N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Réunir les Ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1868
Rang : S

Message(#) Sujet: Réunir les Ombres Sam 31 Oct 2015 - 20:08

Organiser un sommet n'était pas une chose aisé de base. D'autant plus lorsque ce dernier avait lieu à Kaze. Les attentats de l'année passé avait fait muter le cahier des charges concernant la sécurité de façon assez tortueuse. En tant que responsable il me faudrait trouver un équilibre entre protection et respect des lieux. En effet la réunion n'aurait pas lieu à Suna car tel aurait été le meilleur endroit pour une tentative d’assassinat lambda. Tous s'attendaient à les voir se regrouper au palais du conseil souverain ce qui ne serait pas le cas. Navrée également pour le Kazekage qui espérait les faire venir dans sa tente. Néanmoins le lieu de rassemblement ne manquerai pas de prestige. En effet il ne serait autre que le temple du vent lui-même. Les moines y veillant s'accordèrent à y concéder quand bien même le choix ne leur l'était pas vraiment laissé étant donné que le Kakumeigun assurait la protection des lieux depuis maintenant plus d'une décennie.

La réunion se déroulerait dans la salle de cérémonie là où trônait la grande statue d'Ichibi. Une table en forme d'anneaux avait été disposé au centre de sorte que chacun des participants y prenant place se trouve à égalité par rapport aux autres. Une coupe enflammée se trouvait en son centre. Sa présence était davantage d'ordre religieux car celle-ci était déjà présente à la base. Et elle ne serait pas de refus au vu du faible éclairage des lieux. En effet pour se protéger de la chaleur étouffante du désert les ouvertures vers l’extérieure étaient réduites à leur strict minimum.

Chaque participant était autorisé à être accompagné d'une personne, ni plus, ni moins et n'aurait sa place qu'en retrait de la réunion. Les conditions avaient été clair. L'influence de Suna ne devait pas être présente durant la réunion. Ainsi aucun autre garde ne serait posté à l'intérieur ainsi que dans les environs. Évidemment ce n'était pas pour autant qu'aucune mesure de sécurité ne serait prise. Ce conseil devait siéger sous l'emblème de l’anonymat, ce faisant divers appareils Saibogu avaient été fixé sur les murs intérieurs du temple de sorte à masquer le chakra de tous les individus s'y trouvant. Dès lors il serait impossible pour quelconques ninjas censeurs de desceller leur présence. Au vu de la confidentialité de cette réunion il n'était pas forcément nécessaire de prendre davantage de mesures. Appliquer le contraire n'aurait fait qu'attiser l’attention d’individus mal intentionnés.

Mis à part le conseil, les Kages ainsi que les bras droits nul n'était au courant de ce rassemblement au sommet. On pouvait se dire que tout se passerait sans encombre, mais se serait sans prendre en compte l'hypothèse qu'un éventuel traître se trouve parmi eux après tout tel était le principe de ce que l'on appelait la guerre. D'aucuns diraient même qu'il s'agirait d'une forme de qualité. De mon côté je n'étais pas du genre à m'encombrer de ces états d'âme. En tant que Kunoichi j'étais une femme de l'ombre et je me devais d'agir comme telle...

Spoiler:
 


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1964
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Dim 8 Nov 2015 - 20:48

    L’assassinat d’Habashi Zanshi remontait à bien des mois à présent. L’assassin aurait été tué par un Kawaguchi, mais il devait forcément avoir des complices. Sinon, comment aurait-il pu s’échapper d’Ergastule pour assassiner la Kazekage de l’époque ? Alors, sachant qu’il pouvait encore y avoir ce type d’individu à Suna, j’avais légué la sécurité de notre réunion à la personne la plus à même de nous protéger, vu qu’il s’agissait de son métier : la conseillère à la sécurité, Saibogu Oniri.

    Pour des assassins, quoi de mieux qu’une pièce où se rassembleront les chefs des armés des grandes nations ? Quoiqu’ils s’étaient faits silencieux depuis tout ce temps. Peut-être avaient-ils un plan précis ? Dans le doute, il vaut mieux prévenir que guérir.

    La première épreuve de l’examen se déroulait en ce moment même. Plusieurs groupes de Genins de villages différents devant traverser le désert tout en étant pourchassés par nos hommes. La formation d’une base d’entente mutuelle pour les générations à venir, car ils doivent apprendre à s’entraider malgré leurs différences.

    L’épreuve se déroulant à l’extérieur de Suna, la plupart des regards étaient déjà tournés vers le désert. Mais parmi toute la population qui s’était installée là pour observer le spectacle, il y avait également un chariot bâché qui quitta le village en passant par la voie illusionnée. Deux chameaux tractaient la structure de bois dont du tissu avait été ajouté pour que personne ne puisse voir ce qu’il contient, bien qu’un œil avisé puisse comprendre assez facilement. Il suffisait de percevoir quelques sceaux placés dans le but de dissimuler le chakra des occupants…

    Les différents grands chefs et leur bras droit. Chose qui était d’autant plus vraie pour certains qui n’en possédaient qu’un, de bras. Seul Horitsu était encore un humanoïde complet. Et les suivants. Les moines, quelques personnes du Kakumeigun, Oniri et nous-mêmes étions les seuls au courant. A priori, le temple allait être un lieu bien paisible pour notre réunion. A priori.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 10 Nov 2015 - 13:40



Kibō se téléporta dans la tente de son maître, celle où il recevait quotidiennement les personnes ayant des requêtes. Un abri spacieux, de forme rectangulaire, comme ceux dans les camps militaires justement. Mais pourquoi notre jeune héros se dirigeait dans ce lieu, ne devait-il pas être dans le chariot pour accompagner le Rokudaime Kazekage ? Non, il s’agissait simplement et bêtement d’une supercherie pour détourner le regard du village. Le sommet allait véritablement avoir lieu sous une tente, devant le palais de l’Ombre du Vent.

Mais alors, qu’y avait-il dans le véhicule de bois ? En réalité, il y avait des clones du Yamada, des répliques améliorés bien entendu. Toute cette mascarade avait été mise en place pour duper les personnes voulant tenter quoi que ce soit contre les Ombres, qui pourra croire qu’une telle réunion puisse avoir lieu dans une vulgaire tente ? Peu de personnes. Enfin bref, tout ça pour que le sommet se déroule dans la quiétude la plus totale et dans un environnement bien plus familial, que professionnelle, comme le voulait Kioshi.

Les premiers à être sur place étaient bien évidemment les deux Sunajins, le maître et l’élève, même si on pouvait se demander qui était le maître entre les deux, peut-être que seul l’âge favorisait le Yamada… Les invités arrivèrent les uns après les autres, notre jeune héros connaissait la plupart d’entre eux, mais plus spécifiquement le Dieu de l’Empire, Samui Kakeshuou. Ce dernier savait que son élève provisoire avait été nommé bras droit du Kazekage ? Aucune idée, il aura alors peut-être une surprise en pénétrant dans la tente. Quoi qu’il en soit, le Chasseur de Chimères salua chaque représentant en se courbant. Une fois tous dans l’abri, le Rokudaime Kazekage prit la parole.

      « Bonjour à tous et merci d'être venus. Etant votre hôte, je souhaite vous en apprendre plus sur mon clan et donc ma personne. Ainsi, cette réunion aura lieu sous les couleurs des Yamada. Nous nous assiérons à même le sable, en rond et présenterons notre coiffe de Kage au centre. Vous aurez même droit à notre meilleure crue : de l'eau... Je propose que l'on commence par tous se présenter en indiquant brièvement comment on en est arrivé là, à cause des divers changements politiques que l'on n'a pas forcément tous bien suivi ? Yamada Kioshi, Rokudaime Kazekage, élu par le peuple de Suna suite à l'assassinat d'Habashi Zanshi. Oh, et j'avais presque oublié la principale règle qui prévaut sous ma tente : le vouvoiement est proscrit. »
Kibō devait également se présenter ? Aucune idée, mais il ne prit pas parole. Si son identité devait être révélé, quelqu’un de l’assemblée n’hésitera pas à la lui demander. Pour l’instant, notre jeune héros se positionna derrière son maître, debout. Cette réunion était principalement destinée aux Ombres et non pas à leur accompagnateur, d’où se retrait de la part de l’élève de Kioshi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Ven 27 Nov 2015 - 19:26

Soupirant profondément d’exaspération quand on était venu lui présenter les circonstances de la réunion et le secret derrière celle-ci, l’Aburame n’avait pas caché son mécontentement. Un faux convoyage ? Une réunion secrète ? Une tente ? … À vrai dire cette dernière était la chose la moins fâcheuse des trois. Ne pouvaient-ils tout simplement pas se réunir au Palais du Conseil Souverain pour cette réunion des sommets ? Sans fausse piste, rumeur et complots ? Ombres peut-être, mais les mesures de sécurité prises rendaient la chose ridicule.

    Il semblerait que je vais être obligée d’y aller. Pas de nouvelles de la part de Kioshi à propos de la possibilité d’alliance militaire depuis notre arrivée. Il semblerait que les promesses qu’il m’avait adressées par courrier ont été éclipsées par ses envies d’inviter tout le gratin du monde shinobi à un pseudo sommet. Fantastique, il va falloir que je me tape les deux autres et la question des relations Konoha-Suna ne sera même pas abordée …


En train de déguster un verre de whisky avec Mizuki dans ses appartements alors que cette dernière lui faisait un premier bilan de la position des Konohajins à Suna – participants et encadrants-, Miko soupira à nouveau d’exaspération après une énième gorgée. Et Natsuki qui lui avait dit de patienter encore légèrement pour la prothèse… Elle aurait dû recourir aux services d’un orthoprothésiste de profession. Elle et ses envies de briquet intégré …

    Munemasa m’accompagnera pour la réunion. Il a déjà frayé avec Kioshi et est déjà au fait des relations Konoha-Suna … Sans compter qu’étant donné le climat de tensions et les problèmes auxquels s’attendent visiblement les Sunajins au vu de leurs multiples magouilles non réglées et surtout pour la réunion, il sera beaucoup efficace que toi en cas de pépin.


Nouvelle gorgée. Elle savait que la gamine allait pester à nouveau.

    Contente-toi de continuer à veiller au bon déroulement de l’examen pour cette fois, entraîne toi et nous verrons pour le prochain évènement du genre. Si je venais à disparaître, en tant que seconde, tu aurais de grandes chances de me succéder. Mais actuellement, qu’on se le dise, tu ne serais pas apte à protéger le village. Je te laisse réfléchir à la question, à tes objectifs, à tes attentes, à ton avenir à Konoha. Il va peut-être être temps que nous définissions enfin ta position au sein de Konoha … Mais une autre fois.


* * * * *

Mécontente au possible, la silhouette encapuchonnée de l’Hokage avançait dans la rue ensablée qui menait jusqu’au Palais du Conseil Souverain. L’Hyûga à sa suite. Le Palais, leur destination ? Pas vraiment … Ils allaient pouvoir bénéficier de l’hospitalité de la tente du Kazekage lui-même. Tsukiko avait donc eu raison. Kioshi logeait bel et bien dans une tente à l’image des nomades sauf que lui s’était sédentarisé depuis longtemps. Stupide.

    Empereur glaçon.


Un sourire en coin alors qu’ils avaient rejoint un autre duo en chemin pour leur « tente de réunion », ils avalèrent les derniers mètres à parcourir. S’arrêtant devant la tente, elle libéra de fines particules qui se dissipèrent dans l’air environnant.

    Vu que la sécurité de Suna semble laisser à désirer, je préfère assurer mes arrières. J’espère que vous n’y verrez aucun inconvénient.


Pénétrant à l’intérieur de la tente dont le pan avait été relevé, l’Aburame regarda d’un œil sceptique le mobilier, son visage lassé tranchant avec la tonalité agréable de sa voix.

    Kioshi.


Le saluant de la tête, elle ne pouvait que le remercier d’être intervenu comme il l’avait fait à la fin de leur dernière rencontre.

    Je vois qu’il vous manque un bout à vous aussi. J’ai dû vous rendre jaloux apparemment, ou bien votre modèle était Kakeshuou ici présent.


Le Raikage arriva également et Kioshi réagit sur le coup, les invitant à s’asseoir … à même le sol. Tout en les enjoignant à d’autres sottises dans la foulée. Tendant son bras vers le sol, ses insectes en sortirent pour se métamorphoser en coussin se voulant moelleux. S’asseyant sur le pouf improvisé, l’Aburame n’avait pas trouvé mieux pour limiter la casse. S’asseoir dans le sable pour imiter les traditions Yamada. Quelle idée stupide. Les conseillers du Yamada n’avaient finalement pas autant d’emprises sur lui que les rumeurs le laissaient sous-entendre. Seul le Kazekage lui-même avait pu tisser lui-même ce tissu d’âneries et d’irrespect sans nom …
    Étant donné la discrétion à laquelle vous nous avez enjoints, vous m’excuserez de ne pas disposer de ma coiffe cérémoniale. Pour ce qui est du tutoiement, vous pouvez également oublier, quant aux présentations, autant faire court. Si l’un d’entre nous n’a pas eu vent de ses interlocuteurs, il peut considérer d’ores et déjà son système d’informations obsolète.


Commençons …

    À part ça, je ne suis pas une habituée des sorties scout, mais avant de commencer à faire fondre nos marshmallows au-dessus du feu de camp, j’aimerais mettre en avant mon scepticisme quant à cette réunion. Je n’ai pour ma part que peu de choses à balancer à la volée, si ce n’est que j’espère que le Raikage et l’Empereur ne se sauteront pas à la gorge … J’apprécierais que nous n’en venions pas aux mains.


Faisant craquer son auriculaire alors que son regard s’était momentanément plongé dans les flammes de la coupole, l’Aburame reprit où elle en était une fois que les deux partis avaient assuré de leur pacifisme.

    Mis à part ça, petite information générale. Kioshi et moi-même avons récemment mis fin aux jours d’Envizib –l’un des edo tensei de Monwa.


Micro pause, de quoi les faire méditer sur les dangers que représenterait une alliance Konoha-Suna pour Kumo et le Shukai.

    Mais la chose n’est vraiment intéressante que sur un point particulier. Il se pourrait que nous ayons à faire à une nouvelle force obscure et oppressante qui semblait terroriser notre bonhomme. Kioshi pourra sans doute détailler la chose quand le premier tour de table sera fini. En plus de s’épancher sur les raisons le motivant à nous réunir de la sorte, et les conditions trop sécurisées pour être rassurantes de notre réunion.


Invitant le suivant à parler d’un petit signe de la main et un haussement de sourcils, Miko devait avouer que la réunion lui pesait déjà. Si Suna avait voulu sortir le grand jeu, c’était tout bonnement raté. Les circonstances de leur sommet commençaient même à la faire des douter d’autres points quant à la sécurité des siens, mais elle les détaillerait par la suite si besoin. La forme ? Zéro. À voir ce que valait le fond maintenant, elle n’avait pour sa part pas grand-chose à déblatérer devant un tel public, en particulier devant le nouveau représentant de Kumo. Ce n’était pas parce que la tête avait été remplacée, que le reste pouvait être oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Lun 30 Nov 2015 - 0:45


A l’abri de tout regard. Hors de vue de tout étranger ou d’individu prêt à interférer. Slalomant entre les passants, recouvert de la tête aux pieds, le petit groupe ne prêtait aucune attention à ce qui l’entourait. Ou plutôt, il accordait une attention toute particulière à tout de près ou de loin. Présent depuis peu au Village caché du Sable, l’Empereur n’avait pas montré signe de sa présence pendant les deux jours qui séparaient son arrivée de cette réunion qu’il avait monté. Camouflant son chakra immense, afin de ne pas être repéré par qui que ce soit, l’homme s’était mis en seiza, réduisant à néant sa présence par sa concentration unique. Il savait qu’il n’était pas aimé à travers le monde ; et il s’en moquait éperdument. En revanche, mieux valait éviter tout risque malencontreux. Sans être absolument paranoïaque, notre Empereur savait rester prudent et méfiant de tout.

