où il se sentait réellement tranquille. L'atmosphère et la logistique de ce dernier étaient très particulières, mais cela plaisait à notre protagoniste. Alors qu'il allait s'installer à une table, il vit une jeune femme crispée sur chaise à l'approche lente et déterminée d'un serpent. Voyant cela, Kazunaga n'hésita pas une seconde et il s'agenouilla près de la table de la jeune femme pour se mettre au niveau du serpent. Celui-ci se dressa afin de faire face au Gekei. Lentement, il posa sa main sur la tête du serpent afin de le caresser à plusieurs reprises. D'un simple signe de la main, Kazunaga indiqua au serpent d'aller ailleurs, ce que ce dernier fit. Il se releva et adressa quelques mots à la jeune femme.


« Ne vous inquiétez pas, il ne semblait pas dangereux… Seulement curieux. Il ne viendra plus vous importuner, dans tous les cas. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 41
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Terrasse reptilienne. [PV;Shinji] Lun 14 Sep 2015 - 13:38

    Tout le monde assiste un jour ou l'autre à un évènement surréaliste; certains voient des soucoupes volantes, d'autres... enfin vous voyez le genre. Le plus impressionnant, finalement, ce n'est pas ce que l'on catégorise de formidable au consensus, non, le plus impressionnant ne dépend que de soi, sans que l'on soit acteur. Toutes les révolutions du monde vous apporterons la satisfaction de vous dire "j'y étais, j'en étais", mais voir la mort arriver et partir sans que vous n'ayez calculé quoi que ce soit, quémandé quoi que ce soit, voilà une chose formidable. Une montée soudaine et puissante d'adrénaline, la fatalité à l'état pur, puis... D'accord, le serpent n'était pas dangereux, mais comprenez tout de même ces quelques propos.

    L'humour est souvent un bon remède à l'angoisse. Il faut savoir prendre un peu de hauteur, s'alléger l'esprit. Quelque chose que Mahogani peinait beaucoup à faire ces derniers temps, tiraillée entre son entrée dans le monde militaire et le poids démesuré de ces travaux. Un petit sourire face à cet être semblant mal nourri et porteur d'une aura mystérieuse, presque torturée. Un être déplaisant car peu confortant au premier regard, certes, mais juger un esprit aussi bon -en apparence, tout du moins- sous couvert d'un mauvais a priori relèverait de la bêtise et du mauvais goût. Aussi, la Hayashi, encore sous l'emprise de cette fameuse adrénaline, tendit la main et lâcha simplement.

    -...merci.

    Au fait, nous parlions d'humour.

    -Vous êtes l'homme qui murmurait à l'oreille des serpents ? Un petit rire.

    Une petite moue et une invitation moins formelle de la main plus tard.

    -Je vous offre un verre, c'est la moindre des choses.

    Elle fit un peu de place sur sa table, mis ses écrits de côté et interpella le serveur en claquant des doigts. N'est pas Hayashi qui veut, il faut un minimum de mépris pour les gens du peuple lorsque l'on est du clan de la Forêt. Maintenant postée sur un coude, l'autre main sur la hanche, jambe croisées, le regard interrogateur, limite inquisiteur:

    -Dites-moi tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Terrasse reptilienne. [PV;Shinji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-