Multipliant les croisements, toujours sans révéler son chakra, les capuchonnés avançaient en triangle, dissimulant leurs identités respectives. Sous peu, au croisement d’une ruelle, la rencontre avec une délégation des plus étranges : qui aurait cru que deux des plus grandes superpuissances du monde se retrouveraient ici ! Mais à vrai dire, le Kamui n’attachait que peu d’importance. Il était certes surpris de voir le visage de celle qu’il avait rencontré plus tôt sur la route. Il savait certes que le Nanadaime portait le nom de Miko Aburame ; mais il avait bien fallu ce minois et cette expression déjà prononcée pour que Kakeshuou Samui fasse le lien entre le nouveau maître du Village de la Feuille et cette ravissante femme rencontrée plusieurs mois plus tôt dans l’épaisse forêt de Tori no Kuni.
Puisque le silence était de mise, le mystérieux groupuscule se dirigeait vers le point de rencontre, sans se dire un mot. Le visage glacial et terne de votre serviteur n’avait pas bronché ni souri. Il avait bien trop de préoccupations en tête pour l’heure.

Rejetant sans ménagement le pan de la tente, l’homme entrait presque furieusement dans les lieux, laissant derirère lui l’un des individus venus avec lui. Celui-là se contenterait de patrouiller dans la zone pour l’heure, en la scannant attentivement par quelque technique de sensorialité. Kakeshuou Samui et son second pénétraient les lieux toilés, accompagnés de leurs deux comparses. De toute évidence, il n’était pas le seul à douter de la sécurité mise en place à cette occasion.

Tout le monde était réuni. Mais pour l’instant, Kakeshuou Samui préférait ne rien dire. Si l’honneur voulut que ce soit les dames qui commencent, celle-ci ne leur avait pas laissé le temps d’y réfléchir. Prenant pour l’instant place dans les lieux, le duo représentant de l’Empire des Pays Neutres resta silencieux. Le tout ne se ponctua que d’interventions placées au bon moment, afin de suivre le chemin de l’Hokage frustrée.

~ Et il n’y a pas de « coiffe officielle » dans l’Empire. La tête est bien suffisante pour savoir qui en est le maître. Et je suis moi aussi surpris de la légèreté de cette rencontre, étant donné nos statuts et l’importance cruciale de cette première rencontre. Vous aimez danser sur des béquilles, Kazekage. J’espère que cette entrevue ne sera pas une surprise de mauvais goût pour l’un d’entre nous.

Accompagnant le tout d’un mouvement leste du bras pour retirer ce qui lui servait jusqu’à présent de couvre-chef, l’étranger révélait sa chevelure massive, d’une blancheur immaculée, accompagnée par un regard de marbre. D’un signe de tête, il renchérissait sur le salut adressé à toutes les personnes présentes. Il avait bien noté la présence du Kage de Kumo, récemment nommé. Il connaissait aussi des origines. Il y avait de nombreuses conditions de conflit dans le cas présent ; mais il passerait outre. Préférant considérer tous les personnages présents comme de potentiels alliés autant que de potentiels ennemis, Kakeshuou Samui comptait bien soumettre chacune des personnes présentes à un test de son cru … .

~ Je n’ai aucune intention de « sauter à la gorge » de qui que ce soit ici. La formule est d’ailleurs finement choisie, puisque vous avez saisi l’initiative d’éliminer un Furyou sans même prévenir les autres formations Ninja. En fin de compte, ceux qui semblent vouloir en donner le plus sont ceux qui coopèrent le plus ensemble, n’est-ce pas ?

Ce n’était qu’une petite pique, mais qui avait tout son sens. Après tout, de la part d’un Kage qui se plaignait autant, ses propos n’étaient-ils pas les plus menaçants pour l’instant ? Peu importe ce point, il avait l’intérêt d’apporter une bonne nouvelle, tout en soulevant un autre problème majeur. Le tout devenait de plus en plus confus. De toute évidence, cette Miko n’avait pas de véritable stratégie géopolitique. Certes, elle venait de participer à l’élimination de l’un des personnages les plus menaçants. Mais sa relation avec son potentiel allié semblait si tendue … quel était le but recherché ?

Puisqu’il fallait imposer une nouvelle tendance, autant saisir les éléments au vol, tout en gardant quelques cartes pour soi.

~ Je reste également méfiant à l’évocation d’une nouvelle Organisation aussi inquiétante que ce que furent les Furyous. Et je suis également surpris de voir que Konoha et Suna soient ceux au courant de cette nouvelle menace. En savoir plus que d’autres à ce sujet signifierait en toute logique que vous avez connaissance de cet ennemi que vous avez croisé … ou qu’il vient de chez vous. Quoi qu’il en soit, je suis effectivement curieux d’en savoir plus … Kazekage !

Le regard se portait naturellement vers celui qui présidait et invitait cette réunion.

~ Je ne compte pas pour autant jeter la pierre. Je suis celui à l’initiative de cette rencontre. En particulier pour savoir ce qu’il advenait de la précédente menace. Je déplore le manque de sérieux que vous témoignez par une rencontre aussi négligée, et si peu protégée. Mais je vous reste reconnaissant pour l’avoir organisé, et j’espère que nous sortirons d’ici avec une meilleure vue d’ensemble de la situation.


Voyons déjà comment les autres se sortent de cette première étape.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 8 Déc 2015 - 12:50

« L'intérêt national doit avoir l'ascendant sur l'intérêt international. »
Art. III-I
    « … ce n’est pas une requête. C’est un ordre. »
Ce fut sous le regard sévère du Raïkage que ses deux interlocuteurs se retirèrent. La porte ne fut pas claquée avec véhémence comme le chef aurait pu s’y attendre. Après tout, ses deux messagers avaient compris ses intentions. Et il se savait écouté, et même si sa personne n’était pas encore respectée dans tout Kumo, son autorité, elle, l’était totalement.

Seul, il retourna s’asseoir sur le confortable fauteuil qui – comme le reste du mobilier de sa suite – lui avait été prêté par les instances de Suna. Droit sur ce dernier, les avant-bras reposant sur les accoudoirs, l’Ombre accorda à ses paupières un relâchement aussi long que bienvenu. Puis il offrit à son esprit un voyage retraçant de nombreuses destinations…

Ses pensées furent sensiblement les mêmes au moment de prendre part à un voyage plus ou moins orchestré jusqu’à une tente qui – malgré ses imposantes dimensions – restait un endroit difficilement chaleureux. Mais le Législateur ne se plaignit pas, répondant d’ailleurs par le silence aux quelques gardes et accompagnateurs qui s’offusquaient ou se questionnaient de l’absence d’un quelconque second à ses côtés.

Car oui, personne n’entourait ou n’accompagnait le Rokudaime Raïkage. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il était vraisemblablement le seul des dirigeants présents à n’avoir compté que sur sa seule présence. Et il fut également seul à accueillir l’étrangeté de cette organisation de réunion avec silence, les autres commençant déjà à se causer mutuellement du tort.

Hôritsu se contenta de suivre certaines des instructions de son hôte. Il ne perdit donc pas de temps avant de s’asseoir sur le sable, et posa sa coiffe d’Ombre de la Foudre devant lui. Depuis son arrivée à l’intérieur de la tente, il avait pu poser le regard sur chacun de ses possibles interlocuteurs.

Son expression neutre qui était accoutumée à son visage accompagnait des yeux qui se contentaient de regarder ceux qui parlaient et des oreilles qui, elles, s’attardaient à écouter ce qu’ils disaient. Une chose était sûre, malgré son silence, le Raïkage ne manquait rien de la cacophonie alentour qui commençait à s’installer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1964
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 8 Déc 2015 - 17:03

    Je m’attendais à ce que des hommes, et femme, vivant dans le luxe accordé à leur rang n’apprécient pas la simplicité que je leur proposais. Sans doute ne prenaient-ils plus le temps de s’ébahir devant la beauté de la nature. Qu’auraient-ils préféré ? Des colonnes, des statues, des tapis, de la soie, un buffet et du bon vin ? Je m’y attendais. Mais pas de la part de l’Ombre du Feu. Nous qui étions alliés économiquement. Nous qui discuterons d’une meilleure alliance après cette réunion. Elle sur qui j’avais le pouvoir de vie ou de mort. Je m’attendais à un peu plus de compréhension ou de sympathie de sa part. Peut-être protestait-elle uniquement pour se faire remarquer ? Après tout, elle était la seule femme de l’assemblée. Avait-elle quelque chose à prouver ?

    L’Empereur aux ambitions démesurées fit également quelques remarques. Mais ça n’était pas surprenant de sa part. Par contre, l’Ombre de la Foudre fut le seul à ne pas formuler de critique. Bon, il n’avait rien formulé du tout, mais je le remerciais tout de même d’un signe de la tête lorsqu’il posa sa coiffe au centre. Peut-être était-ce le seul à réfléchir avant de parler ? Peut-être qu’une bonne entente avec Kumo serait finalement possible ?

    « Si je me souviens bien, vous m’avez fait vous-même la demande d’une réunion en bonne sécurité. C’est ce que j’ai fait. Ca n’est pas les défenses du lieu qu’il faut regarder, mais la connaissance de l’emplacement de la réunion. La logique voudrait que l’on soit dans le temple, et les espions penseront que nous sommes en route vers le temple d’Ichibi en ce moment même. La sécurité ne provient pas du lieu, car quand l’on sait où frapper, on n’y parvient toujours. Dois-je vous rappeler l’apparition d’Envizib lors d’une ancienne réunion ayant lieu dans le palais même de ce village ? Il n’est plus un danger car nous y avons veillé. Mais pourquoi n’existerait-il pas une autre personne capable de cet exploit ? »

    Comprenaient-ils enfin qu’au final, j’avais utilisé les moyens adéquats pour assurer au mieux notre sécurité ?

    « Envizib donc. Sa dépouille se trouve à Konoha. D’ailleurs, as-tu déjà découvert des informations intéressantes à son sujet, Miko ? Pour les autres, cet Edo Tenseï semblait suivre les ordres d’autrui, ou bien il attendait des ordres. A moins que ce ne soit simplement lui qui n’était pas bien dans sa tête. Dans tous les cas, il gardait une grotte dans laquelle cinq cercles de sang étaient tracés, autour d’un cercle plus grand. Cinq soldats et un chef peut-être. Le retour prochain d’Obli qui sait ? Mais leur puissance ne nous permet pas de prendre ça à la légère. Nous n’avons aucune piste, hormis ces Edo Tenseï. Je propose donc que l’on mette toutes nos informations en commun pour que nous traquions ceux qui demeurent encore plus facilement. Horitsu, tu as apporté les données recueillies sur l’un de leur corps, comme je te l’avais demandé ? »

    Obli avait disparu en laissant ses soldats derrière lui. Soit le chef revenait, soit ils avaient trouvé quelqu’un d’autre pour les diriger. Le dossier concernant l’une des dépouilles d’Edo Tenseï était l’un des objectifs d’une entrevue entre l’Ombre de la Foudre et moi-même. Avec Konoha, l’agrandissement de l’alliance ou non était en jeu. Et au sujet de l’Empire :

    « Et de ton côté, Kakeshuou, je ne doute pas que tu dois posséder des informations à partager également, vu la superficie sur laquelle s’étend ton Empire et le fait que tu aies même accès à une technologie semblable à la notre… »

    Deux sujets sur lesquels je devrais m’entretenir avec lui prochainement. La taille de son Empire, et plus précisément son emprise sur l’archipel de Mizu no Kuni, et surtout la possession d’un dirigeable ressemblant de très près à une œuvre Saibogu. C’était la première fois que l’on avait à faire à un Empire et non un village. Il était à la fois Kage et Daimyo. Le seul homme ici à n’avoir personne au-dessus de sa tête.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 8 Déc 2015 - 19:51



Kibō fut surpris par les premières paroles des Ombres, se sentaient-elles aussi faible pour ne pas être en sécurité ? Oui, il manquait un membre à la plupart des personnes présentes, mais ils étaient tous les plus forts ninjas de ce monde, de quoi avait-il peur ? Enfin bref, ce n’était pas la seule chose qui dérangea Kibō, qui trouvait l’Ombre de la Feuille et le Dieu bien douillet, avaient-ils peur de se salir les fesses dans le sable ? Ils étaient là pour discuter de l’avenir du monde et non pour être confortablement assis, tout en buvant du saké et mangeant les meilleurs mets de la région, mais bon…

Le Kazekage prit la parole pour remettre les choses en place, car le sommet avait débuté avec des piques de part et d’autre, seulement Hôritsu était impassible et muet. Cette personne commençait étrangement à plaire à notre jeune héros, qui aimait les personnes avec peu de paroles, mais avec plus de faits, comme la mort du Seki… Cependant, Kibō fut déçu d’une chose, le Raikage n’avait pas pris son bras droit avec lui. Le Chasseur de Chimères avait bien envie de le provoquer en duel, mais malheureusement, ça ne sera pas pour cette fois.

Les sujets abordés par le Yamada étaient intéressants et pouvaient servir à tout le monde, mais étaient-ils tous prêt à mettre à plat leur secret ? Il allait y avoir des échanges, des contreparties à donner pour avoir certaines informations, du moins c’était ce que pensait notre jeune héros.

Un sujet intéressait particulièrement Kibō, celui de la technologie Saibogu au sein de l’Empire. Les souvenirs de Suzuka lui revinrent en tête, sous les ordres de Kakeshuou, le bras droit du Kazekage avait mis un terme à la vie de son élève. Elle était la seule capable d’inventer un engin similaire dans les rangs du Shûkai, mais elle était morte, alors qui était-ce ou était-elle réellement morte ? Kibō souhaitait avoir des réponses à ce sujet et il était bien content que son maître ait abordé le sujet, mais il le lui aurait rappelé.

Était-il possible de trouver une longueur d'onde satisfaisant toutes les parties ? Si oui, chacun allait devoir faire un effort et des concessions, dans l’unique but de créer un monde meilleur et surtout sans guerre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 10 Déc 2015 - 1:17




Malgré l’entrée du Traître, l’Empereur avait gardé son sang-froid. Il avait maintenant conscience que le nouveau Raïkage était un ancien membre de l’Alliance, profitant de la transition politique pour fuir son pays. Il n’allait pas lui en tenir rigueur ; après tout, il avait lui-même dit qu’il ne s’en prendrait pas à ceux qui n’approuvaient pas ses décisions. Et lorsqu’un homme fait le sacrifice de se placer au sommet pour mieux orienter un territoire géographique aussi gigantesque, ceux qui pensaient avoir un soupçon de ses talents d’administration et qui espéraient tirer un peu profit de cette situation n’avaient pu qu’être contraints à cet exil. Passons donc sur cette présence qui, néanmoins, resterait déterminante plus tard. Après tout, depuis cette confrontation sur l’Archipel de Mizu, les deux nations demeuraient en froid, pour ne pas dire en conflit caché.

On peut donc dire qu’entre deux reproches, deux gueules tirées et un muet obéissant, la réunion avait écrit un bien mauvais scénario. Une quelconque invitation ou remarque pouvait visiblement mener à la confrontation directe ! Autant dire que ce début était bien tendu. Les plus grandes Ombres de ce monde seraient-elles capables de discuter entre elles, ou se contenteraient-elles de s’accuser mutuellement ?
Le Kazekage se débattait afin de tenir les rennes de cette discussion. Il était le dernier à vouloir que les choses dégénèrent. Même tenus secrets, ce genre de réunion était finalement connu du public Ninja et des hautes sphères politiques. Echouer à ce genre de rencontre était un grand désaveu de ses compétences politiques et de son incapacité à gérer des situations complexes. En tant qu’hôte, Kioshi Yamada avait certainement beaucoup à défendre.

Et choisir un sujet aussi délicat, particulier et majeur que celui des Furyous était en soi une bonne stratégie.
Déjà sujet d’actualité, c’était également un thème de longue date, qui tenait Kakeshuou Samui à cœur. Sans cette destruction de Kirigaku no Sato orchestrée par ces créatures sans âme, notre homme serait-il à cette rencontre ? Ces dernières années auraient-elles connus un autre tournant ? La réponse était tellement évidente que la question ne se posait plus. Quoi qu’il en soit, il apparaissait clair que ce thème était toujours d’actualité, et c’était un soulagement pour le Kamui de constater qu’il n’était pas le seul à y avoir pensé. Malgré le calme apparent de ces derniers temps, il paraissait évident tous n’avaient pas oublié cette imposante menace qui pesait sur chaque organisation et société. Apparemment, Koonha et Suna s’étaient entendus pour mettre fin à cette menace ; fallait-il le voir comme un heureux présage ? N’était-ce pas une autre manière de rejeter et mépriser les autres Puissances ? Il y avait un arrière-goût étrange à ces informations si grâcieusement données … .

L’Ombre du Village du Sable tentait d’apaiser les tensions muettes en prenant chaque Kage à parti. Il était évident que chacun aurait ses informations ; mais serait-on prêt à les échanger ? A les partager pour un but plus grand ? Pouvait-on parler d’unité Ninja ?! Absolument pas … .

Étant le dernier interpelé à ce sujet, l’homme assis en seïza préférait marquer un temps d’arrêt. Qui serait prêt à répondre à cet homme ? Kakeshuou devait-il prendre les devants, au risque de donner des informations pour ne rien recevoir ? De son seul bras valide, deux doigts vinrent carresser son épaule meurtrie. Passant délicatement de haut en bas, l’horrible blessure qui couvrait son flanc gauche craquela soudainement, comme une banquise se brisant sous le poids du réchauffement ambiant. Comme la construction d’un mur – brique par brique – de nouvelles couches de glace apparurent, suivant le tracé invisible des deux doigts, créant un prolongement de cette épaule dénudée. En quelques secondes un nouveau blanc, blanc de glace, venait abriter les flancs de son corps. Quelque chose lui disait qu’il serait plus disposé à l’avenir avec la totalité de ses moyens. Certes, ceux autour de cette table n’étaient pas tous dans le meilleur état souhaité. Mais il faisait ce choix en cet instant. Ce n’était qu’après avoir accompli cette petite mise en confort personnel qu’il acceptait de prendre la parole en premier.

~ Puisqu’on me met à contribution sur ce sujet … je fais certainement partie de ceux qui ai le plus fait affaire à eux ; aussi bien à Kiri que sur l’Île Inconnue désormais détruite … . Mais mis à part les évènements auxquels chaque Nation a été impliqué dernièrement, rien n’a été remarqué à ce sujet sur les territoires dépendants de notre Empire … . Néanmoins, la récente conquête de Mizu no Kuni et son épuration pour se débarasser de la vermine nous permettra sans doute bientôt de retrouver les traces de l’affrontement passé, et de découvrir d’éventuels indices. Ce sont les seuls éléments que je peux mettre à la disposition de cette Assemblée pour l’instant … .

Était-ce vraiment tout ? … Allez savoir.
Mais l’Ancien n’en avait pas fini avec ça.

~ Je reste cependant surpris que deux ninjas, plus particulièrement deux Kages, soient parvenus à trouver la trace de l’une de ces redoutables créatures ; se soient décidés à l’engager en sachant que sa puissance était incommensurable ; et qu’elles aient estimé ne pas avoir à en faire savoir l’Ordre mondial des Ninjas quand on connaît le degré de menace que cela représentait. Je serais donc curieux de savoir d’où provenaient ces informations qui vous ont permis une telle traque … à moins qu’il ne s’agisse encore d’un héritage Uchiha ?

Le regard était cette fois-ci clairement posé sur la Hokage, qui était étonamment agressive avec son hôte. Les femmes … ou une information cachée que l’Empereur ignorait encore ? Ou bien était-ce vraiment cette ambiance de chameau mal léché qui la mettait aussi mal à l’aise que le maître de l’Empire des Pays Neutres … . Encore un mystère supplémentaire.
Mais il restait un dernier défi à relever dans cette réponse.

~ Et je me contenterais de faire court quand à notre « niveau technologique » : le Shukaï ne dispose d’aucun effectif scientifique susceptible de rivaliser avec les progrès technologiques de Kaze ces dernières années … ni d’élements prêts à risquer une guerre ouverte par pure curiosité.

Soyons clairs sur ce point, mon petit : si tu veux parler du mystère autour de récents – et secrets – progrès techniques dans l’Empire, il te faudra t’expliquer sur les récents agissements agressifs de certains Sunajins lors de l’opération de sauvetage à Ki.
La réunion risque vraiment d’être tendue … .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1099
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 10 Déc 2015 - 18:41

Cette journée ne serait pas banale, car elle pouvait, ou non, marquer l’histoire de ce monde. Effectivement, aujourd’hui, dans le plus grand secret, les grandes ombres de ce monde se réunissaient toutes afin de discuter de l’avenir de ce monde. Le rôle du Professeur pour le jour-J serait de représenter la nation du feu et sa capitale : Konoha. Il devrait aussi protéger l’ombre aux insectes depuis son départ de Konoha jusqu’à son retour et ce pendant la totalité de ce séjour qui s’annonçait mouvementé. Avant de partir, l’Hyûga avait laissé des instructions précises au scientifique qui lui servait d’amis tout en prévenant par la même occasion les autorités de son clan qu’il partait en affaire urgente avec le Nanadaime Hokage. Après tout, son clan avait forgé cet homme, il se devait d’être le tribu du clan pour le compte de la nation, et il remplissait parfaitement ce rôle, il en avait même prit un goût infiniment délicieux. Il se plaisait dans la politique, il se plaisait à améliorer comme il le pouvait la situation du pays du feu.

Il profiterait bien entendu de cet examen et de cette réunion des Kage pour parler au sien de son entretien récent avec le Daimyo du pays du feu. Une grande menace planait sur lui ainsi que sur toute la capitale. Si Munemasa n’agissait pas à temps, le pays du feu tiendrait bien son nom en s’embrasant. Si le ministre corrompu dont lui avait parlé le Daimyo atteignait une place assez haute pour prendre le pouvoir, il essayerait de faire tomber l’Hokage, ce qui conduirait irrémédiablement à un conflit entre la nation et sa capitale. En tant que politicien au service du feu, il se devait donc d’intervenir et de tenir l’Hokage au courant de l’actuelle situation. Cela ne lui plairait bien évidemment pas, mais c’était ça le rôle de politicien, et encore pire, celui d’Hokage.

Quelques jours après leur départ de Konoha, ils arrivèrent au sein de Suna accompagné d’une lourde escorte et d’un cortège de genins et accompagnateurs pour participer à l’examen pour sélectionner les ninjas de basse classe qui monteraient en grade à la fin de cet examen. Etant un bon prétexte pour les Kage de se réunir, se tint alors la réunion des Kage. Beaucoup de choses choquèrent l’Hyûga, comme la teneur et le contenu de cette réunion. Sur la forme tout d’abord : ils étaient tous dans une simple tente et devaient d’asseoir par terre en présentant les coiffes montrant le grade de chaque Kage. De plus, le tutoiement était interdit. La première impression du Professeur était mauvaise. Recevoir un seul homme comme Kioshi l’avait fait pour lui, cela ne dérangeait pas, mais recevoir tous les grandes de ce monde en les faisant s’asseoir sur le sable.. Une simple technique Dôton de haut niveau pouvait tuer toutes les ombres et plonger ensuite le monde dans le chaos le plus total.

Mais lorsque la réunion débuta, Miko prit la première la parole en affirmant haut et fort son mécontentement de la situation. Elle n’avait pas sa coiffe, et elle abandonnait d’office l’obligation du tutoiement imposé par le Kazekage qui avait organisé cette rencontre. Bien que le visage de Munemasa ne trahissait rien, il savait parfaitement et déplorait que cette réunion ne commence extrêmement mal. Toute la suite de la réunion ne fit qu’empirer la situation. Chacun était sur la réserve, sur la défensive en lançant des pics subtils à leurs homologues. Ce fut l’Hokage qui commença par lancer des pics à tous les Kage présents. Kioshi pour l’organisation et le but de cette réunion, puis au Raikage et l’Empereur en craignant qu’ils ne se sautent à la gorge. Cet Empereur ainsi que le Kazekage répondirent avec tout autant de « punch » en lançant des pics aux autres également. Vu de l’extérieur, on pourrait croire en une dispute familiale, mais ce n’en était rien. Il s’agissait là de l’avenir de ce monde. Seul le Raikage restait muet et cela inquiétait fortement Munemasa.

Il savait que celui-ci était un ancien Shukajin qui avait prit le pouvoir extrêmement récemment au sein de Kumo. Le Professeur savait de source sûre que son prédécesseur Zennosuke avait mené une politique catastrophique, mais comment cela se faisait-il qu’il prenne le trône aussi rapidement et surtout… aussi facilement. Mais là n’était pas vraiment la question du jour. Il faudrait qu’il fasse ses preuves et il devait le savoir. L’Empereur quant à lui ne mâchait pas ses mots en envoyant clairement se faire voir le Kazekage sur ses soupçons d’utiliser de nouvelles technologies. Il fallait dire que la montée en puissance de l’Empire inquiétait beaucoup de personnes, comme Munemasa par exemple. Il était d’ailleurs heureux de participer à cette réunion pour glaner des informations sur toutes les ombres. Il en comprendrait peut-être un peu plus sur les motivations de chacun. Après tout, un homme régnait un pays comme il agissait dans sa personnalité. Plusieurs sujets passèrent, dont celui des furyous et d’une nouvelle étrange organisation dont Munemasa n’avait à ce jour jamais entendu parler. Mais en rentrant à Konoha, il se ferait le plaisir de questionner Miko à ce sujet.

Pour le moment, et jusqu’à nouvel ordre, Munemasa n’interviendrait pas dans cette réunion, ni pour donner son nom, ni même pour parler en faveur de Konoha, sauf si bien entendu, l’Hokage le lui demandait. Ou si l’Hokage s’engageait dans une voie trop étroite..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 10 Déc 2015 - 22:50

    *Avec tout le respect que j'ai pour les gens du voyage, la sécurité dans une tente...*


Non ça ne servait à rien. Blasée au possible, elle n’alla pas jusqu’au bout de sa pensée qui lui avait démangé les lèvres et décida de laisser Kakeshuou répondre en premier. Bien, soit. Que la réunion de Kages soit un camp scout fraternel. Et dire qu’ils étaient à la tête des plus grandes puissances militaires. C’en était d’une tristesse… Elle n’avait pas l’habitude de faire dans le bling bling, mais avait assez de bon sens en règle général pour être respectueuse avec ses hôtes en leur offrant le B A BA pour qu’ils se sentent à l’aise lors d’une quelconque négoce : des murs, un toit, une chaise et alors là grand luxe, une boisson.

Mais bon… Que Kioshi s’impose en maître des lieux, et ne respecte pas la plus simple des politesses : respecter le désir de vouvoiement de ses interlocuteurs, soit. Elle n’en était plus à une irritation près par rapport à Suna. Peut-être après cette interview, le Kazekage aurait l’immense honneur de la recevoir en privé pour parler de ce qui concernait d’avantage leurs deux nations … Mais il ne fallait pas trop rêver. Cet accord avec Kaze no Kuni s’avérait en fait plus être lié au Daimyo et au pays, qu’à son village militaire. On pouvait dire que Tsukiko l’avait bien mené en bateau en disant s’exprimer conjointement au nom de son pays et de son village militaire … Bah. Le Raikage ? Rien à dire, il s’était visiblement enterré dans un silence plus qu’embarrassant pour lui. À moins que tout comme eux il avait également une déficience physique, mais que celle-ci concernait sa capacité de parler. Il aurait pu avoir la décence d’au moins ramener une pancarte pour se faire comprendre. Quant à Kakeshuou …

    J’ignore où vous voulez en venir mais non, nous n’avons pas de détecteur automatique d’Edo tensei, nos senseurs ont tout simplement suspecté la localisation de celui-ci conjointement avec Suna. Kawa no Kuni se trouvant entre nos deux nations. Nulle théorie conspirationniste n’est à l’œuvre ici.


Allons bon, prévenir l’Ordre mondial des ninjas, il ne fallait pas non plus pousser la niaiserie trop loin. L’Empereur avait-il tenté une blague que seul lui était à même de saisir, ou pensait-il sérieusement que chaque village devait rendre des comptes aux autres immédiatement et continuer à agir de concert maintenant que le gros de la menace était éliminé ?

    Mais je suis tout de même curieuse. L’Ordre mondial des Ninjas ? Pour un simple Edo Tensei ? Avons-nous réellement besoin de remettre au goût du jour l’accord tacite que nos villages respectifs avaient adopté durant le cas Monwa/Obli ?


Question sincère. Le pensaient-ils vraiment pour les quelques cadavres restant ?

    Les Réanimés de Monwa étaient au nombre de huit. À ceux-là on peut enlever Obli et Envizib. Cependant je ne sais pas ce qu’il est advenu des autres. Aux dernières nouvelles, Zo et Apeti étaient toujours bel et bien dans la nature et le second du Kazekage ici présent avait proposé un rendez-vous galant à une autre de ces choses. Ce qui ferait visiblement six cadavres à retrouver si tant est qu’ils représentent une menace pour nous tous, sauf indication contraire de votre part ...


Elle n’avait jusqu’à présent jamais réellement eu envie de creuser la chose. Peut-être que les autres auraient des choses à compléter. Haussant un sourcil en direction du second du Kazekage comme pour l’inviter à s’exprimer sur sa demande de rendez-vous, elle en oublia presque d’ajouter un dernier point :

    Ah et non, rien d’intéressant n’a été relevé vis-à-vis d’Envizib pour le moment. Même sang noir pourri que ses camarades, nous continuons les analyses.


Lassée. Oui c’était le mot. En espérant quelque chose de plus productif que le sujet des Furyous pour le prochain tour de table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Ven 11 Déc 2015 - 11:48

« L'intérêt national doit avoir l'ascendant sur l'intérêt international. »
Art. III-I

Hôritsu appréciait sa position silencieuse durant le début de cette réunion. Lui qui avait toujours été un homme de droit, il ne pouvait contourner certaines valeurs qui lui avaient été accoutumées depuis de longues années. Seules ses origines auraient pu changer quelque-chose en lui, et même à ce moment-là – c'est-à-dire lorsqu’il apprit que le Shodaime Raïkage était son frère aîné et avait toujours cherché à le retrouver – sa ligne de conduite n’avait pas changée. Même sans la parole de son sang, il aurait quitté ce Shûkai, ayant préféré le nom d’Empire à celui d’Alliance. Sa désertion aurait été la même, mais ce qui en aurait suivi aurait sans doute pu différer selon la situation. S’il n’avait pas eu comme entreprise de reprendre la cité que son aîné avait bâtie, il aurait probablement rejoint l’unité souterraine de Sairyo Hiko et aurait sans doute déjà attaqué le Shozaichi…

Au final, les révélations sur son origine avaient été à la fois heureuses pour le Shûkai de Samui Kakeshuou et pour Kadoria Tsuhiro lui-même… Car si ce dernier avait toujours eu à cœur de contrer les projets de l’Empire, il avait en lui l’honnêteté et l’intelligence nécessaires pour savoir qu’il n’aurait rien pu faire à lui seul. Peut-être que sans Uriô et sa lettre, il aurait foncé vers une mort certaine.

Mais surtout, ce qui différenciait le Législateur du présent avec celui du passé, c’était l’ordre de ses priorités. Comme l’indiquait sa table de lois, l’intérêt national primait sur l’intérêt international. Sa rancœur et sa négation de l’Empire n’était plus sa priorité première. Depuis peu, mais depuis le premier jour, il était devenu l’homme qui plaçait l’intérêt de son village avant tout le reste. Que ce soit pour le Shûkai, pour Samui Kakeshuou, pour Kumo ou pour lui-même, Hôritsu avait accordé un sursis.

Le seul élément qui aurait pu faire sortir l’Ombre de la Foudre de son silence imperturbable fut une interrogative du Kazekage. Mais il se contenta d’hocher la tête en direction de Yamada Kioshi tout en posant une chemise qu’il avait sorti de son vêtement blanc. Le dossier sur les expériences effectuées sur le corps de celle qui avait été abattue par le sacrifice de Sonoshee, Sunajin qui avait utilisé les tant réputées Portes Célestes. Une mort honorable que le Rokudaime Raïkage avait rappelé en première page de ce dossier, avec un mot à adresser aux éventuels proches de la défunte.

Et c’était là l’importante différente qu’il y avait entre le Kadoria et ses homologues. Sonoshee, Ao Kuroi, Seki Azar… Tant d’évènements internationaux qui étaient plus ou moins liés à Kumo, mais sous l’ère d’anciens Kages. Pourtant, lorsqu’il avait fallu s’occuper du vieux dossier « Seki Azar » alors que le Rokudaime venait d’accéder à ses fonctions, ce dernier avait littéralement tiré un trait lui-même pour éviter le moindre incident. Lorsqu’on demandait à Tsuhiro d’apporter des informations recueillies par Kumo sur un corps de Furyou, ce dernier avait accepté sans hésiter et avait souligné l’importance et l’honorable sacrifice de la Sunajin qui avait permis la mort de ce soldat de Monwa.

Et est-ce que cela avait mené à des rapprochements entre Suna et Kumo ? Non. Car le Raïkage faisait passer son village puis sa nation avant tout le reste.

Aujourd’hui, autour de lui, il n’avait que des imbéciles égoïstes qui s’amusaient à se jeter des inepties de plus en plus importantes : accusations, sous-entendus, ordres.

Et il n’y avait qu’à voir l’exemple de l’alliance entre Konoha et Suna, qui avait sans doute éclose pour bien moins d’actes et de paroles qu’Hôritsu avait déjà pu fournir à Suna… et qui aujourd’hui donnait ce « face à face » politiquement écœurant entre un Hokage et un Kazekage qui avaient l’air d’être tout sauf des alliés.

Accepter ses propres torts, assumer le passé des siens et de ses prédécesseurs car cela fait partie des responsabilités d’un poste de chef, ne pas créer d’alliance ou de déclaration de guerre à la première opportunité ou au premier geste extérieur, placer l’intérêt de sa nation et des siens sans penser que cela doive interdire tout partage d’informations ou toute entraide avec l’extérieur, avoir du respect pour les shinobis envoyés en mission…

Pour l’instant, aucun de ces principes n’était respecté par ces « chefs ». Et tant que ses homologues prendraient cette réunion pour une cour de récréation, Hôritsu continuerait de les surveiller en silence… tel un bon professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1964
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Dim 13 Déc 2015 - 1:39

    L’Ombre de la foudre se contentait de répondre en opinant du chef, sans piper mot, encore. Nous étions trois à posséder une main en moins. Horitsu qui semblait tout avoir n’avait peut-être pas tous ses organes finalement ? Pourtant, il parlait bien lors de notre dernière, et première, entrevue…

    L’Empereur mentionna Mizu no Kuni. L’avait-il fait en pesant bien ses mots ou inconsciemment ? Il s’agit d’une conquête qui les avait opposés à Kumo, directement. Certes cela concernait l’Ombre précédente, un Seki qui plus est, mais je ne pense pas qu’ils aient déjà oublié l’affrontement. Un sujet concernant également la relation entre l’Empire et Suna. N’était-ce pas là le problème évoqué dans le cadre d’un rapprochement entre nos deux groupes ? Sans parler du niveau technologique qui s’est ajouté récemment à nos interrogations. Mais une chose à la fois. Finissons d’abord le sujet concernant les Furyous. L’Ombre du Feu ne dit pas tout. Du moins, c’était un très rapide résumé de la chose, sans doute pas suffisant pour taire les suspicions du Samui.

    « Il n’est pas très compliqué de localiser quelqu’un qui se présente à ta porte… Par contre, une fois retrouvé, il a lancé une menace à l’encontre de nos deux villages, ne nous laissant pas forcément le temps nécessaire à prévenir tout le monde avant d’opérer… De plus, Envizib, avec ses capacités, doit être appréhendé rapidement. S’il sent l’entourloupe, il possède le don nécessaire à s’enfuir sans qu’on ne puisse plus le retrouver. »

    D’ailleurs, il aurait pu quitter l’affrontement à n’importe quel moment justement… Alors pourquoi être resté jusqu’à la fin quand ça commençait à sentir le roussi pour lui ? Tenait-il absolument à ce qu’on ne visite pas cette grotte aux cercles de sang ? Quand l’Aburame invita mon élève à prendre la parole, je l’intimais à le faire d’un signe de la tête. En tout cas, ils avaient tous répondu quant à la collecte d’information. Mais ça n’est pas pour autant qu’ils sont partants pour agir également.

    « N’allons pas jusqu’à parler d’alliances pour le moment. Mais pour ce qui est de manœuvres combinées dans le but de trouver et traquer les derniers Edo Tensei, ou bien de rassembler des informations sur une organisation qui aurait comprise Envizib ? Qu’en dites-vous ? »

    Vu la puissance d’un seul membre, il ne s’agit pas d’une affaire à prendre à la légère. Après tout, il était parvenu à trancher un bras à l’Aburame. Avec cette réponse, nous aurons probablement fait le tour de la question. A moins que l’Ombre de la Foudre ne daigne ajouter quelque chose ? Pensait-il qu’on jouait au Kage du silence ? Je me tournais alors vers l’Empereur qui avait prononcé le terme de guerre le premier. Etait-ce une façon de m’intimider ou de me prévenir ? Avais-je dit quoique ce soit allant dans ce sens ? Le vieil homme me semblait plutôt agressif. On remarquait plus le soldat expansionniste que la personne désireuse de la paix.

    « Par contre, nous n’avons pas vraiment fait les choses dans l’ordre, Miko ayant voulu aller trop vite… Certes nous avons tous nos services de renseignement, mais il s’agit là tout de même d’une première. Ca n’est plus une réunion entre Ombre, car nous ne sommes pas tous des Ombres… Qu’est-ce que ça fait d’être une Ombre et un Seigneur à la fois Kakeshuou ? A propos, et comme c’est le sujet habituel d’une réunion de la sorte, la situation mondiale, l’expansion de l’Empire est-elle arrêtée ou compte-t-elle continuer sa progression ? Inutile de parler de la relation entre chacun des groupes, je sais que ce sujet sera développé au travers de diverses entrevues après cette réunion, et sans les personnes non concernées. »

    Tout comme nous parlerons de la dernière conquête ensemble, Empereur. Ainsi que d’un dirigeable sans aucun effectif scientifique… Mais là je lui offrais surtout une chance de présenter sa cause et peut-être d'expliquer correctement ce qu'il a fait pour en arriver là, plutôt que de ne connaître l'histoire qu'à travers des bruits et non pas l'intéressé directement ?

    « Ensuite, et pour continuer sur la voie de la situation mondiale, que fait-on pour Ki no Kuni ? »

    Un tremblement de terre qui ravage purement et simplement tout un pays, ça ne peut pas passer aux oubliettes comme ça tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Dim 13 Déc 2015 - 5:47



Les choses étaient maintenant plus ouvertes ; plus larges. La conversation ne se limitait plus seulement à la seule question des Furyous, qui restait pourtant un sujet épineux et non résolue. Mais les dernières observations et remarques de la part du Kazekage étaient plus intéressantes. Partant d’abord dans le sens de l’Empire et des interrogations sur ses intentions, on repartait ensuite sur le thème du Pays du Bois, durement ravagé et en peine de reconstruction dernièrement. Autant dire que les discussions allaient être plus alimentées. Et encore ! le Raïkage jouait pour l’instant à l’hautain dédaigneux dont la voix n’avaient pas à toucher des crédules comme les autres Ombres.

Étant donné que la chose lui était adressée en premier lieu, Kakeshuou Samui ne voyait pas de mal à répondre en premier. Après tout, l’Empire avait fait de belles démonstrations ces derniers mois sur sa reconstruction et son aptitude à s’élever autant, voire davantage, que les autres puissances Ninjas. Avec la conquête de Mizu no Kuni, l’implication des troupes de l’Empire dans les évènements dramatique de Ki no Kuni, et l’innovation générale que représentait cette superstructure géographique et politique, autant dire que le mot « Shukaï » avait du être sur de nombreuses lèvres. Surprises, interrogations, craintes, tout pouvait désormais y être associé. Car pour la première fois, un régime – politique, militaire et autoritaire – Ninja voyait le jour.

Notre homme avait mystérieusement récupéré son bras manquant. Certes fait de glace, mais bel et bien là ! Était-ce le signe d’une reprise des questions en main ? Comptait-il s’imposer davantage sur cette scène où tout manquait d’action et de direction ? Car bien évidemment les sujets essentiels étaient posés : mais entre un accord tacite déjà conclu, la position de territoires étrangers et un représentant plus bavard qu’une tombe, autant dire que cette réunion n’allait pas mener bien loin !

Commençons par les points soulevés dans l’ordre !

~ Comme cela a été dit, l’accord entre les Villages Ninjas pour prendre les Furyous comme la menace numéro 1 est tacite. Nous devons faire notre possible pour échanger nos informations et venir à bout de ce danger. Mais bien qu’il soit tacite, il reste d’actualité peu importe les personnes au pouvoir ; c’est ce que l’action commune entre Konoha et Suna nous montre. Inutile de revenir dessus. Et pour en venir à des sujets bien plus intéressants, la réponse est : « oui, la position d’Ombre et de Seigneur combinées me vont comme un gant, et il n’y a rien à regretter à ce sujet. » !


Le regard de glace de notre vétéran Ninja était braqué sur l’hôte de cette réunion exceptionnelle ; mais nul doute que cette réponse était généralisée, afin que chacun la prenne pour lui. En avançant brusquement cette position, Kakeshuou Samui avait bien conscience qu’il risquait de se mettre l’ensemble de l’assistance à dos. Nulle raison de se cacher désormais : oui, il avait bel et bien assassiné les principaux Seigneurs Féodaux de l’ancienne Alliance. Oui, il avait imposé un ordre totalitaire sous la coupe d’un Homme de l’Ombre auprès des populations, et oui encore une fois, il avait établi une politique d’expansion afin de récupérer l’archipel de l’Eau avant qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains. Et il comptait non seulement l’assumer, mais le porter fièrement comme acte de réussite à ses yeux !

~ Les Seigneurs Féodaux de l’ancienne Alliance avaient perdus de vue l’objectif même de celle-ci : créer un espace garantissant la paix, la sécurité et la prospérité de chacun sans penser à l’intérêt personnel. En jouant sur leurs influences respectives, ils ont menacés ce qu’ils avaient créés de leurs propres mains. Malgré nos tentatives de réconciliation, rien n’a été probant. La création de l’Empire était la seule viable pour l’entretien de cet Idéal que nous poursuivrons. C’est ce même objectif qui nous a incité à intervenir sur l’archipel de l’Eau afin de mettre fin à un lustre de brigandage et de piraterie sur le Grand Océan. Notre intervention a permis de rendre toute sa liberté et sa fierté à Mizu no Kuni, qui a trop longtemps subi le joug des brigands de la pire espèce.

Le Kamui avait légèrement basculé son corps vers l’avant pour énoncer ce constat. A l’heure actuelle, et d’après les connaissances de l’Empereur, rien n’avait pu mettre en avant une quelconque faiblesse au sein de cette superstructure. La Paix était maintenue, l’ordre rétabli, la prospérité à venir. Rien ne pouvait venir entâcher ce qui s’apparentait à un système viable, efficace et à l’administration bien roulée, sans oublier des objectifs louables.

Mais les remarques de Kioshi Yamada avaient malgré tout une pointe de moquerie, voire d’inquiétude. Quoi, l’Empire se consacrerait donc à l’éradication de tout adversaire, et envisagerait de conquérir le monde ? La chose avait fait sourire le vieux Combattant, qui avait glissé une main amusée sur son menton, ne dissimulant pas ce rictus d’amusement. Il convenait de rassurer cette noble Assemblée !

~ Mais puisque vous vous demandez quelles seront nos futures conquêtes, je suis prêt à vous en faire la liste ! Nous ne comptons donc pas attaquer par désir de conquête : Kaze no Kuni, Kawa no Kuni, Ame no Kuni, Tetsu no Kuni, Ta no Kuni, Shimo no Kuni, Yu no Kuni, Nami no Kuni, Ki no Kuni, Hai no Kuni, Hi no Kuni, Kaminari no Kuni. Même ceux qui s’en sont pris à nous, nous n’avons pas l’ambition de nous en prendre à eux. Je ne compte naturellement pas mettre les stupidités de l’ancien Raïkage sur son actuel remplaçant avec qui nous aurons beaucoup à dire plus tard … .

La messe était dite ! Ne tenait qu’à eux de croire aux paroles de cet homme qui venait de leur déclarer de but en blanc que le Shukaï n’entreprendrait pas la moindre conquête sans raison valable à l’avenir, et sans la moindre hésitation. La balle était désormais dans leur camp … et pour de nombreuses raisons !

~ Pour le cas de Ki, ce sera sans doute à son Daimyo de régler les choses ! Car c’est bien là le rôle des Seigneurs Féodaux, s’ils demeurent vivants, actifs et efficaces. Si vous proposez que des Ninjas interviennent sans l’aval d’un Daimyo dudit pays, vous entrez alors dans un conflit d’intérêts logique ! Les Ninjas ne sont rien de plus que des mercenaires officiels payés par des investisseurs. Si vous restez dans la logique du primat de la Nation, vous ne pouvez agir sans le consentement du Seigneur du Pays du Vent. Si en revanche, vous préférez maintenir l’Ordre en mettant en avant des actions indépendantes, vos Villages seront certes plus libres ; mais ne pourront plus compter sur le soutien du Pays qui le finance ! L’Empire, naturellement, a déjà fait ce choix. Mais vous, quel sera le vôtre ? Vous soumettrez-vous quand on vous le demandera, ou chercherez-vous à gagner plus de libertés ?


La question ne manquait pas de mordant, ni d’ironie ! Celui que l’on avait accusé d’être un meurtrier et un profiteur était sans doute celui qui épagnerait à son peuple une guerre longue et sanglante. Car cette question opposant Ordre et Nation ne tarderait pas à poindre. A l’Est et à l’Ouest, au Nord comme au Sud, certains commençaient à observer ces Villages Ninjas comme une potentielle menace pour le vestige féodal qu’ils représentaient … .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1868
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 15 Déc 2015 - 22:40


L'après-midi était synonyme d'abandon à Suna. En effet c'était en cette période de la journée que les rayon de l'astre diurne étaient les plus agressifs. La température avoisinait les cinquante degrés. Même pour les habitants les plus accoutumés il était déconseillé de sortir à l'extérieur tant que l'on ne portait pas le nom des Yamada. Le déroulement de l'examen Chuunin international ne suffisait nullement à changer cette règle immuable. Il n'y avait que peu d'âme vivant à travers les rues. La plus grande partie de la population demeurait cloîtré dans leurs habitations ou dans les grands espaces publiques intérieurs où la climatisation rendait le défilement des heures plus tolérable dans l'attente de la fraîcheur nocturne salvatrice.

Oui, Suna était bien calme. Nul n'aurait pu imaginer que les plus grandes personnalités du monde Shinobi ait pu se regrouper en ce moment même dans une vulgaire tente. Tout autour, dans un ample périmètre, de multiples ombres défilaient, fugitives, épiant les environs dans les moindres détails. Il s'agissait des nombreux Ninja affiliés à la sécurité du village effectuant sans relâche leur tour de garde malgré le climat aride. Depuis l'assassinat de la Godaime les forces de sécurité avaient été considérablement renforcées, notamment en ce qui concernait les passages à la Voie Illusionnée, mais également sur l'ensemble des toits des habitations.

Désormais, chaque fenêtre ouverte ou close retenait l'attention des gardes, dans l'éventualité ou un sniper pourrait discrètement y glisser le canon de son arme. Cette initiative consistant à veiller sur les hauteurs du village avait été spécifiquement prise par la Conseillère responsable de la Défense, Saibogu Oniri dans le but que la tragédie répondant à la mort d'un Kazekage ne se renouvelle point. Hors il était impossible de tout prévoir. Et une fois encore, cette ombre ressurgissait. Elle était comme le murmure du vent annonciateur de la venue d'une tempête. Elle incarnait le désir de protéger toute une patrie et ce qu'elle qu'en fut les sacrifices. Qu'importait qu'il faille enjamber des montagnes de cadavres du moments que soit préservé ce qui devait l'être.

Ainsi, il attendait là, placide, les bras croisés, adossés contre ce mur de pierre. Il s'agissait d'un petit studio sans importance vidé de son passé. Il ne possédait que deux fenêtres, ces dernières étaient à demie close, laissant seulement un raie de lumière filtrer à travers jusqu'à aller fendre en deux le masque immaculé de l'individu tout de noir vêtu. Ses yeux, noyés dans ces orbites obscures semblaient observer le village au travers. La fenêtre donnait directement sur l'ensemble des quartiers marchands eux-même surplombé par le grand Mur qui cachait la voie au désert.

Tout semblait si calme, que ce soit en extérieur ou dans cette pièce. La respiration de l'individu était à peine audible a travers de son masque. Il était si serein tant et si bien qu'on aurait presque pu le confondre avec une statue. Les minutes défilaient tandis qu'il ne bronchait pas d'un geste. Ses sens étaient aux aguets. Ils n'avaient rien manqués de tout ce qui s'était passé dans les environs durant la dernière heure; attendant placidement l'a venue prochaine et imminente du Signal. Il savait que cette petite mise en scène, ce silence lourd qui plainait sur Suna n'était que temporaire. Il savait que lorsque le Signal serait donné, cette partie du village se transformerait en champ de bataille.

En attendant que l'examen s'achève. Que les Kage poursuivent leur débat inutile. Les mots n'ont jamais changé la face du monde contrairement aux actes.

Aujourd'hui encore, le vent continue de souffler sur Kaze...


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 15 Déc 2015 - 23:17



Aburame Miko, la Nanadaime Hokage, venait de donner la parole à notre jeune héros, alors que ce dernier ne pensait pas devoir parler lors de cette réunion, ses commentaires étaient inutiles, déjà que la réunion ne semblait pas avancer, enfin, elle n’avait même pas réellement décollé. Cependant, Kibō ne prit pas tout de suite la parole, il attendit que son Kazekage – et maître – lui donne l’autorisation de s’exprimer, car s’il le voulait, Kioshi pouvait répondre à sa place, il détenait les informations de son élève. L’approbation arriva et le Chasseur de Chimères fit un léger pas devant lui, avant de s’incliner légèrement et commencer par les présentations, même si la plupart des personnes ici présentes le connaissaient.
      - Kibō, bras droit du Rokudaime Kazekage. Effectivement, j’ai eu une entrevue avec la Furyou, nommée Panse. Elle n’était plus la même, elle était différente, comme si on ne la contrôlait plus, elle était à la recherche d’elle-même et elle ne semblait plus vouloir me prendre la vie. En somme, elle était devenue « humaine », mise à part le fait qu’elle contrôle toujours toutes les affinités.
L’élève de Kioshi ne s’était pas privé de divulguer les informations concernant ce Furyou et les Ombres devraient peut-être en prendre exemple au lieu de s’envoyer des fions et chercher la petite bête, même Kibō n’avait pas été épargner, vu que l’Hokage avait classé son entrevue avec Panse comme un rendez-vous galant. Cependant, il ne rentra pas dans le petit jeu de Miko, il resta sérieux et inexpressif, comme le lui avait appris Kakeshuou.
      - J’espère que mes informations vous seront utiles.
L'ancien élève du Samui s’inclina à nouveau et repris place en reculant. Agissant de la sorte, il donnait une leçon aux puissances de ce monde qui jouait sur la défensive et ne faisait pas avancer les choses, même Hôritsu en restant muet était plus productif que les autres, alors que Kibō n’avait pas hésité à partager ses informations.

La discussion des Furyous se déplaça sur la décision entre Nation et Village, on sautait d’un sujet à l’autre sans clôturer l’autre, mais surtout sans faire avancer les choses. Notre jeune héros devenait fou, si seulement les personnes faisaient passer l’intérêt mondial, car si on éradiquait toute menace, les villages auraient également moins de problème et tout le monde y gagnait, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mer 16 Déc 2015 - 2:18

Vilaine Miko qui avait voulu être trop rapide. Qu’est-ce que cela faisait d’être Kage et Daimyo à la fois ? En quoi la chose l’intéressait ? Kioshi avait-il des désirs soudains de grandeur ? C’était peut-être pour cette raison qu’il s’était senti frustré de voir les présentations abrégées au strict minimum. Le Raikage quant à lui restait silencieux et donc horripilant au possible. Pensait-il faire mieux que Zennosuke de cette manière ? Le Godaime Raikage cherchait trop le conflit verbal à l’époque, et maintenant son remplaçant faisait l’inverse. Excepté que son silence méprisant avait de quoi en énerver plus d’un. Et il avait visiblement déjà atteint les frontières de la tolérance de chacun à son égard.

Approuvant de la tête à l’information sur Panse, l’Aburame se retourna vers Kakeshuou qui répondait alors à Kioshi sur l’Empire et … sur Ki. Ki … Pourquoi débattre d’un sujet qui ne les regardait pas ? Kakeshuou rassura son monde sur sa position et le désir de conquête, Miko comptant mentalement avec lui les pays à l’abri des désirs d’expansion de l’Empire pour voir s’il n’en oubliait pas un « par pur hasard ». Kaminari fut le dernier cité. Dommage. Le suspens avait duré jusqu’à la fin. Approuvant d’un signe de tête les dires de l’Empereur Glaçon, l’Aburame prit la parole à sa suite. De toute façon, avec un Raikage boudant encore et Kioshi qui attendait, qui la prendrait à par elle ? Ce n’était pas comme si un énergumène allait subitement surgir de nulle part. Le Kazekage le leur avait assuré.

    J’approuve les dires de l’Empereur quant à la situation de Ki no Kuni. J’ai appris cependant que le Seigneur du pays était mort pendant la catastrophe. Mais un remplaçant lui sera bien évidemment trouvé sous peu j’en suis certaine. Je suis également d’avis de laisser le sujet ou toute négociation liée au Pays du Bois de côté, du moins c’est ce que je ferai pour ma part. Depuis leur création, les villages ninjas ont dévié de leurs buts premiers à savoir servir directement leur Daimyo, et se sont ainsi autorisés plusieurs libertés « dans le bien de leur nation ». Je ne suis pas là pour juger la solution adoptée par chacune des puissances, chacune à ses avantages et inconvénients, mais dans cette optique de différence de régimes, il ne sert à rien de pousser la réflexion trop loin.


Craquement de l’auriculaire droit. On s’occupait les mains comme on pouvait en l’absence de boisson ou de pause cigarette. Et puis il fallait espacer les deux monologues.

    Mais si cela vous intéresse véritablement, sachez que le pays du Feu a mené plusieurs actions sur place, pour aider la population mais également les shinobi locaux avec lesquels nos échanges sont facilités, une branche de ceux-ci se trouvant actuellement à Konoha. Un autre projet auquel vous pourrez vous greffer si le cœur vous en dit mené conjointement avec les clans Hayashi et Akimichi pour le redressement de l’Arbre Sacré a commencé à voir le jour, mais nous en sommes loin, ayant de notre côté nos propres impératifs : l’examen Chûnin mais encore les coups d’éclat de plus en plus virulents de groupuscules qui commencent à apparaître un peu partout.


Petite pause, avec la chaleur elle aurait apprécié un verre d’eau si elle devait continuer de parler. Mais bon elle avait survécu à des conditions beaucoup plus terribles.

    Au fur et à mesure des années, les civils, les seigneurs et plusieurs shinobis ont perdu foi dans les institutions ninjas, c’est un fait auquel nous sommes tous confrontés comme l’a souligné l’Empereur. Cependant vous avez dû avoir vent de certains coups d’éclat récents enregistrés dans différents pays, alimentés de ci de là par des éléments ponctuels et pourtant marquant vis-à-vis de ce conflit entre nation et village militaire, telle que cette affaire à Ta no Kuni avec le Patriarche de l’ordre de Maskine. Des rumeurs sous-entendraient que ces troubles soient plus ou moins liés, et alimentés par une même source. Mais qui ? Nous n’en savons de notre côté pas encore suffisamment même si mes soupçons se porteraient vers le Johoukokan, une entreprise marchande et commerciale fort connue de vos différents services de renseignement j’en suis sûre étant donné les différentes affaires douteuses dans lesquelles ils trempent. Une chose toutefois … déclencher des conflits en tant qu’entreprise marchande a ses avantages mais également ses inconvénients. Peut-être que l’un d’entre vous pourra éclairer les autres quand à ces tensions internes de plus en plus contestataires.


Oui. Avec un peu de chance l’un d’entre eux aura de nouveaux éléments de réponse. Quitte à s’imposer un sommet des Kages et se faire orienter sur la piste des allégeance Ordre/Nation, autant y aller franco et poser des questions qui profiteraient à tout le monde. Les violences récentes des Furyous avaient révélé au grand jour ces mouvements contestataires dans les différents pays elle le savait. L’Empire avait sa rébellion, mais les autres nations également. Et même si jusqu’à présent la chose ne présentait que peu d’intérêt, les services de renseignement Konohajins étaient formels : les mécontents semblaient plus organisés qu’avant. Si quelqu’un alimentait réellement la haine des gens contre les villages ninjas, il représentait une menace bien plus pressante qu’une Gogyou cinq éléments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin- Directeur du Puits du Savoir
Messages : 1210
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mer 16 Déc 2015 - 11:06

Spoiler:
 

Le Trentenaire était sur le départ et ce dans le but de rentrer à Taki lorsque l'on vint le prévenir de l'arrivée imminente du Kamui au Pays du Sable. Van n'était pas vraiment surprit de l'apprendre, il avait cru comprendre qu'une réunion plutôt intéressante allait se tenir durant l'examen Chunin.
De son côté, le Shukaijin avait déjà rempli son objectif et entreprit les bases de l'apprentissage du Kugutsu aux côtés du dénommé Maigo Keijiro.
Pour en revenir à la réunion et puisque apparemment l'Empereur s'y rendrait seul, le Seigneur de Guerre fit le choix d'accompagner son Empereur afin de lui servir de gardien.

Les deux hommes passèrent finalement l'entrée de la tente afin de rejoindre les autres hauts dirigeants. Sur place, le Hoheinheim eut la chance de reconnaître quelques visages qui lui étaient déjà familier. En voyant Kibo, l'homme ne fut pas vraiment étonné puisqu'il s'agissait là du Bras droit du Yamada.
Quant aux autres... le Lumineux n'avait encore jamais eut la chance de les rencontrer personnellement. Aburame Miko Hokage, Hôritsu Raikage et enfin Yamada Kioshi le Kazekage.

Tout comme Van et Kibô, un Konohajin était venu assurer la sécurité de sa dirigeante. Bien silencieux celui-ci ne s'était pas encore exprimé. Puisqu'il s'agissait d'une réunion au sommet, il semblait tout naturel que les principaux protagonistes soient les seuls à prendre la parole.
Tour à tour les hauts dirigeants s'exprimèrent sur leurs dernières découvertes. Apparemment Konoha et Suna s'étaient alliés afin de faire face à la menace d'un Furyou délogé à Ki.
Aujourd'hui vaincu, l'Edo Tensei de Monwa - personnage inconnu de Van, qui en entendant ce nom manifesta un regard curieux.

En voyant le nouveau bras de l'Empereur apparaître, Van comprit que la réunion allait prendre un tout nouveau tournant. Pourquoi rendre cette rencontre si sérieuse ? Alors que l'attention jusqu'ici dirigée à l'égard des Furyous s'orientait désormais sur le Shukai et ses conquêtes, Kakeshuou prit de nouveau la parole afin de s'exprimer sur le sujet.
Il était plaisant d'être au courant des dernières informations du monde Shinobi. L'opportunité que lui avait offerte l'Empereur le matin même en l'invitant à le rejoindre eut au moins la qualité de satisfaire pleinement le Seigneur de Guerre mais aussi Uesugi du Shukai.

Finalement le Lumineux retira la capuche qui masquait l'intégralité de son visage. Révélant ses fameuses lunettes et son rictus en coin. Peut-être allait-il se ridiculiser en disant ce qu'il s'apprêtait à dire, mais puisqu'il était nouveau parmi eux il espérait avoir quelques réponses à ses questions.

Van - " Hoheinheim Van, Seigneur de Guerre de Taki no Kuni. " Fit-il en reproduisant le même schéma de présentation que Kibo avant lui. " Si vous me permettez j'aimerai revenir sur le sujet des Furyous évoqués plus tôt. Peut-être que les villages ainsi que notre Empire pourraient créer une équipe uniquement dédiée à la recherche des Furyous restants ? "

Son esprit logique lui dicta de prendre la parole afin de tenter de trouver une solution. Puisqu'ici tout le monde prenait un malin plaisir à appuyer sur tel où tel défaut de son voisin, il espérait que son idée parvienne à séduire plus d'une personne dans cette tente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Ven 18 Déc 2015 - 19:48

« L'intérêt national doit avoir l'ascendant sur l'intérêt international. »
Art. III-I

Le débat aussi surprenant que repoussant continuait, entre des chefs dont les groupes avaient pourtant le monopole des puissances shinobis du monde entier. Difficile pour Hôritsu de ne pas arracher un soupir en continuant d’entendre des propos qui résonnaient comme un vent qui soufflait inutilement sur le désert. Les grains de sable étaient nombreux, mais ils étaient à peine déplacés par les brises. Rien ne changeait. Et c’était ainsi que les dirigeants continuaient de perdre du temps. Et pourtant, les mots étaient parfois des armes bien plus importantes que toutes les autres. Et le Kadoria allait devoir le démontrer.
    « Il suffit. »
Il avait noté les précieuses informations délivrées par les deux compagnons du Kazekage et du Kamui. Mais, alors que le débat semblait devenir un minimum intelligent avec les dernières paroles d’Aburame Miko – qui avaient d’ailleurs fait sortir le Raïkage de son silence – le Législateur se devait de recadrer les pensées et les discours. Si ses interlocuteurs pensaient ou voulaient faire de ce sommet une perte de temps qui était accoutumée à leurs puissances, soit, ce n’était pas le cas de l’Ombre de la Foudre.

Son regard fixait le sol, ou plutôt le sable, soutenant le début d’un propos universel. Une introduction logique, en somme.
    « Contrairement à ce que vous sous-entendez, Kazekage et Kamui, je n’aurai aucune entrevue privées avec vous par la suite. Quel est l’intérêt d’avoir appelé à ce sommet si c’est pour ne pas pleinement l’exploiter. D’ailleurs, je suis d’avis que jusqu’à maintenant… vous ne l’avez pas du tout exploité. »
Courte pause, mais utile.
    « Voici donc ce que vous auriez préféré que je vous dise au cours de petites entrevues privées. »
Kadoria Tsuhiro releva alors la tête. Son regard ciblait tout premièrement le Kazekage, Yamada Kioshi. Il avait beau être le seul avec lequel il avait pu traiter depuis sa prise de fonction, Hôritsu n’allait pas épargner Suna pour autant.
    « Suna est un village qui n’a eu à sa tête que des criminels de renom. Et beaucoup ici comme ailleurs savent que vous n’en êtes pas un. Sauf que c’est parce qu’ils pensent que vous n’en avez ni l’intellect ni la renommée. Je n’émettrai aucun avis à ce sujet, Suna est votre village et contrairement à vous et à votre intérêt sans aucun doute totalement désintéressé pour Ki no Kuni, je ne m’occupe que de mes affaires. »
Aburame Miko. La jeune femme avait une poigne charmante, mais il ne pouvait oublier tout ce qui avait lié Konoha et Kumo. Et inutile de parler de ses interventions au cours de ce sommet.
    « Konoha est à l’origine même de la dernière organisation Nukenin qui a causé bien des problèmes aux miens et même au monde dans sa globalité. Et si j’avais au début eu l’idée de vous demander comment vous pouviez incomber à Kumo la moindre responsabilité dans la création du Shôraizen, à Suna par exemple comme me l’a expliqué le Kazekage lorsque je l’ai rencontré il y a quelques temps, j’en ai totalement perdu la volonté. Il me suffit de constater votre indécision à propos de Ki no Kuni, où vous dites appuyer l’idée selon laquelle il faudrait que laisser le pays décider de faire appel ou non à nous avant d’agir, juste avant de nous annoncer qu’un projet engageant deux de vos clans est en préparation. »
Rapide et sans hésitation, le regard azuré du déserteur se tourna vers son ancien supérieur. Samui Kakeshuou. De tous ceux qui étaient présents dans cette pièce, personne n’avait été à la fois autant respecté et ensuite dénigré que le récent Kamui. Hôritsu voyait derrière ce dernier la silhouette Hoheinheim Van.
    « Vous connaissez l’une des raisons pour lesquelles j’ai quitté le Shûkai, mais je ne vais pas manquer l’occasion de le rappeler. Il n’y a aucune diplomatie ni démocratie dans ce que vous avez fait de l’Alliance des Pays Neutres. La seule paix que vous avez offerte aux Daimyôs des nations du Shûkai, c’est celle que chacun trouve en mourant. Vous vous donnez un rôle de professeur en rappelant à vos interlocuteurs qu’il faut choisir d’écouter et respecter la supériorité des Daimyôs, alors que vous avez été dans l’incapacité de le faire. Faire assassiner et remplacer par des têtes qui pensent comme vous est sans doute bien plus simple, mais qu’en est-il de la paix que vous annoncez défendre ? Je ne la vois ni dans le sang civil qui a coulé ni même jusqu’aux appellations des titres de votre Empire : depuis quand pourriez-vous apporter la paix avec vos Seigneurs de Guerre ? »
Chacun des doigts du Raïkage alla chercher son vis-à-vis.
    « Kumo a agi sur bien des fronts, envoyant des troupes batailler contre celles du Shûkai sur les terres de l'Eau, alors que l'on pouvait comprendre l'intérêt d'une alliance constituée principalement d'anciens Kirijins, contrairement à celles de mon prédécesseur. Mes troupes ont également causé quelques problèmes lors de l'opération sur la base du Shôraizen avec Konoha. Cela s'est fait sous l'ère du Godaime, Seki Zennosuke, mais le Yondaime Raïkage Karasu Tsumei a aussi refusé de communiquer des informations à Suna sur ce qu'il savait de l'Homme Masqué et a libéré Sabakyô Seitô. Furent-ils idiots comme le sous-entends Samui Kakeshuou ? Je ne suis pas là pour partager mon opinion, mais les actions de mes prédécesseurs qu'elles soient des erreurs ou non sont sous ma responsabilité. Quant à moi, vous pourrez me faire le reproche d'être franc et direct, mais comprenez bien que je fais ça tant pour recadrer le débat que pour vous montrer qu'en dehors de problèmes internationaux comme les Furyous ou la Nation, je ne veux ni alliance ni conflit avec vous autres, je ne veux m'occuper que des miens. »
Les mains croisées, le plus haut responsable du village caché de Kumo avait repris son souffle, calmement.
    « Vous n’avez, tous les trois, aucun respect pour ceux que vous représentez. Aburame Miko, plutôt que d’assumer la totale responsabilité liée à la création du Shôraizen, vous avez préféré la rejeter sur Kumo ou en tout cas vous n’avez rien fait pour arranger les choses. Yamada Kioshi, plutôt que de vous préoccuper des maux qui rongent votre village depuis des années en son sein même, vous avez préféré ramener sur la table un dossier qui avait engagé nos prédécesseurs. Quant à Samui Kakeshuou, au lieu de continuer de faire le pacifiste, préfère pester sur ce qui a amené à la déroute d’un des Furyous qui, si mes souvenirs sont justes, ont causé la destruction de Kiri. Et le plus risible est que vous, Hokage qui avez envoyé vos troupes vous disputer avec les troupes de Kumo lors de la fin du Shôraizen et vous Kamui, qui avez envoyé vos hommes faire la guerre à Mizu no Kuni, vous osez vous plaindre de la position inconfortable que vous avez en étant assis à même le sable ? »
Ses mains croisées se relevèrent pour se placer devant la bouche travailleuse du Raïkage, coude appuyés.
    « La différence entre vous et moi est triple. Premièrement, je ne vous ai fait aucun reproche, car ce que vous faites sur vos terres ne me concernent pour l’instant pas. Deuxièmement, chacun des cas que j’ai énoncés, je les ai assumés, qu’ils soient dus à mes prédécesseurs ou non. Kazekage, la traque et l’exécution de Seki Azar a été engagée par Kumo et vous n’avez rien eu à faire. Hokage, vos accusations, je n’en ai rien à faire et je n’en donnerai aucune suite. Je ne tiendrai également nullement rigueur de ce qui a entouré les évènements sur la dernière base du Shôraizen. Empereur, j’ai ordonné le retrait immédiat de mes troupes dès ma prise de fonctions. Nombre de mes hommes sont rentrés et ont pleuré la mort de leurs frères d’armes sans espoir de réparation. J’ai assumé tous ces faits, sans vous demander le moindre effort. Enfin, tout cela je l’ai fait car avant de m’intéresser à la situation du Pays du Bois, de faire savoir que j’aurais préféré un siège plutôt qu’un sable sec, de me plaindre auprès de ceux qui ont éliminé un Furyou qui avait détruit mon ancien village, d’espérer compter sur de futures entrevues privées pour parler alliance ou conflits ; je pense à mon village et à mon pays. »
Il était temps de rebondir sur les paroles un tantinet utiles qu’Aburame Miko avait envoyé avant que le Raïkage lui succède en termes de prise oratoire.
    « Et ce sommet ne doit avoir qu’une utilité, parler de la seule chose qui nous concerne tous : la Nation. »
C’était sans doute le premier à l’appeler officiellement ainsi, mais il ne doutait pas que les autres puissances avaient pu se renseigner à ce propos. Oui, Kumo n’avait pas tous les éléments en main, tout comme ses homologues. Mais la base était là, et chaque mois elle s’était montrée de plus en plus solide.
    « C’est comme ça qu’ils l’appellent. Un mouvement qui s’oppose très clairement à nos instances. Villages shinobis et même le Shûkai, nous sommes tous visés. Daimyôs, Nukenin, et même à l’intérieur de nos troupes, qu’importe leurs raisons, ces gens n’adhèrent pas à l’équilibre actuel. Et même si je pense que nous y sommes pour quelque-chose et quand je dis « nous », j’englobe nos prédécesseurs, nous ne pouvons pas espérer que ce mouvement cesse rapidement et ce même si nous faisons les efforts politiques nécessaires. Il faut donc agir sur un autre plan, le plan militaire. »
Hôritsu regarda Kibô avec insistance, puis fit de même avec le Seigneur de Guerre qui secondait aujourd’hui le Kamui. Puis il reprit.
    « Puisqu’apparemment les Furyous ont retrouvé un semblant de normalité tant sur le plan émotionnel que sur leur force, que la création d’une unité coalisée me semble pertinente et qu’il est actuellement impossible de nous allier, ne le prenez pas comme une offense j’en suis le premier opposant… Peut-être devrions-nous former un groupe où chacune de nos instances enverrait deux ou trois shinobis ? Ainsi, tant les efforts militaires que financiers nous seraient partagés et nous pourrions leur confier les tâches d’enquête et si nécessaire, d’action. »
L’idée de Van était bonne, mais la prise de parole de Kibô avait donné encore plus de poids à l’hypothèse selon laquelle les Furyous restants ne devaient pas être un objectif premier. Le mouvement de la Nation était réel, en tout cas il le devenait, et contrairement aux Furyous qui étaient indécis, il avait pris pour cible l’ensemble des organisations ninjas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1964
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Dim 20 Déc 2015 - 10:59

    L’Empereur semblait ne pas vouloir continuer sa politique expansionniste. Mais cela, seul l’avenir nous prouvera ou non la valeur de sa parole. La situation de Mizu no Kuni ne convenait pas à Suna. Mais ce n’était ni le lieu ni le moment pour en parler, apparemment.

    Moi qui pensais que nous devions parler de la situation mondiale, ils évitèrent tous la question de Ki no Kuni d’une manière plus ou moins subtile. Parfois même avec des contradictions, comme l’a souligné l’Ombre de la Foudre. Tiens, il a parlé autant sans même s’enrouer la voix ? Chapeau. En tout cas, personne ne s’intéressait à une nation dans le besoin, il semblerait. Plutôt aux Furyou restants ? A ce qui pourrait les menacer eux. Nous devions parler du monde, mais nous ne parlions que de nous. Egoïstes…

    Hôritsu semblait vouloir prendre le rôle du moralisateur. En gros, au lieu de participer dès le début avec de petits reproches subtils glissés vers l’un ou l’autre, il attendit que tout le monde dévoile ses cartes avant de lancer, en un seul tas, l’ensemble de ses pics. Ainsi, n’ayant pas parlé avant, il ne s’était pris aucun reproche. Et d’après ses dires, il assumait tout ?

    « Comment pouvait-on pleinement exploiter une réunion où seuls les trois quart des personnes importantes prenaient la parole ? Très bien, nous n’aurons pas d’entrevue privé par la suite, vu que tu préfères t’entretenir avec les Conseillers de toute façon… »

    Etait-il toujours aussi blanc ? Pas d’entrevue avec les Kages, mais sitôt arrivé il avait quémandé la présence d’Oniri. Pensait-il peut-être que je n’aurais pas eu vent de cela ? Peut-être un avertissement envers mes autres invités, pour les prévenir que s’il ne souhaite pas parler avec la tête, il aime bien négocier avec les autres membres de l’organisme.

    La critique était simple à faire, n’est-ce pas ? Le plus difficile étant de ne pas entrer dans ce jeu. Mais Hôritsu l’avait finalement rejoint. Je n’aurais aucun respect pour ceux que je représente ? Les anciennes Ombres furent tous des criminels, certes. Mais ils étaient cloîtrés dans leur palais, à l’abri des regards, sans aucun lien avec le bas peuple. J’avais opté pour un chef au plus près des siens, à l’écoute de leurs plaintes. Je n’étais pas pressenti comme étant un criminel, justement parce qu’ils me connaissent, pas comme pour mes prédécesseurs. Pas l’intellect nécessaire ? Là où ils avaient tous évité ma question, je leur proposais déjà une solution au problème cité à présent.

    « Qu’avons-nous fait jusqu’à présent ? Par nous, j’entends les ninjas. Des affrontements, des batailles et des guerres. Que se passe-t-il à présent ? Un groupe de plus en plus nombreux souhaite bouleverser l’équilibre actuel. Et vous souhaitez répondre sur le plan militaire ? Ce même plan qui nous a positionné dans cette situation ? »

    Je repris lentement mon souffle, leur laissant le temps de bien réfléchir à ce que je venais de dire avant de rebondir sur mes propos précédents.

    « Là où je vous suggérais d’aider Ki no Kuni, vous avez tous vu une liberté supplémentaire que l’on vole à notre Seigneur. Moi, je vois l’occasion de montrer que les ninjas ne sont pas que des guerriers, qu’ils peuvent provoquer autre chose que des morts. Une image positive : celle de nos grandes puissances œuvrant pour le redressement d’un pays qui a été frappé injustement. Pensez-vous vraiment que cela provoquera un nouveau courant d’hostilité, et non de sympathie ? Je n’ai pas dit d’empiéter leur pays sans l’accord de leur propre Seigneur, qui devrait être la fille survivante de l’ancien Seigneur d’ailleurs, mais d’envoyer un émissaire au nom de nos quatre puissances pour leur proposer notre soutien commun pour la reconstruction de leur pays et la sécurité des civils en proie aux brigands et aux pilleurs. »

    Soit en passant par l’accord de leur nation, évidemment. Mais pas forcément par nos propres Seigneurs à nous, sinon il s’emparera des bienfaits de l’opération, se targuant d’être l’initiateur de l’idée solidaire. Le but étant de nous donner une image plus positives, par forcément à notre pays mais à notre village, aux notre : aux ninjas. Nous ne sommes pas les oppresseurs des civils mais leurs alliés. Voici le message que je voulais faire passer au travers de ma question précédente, mais personne n’y avait répondu… Peut-être fallait-il développer jusqu’au bout chacune de mes idées ? Peut-être manquaient-ils d’intellect… ?

    « Cependant, je ne dis pas de jeter aux oubliettes l’idée du groupe d’assaut envers les Furyous survivants, comme l’a proposé Van. Juste qu’il faut couvrir cette opération par une autre nous embellissant plutôt, comme le redressement de Ki no Kuni. Pourquoi ? Parce que les Furyous furent une menace pour nous, mais qu’indirectement envers les civils. Qu’ont-ils détruit ? Le village de Kiri. Une puissance ninja. La capitale de Mizu no Kuni ? Le Seigneur du pays ? Rien. Les Furyous pourraient être une solution pour les dissidents de bouleverser l’équilibre actuel. Ainsi, nous voir éliminer leur solution pourrait renforcer leur position. »

    Une double opération donc. Une officielle, de grande envergure à Ki no Kuni afin de redorer notre blason d’un qualificatif nouveau : au lieu de ruiner un pays à travers nos affrontements, nous aidons ceux frappés par la catastrophe. Nous pouvons donc être bénéfiques au monde, car qui saurait éviter un tremblement de terre ? Et parallèlement, la chasse aux Edo Tenseï survivants.

    « Le groupe de chasse, s’il est adopté, devra se positionner au centre du continent. Il ne s’occupera que de la traque et de la neutralisation, pas de la récolte d’informations. Un village étant bien plus apte à cela qu’un petit groupe. Donc trois villages et un Empire… Sitôt que l’un de nous découvre un indice, il l’enverra au groupe qui se mettra au travail ? »

    Le centre du continent serait encore à définir, d’autant plus que ce groupe devra se faire discret pour les raisons citées plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Mar 22 Déc 2015 - 2:01




Les choses paraissaient évoluer progressivement, bien que très lentement. Cette réunion ne serait pas parfaitement inutile ; encore qu’il fallait voir un minimum de progrès. Et notre Kamui n’espérait pas compter sur les invités présents pour révolutionner une nouvelle philosophie du Ninja. L’un était hésitant, peu sûr et avant tout inquiet de l’existence des Furyous ; l’autre agressive et austère, prête à quitter la tente et les négociations à tout instant ; le troisième muet volontaire et trop renfermé sur sa propre fierté pour daigner l’ouvrir. Cela allait-il vraiment les porter loin ?

Mais il faut bien quelques éléments pour déclencher de l’inattendu et donner un nouvel élan à la discussion ! Si ce dernier est digne d’intérêt ! Sortant de son mutisme, le Raïkage s’engageait dans la « voie de la Raison », reprochant aux autres Ombres leurs incapacités pour ne pas dire inutilité, et mettant en avant son régime comme le plus valable et plus méritant. Quel tissu de conneries, ni plus ni moins ! Pendant que le Raïkage Déserteur effectuait sa glorieuse envolée lyrique, l’Empereur se permettait de pencher la tête sur le côté, afin d’attirer l’attention de son second pour cette discussion. Ce dernier répondant à son appel, les deux hommes échangeaient quelques mots à voix basse, comme pour ne pas attirer l’attention – bien que le but recherché eut été complètement l’inverse.

Le Kage de Sunagakure no Sato reprenait la parole, et Kakeshuou Samui retournait à nouveau son attention sur ce nouvel interlocuteur. Plusieurs sujets étaient posés sur la table ; ou alors relancés. La question de l’intervention à Ki, de la gestion de la crise des Furyous, voire même de la nature des Ninjas. Suivant son caractère propre, il misait sur une voie pacifiste. La « nouvelle nature des Ninjas ». Un tas d’inepties pour notre vétéran qui restait très fondamentaliste et traditionnel. Son esprit conservateur n’était pas si aisément transformable. Et même s’il avait mis sur pied un projet jamais égalé par l’homme jusqu’à présent, il demeurait qu’il entretenait sa nature malgré son rang actuel : il était Ninja ! Et l’idée du « Valeureux guerrier luttant pour les idéaux des autres » n’était pas quelque chose de concevable dans sa nature, ni dans ses ambitions pour le Shukaï. Instaurer de plus grands projets, assurément ! Mais seulement parce que les Ninjas et les civils y seraient bénéficiaires ensembles, et non pas pour les intérêts d’un personnage plus important.
Puisque l’hôte de cette rencontre cédait la parole, autant répondre. Et y aller franc jeu et sans détour !

~ Puisque nous ne sommes toujours que trois, et que le Raïkage ne souhaite pas nous faire part de son avis éclairé et supérieur, autant avancer sur les deux questions mises en avant. Celle de la différence entre Ordre et Nation autour de Ki no Kuni, et le dilemme des Furyous.

Voilà déjà un beau moyen de rappeler à Horitsu que, malgré sa prétendue sagesse, il n’était ici qu’une Ombre parmi les autres. Rabaissé aux mêmes défis, et surtout bien idiot de penser que le silence et l’autosuffisance le plaçeraient en bon parti dans ce débat. Ne lui accordant ni regard ni attention, Kakeshuou se décidait à le considérer comme absent tant que ce dernier n’aurait pas pris conscience de sa position et de ses paroles futiles. Reprocher aux autres de s’accuser pour en revenir au même dix secondes plus tard était non seulement puéril, mais faisait perdre toute crédibilité. Et pour l’Empereur, la crédibilité est ce qui fait toute l’importance d’un Village aujourd’hui.

~ Si nous abordons le sujet de Ki, ce projet ne me plaît pas. Les Ninjas sont avant tout des combattants. Et plus encore, je vous rappelle votre condition de Ninja. Vous agissez avant tout sur contrat ; et lorsque vous ne le faites pas, cela va dans l’intérêt de votre propre village, et rarement celui d’une population. Le Ninja n’a pas à montrer patte blanche : c’est un soldat, voire un meurtrier. Il répond à une demande, pas au cœur. Et vous devriez être les mieux placés pour savoir que dans nos vies, seuls trois critères comptent : la Parole du Daimyo, la Survie du Clan et la Réussite de la Mission. Si le Shukaï devait intervenir à Ki, ce ne sera en aucun cas pour redorer un quelconque blason ou pour donner une nouvelle image du Ninja.

Le ton était dur ; peut-être presque paternel. Le doyen de cette réunion se permettait-il de rappeler aux membres présents quelle était la première raison d’être du Ninja ? Les jeunes générations avaient trop tendance à l’oublier. Mais aucun objectif ne pouvait se prévaloir d’être plus grands que ces Trois grands Principes.

~ Par ailleurs, vous êtes en obédiance du Seigneur Féodal de vos pays respectifs ; et par conséquent, c’est à lui seul de décider avec vous d’une éventuelle information avec le Pays du Bois. Pour ce qui est de l’Empire des Nations Neutres, nous n’avons pas ce genre de problème à régler, car l’idéal même d’Empire allie en un « Ordre » et « Nation », ce qui nous évite tout risque de conflit. Cependant, intervenir sans l’accord de votre Daimyo vous attirera des problèmes. Étant le mieux placé parmi vous, je vous conseille d’être prudent vis-à-vis de la méfiance que peuvent entretenir ceux qui tiennent les rennes. Ils sont ceux qui vous emploient et qui vous paient. Si vous agissez sans leur consentement, ils seront les premiers à vous soupçonner de trahison, et frapperont sans attendre vos explications … . Le Shukaï a fait le choix de « l’Ordre », pour maintenir la paix. Quel sera le vôtre !

Un fait hélas bien réel ! Les Daimyos, au-delà d’être des Créateurs et des administrateurs à l’échelle nationale voire internationale, restaient avant tout des hommes. Dont les envies et les désirs cupides avaient poussés à la création des premiers Villages Ninjas, afin de recruter une armée propre à leurs besoins et à leurs tâches les plus sombres. Depuis toujours, un Village Ninja obéissait avant tout à un Seigneur Féodal, à travers des missions certes classiques au service de la population, mais aussi dans son propre intérêt. Si un Village devait revendiquer davantage d’autonomie et de liberté, les laisses de leurs maîtres se renfermeraient plus fermement sur leurs colliers. Le Shukaï avait connu cette situation ; où, devant la volonté de faire respecter la Loi et la Paix au-delà des ordres de leurs supérieurs, les Ninjas avaient du faire un choix derrière la houlette du Kamui, et décider qui devait se placer au sommet, et pour quelles raisons. Au diable, les vaniteux et les médisants comme d’anciens renégats maintenant membres d’autres Villages. La vérité est que notre idéal est plus proche que vos rêves les plus fous, et vous ne pourrez jamais vous targuer d’une telle victoire.

~ Si on doit maintenant revenir au deuxième sujet : les Furyous. Je suis au départ opposé à l’idée d’une coalition dans ce combat. Il y a trop nombreuses données inconnues, et nous ne sommes visiblement pas encore capables de nous faire confiance, que ce soit sur les origines du problème, sur sa façon de le régler, ou encore sur des questions aussi simple que la sécurité … . Une allusion à la tente miteuse, vous croyez ? Néanmoins, je suis prêt à vous le jeu pour voir si nous sommes capables de nous entendre. Une unité spéciale, très bien ! De combien de membres ? Quels seront les critères de sélection ? Quelles relations devront avoir ces hommes entre eux, et entre leur fidélité d’origine ? Qui dirigera cette Unité, et quel sera leur rayon d’action ? Je vous écoute, convainquez-moi … .

Un défi avant tout autre chose ! Car la réponse à ces questions allait clairement démontrer si les Ninjas étaient capables de coopérer devant un problème commun, ou s’ils se renverraient la faute continuellement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 24 Déc 2015 - 2:11

Hallelujah. Hôritsu parlait enfin. Dommage que ce qu'il avait à dire fut moins intéressant que son silence. À vrai dire, elle ne savait pas si elle devait en rire ou en pleurer. Ce bonhomme était donc passé Raikage ? Comment ? Les informations dont elle disposait indiquaient qu’il avait été choisi par le Daimyo. Plusieurs explications ressortaient alors : le piston, le Daimyo était facilement influençable ou tout simplement, ils n’avaient trouvé personne de compétent à Kumo pour remplacer Zennosuke … Enfin, ce dernier point paraissait tout de même surprenant.

Se passant la main sur le visage à mesure que le Raikage avançait dans son monologue redondant et colérique, l’Aburame s’autorisa un minuscule sourire alors qu’il se permettait de se placer au-dessus de ceux qu’il considérait ici comme faisant partie de la peuplade. Elle remarqua néanmoins avoir l’impression d’en prendre moins en plein visage que les deux autres. Certes il avait râlé pour Ki et le projet dont elle parlait, et également pour les reproches qu’elle formulait à l’encontre de Kumo concernant l’affaire Shoraizen, mais bon … En soi, ça allait.

Car si sa tête n’était pas autant enflée à cet instant donné, il se serait très probablement aperçu ô combien il marchait à côté de ses pompes. Elle était en effet d’avis que les autorités de Ki no Kuni devaient prendre leurs propres décisions, mais mettre en place un projet extérieur concernant le pays ne relevait pas de l’ingérence. Un projet de rétablissement de l’Arbre Sacré ne saurait se faire sans l’accord de Ki, c’était évident. Mais bon … S’il voulait accuser à tort, soit. Elle n’avait pas de compte à rendre et surtout pas à lui. Quant au Shoraizen … Le même débat stérile qu’avec le Godaime se profilait à l’horizon.

    Permettez ?


Soulevant sa main en direction des dossiers du Raikage, ses insectes sortirent lentement de sa manche afin de ne pas brusquer les autres "diplomates" présents. Qu’ils comprennent qu’elle n’allait attaquer personne. Fouillant la chemise du Raikage, les insectes ramenèrent à elle l’un des exemplaires de son rapport sur l’examen du corps de l’Edo Tensei. Une fois la pochette ramenée devant elle, elle l’ouvrit, les yeux rivés sur le rapport tandis qu’Hôritsu terminait son discours, ne relevant les yeux qu’au moment où le Raikage parla enfin du mouvement nommé « Nation » avant de se replonger dans sa lecture tout en faisant craquer son auriculaire.

Le Kazekage prit alors la parole, revenant en arrière et traitant presque entièrement de l’affaire de Ki no Kuni. Le sujet n’évoquait en elle que trop peu d’intérêt et de préoccupations. Enfin. Pas vraiment. Mais elle n’était pas ici pour débattre d’une action commune sur Ki no Kuni et de l’image à embellir du bon peuple shinobi. Tournant la page du rapport, elle continua sa lecture comme si celle-ci était follement intéressante et immersive alors que les informations apportées lui paraissaient aussi révélatrices qu’un compte rendu sur l’impact nuisible et favorisé de l’apparition en masse des chenilles processionnaires dans les cultures de Hi no Kuni. Pas grand-chose à exploiter qui ne l’avait déjà été. Elle devait s’avouer quelque peu déçue.

Vint le tour de Kakeshuou dont l’intervention fut aussi éclairante et utile que le rapport du Raikage. Mais au moins le Raikage n’avait lui pas livré ces informations-ci avec autant de dédain et de sentiment de supériorité. Le Shukai avait fait le choix de « l’Ordre » ... Là n’était pas la réponse à la problématique soulevée et l’Empereur Glaçon ne l’avait visiblement pas réellement compris. S’ils s’étaient lancés dans ce débat ce n’était pas pour faire un concours pour savoir quel régime politique était le plus concluant. L’Empire n’avait pas de dissidents internes ? À d’autres. Mizu no Kuni n’avait pas de Daimyo ? Combien parmi les hommes de Kakeshuou lui étaient vraiment fidèles ?

Finissant sa dernière page du rapport, l’Aburame essuya une poussière au niveau de sa tempe alors qu’un Kakeshuou triomphant semblait s’amuser à leur soumettre un ultimatum. Tout cela était bien ennuyant. La mégalomanie de l’Empereur était comique au début, elle en était maintenant devenue risible. À elle de s’exprimer ? Soit. C’était le moment de faire un consensus et d’abréger toute cette histoire inutile. Diplomatie incoming.

    Konoha contribuera d’un Jônin qualifié pour cette unité anti-Edo tensei. Je suis d’avis que cette unité ne soit pas basée vu que son utilité ne sera que très ponctuelle. En feront partie les shinobi que chacun daignera fournir. Ils feront office de relais entre leur village et les autres à propos de l’affaire Furyou et s’organiseront le plus formellement possible de leur côté. Le plus gradé à la création prendra la direction des autres vis-à-vis du problème Furyou uniquement, et en cas d’égalité des premières recrues à ce poste, le Raikage départagera les heureux candidats. Je laisse par ailleurs le soin à ce dernier de nommer l’unité en question. Munemasa sauf votre respect, pourriez-vous consigner ces mots par écrit dans l’hypothèse fortuite où tout le monde ici présent adhérerait à ces conditions ?


S’adressant avec déférence à l’Hyûga qui l’accompagnait à la fin, l’Aburame reprit la parole une dernière fois.

    Bien, pouvons-nous à présent développer un point qui nous concerne tous réellement sans nous cacher derrière de fausses vérités ? Hôritsu, ce mouvement dont vous parliez m’intrigue. Vous semblez suggérer que les contestataires feraient front uni ce qui serait plus que problématique car leur fournissant plus de moyens qu’ils n’en auraient réellement. D’où vient votre information ? est-elle fiable ? Je n’ose imaginer une nouvelle organisation extérieure aux Villages Ninjas d’une telle ampleur … Celles-ci se sont suffisamment accumulées au fur et à mesure des années si vous voulez mon avis… Et cette fois, tâchez de faire l’impasse sur la condescendance.


Petit craquement de l’annulaire. Que cette réunion s’abrège le plus rapidement possible et que seuls les sujets d’un intérêt quelconque soient enfin abordés. Tout cela l’ennuyait comme son séjour à Suna. Et elle n’avait qu’une hâte : que ses Genins finissent de faire leurs preuves pour enfin pouvoir retrouver son village, ses habitants, son lot de plaintes et de problèmes mais aussi son confort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin- Directeur du Puits du Savoir
Messages : 1210
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Dim 27 Déc 2015 - 13:15

Finalement sa question suscita bien plus de réactions qu'il n'aurait bien voulu le croire. Remontant ses lunettes l'air satisfait, Van eut la chance de voir une à une les différentes ombres s'exprimer sur le sujet. Malgré tout les différents dirigeants n'hésitaient pas à se provoquer ouvertement. Pour la première fois, Horitsu le Raikage venait de prendre la parole et déchargea un flot constant de propos outrageux envers tous les villages et son propre prédécesseur.
Le Trentenaire était très impressionné de toute la connaissance détenu par cette homme. Rumeurs où simples vérités, il était à présent certains que bien trop de secrets n'étaient su que de ces quatre ombres seulement...
Pourtant rien de bien concluant n'allait ressortir de ce discours idéaliste. Peut-être une intuition.

La Nation ainsi que ses fidèles n'inspirait rien de très bon non plus pour l'avenir de l'Empire. Les différents assassinats des Daimyos des Pays Neutres provoqueraient certainement la houle des autres qui par déduction chercheraient à se venger des différents Seigneurs de Guerre. Une information bonne à prendre pour le Lumineux qui était directement concerné.
Le Kazekage après avoir répondu à Horitsu ajouta quelques consignes à l'équipe intervillage qui se chargerait de chasser les derniers Edo Tensei de Monwa. Décidé à prouver que les shinobis étaient capable de venir en aide aux sinistrés de Ki, il paraissait tout particulièrement déterminé à leur trouver une solution.
Perdu dans ses songes le Lumineux se vit interrompre par l'Empereur qui lui glissa quelques mots à l'oreille avant de prendre à son tour la parole. Ki était une perte de temps et cela Kakeshuou le savait. L'Empereur n'hésita pas à clairement faire comprendre que le Pays du Bois ne serait qu'un territoire conquis de plus si le Shukai avait à s'en charger.
Miko la Hokage quant à elle revint sur le sujet du nouveau mouvement appelé Nation. Celui-ci paraissait particulièrement préoccupant en effet...

Ce n'est qu'une fois le calme plus ou moins revenu que l'intérieur de la poche de Van se mit à scintiller. La pénombre ambiante, rendit très clairement le signal visible à tous les protagonistes de la tente. Immédiatement le Seigneur de Guerre se saisit du parchemin destiné à la communication entre Seigneur de Guerre. Après lecture de celui-ci, le Trentenaire se rapprocha à nouveau de l'oreille de l'Empereur. Son intention étant de lui délivrer un message on ne peut plus grave mais que seul lui connaîtrait à cette table.

Van ~ " Kamui, Shozaichi a été attaqué. Nous ne connaissons pas encore l'origine de la menace mais une partie du Palais semble avoir été détruite. Devons-nous quitter la réunion sur le champ ? "

Une partie du message exclusivement destiné à Van, stipulait le retrait immédiate des troupes Shukaijins sur le territoire de Suna.Tout cela n'allait pas être une partie de plaisir. La plupart des Shukaijins présents participaient à l'examen international et devaient très certainement être en train de passer leur dernière épreuve. Néanmoins il serait inconsidéré d'agir sans prendre en compte l'avis de l'Empereur auparavant. Impassible Van ne tenait pas à partager la nouvelle avec les différents Kages. Peut-être que l'un d'eux avait fomenté cette attaque en profitant d'avoir connaissance de cette réunion et donc de l'absence de l'Empereur à la Capitale... Inutile de le conforter dans cette idée.
Dans tous les cas le Trentenaire se tenait prêt et n'hésita pas à adopter une posture de profile afin de cacher son intention du côté non visible. Un regard en arrière lui permit de tenir prêt un kunai qui viendrait créer une ouverture dans la toile de la tente si la réunion venait à mal tourner.

Curieux, Van ne saurait imaginer quelle allait être la réaction de l'Empereur en apprenant cette nouvelle.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 31 Déc 2015 - 0:00

« Tout shinobi doit tenir ses engagements. »
Art. I-IV
    « Je refuse de vous voir en privé car je réfute l’idée même de discuter d’alliance ou de conflit avec chacun d’entre vous. Cela ne veut pas dire que je refuse de vous rencontrer lorsqu’il s’agit par exemple de traquer et d’exécuter un Kumojin qui a créé une tension entre nos puissances, Kazekage. Et cela ne change pas non plus le fait que ce n’est pas avec vos conseillers que je pourrais parler politique internationale, n’est-ce pas ? Mais passons, à défaut d’avoir été apprécié, mon précédent discours semble au moins avoir recentré le débat sur ce qui me paraît essentiel. »
Et ce n’était pas le cas de tout le monde, surtout en ce qui concernait les Bras droits présents ici.
    « Les Furyous ? Je crois bien que je me suis mal fait comprendre… Ils ne doivent pas être notre priorité. »
Ce Seigneur de Guerre avait beau être moins important que le Kamui, ses paroles semblaient avoir eu davantage d’impact sur la réunion que quiconque. Son « idée » d’une unité ayant pour charge d’arrêter les Furyous avait apparemment séduit une majorité de ce public d’élite. Mais Hôritsu n’aimait pas ça. Comment les shinobis pouvaient-ils encore penser que les derniers soldats de l’armée du défunt Monwa représentaient encore une grosse menace ? En tout cas, le mouvement de la Nation en était une bien plus grande.
    « Les rapports que nous nous sommes partagés, qu’ils soient écrits ou oraux, pointent tous une même vérité : les soldats de Monwa ne sont plus ce qu’ils étaient. La mort de leur Majesté, la disparition d’Obli ou encore les récents tests ainsi que le fait que vous, Hokage et Kazekage, aient réussi à tuer Envizib, démontrent que les Edo Tenseï sont dans une forme de stase. Ils sont perdus, de nouveau mortels ou en tout cas destructibles. C’est ces points que je voulais souligner avec les termes de semblant de normalité. Ils ne sont plus les guerriers surpuissants et immortels qu’ils étaient autrefois, car ils n’ont plus leur chef. »
Il devait rester quelques-uns de ces Furyous un peu partout dans le monde ninja, mais était-ce le moment de fournir de nouveaux efforts pour les traquer et ensuite pour les tuer ? Certes ils pouvaient représenter une force de frappe inquiétante pour quiconque pourrait s’en emparer, mais ces soldats étaient-ils vraiment « prenables » ? La crise de folie d’Envizib, ou l’hésitation de Panse semblaient indiquer que ce n’était pas du tout le cas.

Et ce n’était pas tout, si jamais les puissances ninjas voulaient se jeter dans cette course aux Furyous restants, cela signifierait s’allier – ce qui était presque chose impossible – et se jeter dans des missions complexes et demandant d’énormes ressources sur bien des plans : logistiques, économiques, militaires. Et quand bien même le succès serait au rendez-vous, les villages cachés et l’Empire s’exposeraient davantage à la réelle menace : le mouvement contestataire.

Kadoria Tsuhiro ne releva pas les petites piques comme celle sur la condescendance. Après tout, il savait bien que ses mots avaient été durs, mais l’important était qu’ils s’étaient montrés justes. Alors les quelques remarques gratuites semblaient justifiées, et ne devaient pas recevoir de l’importance, encore moins pour briser le rythme d’un sommet qui semblait enfin rouler sur les bons rails.
    « Que cette unité puisse avoir comme second objectif la question des Furyous, pourquoi pas. Mais elle doit accorder la priorité sur celle de la Nation. Car si les rapports que nous avons partagé sur les soldats de Monwa nous ont indiqué la baisse de leur menace et de leur force, ceux que nous avons sur le monde extérieur nous montrent eux une cohésion entre des évènements graves. Regardez la dernière du dossier que je vous ai fourni. »
Le Raïkage croisa les mains. Ses coudes s’étaient apposés à nouveau sur la table, et ses mains embrassées cachaient une bouche qui se déliait de plus en plus. Il le fallait bien.
    « Lorsque le Shodaime Raïkage a enquêté sur Gogyou Makka, il a été en contact avec des hommes appartenant à un groupe plutôt singulier, appelé la Corporation. Loin d’être le groupuscule criminel le plus dangereux, Kadoria Uriô et ceux qui l’avaient suivi dans son exil s’étaient étonnés de la caractéristique première de cette organisation : ils agissaient toujours dans le secret, et s’arrangeaient à chaque fois pour qu’on ne fasse pas le lien entre les évènements qui survenaient et l’intérêt qu’ils en retiraient. Et quoi de plus normal ? »
Courte pause, avant une reprise de plus belle.
    « Vous l’avez dit vous-mêmes, Kazekage, les nombreuses guerres passées et les tristes évènements survenus à Ki no Kuni ont fragilisé la confiance que la population civile de certains pays nous accordent. Les révélations du Patriarche quant à un pacte entre certains fondateurs de nos villages et les moines de Maskine ne nous ont pas aidé. Et lorsque j’ai puni le seul Kumojin lié de près à cet arrangement d’une dizaine d’années, ce dernier a parlé de la Corporation. Nous voyons que leur intérêt peut être de fragiliser notre position à nous, forces de l’Ordre, mais le lien vient seulement de nous apparaître. Ces évènements, que l’on pensait catastrophes naturelles ou arrangements passés… ils ont été perpétrés par cette Corporation. »
Hôritsu demanda une feuille vierge, puis une fois qu’elle lui fut apportée – rapidement bien entendu – il commença à y écrire quelques mots. Officialiser l’arrangement semblait important.
    « Daimyôs, pays mineurs, civils, Nukenin et désormais même des membres de nos villages et de nos propres pays… La Corporation a été le ciment invisible qui a fondé le mouvement de la Nation. Ils ont apporté à toute cette masse d’hommes et de femmes autrefois dispersés et impuissants les fonds, les infrastructures, les pouvoirs et les liaisons nécessaires pour les rassembler tout en rabaissant nos politiques. Et c’est justement parce qu’ils sont si discrets qu’on ne peut pas enclencher la moindre action militaire ou politique d’envergure. Voilà pourquoi cette unité d’élite, discrète et efficace, me semblait être une bonne idée. »
Le nom était tout trouvé. Hôritsu était quelqu’un de simple.
    « Chûmon, l’Ordre, ce nom me semble tout à fait approprié. Pour rester discrets, ils se déplaceront en binômes, selon les aptitudes et la complémentarité de chacun. Leur mission sera d’enquêter et agir à propos de la Nation et de façon secondaire, sur les Furyous restants. En dehors des missions liées au Chûmon, ces shinobis seront des ninjas comme les autres, reprenant leur vie habituelle. Un ou deux soldats de chacun de nos puissances devrait être un bon début. Quant à qui prendra la direction des opérations, cela devrait être quelqu’un d’extérieur à l’unité, n’est-ce pas ? Et ce n’est pas à moi d’en décider seul. Je vous demanderais donc de vous mettre d’accord sur ce dernier point et de signer le document de sire Hyûga et le mien pour officialiser tout ceci, messieurs et madame. »
La signature du Rokudaime Raïkage et Législateur était déjà apposée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1964
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 31 Déc 2015 - 1:40

    D’accord pour les reproches subtils, ils faisaient partie du jeu. Mais il me semblait que l’on devait avoir un minimum de respect les uns envers les autres, et de ce fait faire au moins semblant d’être intéressé parce ce que peut dire notre homologue. Or, ce n’est pas en feuilletant un dossier ou en faisant des messes basses avec son second que l’on est attentif aux autres. A dire vrai, malgré sa période d’aphasie, l’Ombre de la Foudre devait être le plus courtois de mes invités. Ainsi, il redorait un peu les couleurs de Kumo à mes yeux, et peut-être celle des Seki également.

    N’empêche qu’une seule personne prit la peine de répondre à ma proposition d’acte principale, de diversion, sur Ki no Kuni, bien que ce fût pour préciser un refus. D’ailleurs, il semblait tout refuser. Sans doute n’aimait-il pas les compromis et préférait obtenir ses propres solutions par la force ? L’Empire n’aurait donc qu’un but : la paix ? Et le fait d’aider les personnes dans le besoin ne serait-il pas complémentaire de son idéologie ? Et il se trompait en un autre point : la parole du Daimyo, la survie du clan et la réussite de la mission seraient les critères principaux de nos vies ? Il ne connaissait pas ma vie. Seule la survie du clan comptait. Bien qu’avec mon statut, mon clan se retrouvait être tout un village.

    L’Ombre de la Foudre tourna l’histoire des Furyous en dérision, comme s’il n’en restait plus que des vestiges sans importance. Ce serait le second objectif de l’unité ? Pourquoi ne pas plutôt créer deux unités directement pour qu’elles soient totalement efficaces dans leur champ d’action ?

    « Donc on devrait attendre le retour de leur chef disparu pour les considérer comme une menace ? Un cadavre animé pour qui il faut deux Ombres pour le vaincre, et encore en y perdant un membre, et qui avait menacé de détruire un village, demeure un problème à mes yeux. Il vaut mieux s’occuper d’un bébé avant qu’il ne redevienne un dieu surpuissant. Et encore, ces bébés ont ce qu’il faut pour se défendre plus que convenablement. »

    Je mentionnais le bras perdu de l’Aburame, bien qu’elle ait pu recoller les morceaux à ce que je vois. Hôritsu ne les avait-il pas affrontés ? Si ce qu’il savait d’eux ne lui provenait que de rapports, son avis serait compréhensible. Mais il me semblait trop minimiser la chose. C’est quand l’armée a perdu son chef qu’il faut lancer toutes ses troupes dans la bataille normalement, profitant ainsi de la désorganisation de l’ennemi.

    Dans tous les cas, Kibõ s’était penché pour me signaler qu’il se proposait volontiers afin d’intégrer cette nouvelle unité. Cependant, encore fallait-il que cette unité se fasse. Aux propos de l’Ombre de la Foudre, je me faisais méfiant. Et malgré le contrat sur la table, je ne touchais pas à la plume pour le moment.

    « S’ils sont si discrets qu’ils se cachent même parmi nous, comment peut-on choisir ceux qui intégreront cette unité ? Qui plus est, avec l’influence qu’ils semblent avoir, vous proposez uniquement un groupe devant enquêter sur eux et rien d’autre ? Officiellement, ce sera donc comme si on ignore ce fait, alors qu’ils doivent sans doute savoir que l’on est au courant. Ils découvriront forcément tôt ou tard cette équipe. Qu’arrivera-t’il alors à ce mouvement nationaliste quand ils l’apprendront ? Pour la sécurité de ceux que nous enverrons, il faudra une action officielle qui occupera leur regard. Pour le moment, il y a l’examen Chunin, mais ce dernier ne durera pas éternellement… Il nous faut autre chose, ou bien ressortirons-nous de cette tente avec aucune nouvelle décision à annoncer, officiellement ? »

    Oserais-je faire revenir le sujet de Ki no Kuni sur la table ? Peut-être ont-ils une autre idée en tête qui sait ? La formation de deux équipes ? La première, officielle, pour traquer les Furyous et pour attirer le regard de la Corporation, et la seconde, secrète, pour les débusquer eux ? Mais il y avait encore un autre point.

    « La Corporation… S’ils se veulent secret, il faudra m’expliquer pourquoi le kidnapping d’une chef de clan de Suna, et surtout qu’elle parvienne à en revenir seule. De ce que je sais, leur but serait l’équilibre entre les différentes forces. Mais surtout, le fait qu’ils soient découverts tout à coup, alors qu’ils auraient pu continuer à agir dans l’ombre… Peut-être est-ce ce qu’ils veulent. Peut-être sommes-nous déjà sur leurs échiquiers ? Et Kumo qui découvre subitement le lien entre différents événements et cette organisation soit disant secrète… Peut-être entrons-nous justement dans leur jeu en formant cette équipe ? Peut-être ont-ils un pion qui sait tout au même moment que nous… ? Pardonne ma méfiance Hôritsu, mais tu venais de déserter le Shukaï qu’aussitôt tu obtiens l’appui d’un Daimyo, donc probablement un partisan de la Nation, pour qu’un inconnu comme toi devienne Raïkage ? Le dernier étranger à être devenu subitement Kazekage était un Homme Masqué… »

    Evidemment, une autre explication à mon introduction serait que Tsukiko soit de mèche avec cette organisation. Mais pourquoi cette histoire de kidnapping alors qu’elle aurait pu prétexter une mission pour s’y rendre ?

    En tout cas, dans l’optique où Hôritsu était des leurs, aucun plan ne fonctionnerait et tout ce qu’on dira ici se retournera contre nous. Il avait signé rapidement d’ailleurs. Pour obtenir ma signature, il lui faudra d’abord obtenir un minimum de confiance de ma part sur sa provenance. Car un groupuscule ayant pour but l’équilibre des différentes forces pourrait très bien avoir le Législateur ou la Loi parmi eux, comme Hôritsu se fait appelé. Kakeshuou avait brisé l'équilibre, il ne pouvait donc être des leurs. Miko était bien trop impolie pour servir d'espion pour leur compte. Qui plus est, elle m'aurait sans doute attaqué dans l'affrontement contre Envizib pour placer un Kage plus malléable à la tête de Suna. A moins que les Furyous ne soient un obstacle pour eux aussi ? J'en doute. Ne restait plus que l'Ombre de la Foudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Réunir les Ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Temple d'Ichibi-